AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 782
POINTS : 1776
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Lun 12 Sep - 23:12

If we live a life in fear
I'll wait a thousand years
Just to see you smile again

Camden Town, London. Je prends la Northen Line, cherchant à me rendre dans ce petit bout de paradis abrité à Londres. Camden. Ce quartier aux façades colorées, aux cultures mélangées les unes aux autres, aux magasins indiens qui côtoient les boutiques les plus sophistiquées anglaises, le tout dans une ambiance gothique. Le marché, avec ses mille saveurs et ses vêtements en tout genre. Les bijoux, de pacotille, s'entends, mais qui attirent tout de même l'oeil. Je sors de la station de métro, découvrant une nouvelle fois cet univers hors norme et sans frontières. En allant à Londres, j'ai l'impression de voyager dans des dizaines de pays à la fois, mais quand je vais plus précisément à Candem Town, j'ai la sensation de traverser les cinq continents. Les touristes affluent dans cet air londonien parfumé d'un arôme délicat. Probablement tous les stands de nourritures venus du monde entier. De la Turquie à la Chine en passant par l'Inde et la Grèce, entre autres. Rien que de passer devant, je sens mon estomac s'affoler. Ou peut-être est-ce la personne avec qui j'ai rendez-vous qui provoque cette étrange sensation. Lylou. Ca fait plus d'un mois que nous ne nous sommes pas vus et c'est bien la première fois que nos emplois du temps concordent pour une rencontre furtive de ce genre. C'est amusant, de se retrouver dans la capitale Anglaise, surtout que j'adore cette ville du fin fond de mes tripes, cette dernière me rappelant mes études de journalisme et les bonnes années qui y sont associées.
Je marche dans Camden, prenant la route de notre lieu de rendez-vous au niveau de l'écluse où passe le Regent's Canal. Ici aussi, il y a encore de nombreux touristes, mais je sais que nous n'auront pas de mal à nous retrouver. Où que nous sommes, il n'est pas difficile de nous trouver. Un fou et une folle se démarquant sans même le vouloir. Je passe devant un groupe de punk et un sourire ne peut s'empêcher de naître sur mes lèvres. Certainement que nous ne partageons pas les mêmes idées, mais ce n'est pas grave. J'aime cette diversité, ce mélange culturel… J'aime que tout le monde soit différent et qu'il y ait des endroits où ces différences sont acceptées, comme ici.
Je suis vers l'écluse et je profite du fait d'être seul pour prendre quelques clichés du pont et du canal. Je n'ai rien d'un photographe, mais après quelques retouches, les photos alimentent mon blog comme il faut, c'est le moins que je puisse faire. D'autant plus que je ne dois pas lésiner les efforts sur mon blog quand je pense à mes récentes difficultés pour écrire des articles potables pour le journal Gallois. Le syndrome de la page blanche, je connaissais, mais pas de cette façon, à croire que comme lorsque j'étais adolescent et à cause de ma maladie, je n'arrive pas à rester concentrer plus de trente secondes sur le sujet qui fait l'objet de mon article. Pourtant, c'est ce sujet qui me permet de séjourner à Londres, alors je devrais m'en montrer un peu plus digne. Je range l'appareil photo dans mon sac à dos pourtant déjà bien rempli car il contient quelques cadeaux que j'ai ramené à la demoiselle de mon séjour à Rio de Janeiro : deux cangas, quelques bijoux un peu fantaisistes et typiques de là-bas et des graines naturelles locales. Un petit quelque chose, parce que j'ai pensé à elle quand j'y étais et parce que j'ai jugé nécessaire de lui rapporter des souvenirs. Mais ça, ce sera pour plus tard.
Je regarde la montre à mon poignet et Lylou ne devrait plus tarder à arriver ; La jeune femme a toujours été ponctuelle, probablement dû à son travail au sein de l'armée. Et en effet, quelques secondes plus tard, je vois sa silhouette se dessiner au milieu des autres. Mon sourire s'élargit aussitôt et je m'avance pour aller à sa rencontre et l'étreindre comme il se doit.  «  Salut toi ! » Lui dis-je, un peu benêt.  «  Tu as fais bon voyage ? » Que je demande, étant donné que contrairement à moi, elle ne flâne pas à Londres depuis plusieurs jours.

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Mar 13 Sep - 5:37


Les yeux plissés, Lylou épluchait la check-list d’atterrissage avec soin, comme toujours. Très consciencieuse, elle ne s’écartait jamais des procédures, sachant que dans son métier, une erreur de sa part pouvait coûter la vie de plusieurs de personnes. Mais ça ne la stressait pas non plus, pas seulement parce qu’elle avait reçu une excellente formation, mais aussi parce qu’elle était entraînée à affronter aussi calmement que possible des situations bien plus éprouvantes. De toute façon, malgré ses difficultés, elle aimait son métier. Il était vrai qu’à la base, elle s’était orientée dans l’armée de l’air pour suivre les traces de sa famille biologique, un peu comme si c’était la seule chose qu’il lui restait d’eux. Mais elle avait appris à y prendre goût assez rapidement, notamment à la sensation inégalable d’être dans un cockpit et de piloter un grand oiseau mécanique. N’empêche que, quand l’appareil de la Royal Air Force se posa sur la piste de la base militaire aérienne située à Londres, la jeune femme poussa un soupir de soulagement. Elle était contente d’être de retour au Royaume-Uni. Avec un sourire, elle leva le pouce en direction de l’officier assis à sa gauche, son supérieur direct en vol. Une quinzaine de minutes plus tard, après avoir terminé sa part de travail, elle put enfin descendre, laissant les mécaniciens de l’armée s’approcher à leur tour. Bien entendu, elle ne put échapper au débriefing habituel, ainsi qu’à une autre réunion réservée à tous les pilotes de transport. S’ils étaient rentrés au pays, c’était d’abord pour une formation, comme ça arrivait assez régulièrement. Ils feraient aussi d’autres simulations de vols à hauts risques, ce qui était généralement la partie la plus excitante et celle que beaucoup préféraient. Quand elle fut finalement libérée en même temps que ses collègues, Lylou ne traîna pas. Elle rejoignit le camp militaire où elle prit à peine le temps de s’installer dans sa chambre provisoire. Elle avait surtout hâte de se débarrasser de son uniforme, qui ne manquait jamais d’attirer l’attention des civils, voire d’en impressionner certains, quand elle devait le porter dans la rue. Alors après une douche, elle profita de la température clémente pour enfiler une robe bleue marine assez légère et attacha ses cheveux en un chignon plutôt relâché. En voyant ses cernes, elle jugea aussi préférable de se maquiller légèrement.

