AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Still loving you (+) Kayla & Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Still loving you (+) Kayla & Liam Mer 19 Oct - 5:20



« Allez, mon grand, fais plaisir à ton papa… » Son fils Ethan dans les bras, Liam faisait les cent pas dans le salon. Plus exactement, il essayait tant bien que mal de le bercer - plutôt mal que bien, d’ailleurs. En vain… Ethan continuait à pleurer bruyamment et, à l’étage, il était probable que les autres Cartwright n’allaient pas tarder à ronchonner. Il fallait dire que le petit garçon avait été infernal toute la soirée. Il était tombé malade, mais ce n’était rien de grave en soi : nez qui coulait, quelques quintes de toux, un peu de fièvre… Bien évidemment, le Néo-Zélandais avait conduit son bébé chez le médecin, lequel avait prescrit des médicaments adaptés. Liam suivait ses recommandations à la lettre, demeurant intraitable même quand Ethan faisait des pieds et des mains pour y échapper. Ce dernier continuait à râler et à manifester son mécontentement, ce qui était loin d’être inhabituel quand il était malade. Certes, aucun enfant n’était joyeux quand il avait chopé un virus ou une bactérie. Mais le dernier de ses garçons était particulièrement irritable et, cette nuit-là, ça se voyait dans sa manière de s’égosiller. Fort de son expérience (après tout, il avait cinq bouts de chou), le professeur avait à peu près tout essayé. Il était allé le promener en voiture, il lui avait chanté des berceuses, il lui avait donné sa boisson préférée, il avait mis son dessin animé de prédilection, il l’avait gardé contre lui toute la soirée… Mais rien ne semblait pouvoir mettre fin à ses pleurs, comme s’il éprouvait un véritable chagrin. D’ailleurs, dès le début, Ethan avait réclamé sa maman. Rien que sa présence, elle apaisait effectivement ses enfants. Bien sûr, Liam aussi, en général, mais… C’était différent. Quand tout n’allait pas bien, les enfants préféraient toujours se tourner vers leur maman, c’était connu - il ne pouvait pas les blâmer pour ça. Mais il tentait quand même de remplir son rôle au mieux, sans pour autant se répéter avec nostalgie et amertume que c’était tellement plus facile quand Kayla et lui étaient encore ensemble. Il ne pouvait quand même pas la déranger à une heure avancée de la nuit, d’autant plus qu’elle avait Josh, Eden et Lou à la maison. Et jusqu’ici, il s’en était toujours sorti tout seul, alors pourquoi pas maintenant ? Pourtant, il fut obligé de se rendre à l’évidence, Ethan ne se calmant toujours pas.

Un peu désespéré, le trentenaire finit donc par passer un coup de fil à celle qui était toujours, d’un point de vue légal, sa femme. Il lui expliqua rapidement la situation, s’excusant de la réveiller et lui assurant aussi que leur fils n’avait rien de grave. Il avait seulement besoin de sa maman… Montrant son instinct maternel développé ainsi que ses priorités, la blondinette affirma qu’elle n’allait pas tarder à arriver. Soulagé, Liam raccrocha et se remit à chanter pour Ethan. Une quinzaine de minutes plus tard, il entendit la voiture de Kayla et s’empressa d’aller ouvrir la porte. Joshua la suivait en trottinant, les cheveux ébouriffés et l’air endormi, mais inquiet malgré tout. « Merci… » murmura le père de famille en tendant Ethan à sa femme, avant de se pencher pour embrasser son fils aîné. Ce dernier lui apprit que ses soeurs avaient du mal à se lever. « Je vais m’occuper d’elles… Va dans la chambre où tu dors d’habitude, d’accord ? Maman et moi, on va rester avec Ethan… Mais toi, tu as besoin de sommeil. » Josh obtempéra et, sans plus tarder, Liam se dirigea vers la voiture de Kayla. Effectivement, Eden et Lou dormaient tranquillement sur la banquette arrière, toujours attachées. Il commença par enlever leur ceinture, avant de les porter chacune d’un bras, tout en vérifiant que Lou ne faisait pas tomber son doudou. Tout naturellement, ses filles s’accrochèrent à lui, ne se réveillant qu’une demi-seconde avant de poser la tête contre lui, rassurées. Il les installa à l’étage, dans la chambre qu’elles occupaient quand elles étaient avec lui. Elles se retrouvaient donc juste à côté de celle des jumeaux. Le Cartwright borda ses deux grandes filles et les embrassa, avant de passer voir Heaven, qui était la seule à ne pas être perturbée dans sa nuit de repos. Une fois rassuré, il redescendit au rez-de-chaussée, où Kayla berçait toujours Ethan. Ce dernier paraissait s’être calmé, même s’il hoquetait encore. Difficile de faire tarir un tel flot de sanglots… Pourtant, elle se débrouillait bien mieux que lui et, attendri par une telle scène, Liam ne put s’empêcher d’esquisser un sourire. « Tu fais vraiment des miracles avec eux… » Il avait presque l’impression d’être un incapable quand il se sentait obligé de faire appel à elle. Il s’occupait bien de ses enfants, pourtant… Mais il ne pourrait jamais la remplacer, elle.

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Mer 19 Oct - 11:44

Le soleil a cédé sa place à la lune depuis quelques temps, maintenant. Le repas est terminé, les assiettes sales dans la machiner à laver et les casseroles baignent encore tranquillement dans le lavabo, attendant leur futur nettoyage. Pourtant, l’agitation est de rigueur au sein de la maison. Joshua, Eden et Lou n’ont pas l’air d’avoir sommeil et ne cessent de se courir après, dans toute la bâtisse, en pouffant de rire. Tu les observes, entre attendrissement et envie de les expédier chacun à un bout de la pièce, afin qu’ils parviennent à se calmer. Heureusement pour toi, l’appel du chocolat chaud et des petits cookies que tu avais préparés le matin même semblent les apaiser. Déjà habillés en pyjamas, ils grignotent avec gourmandise tes biscuits tout en admirant le programme télévisé d’une chaîne pour enfants. Tu essaies toujours de les endormir un peu, avant de les bercer pour leur nuit. Sinon, tu sais qu’ils mèneront le bal jusqu’à des heures tardives et que, le lendemain, ils seront grognons. Surtout Lou, en réalité, qui est la plus rebelle des trois en ce moment.

Après quelques minutes à regarder l’écran, ils finissent par bâiller – sans doute exténués par leur journée. C’est le fameux bon moment pour leur demander d’aller se préparer au dodo. Ils t’obéissent, non pas sans broncher un peu. Ceci dit, il suffit d’un regard un peu plus sévère pour qu’ils plient sans demander leur reste. Tu les connais bien, après tout. Et, pendant qu’ils se brossent les dents, tu en profites pour ranger les quelques affaires qui traînent et préparer leurs cartables pour l’école, n’omettant pas de leur confectionner un goûter digne de ce nom. Ils reviennent vers toi, pour te signaler qu’ils sont prêts à partir dans les bras de Morphée. Tu souris. « Inspection du brossage des dents ! » T’exclames-tu, tandis que Joshua et Eden n’hésitent pas une seule seconde à te montrer leurs quenottes. Elles sont propres, visiblement. Tu es contente ! Quant à Lou, elle se tortille nerveusement sur place et tu remarques tout de suite qu’elle n’a pas fait son travail correctement. Tu poses alors tes mains sur tes hanches. « Mademoiselle Lou, vous avez fait ça comme un petit cochon. On recommence ! » Dis-tu, avant de rire. Elle soupire, roule des yeux, tapes des pieds et grognent. Ceci dit, elle s’enferme dans la salle de bain et s’exécutera, finalement, sans trop de difficulté.

Après cet épisode, tu te diriges dans leur chambre. Ils ont l’air apaisés. Il faut dire qu’au début de votre séparation, avec Liam, les enfants avaient toujours ce visage inquiet et triste. Désormais, ils paraissent s’être faits à l’idée – plus ou moins. Tu sais que Joshua est encore très affecté. Mais cette expérience désagréable l’a fait mûrir plus vite. Aujourd’hui, il essaie d’être l’homme fort de la maison, en l’absence de son père. Tu t’approches alors de chacun d’entre eux et tu les embrasses, discute encore quelques mots avec eux. Puis, tu t’éloignes jusqu’au pas de la porte, où tu te retournes une dernière fois vers eux. « Bonne nuit mes amours. Je vous aime. » Tu éteins la lampe et tu t’éclipses de la chambre, fermant la porte.

Le silence règne alors sur les lieux. L’angoisse te reprend, dans ta poitrine. Tu sens ton palpitant battre plus fort, à l’intérieur de toi. Et puis, ce sentiment de malaise refait surface. En t’approchant du plat, tes nausées reviennent un peu. Tu n’as pas avalé grand-chose, ce soir. Joshua t’a d’ailleurs fait la remarque. Tu as dit que tu devais être un peu malade et que tu mangerais plus le lendemain. Malheureusement, cette situation durait depuis quelques semaines, maintenant. Tu avais arrêté de compter les jours. Et lorsque tu aperçus ton reflet dans la glace du four, en t’installant à la cuisine, tu laissas un soupire s’échapper. Tu te sentais affreusement seule. Entre ton travail et les petits, tu ne voyais plus beaucoup de monde. Ca te manquait d’avoir une conversation avec un adulte qui pouvait te comprendre. Pourtant, tu ne voulais pas te laisser abattre. Bien décidée à t’occuper l’esprit, tu t’attèles aux travaux ménagers du soir avec bienveillance et sérieux.

Hélas, tandis que tes mains étaient plongées dans l’eau savonneuse, tu entendis ton téléphone vibrer sur la table à manger. Regardant l’heure tardive, tu t’imaginas aussitôt un scénario désagréable. Rapidement, tu essuies tes bras et tu attrapes l’engin. Le numéro de Liam s’affiche et ton cœur fait un raté. Cette fois-ci, tu songes au pire. Tu décroches, anxieuse. Il t’explique alors qu’Ethan est tombé malade et que, malgré les soins prescrits par le médecin, il ne daigne pas se calmer. Aussitôt, tu rétorques que tu viendras le plus vite possible. Parce que ton bébé avait besoin de toi, illico presto.

Sans plus tarder, tu montes à l’étage pour réveiller les trois aînés de la famille, qui dormaient pourtant à poing fermé. « Les enfants, votre petit frère est malade. On doit aller chez papa… Il a besoin de moi. » Murmures-tu, avant d’allumer la lampe principale. Les filles grognent, se dissimulent sous la couette. Joshua, plus inquiet, ne tarde pas trop à se redresser de son lit et à se lever. Tu indiquas alors à tes enfants qu’ils devaient juste enfiler des vêtements chauds pour l’extérieur, car ils dormiraient chez leur père le temps qu’Ethan se sente mieux. S’ils sont tous parvenus à s’habiller, il fallait tout de même admettre que leur esprit n’était déjà plus sur Terre, mais bien dans les rêves. En remontant, tu aperçus Lou à peine éveillée, Joshua aux aguets mais fatigué et Eden qui s’était assoupie à nouveau. Tu optes alors pour porter ta fille aînée, qui pèse son poids désormais. « Mpf ! Tu es devenue drôlement lourde ! » Dis-tu à son attention. Un petit sourire s’esquisse, mais elle ne tarde pas à s’envoler au pays des rêves à nouveau.

