AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

There's affection to rent. Holly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: There's affection to rent. Holly Jeu 27 Oct - 23:00

The age of the understatement
Before the attraction ferments
Kiss me properly and pull me apart


Voilà bien une heure que nous marchons sur le bord des falaises, admirant les sublimes paysages qu'offrent Tenby et dont les parents de Holly se délectent. J'ai toujours été doué avec les parents et aujourd'hui ne fait pas exception à la règle. L'accent posh doit jouer car il me suffit d'ouvrir la bouche pour que la mère de ma prétendue petite-amie soit pendue à mes lèvres. J'en joue de l'accent, il faut dire. Mais peut-être que c'est la notoriété grandissante qui me fait gagner une certaine stature à leurs yeux. Une chose est sûre, ils sont ravis de cet après midi que nous passons tous ensemble, et moi y comprit ! Uniquement parce que je sais quelle sera ma récompense pour me féliciter de mes talents d'acteurs.
Du chantage affectif ? Bien sûr. Si Holly voulait que cet après-midi se déroule comme sur des roulettes, alors elle doit me céder une nuit d'amour une fois ses parents repartis. Le compromis me semble juste, d'autant plus que les occasions de me trouver une conquête deviennent réduites depuis que j'ai été forcé de dire à la radio que je n'étais pas célibataire, justement pour aider les intérêts de la Branson. Nous retournons chez Holly afin d'y déguster un thé comme tout britannique qui se respecte à cette heure avancée de l'après-midi et à nouveau je fais ressortir cette flegme anglaise que mes parents m'ont inculqué depuis mon plus jeune âge. Je sais tenir la discussion et parfois, j'engage des petits rapprochements avec Holly pour que notre petit jeu reste crédible. J'ai parfois l'impression qu'elle se crispe, peut-être dû à l'ultimatum de tout à l'heure, mais ça ne m'empêche pas moins de poser une main sur sa cuisse ou de lui déposer un baiser sur la joue, le tout en restant dans la décence et le naturel.

L'heure bénie de leur départ sonne et nous les accompagnons jusqu'au pas de la porte où nous les saluons chaleureusement jusqu'à ce qu'ils disparaissent de notre champ de vision.
Holly referme la porte et sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit  je me penche en avant pour l'embrasser langoureusement. Un baiser que je rêve lui donner depuis bien longtemps, d'ailleurs, mais que je ne pouvais exécuter devant ses géniteurs tellement celui ci dure dans le temps et tellement il est osé. Mes mains viennent se poser sur ses hanches sur lesquelles je fais pression pour la rapprocher à moi et bientôt je presse mon bassin contre le sien. J'espère que ce n'est qu'un avant-goût du reste de notre soirée et j'y crois tellement fort que je reprends enfin la parole dans un souffle vers son oreille. « J'ai été tellement bon avec tes parents qu'on pourrait croire que j'ai tout donné, mais je t'assure que non… » Oh que non. Je me suis réservé pour la meilleure partie, évidemment. Elle serait peut-être heureuse d'apprendre que pour cette rencontre avec ses parents, je n'ai pris aucune substance illicite, mais je doute qu'il telle précision soit appropriée à un tel moment. Pourtant, j'en suis fier de cette forme olympique qui m'habite alors que je n'ai absolument rien pris depuis au moins trois jours. « J'ai encore tellement à t'offrir que tu n'en reviendras pas. » Et pour expliciter encore plus la chose, je donne un léger coup de rein contre elle, un sourire mutin sur les lèvres. « J'espère que c'est pareil pour toi. » Que je me permets d'ajouter, me croyant en mesure de pouvoir négocier notre petit arrangement et cette partie de jambes en l'air dont j'ai terriblement envie.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Mer 9 Nov - 13:20