Ignorant royalement un militaire qu’elle connaissait plus ou moins et qui la taquinait parce qu’elle ne s’habillait pas souvent comme ça, la Blake quitta le complexe militaire. Un bon moment plus tard, elle s’approchait du lieu de rendez-vous. Consultant son téléphone portable d’un air un peu inquiet, elle s’aperçut avec soulagement qu’elle n’était pas en retard. Alors elle en profita pour lever un peu les yeux. Ne connaissant pas Camden Town, elle se sentait perdue. Ce qu’elle savait, en revanche, c’était qu’elle aimait beaucoup ses façades colorées. Ça lui rappelait, dans une toute autre mesure bien sûr, les maisons du centre-ville de Tenby. De toute façon, pour ne pas risquer de manquer Jesse, elle avait activé son GPS sur son smartphone et, quand elle arriva à l’adresse précise qu’il lui avait communiqué, son regard se posa immédiatement sur lui. Aussitôt, son visage s’éclaira d’un sourire et, quelques secondes plus tard, elle pouvait apprécier la sensation de ses bras autour d’elle. « Hey… » Elle posa un instant la tête contre son torse, avant de s’écarter de lui. « Les conditions météorologiques étaient bonnes, alors oui, ça s’est bien passé ! » Elle s’éloigna encore un peu pour pouvoir mieux l’observer, toute à sa joie de le retrouver. Pour l’embêter, elle lui pinça la joue, comme les adultes le faisaient parfois avec les enfants. « Bon, je suis pas trop jalouse, tu n’as pas bronzé tant que ça à Rio. Raconte-moi tout, comment tu vas ? » Tout en parlant, elle l’avait attrapé par le bras pour continuer à marcher un peu. Elle pouvait parfaitement l’écouter tout en laissant ses yeux se promener un peu partout. Après tout, elle ne connaissait presque rien de l’endroit, mais elle comptait bien sur lui pour lui en faire découvrir quelques secrets. Sauf qu’elle se rendait compte qu’à l’instant précis, elle n’avait pas tellement envie de se concentrer sur autre chose ou que le jeune homme. Elle ne l’avait plus vu depuis près de deux mois. Certes, il s’était déjà écoulé beaucoup plus de temps sans qu’ils aient l’occasion de se retrouver en chair et en os. Pourtant, elle n’avait pas pu retenir la vague d’enthousiasme qui l’avait littéralement envahie quand elle avait appris qu’il était à Londres et surtout, qu’il lui avait proposé de se donner rendez-vous quelque part. « Donc, si j’ai bien compris, dès que tu es dans les parages, tu viens traîner par ici ? »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥️


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 782
POINTS : 1776
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Mar 13 Sep - 11:51

If we live a life in fear
I'll wait a thousand years
Just to see you smile again

Nous avons déjà passé beaucoup plus de temps éloignés l'un de l'autre, pourtant, cette rencontre a quelque chose de particulier. L'endroit, peut-être ? Ou autre chose que je ne sais pas encore identifier ? Je la prends dans mes bras pour la saluer et c'est seulement quand je la lâche que je remarque sa tenue. C'est peut-être l'une des premières fois que je la vois en robe. En même temps, ce n'est pas ce qu'il y a de plus pratique pour faire des sports extrêmes, donc ça n'a rien d'étonnant. Je l'observe d'un oeil distrait, mais sans trop insister pour ne pas la gêner. J'hésite à la complimenter, car elle est très belle dedans, mais encore une fois, j'ai peur de la gêner, alors je préfère m'en abstenir - du moins, pour le moment. Au lieu de ça, je m'assure que le trajet s'est bien passé, comme tout bon ami le ferait.
« Nickel ! C'est vrai qu'on a de la chance avec la météo en ce moment. » Et c'est pour le mieux, parce qu'on apprécie toujours plus Londres sous un beau soleil, même si le Londres pluvieux est en lui même le classique qu'il faut au moins vivre une fois.
Surpris, quand Lylou me pince la joue, je ne tarde pas à éclater de rire en l'entendant commenter. Par réflexe, je regarde mes bras qui en effet ne sont pas vraiment colorés à côté de ceux d'autres personnes qui ont passé des vacances estivales dans des pays chauds. Un haussement d'épaule plus tard et toujours ce même sourire espiègle, je réponds. « En même temps, j'ai une peau de roux alors le bronzage, je ne connais pas. Je passe directement par l'étape du coup de soleil. » Les règles désastreuses de la génétique et des peaux laiteuses. Autant dire que les réactions cutanées avec le soleil ne sont jamais très belles à voir. Elle me prend par le bras et nous marchons le long du Regent's Canal tandis qu'elle me demande de lui raconter mes péripéties brésiliennes. « Et bien écoute, ça va bien, très bien même ! Le Brésil, c'était génial, même si parfois, c'est difficile de supporter la pauvreté environnante. » La cohabitation entre les plus riches et les plus pauvres est impressionnante, parfois dérangeante, mais le plus aberrant reste souvent le comportement des touristes qui pensent que la population locale fait également partie du décor, ce qui leur donne le droit de les traiter comme des bêtes de foire. Je préfère ne pas mentionner ce genre de détails, même si malheureusement, ils font aussi bien partie de la réalité que les aspects positives de la ville. Ils sont une part de Rio et pour ça, il faut quand même les mentionner. « Mais parlant de Rio… J'ai une petite surprise pour toi. » Je m'arrête pour lui faire face et je sors de mon sac à dos les quelques souvenirs que je lui ai ramené, c'est à dire les cangas de praia, les petits bijoux fantaisistes et les graines avec lesquelles elle pourra soit faire de la cuisine, soit s'en servir pour créer ses propres bijoux ou des éléments de décoration. Connaissant la demoiselle, j'avais tout de même des doutes sur les choses qui lui plairait et c'est pour cette raison que j'ai décidé d'en acheter plusieurs. Des cadeaux plutôt mixtes, restant féminins, mais sans pour autant en faire trop.
Peu après, nous en venons à reprendre la marche et elle me demande si ce quartier est un rite de passage lorsque je me rends dans la capitale anglaise. Comme un enfant pris sur le fait, je la regarde d'un air malicieux.
« Tu as bien compris, en effet. Je sais que ça peut paraître étonnant, mais je ne sais pas… Je me sens à l'aise ici… Bien plus que quand je passe du côté d'Holland Park ou de Mayfair. » Ces quartiers riches et bourgeois à souhait sont absolument magnifiques, mais il y a quelque chose qui les rend inaccessible et qui par conséquent les rendent bien moins réels. Ici, c'est réel. Ici, tout le monde est le bienvenu, même si soyons honnête, nous sommes tout de même dans l'une des capitales les plus chères d'Europe. « Je le trouve magique, cet endroit. De ce que tu as vu, ça te plait, toi ? » Que je ne peux m'empêcher de demander pour savoir ce qu'elle pense de l'endroit. « Et toi alors, comment tu vas ? Le boulot, ça se passe bien, quand même ? » Demande-je, sachant pertinemment que pour elle, sa reprise du travail n'était pas idéale, ni même voulue, du tout.

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Mar 13 Sep - 13:16


Sans contestation possible (même si elle n’avait été qu’intérieure), Lylou admettait qu’elle était encore plus enthousiaste qu’à l’accoutumée de revoir Jesse. Mais si quelqu’un lui avait demandé pour quelle raison particulière, elle aurait probablement eu du mal à l’expliquer. Déjà, il était le seul ami à être actuellement dans la même ville qu’elle, c’était donc normal d’avoir autant envie de le voir, non ? Surtout qu’elle s’était éloignée du Royaume-Uni pendant quelques semaines et qu’elle le ferait à nouveau dans quelques jours. Et surtout, l’état de sa grande soeur la plongeait dans une angoisse profonde depuis plusieurs mois déjà et, dès que cette pénible épreuve avait commencé, le jeune homme s’était montré d’un soutien remarquable. De toute façon, il était une constante dans sa vie depuis quelques années déjà. Dans un monde instable, où les liens se faisaient et se défaisaient, où même le noyau familial était mis en difficulté, c’était vraiment réconfortant. Avec lui, elle se sentait en sécurité… Et c’était bien quelque chose qui n’arrivait pas souvent, vu qu’elle n’exerçait pas un métier de tout repos. De toute manière, il avait suffi qu’elle se retrouve auprès de lui pour qu’elle comprenne exactement pourquoi elle avait été si pressée de le faire. Sa compagnie lui procurait une joie un peu spéciale, comme s’il réussissait à lui faire oublier beaucoup d’autres choses. Alors bien sûr, elle était pressée d’entendre un peu plus en détails le récit de ses péripéties brésiliennes, même s’il lui en avait déjà parlé par e-mail. Il n’aurait plus manqué qu’il soit tombé une femme avec laquelle il envisagerait de se poser… De se marier. Parce qu’à tous les coups, ils ne pourraient plus se voir comme ils avaient l’habitude de le faire dès que possible et, pour Lylou, ç’aurait été comme un pan de sa vie qui disparaissait. Néanmoins, elle s’en voulut du sentiment de soulagement qui l’envahit en secret quand Jesse n’évoqua rien de tel. Elle était à peu près certaine que, s’il avait fait une rencontre intéressante, il en aurait parlé au moins un tout petit peu. Alors soudain, le Brésil lui paraissait encore plus sympathique. Une fois libérée, quelque part, de cette crainte enfouie en elle (celle qu’une fois de plus, une personne à laquelle elle était très attachée finisse par l’abandonner d’une manière ou d’une autre), la brunette se sentit plus légère.

