AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyVen 9 Déc - 5:37


Depuis la fin de ses études secondaires, Caleb avait le sommeil léger. Il avait l’habitude de travailler très tôt dans la matinée, aussi avait-il pris le pli de se réveiller avant tout le monde ou presque. Et quand il avait l’impression que la vie s’acharnait, il dormait encore moins bien… Un peu comme s’il était sur le qui-vive, aux aguets au cas où une mauvaise nouvelle surgirait brusquement. Et ces dernières semaines, c’était précisément ce qu’il craignait. Lizzie. L’état de santé de sa mère. Rhys… Tout ce qui faisait qu’il avait l’impression que le monde coulait, littéralement. Ou celui de ses proches, plutôt, donc le sien aussi, forcément. C’était assurément la raison pour laquelle il gardait toujours son téléphone portable sur sa table de chevet la nuit, sans jamais le mettre en mode silencieux. Alors quand il reçut un texto vers une heure du matin, le jeune homme s’éveilla instantanément. Ses yeux se posèrent automatiquement sur le radio-réveil et vu l’heure qui était affichée, ça ne présageait absolument rien de bon. Saisi d’un effroi soudain, il s’empressa d’attraper son téléphone portable. C’était Rhys… Fronçant légèrement les sourcils, priant presque pour que rien d’autre de grave ne soit arrivé, Caleb ouvrit le texto. Mais en réalité, ce n’était pas Rhys. C’était bel et bien son numéro, mais c’était visiblement le barman du Five Arches Tavern qui écrivait. Là non plus, ça ne lui disait rien qui vaille… En réalité, le Gallois avait déjà deviné la teneur du message. Mais il se força quand même à le lire d’un bout à l’autre et, une fois que ce fut fait (donc assez rapidement), il repoussa aussitôt ses couvertures pour sauter de son lit. Poussant un profond soupir, il farfouilla dans sa penderie pour enfiler quelque chose de correct et, surtout, de chaud. Il s’activa, si bien qu’en quelques secondes, il était prêt. La seule question qu’il se posait était la suivante : valait-il mieux se rendre au bar à pied ou en voiture ? Sa décision fut vite prise et, après avoir chassé Roxy qui croyait visiblement qu’elle aurait droit à une promenade en plein milieu de la nuit, Caleb s’installa derrière le volant de sa voiture et démarra. Tout en conduisant, il pianota un peu à l’aveuglette sur l’écran de son téléphone portable, pour assurer au barman qu’il serait là dans moins de trois minutes. Et effectivement, il se garait déjà non loin du bar et se pressait pour y entrer.

Mais il ne voyait le blondinet nulle part et le barman lui indiqua que Rhys était sorti du bar, ce qui n’était guère rassurant. Immédiatement, il retourna dans la rue pour partir à la recherche de son ami, craignant le pire. Mais en réalité, il n’eut pas besoin d’aller très loin… Bientôt, son regard se posa sur la silhouette familière d’un homme au sol, affalé contre un mur. Sans hésitation, il se précipita vers lui et s’accroupit. « Rhys… » La voix du Donovan s’était brisée. Car ce qu’il voyait lui fendait le coeur, une fois de plus. Le barman avait employé le mot « scandale », mais à vrai dire, le terme « emmerdes » aurait assurément été plus approprié. Que s’était-il passé en aussi peu de temps ? Quoi qu’il en soit, même s’il avait agi aussi vite que possible, Caleb s’en voulait déjà beaucoup de ne pas avoir été là avant. Il ne savait pas exactement ce qu’il aurait pu faire, ni même s’il aurait été très utile… Mais au moins, il ne serait pas resté les bras croisés. Parce que là, il avait l’impression de nager en plein cauchemar. En effet, Rhys avait le nez un peu gonflé et il saignait. Délicatement, Caleb posa une main sur son épaule. Ouf, il n’était pas inconscient… En revanche, il puait l’alcool à des kilomètres à la ronde. Assez rapidement, le vétérinaire comprit, non sans un certain soulagement, que si le Blake ne tenait pas très bien debout, ce n’était pas parce qu’il avait vraiment mal quelque part. Non, c’était sûrement son taux d’alcool dans le sang qui lui jouait des tours. « C’est moi… T’inquiète pas… » Il avait besoin de l’examiner de plus près. Sans plus tarder, il passa un bras sous la taille de Rhys et l’aida à se relever, puis à se déplacer. Heureusement qu’il était moins lourd que lui… Mais ce n’était pas pour autant que c’était facile et le trajet jusqu’à la voiture lui parut être une éternité. Une fois Rhys installé côté passager, il boucla sa ceinture et s’assit côté conducteur. Il alluma ensuite la lumière pour vérifier l’état du visage du blond. « Je pense pas que tu aies besoin d’aller aux urgences… J’ai déjà eu une fracture du nez en jouant au rugby. Le tien ne s’est pas déformé, c’est plus… Un oedème. » Il démarra et quelques minutes plus tard, Rhys était dans son canapé et, après lui avoir donné des comprimés et apporté une bassine, Caleb nettoyait le sang qu’il avait sur le visage à l’aide d’une serviette humide. « Tu sais… Tu peux passer la nuit ici, si tu veux. »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyDim 11 Déc - 11:41

Affalé contre un mur de briques, assis par terre, Rhys fixe le vide, incapable d’avoir une pensée cohérente. Il ne souffre pas du froid, alors même que chaque parcelle de son corps est en contact avec des surfaces qui aspirent sa chaleur corporelle. A vrai dire, depuis ce terrible jour où sa vie a basculé, il ne ressent plus grand-chose. Pour ne pas dire, rien du tout. La souffrance, c’était bien la seule chose qui paraissait réelle. Echo. Nolan Il les avait perdus. Cette pensée lancinante tournait dans son esprit, ne lui laissant aucun répit. Etait-ce le prix à payer pour ses pêchés ? Peut être bien. Mais celle leçon ne lui donnait pas envie de se repentir. Au contraire, il semblait qu’il retombait doucement mais sûrement dans ses vieilles habitudes. Pas de raison qu'il se comporte bien alors que la vie continuait à tout lui prendre. Le jour, il restait fort. Pour Lizzie, pour ses parents. Pour Lylou même si elle s’était déjà envolée vers de nouveaux horizons… Mais la nuit, c’était une toute autre histoire. Il n’était pas difficile de s’enivrer pour tenter d’anesthésier la douleur et de trouver un gars qui serait assez bête pour avoir envie de se battre avec lui. Frapper l’autre, ça faisait du bien. Un peu extérioriser cette immense colère qui grondait en lui… C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour ne pas exploser complètement… « Rhys. » Il est sorti de sa transe par une voix familière et bientôt un visage encore plus familier apparaît dans son champ de vision. Caleb ? Comment est-ce que c’est seulement possible ? Le blond n’était-il pas en train d’halluciner ? De toute façon, tout était complètement flou pour lui. Il voit quand même Caleb agripper sa taille, pour essayer de le remettre sur pieds. « Laisse-moi… Laisse-moi. » Grogne le blond en vacillant de tout son poids. Il n’avait pas envie qu’on l’aide. Il voulait simplement rester là, oublier le monde réel. Mais c’était sans compter l’entêtement de Caleb. Celui le traîne jusqu’à sa voiture avec une détermination qui force l’admiration. Sauf que Rhys n’est pas admiratif, il veut vraiment qu’on lui foute la paix. Il essaye d’ailleurs de résister mais il  n’est vraiment pas en état.

Caleb finit par le laisser tomber sur ce qui doit être le siège passager de sa propre voiture avant de faire le tour et de venir s’assoir à ses côtés. Le vétérinaire allume brusquement le plafonnier, diffusant tout à coup une lueur qui brûle la rétine de Rhys sans pitié. « Oh putain… » Jure le Blake, la gueule complètement pâteuse. Mais encore une fois son sauveur reste indifférent, posant un rapide diagnostic auquel il ne comprend pas grand-chose. Résigné, Rhys ne réplique rien, appuyant sa tête contre la vitre glacée quand Caleb met le contact. Ça au moins, ça aidait un peu sa tête douloureuse. Une dizaine de minutes plus tard, il est toujours affalé mais sur un canapé cette fois-ci. Le Donovan prend soin de lui, lui faisait avaler d’obscurs comprimés, et entreprenant de nettoyer son visage. Ça pique mais Rhys lui épargne un nouveau juron, comprenant malgré son état que ce dernier faisait de son mieux pour l’aider malgré son manque total de coopération. « Naaan… j’avais rentré chez moi. Je vais bien, t’sais. » La construction de cette phrase le dénie à elle toute seule mais lui aussi s’entête et essaye de se relever, repoussant Caleb qui continuait à lui tamponner le visage. Il titube avant de retomber dans le canapé. Ce mouvement ascendant n’a fait qu’aggraver son cas et il sent bientôt une nausée dévastatrice le saisir. Il attrape la bassine, vomissant longuement dans cette dernière. C’est désagréable mais il s’en fout. Il a mérité ce qui lui arrive. « Franch’ment… tu devrais voir la gueule de l’autre type. Je l’ai ramassé. J’vais bien, j’te dis. » Réplique t-il ensuite quand il relève la tête, essayant de retrouver un peu de fierté. Puis deux rouages doivent se cogner dans sa tête car il a soudain l’intelligence de se poser une certaine question. « Qu’est-ce’ tu foutais dans la rue à c’t’heure là d’façon ? » Puis il fait une nouvelle tentative pour se relever, bien décidé à repartir au bar où il avait encore des comptes à régler.

