AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself + osophiet (gif de profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Danny - Cameron - Ezekiel
RAGOTS PARTAGÉS : 1286
POINTS : 1514
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Plutôt désespérément amoureuse d'un beau brun qui ne veut pas s'engager.
PROFESSION : Suite à la chute de ses notes, elle a eu son bac avec une mention moyenne. Elle est passée sur liste d'attente pour son école de journalisme.
REPUTATION : Ses parents racontent à tout le monde qu'elle a passé les vacances chez sa grand-mère mais j'ai plutôt entendu dire qu'elle avait fugué à l'étranger avec le fils Granger. Elle a définitivement franchi la ligne jaune si vous voulez mon avis...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Ven 16 Sep - 18:38

Aujourd'hui, j'avais choisi ma tenue avec un soin tout particulier. Pas pour plaire à un garçon, comme le sous entendait mon imbécile de grand frère depuis un quart d’heure, mais simplement pour faire bonne impression. J'avais un plan et celui-ci impliquait que je paraisse classe mais aussi professionnelle. Il impliquait aussi que je sacrifie quelques heures de sommeil mais ça, ça m'était égal. Par contre, ça interloque beaucoup mes parents, qui me voient quitter la maison a 7h alors que je prends les cours a 10h. Mais je ne perds pas mon temps à leur donner des détails car le plan impliquait aussi que je sois au bon endroit au bon moment. Je pars donc d'un pas vif au centre-ville de Tenby, répétant le petit discours que j'avais préparé dans ma tête en chemin. J'arrive au café de bonne heure, espérant que ma cible n'a pas déjà acheté le sien alors que je n'étais pas là. Puis commence la longue attente, sous le regard suspicieux de la serveuse qui se demande sans doute pourquoi je ne consomme rien.

Et finalement, je suis récompensée de ma patience. Soudainement, il est là. Certes, il pousse la porte du café avec ce qui ressemble à une tête des mauvais jours mais il en faut plus pour m’arrêter. « Monsieur Breathnach ? » Je fonce sur le journaliste du Tenby Dispatch avec un sourire engageant. « Bonjour, je suis Eleanor Griffiths, vous vous souvenez de moi ? Je vous ai écris et téléphoné au journal. »

Une question presque rhétorique tant je l’ai harcelé au cours des derniers mois. Je cherchais en fait à obtenir un stage dans son journal. Le lycée nous avait en effet imposé de faire un stage de découverte professionnelle avant la fac pour être sûr de notre choix d’orientation. Pour moi, la question ne se posait même pas, je connaissais déjà le métier de mes rêves depuis longtemps. Malheureusement, un obstacle de taille se dressait sur ma route : Siothrún Breathnach avait refusé ma candidature. Et à plusieurs reprises même si c’était implicitement puisqu’il ne s’était même pas donné la peine de répondre. CV, lettres de motivation, coup de téléphones, tentative pour entrer dans son bureau à la rédaction du journal… J’avais pourtant tout essayé. Mais je n’étais pas encore prête à renoncer. J’en étais désormais à l’attaquer sur son espace personnel. Peut être qu’il serait plus avenant et plus conciliant autour d’un café ?

« C’est une heureuse coïncidence qu’on se croise ici. Comme ça, je peux vous demander si vous avez reçu mes lettres et mes mails. Vous voyez comme je n’ai pas eu de réponse… »

Je mens avec aplomb, notre rencontre n’a rien d’une coïncidence. J’avais profité du fait que Tenby soit une petite ville et que j’avais eu beaucoup de temps à tuer cet été pour recenser les habitudes du brun mais je ne pensais pas à ça comme du harcèlement… Plutôt de la détermination. Et j’insiste encore un peu, tentant de pousser ma chance.

« J’allais prendre un café… Peut être que je peux vous en offrir un, pour que nous puissions discuter un peu de ma candidature ? »


_________________

+ One day I met a boy, who instantly took my breath away. Just a glimpse of his smile made me dizzy, and talking to him left my mind in chaos. For on this one day everything changed. My life now felt happier like it had more meaning.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Dim 18 Sep - 17:33

L’été était doucement passé et l’Irlandais avait essayé de faire des efforts. S’intégrer dans cette ville n’était pas facile, surtout avec son caractère pourri, mais sa liberté en dépendait, alors s’il devait se montrer un peu hypocrite pour éviter de finir derrière les barreaux, il le ferait avec plaisir. Même si l’alcool était toujours un peu trop présent et qu’il fumait comme un pompier, il avait réussi à diminuer sa consommation de cachets et arrivait à peu près à avoir un rythme de vie normal. Ces derniers temps, il était même arrivé à l’heure la plupart du temps au boulot ! Autant dire que c’était un réel exploit.