Après avoir installé les trois enfants à l’arrière et pris quelques affaires si nécessaire, tu démarres la voiture. Heureusement, Liam n’habite pas très loin. Ca te rassure car, au moins, tu arriveras plus vite à destination. Dès que c’est le cas, tu descends du véhicule. Ton mari – c’est encore le terme légal – est présent avec votre fils dans les bras. « Je suis là… » Dis-tu posément, en te dirigeant vers eux. Sur le moment, il n’y plus que votre enfant qui compte. Tout le reste t’importe peu. Joshua arrive à son tour, juste derrière toi, et Liam te remercie d’être venue. « C’est normal. » Rétorques-tu, avant d’attraper Ethan dans tes bras protecteur et d’entrer dans la maison familiale. Tu remarques que tu avais froid – ayant oublié de te vêtir chaudement. Tu portes encore tes vêtements de la journée, à savoir un pantalon blanc et un chemisier rose clair. Ceci dit, tu te moques bien de ton apparence. Surtout que ton petit bout est mal. « Alors, mon petit bonhomme… on a un gros chagrin ? » Murmures-tu à l’intention de ton fils, tout en passant ta main sur son front. Il a de la température, c’est évident. Tu l’embrasse alors à plusieurs reprises, sur les joues, et tu le berces tendrement tout en fredonnant une mélodie qui te vient en tête, sans qu’elle n’ait un sens particulier. « Maman est là. C’est fini… » Expliques-tu à ton bébé, tout en le cajolant contre toi. Et si, au départ, il a continué à s’égosiller, il a enfin l’air de se calmer progressivement.

Derrière toi, tu entendis l’agitation. Joshua était monté se coucher, tandis que Liam avait porté – à l’aide de ses muscles – ses deux filles pour les mettre au lit. Elles étaient épuisées. Votre fils aîné aussi, mais il était doté d’une grande sensibilité et son inquiétude l’empêchait certainement de s’évanouir de fatigue. Tu sais qu’ils sont tous les trois entre de bonnes mains, alors tu te focalises surtout sur ton petit garçon malade, qui avait besoin de ta tendresse. « Je t’aime, mon petit bout. » Lui dis-tu, tout en chantonnant encore et encore. Tu passes ta main sur son dos, tu le protèges. Tu le serres contre toi. Il s’apaise. C’est rassurant de voir que tu es capable de lui ôter sa nervosité, rien que par ta chaleur corporelle, ta voix et ton parfum.

Tu ne sais combien de temps est passé, mais les mots de Liam te tirent de tes pensées. Tu te retournes, Ethan toujours dans les bras, et tu lui souris avec une douceur infinie. Tu poses alors tes yeux sur ton fils, qui hoquette encore légèrement. « C’est parce que Maman a des pouvoirs magiques, hein ? » Lui demandes-tu, avant de rire tendrement. Il ne peut pas te répondre, certes, mais tu essaies au moins de détendre l’atmosphère en dédramatisant la situation. Cependant, lorsque ton regard se pose sur les traits du visage de ton mari – que tu connais par cœur – tu sens son sentiment d’impuissance. « C’est un réflexe, quand on est enfant et malade, de vouloir sa maman. Tu n’as rien à te reprocher… tu es un très bon père. » Lui expliques-tu, dans une tentative pour le rassurer sur ses compétences paternelles, que tu ne remettrais jamais en doute.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Jeu 20 Oct - 7:58


En mère aimante et dévouée, Kayla ne s’était plainte à aucun moment. Elle avait seulement posé des questions parce qu’elle était inquiète… Mais elle n’avait pas hésité une seule seconde à se déplacer, même en sachant que sa nuit serait forcément perturbée. Liam n’en aurait jamais douté, en réalité. Il n’aurait pas pu rêver meilleure mère pour ses enfants… Elle les aimait plus que tout au monde et aurait fait n’importe quoi pour eux. Au fond, pour elle, ça ne devait pas être grand-chose de prendre sa voiture pour venir consoler leur petit garçon… Dès qu’elle était arrivée, elle ne s’était plus occupée que de lui. Le professeur, lui, s’était penché vers ses aînés, se chargeant de les remettre au lit. Heureusement, ils n’avaient pas l’air plus perturbés que ça… Et puis ils commençaient à avoir l’habitude de se balader d’un parent à l’autre. Il attendit d’avoir la certitude que Joshua, Eden, Lou mais aussi Heaven étaient tranquilles, bien installés. Le bien-être de ses enfants était ce qui comptait en tout premier lieu… Sans quoi il n’aurait pas appelé Kayla. Mais il ne le regrettait pas. Parce qu’en redescendant au rez-de-chaussée, il fut soulagé de constater qu’Ethan s’était apaisé. Il fallait dire que sa femme avait sur lui un effet plus que bénéfique. Elle s’adressait à lui avec une douceur extrême, le berçant dans ses bras plus frêles que les siens, le cajolant… Petit à petit, le bébé semblait se remettre de ses émotions. Et voilà, si besoin était, la preuve qu’il avait besoin de sa maman quand il était mal en point. Liam avait beau ressentir un élan de tendresse en les voyant tous les deux, ce n’était pas pour autant qu’il ne se sentait pas coupable de n’avoir pas réussi à calmer son fils… Après tout, combien d’années d’expérience avec les enfants avait-il, maintenant ? Josh allait avoir neuf ans. Et avant ça, il avait pris soin de ses frères et soeurs cadets pendant très longtemps… Pourquoi était-il incapable de consoler son fiston alors que ce dernier n’était même pas très malade ? Il n’était pas loin de penser que ses enfants étaient forcément mieux avec leur mère. Et alors qu’il lui adressait un compliment, espérant ainsi exprimer sa reconnaissance… La réponse de la blondinette révéla qu’elle avait deviné son état d’esprit, voire la moindre de ses pensées. Rien ne lui avait échappé. Elle le connaissait vraiment par coeur…

Un peu embarrassé, le trentenaire esquissa un sourire. « Merci… » Il ne réussissait même pas à lui cacher ses états d’âme, c’était assez gênant. Mais en même temps, ils étaient mariés depuis plus d’une décennie… Ce n’était pas en quelques mois que tout allait s’effacer. « C’est juste que… Ça me désole de devoir t’appeler alors que tu es fatiguée et… Si ça se trouve, ce sera pas la dernière fois. » Elle était vraiment gentille de le rassurer quant à ses capacités à être un bon papa. Parce qu’à défaut d’être un bon mari, c’était au moins ça de gagné, au sujet de ce qu’elle pouvait bien penser de lui… Rien que pour ça, il l’aurait volontiers embrassée. Mais bien entendu, il ne pouvait pas le faire. Au lieu de ça, il se préoccupa de la politesse d’usage. « Est-ce que tu voudrais quelque chose à boire ? De l’eau ? Un thé, peut-être ? » Il remarqua aussi qu’elle avait l’air de frissonner légèrement. C’était peut-être parce qu’elle venait de l’extérieur… Quoi qu’il en soit, Liam fronça un peu les sourcils. Il se tourna vers le canapé pour attraper une couverture, qu’il déploya un peu sur les épaules de Kayla. « Tiens, ça va te faire du bien. » C’était une scène bizarre… Le Néo-Zélandais n’avait même pas l’impression d’être emprunté ou quoi. C’était presque naturel de se retrouver avec elle ici, et en compagnie d’un de leurs enfants… C’était comme si rien n’avait changé, comme s’ils formaient encore une famille heureuse et unie. En résumé, c’était tout ce qu’il voulait retrouver… Sans se poser de questions, Liam laissa l’une de ses mains s’attarder dans le dos de sa femme, avant de se pencher pour déposer un baiser sur le front d’Ethan, qui commençait à s’endormir. Puis, réalisant qu’elle n’apprécierait pas forcément la proximité avec lui, le père de famille s’éloigna à nouveau de Kayla. Ce n’était pas comme s’il avait le droit de la tenir ou quoi… Il se sentait encore plus impuissant qu’auparavant. « Ça te dérange pas de rester ici ce soir ? Je veux dire… Il a besoin de toi. Tu peux rentrer à la maison et le ramener avec toi si tu veux… Et les autres peuvent dormir ici, c’est pas un problème. Mais je peux aussi te laisser ma chambre, avec lui… C’est pas la place qui manque ici, j’irai peut-être à côté de Heaven. » Le Cartwright ne savait pas si elle accepterait, mais il allait forcément lui proposer ça.

Spoiler:
 

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Jeu 20 Oct - 15:04

Tu n’avais pas hésité un seul instant, lorsque Liam t’avait appelée à la rescousse. Il s’agissait de ton fils cadet, Ethan, le jumeau de Heaven. Il avait de la fièvre, le rhume et une quinte de toux. En somme, il était plutôt bien pris. Comme à son habitude, le bonhomme était agité dans sa maladie et grognait beaucoup. Il n’était pas aussi calme que ton fils aîné en de pareilles circonstances. Joshua ne disait rien, lorsqu’il était souffrant. Il évitait de trop embarrasser ses parents par des râlements incessants. Ethan, lui, pleurait à chaudes larmes et était bien plus bruyant. Deux façons, finalement, de dire qu’on n’allait pas bien du tout. Tu étais peinée de le voir dans un pareil état. En tant que maman, tu haïssais sentir que ta progéniture était en proie à la douleur. De plus, tu te sentais bien impuissante même si tes câlins apparaissaient comme un remède efficace. Tu savais que cela ne combattrait pas l’infection de ton dernier garçon. Malgré cela, tu ne pouvais que demander du temps et de la patience et croiser les doigts pour que les heures à venir lui soient salutaires.

Liam avait couché les plus grands avec Heaven, dans une des chambres. Lorsqu’il redescendit, il ne peut s’empêcher d’avoir son visage rempli d’une culpabilité que tu connaissais par cœur. Avec des mots maladroits, tu tentas de le rassurer sur sa bienveillance paternelle. Il était un bon père. Tu n’aurais jamais pu dire le contraire à qui que ce soit, en dépits de votre séparation qui perdurait depuis des mois. Il s’excusa de te réveiller, de te demander de l’aide. Tu arquas un sourcil, perplexe. « Tu n’as pas à être désolé pour ça. Tu sais que je viendrai autant de fois que nécessaire. » Rétorquas-tu, avec douceur malgré que tu ne comprenais pas cette réflexion. Les enfants, vous les aviez faits ensemble. Il était donc naturel qu’il te demande d’être présente en cas de besoin. S’il ne t’avait pas prévenue, s’il avait décidé que le bienêtre d’Ethan passait en second plan, là tu aurais été furieuse.

