AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Our two hearts will make it easy. Rhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Our two hearts will make it easy. Rhys Dim 18 Sep - 14:23

Life
It’s easy to be scared of.
With you I am prepared for
What is yet to come.

Le bus passe les arrêts un à un et je regarde l'heure, m'impatientant à l'idée d'arriver en retard à mon rendez-vous. Rhys avait bien évidemment proposé de m'emmener, mais j'avais refusé, ne souhaitant pas lui faire faire un détour et ne voulant pas non plus qu'il me devienne indispensable. Même si avoir le soutien du jeune homme est très important pour moi, je veux garder quelques constances dans ma vie. Je veux rester indépendance - du moins, dans le domaine du possible étant donné que dans cette soit-disant indépendance, je dois continuer à vivre chez mon frère et à travailler quelques heures par semaine pour ma mère. La montre à mon poignet m'indique qu'il me reste encore un bon quart d'heure, mais j'angoisse toutefois à l'idée d'être en retard même si le trajet ne devrait pas prendre plus de cinq minutes. Ce stress, il doit être dû à l'importance du rendez-vous qui se profile. Une échographie… La première échographie. Celle qu'on dit de datation, même si dans notre cas, il n'y a pas vraiment de doute sur la date de la conception. Une main sur le ventre, je souris en imaginant que d'ici quelques minutes, je vais voir à l'écran le fruit de notre union. Je vais entendre les battements de son coeur, aussi. Je vais savoir si tout va bien même si je ne me fais pas d'illusions de ce côté là. J'imagine déjà le regard réprobateur du Dr Edward qui m'a suivie tout au long de mes séjours ici : à partir de l'accident, jusqu'à la greffe en passant par les mois de dialyses. j'ai eu de la chance d'avoir un médecin aussi prévenant, même si à présent, il me prend pour quelqu'un d'irresponsable. Avec un peu de chance, j'arriverais à ne pas le croiser aujourd'hui.

Comme prévu, l'angoisse était inutile puisque j'arrive à l'hôpital avec de l'avance. J'attends l'arrivée de Rhys à l'entrée de l'hôpital et il ne lui faut que quelques secondes pour se montrer. Mon sourire s'élargit à sa vue, mais inconsciemment, je ressers mon sac à main contre mon flanc, mon corps trahissant mon appréhension. Car oui, j'appréhende. Je sais ce que Rhys pense de cette grossesse et j'ai peur qu'il attaque le médecin, posant des questions peu subtiles sur la fragilité de ma condition, cherchant à me faire changer d'avis encore une fois… Me faire changer d'avis tant qu'il est encore temps. J'ai peur. « Salut. » Dis-je en continuant de lui sourire, même si le coeur n'y est pas entièrement. On a beau essayer de réapprendre à se connaître, de passer un peu de temps ensemble, j'ai cassé quelque chose d'irréparable le jour où j'ai jeté mon dévolu sur lui. « Tu vas bien ? » Demande-je, une pointe de timidité dans la voix, et j'ajoute. « Tu es prêt ? » Les lèvres pincées, je suis certaine de l'être moi-même, mais je me demande si le jeune homme l'est lui aussi. C'est un grand moment que nous nous apprêtons à vivre et c'est normal si le jeune homme ne se sent pas en confiance complète, s'il n'est pas prêt.
Pour ma part, l'excitation commence à me gagner à l'idée des prochaines minutes qui vont marquer un tournant dans cette grossesse, mais je me retiens pour ne pas l'étaler. Il n'y est pas encore, Rhys… Et je ne veux pas le forcer. « On a rendez-vous avec le Dr Walsh. C'est dans l'aile Ouest. » Pour tenter de détendre l'atmosphère, j'ajoute. « T'as de la chance, l'hôpital est un vrai labyrinthe, mais je le connais par coeur, je vais même te montrer les passages secrets. » C'est un humour douteux, mais au point où nous en sommes, j'essaye quand même.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Mer 21 Sep - 20:52

Tell me,
Tell me that you want me,
And I’ll be yours completely
For better or for worse.


« Allez, connard, avance. » Murmure Rhys entre ses dents serrées tandis que l’aiguille de son compteur frôle à peine les 30km/heures. Il avait un rendez-vous important et il ne voulait surtout pas arriver en retard. Mais avec la chance habituelle qui le caractérisait, il était tombé sur la voiture la plus lente de tout Tenby. Sans doute le doyen de la ville qui allait faire ses courses de la semaine. Excédé, le blond tape nerveusement sur le volant. Il était vraiment très stressé et pas seulement par l’idée d’arriver en retard. Aujourd’hui, c’était la première échographie de Lizzie, et il ne savait pas comment se sentir face à cet évènement. A vrai dire, il ne savait toujours pas comment se sentir vis-à-vis de la grossesse. Il y avait eu beaucoup de discussions avec beaucoup de personnes différentes et peu d’avancées. S’il était à présent évident que Lizzie ne changerait pas d’avis et qu’elle poursuivrait sa grossesse, sa vie était toujours en danger. Tout comme celle du bébé. Deux variables que le Blake ne parvenait pas à insérer dans l’équation compliquée qui se présentait à lui. Et surtout deux variables dont il ne parvenait pas à faire abstraction. Et  encore, c’était là les variables les plus compliquées. Parce qu’il y avait aussi le fait que Lizzie et lui n’étaient absolument pas en couple… Il soupire. Non aujourd’hui, il s’était promis de ne pas ressasser tous les paramètres qui faisaient que cette grossesse était potentiellement une mauvaise idée. Il devait être positif. Non seulement pour Lizzie mais aussi pour que les choses se passent le mieux possible. Une situation avait plus de chance de s’arranger si on l’abordait avec optimisme plutôt que l’inverse. Il est donc totalement calme quand, une fois débarrassé de sa tortue, il se gare souplement sur le parking de l’hôpital. Et finalement, il n’est même pas en retard.

Cependant, il repère vite la silhouette de Lizzie qui l’attend déjà. Il la voit sourire et fait de même en se rapprochant. Ils avaient peut être des désaccords mais ils étaient tout de même parvenus à resserrer leurs liens au cours des dernières semaines en passant du temps ensembles. Les choses ne seraient plus jamais pareilles entre eux et pourtant, Rhys avait quand même l’impression de retrouver un peu la douce saveur d’un passé où ils étaient amis et se souciaient l’un de l’autre. Et il était véritablement content de la voir. « Salut !  Oui, ça va, merci. » Réponds t-il en se penchant pour lui faire une bise. « Et toi, ça va ? Tu as pu te reposer un peu ? Tu n’as pas d’aigreurs d’estomac ? » Il savait que les nausées semblaient se calmer du côté de la blonde mais il avait commencé à se plonger dans les livres traitant de la grossesse et il avait ainsi découvert que pendant les neufs mois, un problème pouvait facilement en chasser un autre. D’ailleurs, il décide d’avouer à Lizzie qu’il avait fait ses recherches quand elle lui demande tout go s’il est prêt. « Oui de toute façon, il est temps qu’on la fasse cette échographie. L'échographie du premier trimestre doit avoir lieu entre 11 et 13 semaines d'aménorrhée. » Puis, il se rend compte que ce n’était peut être pas ce qu’elle demandait. Elle pensait certainement à quelque chose de moins scientifique « Oui, je crois que je suis prêt… Impatient même. Ça me semble toujours tellement irréel… Je me dis que voir le bébé m’aidera à réaliser. Et toi, tu te sens prête ? »

Il lui semble qu’il a la réponse à sa question avant même de la poser. Lizzie semble radieuse et très excitée. Elle prend d’ailleurs très vite les choses en main tandis qu’ils rentrent dans l’hôpital. « Docteur Walsh, d’accord. » Répète Rhys, désireux de bien faire et de connaître le nom du médecin de son enfant. Il suit docilement Lizzie, essayant d’oublier que la dernière fois qu’ils s’étaient retrouvés dans cet hôpital tous les deux, ils avaient eu une altercation plutôt violente. Mais il faut laisser le passé derrière eux et il sait que la Mathesson est d’accord quand il voit les efforts qu’elle fait pour détendre l’atmosphère. Il lui est reconnaissant mais malheureusement la blague qu’elle fait lui arrache un sourire triste. Car lui aussi connaissait désormais les lieux comme sa poche. Depuis que Echo était dans le coma, il venait ici presque tous les jours. Toutefois, il garde le silence sur ce détail, peu désireux d’assombrir la journée. En fait, c’était même plaisant de venir ici pour un « heureux » événement. Il adresse donc un sourire faussement charmeur à son interlocutrice. « En effet, je suis un chanceux… Mais bon, pas besoin de m’emmener dans un petit coin sombre, vu que je t’ai déjà mise enceinte. » Bon, ok, c’était un peu foireux aussi comme trait d’humour. Tellement qu’il émet un petit rire gêné absolument pas naturel et garde le silence jusqu’à ce qu’ils parviennent jusqu’à l’aile ouest, au service adéquat. Là, ils font face à une secrétaire. Il laisse alors Lizzie parler avec cette dernière pour les modalités du rendez-vous jusqu’à ce qu’elle s’adresse soudainement à lui. « Oui, oui, c’est moi le père. » Prononçant ces mots avec une étrange saveur sur la langue. C’était décidément très bizarre de s’imaginer père. Mais le gallois n’est pas au bout de ses peines. Lorsque la femme chargée de l’accueil les fait passer en salle d’attente, il voit plusieurs femmes à un stade très avancé de leur grossesse. Ses yeux se posent sur les énormes protubérances que sont devenus leurs ventres et il sent soudain un léger vertige le saisir. Il pose son sa main sur le bras de Lizzie comme pour se raccrocher à elle. « Ok… J’avoue, je stresse peut être un peu. »

_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Ven 23 Sep - 11:34

Life
It’s easy to be scared of.
With you I am prepared for
What is yet to come.