Il avait pris l’habitude de venir boire un café avant d’aller à la rédaction, histoire de finir de se réveiller surtout quand les nuits avaient été difficiles. Soit à peu près tout le temps. Il avait toujours une tête d’explosée qui pouvait faire un peu peur. Alors qu’il allait, tel un automate, se mettre à la fin de la queue, une jeune femme l’agressa littéralement. A peine s’était-elle présentée qu’il s’exclama :

« Bien sûr que je me souviens de vous, vous me harcelez depuis je ne sais combien de temps. Je ne sais pas si c’est de la persévérance ou de l’obstination à ce niveau-là. »

Il la regarda de bas en haut, juste histoire de la faire se sentir mal à l’aise. S’l était d’accord pour faire des efforts, il ne fallait pas non plus déconner et une stagiaire, c’était carrément hors de question. Il avait déjà bien assez de mal à s’occuper de lui-même…

« Oui, j’ai tout reçu et j’aurais pensé qu’une jeune fille intelligente comme vous aurait compris ce qu’une absence de réponse signifiait. Mais vous n’êtes peut-être pas si perspicace que vous pouvez le laisser penser, en fin de compte. »

C’était de la méchanceté purement gratuite, mais déjà qu’il n’était pas très aimable en temps normal, alors le matin, c’était pire que tout.

« Vous pensez vraiment que j’ai envie d’en discuter ? »

Et puis… Et puis finalement, pourquoi pas ? Ca pourrait être marrant de la voir se dépatouiller pour lui prouver qu’elle était la meilleure et qu’il devait la prendre et qu’elle était destiné à devenir journaliste, et bla bla bla. Il sourit, froidement.

« Bon d’accord. Ca sera un café noir, sans sucre. Je vous attends là-bas. »

Et sans même attendre de réponse, il partit en direction de la table qu’il avait indiquée. Il se laissa tomber sur la chaise et il envoya un message à son patron, lui prévenant qu’il risquait d’être un peu en retard, non pas à cause d’une gueule de bois, mais d’une lycéenne un peu trop collante pour une
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself + osophiet (gif de profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Danny - Cameron - Ezekiel
RAGOTS PARTAGÉS : 1286
POINTS : 1514
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Plutôt désespérément amoureuse d'un beau brun qui ne veut pas s'engager.
PROFESSION : Suite à la chute de ses notes, elle a eu son bac avec une mention moyenne. Elle est passée sur liste d'attente pour son école de journalisme.
REPUTATION : Ses parents racontent à tout le monde qu'elle a passé les vacances chez sa grand-mère mais j'ai plutôt entendu dire qu'elle avait fugué à l'étranger avec le fils Granger. Elle a définitivement franchi la ligne jaune si vous voulez mon avis...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Sam 24 Sep - 11:47

Dès que ma cible ouvre la bouche, je me rends bien compte qu'il était effectivement de mauvaise humeur. L'expression revêche que Siothrun Breathnach affichait n'avait rien à voir avec mon imagination ou une hallucination due au stress. J'essaye néanmoins de rester stoïque face à ses réparties même si une part de moi même rêve de faire volte face et de m'enfuir au courant. Je n'avais pas l'habitude de me faire engueuler comme ça. Je suis franchement mal à l'aise, surtout quand le journaliste commence à me regarder de la tête aux pieds comme s'il me jaugeait et que le résultat ne lui convenait pas. Et finalement, il finit même par me vexer avec ses insinuations mesquines. Je retrouve alors un peu la parole, même si c'est franchement un filet de voix.

"Je n'ai pas la prétention de dire que je suis d'une intelligence brillante." Je retiens le "moi" qui me brûle les lèvres. Le but n'était pas de me disputer avec cet homme mais plutôt de le rallier à ma cause. J'inspire. En plus, je venais de lui dire que je n'étais pas si intelligente, ce qui n'était pas malin si je voulais le convaincre de m'engager. " Mais je pense avoir un certain nombre de qualités, oui. Des qualités qui pourraient vous servir. Et je pense que la persévérance en fait partie. Et je pense aussi que quand elle est destinée à atteindre un but, c'est plus de la détermination que de l'obstination. Ce qui est capital pour réussir selon moi. Quant à l'absence de réponse, je me suis dit que vous n'aviez peut être pas le temps et qu'il fallait que je prenne les devants. Et puis, c'est dommage d'émettre un refus, même implicite, sans m'avoir rencontrée. "

Mon ton n'est pas agressif, j'essaye vraiment de plaider ma cause sans m'énerver. De toute façon, je suis bien incapable d'un tel exploit face à Monsieur Breathnach, qui je dois bien l'avouer, m'intimide quand même beaucoup. A un moment donné, j'en suis presque à baisser les bras. Quand il me dit, qu'il ne veut même pas prendre un café et discuter. Et puis, finalement, comme par miracle, il change d'avis, m'adressant une ébauche de sourire. Un sourire froid mais je suis bien trop enthousiasme pour le remarquer.

