AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

« Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Ven 14 Oct - 13:47

Il est tard, ce soir, lorsque te décides enfin à ranger la vaisselle sale, posée sur l’évier. Les jumeaux semblent s’être endormis – il n’est pas trop tôt. Tu soupires, épuisée, tandis que ton chignon impeccable te donne des airs de femme au foyer modèle. Tu portes toujours ta robe bleue, agrémentée de tes talons aiguilles. Ton maquillage est léger, bien que visible. Malgré le départ de ton mari, tu essaies de garder un peu de dignité. Tu n’as jamais été du genre à oser porter un vulgaire jogging, sauf en cas d’extrême urgence. D’ailleurs, tu te souviens avec amertume de la seule fois où tu t’étais laissé déborder de la sorte : c’est ton voisin, Eilian, qui t’a observée dans ce triste état. Heureusement, il a su faire preuve de compassion et de compréhension à ton égard. Néanmoins, tu espérais bien ne jamais reproduire un tel sinistre scénario.

Les mains plongées dans ton lavabo, la mousse ayant pris place à l’intérieur, tu frottes avec acharnement les assiettes dans lesquelles les enfants ont ingurgité tes lasagnes maison. La cuisine te permet de t’évader, de t’occuper l’esprit. Car c’est bien lorsque tu réfléchis à peine à ta misérable existence que tu fonds en larmes. Et tu as beau abuser des cachets pour t’endormir et des verres de vin, tu ne peux t’empêcher de ressentir cette profonde tristesse à l’intérieur de ton corps meurtri. Depuis la perte de ton enfant, tu ne te sens plus tout à fait « femme ». Juste un cadavre errant parmi les Hommes.

Après cette tâche ingrate – mais bénéfique – tu reposes délicatement chaque ustensile à sa place avec une maniaquerie débordante. Satisfaite de ta performance solitaire, tu décides de t’octroyer un peu de réconfort. Tu déniches alors ta bouteille entamée de vin rouge et tu t’en sers un verre. Tu dégustes alors l’alcool qui se fond dans ta bouche, fermant tes paupières lourdes de fatigue. Tu n’en as pas l’air, mais tu es épuisée. Physiquement. Moralement.

C’est alors que, dans le silence qui te semble assourdissant, tu constates qu’un bruit sourd t’interpelle. Tes sourcils se froncent et tu détermines s’il s’agit des petits ou non. Après quelques secondes, tu es forcée de constater que non, ce ne sont pas les jumeaux qui embêtent à l’étage. Perplexe, tu te diriges vers la fenêtre de la cuisine. Et là, tu remarques une silhouette dans ton gazon. Visiblement, un homme.

Sans réfléchir aux conséquences possibles d’une telle visite inopportune, persuadée qu’il s’agissait sans doute d’un SDF trop alcoolisé, tu sors de ta maison malgré la fraîcheur nocturne, dehors, et tu t’approches de l’individu. C’est alors que tu remarques qu’il gémit, se plaignant visiblement d’une douleur quelconque. « Qu’est-ce que… ?! » Souffles-tu, tandis que la distance entre vous s’amenuise au fil des secondes. Il ne te faudra pas plus pour réaliser que du sang est présent sur ce corps. Aussitôt, ton cœur s’emballe dans ta poitrine et l’adrénaline te monte directement au cerveau, en signe d’alerte. « Oh, mon Dieu ! » T’exclames-tu, cette fois en trottinant jusqu’à lui. Tes talons s’enfoncent dans le sol et tu te maudis intérieurement de ne pas avoir pris le temps d’enfiler tes mules. Sauf qu’il y a, évidemment, plus urgent comme réflexion. Tu t’accroupis à ses côtés. Il est dans un sale état. « Vous pouvez vous lever ? Venez ! » Demandes-tu, tandis qu’il est encore conscient – une bonne chose, car tu ne pourrais le déplacer seule. Il se relève, non sans peine, et tu l’aides à rentrer à l’intérieur de ta demeure tandis qu’il s’appuie sur tes maigres épaules. Vous marchez lentement, afin de ne pas le brusquer. Parce que, décemment, il ne peut pas continuer à rester dehors plus longtemps – au risque de mourir de froid sinon.

