AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 EmptyMer 30 Nov - 3:46


Tout d’un coup, les battements du coeur de Kainoa s’étaient accélérés. Car c’était bien Spencer qu’il voyait, juste là, à quelques mètres de lui. Elle avait beau être de dos, il savait que c’était elle. Il aurait reconnu ses adorables bouclettes rousses entre mille. Il avait envie de courir vers elle, de réduire le peu de distance qui le séparait encore de celle qu’il aimait. Mais il commença par frapper à la fenêtre, pas trop fort, espérant n’attirer que son attention ou, mieux encore, qu’elle soit seule. Il aurait peut-être dû attendre un peu, le temps que Nate passe le coup de fil… Mais c’était définitivement trop pour lui. Il ne supportait pas la pensée de la savoir encore une seconde de plus avec ce connard qui devait être l’un des hommes les plus lâches que la Terre ait jamais porté. Tout ce qu’il voulait, c’était que Spencer soit en sécurité. Alors quand il la vit tourner la tête vers lui, puis se lever pour s’approcher, il se sentit un peu soulagé. Au moins, elle était en état de marcher… C’était déjà ça. Il n’était pas encore trop tard pour voler à se secours. Ils étaient arrivés à temps pour l’arracher des griffes de ce salopard, finalement. Et cette dose de soulagement fit du bien à Kai… Ou du moins, jusqu’à ce qu’il la voit d’un peu plus près. Jusqu’à ce qu’elle ouvre la fenêtre et que son visage ne soit plus qu’à quelques centimètres du sien. Il eut l’impression de recevoir une droite magistrale. C’était comme si son coeur venait d’exploser littéralement en des milliards de petits morceaux… « Chérie » souffla-t-il, alors que sa gorge s’était brusquement nouée. Il aurait voulu pouvoir lui dire tellement de choses. Lui exprimer ses regrets sincères, déjà… Il était tellement désolé de ne pas avoir réussi à assumer son rôle, celui de la protéger. Il aurait voulu lui dire à quel point il l’aimait aussi. Parce qu’il avait eu très peur de ne plus jamais pouvoir lui adresser des mots d’amour… Il aurait voulu pouvoir la rassurer, la réconforter, lui promettre que tout irait bien. Lui répéter qu’il serait toujours là, qu’il ne fallait pas qu’elle s’inquiète et qu’il pouvait soulever des montagnes pour elle. Lui affirmer que maintenant qu’il l’avait retrouvée, il réussirait à faire en sorte que Ben ne puisse plus jamais l’atteindre. Parce que quand il s’agissait d’elle, il était prêt à faire à peu près n’importe quoi. La sécurité et le bonheur de Spencer comptaient plus que sa propre vie.

Malheureusement, encore une fois, la situation prenait une tournure aussi inattendue qu’indésirable. Car après lui avoir demandé ce qu’il faisait là, Spencer enchaîna très rapidement avec des mots qu’il ne voulait pas entendre. Elle lui demandait de s’en aller, tout simplement. Elle aurait pu lui planter un couteau en plein coeur qu’il n’aurait pas éprouvé une douleur moins vive. « Non ! » Cette exclamation s’était spontanément échappée de ses lèvres, traduisant sa volonté profonde de ne pas la laisser tomber. « Non, je ne peux pas partir… » Il plongea son regard dans le sien, suppliant. Elle pouvait lui demander énormément de choses… Mais pas ça. Pas l’abandonner. C’était tout simplement impossible. « Il t’a forcée à le suivre ici, c’est ça ? Il te séquestre ? Il te menace ? » C’était sûrement une très mauvaise idée de chercher à savoir précisément quels étaient les horribles traitements que Ben infligeait à la jeune femme. Car c’était aussi une torture psychologique, ne serait-ce qu’en l’imaginant… Mais c’était nécessaire, car le Baxter avait besoin de comprendre. Il fallait qu’il sache exactement de quoi il en retournait. Ce n’était que de cette manière qu’il pouvait encore mieux lui venir en aide. Pourtant, Kainoa savait que Spencer continuerait à résister. Mais pour une fois, il n’était pas disposé à lâcher. Elle avait peut-être naturellement l’ascendant sur lui en temps normal… Mais là, il n’allait pas céder du terrain. Même si elle le chassait à coups de balais, à coups de mots blessants, il savait qu’il se démènerait corps et âme pour trouver une autre solution. Parce qu’elle était sa comète, tout simplement. Alors, n’y tenant plus, il s’approcha encore et encadra de ses mains le visage de sa bien-aimée. La voir dans cet état le bouleversait, c’était terrible. « Mon amour… Regarde ça… Tu peux pas rester ici… Tu peux pas rester avec lui. Il pourrait te tuer. Mais je le laisserai pas faire, tu m’entends ? » Il caressa son front, avec une douceur infinie, avant de passer une main dans ses cheveux. « Viens. Rentre avec moi. Je sais pas de quoi l’avenir proche sera fait, mais on va trouver une solution. Tous les deux. Je te le promets. Je vais tout faire pour qu’on s’en sorte. Ensemble. » Ses yeux s’étaient remplis de larmes. « Je t’en prie… Je t’en supplie… J’ai trop besoin de toi. Je t’aime tellement. Ne me laisse pas… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 EmptyVen 2 Déc - 17:54

