AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Color my life with the chaos of trouble + Danny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : gajah + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2564
POINTS : 3449
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Tumblr_inline_pkiv51bFwY1uy9est_1280
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptySam 3 Déc - 22:39

Daniel&Eleanor
Every dead emotion inside me comes alive when you touch me and I don’t even know if you feel remotely close to what I feel. It’s terrifying.


« Tu es sûre que ça va aller pour toi, Eleanor ? Ça m’embête un peu de te laisser seule ce soir… » Mère passe une main inhabituellement douce sur mon front et je dois me faire violence pour ne pas rouler des yeux. Pourquoi fallait-elle qu’elle choisisse justement ce soir pour jouer les mères prévenantes et aimantes ? Heureusement, j’étais bonne comédienne. « Oh tu sais, je crois que je vais principalement dormir, je suis épuisée et je crois que j’ai un peu de fièvre… Il serait dommage que vous vous priviez de votre soirée pour me regarder dormir. Allez-y, je vous promets que je vous appelle si j’ai un soucis. » Je regarde mes parents avec une mine angélique, étouffant un faux bâillement pour faire bonne mesure.  Je crois que je suis particulièrement convaincante dans mon pyjama le plus sage. J’ai l’air d’une gamine, pour ne pas dire d’un gros bébé. La sensation s’accentue quand Mère lisse ma couette, me bordant littéralement. Heureusement, ils ont vraiment envie d’aller à leur soirée de la paroisse et je me retrouve bientôt aussi seule que je l’avais espéré. Dès que j’entends la voiture tourner au coin de la rue, je bondis en dehors du lit et je me débarrasse aussi vite de ce foutu pyjama que mon épaule blessée me le permet. J’avais un rendez-vous important ce soir et j’avais définitivement besoin d’enfiler quelque chose d’un peu plus glamour. Je mets donc un petit t-shirt en dentelle (que j’avais acheté en cachette), une veste et un jean. Je passe aussi par la salle de bain pour me coiffer et me maquiller (bien plus que ce à quoi j’ai le droit) mais j’essaye de ne pas perdre trop de temps. Je savais que mes parents ne rentreraient pas trop tard et je ne voulais pas gâcher une minute de mon escapade. Quand je considère que je suis suffisamment jolie mais pas trop apprêtée non plus, je me faufile hors de la maison, le cœur battant.

Un quart d’heure plus tard, je suis dans l’allée du jardin des Granger. Mon état de fébrilité a encore plus augmenté et c’est une explosion de sensation que j’éprouve. Je suis à la fois nerveuse, impatiente, excitée, terrifiée. Mais je suis principalement béate. Enfin, j’allais avoir un tête à tête avec celui dont j’étais raide dingue. Daniel Mitchell Granger. A moi, rien que pour une soirée. Je ne savais pas comment cette soirée allait se dérouler mais j’étais pleine d’espoir. Ces derniers temps nous avions pas mal échangé par sms, et j’aimais vraiment discuter avec lui. C’était confirmé, j’étais amoureuse. Et ce n’était pas une simple question d’hormones ou de belle gueule. Non pour moi, c’était bien plus profond que ça. Restait à voir comment lui se sentait vis-à-vis de moi. Je n’étais pas dupe, je savais que nous avions des conceptions de la vie bien différentes mais j’avais l’aplomb et la naïveté de l’adolescence et je pensais toujours qu’il n’y avait aucun problème que l’amour ne pouvait régler… Je frappe à la porte et après quelques instants, celle-ci s’ouvre, laissant apparaître un visage que je connaissais presque par cœur tant j’avais pris l’habitude de le regarder à la dérobée dès que j’en avais l’occasion. « Salut Danny ! » Que je souffle avec un détachement que je suis loin d’éprouver. Je lui fais un petit sourire, j’hésite et puis finalement je me penche en avant pour lui faire la bise. Il sent bon, bien évidemment. De toute façon, je trouve tout génial à propos de lui. « Tu vas bien ? » Je m’en veux de sortir de telles banalités mais j’étais en terrain nouveau. Jusqu’à maintenant, on avait pas vraiment eu le temps d’être rien que les deux. Si on excepte la fois où j’étais en état d’ébriété et que nous avions joyeusement échangées nos salives mais là encore ce n’avait pas été pour parler. « Tes parents sont là ? » Je ne savais même pas si j’espérais qu’il réponde par la négative ou pas. Je n’étais vraiment pas dans mon état normal. C’était l’effet Danny, j’y pouvais rien. Enfin, j’essaye de ne pas trop passer pour une cruche. Essayant de prendre les airs bravaches que j’ai déjà pu observer sur Deborah Weston, j’entrouvre mon sac à main, laissant apparaître le goulot d’une bouteille avec un sourire mutin. « Parce que si oui, je vais être obligée de faire passer ça en douce. »

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1697
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptyMer 7 Déc - 1:08


trouble inside.
Je ne sais pas ce que je ferais si je venais à me blesser et ce, peu importe l'endroit. En escrime, tu utilise toutes les parties de ton corps, surtout les bras et les jambes. Alors que je finis les échanges avec Lenny je m'imagine les pires scénarios possibles. Je m'imagine que je me suis cassé un os et j'entends la voix d'un médecin qui me dit que le sport, pour moi, c'est terminé. Je tremble à l'idée de devoir affronter ça un jour et me promets de toujours faire gaffe. La blessure de la rousse n'est pas aussi grave que mes pensées mais quand je lui propose qu'on se voit, je me mets à avoir peur de la blesser encore plus si nous sortons boire un verre ou même faire une simple activité. Je ne sais pas pourquoi je l'ai invité à venir ici. Il y a tellement peu d'amis qui ont traversés ces portes qu'à l'idée qu'une fille .. Comme elle puisse le faire me rend presque mal à l'aise. Je me lève et pars vers la salle de bain alors que je me demande sérieusement, surtout après nos dernières soirées, si c'est une bonne idée de me retrouver seul avec elle. Et si je m'emportais à nouveau ? Je me connais et elle me plaît, je ne vois pas pourquoi je résisterais alors qu'elle s'offre presque à moi. Sauf qu'elle finira par m'arrêter et par me planter, comme la dernière fois. Et ça, je n'en ai pas envie. Cette soirée va être compliquée à gérer et pourtant, elle aurait bien servi pour s'évader un petit peu.

Si j'avais été d'humeur, j'aurais été capable de l’accueillir en pyjama. Je déteste rester toute la journée dans cette tenue et sans bouger mais pourtant, ce froid et ce manque de lumière me pousse à flâner devant Netflix. J'entends qu'on frappe à la porte et je descends les marches à toute vitesse. Je n'avais pas vu le temps passé mais je suis content de voir apparaître un sourire aussi chaleureux devant ma porte. « Salut pretty red ! » C'est ce genre de moments qui est toujours un peu gênant et qui demande toujours quelques secondes à être réglé. J'en oublie les bonnes manières et laisse le froid rentrer dans la maison. J'en oublie ce malaise alors que je n'ai toujours pas l'habitude de recevoir du monde à la maison. La Griffith se penche et me fait la bise. Je ne bouge pas et la laisse faire, profitant d'un petit contact simple qui fait toujours du bien. « Je vais super bien ! Et toi ? » lui demandais-je, le sourire aux lèvres. « Oh je t'en prie, rentre. » Un frisson me traverse tandis que je sens la chaire de poule sur la peau de mes bras. Je me bouge du chemin et la laisse rentrer. Je lui prends ses affaires et je les pose sur un porte manteau pas loin. Moi qui adore parler, c'est assez raté pour le moment.