J’aime mes parents. Je crois. Ils sont un peu désespérants mais bon… Ce sont mes parents tout de même. J’ai du mal à les comprendre. Eux aussi, ont du mal à me comprendre. Ma mère est tellement différente. Si blonde, si refaite, si maniérée, si superficielle. Si elle ne m’avait pas mise au monde, il n’y aurait aucune chance pour qu’on soit proches toutes les deux. Ce n’est pas le cas de mon père. Il a beau être réservé et discret, attaché aux apparences, je sais qui il est vraiment. Un éternel coureur de jupons, un charmeur, un tricheur. Des fois, je me demande comment il a pu un jour se retourner sur ma mère. Ils n’ont rien à voir ensemble. Comme quoi, la vie peut se montrer bien surprenante ! Il n’y a qu’à me voir avec Nate, à jouer les petits couples modèles. Si ça, ce n’est pas surprenant ! Du coup, je ne sais plus qui m’exaspère le plus. Nate et sa comédie ? Ma mère et ses niaiseries ? Mon père qui fait semblant d’être le parfait père de famille ? Je suis perdue, presque absente de toutes les discussions. Ce n’est pas tellement grave, Nate s’en sort très bien tout seul. Je remarque les efforts qu’il fait et ce n’est pas étonnant vu la récompense qu’il croit l’attendre. Une récompense que je suis bien décidée à ne pas lui donner. C’est vilain de ne pas tenir ses promesses mais, sur le coup, je n’ai pas eu l’impression d’avoir le choix. J’appréhende, je n’arrête pas de penser à ce qu’il va arriver quand mes parents vont partir. Mes parents ne le remarquent même pas. Ils sont dingues de Nate. Ma mère, surtout, qui serait capable de bénir jusqu’à l’air que le chanteur respire. C’est pratique, j’ai le temps d’établir une stratégie pour limiter les dégâts. Ça n’efface pas pour autant la boule au ventre que j’ai quand mes parents décident de partir. On y est. La porte à peine refermée, Nate attaque. Je me crispe d’abord quand il m’embrasse mais finis par y prendre part. Un tout petit peu en tout cas parce ce qu’il a à dire ensuite ne manque pas de me refroidir. Quel abruti. Comment est-ce qu’il a pu s’imaginer que ce serait si facile ? C’en est presque insultant. « Tu as été parfait, c’est vrai. » Je suis bien obligée de le reconnaître. A croire que ce bougre était vachement motivé, il s’est donné à fond. « Mais… » Je pose mes deux mains à plat sur son torse, l’éloigne gentiment. J’ai plutôt intérêt à être une bonne actrice sur ce coup-là. « Mes règles se sont manifestées. Je suis désolée. » Impossible. Je n’ai jamais mes règles, je prends cette pilule magique qui arrête les menstruations. Seulement Nate n’est pas obligé de le savoir. J’essaye d’avoir l’air désolé et je hausse les épaules. « En plus j’ai un mal de crâne terrible, je ferai mieux d’aller me reposer… » Encore un autre mensonge. Juste pour être sûre. Je n’ai pas envie de m’y attarder. Plus vite Nate s’en ira, mieux ce sera. « Une prochaine fois. » Et un énième mensonge. Je n’aurais plus qu’à l’éviter jusqu’au prochain rendez-vous avez mes parents. Ce n’est pas résoudre le problème, certes. Mais ça évite des ennuis à tout le monde. C’est le principal, non ? J’aviserais ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Mer 9 Nov - 22:54

The age of the understatement
Before the attraction ferments
Kiss me properly and pull me apart


Je sens le corps d'Holly sous mes doigts et mon désir ne fait que de s'accroître. Surtout qu'elle dit que je suis parfait et ça, pour un égo à la dimension du mien, c'est toujours excitant. Cela dit, je la sens se raidir et je commence à avoir peur quant à la suite des événements. Elle ne m'aurait tout de même pas promis cette partie de jambes en l'air sans penser qu'elle devrait y mettre de sien tout de même ? Il y a ce mais détesté par tous ceux qui attendent une réponse positive à une demande, aussi quelconque soit-elle et je fronce les sourcils en me reculant d'un pas. Qu'est-ce qu'elle me fait ? Ce n'est pas la Holly que je connais et avec laquelle j'adore baiser. Ce n'est pas la tigresse habituelle qui est toujours partante pour de l'amusement dans n'importe quelle pièce de la maison ou même à l'extérieur. Ses mains sur moi me repoussent et je suis de plus en plus inquiet, la peur de mettre fait berner avec de fausses promesses devenant insupportable. Si j'ai fait tout ça pour rien, passer une journée entière avec ses parents alors que je ne me donne même pas cette peine avec les miens, je risque de très mal le vivre. Et elle également par la même occasion car ma colère se fera entendre. Or, les mots qui suivent me laissent bouche bée. Evidemment, je sais que ce sont des choses qui arrivent pour avoir été en couple plusieurs années avec des femmes, que ce soit avec Spencer ou Harlow, mais étonnamment, je ne m'attendais pas à ce que ça arrive un jour avec Holly. « Oh… D'accord. » Alors c'est donc ça ? Et juste parce qu'elle a ses règles, elle va oser me priver des plaisirs de la chair auxquels j'avais plus que hâte de m'adonner ? Une seconde, j'ai envie de proposer qu'elle fasse quelque chose pour qu'on puisse quand même profiter l'un de l'autre, comme avec un bouchon en éponge, le genre que les prostituées utilisent quand leur cadeau mensuel arrive un peu plus tôt que prévu, mais je me rends bien vite compte que ce serait déplacé, même pour Holly. Je vais devoir me résoudre à l'idée de ne pas avoir de sexe ce soir, même si c'est difficile, surtout qu'elle continue en se plaignant d'un mal de crâne.
Je n'ai pas envie de m'en aller. Je n'ai pas envie d'avoir fait tout ça pour rien. J'ai encore l'espoir que tout ne soit pas terminé et qui sait, peut-être qu'une fois sa migraine passée, je pourrais avoir une petite récompense. C'est d'ailleurs ce que je suggère. « Je vais rester avec toi, ok ? Prendre soin de toi… Attendre que tu ailles mieux. » Tel un boomerang, elle m'éloigne et je me rapproche aussitôt, séparant la distance qu'elle avait instauré en posant ses mains sur moi. Je glisse à nouveau les mains autour de son corps et cette fois, je l'enlace carrément, tendrement. Je lui donne un nouveau baiser, bien plus soft celui là puis je recule mon visage du sien de quelques centimètres pour ajouter, plein d'espoir et l'air angélique. « Et puis, ce n'est pas parce que tu es indisposée qu'on ne peut rien faire, hein ? » Sans aucune subtilité, mon regard se dirige en bas, sous la ceinture plus particulièrement. Un nouveau sourire vient fendre mon visage, pas encore prêt à laisser tomber à l'eau cette soirée que je m'imaginais déjà en un mélange de bestialité et de tendresse. Une soirée qui se serait éternisée et qu'on aurait rendu parfaite par l'union de nos deux corps quelques fois.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Jeu 10 Nov - 18:26

