AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyDim 27 Nov - 20:52

This is not at all how
We thought it was supposed to be
We had so many plans for you
We had so many dreams
And now you've gone away


« Femme de 25 ans… Elle est enceinte de 5 mois… Elle est en détresse fœtale depuis environ une heure. La tension est très basse, glasgow à 13… Son compagnon m’a aussi informé qu’elle était sous traitement pour une greffe de rein… Il nous faut un bloc. » Des informations qui heurtent les oreilles de Rhys sans atteindre son cerveau. Tout à l’heure, il avait réussi à donner des renseignements utiles aux urgentistes mais à présent la panique avait reprise le dessus. Ses yeux ne quittaient pas le visage pâle de Lizzie tandis qu’il sert sa main de toutes ses forces. « Tu vas t’en sortir… ça va aller. Pour toi et le bébé, ne t’inquiète pas. » Le blond essaye de rassurer aux maximum Lizzie même si au fond de lui, un panique sourde lui noue les entrailles. Une panique qui enfle quand il comprend qu’il va devoir en plus laisser Lizzie, seule. « Monsieur, vous ne pouvez pas nous accompagner plus loin… S’il vous plaît. » La voix de l’infirmier qui pousse le brancard sur lequel est allongée Lizzie se fait plus pressante et Rhys est bien obligé d’obéir car il ne veut pas les ralentir. Vu l’immense douleur qu’il avait l’impression que la blonde ressentait, il voulait qu’elle soit soignée le plus vite possible. Et surtout, il voulait que tout soit mis en œuvre pour que la Mathesson et leur bébé à naître soient sauvés. Il desserre donc ses doigts, laissant ceux de Lizzie s’échapper. La poigne  de cette dernière était de toute façon de plus en plus faible. Elle lutte pour rester éveillée mais en vain. « Liz… Accroche-toi…Promets moi que tu t’accrocheras. » Parvient-il à crier avant qu’elle ne lui soit arrachée. Leur mains séparées, le blond arrête de courir à côté du chariot et reste debout au milieu du couloir. Pétrifié. Lizzie et le personnel passe la porte suivante et soudain, c’est le silence le plus total après la panique. Mais ce n’est pas de nature à apaiser le Blake. Non, ce silence l’oppresse, sape les dernières réserves d’énergies qu’il lui reste. Il est censé regagner la salle d’attente mais il n’en a même  la force. Doucement, il se laisse glisser le long d’un mur, soudain aveugle au monde extérieur et aux médecins qui continuent à courir autour de lui.

Plus tard, malgré le fait qu’il a la tête entre les bras, il sent la présence de Caleb, qui vient silencieusement s’asseoir à ses côtés. Le Donovan a les yeux rouges, aussi rouges que ceux du Blake comme ce dernier peut le constater quand il relève la tête.   « Caleb… on ne peut pas la perdre... » Une évidence mais il dit cela presque comme une incantation. Sauf que les mots sont bien inutiles, comme souvent dans ce genre de drame. Le Donovan pose sobrement une main sur son bras, un geste qui réconforte quelque peu Rhys. Il se sent moins seul. A son tour, il pose un main sur le bras de Caleb, car il sait que ce dernier aime Lizzie autant que lui, si ce n’est plus. Ils restent ainsi de longues minutes. Ils doivent sûrement gêner mais personne ne les fait bouger. Sans doute à cause de la détresse qui se lit sur leurs visages. L’attente est longue et insupportable. Elle aurait été insupportable de toute façon mais là, Rhys passe les plus longues heures de sa vie. Sauf qu’au moins dans l’attente, il y a de l’espoir. Là, quand le Blake voit revenir le médecin de Lizzie avec le visage fermé, il sait d’office que cette horrible journée vient encore d’empirer. Il se lève brusquement, prêt à entendre le verdict. Il n’y a aucune autre option, il doit affronter les évènements. « M. Blake… Mrs Mathesson est tirée d’affaire. Elle a perdu beaucoup de sang et nous avons failli perdre son rein transplanté mais nous l’avons sauvé. Elle est en salle de réveil, si vous souhaitez la voir. » Rhys a l’impression de défaillir de soulagement à l’écoute de la bonne nouvelle qu’il n’osait pas espérer. Sauf qu’un homme qui aurait accompli un miracle complet ne ferait pas une telle tête. Par conséquent, le blond devine instinctivement que la suite est moins réjouissante. « En revanche… Il n’y a rien que nous ayons pu faire pour le bébé. Il était déjà trop tard quand vous êtes arrivés… Je suis désolé, M. Blake. »

Rhys reste droit malgré le nouveau coup qu’on vient de lui asséner. Un coup magistral, un KO direct. Trop, c’était trop. Quand il avait appris la mort de son aînée, il y a quelques jours, il avait souffert. Mais l’être humain est fait pour survivre et résister à la peine. Il s’était alors battu, se disant qu’il pourrait faire face à la tristesse, faire son deuil, aussi difficile que la tâche puisse sembler. Mais à quoi bon si le sort s’acharnait sur lui de la sorte ? C’était trop de souffrance pour un seul homme. Ça, il ne pouvait tout bonnement pas l’encaisser. Dès que le médecin tourne le dos, il assène un magistral coup de poing au mur. Il sent ses phalanges craquer, le sang couler et paradoxalement, ça l’apaise. La douleur était quelque chose de concret au moins. Le signe que lui était vivant, même si tout le monde autour de lui mourrait. Il est sur le point de s’effondrer. Vraiment. Il va tout casser. Il va extérioriser sa rage et sa peine en cassant tout. Mais il croise le regard apeuré d’une infirmière et surtout celui de Caleb. Le Donovan n’a qu’à mot à prononcer pour enrayer la crise qui guettait. Ou plutôt un prénom. Lizzie. Elle allait être dévastée. Si lui le prenait aussi mal… Inutile d’imaginer la réaction de la jeune femme… Il fallait qu’il soit là pour elle. C’était pour ça qu’il devait tenir. Il lui devait bien ça après l’avoir mis face à tant de chagrin. Car tout cela, c’était en partie sa faute… C’est pourquoi il est parfaitement calme, une vingtaine de minutes plus tard quand il entre dans la chambre où Liz dort encore. Sa main est lavée et il a tenté de retrouver une figure plus humaine. Il aurait bien voulu que Caleb puisse l’accompagner mais c’était une personne à la fois. Il est donc seul pour annoncer la terrible nouvelle à la jeune femme. C’est seul qu’il devra détruire tous ses rêves et tous ses espoirs. Apeuré, il s’assied donc au chevet de la blonde, attendant qu’elle ouvre les yeux.

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyDim 4 Déc - 0:06

The world around me died
When I saw that heartbeat
I knew it wasn't a sin
Can someone tell me why
This has happened to me?
Why was it only in death
Would you redeem my child?