C'est drôle de la voir rougir de la sorte, comme si la présence de mes parents allaient nous gêner. Même s'ils avaient été là, on ne l'aurait même pas remarqué et ma fratrie encore moins. « Non ils ne sont pas là. » Sa dernière phrase m'a fait rire mais j'ai mis un certain temps avant de comprendre ce qui la gênait. Une bouteille .. Une bonne idée. Ou peut-être pas. Moi qui aie déjà du mal à me contrôler pour l'instant, un verre dans le nez ne va pas m'aider. Mais peu importe. C'est au jour le jour. Je souris à la vue de liquide et lui lance un regard amusé. « Tu sais, s'ils avaient été là .. Ce serait comme s'ils ne l'étaient pas. » Je me demande bien pourquoi je lui raconte tout ça. Loin de moi l'envie de m'amuser à jouer le pauvre petit garçon dont les parents sont rarement là. Je ne tiens pas à rester sur ces derniers mots alors je lui prends la main et l'emporte vers mon salon. J'avais installé toute la réserve de mauvaise nourriture des placards pour nous remplir toute la petite table du salon. « Je t'avoue que ça fait longtemps mais je me suis dis qu'on pourrait regarder un film. Je ne savais pas trop ce que tu aimais alors j'ai tout sorti. » Je lui lâche la main et saute par dessus le dossier pour terminer assez dans le fauteuil. Je saisis la télécommande et tombe sur une espèce de machin avec une énorme liste de film. « Promis, je te laisse choisir. Mais crois moi bien que c'est ta seule occasion. » finis-je par dire en tapotant le fauteuil pour que Lenny me réjoigne.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : gajah + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2564
POINTS : 3449
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Tumblr_inline_pkiv51bFwY1uy9est_1280
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptyVen 9 Déc - 20:51

Daniel&Eleanor
Every dead emotion inside me comes alive when you touch me and I don’t even know if you feel remotely close to what I feel. It’s terrifying.


« Salut pretty red ! » Je sens mes lèvres s’étirer en un sourire charmé quand j’entends Daniel ce qui semblait être devenu mon surnom officiel. Inutile de préciser que j’avais totalement adopté ce dernier. Il était flatteur en lui-même et bien entendu, je me sentais spéciale chaque fois qu’il l’employait… « Contente de l’entendre ! Je vais bien aussi ! Enfin, cette foutue me donne du fil à retordre mais je vais survivre. » Que je dis quand nous débutons notre conversation. Je ne me départis pas de mon sourire, peu désireuse de passer pour une pleurnicharde… Ma joue me picote encore un peu là où elle a touché la sienne et je sens un petit frisson me traverser. J’en veux vraiment à mon corps de me trahir de la sorte mais je peux toujours essayer de dire que c’est le froid et pas la compagnie de Daniel qui me procure ces divines sensations… Sauf qu’il m’invite à entrer, me privant de mon excuse. Il se comporte comme un gentleman, m’aidant à me débarrasser des mes affaires dans l’entrée. Une aide à laquelle je suis très sensible vu que j’ai encore un peu de mal à bouger mon épaule… On continue un peu à discuter mais c’est très léger. Comme je l’avais dit, c’était notre premier vrai tête à tête tous les deux et c’était sans doute normal qu’on soit un peu empruntés. Il nous fallait encore trouver nos marques… « Oh malheureusement, je ne connais que trop bien cette sensation. » Que je dis d’un air désolé quand je lui parle de ses parents et qu’il m’explique qu’avec eux, la notion de présence était relative. Je ne mentais pas  pour me faire bien voir. Les miens vivaient carrément sur une autre planète, même quand on était tous assis autour de la même table… « Enfin là pour ce soir, ils sont persuadés que je suis au lit avec une bonne grippe. » Un léger sourire amusé sur les lèvres, je me confesse à mon tour. J’imaginais que Daniel venait d’une grande famille unie, j’étais un peu surprise de constater que ça ne semblait pas être tout à fait le cas. Comme quoi, j’avais encore beaucoup à apprendre sur lui…

Je ne suis bien évidemment jamais venue chez Danny alors je reste bêtement plantée dans le couloir, ne sachant pas par où aller. Heureusement, le maître des lieux prend les choses en main d’une manière que j’apprécie tout particulièrement. Ou plutôt, il me prend la main pour me guider jusqu’au salon, ce qui manque bien évidemment de me faire défaillir. Je ne sais pas quoi penser de ce doux contact. Franchement, il aurait pu simplement m’indiquer la direction ? Je n’étais pas en train de me faire des films quand je me disais que mon attirance n’était pas à sens unique ? … La table du salon est remplie de cochonneries à manger, nouveau motif de réjouissance pour moi. Mes parents étaient plus ou moins contre les sucreries. « Non, non c’est une bonne idée. » J’ai envie de le rassurer quand il me présente le programme de la soirée d’un air penaud, comme s’il s’excusait de son manque d’originalité. Je trouve ça vraiment mignon la façon dont il a tout préparé et je n’ai besoin rien de plus. « Quoique si tu me laisses choisir… Je pourrai te faire regarder une affreuse comédie romantique, un bon film de filles, le cauchemar de tout garçon qui se respecte… » Que je dis avec un air malicieux, commençant à me détendre, bercée par les douces attention du garçon. Il finit cependant par lâcher ma main, pour sauter dans le canapé d’un geste agile. Je continue dans mon délire. « Je suis sérieuse… Comme tu l’as dis, c’est ma seule occasion. » Toujours très sage, je contourne le canapé pour m’asseoir, me mettant près de Daniel mais pas trop. Disons une distance de sécurité raisonnable, quelques centimètres. Je ne voulais pas avoir l’air d’une allumeuse. Mais j’avais quand même une marge de manœuvre. « Non bon, je te remercie mais je t’aime trop pour te torturer comme ça… » Que je lui dis en le regardant en coin, faisant passer mon message sur le ton de la légèreté. « Il nous faut quelque chose qu’on aime tous les deux… » Je me penche légèrement pour lire la liste de films à l’écran et je trouve finalement mon bonheur. « Pourquoi pas un film d’horreur ? Regarde, il y a Insidious 3… » Je le regarde à nouveau, à la recherche de son approbation. Bien entendu, j’avais un peu des idées derrière la tête en choisissant ce genre de film… Mais qui pourrait me blâmer de ne pas pouvoir garder la tête froide alors que j’étais douillettement assise aux côtés du beau brun dans son canapé ?

