AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Parce que toi, tu comptes | Gwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Parce que toi, tu comptes | Gwen Mer 30 Nov - 21:57

Siothrún n’avait clairement pas une vie heureuse depuis quelques temps. Cela n’empêchait pas que parfois, il arrivait à se lever en se disant que la vie n’était finalement pas si pourrie que ça et qu’il allait pouvoir faire quelque chose de sa journée. Parfois, il se contentait de laisser la vie s’écouler sans se poser plus de question que ça. Le temps s’écoulerait, quoi qu’il fasse, ça ne servait à rien de se faire du soucis pour l’avenir. Et puis il y avait les autres fois. Celles où il sentait le futur l’écraser et le passé l’étouffer. Celles où il passait la journée dans le brouillard, à se dire qu’il aurait mieux fait de se prendre des médicaments et une bouteille de whisky et passer la journée aux lits. Des journées où le désespoir prenait le dessus. Il se sentait alors horriblement seul et abandonné. Il aurait eu envie que tout simplement, on lui accorde un peu d’attention. Siothrún manquait cruellement de tendresse. Cependant, il savait très bien qu’il repoussait lui-même tout le monde, alors bon…

Il n’y avait qu’une seule personne qu’il était toujours content de voir : Gwen. Pourtant, au premier abord, ils n’avaient absolument rien en commun. Il s’était d’ailleurs demander au départ si leur entente ne viendrait pas de la pitié qu’elle ressentait à son égard. Et puis, au fur et à mesure, il avait arrêté de se poser des questions à deux balles, se contentant d’accueillir son amitié à bras ouverts. Pourquoi s’interroger ? Ca ne servait à rien et il n’avait pas besoin de ça.

Ce jour-ci était justement un jour ça et au lieu de rester à se morfondre chez lui, il avait décidé d’aller se pointer chez la jeune femme. Oui, sans prévenir, parce que ce n’est pas marrant sinon. Il était repassé chez lui après le travail juste le temps de poser son sac et d’attraper un pack de bières (enfin, quand même, il avait un minimum d’éducation, il ne se pointait pas les mains vides chez une une jeune demoiselle) et il avait pris sa voiture pour se rendre chez elle. Il gara sa voiture un peu n’importe comment avant d’aller frapper à sa porte. Ouais, il était impatient de la voir et de pouvoir râler tandis qu’elle l’écouterait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Dim 11 Déc - 15:10


Gwen traversait une période plus ou moins compliquée. Les fêtes approchaient et lui rappelaient cruellement le manque de sa mère disparue un an auparavant. Les tensions avec son père ne s’étaient calmées qu’en raison de ce qui s’était passé du côté de son meilleur ami – et petit ami aux yeux de tous. La jeune femme essayait de se montrer le plus présente pour lui comme la plupart des personnes de son entourage, mais Rhys avait souvent besoin de se retrouver seul pour évacuer sa tristesse, un sentiment qu’elle pouvait comprendre pour l’avoir vécu une année avant lui, même si à la différence, personne n’était censé perdre un enfant ou une sœur avant un parent direct. Paradoxalement à cette triste période, la métisse avait retrouvé l’inspiration musicale pour coucher des mots sur papier et réécrire quelques titres, titres qu’elle ne comptait pas proposer dans le vent, puisqu’un projet dont elle n’avait encore parlé à personne lui était miraculeusement tombé entre les mains. Tout s’enchaînait de façon un peu bizarre en ce moment et elle ne savait plus vraiment où donner de la tête. Alors quand Siothrún débarqua à l’improviste cette après-midi-là, la métisse accueillit sa visite comme une parenthèse bienvenue dans la folie des dernières semaines.

Dès que la sonnette avait retenti, elle avait refermé son bloc-notes de chansons et avait rangé les feuilles éparpillées qu’elle avait arrachées au fur et à mesure qu’elle avait écrit quelques idées. « Hey Sio ! Quelle bonne surprise ! » Lança Gwen en ouvrant la porte. Elle le connaissait un peu et savait qu’il se passait quelque chose pour qu’il débarque ainsi, il avait sans doute besoin de se changer les idées lui aussi. La métisse s’effaça du seuil pour le laisser entrer et referma derrière lui tout en prenant sa veste pour la pendre aux côtés des autres. L’Irlandais avait de la chance de tomber sur elle par hasard étant donné que la chanteuse ne restait pas souvent chez elle à moins que Rhys ne soit là aussi. Quand la jeune femme avait un peu de temps, elle fonçait souvent à la salle de boxe ou dans les studios de danse pour se défouler. « Une bière ? » Proposa-t-elle d’en servir une avec évidence, puisqu’il leur avait apporté un pack, sans doute dans le but de s’en enfiler quelques-unes. Gwen ne le brusqua pas et ne posa aucune question directe, sachant qu’il détestait ce genre d’approche et qu’il préférait en venir au fait lui-même. Elle décapsula deux bouteilles et en tendit une à son ami, tout en allumant la télévision en fond sur un match de rugby. L’ambiance était désormais installée.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Mar 27 Déc - 20:57

« Salut ma belle. »