Je n’ai pas l’habitude de jouer les vierges effarouchées. Il faut dire que ce n’est pas mon genre de refuser les invitations au plus intéressant des péchés : la luxure. Je ne m’en prive jamais, c’est bien la première fois que je m’y refuse. Le pire, c’est que j’en ai envie. J’adore ce que Nate me fait. Ou plutôt ce qu’il me faisait. Aussi génial que ça puisse être, ça devait s’arrêter. C’était toxique. Alors je me dois de conserver ma position, de ne pas céder malgré l’envie. Déjà, Nate et moi avons besoin de limites. On s’est causé assez de torts comme ça, je préfère limiter la casse. Ensuite, il a été odieux. Un bel enfoiré. Même venant de lui, c’est dégueulasse d’imaginer qu’il puisse m’avoir dans son lit à coups de chantage. Seulement, et je déteste avoir à le reconnaître, j’ai besoin de lui. Pour mes parents, bien sûr, et pour le bien de ma boutique. Alors je n’ai plutôt pas intérêt à lui faire part de mon ressenti. Dommage. Je crève d’envie de lui dire mes quatre vérités. A la place, je mens allègrement. Et ça semble fonctionner. Nate avale mes salades et je trouve ça presque trop facile. Il est… d’accord. Voilà. Tout simplement. Contrarié, visiblement, mais il accepte. Tant mieux, je n’ai pas envie d’y passer la soirée. Plus vite il se résignera, mieux ce sera. Je tente de m’éloigner à nouveau, prête à retourner à mes occupations habituelles pour lui faire comprendre qu’il n’est pas obligé de rester, mais je sens son corps se presser contre le mien à nouveau. Prendre soin de moi ? Je grimace. Il est sérieux ou bien ?! Ça n’a simplement pas de sens. Il doit être en train de délirer. Il est malade, c’est sûr ! Il m’enlace, pose ses lèvres sur les miennes. Il est doux mais je continue de grimacer. Qu’est-ce qu’il lui prend ? Et puis je comprends. Cette soudaine bienveillance n’est pas désintéressée. Je soupire, lève les yeux au ciel, et le repousse. « Des fois, je me demande si tu le fais exprès ou si t’es vraiment retardé. » Et alors que c’est ce que j’essaye d’éviter depuis le départ, je me mets en colère. C’est plus fort que moi, ça remonte. Je ressens le besoin d’en découdre, de lui faire comprendre à quel point il s’est montré déloyal. Ça sort, sans que je puisse y faire quoi que ce soit. « Tu me prends pour quoi au juste ? » Je croise les bras, le toise. « Une vulgaire pute ? » Je laisse échapper un rire mauvais. La colère monte et je n’arrive plus à me maitriser. « Tu penses sérieusement que je vais me plier en quatre pour tes beaux yeux ? » Et je ne serai pas étonnée que ce soit le cas. Avec un melon pareil, ce type doit forcément s’imaginer qu’il mérite que je le comble de toutes les manières possibles. Il m’exaspère. « Et pour ta gouverne… Si tu avais été un peu plus malin, tu aurais su que c’était que du flan, cette promesse. » Kaboum. J’ai pas fait ça quand même ? Eh merde. Je m’empresse de reprendre la parole, comme pour lui faire oublier ce que je viens de dire : « Bref, tu ferai mieux de partir. » Ecourtons avant que la situation ne soit irrattrapable, il vaut mieux. Je me dirige vers la porte, invitant mon charmant petit-ami à prendre la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Ven 11 Nov - 17:26

The age of the understatement
Before the attraction ferments
Kiss me properly and pull me apart