On se retrouve avec Rhys et son visage orné d'un sourire radieux me fait pendant une demie-seconde revivre ce fantisme dangereux dans lequel nous formons cette belle famille heureuse où la grossesse s'est déroulée pour le mieux et où j'ai même donné naissance à de magnifiques jumeaux que nous avons nommés Chris et Damien. Ca ne dure pas longtemps, heureusement… Parce que je sais que je dois faire face à la réalité et accepter le fait que nous sommes loin d'être un vrai couple, mais aussi que l'idée d'avoir des jumeaux est simplement inconcevable. Si un bébé arrive à sortir de notre histoire, ce sera déjà un miracle, alors autant ne pas s'emballer, même si c'est plus facile à dire qu'à faire, comme toujours. Mais je me satisfais des petites choses, comme la simple présence du jeune homme alors qu'il n'était pas obligé de venir me rejoindre pour cette échographie. Parfois, j'aimerais être dans la tête du Gallois, juste quelques minutes, le temps de savoir ce qu'il pense réellement de la situation, ce qu'il ne me dit pas pour ne pas me blesser, ce dont il n'a pas forcément conscience aussi… Néanmoins, cette envie est vite balayée quand je réalise que ce qu'il pense est probablement à l'opposé de mes convictions et de mes propres envies. « Oui, ça va… » Que je réponds avec un sourire sincère quand il me pose la question. Il semble se préoccuper de moi réellement, alors ça veut bien dire qu'il ne me déteste pas entièrement pour ce que je lui fais vivre, non ? J'essaye de m'en convaincre.  « Oui, j'ai pu me reposer et à vrai dire, à part les nausées, je n'ai pas vraiment d'autres soucis. Je t'avoue que j'espère ne plus en avoir pour trop longtemps avec ces satanées nausées. » Que je réponds, lâchant un petit rire nerveux tout en essayant de ne pas penser à ces femmes qui sont malades quasiment tout du long de leurs grossesses.
Ce que Rhys me répond quand je lui demande s'il est prêt me fait éclater d'un rire franc et je ne peux m'empêcher de le taquiner à ce sujet. « Je vois que le docteur Blake est dans la place. » Au moins, c'est rassurant de savoir que j'ai un médecin à mes côtés, même s'il n'est pas spécialiste dans la gynécologie. Quoi qu'il se passe, un médecin, c'est toujours rassurant, d'autant plus quand il a les traits doux et le beau regard bleuté de Rhys. Enfin, il répond en parlant de ses propres sentiments et j'acquiesce, contente de la façon dont le blond aborde la situation. Il me retourne la question et je hoche la tête avec vigueur pour lui exprimer ce qu'il en est. Oh ça oui, je suis prête. Et pas qu'un peu.
« Oh oui, je me sens prête. C'est comme si j'avais attendu ce moment toute ma vie. » Je me mords l'intérieur de la joue, amusée. « Et au cas où tu te le demandes, oui, ça peut être un rêve d'enfant d'avoir un gel glacé et visqueux sur le ventre. » Cette fois, je me demande si ce n'est pas la nervosité qui prend place et qui me fait parler encore et encore.
Nous entrons dans le bâtiment et je ne tarde pas à nous guider vers le bon service, mais Rhys, fidèle à lui même ne met pas longtemps avant de faire une blague douteuse. Je lève les yeux vers lui, cherchant à jauger ce qu'il pense, mais je préfère finalement ne pas m'y attarder et je reprends le chemin. Je dois me retenir pour ne pas marcher trop vite et perdre le Blake dans les couloirs, mais quand nous arrivons devant l'une des secrétaires et qu'il annonce lui-même qu'il va est le père de l'enfant que je porte, je relève les yeux vers lui, attendrie. Tous les signes indiquent qu'il est en train d'accepter et même si notre histoire est loin d'être idéale, je commence à croire qu'elle n'est pas non plus si foireuse qu'on le pensait. On arrive dans la salle d'attente et c'est alors que Rhys devient livide. Si la vue de toutes ces femmes enceintes jusqu'au yeux me réchauffe le coeur et me donne envie de toucher leur ventre, il semblerait que ça n'a pas le même effet sur le jeune homme. Sa main sur moi, je prends les rênes et je nous guide vers les chaises les plus proches. Cette fois, c'est à mon tour d'être rassurante.
« Ne t'en fais pas… C'est normal, Rhys. Si je devais être honnête, je t'avoue que j'aurais été étonnée du contraire. »  J'oriente ma chaise vers le jeune homme, et je prends ses mains dans les miennes. « Si ça peut te rassurer, mon ventre ne sera pas aussi imposant avant encore quelques mois. »  Je réalise après coup que ce n'est pas ce genre de paroles qui la rassurera, alors prise au dépourvu, je reprends. « Tu sais quoi ? Je comptais envoyer la photo de l'échographie à Luka pour lui annoncer. Tu penses que c'est une bonne idée ? Je ne savais pas vraiment comment le lui annoncer en fait, je ne voulais pas le faire par téléphone et à vrai dire. »  Nous attendons quelques minutes encore, voyant le défilé des médecins qui viennent chercher les femmes une à une jusqu'à ce que ce soit moi qui soit appelée. « Elisabeth Mathesson ? »  Un dernier regard lancé à Rhys, un regard et un sourire encourageant et je me lève. « Oui. C'est moi. »  Je reprends le bras de Rhys et la gynécologue nous mène jusqu'à la salle d'examen.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Sam 1 Oct - 18:06

Tell me,
Tell me that you want me,
And I’ll be yours completely
For better or for worse.


Lizzie est fidèle à elle-même, calme, presque timide. Elle n’a sûrement aucune idée de l’effet que son simple sourire a sur Rhys. Jamais il n’aurait pu penser qu’il se verrait un jour à nouveau gratifié d’un tel cadeau. Qu’elle trouverait la force de le pardonner. Et pourtant… Elle l’avait fait. Ce qui forçait l’admiration du Blake. Et il espérait puiser l’inspiration dans ce magnifique geste. Celle de pouvoir être le soutien dont la Mathesson avait besoin pour assumer sa grossesse malgré les réserves qu’il nourrissait à l’égard de cette dernière. Alors c’es tout naturellement qu’il s’enquiert avant tout de son état de santé. Il fronce cependant les sourcils en entendant la réponse. « J’aimerai qu’il existe quelque chose pour t’en soulager mais scientifiquement, il n’y a pas grand-chose qui fait effet. Même les médecins de Kate Middleton n’ont rien pu faire à ce sujet. » Dit-il quand elle évoque ses nausées. Bien entendu, tout ce qu’il lui disait, il l’avait lu dans son fameux bouquin et sur les sites spécialisés en ligne mais il était évident, que ça renforçait aussi ses mensonges à propos du fait qu’il était médecin. Le cheminent des pensées de son interlocutrice doit être le même que le sien car elle a un petit rire et fait une blague à propos du docteur Blake. « Qu’est-ce que tu veux, on ne se refait pas ! » Réplique t-il même si son sourire vacille un peu. Il n’aimait pas à mentir à Lizzie et il était en train de se rendre compte que les choses allaient empirer au fur et à mesure que la grossesse progresserait. Elle finirait forcément par comprendre qu’il n’y connaissait rien. Surtout s’il paniquait. Et il était évident qu’à un moment ou à un autre, il allait forcément paniquer. A part si la sérénité de la future maman l’aidait. Parce qu’elle dégage quelque chose de rassurant Lizzie, quand elle pose une main sur son ventre en arguant qu’elle était sur le point de réaliser son rêve. Il lui rend son sourire. « C’est vrai que je ne te l’ai pas dit l’autre jour… Mais je pense en effet que tu es prête. Et que tu seras une très bonne maman. Je ne m’inquiète pas là-dessus. »

Vu qu’ils sont tous les deux impatients, ils n’attendent pas plus longtemps pour se diriger vers le lieu du rendez-vous. En tout cas, leur stress s’exprime par des blagues de plus en plus douteuses et vu le peu de classe de celle de Rhys à propos des passages secrets, il préfère ne rien répliquer quand la Mathesson dit quelque chose à propos d’avoir du gel sur son ventre. Surtout après le long regard qu’elle lui a lancé suite à sa première vanne… Il espère d’ailleurs ne pas l’avoir offensée car elle reste ensuite très silencieuse, tandis qu’ils parcourent les couloirs. Mais peut être qu’elle cherche juste le chemin ? Quoique non, elle n’avait pas menti. Elle connaissait les lieux comme sa poche et très vite, ils sont au bon service. Ce que le Blake n’avait pas prévu, c’était ses réactions. Si au final, il ressent une fierté tout neuve en spécifiant à la secrétaire que c’est lui le père, il n’avait pas prévu de faire soudainement une crise d’angoisse. Heureusement, Lizzie assure ses arrières et le mène avec douceur vers les sièges de la salle d’attente, tout en entreprenant de le rassurer. Autant pour le soutien qu’il comptait être, c’était l’exact inverse qui était en train de se produire. « Si c’es normal alors… » Grommelle t-il mécontent de s’être fait prendre en flagrant délit de faiblesse. « J’arrive pas à t’imaginer avec un ventre de cette taille… Tu es si frêle… C’est juste bizarre. » Il parvient toutefois à se calmer en ignorant soigneusement les autres femmes enceintes, se concentrant sur la douce voix de Lizzie. Elle lui parle de tout et n’importe et n’importe quoi, serrant doucement ses mains dans les siennes. Ce qui se rapprochait le plus du paradis sur terre pour le blond. Il parvient même à réfléchir au dilemme de son amie et à donner son avis. « Je crois que c’est une excellente idée, tu mets un petit mot derrière et le tour est joué. Ça serait une bonne surprise, je pense. Quoique… Tu n’as pas envie d’entendre sa réaction en direct ? Des fois, c’est génial. Bon, moi je me suis fait engueuler comme un gamin par Lylou mais avec un peu de chance, ça ira mieux pour toi. »