Rien que de la voir, ça lui redonnait un peu le sourire et ça lui mettait du baume au coeur. Il la connaissait depuis peu, mais ça lui suffisait pour savoir qu’il l’aimait bien. Vraiment bien. C’était à vrai dire la seule personne qu’il considérait comme une amie dans cette ville. La seule avec qui il avait envie de passer du temps quand ça n’allait pas fort. Et l’une des seules avec qui il était aimable en toutes circonstances. C’était assez rare pour le souligner. Il lui donna sa veste puis la suivit, répondant à sa question avec un petit sourire :

« Avec plaisir. »

Une fois qu’ils furent posés sur le canapé, il resta un moment à ne rien dire, regardant le match d’un oeil absolument distrait. Il finit par décider de se lancer :

« Est-ce… est-ce que tu crois au destin ? Je veux dire, qu’on a vraiment que ce qu’on mérite ? Je sais pas si c’est parce que je commence à vraiment vieillir, si c’est parce que je retombe en dépression ou je ne sais quoi, mais j’ai vraiment l’impression que le karma est en train de se venger. Je sais que j’ai fait pas mal de choses pourries, mais… mais est-ce que je suis vraiment si mauvais que ça ? »

Il tourna la tête vers elle, les sourcils légèrement froncés. C’était une vrai question. Elle était au courant de toute l’histoire avec l’IRA, elle savait qu’il était également accusé dans le procès… En fait, elle était une des rares à tout savoir sur lui. Ses relations tendues avec sa famille, son rejet net de la religion, comment il s’était embourbé doucement dans son cynisme, son alcoolisme, sa dépendance médicamenteuse… mais avoir quelqu’un comme Gwen qui l’acceptait malgré tout ça, ça lui faisait du bien, ça le rassurait sur le fait qu’il n’était pas entièrement perdu, et en même temps, ça ne lui donnait pas envie de faire d’effort pour se bouger. C’était encore bien compliqué tout ça, à croire qu’il n’y avait rien de facile dans sa tête !

« Tu crois qu’on est vraiment jugé après notre mort sur ce qu’on a fait durant notre vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Mar 3 Jan - 21:28


Alors que les deux amis s’étaient installés dans le canapé depuis quelques minutes, le silence régna sans être gênant. Gwen connaissait suffisamment Sio’ pour deviner qu’il cherchait comment se lancer. Il n’était pas venu pour une simple visite de courtoisie même si la métisse ne doutait pas qu’il appréciait la voir quand même. L’Irlandais se jeta finalement à l’eau et lui demanda si elle croyait au destin, autrement dit si les actions qu’ils avaient tout au long de leur vie jouaient sur leur karma. Il s’interrogeait sur sa nature mauvaise ou non. Gwen réfléchit un instant à la question. Elle se projeta dedans par rapport à son propre passé. Elle avait fait et vécu des choses qui finiraient inévitablement par lui retomber un jour dessus, la question qui se posait était plutôt quand. De là à dire qu’il s’agissait du karma, elle ne savait pas vraiment. Disons que pour prendre un exemple concret, elle se droguait assez régulièrement, certes à plus petites doses depuis qu’elle était revenue à Tenby, mais ses actions d’aujourd’hui auraient inévitablement des conséquences sur sa santé à long terme si elle ne s’arrêtait pas très rapidement. Après, tout n’était pas toujours lié à des actions, parfois le sort jouait aussi des siennes : annoncer à une personne qui ne fume qu’elle a un cancer des poumons ne semble pas aussi évident que de l’expliquer à une personne qui fume. Tout dépendait donc de la situation dont il était question. Dans le cas de Siothrun, il n’avait pas non plus un passé facile. Il était relié à l’IRA de près ou de loin et s’apprêtait à vivre un procès dans lequel il était accusé : conséquence de ses actions, pas du destin. Gwen n’était pas croyante, cependant elle se demandait parfois si une bonne étoile n’existait quand même pas pour certains cas. Elle aimait le croire en tout cas sinon où était ce que l’on appelait l’espoir ? « Tu en viens avec des questions compliquées… Tu t’es encore torturé l’esprit toi. Il s’est passé quelque chose en particulier récemment ? »

