AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

You know I'm no good. Gwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: You know I'm no good. Gwen Lun 5 Déc - 16:11

We don't need no protection
Come alone
We don't need attention

C'est sans s'y attendre que les choses se produisent. Sans savoir si j'allais la revoir, je continuais à penser à cette dernière soirée passée ensemble, quand tout se passait bien et quand j'ai visiblement fait un faux pas en l'embrassant. Et sans savoir s'il y avait moyen de rectifier le coche, je reçois sa demande de rendez-vous. Est-ce qu'elle sait que son petit-ami est venu me voir pour me demander de me retirer et d'arrêter de la voir ? Aucune idée de le savoir. Sans penser une seule seconde à ce que pourrait penser le Gallois, je réponds par la positive et s'ensuit les détails quant au lieu où nous allons nous retrouver. Le téléphone rangé dans ma poche, je peux me remettre au travail avec à présent, un but de continuer jusqu'à la fin de journée.
Le garage ferme assez tôt à cause du peu de rendez-vous et après un tour à la maison pour passer sous la douche, je reprends le volant pour me rendre là où Gwen m'a demandé. Assurément, je ne connais pas cet endroit, hors de la ville, mais je me doute bien que la Martins connait mieux les lieux que moi et pour cause, elle est native de la région contrairement à moi qui suis un enfant de Londres - et pas des beaux quartiers.
J'arrive à destination en quelques minutes et je me demande si je suis au bon endroit. Il semblerait que oui… Un pub assez excentré, dans une zone plus très active, mais comme elle me l'a demandé, je n'entre pas à l'intérieur et je l'attends devant l'établissement. L'attente n'est pas bien longue mais je profite de ce petit temps mort pour fumer une cigarette. Elle arrive et je m'avance vers elle, content de la voir dans des circonstances moins tristes et moins éprouvantes que la dernière fois où nous nous sommes croisés. L'enterrement d'Echo, on ne s'en souvient que trop et bien que son chant fut magnifique et réchauffa l'église dans son entièreté, l'ambiance restait très pesante.  

« Hey. » Commence-je, sobrement en guise de salutations. Est-ce que j'attaque tout de suite en mentionnant le nom de Rhys et sa petite visite ou est-ce que je laisse couler ? Surtout sachant les moments difficiles que le Gallois vient de vivre. Je décide de laisser couler, pour le moment du moins. « Tu me fais faire de sacrés découvertes de la ville et des environs. » Fis-je avec un sourire amusé et surtout intrigué quant à ce point de rendez-vous. Je place une nouvelle cigarette entre mes lèvres et je tends le paquet à la jeune femme pour qu'elle se serve si elle le désire avant de le remettre dans ma poche. Je jette un coup d'oeil aux environs, aspirant la fumée avant de la recracher lentement. « Comment ça va, toi ? » Ajoute-je en prenant soin de ne pas lui lancer ma fumée en plein visage. « Et Rhys ? » Conclus-je à la fois pour dire les banalités mais aussi pour savoir réellement comment ce dernier se remet de la perte de sa soeur et de son enfant.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Dim 11 Déc - 16:42


Gwen termina l’entraînement de boxe qu’elle donnait cette après-midi-là. En attendant de reprendre ses projets musicaux, la métisse travaillait quelques jours par semaine à la salle et donnait aussi quelques cours de danse pour arrondir ses fins de mois. Plus tôt dans la journée, elle avait écrit à Andrew afin de le revoir dans un contexte moins triste que celui de l’enterrement. De façon inexplicable, presque magnétique, la jeune femme aimait passer du temps en sa compagnie dans le sens où elle avait l’impression de pouvoir être cent pour cent elle-même sans devoir cacher sa vraie nature. Dès le début, les deux s’étaient bizarrement confiés sur leur passé respectif sans dissimuler les points moins reluisants et sans se juger même si Gwen n’avait pas tout déballé du sien dans le but de se préserver à Tenby si le Green n’avait pas vraiment été digne de confiance. Elle n’avait dit que sur ce quoi elle pourrait se défendre si le tout revenait aux oreilles de son paternel. Andrew et elle avaient tout de suite eu une bonne entente, ce qu’elle appréciait surtout chez lui était qu’il avait un caractère qui semblait aussi fort que le sien et il avait l’air partant pour à peu près toute sorte de folies. C’est pourquoi, aujourd’hui, elle avait une idée en tête qui sortait sans aucun doute de l’ordinaire pour lui. Après avoir terminé l’entraînement à la salle de boxe, Gwen rentra chez elle, se doucha et se prépara pour cette fin d’après-midi. Elle monta dans sa voiture et rejoignit le point de rendez-vous donné en extérieur de la ville. La métisse avait expressément demandé à Andrew de l’attendre dehors s’il arrivait avant elle. Il l’ignorait, mais les deux n’allaient pas passer le reste de la journée dans un pub. Pas née de la dernière pluie, la métisse se doutait aussi qu’il reviendrait sur leur dernière sortie, celle avant l’enterrement, pour ce qui s’était passé en fin de soirée, puisque l’église n’avait pas été le lieu propice pour ramener le sujet, surtout devant Rhys. La métisse ne savait cependant pas ce qui s’était passé par après, mais elle l’apprendrait sûrement bientôt. Arrivée sur les lieux, Gwen sortit de sa voiture et rejoignit le mécano devant le pub en question. Elle le salua à son tour et attrapa une clope quand Andrew lui tendit le paquet histoire de ne pas lâcher le morceau de suite. « Tu n’es pas au bout de tes surprises. » Elle tira un coup de la cigarette et expira lentement la fumée. Comment allait-elle ? Tout le monde lui posait la question dernièrement et elle s’empêchait de donner une autre réponse que positive parce qu’elle se disait que certaines personnes traversaient une période tellement pire, pas besoin de dire qui pour commencer. Pourtant, pas cette fois. « En vrai ? Je ne sais pas. Difficile d’aller bien quand Rhys et sa famille traversent une période si difficile. Je m’inquiète pour lui, il est comme… brisé et à juste titre. » Gwen n’avait jamais eu aucun mal à exprimer ce qu’elle ressentait à Andrew, tout simplement parce qu’il n’y avait pas de gêne entre eux à aucun sujet, même pas ceux-là. On pouvait sentir l’impuissance dans sa voix mais le mieux était de laisser Rhys vivre sa peine à fond et faire son deuil, et d’être là pour lui quand il en avait besoin. Personne ne pourrait lui ramener ce qui lui avait été pris. Elle connaissait bien cette peine et cette position, sans pour autant connaître celle d’avoir perdu un enfant. « Il essaie d’oublier la tristesse, la douleur, comme il peut. » Pas besoin de préciser comment à Andrew. « Mais bon, on sait toi et moi que seul le temps peut aider à cicatriser certaines blessures. » Encore une fois, pas besoin de préciser davantage. Lui aussi avait eu des blessures différentes qui avaient mis du temps à se refermer. D’ailleurs, la suite de leur après-midi se déroulerait en lien avec l’une d’elle. Gwen tira un nouveau coup sur sa cigarette avant de lui retourner la question. « Et toi ça va ? » Elle attendit sa réponse, puis lui indiqua un endroit de la tête, un endroit un peu plus écarté du pub. « C’est là qu’on va. » Un stand de tir. C’était ici que la jeune femme avait appris à tirer avec son père au cours de son adolescence, un de leurs rares bons souvenirs ensemble. Elle était tout à fait capable de se servir d’une arme sans avoir les mains qui tremblent. Aujourd’hui, c’était à Andrew qu’elle comptait apprendre, Andrew, déjà blessé par balle.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Mar 13 Déc - 23:55

We don't need no protection
Come alone
We don't need attention

Je ne suis pas au bout de mes surprises ? Est-ce qu'elle compte me faire découvrir les meilleures bières artisanales de la région ? Je fronce les sourcils, regarde à nouveau l'enseigne du pub qui pourtant ne paye pas de mine. Je suis intrigué. Vraiment, mais je fais en sorte de me contenir et de me concentrer sur notre conversation. Conversation à laquelle je mêle d'ailleurs son petit-ami. Si au départ j'avais comme projet de lui parler du comportement du blond venu m'empêcher de revoir la Martins, je préfère ne pas m'en préoccuper pour le moment. Il y a plus grave, plus important. Rhys n'en a probablement rien à foutre de moi et de ce que je peux bien penser de ses avertissements alors qu'il traverse la pire période de sa vie. Je le mentionne, mais plus comme l'ami que je devrais essayer d'être pour lui. Gwen s'exprime sur le sujet et je saisis à quel point ça ne doit pas être facile pour les deux jeunes gens. Si la perte d'Echo m'a foutu un coup, je n'ose imaginer ce que peut ressentir les gens qui lui étaient particulièrement proches et surtout, sa famille. La famille… Quel concept qui m'échappe et dont je suis heureux de ne pas connaître. Pas d'attache. Pas de famille. Personne pour qui se faire du souci… Ou presque. Je regarde la jeune femme, hoche la tête, tire sur ma clope. Un mécanisme qui détend.
« Ouais… Je vois. » Je ne dis pas que je comprends car ce n'est pas le cas. En peu de temps, Rhys a perdu son bébé à naître et sa grande soeur, des pertes que je n'ai jusque là jamais expérimenté bien qu'avec Penny nous avions fait croire au monde que nous avions perdu notre fille. Un souvenir qui me paraît bien risible à présent à côté de la gravité de la situation actuelle. Je hoche à nouveau la tête quand la métisse évoque le temps comme seul guérison. Elle n'a pas tort. Que ce soit les blessures physiques ou psychologiques, seul le temps peut aider. La balle que j'ai reçu il y a bien longtemps… Une douleur qui sur le coup était invivable, mais qui avec le temps a fini par passer… De même avec la trahison de Jean. Jamais j'aurais pensé lui adresser à nouveau la parole pour autre chose que des insultes et le temps est parvenu à changer cette dynamique.
« Ca va, ouais. » Réponds-je, sincère, me laissant flotter dans l'instant sans me préoccuper du baiser, de Rhys, ou de quoi que ce soit d'autre. Il n'y a que Gwen et moi.