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyMar 13 Déc - 3:54


Sans prêter la moindre attention aux protestations et aux jurons de Rhys, Caleb continuait à faire de son mieux pour s’occuper de lui. Parce que c’était son rôle, tout simplement. Parce que c’était la moindre des choses. Parce que si les rôles avaient été inversés, Rhys aurait fait exactement la même chose pour lui. Et parce qu’après tout, personne ne pouvait effacer autant d’années d’une aussi belle amitié… Alors il était évident qu’il ne comptait pas laisser Rhys se débrouiller tout seul, quand bien même ce dernier le lui demandait avec insistance. Néanmoins, il ne l’exprimait pas à haute voix. Ce n’était pas dans sa nature et surtout, son entêtement se voyait suffisamment dans ses actions. Et en entendant son ancien meilleur ami raconter ce qu’il avait infligé au type avec lequel il s’était battu, il dut même réprimer un sourire. Car il avait beau être complètement saoul et avoir du sang sur la moitié du visage, il continuait à se comportement comme n’importe quel mec l’aurait fait dans cette situation. Peut-être cherchait-il encore, quelque part, à affirmer sa virilité. « Hmm-hmm » se contenta de répondre Caleb. Il ne voulait pas vexer Rhys en se moquant ouvertement de lui comme il l’aurait fait en temps normal, mais il ne voulait pas non plus avoir l’air de l’encourager dans ses bêtises. Car rien de tout ceci n’était un jeu. En effet, Caleb était persuadé que ce n’était pas la première fois que Rhys tentait de noyer son chagrin dans l’alcool. Il essayait d’y faire face avec dignité, bien entendu, principalement pour ses proches, probablement. Mais une fois que Rhys se retrouvait seul, Caleb était à peu près persuadé que les choses se passaient différemment. Parce qu’il était déjà passé par là… Parce que quand son petit frère avait perdu la vie, c’était de cette manière qu’il essayait de tenir le coup. Parce qu’il savait ce que c’était, parce qu’il comprenait ce besoin d’évacuer et d’oublier son chagrin. Sauf que lui n’avait jamais perdu un enfant à naître… Et il n’avait jamais non plus dû affronter le deuil de deux personnes à la fois. Alors forcément, il se sentait perdu. Forcément, il avait le coeur brisé pour Rhys. Il ne savait pas quoi faire pour l’aider, ni pour soutenir Lizzie. Il se contentait d’être là, autant que possible. Et le fait d’aller chercher un Rhys complètement pété dans le centre-ville  en faisait naturellement partie.

Sauf que quand le blond lui demanda ce qu’il faisait dans la rue à cette heure-ci, le Donovan bloqua un peu. Il ne savait même pas comment lui répondre. Il avait envie de faire un blague à propos du Bon Samaritain, comme Rhys avait déjà fait de l’ironie à ce sujet. « J’ai reçu un texto et si tu t’imagines que j’étais pas prêt à plonger dans les emmerdes en même que toi, c’est que t’as oublié comment j’étais. » Pour Caleb, c’était une manière détournée d’exprimer à quel point il voulait l’aider. Ou plutôt, qu’il voulait redevenir un pilier pour lui. Comme avant. Les années avaient passé, de l’eau avait coulé sous les ponts, ils avaient tous les deux changé et évolué… Ils s’étaient disputés et avaient exprimé leurs désaccords sans tourner autour du pot. Mais maintenant, les choses avaient changé. Rhys faisait face à ce qui était assurément l’épreuve la plus difficile qu’un être humain puisse rencontrer. Alors les différends potentiellement destructeurs et tout le reste importait peu,  maintenant. Plus que jamais en sept ans, Caleb se rappelait de tout ce qu’il avait vécu avec Rhys, du lien qui les avait unis pendant tellement longtemps. Bien entendu, il n’avait pas l’impression que sa présence puisse être très utile, mais s’il pouvait faire ne serait-ce qu’un tout petit quelque chose… « Je peux pas te ramener chez toi. Ni même te laisser repartir. Parce que mec, je sais ce que ça va donner… Alors non, je suis désolé, mais ça va être possible. » D’ailleurs, il n’avait pas besoin de preuves pour savoir qu’il avait raison de rester sur ses positions. Il suffisait de voir comment Rhys avait dégueulé dans la bassine, alors qu’il avait été obligé de le tenir d’un bras parce qu’il avait peur que ce dernier ne finisse par plonger la tête dans son propre vomi…. Ou encore comment il avait du mal à rester debout, titubant tandis qu’il tenait de lui fausser compagnie. « Je suis sérieux, mec. » Caleb se leva pour pousser à nouveau Rhys vers le canapé, doucement. « Allez, tu restes avec moi. En plus, j’avais même pas fini de te soigner. » Sans trop s’approcher pour que Rhys ne puisse pas lui taper les doigts, le vétérinaire fit de son mieux pour l’examiner à nouveau. Mais en réalité, il avait suffisamment épongé son visage et il ne lui restait plus qu’à appliquer un pansement. « Rhys… Tu peux pas continuer comme ça… Ça peut être dangereux… »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptySam 17 Déc - 23:34

Les pensées de Rhys étaient de plus en plus embrouillées. Il ne comprenait pas grand-chose à ce qui était en train de se passer. En un mot, il était parvenu à atteindre son objectif : il n’avait plus aucun ancrage dans la réalité. C’est pourquoi, il ne remarqua pas que Caleb était plutôt silencieux. Cependant, ce qui était peut être le plus dommage, c’est qu’il n’était pas forcément en état d’apprécier les efforts pourtant remarquables que faisait son ami pour l’aider. Des efforts d’autant plus louables si on se rappelait de leur brouille récente. Non, Rhys ne ressentait que très peu de gratitude. Il était complètement ivre et se comportait avec la stupidité inhérente à son état. Mais à vrai dire, et il en était intimement convaincu, il était déjà bourré de défauts sobres. L’alcool ne faisait qu’accentuer ces derniers…  Voilà pourquoi il essayait d’échapper au Donovan, refusant l’asile que celui-ci lui offrait pour la nuit. Ce qui était troublant, c’est que le blond ne se rappelait pas bien de la chronologie des évènements. Le temps lui paraissait fragmenté. A un instant, il était dans  une ruelle sombre, l’instant d’après dans un bar avec un crétin, puis il avait l’impression de se rappeler d’une voiture et maintenant il était chez Caleb… « J’ai reçu un texto et si tu t’imagines que j’étais pas prêt à plonger dans les emmerdes en même que toi, c’est que t’as oublié comment j’étais. » La conversation était aussi décousue que le cours des évènements. Il ne se rappelait plus ce qu’il avait pu dire à Caleb pour que celui-ci lui réponde cela. Il fronça les sourcils, essayant de se concentrer. En vain. « J’ai surtout oublié que j’tavais envoyé un texto. » Répliqua t-il finalement, passant une nouvelle fois à côté de l’essentiel, c'est-à-dire à côté de la belle déclaration d’amitié que le Donovan venait de lui faire. Bien qu’encore une fois, les mots n’étaient pas nécessaires. Il suffisait de voir avec quel méticulosité Caleb prenait soin de son visage tuméfié et le soutenait pour ne pas qu’il tombe, pour se rendre compte qu’il avait un véritable ami…

Mais tout ce qui anime cette version imbibée de Rhys, c’est l’ingratitude, et surtout l’agacement, quand Caleb refuse de le laisser partir. « T’es désolé… c’est bien ça. Tout le monde est tjours désolé… Assurément, ç’me fait me sentir mieux. » Grogne t-il, décidant que les belles paroles du vétérinaire ne l’atteignait pas. Il allait partir que ça plaise ou non à ce dernier. Il se lève d’ailleurs mais le monde s’effondre soudain sous ses pieds. Ah non, c’est juste Caleb qui vient de le repousser sur le canapé. Le Blake émet un bruit de gorge mécontent. «  P’tain mais c’est quoi t’n problème ? ça t’amuses de jouer les baby-sitter ? » Oui, il lui en veut. Notamment parce qu’il vient de le forcer à se rassoir alors qu’il avait tant eu de mal à se lever. Maintenant, il n’arrive vraiment plus à se lever de ce foutu canapé.  Cependant, il n’a rien perdu de sa virulence verbale. Et cette dernière atteint son paroxysme quand il comprend soudain tout à coup ce que son ami s’apprête à lui faire.   « J’te jure, j’ai pas envie de t’frapper… Mais si tu essayes de m’coller c’truc sur la gueule, c’est que je vais faire. » Baragouine t-il, ne parvenant toujours pas à comprendre que Caleb agissait dans son intérêt avant tout. Noyer son chagrin dans l’alcool n’était pas une si bonne idée que ça. Parce que Rhys Blake avait en fait l’alcool triste. Mais il l’avait aussi colérique. Et stupide. Et revanchard. Alors forcément, quand Caleb commence d’un ton hésitant à faire une remarque sur son comportement, tous les mauvais voyants dans son cerveau s’allument. Les voyants rouges. « Dangereux ? Ca pourrait être dangereux ? » Il commence à rire de manière totalement incohérente, pour ne pas dire incohérente. Et de manière surprenante, la colère lui donne une manière de s’exprimer de plus cohérente qu’auparavant. Même si les mots qui sortent de sa bouche sont empoisonnés. « La grossesse de Lizzie, elle était dangereuse hein… Et personne ne lui a dit d’arrêter… C’est même le contraire, vous m’avez tous harcelé pour que j’arrête d’être négatif et que je la soutienne… Et ben j’espère que vous êtes content maintenant… Lizzie, elle a failli crever. Et le bébé, il est mort… Il est mort…  Et maintenant, c’est à peine si on peut tous tenir debout. Lizzie, je ne peux même plus la regarder dans les yeux. Alors le danger, on s’en tape, non ? Tu crois que j’ai envie d’être raisonnable ? MON FILS EST MORT PUTAIN. » Il hurle à s’en casser la voix. Pour la première fois depuis cette journée terrible où il a connu simultanément les deux pires drames de sa vie, il met des mots sur ce qu’il ressent. Hélas, il ne s’y prend pas de la bonne façon. Comme toujours. Et comme toujours aussi, il ne se prend pas non plus à la bonne personne.