La chanteuse marqua une pause et but une gorgée de sa bière avant de poursuivre. « Pour te répondre, je pense que nos actions et nos choix ont inévitablement des répercussions un jour que ce soit en bon ou mauvais. Après, le destin met sûrement du sien aussi. Imagine, tu traverses la rue demain, tu te fais prendre par une voiture, ce n’est pas une conséquence directe de tes actes… ou si, dans le même exemple, cette voiture s’arrête à temps, une jeune femme est au volant et si ça se trouve, ça devient la femme de ta vie, ce serait parti du hasard. Tout ça pour dire que tout n’est pas forcément lié à nos actes mais pas au destin non plus. Un peu des deux. Ce qui se passe pour toi est le résultat d’une série d’événements enchevêtrés. » Si on avait dit à Gwen qu’elle philosopherait sur le destin cette après-midi-là, elle aurait certainement ingurgité deux trois bières de plus avant de se lancer. « Non mais sur quoi tu me lances toi sérieux… » Dit-elle en souriant. « On devrait être en train de trinquer à la vie, pas à la mort. Carpe Diem. » La métisse lâchait surtout cette phrase parce que la sœur de Rhys, elle, n’avait pas eu la chance de croquer la vie à pleine dents et que tout pouvait se terminer si vite. Néanmoins, la chanteuse entreprit de répondre aux deux dernières interrogations de son invité surprise. « Si tu étais si mauvais, tu n’essaierais pas de changer pour un mieux. Tu ne retiendrais pas la leçon de tes erreurs passées. Quant à ce qu’il y a après, si tu veux mon avis, on ne fait que dormir pour tout ce qu’on s’est épuisé dans la vie. » Répondit-elle avec humour et légèreté. Réponse subtile pour indiquer qu’elle ne croyait pas à une vie après la mort et par conséquent qu’elle ne pensait pas qu’un quelconque jugement leur tombait dessus quand les gens passaient l’arme à gauche. « Après, si tu veux être sûr, rien ne t’empêche de mieux te comporter. » Ajouta Gwen dans un sourire qui la caractérisait si bien. « Enfin devant moi ça va, tu peux rester toi-même, je ne jugerai pas. » Nouveau sourire. Elle essayait d’allier le sérieux et l’humour dans ses réponses car elle savait que Siothrun s’inquiétait vraiment pour s’être ramené ainsi chez elle mais qu’il avait aussi besoin de se changer les idées. Pas besoin d’alourdir l’ambiance avec des considérations trop pesantes.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Lun 9 Jan - 20:11

« Pas récemment, non... C’est juste que je commence doucement à tourner tout ça dans ma tête. »

Ici, à Tenby, il n’avait pas grand-chose à faire si ce n’est se poser des questions et se prendre la tête dessus. Avant qu’il ne soit envoyé ici, il avait trop de préoccupations pour avoir le temps de se poser des questions à deux balles. Siothrún n’était pas vraiment un homme à qui l’inactivité faisait du bien, loin de là. Il avait le cerveau en ébullition constante et le laisser réfléchir, c’était aller à sa perte, à cause de son défaitisme latent des derniers temps. Il écouta ce qu’elle lui dit avec grand sérieux, les sourcils légèrement froncés sous le coup de la concentration. Au fond, il pensait comme elle, mais ça faisait du bien d’entendre quelqu’un d’autre le dire. Il eut un léger sourire.

« Désolé, en ce moment, je suis vraiment chiant et pas une super compagnie. »

C’était déjà bien, il s’en rendait compte. Maintenant, il fallait encore qu’il change. Mais ça… Comme d’habitude, tout le problème était là. Changer demandait de l’énergie et une motivation qu’il n’avait pas. Qu’il se refusait d’avoir. Franchement, cet Irlandais méritait un bon coup de pied au cul.

« Je n’essaie pas d’être mieux, juste de… Je ne sais même pas en fait. Je me fatigue moi-même à penser à tout ça. Ouais, c’est vrai, ça ne doit pas s’appeler le repos éternel pour rien. »

Encore une raison de ne pas s’améliorer si derrière, il n’obtenait rien. S’il était malheureux dans sa vie, c’était à cause de l’épée de Damoclès qui lui pendait au-dessus de la tête, rien d’autre. Il suffisait de voir la satisfaction qu’il tirait d’emmerder le monde pour comprendre que c’était plus que son caractère naturel. Certains ont tendance à penser qu’il y a du bon en tout le monde. Pas en Siothrún. Si son aigreur et son côté méprisant étaient une carapace, si au fond, il n’était qu’un gars paumé qui manquait d’attention et d’affection, il n’en restait pas moins un connard.

« Franchement, c’est chiant de bien se comporter. Fitzpatrick, mon avocat, il m’a conseillé de le faire et ça demande tellement d’efforts. Le mec qui écrit des articles gentils sur tout le monde et qui aide mémé à traverser le passage piéton, ce n’est vraiment pas moi. De toute façon, je pense qu’il est trop tar, je suis déjà détesté par trop de monde pour que ça change quelque chose. Il n’y a que dans les films que tout le monde se met à apprécier l’enfoiré juste parce qu’il devient aussi gentil qu’un bisounours en deux minutes. Tant pis. Je finirai, vieux aigri, seul avec un chat qui ne voudra pas de voir et je viendrai t’emmerder avec des questions existentielles alors que t’auras sûrement mieux à faire à ce moment-là. »

Ouais, donc exactement comme maintenant, sauf qu’il n’avait pas encore de chat et qu’il n’avait pas passé le cap des quarante ans. Si ça se trouve, il allait faire une crise de la quarantaine, tout plaquer et se casser aux Bahamas… S’il n’était pas en prison. Ah oui, tiens, petit détail.

« Mais tu sais, ça me fait aussi plaisir de te voir, je ne viens pas seulement pour… pour je ne sais pas même pas quoi. J’ai direct pensé à toi ce matin quand je me suis rendu compte que ça n’allait pas. Et comme tu le dis, je sais qu’avec toi, je peux être ce que je veux, tu n’en as rien à faire. Et ça fait du bien. »

Ah tiens, sûrement une des premières choses un tant soit peu censé qu’il disait depuis qu’il avait posé ses fesses sur ce canapé.