Sans tenir compte de ton ménage impeccable, tu le laisses s’asseoir sur le canapé familial. Tu attrapes alors une trousse de secours, rangée dans la salle de bain avoisinante, et tu reviens vers lui tandis que tu commences à ouvrir le contenant. « J’ai une formation médicale, ne vous en faites pas. » Dis-tu, histoire de le rassurer, malgré que tu ne sois pas médecin ou infirmière. Tu commences alors à sortir quelques affaires, notamment des bandages. Tu ne sais pas vraiment où il saigne et ça t’inquiète. « Vous saignez quelque part ? Vous pouvez me montrer ? » Demandes-tu, un peu paniquée. D’autant qu’il n’as pas tellement la carrure d’un angelot, ce gars-là. Il a plutôt le look d’un motard qu’on a essayé de flinguer. Tu te redresses alors sur tes deux jambes. « Je vais appeler les secours… » Expliques-tu, en cherchant des yeux ton téléphone. Ceci dit, ce n’est pas certain qu’il accepte de se rendre dans un hôpital. Et, comme il est conscient, tu ne peux l’y contraindre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Sam 22 Oct - 14:37

Il est tard, peut-être trop tard pour faire ce genre d'affaire mais cela m'est égal, il faut bien que ça se fasse. Je sais que cela est dangereux mais dans mon ''métier'' qu'est-ce qui n'est pas dangereux. Je sais très bien que je frôle chaque jour avec la mort, je la donne autant qu'elle peut me toucher. Je suis fasse à cette homme appuyé contre ma voiture et j'attends que l'échange se fasse. Ma main glisse dans mon dos saisissant l'arme qui s'y trouve sans pour autant la sortir. Le ton qu'emploie cet homme, ne me plaît guère. Croit-il seulement que je ne suis qu'un sbire et non le patron, cela me faire sourire un peu plus alors que ses menaces se font de plus en plus profondes... façon de parler. Je reste stoïc pour le moment, je le regarde sans dire un mot mais je soupire un peu... Je détourne les yeux l'espace d'un instant avant de revenir vers l'homme tout en me redressant légèrement affichant un sourire provocateur, cela me fait rire de le voir s'exciter mais à quoi bon rentrer dans son jeu, j'en ai assez. Rapidement, je reprends le contrôle de la situation, je fais en sorte que cela se passe rapidement, j'ai envie de rentrer chez moi et de profiter du reste de la nuit pour me reposer, la journée de demain n'allait pas être de tout repos et j'avais besoin de mes 5h de sommeil quotidienne. Je finis par prendre le sac et de donner l'autre puis je pars vers ma voiture. Rapidement, je pris la route malheureusement l'homme ne voulait pas en rester là, la voiture de l'homme percuta la mienne m'envoyant dans le décors assez rapidement. Je vins à me saisir du sac et de mon arme avant de tirer en direction de l'homme mais très vite les échanges de coups de feu eurent raison de moi alors qu'une balle se logea dans mon torse et une autre frôla mon bras. Je vins à serrer les dents sous la douleur alors qu'à mon tour, je vins à blesser l'homme mortellement avec le couteau que j'avais toujours sur moi, heureusement pour moi, il n'avait plus de balles dans son pistolet... Un rapide coup d'oeil autour de moi afin de m'assurer qu'il n'y ait personne et je pris la direction d'un groupe de maison un peu plus loin. Rapidement, je me retrouvais dans un jardin avec les deux sacs et vins à m'écouler au sol. « Oh, mon Dieu ! » Cette voix me fit revenir à la réalité des chose, je soupirais alors que je levais le regard vers la jeune femme blonde qui venait d'arriver à mes côtés. « Vous pouvez vous levez ? Venez ! » Après quelques secondes à essayer de me lever tant bien que mal, je vins à me retrouver enfin sur mes deux pieds suivant la jeune femme chez elle. Une fois sur le canapé de la jeune femme, je regarde rapidement autour de moi, ça à l'air cosi comme maison, j'essaie de voir si un homme fait parti de sa vie je n'ai pas envie que cela tourne encore plus mal. « J’ai une formation médicale, ne vous en faites pas. » je lui souris légèrement alors que je regarde ce qu'elle fait « Vous saignez quelque part ? Vous pouvez me montrer ? » je retirais ma veste lentement afin qu'elle puisse voir « Juste au bras et au torse » Je fais en sorte qu'elle ne voit rien de plus, elle a l'air bien fragile, je ne sais pas pourquoi c'est étrange la sensation que j'ai « Je vais appeler les secours... » Je pose ma main sur son bras « Non » Dis-je sèchement alors que mon regard se pose une fois de plus sur la jeune femme « Désolé si je vous ai fait peur mais ce n'est pas une bonne idée.... faites ce que vous pouvez et après je partirai et vous n'entendrez plus parler de moi. » je plonge mon regard dans le sien espérant qu'elle ait compris où je voulais en venir. « Merci à vous ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Jeu 27 Oct - 21:04