Je me retrouve figé quand la brune pointe du menton l'endroit où nous allons nous rendre. J'étais pourtant bien parti dans ma lancé. Mais là… C'est plus qu'inattendu. C'est bien la première fois que quelqu'un me fait ce coup là si bien que je ne sais pas comment réagir. Première réaction : le déni. Je secoue la tête en laissant un rire nerveux s'échapper de mes lèvres. Elle ne peut pas être sérieuse… Si ? Mais son visage m'indique que c'est bel et bien le cas et je fixe le bâtiment. Bien trop proche. Bien trop… porteur de mauvais souvenirs. « Ok. En plus t'es sérieuse. » Déduis-je de son comportement. Je déglutis et j'écrase ma cigarette sur le sol. Elle s'est terminée bien trop vite, mais il semblerait que ce n'est plus le moment pour en fumer une nouvelle. « Tu sais que je déteste les flingues. » Ce n'est pas tant que je les déteste, c'est plutôt que les armes à feu me rappellent à quel point j'ai foutu ma vie en l'air pour un braquage qui a échoué et qui en plus de m'avoir blessé, a fait un mort. Je préférais l'optique de boire la meilleure bière de la région, mais je ne vais pas reculer. J'expire bruyamment, comme à la recherche du courage qu'il me manque et je reprends. « Je vais aller dans ce bâtiment. Mais je veux savoir pourquoi. » Pourquoi ça ? J'ai une idée derrière la tête déjà. Parce qu'elle me connait, parce que je me suis ouvert à elle avec une facilité plus que surprenante, parce que je ne comprends pas vraiment, mais parce qu'elle, elle doit le savoir.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Dim 25 Déc - 22:43


Gwen était très sérieuse. Elle n’ignorait rien de l’histoire qui avait traumatisé Andrew quelques années auparavant. La meilleure thérapie pour surmonter une peur n’était-il pas de l’affronter directement sous un contexte différent ? Il ne serait ni en danger imminent ni sous la menace d’une arme. Cette fois, il serait de l’autre côté et apprendrait à en utiliser une à meilleur escient que l’utilisation qu’il en avait subie par le passé. La métisse, avare d’explications, se contenta de lui donner la réponse la plus percutante pour lui. « T’as peur de quoi, Green ? » Elle marqua une pause pour le laisser mariner quelques secondes avant d’ajouter quelques mots, plus espiègle. « Tu le découvriras par toi-même. » La jeune femme appréciait les gens qui réussissaient à se dépasser, elle retrouvait souvent ce comportement dans le milieu de la boxe, sport assez intense et exigeant. Les deux entrèrent à l’intérieur du bâtiment dans lequel Gwen venait ado pour apprendre à tirer avec son père. Elle était déjà revenue à quelques reprises mais entre les cours de danse et de boxe qu’elle donnait ainsi que la préparation d’un nouveau projet musical, elle ne trouvait pas beaucoup l’occasion de passer. Sereine, elle adressa quelques mots à l’accueil pour indiquer l’arrivée d’un nouveau venu (tout le monde devait se signaler avant d’entrer bien évidemment) et ils se retrouvèrent bientôt dans une salle de tir avec un moniteur qui leur expliqua comment s’y prendre (enfin surtout pour Andrew) et qui leur transmis des consignes sur la manipulation de l’arme en mouvement et en sécurité. Avant de pouvoir commencer, il y avait une sorte de préparation physique et mentale, comment bien tenir l’arme, comment bien viser avec précision, un genre de mini-formation en accéléré.

En guise de démonstration, Gwen enfila un casque de protection pour les oreilles et se plaça ensuite face à une cible. Concentrée, elle fixa le point de tir et appuya sur la détente d’une main infaillible. Sans grande surprise, elle atteignit le carton placé quelques mètres devant elle en plein abdomen. Elle regarda ensuite l’Anglais pour voir s’il s’en sortait. Il n’avait pas encore tiré mais la métisse le sentait fébrile, hésitant. « T’as jamais tiré, n’est-ce-pas ? » Malgré les explications précédentes d’un moniteur, elle déposa son arme et s’avança vers lui pour lui indiquer la bonne position. Elle s’approcha et redressa la hanche d’Andrew dans le bon axe. « Tu dois te placer comme ceci, garder ton regard fixé sur la cible et te concentrer. Essaie d’avoir le bras qui tremble le moins possible afin d’aiguiser ta précision. N’oublie pas que la force de la détonation pourrait te faire reculer légèrement, prends bien place sur tes appuis. » Ses mains le guidèrent de façon à bien le placer, certaine entre parenthèses qu’il devait davantage apprécier ce moment de contact que la perspective de tirer, cependant Gwen ne tergiversa pas et se recula dès qu’elle estima sa position suffisamment correcte pour une première tentative. « Tout va bien se passer, c’est toi qui es dans le contrôle ici. » La métisse essayait d’être rassurante tout en ne voulant pas lui donner l’impression qu’elle parlait à un enfant apeuré. Elle s’écarta donc de deux pas supplémentaires afin qu’il prenne ses libertés.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Lun 26 Déc - 0:02

We don't need no protection
Come alone
We don't need attention

Bonne question. De quoi ai-je peur ? ce n'est pas comme s'il y avait cette raclure de flic dans ce bâtiment qui m'attend avec les menottes pour m'envoyer à nouveau derrière les barreaux. Je ne crains rien, c'est vrai, mais mes jambes cherchent à faire demi-tour, et parce que je les en empêche, elles avancent le plus lentement possible si bien que la Martins garde quelques pas d'avance sur moi. Je soupire et je me sens vulnérable. Je n'aime pas ça. C'est tellement rare…  Hélas ce sentiment n'est pas prêt de disparaître de si tôt car plus nous avançons et plus je sens une boule se former dans mon estomac. Est-ce que c'est possible d'avoir la phobie des armes à feu ? Est-ce que ça a un nom particulier ? Je déglutis et je passe la porte après Gwen. Un stand de tir, ni plus ni moins. C'est la première fois que je mets les pieds dans un endroit pareil et je comprends pourquoi. Il ne faut pas longtemps avant que le premier coup de feu dans la salle réservée aux tirs se fasse entendre. La détonation est lointaine, mais ça n'empêche que les muscles de mes bras se contractent aussitôt. Un réflexe. Quelque chose d'instinctif… Je ne peux pas faire autrement et plus nous nous approchons nous même du stand à proprement parlé et plus je prends sur moi.
Je n'aime pas ça. Vraiment pas. Mais je me fais violence. Qu'est-ce qui pourrait mal se passer ? Ce n'est pas comme si quelqu'un allait débarquer pour m'enfoncer une balle dans l'épaule… Non, ça, ça s'est déjà produit alors clairement, rien de pire ne peut arriver aujourd'hui.
J'écoute les explications attentivement, les bras croisés. Je ne veux pas perdre la face. Je ne peux pas qu'on capte ma peur alors qu'il y a des gosses tout juste majeurs qui viennent s'entraîner au tir pour s'amuser.
Je suis la chanteuse qui semble connaître l'endroit comme sa poche et je la regarde faire une démonstration. Je pourrais être admiratif de la façon dont elle parvient à viser, mais il y a ce quelque chose qui m'en empêche. Cette cible, qu'elle vient de viser, je ne peux m'empêcher d'imaginer que c'est de moi dont il s'agit. C'est moi à vingt et un ans qui essaye de quitter les lieux d'un braquage et qui me fait choper en plein vol alors que je m'imaginais déjà construire une vie de rêve à Jean et à moi. Même quand c'est Gwen qui tient l'arme et qui presse la détente, je sens mes muscles se contracter si bien que lorsque c'est mon tour, je suis extrêmement tendu et sur les nerfs. Je n'en ai pas envie… Pourtant, j'ai confiance en elle.
« Jamais. » Je la laisse me guider dans la position adéquate et je souffle une dernière fois tout en écoutant ce qu'elle me raconte. Des nouveaux conseils, c'est toujours bon à prendre. Les cibles ne sont qu'en papier… Je peux le faire. Elle s'écarte, je suis ses conseils, je fixe le point, je fais en sorte de trembler le moins possible, le bras tendu, et je tire. Je presse la gâchette, mais pas qu'une fois. Je vide le magasin du pistolet dans la cible qui m'est présentée et puis je m'empresse de reposer l'arme sur le rebord pour m'en éloigner le plus vite possible. Je ne regarde même pas si j'ai touché la cible aux endroits prévus. Je lui tourne le dos et je relâche la pression. J'enlève le casque et je soupire longuement avant de m'approcher de la jeune femme.  « Putain je ne sais pas ce que vous pouvez apprécier là dedans, mais c'est malsain. » Je comprends donc que ce n'est pas parce que je tire que j'aime un peu plus qu'avant les armes à feu, au contraire, c'est même tout l'inverse. C'est tellement facile de tirer sur quelqu'un… « Faut être un putain de connard pour utiliser un flingue ! » Un faible… Un lâche… « Moi si j'veux faire du mal à quelqu'un, j'utilise mes points. J'utilise pas cette merde ! » Crache-je, dédaigneux comme jamais. Je n'aurais pas cru qu'il était possible de détester davantage le flic qui m'a pris pour cible, mais c'est finalement le cas.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Lun 26 Déc - 0:52


