AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Une revenante !? | Seren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Une revenante !? | Seren Dim 9 Oct - 20:49

Mon casque sur les oreilles, j'avais décidé d'aller faire un tour pour me changer les idées. Plus les jours avancés et plus j'avais la désagréable impression que jamais je ne pourrais revoir ma mère en vie. J'aurais pu prendre le premier bus qui me ramènerait à Cardiff, seulement ma mère me l'avait strictement interdit et elle était la seule personne que j'écoutais réellement. Les mains dans les poches de mon sweat, j'avais le regard rivé sur le sol. Cet endroit était parfait pour réfléchir et pourquoi pas se perdre dans ses pensées sans que t'es besoin de rendre de compte. Josh était parti bosser un peu plus tôt dans la journée, bien évidemment, il m'avait laissé une liste de chose à faire longue comme le bras mais l'espoir faisait vivre. Une cigarette coincée entre mes dents, je cherchais désespérément mon zippo mais apparemment il était resté bien sagement au chaud. J'avais retiré la cigarette de mes lèvres avant de relever mon regard pour pouvoir demander à la première âme charitable qui voudrait bien me dépanner. C'était plutôt désert aujourd'hui, en même temps la pluie menaçait mais ça ne m'avait jamais empêché de sortir dans mon cas. Un soupir agacé avait franchi mes lèvres avant de remarquer enfin une silhouette qui s'approchait dans ma direction. J'avais froncé les sourcils avant de plisser les yeux pour être sûr de ce que j'avais vu. Un léger sourire sur les lèvres, j'avais enfouie de nouveau mes mains dans les poches de mon sweat avant de relever légèrement la capuche sur mes cheveux. _ Je crois que te connais, j'en suis pas vraiment sûr mais tu ressembles à une nana que j'ai connu par le passé mais qui d'un coup à jouer les mortes. Voyons comment elle s'appelait... Un vrai connard, je le savais mais en même temps j'étais comme ça et puis j'appréciais pas vraiment que Seren joue les filles de l'air sans me donner la moindre explication. _ Ah oui Seren, fragile mais plutôt agréable à regarder. J'étais resté droit comme un i devant elle avant de détourner le regard sur le chemin derrière elle. _ ça y est l'hibernation est terminée ou j'ai seulement eu un bol monstre de me trouver là aujourd'hui pendant ta sortie annuelle ? Quoi ? En même temps, je ne faisais qu’énoncer les faits et peut être aussi que je voulais lui faire comprendre qu'elle avait merdé, car après tout j'avais toujours été là pour elle et j'aurais été là si elle m'avait laissé la possibilité de l'aider. J'avais détourné de nouveau le regard avant de retirer mon casque de mes oreilles pour le passer autour de mon cou. _ T'aurais pas du feu par hasard ? Y a pas un pèlerin dans le coin aujourd'hui, à croire que les personnes de ce coin paumé détestent la pluie. J'avais relevé mon regard vers le ciel, je n'étais même pas sûr que la pluie allait frapper mais j'allais certainement pas parler météo avec Seren. Mon regard s'était reposé sur Seren alors que je fronçais de nouveau quelque peu les sourcils. _ Tu sais ça te ferait pas de mal de prendre un peu plus le soleil, t'es blanche comme un cul. J'avais fait une légère grimace en me disant qu'il faudrait que je pense à réfléchir avant de parler. J'aurais pu lui dire que ça me faisait tout de même plaisir de voir qu'elle se portait "bien", dans la limite du possible en tout cas. J'avais finalement retiré entièrement la capuche qui se trouvait sur ma tête avant de passer une main dans mes cheveux les ébouriffants un peu plus au passage. _ T'as le droit de me faire un câlin, tu sais que j'adore ça et je crois que ça fera 1/3 du chemin de croix qui te mènera jusqu'à mon pardon. Un sourire malicieux s'était dessiné sur mes lèvres alors que j'écartais les bras comme un con devant Seren. _ Te fais pas prier et dépêche toi avant qu'on ait un public.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : MissPiggy
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Théodore C. Pembroke, Victor I. Cartwright et William T. Hardy
TON AVATAR : Luca Hollestelle [aka the freakles queen]
TES CRÉDITS : avatar: James signature: Rang
TA DISPONIBILITE RP : Toujours disponible pour RP
[présentement avec un délai de 10 jours pour répondre]
RAGOTS PARTAGÉS : 2322
POINTS : 667
ARRIVÉE À TENBY : 21/07/2014

Flying higher than the sky
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (8 mai 1998)
CÔTÉ COEUR : Currently being fixed / feel trapped in her too-small closet
PROFESSION : Étudiante en cinéma / employée à la vidéothèque
REPUTATION : Elle vient de revenir de Paris. Quelle merveilleuse aventure elle doit avoir vécue! Elle semble plus heureuse, non?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Une revenante !? | Seren Lun 24 Oct - 21:30

Je m’étais réveillée aux aurores sans bien le vouloir. J’aurais bien aimé être capable de cumuler une nuit complète sans aucun cauchemar ni réveil brusque mais ça faisait des mois que ça ne s’était pas produit. Avec le temps, j’avais appris que tenter de me rendormir ne servirait à rien. Le nœud de stress qui était dans mon ventre ne réussirait pas à s’évaporer. Résignée, j’avais donc fixé le plafond pendant un instant nourrissant les pensées pas toujours gaies qui régnait dans mon cerveau comme reine et maître.