« Chérie… » Kainoa avait chuchoté ce petit nom tendre avec de l’effroi dans la voix, avec un désespoir qui retournèrent les tripes de Spencer. Comme s’il ne s’attendait pas vraiment à la voir ici à Liverpool, à nouveau aux prises avec son passé. Mais elle ne pouvait être qu’ici. Car elle ne serait jamais éloignée de lui pour une autre raison. D’ailleurs, le voir ici est pire que tout. Chaque fibre du corps de la rousse aspire à aller vers lui, à se blottir contre lui pour oublier l’espace de quelques instants tout ce qui n’était pas eux. Elle avait envie de le consoler, de lui enlever cette expression de désespoir absolu du visage. Mais ce même visage portait encore les traces de la rencontre de l’astrophysicien avec Ben. Un bon rappel de pourquoi l’anglaise ne devait pas céder à ses pulsions et rester ferme. Alors, elle demande au Baxter de partir, de la laisser là. Evidemment, il refuse instantanément. La Evans est presque en colère contre lui. Le quitter avait déjà été si difficile… Pourquoi en rajoutait-il ? Il cherche son regard, lui posant les questions qu’elle redoutait. Elle n’a pas envie de répondre mais elle sait que si elle garde le silence, il prendra cela pour un assentiment. Alors autant être claire. « Non, je suis ici de mon plein gré. » Elle est laconique mais elle ne sait pas quoi ajouter d’autre. Car si techniquement elle a suivi Ben de son plein gré, sa présence ici à Liverpool est indéniablement motivée par une forme de contrainte. Mais le dire à Kainoa ne ferait qu’empirer les choses. Sauf que ce dernier fait preuve d’une ténacité que Spencer ne lui connaissait pas. Il s’avance soudainement, abolissant la distance qui les sépare et pose délicatement ses mains autour de son visage. Un geste doux, à des milliers de kilomètres de ceux qu’elle a connu ces derniers jours. Mais pourtant, elle recule brusquement. Elle ne peut pas s’abandonner à ses caresses, elle ne doit pas se laisser fléchir. En revanche, elle n’a aucun moyen de se mettre hors de portée des paroles de son bien-aimé et elle doit lutter pour ne pas se ranger à ses supplications. « Kainoa… Il n’y a rien que tu puisses faire. Alors ne rends pas les choses plus compliquées qu’elles ne le sont déjà, s’il te plaît. »

Mais cette froideur ne suffit pas à Kainoa qui continue à essayer de caresser son front, ses cheveux. A chaque fois, elle se dérobe. Apparemment, elle n’avait pas si bien réussi que ça à dissimuler ses ecchymoses. A moins qu’il ne lise simplement la terreur dans ses yeux… Elle perd pied face à son insistance, sa voix montant dans les aigus. « Il n’y a pas de solution. Tu crois que je n’en ai pas cherché une ? Je croyais en avoir trouvée une en fuyant mais je m’étais trompée. Il n’ira pas en prison et il ne cessera pas non plus de me chercher. Tu as bien vu… J’étais à Tenby depuis un an et demi, et il n’a pas renoncé. Je n’ai fait qu’empirer la situation pour tout le monde et surtout pour toi…  » C’est ce qui la mettait en colère. Si elle n’avait pas pensé pouvoir échapper à Ben, elle n’aurait jamais mis Kainoa en danger. Il aurait continué sa vie sans jamais la connaître. Peut être qu’il serait avec Ana-Sofia ou même avec Thelma. Et jamais, il ne se serait fait passer à tabac de la sorte. Elle finit d’ailleurs par le lui avouer. « Parce que c’est lui qui t’as agressé. Il ne s’en est jamais pris à quelqu’un de ma famille ou à mes amis à Liverpool pour sa réputation mais à Tenby, il s’en fiche. Il est personne. Personne ne le connait. Il peut s’en prendre à qui il veut. Et toi… tu es plus en danger que les autres car il considère que tu es celui qui lui a pris sa femme… C’est un miracle que tu sois en vie. Alors ne gâche pas cette chance que tu as eue. » Oui, il serait bien mieux sans elle. Mais il n’a pas l’air de le comprendre. Les yeux remplis de larmes, il se met à la supplier, lui répétant qu’il l’aime, qu’il ne peut pas vivre sans elle, ce qui est encore plus insupportable que le reste. Elle recule doucement, secouant la tête de gauche à droite. « Non… non. Ne dis pas ça. Ou alors si tu m’aimes vraiment… Pars d’ici. Tu sais que c’est moi qui le paiera s’il te trouve ici. » Elle osait utiliser cet argument, vu qu’il n’était pas dupe à propos de ce qu’elle subissait au sein de son mariage. C’était peut être le seul moyen de le rallier son point de vue à elle, s’il voulait vraiment la protéger, il devait quitter le jardin de Ben. Elle insiste donc. « Je ne sais pas comment tu es venu ou comment tu m’as trouvée mais tu dois oublier cette adresse. Tu dois m’oublier. C’est mieux comme ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 EmptySam 3 Déc - 3:50


