AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Memories can be like acid burning through the skin | Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2594
POINTS : 5637
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyVen 7 Oct - 13:55

I would react badly
To the slightest hint of hesitance
He’d bend awkwardly to suit my mood
No word from his defense

La vie réservait parfois de nombreuses surprises. En l’absence de l’animateur radio principal qui avait pris ses congés annuels et de son remplaçant, en maladie subite, il avait été demandé à Gwen de reprendre exceptionnellement le flambeau au pied levé, elle qui était venue passer plusieurs journées dans le petit studio de la taille d'un double garage au cours de son adolescence pour apprendre les premières ficelles du milieu musical, avant de partir pour Londres. Cette petite station FM avait été la première à lui donner sa chance et à parler d’elle dans la région à ses débuts, lorsqu’elle chantait encore avec son groupe au temps du lycée. Aujourd’hui, la métisse pouvait bien leur rendre service pour deux ou trois jours en retour. Même si elle était un peu rouillée, elle savait comment se servir des différents boutons pour passer d’une musique à l’autre ou bien intervenir le moment venu. Le programme était réduit à son minimum au niveau de son temps de parole, laissant ainsi la place aux différentes playlists pré-encodées en l’absence de l’animateur radio principal. Gwen n’intervenait que rarement entre les chansons, elle assurait simplement le bon suivi de la bande FM et les transitions plus longues. Le seul point à respecter impérativement dans son programme du jour serait l’accueil d’une des stars présente dans la région et dont la célébrité dépassait largement Tenby et ses environs. Dans le mille ? Nate Miles. Ils ne s’étaient pas vraiment revus depuis le tournage de son clip. La métisse avait pris ses distances par rapport à ce projet même si elle avait eu de nombreux retours positifs, la vidéo du rockeur avait contribué à élargir sa popularité surtout par rapport à ses talents en danse. Le réalisateur l’avait d’ailleurs recontactée depuis pour lui proposer d’autres projets, cependant rien de concret encore pour le moment. C’était comme si Gwen fuyait Londres depuis qu’elle y était retournée. Disons que les démons de son passé là-bas l’y attendaient de pied ferme, une descente aux enfers à laquelle elle n’était pas sûre de résister : drogue, addictions diverses, combats de rues clandestins comme gagne-pain pour survivre, vieux comptes à régler. Elle n’avait rien oublié de tout ce qu’elle avait traversé. Ici, la jeune femme tenait bon car elle était obligée de faire bonne figure malgré les difficultés à résister à ses dépendances. Son meilleur ami avait bien aidé à crédibiliser la prolongation de son séjour à Tenby en lui proposant de se mettre faussement en couple avec elle, un rôle qu’elle ne devait d’ailleurs pas oublier de tenir. Gwen était perdue entre cette porte qui s’ouvrait potentiellement pour réaliser ses rêves et les sacrifices déjà consentis pour en arriver jusque-là, car il y en aurait certainement de nouveaux à faire et des plus importants que ce qu’elle avait déjà fait. Ce serait bientôt le moment de prendre une décision afin que son avenir bascule dans un sens ou dans l’autre.

Il n’était plus temps de songer à tout ceci pour l’instant. L’heure était venue de recevoir Nate. En principe, le remplaçant du principal aurait dû être à son poste aujourd’hui s’il n’avait été malade mais le hasard se foutait bien de l’ironie de la situation. Si le Miles n’avait pas écouté les ondes de Tenbreak FM ce matin, radio minuscule à qui il avait promis sa gracieuse présence malgré sa réputation (à moins que ce soit son entourage musical qui lui ait conseillé de faire cet entretien pour promouvoir l’album dans la région où il restait présentement), il ignorait que ce serait elle qui mènerait l’échange et s’évanouirait peut-être de surprise. Ce moment promettait d’être délicat sachant les circonstances particulières et intenses de leur dernière rencontre mais l’instant pouvait aussi être drôle. Nate et elle ne pourraient en effet pas se parler directement l’un à l’autre à l’antenne, du moins pas sur un plan personnel, ce qui arrangeait très bien Gwen qui n’en avait pas envie, surtout après avoir lu un message Instagram qui – elle l’espérait au fond d’elle – ne la concernait pas. Alors qu’elle aperçut sa tête à la coiffure toujours aussi… bizarre (pour ne pas dire autre chose), la métisse ne lui laissa même pas le temps de reprendre ses esprits ou de poser la moindre question, qu’elle indiqua sa place à Nate tout en ouvrant le poste pour annoncer son arrivée à l’heure convenue. La ponctualité devait être une de ses seules qualités sans doute, en plus de la détermination. « Nous en avons parlé pendant des mois, et aujourd’hui nous allons enfin l’entendre : nous avons le plaisir de recevoir notre rockeur de Liverpool préféré, Nate Miles. Il est venu nous parler de ses projets et de son nouvel album, pour lequel nous aurons l’occasion d’écouter quelques extraits. Bienvenue. » Elle marqua un temps de pause afin de lui donner l’occasion de réponse à l’antenne. Gwen restait impassible, souriante certes, mais impassible, pour le moment.


Spoiler:
 

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyDim 9 Oct - 16:22

But she's a modern lover
It's an exploration, she's made of outer space
And her lips are like the galaxy's edge
And her kiss the colour of a constellation falling into place


« A quoi ça sert de bien s'apprêter si c'est pour la radio ?» qu'on me demande alors que je change de chemise pour la quatrième fois en moins de cinq minutes. « Ce n'est pas comme si c'est la télé… » Je soupire lourdement, observant mon reflet dans le miroir avec un oeil critique. Décidément, j'aurais dû virer cette bécasse il y a quelques heures déjà, ou alors j'aurais dû ne jamais la ramener chez moi. Elle avait l'air pourtant marrante hier soir. Tout le monde est plus marrant avec un coup dans le nez, moi y compris. Cependant, là je suis sobre et je constate qu'encore une fois, j'ai fait une terrible faute de goût, mais pire encore, que cette faute de goût ne veut pas déguerpir malgré mes nombreuses recommandations. Tu es bien attendue quelque part… Tu vas être en retard… Tu n'as pas un chien à aller promener ? J'essaye tout, mais sans succès alors il va falloir sortir l'artillerie lourde. Je n'ai aucun regret à l'utiliser étant donné le rendez-vous important que j'ai tout à l'heure et que c'est impossible de se préparer avec elle dans les pattes, surtout quand elle s'exprime avec sa voix nasillarde. Elle est restée allongée de tout son long, nue dans mes draps, à me regarder m'activer dans la chambre alors qu'entre temps je suis déjà passé par la douche.
Je fouille dans la poche arrière du jeans que je portais la veille et j'en ressors mon porte-feuille duquel je prends quelques billets. Je m'assois vers elle et c'est l'heure de la faire partir.
« C'était super hier soir. Merci encore. » Dis-je doucement en me penchant sur elle pour déposer un baiser sur sa joue et en lui glissant l'argent dans la main. Sa réaction ne se fait pas attendre et son visage se décompose quand elle se rend compte que ce n'est pas mon numéro de téléphone que je viens de lui glisser dans la main, mais bien des livres sterling. Elle est furieuse, se met à hurler qu'elle n'est pas une professionnelle et elle agrémente le tout de charmants noms d'oiseaux. Elle me jette l'argent au visage et se relève pour s'habiller et s'en aller. Je dois adopter une mine confuse et désolée même si intérieurement, je suis satisfait de voir que cette technique pour virer une fille de son lit est toujours aussi efficace.

Enfin seul, je reprends mes préparations et j'opte pour des vêtements de marques qui restent toutefois très sobres et décontractés. Que ce soit pour la radio, la télévision ou des prestations lives qui ne sont pas retransmises, il faut toujours être apprêté et je ne comprends pas pourquoi elle n'était pas capable de le comprendre. Quand on commence à avoir une certaine image, on se doit de la préserver par tous les moyens et ce sont ces petites choses là qui compte. Une veste en cuir par dessus et je me rends au studio de radio avec ma Porsche. Je n'étais pas vraiment partant pour cette interview à la base, préférant ne pas m'afficher sur la radio locale, préférant que la reconnaissance du groupe se propage plutôt dans la capitale Anglaise, mais l'agent ayant insisté, j'ai cédé. Je m'occupe des interviews sur Tenby et Cardiff tandis que les autres s'occupent plutôt des rendez-vous professionnels du côté de Liverpool. On se réparti les tâches quand la présence d'un seul des membres est requise et c'est plus facile comme ça. J'arrive au studio et on m'informe que ce sera bientôt à mon tour d'y aller. Je suis excité à l'idée de pouvoir parler encore du succès neuf du groupe et de l'album plus particulièrement, surtout que la tournée des festivals de cet été risque d'être mentionnée et c'est toujours bon d'évoquer ces merveilleux souvenirs. Cependant, quand on me fait entrer dans le studio, mon coeur loupe quelques battements en apercevant la Martins animer l'émission. C'est une blague ? Je me retourne vers la secrétaire qui m'a fait entrer de le studio, un air interrogateur sur le visage et elle me somme de m'installer vers l'un des micros. Je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit à Gwen, pourtant l'envie est là et je me retrouve complètement perdu, à l'écouter et à la dévisager. C'est tellement étrange de la revoir dans un contexte autre que celui de la danse, surtout depuis le tournage et il me faut quelques secondes pour m'y faire. Or, pas le temps de trop y penser parce que c'est à moi de prendre la parole. Je me transforme : je fais comme si Gwen est une autre personne et je reprends naturellement, après une pause toutefois trop longue.
« Merci beaucoup ! Et merci pour l'invitation ! » Je n'ai qu'une envie, qu'elle lance la pause publicitaire pour que je puisse l'assaillir de questions, à commencer par :" Qu'est-ce que tu fais là ?" Mais ce n'est pas pour tout de suite et je dois jouer mon rôle pour les auditeurs qui écoutent l'émission. « C'est super d'être là aujourd'hui et j'espère pouvoir répondre à toutes les questions et j'espère aussi que mes projets en intéresseront plus d'un. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Memories can be like acid burning through the skin | Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2594
POINTS : 5637
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyJeu 13 Oct - 20:30

I would react badly
To the slightest hint of hesitance
He’d bend awkwardly to suit my mood
No word from his defense