Je l'embrasse tendrement, pas prêt de partir ni de la laisser se dérober. J'ai terriblement envie d'elle ce soir, et je me dis que je peux tout de même m'en sortir en obtenant une petite récompense  même si ce n'est pas le lot auquel je m'attendais. Ca reste un lot de consolation, et c'est toujours bon à prendre. Hélas, les choses ne se passent pas comme prévues et si Holly se raidissait quelques secondes plus tôt sans raison apparentes, là, elle m'insulte carrément et je reste la mine déconfite, confus. Je n'avais pourtant pas l'impression que ma proposition était indécente, surtout après la promesse qu'elle m'avait fait un peu plus tôt dans journée. Certes, c'était une conversation téléphonique, mais elle était tout aussi importante. Carrément repoussé par la Branson, je la regarde s'enflammer, m'accuser, et j'en reste bouche bée, partagé entre la déception et la frustration. Trop c'est trop. Je dois réagir. « Ouais et ben peut-être que je vais y aller, aux putes, elles au moins elles gardent les cuisses ouvertes et elles ne m'insultent pas d'attardé. » Au final, il ne me faut pas longtemps pour atteindre le niveau de rage de la brune et ça n'arrange rien à notre situation. Les choses dérapent bien vite entre nous, ce n'est pas la première fois que nous pouvons l'observer, mais je crois que je serais toujours autant choqué à chaque fois. Et c'est là qu'au coeur de cette diatribe, j'entends des mots qui me laissent sans voix. Je toise la jeune femme d'un oeil mauvais et je remarque bien qu'elle s'empresse de me mettre à la porte. Est-ce que j'ai bien entendu ce qu'elle vient de dire ? Il me semble que oui. Et je commence à comprendre que je me suis fait berner depuis le début. Elle a peut-être raison en fait, je suis retardé pour avoir cru qu'elle m'offrirait son corps cette nuit après un petit chantage. Je déglutis. J'ai du mal à avaler la pilule et je secoue la tête, incrédule. « Attends, quoi ? Tu t'es foutue de ma gueule tout à l'heure ? » Je n'en reviens pas de son culot pour avoir fait cette promesse en l'air pour ensuite s'en vanter. J'ai envie de partir de cette maison, de rentrer chez moi le plus vite possible et de ne plus jamais revoir cette garce qui s'est jouée de moi, mais l'envie de m'expliquer et de mettre les choses au point l'emporte allègrement. Pour la symbolique, j'attrape tout de même ma veste que je garde sous le bras. « Tu sais quoi ? Moi cette situation j'en peux plus. Au final, elle ne te profite plus qu'à toi. Ca t'arrange pour tes parents, c'est sûr alors que moi j'ai dû annoncer à la radio que j'étais en couple pour protéger ton secret. » Et c'est difficile de rester discret après ça, surtout quand la notoriété se faire sentir. « Je ne suis plus en tournée, je ne peux plus m'arranger pour être discret parce qu'ici tout le monde connait tout le monde et le dernier plan cul régulier en date que j'avais a fini par s'attacher. Quelle connerie ! » Condamné à ne plus baiser. « Spencer, je peux très bien la rendre jalouse avec une autre fille, après tout. » Et pendant quelques secondes, j'envisage sérieusement cette option. Le ton continue de monter malgré moi et je n'arrive plus à me calmer. « Une fille qui ne se fout pas de ma gueule, qui ne se raidit pas dès que je la touche et qui ne me donnera pas l'impression d'être un putain de violeur parce que j'ai le malheur de vouloir passer une nuit avec. » Les mots sortent sans que je ne puisse les arrêter, c'est plus fort que moi. Je ne peux plus m'arrêter et je pense mes mots au moment où je les dis, c'est-à-dire, un peu trop tard. « Si tu veux vraiment que je parte, ok, mais ne t'attends pas à me revoir. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Mer 16 Nov - 11:56

Et je déraille. A nouveau. Ça recommence sans que je ne puisse rien y faire, je me laisse totalement submerger par ma colère. Au final, qu’on couche ensemble ou pas ne change rien. Je peux tout autant déraper avec que sans sexe et ça me rend tout à fait perplexe. Et encore plus en colère, pour ne rien arranger. Mes mots sont durs, cinglants, et l’air complétement défait de Nate ne m’attendrit pas le moins du monde. Surtout qu’il finit par répondre. Quelle audace ! J’ai du mal à y croire, je peine à réagir. « T’as raison, va donc tirer un coup, ça va me faire des vacances. » que je déclare avec la plus grande mauvaise foi. Bien malgré moi, l’idée que Nate puisse s’envoyer en l’air avec quelqu’un –même une prostituée- ne me plait pas. Vraiment pas. C’est horrible. Ça me donne la nausée. J’essaye de prendre du recul, de me raisonner, mais je n’y parviens pas. Je ne l’explique pas, c’est plus fort que moi. Comment est-ce qu’on peut encore en arriver là alors que je pensais avoir supprimé le principal sujet de désaccord de notre couple ? Et si ce n’étaient pas nos parties de jambes en l’air qui foutent le bordel entre nous ? Peut-être qu’il serait temps d’y réfléchir. Ou peut-être pas. Nate comprend. Evidemment. J’ai craché le morceau comme une débutante. Je lève les mains au ciel, secoue doucement la tête. J’ouvre la bouche comme pour dire quelque chose mais les mots restent coincés. Il prend sa veste. Il va partir, donc. C’est pour le mieux. Ça me laissera le temps de faire le point, de me calmer, et de venir m’excuser pour qu’il n’y ait pas de répercussion dans notre supercherie. Cependant, Nate ne tarde pas à détruire tous mes plans. Je l’écoute, interdite. Fais chier. J’ai du mal à reprendre mes esprits mais quand je le fais, j’envoie du lourd à mon tour. « Tu ne peux pas rendre Spencer jalouse avec une autre fille… Avec aucune fille, en fait ! Réveille-toi, elle s’en fout, ta rouquine. Et je la comprends… Elle a Kainoa. Il est beau, intelligent, et plus respectueux que tu ne le sera jamais. Qu’est-ce que tu crois ?! » Je lève un doigt accusateur en direction de Nate, me rapproche de lui sans m’en rendre compte. « C’est fini. Man up ! » Il parle de partir, du fait que je ne le reverrais plus si toutefois il s’en allait. C’est sûrement la meilleure des solutions. Je suis fatiguée de tout ce mélodrame. Tant pis pour mes parents. Ils seront déçus… Une fois de plus. « Pars. Je n’attends que ça… Je veux que tu partes et que d’ici quelques heures, tu ne sois plus qu’un mauvais souvenir. » Je pose une main sur son torse, le pousse contre la porte. Là, je court-circuite carrément. La logique voudrait que j’ouvre la porte et que je le jette comme un malpropre. C’est ce qu’il mérite, après tout. Mais cette proximité me rappelle quelques souvenirs et mon regard finit par s’attarder sur sa bouche, la courbe de sa mâchoire… Comme s’il était nostalgique. Je déglutis. Ce n’est pas possible, je ne peux pas avoir réellement envie de faire ça. Et pourtant. C’est si spontané. L’envie devient irrépressible. « Enfin… Peut-être que… » Je balbutie quelques mots, hésitante. Finalement, je préfère éviter d’en parler et je cède directement à mes envies. Je l’embrasse avec fougue, me laisse couler contre son corps. C’est parfaitement débile et j’ai beau en avoir conscience, je n’arrive pas à contrôler cette pulsion. « Reste. » que je souffle dans son oreille entre deux baisers enflammés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Lun 21 Nov - 19:58