Tu continuais à bercer Ethan, qui finissait par s’endormir lentement mais sûrement. Apaisé. Il avait l’air plus serein qu’à ton arrivée. Un poids s’ôta de tes frêles épaules. Ton « mari » te proposa alors de boire quelque chose. Il est bien vrai que tu avais besoin de te réchauffer. Alors tu lui souris, hochant la tête. « Un thé, si tu as. » Répondis-tu, avant de reporter ton attention sur le bébé qui grognait de plus en plus légèrement. Morphée aurait-il enfin décidé de montrer le bout de son nez ? C’était appréciable, en tous cas. Parce que les cris que tu avais entendus en arrivant te fendaient toujours le cœur. Mais, alors que tu étais concentrée sur le visage du bambin, tu sentis une couverture apparaître sur tes épaules. Liam, une fois de plus, était un digne chevalier servant. Tu fus surprise et contente à la fois. Il avait dû remarquer que tu ne portais rien de chaud sur ton corps, que tu grelottais un peu. « Merci… Ce serait dommage que j’attrape la grippe, moi aussi. » Lances-tu avec humour, cédant même un rire discret. Pourtant, une amertume passagère t’attrape la gorge et te noue l’estomac. Tu ne dis rien, mais tu te sens fébrile. Peut-être est-ce toi qui aurais pu contaminer les enfants ? Après tout, le médecin n’avait pas pu mettre de doigt, pour le moment, sur ton diagnostique. Et si jamais tu avais un virus assez grave ? Tu posas ton regard sur Ethan, perturbée et triste. « Mon pauvre amour. » Est tout ce que tu parviens à murmurer, tandis que ton sentiment d’être coupable te revient à l’esprit. Néanmoins, tu te dis que cela ne doit pas être ça. Parce que tu n’as pas de rhume ni de toux. Tu espères sincèrement que ce n’est qu’un coup de froid, rien de plus.

Tandis que tu te perds dans la contemplation de ton fils, tu sens Liam se retirer de ton corps, coupant votre proximité. Ca te laisse un grand froid subite, qui te glace le sang. Aussitôt, tu tournes la tête et tu l’observes. Tu donnerais tout, en ce moment, pour te rapprocher de lui et l’enlacer, comme autrefois. Pour te perdre à nouveau dans ses bras. Mais tu n’en pas plus le droit. Et, pour l’instant, l’heure n’est pas à la conversation. Il faut dire que tu as essayé de l’amorcer, celle-là ; Malheureusement, Liam s’y est refusé obstinément. Tu ne comprends pas pourquoi. Puis tu réalises qu’il a, sans doute, dû faire un bout de chemin seul et réaliser certains aspects de sa vie. Peut-être ne t’aime-t-il plus comme toi tu l’aimes.

Le trentenaire se lança alors dans un discours effréné dans lequel il te demandait de bien vouloir rester dormir. En même temps qu’il parlait, il tentait de trouver une solution adaptée pour te convaincre d’accepter : preuve qu’il était particulièrement nerveux. Il te proposa son lit, sa chambre, tandis qu’il dormirait avec les enfants. Tu le regardas, étonnée. Depuis quand éprouvait-il autant de gêne vis-à-vis de toi ? Depuis quand ne pouvait-il plus te parler avec franchise ? « Liam, respire. » Lances-tu, aussitôt, en le regardant sans la moindre animosité. Tu préférais qu’il se calme, qu’il ait les idées claires. Tu n’étais pas un monstre, ni une tortionnaire. Et pour le moment, vous étiez encore mariés ensemble. « Bien sûr que je vais rester ici. » Déclares-tu, avec un certain aplomb. Dans ton esprit, il s’agit-là d’une évidence. Tu lui souris tendrement alors et tu reportes ton attention sur Ethan, qui dort d’un sommeil encore léger. Bientôt, il fera de beaux rêves. « Pour le moment, je vais le garder encore contre moi. Et ensuite… » Ensuite, quoi ? Vous irez le coucher au bord de votre lit, qui n’existe pas ? Qui n’existe plus. Il n’y a plus de « nôtre » désormais. Liam et toi ne formez plus un « nous » mais bien un « moi et lui », ce qui te désole. Alors, tu cherches une solution équitable qui ne le mettra pas dans l’embarras. « On peut l’installer ici et je prendrai le canapé. Tu dois sûrement travailler demain et tu auras besoin d’une bonne nuit de sommeil. » Dis-tu doucement, même si on peut sentir la tristesse dans ta voix. Dans ta tête, tu réalistes à quel point il s’est éloigné de toi. C’est douloureux. Un sentiment violent t’accompagne. Mais tu préfères le taire et le dissimuler. « J’irai chercher leurs affaires pour l’école quand Ethan se sera endormi. » Expliques-tu, après avoir réfléchi au lendemain matin. Toi, tu as congé. Ca tombe plutôt bien, d’ailleurs. Tes yeux remplis de souffrance se reposent alors sur votre fils, ce petit bout innocent que tu aimes plus que ta propre vie. Et, déjà, tes souvenirs douloureux remontent à la surface.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Ven 21 Oct - 6:07


Bien sûr que Kayla allait rassurer Liam. Bien sûr qu’elle allait affirmer que ce n’était rien, qu’il n’avait pas à être désolé, qu’elle accourrait toujours quand un bout de chou la réclamerait… Bien sûr qu’elle allait s’employer à faire en sorte qu’il se sente moins mal. Parce qu’elle était comme ça, tout simplement. Parce que malgré le fait qu’elle lui ait demandé de quitter la maison, elle n’avait jamais été méchante avec lui. Parce que malgré tout ce qui pouvait bien se passer (ou ne pas se passer, peut-être) entre eux, elle faisait toujours la différence. Parce que malgré la séparation, elle n’oubliait pas d’être la femme qu’il aimait depuis tellement longtemps… Car en effet, quand elle parlait ainsi, il était difficile pour Liam de ne pas s’attendrir. Bientôt, son sentiment de culpabilité fut remplacé par un autre, d’une nature bien différente… Un mélange qui pouvait s’avérer destructeur, il le savait très bien. Mais que lui prenait-il, à la fin ? Même si Kayla avait tenté d’initier une discussion, l’aîné des Cartwright ne se faisait pas tellement d’illusions. Pourquoi aurait-elle changé d’avis, après tout ? Elle lui avait clairement fait comprendre, non sans une certaine délicatesse, qu’elle avait besoin d’espace. En réalité, peut-être qu’elle ne l’aimait tout simplement plus… Mais qu’elle n’avait pas osé le lui dire textuellement, parce qu’elle était trop gentille. Ça n’aurait pas étonné Liam tant que ça, quand bien même ça le tuait de se dire qu’ils avaient bâti leur mariage pendant presque quinze ans et que c’était un gâchis total. Oui, ça le rongeait à chaque fois qu’il y pensait, parce qu’il ne cessait de penser à ce qu’il aurait pu faire différemment. Il avait peut-être pris pour argent comptant la confiance et l’attachement, qu’il avait crus indéfectibles, de sa femme. Et maintenant, voilà où ils en étaient… Pas deux étrangers, non. Mais deux personnes qui se parlaient uniquement pour le bien-être de leurs enfants, pour des questions familiales bien précises. En-dehors de ça, ils avaient probablement tendance à se fuir l’un l’autre… Ou du moins, c’était le cas de Liam. Parce qu’être à côté d’elle sans pouvoir la toucher, c’était trop difficile. Parce que ça lui rappelait trop de souvenirs. Mais surtout, ça lui donnait un goût amer dans la bouche, pour la simple raison qu’il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il avait absolument tout gâché.

S’efforçant de ne pas ressasser de telles pensées, le père de famille quitta le salon pendant quelques instants pour aller préparer le thé qu’elle lui avait demandé. Il revint quelques minutes plus tard, avec deux tasses, une pour elle et une pour lui-même. Comme elle tenait toujours Ethan dans ses bras, il posa la sienne sur la table basse devant le canapé. « J’ai pas oublié » affirma-t-il avec un sourire, faisant référence au thé préféré de la blondinette. Mais il se rendit aussitôt compte que ce n’était pas forcément très avisé de parler ainsi, peut-être au risque de remuer le couteau dans la plaie. Il se racla donc la gorge, un peu gêné… Mais il n’était visiblement pas près d’arrêter de s’enfoncer, puisqu’il se lança ensuite dans un mini-discours qui n’avait peut-être ni queue ni tête. Il commençait à se sentir nerveux et, quand c’était le cas, c’était généralement ce que ça donnait. Le regardant avec des yeux étonnés, Kayla finit par l’apaiser plus ou moins. « Désolé » fit-il en esquissant un nouveau sourire. Au moins, il avait la certitude qu’elle resterait ici, ce qui était bonne chose. Mais que pouvait-il bien répondre ? D’accord ? Tant mieux ? Cool, comme s’il était encore un adolescent qui n’avait pas beaucoup de vocabulaire ? Liam préféra hocher la tête en signe d’assentiment, le soulagement se lisant peut-être sur son visage. « Garde-le autant que tu veux… » Il était visible que l’étreinte de sa maman faisait énormément de bien à Ethan. Qui sait si, lorsqu’elle le lâcherait, il ne se réveillerait pas à nouveau pour pleurer ? « Tu peux même dormir avec lui… Enfin, par contre, tu pourrais tomber malade, toi aussi. » Mais il savait qu’elle s’en fichait. Parce que c’était ça, une maman ou un papa, prêts à des sacrifices bien plus grands que le risque de faire contaminer par leurs bouts de chou. « Par contre, c’est hors de question que tu dormes sur le canapé. Tu sais bien qu’on a de la place ici… T’en fais pas, je vais préparer le lit pour toi. » D’ailleurs, il posa sa tasse de thé pour aller à l’étage et s’exécuter aussitôt. Il changea les draps et mit un peu d’ordre dans la chambre, avant de redescendre. Ça ne lui avait pas pris beaucoup de temps… Et Ethan semblait s’être endormi. Liam s’approcha à nouveau pour l’embrasser sur le front, caressant ses cheveux. « C’est bon, c’est prêt…  Je peux aller chercher les affaires des grands, si tu veux ? »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Sam 22 Oct - 11:35

Comment une mère aurait-elle pu abandonner son enfant dans de pareilles circonstances ? Tu l’ignorais. Pour toi, qui avais cet instinct maternel très développé, tu ne comprenais pas. C’est pour cela que tu n’avais pas hésité une seule seconde lorsque Liam t’avait appelée à la rescousse. Et maintenant, vous étiez réunis sous le même toit pour vous occuper de votre progéniture, en veillant plus particulièrement sur l’un des deux jumeaux, Ethan, qui ne respirait pas la santé.

Il y a longtemps que toi et Liam n’aviez plus été aussi proches, dans la même pièce. Depuis votre séparation, il y a cinq mois maintenant, il refusait obstinément de t’adresser la parole – sauf pour parler de vos enfants – et encore moins de se retrouver plus de quelques instants dans un endroit confiné ou même dans la maison que vous partagiez autrefois. C’était comme s’il tentait de te fuir comme la peste. Ce comportement avait été très blessant pour toi, dans le passé. Même si c’était entièrement de ta faute. Ceci dit, tu ne comprenais pas toujours les réactions de ton époux. A croire qu’il avait décidé de tourner la page sans toi et qu’il ne savait pas de quelle façon te le dire, autrement que par la fuite. Petit à petit, tu t’étais mise à penser qu’il ne t’aimait plus. Que tout était bel et bien terminé entre vous. N’y avait-il pas une autre femme, dans sa vie ? Des rumeurs couraient à ce sujet. Une autre blonde, d’après les dires, passait du temps en sa compagnie très régulièrement. Et même si cela te brisait littéralement le cœur, tu commençais à le croire.