Comme plongé dans un autre monde, Andrew vida toutes les munitions de l’arme en quelques secondes. Il enleva ensuite son casque et s’éloigna rapidement du point de tir pour retrouver Gwen. Assez énervé, l’Anglais s’interrogea sur le bien-fondé de l’utilisation d’un pistolet, précisant qu’il préférait utiliser ses poings plutôt qu’un flingue. Face à son air dédaigneux, la jeune femme lui pondit une réponse assez déstabilisante et sans rapport aux propos qu’il venait de balancer. « Pourquoi tu te mets en colère ? Dans quel but ? » Elle marqua une pause pour lui donner le temps de répondre, avant de démonter son argument en deux secondes. « C’est pour surmonter ton angoisse que nous sommes venus ici, parce qu’une personne qui manie une arme la peur au ventre est plus dangereuse encore que quelqu’un qui en a l’habitude. Et puis, tu crois que tes poings te seront d’un grand secours si une personne en pointe une sur toi ? Non, ça a déjà été prouvé, il me semble. » Gwen se rapprochait progressivement de lui, le regard en feu. Elle n’en avait pas terminé. « Tu ne vois que ton côté de l’histoire. Mais c’est une arme qui a sauvé la vie d’une femme sans défense, quand un flic, mon père, a été dans l’obligation de tirer pour éloigner son agresseur, armé lui aussi. Mon père ne l’a pas tué mais il aurait été un putain de connard de laisser ça se produire. En cas de légitime défense, ça peut servir. » Gwen réduisit la dernière distance entre eux ne laissant que quelques centimètres persister. « Ce n’est pas l’arme en elle-même qui est dangereuse, c’est l’utilisation que l’on en fait. » Acheva-t-elle de lui répondre. La métisse soutint son regard, ils s’étaient déjà retrouvé bien plus proches. La colère d’Andrew, bien que non dirigée vers elle, ne l’effrayait pas. Au contraire, elle lui tenait d’autant plus tête. Jusqu’ici, les deux récents ‘amis’ n’avaient appris qu’à se connaître sans jamais entrer dans l’affrontement, pourtant cette dimension serait tout aussi intéressante à explorer afin de voir ce qui en ressortirait. Le souffle court, elle lui rendit son air dédaigneux avant de s’écarter de lui tout aussi vite. L’artiste éclata alors de rire et lui indiqua la cible derrière lui. « Pour quelqu’un qui n’a jamais tiré, tu ne t’en es plutôt pas mal sorti. Et surtout tu l’as fait. You did it. Toi aussi tu pourras te défendre si ça se reproduit. » Il avait atteint le carton en plein cœur et en pleine tête. Carton plein justement (ok c’était facilement trouvé ça). Andrew semblait rester stoïque, à serrer les dent en la regardant agir. Leur petit jeu de force devait reprendre, Gwen voulait le pousser dans ses retranchements, par surprise. Elle avait trouvé une personne dont le caractère collait parfaitement au sien pour répondre avec la même intensité, elle venait d’instaurer une nouvelle dynamique lancée par son air chargé de défi. « Quant aux poings, on verra qui aura le dernier mot à ce sujet. » La métisse n’en dit pas plus et secoua alors sous les yeux du Green… les clefs de sa voiture qu’elle avait subtilisées. La petite leçon de tir était prématurément terminée, mais Gwen savait que maintenant qu’il avait tiré une fois, il réussirait à passer outre si l’envie lui reprenait ou s’il s’avérait un jour nécessaire pour lui de se servir d’un flingue. La métisse fonça dehors avec la ferme intention de chiper la voiture de l’Anglais, tant pis pour la sienne, c’était celle de son père de toute façon et elle n’en avait rien à faire. Mieux valait pour Andrew ne pas s’y intéresser de trop près cependant, lui qui n’aimait pas les flics. Elle monta dans le véhicule du mécano et démarra le moteur. Bien sûr, sans le laisser paraître, elle s’était volontairement joué de lui pour faire monter sa colère un peu plus. Alors qu’il tapait sur la portière côté conducteur, elle le nargua en tirant la langue et cria à travers la vitre. « Arrête de t’énerver pour si peu, tu ne vas pas casser ta propre vitre. Monte de l’autre côté et tu verras où je t’emmène. » Elle attendit qu’il s’installe côté passager et devinant un peu ce que le spécimen concoctait – une vengeance du style s’emparer du volant pendant qu’elle conduisait -, elle arrêta tout de suite les intentions présumées du brun. « Encore une fois, fais-moi confiance. Tu auras l’occasion de te défouler très bientôt. » De toute façon, que pouvait-il lui faire ? Pas grand-chose, même s’il levait la main sur elle. Elle ne pensait pas qu’il s’y risquerait après ce qu’elle venait de lui dire – pour autant que le voyage ne dure pas une heure non plus. Gwen démarra et prit la direction… de la salle de boxe. En cette fin d’après-midi, il n’y aurait personne. Etant entraîneuse, la métisse avait tous les accès même en dehors des heures d’ouverture officielle. « Ça correspond plus à ton terrain de jeu ? » Glissa-t-elle, espiègle, en arrivant en vue du bâtiment.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Lun 26 Déc - 1:48

We don't need no protection
Come alone
We don't need attention

Mais c'est quoi qu'elle ne comprend pas au juste, Gwen, quand je clame que je n'aime pas ces armes et encore moins ceux à qui elles appartiennent ? « Pourquoi je me mets en colère ? Parce que je n'aime pas ça, ok ?! J'aime pas ça. » Elle m'explique le fin mot de l'histoire et je vois rouge quand elle fait allusion au fait que je me suis déjà retrouvé impuissant face à une arme. Je serre le poing, furieux qu'elle ose me sortir des mots aussi cruels en pleine face. Ca ne change rien à ce que je ressens par rapport à toute cette histoire, et qu'elle ajoute que son père fasse partie des Forces ne change pas non plus mon opinion sur ces derniers. Si je pouvais tous les fracasser un à un, je n'hésiterais pas. « Ouais je ne vois que ma partie de l'histoire, mais ce que t'as pas l'air de saisir, c'est que c'est les mecs comme moi que ton père shoot. Je suis toujours celui du mauvais côté et il n'y a pas grand chose qui me différencie de ce mec dont tu parles, si ce n'est que moi, je n'étais pas armé, mais ce n'est pas pour autant que mes intentions étaient plus louables. » En revanche, mon coéquipier, celui qui a été descendu, lui, il l'était. Ca ne change rien au fait que je n'étais qu'un escroc qui a eu les yeux plus gros que le ventre et qui a cru qu'il était possible de braquer une bijouterie en plein Londres sans aucune conséquences. Est-ce que j'aurais pu blesser quelqu'un pour arriver à mes fins ? Je ne sais pas et j'ai arrêté de me poser la question. J'ai trop changé depuis cette époque. Je n'avais pas encore connu l'ombre. Je croyais que j'étais un caïd fort, puissant et qui imposait le respect… Alors qu'en taule, j'ai compris que c'était quasiment l'inverse. Allez savoir comment a été accueilli le gosse qui n'a même pas été foutu de se caser avec une fille qui sait fermer sa gueule... Mal, très mal. Une poukave, il n'y a rien de pire.
« Peut-être bien ouais, que c'est l'utilisation qu'on en fait qui est dangereuse, mais ça n'empêche que jamais tu me verras utiliser ça contre quelqu'un. » Pourtant c'est vrai que je pourrais y être amené, surtout que je ne me suis pas calmé depuis la prison et qu'encore aujourd'hui je participe avec le petit-ami de la métisse à des parties de poker truquées qui pourraient bien dégénérer si nos adversaires comprenaient notre petit manège. Gwen me tient tête et bien qu'un tel comportement soit assez inhabituel et déconcertant, je campe sur mes positions si bien que quand elle regarde le résultat de mes tirs, je ne regarde qu'à moitié, les bras croisés et les poings serrés. « Si ça se reproduit ? Crois moi c'est pas demain la veille que j'irai planifier un nouveau braquage. » Histoire vraie. C'est suffisamment difficile de se remettre de celui là alors qu'il s'est passé il y a presque dix ans.