Et sur les coups de cinq heure trente bien, j’avais cédé. Sur la pointe des pieds, je m’étais habillé et j’avais sorti mon agenda dans lequel j’avais noté les travaux qui commençait à s’accumuler pour l’université. Je savais que c’était très ridicule mais je craignais le fameux moment où je sortirais ma caméra de son étui pour y retoucher. Naturellement que l’on pouvait s’attendre qu’en étudiant en spécialité réalisation en cinéma, j’étais pour avoir à le faire – plus tôt que tard d’ailleurs. Mon analyse des plans séquences pour mon cours était terminée. J’avais probablement passés plus d’heures que nécessaire dans les bouquins à étudier les genres cinématographiques sur lequel portait mon travail pour le cours concerné. J’avais fait des fiches pour tous les cours qui le nécessitaient. Il fallait bien que je me rendre à l’évidence. Il ne me restait pas grand-chose à faire qui n’incluait pas que je prenne ma caméra pour avancer.

J’avais donc tiré les volets pour y découvrir un ciel grisâtre et maussade qui n’aidait probablement mon humeur – elle-même morose. Machinalement, je tressais mes cheveux d’un geste habile et un peu blasé. Je reniflais le vieux pantalon de sport informe que je portais presque machinalement ses temps-ci – le gris était encore portable et j’enfilais un t-shirt et un pull. Informe. Mais ça m’allait comme définition de tâche. Je descendis en bas avec ma caméra dans son sac et ramassa quelques provisions avant de filer non sans me forcer de laisser un mot à mon père sur la table de la cuisine. « Sortie, ne m’attend pas. » En même temps, il ne m’aurait pas attendu pour y aller. Je n’avais pas mis les pieds dans l’église depuis l’enterrement de maman.

J’hésitais un moment sur l’endroit où aller pour faire les prises de vue demandées. Le port aurait été une bonne option en ce samedi matin. Mais je savais que je ne tolérerais jamais la foule des marchands – seuls habitants qui y serait en cette heure matinale. Huit heures maintenant affichait ma montre. Non, à la place, je choisi de prendre la bifurcation pour m’engager sur le sentier balisé qui longeait la côte. Je marchais donc et pris un petit instant pour y filmer quelques éléments. Mais tenir la caméra me faisait une curieuse sensation. Avant, je me sentais libre en créant. Je me sentais encore coincée, opprimée. Mais c’était l’histoire de ma vie. Après près de trois heures sans sortir une image ne serait-ce que potable à mes yeux de grandes perfectionniste, je finis par plié bagage de mon perchoir. Sur le chemin en retournant vers la ville, je ne m’attendais pas à croiser personne. C’est pourquoi je fus surprise d’entendre une voix familière m’interpeller alors que je me rapprochais de lui.

Je frissonnais en attendant la seconde partie. J’avais simplement envie de lui gueulé dessus que je n’étais pas agréable à regarder, pas un objet de consommation au bon désir des hommes. Oh! Je connaissais Soan – nous nous étions fréquentés. Il ne m’aurait pas fait mal. Mais j’avais tout déballé encore un peu alcoolisé parce que la situation s’était échauffée trop vite. Comme avec Malone qui avait juste su comment étouffer l’arc-en-ciel qui débordait de moi. Malgré le fait qu’il était gentil, je n’arrivais pas non plus à l’appeler et il me fallait vraiment faire un effort pour ne pas prendre mes jambes à mon cou. « Soan, toujours plus fort en apparence que ce qu’il est au fond. » grondais-je en ravalant mon envie de fuir à toute jambes, de tout foutre en l’air sans crier gare. Le commentaire était froid – mais j’étais de glace depuis quelque temps.

Les commentaires sur mon apparences me rendait mal à l’aise, le fait qu’il insultait cet endroit qui m’éveillait pourtant des si bons souvenir me faisait frissonner malgré le fait que j’étais bien couverte. « J’ai beau faire la morte, je me magasine pas un cancer du poumon moi. Non, j’ai pas de feu. » Il n’avait sans doute rien fait pour se mériter ma sourde colère, mais c’était juste un des justificatif de ce froid que je posais entre les autres et moi. Un véritable effort. Tout comme celui de tenter un rapprochement corporel. Depuis des mois, je faisais tout pour les éviter. Rester dans ma chambre, ne parler à personne. Et puis normalement, Soan n’était là que l’été… qu’est-ce qu’il venait faire à Tenby en plein mois d’octobre? La situation n’était déjà pas pour me plaire alors lorsqu’il me proposa un câlin, je dus lutter pour ne pas lui hurler d’aller se promener ou pire encore.

Il ne réalisait probablement pas le désastre ni le fait qu’une barre de fer aurait probablement mieux fait le boulot pour le serrer dans ses bras que moi. « T’étais pas reparti chez ta mère pour l’année scolaire? Pas que je ne sois pas contente de te voir ou quoi. » demandais-je en m’en éloignant aussi vite que ce que j’avais fait en m’en rapprochant.

_________________

                     

       
« I can't keep quiet »
But no one knows me. No one ever will if I don’t say something, if I just lie still. Would I be that monster, scare them all away if I let them hear what I have to say. A one woman riot... I can’t keep quiet for anyone... anymore©️ .bizzle
       


Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une revenante !? | Seren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-