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyDim 18 Déc - 6:45


« Non, c’est pas toi qui m’as écrit… Oh et puis tu sais quoi, laisse tomber. » Caleb ne voyait même pas pourquoi il s’évertuait à expliquer à Rhys comment il s’était retrouvé à l’aider dans la rue en plein milieu de la nuit. Après tout, ce dernier n’était clairement pas en possession de tous ses moyens… Et encore, c’était un euphémisme. Il partait carrément dans ses délires… Il avait vraiment dû abuser de l’alcool pour se retrouver dans un état pareil. Quoique… Il disait aussi des choses très censées qui, malheureusement, étaient celles qui broyaient le plus le coeur de Caleb. Il s’efforçait de faire comme si de rien n’était, comme s’il n’entendait pas les gros mots, les menaces et autres propos désagréables de celui qui avait été son meilleur ami pendant tellement longtemps. Il s’efforçait de se rappeler que ce dernier n’avait pas conscience de ce qu’il disait, qu’il n’était pas dans son état normal et qu’il n’aurait jamais été aussi méchant s’il n’était pas éméché à ce point. Oui, c’était ce qu’il essayait de se répéter, encore et encore… Pourtant, il ne pouvait pas faire taire la petite voix maligne au fond de lui, celle qui lui soufflait que Rhys avait raison. Il avait beau tenter de passer par-dessus, il n’arrivait pas à rester de marbre face aux propos balancés par ce dernier. Parce que c’était tout simplement impossible… Et en plus, il ne savait même pas comment lui répondre. « Non, ça ne m’amuse pas, mais j’ai aucune envie de te retrouver demain dans un état encore pire que celui-là… » C’était la stricte vérité. Mais il était probable que Rhys n’en avait que faire, en réalité. Alors, pour la première fois depuis qu’il avait reçu le texto rédigé par le barman, Caleb comprit qu’il risquait de se retrouver dans une impasse. Parce qu’avec quelques mots à peine, Rhys réussissait à lui clouer le bec comme jamais personne auparavant. Au bord du désespoir, il laissa tomber le pansement qu’il avait prévu de lui appliquer sur le nez. Puis il poussa un profond soupir de lassitude ou, plutôt, de tristesse. Car il se sentait désarmé et démuni, mais  le pire, c’était bien le fait qu’abus d’alcool ou pas, à peu près tout ce que disait son interlocuteur était pertinent. Et il se sentait vraiment stupide de lui avoir dit qu’il était désolé, puisque Rhys semblait décidé à ramener absolument toute sa colère et sa frustration sur lui. Et il n’avait encore rien vu…

Non, le pire restait à venir et Caleb n’y était certainement pas préparé. Il resta muet, encaissant le coup autant que faire se peut. Mais bientôt, pour la première fois depuis qu’il avait retrouvé Lizzie à l’hôpital, il sentit les larmes lui brouiller la vision… Parce que Rhys avait mis le doigt sur la vérité. Il était le seul à avoir eu le courage de le faire. S’ils en étaient arrivés là, c’était bel et bien de la faute du Donovan. Il avait peut-être cru bien faire, mais le résultat était strictement le même. Il s’était entêté, refusant d’écouter les arguments de Rhys… Pourtant, il savait que son opinion avait du poids auprès de Lizzie, peut-être plus que celles de tous les autres. Il aurait peut-être pu changer la donne. Mais il n’avait même pas tenté de le faire… La seule chose qu’il lui avait demandée, c’était de bien y réfléchir. Mais en-dehors de ça, il lui avait accordé son soutien sans réserve… Comme d’habitude. Sauf que pour une fois, il n’aurait dû. Oui, pour la première fois en vingt-six ans d’existence, Caleb regrettait d’avoir soutenu la décision de Lizzie. Elle aurait peut-être été malheureuse si elle avait avorté, mais moins que maintenant, alors qu’elle avait tissé des liens avec Nolan et fait tant de projets, mis tant d’espoirs en lui. Voilà où ça les avait menés… Et Rhys n’aurait même pas pu accroître le sentiment de culpabilité de Caleb, parce que ce dernier était déjà écrasant. En revanche, il était le premier (et il serait peut-être le seul), à le lui balancer en plein gueule. Mais en réalité, Rhys aurait même dû lui crier dessus bien avant… Néanmoins, ce n’était visiblement pas l’avis de Roxy qui, alertée par les hurlements du Blake, s’était approchée en grognant. D’un simple claquement de doigts accompagné d’un geste, le vétérinaire la fit quitter la pièce. Il estimait qu’il n’avait que ce qu’il méritait. Oui, il avait envie de pleurer. Mais il n’en avait pas le droit. Ce n’était pas lui qui avait perdu son fils et sa soeur dans la même journée. Alors il essuya ses yeux d’un mouvement plein de rage et se leva brusquement. Rhys avait terriblement raison et Caleb se sentait horriblement désolé. Mais à quoi bon le dire ? Au lieu de ça, il donna un léger coup dans la jambe du médecin. « Mets-toi debout ! Tu dis que tu veux pas me frapper, mais je suis sûr que c’est pas vrai. Allez, vas-y, défoule-toi sur moi ! » Ce serait peut-être un tout petit peu libérateur…
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptySam 24 Déc - 14:47

« Non, c’est pas toi qui m’as écrit… Oh et puis tu sais quoi, laisse tomber. » Comme précédemment, Rhys essaye de réfléchir mais sans plus de résultat. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Comment Caleb l’avait trouvé s’il ne passait pas là par hasard et s’il ne lui avait pas écrit ? Est-ce que c’était une sorte de devinette subtile ? Parce que le blond n’y comprenait rien. Il tente cependant de faire comme si c’était le cas. « Bon et il est où mon téléphone maintenant ? » Peut être qu’il se l’était fait volé ? Par le type qui lui avait presque cassé le nez ? Pas la blonde qui avait essayé de le draguer ? A moins que ce soit hier, ça, il ne se rappelait plus. Il essaye de fouiller dans ses poches à grands renforts de gestes désordonnés mais c’est tout juste s’il arrive à dézipper les fermetures de ses poches. « J’en ai b’soin. Faut que j’appelle Lizzie. Qu’je lui dise que j’suis désolé. » Mais tout ce qu’il parvient à faire, c’est s’énerver encore plus. « Il est où, bordel !! » Dans sa recherche désespérée de son cellulaire, il entend quand même la voix de Caleb couvrir la sienne tandis que le vétérinaire essaye de lui expliquer qu’il ne veut pas le retrouver dans un état pire que celui-là. Alors le premier éclair de lucidité de la soirée traverse le Blake tandis qu’il tente de réfléchir objectivement à sa situation. Parce qu’à ses yeux, son état ne pouvait pas objectivement empirer. Cela faisait plusieurs années, et plus particulièrement depuis cette nuit de Novembre où Will avait trouvé la mort par sa faute, que sa vie s’effritait peu à peu. Morceaux par morceaux, tout ce qui le rendait fier ou heureux s’était écroulé et il ne restait plus grand-chose. Il était en chute libre depuis très longtemps. Et maintenant qu’il avait perdu son aînée et son fils, il avait enfin l’impression d’avoir touché le fond. Mais être arrivé au bout du voyage ne le soulageait pas. Bien au contraire. Il ne s’était jamais senti aussi mal de sa vie. Alors non, il n’avait pas peur que son état empire. Il était arrivé au bout. Il ne voyait plus rien ensuite.

Alors il déverse sa colère après une réplique de Caleb qu’il juge malheureuse. Au fond, le Donovan était juste là au mauvais moment. Parce que Rhys en voulait à personne et à tout le monde à la fois. Il ne savait plus qui maudire alors il était prêt à s’en prendre à celui qu’il avait sous la main. Et ça tombe sur son meilleur ami. Pas de chance. S’il avait conscience des mots acrimonieux qu’il était en train de prononcer, il s’en voudrait beaucoup. Mais il en est à un stade où il ne les pesait plus. Pire, il les utilisait comme des armes, dans une action destructrice. Il voulait que Caleb souffre autant que lui alors que le jeune homme n’avait fait rien d’autre qu’être là pour lui. C’était injuste mais il ne s’en rendait pas compte. En revanche, la réaction du vétérinaire éveille quelque chose en lui. Il faut avouer que l’expression d’horreur et de chagrin qui déforme les traits de ce dernier quand Rhys l’accuse d’être indirectement responsable de la peine de Lizzie est assez marquante. Mais le blond n’a pas franchement le temps d’essayer de se repentir. Car Caleb fait quelque chose d’à la fois surprenant et particulièrement choquant. Il provoque Rhys, l’incitant à le frapper pour se défouler. C’était déjà le chaos dans les pensées du Blake mais à présent, c’est comme si une bombe nucléaire avait explosé dans son crâne. Il ne savait plus à quel saint se vouer. Se pouvait-il qu’il soit en train d’halluciner ? Mais la question la plus importante demeurait celle-ci : Qu’allait-il faire ? Qu’allait-il répondre ?