Il s’anime, reprenant un peu ses esprits, se rendant alors compte qu’il caresse tendrement les mains de Lizzie avec ses pouces. Il s’arrête net, se disant que c’est peut être un peu trop intime. Heureusement, les choses ne deviennent pas trop gênantes, car ils sont tout à coup interrompus par le médecin qui appelle le nom de Lizzie. Ou plutôt de Elizabeth, Rhys avait tendance à oublier son véritable prénom très souvent... Lizzie se dirige d’un pas assuré vers la salle d’examen et Rhys lui emboîte le pas, luttant toujours contre un léger vertige. Celui de l’irréalité de la situation. Il allait voir son bébé. L’enfant qu’il avait à Lizzie. C’était des mots qu’il ne parvenait pas à connecter entre eux… Lizzie à l’air de bien connaître le médecin, et elle fait toute la conversation. Rhys n’a plus qu’à la regarder s’allonger et découvrir son ventre (encore plat dieu merci), tandis que le médecin étale le fameux gel un peu partout. Le blond se pose alors soudainement une question existentielle. « Attends… Si jamais… C’est possible de voir le sexe, tu veux savoir ou pas ? On a même pas parlé de ça… » La technologie aidant, il était en effet parfois de savoir dès la première échographie, encore quelque chose qu’il avait lu. Mais le médecin n’a pas vraiment le temps d’attendre, et bientôt il allume la petite télé, déposant la machine à ultrasons sur le ventre de Lizzie. Il n’y avait plus de retour en arrière possible. Rhys prend une grande inspiration et pose ses yeux sur l’écran en même temps que Lizzie. Ce qu’il y voit lui coupe le souffle. « Oh mon dieu. » Il vacille, se raccroche à la table. Sa gorge se serre. Il voulait du concret, et bien il en avait. Ses yeux ne peuvent pas manquer la minuscule forme qui s’affiche à l’écran. Pas plus grosse qu’un haricot et pourtant… On voit déjà la forme d’une tête. Il y a bien un bébé là-dedans. Son bébé. Pour la première fois, ça a du sens. Difficilement, il dévie son visage de l’écran quelques secondes pour regarder Lizzie. « Bon dieu, Liz, tu as vu ça ? »


_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Dim 2 Oct - 21:58

Life
It’s easy to be scared of.
With you I am prepared for
What is yet to come.

J'évoque ce problème des nausées qui pour le moment est bien le plus difficile à vivre, mais je ne m'attends pas à ce que Rhys y réponde. Après tout, je ne m'attends pas à ce qu'il s'inquiète pour ces broutilles alors qu'il sait que mes problèmes de santé peuvent être bien plus importants. Pourtant sa réponse fait naître un sourire sur mes lèvres et je suis sincèrement touchée qu'il se préoccupe à ce point de mon bien être. Touchée au point de me sentir coupable à l'idée de penser qu'il n'était pas aussi prévenant. Je connais Rhys depuis longtemps, mais nous avons passés tellement d'années loin de l'autre que j'ai tendance à oublier à quel point il peut être bienveillant envers son prochain. Après tout, c'est un peu la raison qui a dû le pousser à faire de l'humanitaire. Il a un bon fond, c'est un homme merveilleux, même si dernièrement, j'avais tendance à l'oublier et à préférer lui en vouloir pour ce qu'il m'avait fait subir. Aujourd'hui, je mets tout ça dernière nous. Le temps de l'échographie au moins. « Et s'ils n'ont rien pu faire pour Kate, ce n'est pas pour moi qu'ils vont remuer ciel et terre. » Je rigole sans me forcer et je hausse les épaules. Ce moment avec Rhys, il est parfait. Il me met en confiance. Il me fait comprendre qu'il est présent et que je ne suis pas seule alors que je ne me suis pas couchée une seule fois depuis son retour sans me demander s'il sera toujours en ville le lendemain matin ou s'il aura mis les voiles comme la dernière fois. Non, il est bien là, avec moi et il s'apprête à voir notre enfant pour la première fois. On s'apprête à découvrir la vie qui grandit en moi et le Blake en profite pour me faire le plus beau compliment qu'il pourrait jamais me faire. Les lèvres retroussées, je suis reconnaissante d'avoir ce partenaire avec qui vivre cette grossesse et malgré le fait que nous ne soyons pas en couple, je commence à penser que je n'aurais pu trouver mieux. « Merci Rhys… Vraiment… J'apprécie. » Je ne peux rien dire de plus sans fondre en larmes, les hormones me rendant particulièrement émotive, alors je n'ajoute rien. Je me contente de le gratifier d'un sourire sincère avant de lui prendre le bras pour le faire traverser l'hôpital.

Une fois dans le service approprié, le médecin ne tarde pas à vaciller. Dans un sens, c'est amusant de le voir vaciller juste à la vue de femmes enceintes, parce que tout au long de sa carrière, il a certainement vu des choses bien plus difficiles et bien plus éprouvantes. Encore une fois, sa réaction prouve à quel point il s'implique dans cette grossesse et j'aime redécouvrir cette personnalité. Je tente de le calmer, je prends la parole et je commence à lui raconter mes projets pour annoncer l'heureux événement que nous attendons  à Luka. « C'est vrai ? Lylou t'a engueulé ? » que je demande, à la fois amusée et choquée par le comportement de la petite soeur du blond. « Je pense que pour Luka, je n'ai pas besoin de lui dire de vive voix. Je veux dire, il a vécu à peu près la même situation avec Tyliane, je pense qu'il le prendra bien. Il sera ravi, même. Et puis, ça ne l'empêchera pas de l'appeler sitôt la lettre ouverte. » Oui avec Luka, c'est bien plus facile qu'avec Enael, mais ce n'est pas la peine de plomber l'ambiance d'un moment aussi parfait.
Quelque secondes, je me perds dans ses caresses, les appréciant plus que je ne devrais et par chance, le gynécologue me sort de mes douces rêveries en m'appelant. L'attente ne fut pas très longue et ce n'est pas plus mal car je me demande si Rhys aurait tenu plus longtemps dans cette salle d'attente sans tourner de l'oeil. On se lève et on avance en direction de la salle d'examen où je m'installe selon les indications du médecin. Je détaille tout ce qui m'entoure, regarde cet écran encore noir juste à côté qui d'ici quelques minutes affichera l'image de mon bébé. Notre bébé.
Dans les films, les femmes poussent souvent une exclamation quant à la froideur du gel et bien que l'envie soit forte, je me retiens car je ne veux pas ressembler à ce cliché ambulant. Je reste silencieuse et je me retourne vers Rhys quand il prend la parole. La question qu'il pose me laisse sous le choc. Voilà un point auquel je n'avais pas pensé et je commence à stresser à l'idée de ne pas donner une réponse qui convienne au jeune homme. J'aimerais répondre par la positive, mais je ne le fais pas. « Uhm… C'est toi qui choisis si tu veux savoir ou pas. » Que je lâche soudainement prise par le temps, mais surtout parce que j'ai vraiment envie d'offrir ce petit cadeau à Rhys. Je lui impose déjà cette grossesse et j'ai été suffisamment égoïste alors quoi qu'il veuille, je veux bien le lui accorder. Il l'a bien mérité après tout.

Et là, l'écran s'allume et je ne peux pas le lâcher des yeux. J'entends les mots de Rhys et j'aimerais ajouter quelque chose de similaire, mais je reste béate d'admiration devant cette petite forme qui bouge à l'intérieur de mon corps. Si j'ai réussi à retenir mes larmes un peu plus tôt, ce n'est plus le cas et des perles salées roulent sur mes joues sans que je ne prenne le temps de les essayer d'un revers de la main. Tout est réel. Tout est parfaitement réel. Et Rhys en prend conscience lui aussi par ses exclamations. Je pourrais probablement regarder cet écran pendant des heures et des heures, sous le coup de l'émotion. A tâtons, je cherche sa main pour la serrer dans la mienne alors qu'il s'approche de moi pour mieux voir l'écran. Je me mords la lèvre, emplie d'un sentiment de bonheur jusque là inconnu et je me retourne vers le jeune homme. « Dieu n'a rien à voir dans tout ça. C'est juste toi et moi. » Que j'ajoute, retrouvant l'usage de ma voix.
Le médecin tapote sur son ordinateur en bougeant la machine à ultra sons sur mon ventre et d'une voix confiante il ajoute.  « Tout à l'air bien ! Il n'y a rien d'anormal à signaler. Cependant, dans votre état, n'oubliez pas de venir à la moindre perturbation. » Brusque retour à la réalité. J'aimerais fusiller le médecin sur place, mais je suis tellement heureuse que je ne lui accorde même pas un regard, préférant me concentrer sur mon bébé ou sur le père de mon bébé. Le médecin continue encore quelques secondes puis éteint la machine avant de nous donner les quelques clichés qu'il a pu sortir pendant l'échographie. « Je vous laisse un moment. » Termine-t-il, en quittant la salle. Je m'essuie le ventre avec le papier prévu à cet effet et je redescends mon t-shirt pour finalement me retourner vers le Gallois. « On va être parents, Rhys ! Vraiment. Je le réalisais déjà… Mais là… C'est autre chose. » Je suis encore en train de pleurer à chaudes larmes, des larmes de joie, bien sûr et je me plante devant le Blake, une envie terrible de lui sauter dans les bras, mais ma conscience m'en empêche en me rappelant qu'il a beau être le père de mon enfant, il n'en reste pas moins en couple avec une autre.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Jeu 6 Oct - 18:37

Tell me,
Tell me that you want me,
And I’ll be yours completely
For better or for worse.