« Ouais, j’imagine… J’ai seulement vu des reportages, mais il y avait de quoi briser le coeur du plus insensible. Et puis… Côtoyer la misère… On s’y fait jamais… » Il lui était arrivé d’être envoyée en mission dans des endroits peu enviables. Certains souvenirs étaient marqués au fer rouge dans son esprit. « Je suis contente que tu aies pu profiter quand même. » Et puis certaines choses ne changeaient pas, puisque encore une fois, le Griffiths lui prouva à quel point il était gentil quand il lui parla d’une surprise. « Oh… Il fallait pas… Merci… C’est cool d’avoir pensé à moi. » Avant toute chose, elle se redressa pour passer les bras autour de son cou et l’embrasser sur la joue. Elle était toujours un peu gênée de recevoir des cadeaux, mais ce n’était pas pour autant qu’elle n’appréciait pas l’attention. Au contraire, une vague de tendresse l’avait littéralement envahie. « C’est vraiment adorable de ta part… Je sais pas si j’aurai l’occasion d’aller à la plage de sitôt, mais j’aime beaucoup les couleurs. Ça me change de mon uniforme, c’est clair ! » Un sourire collé au visage, elle continuait à regarder ce qu’il lui avait ramené. Elle lui tendit alors un petit collier, de quoi égayer sa tenue. « Tu veux bien me le passer, s’il te plaît ? » Elle se tourna, relevant d’une main la mèche rebelle qui s’était échappée de son chignon pas très ordonné. « Merci ! Pour tout, je veux dire. » De toute façon, il aurait bien pu ne rien lui ramener du Brésil et l’inviter à le rejoindre dans un coin tout pourri qu’elle aurait été heureuse. Mais évidemment, il faisait bien les choses. « Ça me plaît beaucoup, oui. J’ai l’impression de ne plus savoir où regarder tellement les choses sont différentes d’un petit coin à un autre ! Après, je t’avoue que là, tout de suite… Les bonnes odeurs m’ont surtout donné faim. » Elle se mit à rire, mais elle savait aussi qu’elle ne tiendrait pas très longtemps sans finir par s’arrêter à l’un des nombreux stands. « Oh, le travail, ça va, oui… C’est pas toujours tranquille, mais je me plains pas. J’ai découvert de très beaux endroits ! Et toi, tu restes longtemps ici ? » Elle se serra un peu plus près de lui, peu désireuse de le perdre en raison du nombre important de personnes dans la rue. « Tu as parlé avec mon frère, ces temps derniers ? Je l’ai eu au téléphone… Je sais plus, peut-être il y a deux semaines. »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥️


:
 


Dernière édition par Lylou K. Blake le Ven 16 Sep - 4:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 782
POINTS : 1776
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Jeu 15 Sep - 18:24

If we live a life in fear
I'll wait a thousand years
Just to see you smile again

C'est tout naturellement que j'ai décidé de ramener quelques cadeaux à Lylou. Pas par obligation ou par sentiment de culpabilité si je ne le faisais pas — Comme ce fut le cas avec Lenny — mais par envie. Et puis, quand je vois son regard s'illuminer à la nouvelle, je suis d'autant plus content. Quand on parle du plaisir d'offrir, c'est réel, et ce n'est pas uniquement parce que je sais l'importance de la générosité de par mon éducation religieuse. Elle dit qu'il ne fallait pas, mais quand je vois son sourire, je me dis que j'ai bien eu raison de faire ce geste. Elle m'embrasse sur la joue et je souris d'avantage à cette marque d'affection. « Mais de rien, ça m'a fait plaisir. » Ajoute-je avant de me pincer les lèvres, un peu d'appréhension sur les traits, pas certain que les présents lui plaisent. Et puis, j'ai l'impression que la mission est réussie. Elle a vraiment l'air contente de ce qu'elle reçoit et je ne m'en sens que mieux. Je l'aide avec le collier, clipant le fermoir. Elle se retourne et j'ai le loisir de voir à quel point elle porte bien le bijou. « T'es magnifique. » Que je lâche sans même m'en rendre compte avant de me reprendre pour ne pas faire dégénérer la situation « Enfin, ça te va très bien, je veux dire. » Le collier, mais la robe aussi, dans le fond. Et si je n'avais pas osé le lui dire quelques minutes plus tôt quand elle venait d'arriver, voilà qui est fait avec un beau lapsus révélateur. Par chance, le rouge ne me monte pas aux joues et je fais comme si tout était normal. Après tout, ce n'est pas grand chose ? J'ai juste fait un compliment sincère à Lylou, non ? Mais pourquoi est-ce que je me sens aussi bizarre ? Peut-être parce que c'est la première fois que je lui avoue que je la trouve belle, alors que pourtant, c'est le cas depuis toujours. Ou du moins, depuis que nous avons commencé à nous rencontrer pour nos sessions de sport extrême.
Rapidement, je m'enquiers de savoir si la demoiselle aime la localisation de notre rencontre. Sans franchement m'en être aperçu plus tôt, je remarque que je suis anxieux à l'idée que Camden ne plaise pas à la Blake. C'est moi qui ai demandé un rendez-vous ici et l'endroit est tellement atypique que s'il ne plait pas, il peut ne pas être source d'un bon moment. Heureusement, elle semble être convaincue par le quartier et je soupire de soulagement. Décidément, j'ai l'impression que rien ne peut mal se passer en présence de la Galloise. Surtout qu'encore une fois, nous semblons sur la même longueur d'onde. Je lui souris quand elle avoue que les odeurs lui ont donné faim et je mentirais si je disais que ce n'était pas également mon cas.  « Tu n'imagines pas comment je suis heureux que tu dises ça. Il y a quelques stands végétariens, je crois. On a qu'à faire un tour et tu choisis là où on mange ! » Après tout, la dernière fois, c'était moi qui avais choisi de manger un Fish'n Chips sur la plage, alors aujourd'hui c'est la brunette qui a l'honneur de choisir. Ce n'est pas comme si j'étais difficile et de toute façon, j'aime à peu près toutes les sortes de nourriture. Tout en faisant un tour au niveau du marché culinaire, nous continuons de parler et je hoche la tête aux propos de la jeune femme. Si tout se passe bien, alors c'est pour le mieux. C'est au moins ce qu'il faut à Lylou pour accepter son départ loin de sa famille alors que sa soeur est toujours à l'hôpital.  « Tant mieux. Moi je reste encore une semaine à peu près. Peut-être deux… C'est dingue tout ce qui se passe à Londres en cette période. » Il faut dire que la capitale anglaise est une ville vivante à n'importe quelle période de l'année, mais après l'été, ils semblent se donner encore plus. Et puis, même si je ne reste pas à Londres pour mon travail, je peux toujours y rester pour écrire quelques articles sur mon blog. En général, les gens ne se lassent pas de Londres. Comment pourraient-ils ?
Nous trouvons un stand qui intéresse la demoiselle, je commande après elle et nous allons ensuite nous installer à une table à l'extérieur avec vue sur le canal pour commencer à déguster. « Et bien je lui ai parlé il y a quelques semaines oui, à vrai dire, on est même allé boire un coup pour son anniversaire. C'était sympa. Il avait l'air d'avoir besoin de se changer les idées en fait, et moi aussi donc ça tombait bien. » Et c'est parce que Rhys avait l'air de vouloir se changer les idées, que je ne lui ai pas posé de questions sur ce qui le mettait dans cet état même si j'étais bien intrigué. « Après tu sais, on est pas très proches, donc il ne m'a pas parlé plus que ça… Je ne peux malheureusement pas te dire ce qui le tracasse. »