Il reste encore bouche bée quelques instants avant d’obéir à l’injonction de Caleb et de se lever. L’action est toute aussi pénible que les fois précédentes. Il laisse donc les murs de la pièce tourner quelques instants avant de stabiliser son champ de gravité en fixant son hôte. Puis tout à coup, il pousse brusquement ce dernier en arrière, l’éloignant de lui. « Tu crois que je vais frapper quelqu’un qui refusera de se défendre ? » Il veut ajouter qu’il le pensait quand il avait dit qu’il ne voulait pas le frapper. Mais tout à coup, il n’en est plus si certain. La proposition du Donovan lui semblait de plus en plus tentante. Il voyait en quoi frapper quelqu’un qui lui avait affirmé de manière péremptoire que tout irait bien pourrait le soulager. D’une démarche hésitante, il fait quelques pas envers Caleb. Ou plutôt, titube tandis que son tournis s’accentue. Mais il refuse d’écouter les signaux que lui envoie son corps, bien plus pris dans le dilemme moral auquel le Donovan l’oblige à faire face. Même en état d’ébriété, il sentait que c’était mal de blâmer Caleb pour ses malheurs. Et à plus forte raison, de porter la main sur lui. Et pourtant… Les deux mains du blond se retrouvent à agripper le col du principal intéressé. Et soudain, ses jambes ne le portent plus. Il sent ses genoux se dérober sous lui, tandis qu’il tombe à genoux aux pieds de celui qu’il avait bien failli frapper. II ne se relève pas. Au contraire. Il reste prostré. Abattu à cause de ce qu’il avait perdu. A cause de ce qu’il allait perdre s’il continuait de la sorte. Avec violence, il assène un coup de poing au sol tandis que ses épaules commencent à trembler. « J’en… peux… plus. Fais que… Fais que ça s’arrête. » Supplie t-il Caleb comme un enfant.



_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyLun 26 Déc - 7:12


« Je sais pas où est ton téléphone, mec. » Le barman l’avait peut-être gardé, ou quelqu’un d’autre s’en était peut-être emparé. Caleb essayerait d’aller voir ça le lendemain. Mais il était évident que quand il avait retrouvé Rhys affalé en pleine rue, ç’avait été le dernier de ses soucis. Tout ce qu’il voulait, c’était prendre soin du jeune homme. Les biens matériels passaient après, au point qu’il avait complètement oublié ce qui n’était qu’un détail à ses yeux. Sauf que visiblement, Rhys ne partageait pas le même point de vue. Mais ce n’était pas pour le téléphone à proprement parler… Non, c’était encore pire, puisqu’il voulait appeler Lizzie. Et à ce moment-là, Caleb se sentit soulagé de ne pas avoir l’appareil sur lui. Parce qu’il voulait bien passer tout naturellement sur les remarques acerbes de son ami endeuillé et en détresse, mais il aurait refusé de le laisser passer un coup de fil à Lizzie. Parce que si elle l’entendait alors qu’il était dans cet état, elle se ferait à tous les coups du souci et elle finirait même probablement par pleurer. Non, ça, c’était hors de question. Caleb avait déjà causé suffisamment de tort à sa meilleure amie… Et encore une fois, il ressentait le besoin viscéral, presque primitif, de la protéger. Bien entendu, il voulait aussi protéger Rhys, mais c’était loin d’être incompatible. Au contraire, en l’empêchant d’appeler Lizzie, Caleb avait l’impression d’aider aussi Rhys. Parce que ce n’était pas en s’adressant à elle alors qu’il était complètement pété qu’il pourrait faire avancer les choses… Alors le Donovan s’abstint bien de soulever à haute voix une évidence, celle que Rhys n’avait nullement besoin de son propre téléphone pour appeler Lizzie. Non, il pouvait aussi se servir de celui de Caleb, ou encore du téléphone fixe… Mais il ne paraissait pas y avoir pensé, ce qui n’avait sûrement rien d’étonnant. Enfin, pour le coup, Caleb n’en était pas mécontent, même si ça lui aurait permis d’échapper au moins pendant quelques instants aux blessures que lui infligeait implacablement son interlocuteur. Il se forçait à se concentrer sur le fait que Rhys n’était pas quelqu’un de cruel. La souffrance et l’alcool parlaient à sa place. Malheureusement, ça n’en rendait pas ses propos moins poignants et quand Rhys lâcha finalement la pire des bombes, Caleb comprit qu’il devrait réagir.

Faire quelque chose, peu importe quoi. Alors il se mit debout, provoquant le médecin pour que ce dernier évacue un peu de sa fureur sur lui, mais physiquement cette fois. Il lut l’incrédulité dans ses yeux, mais comprit aussi à l’expression de son visage qu’il envisageait sérieusement cette « proposition ». Et quelque part, même si ça venait de lui-même, il ne put s’empêcher de se sentir blessé. Mais il fallait qu’il vire ses propres sentiments pour se concentrer uniquement sur ceux de Rhys. Et quand ce dernier se releva avec difficulté, puis tituba vers lui, il dut se retenir pour ne pas se précipiter sur lui, craignant qu’il s’écrase au sol. Il ne bougea pas d’un pouce et se laissa pousser brusquement en arrière. « Qui t’a dit que je ne comptais pas me défendre ? » Bien sûr, il était évident que Caleb n’allait pas le faire. Mais pour inciter Rhys à se défendre, il était prêt à mentir. Il se redressa même pour paraître un tant soit peu crédible, même s’il n’était pas facile de faire semblant face à quelqu’un qui le connaissait aussi bien. « Et puis une personne lambda peut-être, mais j’aime à croire que je suis encore une exception à tes yeux. » Il avait prononcé ces mots sur un ton ironique… Mais au fond, il espérait bien que ce soit vrai. Sauf que ce n’était pas le moment de s’attarder sur ce genre de considérations. Bourré ou pas, Rhys l’avait agrippé par le col. Et même s’il était plus grand que lui, même s’il était plus lourd que lui, Caleb devinait assez aisément qu’il pouvait passer un sale quart d’heure. Pas seulement parce que, contrairement à lui, Rhys pratiquait la boxe… Non, surtout parce que ce dernier était en proie à la souffrance, à la frustration et à la colère à des degrés extrêmement élevés. Mais il ne cilla pas, regardant Rhys droit dans les yeux. Et finalement, la suite fut bien pire que celle qu’il avait redoutée. Avec horreur, il vit cet homme qui représentait tant pour lui s’écrouler littéralement à ses pieds et frapper violemment le sol. Aussitôt, le vétérinaire se laissa tomber sur ses genoux, le coeur brisé par la supplication de Rhys. Sans la moindre hésitation, il s’assit et passa les bras autour de lui. « Si tu savais à quel point je voudrais pouvoir le faire… » murmura-t-il, la voix brisée. Comme il l’aurait fait avec sa petite soeur, il le serra dans ses bras et le berça avec douceur, sentant que Rhys craquait. Les médicaments commençaient peut-être aussi à faire leur effet et ils restèrent ainsi pendant un bon moment. Puis Caleb se décida enfin à bouger, soutenant son meilleur ami. « Allez, viens, bro. » Il l’aida à se déplacer jusqu’à sa chambre, puis le laissa tomber sur son lit. Il s’absenta quelques instants pour revenir avec la bassine, de l’eau et une serviette. Et après avoir arrangé les couvertures, il s’assit sur le bord du lit. « Tu restes ici… Je te ramènerai demain. »
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyVen 6 Jan - 12:08

As we watch this world burn
A simple truth, so hard to learn
When things go wrong, it's hard to see
It's not just you, but also me

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys 2646503086:
 


Le réveil est toujours le moment le plus difficile tout simplement parce que le temps d'une ou deux respirations, on oublie. On n'y pense pas. On pense à soi, au fait qu'on aimerait bien rester là encore un peu plus longtemps ou alors qu'on a bien dormi justement... Et puis, la réalité vient nous frapper de plein fouet et c'est à nouveau la suffocation. J'allume mon téléphone et j'écoute ce message vocal qui ne présage rien de bon. L'appel venait du téléphone de Rhys pourtant ce n'est pas lui qui parle et ce dernier semble déterminé à mettre ses paroles en action. Est-ce que Rhys aurait des problèmes ? J'appuie sur la touche pour rappeler le numéro et c'est à nouveau cette voix inconnue qui me répond. Après une remarque ironique comme quoi il a bien fait de ne pas attendre sur moi, il m'informe qu'il a également contacté une autre personne : Caleb. Je le remercie, lui annonce que je compte venir récupérer le téléphone du Blake et je raccroche. S'il est avec Caleb, alors Rhys devrait être en sécurité, toutefois, ça ne m'empêche pas de m'inquiéter. Je me lève rapidement et j'enfile les premiers vêtements qui me tombent sous la main : un bas de survêtement, un débardeur et un pull sans trop de forme. Je vais dans le centre-ville et je récupère le téléphone vers ce barman mécontent d'avoir été réveillé et je pars en direction du logement de Caleb.
Ca m'occupe et ça m'empêche de penser à quoi que ce soit d'autre, alors je suppose que ça a du bon.
En quelques minutes je suis à destination et je frappe doucement à la porte. C'est le Donovan qui vient m'ouvrir et je le gratifie d'un sourire contrit. J'aurais peut-être dû le prévenir que j'étais en chemin au lieu de débouler à une heure aussi matinale dans son appartement. Je l'enlace puis je me détache.   « J'ai quelque chose qui lui appartient. » Dis-je en brandissant doucement le téléphone du blond. « Il est où ? » Caleb m'indique sa propre chambre et je dépose mon manteau et mon sac à main avant d'y entrer. Je suis pressée de voir dans quel état il est, malgré tout, je ne peux m'empêcher de redouter ce que je vais trouver. Je pousse doucement la porte et bien que cette dernière soit plongée dans l'obscurité, je fais mon bout de chemin jusqu'à parvenir au lit sur lequel il est allongé. Le peu de lumière qui filtre à travers les volets me prouve que la soirée n'a pas dû être amusante pour Rhys... Pourtant il a l'air assez paisible, à dormir, comme ça. C'est un coup de poignard en plein coeur que de se rendre compte que c'est aussi par ma faute s'il souffre autant, mais le pire, c'est certainement d'être impuissante.
Je comptais lui laisser son téléphone sur la table de chevet et m'éclipser, mais ce n'est pas tout à fait se qui se produit. Quelques secondes plus tard, je me retrouve allongée contre Rhys, à passer une main dans ses cheveux dans un geste un peu mécanique alors qu'il continue de dormir.  « Je m'en veux tellement, Rhys, pour tout... Si tu savais. J'aurais tellement voulu que ton retour se passe différemment... J'aurais voulu ne pas être aussi rancunière, profiter de toi, te laisser profiter du peu de bonheur que tu aurais pu avoir. » Le pauvre a dépensé toute son énergie afin de se faire accepter en ville et quelques jours plus tard, sa soeur tombait déjà dans le coma.  « Pourtant toi et moi on sait qu'on ne peut pas faire machine arrière peu importe à quel point on le désire. » Je chuchote, la voix tremblante. « Je ne sais pas si on arrivera à aller mieux un jour. Je ne sais pas... Mais ce que je sais, c'est que tu avais raison à l'hôpital et qu'on doit essayer de le faire ensemble. J'y arriverai pas sans toi. » Oui, c'est une certitude. J'aurais beau avoir tout le soutien du monde, je n'y arriverai pas sans lui. « Tu es une part de moi, Rhys, maintenant, et je t'aime. Tu m'es devenu indispensable et je sais comme tu es triste, comme tu souffres... Je la ressens aussi ta peine et j'aimerais tellement faire en sorte que ça s'arrête. » Mais nous sommes là, tous les deux, et j'essaye de me donner une raison pour avoir survécu sans notre enfant, même si je n'en vois toujours aucune. Je me penche sur le jeune homme et je dépose un baiser sur le sommet de son crâne. « Je ne sais pas si on s'en sortira... Mais le fait qu'on traverse ça ensemble, ça m'apporte un peu d'espoir. » Et de l'espoir, c'est tout ce qu'il nous faut, pas vrai ? Je me relève délicatement du lit, faisant le moins de bruit possible pour ne pas troubler son sommeil et je quitte la pièce en silence. Je me retrouve devant mon meilleur ami et je le prends à nouveau dans mes bras de longues secondes. « J'ai laissé son téléphone sur la table de chevet. » Je reprends mon manteau et mon sac à main, ne désirant pas me trouver dans les parages quand Rhys se réveillera et fera face à une vilaine gueule de bois. Lui non plus de toute façon, préférera sûrement ne pas me voir dans un tel état. « Je te laisse continuer à prendre soin de lui... Tu es un ami fantastique, Cal et il a de la chance de t'avoir. On a tous les deux beaucoup de chance de t'avoir. »
Sur ces mots je tourne les talons et je m'en vais, la gorge serrée.