Tu n’as même pas réfléchi, lorsque tu t’es jetée dehors par le froid qu’il y avait. Ca avait été comme une impulsion. Dès que tu visualisais un être en danger, animal ou humain, tu ne pouvais t’empêcher de jouer à l’infirmière, la bonne fée. Ceci dit, tu n’avais nullement analysé le fait que cela pouvait être une source de problèmes. D’autant qu’à première vue, cet homme n’avait pas l’air d’un ange. Cependant, c’était trop tard : il était déjà dans ton salon et tu t’étais engagée de vive-voix à le soigner. Alors, évidemment, tu ne reculerais pas. Pas après avoir tendu ta main, offert ton aide.

Lorsqu’il te dit sèchement « non », tu sursautes presque. Ton corps chétif se retourne pour le regarder, lui faire face. Il s’explique et tu comprends alors inévitablement que ce n’est pas un être comme les autres. Probablement un hors-la-loi. D’une certaine façon, cela te fascinerait quelque peu. Tu te crois dans un feuilleton américain des vieilles années. En tous cas, c’est plutôt rocambolesque. « Je… » Articules-tu, dans un premier temps. Finalement, qu’est-ce que tu aurais bien pu rétorquer à cela ? Légalement, tu ne peux pas le contraindre à se rendre dans un hôpital contre sa volonté. Ceci dit, tu ne peux pas non-plus l’abandonner à son sort. Etant donné les saignements, il ne survivrait pas des lustres. Tu acquiesces alors. « C’est entendu. » Réponds-tu doucement.

Tu penses également à tes enfants, qui dorment plus haut. Tu espères qu’ils resteront tranquilles. Et, surtout, tu gardes espoir qu’aucun mal ne te sera fait. Toutefois, en voyant les blessures de l’individu, tu ne peux réprimer un frémissement de crainte. Devant son corps dénudé, tu aperçois clairement qu’il saigne au torse. Une balle, semble-t-il. Tu en as déjà aperçu, aux urgences, lorsque tu effectuais ta formation. Hélas, ce n’était pas pour toi toute cette adrénaline. Ta vie était déjà bien assez agitée sans en rajouter une couche.

Néanmoins, tu ne perds pas ton sang-froid et tu te diriges instinctivement dans la salle de bain. Lorsque tu reviens, tu as un équipement plus complet et plus adapté à la situation. Tu poses ce que tu possèdes sur la table basse. Des bandages, du désinfectant, du cicatrisant, de quoi recoudre : c’est plutôt sommaire. Tu le regardes à nouveau. « Malheureusement, je n’ai pas le matériel médical adapté. Ca risque d’être… douloureux. » Affirmes-tu.