Quand Spencer s’écarta pour échapper à ses gestes tendres, Kainoa eut l’impression que son coeur éclatait. Encore une fois… Pourquoi ne voudrait-elle pas de lui ? Pourquoi resterait-elle volontairement sous l’emprise de Ben ? Il y avait quelque chose qui n’était pas encore bien imprimé dans le cerveau de Kai. Et au fond, il aurait peut-être mieux valu qu’il ne le sache pas… Car l’aveu de la femme qu’il aimait était pire que tout. Il se mordit violemment la langue inférieure, avec la sensation terrible d’avoir reçu en plein menton un uppercut encore plus puissant que les coups dont Ben l’avait affligé. Spencer était venue de son plein gré. Volontairement… Enfin, tout était relatif. Mais il avait compris. Parce que c’était ce que Nate avait déjà sous-entendu. Que Spencer avait suivi Ben pour le protéger. Et ça, c’était vraiment difficile à avaler. « Non » murmura-t-il à nouveau, comme s’il voulait rejeter en bloc cette explication. Il ne voulait pas qu’elle cherche à le protéger. Il n’avait pas besoin que quelqu’un le protège. Il ne fallait pas inverser les rôles… La seule qu’il fallait protéger, c’était elle. Et c’était ce qu’il voulait faire, bien plus que s’occuper de son propre bien-être. Quelque part, il aurait pu être touché qu’elle soit prête à se sacrifier ainsi pour lui. Mais il ne parvenait pas à ressentir ça… Pour la simple raison qu’elle se mettait en réel danger. Il était au moins en partie responsable de tout ce qui lui arrivait et cette pensée était insupportable. « Mais je m’en fiche de moi ! » s’écria-t-il soudain, sa voix augmentant aussi de volume. « Je ne veux pas de ce miracle, ni de cette chance, si tu n’es pas auprès de moi » souffla-t-il. Ne s’en rendait-elle donc pas compte ? Elle était entrée dans sa vie tel un tourbillon. Une véritable bénédiction pour lui. Et il avait commencé à l’aimer, petit à petit, puis bien plus de raison. S’il tentait de la convaincre, ce n’était pas pour lui-même, pas pour son propre bonheur. C’était uniquement pour elle… Pour qu’elle ait la vie qu’elle méritait. Mais il utilisait les arguments qui étaient à sa portée. Sauf que la rousse faisait exactement de même. « Tu sais que c’est moi qui le paiera s’il te trouve ici. » Assurément, c’était la meilleure chose à dire pour réussir à le faire dégager… « Je te promets que je ne pourrais jamais t’oublier » murmura-t-il, des larmes coulant le long de ses joues.