The age of the understatement
Before the attraction ferments
Kiss me properly and pull me apart


Ca lui fera des vacances ? Ca lui fera des vacances ?!? Je n’en reviens pas de ce qu’elle ose me dire. Dois-je lui rappeler que si je suis là, chez elle, c’est pour elle et uniquement pour elle ? Cette sensation de s’être fait duper est horrible et le regard dédaigneux qu’elle me lance me prouve à quel point j’ai été idiot de croire que j’allais obtenir ce que je voulais. C’était idiot de ma part, en effet, et c’est bien avec ce constat en tête que je récupère ma veste pour déguerpir de cet appartement. Le plus tôt sera le mieux, mais avant cela, je compte bien lui dire toutes ses vérités. Malheureusement, elle a tout autant de répondant, si ce n’est plus et encore une fois elle en profite pour me rabaisser avec le petit-ami actuel de la rousse. J’ai envie de lancer mon poing dans le mur, c’est plus fort que moi, mais je me retiens de justesse, gardant simplement le point serré et soupirant lourdement la haine que je ressens pour cet individu.
« Mais bordel ! Vous me faites toutes chier avec ce putain de Kainoa Baxter ! »
Ca, c’est dit. Je le hurle à plein poumon tellement j’en ai assez d’entendre des compliments à son égard. Parce que moi aussi je devrais le trouver beau et intelligent ? Parfait, en somme ? Plutôt crever. Ce pauvre type a juste amadoué la populace depuis son plus jeune âge en adoptant le comportement qui était attendu de lui et ça je compte bien le dire à voix haute une bonne fois pour toute.
« Ce mec ne m’arrive pas à la cheville ! Jamais ! C’est qu’un putain de scientifique qui fait pitié à cause de sa famille de merde. Moi je suis une bête et lui c’est qu’un ersatz. Il ne vaut rien alors ne me compare plus jamais à lui ! »
Je l’ai mauvaise parce que ce n’est pas la première fois que la jeune femme me chante les louanges de l’astrophysicien et j’en suis au point où trop c’est trop. Le manque de coke doit jouer également et c’est bien pour cette raison que je me retrouve autant à fleur de peau, que ce soit pour la comparaison avec le Gallois ou bien le refus de sexe de la part de Holly. Cette dernière me crie de partir et je compte bien m’exécuter. Partir pour ne plus jamais remettre les pieds dans cet appartement dans lequel j’ai pourtant passé du bon temps.
Je me dirige vers la porte et elle me suit, je n’en attendais pas autant de sa part, mais visiblement, elle veut pousser le drama jusqu’au bout pour venir m’ouvrir la porte on dirait. Ou alors… Elle me pousse contre la porte et s’arrête. Le suspens est pesant et je me demande bien quelle saloperie elle va bien pouvoir me dire en guise d’adieu. C’est alors que son regard change radicalement et de la fureur qui animait ses yeux, j’y décèle ce que je ressentais tout à l’heure : du désir. Cette proximité, elle me donne à moi aussi des envies et ces dernières prennent de l’ampleur quand elle s’empare de mes lèvres ou quand elle vient se coller contre moi. Pas une seule seconde je pense à la repousser pour passer la porte. Pas une seule seconde, j’imagine laisser ma fierté prendre le dessus pour détaler et faire ce que j’avais dit, à savoir, partir. Bien au contraire. C’est ce pourquoi je suis venu, pas vrai ? J’attends juste qu’elle le dise. “Reste”. Un simple mot que je perçois comme une demande et il ne m’en faut pas plus pour m’abandonner dans ses bras. « Ok. » Je laisse ma veste tomber au sol et déjà je soulève la jeune femme pour la faire s’asseoir sur la table de la cuisine. De rester, il ne faut pas me le demander plusieurs fois et c’est bien ce que je suis en train de prouver à Holly alors que je l’embrasse langoureusement tout en entreprenant de lui déboutonner son jeans en hâte.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Mer 7 Déc - 13:25