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Ven 16 Sep - 5:38


En entendant le compliment de Jesse, Lylou sentit ses joues s’empourprer légèrement. Elle espérait que ça ne se voit pas vraiment, mais étant donné la pâleur de sa peau, c’était sûrement trop en demander. « Oh… Merci… C’est gentil… » C’était la première fois qu’il lui disait quelque chose comme ça. C’était même la première fois qu’elle l’entendait parler ainsi tout court, en réalité. Alors forcément, elle était surprise. Mais surtout, elle se sentait… Flattée. Parce qu’elle savait qu’il ne l’aurait pas dit si ce n’était pas sincère, s’il ne le pensait pas vraiment. Et puis aussi parce que, venant d’un beau gosse (même s’il ne s’en rendait pas forcément compte), c’était tout de même quelque chose. En plus, c’était bien évidemment très différent des propos de cliché du type lourd qui sortait d’un bar. De toute façon, c’était bien simple, Jesse était un spécimen exceptionnel, rare. Lylou s’était fait la réflexion dès qu’ils avaient commencé à traîner un peu ensemble, mais ces derniers temps, cette conviction s’était renforcée. Comment ne pas penser que du bien que de lui ? Il ne manquait pas d’attentions à son égard. Par exemple, rien que le fait qu’il se souvienne toujours qu’elle était végétarienne, ça la touchait. Parce que même certaines personnes dont elle était proche l’oubliaient parfois… Pas lui. « Tu sais, si tu avais faim, tu pouvais juste me le dire, aussi » le taquina-t-elle, riant de bon coeur. « On n’a qu’à s’arrêter à un stand indien… C’est garanti qu’il y aura des plats végétariens et en même temps, tu pourras choisir quelque chose pour toi. » Après tout, ses choix en matière d’alimentation ne concernaient qu’elle et elle n’avait jamais cherché à convertir qui que ce soit. « Là, ça a l’air intéressant… » Ils s’approchèrent pour commander et, quelques minutes plus tard, ils étaient tous les deux installés sur une table extérieure. Tant que l’automne n’avait pas vraiment pointé le bout de son nez, il fallait encore en profiter ! Et puis Lylou ne se lassait pas d’observer ce qui se passait autour d’elle. Certes, elle était habituée à voyager et avait visité un nombre important de grandes villes. Mais au fond, elle restait une campagnarde dans l’âme. Une fille de Tenby, qui s’émerveillait toujours de voir autant de monde, autant de mouvement, autant de possibilités d’activités. Elle comprenait qu’on puisse aimer profondément Londres.

Et justement, c’était le sujet de leur conversation. « Je veux bien te croire… La principale base de l’armée de l’air se situe dans la banlieue londonienne, pourtant, je ne viens pas si souvent que ça ici. Mais à chaque fois, j’ai quartier libre la première journée parce que pas mal de militaires ont leur maison ici ou dans les parages, du coup, ils peuvent profiter un peu de leur famille. Une chance pour tout le monde, en fait. » Pendant quelques secondes, la jeune femme se concentra sur son riz biryani aux légumes. Elle avait beau avoir l’habitude de la cuisine indienne, elle ne s’en lassait pas. Tout en mangeant, elle écoutait la réponse de Jesse au sujet de Rhys. Elle mâcha un peu pour ne pas parler la bouche pleine, avant de reprendre. « Oh, vous vous êtes vus, c’est cool… Ça a dû lui faire du bien. » Le moins que l’on puisse dire, c’était que son frère en voyait de toutes les couleurs en ce moment. La compagnie de quelqu’un comme Jesse aurait forcément un effet bénéfique sur lui. « Je crois savoir ce qui le tracasse, comme tu dis… Enfin, au moins en partie. » Elle reconnaissait bien là son frère ; il ne parlait pas forcément. Et bien sûr, son ami n’était pas du genre à poser des questions et encore moins à insister. Mais après tout, ça la concernait autant elle que Rhys… Alors elle savait qu’elle allait lui en toucher un mot, forcément. « Echo a besoin d’une greffe du coeur assez rapidement. Sinon… » Lylou se mordit légèrement la lèvre inférieure, mais elle se força à poursuivre. « Sinon, c’est fini. » Elle n’aimait pas plomber l’ambiance, mais elle ne s’était encore confiée à personne. Ça tombait sur le pauvre Jesse parce qu’il était là. En réalité, elle avait voulu lui envoyer des messages à ce sujet, ou encore l’appeler. Mais elle y avait finalement renoncé. Sauf qu’au final, c’était peut-être pire d’en parler face à face. Parce que soudain, Lylou eut très envie de baisser les yeux vers son assiette de riz et de légumes. Vivre avec ce poids constant sur les épaules était tellement difficile… Alors automatiquement, elle chercha à changer de sujet, comme pour chercher à dédramatiser la situation. C’était certes illusoire, mais c’était plus fort qu’elle. « Il y a autre chose… Il préférerait sûrement t’en parler lui-même, mais tant pis… Ça n’arrive pas souvent, mais j’ai du mal à tenir ma langue. Il va avoir un bébé. Inutile de préciser que ce n’était pas… Prévu… »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥️


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 782
POINTS : 1776
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Sam 17 Sep - 22:30