La douleur est forte. Si forte. Tellement forte que je ne peux pas la supporter. Les larmes noient mes joues et ma vision se brouille petit à petit, l'image de Rhys devient floue, et ses paroles lointaines. J'entends le sang battre dans mes tempes, je le sens, et je crains pour la suite. Il dit que ça va aller, que je vais m'en sortir et que le bébé aussi, mais je ne suis pas certaine de le croire. J'aimerais y croire, vraiment, mais le sang qui coule le long de mes cuisses me fait comprendre que ça ne risque pas de se produire ainsi. Les sanglots se font de plus en plus forts à mesure que la peur grandit. Cette peur paralysante qui m'empêche de penser et qui me donne des images malheureuses en tête. La fin. C'est tout ce que je suis capable de voir. La fin de sa vie, la fin de ma vie. Parce que c'est un peu à ça qu'elle se résume, en somme.
Mon cerveau est dans la confusion la plus totale, pourtant je comprends que Rhys ne va pas pouvoir me suivre plus loin et je commence à paniquer. Sans lui, je ne peux pas y arriver et mes pleurs redoublent d'intensité. Ne me l'enlevez pas. Pas maintenant. Mais malgré les larmes, je hoche la tête comme pour signifier au jeune homme que je vais m'accrocher. Je vais faire de mon mieux, même si l'envie de combattre diminue de seconde en seconde. Ma robe de deuil, prend un nouveau sens. Elle est tachée de ce sang qui me rappellera que ce moment est le pire de ma vie. Le sang c'est la vie, qu'on dit, mais c'est la mort aussi.

J'étais prévenue pourtant. Je savais que c'était une possibilité. Mais j'ai nourris l'espoir pendant de longs mois. C'était un bonheur. C'était une chance, un miracle. On me prépare et je me tords de douleurs jusqu'à ce que je ne ressente plus rien. Un élancement et puis le néant.

Le chaos. La perte. La peine.
Ce n'était que cinq mois et pourtant ils représentent plus d'émotions que toute une vie entière. Ce n'était qu'une courte durée et pourtant la plus riche, la plus importante, la plus décisive. Je sais ce qu'il se passe et quand j'ouvre les yeux, je ne profite pas quelques secondes de plénitude habituelle. Le désordre dans ma tête est en réalité très clair. Je sais ce que ces murs blancs représentent. Cette blouse blanche que je porte aussi. Les néons au plafond sont familiers. L'hôpital. Les paupières sont lourdes et je cligne quelques fois avant d'accommoder ma vision. Je soupire aussi, et ma main qui n'est pas perfusée vient se poser sur mon ventre. Un ventre désespérément vide. Je peux le sentir. On m'a arraché quelque chose. Enfin, pas simplement quelque chose. Mon enfant. Je brise le silence qui règne dans la pièce - rythmé par les bips des machines - en toussant. Je tourne la tête et je vois Rhys. Notre enfant. Je l'ai perdu et le visage dévasté du jeune homme exprime tout un chagrin infini. Certainement que je ne suis pas mieux car on peut sentir mes joues encore humides. Je reste quelques secondes à regarder Rhys, sans un mot. Si nous ne disons rien alors ça n'est pas encore tout à fait réel. Si je reste silencieuse, peut-être que la tragédie ne sera pas tout de suite aussi terrible. Faux. Elle me lacère les entrailles et je garde les lèvres pincées alors que mes yeux s'embuent à nouveau de larmes. Je dois le dire. Je commence par ouvrir la bouche, mais aucun mot n'en sort. Tel un poisson rouge, je la referme et je l'ouvre à nouveau. C'est insupportable, mais je dois le dire. Je dois le faire. Il le faut car sans ça, je ne pourrais pas l'accepter. Autant essayer le plus tôt possible. Je déglutis et j'y parviens.
« Je… Je l'ai perdu… » Commence-je, mais ma voix se fêle et je ne peux m'empêcher de demander une confirmation. « C'est ça ? » Je sais que Rhys va me répondre par la positive, je suis la mieux placée pour le savoir, car c'est mon corps qui était habité par cet être, mais j'ai besoin qu'il me le dise. Parce qu'en attendant, j'ai toujours l'espoir. Ce putain d'espoir.
Je fond en larmes. Doucement, mais sûrement. Je pleure encore et encore et je n'arrive plus à reprendre ma respiration. C'est trop douloureux.
Penser à Rhys et à la perte de sa soeur serait la moindre des choses, mais je n'y arrive pas. Je suis vide et je ne pense à plus rien d'autre. « J'ai essayé… J'ai vraiment vraiment essayé… Je suis tellement désolée… Je… Excuse moi ! »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyLun 5 Déc - 17:36

This is not at all how
We thought it was supposed to be
We had so many plans for you
We had so many dreams
And now you've gone away


Les paupières de Lizzie papillonnent et son souffle se fait moins régulier, signe qu’elle est en train de se réveiller. Rhys la regarde faire, ne faisant rien pour la brusquer. C’était trop tôt à son goût… Pour lui, la blonde méritait encore quelques précieuses minutes de sommeil insouciant. Quelques minutes où elle se sentait encore comme une mère. Car elle avait appris à penser comme telle et pour le moment, elle n’avait pas perdu cette habitude. Pouvait-elle sentir qu’elle avait perdu leur bébé ? Il n’en savait rien mais il constate qu’elle n’a même pas encore tout à fait ouvert les yeux que sa main se pose déjà sur son ventre. Elle tousse, ou elle réprime un sanglot, le Blake ne saurait le dire. Il faut en fait qu’elle pose finalement ses yeux sur lui pour qu’il en ait le cœur net. Et en effet, elle sait. » déjà. Ses joues sont déjà mouillées de larmes et ses yeux ravagés par la tristesse. Elle était le visage du désespoir. Un désespoir dont il est insoutenable d’être le témoin. Et pourtant… Rhys ne se dérobe pas. Il plonge son regard dans celui de Lizzie et leurs peines respectives se reflètent ainsi. Leur perte aussi intolérable soit-elle, les lie pour toujours. Eux seuls pouvaient pleinement la ressentir. Lui le père, et elle la mère. Leur enfant leur a été arraché avant même qu’ils aient pu le connaître et pourtant ils le pleurent de tout leur cœur. Le faire ensembles est peut être moins cruel… Ou pas. Car rien ne semble pouvoir combler le grand vide qu’il y a désormais dans leurs vies… Les lèvres de Lizzie s’agitent, elle essaye de dire quelque chose mais aucun son ne sort de sa bouche. Rhys se penche en avant, comme si cela pouvait l’aider. Et finalement, les mots s’échappent de la blonde, donnant une réalité à ce cauchemar. « Je… Je l'ai perdu… C'est ça ? » Oui, elle savait déjà. Comme toujours, elle faisait le plus difficile pour lui. Le blond n’a qu’à confirmer. Mais rien que ça, ça lui paraît infaisable. Cependant, il ne doit pas non plus donner des espoirs destructeurs à une mère éplorée. Alors doucement, il hoche la tête. C’est un léger mouvement de haut en bas et pourtant… il a l’impression que son crâne est fait de plomb.