Rien ne te prédestinait, ce soir, à venir en aide à cet inconnu au passé trouble. D’autant que, si la soirée avait continué, tu te serais simplement effondrée dans une autre pièce, laissant ta peine se déverser. Ceci dit, tu ne pouvais pas faire machine arrière. Cette fois-ci, tes pas t’emmènent vers le buffet où les alcools forts sont rangés. Tu attrapes une bouteille de whisky et tu t’en sers un verre. Puis, tu en prends un autre pour l’homme. Tu t’approches doucement de lui et tu lui tends le breuvage. « Tenez. Ca vous aidera… » A supporter la douleur. Cependant, tu n’articules pas la suite. Il a très bien saisi, dans ton regard, que ce ne serait pas partie facile pour lui comme pour toi. Tu n’es pas médecin, après tout. Tes notions sont réelles, mais légèrement rouillées. Tu bois ton verre cul-sec pour te donner du courage, puis tu te saisis d’un briquet pour chauffer les lames d’extraction improvisées – une longue pince à écharde – afin de la stériliser. « Au faite… Je m’appelle Kayla. » Lâches-tu, avec un sourire sympathique. Un bon moyen pour détendre l’atmosphère…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Jeu 24 Nov - 10:49

Sans réellement comprendre voilà que je me retrouvais chez une jeune femme, elle n'avait pas l'air d'être si paniqué que ça bien que le ''non'' que je venais de dire la fit sursauter. Sans rentrer dans les détails, je vins à lui dire que je ne voulais pas aller à l'hopital et qu'une fois qu'elle aurait fait ce qu'elle avait à faire, je partirai. « je... » Mon regard se posa sur la jeune femme « C'est entendu » Je lui souriais avant de la regarder se diriger vers une autre pièce. Un léger coup d'oeil dans la pièce, je pouvais me rendre compte qu'elle avait l'air d'être une jeune mère de famille mais étrangement, je n'avais pas l'impression qu'un homme habitait là mais je pouvais me tromper. « Malheureusement, je n’ai pas le matériel médical adapté. Ca risque d’être… douloureux. » Je baissais le regard sur ce qu'elle venait de ramener avant de soupirer, ce n'était pas grave, de toute façon ma vie était ainsi faite. La souffrance peu importe laquelle faisait partie de mon quotidien. « Tenez. Ca vous aidera... » J'attrapai le verre qu'elle venait de me tendre tout en lui faisant un signe de tête pour la remercier et le bu d'une traite. Le liquide coulait lentement le long de ma gorge et la brûlait légèrement mais j'aimais ce goût, un goût pure et délicat, l'alcool à l'état brute. « au faite... je m'appelle Kayla. » Je déposais le verre sur la table avant de planter mon regard dans celui de la jeune femme « Enchanté... Jaxon » Je m'appuyai sur le dossier du fauteuil tout en prenant soin de ne pas trop tâcher le canapé puis je vins à reposer mon regard sur la jeune femme attendant qu'elle fasse ce qu'elle devait faire. « Merci pour votre aide et votre discrétion, j'espère que votre mari ne dira rien » Cela était une bonne façon pour moi de savoir si un homme vivait ici. Ce n'était jamais simple d'accepter qu'une femme ''sauve'' un homme encore plus quand cet homme était blessé et ne voulait pas entendre parler de police ou d'hôpital. Je soupirais un peu plus avant de poser mon regard sur les bouteilles d'alcool « vous croyez qu'il serait possible de ravoir un verre avant que vous continuez, je peux vous la payer si vraiment y'a besoin » Un large sourire s'aficha sur mes lèvre tel un ange que je n'étais pas. Je me demandais si un jour, je l'avais été... à croire ma famille ce n'était pas le cas...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Mar 7 Fév - 15:17