Elle achève sur une phrase pour le moins énigmatique avant de brandir ma clé de voiture joyeusement subtilisée. Je fronce les sourcils à sa vue et il me faut quelques secondes pour comprendre et encore réagir. Elle s'éclipse à toute vitesse et avec un train de retard - encore - je la suis à l'extérieur, mais j'arrive trop tard au niveau de ma Polo. Gwen est déjà assise sur le siège conducteur et je suis forcé d'aller du côté passager. La dernière femme a avoir conduit ma voiture, c'est Penny, alors espérons que Gwen parvienne à me faire vivre un meilleur souvenir que ce dernier. Je marmonne quelques mots dans ma barbe, presque vexé de m'être fait voler le volant aussi facilement, mais je décide de faire confiance à Gwen même si je reste silencieux le temps du trajet. Mes yeux s'illuminent à la vue de notre nouvelle destination. « Carrément ! La prochaine fois emmène moi dans le quartier de Harlesden et là, ça sera le pied. » Les vieux combats de rues de mômes dans les quartiers défavorisés de la capitale… Mon nirvana. Je sors de l'habitacle avec Gwen et je prends soin de bien récupérer ma clé de voiture. En général, c'est moi le pick-pocket et pas l'inverse alors forcément, c'est déstabilisant que les rôles soient inversés. Je suis Gwen à l'intérieur du bâtiment et je découvre la grande salle vide. Si c'est ça mon occasion de me défouler, c'est parfait et je suis content d'avoir fait confiance à la métisse. Je n'ai pas la tenue pour boxer, mais j'enlève ma veste et je me retrouve en t-shirt, ce qui est déjà bien plus agréable. Je prends une paire de gants qu'elle me tend et je commence par frapper le sac de sable, seul, puis je me retourne vers elle et je m'en approche. « Tu es sûre de vouloir voir qui aura le dernier mot ? »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Lun 26 Déc - 17:09


Gwen ne comprenait pas pourquoi Andrew s’énervait ainsi sur elle juste parce qu’elle ne partageait pas la même opinion que lui sur le sujet. Il pouvait détester les armes, refuser d’en utiliser une un jour, mais il aurait beau essayer d’hurler plus fort que Mariah Carey s’échauffant sur des chants de Noël, tout dépendait bien souvent plus de la personne qui tenait le flingue que du reste. « C’est là que tu te trompes. T’es un voleur, pas un agresseur qui s’en prend gratuitement aux gens pour bon plaisir, ni un meurtrier. » Elle marqua ensuite une pause avant de le toiser. Il n’allait pas la remballer aussi facilement. « Tu sais que je suis la première à refouler les règles et à rejeter l’autorité. Mais s’il n’existait aucune forme d’ordre, ce serait l’anarchie. » Le sujet avait dévié un peu du thème initial, cependant elle rejoignait Andrew sur un point. S’il détestait ça, la métisse ne le forcerait en rien, surtout maintenant qu’elle savait qu’il en était capable si la situation l’exigeait. Qu’est-ce que ça lui apportait à elle ? Rien, absolument rien. Gwen trouvait juste cette scène assez révélatrice : le Green n’était pas du tout passé au-dessus de ses démons. « Et c’est tout à ton honneur. Mais ce n’était pas pour cette raison que nous sommes venus ici. Je ne t’oblige à rien, Andrew. Il est simplement évident que ton passé, même s’il t’a endurci, continue de te bouffer au quotidien. » Elle campa sur ses positions et termina par ceci avant de subtiliser ses clefs. « Tu es libre et pourtant tu continues de vivre emprisonné dans ces fardeaux qui sont les tiens. Voilà à quoi sers cette journée, à te le montrer. Et tu n’as encore rien vu ! » Elle le challengea donc sur les poings et s’enfuit dans sa voiture, rapidement rejointe par l’Anglais plus ou moins tenu de se contenter du siège passager. S’il avait voulu, il aurait pu l’éjecter en deux en trois mouvements, disons que Gwen avait réussi à savamment instaurer une curiosité qui ne devait toutefois pas trop durer. Ils arrivèrent devant la salle de boxe et avant de descendre de la voiture, Andrew lui évoqua un quartier bien particulier de Londres. La chanteuse comprit qu’il avait dû y accomplir quelques combats de rue avant qu’elle n’arrive dans le coin… « Si je te dis que je connais, ça ne te surprendrait pas ? » Se contenta-t-elle de répondre en souriant. Elle se souvenait des soirées où les gens pariaient sur elle, au début elle avait eu du mal à s’intégrer, mais quand elle avait commencé à gagner presque toutes ses luttes, le discours avait été différent et les rentrées d’argent avaient aussi afflué. Gwen retournerait difficilement dans un tel quartier, non pas par manque d’adrénaline ou de défi, mais en partant comme elle l’avait fait, elle avait laissé quelques personnes déçues, des personnes qui auraient voulu miser sur elle pour gagner pas mal d’argent sauf que son départ précipité avait tout bousculé. De plus, elle aspirait à s’éloigner de ce monde dans le sens qu’elle était avant tout chanteuse. La jeune femme n’en avait pas tout à fait fini avec ses démons non plus, toutefois elle progressait dans le sens où elle s’était déjà ouverte à Caleb au sujet de son passé. De moins en moins de mensonges l’habitaient. L’artiste entraîna le mécano à l’intérieur et elle alluma les lumières tandis qu’Andrew retira sa veste et enfila des gants qu’elle lui passa. Gwen retira son haut sans gêne puisqu’elle avait une brassière en-dessous, une tenue plus adéquate et qui lui permettrait de bouger plus facilement. Andrew avait la rage au ventre, une rage que même Rhys n’avait pas quand il s’entraînait avec elle, lui qui avait toujours peur de lui faire mal et de la blesser. Ironiquement, le fait d’avoir fait monter la colère dans les veines de l’Anglais, Gwen savait qu’il ne mettrait plus de gants avec elle. De toute façon, elle voulait se défouler aussi, elle avait besoin de quelqu’un à sa taille, dans le sens une personne qui ne retiendrait pas ses coups parce qu’elle était une femme ou une amie. La métisse enfila une paire de gants minces, ceux qui protégeaient principalement les phalanges et elle acquiesça positivement à l’interpellation d’Andrew. « Sûre. Frappe-moi. » Ce n’était pas contre le sac de frappe qu’il devrait se défouler. Face à son air hésitant, elle usa d’une meilleure arme. « Quoi ? T’as peur de me blesser ? Ou d’y aller le premier ? » La chanteuse se glissa alors dans la peau de la machine à coups et lui servit un uppercut inattendu qui le laissa sonné un instant sur ses appuis. Lorsqu’il réagit enfin pour lui retourner un coup, Gwen baissa la tête souplement pour l’éviter et s’avança vers lui en lui donnant une vague de poings au niveau de l’abdomen. « Green, réveille-toi ! » Dans sa volonté de voir ce qu’il valait sur ce plan, la métisse le poussait dans ses retranchements jusqu’au bout.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Lun 26 Déc - 22:01

We don't need no protection
Come alone
We don't need attention

Et ce serait mal si c'était l'anarchie ? Je ne pose pas la question à voix haute, mais ça n'empêche que je me demande où serait le mal s'il n'y avait plus aucune forme d'ordre pour nous diriger. Je hausse les épaules et je reporte mon attention sur la métisse.
« La loi du plus fort. C'est attrayant, non ? » La question se veut rhétorique car ce n'est ni plus ni moins ce que j'en pense, même si je suis loin de me considérer comme étant le plus fort. Un monde sans condés, j'en ai tellement rêvé que Gwen pourra difficilement me faire changer d'avis même si je peux comprendre qu'elle ne soit pas d'accord avec moi, surtout étant donné qu'il s'agit du métier de son paternel. Parce que j'ai depuis toujours préféré les blâmer eux pour mes malheurs plutôt que d'assumer la réalité, je les hais de toutes mes tripes. C'est facile de rejeter la faute sur les autres, tellement facile que c'est ce dans quoi je me complais depuis des années, maintenant. Pas plus calme, je m'adresse avec la même véhémence quand je réponds à Gwen. « Ouais ça continue de me bouffer et je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. » Le moment où la balle s'est logée dans mon épaule a marqué le tournant le plus brutal de ma vie : la prison, les passages à tabac, les cicatrices, la perte de celle que j'aimais… Et même une fois dehors, plus rien n'est pareil : personne n'accorde sa confiance, difficultés à trouver un job décent, difficultés à trouver un logement, être considéré comme une paria, être toujours regarder de travers.
Je m'en moque bien de ce que les autres peuvent penser de moi, mais ça n'empêche que j'aimerais qu'on me foute la paix et ça, ça semble impossible quand on devient une attraction pour les petits vieux.
Sur le siège passager de ma voiture, je laisse Gwen nous conduire je ne sais où et cette fois, je ne suis pas déçu. Clairement, il s'agit d'un endroit dans lequel je me sens bien mieux même si je n'y suis quasiment jamais venu. Je n'ai pas l'habitude d'enfiler les gants pour me battre car en général, je distribue les coups sans me soucier de l'état de mes poings. « Je n'y pensais pas, mais maintenant que tu en parles, non ça ne me surprendrait pas. » Il faut dire que la jeune femme excelle dans ce qui est de me surprendre, alors paradoxalement, je ne suis plus surpris quand de telles informations me parviennent aux oreilles. J'apprends à l'apprécier un peu plus et ça, justement parce qu'elle se démarque, parce qu'elle est surprenante et peut-être simplement parce qu'elle est unique. Je l'imagine à Harlesden, à ma place, à envoyer les coups contre ses adversaires et l'image est assez plaisante. On entre dans la salle, je ne tarde pas à me mettre plus à l'aise et à frapper les sacs de sable prévus à cet effet. J'extériorise enfin la frustration provoquée par cette séance de tirs et je profite de mes poings pour cogner et me prouver à moi-même que je n'ai pas besoin d'une arme à feu pour me défendre.
J'interroge Gwen sur ses intentions ici même et je ne tarde pas à comprendre ce que les prochaines minutes nous réservent. J'hésite, dans un premier temps et elle le remarque. Pas que ça me dérange de me battre avec elle, ou que j'ai peur de lui faire mal, mais simplement que je ne suis pas certain de ce qu'elle a dans le ventre, ni de ce qu'elle peut supporter. Je n'ai pas longtemps à attendre avant de me faire réveiller par un coup subliment placé et je secoue la tête pour me remettre du choc. Ok. C'est donc comme ça que ça va se passer. Elle revient à la charge et je la repousse violemment en arrière.  « Fuck you ! you fucking fuck ! » Hors de question que je me laisse frapper sans réagir, c'est un réflexe. Si c'est comme ça que la partie va se jouer, j'enlève carrément mon t-shirt et je suis prêt à rendre coup pour coup. Elle a réveillé la bête il y a quelques minutes déjà et elle va l'affronter littéralement. « Tu vas le regretter. » C'est la première fois que j'attaque quelqu'un de sa taille, et il me faut quelques secondes d'adaptation, mais je ne tarde pas à m'ajuster et à la toucher, que ce soit dans l'abdomen, les côtes ou la mâchoire. J'expire à chaque punch, je pivote, je m'en prends quelques unes, j'en évite, c'est explosif, je garde l'équilibre et je tente de me couvrir des coups de Gwen avec mon autre main. Directs et crochets s'enchaînent entre autres uppercuts et reverses et tantôt je mène, tantôt c'est elle.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Mar 27 Déc - 0:09