Le jeune homme fit volte-face, le coeur en miettes. Pour l’heure, il allait se ranger de son côté. Parce qu’il avait vraiment peur que Ben débarque en furie. Mais bien évidemment, il ne comptait pas s’en aller. Non… Il avait besoin d’un meilleur plan. D’un moment pour réfléchir. Il avait espéré que Spencer le suivrait, qu’elle accepterait de rentrer avec lui. Mais puisqu’il avait lamentablement échoué, il fallait qu’il élabore un autre plan. Essuyant d’un revers de main rageurs ses larmes, Kainoa donna un coup de pied dans le portillon du jardin de Ben. Il ressentait vraiment le besoin de se défouler, de tout envoyer en l’air. Mais ce n’était pas le moment. L’heure était grave. Il y avait des choses bien plus urgentes à faire et sa priorité absolue était Spencer. Quelques secondes plus tard, il se retrouvait dans la voiture de Nate, assis côté passager. « Elle est là » rapporta-t-il aussitôt. « Elle n’est pas en trop piteux état… Mais ce putain de salopard a encore levé la main sur elle. » Il n’avait jamais autant eu envie de tuer quelqu’un de ses propres mains. « Elle ne veut pas rentrer à Tenby. Elle dit que c’est trop dangereux… Que même si on s’enfuit à nouveau quelque part, il finira par nous retrouver. » Il s’abstint de préciser que Nate avait eu raison en imaginant qu’elle avait suivi Ben pour le protéger. Parce que c’était encore trop dur. De toute façon, il s’exprimait de manière mécanique, presque comme un robot, un peu comme s’il essayait de se blinder. Il avait aussi arrêté de pleurer. Car s’il voulait sauver sa chérie, il avait besoin de mobiliser toutes ses facultés. Il ne fallait pas qu’il laisse son chagrin, ni même son angoisse, le distraire. Quoi qu’elle en dise, elle avait besoin de lui. Et lui, il fallait qu’il soit fort pour elle. « Alors il faut que je trouve quelque chose. Je sais pas encore quoi, mais je vais me débrouiller. Je la laisserai jamais tomber. » C’était au moins une certitude qu’il avait. Sa détermination avait encore gagné d’un cran. Alors il posa les yeux sur Nate, pour la première fois depuis qu’il était revenu dans la voiture. « Je reste ici. Je sais pas toi, mais je peux pas partir. Je peux pas la laisser aux mains d’un connard fini. Je sais pas comment ça va se terminer, mais je vais trouver une solution. » Parce que c’était comme ça que ça devait se passer. Parce qu’ils auraient droit à leur fin heureuse, il n’y avait pas d’autre option possible.
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 EmptyDim 4 Déc - 11:48

She walked away, well her shoes were untied,
And the eyes were all red,
You could see that we'd cried, and I watched and I waited,
'Till she was inside, forcing a smile and waving goodbye.


Bien évidemment, Kainoa veut affirmer sa virilité en soulignant qu'il n'aurait pas autant la gueule cassée si le policier ne l'avait pas attaqué par surprise. Je veux bien le croire, je pourrais même être d'accord avec lui, mais ma jalousie maladive m'empêche de ressentir le moindre sentiment positif à son égard et je me contente de lever les yeux au ciel. Qu'il dise bien ce qu'il veut, je m'en moque. Ce n'est pas comme si ses compétences en matière de combat de rue m'intéressaient. Alors nous essayons de trouver un plan qui pourra nous permettre de nous assurer que Spencer va bien. C'est tout ce qui importe pour le moment. Je propose quelques plans à Kainoa sans les penser jusqu'au bout, et il me confirme que ma dernière idée peut être dangereuse. Il faut dire que je m'en moque un peu. A priori, il ne me connait pas alors il n'aura aucune raison de s'en prendre à moi s'il ne sait pas que je suis lié à Spencer. Mais bien évidemment, pour que ce dernier fonctionne, il faudrait que Spencer ne lui ai jamais parlé de moi et ça, c'est difficile à savoir vu les conditions dans lesquelles nous nous sommes quittés et vu que je suis celui qui l'a indirectement poussé dans les bras de Ben. Je déglutis et j'écoute ce que Kainoa a à proposer. Je hoche la tête. Oui, c'est ce qu'il y a de mieux à faire.
 « Ok. » Je me gare devant la maison, je l'indique au Gallois qui doit probablement être perdu dans toutes ces rues résidentielles de Liverpool et je pars passer le coup de fil qui tiendra éloigné l'officier de sa maison. Je le demande directement et quand on me le transfère j'ai d'abord du mal à trouver mes mots avant d'inventer une histoire totalement ridicule sur une arrestation qu'il aurait conduite. Il a beau me répéter que je confonds l'agent, j'insiste et la conversation dure quelques minutes jusqu'à ce qu'il dise devoir retrouver travailler. On devrait donc avoir le champ libre. Je me réinstalle au volant de Vicky et bien que je meurs d'envie de voir Spencer, je me retiens. Je dois les laisser entre eux, mais quand je vois Kainoa déjà de retour, et seul, je comprends que je ne peux pas laisser passer ça. Elle ne veut pas qu'on vienne la sauver. Parce que maintenant je me suis coltiné des heures de voiture en compagnie désagréable pour rien ?! La mâchoire serrée, j'écoute Kainoa finir avant de reprendre. « Je vais rester aussi. » Lâche-je d'une voix blanche. Et si on me pose des questions, je pourrais simplement dire que je suis en visite chez mes parents et mes amis, que j'en profiterais pour passer du temps de qualité avec les autres membres du groupe même si mon esprit sera ailleurs. « Mais avant… Faut que j'aille lui dire deux mots. » Je n'avais pas prévu de rester à Liverpool et je pensais que Spencer nous suivrait sans trop d'effort. J'avais tort visiblement et ça m'énerve. Je sors de l'habitacle, claque la portière et pars dans la direction où Kainoa se trouvait. Je traverse le jardin jusqu'à la porte-fenêtre où j'aperçois la silhouette de la jeune femme. Vu les yeux embués de larmes de Kainoa quand il est revenu dans la voiture, j'imagine bien le contenu de leur conversation et je sais d'avance que celle ci sera différente. Pourtant, la colère et la tristesse me font trembler et quand Spencer me voit, j'attends qu'elle ouvre avant de lâcher quelques mots avec véhémence. On vient la sortir de là, mais elle ne veut pas… Ca ne passe pas. « Tu crois que c'est héroïque ce que tu fais ? Tu crois que parce que tu te sacrifies, on va te pardonner ? Laisse moi te dire que non ! C'est égoïste ! T'es qu'une putain d'égoïste, Spencer. Je croyais que tu ne voulais plus être Serena… Je croyais que tu étais heureuse à Tenby, avec lui. » Je déglutis, ma voix tremble elle aussi. « On est les deux là et on ferait n'importe quoi pour toi. Tu veux voir jusqu'où on peut aller ? C'est ça ? » Si Kainoa était doux avec elle, c'est un changement radical. « Tu es aimée. Vraiment. Par lui… Par moi… Et par les amis que tu t'es fait à Tenby. Et si tu crois qu'on le laissera te retrouver et s'en prendre à toi à nouveau, c'est que tu ne sais pas c'est quoi l'amour. » Par ma faute, probablement. « On ne partira pas. Et tu peux dire ce que tu veux, ça ne changera rien. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 EmptyLun 5 Déc - 23:43