La tête qu’afficha Nate à son entrée dans le studio valut tout l’or du monde pour Gwen. Sans se décontenancer une seconde, elle prévint les auditeurs de l’arrivée de leur invité spécial. Passé le moment de surprise, le rockeur rebondit sur ses pattes tel un chat et prit place en face d’elle afin de prendre la parole. La métisse le sentait au taquet, prêt à lui sauter dessus dès qu’ils auraient une minute hors-antenne mais elle ne comptait pas lui en donner l’occasion dans l’immédiat. « Je pense que c’est le cas, nous avons du monde aujourd’hui. » Répondit l’animatrice de quelques jours lorsqu’il espéra que les projets du groupe en intéresseraient plus d’un. Elle avait beau ne pas l’apprécier pour de nombreuses raisons, Gwen devait reconnaître sa popularité certaine et le fait que, clairement, la venue du Miles gonflait un peu plus les audiences de Tenbreak FM qu’à l’accoutumée. « N’hésitez pas à nous envoyer toutes les questions que vous voudriez poser à Nate sur notre page facebook, nous nous ferons un plaisir de les relayer. » La jolie brune essayait de moduler sa voix et son vocabulaire pour l’adapter à un public aussi large que possible, en autre temps, elle aurait pris moins de gants mais c’était amusant de se glisser dans ce rôle un jour ou deux. « Le nouvel album est enfin bouclé… Pas trop dur le retour de Londres ? » Commença Gwen par une question plus légère même si entre eux, celle-ci l’était peut-être moins, involontairement, puisqu’ils avaient passé aux moins deux jours ensemble là-bas. Ironie de la situation, quand tu nous tiens. Elle prit la tangente de le tutoyer pour le mettre plus à l’aise, nul n’ignorait qu’ils se connaissaient en dehors surtout après leur clip… Certains les croyaient même ensemble d’ailleurs, c’était pour dire l’idée absolument ridicule des gens dès qu’ils visionnaient une vidéo. « Adria demande sur FB ce qui t’a tourné vers la musique, ce qui a fait que tu as su que ce serait ce milieu et pas autre chose ? Tu pourrais nous reparler de tes débuts, de ton déclic, de la formation de The Unamed… ? Les artistes qui t’ont le plus inspiré à titre personnel peut-être aussi ? Dans ta jeunesse et aujourd’hui… Bref qui est Nate Miles en tant que passionné de musique ? » La jeune femme essayait de rassembler plusieurs questions en une seule afin de ne pas trop prolonger les échanges et lui donner l’occasion de résumer son parcours sans trop entrer dans les détails ; ou comment commencer par les interrogations bateaux auxquelles il avait sûrement déjà eu droit à plusieurs reprises. « Pour rappel, le groupe a déjà sorti plusieurs albums qui ont contribué à votre succès grandissant mais tous ensemble, vous avez décidé de vous accorder une pause après le départ de l’un de vos membres. Aujourd’hui, vous revenez en force avec un album chargé de nouvelles inspirations. Redoutes-tu l’impact de ce retour ou es-tu plutôt serein ? » Gwen connaissait déjà la réponse à titre personnel, Nate était terrifié à l’idée que cet album fasse un flop et ce, malgré son égo surdimensionné, à vouloir essayer de s’affirmer. En réalité, la métisse avait discerné en lui quelqu’un qui avait besoin d’être rassuré pour reposer tranquillement sur ses piliers. L’album était de qualité, cependant elle trouvait que Nate avait besoin de se l’entendre dire et qu’il n’en était pas aussi certain qu’il le laissait paraître, toutefois ce n’était que le ressenti de la Martins. Elle regarda quelques messages que les internautes avaient envoyé, les questions défilaient trop vite pour qu’elle les pose toutes, mais elle en choisit une qui revenait plus fréquemment, une en dehors du cadre de l’album. « Ah, beaucoup de nos auditrices se demandent si tu es en couple en ce moment ou si tu as quelqu’un en vue. » Et hop, une première interrogation marrante. Où en était vraiment Nate ? Sur son ex-copine ? Ex-fiancée ? Conquêtes ? Où se défilerait-il face à la question au risque de s’attirer la déception d’une partie de l’audience ? L’échange se ferait avec humour, légèreté et rebondissement, comme une partie de ping pong, même si Gwen rentrerait bientôt dans le vif du sujet : le nouvel album.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyDim 16 Oct - 15:08

But she's a modern lover
It's an exploration, she's made of outer space
And her lips are like the galaxy's edge
And her kiss the colour of a constellation falling into place


Nous avons du monde aujourd'hui. Il ne faut pas plus que ces quelques mots pour que mon sourire s'élargisse au point que je me sente obliger de me mordre la lèvre pour arrêter. Je sais que les statistiques de ventes de l'album sont très bonnes, mais l'entendre dire, qui plus est, par Gwen Martins, a un effet plutôt agréable. Elle invite les auditeurs à poser des questions et bien que je souhaite une pause pour parler à l'animatrice, je crois que j'ai encore plus envie de poursuivre cette interview pour voir jusqu'à elle peut nous mener. C'est excitant de ne pas savoir ce que seront les questions, bien qu'un peu effrayant toutefois, mais je me fais confiance. J'ai toujours eu une aisance avec le public et j'espère pouvoir la retranscrire dans cet environnement que je ne connais pas vraiment. Et si les questions se font trop personnelles ? Et si je ne me sens pas le courage d'y répondre en face de Gwen ? Je me pose la question, mais l'appréhension repart aussi vite qu'elle est arrivée quand la métisse pose sa première question. Je secoue la tête, à l'intention de Gwen étant donné qu'elle est à la seule à pouvoir me voir, puis je réplique. « Pas du tout ! C'est un plaisir de revenir ici. Je dois même dire que ça fait du bien… L'été fut très mouvementé avec tous les projets que j'avais en parallèle alors j'apprécie cette petite pause. » Toujours dans l'espoir qu'elle ne dure pas trop longtemps car je suis incapable de rester en place plus de quelques semaines. Elle enchaîne ensuite avec une question d'une auditrice dont la réponse est toute tracée. « Et bien c'est une très bonne question, Adria, la musique et moi, ça a toujours été une évidence d'aussi longtemps que je me souvienne. Mes parents sont des grands amateurs de musique classique et c'est pour cette raison qu'ils m'ont encouragé dans cette voie. J'ai d'abord appris le piano très jeune, et quelques années plus tard j'ai appris la guitare. Ce sont d'ailleurs mes compétences au piano qui m'ont fait entrer à la Royal Academy of Music de Londres. Et puis quand on vit à Liverpool, c'est peut-être un peu cliché, mais on veut tous devenir les nouveaux Beatles, alors on se lance dans des projets musicaux… The Unamed, ça date du lycée et au sein du groupe, je dirais qu'on a tous des influences différentes, et je dois être le seul à autant aimer le classique : Rachmaninov principalement avec Beethoven et Chopin. Et pour la musique contemporaine, je dirais la musique britannique : Les Stones, Pulp, Bowie… Je pourrais en citer davantage, mais je crois que j'aurais besoin de bien plus longtemps. » Je rigole légèrement, prenant conscience qu'il faut que je sois plus concis dans mes réponses, même si malheureusement pour la Galloise, j'ai cet égo surdimentionné qui fait que je pourrais parler de moi pendant des heures durant. Elle reprend d'ailleurs la parole pour rythmer l'interview et je me sens vaciller sur mon siège alors qu'elle parle du départ d'un membre du groupe. Mon coeur se serre pourtant je dois m'habituer à entendre parler d'elle. Harlow. Elle reviendra toujours me hanter… J'ai besoin de quelques secondes après que Gwen ait posé sa question pour me reprendre. « Un peu des deux, je suppose. » Il ne faut pas trop se montrer sûr de soi, qu'on nous dit, mais je ne peux pas m'empêcher d'ajouter quelques mots au sujet de l'album afin de le vendre un peu mieux. « Cet album est le plus élaboré de tous les EP que nous avons sortis jusqu'ici et de loin. C'est un travail qui a mûri pendant très longtemps, et nous avons travaillé vraiment très dur pour ce résultat. J'espère qu'il sera apprécié à sa juste valeur. » Et je pense qu'il l'est déjà vu les concerts que nous avons donné tout l'été dans les différents festivals d'Europe. Toutefois, je reste neutre. Je n'en ajoute pas plus à ce sujet pour ne pas trop vanter les mérites de notre travail.
Alors que je termine, je regarde la Martins qui pivote entre son écran et son micro. Je me demande bien quelle sera la prochaine question, surtout que la connaissant, je peux m'attendre à tout. Et en effet, je secoue la tête quand j'entends les mots sortir de la bouche de Gwen. Evidemment… Un rire nerveux s'échappe de mes lèvres et je suis tiraillé entre le devoir de dire la vérité l'envie de masquer cette dernière. Je prétends être en couple avec Holly dans l'espoir vain de rendre Spencer jalouse… Mais bien évidemment, je ne peux pas dire une telle chose à l'antenne. Voilà le genre de questions à laquelle j'aurais préféré ne pas avoir à répondre devant la danseuse, surtout quand j'ai à nouveau des flash du baiser échangé lors du tournage du clip. Je suis gêné, mais je dois donné une réponse. « Ah oui ? Les auditrices se demandent ? Tu es sûre que ce n'est pas toi qui veut savoir ça ? » Je taquine Gwen a l'antenne plus pour le jeu du musicien qui se veut décontracté qu'autre chose et je termine par répondre à cette question. « Et bien… sorry ladies, mais je ne suis pas libre en ce moment. » J'en dis suffisamment sans en dire trop, jetant des petits coups d'oeil à la jeune femme de temps à autre pour juger ses réactions et surtout pour essayer d'anticiper les prochaines questions.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Memories can be like acid burning through the skin | Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2594
POINTS : 5637
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyVen 11 Nov - 23:47

I would react badly
To the slightest hint of hesitance
He’d bend awkwardly to suit my mood
No word from his defense