« Pour toi, moi je suis prêt à remuer ciel et terre. » C’est ce que Rhys a envie de répliquer à Lizzie lorsqu’elle lui fait sa réponse à propos de Kate Middleton mais pour une raison qui lui échappe, il reste silencieux alors que d’ordinaire, il adore dégainer ce genre de réplique, un sourire charmeur sur les lèvres. Peut être parce que cette fois-ci, il n’a pas envie de jouer. Il est sérieux, terriblement sérieux. Le bien-être de Lizzie et de leur enfant était désormais sa seule préoccupation. Et même s’il n’a qu’un contrôle partiel sur ce dernier, il met tout son cœur dans la partie où il a effectivement du pouvoir, s’employant à faire de leur première échographie un moment parfaitement heureux. Ça semble marcher, Lizzie sourit, Lizzie rit. Elle a l’air épanouie, rayonnante. Et Rhys suit son exemple, commençant à se détendre malgré son léger coup de stress en salle d’attente. La symbiose est parfaite entre eux, tandis qu’ils oscillent entre complicité retrouvée et émotion. Le Blake se rend compte qu’il n’est plus fâché contre la Mathesson et sa décision de mener cette grossesse coûte que coûte en dépit de son propre avis à lui. Il ne sert plus à rien de ressasser, de s’inquiéter. Le processus est en cours. Et l’optimisme de Lizzie est contagieux. A vrai dire, le gallois commence à être gagné et conquis par la vision qu’elle a du futur. Celle d’une famille heureuse. Et peut être même celle d’une famille unie. Car depuis qu’ils sont assis sur ces chaises plastiques, leurs mains liées, parlant doucement à voix basse, Rhys éprouve une sensation toute neuve. Il ne parvient plus à quitter Liz du regard. Ni à se défaire de l’idée qu’à deux, ils s’en sortaient bien. C’était même mieux que ça… « Ouais Lylou m’a carrément engueulé… En me parlant de contraception et de Gwen… Je te jure, heureusement que c’était au téléphone, parce que j’étais trop mal. Elle me donne tout le temps l’impression que c’est moi le petit frère… » Il n’hésite pas à se confier, signe qu’il avait définitivement avancé dans sa relation avec celle qui avait été très longtemps sa meilleure amie… Il rigole d’ailleurs doucement devant l’expression mi-choquée, mi amusée de cette dernière. Il était vrai que sa petite sœur était un sacré numéro quand elle s’y mettait. Heureusement, l’aîné de Lizzie semble bien plus calme. « C’est vrai que Luka est papa maintenant…. J’avais totalement oublié. C’est bien, ses jumeaux vont avoir un cousin ou une cousine… »

Il s’arrête choqué par ses propos. Car il venait de faire ce qu’il s’était interdit de faire : il se projetait dans le futur. Heureusement, il n’a pas trop le temps de s’attarder sur ce revirement, car le docteur les appelle et l’examen commence. Rhys est fébrile et comme souvent quand il stresse, il pense aux petits détails pratiques. Un autre facteur de panique. Liz et lui n’avaient pas vraiment eu le temps de discuter de ce qu’ils voulaient pour cette grossesse, notamment au regard des détails. Le médecin leur lance d’ailleurs un regard courroucé, comme s’ils étaient deux irresponsables. Mais ça n’agace pas Rhys pour la simple et bonne raison, que Lizzie lui fait une belle faveur en le laissant décider pour eux deux. « Wow… et bien je ne m’y attendais pas… » Murmure t-il surpris, son cerveau tournant à toute allure. Mais finalement, il ne pèse pas longtemps le pour et le contre. S’il aimait l’imprévu, il ne voulait pas d’incertitude quant à son enfant. Et à vrai dire, il était plutôt impatient de savoir s’il allait avoir un fils ou fille. « Hum… Je crois que j’ai envie se savoir si c’est possible. » Le médecin opine du chef pour montrer qu’il a compris et commence à balader l’appareil à ultrasons sur le ventre de Lizzie. Et soudain, Rhys peut voir la forme d’un fœtus à l’écran. Son enfant. Il voit son enfant. C’est une sensation assez indescriptible. Il sent l’émotion le gagner. Pendant un moment, plus rien d’autre que l’écran et la forme qui se dessine dessus n’existe. Puis, il entend la voix enrouée par l’émotion de Lizzie, et il sent à nouveau la douce sensation de sa main qui serre la sienne. Alors, il baisse les yeux, la regardant dans un sourire ému. Il a le souffle coupé par la joie qu’il lit dans ses yeux, par les larmes de joie qui perlent le long de ses joues rosies et surtout par la tendresse immense qu’il ressent pour elle. Elle aussi était son univers à présent. La mère de son enfant. Celle qui lui faisait un cadeau inespéré. Un cadeau qu’il n’avait pas voulu, qu’il avait même pensé empoisonné. Quel sot, il avait été….. Le haricot qu’il voyait à l’écran, cette petite protubérance ronde qui était en réalité une tête, c’était un miracle, rien d’autre. Comment n’avait-il pas pu le réaliser plus tôt ? Il allait avoir un fils ou une fille. Avec une femme merveilleuse qui plus est. Comment pouvait-il se considérer comme autrement que chanceux ? Père. Pour la première fois depuis des semaines, depuis qu’il se répète le mot en boucle, celui-ci prend enfin en sens. Il en chialerait presque aussi.

Mais il a du mal à se défaire de sa pudeur, alors à la place, il a un petit rire étranglé face à la remarque de Lizzie. « Juste toi et moi en effet. » Répète t-il d’un air rêveur, se rendant seulement compte qu’il venait d’user deux fois le nom de dieu dans ses exclamations. Il était vraiment bouleversé par tout ça. Et dans le bon sens, cette fois-ci. « C’est vrai qu’on a fait du bon boulot. » Dit-il en se reprenant un peu. Et l’échographie lui donne raison. Si le sexe n’est pas encore visible de manière claire, tout le reste est parfait, comme le décrète le médecin, tandis qu’il fait les premières mesures et s’assure que tous les organes sont présents. Rhys ressent d’ailleurs une pointe de fierté ridicule à chaque fois que le médecin désigne l’un d’eux dans un inventaire exhaustif et il ne se gêne pas pour interpeller Lizzie à chaque fois.. L’examen passe presque trop vite, le blond a l’impression de se réveiller brusquement après un merveilleux rêve quand le médecin éteint l’écran et donne des consignes à Lizzie quant à son état. Outch. La réalité avait eue vite faire de reprendre ses droits. Car oui, tout n’était pas parfait. Ils avaient une épée de Damoclès au dessus de la tête. « Je veille sur elle de toute façon. » Ajoute alors Rhys d’un air sombre. Il lâche la main de Lizzie pour qu’elle puisse essuyer son ventre et se rhabiller. Cette fois, il a définitivement l’impression d’entendre le son de sa petite bulle éclater. Mais il se rappelle de sa promesse. Il ne gâchera pas la journée de Lizzie. Alors il prend sur lui et continue à sourire quand ils se retrouvent en tête à tête. Surtout que la blonde continue à faire preuve d’un grand enthousiasme. « Oui… Je te comprends. Je ressens la même chose… ça me paraît toujours irréel d’une certaine façon mais d’un autre côté, aujourd’hui… Je… j’ai ressenti quelque chose. Quelque chose de nouveau. De différent. » Lui qui était bon orateur d’ordinaire n’arrivait plus à s’exprimer.

Lizzie descend de la table et lui fait face, ses yeux continuant de ruisseler. Sans réfléchir, Rhys se rapproche doucement d’elle, prenant son visage entre ses mains pour éponger un peu ses joues du bout des doigts. « Liz… Je comprends pourquoi tu t’es battue maintenant… Quand on a entendu les battements de son cœur, c’était tellement… » Oui, il comprenait. Il n’avait pas totalement changé d’opinion et sa peur était toujours présente mais il comprenait. Il plonge son regard dans celui de Lizzie, toujours ému. Pendant un instant, il a l’envie absurde de l’embrasser à nouveau. Puis, il se reprend, essayant de faire la part des choses. Certes, ils partageaient un moment de connexion magnifique mais il savait que Lizzie avait considéré la seule fois où ils s’étaient aimés comme une erreur. Seul le bébé lui avait fait changer son point de vue sur leur nuit. Il ne devait pas se laisser attirer par l’idée trop facile de la famille qu’ils pourraient former. Mais c’est difficile. « On va être des parents formidables, j’en suis sûr. On va être tellement heureux… Tu vas voir. » Ajoute t-il, sans pouvoir réprimer sa joie. Autant pour le cynisme et la prudence. Il était foutu. Car maintenant, il avait envie d’y croire. Et finalement, il cède à une impulsion, prenant la Mathesson dans ses bras, enserrant tendrement ses épaules et son dos la pressant contre lui. Il reste quelques instants silencieux, écoutant les battements de leurs deux cœurs dans un nouveau moment de perfection.. « Wow… Je ne sais pas toi, mais j’irai bien manger quelque chose pour me remettre de mes émotions… Une petite glace ? » Dit-il pour briser un peu la tension et ne pas rendre le moment plus intime que ce qu’il était déjà. « Il faut qu’on discute prénoms maintenant, en plus. Et tant d’autres choses. » Oui, car il n’avait quand même pas envie de mettre fin à ce moment d’osmose entre eux de manière trop rapide. «

_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Sam 8 Oct - 23:28

Life
It’s easy to be scared of.
With you I am prepared for
What is yet to come.