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1697
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptyDim 11 Déc - 16:24


trouble inside.
Pretty red. Ce surnom lui va super bien. Je n'aurais jamais cru être attiré par une rousse, je me suis toujours contenté de rester sur les filles brunes avec, de temps à autre, une petite blonde ou l'autre qui, la plupart du temps manquait totalement l'intelligence. « Ça fait si mal que ça ? » Je m'imagine encore blessé. Je m'imagine encore pris de certaines douleurs et la pensée me donne des nausées. Alors que je lui demande la gravité de la situation, je me dis que ce n'est peut-être pas le sujet le plus extraordinaire pour démarrer une petite soirée. Puis je suis sûr qu'elle n'a pas envie de se plaindre et franchement, je peux la comprendre. Ça se saurait si les paroles pouvaient guérir des blessures. Je l'invite à rentrer, la débarrasse de toutes ses affaires dans l'entrée alors que je fais tout pour résister à mon habituelle envie de les balancer simplement plus loin. Lenny me demande si mes parents sont là et même si je réponds comme si rien n'était, je suis intrigué par la question. Même s'ils avaient été là, papa aurait sûrement passé son temps dans son bureau alors que maman, elle, tenterait d'écrire quelques lignes sur le fauteuil dans sa chambre en buvant un thé bien chaud. Bref, ce serait comme si nous étions tout seul. « Ah oui ? » demandais-je, aussi intrigué que tout à l'heure. Je ne connais pas ses parents mais d'après ce que j'ai entendu, ils n'ont pas l'air du genre à laisser leurs enfants tous seuls à la maison pendant des jours entiers. Mais bon, ce n'est qu'un avis. « Oh la vilaine fille. » Je suis presque mort de rire avant de me demander si je lui fais honte. Y a-t-il vraiment du mal à passer la soirée chez un ami ? Je n'en sais trop rien mais moi qui ne m'imaginais pas que les parents de la rousse étaient du genre absents, je me dis que j'ai encore pas mal de choses à apprendre sur elle.

La brève discussion terminée, toujours dans le hall d'entrée, je prends la main de la jeune fille et lui fais traverser le couloir avant d'arriver dans le salon. Peu désireux d'aggraver sa blessure en sortant boire un verre ou même en allant au cinéma, j'ai tout installé au niveau de la télévision et j'ai sorti toutes les cochonneries possibles que j'avais dans les placards. Comme je ne connaissais pas ses goûts, en plus de mon incroyable capacité à avaler des doses de chips inimaginable, je me suis dis que l'idée n'était pas trop mauvaise. Et vu comment Lenny me répond, elle a du sentir que je sentais le programme un peu léger. « Je suis content que ça te convienne. » C'est stupide comme phrase mais c'est une gentille manière de la remercier pour ne pas détruire la soirée, même d'un simple regard ou d'une grimace. C'est là qu'elle se met à me parler de films romantiques alors que je lui disais qu'elle pouvait le choisir. Je pique une grimace, peu désireux de me retrouver devant un film plein d'amour dont je connaîtrais sûrement la fin après dix minutes. « Si c'est vraiment ce que tu veux ... » tentais-je de dire avec un visage neutre. Mais c'est compliqué. Je lui lâche la main et passe dans le fauteuil grâce à un geste agile. « Tant que tu me laisse rigoler. » finis-je par ajouter mort de rire alors qu'elle contourne le fauteuil pour me rejoindre.

J'ai droit à son sourire en coin et à un message discrètement passé. « Merci merci. Tu me rassure un peu je t'avoue. » La rousse se penche vers la télécommande pour pouvoir regarder si quelque chose pourrait nous plaire à tous les deux. Je regarde la liste, me rends compte qu'il y en a beaucoup que je n'ai pas vu. « Oh tu sais, je ne suis pas difficile. C'est juste que les films romantiques, par exemple, je les regarde plus pour me marrer que pour le romantisme. » Mais pas besoin de sortir des arguments, Lenny semble avoir trouvé son bonheur. Les films d'horreur ne sont pas spécialement ma tasse de thé mais pourquoi pas. Puis je sens à son regard qu'elle est déterminée. « Ok, mais je ne me souviens pas avoir vu les deux autres hein .. » dis-je en rigolant. J'appuie sur tous les boutons possibles avant que le générique de début ne commence. « Sers toi. Fin, fais comme chez toi ! » finis-je par dire avant de prendre un paquet de bonbons et de m'affaler dans le fauteuil.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : gajah + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2564
POINTS : 3449
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Tumblr_inline_pkiv51bFwY1uy9est_1280
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptySam 17 Déc - 23:24

Daniel&Eleanor
Every dead emotion inside me comes alive when you touch me and I don’t even know if you feel remotely close to what I feel. It’s terrifying.


« Ouais… quand même. Mais c’est surtout parce que j’oublie que je dois me ménager. Et puis, ça me manque l’entraînement… Enfin, tu vois ce que je veux dire. » Comme j’ai parlé de mon épaule à Danny, il se sent sans doute obligé de me demander des détails, alors je réponds en essayant encore une fois de ne pas trop me plaindre. Mais je ne suis pas non plus une menteuse et je ne cache pas combien ça me tracasse, surtout vis-à-vis du patinage artistique. C’est bien un des seuls points commun que j’ai avec lui d’ailleurs : l’amour du sport… Ou pas. Parce qu’on évoque brièvement nos parents et je me rends compte que présents ou absents, ces derniers n’avaient pas tout forcément compris à l’éducation des adolescents. « Oui… Les miens sont à la maison mais s’ils n’y étaient pas… ça serait pareil. Ils sont tellement aveuglés par leurs convictions… Il n’essaye même pas de me comprendre ou de penser à ce dont j’ai besoin. Ils sont là mais totalement à la masse. » Bon ok, je suis en train de me plaindre. Ou du moins en train de me confier. Je ne sais pas pourquoi je suis aussi bavarde en présence du Granger. Je suis un livre ouvert, littéralement. Ça me fait peur d’avoir l’air aussi transparente. Je me demande d’ailleurs ce qu’il perçoit de moi, s’il se rend compte que je suis complètement envoûtée par son charme. Par exemple… Remarque t-il le fard que je pique quand il me traite gentiment de vilaine fille quand je lui raconte que je sors en douce ? Je souris rien en baissant les yeux, toute émue à l’idée qu’il puisse admirer « mes exploits ». Je suis un peu intimidée mais le brun me traite de manière si courtoise que je me trouve à prendre confiance et à oser un peu m’exprimer. « Et moi… Je suis contente d’être avec toi ce soir. » Que je réplique donc d’un ton léger quand Danny me dit qu’il est content que le programme me convienne, une fois que nous sommes installés confortablement sur son canapé.

Reste le choix épineux du film. Encore toute émue par le fait qu’il m’ait donnée la main, je divague un peu, disant des bêtises sur le fait de regarder une comédie romantique. Il essaye de bluffer en jouant les mecs qui s’en fiche mais je remarque bien que son sourire s’est quelque peu crispé. Heureusement, je ne le torture pas longtemps et une fois que je l’ai un peu rassuré, on peut commencer à discuter de nos goûts en matière de films. J’aime bien, on est aussi cyniques l’un que l’autre. « Non mais je comprends totalement… C’est tellement ridicule. C’est plus le truc devant lequel tu fais un jeu d’alcool. Je ne pense pas que tu puisses faire autre chose que te marrer en vrai. » Il fallait vraiment que je sois fatiguée ou déprimée pour trouver de l’attrait à ce genre de comédies… En tout cas, Danny a l’air de vraiment vouloir me faire plaisir alors quand je lui parle de films d’horreur, il prend la télécommande et lance celui que je lui ai demandé. « Ne t’inquiète pas, je ne crois pas que ce soit nécessaire. » Que je réplique quand il me signale quand même qu’il n’a pas vu les deux autres. Il me dit de faire comme chez moi et je m’exécute un peu timidement. Comme lui, je m’appuie en arrière sur le dossier tandis que le film commence. Le début est classique, montrant une jeune femme qui essaye d’entrer en contact avec les morts. De toute façon, je peine d’emblée à me concentrer sur l’intrigue, troublée par cette intimité avec le garçon de mes rêves.