Gwen écouta les réponses de Nate aux différentes questions. Il rappela aux auditeurs les débuts de son parcours musical. Avant d’être chanteur, il avait d’abord été repéré pour ses talents de musicien. Son groupe – tout comme celui de la métisse – était né à l’époque du lycée. Les influences éclectiques de chaque membre avaient sans aucun doute contribué à leur succès. Le jeune homme était rempli de défauts mais il avait néanmoins quelques qualités, notamment de vivre sa passion à fond, c’est pourquoi Gwen ne releva nullement le manque de concision de cette première réponse, étant donné que sa question ne l’avait pas non plus été. Les auditeurs raffolaient des détails et des anecdotes qu’ils n’entendaient pas dans les autres interviews, ce qu’ils voulaient, c’était de la nouveauté. Ainsi, la Martins se promit de dévier ponctuellement sur quelques sujets inattendus et décalés tout en suivant le fil rouge de la sortie du nouvel album en toile de fond. Nate précisa d’ailleurs que l’album était plus travaillé que les précédents et il espérait que le résultat serait au rendez-vous. « Il est vrai qu’il présente davantage de chansons personnelles, de textes chargés en émotions, d’inspirations vécues... C’était une volonté du groupe de vous axer sur une forme de mise à nu ? De vous dévoiler un peu plus ? » Autrement dit, Gwen lui demandait comment était née l’idée de cet album. Certes, le groupe avait déjà livré des disques tirés de leur vécu, mais jamais à un degré aussi poussé. Leurs précédents albums traitaient aussi de sujets plus généraux, des problématiques plus globales… Les soucis du quotidien, les galères, les malversations politiques, leur ville natale…. Ce genre de choses dans lesquelles tous pouvaient se reconnaître. Or cet album se glissait vraiment dans leur peau, comme cette chanson qui parlait du grand amour de Nate. Gwen ne doutait pas que cela toucherait plus les gens. « Peux-tu nous expliquer ce choix de titre tiré de la langue française ? L’album s’appelle C’est toi… Une envie de dépasser un peu plus les frontières ? » Elle marqua une pause, puis, dans un moment plutôt inattendu, la métisse lâcha ensuite à son invité une première question décalée. En acceptant de venir ici, le chanteur ignorait en effet que la jeune femme serait l’animatrice radio du jour mais il la connaissait assez pour savoir qu’aucune question ne serait passée sous silence, du moment qu’elle ne dépassait pas les limites du raisonnable. Demander s’il était en couple était une chose, elle ne s’aventurerait pas à creuser avec qui. C’était ça, faire la part des choses. Nate lui répondit d’ailleurs par l’affirmative, il avait bien quelqu’un, ce qui surprit Gwen dans le sens où les deux artistes avaient passé beaucoup de temps ensemble lors des cours de danse et que le Miles ne lui avait jamais mentionné de petit(e) ami(e) en privé. Il semblait toujours à fond sur son ex – qui était en couple à présent, donc il ne s’agissait pas d’elle. Intriguée, la métisse resta tout de même impassible devant lui. Tant mieux s’il avait réussi à rebondir depuis. « Et pourquoi voudrai-je le savoir à titre personnel ? Va au bout de ta pensée. » Répondit-elle à sa taquinerie, tout en souriant à son tour. Il l’avait gentiment piquée, mais il devait savoir qu’elle rentrerait dans son jeu et le chercherait jusqu’au bout. Beaucoup de gens sauraient exactement à quoi il faisait référence : le fameux clip tourné ensemble – qui serait aussi le dernier sujet abordé de l’interview. Le nombre d’auditeurs s’expliquait sans doute aussi par la curiosité qu’attisaient leurs premières retrouvailles ‘publiques’. « Et bien comme vous l’avez entendu, notre beau brun de Liverpool n’est plus un cœur à prendre, mesdames. Mais il n’est pas venu les mains vides. Voici le premier extrait de l’album, Risk, une chanson qui parle de ce que l’on peut être prêt à faire par amour. » Il fallait bien qu'elle balance quelques compliments qu'elle n'aurait pas dit d'elle-même pour faire la transition entre les différents moments de l'entretien. Gwen lança le morceau et coupa la connexion, leur accordant enfin une pause hors-antenne. Nate et elle se retrouvaient en privé, le temps de quelques minutes. Les premières, depuis Londres.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyLun 14 Nov - 23:45

But she's a modern lover
It's an exploration, she's made of outer space
And her lips are like the galaxy's edge
And her kiss the colour of a constellation falling into place


Gwen parle de l’album et j’ai vraiment l’impression qu’elle l’a écouté, ce qui est étonnant. J’ai toujours su qu’elle appréciait notre musique - elle ne serait pas venue me parler après ce concert à Londres dans le cas contraire - mais j’aurais pensé qu’elle n’était pas capable de dire quoi que ce soit de positif sur moi ou sur ma musique. Les leçons de danse ont peut-être fait ressortir le meilleur de moi physiquement parlant, mais pour ce qui était du caractère… Je ne me suis pas montré sous mon meilleur jour. Pas dit que la Martins l’apprécierait de toute façon. Pourtant, l’entendre dire toutes ces belles choses me fait repenser à notre toute première entrevue à Londres et à mon comportement. Est-ce que j’ai changé depuis cette période ? Hormis le fait que je ne sois plus avec Harlow, que je n’ai plus à jurer fidélité à qui que ce soit… Je ne crois pas. Je hoche la tête pour répondre même si les auditeurs ne peuvent pas voir mes réactions. « Oui… Pour les textes. Je les écrivais avec l’ancienne bassiste avant et quand elle a quitté le groupe je me suis retrouvé seul. » Instinctivement, ce sont des choses dont je n’aurais jamais parlé à Gwen, mais j’essaye de m’imaginer pour rendre les confidences plus faciles que je parle à une toute autre personne, comme si elle n’écoutait pas mes mots. Pourtant, elle me regarde, et je me retrouve à avoir le regard fuyant. « J’ai eu cette période assez difficile, et j’ai ressenti le besoin de me réfugier dans l’écriture. C’est pour ça que les textes sont beaucoup plus personnels. »
Un conseil de Penny, d’ailleurs. Quand ça ne va pas, attrape ta guitare et ton calepin, écris des chansons, qu’elle m’avait dit. Et c’est ce que j’ai fait. Et quand j’avais l’impression que la douleur était trop aiguë et qu’elle ne passerait pas, je me laissais glisser dans le monde de la musique et ça allait un peu mieux.
« Et bien c’est une question pertinente et disons que le titre a été choisi avec pour but d’attirer l’attention. On ne s’attend pas forcément à voir un titre d’album en français dans les étagères d’un disquaire au Royaume-Uni. Mais qu’on se rassure, je ne chante pas en français sur l’album… Pour ça il aurait fallu que je sois un peu plus attentif pendant mes cours au lycée. »
Tente-je pour plaisanter. On veut attiser la curiosité des potentiels auditeurs de l’album et jusque là, cette technique a plutôt été probante. Je me réinstalle sur mon siège en attendant que la Galloise pose une nouvelle question et cette fois encore, je tente un trait d’humour et plus que cela : une taquinerie. Cette fois, je n’ai plus aucun mal à lui parler directement et je n’ai plus ce blocage qui m’aurait empêché de me dévoiler si je n’avais pas imaginé quelqu’un d’autre à sa place.
« Pourquoi ? Parce que tu as été charmé par mes nouveaux talents de danseur en plus de ma grâce habituelle. »
Rétorque-je, tout sourire, sans vraiment le penser. La danseuse de talent dans cette pièce, c’est clairement la métisse. Et en plus de ça, c’est également une très bonne pédagogue. Mais nous sommes ici pour faire ma propre publicité, pas la sienne, alors je garde bien mes remarques pour moi.

Enfin, c’est le moment où Gwen envoie une chanson et coupe nos micros. L’instant rêvé et redouté à la fois depuis que j’ai mis les pieds dans ce studio de radio. Enfin seuls pour la première fois depuis des semaines, depuis Londres, depuis le tournage du clip, depuis ce baiser qui m’a laissé tout chamboulé. Je me lève de ma place, m’approche de la Martins en parcourant les quelques pas qui nous sépare et la vraie conversation peut enfin commencer. Si pour le bien de l’interview, j’ai réussi à éluder la surprise de voir Gwen derrière son micro, cette dernière refait surface et je compte bien le lui faire part de mon choc. « Tu m'expliques ? » Que je demande sans arrogance, mais plutôt avec une confusion encore palpable. Je n’étais même pas au courant qu’elle connaissait du monde à la production de l’émission alors oui, le choc était réel. « Tu savais que tu ferais l’interview ? Tu as mon numéro, J’aurais bien apprécié un petit avertissement…? »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Memories can be like acid burning through the skin | Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2594
POINTS : 5637
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyDim 20 Nov - 16:06

I would react badly
To the slightest hint of hesitance
He’d bend awkwardly to suit my mood
No word from his defense

Alors que Nate lui confia qu’il avait bel et bien écrit seul les textes des chansons après le départ de la bassiste, Gwen rebondit sur une question que plusieurs auditeurs se posaient. « Beaucoup de tes fans se demandent si tu es toujours en contact avec Harlow et où vous en êtes aujourd’hui ? » La métisse marqua une pause avant de continuer sur sa lancée, afin d’expliciter le sens final de sa question. « Le groupe envisage-t-il de reprendre une personne pour remplacer son départ ou vous considérez-vous complets en tant que tel ? » La jeune femme savait qu’il s’agissait d’un des sujets les plus sensibles pour Nate mais elle l’avait abordé de façon à ce qu’il puisse rebondir sur la seconde partie de l’interrogation sans forcément trop s’attarder sur la première. L’entretien dévia ensuite sur le titre de l’album, destiné à attirer la curiosité comme lui expliqua le rockeur. Le groupe avait souhaité interpeller les gens de par la langue étrangère du nom. Néanmoins, cette volonté ne dépassait pas le titre car toutes les chansons restaient dans la langue de Shakespeare. Gwen esquissa un sourire lorsqu’il plaisanta sur les cours du lycée, une plaisanterie qu’elle pouvait comprendre pour ne pas avoir été très attentive elle non plus en classe, plus concentrée à trouver de nouvelles inspirations pour son propre groupe musical à l’époque. Nate relança par une nouvelle taquinerie lorsqu’il sous-entendit que la métisse avait été charmée par ses talents de danseur. « De nouveaux talents appris par qui ? N’inverserais-tu pas les rôles ? » Cette joute taquine devait certainement davantage animer les auditeurs que les interviews bancales habituelles. Certains écoutaient d’ailleurs l’entretien juste pour assister aux retrouvailles pimentées des deux interlocuteurs. Gwen profita de cette accalmie pour diffuser un premier extrait de l’album. Alors que la jeune femme venait à peine de les mettre hors antenne, le rockeur quitta instantanément sa place pour venir la rejoindre et lui demander des comptes sur cette situation. « Expliquer quoi ? » Répondit-elle du tac au tac. Il avait bien compris non ? Visiblement, Nate ne saisissait pas pourquoi elle ne l’avait pas prévenu et il reformula donc son interrogation précédente. « Pourquoi ? Pour enlever tout le côté spontané de la surprise ? C’était bien plus drôle comme ça, avoue. Et pour info, je le sais seulement depuis hier, remplacement au pied levé, rien de tout ça n’était programmé ou recherché si c’est ce dont tu m’accuses. » Elle marqua une pause pour réfléchir à ses prochains mots, avant de poursuivre sa réponse. « Ne fais pas l’autruche qui cache sa tête dans le sable, tu sais très bien que tout le monde attendait ces retrouvailles au tournant après ce qui s’est passé. Les gens s’imaginent mille choses juste parce qu’on a tourné un clip ensemble. » Gwen n’avait pas cherché à éviter le sujet et avait crevé l’abcès directement pour bien lui montrer qu’elle n’avait absolument aucun problème à en parler, mais qu’elle n’avait juste pas eu envie de le prévenir. Ils avaient travaillé sur un projet ensemble mais se devaient-ils autre chose derrière ? C’était sujet à débat. « Tu devrais être content d’ailleurs, il a eu le succès escompté. » Toutefois, Nate semblait sincèrement confus, non pas seulement parce qu’elle donnait l’entretien mais par la teneur de leur discussion, selon elle. Avait-elle dit quelque chose d’aberrant ? Le premier extrait allait toucher à sa fin, alors s’il voulait réagir, il devait plutôt le faire vite.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyDim 20 Nov - 20:52