« C’est ce que tu veux, la loi du plus fort ? » Gwen arqua un sourcil interrogateur. S’il n’était question que d’avoir le dessus sur l’autre, en termes de force, il en avait certainement plus mais en technique de poings et de combat ? Pas sûr. La colère d’Andrew trouvait surtout sa source dans le passé, il continuait de se laisser ronger par les souvenirs plutôt que de rebondir vraiment. Se reconstruire une vie à Tenby n’était qu’une illusion, tenter de se racheter une réputation en vivant toujours dans le passé aussi. Après avoir quitté le stand de tir, ils se retrouvèrent dans la salle de boxe. Visiblement, le mécano n’avait pas encore conscience de ce qui l’attendait vraiment. Elle ne l’avait pas emmené ici pour une séance d’entraînement – il n’en avait pas besoin – ni pour qu’il frappe dans le sac jusqu’à s’en épuiser. Non. Aujourd’hui se tramerait un dénouement d’un tout autre niveau. Les deux jeunes gens pouvaient ne pas partager les mêmes opinions sur tous les sujets, notamment en raison de leurs vécus différents. Gwen n’avait certes pas vécu derrière les barreaux, même si sa vie londonienne lui avait longtemps paru comme un enfer dont elle ne réussirait jamais à s’extirper, enchaînant galère sur galère, à moins de partir très loin. Toutefois quand elle lui balança son idée, pour savoir qui aurait vraiment le dernier mot aux poings, qui serait le fameux plus fort parce qu’il n’y en aurait qu’un sur ce point, Andrew hésita comme s’il doutait de la bonne attitude à suivre. Il n’y en avait pas. Il se retrouvait confronté dans une situation où il n’aurait d’autres choix parce que la métisse ne lui donnait pas d’alternative. Gwen lui adressa le premier coup, ce qui eut l’effet escompté, puisque aveuglé de colère, il se réveilla enfin entre insultes et coups. « Je ne crois pas non. » Répliqua-t-elle lorsqu’Andrew hurla qu’elle allait le regretter. Ce qui s’ensuivit fut à la hauteur de ses espérances. Il balança son t-shirt et, après un temps d’adaptation, il répondit coup pour coup. Gwen avait l’habitude d’encaisser à l’abdomen, souple comme un chat et assez rapide vu sa légèreté, elle esquivait pas mal de coups et compensait ainsi sa force en moins par rapport à l’Anglais. Ses percées, moins nombreuses avaient néanmoins le mérite d’être bien placées et efficaces à l’encontre du mécano. Se plaçant en position défensive comme les boxeurs, la métisse reçut néanmoins un méchant poing dans la mâchoire, un coup qui lui ouvrit la lèvre inférieure. Elle essuya les quelques gouttes de sang d’un revers de son gant, repris son souffle et lui adressa un coup de pied violent qui fit reculer Andrew de quelques pas. Le prochain coup atteignit le mécano à l’arcade, la suture serait évitée de peu. L’échange de crochets reprit de plus belle, entre esquives et attaques réussies, bleus à venir et contusions sur le ventre, la jeune femme retenait les astuces les plus méchantes apprises au combat de rue pour ne pas rendre l’issue inégale. Ils étaient endurants et s’épuisaient à la même vitesse, c’est-à-dire pas très rapidement. Ils se repoussèrent et se retrouvèrent à plusieurs reprises. Mais lorsque l’Anglais, dans un accès de colère plus poussé, s’empara d’elle et la souleva pour la plaquer violemment contre le mur, Gwen enserra ses jambes autour de sa taille. « Je pourrais t’étouffer ou te casser quelques côtes si je serrai de toutes mes forces. » Comme pour joindre le geste aux paroles, elle comprima un peu plus grâce aux muscles de ses cuisses, Andrew devait sûrement sentir sa respiration se réduire dans sa cage thoracique. Ils étaient tous les deux à bout de souffles, exténués par cet échange intensif, et pourtant, la flamme qui brillait dans les yeux de Gwen démontrait que sa détermination était intacte. Combien de temps encore tiendraient-ils avant de s’assommer ? Pas longtemps. Elle dégaina alors, une de ces astuces qui avait fait sa réputation. En combats de rue, la métisse aurait pu devenir une véritable machine à tuer. En réalité, elle en était une, elle n’en avait juste pas fait usage. On lui avait appris des techniques dignes de certains films d’espionnage pour s’en tirer en deux trois mouvements. Comment casser tel os en trois secondes, comment viser pour mettre son adversaire à terre en deux minutes ? Elle connaissait toutes les réponses mais ne les avait que rarement appliquées, préférant s’en sortir à la régulière. Aujourd’hui, la métisse avait voulu se battre contre lui, sur la durée, pas en le mettant k.o. en deux secondes. Bizarrement, les deux avaient respecté la seule règle de ne pas se toucher au niveau des yeux et des parties. Elle glissa une main à hauteur de la nuque d’Andrew alors qu’il essayait de l’appuyer un peu plus contre le mur afin d’augmenter sa pression sur elle. « Je pourrai même te briser les cervicales d’un simple mouvement, comme ça. » Gwen fit mine d’esquisser le geste sans vraiment l’exécuter bien évidemment, mais sa main autour de la nuque de l’Anglais avait suffisamment d’emprise pour qu’il le comprenne. Ce n’était pas toujours une question de force, mais de technique ou de ruse. « La loi du plus fort... Nous sommes bien d’accord que tu es physiquement plus fort, et pourtant, c’est moi qui tiens le dénouement entre mes doigts. » Elle se demanda une seconde s’il voudrait apprendre ce genre de mouvement ou d’astuces, cependant la jeune femme estima qu’il n’était pas bon de partager ça. Ça devait rester son secret. Il avait certainement appris d’autres choses à Harlesden à l’époque sauf que Gwen saurait anticiper l’approche. « Il n’y a pas d’échappatoire. » She won’t break, ever.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Mar 27 Déc - 1:17