Enfin, les bonbons qu’il a dans la main m’attirent aussi alors je tends la main pour en attraper un. Manque de bol, lui et moi visions le même et nos mains se heurtent. Je sens la peau de ma main me picoter à ce contact et je comprends que je suis vraiment arrivée au point de non retour avec lui. Je suis vraiment amoureuse. Je me mords la lèvre, avant d’attraper quand même l’objet de ma convoitise. Joueuse, je fais mine de le porter aux lèvres du brun, comme si je lui donnais le becquetée mais quand il ouvre la bouche, je mets finalement la sucrerie dans la mienne. Je rigole ensuite. « Désolée, c’est vraiment ceux que je préfère. » Que je dis un peu contrite quand même en mâchouillant mon dragibus à la fraise. Je fais ensuite mine de reporter mon attention sur l’écran mais à vrai dire, je jette quelques regards en coin à mon voisin. La bouteille d’alcool que j’ai emmenée dort sagement dans un coin et ce n’est pas plus mal. On n’a pas besoin de ça pour passer une bonne soirée… Les choses deviennent d’ailleurs sérieuses à la télé et la tension monte. Stressée, je me venge sur les bonbons, sursautant quand la silhouette du premier fantôme apparaît. C’était le paradoxe. J’adorais les films d’horreur mais j’étais une vraie trouillarde. Il fallait avouer que j’étais bon public aussi…Et inévitablement, dès que la première scène gore se déroule à l’écran, je pousse un petit cri avant de vite tourner la tête dans le dossier du canapé et d’attraper le bras de Danny. « Oh merde, c’est dégueu. » Que je dis vraiment dégoûtée.

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1697
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptyJeu 22 Déc - 0:09


trouble inside.
Quand la rousse me parle, je commence à comprendre pourquoi elle a du mal à s'en remettre comme il faut. Quand tu es contre la douleur, que tu ne veux pas y penser, tu finis par le faire pour de vrai et à oublier qu'en fait, tu es réellement blessé. « Oui je vois. Mais évitons de nous attarder dessus sinon, on va finir par déprimer tous les deux. » Moi parce que j'aurais l'impression de pouvoir me blesser n'importe quand et elle parce qu'on continue d'en parler. Nous n'étions pas là pour se plaindre mais pour passer une simple et bonne soirée. Partager des moments simples comme l'amour du sport ou les parents absents. Je l'écoute attentivement alors que je suis étonné d'entendre tout ce qui sort de la bouche de Lenny. La réputation des Griffiths les précèdent tellement que quand on me parle d'eux, j'imagine des super parents poules toujours sur le dos de leurs enfants. « Etre là sans être là .. Je vois ce que tu veux dire. » dis-je en un demi sourire. Si c'est pour être à la maison et finir dans son bureau, je pense que papa pourrait carrément resté sur son lieu de travail. « Pour le reste, j'essaie de te comprendre mais je crois que je ne pourrais pas. Alors évitons de faire semblant. » Je ne vais pas faire semblant de dire qu'avoir leurs convictions est une bonne chose, que l'inculquer à leurs enfants est tout aussi bien ... Je ne veux pas faire comme si je trouvais ça bien et mentir à la figure de mon amie. Alors je vais éviter le sujet et de la sorte, on évitera les discussions houleuses alors que la soirée vient à peine de commencer. « Je te dirais juste de te battre pour ce dont tu as envie et ce dont tu crois. » La philosophie n'est pas mon truc mais ça me rend mal à l'aise de ne pas la savoir aussi bien que je le croyais dans sa maison. La conversation part heureusement dans d'autres directions et je finis par être admiratif de cette poussée rebelle qu'elle a eu en faisant le mur pour venir jusqu'ici. Ça me fait rire, c'est mignon comme geste. Je l'emmène dans le salon en même temps et finit, ensuite, par lui expliquer le programme qui nous attend pour la soirée. Au fil des secondes, je pensais que ce n'était pas des plus joyeux mais en fin de compte, ça a l'air de lui plaire. Sa dernière phrase marque un point d'arrêt à mes actions et tandis que je voudrais jouer les bons garçons qui ont assez de confiance en eux pour pouvoir répondre sans une once d'émotions. Mais c'est raté. Alors je me tais. Décidément, ça m'a beaucoup trop touché.

Je ne suis pas un garçon très compliqué. J'aime les choses simples, les plaisirs simples et les films qui ont un sens. Ceux où tu devine la fin seulement après dix minutes sont ennuyeux. Je me suis dis que la jolie rousse pourrait choisir le film vu que je l'invite mais quand elle en arrive au romantisme, j'ai un peu de mal à ne pas faire la grimace. J'ai du mal à savoir si elle se joue de moi ou si elle est sérieuse et pour ne pas prendre de risques, je dis simplement oui à tout ce qu'elle veut. « Non mais il y en a des bons .. Fin, je crois. » dis-je en faisant mine de réfléchir. Si ça existe, je ne suis pas encore tombé dessus. « Mais sinon, maintenant que tu le dis, c'est vrai qu'ils sont bien plus marrants quand tu as un verre dans le nez. » Je n'ai pas encore testé mais je le retiens et je me promets de le tester. Heureusement pour moi et mon cerveau, la jolie fille semble s'être joué de moi et pars directement vers les films d'horreur. Pas forcément ma tasse de thé non plus mais au moins, il y a plus d'actions. Je n'ai pas vu le film qu'elle propose ni les deux précédents mais elle m'assure que ce n'est pas grave. Je souris en guise de réponse et la laisse gérer le reste. Le film commence et c'est typique, mais je sens que je vais regretter ce choix.

Je prends un sachet de bonbons sur la table et par pur hasard, il se trouve que je partage les même goûts que Lenny en guise de sucreries. Elle se penche pour en attraper un et alors que nos mains s'effleurent, elle se dépêche de l'enlever. J'étouffe un petit rire alors qu'en fait, je suis presque aussi gêné. Sentiment que j'ai encore du mal à connaître alors que jusqu'ici, aucune filles ne m'avaient jamais autant attiré que de la rousse. Ou sa copine. C'est compliqué, une lutte entre ce que je ressens et ce dont j'ai besoin. « Pas de soucis. » Après tout, je ne vais pas non plus faire le chiant à cause d'un bête paquet de bonbons. Je le pose entre nous en guise de partage. Mon attention revient sur le film et ce passage avec la fille ne présage rien de bon. Dans ma tête, je me dis qu'elle ne survivra pas encore très longtemps. Petit à petit, la tension monte et mon cœur commence à battre de plus en plus vite. Je fais le malin mais je suis tout aussi effrayé qu'elle. Et c'est là que la scène typique arrive, celle ou du sang gicle partout. C'est laid, c'est dégoulinant ... Mais ne pas regarder n'arrangera rien du tout. J'ai un petit sursaut quand on attrape mon bras puis revient à moi quand je remarque que c'est juste la jeune fille qui a peur. « J'avoue que ... » J'aurais préféré ne pas devoir graver la scène dans ma tête. « C'est bon c'est fini. » ajoutais-je, un peu moqueur. Je la regarde se retourner mais ne fais pas attention à l'écran. Je suis resté assez proche et j'ai essayé de faire en sorte qu'elle ne lâche pas mon bras. J'aime bien l'avoir près de moi et je n'ai pas envie de simplement faire des gestes typiques que j'adopte pour me rapprocher d'une fille quelconque. Sauf que c'est compliqué de faire passer ses envies si tu ne bouge pas ton corps un minimum. Lentement, alors que nos bras sont toujours proches, je déplace ma main pour pouvoir prendre la sienne. J'entremêle mes doigts et je peux enfin me concentrer sur le film à nouveau. « Mais attends, je n'ai pas compris là. C'est lui le tueur ? » demandais-je alors que j'avais raté un peu trop de la scène.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : gajah + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2564
POINTS : 3449
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Tumblr_inline_pkiv51bFwY1uy9est_1280
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptySam 24 Déc - 14:23

Daniel&Eleanor
Every dead emotion inside me comes alive when you touch me and I don’t even know if you feel remotely close to what I feel. It’s terrifying.