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptySam 14 Jan - 14:39

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys 970745308 I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys 970745308 I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys 970745308

« Qui t’a dit que je ne comptais pas me défendre ? « Et puis une personne lambda peut-être, mais j’aime à croire que je suis encore une exception à tes yeux. » Rhys fronce les sourcils, essayant de comprendre à quoi Caleb faisait allusion. Ce dernier répondait sans doute à quelque chose qu’il avait dit, mais le blond ne se rappelait de quoi il s’agissait. Il était vraiment dans un état second et plus les minutes passaient, plus cela empirait. Il avait presque l’impression de vivre une expérience de dédoublement. D’être sorti de son corps, et d’observer quelqu’un d’autre agir à sa place. Et au final, il trouvait ce type qui essayait d’empoigner Caleb totalement ridicule. Un ivrogne qui se laissait guider par la colère. Une colère particulièrement mal dirigée. Car celle-ci ne concernait pas un téléphone disparu, ou un ami qui avait eu le malheur de le rassurer en lui promettant que tout irait bien. Non, la source de cette colère dévastatrice, c’était la perte d’un bébé. Son bébé. Sauf qu’il n’y avait pas vraiment de coupable tout désigné à blâmer et c’était le plus difficile. Le Blake n’avait personne à qui s’en prendre alors que c’était la seule manière de réagir qu’il connaissait lorsqu’il était blessé. Il explosait, criait, tempêtait, s’entêtait. C’était uniquement comme ça qu’il n’implosait pas. Sauf que là, rien. Il ne pouvait pas passer ses nerfs. Mais il était particulièrement obstiné, alors il essayait quand même, quitte à se tromper de victime. Sauf que ça ne prenait même pas. Le chagrin n’était pas dupe et il finissait toujours par reprendre le dessus. Et quand il le faisait, c’était pire que tout. Parce qu’il frappait avec force. C’était insoutenable. Rhys en tombe à genoux, brisé, vaincu. Il n’en peut plus du deuil et de la tristesse. Il veut juste retrouver les jours heureux et insouciants, l’innocence d’une vie sans  heurts. Mais c’est impossible et ça le bouffe.

Il ne sombre pas totalement pourtant. Parce qu’il sent des bras l’entourer et il trouve une épaule pour pleurer. Malgré les offenses qu’il lui a faites, Caleb s’est agenouillé à ses côtés et le réconforte du mieux qu’il peut, le berçant presque. Le blond lâche prise, laissant libre court à son chagrin. Il se fiche royalement de son manque de virilité ou d’avoir l’air d’un petit garçon de dix ans. Il pleure et ça lui fait du bien. Peut être un peu trop. Parce qu’il sent petit à petit une certaine torpeur le gagner et il se fait de plus en plus lourd sur l’épaule du Donovan. Si bien que celui-ci finit par le soulever et par lui faire gravir non sans difficulté un escalier. Puis les bras réconfortants du vétérinaire sont remplacés par un lit douillet et la chaleur d’une couverture qu’on jette sur lui. « Tu restes ici… Je te ramènerai demain. » Pour la première fois de la soirée, il ne songe pas à discuter, les yeux déjà clos. Il est épuisé. Il ne sait pas combien de temps Caleb reste près de lui, il n’en a plus la notion. Il est dans une sorte de transe, trop épuisé pour s’endormir, mais assez vif pour sentir le lit tanguer sous son corps et voir des formes colorées danser devant ses paupières. A un moment, il a même l’impression que Echo vient lui parler. Ou bien, est-ce Lizzie ? Il perçoit un éclat brillant, une chevelure blonde, des mots murmurés dans le silence de la nuit. Une main qui caresse doucement ses cheveux, un corps qui réchauffe le sien. A moins que ça ne soit un rêve ? Une hallucination ? Peu lui importe, car si c’est un rêve, c’est un beau rêve. L’apparition lui chuchote des mots réconfortants. On disait souvent que les mots pouvaient blesser mais ceux-là sont faits pour guérir, apaiser. Sa bienfaitrice lui dit qu’elle l’aime et qu’il ira mieux un jour. Qu’elle fera tout pour. Il la croit, il entend la sincérité dans sa voix vibrante d’émotion. Il voudrait qu’elle ne s’arrête jamais de parler, qu’elle continue de verser cette pommade apaisante sur ses blessures mais bientôt, elle lui dépose un baiser sur le front et disparaît de la même façon qu’elle est apparue. Il s’endort enfin, d’un sommeil lourd et profond.

***

Rhys ouvre les yeux et le regrette aussitôt. Car une affreuse migraine prend aussitôt son crâne en étau, lui faisant presque monter les larmes aux yeux. Il essaye de déglutir mais sa bouche est pâteuse, sa gorge désespérément sèche. Il a assez connu ce mal pour pouvoir le diagnostiquer rapidement : il a une gueule de bois monstrueuse. Il cligne des paupières plusieurs fois, commençant à remarquer qu’il n’est pas dans son lit. Prenant sur lui, il ouvre les yeux et se retourne brusquement, effrayé à l’idée de découvrir une inconnue à ses côtés. Mais il n’en est rien. En fait, il se rend compte qu’il est chez Caleb. Il pousse un soupir de soulagement, en se levant péniblement. Bon certes, le mystère reste entier. Que faisait-il chez son meilleur ami alors qu’il n’était absolument pas prévu qu’ils passent la soirée ensemble ? Qu’avait-il fait de sa soirée tout court ? Parce qu’il n’avait aucun souvenir de cette dernière. La seule certitude qu’il avait, c’est qu’il avait fini entre de bonnes mains, parce que très vite, il remarque une bassine et de l’eau à son chevet. Il boit l’eau avec reconnaissance, commençant à avoir les idées plus claires. Il avait dû se mettre une bonne mine et pour une raison inconnue finir chez Caleb. Qui avait pris soin de lui, apparemment. Il baisse la tête, honteux d’avoir infligé ça au Donovan. Il ramasse son portable posé sur la table de chevet et sort de la chambre à pas de loup, essayant de localiser Caleb dans la maison. Il le trouve finalement un étage plus bas, sur le canapé. Sa honte augmente. Son ami lui avait en plus laissé son lit ? Penaud, Rhys se rend à la cuisine, décidé à faire un peu amende honorable, malgré son mal-être. Mais il n’est pas temps de s’écouter… Il prépare donc du café, et commence même à farfouiller dans les placards avec l’idée d’essayer de faire des pancakes. C’était presque une mauvaise idée vu que Caleb était pâtissier (et doué) mais il sentait qu’il devait faire quelque chose pour lui. Cependant, il ne doit pas être spécialement discret, parce qu’il entend bientôt le Donovan arriver derrière lui. « Petit-déjeuner ! » Murmure Rhys d’une voix piteuse, ayant pourtant l’impression de gueuler. Il  n’ a même pas besoin de poser les yeux sur le vétérinaire pour sentir une certaine tension flotter dans la pièce. Nerveux, il se retourne néanmoins,  plantant son regard dans celui de Caleb. « Ecoute, je n’ai pas beaucoup de souvenirs de la nuit passée, et ce dont je crois me rappeler ne peut pas être vrai mais j’ai quand même l’impression que je devrais m’excuser. Alors désolé… J’imagine que j’ai dû débarquer ici dans un bel état… Et d’ailleurs, merci de m’avoir laissé dormir ici. »

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyLun 16 Jan - 10:03

Spoiler:
 