La situation était des plus compliquées. D’un côté, ton instinct de mère te poussait à préserver ta progéniture qui dormait à l’étage et donc à repousser vivement la présence de l’individu qui se trouvait devant toi. Un homme qui venait de se prendre une balle et qui refusait obstinément que tu joignes une ambulance – par crainte que la police ne s’en mêle. Autrement dit : tu étais dans de beaux draps ! Ceci dit, de l’autre côté, tu ne pouvais pas abandonner qui que ce soit qui avait besoin d’aide. Même si le contexte ne te rassurait en aucun cas, tu étais dotée de cette âme bienveillante et généreuse. D’autant que, le cas échéant, il risquait de ne pas survivre éternellement s’il ne se faisait pas soigner dans les plus brefs délais. Et toi, tu étais la mieux qualifiée à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Seule face à un choix, tu pris la décision d’accepter qu’il entre dans ta maison et bénéficie de tes soins.

Tandis qu’il buvait son verre, tu entrepris d’effectuer les présentations en lui donnant ton prénom. Il en fit de même et te confia s’appeler Jaxon. Tu n’avais jamais entendu cette identité auparavant. Ceci dit, cela ne te surprenait pas : il n’avait pas tellement le profil du père de famille propre sur lui qui viendrait à la vente de pâtisserie du collège. Tu hochas la tête, d’un signe entendu. Avant de débuter les travaux pratiques sur sa chair, tu attrapas ton propre verre d’alcool et tu en bus une bonne gorgée – pour le courage. Il allait t’en falloir, après tout. Mais, tandis que tu préparais les instruments et les compresses, il te remercia et parla de ton époux. Tu fus surprise. « Il… » Lâchas-tu. Il quoi, exactement ? Il n’était plus à la maison. Tu n’étais pas certaine que dire la vérité soit judicieux. Ceci dit, mentir pouvait être pire. Car s’il apprenait que tu n’avais pas été honnête, quelle pourrait être sa réaction ? Tu interrompis alors tes mouvements quelques secondes. « On est séparé. » Avouas-tu, sans donner de plus amples explications.

Jaxon – s’il s’agissait bien de son prénom – te demanda s’il pouvait avoir un autre verre pour tenir le choc. Tu acquiesças. « Oh oui, bien sûr ! » Aussitôt, tu te redresses sur tes deux jambes et tu prends la bouteille vers vous, lui servant ce qu’il t’avait demandé. « Tenez. C’est gratuit. » Dis-tu afin de détendre l’atmosphère, accompagnant le tout par un sourire amical. Tu te voulais plus décontractée que tu ne l’étais. Hélas, il fallait bien paraître sûre de toi : tu n’avais pas le droit à l’erreur. Finalement, une fois que tout fut près sur la table basse, tu déposas ton regard sur lui. Il était temps de démarrer le processus de secours. « Vous êtes prêts ? » Demandas-tu, perturbée et anxieuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Dim 12 Fév - 18:18