Kainoa rejette les explications de Spencer comme elle rejette ses gestes tendres. Ils sont dans une impasse, celle où ils ont tous les deux l’impression de faire ce qui est juste. Le jeune homme s’indigne d’autant plus quand elle finit par lui avouer à demi-mot les raisons de son retour à Liverpool. Mais la rousse sait comment faire basculer leur débat et même si elle n’en est pas très fière, elle finit par utiliser cet argument qui fera mouche. S’il ne partait pas, c’était elle qui en paierait les conséquences. Les épaules du Baxter s’affaissent et elle voit le découragement gagner ses beaux yeux azurés pour finalement les obscurcir et les humidifier. Il abandonne, lui murmurant encore une déclaration. Et tout à coup, Spencer voit flou à son tour. Elle renifle. « Tu as plutôt intérêt à faire tout le contraire, Kainoa Baxter. Oublie-moi, ça sera plus simple. » Ces adieux sont sans doute insupportable pour le gallois qui tourne les talons, disparaissant dans l’obscurité du jardin. Spencer fixe quelques instants sa silhouette avant de rentrer l’intérieur. Chasser Kainoa avait sapé ses dernières réserves d’énergie et elle comptait bien aller se coucher. Pleurer tout son soûl sur la perte de son amour, de la vie qu’elle s’était construite. Avec le réconfort secret de savoir que le Baxter se souciait assez d’elle pour traverser le pays afin de la retrouver malgré sa gueule cassée. Mais aussi celui de savoir qu’elle était parvenue à le mettre en sécurité… La rousse va fermer le volet de la porte fenêtre quand pour la deuxième fois de la soirée, elle remarque une présence dans le jardin. Nate. Non… Ce n’est pas possible. Ou peut être que si. Elle savait désormais comment Kainoa l’avait trouvée aussi facilement. Elle n’en revient pas que ces deux là aient pu venir jusqu’ici ensembles… Ils se détestaient, ça n’avait pas de sens…