« Oui, tu as raison ! » Je suis en effet le raisonnement de Danny sans discuter. Pas la peine de se déprimer en parlant de blessures alors qu’une soirée prometteuse s’annonçait pour nous deux. De toute façon, j’étais tellement mordue que j’aurai pu dire oui à tout ce qu’il disait. Enfin, entendons nous bien, j’essayais quand même de garder un peu de caractère. Je savais que les filles idiotes qui riaient à toutes les blagues du garçon et le suivait les yeux fermés ne faisaient pas long feu. Le but n’était pas non plus de paraître fade. Et je crois pouvoir affirmer que je ne l’étais pas. Pour la première fois, avec le Granger, on prenait le temps d’échanger quelques informations personnelles sur nos vies et c’était un changement agréable. On commence par parler des parents absents ou plutôt présents sans l’être vraiment puis je me rends compte que la conversation a doucement glissé vers la religion quand Daniel prononce ces mots. « Pour le reste, j'essaie de te comprendre mais je crois que je ne pourrais pas. Alors évitons de faire semblant. » J’apprécie sa franchise même si lui a l’air tout à coup de se sentir un peu mal à l’aise. En même temps, je ne peux pas lui en vouloir. A notre époque, faire partie d’une famille religieuse et très pratiquante était un concept que les autres avaient du mal à assimiler. J’adresse un doux sourire à mon hôte. « C’est déjà gentil d’essayer de comprendre. » Moi-même, j’avais quelques soucis de foi en ce moment, alors je n’allais pas jouer les hypocrites et monter au créneau pour défendre quelque chose auquel j’avais de plus en plus de mal à croire. Et peut être que ça encourage Danny parce qu’il va au bout de sa pensée. « Je te dirais juste de te battre pour ce dont tu as envie et ce dont tu crois. » C’est un beau conseil et je le range précieusement dans un coin de ma mémoire. Je n’ai pas plus envie que lui de lancer un débat théologique. Même si un jour, j’aimerai lui expliquer que malgré des doutes légitimes, il n’est pas forcément facile de se détacher d’une éducation et de croyances qui vous ont été données dès votre plus jeune âge…

Mais pour le moment, le temps est à la rigolade et à la détente. J’ose taquiner un peu Daniel et il répond avec son humour habituel. On se met d’accord sur le fait que les comédies romantiques sont bien plus appréciables avec un verre dans le nez mais pour le moment, la bouteille que j’ai emmené reste sagement fermée dans un coin. Je n’avais pas besoin d’alcool pour apprécier la compagnie du jeune homme. A vrai dire… Il avait un tel effet sur moi qu’il me donnait parfois l’impression d’être déjà ivre. Il me laisse choisir le film et je prends un film d’horreur. En vérité, je n’ai aucune affinité avec le genre mais j’ai juste besoin d’un prétexte pour initier un rapprochement avec mon voisin. Certes, je pourrais tout aussi bien le faire de manière directe mais je n’avais quand même pas autant de cran… De toute façon, il ne faut pas longtemps pour que nos mains s’effleurent alors qu’on essaye d’attraper la même sucrerie. Encore une fois, j’embête Danny mais il n’est pas rancunier et finit par déposer le paquet entre nous deux, comme une offrande. « Merci. » Que je dis presque honteuse. Et puis finalement, ce que je mange n’a bientôt plus beaucoup d’importance car mon choix de film s’avère vraiment mauvais dans le sens où il est complètement flippant. Du coup, quand j’attrape le bras de Danny, ce n’est pas pour flirter, j’ai vraiment la trouille. Heureusement, il ne se moque pas trop. Il me prévient même quand la scène dérangeante se termine. Je fais donc pivoter à nouveau ma tête en direction de l’écran mais je ne lâche pas son bras. Et lui ne s’écarte pas. C’est con mais je suis contente rien que pour ça.

Et puis finalement… Je sens les doigts du jeune homme venir effleurer les miens et j’ai l’impression que ma respiration a quelques ratés. Doucement, très doucement, il pose sa main sur la mienne et nos doigts s’entremêlent. Le cœur battant à la chamade, j’essaye de ne pas sourire trop béatement. Mais cette approche me plaît vraiment. C’est doux, c’est tendre et pas trop entreprenant. Je me rapproche du garçon de mes rêves sans avoir l’impression de trop pêcher et c’est reposant. Je rigole face à sa question. « Non, j’imagine que c’est ce qu’ils veulent nous faire croire mais c’est pas possible. Sinon, c’est vraiment nul, y a aucun suspense. » Mais bien entendu, je pourrai être en train de regarder le pire navet de tous les temps que je m’en ficherait royalement. Une seule chose m’importait : le garçon à côté de moi. Considérant d’ailleurs qu’il a accompli la moitié du chemin, je décide d’avoir un peu d’audace et de faire l’autre moitié. J’incline ma tête et je la pose sur son épaule, me blottissant un peu plus contre lui. J’essaye de me replonger dans le film mais évidemment, mes facultés de concentration ont beaucoup diminué. Pour ne pas dire qu’elles sont presque inexistantes. Alors je renonce à essayer de suivre l’intrigue et je reprends la parole en espérant que mon voisin lui, n’est pas trop dans le film. Je n’en reviens pas que de tels mots sortent de ma bouche mais pourtant, ils le font. « Tu sais tout à l’heure… Tu m’as dis de me battre pour ce qui me faisait envie… Et bien, je vais commencer tout de suite. » Je relève un peu la tête pour essayer de capter son regard et je rapproche mon visage du sien dans un geste qui ne comporte aucune ambiguïté. La façon dont je le regarde parle d’elle-même. Il est ce que je veux. J’ai envie de poser mes lèvres sur les siennes. De connaitre à nouveau la sensation de ses baisers. Mais je ne le fais pas immédiatement, lui laissant la possibilité de reculer. Après tout, je l’avais repoussé une fois et il pouvait très bien refuser à son tour ce retournement de situation…


_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1697
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptyMar 27 Déc - 0:52


trouble inside.
Je te dirais juste de te battre pour ce dont tu as envie et ce dont tu crois. Je médite mes paroles alors que dans ma tête, je fais bien plus que me battre pour ce que je veux. Je mors, à sang et je finis par avoir tout ce que je veux. J'utilise mes charmes, mon argent et tout m'es servi sur un plateau. Je donne des conseils alors que je n'en suis pas la moitié, me contentant de ce que la nature m'a donné pour en profiter un maximum. Mais j'ignore ce passage et oublie tout ce début de débat théologique sur lequel nous étions en train de nous diriger. C'est sympa de pouvoir discuter de cette manière avec une fille, sans lui sortir des phrases complètement bateaux qui la ferait tomber à mes pieds. Non, nous sommes dans tout ce qu'il y a de plus simple, comparant nos vies avec nos parents respectifs avant de finir par en rigoler. Parce que c'est seulement ce qu'il y a à faire quand on a des parents aussi peu présent, que ce soit de manière psychologique ou physique. La discussion me détend un peu, me rappelle que j'ai parfois même plus de chances que la moyenne, mais la suite de la soirée est plus prometteuse et je me réjouis d'avance de pouvoir m'installer pour regarder un film.