But she's a modern lover
It's an exploration, she's made of outer space
And her lips are like the galaxy's edge
And her kiss the colour of a constellation falling into place


Ils aimeraient savoir si je suis encore en contact avec Harlow. Autant me jeter directement de l’acide au visage. Gwen verra bien que mon visage se décompose de la même façon et que pour un instant, je ne peux plus jouer la comédie. Pas quand il s’agit de Harlow ou de Spencer.
« Elle est retournée à Liverpool. » Dis-je doucement, ne me rappelant que trop bien l’avoir regardé quitter les lieux du désastre. Elle m’a quitté, a piétiné mon coeur et s’en est allée rejoindre cette ville qu’elle avait à la base quittée pour me suivre. « Uhm… Ce n’est pas à l’ordre du jour en tout cas, de reprendre quelqu’un. Évidemment, un bassiste vient nous aider pour les concerts et les enregistrements, mais je crois qu’on a tous eu du mal à digérer le départ de Harlow. » Moi plus que les autres, pour sûr. Je déglutis, je me ressaisis et j’affiche à nouveau ce sourire radieux réservé à la comédie. « C’est un sujet sur lequel on médite encore. » Parce que je suis tout simplement incapable de voir quelqu’un reprendre sa place, parce que je lui avais juré que malgré ses peurs devant la célébrité grandissante du groupe, nous aurions toujours besoin d’elle et qu’il n’y aurait pas d’autre bassiste au sein de The Unamed. Parce que je lui avais dit que je la choisirais elle plutôt que la musique… Mais ça, ça l’aurait été si elle m’avait choisi, si elle avait accepté ma demande en mariage et si elle ne m’avait pas abandonné. Je me perds dans mes pensées, mais heureusement il y a Gwen qui vient m’en sortir en me taquinant à nouveau. Je souris, presque sincère et je repense à nos entraînements. Des heures encore et encore, sans relâche. C’était difficile, mais qu’est-ce que c’était bon de se voir s’améliorer et de réussir des figures qu’on pensait pourtant impossible quelques semaines plus tôt. La danse, cette nouvelle corde à mon arc que je n’hésiterai pas à sortir encore quand les occasions se présenteront, même si ça ne sera plus jamais pareil sans la Martins pour me pousser au bout de mes capacités. Je lui accorde ce point qu’elle a largement mérité et je l’écoute poursuivre en lançant une chanson de l’album. C’est vraiment plaisant d’entendre sa propre chanson être jouée sur les ondes et j’aimerais me délecter de ce moment, mais il y a plus important à faire, comme confronter Gwen par exemple. Je me rapproche d’elle et je commence. Nous n’avons pas beaucoup de temps alors autant lui faire part de mon questionnement de suite.
Je commence et elle me répond sans même prendre le temps d’y réfléchir, dégageant cette assurance naturelle qui la caractérise si bien. J’en reste bouche bée quelques secondes et je secoue la tête. Non, elle ne m’aura pas aussi facilement. « Tu parles ! Drôle pour toi, peut-être oui. » J’aurais trouvé l’interview plus simple avec un autre intervenant, mais comme je n’ai pas le choix, je fais avec la Martins et je dois me dévoiler à la radio sans pouvoir m’empêcher de penser à ce qu’elle doit penser de moi. C’est perturbant, mais heureusement, jusque là, ses questions ne m’ont pas forcé à faire de la l’autocensure. « Ok. J’avoue, c’est un coup de pub très bien joué, mais sérieusement ?! » C’est donc tout ce que ça représente pour elle ? Elle parle du tournage du clip comme s’il s’agissait d’un moment banal. Je commence moi-même à en douter. « Tout le monde attendait ces retrouvailles ? Et moi alors ? On ne s’était pas revu depuis Londres. Rien. Nada. » Pas que ses cours me manquent, mais peut-être qu’inconsciemment, je m’étais habitué à la voir régulièrement. Je serre les dents et comme je constate qu’elle n’a aucun mal à parler du tournage, je fais de même. « Tu m’as embrassée, Gwen, sur le tournage. » Encore une fois, j’ai l’impression de me dévoiler devant elle. Comme si ça avait compté. « Tu n’avais pas à le faire. Rien ne t’y obligeait. Ce n’était pas dans la choré et pourtant tu l’as fait, alors si les gens s’imaginent mille choses, imagine ce que pensent ceux qui savaient pertinemment que tu n’avais pas à m’embrasser. » Et par là, j’entends moi-même et quelques membres, les autres membres du groupe et quelques professionnels qui avaient travaillé sur la chorégraphie. J’entends que le direct à l’antenne va devoir reprendre, mais pour balayer cette cadence dans laquelle je me retrouve en pleine confusion et elle qui gère parfaitement cet entretien je décide d’agir. Il n’y a pas que moi qui doit être mal à l’aise d’être en sa présence. La chanson est sur le point de terminer, mais juste avant les dernières notes, je me penche vers elle et je lui donne un baiser très bref, puis je repars aussitôt à ma place, vers le micro qui m’attend maintenant que l’interview peut reprendre. On verra si la demoiselle aime toujours autant les surprises. Et je veux savoir si je suis le seul à être perturbé par cette dynamique.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Memories can be like acid burning through the skin | Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2594
POINTS : 5637
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyDim 20 Nov - 22:33

I would react badly
To the slightest hint of hesitance
He’d bend awkwardly to suit my mood
No word from his defense

