AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptyVen 25 Nov - 6:45


Submergé. C’était exactement la sensation que Caleb éprouvait à l’instant précis. Trop d’événements dramatiques s’étaient succédé en un nombre relativement restreint de jours. Paige… Echo… Lizzie… Et maintenant, c’était au tour de sa mère. Quelle mauvaise fée avait décidé de se pencher sur Tenby et sur ses proches ? Trop. Le jeune homme avait l’impression que c’était définitivement trop. Il s’essoufflait, il n’en pouvait plus et pourtant, il était obligé de faire comme s’il restait aussi solide et inébranlable qu’un roc. Parce que c’était à ça qu’il servait. Parce que c’était sa fonction, son rôle. Parce qu’ils avaient tous besoin de soutien, pas d’une mauviette dont les épaules s’affaissaient. Parce que c’était nécessaire, tout simplement. Alors il se forçait à garder la tête haute, tant bien que mal. Encore une fois, il revenait de l’hôpital. Il avait l’impression d’y avoir passé plus de temps que durant toute sa vie. Et bien entendu, ce n’était jamais bon signe… Car désormais, la malchance s’était abattue sur sa mère. Sa chère maman. Ses problèmes de santé n’étaient plus un secret dans la communauté. Une opération chirurgicale était désormais nécessaire pour enlever la partie droite de son foie. Caleb s’était senti à nouveau perdu au milieu de toutes ces informations, exactement comme quand Lizzie avait subi sa greffe et qu’il s’était renseigné. Une fois de plus, il s’était plongé dans des revues spécialisées, avait passé des heures sur Internet et consulté plusieurs spécialistes. Il s’était efforcé de refouler ses angoisses pour garder la tête haute, afin de prendre les moins mauvaises décisions possibles pour sa mère. Bien sûr, son père était là, lui aussi… Mais le Gallois avait l’impression que ce dernier était totalement dépassé, et pour cause. C’était loin d’être son domaine et l’inquiétude ne devait certainement pas l’aider. Alors Caleb n’était peut-être pas médecin, mais il avait décidé de prendre le plus de choses possibles en charge pour pouvoir soutenir ses parents au mieux. Il était en congés depuis plusieurs jours déjà, passant son temps entre l’hôpital, la maison et les cabinets médicaux dans d’autres villes. La solution était toute trouvée. En revanche, les moyens, eux, manquaient cruellement… Un appel aux dons avait donc été passé et la famille avait réuni toutes ses économies.

Plus que soucieux, le Donovan était perché sur sa bicyclette. Il faisait sombre dans les rues de Tenby qui n’étaient pas forcément bien éclairées. Il rentrait de l’hôpital et il rêvait d’une bonne douche, d’un repas consistant et de son lit chaud. Car il avait conscience que s’il ne se reposait pas un minimum, il ne tiendrait pas très longtemps à ce rythme… Pas avec tout ce qui s’était passé et continuait à se passer. Pas avec la douleur qui enveloppait ses proches et qui l’enveloppait forcément, lui aussi. Pas avec tous ces malheurs. Alors ce soir-là, tout ce que Caleb avait prévu, c’était de réfléchir à d’autres manières de gagner de l’argent facilement. Ou plutôt, rapidement. Car c’était l’une des choses dont il avait le plus cruellement besoin en ce moment. Sa famille n’avait jamais été riche et ils n’avaient pas les moyens de payer une opération chirurgicale coûteuse. Alors pour l’instant, la seule solution qu’il avait, c’était d’emprunter… Et de se flinguer pour un bon nombre d’années, par la même occasion. Mais ce n’était pas le plus important. Pour sa maman, il était prêt à aller bien plus loin que ça… Et c’était en remuant ces sombres pensées que le vétérinaire pédalait vigoureusement pour rentrer chez lui. Décidant de prendre un raccourci, il tourna dans une autre rue et ce fut alors qu’il remarqua, bien trop tard, une femme qui traversait la route. Aussitôt, une bouffée d’adrénaline l’envahit et il freina sec. « Attention ! » cria-t-il, sans noter les écouteurs vissés dans les oreilles de la personne en question. Pourquoi avait-elle traversé alors que le feu piéton était au vert ? Malheureusement, il ne parvint pas à s’arrêter à temps. Il voulut alors se faire tomber pour éviter de blesser quelqu’un, mais la collision paraissait inévitable à l’instant précis. La roue du vélo la heurta, elle tomba et immédiatement, Caleb sauta de sa bicyclette, la balançant sans ménagement de côté. « Putain ! » jura-t-il, s’accroupissant le plus vite possible auprès de celle qu’il avait renversée. Il avait envie de l’aider à se relever tout de suite, mais ce n’était sûrement pas une bonne idée. Alors il posa les mains sur son visage. C’était une adolescente… « S’il te plaît… » Mais elle avait ouvert les yeux. Le soulagement envahit Caleb. « Oh mon dieu, tu vas bien ? Je suis tellement désolé, je… Tu as mal où ? Viens, je t’emmène aux urgences ! »


Dernière édition par Caleb R. Donovan le Sam 26 Nov - 4:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself+ serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 1/3
En cours : Ludwig - Fred (intrigue)- Danny - Les Griffiths
RAGOTS PARTAGÉS : 2461
POINTS : 3307
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Tumblr_inline_pdikm4VQX41tcosbh_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : On croyait qu'elle s'était calmée mais elle change aussi souvent de métier que de couleur de cheveux... Elle est tellement instable comme fille...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptyVen 25 Nov - 18:24

« Au revoir ! A demain ! » J’adresse un signe de main à la cantonade en enroulant une épaisse écharpe autour de mon cou. Le froid tombait très vite le soir à Tenby et je ne voulais pas tomber malade. A vrai dire, il faisait un temps à rester chez soi mais quand on avait comme moi des parents investis dans la vie de la paroisse, les soirs d’hiver, on distribuait de la soupe à ceux qui étaient dans le besoin. Je venais donc d’effectuer mon tour de représentation de la famille Griffiths, passant plusieurs heures à manipuler la lourde louche pour verser du bouillon dans les bols de pauvres hères et je n’avais qu’une envie… Rentrer chez moi et me reposer. J’étais censée attendre que Hilary, l’amie de mère me ramène mais elle avait tendance à traîner et surtout à tout ranger. C’était au dessus de mes forces. Je voulais partir maintenant. Mes journées commençaient à devenir trop courtes. Je gérais le lycée, les activités de la paroisse, le patinage et aussi mon stage au journal. Je manquais de temps et j’étais épuisée… Tant pis pour les consignes maternelles… Je pousse la porte du centre communautaire, et comme prévu, une bouffée de froid me paralyse quand je me retrouve dehors. Le trajet s’annonçait long… L’idée me déprime à l’avance alors je sors mon I-Pod pour que la musique me donne au moins un peu de motivation. Les premières notes d’une chanson de Snow Patrol retentissent et comme à chaque fois que j’entends une chanson d’amour, mes pensées s’égarent du côté de Daniel Granger… En somme, tout était en place pour que le drame survienne. Je marchais d’un pas rapide, tête baisée pour me protéger du froid, coupée du monde par ma musique et surtout mes pensées à mille lieux de la sécurité routière… Mon pied rencontre soudain le vide et je descends du trottoir pour traverser sans même y penser. Le feu est rouge mais je sais qu’il n’y a pas de voiture qui arrive, sinon, j’aurai perçu la lumière de phares. Une impression de sécurité bien trompeuse… L’instant d’après, je perçois un mouvement dans mon champ de vision périphérique et quand je tourne la tête, j’ai à peine le temps d’apercevoir un cycliste qui fonce droit sur moi. Après plus rien.