"Merci, vraiment." Que je dis avec un grand sourire.

N'osant pas croire en ma chance, je cours chercher le fameux café noir sans sucre, dépensant joyeusement mon salaire de baby-sitter. Puis, je l'apporte à la table ou celui que je veux comme maître de stage est installé.

" Vous voyez, si vous me prenez en stage, je pourrai vous apporter votre café tous les matins." Lui annonces-tu avec un sourire digne d'une publicité pour continuer à essayer le convaincre. Tu t'installes en face de lui, continuant ton baratin. " Je suis aussi très sérieuse et très travailleuse. J'ai d'excellentes notes à l'école et je travaille depuis mes quatorze ans. Je ne vous décevrai pas si vous me laissez une chance. Je rêve d'être journaliste depuis que je suis toute petite alors vous pouvez être sûr que je vais m'investir dans mon stage. Je ne vous dérangerai pas, je pense même que je peux être un atout. " Je parlais beaucoup mais c'était juste un symptôme de mon stress grandissant face à la situation. Et puis, je me disais qu'il fallait que je plaide ma cause rapidement car je n'avais pas l'impression d'avoir beaucoup de temps devant moi.

_________________

+ One day I met a boy, who instantly took my breath away. Just a glimpse of his smile made me dizzy, and talking to him left my mind in chaos. For on this one day everything changed. My life now felt happier like it had more meaning.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Lun 26 Sep - 10:23

La critique sous-entendue de la jeune femme ne le toucha nullement. Siothrún avait une très haute opinion de lui-même. Le pire, c’est qu’il n’avait pas tout à fait tort. C’était la vérité que de dire qu’il était particulièrement intelligent. Mais cela ne l’empêchait en rien d’être aussi particulièrement con. Il avait beau passer son temps à geindre qu’il n’était qu’un raté, son ego surdimensionné l’empêchait d’accepter que quelqu’un d’autre le critique.

Il soupira doucement, ne prenant même pas la peine de répondre. Elle pensait vraiment qu’il avait le temps de lui renvoyer un refus ? Pauvre petite, si elle commençait à râler maintenant, qu’est-ce que ça allait être quand elle allait entrer dans la vie active. Et puis, il aurait fallu qu’il motive ce refus, et sortir « je n’aime pas les gens et je ne veux pas d’un toutou qui me suit toute la journée », ce n’était pas forcément une bonne justification. S’il faisait ça, c’était pour elle, il ne voulait pas la vexer inutilement…

Enfin, il se décida à lui laisser sa chance en apparence. Quand elle se rassit, la première phrase enterra un peu plus les chances de la jeune fille de le convaincre.

« Je n’ai pas besoin d’un larbin, mademoiselle… Griffiths. »


Il venait tout juste de se souvenir de son nom. En même temps, il l’avait vu écrit un peu partout cet été, heureusement qu’il s’en souvenait.

« Les notes à l’école, sincèrement, elles ne veulent rien dire. Savez-vous écrire un article ? Faire d’un fait plutôt inintéressant l’histoire de la semaine ? Parce que c’est ça, le journalisme, bien souvent. C’est enrobé la vérité. Surtout si vous commencez dans une ville comme Tenby, ce que je ne vous souhaite pas, où il ne se passe pour ainsi dire absolument rien. Et d’ailleurs, pourquoi vous voulez devenir journaliste ? N’allez pas fantasmer sur ce métier, il n’est pas aussi intéressant qu’on pourrait le croire. Soyons réaliste, vous avez peu de chance d’intégrer une grande rédaction. Est-ce que vous seriez épanouie en vous retrouvant en province ? Réfléchissez-y bien. C’est un milieu difficile, où l’on n’a pas souvent ce que l’on veut. Et je ne vous parle même pas des grandes possibilités que vous avez de finir au chômage et de devoir vous trouver un autre travail. »

Il but une gorgée de son café avant de poser les deux coudes sur la table et de se pencher légèrement en avant, braquant son regard de glace dans celui de la jeune fille.