Nate n’éluda aucune question, qu’elles soient agréables ou non. La métisse pouvait au moins reconnaître qu’il réussissait à rester impassible derrière le micro. Pas sûr que devant un écran, il aurait autant pu cacher ses émotions étant donné qu’elle en voyait certaines s’afficher sur son visage. En même temps, il n’était jamais facile pour lui de se remémorer son grand amour. Le départ d’Harlow avait laissé un grand vide au sein du groupe, un vide que les membres n’étaient pas en faveur de remplacer par une autre personne comme le Miles le lui expliqua dans l’une de ses réponses. Finalement, Gwen lança le premier extrait du nouvel album de The Unamed, leur accordant le premier intermède pour qu’ils puissent s’adresser enfin la parole pour la première fois depuis Londres. La façon dont il s’emporta sur elle ensuite la laissa pantoise. Il se vexait qu’elle ne l’ait pas prévenu de l’interview ou bien qu’elle n’ait pas donné de nouvelles après le tournage du clip ? Au vu de sa réaction, la seconde option semblait la plus plausible, comme si ce moment l’avait plus touché qu’il ne l’aurait dû. Il serra les dents et l’accusa de l’avoir embrassé alors que personne ne s’y attendait et en répétant à plusieurs reprises que rien ne l’y obligeait. Il l’avait tout autant embrassé et s’en dédouaner en rejetant tout sur elle montrait à quel point il était lâche et ne supportait pas la réalité : selon Gwen, il était celui des deux que cette fichue histoire de baiser avait touché et il n’arrivait pas à s’en remettre. Elle ne lui avait donné aucune nouvelle après ça. Voilà pourquoi il lui en voulait. C’est ce qu’elle comprenait de sa réaction. Sans qu’elle ait le temps de réagir, il s’avança vers elle pour l’embrasser à nouveau, un baiser volé pendant un laps de seconde très bref. Gwen avait déjà levé la main pour le repousser violemment mais il s’était déjà évaporé en direction de sa place. Elle faillit rugir à travers son micro, toutefois elle n’en eut pas le loisir, l’extrait s’acheva et elle devait reprendre l’antenne. Prise au dépourvu, elle l’avait été mais la chanteuse adorait ces situations pour rebondir au centuple. Ainsi donc, elle venait d’apprendre que ce moment n’avait définitivement pas laissé Nate indifférent. Pourtant, n’était-il pas censé être en couple ? Si elle avait choisi ses questions pour le mettre à l’aise jusqu’à présent, il n’en serait plus de même à partir de maintenant. « Après ce premier extrait, intéressons-nous à la tournée. Vous êtes déjà en concert aux quatre coins de la Grande-Bretagne. Peux-tu nous rappeler quelques dates importantes ? » S’il voulait se la jouer impassible, Gwen pouvait tout autant faire preuve de professionnalisme. Il n’arriverait pas à la déstabiliser en direct. Il n’avait pas intérêt de toute façon. Quand elle pensait qu’elle lui avait rendu un fichu service en tournant ce clip avec lui et que maintenant, il balançait sa à la figure, elle aurait mieux fait de se cacher une jambe ce jour-là, même si la popularité de la vidéo lui avait servi aussi. La métisse donna à Nate le temps de répondre, puis elle piocha une interrogation que se posaient certains auditeurs, une question destinée à le remettre à sa place. « Logan se demande si ta copine a apprécié de te voir embrasser une autre fille dans ton dernier clip ? » La Martins l’avait posée sans aucun tact tout comme lui en avait manqué en se jetant limite sur elle avant de s’éclipser comme l’éternel lâche qu’il était. Elle le considérait vraiment comme tel aujourd’hui et elle le lui mettrait bien en évidence pour se venger de l’affront qu’il venait de lui faire. Autant il avait raison dans le sens où elle n’admettrait jamais que sur le moment, l’embrasser lui avait peut-être fait quelque chose. Autant, il avait détruit leurs bons moments acquis pendant les leçons de danse par ce simple geste stupide et irréfléchi. Pour le faire chier de la meilleure des manières, elle avait décidé de ne rien laisser transparaître et d’être aussi froide que la glace… tranchante même. « Voici le deuxième extrait de l’album, Kiss it better, qui aborde le thème des relations passionnées. » Ironique, quand on y pensait. Gwen balança la deuxième chanson et coupa à nouveau l’antenne. « Tu voulais savoir si ça m’avait fait quelque chose ? Très bien, je vais te répondre. C’était dans le moment, parce que ça se posait bien dans le clip, je me suis laissée emportée par l’interprétation, t’es content ? Fais pas comme si ça ne t’arrivait jamais ! » C’était plus facile d’affirmer que ça n’avait rien fait, le pire était qu’elle l’avait bel et bien fait en raison de l’électricité du moment mais qu’elle n’aurait jamais cru que ça lui ferait un petit impact quand même. Il l’avait cherchée, alors jamais elle ne lui avouerait une telle sornette. « En mauvaise foi que tu te poses de m’accuser ! Tu m’as tout autant embrassé, et visiblement c’est à toi que ça a fait de l’effet ! Tu t’attendais à quoi ? A ce que ça devienne autre chose ? N’essaie même pas de nier, les messages sur Instagram parlent pour toi ! » En s’énervant, Gwen avait rassemblé les différentes pièces du puzzle. Tout s’emboîtait chronologiquement, Monsieur-soi-disant-en-couple. Avait-il oublié qu’elle n’était pas une de ces faibles groupies qui ne juraient que par lui ? Il était peut-être temps de le lui rappeler. La métisse se leva et fit mine de se servir un verre d’eau. Lorsqu’elle reposa le gobelet en plastique sur la petite table devant elle, elle contourna celle où était assise Nate pour s’arrêter à côté de lui. Même s’il arborait un air méfiant, elle réussit à attraper son bras d’un mouvement souple et rapide et le lui coinça douloureusement dans le dos, jusqu’à ce que le haut de son corps se penche légèrement en avant ; il était coincé. Maintenant sa prise de contrôle, Gwen se pencha vers son oreille pour lui murmurer quelques mots. Elle n’était pas de nature violente, mais il n’avait plus à s’approcher d’elle comme il l’avait fait sous peine de s’en prendre une la prochaine fois. Il ne pourrait pas lui reprocher de ne pas avoir été averti. « Ne t’avise plus jamais de m’embrasser sans mon consentement si tu tiens à ton joli visage, compris ? » Elle relâcha son étreinte, certaine d’avoir réussi son petit effet même si elle n’aurait pas eu l’intention de lui casser le bras pour si peu, puis elle s’éloigna en ajoutant quelques derniers mots pour enfoncer le clou, un clou dont il ignorait encore tout à moins d’avoir écouté les rumeurs à Tenby. « Laisse-moi te rappeler que tu n’es pas le seul en couple ici. » Nate sauterait sûrement sur cette explication pour se raccrocher au fait qu’elle ne lui avait pas donné de nouvelles, elle était en « couple » ; il n’aurait qu’à penser ce que bon lui semblait. Gwen s’était vraiment remis une carapace de froideur impossible à percer. « Nous voilà de retour. Vous en voulez encore ? » Lança la jeune femme à l’antenne. « Beaucoup de gens nous demandent quels sont tes autres projets en cours. » Toujours impassible. Est-ce que Miles pourrait survivre jusqu’à la fin de l’entretien ? Ils se rendaient les affronts, cependant il était lié par une chose. Il ne pourrait pas la planter en plein direct sous peine de faire une mauvaise publicité pour son album, enfin celui du groupe. Impossible de sauver la face après ça. « Il est maintenant temps de parler de la chanson phare de l’album, Sacred Wounds. » Celle pour laquelle les deux avaient tourné le clip ensemble, celle qui parlait de son ex, une ex qui n’était pas Harlow. « La vidéo du clip a créé le buzz sur les médias sociaux, elle a été téléchargée un bon nombre de fois. Que penses-tu de ces technologies comme fenêtre d’élargissement populaire ? » En d’autres termes, il devait parler du succès du clip alors qu’il venait de traverser un moment bizarre en présence de la fille avec laquelle il l’avait tourné. « Peux-tu nous parler des véritables inspirations du texte ? » Cette fois, Gwen ne l’avait pas épargné. Elle n’irait cependant pas plus loin dans les questions, puisque l’interview toucherait tout doucement à sa fin. Après la réponse de Nate, elle lança ce dernier extrait, celui de la chanson en question. Il ne resterait plus que la conclusion à mener ensuite et un jeu concours pour gagner des places pour l’un des concerts du groupe.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyLun 21 Nov - 21:04

But she's a modern lover
It's an exploration, she's made of outer space
And her lips are like the galaxy's edge
And her kiss the colour of a constellation falling into place



C'est risqué, très très risqué même, mais c'est la désinvolture et l'arrogance qui mènent mes faits et gestes et c'est de cette façon que je me retrouve à voler un baiser à la Martins sans qu'elle n'ait le temps de me repousser ou même de simplement réagir. Je retourne aussitôt à ma place et je ne la quitte pas du regard afin de lire en elle une quelconque réaction. Elle ne s'y attendait pas, ça c'est une certitude et au final, je suis plutôt satisfait de l'effet de ce baiser car il lui faut quelques secondes pour se remettre en selle et reprendre son rôle d'animatrice radio. La nouvelle question avec laquelle elle attaque me donne une nouvelle fois l'occasion d'enfoncer le clou et je ne me fais pas prier pour m'exécuter.
« Ne sont-elles pas toutes importantes ? » J'arque un sourcil pour mieux reprendre. « Je veux dire, quand on a la chance de signer pour une tournée nationale, chaque date importe énormément. Pour les dates, allez sur notre site web, il est régulièrement mis à jour et vous pourrez voir si The Unamed passe près de chez vous. » Pour elle qui n'a pas encore eu cette chance en tant que musicienne, je me vante et je remue le couteau dans la plaie. Toute notre évolution évincée en quelques secondes à peine, mais pour cela, il aurait fallu qu'elle me redonne des nouvelles après Londres, pas qu'elle accepte de faire cette interview en me donnant le sentiment de me tendre une embuscade. Une nouvelle question et je maudis ce Logan qui de toute évidence, n’est qu’un petit fouteur de merde. Je garde ce même sourire figé et je réponds, toujours en regardant mon interlocutrice bien que j’adresse ma réponse à cet inconnu. « Uhm tu sais Logan… Ce qu’il se passe sur un tournage, c’est un jeu d’acteur. De toute façon, ma copine s'extasie tellement de pouvoir me voir danser qu’elle ne se préoccupe pas vraiment du baiser, d’ailleurs, je pense sincèrement que le grand nombre de vues est en partie grâce à elle. » Conclus-je ne m’esclaffant pour ajouter une dose d’humour à cet échange malgré la tension entre Gwen et moi. Je le dois bien aux auditeurs qui nous écoutent… Eux sont loin de se douter de ce qui se trame entre nous et surtout que je viens de l’embrasser sans qu’elle soit d’accord. Un acte que je risque de regretter tôt ou tard, c’est bien pour cela que je profite du temps d’antenne qu’il nous reste avant qu’elle ne puisse riposter. Une riposte qui finalement va arriver bien vite puisque Gwen lance un nouveau morceau de l’album et coupe la connexion. La conversation va pouvoir reprendre et je ne sais pas si je dois m’en réjouir ou me méfier. « Non je ne suis pas content et non je ne m’attendais pas à ce que ça devienne autre chose ! Mais Gwen, contrairement à ce que je viens de dire à l’antenne, je ne suis pas un acteur, moi et tu le sais. Je sais faire semblant, ça oui, mais sur le tournage c’était différent ! Et c’est toi qui n’arrêtais pas de me dire de me concentrer sur l’émotion et pendant la danse oui je t’ai embrassé aussi, parce que tu as commencé et parce que… J’en sais rien.  » J’en avais envie ? Hors de question que je le dise à voix haute même si elle peut largement le deviner avec mes explications bancales. « Tu as vu ce que j’ai posté sur Internet et tu ne m’en as même pas parlé ? Pourtant oui, tu as deviné que c’était par rapport à ce qu’il s’est passé à Londres. J’avoue. Je ne nie pas, Gwen. Ca m’a perturbé. Et je ne suis pas du genre à pouvoir cacher ce que je ressens. Tant pis si ça te pose un problème. » On crache notre venin chacun notre tour et je ne suis pas assez méfiant quand je la vois se lever et finalement se placer vers moi. Le mouvement est vif et agile et je me retrouve bien vite penché en avant, retenant un gémissement de douleur face à cette prise de combat. Je déglutis sans pour autant essayer de me défendre, je ne suis pas en condition de toute façon et j’écoute plutôt ce qu’elle à dire. Et voilà enfin la réponse à mon baiser volé. J’ai presque envie d’en rire, mais je me retiens. Cependant, je garde ce sourire narquois sur les lèvres quand elle s’éloigne et avoue être elle aussi en couple. Autant elle ne m’en avait jamais parlé, autant je suis bien au courant de cette relation et je ne vais pas me gêner pour lui faire comprendre à quel point je la trouve foireuse. « Ah oui c’est vrai. J’avais presque oublié. Tu me diras quel effet ça fait de devenir belle-mère. » Je secoue mon bras pour me remettre doucement de cette douleur qu’elle s’est donnée une immense joie de me procurer et je reprends ma place derrière le micro en même temps qu’elle alors que le morceau se termine.
« Actuellement, Je n’ai pas spécialement de projets en cours. Evidemment, je continue de composer, mais disons que je ne me presse pas. Après l’année que le groupe vient d’avoir, je crois qu’on a mérité une petite pause. » lance-je avec sincérité, même si j’ai du mal à m’imaginer loin de la scène et loin de mes guitares ou de mon piano. La Galloise reprend de plus belle et cette fois j’ai du mal à garder le contrôle de mes réactions. Elle sait ce que cette chanson représente pour moi et c’est justement pour cette raison qu’elle l’évoque. A elle de remuer le couteau dans la plaie encore fraîche, même si bien sûr, je ne peux pas évoquer Spencer à l’antenne pour des raisons évidentes. « Je pense que j’aime ces technologies. C’est fantastique tout ce qu’on peut faire à présent musicalement parlant sur le net. Bon, cela va s’en dire que c’est impossible de reproduire l’émotion d’un live via une vidéo, mais disons que ça contribue grandement à l’élargissement du public et ça, c’est grandiose. » Je récupère un peu de contenance avant de m’attaquer à cette dernière question blessante. « Les véritables inspirations de Sacred Wound… Je vais les résumer en trois mots : la honte, la rédemption, l’amour. » Très bref. Trop. Alors je renchéris. « Quand on foire avec une personne et qu’on essaye de refaire les choses correctement alors que c’est pourtant trop tard. » Ca reste laconique, mais je ne peux pas pavaner et confier à l'audience comme je l'ai fait à Gwen qu'il s'agit d'une chanson écrite pour une ex alors que je viens de passer les dernières minutes à parler de ma pseudo petite-amie.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Memories can be like acid burning through the skin | Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2594
POINTS : 5637
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyMar 22 Nov - 20:17