Et ce mouvement, aussi infime soit-il, provoque une véritable tempête. Désormais, Lizzie n’a vraiment plus rien à quoi se raccrocher. Alors elle perd pied, laissant libre cours à un chagrin qu’aucun être humain ne devrait avoir à endurer. Ses sanglots sont autant de petits éclats de verre qui se fichent droit dans le cœur de Rhys, qui se sent particulièrement impuissant. « Oh Liz… » Murmure t-il, reconnaissant à peine le son de sa propre voix. Mais elle ne l’entend pas, luttant pour reprendre sa respiration. Il est à deux doigts d’appeler une infirmière pour qu’elle lui donne un puissant sédatif mais il sait que repousser l’échéance n’arrangera rien. Cette douleur, ils doivent l’expérimenter avant même de penser à la surmonter. Il attrape une des mains de la jeune femme, la capturant fermement dans les siennes. Puis accablé, il se courbe, posant son visage sur leurs mains noués, sentant ses larmes couler à leur tour. Il avait essayé de se retenir mais face au chagrin de Lizzie, il ne pouvait plus. Il reste quelques instants ainsi, essayant d’apaiser par ce contact le corps secoué de sanglots de la blonde. Mais rien n’y fait… Puis, elle reprend la parole, et il relève brusquement la tête. « Hey… Hey, ne dis pas ça... » Il pose sa main libre sur le front de la jeune femme, toujours allongée, lui caressant doucement les cheveux. « Ce n’est absolument pas de ta faute… Il n’y avait rien que tu pouvais faire… Ton corps n’était pas assez fort… c’est… Tu n’y peux rien. On y peut rien. » Il s’arrête, ne parvenant pas à ordonner les mots en des phrases construites. Et puis, ça le foutait en rogne de faire l’aveu de son impuissance. Il avait craint un instant d’éprouver du ressentiment envers la Mathesson qui s’était entêtée dans cette grossesse mais il était soulagé de constater que ce n’était pas le cas. Au contraire, il n’était que compassion pour elle et ce qu’elle vivait. La seule colère qu’il ressentait était à l’idée de ne pas être capable de pouvoir la consoler. « C’est moi qui suis désolé… Je suis désolé, je n’ai pas vu que tu n’allais pas bien à l’enterrement… J’aurai dû être plus attentif… » Il y avait tant de choses à dire mais comme souvent dans les situations difficiles, les mots semblaient creux, vide de sens. Alors lâchement, le blond préfère se reporter sur des détails plus pratiques plutôt que d’essayer d’exprimer ce qu’il ressentait. « Liz… il faut que tu me répondes… est-ce que tu as mal ? Parce que l’infirmière peut venir augmenter la dose dans ta perfusion… »

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyLun 5 Déc - 20:14

The world around me died
When I saw that heartbeat
I knew it wasn't a sin
Can someone tell me why
This has happened to me?
Why was it only in death
Would you redeem my child?

Il confirme d'un hochement de tête.
Un seul et unique hochement de tête suffit à faire basculer ma vie entière et mes larmes sont intarissables. Le vide est trop grand et pourtant j'attends toujours la chute. Je me sens tomber, mais l'atterrissage est suspendu. Je tombe, aussi bas que possible et je lâche quelques excuses à Rhys. Elles sont sincères, mes excuses, vraiment. Parce que plus que tout j'aurais voulu mener à bien cette grossesse. Je m'excuse parce que j'ai dit à Rhys qu'il allait être père. Je l'ai forcé à prendre ses responsabilités, à accepter la situation, à aimer ce qui se présentait à lui. A cause de moi, il s'est impliqué, il a donné de son amour et de sa personne. Il était prêt à beaucoup pour ce petit être qui grandissait en moi. Par ma faute, il a espéré et il s'est plu à s'imaginer cette vie qui se présentait à lui. S'il est comme moi, alors il se serait même surpris quelques fois à oublier les risques, l'épée de damoclès au dessus de nos têtes.
Donc oui, je m'excuse inlassablement parce que c'est la bonne chose à faire. Si je n'avais pas suivi les conseils du Donovan et si j'avais gardé le silence, il n'aurait jamais été au courant, il ne serait pas en train de vivre deux tragédies à la suite. Il m'aurait oublié, peut-être. En bref, il serait mieux.
Je lui apporte un chagrin dont il aurait pu se passer ; une peine immense dont il aura du mal à se relever et je ne mérite pas ses caresses, ses douces attentions et ses mots emplis de compassion et de sympathie.
Son mal, j'en suis la cause et même s'il essaye de me réconforter, je ne peux pas le laisser faire. J'entends ses mots, mais ils passent sans rester dans ma tête. Ils passent et petit à petit mes pleurs se calment.

La chute. Ca y est. Je la sens. Elle est effective et elle me fracasse. Je tombe bas, si bas… Je tombe dans des profondeurs marines et je me noie. Parce que la chute n'était pas suffisante, il faut en plus me faire suffoquer par la noyade. Je ferme les yeux. Rhys s'excuse à son tour, clamant qu'il aurait dû être plus attentif à mon état. Les yeux fermés, je secoue toutefois la tête. Non, il n'a pas à s'en vouloir. C'est de ma faute. Je suis la seule à blâmer. Ma misère, je l'ai provoquée. Notre misère. Et c'est ça le pire.  Je ne suis pas la seule à souffrir.
J'ouvre les yeux et je fixe le plafond. Je ne sens plus rien. Absolument rien. La douleur s'en est allée et quand le Blake me demande d'augmenter la dose de ma perfusion, je ne réponds pas. Je reste silencieuse et je lance un regard au blond avant de me morde la lèvre inférieure et de détourner le regard. Je repense à ses mots et je ne peux les accepter. Mon corps n'était pas assez fort ? Mais pourquoi ? D'une toute petite voix, je fais mon deuil.
« Depuis que je suis toute petite, je n'étais pas sûre de grand chose. Par exemple je savais que je voulais devenir enseignante sans savoir si j'en deviendrais une bonne… Par contre, ce dont j'étais sûre et certaine, c'était que je serais une bonne mère. C'est comme si j'étais née pour devenir maman, tu vois ? » Je déglutis, mais je ne ressens rien. « Je connaissais les risques… Mais j'étais tellement sûre d'être faite pour ça que… Je ne pensais pas que ça se produirait. » Je soupire et je me retourne vers Rhys. « J'ai échoué la seule chose à laquelle je pensais être véritablement destinée. »
Je soupire un peu plus et je regarde à nouveau le plafond de l'hôpital. J'ai perdu le contrôle de ma vie et je n'imagine même pas remonter à la surface. Pourquoi faire tout comme il faut si c'est pour se voir être abattu sans raison ? J'ai été une femme droite, honnête et généreuse… Pourtant je n'en récolte que tristesse, perte et cauchemar. « Je n'ai pas mal… Ou du moins rien qu'une perf ne puisse soulager. »  

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyLun 5 Déc - 23:46


This is not at all how
We thought it was supposed to be
We had so many plans for you
We had so many dreams
And now you've gone away