« Convainquez-moi que vous avez l’âme et la motivation nécessaire pour être journaliste. Et ne me sortez pas des absurdités dignes d’une lettre de motivation. Je me fous de savoir que vous êtes sérieuse et travailleuse. Je veux savoir ce qui ferait que vous, vous réussirez, mais pas les autres. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself + osophiet (gif de profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Danny - Cameron - Ezekiel
RAGOTS PARTAGÉS : 1286
POINTS : 1514
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Plutôt désespérément amoureuse d'un beau brun qui ne veut pas s'engager.
PROFESSION : Suite à la chute de ses notes, elle a eu son bac avec une mention moyenne. Elle est passée sur liste d'attente pour son école de journalisme.
REPUTATION : Ses parents racontent à tout le monde qu'elle a passé les vacances chez sa grand-mère mais j'ai plutôt entendu dire qu'elle avait fugué à l'étranger avec le fils Granger. Elle a définitivement franchi la ligne jaune si vous voulez mon avis...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Sam 1 Oct - 18:02

« Je n’ai pas besoin d’un larbin, mademoiselle… Griffiths. » Outch. Chaque fois que j’ouvrais la bouche, je semblais mécontenter ou décevoir un peu plus Siothrun Breathnach. Le seul point positif que je voyais dans tout cela, pour le moment, c’est qu’il semblait avoir enfin retenu mon nom. Et dieu sait que j’avais besoin de me raccrocher au positif parce que le reste de mon discours me revient aussi à la figure. Le speech de mon interlocuteur est horrible, décourageant au possible mais je n’ai pas envie de passer pour une gamine pleurnicharde alors je sais que je dois encaisser sans sourciller. Et surtout montrer que ses piques ne m’atteignent pas. Alors je relève la tête fièrement alors qu’intérieurement je commence à douter.

« Pour ce qui est de la motivation…. Si le fait que nous soyons face à face ici et maintenant alors que vous avez refusé de me rencontrer ne vous suffit pas, je ne vois guère ce que je peux ajouter. Si ce n’est qu’il est très tôt, que je pourrai être dans mon lit mais que je fais tout pour décrocher ce stage à la place. Je pourrai aussi ajouter que bon nombre de mes camarades n’ont même pas envoyé une seule lettre pour trouver un stage alors que moi j’y pense depuis cet été. Je suis la plus déterminée, voilà tout. Je le suis pour ce stage et je le serai pour le reste de ma carrière. »

Je serre mes mains autour de mon propre gobelet de café, désireuse de cacher leur tremblement tandis que les paroles du Breathnach continuent de résonner dans mon esprit. Son discours m’avait fait de l’effet. Certes il m’avait fait peur mais il m’avait aussi confirmé ce que je savais déjà. C’était cet homme là que je voulais comme maître de stage et aucun autre. Cet homme qui parlait sans concessions de son métier, cet homme qui était lui-même sans concessions. Il avait beau avoir un discours cynique, ses articles étaient tout simplement excellent. Il ne faisait aucun doute que lui, il l’avait l’âme.

« J’ai écris quelques articles… Je vous les avais envoyés mais je ne pense pas que vous les ayez lus… Je dois bien vous avouer que je ne sais pas s’ils sont bons. Ce que je sais, c’est que j’aime ça, raconter des histoires. Je le fais en permanence. C’est pour ça que je veux devenir journaliste. J’ai envie d’écrire des articles qui comptent. De donner une voix aux faits du quotidien. De changer la vision des gens sur le monde. Je veux dénoncer les injustices, rendre hommage à ceux qui le méritent, informer… Raconter les histoires importantes. Et même celles qui ne sont pas importantes. Je pense qu’avec le bon angle, n’importe quelle histoire peut trouver son écho quelque part. »

Ce coup là, j’étais lancée et j’étais presque aussi passionnée que Monsieur Breathnach tout à l’heure. C’est peut être pour ça que je trouve le courage de relever les yeux de mon café et de croiser son regard. Ce qui n’est pas foncièrement une bonne idée car je me rends compte qu’il me regarde fixement, sans aucune once de chaleur dans son regard magnifiquement azuré. Ça me déstabilise mais je continue à parler.

« En ce moment, je suis en train de lire un roman Anna Politkovskaïa. Je l’admire beaucoup. Elle a eu le courage de s’élever contre l’oppresseur, de raconter l’histoire de la Russie, des gens. Et surtout celui de ne jamais se taire. Elle en est morte mais elle n’a jamais trahi son idéal du métier. Je ne dis pas que je pourrai être un jour une journaliste de sa trempe et surtout pas à Tenby mais je crois comprendre pourquoi elle a mené son combat. A des niveaux différents, que ce soit en province ou pas, chaque journaliste est le témoin d’une société ou d’une vie locale et c’est son devoir d’informer les gens de sa teneur. »

Je continue à parler sans être interrompue. C’est bon signe, ou pas ?