Kayla... C'était un nom pas commun mais ce n'était pas ça le plus important, la jeune femme avait l'air de savoir ce qu'elle faisait du moins, elle avait l'air de connaître le minimum pour soigner un homme mal en point. Je remerciais la jeune femme pour sa discrétion, je n'avais pas envie de voir débarquer un de ses connards de flic qui avait embarqué mon frère. Mais j'espérais pour elle que son mari ne vienne à rien dire sur ma présence ici. « Il.. » « On est séparé. » Je n'avais pas prévu que la jeune femme soit séparé même si dans un sens cela m'arrangeait... Je restais à regarder la jeune femme, elle était d'une beauté extrême, du moins, elle était à mon goût mais pour le moment ce n'était pas le soucis. On s'en fichait de savoir qui était beau ou autres du même type, pour le moment, je voulais qu'elle me soigne et la venue d'un deuxième verre allait me faire du bien. « Oh oui, bien sûr ! » Je remerciai la jeune femme d'un signe de tête « Tenez. C'est gratuit. » Un large sourire s'afficha sur mes lèvres alors que je buvais une gorgée de mon verre. « Merci beaucoup » Je posais mon regard sur tout ce qu'elle avait devant elle avant de venir planter mon regard dans le sien. « Vous êtes prêts ? » Je ne savais pas si j'étais réellement prêt mais nous n'avions pas le choix, il fallait qu'on y arrive, il fallait vite passer cette étape pour laisser la jeune femme tranquille. « Allez-y » j'attrapais une fois de plus mon verre et le but d'une traite avant de me poser au fond du canapé et de laisser faire la jeune femme. La douleur était vive mais il fallait que j'essaie de faire abstraction de cela. Les dents serrés et les yeux fermés, j'essayais de garder le contrôle de ma respiration, cela se faisait de plus en plus difficile alors que Kayla faisait le nécessaire pour me ''guérir'' Pendant de longues minutes qui me parurent être une éternité, je laissais mes yeux fermés essayant de me concentrer le plus possible lâchant à plusieurs reprises des petits gémissements sous la douleurs. Une fois terminée, j'ouvris les yeux et vins à reposer le regard sur la jeune femme. « Désolé de vous avoir entraîné là-dedans... et j'espère que vos enfants n'auront rien entendu.. » Je fis signe vers l'une des photos qui était posée non loin..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Dim 12 Fév - 18:48

Bien que la situation n’était pas des plus simples à gérer émotionnellement, tu gardais un calme olympien. Cet inconnu, qui se prénommait Jaxon, avait besoin de ton aide. Et bien qu’il soit trempé dans des affaires peu enviables – sinon il ne se serait pas retrouvé avec une balle dans la poitrine – tu ne pouvais décemment pas le mettre à la rue et le laisser mourir appuyé contre un réverbère. Alors, tu t’improvisais infirmière, malgré que tes compétences ne soient pas tellement développées dans ce domaine. Tant pis, il allait devoir se contenter de cela, s’il souhaitait espérer s’en sortir vivant. D’autant que tu étais déjà particulièrement gentille avec lui.

Après deux verres de whisky pour lui et un pour toi, tu lui demandas s’il était prêt à endurer la fameuse douleur d’une aiguille transperçant la chair afin de refermer la blessure. Il te confirma que oui. Tu étais très nerveuse et tes mains tremblaient un peu. « D’accord. » Ton esprit s’agitait assez violemment. Pour te calmer au maximum, tu entrepris d’attraper la bouteille de whisky et tu en bus une grosse gorgée. Ca te fit presque tousser. Liam ne t’en voudrait pas de la boire. Et puis, de toute façon, il n’était plus là. Finalement, tu t’assis à côté de Jaxon – qui avait des yeux troublants – et tu démarras le processus tant bien que mal. Après quelques instants, tu ne pus t’empêcher de lui dire quelques mots. « Il ne vous a pas raté. » Les secondes défilent et le temps s’égrène doucement. C’est long et difficile. Tu fais en sorte d’être le plus propre possible pour qu’il ne garde qu’une petite cicatrice. L’important, surtout, c’est que tout aille mieux pour lui dans les heures à venir. D’autres symptômes alarmants pourraient se déclencher et ce que tu venais de faire ne lui sauverait pas la vie, malheureusement.

Une fois que tout est terminé, tu pousses un violent soupir de soulagement. C’est terminé. Tu reposes alors tout le matériel et ton corps se remet à trembler comme une feuille, tandis que tu apportes le tout vers la poubelle de la cuisine. Lorsque tu reviens, il s’excuse. « Ne vous en faites pas pour ça. » Il parle alors de tes enfants et te désigne une photographie de toi, entourée de ta progéniture et de ton futur ex-mari. Tu souris, tristement. « Les trois plus âgés sont chez leur père, en ce moment. Je n’ai que mes deux derniers, qui sont trop petits pour comprendre et dorment certainement profondément. » Expliques-tu, tandis que ta voix se fait plus tiraillée par la tristesse. Cette situation n’est pas ce que tu espérais comme avenir. Mais tu dois composer avec désormais.