If we live a life in fear
I'll wait a thousand years
Just to see you smile again

Je suis Lylou à travers les stands, en cherchant qui serve de la bonne nourriture indienne. En effet, c'était un bon compromis pour nous deux. Elle aura l'occasion de suivre son régime végétarien et je pourrais me remplir la panse avec des épices, du riz, de la viande et encore des épices. On s'installe à une table, de sorte à ce que nous puissions continuer à profiter de ce temps clément et de cette vue sur un Londres atypique. Nos assiettes remplies, nous nous souhaitons un bon appétit et nous entamons avant de reprendre la parole après quelques bouffées. Je lui explique le temps que je compte rester à Londres, essayant de ne pas laisser trop transparaître ma déception à l'idée de devoir quitter la capitale d'ici deux semaines. Et si je ne veux pas quitter Londres, c'est bien pour une raison : pas que Tenby m'attire moins ou que je préfère l'Angleterre… Simplement que je ne sais plus où aller maintenant que Lenny a déposé ses affaires dans ma chambre. Le ton est donné, je dois partir, même si ce n'est pas facile de trouver un endroit où vivre quand on est jamais là. Alors oui, ça ne m'enchante pas de devoir quitter Londres, mais ce n'est pas pour autant que je dois continuer à faire l'autruche en refusant d'admettre ce qui est en train de se passer. D'ailleurs, c'est un peu de ça que nous avons parlé avec Rhys, quand nous nous sommes vus pour son anniversaire. Je note encore une fois que la jeune femme a une trop haute estime de moi, mais je ne dis rien, ne voulant pas l'interrompre alors qu'elle semble prête à enchérir ses propos. Je repose ma fourchette, reste attentif à la suite de ses paroles. En l'écoutant, je reste bouche bée quelques secondes, un peu en état de choc car je comprends que la situation ne s'est malheureusement pas arrangée pour sa soeur aînée. Et Rhys n'a même pas daigné m'en parler. Clairement, la jeune femme me surestime, car si j'étais aussi doué qu'elle le dit, alors le Blake se serait confié à moi. Dans un réflexe mécanique, j'attrape la main de la Galloise au milieu de la table avant d'annoncer. « Oh… Je suis vraiment désolé de l'apprendre. » Evidemment être sur une liste d'attente pour une greffe de coeur, ça n'évoque rien de bon… J'imagine l'état de la pauvre famille Blake et soudainement, je comprends beaucoup mieux le comportement taciturne du grand frère de Lylou. Et il faut dire que c'est tout à fait légitime, même s'il essayait toutefois de garder la face en ma compagnie alors que je lui racontais comment avançait mes recherches d'appartements.  « Tu aurais pu m'en parler, tu sais… » Que j'ajoute, à voix basse. Parce que si Rhys ne m'en a pas parlé, elle non plus, alors que cela fait quelques temps qu'elle est au courant de cette nouvelle donnée. « Enfin, si tu l'avais voulu. » Pour la peine, j'ai l'impression de ne vraiment pas servir à grand chose parce que quoi que je fasse, la réalité viendra toujours s'éclater sur nous, que ce soit avec de bonnes ou de mauvaises nouvelles… De très mauvaises nouvelles…  « Je ne veux pas te forcer à me parler, mais n'oublie pas que tu n'es pas obligée de traverser ça toute seule. » Je veux que les choses soient claires. Je sais que ce n'est pas facile de parler de ce genre de choses, et peut-être qu'elle a justement peur de casser l'ambiance ou quelque chose dans ce goût là, mais il est important qu'elle sache qu'elle n'est pas seule et qu'elle n'a pas à endurer cette épreuve seule. Elle peut avoir du soutien si elle le souhaite.
Pour ne pas l'embarrasser davantage, je retire ma main, reprends ma fourchette pour reprendre une bouchée de mon repas sauf que quand elle reprend, j'en fais tomber ladite fourchette. A deux doigts de m'étouffer avec mon riz, j'avale le tout pour mieux me reprendre. Rhys va avoir un bébé ?! Je dévisage la jeune femme, attendant quelque chose sur son visage qui pourrait m'informer de la réaction que je dois avoir. Est-ce qu'il faut que je me réjouisse pour lui ? Surtout qu'elle a ajouté que l'enfant n'était pas prévu, c'est-à-dire qu'il n'était pas voulu. Je serre les dents, retenant quelques remarques peu gentilles sur ce comportement aussi irresponsable. Lylou n'a pas besoin d'entendre ce genre de commentaires sur son frère. « Je vois… » que je me contente de dire posément. Ce n'est pas prudent, vraiment pas… Et venant du Blake, je m'attendais à plus de précautions. J'essaye de ne pas trop faire de remarques, pourtant, Lylou doit savoir ce que je pense de toute cette histoire, surtout qu'inconsciemment, je me mets à tripoter la croix qui me pend au cou. « Il va assumer, quand même ? » Que je ne peux pas m'empêcher de demander, pensant que de toute façon, il n'a pas vraiment le choix.

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Dim 18 Sep - 6:52


Bien entendu, Lylou savait qu’à un moment ou à un autre, elle finirait par parler de sa grande soeur. C’était inévitable. Elle partageait beaucoup de choses avec Jesse et, forcément, elle voulait le tenir informé de l’état de santé d’Echo. Elle ne l’avait néanmoins pas fait tout de suite et, d’une certaine manière, elle le regrettait. Parce que ça faisait du bien de se sentir soutenue. Malheureusement, elle avait une certaine tendance à s’isoler quand elle n’allait pas bien et plusieurs personnes lui avaient déjà reproché cette habitude néfaste. « J’aurais fini par t’en parler de toute façon. Il n’y a pas grand-chose que je ne veuille pas te confier. » Enfin… Sauf peut-être ce qui était vraiment personnel, ou alors toutes ces choses que les hommes n’étaient pas capables de comprendre. Mais sinon, elle avait toujours su qu’elle pouvait compter sur lui. Elle l’avait même mieux saisi encore depuis qu’il s’était montré aussi réconfortant dès que l’aînée des Blake s’était retrouvée à l’hôpital. « C’est juste que… Tu imagines que… La journée, ça va encore, je bouge, je vois du monde, mon travail ne me permet pas vraiment de penser à autre chose. Mais après… C’est une autre histoire. J’avais envie de t’appeler, mais je ne voulais pas vraiment t’imposer un torrent de larmes pendant plus d’une demi-heure, tu vois. » Bien entendu, elle savait que le comportement de son ami aurait été exemplaire. Il était d’une patience infinie, il serait resté au téléphone. Sans forcément parler, certes. Mais au moins, il lui aurait prouvé qu’il était là, lui. Justement, elle était peut-être encore trop fière pour s’effondrer à ce point, même avec quelqu’un à qui elle était autant attachée. En plus, elle ne voulait pas le mettre mal à l’aise. Au moins, là, en public, elle pouvait garder la tête relativement haute. Ses yeux étaient humides, mais elle pouvait encore faire semblant d’être un tant soit peu solide. Digne. Alors qu’en réalité, il n’en était rien. « Ensuite j’ai su qu’on allait se voir et… Franchement, je suis contente d’être avec toi. » Au cas où ça ne se voyait pas… Spontanément, un peu trop peut-être, elle attrapa sa main à son tour, celle-là même qu’il venait de retirer de la sienne. « Je sais que je ne suis pas seule. Tu es là, toi… Même quand on n’est pas ensemble. Et mon frère aussi est là, d’une certaine manière. »