Nous en arrivons aux films romantiques et pour une fois, une femme est aussi d'accord que moi sur le manque de réalité dont font preuve tout ces films pseudos romantiques. Ils montrent aux filles que le prince charmant arrivera un jour à leur porte, un bouquet de rose à la main et qu'il sera gentil, aimant, s'occupant d'elle pour toujours. Une belle version masculine qui oublie tous les défauts dont peuvent faire preuve les êtres humains. Quant aux femmes .. Ils nous font croire qu'elles seront toujours dépendante de nous, parfois femme à la maison, aimante, serviable .. Bref, une version de la femme des années 60 et encore, même dans ces années là elles étaient plus indépendantes que ça. Non, les films romantiques, ce n'est que pour les soirées où tu finis par avoir un verre dans le nez. On pourrait se servir de la bouteille que Lenny a apporté pour faire passer la pilule mais en plus du fait qu'elle n'en veuille pas, j'apprécie fortement l'idée de passer une soirée tranquille et totalement sobre. Le film d'horreur est en tête de liste à partir de maintenant et j'ai déjà oublié le titre de celui qu'elle nous a mis à la télévision. Le générique commençant, je me jette sur des bonbons qui sont apparemment ceux qu'elles préfèrent aussi. On se taquine mutuellement avant que je ne dépose le paquet entre nous. Et quelques minutes plus tard, un passage flippant nous fait tous les deux grimacer tandis que la rousse finit carrément par tourner la tête. Je ne regarde qu'à moitié et d'un geste instinctif, j'entremêle mes doigts aux siens et repars sur le film quand enfin le passage gore est parti. « Tu es beaucoup plus perspicace que moi. » dis-je alors qu'elle répondait à ma question sur le tueur. Elle a raison. Les minutes passent et je me rends compte que comme elle dit, ça ne peut pas être lui. « Ca n'a quand même aucun sens comme film. » finis-je par dire alors que je tente de comprendre au mieux ce qu'il se passe sur les images. Autant les films romantiques sont chiants à souhait, on connaît la fin direct autant là c'est impossible que ce soit la même chose vu qu'on ne comprend pas les actions qui s'enchaînent. Heureusement, la Griffiths me sort du non sens avec sa voix avant de venir déposer ses lèvres sur les miennes. Celle là, je ne m'y attendais vraiment pas.

C'est mieux que tout ce que j'avais imaginé. Je suppose que le fait d'être sobre rend déjà ce baiser beaucoup plus intéressant que la dernière fois. Mais ça va plus loin. Ce n'est pas simplement le plaisir du contact qui me rend aussi paisible, ce n'est pas simplement le contact parfait entre nos lèvres ou cette magnifique danse qu'empruntent nos langues qui me rend si fou. C'est tellement plus. C'est un manque en fait. Je n'aurais jamais imaginé que quelqu'un puisse autant me manquer, puisse me rendre aussi bizarre. J'avais organisé cette petite soirée pour me détendre un coup, comme la jeune femme et ce qui arrive pour l'instant n'était pas prévu. Bon mais pas prévu. Mon cerveau est partagé, se laissant allé dans une vague de plaisir simple, se mettant à penser à quelque chose de plus intime et ce moment, qui doit absolument être proche, qu'est celui de couper le contact pour éviter des gestes peu pensés. « Je ... » murmurais-je entre deux respirations, sans convictions. Mes mains arrivent sur son visage alors que je tente de faire tout mon possible pour éviter tous contacts. C'est tellement dur mais au bout de quelques secondes, j'y arrive enfin. Je viens coller mon front contre le sien tandis que ma respiration se calme de plus en plus. « J'ai compris ton message. Je l'ai même très bien compris. » L'envie de se battre pour ce que tu veux. Lorsque nous sommes sorti avec la Weston, j'avais compris que ça dérangeait la rousse de me voir aussi proche d'elle mais à ce point là, c'était difficile de l'imaginer. Ça me perturbe comme ça me flatte. « Et j'y retournerais bien. Je ne veux juste pas t'emmener dans quelque chose que tu finiras par regretter. » Puis de toutes façons, la dernière fois que j'ai essayé elle m'a envoyé balader. Je n'aime pas ça alors bon, je n'ai pas du tout envie de retenter l'expérience. Ce n'est ni bon pour moi, ni bon pour elle. « Je ne veux pas te faire de mal. Et je vais finir par le faire. » La franchise, il n'y a rien de mieux. C'est une vérité qui fait mal, même pour moi mais je sais ce que je vaux et ça, ça vaut tout l'or du monde pour moi. Je regarde la télé, marquant une pose dans ce débat philosophique mais surtout, oubliant cette envie de poser à nouveau mes lèvres sur les siennes.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : gajah + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2564
POINTS : 3449
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Tumblr_inline_pkiv51bFwY1uy9est_1280
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptySam 7 Jan - 14:47

Daniel&Eleanor
Every dead emotion inside me comes alive when you touch me and I don’t even know if you feel remotely close to what I feel. It’s terrifying.


Les images du films continuent de défiler à l’écran mais la véritable intrigue se joue sur le canapé. Daniel fait encore mine de s’intéresser un peu à l’identité du tueur mais moi, je ne peux me concentrer que sur sa main qui enlace la mienne. « Oh non… c’est juste que c’est toujours la même chose dans ce genre de films. » Que je réplique quand il me dit que je suis plus perspicace que lui. Et en quelque sorte, ma réplique marque la fin des faux-semblants. Il décrète que le film n’a pas beaucoup de sens et je ne peux être que d’accord avec lui. Et surtout m’en désintéresser pour de bon. Parce que tout ce que j’avais envie de faire à présent, c’était d’instaurer un rapprochement pas subtil du tout entre lui et moi. Je finis d’ailleurs par y parvenir, rapprochant mon visage du sien. Et là, pour ma plus grande joie, il ne recule pas. Je peux donc déposer ma bouche sur la sienne, avec un délicieux frisson d’anticipation. Mais le baiser en lui-même est bien meilleur que l’anticipation. Les lèvres de Daniel sont chaudes et son baiser a le goût des sucreries que nous venons de manger. Je me perds dans les exquises sensations que sa bouche contre la mienne me procure et je m’accroche à sa nuque quand nous décidons de les approfondir en laissant nos langues prendre part à la mêlée. J’ai déjà dépassé les limites que ma religion m’impose mais je n’y prête pas attention. Pour moi, il n’y a rien de sale ou d’impur dans ce baiser. Au contraire, il est magnifique. Il me donne l’impression de découvrir quelque chose de nouveau, une nouvelle façon de se sentir en vie. Je voudrais que jamais, ça ne s’arrête et pourtant c’est ce qui finit par se produire.