« Putain !... S’il te plaît…» Des exclamations confuses me parviennent sans que je ne puisse vraiment en comprendre le sens. Des mains froides se posent sur mes joues joue et je réalise tout à coup que je suis allongée sur le béton. Je bats des paupières, ouvrant les yeux, désorientée. Un visage me surplombe. Un beau visage. Un visage angélique. Suis-je décédée et en compagnie d’un ange ? Non, les battements frénétiques de mon cœur me prouvent que je suis bien vivante et que je viens d’avoir la peur de ma vie justement. « Oh mon dieu, tu vas bien ? Je suis tellement désolé, je… Tu as mal où ? Viens, je t’emmène aux urgences ! » Visage d’ange est en fait complètement affolé et j’essaye de retrouver mes esprits pour le rassurer. Cela commence par un petit inventaire, pour voir s’il y a de la casse. Je bouge doucement mes mains, mes orteils, mes pieds et tout semble en ordre. « Je crois que ça va… J’ai un peu mal à la tête mais je ne vois pas double alors je pense que c’est bon signe. » A moins que je sois en train d’halluciner… Parce que je n’avais jamais vu ce beau gosse dans les rues de Tenby… En tout cas, il semble que je puisse me relever. Je m’accroche au bras de l’inconnu, constatant au passage qu’il a l’air plutôt réel et j’essaye de me redresser en position assise. Et c’est là que je grimace en poussant un petit cri de douleur. « Mon épaule… » Que j’annonce les dents serrées. Je pouvais la bouger, donc elle n’était pas démise mais elle me faisait un mal de chien. Un hématome peut être ? Sans compter que j’étais quitte pour une belle bosse vu comme ma tête avait heurté le sol. Néanmoins, j’étais la seule à blâmer pour ça. « Ne soyez pas désolé… Je ne regardais pas vraiment où j’allais. » Et je n’étais pas attentive aux bruits de la circulation non plus, la preuve je n’avais même pas entendu l’avertissement du cycliste. Je ramasse d’ailleurs mon Ipod qui a volé à côté sous la violence du choc. Je n’étais pas assez optimiste pour penser qu’un appareil Apple puisse survivre à ça… Soudain la dernière question qu’il me pose me monte à l’esprit et je m’affole. « Non s’il vous plaît… Pas les urgences. Ils vont prévenir mes parents sinon… » Or je n’étais pas censée être dans la rue à cette heure-ci. J’avais désobéi et j’avais été imprudente, j’étais bonne pour une punition si jamais ils avaient vent de cette histoire…


_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptySam 26 Nov - 5:46


Les gros mots s’enchaînaient encore sur les lèvres de Caleb, lequel était tout bonnement incapable de ne pas paniquer à l’instant précis. Blesser quelqu’un était vraiment l’une de ses dernières envies… Il ne manquait plus que ça ! Comme s’il n’avait pas déjà suffisamment de choses douloureuses avec lesquelles jongler ! Penché sur l’adolescente qu’il avait malencontreusement renversée, le jeune homme se faisait beaucoup de souci pour elle. Il tentait d’établir un diagnostic aussi précis que rapide. Mais il était vétérinaire, pas médecin… Heureusement, elle paraissait tout à fait consciente. Les yeux ouverts, elle commença à prononcer quelques mots. Au moins, sa phrase voulait dire quelque chose. Un deuxième bon signe qui rassura Caleb… Car si elle avait commencé à lui raconter des bêtises, ça voulait assurément dire qu’il y avait de quoi s’affoler encore plus. Et puis surtout, ses propos étaient, en quelque sorte, apaisants, puisqu’elle avait l’air de se sentir bien. Enfin… Presque. Parce que le mal de tête ne disait rien qui vaille à Caleb. C’était précisément le dernier endroit où il aurait voulu qu’elle ressente une quelconque douleur. Se maudissant autant qu’il maudissait l’imprudence de la jeune fille allongée au sol, le Donovan commença à la regarder un peu mieux, se souciant peu d’avoir l’air d’un voyeur. Il voulait juste essayer de s’assurer qu’elle n’avait rien de grave. Il avait les yeux fixés sur le haut de son crâne, hésitant à poser une main sur ses mèches rousses pour les écarter un peu ; mais soudain, elle poussa un cri qui le fit sursauter. « Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda-t-il aussitôt. Mais il n’avait pas besoin d’insister. En effet, elle lui signala tout de suite quel était le problème. L’épaule. La douleur ne semblait pas feinte et Caleb y jeta aussitôt un coup d’oeil. Mais bien évidemment, il ne voyait rien… Pas avec la couche de vêtements qu’elle portait. D’ailleurs, même s’il avait été capable d’examiner son épaule, il n’était pas certain qu’il aurait su discerner ce qui clochait. « Ça tire ? Ça lance ? Ça saigne ? » la questionna-t-il, comme s’il lui faisait passer un examen médical. En même temps, que pouvait-il faire d’autre ? La réponse s’imposa d’elle-même : la conduire à des spécialistes. Si lui était un incapable, il existait des personnes dont c’était le métier et donc à qui ils pouvaient faire confiance.