I would react badly
To the slightest hint of hesitance
He’d bend awkwardly to suit my mood
No word from his defense


Gwen écouta la réponse de Nate sans se départir. Il essayait de la sonder pour la faire enrager mais elle avait plus d’un tour dans son sac. Il voulait désormais s’abaisser à ce genre de jeu sordide, œil pour œil, dent pour dent, juste parce que la métisse n’avait pas été dans son sens à lui ? Très bien, elle comptait bien lui rendre la monnaie de sa pièce. Qui s’y frotte, s’y pique. Le Miles allait tellement tomber de haut à essayer de la narguer. La chanteuse attendit qu’il termine avant d’enchaîner. « Bien évidemment, chaque date importe. Ma question s’orientait dans le sens des salles les plus connues dans lesquelles le groupe va jouer. Comme vous l’avez entendu, tout est repris sur leur site concernant leur tournée. » Non seulement, Gwen le faisait paraître idiot par rapport à la question en laissant entendre qu’il avait mal compris, mais surtout elle venait d’écrire un petit mot qu’elle ne divulguerait pas à l’antenne. Elle le roula en boule et l’envoya en direction de Nate pour qu’il l’attrape au vol. Sur le papier, était inscrite la note assassine : Devine qui va au Glastonbury Festival l’année prochaine aka LE festival de tes rêves… T’es vraiment sûr qu’aucune date n’est plus importante qu'une autre ? Ces quelques mots allaient lui faire ravaler son sourire et sa fierté en trois secondes chrono. Il deviendrait certainement blanc comme un linge et aurait mille questions à lui poser. Comment se faisait-il qu’elle, l’inconnue de tous pratiquement, y était conviée ? Comment avait-elle fait ? Des secrets et astuces que la Martins comptait bien ne pas lui dévoiler de sitôt, ni même le contexte d’ailleurs. Un sourire narquois étira ses lèvres. La danseuse ne réagit pas à la prochaine réponse donnée par Nate à la question de l’auditeur tout simplement parce qu’il n’y en avait rien à en dire. L’entretien devait paraître sans accroches, c’était le plus important. Gwen lança un nouvel extrait de l’album comme intermède et écouta les répliques de son interlocuteur. Il lui expliqua que contrairement à ce qu’il venait de dire aux auditeurs, il n’avait pas joué sur le tournage et avait bel et bien ressenti quelque chose en l’embrassant. Nate ajouta même qu’il n’avait pas réussi à s’en cacher. La jeune femme ne s’aventura pas à lui demander s’il avait eu des problèmes de couple à cause de ça, mais elle trouva… touchant qu’il ose s’ouvrir à elle ainsi alors qu’elle ne l’avait pas vu venir. Néanmoins sur la défensive en raison des tensions, la métisse réagit toujours du tac au tac. « Que veux-tu que je te dise ? Je pensais que tu te foutais de moi. Tu me détestes un jour et le lendemain tu te mettrais à ressentir des choses positives, voire ambiguës envers moi ? Excuse si j’ai eu du mal à le croire. » Gwen lui balançait la vérité sur ce qu’elle avait ressenti elle. Et puis, Nate devait être réaliste. Ils ne s’appréciaient pas et soudainement ça aurait changé ? Artistiquement, peut-être, après ce qu’ils avaient partagé. Plus ? Non-sens. Les deux artistes continuèrent de se cracher leur venin si bien qu’elle en vint à répliquer pour ce baiser volé aujourd’hui. Il n’avait plus intérêt à essayer. Quand il se moqua de son couple (faux mais Gwen se devait de jouer le jeu), elle le remit à sa place en un quart de seconde. « C’est cool ! En tout cas, c’est toujours mieux que de se prendre un vent lors d’une demande en mariage ou de voir son ex limite enceinte d’un autre. Au moins, je suis avec la personne à laquelle je tiens. Il ne m’a pas tourné le dos contrairement à toutes les filles dont tu es tombé amoureux. Tu me diras quel effet ça fait aussi. » Bam. Reprise de l’antenne. Nate avait la qualité de garder son côté professionnel tout comme elle. Hormis l’album, il n’avait pas d’autres projets en parallèle. La métisse avait l’impression qu’il était déstabilisé même s’il n’en laissait rien paraître. Le sujet suivant abordé était plus léger ; le rockeur déplorait que les vidéos ne puissent pas rendre la qualité de l’émotion vécue en live mais globalement, il émit un avis positif sur les technologies actuelles. Popularité de la chanson oblige, Gwen fut obligée d’aborder l’un des titres phares de l’album, Sacred Wound, elle ne le faisait pas pour faire chier Nate même si d’une pierre deux coups, ça fonctionnait et ça l’arrangeait bien. Il expliqua les thèmes des paroles dans le sens large, sans rentrer dans les détails, et conclut par une phrase plus personnelle, quant à une relation ratée. La métisse lança ensuite le troisième extrait et resta silencieuse quelques secondes avant de l’apostropher une dernière fois. « Plutôt que de me piquer, tu ne t’es jamais demandé s’il n’y avait pas un problème quelque part à force de foirer toutes tes relations ? » Il l’avait attaquée sur tellement de sujets, que Gwen ne se retenait plus non plus. Après sa réponse et surtout après la dernière chanson, très appréciée des auditeurs, la jeune femme reprit une ultime fois la parole concernant l’interview afin de conclure l’entretien. « C’était Sacred Wound, du groupe The Unamed. Nous remercions Nate, chanteur du groupe, d’avoir répondu à toutes nos questions. Allez voir leur concert, le groupe déchire. » Lâcha-t-elle en professionnelle aussi. Gwen marqua une pause afin de laisser au chanteur le loisir d’ajouter quelques derniers mots, puis la Martins parla d’un jeu concours pour gagner deux places pour l’un de leurs concerts dans la région, auquel il fallait participer via le site internet de la radio. Elle coupa ensuite l’antenne pour un bon moment, en lançant une playlist rock qui durerait une bonne heure. Nate était toujours en face d’elle ; l’interview était terminée mais le petit doigt lui de la métisse lui disait qu’ils n’en avaient pas terminé là.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyMer 23 Nov - 22:10

But she's a modern lover
It's an exploration, she's made of outer space
And her lips are like the galaxy's edge
And her kiss the colour of a constellation falling into place


Si j'avais su que ce bout de papier que j'attrape au vol d'une main agile avec une pointe d'amusement me broierait les entrailles, je n'aurais pas pris la peine de le lire. Or, ma curiosité me fait défaut et je ne peux m’empêcher de l’ouvrir sitôt que je l’ai en main. Je me retiens de lâcher un juron de justesse si bien que je me mets à tousser pour me remettre du choc. Les insultes fusent dans ma tête et je comprends que je suis victime du dicton “l’arroseur arrosé”. A vouloir m’en prendre à elle, Gwen se forge une armure incassable et surtout s’attaque à moi à armes égales. Je serre les dents et je ne tarde pas à froisser ce fichu bout de papier en serrant le poing. Restons professionnels. Si elle y parvient, je dois le faire moi aussi et ne pas montrer à quel point elle vient de m’atteindre. Pourtant, elle m’a touché en plein coeur et je vais avoir du mal à m’en remettre même si une part de moi a la certitude qu’elle est en train de mentir pour me rendre vert de jalousie. Ca fonctionne, malheureusement, mais je me reprends petit à petit et je compte bien lui faire comprendre que ce n’est pas parce qu’elle fait le festival de mes rêves qu’elle vaut quelque chose, ou du moins, qu’elle vaut mieux que moi.
Quand nos micros sont coupés, nous parlons du fameux tournage, mais je ne peux pas encore aborder le sujet du festival, car si je veux faire comme si ça ne m'atteint pas, je ne dois pas réagir à chaud. Non, laissons-nous le temps plutôt de mettre au clair les derniers événements. Je m’exprime sans être très clair pourtant elle comprend et elle répond à son tour quelque chose de pertinent. Ce revirement de situation, cette étrange sensation alors qu’on dansait devant toute l’équipe n’avait rien d’anodin et pendant quelques minutes, j’ai ressenti l’inverse de cette désinvolture et de cette insouciance qui normalement m’animent en sa présence. Je ne peux mettre de mots sur cette journée, et comme Gwen, je ne comprends pas plus. Je ne me moquais pas d’elle, mais ça, je préfère ne pas l’ajouter. Pas quand cette rencontre devient douloureuse sur le plan physique en plus du plan psychologique. Et il faut dire que Gwen s’amuse avec mes nerfs. Ses remarques acérées me lacèrent de l’intérieur et je voudrais bien répondre, mais l’émission reprend et je n’ai pas le temps de dire un mot. Elle me le payera. L’interview continue mais j’ai de plus en plus de mal à me concentrer sur le professionnalisme et mes réponses se font laconiques. J’ai juste envie de lui faire regretter ses paroles. Elle lance Sacred Wound et n’hésite pas à en rajouter une couche dès la seconde où nous ne sommes plus à l’antenne. Trop c’est trop. Je me lève, furieux et je pointe un doigt accusateur en sa direction.
« Tu ne sais absolument rien de moi ou de mes histoires alors ferme là. Tu peux parler de Harlow pour l’interview, mais ose encore faire référence à ma demande en mariage et je t’assure que ça ne sera pas la même. » Ma voix ne tremble pas encore, mais presque. Si parler du départ d’Harlow a toujours été une chose difficile, ça l’est d’autant plus quand Gwen en parle avec autant de désinvolture. A croire qu’un an plus tard, je ne suis pas remis de cette rupture forcée, même si de toute évidence, elle était nécessaire pour l'ascension du groupe. Je reprends ma place quand l’antenne est à nouveau à nous et je préfère ne pas trop en faire pour conclure cette entretien fort pénible. « Je confirme, on déchire. Et on vous attend, surtout. » La politesse voudrait que je remercie mon hôte, mais c’est trop pour moi et je termine sur cette note avant de définitivement m’éloigner du micro. Je me sens vidé de toutes mes forces et je toise Gwen de l’autre côté d’un air mauvais. Elle termine et envoie du son pour les prochaines minutes à venir. Je la regarde et je repense à ce petit mot mesquin qu’elle m’a écrit. Cet échange a beau m’avoir lessivé, je trouve le courage de me lever pour me rapprocher de la jeune femme afin de m’exprimer plus clairement. Je secoue la tête et je suis pris d’un rire nerveux. « Tu mens. Pour Glastonbury. Cette fois c’est à moi de ne pas te croire.  » Je déglutis, cherchant à croire mes propos. « Qui voudrait de toi ?  »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Memories can be like acid burning through the skin | Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2594
POINTS : 5637
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyMer 23 Nov - 23:12