J’appuie là où ça fait mal. C’est facile. Peut-être même trop facile. Evoquer Kainoa, faire allusion à la rouquine dont Nate est encore mordu… C’est bas mais je ne vois pas trop comment l’atteindre autrement. Je pourrais. Mais ce ne serait pas aussi rageant. Je ne tarde pas à le constater. Faire l’éloge de Kainoa s’est avéré être efficace, Nate est à deux doigts de casser les murs. D’autant plus que je suis sincère en parlant de Kainoa. C’est réellement quelqu’un de bien. Ok, je le trouve peut-être un peu rasoir avec tous ses principes et ses étoiles. Mais quand même ! Pour avoir passé un peu de temps avec, je l’estime. Et Nate délire. Il se compare, se valorise. Je ne peux pas m’empêcher de lever les yeux au ciel devant tant de mégalomanie. « T’es une bête ? » Je rigole, mauvaise. Avec autant d’estime pour lui-même, Nate n’a pas besoin de fan. Il se suffit amplement. « Parce que tu sais chanter dans un micro et jouer trois notes sur une guitare ? T’es qui au juste, Mick Jagger ?! C’est bon, calme-toi ! » Et je roule une nouvelle fois des yeux, exaspérée. Si je m’écoutais, je l’aurais déjà épinglé au mur. Il serait bien plus utile en décoration au mur. Faux petit-ami en carton, c’est tout ce qu’il est ! Et dire que je pensais qu’on était d’accord, que je pouvais compter sur lui… A croire que j’ai perdu mon temps. Mais c’est fini. Terminé. Définitivement. Il va passer cette porte et plus jamais je ne verrais sa sale petite gueule condescendant ! Enfin, c’était le plan initial. Quelque chose a du foirer, forcément. Je ne comprends pas. Tout y était. La colère, la résignation… Il y a un paramètre que je n’ai pas pris en compte, quelque chose qui m’échappe. Me retrouver littéralement pendue à ses lèvres ne faisait pas parti du plan. Et pourtant. Je suis là, contre lui, et le dévore avec ma bouche. Pire encore. Je lui demande de rester. Comme si ce n’était pas suffisant de lui sauter au cou ! Il fallait en plus que je le verbalise. Une partie de moi a envie de se filer des baffes. Une petite partie, en tout cas. Une infime partie, en fait. Tout le reste est occupé par les baisers de Nate, court-circuité par le désir que j’éprouve à son égard. Il me porte jusqu’à la table de la cuisine, m’y assoit. Je l’accueille entre mes jambes, l’attire à moi. Je n’en peux plus. Sûrement que c’était trop long, que je n’aurais pas du passer trop de temps loin des belles choses qu’on est capables de faire tous les deux. Je ne sais pas. Je ne sais plus. J’ai juste envie de le retrouver. Comme avant. Quand c’était bien, quand c’était bon, et qu’on n’avait pas de question à se poser. Les mains de Nate viennent déboutonner mon jeans et, dans la même hâte, je lui enlève son haut. Il ne faut guère plus de temps pour qu’on se retrouve tous les deux nus.

***

Couchée sur le canapé, je peine à récupérer mon souffle. C’était génial. Peut-être même mieux que dans mon souvenir. Je soupire. Je ne suis plus en colère. Enfin, pas vraiment. Je m’en veux. Terriblement. J’ai l’impression d’être une toxico qui, après vingt jetons de sobriété, vient tout juste de se faire un fixe. C’est lamentable. Bordel de merde ! La volonté était là pourtant. Je reste un long moment silencieuse. C’est trop bizarre et je ne trouve rien à dire. Je ne bouge même pas une oreille. J’attends une réaction, n’importe quoi. « Ok alors… » Je me racle la gorge. Dans un effort surhumain, je me tourne vers Nate et lui fait face. « Je me suis un peu emportée je crois…  Désolée. Peut-être qu’on peut faire comme si de rien n’était ? Retourner à nos vies ? » que je chuchote comme si on avait pas déjà réveillé tout le voisinage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Ven 9 Déc - 17:55

The age of the understatement
Before the attraction ferments
Kiss me properly and pull me apart