Mais quand il annonça à la rouquine son intention de l’emmener aux urgences, cette dernière réagit aussitôt. Caleb fronça légèrement les sourcils, sentant les ennuis pointer le bout de leur nez. « C’est quoi, le problème avec tes parents ? » En même temps, maintenant qu’il y réfléchissait… Peut-être que pour lui-même, ce n’était pas une très bonne idée… La perspective de rencontrer des parents en furie, lui reprochant d’avoir fait du mal à leur fille, n’était guère séduisante. Mais ce n’était pas ce qui comptait. Ce n’était pas lui qui s’était fait renverser… « Je suis pas médecin, ok ? Je sais pas ce que tu t’es fait à l’épaule et je saurais pas non plus dire si le choc que tu as reçu à la tête est grave ou pas. » Faisant fonctionner son cerveau aussi vite que possible, il pesait le pour et le contre, relevant le peu d’options qui s’offraient à lui. Quel était le meilleur compromis ? « Bon, écoute, voilà ce qu’on peut faire… Je peux pas te laisser toute seule comme ça, ni te raccompagner chez toi sans m’assurer que tu vas à peu près bien. Alors on va aller chez moi, ça te va ? Là-bas, je pourrais voir ça d’un peu plus près et… Et surtout, je vais passer un coup de fil pour expliquer la situation et demander l’avis d’un professionnel. Mon meilleur ami est médecin, mais c’est pas le bon moment pour le déranger, alors je vais demander à quelqu’un d’autre… » Le vétérinaire s’interrompit soudain, un peu troublé. C’était la première fois depuis de nombreuses années qu’il parlait de Rhys comme de son meilleur ami. Au présent, pas au passé… Perturbé, il s’efforça de chasser cette pensée, parce qu’il avait une préoccupation plutôt urgente. « On fait comme ça ? » Il attendit l’approbation de la petite Galloise, puis chercha le meilleur moyen pour l’aider à se relever. Une pensée lui traversa alors l’esprit - parce que ça pouvait changer les choses… « Euh… Juste comme ça… Tu n’es pas enceinte, hein ? » Une fois encore, il reçut la réponse qu’il attendait et poussa un soupir de soulagement. « C’est de ce côté-là que tu n’as pas mal, c’est ça ? Bon, tu vas passer ton bras autour de ma nuque… Voilà, comme ça. » Il la souleva du sol aussi aisément que s’il portait une petite fille. « Je vais t’installer sur le guidon de mon vélo, mais tu vas appuyer ton dos contre mon torse et bien t’accrocher à mon bras. Je voudrais surtout pas qu'il t’arrive autre chose… »
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself+ serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 1/3
En cours : Ludwig - Fred (intrigue)- Danny - Les Griffiths
RAGOTS PARTAGÉS : 2461
POINTS : 3307
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Tumblr_inline_pdikm4VQX41tcosbh_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : On croyait qu'elle s'était calmée mais elle change aussi souvent de métier que de couleur de cheveux... Elle est tellement instable comme fille...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptyDim 27 Nov - 21:10

« Ça tire ? Ça lance ? Ça saigne ? » Me demande le type qui m’a renversée quand je lui signale que quelque chose ne va pas avec mon épaule. J’essaye d’y réfléchir calmement même si ça me fait un mal de chien. « Ça lance… » Je me mords la lèvre. J’avais de grosses échéances qui arrivaient pour le patinoire et je ne pouvais pas me permettre d’être blessée maintenant… L’inconnu avait l’air de savoir de quoi il parlait, peut être était-il médecin ? J’espérais qu’il l’était parce que je n’avais vraiment pas envie de finir ma soirée aux urgences. Ce qui marque d’ailleurs un gros point de désaccord entre mon « sauveur » et moi. Quand j’évoque mes parents d’un air affolé, je peux voir les pires scénarios défiler dans ses yeux et il finit par carrément me demander quel est le problème avec eux. « Je n’étais pas censée être ici à cette heure-ci… Je ne préfère pas qu’ils apprennent que j’ai désobéi… Ils sont plutôt stricts. » Je dois être encore un peu étourdie parce que je ne pense même pas à concocter un mensonge. Mais la vérité ne suffit pas à apaiser visage d’ange qui se lance dans un petit discours inspiré sur le fait qu’il n’est pas médecin (cassant ainsi mes espoirs) et que par conséquent si j’avais quelque chose de grave, il ne serait pas capable de le détecter. Je suis sur le point de lui répéter que je me sens à peu près bien mais il n’en a pas terminé et il finit par me faire une proposition pour le moins étonnante. Je vois bien qu’il essaye d’être responsable, tout en ne me causant pas d’ennuis avec mes parents. Ça devrait me toucher mais je suis d’une nature plutôt méfiante. Et j’ai pour devise que personne n’est jamais gentil sans arrière-pensée. « Attendez une minute… » Que je commence à dire, lu coupant la parole alors qu’il commence à parler de son meilleur ami et de je ne sais qui. « Pourquoi je devrais venir chez vous ? Qu’est-ce qui me prouve que vous n’êtes pas un pervers ? » Bon d’accord, avec un visage comme ça, c’était peu probable mais on ne pourrait pas me reprocher d’être une jeune fille irréfléchie.

« Vous n’êtes pas médecin, et moi je ne suis pas une gamine. Je peux me relever, partir et si ça ne va pas, là, j’en parlerai à mes parents. » Bon, je chipotais un peu parce qu’il m’avait demandée par deux fois  si j’étais d’accord, ce qui n’était définitivement pas le mode opératoire d’un psychopathe mais de toute façon, mes pensées sont momentanément distraites par la question qu’il me pose ensuite. « Hein ?! » Je rigole doucement. Peu de chances que ça arrive puisque j’étais tout ce qu’il y avait de plus vierge. Mais bon, on n’allait pas pousser la confidence aussi loin. Puis juste après, je décide que la question est quand même déplacée. « On est pas sur MTV hein, toutes les adolescentes du monde ne sont pas enceintes. » Je roule des yeux pour la forme. Je redeviens pénible, signe qu’au final, je n’ai vraiment rien de grave. Mais l’inconnu tenait vraiment à prendre soin de moi et j’avoue qu’il le fait plutôt bien. Laissant tranquille mon épaule blessée, il s’empare de mon autre bras pour le passer doucement autour de son cou et me relève le plus délicatement possible. Je suis contente d’être sur mes pieds mais dès que je suis parfaitement verticale, je ressens tout de suite des vertiges. A tel point que je suis obligée de m’accrocher un peu plus fermement à lui. Je perds immédiatement de ma superbe, commençant à flipper un peu. Je me dis que c’est le choc mais je fais beaucoup moins la  maligne. En fait, je valide son plan pour la suite des opérations sans broncher. « Ok… je vous suis. » Je le laisse donc m’installer sur son guidon, suivant ses consignes, m’appuyant contre lui, même si c’est vraiment bizarre. Un peu dans les vapes, j’ai quand même le réflexe de lui poser une question logique. « C’est quoi votre nom déjà ? » Je pourrai peut être l’envoyer par sms à quelqu’un au cas où…