Rhys évoque sa petite soeur qui le traite comme s'il était le petit frère de la fratrie et une pointe de culpabilité vient me frapper de plein fouet quand je me souviens que je suis aussi responsable de cet accident, si ce n'est plus. Et c'est lui qui récolte les leçons de moral, pas moi… L'idée d'en toucher deux mots à Lylou et de lui dire d'y aller moins fort sachant qu'elle n'a pas tous les éléments de l'histoire me passe par la tête, mais je préfère me tenir à distance. Ca doit être assez difficile de gérer toutes les femmes de sa vie, je ne vais pas en rajouter en me confrontant à la militaire. J'empiète suffisamment sur sa vie et sur ses projets alors mieux vaut éviter d'en rajouter une couche. On sera une famille, bientôt, mais toujours les choses seront compliquées alors plus tôt je m'y fais et plus tôt je me retiens, mieux ce sera pour les relations à l'avenir. Il enchaîne sur les enfants de Luka, les jumeaux qu'il a eut avec sa meilleure amie et qui maintenant auront une cousine ou un cousin et un sourire attendri se fond sur mes lèvres. Du moins, jusqu'à ce que Rhys se coupe brutalement et que ses yeux deviennent paniqués. Je me mords l'intérieur de la joue alors que je comprends ce qui est en train de se passer dans la tête du blond. Il doit s'en vouloir de se projeter. Je m'en veux aussi quand j'y pense, mais c'est plus fort que moi et toutes les images que mon inconscient m'envoie sont tellement belles que je me dis qu'elles ne peuvent pas avoir le destin funeste qui leur est peut-être réservé. Je lis la détresse dans les yeux du Blake et pour arranger la situation, j'ajoute quelques mots.
« Luka a des jumeaux, mais pas uniquement. Il y a un an on a découvert qu'il avait une fille de seize ans. » Le médecin arrive alors je dois couper court cette conversation. « Je t'expliquerai plus tard. » Dis-je à voix basse alors qu'on rejoint le médecin dans la salle.

L'émotion est à son comble quand nous voyons finalement cette petite forme sur l'écran et je ne peux pas contenir mes larmes. C'est un torrent qui s'échappe de mes yeux et je profite de la perfection de l'instant. Je m'en délecte et je cherche la main de Rhys. Quand il l'attrape, je me sens forte. Je me sens presque invincible. A deux, c'est toujours mieux et quand je vois ses réactions, tous les doutes qui m'habitaient jusque là disparaissent. Je peux avoir confiance en lui. Il ne partira pas. Il restera là, près de mois, tout au long de cette grossesse et les années qui suivront. Il suffit de voir ses prunelles briller pour le comprendre. Ce constat me soulage, et des larmes de soulagement viennent se mêler aux nombreuses larmes de joie qui roulent sur mes joues. Je regarde l'écran, je le fixe pour tout ce qu'il représente et j'ai de plus en plus envie de savoir le sexe de l'enfant. Rhys ayant exprimé son souhait, j'attends que le docteur nous l'annonce, mais malheureusement, il semblerait que la posture du foetus ne soit pas propice pour le savoir. Ce n'est pas très grave au final, juste une minuscule déception à côté de tout le bonheur qui m'envahit. Mes sentiments sont décuplés et je le sens clairement en cet instant précis, comme si jamais je ne pourrais être davantage heureuse. Au bout de quelques minutes, l'examen est déjà terminé et je dois ressortir de ce rêve pourtant délicieux. Le médecin nous laisse dans la salle d'examen et même s'il a essayé de me faire retomber sur Terre en indiquant les risques, il n'y parvient pas. Encore moins quand Rhys ajoute qu'il veille sur moi. Je ne devrais certainement pas, mais encore une fois, c'est plus fort que moi et les mots du Blake me font ressentir des choses dont je n'avais pas conscience. Non, après une séance comme celle là, il n'y a plus de doutes possibles : il ne peut pas m'abandonner. Nous abandonner… Il ne peut pas. C'est quelqu'un de bien et je retrouve petit à petit l'ami que j'avais par le passé. Cet ami merveilleux dont la séparation avait été une terrible épreuve.
C'est là qu'il reprend la parole, qu'il me parle de son ressenti et c'est peut-être la première fois que je me sens aussi proche de quelqu'un, aussi proche et autant en symbiose. C'est magnifique ce qu'on partage. Est-ce que c'est le sentiment qui anime toutes les personnes qui attendent un enfant ? Même si les paroles du blond sont confuses je hoche la tête. Ce n'est pas facile à exprimer, mais je comprends. D'une main douce il essuie mes larmes et je ne peux retirer ce sourire béat de mes lèvres. Nous venons de voir notre bébé pour la première fois. Et puis… Il dit qu'il comprend pourquoi je me suis battue et ça, c'était au delà de mes espérances. Je prends ses mains dans les miennes, les faisant passer de mon visage larmoyant à mon ventre. Mes prunelles se perdent dans les siennes. « C'était tellement… Je ne trouve pas les mots moi non plus, Rhys. C'est… Notre bébé, tout simplement. Notre bébé au sexe encore indéterminé. » que je lâche finalement dans un éclat de rire. La déception n'est même plus là. Qu'importe si c'est une fille ou un garçon, le principal est qu'il ou elle soit en bonne santé. « Oui… Toi et moi, on sera formidables… Je sais que je t'avais dit que tu n'étais pas obligé d'être présent pour tout ça, mais… Je suis tellement heureuse que tu sois là. Avec toi, c'est… Avec toi j'ai moins peur. » Parce qu'il ne faut pas se leurrer, la peur est toujours là et elle le sera toujours… C'est l'instinct maternel qu'on dit.
Et c'est à ce moment là qu'il fait ce dont je rêvais depuis plusieurs secondes déjà. Il me serre contre lui et je me laisse aller. Je me laisse tomber contre lui, je prends appui sur lui. Je me repose et je ferme même les yeux, respirant son odeur tout en écoutant les battements de son coeur. Je reste là jusqu'à ce qu'il s'écarte et même si je trouve que c'est trop tôt, je ne vais pas sauter à nouveau dans ses bras, je garde la distance qu'il instaure et je vois la grosse marque mouillée sur son torse causée par mes larmes. « Oh je suis désolée pour ta chemise… Vraiment… » Je deviens rouge de honte, mais sa proposition me revigore aussitôt. « J'adorerais une glace, oui ! Très bonne idée. » Je récupère mon sac à main et j'entreprends de sortir de la salle d'examen pour pouvoir continuer notre conversation avec le futur papa. « Je t'avoue que pour les prénoms j'y ai déjà beaucoup pensé… Pour les filles, j'aime beaucoup Sophia… La sagesse… Et j'aime aussi Charlotte, mais j'ai peur que ça fasse trop comme la fille de Kate et William…  » Un nouvel élan de gêne me fait rire nerveusement devant ma confession. « Pour les garçons c'est plus compliqué… J'ai toujours été plus proches de garçons dans ma vie… Mes frères, mes cousins, Caleb, toi… Je ne sais pas, je voudrais vraiment un prénom particulier. » Je commence à me confier au jeune homme alors que nous parcourons les couloirs de l'hôpital et c'est à ce moment là que je me souviens d'un détail important. « Dis… Sachant qu'on est à l'hôpital et avant de partir… Si tu veux passer voir Echo, ne te gênes surtout pas, je peux t'attendre en bas si tu préfères être seul. »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Dim 9 Oct - 23:02

Tell me,
Tell me that you want me,
And I’ll be yours completely
For better or for worse.