« Mais toi, comment ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Dim 12 Fév - 13:56


« Tu ne te laisserais pas un peu plus aller au lieu de te prendre la tête ? » Gwen se posait sincèrement la question. Elle constatait que Siothrún se rongeait beaucoup les sangs ces derniers temps. « Si c’est d’activité dont tu as besoin, on peut arranger ça. » Il tournait en rond – en même temps à Tenby, pas étonnant – et donc ses préoccupations multiples lui revenaient souvent à l’esprit si bien que le journaliste se trouvait même ennuyeux. « C’est normal de douter de temps en temps et de vouloir se remettre en question. » Gwen but une nouvelle gorgée de sa bière et laissa l’Irlandais lui détailler davantage sa situation. Il ne souhaitait pas forcément être mieux, il ne savait juste pas ce qui lui arrivait. Siothrún semblait assez perdu en vrai. S’il redoutait les foudres d’une force supérieure, puisque personne n’était certain s’il y avait un après ou non, rien ne l’empêchait de se comporter de façon à rattraper son passé mais la métisse retrouva bien vite celui qu’elle connaissait lorsqu’il se reprit et considéra qu’il n’y avait rien de plus ennuyeux que d’être gentil et lisse. Aussi, Sean était l’avocat de Siothrún et lui avait demandé de se tenir à carreaux pendant toute la durée de l’affaire. « Tu t’es choisi un des meilleurs avocats. Crois-moi si Fitzpatrick t’a demandé de faire profil bas, c’est qu’il a ses raisons, parce que s’il y en a un qui n’est pas un ange et n’imposera pas aux autres de l’être, c’est lui. Quand il aura gagné ton procès, parce qu’il ne le perdra pas, tu pourras faire ce que bon te semble. En attendant, il vaut mieux suivre ses conseils. » Gwen connaissait désormais assez le numéro pour savoir à quoi s’en tenir, même si l’avocat cachait bien son jeu et n’avait pas abattu toutes ses cartes, les deux appréciaient la compagnie l’un de l’autre surtout pour les mauvais coups. « Je ne comprends pas tout à fait où tu veux en venir, Sio. Tu as l’air d’accorder de l’importance à ce que les gens pensent de toi, tu sembles avoir envie de changer cette perception qu’ils ont et même t’en inquiéter, et en même temps, tu me dis que ça ne sert à rien, que c’est trop tard et que surtout, il n’y a rien de plus ennuyeux. Qu’est-ce que tu veux ou attends au juste ? » La chanteuse essayait de démêler où le journaliste souhaitait en venir parce qu’autant il faisait un pas en s’ouvrant, autant il reculait ensuite aussi vite comme pour reprendre ce qu’il venait de dire. « Soi toi-même et voilà. Prends-toi un ou dix chats si tu veux aussi. Pars en voyage après ton procès, détends-toi avec les personnes avec qui tu aimes traîner, je ne sais pas, mais cool. » Elle avait la sensation qu’il marchait sur un fil de fer et qu’il était prêt à tomber à chaque pas même s’il tentait d’user plus ou moins d’humour dans ses réponses. Gwen esquissa un sourire encourageant et Siothrún lui précisa alors qu’il n’était pas venu juste pour s’épancher mais pour pouvoir être lui-même à nouveau puisque ça n’allait pas. « Ravie de voir que tu redeviens toi-même. » Répliqua-t-elle avec une pointe d’humour aussi. Le sous-entendu subtil qu’il avait glissé en indiquant qu’elle était la première qu’il était venu voir parce qu’il n’était pas bien ne l’avait pas non plus laissée indifférente ; dans la bouche de Sio, ça comptait, même si comme à son habitude, Gwen n’en laissa rien paraître. Il lui demanda alors comment elle allait. « Assez bien, étonnamment, je suis à Tenby mais c’est assez mouvementé ces temps-ci. Quelques projets musicaux qui se mettent en place, quelques rencontres intéressantes. Tout ça, tout ça. » Résuma-t-elle en quelques mots. « Une autre bière ? »

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Sam 18 Fév - 21:12

Oh mais il aimerait tellement pouvoir juste tout oublier, laisser ça sur le côté. Mais il n’y arrivait pas. Chaque minute de la journée, ces questions lui revenaient en tête et ça commençait à sérieusement le fatiguer moralement. Alors avec le procès qui approchait… Comment dire qu’il commençait à surchauffer complètement, à ne plus savoir quoi faire ? Même l’alcool et les médicaments ne l’aidaient pas à être plus serein. Comme s’il avait été décidé qu’il n’aurait plus le droit au repos tant qu’il n’aurait pas fait face à ses responsabilités.

« Oui, je crois que j’ai besoin de m’épuiser pour arrêter de penser ne serait-ce que deux minutes… »

Il secoua vivement la tête en signe de négation.

« Non, ce n’est pas normal ! Pendant presque quarante ans, j’ai tracé ma route, je ne me suis jamais remis en question, même quand j’étais dans la merde jusqu’au coup. Même quand j’ai pris des décisions irrévocables, comme de tourner le dos à ma famille ou de décider de me consacrer uniquement à mon travail pour me retrouver tout seul. Et là… C’est comme-ci que tout ça me rattrapait. »

Et au fond, il avait peur, parce qu’il avait l’impression de devenir faible. Oui, il voyait tout ça comme juste un gros manque de confiance en lui-même, donc de la faiblesse. Et il ne pouvait pas l’être ! Il devait être fort, courageux et tête brûlée comme il l’avait toujours été. C’était seulement comme ça qu’il allait pouvoir s’en sortir. S’il commençait à angoisser devant des questions aussi futiles, il n’était clairement pas sorti de l’auberge.