Il est en train de perdre Lizzie, il s’en rend compte. Il avait été impuissant quand elle s’était mise à sangloter violemment, et il l’est encore plus quand elle s’arrête brusquement. Parce qu’au final, cette façon de fixer le plafond d’un air vide est encore plus inquiétante qu’une bonne crise de larmes. Rhys a continué à la fixer mais elle a détourné son regard, et ça fait peur au blond. Il a l’impression qu’elle lui échappe, qu’elle est dans son monde. Et pendant quelques instants, il est de retour en arrière à un autre moment où il s’était senti la perdre. Il revient au moment où sa main a glissé loin de la sienne et qu’il est resté seul dans ce couloir, se demandant s’il allait la revoir un jour. Alors cette fois, il ne lâche pas cette main, refusant de laisser Lizzie se noyer seule dans son chagrin. Il n’avait plus rien à perdre, il était prêt à la suivre n’importe où. Comme si elle pouvait lire dans ses pensées, elle reprend la parole. Sa voix est monocorde, brisée mais parfaitement audible pour livrer une bouleversante confession. Une parfaite introduction à ce que le Blake veut répondre et ce qu’il doit révéler ensuite. « Tu as été une maman pour ce bébé. Tu as été là durant sa courte vie. Tu t’es battue jusqu’au bout pour lui… Tu étais sa mère. Et même s’il n’a respiré que quelques instants… ça veut dire quelque chose. » Il prend une inspiration douloureuse. Le plus dur, peut être, c’était l’emploi des temps, la conjugaison. Déjà parler au passé, réduisant à néant un bonheur qui avait à peine eu le temps d’éclore… Il lutte, il ne sait pas ce qu’il est correct de dire ou pas. Il ne sait pas ce qu’elle a besoin d’entendre, ce qu’il doit taire. Il avait beau vivre son deuxième deuil de la journée, il était toujours aussi ignorant… « On a eu un fils, Liz… Et tu resteras toujours sa mère. Et je serai toujours son père. Rien ne pourra changer ça. » En tout cas, c’était ainsi que lui voyait les choses. Peu importe la tournure que prenait sa vie, et combien d’enfants il aurait, la petite âme qui avait expiré cette nuit resterait son premier-né. Il ne voulait pas effacer son existence de sa mémoire, aussi brève qu’elle a été. Même si c’était douloureux, cet enfant faisait parti de lui, désormais.

« Et tu pourras encore être mère… Si c’est ce que tu dois être, il ne faut pas que tu abandonnes. » C’était presque incongru de tenir un discours tourné vers l’avenir. Toujours ce problème de temps. Il se tait, effaré. Mais peut être que ses mots sont entendus car Lizzie cherche à nouveau à établir un contact visuel entre eux. Mais une nouvelle fois, elle tient des propos alarmants, et il est obligé de la contredire. « Tu n’as pas échoué… Tu ne dois pas te blâmer pour ce qui est arrivé… » Avec l’énergie du désespoir, il lui offre même une porte insensée de sortie. « Si tu veux un coupable… Prends-moi. Toi t’y as crû depuis le début… Moi je n’ai fais qu’imaginer le pire et finalement, il s’est produit. Peut être que le bébé l’a senti. Peut être que je n’étais pas digne d’un miracle » Ce n’était pas des divagations. Depuis que la terrible nouvelle était tombée, il ne cessait de ressasser son attitude déplorable. Il était surpris que Lizzie ne le lui jette pas à la figure d’ailleurs. Mais il fallait croire que dans le pire, ils étaient capables de montrer le meilleur d’eux même. Car lui n’avait pas été le connard arrogant qu’il était d’ordinaire. Il avait férocement empêché un « je vous l’avais bien dit » de sortir de sa bouche et pourtant, il n’en pensait pas moins. Ce n’était pas une question d’échec… Ils avaient simplement crû en quelque chose d’impossible… Lizzie finit par répondre à sa question, lui expliquant que la douleur qu’il n’y avait aucun médicament au monde qui pouvait soulager le type de peine qu’elle ressentait. Ça, il le comprenait parfaitement. « Je comprends… » Dit-il le cœur en miettes. Doucement, il lâche la main de Lizzie mais c’est simplement pour s’assoir sur le lit à côté d’elle. Sans la toucher franchement, car il imagine la douleur qu’elle doit ressentir, il passe son bras au dessus de sa tête, formant un arc de cercle sur l’oreiller de la jeune femme. Puis, il se penche au dessus d’elle pour déposer un long baiser sur son front. « Mais j’aimerai tellement que ce soit possible… » La Mathesson était une bonne personne, et elle avait assez souffert. Elle aurait mérité une fin heureuse.

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyJeu 8 Déc - 21:29

The world around me died
When I saw that heartbeat
I knew it wasn't a sin
Can someone tell me why
This has happened to me?
Why was it only in death
Would you redeem my child?

J'ai été une maman pour cet enfant… C'est ce qu'il dit, mais j'ai bien du mal à me faire à cette idée. Un mère, elle doit protéger son enfant, elle doit faire tout ce qui est possible pour lui permettre de s'éveiller, de grandir, d'avoir une vie. Elle doit le porter. Si j'ai été une maman, alors j'en ai été une très mauvaise parce que je n'ai même pas été capable de lui permettre de voir le jour. Parce que oui, comme l'avait justement souligné Rhys, c'est mon corps qui n'était pas assez fort. L'endroit où un bébé doit prendre forme, se sentir en sécurité, devenir une vie… Mon ventre… Cet endroit qui devait être son premier berceau, n'a même pas réussi à le maintenir en vie.
J'avais refusé l'avortement de façon catégorique, jugeant que je ne voulais pas causer la mort d'un enfant à naître, mais le résultat est le même tout compte fait.
Il est mort. A cause de moi.
Je me nourris du silence. Je ne veux pas dire quoi que ce soit, je ne veux plus prendre part à tout ça. Je veux faire mon deuil, simplement. Mais c'est là que j'entends les mots qui vont à nouveau me donner l'impression de n'être qu'une moins que rien, même pas capable de faire ce pourquoi la biologie m'avait destiné. Un fils…? Ma lèvre se remet à trembler et la douleur revient à son tour avec une rapidité affolante, comme si elle n'était jamais vraiment partie en fait. « Nolan… » Souffle-je dans un murmure presque inaudible. Ce prénom qui avait retenu notre attention à nous deux et qui était censé devenir celui du poupon. Je retiens de nouveaux sanglots avec difficulté. Ce prénom par lequel nous devions l'appeler. Je reste impassible quand le blond déclame que nous resterons à jamais ses parents… Ce n'est pas le cas. Comment être mère, être père, alors qu'il n'y a même pas de certificat de naissance ? Je me complais dans cette passivité qui m'empêche de devenir agressive ou méchante, peu importe si les propos du Blake ne sont pas en accords avec mes pensées. A quoi bon ?
Rhys tente de me réconforter, mais c'est tout juste si j'ose lui accorder un regard. Je ne suis pas heureuse de ce qu'il me raconte et pendant quelques secondes, j'hésite à le poser en responsable, c'est terriblement tentant, mais je me reprends et je préfère ne pas l'enfoncer. Cette tragédie, nous la traversons ensemble, même s'il était plus que réticent au départ. Cette peine, je vois bien dans ses yeux qu'il la ressent. Je ne suis pas la seule à être triste, d'autant plus que ses vêtements me rappellent qu'il y a encore quelques heures, nous étions dans l'église en train de dire un dernier adieu à sa grande soeur.
Délicatement, Rhys s'installe près de moi et si au début je voudrais m'écarter, je le laisse finalement faire et je me laisse aller. Au contraire, je ressens un besoin pressant de contact. J'ai beau me répugner, être dégoûtée par mon propre coeur, j'ai besoin de savoir qu'il ne me déteste pas. Ou pas trop, du moins. Je me déteste suffisamment pour nous deux. Je me rapproche du médecin et l'une de mes mains vient s'agripper à la chemise de Rhys, un peu comme à une bouée de secours. « Est-ce que… Est-ce que tu l'as vu ? » Des enfants sont déjà nés aussi prématurément et je commence à me demander si les médecins ont proposé à Rhys de le voir, sachant qu'il était le père de l'enfant. « Je ne sais pas si je veux le voir… » Avoue-je, la voix déchirée. A cet âge là… Il doit être tout petit, minuscule même. « Est-ce que ça fait de moi une personne horrible si je ne veux pas ? » Ce n'est pas tant que je ne veux pas, c'est surtout que je ne peux pas. Un peu comme si le voir sans vie me rappellerait mon échec et le fait que je n'ai pas été capable d'effectuer mon devoir. Un peu comme si ça marquait définitivement sa mort… Je ressers mon emprise sur le vêtement du jeune homme, pas prête à le lâcher pour le moment.