Et pour poursuivre sur sa lancée, la jeune femme finit par annoncer au journaliste l’autre grande nouvelle, à savoir le bébé à venir. Si elle savait qu’il serait étonné, elle ne s’attendait en revanche pas à le voir laisser tomber sa fourchette avant de s’étouffer à moitié. Un peu inquiète, elle se leva et s’approcha un peu pour lui donner de grandes tapes dans le dos. « Hey… Ça va ? » C’était donc une bonne chose que Rhys ne lui ait pas révélé ça alors qu’elle était en train de manger. Heureusement aussi qu’elle était allongée, sans quoi elle serait peut-être tombée… D’autant plus qu’elle n’avait reçu aucune préparation psychologique. Il lui avait balancé ça comme ça, un peu comme elle venait de le faire avec Jesse. Décidément, les Blake avaient l’art de faire part des nouvelles importantes. « Figure-toi que quand il me l’a dit, j’ai mis un moment avant de comprendre. Enfin bref, c’est peut-être bizarre à mon âge, mais voilà, disons que… Ouais, que c’était inattendu. » Elle se rassit, constatant sans peine que Jesse cherchait ses mots. En réalité, elle le connaissait suffisamment bien pour savoir exactement ce qu’il pensait. « Jesse, même si j’étais encore à Varsovie, je sentirais ta désapprobation de là-bas. » Elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire. Elle le trouvait mignon, à s’accrocher soudain à son pendentif en forme de croix. Elle était capable de traduire son langage corporel et les expressions de son visage sans difficulté. Il lui était arrivé de se demander si le Griffiths et elle se seraient aussi bien entendus et autant rapprochés si elle n’avait pas une vie aussi rangée et des principes moraux qui n’étaient au fond pas très éloignés des siens. « Si tu veux tout savoir, j’ai pas réussi à me retenir de lui faire une remarque. Il était embarrassé, c’est clair… Normal, je suis sa petite soeur. » Elle reprit une bouchée de légumes, parce qu’elle n’avait pas l’intention de s’arrêter de manger en si bon chemin. En même temps, elle laissait Jesse se remettre de sa surprise. « Oui, il va assumer. Il est irresponsable, mais pas à ce point. De toute façon, sinon… Je lui aurais botté les fesses et crois-moi, vu comment je dois m’entraîner au sein de l’armée, ça aurait fait mal ! » Elle n’osa pas lui avouer que ce n’était pas sa petite amie que Rhys avait mise enceinte. Elle ne voulait pas risquer une crise cardiaque, elle tenait trop à Jesse… « Même moi, j’ai encore du mal à le réaliser. Et comme il a un peu de mal, difficile de se réjouir pour lui. Mais ça va aller. Je crois. » Elle releva à nouveau les yeux vers lui. « J’espère que t’as encore faim ? »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥️


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 782
POINTS : 1776
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Mer 21 Sep - 9:12

If we live a life in fear
I'll wait a thousand years
Just to see you smile again

Je ne veux pas la forcer à me dire quoi que ce soit, mais j'aurais plutôt pensé qu'elle l'aurait fait spontanément. C'est ce qu'elle avoue par la suite, qu'elle l'aurait fait, mais je me dis qu'elle ne fait ça que pour me faire plaisir. Pas que je sois vexé de ne pas avoir été au courant, Lylou a tous les droits de préserver son intimité et je ne compte pas le lui enlever, simplement que j'ai cette impression d'être inutile.
« Tu ne m'imposes rien quand tu m'appelles. » Que je crois bon d'ajouter pour la rassurer, en quelques sortes.
Soudain je me sens un peu stupide avec les problèmes que je traverse avec ma propre soeur. Cette dernière est en parfaite santé et pourtant, nous passons notre temps à nous déchirer pour un oui ou pour un non. Inconsciemment, je me félicite de ne pas avoir mentionné cette dernière et notre dernière querelle que me pousse à chercher un appartement où fuir la furie rousse. Cependant, nous n'en avons pas terminé avec les choses qui tracassent Rhys et quand la benjamine des Blake poursuit, j'avale ma bouchée de travers et je m'étouffe. Avec l'aide de Lylou, j'arrive à tout faire passer et à me ressaisir, mais le choc est toujours présent. Je regarde la jeune femme alors qu'elle me confie elle aussi la façon dont elle a réagi à cette annonce et je hoche la tête. C'est inattendu, c'est le moins qu'on puisse dire. Je me pince les lèvres pour ne pas dire quelque chose que je risque de regretter, mais très vite, Lylou souligne le fait qu'elle sent ma désapprobation, et que ce serait le cas même à quelques centaines de miles. Je déglutis. Encore une fois, je dois faire en sorte de répondre sans m'en prendre de trop à son grand frère car elle risquerait de ne pas apprécier.
« Ce n'est pas que je désapprouve… Après tout, Rhys est un grand garçon et il fait ce qui lui chante avec sa petite-amie… C'est juste qu'on vit à une époque où si on ne veut pas d'un enfant, on est pas obligé de le concevoir. Je veux dire, avec tous les moyens de contraception qui existent maintenant… » Un accident de ce genre est clairement synonyme d'imprudence et d'irresponsabilité. « Quand on se croit assez mature pour avoir des relations sexuelles, il faut en assumer les conséquences. » J'ai conscience de la teneur de mon discours, mais je ne peux pas faire autrement. J'exprime mon opinion sur la question et encore, je me retiens d'ajouter qu'à la base, les relations sexuelles avaient pour but la procréation. Je regarde mon assiette, jaugeant si je risque de m'étouffer une nouvelle fois si je reprends une bouchée de riz, mais l'aventurier en moi tente l'expérience tout de même et puis j'écoute Lylou m'annoncer que son grand frère assumera. Un nouveau hochement de tête… Au moins, il semble vouloir faire les choses bien après avoir foiré une première fois. « Ok… Ok… Tant mieux. » Au moins, il ne foirera pas une deuxième fois et il tente tout de même de rattraper la situation. C'est une bonne chose et je reconnais là le Rhys responsable que je connais. Le Rhys studieux qui est parti à Oxford. Toutefois, je ne peux pas m'empêcher de demander à la brunette. « Oui, j'espère que ça ira. Je suppose que du coup, il faut que j'attende un peu avant de le féliciter, lui et Gwen ? »
Peut-être qu'il ne tenait pas à ce que je sois au courant, ou du moins, pas comme ça ? Peut-être que je n'ai qu'à attendre que la grossesse soit visible pour enfin lui en toucher quelques mots ? Je ne sais pas… Une chose est sûre, il va falloir que le Blake se fasse à cette grossesse et le plus tôt est le mieux. Heureusement, il a encore quelques mois devant lui pour se préparer.
La militaire entreprend un changement de sujet de conversation radical, et je ne peux m'empêcher de m'esclaffer en l'entendant. C'est assez surprenant, mais je dois dire que si elle s'adresse à mon estomac, alors elle a toute mon attention. Je la regarde, les yeux pétillants et une sourire enfantin sur les lèvres et je lui réponds le plus naturellement possible. « Quelle question  ! J'aime beaucoup ton frère, mais il me faut un choc bien plus puissant pour réussir à me couper l'appétit. » J'essaye de deviner ce qu'elle a derrière la tête, mais rien ne me vient, alors je termine par lui poser carrément la question. « Qu'est-ce que tu as en tête ? »

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Mer 21 Sep - 10:47


« Merci, t’es gentil. » Bien entendu, Lylou s’attendait à ce que Jesse lui réponde quelque chose comme ça. Déjà que c’était la politesse… Alors venant d’un ami fidèle comme lui, elle n’en doutait absolument pas. Mais ce n’était pas pour autant que ça ne la gênait pas. Oh, elle était parfaitement capable de l’appeler dans les moments où elle était au plus mal. Sauf que par la suite, quand il y repensait… Ce n’était peut-être pas stupide, mais c’était quand même embarrassant. Jesse avait probablement mieux à faire que de l’écouter pleurer au téléphone, même si ses chagrins n’avaient rien à voir avec un ongle cassé, un manteau égaré ou une quelconque dispute. Mais elle savait déjà qu’il condamnerait de telles pensées, aussi s’efforçait-elle de les refouler. Ce n’était pas forcément facile et la preuve en était qu’elle n’y arrivait pas toujours. Néanmoins, elle finissait invariablement par lui dire ce qui pesait sur son petit coeur, même si ce n’était pas tout de suite. Après tout, les personnes à qui elle faisait autant confiance se comptaient sur les doigts d’une main. C’était peut-être aussi la raison pour laquelle elle n’hésita que quelques instants avant de lui parler du fait que son frère allait devenir papa. D’ordinaire, la jeune femme n’était pas du genre à parler librement de ce qui ne la concernait pas directement. En plus, Rhys pouvait très bien avoir envie de l’annoncer lui-même à ses potes… Au moment qu’il aurait choisi. Mais il fallait dire que dans l’équation, c’était clairement elle qui était plus proche du journaliste. Et puis au fond, elle était à peu près certaine que son aîné ne lui en voudrait pas longtemps. Après tout, il faisait ce qu’il pouvait, de son côté, pour qu’ils reconstruisent un lien digne de ce nom. Elle aussi faisait des efforts. Mais bien évidemment, ce n’était pas pour autant qu’elle ne lui disait pas les choses franchement quand c’était nécessaire - ou même quand ça ne l’était pas forcément, d’ailleurs. Pour le coup, elle était d’accord avec Jesse, peu importait si leur opinion pouvait paraître un peu trop tranchée et démodée. « Euh… Oui hein… J’avais compris ce que tu voulais dire, pas besoin d’expliciter… » Parler contraception avec un de ses amis, très peu pour elle. Ce n’était déjà pas forcément évident avec une femme… Certaines choses ne changeaient pas, elle restait décidément trop coincée.