I would react badly
To the slightest hint of hesitance
He’d bend awkwardly to suit my mood
No word from his defense

Nate avait beau essayer de cacher sa surprise, Gwen voyait clairement tout l’effet de son petit mot sur lui. Elle avait marqué un gros point, manifesté par les toussotements du musicien. Il avait du mal à dissimuler son regard noir et certainement son envie de l’étrangler. L’interview se poursuivit néanmoins entre questions, extraits diffusés et joute verbale. Le Miles ne répliqua pas pendant un temps, du moins pas avant l’envoi à l’antenne de la chanson pour laquelle les deux artistes avaient tourné le clip ensemble. Lorsqu’il balança qu’elle ne le connaissait pas et qu’elle n’avait pas à parler de sa demande en mariage sous peine de… de quoi d’ailleurs ? Elle se le demandait. Bref, lorsque Nate essaya de lui reprocher ce point, Gwen réagit encore une fois dans la foulée. « Ce ne sera pas la même ? Et tu me ferais quoi ? A ta place, je ferai attention à tes fesses, pas aux miennes. » Un rire s’échappa de ses lèvres. Non, mais sérieusement, il ne devait pas avoir mangé que des bonnes protéines le matin pour dire des âneries pareilles. « Et laisse-moi te rappeler que tu es le premier à t’être abaissé à ce jeu en t’attaquant à l’enfant de Rhys. Ose encore, pour reprendre tes mots, et oui, là je te garantis que ça ne sera pas la même. » Déjà que la métisse n’était pas la reine de la délicatesse en temps normal, pour le coup, elle n’arrivait même plus à enrober aucun de ses propos. Il l’insupportait aujourd’hui. Du grand Nate, dans toute sa splendeur. La chanteuse n’aimait cependant pas blesser gratuitement, comme le natif de Liverpool allait s’en rendre compte dans quelques instants. Elle ne l’avait pas non plus attaqué par vice sur ses relations et ne l’aurait pas fait s’il avait gardé ses distances. Tout était parti en queue de poisson aujourd’hui, c’était même un miracle qu’ils aient pu finir l’interview avant de s’entretuer pour de bon. L’entretien s’acheva d’ailleurs sur ces entrefaites et Gwen récupéra enfin un temps de parole assez long pour tenir plus de trois minutes de conversation. « T’es un ingrat quand même, pour oublier si vite ce qui s’est passé ces derniers mois, artistiquement parlant. Et aujourd’hui, cette scène que tu fais, juste parce que je ne t’ai pas prévenu que l’interview était avec moi ? » A son tour, Gwen balançait ce qui lui passait par l’esprit. Elle n’avait plus aucun filtre. Qu’il ne comprenne pas qu’elle ne lui ait pas donné de nouvelles depuis Londres ou qu’il en soit frustré, passe encore. Que Nate essaie de la démonter de tous les côtés, elle n’arrivait pas à l’accepter, c’était démesuré, toujours dans l’excès il était, surtout après qu’elle se soit expliquée quelques minutes auparavant sur les raisons de son silence radio. Effectivement, malgré les heures passées à se côtoyer pour les cours de danse, ils ne se connaissaient pas. Auquel cas, le rockeur aurait cerné la façon de fonctionner de la jeune femme. Malgré sa franchise à toute épreuve, elle était pudique vis-à-vis de toute forme de ressenti et d’attachement, et elle détestait qu’on lui force la main pour dire ce qu’elle pensait. Gwen s’était forgée une carapace de fer après tout ce qu’elle avait traversé à Londres (il faisait d’ailleurs partie de ceux qui l’avaient enfoncée) et elle s’en était créée une pour se protéger de toute nouvelle forme de douleur ou de déception. A force d’être descendue, mésestimée ou trompée sur des espoirs qu’elle avait placés, la jeune femme était devenue ce qu’elle était aujourd’hui : une fille au gros caractère qui ne laissait pratiquement entrer personne derrière les murs de ce qui la constituait. Et oui, après leur échange, elle avait pensé qu’il se foutait d’elle et elle avait endossé cette carapace. Nate lui demandait toujours de ne pas parler de tel ou tel sujet alors qu’il passait son temps à la juger sur des points qu’il ignorait peut-être sensibles pour elle mais dont il aurait dû se douter. Voilà toutes les raisons qui expliquaient ses réactions tranchantes envers lui. S’il passait son temps à essayer de la blesser et l’atteindre, il ne verrait jamais ce qu’il y avait derrière, c’était clair. Toutefois, Nate n’en avait visiblement pas encore terminé. Le sujet de Glastonbury n’avait pas encore été abordé hors-antenne mais celui-ci le démangeait cruellement car il s’approcha d’elle pour lui en reparler sans détour maintenant que l’interview était terminée. Encore une fois, Gwen ne l’avait pas balancé pour le blesser gratuitement mais parce que c’était vrai. Lui en revanche, ne l’estimait pas assez douée pour y aller à moins qu’il cherche à l’écraser encore une fois parce qu’il n’arrivait pas à digérer qu’elle ait réussi quelque chose que lui n’avait pas obtenu. La métisse se fit donc un plaisir de le contredire. « Qui voudrait de moi ? » Répéta-t-elle en riant, mi-jaune, mi-sincèrement. « Toi pour commencer, t’as bien voulu de moi pour ton clip. Non c’était comment déjà ? Tu m’as suppliée de te sauver la mise ! Alors fais pas le fanfaron parce que nous ne sommes qu’entre nous. » Nate l’accusait de mentir – s’il savait combien il avait raison pour beaucoup de choses -, cependant il se trompait pour le coup. « Je sais à quel point tu aimerais bien vouloir m’écraser comme ce jour où j’étais venue te voir après ton concert, à quel point tu cherches à te rassurer de l’impossible, mais je t’arrête de suite. Je vais bien à Glastonbury et je n’ai eu besoin de personne pour réussir. T’es tellement imbu de toi-même que même te réjouir pour les autres t’étoufferait, mais toi, quand t’as besoin d’aide, on doit comprendre ta situation et courir à ta rescousse. Je te garantis que c’est terminé ça. Alors sérieusement, t’as bien géré l’interview mais maintenant va voir ailleurs si j’y suis. Ingrat que tu es. » Gwen avait bien pesé ses derniers mots même si elle les avait déjà formulés un peu plus tôt. Elle aurait bien ajouté qu’il n’avait qu’à oublier Londres – de toute il était en couple non ? – mais elle n’avait pas jugé bon de le faire, de toute façon, il avait tout gâché le peu de positif qui s’était installé entre eux suite aux cours de danse. Enfin, chacun avait ses torts, tout n’était pas à rabattre à Nate. Cela dit, la métisse pensait qu’il aurait un peu plus d’estime pour elle après toute l’aide qu’elle lui avait apportée, mais si c’était pour être encore traitée avec un manque de respect à ses yeux, en tant qu’artiste du moins, qu’il aille sérieusement se faire voir et se trouver quelqu’un d’autre à emmerder, parce qu’elle ne lâcherait plus rien. Elle était loin la petite fille fébrile du passé.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyJeu 24 Nov - 0:26

But she's a modern lover
It's an exploration, she's made of outer space
And her lips are like the galaxy's edge
And her kiss the colour of a constellation falling into place