We don't need no protection
Come alone
We don't need attention

Bien sûr que c'est ce que je veux. Pourquoi pas, après tout ? Si c'était comme ça que ça fonctionnait alors cet enfoiré de William Hardy n'aurait rien pu faire contre moi… Ce lâche m'a mis derrière les barreaux, mais je lui ai bien montré lequel de nous deux étaient le plus fort quand je l'ai joyeusement explosé dans une ruelle du centre-ville. Je n'avais pas prévu d'exploser comme ça, ce jour là, et assurément, je n'avais pas non plus prévu d'exploser de cette façon avec Gwen. Jamais ne n'aurais penser vivre un tel échange avec la métisse, pourtant, les insultes sont lancées, les T-shirts sont retirés et les points sont levés. Je réponds de façon très mauvaise aux attaques et ça, elle s'en rend compte bien rapidement, Gwen. Je me moque bien qu'il s'agisse d'une femme et même que je l'apprécie. Certes, ça me procure moins de plaisir quand je la touche elle que quand je touche un ennemi juré comme Hardy, néanmoins, ça reste un excellent moyen de relâcher la pression et surtout la frustration de tout ce qui s'est passé un peu plus tôt. Ja la touche et je ne ressens pas le moindre remord quand je la vois essuyer les gouttes de sang qui perlent de sa bouche. Ca ne l'abat pas pour autant et elle n'en ressort que plus vive, à me donner des coups là où ça fait mal. Le truc, quand on a grandit dans les foyers pour jeunes en difficultés ou familles d'accueil tout ce qu'il y a de plus pourries, c'est qu'on s'en branle de la douleur. On s'en fou de saigner et donc ça ne m'arrête pas, loin de là. Cette arcade, elle a déjà dû être recousue quelques dizaines de fois alors qu'est-ce que ça change cette fois ? Gwen me donne l'envie de vaincre et pour ma première fois, cette dernière n'est pas accompagnée d'un sentiment négatif. C'est presque le contraire, même.
Pour contrer les nombreux punchs qu'elle me donne, je la plaque violemment contre le mur et je constate douloureusement que les réflexes de la brune sont tout aussi primitifs que les miens. Ses jambes s'enroulent autour de moi, me font prisonniers et elle commence à serrer un peu plus pour me faire comprendre sa force. S'ensuit sa main sur ma nuque pour me prouver qu'elle connait bel et bien quelques tactiques utiles, mais là encore, je n'ai pas dit mon dernier mot. Les menaces ne fonctionnent jamais parce que je ne suis pas quelqu'un qui réfléchit, mais quelqu'un qui agit. Une philosophie qui m'a causée mainte et mainte fois des problèmes, mais ce n'est pas à mon âge que je vais changer. Elle est en position de force, c'est indéniable, mais j'ai bel et bien mon idée pour reprendre le dessus et cela implique d'abord de lui enlever ce combat de l'esprit. Difficile étant donné cette position dans laquelle nous sommes, mais j'ai une idée qui reste gravée, quelque chose dont je comptais bien lui parler. C'est tout sauf le moment approprié et c'est justement pour cette raison que ça le déstabilisera.
« Ouaip… Pas d'échappatoire on dirait. Et dire que ton petit-ami est venu me voir, m'a menacé même, et il m'a fait promettre que je ne m'approcherai plus de toi, que je ne te toucherai pas. On dirait qu'il n'avait pas besoin de s'inquiéter pour toi. » Les mots sortent avec rancoeur et je les prononce en regardant la métisse dans le blanc des yeux. Je suis on ne peut plus sérieux et je compte bien sur cette révélation pour me débarrasser de son emprise. De la révélation et aussi de ce coup de tête furtif et violent en plein thorax qui lui coupe la respiration et qui l'empêche de reprendre de l'air un instant. Et qu'est-ce que fait l'être humain quand il est privé d'oxygène ? Il a cet instinct de survie qui fait qu'il lâche ses autres fonctions pour pouvoir se concentrer à retrouver une respiration correcte. « Heureusement que je ne suis pas un homme de parole. » Ce petit laps de temps pendant lequel Gwen desserre l'emprise qu'elle avait avec ses cuisses me permet de m'écarter et moi aussi de reprendre ma respiration. J'ai encore l'impression de sentir ses cuisses m'enserrer la taille même quelques secondes plus tard et j'ai besoin de temps pour m'en remettre, pour me reprendre. Mais pas le temps non plus de contempler les marques qu'elle laisse sur mon corps, je relève les poings en cas de nouvelle attaque et je reprends le combat en même temps que la diatribe verbale. « Ah tu n'imagines pas comme je me suis senti con quand Rhys est venu me voir. Enfin au moins, j'ai compris pourquoi tu t'étais cassée si vite après que je t'ai embrassé. » Ce soir là aussi, elle m'avait surpris, mais pas d'une façon que j'apprécie, pour sûr.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Mar 27 Déc - 20:58



Andrew essaya de changer de sujet en parlant de Rhys et il lui apprit que son meilleur ami était venu le voir pour jouer parfaitement le rôle de petit ami. C’était plutôt ce dernier point qui surprit Gwen plutôt que le mécano ne parle du Blake. Ainsi, le « médecin » assurait ses arrières même quand elle n’en avait pas réellement besoin. Elle n’eut pas le temps de pousser sa réflexion. La discussion avait relâché une seconde de trop son attention et elle n’agit pas assez rapidement pour repousser la tête d’Andrew qui arrivait dans son abdomen. La jeune femme retint son souffle, la respiration coupée par le choc. Elle desserra son emprise et redescendit même pour retrouver pied à terre. La métisse aspira plusieurs bouffées d’air tandis que l’Anglais lui donna le temps de se reprendre au lieu de la rouer de coup. Cependant, plutôt que de repartir à l’attaque, elle croisa les bras et arqua un sourcil comme si la discussion avait pris le pas sur le combat. Andrew n’aurait qu’à s’en prendre à lui-même. Il avait amené le sujet. « Rhys t’a menacé et il est revenu sans une égratignure ? Vous magouillez quoi ensemble pour que tu ne l’aies pas touché ? Me dis pas que c’est par bonté d’âme ou une connerie de ce genre, je ne te croirai pas. » Sa question soulignait néanmoins une évidence à laquelle le mécano n’avait peut-être pas songé : elle ignorait jusque-là que son « petit ami » était venu le voir. Andrew en rajouta une couche en disant s’être senti con quand le Blake était venu le voir et qu’il comprenait enfin pourquoi elle était partie si vite ce soir-là. L’Anglais ne lui avait pourtant pas donné l’impression d’être le genre de mec à accorder de l’importance à de telles choses… à moins qu’il ne lui en accorde à elle ? A voir, selon la réaction suivante qu’il aurait. « Qu’est-ce que ça peut te faire de toute façon ? » Gwen marqua une pause avant de reprendre plus précisément. « Pourquoi tu résumes la bonne soirée qu’on avait passé à ça Andrew lui répondait mais c’était limite un dialogue de sourd, il faisait l’autruche en restant en mode attaque. Soudain, pour réduire les quelques pas qui les séparaient, la métisse démarra en courant et se rua sur lui. Elle n’était plus en mode boxe, elle était passée dans l’art du combat de rue. Vu son élan, le jeune homme se retrouva à terre sous le poids de la jeune femme. Elle lui assena un poing plus violent dans le ventre au niveau du creux entre le diaphragme et l’estomac (= qui étouffe) et le retourna ensuite ventre vers le sol, dos vers le plafond, pendant qu’il reprenait son souffle, bloquant ses bras dans son dos, coincés en dessous d’une de ses jambes à elle, puisqu’elle s’assit dessus et elle posa l’autre genou sur sa nuque. Elle se pencha légèrement en avant pour peser de son poids dans son dos et murmura non loin de son oreille (difficile de l’atteindre dans cette position). Elle était ivre de colère de ce qu’il essayait de sous-entendre – à juste titre pourtant dans le sens où lui la croyait réellement avec Rhys comme tous les autres. Non, Gwen n’était pas une de ces femmes qui se jouaient des hommes. Au contraire, elle avait été bien plus transparente avec Andrew que la majorité des gens de Tenby. « Je t’en ai beaucoup dit sur moi, sur mon passé, plus que bien des personnes ici. On est semblables sur beaucoup de choses. Et pourtant, quand je t’entends me balancer tout ça, je me dis que tu en sais encore bien peu. » La jolie brune fit ensuite comprendre qu’au contraire, si Andrew touchait à Rhys, ce serait elle qui lui tomberait dessus et non pas le Blake. Le mécano savait déjà de toute façon ce dont elle était capable aujourd’hui. « Toi et ton désir de te racheter une réputation après la prison. Me dis pas que tu ne t’es pas trouvé des trucs pour que tout le monde croit à une image plus lisse. Je ne sais peut-être pas tous les détails, ni sur quoi précisément, mais tu ne me feras pas avaler le contraire, Green. » Elle relâcha son étreinte et se releva, lassée par la tournure des événements, elle n’avait même plus envie de continuer le combat, elle savait déjà qu’elle aurait pu l’achever là sur le sol de toute façon, l’assommer du moins. « Je te souhaite un jour de trouver des gens qui seront prêts à faire ça volontairement pour toi, à te protéger coûte que coûte parce qu’ils tiennent à toi. C’est ce que Rhys a fait. Il a mis toute sa vie entre parenthèses pour se mettre en couple avec moi. » Révéla-t-elle en mettant des guillemets autour du mot couple pour bien faire comprendre le sens de la supercherie. « Il a continué, même après avoir appris qu’il allait être père. Tout le monde l’a traîné dans la boue, en disant qu’il avait mis une fille enceinte puis qu’il s’était mis avec moi. Alors que tout ce qu’il a fait, c’était de donner aux gens une raison valable pour que je puisse rester, que je ne retourne pas dans l’enfer que j’ai connu à Londres. Après tout, si je joue l’amoureuse transie, c’est un bon prétexte pour ne pas repartir de suite, n’est-ce pas ? » Autrement dit, elle ne s’était pas jouée de lui parce que même lorsque l’on joue un rôle, on ne peut pas toujours le tenir à plein temps et elle appréciait sincèrement l’Anglais. Gwen venait même de lui balancer la vérité, parce qu’après tout, elle n’avait rien à perdre, parce qu’elle avait confiance en lui, parce qu’il était passé par une histoire similaire en certains points et parce qu’elle comptait bientôt mettre un terme à cette mascarade qui avait assez duré. Rhys en avait assez vu ces derniers temps et la Martins se sentait prête à affronter les fureurs de sa famille, notamment son père. Caleb avait déjà appris pour son passé aussi, les personnes essentielles (au niveau amical) étaient déjà au courant. De son côté, Andrew avait connu un enfer, celui de la prison, menti pour se sauver lui-même, alors qu’il ne vienne pas la juger. « Tu t’es peut-être senti con, mais lui tu n’as pas idée de comment il a dû se sentir, de ce qu’il traverse. De ce qu’on traverse. Mais tout sera bientôt terminé. » Elle s’éloigna, toujours en colère. Gwen retira les gants et s’approcha de ses affaires afin de retirer une bouteille d’eau de son sac. C’était comme si la tension électrique avait pris une autre ampleur.  Andrew n’y pouvait rien finalement mais sa colère lui était tombée dessus, c’était comme si elle s’énervait que lui, entre tous les autres, n’aient pas compris. La métisse vida quelques gorgées d’eau et entendit un bruit de pas. « Ne t’approche pas de moi, je serai capable de tuer quelqu’un. » Siffla-t-elle entre ses dents, le souffle toujours erratique. La jeune femme avait une colère sourde qui résonnait au fond d’elle, pas spécialement dirigée envers Andrew mais envers toute la situation, tous les tristes événements qui continuaient de s’accumuler, peut-être pas pour elle directement, mais au sens large pour son entourage. Elle aurait bien pris une dose de drogue pour se mettre la tête à l’envers et ne pas complètement vriller, cependant elle n’en avait pas sous la main et ce n’était certainement pas la bonne chose à faire pour le moment. Gwen s’était déjà suffisamment affichée. Elle n’aurait d’ailleurs peut-être pas du parler de tout ça mais au point où elle en était, elle s’en fichait. Comme dit, Andrew comprendrait certainement une grande partie pour avoir vécu des choses semblables et surtout la jeune femme comptait ne plus éterniser cette histoire bien longtemps. Quand Rhys aurait davantage encaissé tout ce qui lui arrivait en ce moment, il serait certainement préférable pour eux de se redéfinir comme les deux meilleurs amis qu’ils étaient depuis longtemps maintenant.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Mar 27 Déc - 22:48