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptyLun 28 Nov - 4:25


En apprenant les raisons pour lesquelles la jeune fille n’avait pas envie que ses parents soient prévenus, Caleb fronça légèrement les sourcils. « Euh… Peut-être qu’en sachant que tu t’es fait mal, ils oublieront de te punir… » Bien entendu, il ne connaissait pas ses parents. Ils étaient peut-être stricts, en effet, et il n’avait pas envie de parler à leur place, ni même de se mêler de ce qui ne le regardait pas le moins du monde. La seule chose qu’il savait, c’était que s’il avait une fille qui se faisait renverser par un type à bicyclette, il se soucierait bien plus de sa santé que du fait qu’elle lui ait désobéi. En tout cas, il préférait bien évidemment qu’elle avertisse ses parents, vu qu’elle semblait être mineure. Mais l’option ne semblait même pas envisageable pour la lycéenne (à moins qu’elle soit collégienne ?) et le jeune homme finit par abandonner l’idée. Pour l’instant, l’essentiel était de s’assurer qu’il n’y avait rien de grave. Ensuite, s’il décelait quelque chose de véritablement inquiétant, il s’arrangerait pour contacter ses géniteurs, qu’elle le veuille ou non. Il n’avait pas la moindre envie d’être responsable de quelque chose de pire encore que ce qui venait déjà de se produire. Alors pour ne pas l’abandonner à son sort et risquer de le regretter fortement ensuite (un choc à la tête, ce n’était jamais bon), Caleb proposa tout naturellement d’aller chez lui pour qu’il puisse regarder ça d’un peu près près. Mais presque aussitôt, comme si elle se ressaisissait, son interlocutrice protesta. Elle n’avait pas sa langue dans sa poche, mais, étrangement, ses propos firent naître un sourire sur les lèvres du Gallois. Au moins, il avait la preuve qu’il n’avait pas en face de lui une fille trop naïve… Car assurément, quelqu’un qui acceptait sans se poser de questions de suivre un inconnu dans sa maison était loin d’être un modèle de sagesse. Et en réalité, si un jour elle se retrouvait malencontreusement dans cette situation, Caleb espérait bien que sa petite soeur réagirait ainsi. Il y avait tellement de tarés, dans le monde… « Parce que si j’étais un pervers, je m’y serais sûrement pris autrement pour t’attirer dans mes filets » répliqua-t-il, comme si leur conversation était tout à fait anodine. « Mais je peux comprendre que tu veuilles pas me suivre et dans ce cas, je t’accompagne tout de suite aux urgences ou devant ta porte. »

C’était non-négociable et, si cette gamine était capable d’être têtue en voulant s’en sortir toute seule, le Donovan pouvait être pas mal dans son genre, lui aussi. Il ne pouvait pas la laisser repartir comme ça. Et en même temps, il devait prendre toutes les précautions avec elle.  « Je demande parce que si c’était le cas, ça changerait la donne, c’est tout. » Ne se souciant pas beaucoup du fait qu’elle paraissait un peu vexée par sa question, il l’aida à se relever et finalement, elle accepta de venir avec lui. Peut-être parce qu’elle avait du mal à marcher, ce qui se traduisait par le fait qu’elle s’accrochait fermement à lui. Elle suivit ses instructions à la lettre, même si elle paraissait mal à l’aise. Ce n’était pas vraiment son cas à lui ou en tout cas, pas dans le sens où il était embarrassé par les contacts physiques avec une inconnue… D’autant plus quand il s’agissait d’une fille qui avait l’âge de sa soeur. C’était presque comme s’il faisait automatiquement un transfert. « Je m’appelle Caleb. Donovan. J’habite au numéro 12 de Victoria Street. » Il ne pensa même pas à lui demander son prénom. Non, il était concentré sur la route, surtout qu’ils étaient encore dans une rue qui n’était pas très éclairée. Il était attentif aux éventuels obstacles et, par la même occasion, il se réjouissait qu’elle soit menue - ainsi, il n’avait pas de mal à la transporter sur son guidon, ni à voir devant lui. « Si tu veux, tu peux appeler… Une soeur, un frère, une copine, un copain, que sais-je… Pour venir te tenir compagnie. C’est pas un souci et j’imagine que ça pourrait te rassurer. Ou alors c’est moi qui appelle une amie. » Il n’avait pas envie de la gêner outre mesure, aussi proposait-il des solutions à l’inquiétude qu’elle pouvait éprouver. Et surtout, il n’avait pas envie de passer pour un détraqué sexuel qui s’en prenait à la première petite fille venue… Alors elle pouvait bien demander à qui elle voulait de les rejoindre. Et d’ici là, il espérait vraiment que personne ne les remarquerait, lui et une fille mineure accrochée à son bras et collée contre lui. Ce serait vraiment la tuile… Il fut donc soulagé quand ils arrivèrent chez lui et il l’aida à descendre, avant de la conduire à l’intérieur. « Je ferme pas à clé. Et t’inquiète pas pour ma chienne, elle est gentille. » Il l’accompagna jusqu’au canapé. « Tu peux me montrer… ? Tu veux une boisson chaude, peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself+ serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 1/3
En cours : Ludwig - Fred (intrigue)- Danny - Les Griffiths
RAGOTS PARTAGÉS : 2461
POINTS : 3307
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Tumblr_inline_pdikm4VQX41tcosbh_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : On croyait qu'elle s'était calmée mais elle change aussi souvent de métier que de couleur de cheveux... Elle est tellement instable comme fille...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptyVen 2 Déc - 11:35

Le jeune homme qui m’avait renversée n’avait pas l’air d’un méchant, c’était même le contraire, il avait l’air d’un type bien. Peut être même un peu trop candide vu la remarque qu’il fait sur mes parents quand je le supplie de ne pas les appeler. « On voit que vous ne les connaissez pas… » Que je murmure en exagérant peut être un peu ma mine piteuse pour l’attendrir. Il fallait dire que les choses étaient vraiment compliquées avec père et mère en ce moment, je n’avais vraiment pas envie d’en rajouter. En fait, je n’avais pas spécialement envie de rentrer chez moi non plus. La maison était particulièrement sinistre maintenant que Jesse était parti… Cela dit, je n’étais pas non plus prête à aller chez un parfait inconnu sans quelques vérifications d’usage. Sauf que quand je lui demande s’il n’est pas un pervers, ça le fait plus marrer qu’autre chose. Il me sort d’ailleurs une bonne répartie mais je ne suis pas du genre à abandonner facilement. « Cela dit, si vous étiez un pervers, c’est exactement ce que vous me répondriez. » Je commence moi-même à sourire car je dois bien en convenir, la discussion est incongrue. Un sourire qui disparaît aussi vite qu’il est apparu quand l’inconnu me fait part des alternatives. Je fais la grimace. Ma motivation pour le suivre venait de sensiblement augmenter. Surtout que je réalisais que le pauvre devait être coincé. Il semblait être doté d’une conscience et par conséquent, il avait besoin de trouver une solution pour être en accord avec celle-ci. Et finalement, c’est quand il m’aide à me relever que je prends ma décision finale. Sans doute parce que le choc m’a plus atteinte que ce que j’avais crû, je me sens un peu vaseuse. Le soutien du jeune homme est alors bienvenu et je m’accroche à lui tandis qu’on remonte sur son vélo. Je suis un peu mal à l’aise, de toucher cet inconnu et même un représentant de l’autre sexe. Je n’avais pas mâché mes mots tout à l’heure mais ce n’était qu’une façade, en réalité à cause de mon éducation et ma religion, je suis une timide quand les situations deviennent un peu trop… tactiles.