Immobile, les yeux dans le vague, Caleb restait assis sur le bord de son lit. Il attendait simplement que Rhys s’endorme. Il ne pensait pas que ça prendrait beaucoup de temps… Il suffisait de voir la façon dont Rhys s’était littéralement écroulé dans les bras de Caleb, pleurant toutes les larmes de son corps. Avec un sentiment d’impuissance grandissant, le Donovan s’était contenté de le tenir bien contre lui. Son ami avait besoin de pleurer et d’extérioriser. Et finalement, comme souvent après une grosse crise de larmes, il avait semblé se calmer petit à petit au point de fermer les yeux. C’était là que Caleb l’avait aidé à se déplacer jusqu’à son lit, sans oublier ensuite les attentions nécessaires pour quelqu’un qui s’était visiblement soûlé presque à mort. Et maintenant, il laissait le temps défiler. En posant les yeux sur le radio-réveil qui indiquait l’heure, il se rendit compte qu’elle était bien plus avancée qu’il n’aurait pensé. Alors quand la respiration de Rhys devint plus régulière, preuve qu’il était en train de trouver une forme d’apaisement dans le sommeil, Caleb se leva en douceur de son lit. Après avoir vérifié qu’il n’avait pas réveillé son invité surprise, il quitta sa chambre. Il songea à installer une couverture sur le sol pour y dormir, mais il renonça rapidement à cette idée. Il se sentait extrêmement mal à l’aise à l’idée de se coucher près de Rhys, parce qu’il avait rarement eu autant l’impression d’être un  aussi mauvais ami. Car il avait eu beau faire comme si ça ne l’affectait pas vraiment, les propos du Blake continuaient à lui trotter dans la tête. Caleb aurait effectivement pu empêcher un tel désastre… Mais il ne l’avait pas fait. Et alors qu’il s’affalait dans son canapé en tendant la main pour caresser Roxy qui s’était installée le plus près possible de lui, il ne réussissait pas à s’ôter ce reproche de la tête. Il se tournait et se retournait dans son sofa, tout bonnement incapable de trouver le sommeil. Finalement, il se leva pour se servir un verre de whisky et mettre un match de rugby du Top 14, espérant que ça le détendrait un peu. Il savait pertinemment que boire de l’alcool n’était pas très judicieux. C’était même égoïste, parce qu’il avait besoin de toutes ses capacités pour prendre soin de Rhys… Mais il avait le coeur très lourd et, à chaque fois que ça lui arrivait, il avait cette détestable tendance à mettre la main sur de l’alcool. Quand il sombra finalement dans les bras de Morphée, il eut l’impression que quelques minutes à peine s’étaient écoulées que déjà, la sonnette de la porte d’entrée retentissait. En entendant l’aboiement de Roxy, Caleb se redressa en sursaut et la fit taire immédiatement. Il ne voulait pas risquer de réveiller Rhys… D’ailleurs, qui pouvait bien déranger les gens alors qu’il faisait encore nuit ? C’était peut-être une urgence ? Ou alors les flics ? Quelques secondes plus tard, le jeune homme ouvrait la porte pour se retrouver nez-à-nez avec Lizzie. « Hey… » Il lui rendit son étreinte, extrêmement inquiet par cette visite pour le moins matinale. Mais il comprit rapidement qu’elle cherchait à voir Rhys et il lui indiqua sa chambre, avant de s’asseoir dans l’entrée, à même le sol, pour l’attendre. Il n’était pas vraiment en état de réfléchir, mais il voulait s’assurer qu’elle n’avait besoin de rien. Mais visiblement, ce n’était pas le cas. Il se releva pour la prendre à nouveau dans ses bras et, la gorge serrée, il ne répondit pas quand elle lui adressa un compliment. Parce qu’il ne le méritait pas. « Fais attention à toi » lui souffla-t-il avant de la laisser s’en aller. Et il retourna s’effondrer dans le canapé.

Des bruits à répétition dans la cuisine firent sortir Caleb de sa courte nuit agitée. Malheureusement, il avait le sommeil léger depuis des années déjà… Poussant un profond soupir de lassitude, il se frotta les yeux et s’étira légèrement avant de s’extirper du canapé. Il avait des douleurs dans le dos et serait volontiers resté allongé plus longtemps, mais il était définitivement trop intrigué pour le faire. Roxy était déjà dans la cuisine, visiblement tout aussi curieuse de voir un Rhys… En pleine action, en quelque sorte. Caleb fronça légèrement les sourcils, avant de comprendre ce que son meilleur ami essayait de faire. Il se hissa non sans difficultés sur le comptoir, la pensée qu’il pouvait avoir pris du poids lui effleurant l’esprit. Mais en fait, il s’en foutait royalement. Il y avait déjà tellement de choses qui n’allaient pas fort, alors… « T’as pas débarqué ici, je suis allé te chercher vers le bar parce que j’avais reçu un appel. Et… De rien, c’est normal. J’ai envoyé un texto à Gwen pour la prévenir. » Il veillait à ne pas parler trop fort pour ne pas aggraver la gueule de bois du médecin. « T’as pas à faire ça… Tu peux retourner au lit. Tu dois avoir vraiment mal à la tête. » Il n’avait pas très envie de parler de ce qui s’était passé la nuit dernière. En réalité, il aurait bien voulu avoir oublié tout ça, lui aussi. Il ne lui restait plus qu’à essayer de se détendre, maintenant qu’il comprenait que dans l’état actuel des choses, Rhys n’était pas en colère contre lui… Alors il essaya de plaisanter, même si le coeur n’y était pas vraiment. « Et puis laisse-moi au moins ça, la cuisine, tu veux ? Juste… Plus tard. Par contre, je dis pas non à une tasse de café. » Il commençait à se laisser glisser au sol, mais Rhys l’avait déjà devancé en le servant. « Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptySam 21 Jan - 20:40

Caleb s’assied sur le comptoir de son plan de travail, regardant Rhys s’activer. Le Donovan a l’air épuisé mais il prend tout de même le temps de fournir quelques explications au Blake à propos de son arrivée de la veille. L’information met du temps à percuter les neurones imbibés de ce dernier mais quand c’est fait, il pousse un juron sonore. « Oh bordel… Merci d’avoir prévenu Gwen ! » Non pas que la Martins le flicquait, mais elle aimait bien être prévenue quand il découchait. Et il ne la blâmait pas, parce qu’il en demandait autant… Toujours ébranlé par la nouvelle, le faux médecin suspend ses grands gestes désordonnés quelques instants. Alors, il était devenu le genre de mec qu’il fallait ramasser dans les bars, à la demande des barmans… ça lui foutait un coup, il ne pouvait pas le nier. Il aimait penser qu’il buvait un peu pour endormir le chagrin quand celui-ci devenait trop insupportable. Mais rien de plus. Or s’il commençait à perdre le contrôle de la sorte… C’était une toute autre histoire… « Je te remercie d’autant plus si tu as dû venir me chercher en pleine nuit… Et je m’excuse de t’avoir réveillé quoi qu’il en soit. Tu bosses aujourd’hui ? » Demande t-il de plus en plus penaud. C’était un détail auquel le Rhys bourré n’avait pas dû penser. Mais les gens normaux, ceux qui ne vivaient pas d’arnaques et de mensonges devaient se lever tôt le matin pour aller gagner leur vie… Et pourtant, Caleb n’est pas une seconde réprobateur. C’est même le contraire. Il fait preuve de prévenance et de sollicitude envers le Blake, ce qui a pour effet d’augmenter la culpabilité de ce dernier. « Bien sûr que j’ai mal à la tête mais je l’ai bien cherché, non ? » Dit-il en essayant de faire preuve de légèreté. Il en rajoute d’ailleurs une couche. « J’ai aussi super mal au nez mais ça, je ne sais plus si je l’ai cherché ou pas. » Continue t-il pensif. En tout cas, il est hors de question qu’il retourne tranquillement se coucher pour dormir comme un bienheureux alors qu’il a clairement perturbe le rythme de sommeil de son ami…

C’est sans compter le fait que ce dernier peut être aussi têtu, à sa façon. Mais ce qu’il propose est encore plus inacceptable aux yeux de Rhys. « Ah non, tu ne vas pas cuisiner pour moi en plus ! C’est bon, laisse moi te faire à petit-déjeuner, je gère. » C’était un peu présomptueux vu qu’il se trouvait dans une cuisine inconnue mais il pouvait bien donner l’illusion. Surtout que bon… une pâte à pancakes n’était pas la chose la plus compliquée du monde à faire. Et puis il faut qu’il ait l’air sûr de lui car Caleb s’est déjà remis debout. Le blonde trouve alors une bonne parade, lui collant d’office un mug dans les mains, y versant du café chaud dans la foulé. Caleb le remercie, tout en se laissant glisser le long du plan de travail et des placards, pour s’asseoir. Il a l’air encore plus fatigué et abattu qu’il y a quelques instants. Rhys fronce les sourcils, ayant l’impression de ne pas être étranger à ce phénomène. Il avait cette sensation désagréable d’avoir quelque chose à se rapprocher et était pratiquement sûr que c’était le cas. Les probabilités pour qu’il ait déconné étaient élevées puisqu’il ne savait faire que ça… Et puis, un non-dit flottait entre les deux gallois, emplissant toute la pièce d’une tension que les amabilités qu’ils se faisaient ne parvenaient pas à dissiper. « J’ai cassé quelque chose hier soir ? Ou bien j’ai dit quelque chose qui t’as donné envie de me casser le nez ? » Toujours la plaisanterie mais le ton était aussi un peu inquisiteur. Et il continue dans sa lancée. « Allez, vide ton sac, Donovan, je sens bien qu’il y a quelque chose qui te tracasse. »