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyDim 11 Déc - 11:38

This is not at all how
We thought it was supposed to be
We had so many plans for you
We had so many dreams
And now you've gone away


Rhys avait eu peur de ne pas trouver les mots, de rester écrasé par le poids du chagrin indescriptible qu’il ressentait. Il avait donc éprouvé une légère forme de soulagement quand il avait réussi à parler à Lizzie, qu’il avait réussi à essayer de la consoler. Mais cette sensation avait été de courte durée. Car les mots qu’il prononçait semblaient se heurter à un mur sans trouver aucun écho en la blonde. Pire, quand elle réagit enfin, il constate que ces derniers ne font qu’en fait qu’alourdir son fardeau. « Nolan… » Murmure t-elle avec toute la douleur du monde dans la voix quand il lui révèle qu’ils avaient eu un fils. Mais ses yeux sont à nouveau secs, fixant le vide. Elle est de plus en plus inaccessible et Rhys comprend qu’il n’est pas à la hauteur. Rien de ce qu’il pourra dire ne l’apaisera. Alors il se penche sur le  lit, pour déposer un baiser sur le front de Lizzie et tirer sa révérence. Sans doute qu’elle a besoin d’un peu de temps pour elle. Ou peut être qu’elle ne pouvait plus supporter de le voir. Quand on y réfléchissait, c’était logique. Leur relation n’était déjà pas spécialement harmonieuse mais maintenant… Chaque fois qu’elle le verrait, elle l’associerait à la mort de son bébé. Normal qu’elle ait envie de s’épargner ce genre de peine. Les couples mariés et unis se remettaient rarement de la mort d’un enfant alors pour eux… c’était presque foutu d’avance. Et pourtant… le fait d’avoir crû aujourd’hui qu’il allait la perdre définitivement avait fait réaliser quelque chose à Rhys. Il l’aimait. Pas comme une meilleure amie, pas comme une sœur, pas comme la mère de son enfant. Non il l’aimait d’amour, de ton son être, de toute son âme. Il avait été aveugle en pensant que ce n’était pas le cas et qu’il mélangeait tout avec la grossesse. Parce que maintenant, leur bébé était parti et ces sentiments dévastateurs étaient toujours là. Aussi douloureux que ça puisse être à ce moment précis, il l’aimait, quoi qu’il advienne. Même si elle le repoussait.

Mais elle ne le fait pas. Pas encore. Au contraire, elle s’accroche au revers de sa veste, de sa chemise comme si elle avait deviné qu’il pensait partir. Et elle pose une nouvelle question. Tout aussi dévastatrice que la première. Le blond ne sait absolument pas quoi répondre. Tout à l’heure, il avait parlé en toute franchise et le moins que l’on pouvait dire, c’était que le résultat n’avait pas été très concluant. Il avait franchement peur de commettre un nouvel impair… Cependant aucun mensonge ne semblait plus doux que l’atroce vérité alors… « Oui… je l’ai vu. » Dit-il en hochant légèrement la tête. C’était à son tour de parler d’une voix presque inaudible. A cinq mois, les fœtus étaient déjà formés. Leur fils pesait cependant moins de 600 grammes, il était minuscule entre les mains tremblantes du docteur qui le lui avait présenté. Et pourtant, certains prématurés parvenaient à survivre à cet âge et à ce poids là. Mais Nolan n’avait presque pas respiré, ses lèvres rendues bleues par l’asphyxie. L’image du petit corps de son fils resterait pour toujours gravée sur la rétine du Blake mais il ne dit plus rien. Il ne veut pas donner de nouveaux détails qui crucifieraient Lizzie encore un peu plus. Et il fait bien car ce qu’elle dit ensuite va dans ce sens, lui avouant qu’elle ne voulait pas voir le nourrisson. « Non pas du tout. Personne ne te jugera pour ça, je te le promets. » Dit-il avec douceur. Elle avait déjà fait preuve d’un grand courage, il était normal qu’elle commence à en atteindre les limites. Les mains de Lizzie se crispent autour du tissu de sa chemise, signe du déchirement intérieur qu’elle doit ressentir. Alors il jette ses doutes à lui aux oubliettes, passant ses bras autour des épaules la jeune femme. Il s’installe un peu mieux sur le lit, appuyant son dos contre le dossier, étendant ses jambes sur le lit pour mieux serrer Lizzie contre son flanc droit. Il se tourne légèrement vers elle, histoire de mieux l’enlacer. Doucement, il pose son menton sur le haut de son crâne, la serrant toujours un peu plus fort. De toute ses forces. Peut être que cette étreinte la soulagerait plus que toutes les inepties qu’il avait pu dire. Lui en tout cas avait besoin de se raccrocher à elle.

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyVen 16 Déc - 23:11

The world around me died
When I saw that heartbeat
I knew it wasn't a sin
Can someone tell me why
This has happened to me?
Why was it only in death
Would you redeem my child?

J'ai pourtant l'impression de n'avoir jamais fait autant de mal dans ma vie pour recevoir autant de tragédies. Je croyais être quelqu'un de bien. Je le croyais, sans pour autant tomber dans une mégalomanie certaine. Je m'attendais à vivre une petite vie tranquille et paisible. Etre en bonne santé, tomber amoureuse, fonder une famille. Mais peut-être que c'était trop. Peut-être que je ne méritais pas toutes ces bonnes choses que je jugeais pourtant à ma portée. La santé s'est envolée avec l'accident de voiture, mais au moins, il me restait l'amour. L'amour s'est lui aussi éclipsé, mais j'avais toujours la possibilité de refaire ma vie et d'être heureuse avec quelqu'un d'autre. Aujourd'hui c'est mon bébé qu'on m'arrache brutalement et ça, c'est comme si jamais je parviendrai à être entière à nouveau. Jamais. Qu'est-ce qu'il me reste ? Le chaos. Il me reste bien ma famille, mes proches… Mais ils ne semblent pas suffisants. Ils ne le sont pas. Comment pourraient-ils l'être alors que je viens de perdre une part de moi à tout jamais ?
J'aimerais fermer les yeux et m'endormir, là, contre Rhys, alors qu'il vient de m'avouer avoir eu le courage de voir notre bébé. Un courage dont je ne peux pas faire preuve et qu'il semble me pardonner. Je ne peux pas le voir car je préfère garder l'image parfaite qui s'était créée dans mon esprit. « Merci. » Je ne suis pas prête à affronter la réalité et je ne suis pas sûre de l'être un jour. Pas pour ça. Alors c'est naturellement que je sais que je préfère ne pas voir l'enfant que j'ai tué.
Oui, j'aimerais rester allongée, blottie contre Rhys et ne plus rien ressentir, ne plus penser à rien. J'essaye. J'essaye vivement, mais en vain. Il y a ces interrogations constantes sur ce que j'ai bien pu faire pour mériter ça… Il y a toutes les hypothèses possibles et inimaginables… Et si j'avais fait d'autres choix ? Je ne peux pas continuer à croire qu'il y a une logique dans ce qui m'arrive, dans ce qui nous arrive à Rhys et moi. Parce qu'il n'a pas été épargné non plus, le pauvre.