« Tu me rassures, je ne le connais pas du tout, je ne l’ai pas choisi. »

Il n’aurait pas eu les moyens de se payer un avocat de la trempe de Fitzpatrick et il se serait sûrement retrouvé avec un commis d’office. Son père n’en avait plus rien à faire de lui depuis qu’il avait quitté le foyer familial, mais Siothrún portait toujours le nom de Breathnach, alors le patriarche se devait de protéger la réputation de sa famille, même des ennuis causés par la brebis galeuse. Peut-être qu’après tout ça, le journaliste tenterait par n’importe quel moyen de changer de nom pour ne plus être du tout attaché à cette famille. Il murmura à l’attention de Gwen :

« Moi non plus, je ne sais pas. Je suis juste paumé. »

Merde, ça faisait mal de l’avouer à voix haute. Il soupira et finit sa bière, avant de fermer les yeux quelques secondes, tentant de se retrouver. Un sourire flotta sur ses lèvres. Être lui-même… Au fond, ce n’était peut-être pas si compliqué que ça. Elle avait peut-être raison, il devrait passer plus de temps avec les gens qu’il appréciait, c’est-à-dire elle et… elle ? Oui, bon. Il n’était pas vraiment ce qu’on appelle un animal social.

« Tu vas croire que je vais me contenter de ton petit résumé, là ? Parle-moi un peu plus de tes projets. Et ça ne te dirait pas plutôt d’aller faire un tour ? Je crois que j’ai besoin de prendre l’air, je vais devenir insupportable sinon. »

Ca, tu l’étais déjà…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Dim 19 Fév - 16:35


« Tu arrives peut-être à un moment de ta vie où tu te dis que si tu peux changer, revenir en arrière ou en tout cas rattraper certaines choses, c’est maintenant. Tu te sens peut-être plus prêt à te remettre en question qu’avant. Demande-toi ce que tu veux vraiment aujourd’hui. Est-ce une vie régie par le travail et la solitude ou autre chose ? Le doute n’est pas toujours une faiblesse, il rend parfois plus fort aussi, il permet d’avancer et de ne pas stagner dans une vision de vie surfaite. » Gwen venait de résumer sa pensée sur tout ce que lui avait raconté Siothrún. La métisse lui vanta ensuite l’avantage d’avoir un avocat tel que Sean. Elle se demandait comment il avait pu l’obtenir s’il ne l’avait pas choisi, car le Fitzpatrick n’était pas le genre de type commis d’office. Il optait soigneusement pour les affaires qu’il défendrait, d’autant plus si l’accusé était dans une position quasi désespérée. Sa renommée n’en était que plus reluisante en cas de gain de cause. Sean trouvait toujours de l’intérêt dans son travail, il ne prenait rien au hasard. « Comment l’as-tu connu ? » Demanda alors Gwen, curieuse de creuser un peu plus sur la façon dont le lien s’était établi entre eux. La jeune femme avait bien compris que Siothrún était paumé dans sa vie, elle souhaitait justement qu’il mette des mots précis sur ce qui l’inquiétait et l’aider à remettre ses esprits en place. « Ça arrive mais ça ira. » Répondit-elle d’une voix qui ne laissait aucune place au doute. Il prit alors de ses nouvelles et la chanteuse entreprit de résumer succinctement le tout mais l’Irlandais n’était pas du genre à lâcher le poisson facilement. « Je vais bientôt entrer en studio pour enregistrer des titres, ce qui n’avait pas abouti jusque-là et j’ai été invitée sur la scène du festival de Glastonbury, entre autres dans les projets. » Aka un des plus gros festivals du Royaume-Uni. Puisque Siothrún lui avait demandé de préciser, Gwen lui avait donné quelques détails supplémentaires mais elle ne comptait pas s’éterniser sur le sujet. « Oui ! J’allais justement te le proposer. Et si on retombait en enfance le temps d’une soirée ? Une période où l’insouciance était le maître mot et où toutes les prises de têtes n’existaient pas. » Il est vrai que son invité surprise avait l’air tendu comme une corde de guitare… La métisse avait une idée de l’endroit saugrenu où elle l’emmènerait, plutôt que les boîtes de nuit ou bars habituels, ce soir, ils s’amuseraient comme deux enfants sur la fête foraine, bêtises garanties bien sûr.



_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Dim 19 Fév - 18:42

Siothrún ne trouva rien de mieux que de marmonner :

« J’sais pas. »

Voilà. C’était bien ça le problème. En temps normal, son esprit analytique lui faisait prendre les problèmes et les questions les uns après les autres et il trouvait une solution et tout allait parfaitement bien dans le meilleur des mondes. Là, il avait juste l’impression d’avoir un mur en face de lui. Il était bloqué, il n’arrivait pas à réfléchir et il était bien trop nerveux pour essayer de se mettre en condition. Au final, personne ne pouvait l’aider, c’était à lui de bouger ses petites fesses pour essayer de se sortir la tête de là.