_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyDim 22 Jan - 10:23


« Y’a pas de quoi. » Caleb savait qu’à la place de Gwen, il se serait inquiété pour Rhys. Bien sûr, ce dernier était grand et avait le droit de faire ce qu’il voulait… Mais ce n’était pas la question. Si encore sa vie était un long fleuve tranquille, il était probable qu’ils se seraient fait moins de souci pour lui. D’ailleurs, Caleb ne pouvait s’empêcher de se demander si ce genre d’épisode, franchement fâcheux, ne s’était pas déjà produit dans un passé proche. Rhys abusait-il régulièrement de l’alcool, à ce point ? Il fallait qu’il tente de creuser un peu le sujet. Parce que si c’était le cas… Alors il devait encore plus essayer de l’aider. « Non, je travaille pas aujourd’hui. J’étais de garde la semaine dernière. » Il ne savait même pas pourquoi il donnait cette précision. Peut-être pour essayer d’avoir une conversation normale et détendue avec le médecin… Pourtant, il ne comptait pas le ménager outre mesure ou en tout cas, pas en ce qui concernait son état physique. « Je confirme, tu l’as bien cherché… Tu trouveras des cachets dans l’armoire à pharmacie, au-dessus du lavabo de la salle de bain. » Il en avait toujours sous le coude, au cas où. Et pour le coup, il en était vraiment content… « En tout cas, je peux t’assurer une chose, c’est que c’est pas moi qui t’ai fait mal au nez ! » Comme pour insister sur son innocence, le Donovan leva les mains en l’air. Bien sûr, ses propos étaient lancés sur le ton de la plaisanterie… Parce qu’au fond, il savait bien que Rhys se doutait qu’en réalité, il n’était pas capable de lui faire du mal. Ou du moins, il osait l’espérer. Il n’était peut-être pas tout à fait certain du contraire, ceci dit… Mais encore une fois, ce n’était pas ce qui le préoccupait le plus. Il s’inquiétait surtout pour Rhys, parce que son incartade était un puissant rappel de la profonde souffrance dans laquelle il était plongé. Si c’était le chemin que Caleb voulait éviter à son ami, il ne savait en revanche pas comment il pouvait s’y prendre concrètement. Ramasser les pots cassés, d’accord. Mais ne pouvait-il pas faire autre chose pour agir en amont ? Quoi qu’il en soit, il était bien décidé à se concentrer sur ce qu’il était déjà possible d’effectuer, même si c’était des choses aussi simples qu’un petit-déjeuner… Sauf que Rhys était capable d’être tout aussi têtu que lui et, quand il insista, Caleb comprit qu’il était inutile de protester. « Ok. Merci. »

Il regarda son invité surprise s’activer dans sa cuisine, trouvant bizarre le fait de se retrouver à la place du spectateur. Mais ce n’était pas non plus désagréable, surtout vu à quel point il était fatigué. Il décida alors de fermer les yeux quelques instants, tout en savourant une tasse de café. Quelque part, il avait un peu l’impression de se reposer, en faisant ça… Sauf que visiblement, ce n’était pas encore possible. Le vétérinaire ne rouvrit pas tout de suite les yeux, réfléchissant surtout aux question du blond. « Non, t’as rien cassé… » Il y avait assurément des choses plus graves dans la vie. Pourtant, Caleb n’était pas sûr d’avoir très envie d’en parler. Oui, deux voix bien distinctes se faisaient entendre dans son esprit, finissant par créer un débat mouvementé. Car c’était clairement un véritable dilemme de son point de vue. Si ça ne tenait qu’à lui, il se tairait et enterrerait à tout jamais cette foutue soirée… Parce qu’après tout, il n’aimait pas spécialement s’exprimer. Mais il connaissait Rhys et surtout, Rhys le connaissait. Après tant d’années, il n’avait visiblement pas perdu sa capacité à décrypter ses émotions, ni même à lui tirer les vers du nez. Au fond, certaines choses ne changeaient pas. Rhys réussissait encore à lire quelque chose en lui et, surtout, il savait que ça ne viendrait pas tout seul et qu’il fallait poser des questions. Bien sûr, Caleb n’avait absolument aucune envie de lui répondre. Mais le Blake ne ferait sans doute qu’insister… Et en réalité, peut-être que le fait de mettre des mots sur tout ça l’aiderait à mieux passer par-dessus. Il doutait encore des bienfaits d’une conversation à coeur ouvert, mais il semblait être le seul des deux à le faire. Alors finalement, il lâcha le morceau en tentant d’adoucir ses propos. « J’ai eu l’impression que tu me disais que j’étais au moins en partie responsable de… De la mort de Nolan. » Mais ce n’était pas le pire. Non, le pire… C’était que Rhys n’avait pas tort. « Mais t’avais trop bu, t’étais pas dans ton état normal, tu savais plus ce que tu disais… Tout le monde est désagréable avec trop d’alcool dans le sang. Et tu sais quoi ? Tu me connais, j’ai pas envie d’en parler. Si j’avais été toi, j’aurais sûrement fait pire. » Il haussa légèrement les épaules, espérant que sa fausse nonchalance était crédible. « On peut juste prendre un petit-déj’ tranquillement, tu sais. »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptySam 11 Fév - 15:10

« Non, je travaille pas aujourd’hui. J’étais de garde la semaine dernière. » Rhys fut brièvement soulagé par cette information – au moins, il n’avait pas empêché son ami de dormir avant d’aller au boulot. Mais cet allègement de sa conscience ne pouvait pas durer. Car plus les minutes passaient, plus il était évident que quelque chose ne tournait pas rond. Caleb répondait à ses tentatives pour engager la discussion mais il avait l’air… sur ses gardes. Ses réponses étaient prudentes, dissimulant à grande peine une certaine gêne. Rhys se sentait très mal à l’aise face à cette atmosphère en demi-teinte. Il ne comprenait pas où elle prenait sa source vu que son hôte restait extrêmement prévenant. Il n’aurait pas agi ainsi s’il avait eu quelque chose à lui reprocher, non ? « Merci c’est gentil, mais je ne vais pas en plus dévaliser ta pharmacie… Et puis tout bon médecin te dira c’est mauvais d’abuser de l’aspirine après une gueule de bois… Il faut juste que je me réhydrate. » C’était tragique mais peu importe les circonstances, il ne ratait jamais une occasion d’accréditer son mensonge. Il le faisait presque sans y penser, tant ça faisait longtemps qu’il le racontait. A vrai dire, il oubliait parfois qu’il n’était pas médecin, tant il était empêtré dans son personnage… « En tout cas, je peux t’assurer une chose, c’est que c’est pas moi qui t’ai fait mal au nez ! » Caleb semble se détendre, lançant ses propos d’un ton plus léger, levant les mains en l’air tandis qu’il clame son innocence. « Me voilà rassuré ! » Réponds Rhys sur le même ton. Il pouvait bien prendre les choses sur le ton de l’humour… Car imaginer un univers où Caleb lui casserait le nez semblait fantaisiste au possible. Le Donovan était gentil, pacifiste, altruiste. La preuve, il n’était même pas fâché contre Rhys malgré ses frasques. Le blond avait de la chance de pouvoir faire à nouveau parti de sa vie. C’était même une honte d’avoir failli la saboter juste parce qu’il n’arrivait plus à réguler son chagrin et sa consommation d’alcool…

Alors il met tout son énergie pour préparer un bon petit-déjeuner et rendre Caleb un peu plus joyeux. Il a vraiment besoin de se faire pardonner. Sauf qu’il la sent à nouveau. Cette gêne, cette tension qui flotte dans la pièce. Or le Blake n’était pas le genre de personne à tergiverser pendant de longues minutes. Non il agissait et réfléchissait après. Il attaquait frontalement le problème. Ce qu’il fait donc aujourd’hui en demandant franchement à Caleb ce qu’il lui avait fait. Le vétérinaire hésite quelques instants avant de finalement se lancer. Ce qu’il dit écorche violemment les oreilles de Rhys. Il lâche de manière plutôt bruyante la poêle qu’il a dans la main sur le lieu de travail. « Je t’ai dis quoi ? » Question rhétorique, il avait parfaitement compris ce qu’avait dit Caleb. C’est juste le choc qui parle. Il ferme les yeux, sentant des vagues de dégoût vis-à-vis de lui-même. Désormais l’attitude de Caleb s’expliquait. Parce qu’en plus d’abuser de son hospitalité, Rhys avait visiblement formulé la pire des accusations à son encontre. Il se retourne pour faire face à Caleb, pouvant néanmoins à peine soutenir son regard sans brûler de honte. « Non… On ne peut pas prendre le petit déjeuner tranquillement. Même si c’est désagréable… Il faut qu’on en parle… On ne peut pas laisser un tel truc entre nous… »

Le blond s’essuie les mains, cherchant ses mots. Mais que dire s’il avait agi comme Caleb le décrivait ? C’était difficile de justifier de tels propos… Il le fallait néanmoins. Au nom de tout ce que le Donovan représentait pour lui. « Alcool ou pas… Je n’aurai pas dû dire quelque chose d’aussi injuste… C’est inexcusable de ma part… Et pourtant… Je vais devoir encore abuser de ta gentillesse en te demandant de me pardonner… encore une fois… Parce que je suis désolé, vraiment désolé. Est-ce que tu crois que tu pourrais accepter mes excuses ? » Il se rapproche du Donovan, se mettant à sa hauteur. « Personne n’est responsable de la mort de Nolan. Ni toi, ni moi, ni Lizzie. Et c’est ça le problème… Il n’y a personne à blâmer. Rien à quoi se raccrocher. C’est juste une mort injuste, intolérable… D’une cruauté sans nom. Et je comprends cette vérité quand je suis sobre… Mais quand j’ai bu et que je n’arrive plus à être rationnel… Et bien tu as bien dû voir comment je raisonnais. » S’il avait un peu de décence et de courage, il disparaîtrait à nouveau de la vie de Caleb pour lui laisser une opportunité de trouver de meilleurs amis que lui… Mais il avait déjà été prouvé qu’il n’était pas aussi bon que le Donovan, alors il pose une main sur son épaule, continuant à plaider sa cause. « Mais je te promets que je ne t’en veux pas. Je n’ai pas de rancœur secrète contre toi parce que tu n’étais pas de mon avis. Pour ce que ça vaut… C’est ton nom qui a dû me venir en premier quand le barman m’a demandé qui appeler… Parce que à mes yeux, tu es toujours mon meilleur ami, celui que j’appelle quand j’ai un problème. Même si je ne suis pas le tien et que j’ai une façon étrange de te montrer les choses, je peux te jurer que c’est vrai. »