« Me cherche pas. » Réplique-je à son intention, ne sachant pas jusqu'où je suis capable d'aller quand il s'agit de mes déboires amoureux et plus particulièrement de celui avec Harlow qui m'a laissé cassé en un millier de morceaux. Je déglutis avant de m'asseoir, ne voulant pas enchérir quand elle poursuit car elle a tout à fait raison et ça, je ne veux pas l'admettre : Je suis celui qui a commencé en attaquant le bébé attendu par son petit-ami et même moi je peux reconnaître que ce n'était pas ce qu'il y a de plus correct. Cependant, je sais qu'elle ne bluffe pas quand elle retourne mes propos contre moi. Elle saurait faire mal, et pas qu'avec des mots, elle m'en a donné un avant-goût assez convaincant en me prenant le bras un peu plus tôt pendant l'interview. Geste que je ne risque pas d'oublier de sitôt.
Elle achève enfin l'entretien et je constate à présent que ce n'était vraiment pas le genre d'interview que je m'étais imaginé alors que je cherchais à bien m'habiller pour l'occasion ce matin. Déjà, je ne pensais pas que ce serait Gwen qui poserait les questions et surtout, je ne pensais pas que les apartés seraient aussi violents verbalement parlant. Heureusement, c'est terminé et je vais pouvoir déguerpir avec comme objectif de ne pas revoir la Martins. Jamais. Elle m'a bien aidée en ce qui concerne la danse, mais à présent, je n'ai plus rien à faire avec elle et ça, c'est une bonne chose.
« C'est MOI l'ingrat ?! » j'insiste bien sur le pronom, me demandant si elle est sérieuse quand elle s'adresse à moi. Il semblerait que oui. « Ce n'est pas moi qui ait zapé ton existence dès le lendemain du tournage ! » Je n'en reviens pas. Quel culot de la part de la métisse. Et elle n'a visiblement aucune gêne à me faire passer pour le méchant de l'histoire alors que je ne suis certainement pas le seul à blâmer pour ces mots déchirants que nous sommes en train de nous cracher au visage. « Je n'ai pas oublié ! Et tu le savais. Tu as vu ce que j'avais posté sur internet, tu savais que ça te concernait et ça ne t'a pas empêché de l'ignorer. Alors oui, peut-être que je suis lâche, que je n'ai pas été foutu de te dire ce que je pensais de Londres en face à face, mais il faut dire que tu n'es pas la personne la plus facilement abordable quand il s'agit de communiquer. »
Encore un reproche, mais au point où nous en sommes… Je ne peux plus m'arrêter. Et elle non plus, visiblement.
Je mets enfin Glastonbury sur le tapis et c'est avec arrogance et mépris que je lui fait part de mes pensées. Qui voudrait bien d'elle ? Je suis méchant, volontairement, parce qu'elle l'est elle aussi et que je ne peux plus faire marche arrière. C'est un moyen de défense, de se protéger soi-même. Pourtant, secrètement, je sais qu'elle a ce qu'il faut pour donner une performance à ce festival. Je le sais parce que je l'ai toujours redouté comme adversaire, justement car j'avais assisté à l'un de ses concerts donné à Londres il y a quelques années. Quelque chose que je ne peux pas avouer. Elle n'a pas besoin de plus d'informations pour me descendre davantage, elle s'en sort parfaitement bien à l'heure actuelle. Je soutiens toujours son regard, pas prêt à lâcher le morceau et je reprends, toujours en misant sur les méchancetés et la provocation. « C'est vrai. Je t'ai supplié de tourner la vidéo, mais c'est parce que je n'avais pas d'autre choix. Et puis vu comme t'es gaulée, je savais que ça nous rapporterais des vues. » La vérité c'est que je ne suis à l'aise dans l'art de la danse qu'avec elle, mais ça, c'est encore quelque chose que je ne peux pas dire à voix haute. Je n'aime pas afficher mes faiblesses et ça, c'en est clairement une que je préfère garder pour moi seul. Qui sait comment elle serait capable de la retourner contre moi ?
« Je n'ai pas besoin d'être rassuré. Je suis doué, je le sais et même toi tu n'iras pas dire le contraire, parce que justement, tu étais venue me voir, ce soir-là, après le concert. Et que tu ne puisses pas me sentir ne change rien au fait que tu aimes ma musique. » Les bras croisés, j'essaye de lui faire comprendre que je n'en ai que faire qu'elle aille à ce festival alors que ça me dévore. « Soit, peut-être que les programmateurs ont décidé de donner sa chance à la petite chanteuse que tu es, mais je m'en fous. Je fais toutes les grandes salles du Royaume-Uni. Je n'ai rien à t'envier. » Conclus-je, aussi froid que de la glace. « On est bien d'accord. C'est terminé. Merci pour l'interview, et pour le clip aussi, parce que tu as beau dire que je suis ingrat, je t'ai quand même largement remercié là-bas et je le refais maintenant. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Memories can be like acid burning through the skin | Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2594
POINTS : 5637
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Memories can be like acid burning through the skin | Nate Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate EmptyDim 27 Nov - 14:34

I would react badly
To the slightest hint of hesitance
He’d bend awkwardly to suit my mood
No word from his defense

Nate n’avait pas tort quand il lui fit comprendre que la responsabilité était partagée. Gwen avait effectivement ignoré ses messages, en privé ou sur Instagram, parce qu’elle ne savait pas trop comment réagir après ce qui s’était passé. Pour elle, ce n’était rien de plus qu’artistique – ou du moins cherchait-elle à s’en convaincre – mais pour le Miles, il semblait qu’il avait ressenti bien plus. Qu’aurait-elle voulu qu’il fasse de plus que chercher à l’atteindre alors qu’elle ne lui avait pas répondu ? La métisse prit donc sur elle ses propres torts, cependant il n’allait quand même pas s’en tirer à si bon compte. « C’est vrai que je ne suis pas la personne la plus facile en terme de communication, j’aurai dû te répondre, même si je ne savais pas quoi dire, tu n’avais pas à rester sans nouvelles. » Concéda la chanteuse. « Mais ne fais pas l’étonné non plus de me voir me braquer quand tu me parles de façon aussi irrespectueuse et déplacée, à toujours prendre les gens de haut, te penser meilleur qu’eux. Je ne suis pas une de tes marionnettes dont tu peux user à ta guise parce que Monsieur estime qu’il a tous les droits ! Alors oui, ingrat par rapport aux derniers mois qui se sont passés, ingrat de tout casser en un claquement de doigts à cause d’aujourd’hui. Je pensais que nous avions fait des progrès, que ça avait évolué entre nous, dans un sens plus positif, qu'on se respectait au moins en tant qu'artiste, mais au final non, c’est juste pire qu’avant. » Cette fois, Gwen avait parlé en s’ouvrant un peu plus et continuait de lui balancer ses quatre vérités au visage tout comme lui. Si Nate la considérait un peu plus depuis les cours de danse, il n’en avait en tout cas rien laissé paraître – hormis le jour du tournage - se plaisant à continuer de la diminuer dès qu’un conflit éclatait entre eux. Il n’avait pas compris que ce type de relation empirerait tout entre eux et les empoisonnerait parce que la métisse se plairait toujours à lui prouver ses torts, et plus encore. Toutefois, c’était aussi leurs prises de tête qui faisaient partie intégrante de la dynamique entre eux. Glastonbury revint inévitablement sur le tapis, car si Nate enchaînait les mille et une salle, Gwen allait participer au festival de ses rêves, un point difficile à avaler pour l’artiste qui se plaisait à la rabaisser. Il aurait beau lui vendre qu’il parcourait les quatre coins du pays pour sa tournée, il ne lui ferait pas croire qu’il ne mourait pas de jalousie. Aucun d’eux n’était prêt à lâcher le morceau dans cet affrontement. « Parce que tu n’avais pas d’autres choix ? » Elle éclata de rire tellement cette phrase était absurde. Gwen ne se retint une nouvelle fois pas pour le recadrer avec quelques mots tranchants. « Il suffisait de contacter une danseuse professionnelle qui aurait débarqué dans l’heure, et crois-moi à Londres, il y en a un tas. Je lui aurai montré la chorégraphie deux-trois fois, et le tour était joué, ton clip était bouclé dans la journée. La vérité, c’est que tu étais perdu sans moi pour faire cette danse, comme un enfant apeuré ayant perdu tous ses moyens, t’avais besoin d’être rassuré pour la réussir, d’avoir ton point d’ancrage, et rien ne sert de nier, je le sais très bien. » La jeune femme soutint son regard et se leva pour lui faire face, trop énervée pour rester assise à sa place. Elle préféra ne pas réagir au « bien gaulée », estimant encore une fois que le propos était balancé de façon déplacée, mais Nate avait sa propre fierté et personne ne le changerait. Elle ignorait encore où cette discussion allait les mener, cependant elle ne comptait pas lâcher son répondant. « J’ai pu apprécier ta musique à un moment donné, mais ça ne me fera pas aimer la personne que tu es. » Et bim. Nate et Gwen se rendaient coup pour coup. Le Miles resta dans son registre préféré à essayer de l’enfoncer, de lui dire combien elle était une « petite » artiste en comparaison à sa Majesté qui se produisait dans toutes les grandes salles du Royaume-Uni sauf que cette fois-ci, il ne l’atteignit pas du tout. « Peut-être que tu n’as rien à m’envier pour le reste, mais je sais que tu es vert de jalousie de me voir participer à ce festival. Un festival qui pourra servir de tremplin. Tu peux faire toutes les grandes salles que tu veux, je n’ai rien à t’envier non plus. Au contraire, si je pouvais ne jamais devenir ce que tu es devenu, humainement parlant, alors j’aurai tout réussi. » S’il se prenait pour un modèle, Nate était vraiment mal tombé avec elle. Il essayait peut-être de se convaincre qu’elle était en admiration devant lui parce qu’elle était venue assister à un de ses concerts, mais elle détestait la personne qu’il était depuis ce jour où il s’était crû sorti de la cuisse de Jupiter, alors rien ne lui servait de fanfaronner dans le vide. « Et puis, tu sais, aux concerts de la petite chanteuse que je suis, on remarque vite les personnes un peu plus connues. Alors si tu n’appréciais pas ma musique, tu ne serais jamais venu à un des miens, n’est-ce pas ? Tout ton beau discours tombe un peu à l’eau là. » L’acheva Gwen comme il se devait. Il pensait vraiment qu’à force de traîner avec son entourage, notamment pour le tournage du clip, qu’elle ne l’apprendrait jamais de personne ? Toute sa tirade avait perdu sa crédibilité. L’interview était terminée et elle essaya d’envoyer paître une dernière fois « l’ingrat » qu’il était, toutefois, il la remercia pour l’entretien et encore une fois pour le clip. Alors qu’il s’éloignait, Gwen s’immisça entre la porte de sortie et lui. « J’aimerai que tu me dises ce que tu attendais de moi au juste, après Londres. Hormis que je réponde à tes messages et même si je l'avais fait d'ailleurs. La vérité, pour une fois. » Imaginons, si elle avait répondu, qu’aurait-il attendu ? Nate avait une dernière chance de s’expliquer. Quand il aurait franchi cette porte, ils ne se reverraient probablement plus.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Memories can be like acid burning through the skin | Nate 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty
MessageSujet: Re: Memories can be like acid burning through the skin | Nate Memories can be like acid burning through the skin | Nate Empty

Revenir en haut Aller en bas

Memories can be like acid burning through the skin | Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-