Ma timidité est d’ailleurs encore mise à l’épreuve quand nous entamons un débat sur une éventuelle grossesse. Je ne réplique avec moins d’aplomb, ayant peur d’être obligée de devenir trop spécifique. « Je peux vous promettre que je ne le suis pas. » Dis-je tandis que le rouge me monte aux joues. Heureusement, qu’il faisait nuit. J’avais l’impression que le mot vierge clignotait en rouge sur mon front… J’avais imaginé que le trajet se déroulerait en silence après cela mais mon conducteur se sent obligé de me donner des garanties supplémentaires de son honnêteté en me déclinant son identité et son adresse. Je tique immédiatement en entendant son patronyme. « Donovan… Est-ce que c’est vous le grand frère de Nia ? » Ce n’était pas l’amour fou entre cette dernière et moi mais Tenby était une petite ville et je savais que la demoiselle avait un grand-frère qui s’occupait d’elle. On me l’avait décrit comme mignon alors il y avait de fortes chances pour que je sois en face du spécimen… Je ferme les yeux fatiguée, m’appuyant un peu plus contre le torse de Caleb, puisque c’était son nom, me laissant bercer par le mouvement du vélo. Mais je les rouvre aussitôt quand il essaye de m’offrir une nouvelle garantie de sécurité. Parce que la triste vérité, c’est ce que je n’ai personne à appeler. Jesse n’a jamais le temps pour moi et les amis… Et bien, je n’en avais plus temps que ça depuis que je m’étais fâchée avec Billie… Je pousse un petit soupir. « Non, c’est bon, je vous fais confiance. » Ce n’était même pas un mensonge. Quelqu’un avec un tel était d’inquiétude pour mon état et ma sécurité ne pouvait pas être mauvais, non ?

En fait, je me sens de plus en plus coupable de l’avoir traité de pervers parce qu’il est vraiment gentil et il ne sait bientôt plus quoi inventer pour me rassurer. Parce que quand on arrive chez lui, il me montre bien qu’il ne ferme pas la porte à clé. Je gratouille les oreilles de la chienne. « Oh j’adore les chiens en réalité. J’ai toujours voulu en avoir un. » Que je dis pour le rassurer à mon tour et aussi un peu faire la conversation. Il m’aide à m’installer sur son canapé et me dis que je peux lui montrer mon épaule, me proposant ensuite de boire quelque chose. Je retiens toute blague sur le fait que je dois me déshabiller un peu ou qu’il pourrait mettre quelque chose dans mon verre parce que sinon, les choses vont vraiment devenir gênantes… A la place, j’enlève précautionneusement mon manteau. Forcément, le premier bras est un jeu d’enfant à faire passer dans la manche mais je grimace à nouveau de douleur quand c’est au tour du second. J’y parviens néanmoins et je découvre mon pull-over que fais légèrement glisser sur l’épaule. « Je sens surtout quelque chose un peu au niveau de l’omoplate…Enfin un peu dessus » Que je dis à nouveau complètement gênée. Je repense à la remarque que le Donovan a faite tout à l’heure. Même si je m’étais démis trois fois l’épaule, mes parents me tueraient s’ils me voyaient la dévoiler… « Et je veux bien une tasse de thé… ensuite. » Que je dis pour ne pas laisser un silence gênant s’installer.

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptySam 3 Déc - 5:15


Au moins, la jeune fille qu’il avait renversée n’était pas enceinte. C’était déjà ça… « Ok. » La réponse laconique de Caleb lui ressemblait vraiment. Il était même étonné d’avoir sorti un mot, au fond… Car il ne voyait pas l’utilité de dire quoi que ce soit. Quand il ne connaissait pas quelqu’un, il parlait rarement pour ne rien dire. Il n’était pas forcément très bavard avec ceux qu’il connaissait, alors à combien plus forte raison avec ceux qu’il venait à peine de rencontrer… Ce n’était même pas par timidité. Non, il n’était seulement pas du genre à faire la conversation aussi facilement que la plupart des personnes. En général, rien de très intéressant ne lui venait à l’esprit, aussi préférait-il se taire plutôt que d’ennuyer son interlocuteur. Il se sentit néanmoins obligé de décliner son identité, non seulement parce qu’elle le lui demandait, mais aussi parce qu’il ne voulait pas donner l’impression d’avoir quelque chose à cacher. Et quand il lui révéla son nom de famille, cela évoqua visiblement quelque chose dans l’esprit de la rouquine. Elle lui demanda s’il était le grand frère de Nia. Ils étaient bien dans une petite ville, pour que des liens soient faits aussi rapidement… « Oui, c’est ça. Tu la connais ? » Elles devaient certainement se voir à l’école. En tout cas, la question de la jeune fille confirmait ce que le Donovan pensait : elle devait effectivement avoir l’âge de sa petite soeur. Raison de plus pour qu’il veuille l’aider… Quand il rencontrait une fille qui avait l’âge de Nia, il pensait toujours à cette dernière. Et si sa cadette s’était blessée, il n’aurait pas voulu que quelqu’un l’abandonne à son triste sort, seule dans une rue sombre. Néanmoins, il n’aurait pas non plus voulu qu’elle suive aisément un inconnu chez lui… Mais c’était une autre histoire. Dans le cas présent, au moins, la petite avait accepté sans trop insister sur les éventuels risques. Cependant, ce n’était pas pour autant que Caleb ne voulait pas lui fournir certaines garanties ou, plutôt, tenter de la rassurer un peu. Mais il semblait qu’il ne devait pas avoir une tête à faire peur aux mineures, puisqu’elle affirma qu’elle lui faisait confiance. Il ne savait pas sur quoi elle se basait, mais tant mieux pour lui, ce n’était pas lui qui allait se plaindre qu’elle ait accepté la solution qu’il lui avait proposée… Il ne fit donc aucune remarque, se contentant d’émettre un grognement d’approbation.