Doucement, Daniel s’écarte. Il me fixe de ses beaux yeux et je lis de la confusion dans ces derniers. Ses mains viennent encadrer délicatement mon visage et j’incline un peu la tête pour que ma joue soit contre sa paume, comme si soudainement je ne pouvais plus me passer du contact de sa peau contre la mienne. Mais en fait, c’était ça. Je voulais qu’il recommence à m’embrasser encore et encore. « J'ai compris ton message. Je l'ai même très bien compris. » Il bafouille un peu et je comprends que mon pressentiment était avéré. Il n’était pas qu’un beau visage, il dissimulait plus que ce qu’il voulait faire croire derrière ses traits angéliques. J’avais l’impression qu’il ressentait autant que moi l’importance du moment. Alors quand il vient délicatement coller son front contre le mien, je comprends qu’il a plus à dire. «Et j'y retournerais bien. Je ne veux juste pas t'emmener dans quelque chose que tu finiras par regretter. Je ne veux pas te faire de mal. Et je vais finir par le faire. » Je crois que je ne serai jamais autant amoureuse qu’à ce moment précis, alors qu’il vient de me révéler une belle sensibilité et de nobles intentions. Il n’en demeure pas moins que nous sommes face à une impasse. « Je… Je… » C’est à mon tour de bafouiller. Ciel, que les premiers émois amoureux étaient compliquées. « Je suis désolée… C’est mal de ma part de te vouloir alors que… je ne peux pas te donner ce dont tu as besoin. » Si seulement j’étais une fille normale, avec des parents sains d’esprits. Des parents qui auraient été un peu gênés de parler de sexe mais qui auraient quand même pris le temps de m’en parler, de me faire comprendre que c’était une chose normale de la vie et pas un pêché mortel. Des parents qui ne m’auraient pas fait croire que j’irai tout droit en enfer si je dépassais les limites…

« Pour le moment, je ne vois rien que je pourrai regretter mais je vois ce que tu veux dire… Je ne sais pas… Je ne sais pas à quoi je veux renoncer. » Mon front est toujours collé et je sens nos souffles qui se mêlent mais à contrecœur, je m’éloigne de lui pour ne pas me laisser tenter par mon envie de goûter à nouveau à ses lèvres. On se réinstalle sur le canapé, faisant mine de fixer l’écran à nouveau. Quelques personnages supplémentaires ont perdu la vie mais c’est le cadet de mes soucis. Parce que le problème, c’était bel et bien moi. Je voulais Daniel mais je ne voulais pas tourner le dos à mes principes. Bien entendu, il y avait une part naïve en moi qui espérait qu’il puisse me dire qu’il était prêt à s’engager dans une relation chaste. Mais même s’il me donnait des baisers de cinéma, nous n’étions pas dans un film. Il n’était pas un héros romantique prêt à tout pour m’avoir. Et je ne pouvais pas lui en vouloir car sa franchise était tout à son honneur. Oui, nous avions bien fait de parler rationnellement afin de se mettre d’accord sur le fait que nous ne pouvions pas être un couple. Il ne voulait pas me blesser et je ne voulais pas le frustrer… Alors pourquoi étais-je aussi déçue ? Tout simplement parce que l’amour n’avait rien de rationnel. Je me consumais littéralement pour lui. Rien que là, être aussi prêt sans pouvoir le toucher… C’était monstrueux. La tension était insoutenable. Et finalement, je n’y tiens plus, je finis par poser la question qui me tourmente, regardant soigneusement droit devant moi. « Et si… si je prenais une décision dans ton sens… De mon plein gré, je veux dire…. Est-ce que ça changerait quelque chose pour toi ? »

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1697
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptyDim 8 Jan - 0:59


trouble inside.
Sa main est dans la mienne, ses doigts sont emmêlés au mien. J'ai toujours apprécié pouvoir regarder un film en si bonne compagnie et avec un contact du genre. Même si le film ne m'intéresse pas des masses. « Tu as bien raison. » lui répondais-je en prenant le temps, cette fois, de faire un minimum attention. Le monstre qui ne fait pas peur, cette bande d'amis stéréotypée où tu peux retrouver le soit disant courageux, le peureux, la chieuse ou encore celle que tu dois toujours sauver. Lenny a raison, c'est toujours la même chose dans ces films là aussi. Ce qui ne l'est pas, c'est ce qui se passe pour les téléspectateurs. Je n'avais par exemple pas du tout prévu que la rousse puisse avoir comme une dose d'adrénaline et qu'elle se rapprocherait pour m'embrasser. Je suis surpris mais je ne recule pas. Que du contraire. J'intensifie le contact et rapproche son corps du mien avec mes mains. Le baiser est doux, chaleureux et pourtant il y a un petit soupçon de passion qui se traduit avec la manière dont nos respirations se mêlent entre elles. La rousse est douée, encore plus douée que la dernière fois que c'est arrivé. Ou c'est peut-être parce que je fais attention à elle cette fois. Mais je dois m'écarter, je dois éviter de nous pousser à aller trop loin.

Je m'écarte mais sûrement pas assez. Coller mon front au sien ne suffit pas à me couper cette horrible envie de m'emparer de ses lèvres comme elle l'a fait quelques minutes plus tôt. Mes mains encadrent son visage et la rousse penche la tête pour que ma paume puisse toucher sa joue. J'en profite pour caresser celle-ci du bout du pouce. Je lui dis que j'ai compris son message et je tente au mieux de cacher ce qui se trame dans ma tête, persuadé que ça ne sert à rien vu que les traits de mon visage trahissent tout. Puis je finis par être franc parce que pour ça, je suis assez doué. Je suis assez doué pour dire les choses comme elles sont et pour dire tout ce que je pense à voix haute, sans jamais tourné ma langue. Les mots font parfois plus de mal que les actions et c'est bien pour cela que je redoute ce moment où je lui explique .. Que je ne suis pas quelqu'un pour elle. « Ne t'excuse pas. Tu ne dois jamais t'excuser avec moi. » Je n'ai jamais pris le temps de m'excuser à personne, sauf peut-être à Lylou et je n'allais pas laisser la rousse tout se mettre sur le dos pour ce qu'il vient de se passer. En fait, j'ai l'impression qu'elle n'a pas tout à fait compris ce que je voulais lui dire. Ce dont j'ai besoin ... On en a tous besoin. On a tous besoin de rapport humain qui nous prouve que tu peux exister pour quelqu'un. Même pendant une seule petite heure. Je sais qu'elle en a autant besoin que moi mais qu'elle ne le sait pas. Je ne sais même pas quoi lui répondre et reste de marbre, collé à son front.