« Et peut être que vous me trouvez trop scolaire mais je ne demande qu’à changer cela. A avoir une véritable expérience dans ce milieu, à me rendre compte par moi-même de ses exigences et des désillusions qu’il peut apporter. Comment pourrais-je savoir si je suis faite pour ça ou pas si je n’apprends pas ? Et puis commencer dans une petite rédaction comme Tenby, c’est parfait pour contrebalancer mon manque d’expérience. »

_________________

+ One day I met a boy, who instantly took my breath away. Just a glimpse of his smile made me dizzy, and talking to him left my mind in chaos. For on this one day everything changed. My life now felt happier like it had more meaning.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Mar 4 Oct - 13:21

Il l’écouta, touillant distraitement son café. Sa cuiller tapait les bords de la tasse régulièrement, provoquant un bruit potentiellement agaçant. A vrai dire, il le faisait un peu exprès. Siothrún pouvait être qualifié de particulièrement chiant quand il s’y mettait. Et là, il avait bien envie. Son but ? Faire fuir Griffiths. Qu’elle lâche l’affaire. Comme ça, ça serait de sa faute à elle et il n’aurait rien à se reprocher.

« Vous dites ça parce que vous avez dix-sept ans et que vous avez la fougue de la jeunesse. On verra bien si d’ici quelques années, vous êtes toujours aussi enthousiaste. Et vous feriez mieux de ne pas vous comparer aux autres adolescents. La plupart d’entre eux ne sont clairement pas des modèles. Je dirai que vos camarades manquent de lucidité et sont destinés à un avenir misérable s’ils ne sont pas fichus de chercher un stage en temps et en heure. Vous avez un comportement normal, pas extraordinaire. »


Il aimait particulièrement rabaisser les gens, leur faire comprendre qu’ils étaient ordinaires et meilleurs que les autres, comme ça leur arrivait bien trop souvent de le penser. Enfin, il ne l’interrompa plus, la laissant parler, lui débiter son petit discours. Il ne la regardait pas vraiment, ses yeux étaient rivés sur la table, mais ça ne l’empêchait pas d’être attentif. Il releva les yeux quand elle parla de dénoncer les injustices. Merde, il se laissait attendrir. Il avait l’impression de se revoir, jeune écervelé qui croyait encore pleinement en le pouvoir de la presse. Même encore aujourd’hui, il avait l’infime espoir qu’un jour, les médias seraient la parole de la vérité et de la justice. Il posa ses deux coudes sur la table, choissisant ses mots avec soin pour lui répondre.

« On ne peut pas vous retirer un fait : vous semblez réellement passionnée, même si vous ne savez pas encore ce que c’est que d’être réellement journaliste. Malgré mes remarques précédentes, je ne peux pas remettre en question votre motivation, qui est plus qu’évidente. Je n’ai en effet pas lui ce que vous m’avez envoyé. Trop de travail… Je ferai l’effort de regarder ça dans les jours qui viennent. Cependant… »

Bien sûr, il n’allait pas soudainement accepter de la prendre comme stagiaire, ça aurait été bien trop simple, enfin. Il réussit à prendre une voix douce et compatissante, qui tranchait littéralement avec son regard toujours aussi glacial :

« Je ne pense pas que vous soyez faîte pour ce métier. Vous êtes idéaliste et humaniste. En soi, c’est très bien. Mais le journalisme n’est pas ce métier doré que vous semblez imaginer, malgré vos lectures. Dénoncer les injustices… Sérieusement ? Quand vous serez à quémander des piges auprès d’une rédaction car vous n’avez même pas de quoi survivre une semaine, vous pensez que vous aurez toujours votre sens de l’éthique ? Tout est mené par l’argent, comme partout. De nombreux médias son corrompus. La politique s’infiltre partout. Peut-être pas à Tenby, mais faire carrière ici est du suicide professionnel et social. Soit vous suivez le système, soit vous vous élevez contre, mais je ne donne pas cher de votre peau dans ce cas-là. »

Content de sa petite tirade, il but une gorgée de café, guettant sa réaction.