On allait être parents. On allait avoir cet enfant et l'aimer d'un amour pur et fort. On l'aimait déjà. Et j'ai tout fait foiré. « Je ne sais pas comment continuer… » Continuer ma vie, continuer de vivre. Parce que si j'ai l'impression qu'elle s'est arrêtée en même temps que celle de mon fils, je suis pourtant là, à respirer cet air à l'odeur caractéristique des hôpitaux, à sentir les bras de Rhys autour de moi, à rêver ce qui aurait pu se produire. Je suis là, un trou béant dans la poitrine que rien ni personne ne pourra soigner. Je suis là, mais pas mon fils, alors que j'aurais tout donné pour que la situation soit inversée et qu'il soit celui qui respire à ma place. « Je ne sais pas si j'en suis capable. » Continue-je dans un murmure sans savoir s'il est adressé au jeune homme ou à moi-même.
J'aimais penser qu'il était possible de trouver du positif dans toutes les situations, mais cette fois, c'est impossible. Je n'ai même pas la force de chercher. Nous nous retrouvons tous les deux avec ce vide qui nous habite. Nous ne serons plus jamais les mêmes et nous ne pourrons jamais oublier cette tragédie qui vient de nous marquer au fer rouge.

Quelques sanglots de plus, je suis à bout de souffle, fatiguée de pleurer sans cesse et toujours aussi dégoutée par ma propre personne. Je prends conscience que je n'ai pas à imposer ma présence à Rhys, que je n'ai pas le droit d'agripper sa chemise alors qu'il doit me détester pour lui faire vivre un tel cauchemar. Je m'écarte lentement et surtout à contrecoeur. « Je suis désolée… Je n'aurais pas dû te tenir comme ça. » Parce qu'encore une fois, c'est moi qui entreprend le contact, comme la nuit où nous nous sommes retrouvés dans le même lit. « Tu n'es pas obligé de rester. » Les mots qui sortent me font mal à la gorge, mais je me force à poursuivre. « Gwen serait certainement de meilleure compagnie. »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptySam 24 Déc - 14:43

This is not at all how
We thought it was supposed to be
We had so many plans for you
We had so many dreams
And now you've gone away


« Merci. » Rhys entend Lizzie murmurer ces deux syllabes d’une voix lasse et il se demande de quoi elle peut bien le remercier. Il n’avait rien fait pour elle. Il avait été incapable d’empêcher le drame qu’il avait pourtant vu venir. Pire comme les autres, il s’était mis à espérer… En dépit de ce que ce disait les médecins et la science, il avait crû que c’était possible. Qu’il allait pouvoir devenir le père d’un petit bébé. Que dans l’immense gâchis que représentait sa vie, il allait enfin créer quelque chose de beau. Qu’il allait pouvoir réparer tout le mal qu’il avait fait à Lizzie en lui offrant un enfant. Que tous les trois, ils parviendraient à être heureux. Oui, il y avait crû. Peut être que c’était de l’arrogance. Ou de la stupidité. Il n’en savait rien. La seule certitude qu’il avait à présent, c’est qu’il le payait chèrement. Il souffrait d’un désespoir sur lequel il ne parvenait pas à mettre de mots. Pouvait-on pleurer quelqu’un qui avait à peine vécu ? Il n’avait jamais tenu Nolan dans ses bras. Il ne le verrait jamais sourire. Jamais, il ne serait témoin de ses premiers pas. Pas plus qu’il ne pourrait lui apprendre à jouer au foot ou à draguer les filles. Il était condamné à pleurer le fantôme de l’enfant qu’il n’aurait jamais. C’était un deuil cruel, aussi cruel que celui qu’on pouvait ressentir quand on perdait un être cher avec qui on avait beaucoup partagé. Surtout que même si ça semblait illogique… Il aimait déjà son fils avant de le connaître. Il avait regardé le ventre de Lizzie s’arrondir avec bonheur, inondant d’amour ce petit monticule de chair de manière totalement irrationnelle. Et maintenant, il ne lui restait plus rien. Si ce n’était le sentiment de perte. Il sent ses yeux se brouiller pour ce qui doit être la énième fois de la journée. Les hommes ne sont pas censés pleurer mais le Blake a atteint son point de non retour. Alors il laisse couler ses larmes, tandis qu’il serre toujours Lizzie contre lui. Ces dernières mouillent ses joues avant de glisser dans la chevelure de la blonde mais aucun des deux ne s’en soucie. Ils sont vides, apathiques, abattus.

« Je ne sais pas comment continuer… Je ne sais pas si j'en suis capable » Au bout de ce qui semble une éternité, la voix de Lizzie retentit à nouveau tandis que Rhys fixe le vide par-dessus son crâne. Ils n’ont pas bougés, toujours l’un contre l’autre, la jeune femme sanglotant aussi contre lui. Et là après cette déclaration, il n’a pas de réponses à opposer et ça le terrifie. Il ne sait pas comment lui-même survivre à cela, alors il ne se voit pas donner des conseils à la Mathesson sur la marche à suivre. Néanmoins… Il ne se voit pas lui imposer un silence parfait. Le silence était une chose terrible quand on était triste et il ne voulait pas que ce dernier s’installe durablement entre eux… « On a… On n’est pas obligés de réfléchir à ça tout de suite... » Finit-il par murmurer, indécis. Bien qu’au fond, lui-même se demandait comment on pouvait rebondir après ça... Il y a juste cette pensée égoïste qui le traverse. Il voulait qu’elle soit capable de continuer. Car si jamais elle abandonnait, il ferait de même. Il ne voulait plus vivre sans elle. Elle était vraiment l’une des dernières personnes qui le rattachaient au monde des vivants… A peine se fait-il cette réflexion que Lizzie s’écarte soudainement de lui, comme si elle trouvait tout à coup leur présence incongrue. Cette fois-ci, Il accroche son regard, qu’elle le veuille ou non. « Je n’ai pas envie de te laisser… Je veux rester. » Il la scrute tandis qu’un éclair de compréhension le frappe soudain. Même alors qu’elle venait de perdre la pire épreuve de sa vie, Lizzie restait Lizzie. Elle avait sans doute peur de le déranger, comme le soulignait sa mention à Gwen. Enfin, il préférait en être sûr. « A moins que toi, tu veux que je m’en aille. Tu as le droit de vouloir rester seule… ou de vouloir te reposer. Ou peut être que tu veux que j’appelle Caleb ? »