Mais elle n’a pas le temps de s’ébahir plus. Visiblement, le Miles voulait aussi lui parler alors elle réouvre la porte fenêtre et avance de quelques pas. Avant même qu’il ouvre la bouche, elle voit que le musicien est furieux. Mais au cas où elle aurait un doute, il lui sert un discours particulièrement véhément. Les mots sont violents, surtout parce qu’ils ont un fond de vérité. Elle se cabre sous l’assaut, refusant de lui donner raison. Parce que si vraiment ce qu’il dit est vrai… Elle aura fait tout ça pour rien. Elle se sera remise entre les griffes de son mari, l’aura laissé porter la main sur elle, l’aura laissé la toucher la nuit pour absolument rien du tout. C’est une pensée insupportable et elle trouve la force de s’opposer à Nate rien que pour la chasser. « Je m’en fous si tu m’en veux jusqu’à la fin de tes jours. Tant que tu es en vie pour le faire. Je m’en fous d’être héroïque, égoïste ou stupide… Je veux juste que plus personne ne soit blessé à cause de moi. » Dit-elle en revoyant encore et encore Kainoa couché sur son lit d’hôpital. Cependant, derrière la virulence du propos, il y a de la beauté, le signe que malgré ce qu’il a essayé de lui faire croire, Nate se soucie toujours d’elle. Et ça la touche, mais ça l’inquiète aussi. Car comme Kainoa, elle a besoin qu’il renonce. Alors elle ressort encore les mêmes arguments. « Oui, j’étais heureuse à Tenby… Ou du moins, j’ai crû que je pouvais l’être. Mais je me suis trompée moi-même. C’était une parenthèse rien d’autre. » Elle secoue la tête pour appuyer son propos. « Et moi aussi je t’aime… Comme j’aime Kainoa. S’il y a bien quelque chose dont je suis certaine, c’est ça. Mais parfois, ça ne suffit pas. Nous deux, nous sommes bien placés pour le savoir. » Que je dis, sachant moi aussi taper là où ça pouvait faire mal.

Et je n’en ai pas fini avec lui. « C’est quoi ton plan, Nate ? Je prends mon manteau, je vous suis, et on retourne tous les trois à Tenby ? Et après on fait quoi… On passe notre temps à attendre qu’il revienne ? A essayer de deviner à qui il va s’en prendre et quand ? Tu crois que c’est une vie ? Ne dis pas que je n’ai pas essayé de lui échapper. J’ai essayé, j’avais fais le plus dur mais il est plus fort. Il faut simplement l’accepter. Surtout toi, tu n’as plus à te soucier de moi… avec tout le mal que je t’ai fais... Je devrais être le cadet de tes soucis. Pars et emmène Kainoa avec toi. C’est la seule chose sensée à faire… » La tirade de l’anglaise est interrompue par la sonnerie de son portable qui émane de sa poche. Elle attrape son téléphone, voyant sans surprise le numéro qui s’y affiche. « C’est Ben, il faut que je réponde. » Dit à elle en regardant Nate avec résignation. Ce coup de téléphone prouvait presque tout ce qu’elle venait de dire. Il la surveillait, en permanence même depuis le boulot. Et là ce timing… C’est comme s’il avait senti qu’elle crevait d’envie de le quitter et de repartir avec les deux hommes qu’elle aimait. Parce qu’il ne fallait pas se leurrer, c’était bel et bien ce qu’elle avait envie de faire au-delà de son envie de les protéger.

Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 EmptyMar 6 Déc - 21:44

She walked away, well her shoes were untied,
And the eyes were all red,
You could see that we'd cried, and I watched and I waited,
'Till she was inside, forcing a smile and waving goodbye.