Une fois qu’ils furent arrivés chez lui, le jeune homme s’efforça de la mettre à l’aise. Quand elle lui apprit qu’elle aimait les chiens, il esquissa aussitôt un sourire. « Elle s’appelle Roxy. Elle a fêté son premier anniversaire il y a peu. » Visiblement enchantée de rencontrer quelqu’un qui s’intéressait un tant soit peu à elle, le berger allemand paraissait décidée à lui faire la fête. « Doucement, Roxy. » Ils n’étaient pas là pour la voir, ni même pour faire connaissance, aussi Caleb demanda-t-il rapidement à l’adolescente si elle pouvait lui montrer sa blessure. Il avait cru qu’elle jouerait encore les timides, mais elle commença à retirer son manteau, non sans difficultés. Pour ne pas la mettre encore plus mal à l’aise, il préféra ne pas lui proposer son aide… Mais dès qu’elle eut fait glisser son pull-over au bas de son épaule, il se pencha au-dessus d’elle. En effet, ça ne saignait pas… Ce qui était sûrement encore pire. Elle ne devait pas s’être luxé l’épaule, sans quoi elle pleurerait probablement dans ses bras… Peut-être une entorse claviculaire ? Le vétérinaire n’était pas plus avancé… En même temps, que croyait-il ? Qu’il allait soudain acquérir des super-pouvoir de magicien ? Poussant un profond soupir, il s’éloigna à nouveau d’elle. « Bon, écoute, je vais appeler mon médecin traitant et lui expliquer brièvement ce qui s’est passé. Puis je vais te le passer et tu vas parler de tes douleurs avec précision… » Sans attendre son avis, il attrapa son téléphone portable et passa le coup de fil plus loin. Il prit quelques secondes pour raconter à son médecin ce qui s’était passé et ce qu’il avait constaté de l’état de la jeune fille, avant de revenir dans le salon pour lui donner le téléphone. Pendant ce temps, il se dirigea vers la cuisine et prépara deux tasses de thé. Puis il sortit aussi des cookies aux pépites de chocolat qu’il avait préparés la veille. Il disposa le tout sur un plateau, qu’il posa ensuite sur la table basse, devant le canapé. La lycéenne avait raccroché. « Alors, qu’est-ce qu’il a dit ? Qu’est-ce qu’on peut faire ? » Il s’assit à côté d’elle. « Tiens, c’est pour toi… J’espère que ça va te remonter un peu le moral. » Il passa même une couverture autour de ses épaules, parce qu’elle ne devait pas avoir chaud. « Au fait, excuse-moi, je t’ai dit comment je m’appelais, mais j’ai oublié de te demander ton prénom. J’ai l’impression de t’avoir déjà vue quelque part… »
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself+ serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 1/3
En cours : Ludwig - Fred (intrigue)- Danny - Les Griffiths
RAGOTS PARTAGÉS : 2461
POINTS : 3307
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Tumblr_inline_pdikm4VQX41tcosbh_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : On croyait qu'elle s'était calmée mais elle change aussi souvent de métier que de couleur de cheveux... Elle est tellement instable comme fille...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptyDim 4 Déc - 15:33

Je me détends de plus en plus en compagnie du mec qui m’a renversée, surtout quand je me rends compte qu’il ne m’est pas si inconnu que ça. « Oui, Nia et moi, on était dans la même classe avant. Mais on n’a jamais été très proches. » Que je finis par préciser quand je comprends que le jeune homme est Caleb Donovan et qu’il y a finalement un point de connexion entre nous. Cela dit, celui-ci n’est pas forcément de nature à briser la glace. Parce que si j’étais restée neutre à l’oral pour ne pas choquer son frère, la réalité était tout autre. Nia était la meilleure amie de Deborah Weston et par conséquent, nous étions ennemies. Et oui, ça marchait comme encore comme ça au lycée… D’ailleurs dans le passé, ça m’aurait sûrement embêtée d’aller chez les Donovan à cause d’elle mais d’après ce que j’avais compris, elle était aux abonnées absentes depuis quelques temps, donc je ne risquais rien. La maison du dénommé Caleb est d’ailleurs très jolie et accueillante. Aussi accueillante que son chien qui me fait une fête pas possible. « Salut Roxy ! » Que je dis avec une voix inhabituellement niaise en m’accroupissant près de la chienne quand Caleb m’apprend son prénom et son âge. « T’es une bonne fille toi ! » Je suis carrément gaga de la petite chienne berger allemand, au point que j’en oublie presque les raisons initiales de ma présence. Mais mon hôte me les rappelle doucement, me demandant de lui montrer mon épaule. Ah oui, ça. Sur le coup, je n’avais pas pensé que j’allais devoir dénuder un petit bout de chair et je sens une nouvelle fois le rouge me monter aux joues. Heureusement que je portais un pull plutôt ample qui se prêtait à ce genre d’acrobatie, si j’avais eu mon uniforme avec la chemise et le blazer, ça aurait été une toute autre histoire… Franchement, je doutais un peu de moi. Parce que s’il avait quand même de mauvaises intentions, je lui facilitais bien la tâche… Mais j’étais aussi pressée d’en finir avec cette histoire de blessure alors je vais sur le canapé et je lui montre la zone qui me fait mal.

Il se penche, regardant sans doute mon épaule mais il ne me touche pas. Tant mieux. Surtout que ça fait un mal de chien. Par contre, aucun diagnostic ne tombe, ce qui me fait froncer les sourcils. « J’ai un bleu ? » Que je finis par demander. Parce que vraiment, je n’espérais que c’était que ça… Le contrecoup du choc. J’avais besoin de patiner moi, les championnats d’hiver approchaient à grands pas. Mais au bout d’un petit moment, mon « sauveur » me fait par de son ignorance et me propose de parler directement à son médecin traitant. Je suis surprise qu’il puisse joindre ce brave homme à une heure pareille… Quoique, on était dans une petite ville. Caleb discute en premier avec ce dernier avant de me le passer. Nous discutons quelques minutes, ce qui permet d’établir un diagnostic plutôt rapide, aussi étrange que ça puisse sembler. Apparemment, il s’agit d’une entorse acromio-claviculaire, ce qui est un mot bien pompeux pour dire que j’ai reçu un choc latéral sur l’épaule et qu’il faut juste le temps que ça passe. Il me donne quelques consignes pour faire passer la douleur et je le remercie poliment avant de raccrocher. Le Donovan n’est toujours pas revenu dans le salon, alors je regarde un peu autour de moi pour m’occuper. Ce qui est en soi une très mauvaise idée. Car cette petite exploration fait remonter un de mes pires instincts. J’ai envie de lui voler quelque chose. Mais genre vraiment. Un petit objet, un trophée, un souvenir de cette soirée atypique. Quelque chose que je pourrai ajouter à ma collection… ça me dévore, surtout que j’ai déjà repéré l’objet en question. Il y a ce beau stylo, posé sur la commode. Je ne pense pas qu’il soit d’une grande valeur mais je le veux. J’en ai besoin. C’est plus fort que moi. A tel point que je finis par me lever pour aller le prendre. Sauf que j’entends Caleb revenir au même moment. Vite, je cours me rasseoir.