Néanmoins, jamais aucune femme ne pourrait remplacer ton rôle de mère. Tes enfants étaient les êtres les plus importants au monde pour toi, avec Liam. Personne n’oserait prétendre le contraire et encore moins tenter de te piquer ta place dans leur vie, au risque de découvrir la lionne qui sommeillait en toi et qui pouvait être un véritable démon. Il était donc préférable de ne pas tenter le Diable face à toi.

Tandis que Liam avait déposé ton thé sur la table basse, mentionnant qu’il connaissait toujours ton arôme préféré – ce qui t’arracha un sourire timide – tu observais Ethan qui retrouvait sa sérénité. Cependant, les mots de ton mari vinrent chatouiller tes oreilles et tu ne pus t’empêcher de l’écouter attentivement, buvant chacun de ses mots. Tu n’avais jamais cessé de l’aimer. Alors, malgré tout, tu comprenais son anxiété et son besoin d’être rassuré. Il te proposa plusieurs alternatives afin que tu puisses passer la nuit ici, ce que tu acceptas sans problème. Evidemment, il te paraissait évident qu’il ne désirait pas dormir à tes côtés. Une autre gifle que tu te pris en pleine tête… Toutefois, tu te retins d’émettre le moindre commentaire à ce sujet. « D’accord. Alors je dormirai avec lui. » Répondis-tu alors, une fois que Liam avait décidé que tu irais te reposer dans sa chambre. Tu ne pouvais te résoudre à laisser Ethan seul, c’est pourquoi il était évident que tu le laisserais dormir contre toi. Cela te permettrait aussi de veiller sur lui, en l’absence de toute autre présence parentale. Et tant pis si tu attrapais à ton tour la grippe. Le plus important était le bienêtre de ton fils cadet.

Le père de ta progéniture s’éclipsa pour préparer le lit. Sans doute tentait-il de le rendre plus agréable… ou de dissimuler les traces d’une quelconque invitation du passé, en compagnie d’une charmante jeune femme. Cette pensée fugace te frappa à nouveau dans la poitrine, comme un coup de poignard. Tu te tentas de la chasser rapidement, afin de ne pas perdre pied. Tu glissas alors tes doigts sur la tasse remplie de thé et tu en bus une gorgée. C’était chaud. Cela te réchauffa un peu. Cependant, tu la reposes presque instantanément, afin de t’occuper de ton fils. Et, avec douceur, tu chantonnas une berceuse à Ethan. Le petit finit par être de moins en moins agité, au point de s’endormir profondément. Après quelques instants, tu sentis la présence de Liam dans ton dos. Tu ne bougeas pas, toujours debout. Il s’empressa d’embrasser Ethan sur le front. « Merci… » Lui dis-tu, évoquant le fait qu’il se soit occupé de la chambre… et du reste.

Il te proposa alors d’aller chercher les affaires des aînés, pour le lendemain. Si tu te serais bien déléguée pour cette tâche – profitant ainsi de prendre un bol d’air frais pour chasser tes lugubres idées – tu constatas avec évidence que ce n’était pas toi la plus qualifiée dans l’immédiat pour cette mission. Tu acquiesças donc. « Je crois que ce serait mieux, oui. J’ai peur qu’il se réveille aussitôt si c’est moi qui y vais. » Réponds-tu avec tendresse, en reposant tes yeux sur Ethan. Il ne paraissait pas trop perturbé, pour l’instant, par vos voix. Tu espérais secrètement qu’il rêvait de jolies choses. Ton regard se pose à nouveau sur Liam. Pendant une fraction de seconde, ton cœur s’emballe à nouveau. C’est évident que tu es toujours amoureuse de lui, qu’il t’attire comme un aimant. Cependant, tu ne peux plus le toucher, lui dire « je t’aime » ni quoique ce soit dont vous aviez l’habitude autrefois. Tout ça était terminé. « J’ai tout préparé comme d’habitude : leurs vêtements sont sur les chaises dans leur chambre et leurs sacs à dos dans la cuisine. » Expliques-tu, bien que ce ne soit certainement pas nécessaire. Ton organisation n’était plus à revendiquer. Et il te connaissait très bien. « En attendant, je vais essayer de le coucher. » Déclares-tu avec douceur, afin de rassurer Liam.

Il finit par s’éclipser de la maison familiale. Dès qu’il franchit le pas de la porte et la referme, tu sens un vide immense en toi. Le même qui s’est abrité dans tes entrailles depuis votre séparation. C’est gigantesque. Et rien, même pas l’amour de tes enfants, ne paraît capable de le combler. Cela t’effraie de plus en plus. Surtout si lui est capable de refaire sa vie avec une autre. Sans même t’en apercevoir, tu as versé une larme. Une perle salée, qui dévale ta joue et s’écrase sur ton haut. Tu renifles un peu. C’est à ce moment-là que ton bébé s’agite à nouveau, visiblement peu enclin à apprécier de savoir sa maman dans un tel état. Aussitôt, tu te reconcentres sur le bonhomme. « Chuuute…. Ca va aller… » Murmures-tu à ton fils, sans savoir si tu t’adressais à lui ou à toi-même. Alors, tu entreprends de monter les escaliers et tu te diriges jusque dans la chambre, là où tu es supposée te reposer avec lui, bien que tu risques de ne pas fermer l’œil de la nuit. Avec douceur et bienveillance, tu le déposes sous les draps en plaçant sa tête sur son oreiller. Et tu restes assise là, à le contempler. Finalement, il a l’air d’être reparti dans les bras de Morphée. Tu souris, même si les larmes te montent à nouveau aux yeux…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Dim 23 Oct - 7:22


Si le mariage de Liam et Kayla n’en était pas arrivé à battre autant de l’aile (l’expression lui paraissait un peu faiblarde), les choses auraient été beaucoup plus faciles. Leur bébé Ethan aurait simplement dormi au milieu d’eux. Ça n’arrivait pas souvent, parce que malgré leur nombreux enfants, le couple s’efforçait toujours de garder ses moments d’intimité… Mais le fait que leur fiston soit malade changeait momentanément la donne et ils auraient pu s’en occuper ensemble, tout simplement, en se relayant pour la nuit. Ils avaient toujours formé une très bonne équipe, particulièrement en ce qui concernait l’éducation de leurs enfants. Bien sûr, il y avait toujours matière à s’améliorer… Mais globalement, ils s’en étaient toujours bien sortis. Ils avaient formé un duo que beaucoup enviaient, à l’époque… Et aujourd’hui, tout avait changé. Aujourd’hui, tout était beaucoup plus compliqué. Aujourd’hui, le père de famille devait laisser sa chambre à sa femme, parce qu’il n’avait pas l’impression d’avoir le droit de s’endormir à ses côtés. Pourquoi voudrait-elle seulement de lui, même en de telles circonstances ? Il lui paraissait évident qu’une réconciliation devenait de moins en moins envisageable. Et quand bien même ça lui brisait le coeur, il préférait encore éviter de se faire de faux espoirs… Mais heureusement, malgré tous les problèmes qu’il pourrait bien y avoir entre eux, Kayla et Liam restaient deux parents attentionnés. Pour leurs bouts de chou, ils pouvaient tout mettre de côté. Ils gardaient ça en commun, cette volonté absolue de les faire passer en priorité. D’ailleurs, c’était ce qui les unissait encore, aujourd’hui. Sans ça, ils n’auraient probablement pas eu grand-chose à se dire, même s’ils avaient passé quasiment toute leur vie à se côtoyer… C’était un bien triste constat, mais le Cartwright était résolu à ne pas trop se laisser affecter par son échec conjugal, ou du moins en public. Il se forçait toujours à garder la tête haute et à sourire. Mais quand il se retrouvait tout seul, ou en compagnie de Savannah, c’était une autre histoire : il pouvait se laisser aller et il était toujours surpris de constater à quel point ça lui faisait du bien. Mais ces instants demeuraient rares, car il avait bien d’autres choses à faire que de s’apitoyer sur son propre sort.

Et pour le moment, Liam devait s’occuper de ce qui concernait ses grands enfants. Il avait tout naturellement proposé à la blonde d’aller chercher leurs affaires à la maison (s’il pouvait encore dire appeler cette demeure sa maison, puisqu’il n’y vivait plus depuis plusieurs mois), étant donné qu’elle s’occupait d’Ethan. Il serait sûrement fatigué au travail, le lendemain. Mais l’essentiel était que ses enfants ne manquent de rien. Ils avaient des vêtements ici, mais ils avaient besoin de leurs affaires d’école, car il était hors de question de les réveiller plus tôt pour qu’ils puissent retourner là-bas. « Certaines choses ne changent pas » sourit le Néo-Zélandais, quand Kayla lui expliqua où se trouvait tout ce qu’il devait ramener. Il n’avait pas oublié comment elle s’organisait : elle lui avait sauvé la vie tellement de fois ! Sans elle, au quotidien, c’était plus difficile… Il avait beau s’être débrouillé relativement jeune, il s’était ensuite habité à ce qu’elle s’occupe de pas mal de choses. « J’en ai pas pour longtemps. » Après avoir caressé la joue de son petit garçon, Liam alla prendre ses clés, avant de rejoindre sa voiture. Il ne lui fallut que quelques minutes pour faire l’aller-retour et récupérer les affaires nécessaires à ses aînés. Mais pendant ce temps, il put quand même cogiter… Il ne pouvait nier que le fait de se retrouver à nouveau avec Kayla, plus longtemps que lors de leurs brefs échanges ordinaires, ne le laissait pas indifférent. Et c’était précisément la raison pour laquelle c’était dangereux ! C’était bien simple, il ne pouvait pas arrêter de l’aimer. Pas après tout ce qu’ils avaient partagé ensemble, pas alors qu’elle restait décidément parfaite… C’était donc une véritable torture. Et pourtant, il n’avait pas tellement le choix, au moins pour cette nuit-là. Pour Ethan, il fallait qu’il fasse l’effort de mettre ses émotions de côté. Fort de cette nouvelle détermination (ou du moins était-ce qu’il croyait), le professeur rentra au domicile de ses parents. Il posa les sacs et autres affaires en évidence dans le salon, avant de monter dans la chambre qu’il occupait habituellement. « Il s’est endormi… » constata-t-il à voix basse, avec satisfaction. Il remarqua alors que Kayla pleurait. Aussitôt, son coeur se serra. « Chérie… » Il se figea. C’était sorti tout seul… Un réflexe. Il s’approcha quand même pour la prendre dans ses bras. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Jeu 27 Oct - 14:20

Tes yeux fatigués se posent sur ton fils, Ethan, qui s’est endormi. Tu entends sa respiration particulière, presque empêchée par le rhume qui le prend d’assaut. La paume de ta main se pose sur son front, encore chaud. Tu devines avec aisance qu’il demeure fiévreux. Tu espères que ça passera vite. Le voir dans cet état te brise ton cœur de Maman. Heureusement, Liam avait eu la conscience paternelle de te demander de te rendre à son chevet. Evidemment, avec lui, cela semblait couler de source. Il était de cette trempe-là, Liam : le père parfait, attentionné et qui pensait au bienêtre des enfants avant le sien. C’est pour cela que tu étais tranquille lorsque tu lui laissais une partie de votre progéniture. Tu n’avais jamais remis en doute ses capacités à ce sujet. Même si toi, en contrepartie, tu étais plus sceptique sur ton aptitude à gérer la situation.