Tu reportes ton attention sur Jaxon. Malgré les soins apportés, il a perdu bien du sang et semble particulièrement épuisé. Il y a de quoi, cela dit. « Vous aurez du mal à rentrer chez vous, dans cet état. » Commences-tu par dire, sans sourciller. C’est une simple constatation. Pourtant, cela semble évident. « Si vous êtes d’accord, je préférerais que vous restiez pour la nuit, si jamais il y a des complications. » Expliques-tu calmement, en rangeant quelques affaires sur le passage. Tu le regardes alors, gênée. « J’ai une chambre d’amis plutôt confortable. » Précises-tu, afin d’éviter tout ambiguïté entre vous. C’est uniquement de l’entraide et du bon sens. « Evidemment, vous pouvez refuser. » Rajoutes-tu, en le regardant cette fois-ci droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Jeu 2 Mar - 9:58

Pour la première fois depuis bien longtemps, je reste calme face à quelqu'un que je ne connais pas mais surtout je reste calme malgré ce qu'il vient d'arriver. Je reste malgré tout étonné de la bonté de la jeune femme mais aussi face à ce calme qui à l'air de la caractérisé. Je peux me tromper mais j'en doute, elle a l'air vraiment quelqu'un de bien et j'ai l'impression de la pervertir avec mes conneries mais dans un sens je m'en fous, je ne suis pas quelqu'un de bien et je ne suis pas sûr de l'être un jour, c'est dans les gènes familiales... Alors que je viens de finir mon deuxième verre de whisky, il est temps pour Kayla de recoudre ma plaie « D'accord » Je soupire légèrement avant de sentir l'aiguille rentrer dans ma peau, je grimace tout en serrant les dents « Il ne vous a pas râté. » ça c'était sûr qu'il ne m'avait pas loupé et il n'allait pas tarder à se retrouver six pieds sous terre, je le savais et je ne le laisserai pas s'en sortir comme ça. La douleur se fait ressentir mais je préfère serrer les dents que de laisser échapper un cri sous la douleur ou même plus. Je sens la tête tourner un peu alors je ferme les yeux pendant quelques secondes me concentrant sur ma respiration. Une fois qu'elle eut terminé, je m'excuse en espérant que ses enfants n'ont rien entendu, je voulais me montrer respectueux avec mon hôte. « Ne vous en faites pas pour ça. » je souris à la jeune femme« Les trois plus âgés sont chez leur père, en ce moment. Je n’ai que mes deux derniers, qui sont trop petits pour comprendre et dorment certainement profondément. » , c'est étrange, sa voix se trouble, je me dis qu'il doit se passer pas mal de chose dans sa vie en ce moment et pas que de bonnes choses, c'est dommage pour elle... Voilà que je détourne le regard pour finir par passer une main sur mon visage « Vous aurez du mal à rentrer chez vous, dans cet état. » Je regarde la jeune femme et fronce les yeux, je n'arrive pas à voir où elle veut en venir. « Si vous êtes d’accord, je préférerais que vous restiez pour la nuit, si jamais il y a des complications. » Je suis assez surpris de ce que la jeune femme vient de dire, je ne m'attendais pas une seconde à ce qu'elle accueille un parfait inconnu chez elle. « J'ai une chambre d'amis plutôt confortable » Je lui souris une fois de plus, cela me surprend mais je trouve cela vraiment très gentil de sa part. « Evidemment, vous pouvez refuser. » je me doute que je peux refuser mais je pense qu'elle a raison, c'est certainement plus sûr, pour une fois, je vais écouter la voix de la raison « Je vais vous écouter et accepter votre proposition, c'est vraiment très gentil de votre part, c'est vraiment pas tout le monde qui ferait ça. Je me dis qu'il existe encore de bonnes personnes sur terre... » Mais j'en ferai jamais partie... ça je ne peux pas lui dire mais je suis sûr qu'elle doit s'en douter. Je regarde la plaie qu'elle vient de recoudre « Merci encore pour ce que vous venez de faire.. » Je pose ma tête contre le dossier du canapé et reprends doucement le dessus bien que la fatigue commence à se faire ressentir....
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla Lun 6 Mar - 17:08