Je ne pense pas qu’il ait eu le temps de remarquer quoi ce soit car quand il entre dans le salon, je suis sagement assise et je lui adresse un sourire. Le seul indice de ma fébrilité est le rose sur mes joues. Parce que oui, l’adrénaline court dans mes veines. Délicieuse sensation, sensation que je n’éprouvais que quand je commettais un vol et surtout quand je manquais de me faire prendre de la sorte... Caleb dépose le thé que je lui ai commandé ainsi que des biscuits devant moi, me disant gentiment qu’il veut me remonter le moral. « Merci c’est gentil…Mais vous savez, ça va aller. » J’ai du mal à me concentrer sur ce qu’il dit, je ne parviens qu’à penser au stylo… Toutefois, j’ai bien entendu dans l’intonation de sa voix qu’il m’a posée une question alors j’essaye de répondre en pensant à l’interrogation la plus logique qu’il pouvait formuler. « Le médecin dit que c’est une entorse acromio-claviculaire, il ne pense pas qu’il y ait une fracture, j’aurai plus mal sinon. Il recommande de prendre quelque chose pour la douleur, de ménager mon épaule pendant une bonne semaine et de mettre du froid dessus. » Une idée qui me fait grimacer d’avance vues les températures extérieures. Je suis d’ailleurs reconnaissante au Donovan d’enrouler une couverture autour de moi avec douceur. Cette Nia Donovan avait de la chance d’avoir un grand frère si attentionné. J’aurai aimé pouvoir en dire autant... Mais pour une fois, ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus. Tout ce à quoi je peux penser c’est que s’il va me chercher quelque chose de froid, j’aurai l’opportunité que j’attendais désespérément d’assouvir ma pulsion… Mais pour le moment, il continue à me poser des questions et je me fais plus attentive. « Moi c’est Eleanor, Eleanor Griffiths. Mais je préfère qu’on m’appelle Lenny. Et vous m’avez sûrement vue au lycée… »

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptyLun 5 Déc - 2:05


« Oui, tu as un bleu » confirma Caleb sans détour. Après tout, à quoi bon essayer de faire semblant ? Elle finirait bien par s’en rendre compte toute seule s’il ne lui disait rien, non ? De toute manière, il n’était pas du genre à vouloir à tout prix épargner quelqu’un, qu’il s’agisse d’une jeune fille ou pas. Sauf que même s’il avait voulu donner des détails, il en aurait été tout bonnement incapable. Ce n’était malheureusement pas dans ses compétences… Aussi prévint-il son invitée surprise qu’il devait s’éloigner pendant quelques instants pour passer un coup de fil à son médecin. Il ne resta pas très longtemps au téléphone, d’ailleurs. Il voulait simplement expliquer ce qui s’était passé, avant de passer le relai à la jeune fille. Car pour parler de ses douleurs, elle était assurément la mieux placée… Pendant ce temps, il lui faussa à nouveau compagnie. Mais c’était uniquement pour pouvoir préparer des boissons chaude, ainsi qu’une assiette pour qu’elle ait de quoi grignoter. Enfin, pour elle, mais pour lui aussi, d’ailleurs… Car les émotions lui creusaient toujours l’appétit. De toute manière, beaucoup de ses proches auraient affirmé en riant qu’il ne fallait pas grand-chose pour qu’il ait faim. Mais par politesse, il comptait bien attendre que la petite rousse se serve en premier. Il s’assit donc à côté d’elle, après avoir couvert ses épaules. Il attendit ensuite qu’elle ait fini sa conversation téléphonique. Une fois qu’elle eut raccroché, il fit aussitôt glisser le plateau vers elle en prononçant quelques mots. Puis il balaya d’un geste large ses remerciements. « Ouais, mais… C’est pas grand-chose. J’ai toujours des trucs à manger chez moi. » Des pâtisseries qu’il préparait lui-même, d’ailleurs. Il avait beau avoir changé de travail, ce n’était pas pour autant qu’il avait arrêté d’aimer faire la cuisine. Mais bien entendu, il n’avait pas l’intention d’en discuter avec l’adolescente qu’il avait renversée. Non, ce qui l’intéressait avant tout, c’était de savoir si ce qu’elle avait était grave ou si elle pourrait s’en remettre bientôt. En réalité, il aurait préféré finir lui-même la conversation avec le médecin. Au moins, il aurait pu s’assurer des éventuels risques… Mais il ne pouvait quand même pas s’imposer à ce point et il pouvait sûrement faire confiance à cette rouquine. Ou du moins, ce n’était pas comme s’il avait véritablement le choix.

« Ah, c’était bien ce que je me disais… Tant mieux ! Une entorse, c’est pas trop gave. » Pour la première fois depuis le début de la soirée, Caleb se sentait soulagé. Elle allait vite s’en remettre ou du moins, à peu près tout le laissait présager. « Tu as donc toutes les recommandations qu’il te faut. Tu comptes le dire à tes parents ? » Il espérait seulement qu’elle se soignerait bien. Mais après tout… Après tout, il avait fait sa part, non ? Le reste n’était pas de son ressort. Ou du moins… « Attends, je vais aller te chercher des glaçons. Et puis j’ai peut-être aussi des médicaments contre la douleur… Oh, c’est pas grand-chose, mais ce sera sûrement suffisant pour l’instant. » Sans plus tarder, le Donovan se leva à nouveau. Il se dirigea vers la salle de bain pour fouiller dans son armoire à pharmacie, trouvant assez aisément ce qu’il voulait. Puis il revint dans la cuisine, sortant du petit congélateur un bloc de glace protégé dans un sachet spécialisé. Il retourna ensuite dans le salon, constatant avec plaisir que la gamine avait commencé à prendre un biscuit. Elle ne devait plus avoir si mal que ça, pour pouvoir avaler quelque chose. « Ça va, ils sont bons ? » Il ne précisa pas que c’était lui qui les avait faits, peut-être aussi pour qu’elle se sente plus libre d’être honnête. Puis il s’approcha pour lui tendre le bloc de glace. « Bon, tiens, c’est pour toi. Tu veux que je te le pose sur l’épaule ? » Il fit aussi glisser devant elle les cachets qui pourraient calmer sa douleur. « Voilà, je crois que tu as tout ce qu’il faut… »  Il pensait avoir assumé ses responsabilités jusqu’au bout ou du moins, il l’espérait. Il n’avait pas la moindre envie de la laisser repartir alors que c’était au moins à moitié de sa faute si elle s’était fait mal. De toute façon, ce n’était pas comme s’il pouvait la laisser quitter sa maison toute seule, en pleine nuit. Et puis maintenant, il savait où elle habitait. Parce qu’elle lui avait finalement dit comment elle s’appelait et qu’effectivement, il l’avait située. « En fait, je ne pense pas t’avoir vue au lycée… Lenny. » Il trouvait un peu bizarre de l’appeler comme ça alors qu’ils se connaissaient à peine, mais puisque c’était ce qu’elle préférait… « Je connaissais ton frère à l’école. Enfin, on n’est plus très proches, aujourd’hui, mais… Sinon, on se côtoyait pas mal, à l’époque. » Il s’agita un peu. « Bon, si tu vas mieux, je peux te ramener chez toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself+ serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 1/3
En cours : Ludwig - Fred (intrigue)- Danny - Les Griffiths
RAGOTS PARTAGÉS : 2461
POINTS : 3307
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Tumblr_inline_pdikm4VQX41tcosbh_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : On croyait qu'elle s'était calmée mais elle change aussi souvent de métier que de couleur de cheveux... Elle est tellement instable comme fille...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb EmptyMer 7 Déc - 12:11