Je n'en crois pas mes yeux. Comment peut-elle seulement nous faire ça ? ME faire ça ? Est-ce ainsi qu'elle montre le peu d'importance que j'ai à ses yeux ? Pendant qu'elle prend la parole pour me répondre sur le même temps, je me pince les lèvres pour qu'elles évitent de trembler. Je ne m'étais pas imaginé ce genre de confrontation. Connaissant Spencer comme je la connais, la douce et docile Spencer, j'aurais cru qu'elle serait venue avec nous sans plus de cérémonie. Je pensais n'avoir même pas besoin de descendre de la voiture. Je pensais que les paroles de sont petit-ami seraient suffisantes, mais clairement je me suis trompé. Et si Kainoa n'est pas parvenu à lui faire changer d'avis, alors ça ne risque pas d'être moi qui le pourra. J'ai envie d'envoyer mon poing dans le mur, mais mes yeux s'arrêtent sur son visage et j'abandonne l'idée. Je ne veux pas lui faire peur. Je ne veux pas me montrer violent devant elle alors qu'elle est justement en train de souffrir de cette violence, autant morale que physique. Je prends sur moi. Je me reprends.
« Ouais… T'es égoïste et stupide. » L'insulter n'est probablement pas la bonne chose à faire, mais si j'arrive à retenir mon poing de s'enfoncer dans le mur, je ne peux retenir mes paroles acérées et sanglantes. Je lui en veux de me faire subir ça. Je lui en veux de continuer à être la victime de son bourreau alors qu'elle était parvenue à s'échapper. « Mais depuis le temps tu devrais savoir que moi aussi je suis égoïste et stupide. » Je déglutis. « Bien plus que toi, d'ailleurs. » Sous la colère, je sens mes muscles se contracter et je prends une longue inspiration pour ne pas rajouter de nouveaux mots tranchants. Ce n'est pas le moment de cracher mon venin. Or is it ? J'ai l'espoir que si les paroles gentilles et pleines de compréhension ne peuvent pas la ramener à la raison, celles qui sont méchantes et violentes le pourront parce qu'elles la feront réagir. Mais probablement que je me mets le doigt dans l'oeil jusqu'au coude et que rien ne pourra changer la décision de la jeune femme.
J'essaye quand même. Pas pour la faire changer d'avis, non, pour ça je commence à perdre espoir à mesure que j'observe sa détermination, mais plutôt parce que si elle ne veut plus me revoir je dois lui dire tout ce que j'ai sur le coeur. Je descelle de l'ironie dans sa voix et ça, je ne le supporte pas. Sans pour autant laisser transparaître ma rage, je hausse le ton de quelques octaves. Suffisamment pour me faire comprendre par la coiffeuse, mais pas assez pour me faire entendre des voisins. « Je n'ai pas de plan. Mais je sais que Tenby, ce n'était pas qu'une passade pour toi. » Je veux être ferme alors je ne pose plus de questions, je lance des assertions. « Tu t'es échappée et tu es venue à Tenby. Tu es venue vers moi. » Ce sont les faits et je veux lui faire comprendre que je ne la laisserai pas. Jamais. Pas après tout ce que nous avons vécu depuis ce jour. « Tu avais besoin d'aide. Tu avais besoin de moi. Et j'ai été là pour toi. J'ai promis de te protéger. » Je déglutis. Les mots deviennent de plus en plus difficiles à dire. C'est une torture, même. « Je n'ai pas de plan, mais je sais que je veux que tu reviennes. » Si elle ne se sent pas concernée quand on parle de notre amour pour elle, alors peut-être qu'il faut évoquer l'amour qu'elle, elle a pour nous, pour moi.  « Je t'ai dis que je suis égoïste et j'ai trop besoin de toi. Je ne te laisserai pas m'abandonner. » Je secoue la tête.  « Tu ne peux pas me faire ça. » L'accusatif. Non, tu ne peux pas. Je refuse de te laisser me briser. Je ne veux pas savoir que je ne suis pas suffisant pour lui donner envie de revenir. Je ne veux pas croire qu'elle peut se passer de moi alors que j'en suis encore incapable malgré les mois qui défilent.
C'est là que retentit la sonnerie du téléphone et nous baissons les yeux en même temps sur l'appareil qu'elle tient dans ses mains. C'est Ben. Cette vermine que j'aimerais pulvériser. Je serre les dents, retiens un juron et je commence à m'éloigner. Je n'aime pas la voir soumise à ce salaud, pourtant il semblerait que je doive faire avec. « Ouais… Prends-le. Et passe lui le bonjour de la part du boulet qu'il a eu au téléphone tout à l'heure. » Je lui laisse le temps de comprends.  « Je t'ai dis que j'étais stupide aussi, et tu n'as encore rien vu. » Je tourne les talons, toujours aussi furieux et je retourne vers Vicky et Kainoa. Je m'installe au volant et je mets le contact rapidement. Certainement que c'est la première fois que je démarre la Porsche aussi vite et que je laisse de la gomme sur la route. Je ne veux pas parler de notre échange au Gallois et dans l'idéal je voudrais même ne plus être en sa compagnie, alors tout en fixant la route, je lui demande.  « Je te dépose où ? » J'attends sa réponse et je me mets en route.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 EmptyMer 7 Déc - 17:54