Cette situation était particulière, évidemment. Jamais tu n’aurais pu penser que tu te lèverais ce matin et rencontrerais, dans la soirée, l’un des personnages les plus sombres de Tenby dans ton jardin. Moins encore que tu lui viendrais en aide, parce qu’il s’était repris une balle dans le torse et qu’il était bien amoché. Fort heureusement, tu ne t’étais pas laissé démolir. Mieux encore, tu avais gardé ton sang-froid et tu avais su résoudre cette affaire avec délicatesse et compréhension. Chose dont tu n’aurais pas été capable en présence de ton « mari » ou de vos enfants aînés. Le fait que tu étais seule, avec tes deux derniers bébés, te donnait le sentiment qu’il fallait rester zen. Sinon, tu pourrais payer les pots cassés. Était-ce alors de l’instinct, pur et dur ? Certainement. Pourtant, malgré l’avertissement qui résonnait dans ton esprit, tu avais proposé à Jaxon de profiter de cette rencontre fortuite pour se reposer à ton domicile jusqu’au lendemain. Ce n’était pas logique, ni censé, ni rien d’un instinct de survie. Juste des bonnes manières, semblerait-il. En tous cas, il accepta ta proposition sans rechigner et te remercia pour cet acte de bienveillance. « Je vous en prie. » Lui dis-tu, avec un large sourire. Puis, sans attendre, tu lui fis signe de la tête pour qu’il te talonne. « Suivez-moi. » Tu parcours alors le couloir et tu ouvres la porte se situant sur la gauche. Cette chambre était réservée à vos invités, en temps habituel. Mais plus rien n’est normal dans ce monde, pas vrai ? Plus depuis que tu as perdu l’homme de ta vie, en tous cas. Tu laisses alors Jaxon découvrir les lieux, quelques instants. « Si vous le désirez, il y a une salle de bain juste la porte en face. Je serai à l’étage, en cas de besoin. » Précises-tu, en indiquant la dite porte. Tu l’observes alors un court instant, avant de reprendre ton fameux sourire d’hôtesse habituel. « Reposez-vous bien ! A demain. » Termines-tu, avant de refermer la porte derrière toi et de t’affairer à tes préparatifs entamés quelques instants plus tôt durant la soirée.

***


Tu étais partie te reposer dans ta chambre, proche de celle des cadets. Une bonne nuit de sommeil et la soirée d’hier te paraissait presque improbable. Comme si ce n’était qu’un rêve éphémère. Pourtant, en redescendant tôt ce matin-là, tu découvris le whisky entamé, rangé à sa place. Signe distinct que tu n’avais pas fantasmé ce qu’il s’était passé. Sait-on jamais ! Tu te mets alors à préparer le petit-déjeuner, que tu décides de lui apporter au lit. Tu frappes à la porte de la chambre, avant d’y entrer doucement. « Bonjour ! Je… » Tu démarras avec plein d’entrain, mais tu fus coupée net dans ta tentative désespérée. Parce qu’il n’y avait plus personne. Le lit était défait, mais Jaxon avait disparu. Tu fronças les sourcils et tu regardas autours de toi, tendant l’oreille. Rien. Pas un bruit. C’est alors que tu aperçus une petite lettre, posée sur l’oreiller. C’était Jaxon, qui te remerciait pour tout et s’excusait de devoir partir prématurément. Tu souris, étonnée de cette rencontre que tu n’oublierais pas.

[FIN]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla

Revenir en haut Aller en bas

« Le Diable ne s’habille plus en Prada. » ✿ Jaxon & Kayla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-