Mais un léger sourire étira à nouveau les lèvres de Lylou quand le jeune homme exprima finalement le fond de sa pensée. C’était tellement… Tellement lui ! En d’autres circonstances, elle aurait peut-être pouffé de rire, même si elle se rangeait à son opinion. Mais ce n’était peut-être pas approprié et elle garda pour elle son envie de souligner que si un jour, c’était lui qui donnait un discours à l’église, alors elle voudrait bien assister à une messe (ou quelle que soit le nom de la cérémonie religieuse). Néanmoins, son sourire s’effaça quand Jesse évoqua Gwen. Embarrassée, la Blake fixa le Griffiths pendant quelques secondes avant d’ouvrir la bouche. « Bon… Pose ta fourchette et avale ce que tu as dans la bouche. Je ne plaisante pas. » Parce qu’effectivement, ça risquait de lui causer un choc. « Je te déconseille fortement de féliciter Gwen. Ce serait très malavisé, pour la bonne raison que… Eh bien, ce n’est pas elle qui est enceinte. » Et voilà, c’était dit. Ce n’était certes pas le rôle de Lylou, mais elle ne pouvait pas prendre le risque de le mettre dans une situation embarrassante. Et puis au moins, elle évitait à son grand frère la gêne éventuelle d’expliquer ce genre de choses. « Il a eu… Un truc avec une de ses amies de lycée avant de se mettre avec Gwen. Je la connais bien, c’est une fille juste adorable. Quant à Gwen… D’après Rhys, elle est très compréhensive. Je sais pas comment elle fait, heureusement que c’est pas tombé sur moi, mais tant mieux pour lui alors ! » Elle savait que ça faisait beaucoup pour Jesse, mais en même temps… Il avait posé la question, elle ne pouvait pas lui mentir. Sauf qu’elle n’avait pas non plus envie de s’appesantir outre mesure là-dessus - elle avait presque l’impression de donner trop d’importance aux bêtises de son frère. En plus, elle-même n’avait pas encore bien assimilé la nouvelle… « Il y aura sûrement mieux, comme tata, mais je vais m’approprier le rôle autant que possible. » Reposant finalement sa fourchette, elle laissa l’une de ses mains atterrir sur son ventre. Elle avait bien mangé… Mais ce n’était pas pour autant qu’elle voulait s’arrêter en si bon chemin. « Un dessert, voilà ce que j’ai en tête… Scones, apple crumble, pudding ? Qu’est-ce qui te tente le plus ? En même temps, tu pourras continuer à me faire visiter… Me montrer tes cachettes secrètes, par exemple ! C’est cool de voir les endroits que tu aimes. »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥️


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 782
POINTS : 1776
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Ven 23 Sep - 15:40

If we live a life in fear
I'll wait a thousand years
Just to see you smile again

Sans même m'en rendre compte sur le moment, je crois avoir mis mal à l'aise la jeune femme en évoquant des sujets particuliers à savoir la sexualité de son frère et la contraception. Autant pour moi, je m'en rends compte peut-être trop tard, mais je m'en rends tout de même compte et je sais que je ne risque plus d'aborder ce genre de sujets avec Lylou. Je n'ai aucune envie de la mettre mal à l'aise et j'hésite à m'excuser, mais pour le coup, je préfère laisser couler pour oublier plus rapidement ce moment. J'en profite donc pour évoquer d'un ton un peu plus léger les félicitations qui s'imposent. Ou pas, visiblement parce que Lylou reprend en me conseillant d'arrêter de manger – certainement pour éviter un nouvel étouffement. Les sourcils froncés, j'ai un peu peur de ce qui va suivre. Il faut dire que la Blake a l'air très sérieuse, alors je m'exécute et j'attends qu'elle me dise là où elle veut en venir. Elle développe et en effet, son conseil était avisé. Mes mains viennent cacher mon visage tandis que je lâche un rire nerveux, sous le choc de la révélation et je reprends quelques secondes plus tard.
« Ok. Cette fois, oui, on peut sentir ma désapprobation jusqu'à Varsovie. » Je me demande bien dans quelle histoire le Gallois s'est lancé alors que Lylou poursuis sur ladite fille mise enceinte par le Blake. Une fille juste adorable, qu'elle dit, alors que de toute évidence, c'est surtout une fille de petite vertu. Et la pauvre petite-amie de Rhys qui doit subir les écarts de conduite de ce dernier sans rien dire. Je hoche la tête aux propos de la militaire ; En effet, la Martins semble avoir un comportement admirable que beaucoup ne pourraient pas suivre. Maintenant que je suis au courant, je préfère ne plus penser à eux pour me concentrer sur ma journée avec la brune. De toute façon, ce que fait Rhys ne me regarde absolument pas, alors je ne compte plus me pencher davantage sur la question. Le plus de cette conversation avec Lylou, c'est que si un jour le médecin venait à m'en parler, je saurais à peu près comment réagir : c'est-à-dire, ne pas m'étouffer sous le coup du choc. « Tu feras une super tata. Tu seras la tata cool qui voyage tout le temps et qui ramène des cadeaux des quatre coins du monde à son bout de chou. » Que j'essaye de la rassurer.
Je termine mon assiette, mais quand Lylou reprend avec ce qu'elle a en tête, je constate qu'il y a en effet toujours de la place pour un petit dessert. Mon sourire s'élargit et alors nous nous levons de notre table à la recherche de gourmandises sucrées. Mon estomac étant resté sur le continent asiatique, je cherche du regard un stand de pâtisseries indiennes et quand je trouve ce qui me fait envie, je prends Lylou par la main pour l'y conduire. Je demande une boîte de ladoos au pâtissier, je le paye et nous nous écartons du passage pour laisser les touristes derrière nous faire leurs achats. « Je ne sais pas si tu as déjà goûté, en général, les indiens en mangent pour les fêtes. La première fois que j'en ai mangé c'était à un mariage à Chandigarh il y a quelques années. Je ne me souviens pas de comment j'ai atterri là-bas, mais c'était magique. Et la nourriture… Enfin bref. Goûte moi ça et donne moi en des nouvelles ! » J'ouvre la boîte, un grand sourire mutin dessiné sur les lèvres et je la laisse se servir avant d'en prendre un à mon tour. Ce goût m'avait manqué et je me fais violence pour ne pas en manger plusieurs à la suite. Il ne faut pas abuser des bonnes choses, qu'on dit. Et c'est bien vrai. « Si tu trouves ça chouette de voir les endroits que j'aime, alors tu ne seras pas déçue pour la suite. Prochain arrêt, Covent Garden. Quand j'ai su qu'on allait se voir à Londres, je me suis dis qu'il fallait marquer le coup alors j'ai réservé un petit quelque chose… » On retourne dans la rue principale pour nous rapprocher de la station de métro. « Disons que… dans un peu plus d'une heure on est attendu au Vertical Chill… C'est un mur d'escalade, mais pas n'importe lequel. Il est en glace. » Et autant dire que c'est une expérience plutôt sympathique à faire. « Ca nous laisse juste le temps de digérer tout ce qu'on a mangé avant de commencer. » Conclus-je, satisfait.