Soudain, Ethan remue et te tire de tes pensées. Instinctivement, tu chantonnes quelques notes d’une berceuse que ta mère t’avait enseignée. Aussitôt, l’effet apaisant se fait ressentir pour le petit homme, qui cesse de bouger pour s’endormir à nouveau. Tu essaies d’imaginer les doux rêves auxquels il a droit. Peut-être se prend-il pour un oiseau survolant un monde imaginaire, rempli de fééries. Cette pensée te fait sourire légèrement. Il a l’air heureux, malgré la maladie.

Tu te demandes alors s’il a conscience que ses parents ne sont plus ensemble. Du moins, qu’ils ne vivent plus sous le même toit. Que, peut-être, son père va se retrouver une gentille jeune femme, belle et épanouie, qui saura le remplir de bonheur. Et que ce ne sera pas toi. A ces songes, ton cœur se fissure. Parce que malgré votre séparation, Liam demeure l’homme que tu aimais, que tu aimes et que tu aimeras toute ta vie. Il est le centre de ton univers depuis ton enfance. Sans lui, cela ne tourne plus rond pour toi. Tu ne cesses de trébucher, de marcher sur des œufs. Parce que ta santé se dégrade de jour en jour. Et si tu ne laisses rien paraître à ton entourage, tu as peur que tes enfants finissent par s’en apercevoir. Alors tu dissimules tes vertiges, tes nausées ou même tes violents maux de tête qui t’empêchent de garder les yeux ouverts. Ainsi, tu préserves le peu de stabilité qu’il reste à ces êtres que tu aimes tant.

Néanmoins, à cet instant, en pensant à tout ce qui ne va pas dans ta vie – et en t’assurant que c’est bel et bien de ta faute – tu ne peux empêcher les larmes de te monter aux yeux. Les petits dorment tous, sans exception. Liam, quant à lui, est parti maintenant. Alors, doucement, tu laisses les perles salées rouler sur tes joues blêmes. Tu en as besoin. D’ordinaire, tu te serais réfugiée dans une salle de bain. Ce soir, tu ne peux pas. Parce qu’Ethan a besoin de toi et tu refuses l’idée de le laisser seul, même quelques minutes. Mordant dans ta lèvre inférieure, tu réprimes les quelques sanglots qui te montent à la gorge pour éviter tout bruit gênant. Les seuls que tu ne peux pas maîtriser sont tes légers reniflements.

Tandis que tu tentes de contrôler ce que tu peux, tu es prise de court en entendant une voix familière juste derrière ton dos. Tu te retournes, surprise, pour apercevoir Liam. A ce moment, ton cœur arrête de battre. Ou bat trop fort, peut-être. La situation est gênante. Inconfortable. C’est exactement cela que tu redoutais : être prise sur le fait. « Oh je… pardon… » Balbuties-tu, hébétée. En vitesse, tu attrapes un mouchoir pour tenter d’essuyer le flot d’eau qui ruissèle sur ton visage. Lorsqu’il te surnomme « Chérie », ton palpitant se serre à nouveau. C’est un choc, pour toi. Un sentiment de désespoir, de souffrance. Alors, tu ne peux plus réprimer tes larmes. Cette fois-ci, tu pleures à nouveau, tandis que les bras protecteurs de ton « mari » viennent se déposer autour de ton corps frêle et fatigué. Il te demande ce qui ne va pas. Et tout ce qui te vient à l’esprit, c’est que c’est toi qui as merdé. De A à Z.

Cette fois-ci, la « fameuse discussion » ne peut, apparemment, pas être évitée. D’une certaine façon, c’était inéluctable. Cependant, Liam s’y était toujours refusé… jusqu’à ce soir. « Tout est de ma faute, n’est-ce pas ? Je t’ai demandé de l’air, parce que… » Tu esquisses un sourire rempli d’amertume. Tu n’y arrives pas. Tu ne sais pas le dire. Alors, tu baisses les yeux sur Ethan, tristement. Pour tenter de garder ton calme. « Tu ne sais même pas pourquoi. » Lâches-tu, décomposée. Non, il a toujours ignoré la vérité, parce que tu l’as dissimulée derrière de faux arguments. Et lui, il s’est contenté d’obéir à ta demande. Peut-être aurait-il dû te secouer, pour que tu admettes ce qui n’allait pas ? Tu ne le sauras jamais.

Tes sanglots reviennent te prendre d’assaut. Traitres ! Tu gémis de tristesse. « J’ai tout gâché… » Ca, c’est la pure vérité. Et tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même. Tu te tournes vers Liam, tandis que tes mains se posent instinctivement sur ton ventre. Aujourd’hui, il serait rond, si tu avais été une meilleure mère. Si tu avais été plus forte, moins émotive. Alors il serait là, grandissant à l’intérieur. Bien au chaud. Cette pensée fracassante, tu te la répètes chaque jour que Dieu fait. Et ça te détruit. Tu fonds en larmes, ne maîtrisant plus rien. « Tout ça parce que… je l’ai perdu… » Admets-tu, essayant de ne pas le crier. Ca fait mal. C’est atroce comme douleur. Tu la ressens, dans tes entrailles. Et tu mains se posent alors plus fortement sur ce ventre plat, que tu n’oses plus regarder. Que tu méprises. « J’ai perdu notre bébé… » C’est lâché. C’est dit, avec rage et souffrance. Aussitôt, tu poses tes mains sur ton visage pour que Liam n’ait plus à le voir. Tu as envie de te cacher dans un trou de souris. Pire, tu as envie de mourir à cet instant précis. Et tu ne sais absolument pas comment gérer ce sentiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Ven 28 Oct - 2:58


En constatant que des perles salées roulaient le long des joues de celle qui était encore sa femme, Liam réagit d’instinct. Il ne supportait pas de la voir malheureuse… Quand bien même ils étaient séparés, quand bien même elle lui avait demandé de l’espace, il ne voulait tout simplement pas la voir dans cet état. Et déjà, il était prêt à faire à peu près tout pour qu’elle se sente le moins mal possible… Encore fallait-il qu’il comprenne ce qui se passait. Peut-être était-ce le chagrin de voir Ethan tomber malade ? Mais même si sa sensibilité maternelle était décuplée, le Cartwright doutait que la grippe d’un de ses enfants puisse bouleverser Kayla à ce point. Dans ce cas, que pouvait-il bien y avoir d’autre ? Un mélange de fatigue et d’émotions, parce qu’elle se retrouvait là, avec lui et tous ses enfants, pour la première fois depuis longtemps ? Ou un tout autre souci, qui n’avait rien à voir avec leur famille ? Bien décidé à faire de son mieux pour l’apaiser, Liam s’approcha d’elle. Ce fut alors qu’il l’appela par un surnom réservé aux couples… Mais ils n’en étaient plus un. Certes, ils étaient toujours mariés. Mais ils étaient séparés depuis plusieurs mois et le professeur avait de moins en moins l’impression que les choses changeraient un jour. Si au début, il avait essayé de se battre, de garder le moral et de reconquérir celle qui détenait son coeur, il avait fini en revanche par se démotiver avec le temps. Pas parce qu’il pensait que ça n’en valait pas la peine… Mais seulement parce qu’il ne paraissait pas y avoir beaucoup d’espoir. Alors peut-être ne s’était-il pas donné suffisamment les moyens, assez de temps et d’énergie pour sauver son mariage, l’une des choses les plus précieuses dans son univers. Mais quelque part, il avait la sensation de moins souffrir quand il en attendait moins, d’être moins déçu… Ce n’était néanmoins pas pour autant qu’il ne l’aimait plus. Voilà pourquoi il avait le coeur brisé en la voyant pleurer ainsi et, malgré sa gaffe liée à des années et des années de vie commune, il n’hésita pas à s’approcher d’elle pour l’entourer de ses bras protecteurs. Un câlin, une présence et une oreille attentive, c’était déjà beaucoup, il l’avait appris au fil des années. Assis près d’elle, il avait déjà commencé à la bercer un peu, comme s’il espérait la calmer de cette manière.

« Tu n’as pas besoin de t’excuser… Ça peut arriver à tout le monde de craquer. » Bien sûr, Liam ne comprenait pas pourquoi ça lui arrivait maintenant et ici… Mais il espérait bien qu’elle éclairerait sa lanterne. Après tout, avant d’être mariés ensemble, ils avaient longtemps été amis. Sauf que le Néo-Zélandais ne s’attendait pas à ce que la blonde revienne sur leur séparation. Il lui fallut moins de trois secondes pour comprendre de quoi elle parlait et, aussitôt, il sut que la discussion serait difficile. « Bien sûr que non, tout n’est pas de ta faute… Dans un couple, quand il y a des difficultés, personne n’est tout noir ou tout blanc. Chacun a sa part de responsabilités… J’en suis conscient et je voudrais que tu le sois aussi. » Il avait du mal à croire qu’il cherchait à rassurer Kayla, alors qu’il avait eu l’impression que sa vie se brisait quand elle lui avait demandé de s’en aller. Mais il pensait chacun des mots qu’il avait prononcés. Il n’y avait pas un seul coupable… D’ailleurs, il avait plutôt tendance à se blâmer lui-même. Après tout, les rumeurs lancées par l’une de ses anciennes élèves avaient été le début de la fin. « Si, je sais très bien pourquoi. Tu m’as donné des explications suffisamment claires… Et même si j’avais mal, j’ai compris. Tu n’as pas besoin d’en dire plus, je t’assure. » D’autant plus que c’était une torture autant pour elle que pour lui, apparemment… Mais visiblement, la Galloise n’était pas tout à fait d’accord avec lui, puisqu’elle continuait à s’exprimer en allant dans le sens contraire de ce qu’il disait. Il sentit son coeur se serrer quand elle affirma qu’elle avait tout gâché… Mais ce ne fut rien comparé à ce qu’il ressentit quand elle lâcha une véritable bombe. Le coeur de Liam rata un battement et, pendant quelques secondes, il resta muet. Sous le choc. Avait-il bien entendu ? Ou ses oreilles et son imagination lui jouaient-elles des tours ? « Tu m’as demandé de partir parce que tu ne supportais plus d’entendre dire des choses à propos d’une mineure. » Il se détacha d’elle, se leva du lit et se mit à faire les cent pas. Ses pensées se bousculaient dans sa tête… « Je ne sais pas de quoi tu parles. Il n’y avait pas de bébé. » Si Ethan n’était pas endormi près d’eux, il aurait peut-être déjà élevé la voix, ce qui lui arrivait pourtant très rarement. « Bien sûr que tu m’en aurais parlé, sur le moment, s’il y avait eu un bébé ?! »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Ven 28 Oct - 11:30