« Je dis ça pour votre bien, mademoiselle Griffiths. Intéressez-vous à un métier où votre avenir est assuré et qui ne vous fera pas souffrir. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself + osophiet (gif de profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Danny - Cameron - Ezekiel
RAGOTS PARTAGÉS : 1286
POINTS : 1514
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Plutôt désespérément amoureuse d'un beau brun qui ne veut pas s'engager.
PROFESSION : Suite à la chute de ses notes, elle a eu son bac avec une mention moyenne. Elle est passée sur liste d'attente pour son école de journalisme.
REPUTATION : Ses parents racontent à tout le monde qu'elle a passé les vacances chez sa grand-mère mais j'ai plutôt entendu dire qu'elle avait fugué à l'étranger avec le fils Granger. Elle a définitivement franchi la ligne jaune si vous voulez mon avis...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Dim 9 Oct - 12:10

Je finis mon petit monologue presque fière de moi mais il est évident que je suis la seule à le trouver satisfaisant. Mon interlocuteur reste silencieux un long moment, se contentant de faire taper sa cuillère contre le rebord de sa tasse dans un bruit parfaitement agaçant. Comme si je l’ennuyais. Ce qui est probablement le cas en réalité. De toute façon, au final, quand son verdict tombe, j’en reviens presque à regretter son silence. Car il me fait clairement comprendre que je ne suis pas du tout exceptionnelle à ses yeux. Et pourquoi parlait-il sans cesse du futur ? Merde, je lui demandais juste un stage, pas un CDI à vie. Qu’est-ce qu’il pouvait bien avoir à faire de ma motivation dans quelques années ? Je me mords cependant la lèvre, pour ne pas le dire, consciente que faire preuve d’insolence ne m’aiderait pas.

« Moi, je ferai de grandes choses, vous verrez. Que ce soit dans le journalisme ou ailleurs.»

C’est faible comme réponse, vraiment faible, presque de l’entêtement mais cet homme avait le don de me démoraliser, à force de remettre en question tout ce en quoi je croyais. Parce que forcément, je prenais son opinion très à cœur, je savais qu’il était un des meilleurs. C’est pour ça que je m’obstinais à vouloir ce stage avec lui. Et c’était aussi pour ça que j’étais à l’affût de la moindre de ses réactions ou gestes. Alors je ne me méfie pas et que je suis prise d’un fol espoir quand il me dit la première chose gentille depuis le début de notre entretien. Il me trouvait motivée et passionnée, et c’était exactement ce que j’avais voulu lui prouver.

« C’est vrai ? Vous allez regarder ? Oh merci, merci mille fois. C’est tout ce que je voulais. »

J’ose sourire. Mais je redescends aussi vite que je suis montée. La douche froide ne tarde pas à arriver. Il met une énorme nuance à tout ce qu’il vient de dire de gentil et mon sourire fond comme neige au soleil tandis qu’il se moque de ma naïveté ou plutôt de mon idéalisme, me répétant pour la troisième fois au moins que je ne suis pas faite pour ce métier. C’est cruel. Autant que le reste de ce qu’il débite avec un cynisme presque insupportable. Cela me mène à un très long silence. J’ai perdu la joute verbale. Ce n’est pas une surprise, je savais que Siothrun Breathnach était doué avec les mots et qu’il les maniait souvent comme des armes dans ses écrits mais je n’attendais pas à en faire les frais. Finalement, il avait raison. J’étais naïve. Ne serait-ce que parce que pendant quelques merveilleuses secondes, j’avais eu la prétention de croire que je pourrais le convaincre. Je hausse les épaules abattues.

« Je suppose que cela signifie que l’entretien est terminé ? »

Oui en général, si votre potentiel employeur vous demandait de chercher un autre emploi, c’était mal barré. Bien que contrairement à ce qu’il dit, je ne pense pas qu’il dise ça réellement pour mon bien. Il ne veut juste pas s’enquiquiner avec une stagiaire, d’où sa politique de dézingage du métier. Malheureusement, ça marche, je suis à courts d’arguments. Par contre, j’ai toujours mauvais caractère alors maintenant que j’ai compris que je n’avais plus rien à perdre, je me permets moi aussi de faire preuve de « franchise. »

« Vous savez, j’avais hâte de vous rencontrer. Vraiment. Car je n’ai pas menti pour vous flatter. Je suis très admirative de votre travail. Mais là… Je suis juste déçue. Vous n’êtes pas celui que je pensais. Tout ce que vous dites… ça n’a rien à voir avec les articles pleins de finesse que vous avez écrits. Je ne sais pas ce qui vous est arrivé mais vous avez peut être raison finalement. Je ne veux pas être journaliste si ça veut dire finir comme vous. Et peut être qu’à vos yeux, avoir un idéal est ridicule mais je tiens au mien, alors oui, je devrais peut être chercher un stage ailleurs. J’ajouterai juste cela. Comment je peux me rendre compte des réalités du métier si vous ne me laissez même pas une chance de l’exercer pendant quelques semaines ? Le stage a justement pour but de nous aider dans notre choix d’orientation après le lycée. »

Je me lève, essayant de paraître drapée dans ma dignité alors qu’en fait, j’ai juste envie de pleurer.