Ce vieux sourire ne veut pas se décoller de mes lèvres. Je profite. Je profite de cet instant béat et béni d'après l'amour. Il est court, ce moment, alors je me délecte de chaque micro seconde avant que l'un d'entre nous ne reprenne la parole. Je me laisse même aller à la tentation et je ferme les yeux le temps de quelques profondes respirations. Après l'extase, je suis mort. Ou presque. J'attendais ce moment avec Holly depuis si longtemps qu'il m'a paru encore meilleur que les dernières fois et qu'il me fait oublier tout ce que nous nous disions un peu avant qu'elle ne se jette sur moi. C'était une histoire qui ne signifie pas grand chose, et si j'étais remonté après elle, ma colère a bien disparu. La fureur m'a été utile quand je m'attelais à la déshabiller dans une certaine hâte, mais elle s'est envolée en même temps que la petite culotte de Holly.
Je ne me sens pas le coeur à dire quoi que ce soit et c'est la jeune femme qui brise le silence la première. J'ouvre les yeux et je la sens se retourner. Elle n'a pas l'air aussi détendue que moi. Elle n'a même pas l'air spécialement satisfaite… Pourtant, j'aurais juré que ses cris pendant notre échange passionné prouvaient le contraire. Je fronce les sourcils, pas vraiment certain d'avoir envie d'entendre ce qu'elle s'apprête à me dire et finalement, c'est bien moins pire que ce à quoi je m'attendais. J'ose espérer que quand elle évoque son emportement, elle parle des diverses insultes dont j'ai été victime et non du fait qu'elle se soit laissée aller à cette partie de baise bestiale. Cependant, j'ai peur qu'elle réponde par l'option qui me plait le moins, alors je ne dis rien, je me contente de replacer une mèche de ses cheveux derrière son oreille d'un geste tendre. Sa voix est douce, tout comme le volume sonore et je dois me concentrer pour distinguer ses paroles.
« Ok. » Rétorque-je après quelques secondes. Je suis venu et j'ai eu ce dont j'avais envie, alors je ne vais pas faire le difficile maintenant que tout est terminé. « Tu me baises et tu me largues. » Ajoute-je doucement, sans rancoeur et sans jugement, plus comme un constat objectif qu'autre chose. Je comprends. C'est à peu près par le même procédé que je passe en général. « Normalement, je suis celui qui fais le coup, pas celui à qui on fait le coup. » Je me redresse en disant ces mots puis je hausse les épaules. Je suis tellement ébahi par ce que nous venons de vivre qu'il en faudrait bien plus pour m'offusquer. Au contraire, je trouve cette ressemblance avec Holly pour le moins amusante bien que déconcertante. « M'enfin, qu'importe. » Oui… On est plus à ça près, elle et moi, surtout vu les horreurs qu'on se crachait au visage il n'y a pas si longtemps. Je me lève du canapé et je ramasse mes vêtements éparpillés un peu partout entre le salon et la cuisine. Je les enfile un à un jusqu'à remettre ma chemise où un détail important surgit. Dans cette hâte qui nous habitait, la brunette a visiblement été très sauvage en me retirant cette dernière au point qu'il n'y a presque plus aucun bouton d'accroché au bout de tissus. Je soupire. « C'était une Versace… » Que je lâche doucement sans savoir si je lui en veux ou non. Probablement pas. Après tout, que vaut une chemise comparée à ce que nous venons de nous faire ? Juste plus de 500£… Tant pis. Toutefois, il sera difficile de rentrer dans cette tenue, surtout vu le froid qu'il commence à faire à l'extérieur. « T'aurais rien à moi qui traîne que je puisse mettre ? » Demande-je tout de même dans l'espoir de ne pas avoir à rentrer avec ce torchon sur le dos. Soudain, je m'imagine la voir sortir un vêtement qui ne m'appartiendrait pas et cette idée me fait froid dans le dos et je me sens obligé d'ajouter pour me rassurer. « Ou sinon quelque chose à Milo ? » Après tout, avant de séjourner ici, le garçon était mon colocataire… Il ne dira rien. Du moins, je l'espère.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Mer 14 Déc - 12:29

Je n’aurais pas du. C’est la première chose qui me vient à l’esprit une fois les retrouvailles achevées. C’est complétement imbécile. Un jour, j’aimerais être capable d’agir avec ce que j’ai dans la tête plutôt qu’avec ce que j’ai dans la culotte. Comme quoi, il n’y pas que les hommes qui pensent avec leur sexe. Fais chier. C’est terriblement gênant en plus. Je suis là, je ne sais pas quoi dire, et j’ai l’impression que les minutes qui défilent sont des heures. Finalement, je me lance. C’est nul. Cette situation… C’est vraiment la lose. J’en viens même à regretter de lui avoir menti. S’il n’était pas venu, rien de tout ça ne serait arrivé. Plus rien ne serait arrivé du tout en fait. Je commence à comprendre pourquoi je n’arrive jamais à me poser avec un homme. Je n’y arrive pas. Même quand c’est pour de faux, je ne gère pas. C’est dingue de se laisser déborder comme ça. Faut croire que ce n’est pas fait pour moi. Ça ne le sera peut-être jamais. Je finirais vieille et seule en maison de retraite. Avec un chat… Ou plusieurs même. Holly Branson, la vieille fille. Putain, ça craint. Même Nate a réussi à être en couple. Il voulait carrément se marier ce con ! « Ok » A son tour, Nate brise le silence. Je le regarde, visiblement déconcertée. Juste ok ? Est-ce qu’il comprend seulement quand je parle ? La suite me rassure. Il a compris. Etrange pincement au cœur devant ce constat pourtant bien réaliste. Alors je suis ce genre de filles ? Je n’avais jamais vraiment réalisé. Ce qui était fun avant me paraît aujourd’hui un peu triste. « Oui mais… » que je commence à essayer de me justifier. Sauf qu’il a raison. Pour une fois, je fais bien mieux de me taire. Je force un sourire mais les explications de Nate me l’ôtent rapidement. Il se redresse, hausse les épaules. Il n’a pas l’air plus perturbé que ça. C’est bien. Ça nous évitera au moins une scène de plus. « Eh… Non. Je suis pas comme toi. » que je me défends avec, je dois bien l’avouer, beaucoup de mauvaise foi. « En plus je te largue pas. On était pas ensemble. C’est rien du tout. Un non-évènement. » Je reste sur le canapé alors qu’il ramasse ses fringues. Je cherche du regard si un paquet de clopes ne traine pas dans les environs et finis par en apercevoir un sur la table basse. Je me sers, allume une cigarette. Après l’amour, c’est bon. Toujours nue, je me mets en tailleur sur le canapé, le cendrier qui repose en équiliber sur ma cuisse. Je souris légèrement, amusée, en voyant la tenue de Nate. « C’était. » que je pouffe, incapable de me sentir coupable d’avoir massacré sa chemise. Je n’ai pas fait exprès de toute façon. « Je vais voir. » Et cette fois je me lève, en laissant ma clope et son cendrier sur la table basse. Je vais dans ma chambre, enfile rapidement un de ces t-shirt XXL que je mets pour trainer et fouille ma chambre à la recherche de quelque chose à mettre sur le dos de Nate. Je finis par trouver une chemise qui traine au sol. Froissée, certes, mais ça fera l’affaire. « Tiens. » Je la colle dans les bras de Nate. « C’est à Milo… J’imagine. Tu peux la garder, elle ne manquera à personne. » En fait, je n’en sais rien mais je préfère ne pas en informer Nate. Ce snob pourrait bien me faire un caca nerveux s’il apprenait que cette chemise pourrait appartenir à n’importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly Sam 17 Déc - 11:38