« Mon père. Qui a appelé le sien. Lui non plus a pu le choix. Il serait tellement inconcevable que le nom de Breathnach soit entaché, fallait que l’autre vienne fourrer son nez dans mes affaires et décide à ma place. Au moins… il est Irlandais. »

Si Siothrún n’était pas indépendantiste comme ses parents et ne jurait pas que par l’Irlande en crachant sur les autres nationalités, il aimait son pays, avec toutes ses qualités et tous ses défauts. Et il avait l’impression que le fait que Sean et lui soient Irlandais, ça facilitait la communication. Il n’avait pas vraiment de preuve. Peut-être était-il juste content d’avoir un compatriote dans le coin. Le journaliste s’autorisa un sourire devant la détermination de son amie. Hé, il était obligé de s’en sortir là.

« Mais c’est génial ça. Je me mettrai au premier rang et je hurlerai comme une groupie pour t’encourager. »

Il serait presque capable de le faire en plus… presque.

« Toi, t’as une idée derrière la tête… mais comme d’habitude, je te suis. »

Ca ne lui ferait pas de mal de se détendre, avant d’avoir un ulcère à force de se faire du souci. Il se leva, récupérant sa veste. Il se sentait déjà bien mieux que quand il était arrivé. Comme quoi, une discussion, même un peu stérile parce qu’il n’était pas très coopératif, ça marchait quand même un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Lun 27 Fév - 20:59


« Arrête de marmonner comme ça. Qu’est-ce qui prend au Siothrún que je connais ? » Gwen lui donna un petit coup de poing dans l’épaule, un coup de poing assez puissant pour qu’il ressente sa force de boxeuse aguerrie. « Tu sais ce qui pourrait vraiment te changer les idées ? Tu devrais passer à la salle cette semaine et on se fera un entraînement intensif. » La métisse était coach de boxe donc elle pourrait lui donner une séance pour qu’il se vide la tête sans aucun problème, d’autant que son ami avait l’air d’en avoir besoin et qu’il avait la chance d’avoir une fille en face de lui avec qui il n’était pas nécessaire de retenir ses coups.

La jeune femme ne put ensuite réprimer un rire rien qu’à l’idée d’imaginer Siothrún en groupie, il ne serait certainement pas dans son élément mais pas totalement incapable de le faire si elle le mettait au défi. « Je te prends au mot. C’est bon, tu seras mon invité officiel en plus de Rhys. Mission groupie au programme. Vous avez intérêt à vous faire entendre. » Rhys aka son petit ami officiel, son meilleur ami dans la vraie vie, bref tous les dénominatifs qui pouvaient le qualifier. Gwen esquissa un sourire et enchaîna ensuite sur l’envie de l’Irlandais de sortir un coup. Elle avait justement une idée en tête même si la façon dont lui en parla Siothrún, il lui tendit une autre perche.

Gwen adorait par-dessus tout surprendre son entourage, ainsi elle le prit au mot et se pencha vers lui pour l’embrasser furtivement. Sous le coup de la surprise, son invité n’avait même pas eu le temps de bouger. « C’est ça, ce que j’appelle avoir une idée derrière la tête. » Lança-t-elle en riant de plus belle. Plus déstabilisé que le journaliste en ce moment, il n’y avait pas. Fière de son petit effet, elle retrouva alors un semblant de raison. « Laisse, je voulais faire comme si je te prenais au mot, mais t’as l’air tellement sérieux et tout là. » Gwen fila alors dans le hall d’entrée et enfila sa veste. Elle attendit que Siothrún la rejoigne afin de l’emmener dans l’endroit qu’elle avait en tête. « Ready ? »

Peu de temps après avoir quitté la maison de la métisse, ils arrivèrent devant la fête foraine. Ça pouvait paraître stupide mais la chanteuse avait vraiment envie de retomber en enfance le temps d’une soirée et surtout de faire plein de conneries. Quoi de mieux que son acolyte des 400 coups pour s’exécuter ? « Bon on commence par quoi ? La maison hantée pour une bonne dose de frissons ? Une overdose de barba papa ? Le huit aérien pour quelques sensations ? La pêche aux canards où tu devras remporter la meilleure peluche pour moi ou alors le marteau où jamais personne n’atteint la force maximale ? » Elle lui adressa un sourire, véritable boule d’énergie qui s’était réveillée en ce début de soirée. La fête foraine n’était pas un lieu que Sio ou elle fréquentait d’habitude, mais leurs habitudes, ils les changeaient quand ils étaient ensemble justement.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Dim 5 Mar - 16:48

« Hé, ho, j’ai encore le droit de marmonner et de râler comme je veux. »

Il se retint de se masser l’épaule, pour conserver encore un peu de virilité alors qu’il geignait depuis un bon moment au lieu de se reprendre en main. Il n’était pas totalement faible non plus… Il essayait de ne pas l’être en tout cas. A sa proposition, il hocha la tête. Il n’avait pas fait de sport depuis un an, ça lui ferait du bien de se dépenser un peu. Surtout qu’il commençait à s’empâter. Ce n’était pas beau de manquer d’exercice…

« Marché conclu. Tu verras que je peux avoir la voix très aigüe quand je m’y mets. »

Pouvait-on encore douter du fait qu’il l’aimait vraiment bien pour accepter de faire quelque chose comme ça pour elle ? C’était l’une des plus belles déclarations d’amitié qu’il pouvait faire, voyons. Parce que si ce jour devait vraiment arriver, il ne se défilerait pas. Il assumerait totalement et de voir son amie réussit valait bien ça.