« Je vous remercie cependant de m’avoir accordé cet entretien alors que vous êtes très occupé.  

Dis-je dans un ultime effort de politesse. Car il était clair que je n’irai pas loin dans le monde du travail avec cette attitude.  

_________________

+ One day I met a boy, who instantly took my breath away. Just a glimpse of his smile made me dizzy, and talking to him left my mind in chaos. For on this one day everything changed. My life now felt happier like it had more meaning.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Mar 11 Oct - 0:19

Serait-ce mentir que de dire qu’il s’amusait comme un petit fou ? Non pas vraiment, juste un peu exagéré. En tout cas, elle ne se laissait pas avoir et elle continuait à lui répondre. C’était marrant cette naïveté teintée d’arrogance. Se pensait-elle vraiment capable de faire les choses mieux que les autres ? Oh, c’était mignon. Ca lui faisait presque de la peine de la jeter comme ça… En fait, après réflexion, non. Les jeunes avaient besoin qu’on les remette à leur place et qu’on leur fasse comprendre qu’ils n’allaient pas changer le monde en claquant des doigts. Oui, Siothrún était parfois extrémiste. Surtout quand ça allait dans son sens et que ça l’arrangeait.

Il la vit perdre son sourire et il sut qu’il avait touché au but. Non, sincèrement, c’était mieux pour elle… Il ne lui souhaitait absolument pas de finir comme lui-même. Qui le voudrait ? Vivre caché, loin des siens, car on avait été trop arrogant… C’était le prix à payer pour son comportement. Mais alors qu’il s’attendait à ce qu’elle lâche complètement l’affaire et parte sans un mot, elle en rajouta une couche. Il haussa les sourcils de surprise. Elle en avait dans la cervelle la gamine. Et elle savait aussi bien parlé. Franchement, il n’en avait rien à faire de l’avoir déçue, il passait son temps à le faire, ce n’était pas la première à se retrouver désabusée par son comportement. Mais il était stupéfait par sa franchise. Et ça lui plaisait. Même des personnes plus âgées qu’elle n’osaient pas lui parler ainsi. Il lâcha sur un ton acerbe qu’il adorait :

« Et bien, mademoiselle Griffiths, on peut dire que vous ne faîtes pas dans la dentelle. Même si vous avez parfaitement choisi vos mots pour être accusatrice sans être vulgaire ou sans vous faire passer pour une victime, sachez que je ne tolère pas ce genre de comportement de la part de mes stagiaires. Tant que vous n’avez pas fait vos preuves, je parle et vous écoutez dans le silence, est-ce que c’est clair ? »

Il se leva à son tour. Il avait finalement décidé de lui laisser sa chance. Comme quoi, son coup d’éclat avait servi à quelque chose. Il aimait l’impertinence et les personnes au fort caractère, même s’il se faisait une joie de les écraser. Griffiths allait avoir le droit à son stage, mais il allait lui en faire pâtir. D’une, parce qu’il n’aurait pas grand-chose d’autre à faire et que ça l’occuperait. De deux, parce qu’il partait du principe que c’était formateur. Il ne dépasserait pas les limites, bien entendu, mais il savait que le monde du travail, quelque soit le métier, pouvait se montrer impitoyable et il n’était jamais trop tôt pour commencer à s’endurcir.

« Je veux vous voir samedi à huit heures à la rédaction. Vous ramènerez votre convention ainsi que tous les papiers nécessaires à votre stage. Sachez que je demande une grande implication de la part de mes stagiaires. Un stage d’observation, ce n’est pas intéressant, vous devrez travailler durement. Nous verrons les détails lors de votre premier jour. Et ramenez le petit déj’, ça fera plaisir à tout le monde. Des questions ? »

En réalité, il avait déjà lu ses articles et il savait qu’ils étaient bons, encore plus quand on tenait compte de son âge et de son inexpérience. Elle avait un style qu’elle allait devoir développer et il sentait du potentiel en elle. Elle ne le savait sûrement pas, mais elle aurait l’honneur d’être sa première stagiaire. Jusqu’à présent, ils étaient généralement tous partis dépités après qu’il les ait détruits, comme elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : myself + osophiet (gif de profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Danny - Cameron - Ezekiel
RAGOTS PARTAGÉS : 1286
POINTS : 1514
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Plutôt désespérément amoureuse d'un beau brun qui ne veut pas s'engager.
PROFESSION : Suite à la chute de ses notes, elle a eu son bac avec une mention moyenne. Elle est passée sur liste d'attente pour son école de journalisme.
REPUTATION : Ses parents racontent à tout le monde qu'elle a passé les vacances chez sa grand-mère mais j'ai plutôt entendu dire qu'elle avait fugué à l'étranger avec le fils Granger. Elle a définitivement franchi la ligne jaune si vous voulez mon avis...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún Ven 14 Oct - 23:26