Rhys pensait que son émotion ne pouvait pas être plus forte que lorsque qu’il avait vu la forme de son enfant en noir et blanc sur l’écran de la télé ou lorsqu’il avait entendu les battements rapides de son petit cœur mais il s’était trompé. Car il se passe à nouveau quelque chose d’indescriptible quand Lizzie s’empare doucement de ses mains pour les poser sur son ventre. Bien entendu, il est trop tôt pour sentir quoi que ce soit, mais la symbolique suffit. « Oui, notre beau bébé au sexe indéterminé… Salut toi. » Dit-il en reprenant les mots de la blonde, la gorge serrée, content qu’elle comprenne sa confusion. Encore une symbolique forte. Car c’était la première fois qu’il s’adressait au ventre de Lizzie, et à son enfant. Avant, il avait même refusé de considérer l’idée, plongé dans son entêtement à ne pas se réjouir, de peur de souffrir. Il s’était raccroché à son inquiétude, oubliant tout le reste. Mais maintenant, il était foutu. Parce qu’il avait terriblement envie d’y croire. Non, pire, il y croyait. Et Lizzie aussi, comme le prouvent les mots magnifiques qu’elle lui dit. Le visage du blond se fend littéralement d’un sourire radieux. « Je suis heureux aussi d’être là. A vrai dire, je crois que je n’ai pas été aussi heureux depuis longtemps. » Tellement qu’il a l’impression que son cœur va sortir de sa poitrine. Il fallait dire qu’il était toujours heureux en compagnie de la Mathesson mais ce qu’ils étaient en train de vivre, c’était encore un autre niveau. Et  il se sent plus connecté que jamais à elle. C’est donc tout naturellement qu’il ôte ses mains de son ventre et la prend dans ses bras, savourant tout simplement leur bonheur. « Je te promets, je serai à tes côtés tout le long. » Lui glisse t-il à l’oreille, enchanté de savoir que sa présence est aussi bénéfique pour la jeune femme. Vraiment rien ne peut gâcher la petite bulle post-échographie dans laquelle il se trouve. Alors quand il la relâche et qu’elle s’excuse d’avoir ruiné sa chemise, il se contente de rigoler. « Pense à toutes les chemises que notre petit indéterminé va  ruiner, c’est rien en comparaison. » Il aurait aussi pu lui dire qu’il préférait la voir pleurer de joie que de rage ou de frustration contre lui mais il ne veut réellement pas gâcher le moment alors il retient même les vannes pourries.

Lizzie accepte d’aller manger une glace avec lui et ils se dirigent donc vers la sortie. Rhys était un homme transformé. Il était entré dans ce service plein d’anxiété et de doutes et maintenant… Il embrassait son futur rôle de père avec un enthousiasme dont il ne serait pas crû capable. La preuve, il se retrouvait à parler joyeusement de prénoms sans même comprendre comment s’était arrivé. « Sophia, c’est magnifique comme prénom… J’aime vraiment beaucoup. Charlotte me parle un peu moins… Mais si jamais tu as vraiment envie, on ne va pas s’embêter pour les Middleton… Je veux dire, notre fille sera forcément une princesse. » Ils avaient l’air d’un véritable petit couple et le Blake lutte contre son envie d’attraper la main de Lizzie pour continuer leur déambulation dans l’hôpital mais il se retient, peu désireux de compliquer les choses plus qu’elles ne l’étaient déjà. Il se concentre plutôt sur ce que Liz dit à propos des prénoms masculins à la place. « Hum… Je vois ce que tu veux dire pour les garçons… C’est sûr qu’on ne peut pas le nommer en hommage aux hommes importants de ta vie… Parce que soit il aura un nom à rallonge, soit il y a aura des déçus… » En vrai, c’est difficile de se concentrer alors que Lizzie vient de le déclarer comme faisant parti des hommes importants de sa vie mais il est prêt à tous pour prouver à la blonde qu’il  peut être un bon père alors il réfléchit très sérieusement au sujet et ose à son tour exprimer ses souhaits secrets. Après tout, Lizzie avait fait de même. « Personnellement, j’aime bien Nolan ou Sawyer… Je sais que c’est moins classique mais Tom Sawyer était un roman que je lisais avec Echo quand on était petits… Et comme je ne suis pas sûr qu’elle connaîtra cet enfant un jour, je ne sais pas, ça serait une sorte de lien entre eux… Une manière qu’elle soit avec nous quand même. »

En tout cas, le fait que Rhys évoque sa grande sœur montre à quel point ils sont sur la même longueur d’ondes car Lizzie le fait presque en même temps que lui. Ce qu’elle propose est si attentionné, le blond est vraiment touché. Mais en même temps, ce n’était pas surprenant. La Mathesson était si douce et altruiste… Elle savait ce qui était important pour lui. « C’est vrai que j’ai envie d’aller raconter à Echo ce qui vient de se passer… » Il s’arrête, posant une main sur l’épaule de sa compagne. « Mais tu sais quoi ? J’aimerai beaucoup que tu viennes avec moi. » Il avait parlé spontanément, sans réfléchir. Il lui semblait naturel que Lizzie soit à ses côtés pour aller annoncer la nouvelle à Echo. Mais ensuite, il se rend compte que ce n’est peut être pas vraiment le genre de proposition qu’elle a envie d’entendre en cette journée de joie. « Enfin, tu n’es pas obligé… On peut très bien aller manger cette glace et je reviendrai après au cas où. C’est juste que pour le moment… J’ai envie de rester avec toi. » Il toussote et fait un petit sourire, essayant de ne pas trop donner trop de poids à ses derniers mots. Il essaye aussi de ne pas trop se laisser abattre par la pensée de sa sœur, toujours plongée dans le coma et dont l’état de santé se dégradait toujours. « De toute façon, je ne te lâche pas tant que tu ne me parles pas de la fille de seize ans de Luka ! Qu’est-ce que c’est cette histoire ?! » Et oui, malgré toute l’émotion, il n’avait pas oublié ce que lui avait dit Lizzie dans la salle d’attente avant l’échographie.

_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Mar 11 Oct - 13:35

Life
It’s easy to be scared of.
With you I am prepared for
What is yet to come.

Du bonheur à l'état pur, à l'état brut. Vu la réticence de Rhys en apprenant cette grossesse, j'étais bien loin de m'imaginer qu'un jour il irait jusqu'à s'adresse à mon ventre avec autant d'émotion dans la voix. Et puis sa promesse. Sa promesse de rester à mes côtés. Je bois ses mots même si je sais d'avance que ça ne sera pas facile et que les gardes partagées doivent être un enfer pour l'enfant et pour les parents également. Pour le moment, je préfère penser à l'instant présent, à cette allégresse qui nous envahit alors qu'on vient de voir notre progéniture sur un écran. Pourquoi se miner le moral en pensant aux tours de garde, au parrain, à la marraine, à "est-ce qu'il sera baptisé à l'église ?" et j'en passe. Rhys a bien évidemment raison quand il dit que nous avons encore beaucoup de choses sur lesquelles nous devons parler, mais autant garder les plus désagréables pour plus tard et concentrer plutôt sur les choses toute aussi importantes comme le prénom ou encore la crèche dans laquelle on devra l'inscrire. Je lui glisse alors les quelques prénoms féminins qui me trottent dans la tête depuis des semaines déjà avec un peu d'appréhension. L'identité du bébé est quelque chose d'important et qui nous tient à coeur à tous les deux alors il faudra trouver un prénom qui nous plaise aux deux et j'ai peur que le jeune homme balaie mes idées d'un revers de la main. Heureusement, Rhys me prouve encore une fois que c'est inutile de douter de lui. Je souris, attendrie à l'idée d'avoir une petite princesse, mais aussi parce qu'il ne rejette pas mes idées.
« Si ça te parle moins, on abandonne alors. C'est le prénom de notre enfant, il faut qu'il nous plaise à tous les deux donc on garde Sophia dans un coin de nos têtes et on verra si on a d'autres idées. »
Conclus-je, alors que d'autres prénoms me viennent en tête. C'est au tour du Blake de s'exprimer sur les prénoms masculins car je ne m'en sens pas capable comme le souligne ce dernier. Si je m'écoutais, il aurait certainement un prénom à rallonge et je ne pourrais pas satisfaire tout le monde. Et une naissance n'est pas l'occasion de se brouiller avec quelqu'un, bien au contraire. Je hoche la tête à ses propositions et je sens mon coeur fondre un peu plus quand il évoque sa soeur et les raisons qui le poussent à choisir ces prénoms. « C'est beau, Nolan. J'aime aussi Sawyer. Donc on les garde en tête ceux là aussi. De toute façon, on a encore six mois pour y réfléchir. » Et tandis que je fais ce constat à voix haute, je suis frappée par un mélange de soulagement et de tristesse. Encore six mois avant de pouvoir tenir mon bébé dans mes bras, mais dans un sens, encore six mois pour me préparer car je suis loin d'être prête… Six mois encore à espérer que tout se passe bien, aussi.

Je lui propose de rendre visite à sa soeur, comme je sais qu'il y va très souvent et je suis prête à attendre le temps qu'il faudra, mais contre toute attente, Rhys demande si je veux l'accompagner. Un peu prise par surprise, je reste bouche bée et il interprète mal mon hésitation. Je suis touchée qu'il veuille de moi pour un moment si particulier alors je hoche la tête et je le gratifie d'un sourire sincère. « Ca me ferait très plaisir de t'accompagner. » parce que moi aussi j'ai envie de rester avec toi. Je me retiens de l'ajouter pour ne pas le mettre mal à l'aise et nous entamons notre marche en direction du service où se trouve l'aînée Blake.
« Ah oui, c'est toute une histoire ! Elle s'appelle Madison, elle est adorable. En fait, il y a dix-sept ans, Luka avait fait un voyage à Miami et c'est là qu'il a rencontré la mère de Madison, Joyce. C'était censé n'être qu'une amourette d'été, mais elle est tombée enceinte et comme Luka n'était pas au courant il est rentré à Tenby à la fin de ses vacances. Elle est venue l'an dernier avec la petite pour les faire se rencontrer. » On avance dans les couloirs doucement le temps que je termine mon récit puis nous arrivons dans la chambre de Echo. Si je suis nerveuse parce que j'ai l'impression de violer l'intimité de Rhys en restant auprès de lui, je ne laisse rien transparaitre et je le laisse s'exprimer. J'en profite pour prier intérieurement pour le réveil d'Echo, la voir allongée dans ce lit, me faisant bien trop penser à ma propre expérience quand Luka était lui aussi dans le coma. Silencieuse et respectueuse, je laisse le temps qu'il faut à Rhys pour s'exprimer et quand nous sortons enfin de la chambre, j'ai besoin de quelques minutes pour me remettre de mes émotions.