Il ne comprit pas trop ce qu’il passa ensuite, restant figé sur le canapé à la regarder sans comprendre. C’était juste sorti de nulle part… et de toute façon, il réagissait ainsi devant tout contact humain un peu trop rapproché, aka à moins d’un mètre de lui. Etait-il en train de perdre l’habitude de tel comportement ? Bien possible… puis à la phrase de la brune, son cerveau percuta.

« Ah… avoues plutôt que c’est un de tes fantasmes refoulés depuis tellement longtemps. »

Il s’éloigna rapidement d’elle, n’ayant pas envie de finir avec une épaule en moins. Il en avait encore besoin. Gwen savait très bien qu’il plaisantait, il n’avait jamais considéré leur relation comme autre chose que de l’amitié et ça ne changerait sûrement jamais.

A peine arrivés à la fête foraine, Gwen lui proposa quinze milles activités, ce qui le fit sourire.

« Ok, tu l’auras ta peluche, mais à la fin, si t’as été sage. Viens, on va faire les montagnes russes ! »

L’attrapant par la main, il la tira dans cette direction. Oui, il y mettait du sien, mais pour une fois, c’était naturel. Parce qu’avec Gwen, tous les autres problèmes s’éloignaient. Parce qu’il avait l’impression de rajeunir de dix ans à son contact.

« Tu sais, vu mon grand âge, je ne vais plus pouvoir faire de trucs comme ça pendant encore longtemps. Après je serais papy grabataire bon à faire des tours de carrousels. »

Il n’y avait pas de queue et ils se retrouvèrent bien vite dans un wagon. L’Irlandais n’avait pas lâche la main de la jeune femme. Peut-être qu’au fond, il avait un petit peu peur… peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Dim 2 Avr - 12:28


Siothrún accepta de se prêter un jour au jeu de la groupie. Gwen n’avait même pas besoin de s’inventer un fan club comme certains pseudos artistes qui grossissaient volontairement leurs rangs, elle en avait un vrai parmi ses amis, un noyau dur comme fer qui mettrait l’ambiance au Glastonbury. Rien que de voir gueuler l’Irlandais telle une groupie vaudrait largement le détour. De nature joueuse, la métisse le taquina ensuite en détournant l’une de ses phrases par un acte plus concret. Bien évidemment, elle ne ressentait rien de ce genre pour Siothrún, il resterait toujours son bon pote, d’autant qu’elle était censée être en couple. Elle avait juste cherché à s’amuser de lui de la façon la plus espiègle qui soit. L’Irlandais en profita donc pour s’imaginer, sur le ton de la plaisanterie, un quelconque fantasme de la part de la chanteuse à son encontre. « Qui sait ? » Continua-t-elle sur sa lancée pour le prendre à contrepied au lieu de nier ce qu’il savait déjà être faux. Les deux rigolèrent une dernière fois sur l’incident et décidèrent ensuite de filer à la fête foraine. Gwen avait envie de retomber en enfance et d’essayer mille et une activité. Les frissons, les gourmandises, les sensations ou tout simplement les déconnades… Siothrún lui promit sa peluche si la métisse se montrait sage. « T’es un tricheur de me proposer ça sous cette condition ! Tu sais bien que je ne suis jamais sage. » Lâcha-t-elle d’un air mi-taquin, mi-boudeur. Gwen esquissa un sourire, puis lui emboîta le pas sur le huit aérien. « Ton grand-âge ? Ne te vieillis pas trop vite, veux-tu. J’espère bien qu’à quarante ans, on n’est pas déjà bon pour ne plus rien faire d’amusant. » Elle lui donna une petite tape dans les côtes et monta à côté de lui dans l’attraction. Siothrún continuait de lui tenir la main comme s’il avait peur de la perdre. Habituellement, Gwen aurait glissé une remarque idiote sur ce détail et lui aurait demandé s’il jouait au petit garçon effrayé mais elle jugea bon, en voyant le regard limite heureux de son ami, de ne pas briser le moment par une blague stupide. Le jeu démarra et ils ressentirent plein de sensations tout en criant comme deux enfants. Tout au long de la soirée, ils s’amusèrent comme des fous aux différentes attractions de la fête foraine. La métisse espérait que ces moments légers avaient permis à Siothrún de se changer les idées. Vers la fin de soirée, ils s’étaient installés sur un banc afin de déguster leur fameuse barbe à papa. Gwen rigolait encore de la fameuse pêche aux canards à laquelle l’Irlandais s’était prêté un peu plus tôt. Il avait tenu sa promesse, elle avait une belle peluche tigre posée à côté d’elle, une peluche qui n’était pas sans rappeler les côtés félins de la danseuse. « Ça va ? Ton dos de grabataire a survécu à cette soirée ? » Demanda-t-elle, toujours dans l’humour. Sa friandise terminée, elle se leva afin de reprendre le chemin de chez elle, accompagnée de son ami. Vu l’heure tardive, le moment allait bientôt toucher à sa fin.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Lun 17 Avr - 21:54

« Justement, je sais que je ne me mouille pas trop comme ça. »

Il l'entraîna par la suite vers les montagnes russes. Elle avait l'habitude qu'il blague sur son âge, même si au fond, il ne se sentait pas si vieux que ça. Enfin, ça dépendait un peu des jours quand même, mais en général, ça allait. Et à part qu'il s'encrassait les poumons et le foie, il était en plutôt bonne santé. A voir quand la vieillesse arrivera vraiment, vraisemblablement au galop.