Cet entretien d’embauche ressemblait à des montagnes russes. Je passais par toute une série d’émotions très différentes sans pouvoir à m’arrêter sur aucune. Après l’espoir, la passion, l’obstination, et le désespoir, j’expérimentais à présent la peur. Oui, la peur. Car je venais de dépasser les bornes avec Monsieur Breathnach et même s’il était un peu tard pour cela, je redoutais sa réaction. Sur le coup, lui balancer ses quatre vérités m’avait paru une excellente idée mais l’adrénaline redescendue, je le regrettais déjà. A présent, il me regardait fixement, les sourcils froncés, avec une impassibilité aussi inquiétante qu’un éclat de colère. J’ai l’impression que mon cœur rate plusieurs battements le temps qu’il reprenne la parole. Mais finalement, quand il le fait, il parvient une nouvelle fois à me surprendre. Il me faut d’ailleurs quelques instants pour bien comprendre la teneur de ces propos et ce qu’ils impliquent. Il m’ordonnait de suivre les règles qui s’appliquaient pour les stagiaires, cela voulait-il dire que j’en étais une ? Dans le doute…

« Oui… très clair. Désolée. Je ne voulais pas vous parler ainsi… Je me suis laissée emporter. Ça ne se reproduira plus. »

Je suis confuse, très confuse. A tel point que je n’apprécie même pas le compliment qui semble se dissimuler derrière cette remontrance. Je veux juste savoir quel est mon statut. Les mots qu’il prononce semblent positifs mais le ton reste cassant alors je ne sais plus à quel saint me vouer. En plus, je ne veux pas recommencer à me faire de faux espoirs. Alors j’obéis, attendant plus de précisions dans le silence le plus total. Et finalement, ma patience est récompensée au-delà de toutes mes espérances. Ahurie, je l’écoute m’annoncer que je suis désormais sa stagiaire. A sa façon, entendons nous bien. Aucune chaleur ne transparaît dans sa voix. Mais je m’en fiche, car je viens d’obtenir ce que je voulais. Finalement, mon audace avait payé.

« J’y serai ! Avec tous les papiers nécessaires… et le petit-déjeuner. Je vous promets que je suis prête à travailler dur et à me montrer digne de la chance que vous m’accordez. Merci. Merci beaucoup. »

C’est un revirement des deux côtés à vrai dire. Car pour quelqu’un qui venait d’affirmer que je ne souhaitais plus du tout travailler avec lui, j’étais en train d’accepter toutes ses conditions. Pire, j’étais contente de mon sort. Je me retiens de sautiller sur place, tout comme je retiens un grand sourire. Je ne veux pas l’agacer plus que nécessaire. Car si je suis naïve, selon ses dires, je sais quand même que ce stage ne sera pas de tout repos. Il n’a pas besoin de le préciser, je sais que travailler avec lui sera difficile. Il n’a qu’à voir comme il a manipulé mes émotions aujourd’hui… Je n’étais qu’une marionnette entre ses mains. Mon ahurissement doit d’ailleurs bien le faire rire… A condition qu’il en soit capable.

« Pas de questions pour le moment… Je vais y réfléchir pour samedi matin quand nous nous mettrons d’accord sur les détails. »

Une personne saine d’esprit aurait sûrement parlé des horaires ou des détails pratiques mais moi je m’en fichais. A croire que j’étais un peu maso. Comme je l’avais dit, j’étais prête à tout pour ce stage. J’étais d’ailleurs enchantée de l’entendre dire qu’il allait me faire travailler dur. Parfait, je ne voulais pas faire la potiche dans un stage d’observation. Je voulais faire mes preuves. Et les faire aux yeux d’un journaliste que j’admirais particulièrement malgré son caractère rendait le challenge encore plus stimulant à mes yeux. A vrai dire, même l'homme était fascinant à sa façon… Il se lève, prêt à partir. Moi non plus, je ne m’attarde pas plus.

« A samedi, donc. Au revoir, Bonne journée. »

Je déguerpis aussi vite que la politesse me le permet, peu désireuse de le voir changer d’avis. J’avais encore du mal à croire à la réalité de ce qui venait de se passer.


_________________

+ One day I met a boy, who instantly took my breath away. Just a glimpse of his smile made me dizzy, and talking to him left my mind in chaos. For on this one day everything changed. My life now felt happier like it had more meaning.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún

Revenir en haut Aller en bas

Perseverance is stubbornness with a purpose + Siothrún

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-