La nuit promettait d’être longue et douloureuse. Et à cet instant précis, tu ne pensais pas à Ethan mais à toi-même. Parce que tu avais osé verser des larmes en l’absence – supposée – de Liam. Malheureusement, maintenant, il t’avait prise en flagrant délit. Toi qui essayais toujours de paraître en forme olympique, ton plan de dissimulation était un échec cuisant. Ce qui te rendait affreusement triste, car tu souhaitais éviter toute cette peine à ton époux, même si vous ne ressembliez plus tant que ça à un couple marié désormais. Tu ne voulais pas l’inquiéter. Pourtant, tu ne pouvais plus retourner en arrière. Il avait aperçu tes larmes. Il avait senti ton désespoir, au point de se risquer à entrer en contact avec ton corps fébrile et épuisé en l’entourant de ses bras réconfortants. Pour le peu, tu aurais préféré ne rien lui avouer. Tout garder pour toi et éviter cette fameuse « conversation ». Elle était encore trop difficile, remplie de souffrance. La perte d’un enfant te paraissait insurmontable. Tout comme ta colère mélangée à ta fatigue constante. Et là, lassée de te battre avec autant d’acharnement contre tes émotions, tu avais réussi à évoquer le problème. A avouer à Liam quelle mère indigne tu étais : incapable de préserver un fœtus dans ton ventre, bien au chaud.

La réaction de Liam ne se fait pas attendre. Dès lors que tu avais délié ta langue, tu avais senti son éloignement. D’abord, il était resté muet comme une carpe. Ce silence vint te peser, tandis que tu tentais de dissimuler ton visage derrière tes mains où trônaient toujours tes bagues : celle de vos fiançailles et celle de votre mariage. Puis, son corps chaud était parti subitement. Liam se redressait sur ses jambes, t’abandonnant sur le lit où dormait Ethan. Le froid que tu ressentis à ce moment-là, ce vide immense, te rappela ta solitude et ta peine.

Surpris, le Cartwright ne put s’empêcher de marcher dans la pièce. Tu entendais ses pas réguliers, plutôt lourds, tandis qu’il remettait en question ce que tu venais de lui annoncer. Lentement, tu détachas tes mains de ton visage pour l’observer. Il était abasourdi. Tu avais la sensation qu’il était amer envers toi. Cela te poignarda le cœur. Pour le peu, il aurait sûrement haussé la voix. Crier n’aidait pas, malheureusement : tu avais déjà essayé. Mais t’époumoner ne faisait que remplir le vide dans ton cœur, le temps de quelques secondes. Puis il revenait, te laissant suffoquer dans ta détresse. Et, à nouveau, tu avais mal.

Jamais tu n’avais menti à celui qui était autrefois ta moitié. Qu’il remette en doute tes affirmations te provoqua une douleur intense dans la poitrine. Même lui, il ne te croyait pas. Pourtant, c’était la triste vérité. « Arrête Liam… je t’en prie… » Murmuras-tu, dans une tentative afin de le raisonner. De le calmer. T’accabler en prétendant que tu mentais n’arrangeait en rien tes sanglots étouffés. Tu pleurais. Cependant, ton corps s’abandonnait enfin à la lassitude. Tes larmes parvenaient-elles à noyer ton chagrin ? Peut-être bien.

Tu baisses ton regard, puis ta tête, en direction du sol de la chambre. Sur ce parquet en bois, un peu vieillot. Il fallait que tu lui expliques. Que tu replaces tout dans le contexte. Sinon, Dieu sait ce qu’il se permettrait encore de croire… ou de ne pas croire. « Je voulais te l’annoncer. Mais c’est là que la police est arrivée et… qu’ils ont posé des questions. » Te lances-tu, en réprimant ton envie de t’effondrer. Tu ne parvenais pas à effacer les souvenirs de cette soirée. Tu avais tout prévu dans ta tête. Tu voulais lui offrir, en cadeau, des chaussons jaunes bien dissimulés dans un carton, que tu avais soigneusement emballé et décoré. Ton discours était prêt, dans ton esprit, et tu te réjouissais tellement de lui parler de cette grossesse, de ce sixième enfant. Bien que tu étais stressée également à l’idée qu’il n’en veuille plus.

Tu redresses ton visage pour le regarder. Ta vision est floutée à cause des perles salées, tandis que ta vision nocturne s’adapte. Cependant, tu n’aperçois pas tellement les réactions qu’il peut avoir. Rien n’est net. « J’espérais que l’affaire se tasserait vite. Je voulais te le dire et que tu sois heureux… » Souffles-tu. Dans ton esprit, cette accusation s’estomperait rapidement et vous pourriez reprendre le cours de vos vies. Sauf que cela n’avait pas été le cas : il avait fallu du temps. Beaucoup de temps. Au point que des gens de Tenby te regardaient en ricanant, proférant des « elle est cocue » ou vociférant sur la « pédophilie » de Liam. Et le drame est alors apparut. « Mais je… » Tentas-tu de dire. Sauf que cette fois-ci, ta gorge se serre, ton cœur te fait mal et tu tentes d’étouffer un sanglot. Non, c’est trop difficile de dire que le bébé est décédé dans ton ventre. Que tu as fait une fausse-couche. Ces termes, tu refuses de les entendre. Tu refuses de les dire à voix-haute.

Tu tentes de reprendre ta respiration. La nervosité est palpable. Ton corps te donne la sensation d’être gelée. Pour te préserver du froid qui t’accable, tu frottes tes mains contre tes bras, histoire de te réchauffer. Cependant, depuis que tout ceci est arrivé, tu n’as jamais plus ressenti de chaleur en toi. Tout n’est qu’hiver, désormais. « Les médecins m’ont dit que c’était parce que j’avais eu un choc émotionnel. Un trop gros stress… » C’est lâché. La perte de cet enfant était en partie – voir totalement – liée à la procédure juridique, aux accusations et aux difficultés que tu éprouvais, que ce soit au sein de la communauté ou dans la famille. Parce que les enfants aussi avaient entendu des paroles blessantes. Joshua avait été particulièrement bousculé. Et cela avait été insupportable pour toi.

A nouveau, les larmes reprennent. Ceci dit, elles sont plus silencieuses. Néanmoins, elles ne te libèrent de rien. « Je suis tellement désolée. Je n’ai pas su nous protéger… c’est de ma faute… » Murmures-tu, fébrilement. Parce que tu ne cesses de t’en vouloir profondément. A tes yeux, c’est toi qui n’as pas su être assez forte pour gérer la pression. Et le résultat avait été la mort de l’être vivant que tu portais et qui, aujourd’hui, serait sans doute sur le point de venir au monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Sam 5 Nov - 4:56


« Que je m’arrête ? » répéta Liam, encore abasourdi. Et comment était-il censé s’arrêter ? Comment était-il censé prendre la bombe qu’elle venait de lui lâcher ? Pourtant, il espérait encore qu’il avait mal compris. Il espérait encore qu’il y avait une erreur quelque part, de communication, de compréhension… Peu importait où. Mais ça ne pouvait pas être vrai. Le Néo-Zélandais ne voulait pas envisager qu’une telle horreur ait pu se produire. Seulement… Seulement, Kayla le détrompait. Elle lui faisait le récit des événements. Enfin. Trop longtemps après. Incrédule, Liam l’écouta dire qu’elle allait lui parler de cette grossesse avant que la fausse histoire de harcèlement sexuel n’éclate au grand jour. Il l’écouta expliquer qu’elle espérait que tout ça passerait vite. Sans doute avait-elle voulu choisir le bon moment pour lui annoncer une nouvelle grossesse… Sans doute avait-elle voulu bien faire. N’empêche que le professeur se sentait trahi. C’était comme si sa femme lui avait menti. Par omission, certes… Mais elle lui avait menti quand même. Il n’en revenait tout simplement pas. Il n’arrivait pas à en croire ses oreilles. « Tu étais enceinte ?! » Clairement, cette information avait du mal à rentrer dans le cerveau de Liam. Parce que c’était trop gros. Vraiment trop gros. « Tu étais enceinte et tu ne m’en as pas parlé… » Il ne pouvait pas s’arrêter de faire les cents pas. Il passa une main dans ses cheveux, les ébouriffant un peu plus au passage. Lentement, il inspirait et expirait, espérant de tout son coeur se réveiller et découvrir que tout ça n’était qu’un horrible cauchemar. Il jeta à nouveau un coup d’oeil à Ethan, s’assurant qu’il était bien endormi. Et sa gorge se nouait. Parce qu’il s’était mis à penser que si ça se trouvait, il aurait eu encore un autre fils… Non qu’il avait spécialement envie d’agrandir la famille : après tout, ils avaient déjà fait cinq beaux enfants, de pures merveilles. Mais son coeur se serrait à la pensée d’un bébé qui n’avait jamais vu le jour… D’autant plus qu’il l’apprenait de cette manière, plusieurs mois après. « Comment tu as pu me cacher un truc aussi énorme ?! » lâcha-t-il, incapable de contenir sa rancoeur. Il était calme et posé de nature, deux traits inhérents à sa personnalité. Mais à l’instant précis, il avait du mal à refouler les émotions qui l’envahissaient.