_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptySam 25 Fév - 10:02


Laissant le médecin s’exprimer, Caleb se contenta de hocher la tête en signe d’assentiment. Pourtant, quand il avait la gueule de bois, il avait effectivement la main lourde sur les cachets d’aspirine et même s’il recevait des conseils allant dans l’autre sens, il était probable qu’il aurait du mal à les appliquer. Quoi qu’il en soit, Rhys savait ce qu’il faisait et Caleb ne lui proposa pas d’autres prétendues solutions. Après tout, à leur âge, personne n’avait besoin d’une baby-sitter… Ou du moins, même s’il s’était occupé de lui la veille, Rhys avait désormais retrouvé son état normal. Caleb pouvait donc le laisser un peu tranquille, ce qui ne le dérangeait pas le moins du monde. En fait, il avait un peu de mal à émerger, même si ce n’était pas lui qui avait abusé de l’alcool. Il avait passé une très mauvaise nuit, pas parce qu’il avait dormi dans son canapé, mais parce qu’il s’était réveillé à plusieurs reprises et que la nuit avait été pour le moins riche en émotions. Alors le Donovan prenait doucement le temps d’émerger, mais Rhys semblait avoir envie de discuter sérieusement. Ou plutôt, il avait compris, deviné, senti que tout n’allait pas aussi bien que Caleb aurait aimé le laisser paraître. Et bien sûr, il ne pouvait pas laisser passer ça. Hésitant, embarrassé, Caleb pesait ses mots. Mais quand Rhys lâcha la poêle sur le plan de travail en l’entendant, il comprit aussitôt qu’il aurait mieux fait de se taire. Il esquissa une grimace, pas pour sa poêle, mais pour leurs oreilles à tous les deux. Baissant les yeux vers Rhys, il estima inutile de répéter ce qu’il venait de dire. Le jeune homme paraissait encaisser le choc et, tout de suite après, il affirma qu’il n’était pas possible de faire comme si de rien n’était. Bien entendu, Caleb s’en doutait. Il connaissait suffisamment Rhys pour savoir qu’il voudrait mettre les choses à plat et il avait assurément raison. Parfois, Caleb préférait laisser couler, mais il savait que ça pouvait être une manière de se voiler la face et donc de faire preuve d’une forme de lâcheté. En fait, il aurait voulu réussir à passer par-dessus tout seul, pour ne pas accabler davantage son meilleur ami. Mais c’était visiblement inévitable et, le coeur serré, Caleb regarda Rhys s’approcher à nouveau de lui. Il connaissait parfaitement ce regard et, même s’il avait un peu de mal à le soutenir, il se força à garder la tête haute.

Sans prononcer le moindre mot, le Gallois l’écouta s’exprimer jusqu’au bout. Lui-même détestait être interrompu, alors il était toujours respectueux en se montrant attentif (ou du moins, il s’efforçait de l’être). Au-delà des excuses de Rhys, il sentit surtout un poids s’effacer de ses épaules quand ce dernier affirma à haute et intelligible voix qu’il ne lui en voulait pas. Rhys ne lui en voulait pas. Il ne gardait pas de rancoeur secrète, pour reprendre ses propos. Caleb sentit une vague de soulagement l’envahir. Il savait que son sentiment de culpabilité ne disparaîtrait pas et que rien ne pourrait réellement les apaiser, lui, mais surtout les jeunes parents endeuillés. Mais si l’un ou l’autre éprouvait du ressenti vis-à-vis de quelqu’un, s’ils ne parvenaient pas à se serrer les coudes dans l’horreur de l’épreuve, alors les choses étaient assurément pires. « Merci… Je crois que… Que j’avais besoin d’entendre ces mots. Parce que… Je me sens moins mal en sachant qu’on peut compter les uns sur les autres. » Comme d’habitude, Caleb avait du mal à s’exprimer. Mais il avait aussi compris que Rhys n’avait pas perdu sa capacité à le comprendre à demi-mot. Il le connaissait trop bien, ce qui faisait qu’il était aussi capable de deviner l’implicite dans ses propos. « Tu n’as pas besoin de me demander pardon, je… J’aurais compris que tu sois vraiment en colère. Alors… Ça me touche que tu me présentes tes excuses, mais… Vraiment, je ne t’aurais pas blâmé pour ça. Comment j’aurais pu ? Si ça se trouve, à ta place… J’aurais eu une réaction encore pire. » Il avait gardé à l’esprit toute la nuit l’immense douleur de son meilleur ami. Lui avait perdu un petit frère. Mais Rhys avait perdu son bébé à naître et sa soeur aînée. Il avait le droit de craquer, de crier, de se fâcher contre lui. Alors cette séquence d’émotions était d’autant plus touchante. « Rhys… Tu sais que je suis pas doué pour ce genre de choses, mais… Même si je le montre pas forcément non plus, tu représenteras toujours beaucoup pour moi. Je t’accueillerai chez moi tous les soirs s’il le fallait. Et… Personne n’a jamais pris ta place. Alors… Toi aussi, tu es mon meilleur ami. » Réduisant la distance qui les séparait encore, Caleb finit par attraper Rhys dans ses bras. Pour lui montrer sa volonté de mettre leur passé tumultueux derrière eux et celle de surmonter tous les obstacles ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys EmptyDim 12 Mar - 18:33

Rhys savait désormais ce qui tracassait Caleb. Et la révélation que lui avait faite le vétérinaire le mortifiait. Ce qu’il avait dit sous l’emprise de l’alcool… C’était immonde. Certes, il y avait eu cette dispute sur la plage, à propos de la grossesse de Lizzie. Mais depuis, le Blake avait eu le temps de parcourir du chemin dans sa tête. Malgré leurs opinions divergentes, le Donovan avait été un soutien sans faille pour lui, notamment au cours de cette terrible nuit où ils avaient crû perdre Lizzie en plus de Nolan… Il n’aurait jamais dû le blesser de la sorte. Ivresse ou pas. Il essaye néanmoins d’effacer ses mots, les remplaçant par d’autres. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Caleb l’écoute avec la plus grande attention. Ce qui prouve que malgré ses dires, le vétérinaire avait désespérément besoin d’un démenti. « Non… Ne me remercie pas… Je ne le mérite pas. C’est le moins que je puisse faire » Réplique Rhys quand la première action de son hôte consiste à le remercier. Il ne fallait pas exagérer. C’était le blond qui devrait remercier Caleb de ne pas le foutre dehors en le traitant de tous les noms. C’était en ça qu’il savait que leur amitié était plus forte que jamais. Même en étant témoin qu’il était capable du pire, le Donovan parvenait à lui trouver des excuses. Il fallait vraiment qu’il l’aime et que sa vision des choses soit biaisée… Mais Rhys est une crapule alors il en profite pour regagner son affection. « Par contre, oui, tu peux compter sur moi. Ou du moins… Je vais en sorte pour que ça soit vrai. » C’était sincère mais il ne suffisait pas d’être animé de bonne volonté pour que ça fonctionne, comme le prouverait le désastre du mariage de Caleb dans quelques semaines, mais ça c’était une autre histoire. Pour le moment, ils étaient tout à leur réconciliation.

Et Caleb facilitait vraiment les choses, n’étant que tolérance et compréhension, lui faisant comprendre qu’il avait le droit d’être en colère. Rhys n’était pas sûr de se rallier à son opinion sur toute la ligne, il avait l’impression de s’en sortir un peu trop facilement mais il n’allait pas en rajouter. Il devait profiter de cette générosité et se rappeler de cette dernière la prochaine fois qu’il aurait envie de se comporter comme une petite ordure… Ou peut être simplement se rappeler de ce que Caleb déclare ensuite. « Rhys… Tu sais que je suis pas doué pour ce genre de choses, mais… Même si je le montre pas forcément non plus, tu représenteras toujours beaucoup pour moi. Je t’accueillerai chez moi tous les soirs s’il le fallait. Et… Personne n’a jamais pris ta place. Alors… Toi aussi, tu es mon meilleur ami. » Le blond sent sa gorge se nouer, pris par l’émotion. Dans une parfaite unisson, ils tombent dans les bras l’un de l’autre. « Je t’aime, Cal. » Murmure Rhys. Des mots qu’il n’avait pas prononcés souvent, pris d’une pudeur absurde. A tort. Car ils n’avaient jamais été aussi vrais que maintenant. Ou en tout cas, le Blake les ressentait avec plus d’intensité que jamais. Ils venaient d’affronter une nouvelle épreuve mais ils en sortaient plus soudés que jamais. Les tempêtes qu’ils avaient déjà traversés en auraient déjà séparés plus d’un mais eux tenaient bon, contre vents et marées. Malgré la séparation, les disputes, les divergences d’opinions… Ils étaient toujours prêts à se pardonner l’un et l’autre, liés par un pacte implicite. Ou pas si implicite que ça, parce que gamins, ils s’étaient promis qu’eux deux, ça serait à la vie, à la mort. Forcé de constaté que la vérité sortait effectivement de la bouche des enfants. Car maintenant que la mort avait effectivement frappé des deux côtés, ils étaient toujours là. Plus unis que jamais

SUJET TERMINE.


_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty
MessageSujet: Re: I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys Empty

Revenir en haut Aller en bas

I've been wandering but I still come back to you (+) Calhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-