Spencer était terrifié par le conflit, aussi l’évitait-elle le plus possible. Et pourtant aujourd’hui, elle avait tenue tête à Nate. Non pas dans une idée d’émancipation ou de rébellion mais juste parce que les enjeux étaient importants. Elle s’en fichait de le froisser, elle voulait vraiment qu’il parte avant d’être blessé. Elle n’était pas en colère face à ses propos. Quoique… Plus les minutes passaient, moins elle ressentait de tolérance envers ces derniers. Car ils étaient de plus en plus gratuits. « Ouais… T'es égoïste et stupide. » L’insulte fait ciller la rousse. Ce n’était certes pas plaisant de se faire insulter de la sorte. Mais surtout, Nate ne comprenait pas. Il ne comprenait pas ce qu’était l’engrenage des violences conjugales. Peu de personnes le comprenaient. Il fallait le vivre pour le comprendre. Et encore, les victimes elles-mêmes étaient impuissantes face a cauchemar dans lequel elles vivaient. C’était le talent des maris violents, la manipulation. La faculté de faire croire à l’épouse malmenée que tout était de sa faute. Qu’elle était faible qu’elle le méritait, qu’elle était stupide… Alors oui, réentendre Nate utiliser les mots de Ben était blessant. Elle sent d’ailleurs les larmes redoubler, toute stupide qu’elle est. Mais l’anglais est sans doute inconscient du torrent que ce mot déclenche en elle alors il continue à essayer de marquer des points, argumentant qu’il est tout à fait capable de faire quelque chose de stupide. Encore ce mot. Et puis, il insiste, essayant de toucher la corde sensible de l’anglaise en évoquant Tenby et son arrivée à elle là-bas. Mais elle ne se laisse pas faire, aidée par de vieilles rancœurs qu’elle n’a aucun mal à remettre sur le tapis. Elle aussi peut utiliser la technique du musicien et lui balancer des immondes accusations pour le faire déguerpir. « Je ne peux pas te faire ça ? Parce que toi, tu ne m’as jamais abandonnée peut être ? Tu ne fais que ça, à longueur de temps. Et tu te repointes quand la culpabilité est trop forte mais c’est tout. Là, ça fait des mois que tu ne me parles plus mais soudainement, tu ne peux plus vivre sans moi ? Arrête de te mentir. Arrête de me mentir. Il n’y a jamais eu d’amour entre nous. Je m’en rends compte maintenant. »

C’était difficile de balancer ça alors qu’il avait raison. Il lui avait offert sa protection au pire moment de sa vie et n’avait jamais cessé de lui prouver combien il regrettait ses erreurs du passé. Il l’avait largement convaincue, elle l’avait pardonné depuis longtemps. Et bien sûr, elle l’aimait. Pas comme il le voudrait mais elle l’aimait. Il y avait de l’amour entre eux, même si ça leur était interdit. C’était comme ça. Mais jamais elle ne lui dirait. Le contraire, c’était tout aussi bien. « Je ne reviendrai pas. Et certainement pas pour toi. » Dit-elle froidement, en essayant de mettre un point final à la lutte. Mais à vrai dire, ce n’est même pas utile. Son téléphone sonne soudain et elle voit que c’est Ben. Elle explique à Nate qu’elle doit le prendre et il lui lance alors une nouvelle remarque piquante qui la désarçonne autant que le reste. Le boulet qu’il a quoi ? La rousse pâlit encore plus si c’est possible. Nate avait téléphoné à Ben ? Est-ce que ce dernier l’appelait justement pour cette raison ? Il n’y avait qu’une seule solution pour le savoir. Tremblante, elle prend l’appel en regardant Nate s’en aller à grandes enjambées colériques. « A…allo ? » « Chérie, tu es à la maison ? » La voix de Ben est tendre, caressante, signe que pour lui l’orage de ce matin est passé. « Oui, je t’attends… » Dit-elle calmement. « Rien de bizarre à signaler ? J’ai eu un coup de fil étrange… Tu n’as rien à me dire à ce propos ? » Spencer a l’impression qu’elle va s’évanouir, ne sachant pas ce que Nate avait pu dire. Mais il est capital qu’elle ne perde pas son calme. « Non, non… Ici il ne s’est rien passé de la journée… » Il reste silencieux, juste le temps qu’il faut pour qu’elle panique, avant de reprendre la parole. « D’accord… Bon habille-toi, je viens de te chercher dans une demi-heure, j’ai réservé au restaurant. Ma façon de m’excuser pour mon emportement de ce matin… Je suis tellement désolé, chérie… Je ne sais pas pourquoi je m’énerve comme ça. Je crois que j’ai un peur que tu ne repartes à nouveau…. Tu ne m’en veux pas, hein ? » C’était tout lui, s’excuser mais en finissant sur une note qui sous entendait que c’était de sa faute. Elle sait d’ailleurs ce qu’elle doit dire, et réponds en s’excusant une énième fois pour sa fuite, lui assurant qu’elle le pardonnait. C’était ça où ses colères reprenaient de plus belle. Elle raccroche ensuite, attrapant son téléphone pour envoyer un texto à ses deux visiteurs du jour.


SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Do me a favour, and ask if you need some help. Kainoa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-