« Tu aurais dû m’en parler, Kayla. Je sais que tu avais tes raisons… Mais pour moi, elles ne sont pas bonnes. C’est peut-être brutal, mais… » Il n’arrivait même pas à s’exprimer correctement. Finalement, il arrêta de tourner comme un lion en cage, posant une main sur son front. Il se sentait soudain très fatigué. Mais au bout de quelques secondes, il se tourna à nouveau vers la blonde, la regardant droit dans les yeux - du moins, autant que possible dans la mesure où la pièce n’était pas très bien éclairée. « Je ne les porte peut-être pas dans mon ventre, mais ce sont mes enfants autant que les tiens. J’avais le droit de savoir et pas aussi longtemps après… » Au moins, c’était clair et ses mots avaient prononcés sur un ton ferme. Mais ce n’était pas pour autant qu’il était insensible à la souffrance, ostentatoire, de la mère de ses enfants. En posant les yeux sur elle, il n’avait bien évidemment pas pu ne pas remarquer qu’elle paraissait sur le point de s’effondrer. Et puis ses paroles étaient sans équivoque… Alors quand bien même il était blessé et qu’il le manifestait ouvertement en lui faisant des reproches, il s’approcha pour poser deux mains sur ses épaules. Qu’elle s’accable toute seule ne l’étonnait pas… Mais il refusait qu’elle continue. Il ne pouvait peut-être pas y faire grand-chose, mais il fallait quand même qu’il essaye. « Ce n’est pas de ta faute, Kayla. Tu n’es pas la première à qui ça arrive… Tu n’es pas non plus la dernière, malheureusement. » Il posa une main sous son menton pour le relever, afin qu’elle puisse le regarder. « Un choc émotionnel, un trop gros stress… Tu n’es en rien responsable de tout ça. » Il essuya les larmes qui coulaient le long de ses joues. « Si tu m’en avais parlé, on aurait pu traverser ça ensemble, comme beaucoup d’autres choses, comme on l’a toujours fait, toi et moi. Ou du moins, on aurait essayé… » Il avait bien conscience que ça n’avait rien à voir avec une épreuve anodine ou encore banale, mais il était persuadé qu’ils pouvaient traverser énormément de choses ensemble. Et maintenant, il comprenait mieux pourquoi sa femme avait été aussi bouleversée… Il comprenait mieux pourquoi elle avait autant pris ses distances et pourquoi leur mariage était parti en vrille. Et il savait aussi que c’était à cause de lui. Parce que sans cette élève, rien de tout cela ne serait arrivé…

:
 

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Lun 7 Nov - 14:41

C’était particulièrement difficile pour toi qui, dans ton désespoir, avais décidé de dévoiler la vérité à ton « mari ». Liam était abasourdi et en colère, tu pouvais ressentir toute la peine qui le traversait de part en part. Toi-même avais vécu ce sentiment. Tu comprenais son incrédulité et la souffrance qui s’émanait de son visage. Toute la peine du monde te paraissait bien dérisoire face à ton ressenti. Pourtant, c’était égoïste car il y avait des êtres plus malheureux, moins chanceux, qui devaient lutter pour survivre au quotidien. Toi, tu avais un toit, des vêtements chauds et de quoi te nourrir. Néanmoins, la perte de cet enfant – qui n’était encore pas né – était synonyme de la pire violence du monde à tes yeux. Et, lâchement, tu avais décidé d’abandonner le navire afin de traverser cette mer agitée à la force de tes bras. Puis, tu avais sombré dans les eaux tourmentées. Tu t’étais perdue. Tu avais failli mourir de noyade. Finalement, tu avais réussi à retrouver la terre ferme, mais tu étais incontestablement épuisée. Lessivée. A bout de nerfs.

Tu espérais que Liam parvienne à se calmer, afin de pouvoir tenter une approche moins difficile. Hélas, il était tombé sous le coup de l’émotion. Tu ne pouvais pas le blâmer : après tout, tu étais passée par-là. Et, d’une certaine façon, ce que tu avais mis des mois à accepter… il ne pouvait pas t’imiter en deux secondes. Il répète alors que tu étais enceinte. Oui. A l’imparfait. Ce constat sans appel te réduit à néant. Tes larmes coulent dans le silence, tandis que ton visage demeure baissé sur le sol. Tu n’oses pas affronter ton « époux ». C’est douloureux. Pourtant, lorsqu’il te demande comment avais-tu oser le lui cacher, tu ne peux t’empêcher d’essayer de fournir des explications. Tes yeux se posent alors sur lui, malgré les perles salines. « Tu crois que je ne voulais pas te le dire, Liam ? Je rêvais de te l’annoncer. Mais… ce n’était jamais le bon moment. » Réponds-tu, tristement. Oh oui, tu avais essayé vainement de le lui dire. Cependant, il avait toujours l’air triste. Fatigué. Dépassé. Alors, tu le laissais se reposer. Tu te disais que tu aurais tout le temps nécessaire pour le lui dire. D’autant que tu avais deviné ta grossesse prématurément – sans doute grâce à ton instinct maternel. Alors, il te restait deux bons mois pour trouver cet instant « T ».

Sauf que le destin s’était mêlé à la situation et il avait fait en sorte que tu te réveilles avec des douleurs atroces et du sang dans les draps. En repensant à ce que tu avais vécu, seule, tu te sentais honteuse et toujours aussi dégoûtée. La Mort n’aurait jamais dû intervenir. Ce bébé, tu le désirais. Tu l’aimais déjà profondément. Et elle avait décidé de te l’arracher brusquement, sans un égard ou un signal d’avertissement. Et, malencontreusement, tu étais devenue remplie d’amertume. Envers la vie. Envers Liam. Envers cette adolescente qui avait semé la pagaille dans ton couple. Ceci dit, Liam ne peut s’empêcher de t’accabler. Il n’a pas tort : tu aurais dû le lui dire. Dès que le drame était arrivé. Mais tu n’oses pas lui avouer que si tu as préféré le silence, c’est parce que tu le pensais responsable de cette perte – au début. Avec le temps, tu avais fini par comprendre que ce n’était qu’un accident. Néanmoins, sur le moment, il t’avait fallu un responsable. Et c’est sur lui qu’est tombé ton désespoir. « Je sais… mais j’étais tellement bouleversée… en colère… » Il ne peut imaginer à quel point tu avais eu envie, en recroisant la gamine, d’aller lui arracher les deux yeux. Ou, lorsqu’il te regardait avec tristesse, à quel point tu avais envie de le secouer et de lui cracher au visage que votre bébé était mort. C’était irraisonnable. Irréel. Tout comme le décès de ton petit bébé innocent.

Finalement, Liam redevint plus doux. La honte te submergea. Devant sa bienveillance, tu te sentais méprisable. Il te consolait, malgré tout le mal qu’il avait enduré par ta faute. Il tentait de te rassurer. De te dire que tu n’avais rien à voir avec cette fausse-couche. Une partie de toi le croyait. L’autre n’en était pas encore capable. Un travail qui te demanderait du temps, encore. Il essuya tes larmes et te rappela que tu aurais dû le lui dire. Tu en étais consciente : mais c’était trop tard désormais. Tu regardes alors votre fils, qui lui est vivant. Tu remercies le Ciel que son état soit stabilisé. Tu n’aurais pas supporté une autre perte. Puis, tu reposes tes yeux sur Liam. Tu ne pleures plus. Tu te sens juste… totalement vide. « J’ai été voir un psychologue. Et notre médecin. Mais… je me sens toujours responsable. J’ai l’impression que je n’ai pas réussi à préserver ce petit être en moi… que j’ai tout gâché entre nous… » Expliques-tu, en baissant la tête et en observant tes doigts où trônent toujours tes alliances – celle de tes fiançailles et celle de ton mariage. Des vœux sincères, que tu honores toujours. « Je suis tellement désolée. Pour tout. Tu dois me détester… Et je te comprends. Je me déteste tellement… » Achèves-tu de dire, en le pensant sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Mar 8 Nov - 4:49


« Peu importait le moment… Je l’aurais bien pris. Malgré les rumeurs… Même si on a déjà cinq enfants… » Bien entendu, Liam pensait qu’il était plus raisonnable de ne pas continuer à agrandir leur famille. Ils s’en sortaient peut-être relativement bien, mais ce n’était pas forcément pour autant qu’il avait envie (ou aurait eu envie, plutôt) d’avoir un autre bébé. Sauf que si c’était arrivé malgré tout… Il se connaissait suffisamment pour savoir qu’il aurait été heureux. Peut-être pas autant que Kayla, qui possédait un instinct maternel qui dépassait l’imagination. Mais il n’aurait jamais cherché à la faire changer d’avis, ou quoi que ce soit dans le genre. Au contraire, il aurait accueilli un nouveau bébé avec joie, quand bien même il connaissait toutes les difficultés qu’il pouvait y avoir à élever un enfant. Alors même s’il ne pouvait pas vraiment se mettre à la place de sa femme, même s’il ne ressentirait peut-être jamais autant de peine qu’elle, il n’en demeurait pas moins vrai qu’il était bouleversé. Et à l’instant précis, il avait du mal à dépasser ses propres émotions pour voir celles de Kayla. C’était juste… Trop à avaler d’un coup. « Je suis désolé si c’est abrupt, mais aucune excuse ne sera jamais suffisante à mes yeux. Ce n’était peut-être pas le bon moment, mais… Maintenant, ça fait combien de temps qu’on s’est séparés, hein ? Oui, à défaut de m’annoncer une bonne nouvelle, tu aurais dû me dire que tu avais fait une fausse couche. Quand il s’agit de nos enfants, qu’ils soient venus au monde ou pas encore, je suis autant dans mes droits que toi. » Là-dessus, le père de famille n’en démordrait pas. Certes, il n’était pas celui qui portait les enfants. Mais il n’en demeurait pas moins vrai qu’ils les avaient faits ensemble. C’était sa progéniture autant que la sienne, alors il n’arrivait pas à comprendre qu’elle ait pu le tenir à l’écart, lui cacher des informations aussi essentielles. « Je ne pourrais jamais te blâmer d’avoir été bouleversée ou en colère… Tu avais tous les droits de souffrir autant. Mais… Il n’empêche que… J’ai l’impression que tu n’as pas pensé à moi. Je n’ai pas envie d’être préservé, Kayla. Je n’en ai même pas besoin. Je veux bien que tu ne dises rien aux autres. Mais à moi, il faut que tu me parles. Je suis… J’étais… Non, je suis ton mari. Tu peux pas me cacher de tels secrets. »

Au moins, le ton était donné. Liam trouvait ça inacceptable qu’elle lui ait délibérément menti par omission. Mais au-delà de la colère, il ressentait surtout de la tristesse. Alors il se laissa tomber par terre, contre le mur, face à la blondinette. Il se sentait tout simplement désemparé. « Est-ce que tu… Continues à voir un psychologue ? » Parce que malgré ce qu’il ressentait, il voulait essayer de l’aider. Sauf que puisqu’ils ne formaient plus un couple à proprement parler, il avait l’impression d’avoir les pieds et les mains liés. Mais même s’ils étaient séparés, il ne pouvait pas la laisser s’enfoncer à ce point. « Kayla… Tu sais bien que je ne pourrais jamais te détester. » Il l’aimait profondément. Et même si un jour il cessait de cultiver un tel amour à son égard, il savait pertinemment que jamais ces sentiments ne pourraient se changer en haine, malgré la souffrance, malgré tout le reste. Parce qu’elle n’était pas seulement la femme à laquelle il avait promis fidélité éternelle. Elle était aussi celle qu’il connaissait depuis longtemps, celle avec laquelle il avait tant partagé, celle qui lui avait donné cinq magnifiques enfants. Alors non, définitivement, il ne pourrait pas se mettre à la détester… Même si elle en arrivait à lui faire de véritables sales coups, ce qui lui paraissait hautement improbable. « C’est juste que… Je suis fâchée que tu ne me le dises que maintenant… » Il gardait les yeux fixés vers elle, espérant capter son regard. Pourtant, il était perturbé qu’elle tripote ses bagues, les deux qu’il lui avait offertes. Parce que lui, dans un accès de douleur, avait retiré sa propre alliance pour la laisser bien au chaud dans le tiroir de sa table de chevet… « Est-ce que tu sais… Tu étais enceinte depuis combien de temps quand… Quand tu l’as perdu ? » Ça lui paraissait tellement irréaliste. Quoi qu’il en soit, il avait besoin d’en savoir un peu plus. Il n’espérait pas apprendre s’il aurait eu une fille ou un garçon, non - après cinq grossesse de sa femme, il était bien placé pour savoir que ce n’était pas tout de suite que les parents pouvaient connaître le sexe de leur bébé. Mais il lui paraissait normal de poser quelques questions… Et de livrer son ressenti, par la même occasion. « Et toi, est-ce que tu me détestes ? Parce que… Tous nos problèmes… C’était à cause de moi… Tout est parti de là, je le sais bien… Et j’en suis… Horriblement désolé… »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Ven 2 Déc - 14:41

Tu écoutes ton « mari » avec une certaine détresse dans le regard. Les mots qu’il envoie ne sont pas tous des plus agréables. Tu le conçois. Après tout, n’as-tu pas été indigne de lui en perdant cet enfant et en préférant ne rien lui dire ? Malgré la thérapie, tu ne comprends toujours pas ta réaction. Avec le recul, elle te paraît démesurée. Disproportionnée. Pourtant, elle avait été la seule envisageable pour toi, à l’époque. Tu étais pris dans un étau, entre ta colère et ton profond désespoir. Tu n’avais pas réussi à gérer tes émotions. Petit à petit, cela t’avait détruit de l’intérieur. Tu avais été rongé par ta culpabilité, comme un chien qui se délecte de son morceau de viande et ronge la moelle. C’était insupportable pour toi.