Il avait l’impression de porter le poids du monde sur ses épaules. Abattu, il ne s’était pas soucié de savoir quelle image, il renvoyait. Mais peut être faisait-il preuve de trop d’abattement ? Peut être que Lizzie prenait cela pour de la froideur ? Peut être qu’elle pensait qu’il se sentait obligé de partager sa peine ? Il devait lui prouver le contraire. Lui aussi avait besoin de réconfort, et il le trouvait auprès d’elle. « Tout à l’heure… quand tu m’as dit que tu ne savais pas comment continuer… Peut être que c’est ça la réponse… Qu’on doit le faire tous les deux. » Il commence à essuyer doucement les larmes de Lizzie, caressant ce visage qu’il aimait tant avec toute la tendresse du monde. Dire qu’il y a quelques mois, il effectuait le même geste mais pour sécher des larmes de joie… Cette sensation de déjà-vu était insoutenable. Le destin avait un cruel sens de l’humour. « Je ne veux pas de meilleure compagnie… J’ai… j’ai besoin de toi. J’ai l’impression que personne ne peut comprendre. A part toi. » Il laisse retomber ses mains, attrapant celle de la jeune femme au passage. Finalement, c’était lui qui ne lui laissait plus le choix. Car ce qui devait être des paroles rassurantes s’était transformé en un plaidoyer larmoyant pour ne pas qu’elle le laisse seul. « Aujourd’hui, j’ai dit adieu à Echo… Et nous avons perdu Nolan. Mais toi… Tu es là. J’ai crû que j’allais te perdre aussi mais tu es là. Alors il n’y a nulle part d’autre où j’ai envie d’être à part avec toi… » Il avait envie de lui dire qu’elle pouvait compter sur lui mais c’était déjà ce qu’il avait promis pour la grossesse… Encore un déjà-vu fâcheux.


_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyLun 26 Déc - 18:23

The world around me died
When I saw that heartbeat
I knew it wasn't a sin
Can someone tell me why
This has happened to me?
Why was it only in death
Would you redeem my child?

Oui, nous ne sommes pas obligés d'y réfléchir tout de suite. Il faut se donner le temps déjà, le temps d'accepter ce qui vient de nous arriver, et ça, ça risque d'être long. Long et douloureux. Toutefois, je m'écarte du jeune homme car peut-être que ce temps dont il a besoin, il ne veut pas le passer à mes côtés. Peut-être qu'il ne veut pas me toucher et qu'en un sens, je le force à rester au près de moi en le tenant aussi fermement. Alors oui, je m'excuse, je m'écarte et je suis prête à le laisser partir s'il le désire. Je ne suis pas de bonne compagnie, c'est certain, et lui il a la chance de pouvoir sortir de cette chambre alors il peut aller n'importe où, vers n'importe qui. N'importe qui, qui n'a pas perdu son bébé et qui n'a pas gâché l'enterrement de sa soeur aînée. Je ne sais même pas si je m'en sens coupable. En fait, je n'arrive pas à déduire si je suis en mesure de ressentir quoi que ce soit qui n'ai pas de rapport avec Nolan. C'était mon bébé… Mon fils. Et je n'aurais même pas eu la chance de le tenir dans mes bras, trop occupée à être entre la vie et la mort des suites de l'hémorragie.
Finalement, Rhys m'avoue qu'il ne veut pas s'en aller et je sens le soulagement m'envahir. Il veut rester, mais il s'assure avant que c'est également ce que je souhaite. Timide, je hoche la tête, les lèvres pincées. Je n'envisage même pas un instant de rester seule, parce que je sais d'avance que ce n'est pas la bonne solution.
« Rester seule… Je crois que… Je crois que si je reste seule… Je vais devenir folle. » Je ne mâche pas mes mots et je les pense réellement. Je sais qu'à l'instant où je vais me retrouver dans cette chambre sans plus personne pour tenter de me prouver que la vie vaut un minimum la peine d'être vécue, je tomberai dans une folie propre à celle des gens qui sont brisés. Je lève les yeux vers le Gallois, secoue légèrement la tête quand il mentionne mon meilleur ami. Aussi fantastique que soit Caleb, je préfère ne pas avoir à lui faire endurer ça. Il a toujours été d'un soutien infaillible, mais il y a des instants que je ne peux pas partager avec lui, je crois, et celui ci en fait partie.  

Il essuie mes larmes et il dit quelque chose qui résonne en moi, qui me donne presque l'impression que ce n'est pas totalement fini entre nous deux malgré le fait que le seul être qui nous unissait vient de périr. Qu'on s'en sorte ensemble ? Tous les deux ? Oui… Ce sera plus facile si on est tous les deux. Ou du moins, ce sera envisageable… Même si nous en sommes pas encore là. Je hoche la tête à nouveau. Que faire d'autre ? Et puis il avoue que je suis la seule qui peut comprendre et quand je lis la peine dans ses yeux bleus océan, je sais qu'il a raison et que c'est réciproque. Pourtant, il ne l'a pas porté. Il ne l'a pas senti grandir à l'intérieur de lui. Il ne sait pas ce que c'est de se voir changer physiquement, mais aussi moralement pour des raisons inexplicables à cause de toutes ces hormones. Les goûts changent aussi, et puis il y avait les nausées. Rhys n'a pas vécu la grossesse à proprement parlé, mais c'est vrai qu'il a été présent tout du long, même si au départ, il aurait préféré que je passe par l'avortement thérapeutique.
Avec ses mots emplis de douleur, le Blake poursuit, mais cette fois, je n'arrive pas à m'y raccrocher. Je détourne le regard. Que dirait-il s'il savait que ce que je pense réellement ? Je sens un nouveau noeud dans ma gorge se former et je fixe le vide. « Ouais… Je suis là. » Je crache les mots, ironique et presque sarcastique. Je m'en moque bien d'être là. J'aurais préféré que ce soit Nolan à ma place, qu'il soit fermement tenu par les bras protecteurs de son père. « J'aurais préféré que ce soit lui qui s'en sorte… Je sais que tu aurais été formidable. » Il aurait fait un bon père, je n'ai aucun doute là dessus, mais parce que je ne suis malheureusement pas assez forte, il doit y renoncer. Du moins, pour ce qui est d'avec moi. Je soupire et je tourne le dos à Rhys parce que je n'ai pas envie de faire face à son désaccord. « Je sais ce que tu en penses… Et je sais que tu es celui qui comprend le mieux aussi, mais… Quand tu le portes, c'est différent. Avec Nolan dans mon ventre, j'avais l'impression d'être entière pour la première fois et là on me l'a arraché. J'aurais préféré que ce soit moi. Je donnerais tout pour échanger nos places, pour lui donner la chance de vivre et te donner la chance d'être un père. »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2065
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptySam 7 Jan - 9:28

This is not at all how
We thought it was supposed to be
We had so many plans for you
We had so many dreams
And now you've gone away