We don't need no protection
Come alone
We don't need attention

On a failli se frapper avec Rhys, j'étais à deux doigts de lui éclater ma chope de bière sur le crâne, mais j'ai préféré écouter ce qu'il avait à dire et serrer le poing pour maintenir mon calme. Notre conversation avait commencé sur Gwen, mais elle s'était également étendue sur sa soeur aînée qui faisait partie du peu de femmes que je pouvais qualifier d'amie. Il y a des magouilles en effet avec Rhys, mais clairement, il n'y en avait pas ce soir-là. Juste deux hommes sur leurs gardes qui apprennent à se connaître et qui sont subjugués par leurs différences.
« Ca a bien failli partir en vrille, mais je connaissais Echo, j'ai compris ce qu'il vivait et j'ai préféré oublier un moment son comportement. » Avant ce soir-là, je n'avais jamais fait le rapprochement entre les deux jeunes gens et pour cause, ils ne portaient même pas le nom de famille et le fait qu'ils soient les deux adoptés faisait qu'il n'y avait aucune ressemblance entre eux. Je comprends cependant que Gwen n'avait pas connaissance de cette rencontre, mais je ne m'attarde pas sur ce détail. Ca n'a rien d'étonnant au final. Pourquoi est-ce que le Blake lui en aurait parlé ? Moi en revanche, je lui fais comprendre à quel point je n'ai pas apprécié me faire prendre par un con. Je ne mâche pas mes mots et même si je me moque bien d'avoir une réponse, je suis énervé quand je vois qu'elle répond en posant une nouvelle question. Qu'est-ce que ça peut faire ? On ne se bat pas, mais ça ne m'empêche pas de serrer la mâchoire pour répondre. « Je la résume à ça, parce que j'ai vraiment horreur qu'on se foute de ma gueule ! » Je peux supporter beaucoup de chose, mais mon orgueil ne peut supporter d'être froissé. La colère ne descend pas, que ce soit de mon côté ou du sien et quand je vois la brune se jeter sur moi, c'est trop tard pour l'éviter. Je m'écrase sur le sol, je peine à respirer et les prises qu'elle enchaîne ne m'aident pas particulièrement à retrouver ma respiration. Je souffre en silence et je n'essaye plus de me défendre quand je me rends compte que c'est peine perdue. Mes efforts sont vains et c'est un rire nerveux qui s'échappe de mes lèvres quand je remarque que je ne peux pas m'en sortir si elle ne décide pas de stopper les pressions qu'elle exerce.
Elle ne mâche pas ses mots non plus et je ne pipe pas mot jusqu'à ce qu'elle me relâche enfin. Elle s'écarte et je soupire de soulagement avant de me retourner sur le dos. Je reste là, couché sur le dos quelques secondes supplémentaires alors que Gwen reprend la parole en s'éloignant. Je me redresse, reste assis en la regardant et en essayant de saisir le sens de ses paroles. Je fronce les sourcils quand j'ai l'impression de comprendre et j'aimerais l'interroger du regard, mais elle me tourne le dos et poursuit. Tout sa relation - du moins, la relation de couple - n'est qu'une mise en scène ? Je suis sur le cul, littéralement. Je me demande dans un premier temps pourquoi Rhys est venu m'interdire de revoir Gwen s'il n'est pas aussi proche d'elle qu'ils le prétendent, mais je comprends aussitôt, qu'il y a tout de même de l'amour entre eux - un amour platonique - et que le blond tient à la chanteuse peu importe le réel statut de leur relation. C'en serait presque touchant. Je me relève et je fais quelques pas en direction de la Martins. Je m'arrête à son avertissement, mais je reprends ma marche aussitôt. J'en ai fini de me battre et si je m'approche, ce n'est pas pour ça. « Et ben va tuer quelqu'un si ça te chante. J'en ai rien à foutre. » Je sais que les mots m'étaient adressés, mais je les ignore. Je m'avance à distance raisonnable et je lui fais signe de me prêter sa bouteille d'eau. Je n'avais clairement pas prévu de faire autant de sport en me pointant à notre rendez-vous et je ne suis donc pas équipé pour m'abreuver. Ma respiration redevient stable et je repose sa bouteille à côté d'elle avant de me laisser glisser, le dos contre le mur jusqu'à terminer assis. « Tu avais raison, Gwen. J'ai trouvé des trucs pour essayer de me faire mieux voir en ville, pour redorer ma réputation. Et ça rejoint un peu ton histoire avec Rhys sous certain aspect. J'ai fait semblant d'être en couple avec une nana du coin. Elle était plutôt appréciée alors je me suis dis pourquoi pas. La nana c'est Penny Collins. Je ne sais pas si tu l'as connais, enfin bref, ça n'a pas d'importance. » Je garde les jambes fléchies et j'ai les coudes sur les genoux. « On a poussé le vice encore plus loin, nous deux. On a même fait croire qu'on attendait un gosse. Le jour du prétendu accouchement, on se payait des vacances à l'étranger. » Je hausse les épaules en me souvenant de ses instants passés avec la blonde. « On a fait croire que la petite avait des problèmes respiratoires et qu'elle n'avait pas survécu. » Quel bande de tordus peut faire ça ? Il faut dire que la Collins ne manquait pas d'inspiration sur ce point et qu'encore aujourd'hui, de temps en temps, nous devons faire semblant de nous souvenir de notre fille disparue. Je soupire. Maintenant que je sais ce qu'il s'est passé avec Rhys et son propre enfant, je n'ose pas en rajouter, mais au moins, la Martins a la plupart des éléments. « Il n'y avait pas d'affection entre moi et Penny comme il peut y avoir entre toi et Rhys, juste du chantage. Mais ouais… On est semblable sur beaucoup de choses. »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Mar 3 Jan - 20:46



Andrew nia quelconque magouille avec Rhys mais Gwen avait appris à suivre ce que lui disait son instinct et elle ne comptait pas en rester là. Si le Green ne lui en dévoilait pas plus, elle chercherait du côté de son meilleur ami. Le médecin n’aurait jamais été le trouver que pour cette histoire de baiser s’il ne le fréquentait pas pour une autre raison ; il en aurait plutôt parlé à la chanteuse avant. Or, ça s’était passé autrement. « Tu crois vraiment que je vais avaler ton histoire ? Nous sommes tous les deux passés maîtres dans l’art du mensonge, alors si tu ne veux rien dire, aie au moins la décence de ne pas me prendre pour une idiote. » Siffla la métisse entre ses dents. Elle ne prenait pas pour argent comptant le prétexte de la sœur du Blake car même si les propos d’Andrew reflétaient une part de vérité, ils n’étaient certainement pas complets. « S’il arrive quelque chose à Rhys en lien avec toi, je ne laisserai pas passer ça. Et on ne fera pas que s’échanger des coups. Ce n’est pas une menace parce que je sais que ça n’aurait aucun sens, mais une promesse. Tu as vu aujourd’hui que je suis cent fois pire que lui. » Gwen marqua une pause dans sa réflexion, elle savait qu’elle devait amener ce qu’elle attendait de lui sous un autre angle, parce que la confrontation le braquerait inévitablement. Autant arrondir sa demande, d’autant qu’elle ignorait encore ce dont il retournait exactement entre Rhys et lui. « C’est plus une promesse que je te demande aussi. Il a déjà tellement traversé ces dernières années que je n’ai pas envie de le voir tomber dans des travers ou les subir ici. » Son meilleur ami était bien la seule personne pour laquelle elle acceptait d’afficher une inquiétude aussi ouverte et surtout qu’elle surprotégeait sans aucun problème. C’était d’ailleurs la grande différence entre le mécano et Gwen. Elle avait une famille et considérait son ami le plus proche comme tel. Elle ne serait pas où elle était aujourd’hui sans lui. A l’inverse, l’Anglais n’avait pas l’habitude de la signification du mot famille et une des seules personnes qu’il aurait pu considérer de la sorte l’avait trahi, ce qui l’avait conduit en prison.