Et si au fond, ce n'était pas compliqué de devenir heureux ? Quand il passait du temps avec Gwen, l'Irlandais avait l'impression que c'était à portée de main et qu'il suffisait de juste quelques efforts pour se sortir de là. Pour retrouver sa vivacité, sa rage de vaincre et de s'imposer, son arrogance sans limite. Pour qu'il se sente de nouveau au-dessus de tous et tout le monde, qu'il reprenne sa vie en main et qu'il écrase les gens. Parce que c'était ça qui le rendait heureux. Avoir les quelques personnes qui comptaient pour lui autour de lui et ne rien en avoir à faire des autres.

Gwen avait bien réussi son coup, il avait oublié tous ses problèmes pour quelques instants. Il avait retrouvé le sourire et le regard brillant, comme si on venait de lui redonner vie en réalité. Et au fond, c'était un peu ça. Ca lui rappelait qu'il avait quand même quelques bonnes raisons de rester par ici et de se battre pour garder sa liberté.

« Non mais la pêche aux canards, je te jure... Je n'avais pas dû faire ça depuis que je suis gamin, et encore. J'espère que tu te rends compte de l'honneur que je t'ai fait de m'abaisser à ce genre d'activités. »

Il en remettait un peu une grosse couche, mais au fond, même si ce n'était pas l'activité la plus palpitante, il s'était quand même un peu amusé. En même temps, ce soir, il aurait pu difficilement s'ennuyer.

« En tout cas, j'espère que ta peluche te plait, même si je ne suis pas sûr que tu la mérites. »

Il finit sa barbe à papa et ils prirent la direction de la voiture. Ils ne mirent pas bien longtemps avant d'arriver chez Gwen. Il se gara devant chez elle et tourna la tête vers elle. Il aurait pu lui dire à quel point tout ça lui avait fait du bien, à quel point il se sentait heureux de la connaître et tout un discours potentiellement larmoyant mais qui surtout, aurait été sincère. Cependant, l'homme était toujours pudique avec ses sentiments, alors il se contenta d'un merci avec un petit sourire et de l'embrasser tendrement sur la joue. Elle connaissait la valeur de ce geste à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - amantia, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Daniel - Nate ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 3316
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen Mer 19 Avr - 20:39


Gwen avait l’impression que ce moment à la fête foraine, dans les attractions, avait au moins permis à Siothrún de se changer les idées et d’oublier ce qui le préoccupait. Il s’était même prêté au jeu de la pêche aux canards, une action que la métisse devait considérer comme un honneur selon lui. « Ce n’est pas s’abaisser que de faire fi des convenances. De faire juste ce qu’on a envie, en fait. C’est ça justement la vraie liberté. » Répondit-elle pour lui donner un autre angle de vision. Qui avait un jour décrété que les adultes ne pouvaient pas participer à de tels jeux ? Gwen s’en fichait et apportait un sens plus large à la question en faisant tout simplement ce qu’elle voulait quand cela lui chantait. « Et puis, si tu peux faire la pêche aux canards, tu pourras facilement faire la groupie comme tu l’as dit tout à l’heure. » Un nouveau sourire étira ses lèvres, d’autant que le journaliste s’empressa d’ajouter qu’il espérait que la peluche lui plaisait mais qu’il n’était pas certain qu’elle le méritait. Parfois, certains silences sont plus parlants que des mots alors Gwen se contenta de lui tirer la langue et de finir sa barbe à papa.

Les deux quittèrent ensuite la fête foraine et reprirent la route jusque chez la métisse. Lorsque Siothrún se gara devant chez elle, il se pencha vers elle pour l’embrasser sur la joue, rare marque d’affection venant de sa part. La chanteuse esquissa un sourire et formula quelques mots avant de quitter la voiture. « C’était sympa. Si tu as besoin de quoique ce soit, comme te changer encore les idées, n’hésite pas, tu sais bien. » Elle le disait plus pour la forme qu’autre chose, le journaliste était déjà parfaitement au courant qu’il pouvait compter sur elle et débarquer à n’importe quel moment. Gwen ne lui fermerait jamais la porte, pour autant qu’elle soit présente. Leur amitié n’avait pas besoin de beaucoup de mots pour être définie, elle était particulière, atypique, inattendue… mais bien réelle. Sur ces entrefaites, Gwen descendit de la voiture et adressa un dernier signe à l’Irlandais avant de rentrer chez elle.

Sujet terminé

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Parce que toi, tu comptes | Gwen

Revenir en haut Aller en bas

Parce que toi, tu comptes | Gwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-