« Rester seule… Je crois que… Je crois que si je reste seule… Je vais devenir folle. » Il comprenait parfaitement ce qu’elle voulait dire. Il ressentait un peu la même chose. Tout à l’heure, pendant que Lizzie était sur la table d’opération, c’était la présence silencieuse de Caleb qui l’avait empêché de devenir fou face à la l’attente et l’incertitude. Mais maintenant que Lizzie et lui avaient perdu le fils dont ils rêvaient tous les deux… Plus grand-chose ne les retenait de sombrer dans une amère dépression. Le cerveau humain n’était pas fait pour concevoir ce genre de choc. La perte d’un si petit être était bonnement inimaginable. Alors non, Rhys n’avait pas envie d’être seul non plus. Seul avec ses pensées, il se détruirait. Il s’empêcherait d’ailleurs de réfléchir de manière cohérente, abusant de l’alcool. Il était prêt à tout pour que ces mots cessent de tourner dans sa tête. « On a perdu le bébé…. On a perdu le bébé. » Alors que là, il se focalisait sur les paroles de Lizzie, s’empêchant de penser à son propre ressenti. Hélas, les paroles qui sortent de la bouche de la blonde sont tout aussi désespérées que les sombres pensées qui agitent le Blake. « Ouais… Je suis là. » Dit-elle d’une voix éteinte, comme si justement, elle préférait être morte plutôt que d'être là, dans cette chambre d’hôpital. Et finalement, c’est ce qu’elle confirme, allant au bout de sa pensée. Il souffle bruyamment, comprenant ce qu’elle était en train de faire. Les fameuses cinq étapes face à la mort. Et il semblait qu’elle était passée du désespoir à la culpabilité, s’en voulant d’être en vie à la place de leur fils. « Peut être que j’aurai été un bon père. Ou peut être que j’aurai été à la ramasse sans toi. On ne le saura jamais, maintenant. » Dit-il avec une certaine tristesse dans la voix. Mais il y a aussi une pointe d’indignation dans sa voix. Car bien entendu, il ne peut pas accepter la version de l’histoire que Lizzie lui vend. Elle essaye de se dérober à son étreinte, à son regard mais à moins de se boucher les oreilles, elle ne peut pas ellipser le son de sa voix.

« Mais je sais pour sûr que ça aurait été affreux pour Nolan de ne pas connaître sa mère. Il n’aurait jamais su quelle personne merveilleuse tu es. Parce que c’est ce que tu es... Une femme merveilleuse. Et même si je suis dévasté par notre perte… Une part de moi est reconnaissante parce que tu es en vie. Oui, je voulais être le père de ce bébé. Mais il y a d’autres choses qui ont autant de la valeur à mes yeux. » Il essaye de caresser son bras, la gorge nouée. Il comprenait qu’à cet instant précis, elle ait envie de mourir mais jamais il ne pourrait la laisser exprimer ce souhait à voix haute sans s’y opposer. Le fait qu’elle soit en vie était capital pour lui et tant pis si elle lui en voulait parce qu’il était encore capable de se réjouir de ce fait. « Je ne veux pas vivre dans un monde où tu n’existes plus, moi. J’ai besoin de toi. Alors moi non, je n’aurai pas préféré que tu meurs. » Il voudrait dire plus. Mais le moment était le plus mal choisi possible pour déclaration. Non, au fond, il fallait qu’ils s’étendent sur l’ampleur de leur perte s’ils voulaient avoir une chance d’au moins un peu cicatriser. Même si la blessure resterait toujours vive en eux. Et sûrement plus pour Lizzie. Il opine avec horreur quand elle essaye de le lui expliquer et qu’il se rend compte qu’elle a raison. « Je sais… je sais que c’est différent quand tu le portes. Enfin, comme tu dis, je ne peux que l’imaginer…. Je suis désolé, Liz. Vraiment désolé. Moi je donnerai tout pour que tu n’ais pas à ressentir ça… ou pour que Nolan soit avec nous. » Il s’allonge d’avantage contre la jeune femme, à court de mots pleins de bon sens pour combler le vide qu’elle évoque. Il se sent soudainement drainé de toute énergie, comme si la note de cette longue journée lui était enfin présentée. Il avait bien trop donné émotionnellement. Il était incapable de consoler un tant soit peu Lizzie. Il se sentait nul, il se sentait bête. Et il avait l’impression que jamais il ne verrait la fin des longs mois de deuil qui se profilaient.

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys EmptyVen 13 Jan - 17:55

The world around me died
When I saw that heartbeat
I knew it wasn't a sin
Can someone tell me why
This has happened to me?
Why was it only in death
Would you redeem my child?

Non, on ne le saura jamais à présent. Ou peut-être que si, le jour où il mettra une autre femme enceinte et je pense que ce jour là, ce sera quand il sera vraiment prêt, pas parce qu'il a oublié de se protéger. Après cette expérience, j'ose croire que Rhys ne sera plus aussi imprudent que nous l'avons été. Je tourne le dos au jeune homme, mais je suis bien obligée d'entendre ce qu'il a à me dire et je ne sais quoi lui répondre. Je l'écoute en silence pour le moment et je fixe un point précis de la pièce pour m'éviter l'humiliation de pleurer encore et toujours. Je déglutis difficilement et je continue de fixer ce point dans la chambre. Je lâche un premier rire jaune quand j'entends que je suis une femme formidable puis un second quand il sous-entend que j'ai plus de valeurs à ces yeux que son désir de paternité. J'ai du mal à y croire. Beaucoup de mal. Un monde où je n'existe plus… Je n'existais plus à ses yeux quand il s'est absenté pendant ces huit longues années alors à quoi bon faire semblant maintenant que nous traversons l'une des épreuves les plus difficiles de notre vie ? Pour me réconforter ? Pour essayer de me donner l'envie de ne pas me morfondre ? Je soupire et je ne réponds rien. Je ne réponds rien parce que je me sens coupable et parce qu'encore présentement, je me demande qui j'aurais choisi si j'avais dû choisir entre Rhys et notre fils. Je me sens coupable, et je lui en veux à lui d'être reconnaissant pour ma vie épargnée. Je ne réponds rien parce que mes paroles ne se voudraient pas aussi réconfortantes que les siennes et qu'elles ne lui feraient aucun bien. Et peu importe que je sois en train de traverser cette horreur, je n'ai pas le droit rendre ce moment davantage pénible pour lui. A moins que ?
Non, les bons sentiments que je ressens pour Rhys me poussent à ne pas l'enfoncer et à me montrer humble de ses attentions, mais c'est également une source d'un égoïsme pur qui me pousse à ne rien dire : j'ai peur que si je lui dis encore quelque chose qui ne lui plait pas, il mette les voiles. Je n'ai pas envie de le voir partir, bien au contraire, j'ai envie qu'il reste près de moi parce que sa présence est bienveillante. Le coeur n'y est pas vraiment, mais je reprends enfin la parole une fois que le silence s'est installé.
« Merci… Merci d'essayer. » Essayer de ne pas me laisser perdre pied alors que c'est précisément ce qui arriverait s'il me laissait là. Je n'ai rien d'autre à dire. Rien de plaisant, rien d'encourageant, rien de bon en somme, alors je me tais et je me complais dans ce silence qui semble être la représentation de ce qui m'attend jusqu'à la fin de mes jours. Une vie chaotique. Je n'ai pas la prétention de penser que je mérite mieux, alors j'accepte. Encore un soupire et je ferme les yeux, à la recherche d'un peu de paix. « Je crois que… Que je vais essayer de dormir un petit peu. Ca fera peut-être passer… Tout ça. » Parce que j'ai l'espoir qu'en trouvant le sommeil, je puisse arrêter de penser à toutes ces choses qui me torturent l'esprit. Le sommeil sans fin me semble bien attirant lui aussi, mais ça ne sert à rien que j'en parle à nouveau à Rhys. Il a compris le message. Il sait ce que j'en pense. « Tu peux rester. » Que j'ajoute tout de même parce que je n'ai toujours pas envie de le voir partir peu importe ce que je ressens à l'heure actuelle et parce que peut-être que lui aussi a envie de rester ici.

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty
MessageSujet: Re: Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys Empty

Revenir en haut Aller en bas

Carry me close like the tear drops in your eyes + Lhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-