The age of the understatement
Before the attraction ferments
Kiss me properly and pull me apart


Elle est partie pour se défendre mais se retient après réflexion. Je me demande bien ce qu'elle était sur le point de dire. Je n'aurais visiblement pas cette opportunité, mais quand elle reprend je ne peux m'empêcher de lâcher un franc éclat de rire. « Tu sais, ce n'est pas une mauvaise chose d'être comme moi. » Je suis confiant, comme toujours, trop confiant, mais jusque là, ça ne m'a jamais perdu alors je ne vois pas pourquoi je ferais dans la modestie. Je sais ce que je vaux et pour rien au monde, je me laisserais être rabaissé. Holly poursuit, pensant bien qu'il faut souligner que ce n'est qu'un non-événement. Peut-être bien que oui… Pourtant, ça me fait bizarre et je n'arrive pas à le considérer comme tel. Ces derniers mois, je m'étais habituée à la voir plus que les autres. Elle était en quelque sorte, une constance dans ma vie : celle avec qui on se déchire, mais celle avec qui on s'amuse comme des rois, sans limite. J'ai un pincement au coeur de me dire que c'était notre dernière fois, surtout que c'était tellement bon, et puis, je hausse les épaules, parce que je ne veux pas qu'elle pense que ce non-événement m'atteigne outre mesure. « Ouais. Si tu le dis. » Lâche-je, laconique.
Ainsi, voilà la conclusion de notre fausse relation. Elle était vouée à terminer de cette façon, c'est juste que j'ai fait l'égoïste parce que j'ai voulu en profiter un peu plus à chaque fois.
C'était bien de savoir que quoi que je fasse, il y avait Holly. C'était un bon arrangement, même si petit à petit, il s'essoufflait et nous faisait plus de mal que de bien.

J'enfile mes vêtements un à un jusqu'à la chemise où un léger problème intervient. Un dernier moment d'intimité partagé avec la jeune femme quand elle se moque gentiment de ma tenue. Un sourire contagieux et qui relève ma mine déconfite. Elle est belle Holly, quand elle sourit. Ca lui va bien.
Elle s'éclipse et revient quelque seconde plus tard avec une chemise que je ne connais pas. Clairement, ce n'est pas la mienne. Elle est cheap, ça se voit d'ici et ça se confirme quand je l'ai en main. Je la mets et je déglutis quand je vois mon reflet dans le miroir. Ce n'est pas à Milo. J'ai vécu assez longtemps avec ce dernier pour savoir quel genre de vêtements il porte et jamais je ne l'ai vu avec une telle chemise. Inspire, expire. Je porte la chemise d'un autre mec qui s'est tapé Holly et je dois me forcer à ne rien dire parce que nous n'étions pas vraiment ensemble, pas vrai ? Oh bordel, pourquoi c'est si dur de rester impassible ? La mâchoire crispée, je mets ma veste par dessus afin de diminuer ce sentiment détestable et je me mets en route pour tirer ma révérence une toute dernière fois. « Je ne te dis pas à bientôt, je suppose. » Et c'est bien dommage. J'essaye de voir le positif, au moins je n'aurais plus à être discret pour finir la nuit avec d'autres filles parce que je prétends être en couple avec la Branson. La liberté va redevenir mienne et ça, ça ne peut qu'être positif. « Bon courage avec ta boutique. Et avec tes parents. » Ajoute-je, ne sachant pas ce qu'elle va bien pouvoir leur raconter à notre sujet. Peut-être dira-t-elle que je l'ai trompée ? Ou bien que la vie de rockstar m'a transformé ? Que je ne suis qu'un junkie ? Et au final, ça n'a que très peu d'importance. J'en profite qu'elle soit devant moi, dans son t-shirt bien trop grand pour elle et je dépose un dernier baiser sur sa joue. « Prends soin de toi, Holly. » Et je passe la porte sans plus attendre.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: There's affection to rent. Holly

Revenir en haut Aller en bas

There's affection to rent. Holly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-