Finalement, le silence s’installer quelques secondes. Juste de quoi te donner le temps de réaliser tout ce qui avait été dit. Le chemin était laborieux, mais il semblerait que les explications mutuelles viennent te soulager. C’est pourquoi tu te décides enfin à te livrer encore une dernière fois sur le sujet, acceptant les critiques de Liam à ton égard. « Je sais tout ça, Liam. Mais je voulais trouver un coupable… une raison pour laquelle tout ça nous arrivait. Et je n’ai pas tenu le coup. J’ai eu l’impression d’étouffer. De mourir, petit à petit. Et la seule solution que je voyais, c’était la fuite. J’ai compris maintenant à quel point j’ai été égoïste vis-à-vis de toi et des enfants. Je ne sais pas si tu pourras me pardonner un jour… ni si je pourrai me le pardonner… Mais je m’excuse. Pour tout. » Dis-tu avec une profonde mélancolie, tes yeux baignant encore dans les larmes qui venaient te rappeler à quel point ton comportement était préjudiciable pour ton couple. Finalement, tu avais bien cherché cette situation.

Il s’appuie, désemparé, contre le mur en face de toi, et glisse sur le sol. Tu l’aperçois, dans la pénombre. Ethan, lui, dort toujours profondément. Tu te sens affreusement malheureuse de lui infliger cela. Une fois de plus, ta culpabilité et ta honte te submergent tels des poisons dans tes veines. Jamais tu n’avais eu l’intention de faire du mal à ton « époux ». Ni compromettre votre mariage. Hélas, le mal était désormais fait et semblait irréparable.

Liam te demande alors si tu continues d’être suivie par un psychologue. Tu regardes tes mains et tournes ta bague de fiançailles nerveusement. « Oui. » Finis-tu par dire, du bout des lèvres, tout en continuant de ne pas le toiser. Pour toi, il était difficile d’admettre que tu n’étais pas assez forte pour supporter le poids de ta perte. Même si tu en avais cruellement besoin, dans le fond. C’était, selon tes critères, un échec sur toute la ligne. De ce fait, tu te forçais à entretenir cette thérapie. Pour tes enfants. Pour Liam. Pour toi, aussi. Parce que sinon, tu ne sortirais jamais de ton état dépressif.

Il t’explique alors qu’il ne te déteste pas. Qu’il est juste terriblement fâché de n’apprendre la sordide vérité que maintenant. Comme une fillette prise en flagrant délit, tu te contentes d’acquiescer – toujours sans l’affronter du regard. « Je comprends… » Le point positif, dans tout ceci, c’est qu’il ne te méprisait pas autant que tu te méprisais toi-même. Cela te redonna un brin d’espoir. Un peu de gaieté dans tout ce bourbier dans lequel tu t’enlisais depuis des semaines. Curieux, il te demande à quel point tu en étais dans ta grossesse, avant de perdre le petit être. Tu redresses tes yeux sur lui, pétrifiée. Te rappeler tout ceci était particulièrement difficile pour toi. Tu n’avais pas envie d’y replonger. Pourtant, il avait le droit de savoir. « Deux mois et demi, presque trois mois. » Réponds-tu mécaniquement, espérant ne pas trop réfléchir à tes mots. Ainsi, tu t’épargnais un semblant de douleur.

Se victimisant, Liam ne peut s’empêcher de s’inquiéter de ton ressenti à son égard. Pourtant, il devrait s’en moquer. Non ? Tu es surprise. Agréablement, d’une certaine façon. Alors, tu décides de quitter le lit d’Ethan pour t’installer à côté de celui que tu avais toujours aimé, d’aussi loin que tes souvenirs le permettaient. Pendant quelques secondes, tu observes votre fils qui est étonnement calme. Toi-même, tu te sens… sereine. C’est étrange. Tu poses alors ta main sur le genou de ton « mari » et tu le regardes dans les yeux. « Bien sûr que non, je ne te déteste pas, Liam. Tu n’es pas responsable de tout ça. Tu n’as rien demandé… Et puis… Tu es mon seul et unique Amour. Tu sais très bien que je t’aimerai toute ma vie… et que jamais je ne pourrais te détester. » Lances-tu, avec une tendresse infinie. Car, malgré toutes les épreuves traversées, tes sentiments pour lui demeuraient toujours aussi puissants. Incontrôlables. Immesurables. Ceci dit, tu n’oublies pas les rumeurs. Les ragots. Ni l’éloignement et tout le reste. Alors, tu retires ta main de ce contacte plaisant et tu reportes ton attention sur Ethan. « Mais je suppose que ça n’a plus d’importance. » Murmures-tu, le cœur déchiré.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam Sam 3 Déc - 8:24


« La fuite… » répéta Liam, comme s’il peinait à trouver un sens à tout ce qu’il entendait. En réalité, c’était exactement ce qui se passait. Il n’était pas certain de comprendre tout ce que lui disait Kayla. Parce que c’était énorme… Parce que c’était trop d’informations d’un coup. Parce qu’il avait l’impression que son cerveau, autant que son coeur, étaient pris d’assaut. Certes, il comprenait mieux certaines des réactions de Kayla. Certes, il se tournait vers le passé avec un regard complètement neuf. Mais ce n’était pas pour autant quelque chose qui lui plaisait… Il était déjà en train d’essayer d’assimiler ce qu’elle lui avait appris au sujet du bébé qu’ils auraient dû avoir. Comment le choc aurait-il pu disparaître en aussi peu de temps, après tous ces mois d’ignorance ? Voilà que maintenant, il devait déjà penser à toutes les conséquences… Ce qu’il n’avait pas vu, ce qui en avait résulté. Alors il laissa couler certaines des paroles de Kayla, se laissant le temps de digérer des informations capitales. Il fallait qu’il se concentre sur une seule chose à la fois, sinon, il sentait qu’il allait avoir du mal à tenir le coup. Car si Kayla avait été dévastée, lui-même sentait le chagrin l’envahir… Une tristesse probablement différente. Mais des sentiments négatifs quand même. Alors tout naturellement, il voulait en savoir plus à propos de cette fausse couche. Il apprit ainsi que sa femme était enceinte de presque trois mois quand le malheur était arrivé. Et à l’instant précis, il ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui se serait passé si les choses s’étaient déroulées normalement. Si elle n’avait pas perdu le bébé… Rapidement, il fit le calcul. Elle serait arrivée à terme, quasiment. Ou alors elle aurait tout juste accouché… Aussitôt, son coeur se serra davantage à cette pensée. Car si lui ressentait une sorte de vide ne serait-ce qu’en y songeant, il osait à peine se mettre à sa place. Elle qui l’avait porté… Elle qui était aux premières loges. Et qui avait gardé pour elle l’horrible secret… « Alors il ou elle serait peut-être né, au moment où en parle » conclut-il. Il ne cherchait pas à remuer le couteau dans la plaie, mais il extériorisait un peu ses sentiments. Parce que pour lui, c’était aussi nouveau que désagréable. Pour ne pas trop s’appesantir, pour ne pas en rajouter, il s’efforçait de ne pas trop y penser. Mais forcément, c’était extrêmement difficile…

Sauf que la suite de la conversation devait détourner tout à fait son attention du reste. Car s’il pensait être au bout de ses surprises, c’était au contraire loin d’être fini pour Liam… Après sa tirade, Kayla décida de venir s’asseoir à côté de lui. Par terre. Surpris, le père de famille tourna légèrement la tête vers la blondinette. Elle avait posé une main sur son genou et le regardait droit dans les yeux. Il ne broncha pas à ce contact, alors qu’intérieurement, il ressentait une vague de chaleur. Il avait presque oublié l’effet que ça faisait… Et elle entreprit de le rassurer. Mais pas seulement. Elle allait loin, vraiment loin. Hébété, Liam était incapable de détacher son regard du sien. Il faisait sombre. Pourtant, il devinait chaque courbe de son visage, chaque reflet dans ses yeux. Il la connaissait par coeur… Ou du moins, c’était ce qu’il pensait. Car en réalité, il n’avait absolument rien compris. Il faisait fausse route depuis le début et il commençait tout juste à s’en rendre compte… Mais encore une fois, c’était trop gros. Encore une fois, il lui fallait du temps pour assimiler ce qu’il entendait. Parce qu’il commençait à faire des liens, petit à petit. Mais visiblement, ce n’était que le début… « Qu’est-ce que tu veux dire exactement ? » Abasourdi, Liam s’était exprimé à voix basse. Il n’en revenait tout simplement pas. En une demie-heure, il en avait appris plus qu’en six mois… « Alors… Alors c’est pour ça que tu m’as demandé de partir ? Tu m’as demandé de quitter la maison parce que… Parce que tu avais perdu le bébé et… Et que tu pensais que c’était de ta faute et… Et que tu étais vraiment vraiment vraiment malheureuse ? » Lui qui était censé maîtriser un minimum l’art des mots dans le cadre de son métier, il avait du mal à trouver ceux qui seraient le moins inappropriés pour la situation. « C’est pour ça que tu voulais de l’espace et qu’on a fini par se séparer ? » Enfin, ils s’expliquaient. Enfin, ils se disaient les choses plus franchement. Plusieurs mois après… Presque désespéré, Liam cherchait encore le fil d’Ariane. Mais il n’en était pas loin, il le sentait… « Pas parce que tu m’en voulais à mort ? Pas parce que tu ne me faisais pas confiance ? Pas parce que tu avais peur que j’aie envie de me taper une jeune fille ? Pas parce que tu ne m’aimais plus ? Pas parce qu’il y avait quelqu’un d’autre ? Dis-le-moi, Kayla, s’il te plaît. J’ai besoin de savoir… »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Still loving you (+) Kayla & Liam

Revenir en haut Aller en bas

Still loving you (+) Kayla & Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-