On sort de l'hôpital et on se dirige vers la voiture du blond. « C'est parti pour la glace ? Tu n'imagines pas les envies bizarres que j'ai ! » Reprends-je, enjouée à cette idée de continuer ma journée avec lui.« Promets moi juste de ne pas être dégouté si je mélange de la glace à la noix de coco avec de la glace à la courge. Je t'assure que c'est plus fort que moi. »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Ven 14 Oct - 22:33

Tell me,
Tell me that you want me,
And I’ll be yours completely
For better or for worse.


« On peut aussi lui donner Charlotte en second prénom… A moins que pour ça, tu préfères prendre les prénoms de ses grands-mères… » La voix de Rhys meurt soudainement, faisant de la fin de sa phrase un simple murmure. Il venait tout bonnement de se rendre compte qu’il n’avait pas encore annoncé la nouvelle de sa future paternité à ses parents. Il se mord la lèvre, se rendant compte à quel point il avait été dans le déni quant à cette grossesse, refusant de considérer autre chose que les dangers. Dire qu’il avait réfuté les propos de Rafael et Caleb lorsque ces derniers lui avait dit qu’il craquerait peut être lors de l’échographie ! Maintenant, il était bien obligé de leur donner raison. Le bébé était en train de devenir autre chose que le potentiel tueur de sa mère, il était en train de devenir une réalité dans le cerveau du blond. Et c’était pourquoi il parlait aussi sérieusement des prénoms. Tout comme Lizzie, il considérait l’identité comme particulièrement importante. « Je suis content que tu aimes mes suggestions en tout cas. » A vrai dire, il était aussi content qu’elle les écoute et que cette fois-ci, il ait son mot à dire mais c’était un moment de bonheur et il ne voulait pas le gâcher avec une remarque transpirant la rancune. L’échographie s’était vraiment bien déroulée et il voulait que l’état d’esprit demeure. Si au début, il s’était dit qu’il ferait l’effort de jouer le jeu et de se réjouir pour ne pas blesser Lizzie, à présent, il ne jouait plus. Il était vraiment heureux, plus en colère ou blessé, simplement heureux. Alors il franchit un autre pas. " Mais c’est vrai qu’on a encore le temps… Quoique, quelque chose me dit que ces six mois vont passer à toute vitesse… D'ailleurs, tu crois qu'on peut commencer à le dire aux gens ?"

Malheureusement, il y avait aussi des pans de sa vie qui demeuraient tristes, à l’image du coma de sa grande sœur et c’était quelque chose qu’il ne pouvait pas éclipser. Mais il pouvait au moins essayer de voir tout ça sous un angle positif pour une fois et à l’initiative de Lizzie, il décide d’aller partager leur bonheur quelques instants avec Echo. En chemin pour la chambre de cette dernière, la Mathesson arrive même à distraire Rhys quelques instants, en lui racontant la dernière grosse histoire qui a secoué sa famille. « Mon dieu… Je n’imagine même pas le choc que Luka a dû ressentir. » S’exclame le Blake lui-même choqué. Lui au moins, il avait su tout de suite qu’il allait être père. Heureusement que Lizzie lui avait dit… Qu’aurait-il fait si la blonde était venue lui présenter leur fille dans une quinzaine d’années ? Finalement, il avait de la chance, la mère de son enfant avait joué franc-jeu. « Et même toi, tu es devenue tante du jour au lendemain… ça doit te faire bizarre. Vous vous entendez bien ? Enfin, je suppose que oui, si tu la trouves adorable. Elle sait qu’elle va avoir une cousine ? » Reprend t-il après quelques minutes de stupéfaction mais en baissant la voix pour éviter le regard courroucé des infirmières. Il était vrai qu’ils étaient toujours dans un hôpital. Il avait tendance à oublier tout le reste quand il parlait avec Lizzie… Par contre, cette dernière avait tendance à se faire oublier et c’est surtout le cas dans la chambre de Echo. Elle reste soigneusement en retrait pendant que Rhys parle à sa sœur, silencieuse, presque invisible alors que c’était lui qui avait insisté pour qu’elle soit là.. Le Blake ne la blâme pas pour autant. Il était normal que la jeune femme ait du mal à trouver sa place auprès de lui et des siens alors qu’il prétendait sortir avec Gwen. Un paramètre de plus qui perturbait leur future coparentalité et empêchait toute idée de rapprochement. Alors il se retient d’agripper sa main à nouveau pendant l’entrevue douce amère avec Echo, ne voulant pas brouiller encore un peu plus les lignes.  

Pourtant, il aurait bien besoin de se raccrocher à quelque chose. Parler avec Echo, si on pouvait appeler ça une conversation, ne lui apporte pas le soulagement dont il a besoin. A vrai dire, son bonheur lui paraît tout à coup indécent à côté de l’immobilité de sa grande sœur. Du coup, Lizzie et lui ne restent pas très longtemps dans la chambre et quand ils en ressortent, il a les yeux qui piquent. La Mathesson doit s’en rendre compte mais elle a l’élégance de faire mine de rien. Ils sortent donc de l’hôpital en silence et Rhys profite de ces quelques instants pour se reprendre. Il parvient même à sourire ensuite, quand ils s’installent dans sa voiture et que Lizzie lui fait part de ses envies du jour. C’était tellement absurde ! « Non en effet, jamais je n’aurai pu imaginer un tel mélange… Même en essayant de toutes mes forces. C’est dégoûtant ! » Il fait une petite grimace dégoûtée en mettant le contact, content que l’ambiance redevienne plus légère. « C’est parti pour la glace ! Chose promise, chose due. Même si je suis à présent très inquiet des goûts que tu pourrais transmettre à notre enfant ! » Voilà, utiliser ce genre de formulation devenait de plus en plus simple. Tout comme plaisanter avec Lizzie. Ils en avaient fait du chemin en peu de temps ! Et c’était essentiellement grâce à elle. Alors quand il s’arrête au premier feu rouge après  le parking de l’hôpital, il tourne légèrement la tête vers sa passagère pour la regarder. « Merci… Merci de m’avoir laissé t’accompagner aujourd’hui. Tu n’étais pas obligée… Surtout vu certaines de mes réactions. Et aussi merci… de me laisser une chance de faire à nouveau parti de ta vie. C’est plus que ce que je mérite. » Tant pis pour la légèreté, il avait besoin de dire ces choses là maintenant.

_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Ven 28 Oct - 23:47

Life
It’s easy to be scared of.
With you I am prepared for
What is yet to come.