J’avais bien un bleu. Et aussi une bonne entorse. Mais mes blessures étaient passées au second plan de mes préoccupations. Désormais, j’étais rongée par l’envie de voler ce stylo que j’avais vu sur la commode du Donovan. Je ne cherchais pas à analyser le pourquoi du comment. J’ignorais en fait que c’était une maladie, que je ne pouvais pas lutter contre cette pulsion dévorante. Tout ce qui comptait, c’était de l’assouvir. Le problème, c’est que mon hôte s’attarde à mes côtés, passant une couverture au dessus de mes épaules et attendant visiblement que je mange un biscuit avant de me libérer. Il m’explique que de toute façon, il y a toujours quelque chose à manger chez lui. J’aurai jamais parié quand je me rappelle comme Nia était mince… Enfin, j’attrape un des fameux gâteaux sans discuter. De toute façon, un peu de sucre ne peut pas me faire de mal après les émotions de la soirée. « Non ce n’est pas trop grave… » Que je dis avec un sourire quand Caleb continue à se préoccuper de ma santé. J’ai vraiment envie qu’il se sente mieux. Certes, l’accident allait considérablement m’embêter pour le patinage mais je me garde bien de lui dire. Je n’allais pas le culpabiliser. Il avait pris soin de moi, c’était un bon chrétien, pas la peine d’en rajouter. Par contre, pour répondre à sa question, je fais preuve d’un peu plus de franchise. « Mes parents… Je leur dirai s’ils s’en rendent compte. Ce qui n’est pas gagné. » Loin de moi l’idée de faire la malheureuse mais c’était un fait. Mes géniteurs étaient sur mon dos pour les notes, les sorties mais parfois, pour les à côtés, ils oubliaient souvent l’essentiel… De toute façon, je les chasse aussi de mon esprit quand le propriétaire des lieux décide une nouvelle fois de quitter le salon, m’offrant l’opportunité que je recherchais désespérément. « Merci beaucoup. » Que je dis en n’oubliant pas la politesse quand il m’explique qu’il va me chercher de la glace.

II est à peine sorti de la pièce, que je suis debout devant la commode, le fameux stylo à la main. Il pèse lourd entre mes doigts. C’est un bel objet. Un cadeau sûrement, car il y a une inscription dessus. Je caresse le métal froid, sentant l’adrénaline couler dans mes veines tandis que j’entends les pas du grand frère de Nia au dessus de ma tête. On y est. Ce moment délicieux où je commets l’action de vol. Une fraction de secondes plus tard, le stylo est dans ma poche. J’entends au même moment Caleb redescendre les escaliers et se rendre dans la cuisine. Vite, je cours me rassoir. J’attrape un second cookie pour faire bonne mesure, essayant de ne pas avoir l’air trop coupable. Ce qui est difficile. Parce que tout de suite après avoir volé, je me sentais en général très très mal. La culpabilité me dévorait. Encore une fois, ça faisait parti du processus normal de la kleptomanie, mais ça, je l’ignorais aussi.   « Oui, ils sont délicieux. » Que je lui dis avec un sourire crispé quand il me demande si les gâteaux sont bons. Il avait vraiment été gentil et moi je l’avais volé, je me sentais mal. Le stylo semblait désormais peser des tonnes dans ma poche. J’accepte néanmoins d’un signe de tête qu’il me pose la poche sur l’épaule. Je dois bien l’avouer, ça fait un bien fou même si de prime abord, la sensation avait été désagréable.  Je prends aussi très docilement les cachets qu’il me propose pour la douleur. Je n’en suis plus au stade de la méfiance, tant je me sens coupable. Alors au moins, je suis gentille ave lui oralement. « Ne vous inquiétez pas, ça va un peu mieux. Et effectivement, il n’y a rien que vous pouvez faire en plus. »

Mais je fuis son regard, même quand il m’explique qu’il me connait depuis que je suis toute petite. « Je ne me rappelle pas de vous… » Que j’avoue, toujours un peu plus gênée. « Je devais être trop petite à l’époque… Et puis ensuite, il est vrai que Jesse a beaucoup voyagé alors ce n’est pas difficile de perdre le contact avec lui… » Heureusement, mon calvaire touche à sa fin. Il me propose de me raccompagner et je sais déjà que je ne refuserai pas. Je sens qu’il ne me laissera pas faire. Et puis vu le froid à l’extérieur, je suis contente de gagner un tour en voiture. J’espère simplement qu’il conduit mieux sa voiture que son vélo… « Oui s’il vous plaît. Je pense que je devrais rentrer à la maison maintenant. Mes parents vont s’inquiéter sinon. » Je dépose la poche de froid sur la table, presque à regret. Je termine mon thé et je renfile mon blouson, avec la douleur que ça implique. Puis nous nous mettons en route, et je reste plutôt silencieuse, toujours prise dans l’acte que j’avais commis. Heureusement, ma maison n’est pas très éloignée et très vite, il me dépose devant. Je le remercie une dernière fois, lui adresse un petit signe de main et je rentre à l’intérieur. J’étais pressée d’ajouter mon nouveau trophée à ma petite collection secrète, malgré les émotions contradictoires que je ressens.

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty
MessageSujet: Re: I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb Empty

Revenir en haut Aller en bas

I'll send an SOS to the world (+) Lenny & Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-