Plus les deux adversaires du jour parlaient du sujet Rhys, plus Andrew semblait énervé par la situation au sens large : le fait que Gwen soit en couple avec lui, qu’elle l’ait repoussé ce jour-là, qu’il avait l’impression d’avoir été pris pour un con… La métisse le recadra tout d’abord physiquement en le mettant à terre, puis il la poussa à bout si bien qu’elle finit par cracher le morceau puisqu’elle comptait de toute façon bientôt mettre un terme à toute cette histoire. Elle expliqua ce qui s’était passé ainsi que la raison pour laquelle son meilleur ami et elle s’étaient faussement en couple. La chanteuse le fusilla du regard lorsqu’il osa s’approcher d’elle malgré son refus mais Andrew ne voulait visiblement pas lui chercher querelle, scié par ses révélations ; il lui indiquait seulement la bouteille d’eau pour se réhydrater. Après avoir bu quelques gorgées, le mécano se laissa glisser jusqu’au sol tandis que Gwen s’essuyait le front avec une des serviettes propres rangées dans la salle. L’air de rien, l’affrontement avec Andrew avait été assez physique. Alors qu’elle ne s’y attendait pas du tout, il brisa à nouveau le silence et lui révéla quelques-uns de ses mensonges à son tour, notamment son faux couple avec Penny. Les deux avaient poussé le vice plus loin car ils avaient prétendu qu’ils attendaient un enfant (tiens, tiens, il s’agissait de la cousine de Nate ! Il n’y avait pas cinquante Penny à Tenby, encore moins une qui avait perdu un bébé) … Le couple de menteurs n’avait pas joué une fausse-couche, non. Ils avaient carrément fait croire à un accouchement réussi mais qu’en raison de problèmes de santé, la nouvelle-née n’avait pas survécu. C’était sacrément culotté et cruel aussi. Bonjour la destruction de réputation si une telle histoire s’apprenait. Gwen avait donc toutes les raisons de croire qu’Andrew lui faisait confiance car rien ne l’obligeait à lui balancer cette bombe tout comme elle ne doutait pas que la réciproque était vraie et qu’elle ne devait pas s’inquiéter pour ce qu’elle lui avait raconté. En comparaison, les mensonges d’Andrew et Penny étaient dix crans au-dessus. « Ah oui carrément… Donc quand je disais que tu savais aussi ce que ça faisait de perdre un enfant, pas du tout en fait. Vous avez sacrément bien joué votre jeu devant tout le monde. »

Gwen était rarement surprise au point d’être choquée mais elle devait bien admette qu’elle ne s’attendait pas à une telle énormité, preuve qu’Andrew avait encore bien des secrets cachés dans son placard. Contrairement à Rhys et à la métisse, le mécano précisa qu’il n’y avait aucune affection entre Penny et lui. « Et t’as pu jouer quelque chose d’aussi fort avec quelqu’un que tu n’apprécies pas spécialement ? On rame déjà à se faire passer pour un couple Rhys et moi alors que nous sommes déjà complices de base, faut pas demander pour vous. Très bons acteurs. » Gwen ne jugeait pas le passé d’Andrew, il avait essayé de se racheter une image. Elle pouvait comprendre le sentiment de honte ou en tout cas la volonté de cacher des choses. D’ailleurs, elle devait bien être une des seules personnes avec qui il avait été honnête sinon cette histoire aurait déjà fait un tollé monumental à Tenby. Il avait ses raisons tout comme elle avait les siennes. Les mensonges ne justifiaient pas tout, encore moins quand ils prenaient une telle ampleur que celui d’Andrew et Penny mais il était difficile d’en sortir une fois pris dans l’engrenage de ceux-ci. Gwen se demandait comment Penny avait pu si bien cacher sa fausse grossesse (la métisse n’était pas à Tenby au moment des faits), la Collins avait sûrement porté un faux ventre et tout le toutim. Quand on est machiavélique à ce point, on pousse le rocambolesque jusqu’au bout. Toutefois, une autre question intéressait davantage la Martins pour sa curiosité personnelle. « J’ai souvent affaire à son cousin, Nate, le rockeur. J’imagine que tu le connais puisque tu es ‘‘sorti’’ avec elle. Est-il au courant aussi ? » Le fait de reprendre la discussion aussi naturellement avait fini par légèrement calmer la tension électrique dans la salle. La jeune femme récupéra sa bouteille d’eau tout en écoutant la réponse de l’Anglais et s’assit un instant sur le banc pour retrouver un souffle plus régulier. Au bout de quelques secondes, elle fredonna un air bien connu, ne pouvant jamais s’empêcher de retrouver sa passion première : le chant. « With your feet on the air and your head on the ground, try this trick and spin it, yeah… Your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself, where is my mind ? » Hommage au fameux film Fight Club.


_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen Mer 4 Jan - 19:16

We don't need no protection
Come alone
We don't need attention

« Je ne te prends pas pour une idiote, putain ! » crache-je à mon tour, sans pour autant décider de lui dire la vérité. Ce qui nous uni, Rhys et moi est bien plus complexe et aucun de nous deux ne voudrait que la Martins soit mêlée à notre petit business illégal. Moins elle en sait, mieux c'est. Rhys s'était d'ailleurs vraiment vexé lorsque je lui avais demandé s'il avait parlé de nos parties de poker truquées à quelqu'un alors ça ne sera pas moi qui crachera le morceau à qui que ce soit. De plus, ce qu'elle ajoute par la suite me conforte dans mon idée de ne rien lui dévoiler concernant ce sujet là. Je hausse un sourcil quand j'entends le mot "menace", mais je me détends aussitôt quand elle se reprend et parle plutôt de "promesse". Je reste impassible devant elle voire impavide et je ne réponds rien. J'ai bien compris ses mots, le sens de ses paroles et en effet, j'ai pu voir qu'elle était pire que le blond. Je blâme Harlesden pour ça. Ce n'est pas dans mon intention de faire du mal à Rhys que ce soit physiquement ou d'une toute autre façon et il a autant sa part de responsabilité que moi dans les magouilles que nous faisons puisque c'est à lui qu'elles profitent le plus. Je ne dis pas non à un peu d'extra cash, mais pour Rhys, nos parties de poker sont ses seuls revenus.

Gwen ne tardera pas à embrayer sur un autre sujet concernant Rhys et ce dernier me laisse perplexe quand elle me fait comprendre que toute cette relation était bidon. Certes, ils entretiennent quelque chose de vrai, mais ça se limite à de l'amitié, de l'amour platonique... Un concept avec lequel je ne suis pas vraiment familier. Ou du moins, pas au point de m'inquiéter pour quelqu'un comme Gwen peut s'inquiéter pour Rhys ou inversement. Je la laisse faire son aveu et je ne commente pas. A quoi bon ? En revanche, je balance ce que j'ai fait avec Penny et c'est à son tour d'encaisser les révélations. Nous sommes allés loin avec Penny, très loin et si notre manigance venait à se savoir, je crois que c'en serait terminé pour la bonne réputation de la Collins. La mienne est déjà ruinée alors qu'est ce que ça peut bien me faire. Cependant, je n'omets aucun détail quand je raconte ce que nous avons fait avec la blonde : de la simulation de grossesse à la fausse naissance suivie par la prétendue mort de notre petite Cassie. J'ai presque envie d'en rire maintenant, mais je ne le fais pas et je réponds aux remarques de la chanteuse.
« Non, je ne sais pas ce que ça fait de perdre un enfant et quand je vois Rhys, je crois que je ne peux même pas imaginer. »
Je ne peux m'empêcher de sourire quand elle parle de nos talents d'acteurs et je repense à tous ces moments où nous rêvions de nous étrangler alors que nous devions feindre l'amour parfait. Des moments difficiles, pour sûr, mais tellement risibles après coup. « De bons acteurs... Je ne sais pas trop. Elle c'est sûr, mais moi... J'étais obligé de me mettre du déodorant dans les yeux pour me faire pleurer. Et puis je pense que d'une façon générale, c'est plus facile de jouer la comédie avec quelqu'un que tu ne connais pas. » Il y a moins d'enjeux et surtout, on se moque bien de ce que l'autre peut penser. Je hausse les épaules devant ces souvenirs pourtant pas si vieux et je m'esclaffe quand Gwen évoque le cousin de la blonde. « Je te plains alors si tu as souvent affaire à ce mec. Il n'est pas au courant et s'il l'apprenait je crois que ça le tuerait. Franchement, il vénère tellement sa cousine qu'il doit avoir un problème... Il lui a même offert une bagnole ! Une putain d'Audi TT ! » Les gens normaux ne font pas ça, même ceux qui sont friqués comme Crésus. Voilà encore un bon point à ne plus faire semblant de fréquenter la Collins : je n'ai plus à me coltiner ce musicien qui se croit meilleur que tout le monde et qui donnerait n'importe quoi pour sa vermine de cousine. Je profite de cette petite pause pour me reposer et retrouver une respiration moins haletante. Clairement, cet entraînement laissera des marques quelques jours car je parviens encore à sentir sur ma taille la pression que la Martins exerçait ses jambes un peu plus tôt. J'appuie ma tête contre le mur et je ferme quelques secondes les yeux jusqu'à ce que j'entende la voix de Gwen envahir doucement la pièce.
« Toujours aussi imprévisible, Gwen. Et inépuisable. » Dis-je en tournant la tête dans sa direction, amusé de la voir se mettre à chanter alors qu'il y a quelques minutes à peine, nous étions en train de nous envoyer des coups violents. « Si c'est bientôt terminé votre histoire fake avec Rhys, ça veut dire que tu vas retourner à Londres ? » Je la laisse me répondre et quand une goutte de sang me tombe sur le torse, je me souviens que mon arcade a pris un vilain coup et qu'il vaut mieux que je nettoie tout ça avant d'avoir trop de sang séché le long du visage. « Y'a quelque part où je peux aller nettoyer tes dégâts dans cette salle ? »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You know I'm no good. Gwen

Revenir en haut Aller en bas

You know I'm no good. Gwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-