« Ou sinon en seconds prénoms on peu lui donner les prénoms de tes soeurs si c'est une fille, les prénoms de mes frères si c'est un garçon ? » Propose-je avec un haussement d'épaules. J'ai toujours été plus proche de mes frères que de mes propres parents et ce n'est pas pour rien que j'ai toujours considéré Luka comme mon père, cette figure paternelle qui me montrait le droit chemin même si trop rapidement, il était déjà parti s'engager dans l'armée, me laissant seule avec Enael et nos parents trop peu présents. Une chose est sûre, nous débordons d'idées et il faudra y penser soigneusement avant de prendre la décision finale dans quelques mois, mais du moment que nous gardons une bonne entente, nous n'avons pas trop de soucis à nous faire sur ce point. Il a l'air compréhensif, Rhys, et je pense l'être également même si au départ, c'était tout l'inverse et nos positions radicalement opposées nous empêchaient d'envisager les propositions de l'autre. Je rigole quand le Gallois m'avoue que les six prochains mois risquent de passer à vive allure et qu'une sensation étrange se fait sentir dans mon ventre, comme des papillons, le genre qu'on ressent quand on tombe amoureux ou qu'une angoisse se transforme en un sentiment délicieux. Je hoche la tête à sa question. « Oui, je crois que tu as raison. Déjà les trois derniers mois, je ne les ai pas vu passer. Et oui, je suppose qu'on peut commencer à le dire, d'ailleurs, je t'avoue que je l'ai déjà dit à quelques personnes en plus de Caleb… Enael, par exemple… Mais… Je ne lui ai pas dit que c'est toi le père. Je… Disons qu'il a de nouveau eu quelques problèmes d'agressivité alors… Je préfère éviter d'aggraver les choses. » Il ne manquerait plus que mon grand frère vienne s'en prendre au jeune homme alors qu'il n'est qu'à moitié fautif dans l'histoire et que ma responsabilité est tout aussi engagée si ce n'est plus. Et parlant de mes frères, j'enchaîne sur l'aîné et la découverte heureuse que nous avons fait l'an passé avec l'apparition de sa fille adolescente. Je lui laisse le temps de digérer la nouvelle et je hoche la tête, me souvenant moi-même du choc que ça avait été lorsque Luka étaient venu m'apprendre qu'il avait une fille sur le continent américain et qu'elle venait s'installer dans la petite bourgade. « Oui, c'était assez bizarre. Je ne savais pas comment agir avec elle. Est-ce que je devais lui laisser son espace ou alors faire de mon mieux pour l'intégrer à la famille ? C'était compliqué, mais je crois qu'on a enfin trouvé un équilibre. Et oui, elle est au courant. » Une nouvelle fois, je pose la main sur mon ventre, un geste qui devient de plus en plus machinal et récurent. « J'ai vomi devant elle dans une poubelle alors que j'étais allée la voir monter à cheval. Pour ne pas qu'elle s'inquiète, je lui ai avoué. Si tu veux mon avis, je crois qu'elle a un peu peur… Avec Luka en rééducation à des heures d'ici, et moi qui m'apprête à avoir un bébé, elle doit avoir peur de s'imposer… Un peu comme si sa présence n'était pas légitime. » Ma voix meurt quand nous arrivons dans la chambre d'Echo et que je remarque que c'est également mon cas. Je n'ai aucune légitimité dans cette pièce. Je ne suis pas proche d'Echo… Je ne l'ai jamais été, et même si les choses changent avec Rhys, cela n'empêche que je reste la fille qu'il a engrossé par accident. Je suis une erreur, comme l'enfant que j'attends, même si à présent nous ne le considérons plus de la sorte. Il a Gwen, Rhys… Et je m'efforce à nouveau de m'en souvenir pour ne pas lui poser une main sur l'épaule alors qu'il se confie à sa soeur. Cette vision est douloureuse et je ne me rappelle que trop bien de cette effroyable déchirure à l'intérieur à la vue de son aîné dans le coma. Encore, j'espère qu'elle se réveillera et qu'un miracle se produira, comme pour Luka, mais plus les semaines passent et plus les pronostics sont mauvais.
Je prends sur moi. Je le gratifie d'un sourire réconfortant quand nous sortons de la chambre et même de l'hôpital.
Nous retrouvons sa voiture et un sourire étend les lèvres du médecin alors que je lui fais comprendre les envies folles que me donne cette grossesse. En temps normal, moi aussi, je trouverais ça dégoutant et pourtant, je ne jure plus que par les mélanges douteux. Je lui donne une petite tape sur l'épaule quand il fait part de son inquiétude, mimant d'être vexée, puis j'ajoute enfin. « Moi j'espère plutôt que tu ne lui transmettras pas ton goût pour défier l'autorité comme quand on était au collège ou au lycée sinon je risque de ne pas faire long feu. » plaisante-je, après avoir cherché longuement un défaut du Blake.
Les mots avec lesquels il poursuit me font sourire tendrement, comme si j'avais longtemps attendu qu'il me les dise et je rétorque aussitôt, vraiment heureuse de pouvoir partager une telle conversation avec le blond. « De rien. Je sais que je n'y étais pas obligée, mais ça me fait plaisir. Je suis contente d'avoir partagé ce moment avec toi. Et puis, tu sais… Ca m'avait manqué de passer du temps avec toi. Je t'en voulais quand tu étais loin parce que tu me manquais et je me suis rendue compte que ça ne servait à rien de continuer à t'en vouloir alors que tu étais de retour et que j'avais la chance de retrouver mon ami. Je sais qu'à ton retour, j'ai dit des choses très dures, mais je suis vraiment contente que tu te sois accroché et que tu sois là avec moi aujourd'hui. Ca aura mis du temps, mais… Je t'ai pardonné, Rhys. »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys Mar 1 Nov - 21:36

« C’est une jolie idée aussi ! » Réplique Rhys quand Lizzie suggère d’utiliser les noms de leurs frères et sœurs en seconds prénoms. Surtout qu’ils avaient l’avantage d’en avoir chacun un. De toute façon, ce sont des détails dans le cerveau du blond. Tout ce qu’il désire au fond, c’est que le bébé et la maman restent en bonne santé. Si ce point là était acquis, la Mathesson pouvait bien prénommer leur enfant Norbert ou Hariet…  Cependant, il ne rechignait pas à discuter des détails justement. C’était plaisant d’imaginer le futur comme ça. Surtout que pour une fois, ils sont sur la même longueur d’ondes. « Oui, j’avoue que je l’ai dit à quelques personnes aussi. Caleb et Raf, parce que j’avais besoin qu’ils m’aident à y voir plus clair et aussi Lylou parce que même si on n’est pas très proches, je ne me sentais pas de lui cacher un truc aussi énorme. » Il pouvait l’avouer maintenant que Lizzie avait dit qu’elle l’avait dit à son propre frère. Surtout que le frère en question était susceptible de mal le prendre comme le sous-entend la blonde. Rhys voit bien qu’elle s’inquiète beaucoup de la réaction d’Enaël alors il essaye de l’apaiser en restant léger. « C’est gentil de me couvrir Liz, mais il va bien finir par se rendre compte que c’est moi le père. Autant lui dire avant que le bébé soit là. Moi en tout cas, je vais l’annoncer à mes parents aujourd’hui. A mon avis, ils vont être ravis. Déjà parce que je crois qu’ils désespéraient un peu d’avoir des petits enfants mais aussi parce qu’ils t’ont toujours adorée. D’ailleurs à mon avis, ils vont avoir toutes les peines du monde à comprendre que nous ne sommes pas ensembles. » Il se tait soudainement, ne voulant rien impliquer trop d’ambigu. Mais il ne mentait pas. Les Rhys avaient toujours considéré Lizzie comme la belle fille idéale et ne s’en étaient jamais caché.

Heureusement, la gêne n’a pas le temps de s’installer au milieu de la conversation car Rhys a beaucoup a rattraper au niveau de l’histoire familiale des Mathesson. Il rigole doucement, surpris par ce que Liz lui apprend. « Une nièce et une sœur cachée ! On peut dire que tu as eue une sacrée année. » Mais il redevient vite sérieux quand Lizzie s’ouvre à propos de ce que peut ressentir la jeune Madison. « C’est vrai qu’elle n’est pas dans une position évidente. Ça ne doit pas être facile de s’intégrer comme ça à une famille. Et même toi, c’est sûr que tu n’as pas le mode d’emploi… Mais bon, je me dis que rien que le fait que tu puisses comprendre ce qu’elle ressent, c’est un bon début. » C’était bien Lizzie, ça. Tout en douceur et en sensibilité. Toujours à se mettre à la place des autres, à essayer de les comprendre. Voilà comment il savait qu’elle serait une bonne mère pour leur enfant. Et qu’elle était probablement une bonne tante pour Madison malgré ses doutes. « C’est bien que tu l’ais mise dans la confidence pour la grossesse. Elle sait qu’elle est importante pour toi comme ça. C’est vrai que c’est important de le montrer. » Dit-il conscient que ses mots pouvaient s’appliquer à lui aussi. Car il n’arrivait pas à exprimer la reconnaissance qu’il ressentait pour celle qui avait longtemps été sa meilleure amie. Une main sur l’épaule, une pression affectueuse, un sourire réconfortant. Voilà, ce qu’il lui devait. Car ce sont des petits gestes mais ce sont eux qui empêchent Rhys d’avoir les idées trop noires quand ils rendent visite à sa grande sœur…

Et puis, il y a aussi le fait qu’ils reprennent leur conversation de futurs parents enjoués dans la voiture. Lizzie le gratifie même d’un coup de poing joueur quand il se moque gentiment de ses envies de femme enceinte et le taquine en retour. Il proteste pour la forme mais secrètement il est ravi de constater qu’ils sont en train de retrouver leur complicité d’antan. « Ok, j’avais quelques problèmes avec l’autorité… Mais jamais celle de ma maman. J’étais un bon fils. Après, j’avoue que quand je m’imagine moi, en train de faire de l’autorité, je trouve ça plutôt risible. Pourtant, il faudra bien qu’un de nous deux fasse le mauvais flic. »  Sacré dilemme. Parce que comme il l’avait encore remarqué tout à l’heure, Lizzie était la douceur incarnée. Quoique… Elle pouvait très bien se mettre en colère aussi, il en avait déjà été témoin. Heureusement, cette époque semble loin derrière eux, comme le prouve la tournure que prend la conversation ensuite. Les mots que prononcent Liz représentent tout pour Rhys, et pour la seconde fois aujourd’hui, l’émotion lui serre la gorge au point qu’il est réduit au silence quelques instants. Mais il s’en fiche, car ces deux fois sont de purs moments de bonheurs. Des moments dont il se rappellera longtemps. La première fois qu’il a vu son enfant. Et le moment où Lizzie lui a accordé son pardon. Il était béni. Doublement. « Tu m’as manquée aussi Liz. Je n’aurais jamais dû te quitter. » Finit-il par articuler, content d’avoir la route à fixer pour ne pas lui montrer ses yeux brillants. « Et t’entendre dire que tu m’as pardonné, c’est plus que ce que j’ai pu rêver. Mais au fond, je ne suis pas surpris. Tu m’as toujours pardonné mes erreurs et tu as toujours été la plus sage. Alors merci. Du fond du cœur, merci. » A vrai dire, merci lui semblait bien insuffisant mais il n’avait rien de mot. Aussi, il ne se sentait pas digne de son amour mais il l’avait. Alors il était prêt à le prendre avec le plus d’humilité possible. Et peut être qu’un jour, il le mériterait pour de bon ? « Et je te promets que je vais continuer à m’accrocher. Peut être même qu’à la fin, c’est toi qui en aura assez. Parce que je ne vais plus nul part. » Il ne faisait pas souvent de promesses mais celle-ci était sans doute la plus importante qu’il n’ait jamais faite. Jamais, il ne referait souffrir la Mathesson en disparaissant à nouveau. De toute façon, tel qu’il le voyait désormais… Elle était son avenir. Elle et le bébé. Ils étaient tout ce qui comptait désormais.



SUJET TERMINE  

Spoiler:
 

_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Our two hearts will make it easy. Rhys

Revenir en haut Aller en bas

Our two hearts will make it easy. Rhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-