Je ferme les yeux et profite de nos deux respirations qui se mêlent. « Je ne veux pas que tu renonce à quoi que ce soit. » Je rouvre les yeux et recule en même temps que la rousse, profitant du courage de la jeune fille pour essayer d'en faire preuve moi aussi. On s'installe normalement et nous faisons mine de regarder l'écran, comme si le film nous intéressait encore. Je crois qu'il y a encore eu des morts et si mes souvenirs sont bons, c'est exactement ceux que j'avais prédis. Mais je ne peux pas tenir. Je ne peux pas faire semblant de regarder l'écran et oublier l'existence de la jolie jeune femme qui se trouve à mes côtés. J'aimerais tellement ... Etre celui qu'elle veut. J'aimerais ne pas draguer une fille dès que j'en ai l'occasion, j'aimerais ne pas avoir trompé la plupart de mes copines, j'aimerais avoir tenu avec la même plus d'un mois. Sauf que non et je ne suis pas sûr d'être prêt à pouvoir changer, même pour Eleanor. La tension n'est pas soutenable et j'ai horreur du blanc qui s'est installé. Je me tourne et je me rapproche un peu mais elle reprend la parole avant que je puisse dire quelque chose. « Je ... » Me pose-t-elle vraiment la question ? Je penche la tête, intrigué et cherche le moindre signe qui me montrerait que la Griffith n'était pas sérieuse. « Ce n'est pas qu'une question de sexe. Fin ... Pas entre nous. » répondais-je avec ma franchise habituelle. Je baisse les yeux en tentant de cette fois réfléchir à ce que je vais lui dire. J'en profite pour lui prendre une de ses mains et pour jouer avec ses doigts. « Tu sais, la première fois qu'on s'est rapproché, j'ai compris qu'il y avait quelque chose de spécial chez toi. Et pas simplement à cause de ta foi. Tu n'étais juste pas comme les autres. » commençais-je en souriant à moitié. « Je te mentirais si je te disais que je ne t'en ai jamais voulu de m'avoir repoussé. J'ai un minimum de fierté. Mais tu n'as jamais quitté ma tête. » continuais-je en me rapprochant encore. Sans lâcher sa main je me penche et l'embrasse doucement. « Tout ça pour te dire que c'est sûrement le seul truc que je pourrais t'offrir. Des baisers de temps à autre. Je ne suis pas un garçon qui a des petites copines. Je ne changerais pas et je ne veux surtout pas que tu change. J'aimerais être ce gars que tu mérite tellement mais je ne peux pas. » finis-je par lui dire, sûrement aussi déçu qu'elle.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : gajah + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2564
POINTS : 3449
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
Color my life with the chaos of trouble + Danny Tumblr_inline_pkiv51bFwY1uy9est_1280
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny EmptySam 14 Jan - 14:32

Daniel&Eleanor
Every dead emotion inside me comes alive when you touch me and I don’t even know if you feel remotely close to what I feel. It’s terrifying.


Alors c’était ça, l’amour ? Avoir l’impression que rien ne pourrait me rendre plus heureuse que la sensation du pouce de Daniel qui caresse doucement ma joue ? La sensation que je pourrais passer des journées entières à me perdre dans son regard malicieux ? L’envie de l’embrasser encore et encore ? Bordel, si la réponse était oui, je devais pas mal d’excuses. Parce que j’avais passé beaucoup de temps à me moquer des gens qui décrivaient ce genre de symptômes. Et aujourd’hui, ils me frappaient moi. Avec une intensité que je n’aurai jamais pensée possible. C’était l’ascenseur émotionnel, le grand huit des émotions. Je passais de la joie la plus pure à la tristesse la plus insondable. La joie la plus pure quand nous cédons enfin à nos pulsions, la tristesse la plus insondable quand je comprends ou plutôt quand il me fait comprendre que nous n’irons pas plus loin. Il ne veut pas me blesser pourtant. Je le vois, je l’entends dans la douceur de ses paroles et de ses gestes. Il me dit d’ailleurs que je ne dois jamais m’excuser avec lui et cela sonne vraiment très bien. Comme s’il était prêt à m’accepter telle que je suis, comme si je ne devais pas être désolée d’être moi-même. Il ne veut d’ailleurs pas que je renonce à quoi que ce soit, il me le dit aussi, toujours avec cette sincérité désarmante. C’est justement pour ça que je m’en rends compte qu’en fait, je pourrai peut être, être prête à faire des sacrifices pour lui. Parce qu’il n’attend rien de moi, parce qu’il ne veut pas me contraindre à faire quelque chose qui ne me ressemblerait pas. Et pour ça, oui je l’aime encore un peu plus. Alors finalement, je craque. J’évoque la possibilité, je tâte le terrain, cherchant à lui faire comprendre qu’en fin de compte, j’étais peut être prête à lui faire cette offrande si ça signifiait qu’il deviendrait mien.

Mais je me suis trompée, royalement trompée, comme le prouve la réponse qu’il finit par me faire après un moment de gêne bien naturel vu le sujet que je viens d’évoquer. Ce qu’il dit est magnifique et pourtant cette déclaration, car à mes yeux, s’en est une, me met à l’agonie. Tout comme sa main qui est venue à nouveau caresser mes doigts. Le plaisir se mêle à la tristesse. Ce n’est pas à propos du sexe ? Je suis déstabilisée, parce que je pensais que c’était la seule chose qui nous séparait. Cependant, comme je l’ai dit, je me suis bien plantée. Car il ne veut pas d’une relation. Ou plutôt, il ne se sent pas capable d’entretenir une relation exclusive, c’est ce qu’il m’avoue à demi-mots. Je me mords la lèvre si fort que je ne serai pas surprise de sentir le goût du sang. La déception est plus forte que jamais mais j’essaie de faire bonne figure. « Je vois… merci de ta franchise. » J’ai du mal à soutenir son regard. Je suis pourtant sincère aussi. Après tout, il aurait pu se moquer de moi et m’avouer cette vérité qu’après coup. Il ne l’avait pas fait et rien que pour cela, je n’avais pas le droit d’être en colère contre lui. Surtout que sa révélation, aussi douloureuse soit-elle, donnait plus de poids à ces dires comme quoi je n’étais pas comme les autres à ses yeux. Alors je peux lui avouer la vérité aussi. « Tu sais… Je m’en veux aussi de t’avoir repoussé. Encore plus maintenant que je te connais. Au début, tu étais juste le beau garçon que j’aimais mater en douce, mais maintenant, je sais que tu es tellement plus que ça. Toi non plus, tu ne quittes pas mes pensées. »

Et pourtant… tu retires doucement ta main de la sienne, détournant la tête quand il se penche pour t’embrasser. Tu ne voulais pas que ta résolution vacille à nouveau. « Mais quelques baisers de temps en temps… Ce n’est pas ce que je veux. Alors c’est peut être mieux si on prend un peu de distance…. Au moins pour quelques temps. » Parce que tu étais indéniablement amoureuse de lui et après tout cela, tu ne voyais pas comment agir normalement avec lui. Il allait te manquer mais peut être que ça serait moins douloureux que de le côtoyer sans pouvoir l’avoir… Tu te lèves, alors même que le film n’est pas terminé. « Je vais rentrer maintenant. Merci pour la soirée. » Il fallait que tu ne sois plus avec lui quand tu allais pleurer. Parce que tu allais pleurer, tu en étais certaine. Tu te penches tout de même pour déposer un baiser sur sa joue, lui montrant que tu ne lui en voulais pas. « Toi non plus, tu n’as pas à changer. Tu es un mec génial, je ne pense pas mériter mieux que toi, tu sais. » Sans doute parce que malgré son refus de s’engager dans une relation monogame avec toi, il restait quasiment le mec parfait à tes yeux… « Au revoir Daniel. » Vite, tu te détournes, prenant la fuite. Finalement, c’était devenu une habitude pour toi de fuir le Granger.


_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty
MessageSujet: Re: Color my life with the chaos of trouble + Danny Color my life with the chaos of trouble + Danny Empty

Revenir en haut Aller en bas

Color my life with the chaos of trouble + Danny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-