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Sam 24 Sep - 8:04


Les sourcils de Jesse se froncèrent tandis qu’il suivait les recommandations de Lylou. Cette dernière entreprit alors de lui donner un peu plus de détails au sujet du bébé à naître… Et comme prévu, son ami parut effaré. Même sans être face à lui, avant même de le lui avoir avoué, d’ailleurs, elle aurait deviné sa réaction. Elle avait l’impression de le connaître par coeur, à force - soit parce qu’il n’était pas très difficile à cerner, soit parce que plus le temps passait et plus ils devenaient proches. Elle le regarda se cacher le visage entre les mains, assez mal à l’aise d’avoir dû lui dire ce genre de choses. Mais après tout, elle n’y était pour rien dans toute cette histoire… Elle ne faisait qu’évoquer ce qui s’était passé et effectivement, le moins qu’on puisse dire, c’était qu’il s’agissait d’une « affaire » compliquée. « Peut-être même plus loin que Varsovie, si tu veux mon avis… » Un léger sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme, juste parce qu’elle voulait le taquiner un peu. Mais elle imaginait bien toutes les pensées qui traversaient l’esprit de Jesse qui, à tous les coups, devait se rappeler de tout ce qu’il avait appris à l’église. Sauf que malgré ça, il ne sembla pas trouver nécessaire de s’attarder sur ce sujet. Soit il était vraiment sous le choc et il voulait absolument penser à autre chose… Soit il se disait que ce n’était pas son problème et qu’ils pouvaient continuer à passer un bon moment ensemble sans s’en préoccuper outre mesure. Mais il ne passa pas outre sans essayer de la rassurer d’abord au sujet de ses capacités à être une bonne tante. Le sourire de Lylou s’élargit, même si elle n’était pas convaincue. « Merci… T’es un amour. » Il était comme ça, de toute façon. Il allait toujours essayer de dire quelque chose de gentil et en plus, il semblait vraiment le penser. Mais il n’était peut-être pas très objectif. Parce que justement, il avait bien souligné le problème… Elle était rarement à Tenby. Comment être une bonne tata à distance ? Oh, certaines personnes y arrivaient très bien… Mais elle ? Déjà qu’elle n’avait pas adressé un mot à son grand frère pendant des années… Un enfant, c’était différent, certes. Mais déjà, il ou elle ne la reconnaîtrait pas systématiquement avant d’avoir au moins trois ans, peut-être. Tant pis, elle ferait vraiment de son mieux en espérant que ce soit suffisant pour accomplir dignement son rôle.

Bientôt, ils quittèrent tous les deux leur table, en quête d’un dessert. Jesse avait pris la jeune Blake par la main et elle se surprit à apprécier un peu trop le geste. Pourtant, ce n’était pas comme si c’était la première fois qu’il le faisait… Mais il fallait croire que depuis quelque temps, elle y était plus sensible. Et cette prise de conscience en amenait une autre, à savoir qu’il devait y avoir quelque chose qui clochait chez elle. S’efforçant de chasser ce genre de pensée honteuse, elle le suivit volontiers vers un autre stand indien. « Non, je n’en ai jamais goûté… En général, j’essaye d’être raisonnable. Mais je crois que tu as une mauvaise influence sur moi » plaisanta-t-elle. « Merci » ajouta-t-elle parce qu’il avait payé la boîte de pâtisseries. Elle se servit, curieuse de savoir quel goût ça aurait. Elle ne fut pas déçue. « Je pense qu’on est nés dans le mauvais pays ! On devrait peut-être penser à s’installer en Inde… » Lylou réalisa un peu tard que ça pouvait être mal interprété, mais elle ne s’en formalisa pas. Après tout, c’était Jesse… Il n’avait pas l’esprit tordu comme la plupart des hommes. « J’ai l’habitude des plats indiens, mais les desserts, j’y touche rarement… Heureusement que tu es là, je sais pas ce que je ferai sinon ! » Elle lui tira la langue avant de se servir à nouveau. Elle se régalait tout en marchant et en l’écoutant parler. « Un mur d’escalade en glace ? » répéta-t-elle, les yeux tout ronds. « C’est vrai, t’as fait ça ? Oh, c’est… C’est une idée démente ! Surtout pour deux tarés comme nous… Tu t’es dit qu’on pouvait pas faire une sortie tranquille, hein ? » Du coup, on les reconnaissait bien là, tous les deux. Dire qu’à la base, c’était ce qui les avait rapprochés ! « Par contre euh… Je doute d’avoir la tenue adéquate… Tu penses qu’ils louent des vêtements ? Parce que sinon, je serai obligée de t’embarquer pour une petite session shopping, même si je n’aime pas spécialement ça. » Elle avait baissé les yeux sur sa robe, regrettant soudain de ne pas s’être habillée autrement. « J’espère qu’on pourra faire la course là-bas ! Parce que sinon, c’est pas du jeu. » Elle adorait autant les sensations fortes que la fausse compétition qu’il y avait entre eux. « Tu sais… Ça me fait du bien de… De prendre un peu l’air avec toi. C’est pas évident, de gérer la pression, de penser à ma soeur alors que je suis loin… Alors… J’apprécie. » Elle trottinait à ses côtés. « Vas-y, termine le dessert. J’en peux plus ! »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥️


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 782
POINTS : 1776
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Mar 27 Sep - 10:37

If we live a life in fear
I'll wait a thousand years
Just to see you smile again

Peut-être même plus loin que Varsovie… Ca c'est sûr. Il faut dire quelque chose, Lylou me connait plutôt bien et quand il en est de mes valeurs, elle sait que la religion prime même si j'essaye d'être tolérant et ouvert d'esprit. Ce n'est pas parce que le grand frère de la jeune femme a fait un écart de conduite assez conséquent que je vais arrêter de lui adresser la parole. Le concept de la seconde chance, j'y crois aussi, alors je ne vais pas monter sur mes grands chevaux. Et puis… L'important, c'est que Rhys assume son erreur et l'enfant qui en découle.
« C'est bien connu, j'ai une mauvaise influence sur tous mes proches » que je dis en rigolant avant de lui mettre la boîte de ladoos sous le nez. Je suis ravi de voir le sourire qui se dessine sur ses lèvres alors qu'elle goûte à cette petite douceur sucrée. « Je suis d'accord avec toi. Le Pays de Galles n'a pas la nourriture qu'il nous faut. » ajoute-je en réponse à sa réplique. Il est vrai que les goûts et les couleurs ça ne se discutent pas, mais je sais également que notre pays n'est pas reconnu pour sa gastronomie contrairement à ces pays orientaux qui nous offrent des saveurs particulières, tantôt épicées, tantôt sucrées, mais toujours divines, à condition d'avoir l'estomac solide. « Dans ce cas, la prochaine fois qu'on est à Tenby tous les deux, il faudra que je t'emmène quelque part ! C'est une pâtisserie indienne à quelques miles qui fait des petits-déjeuners indiens. Il faut au moins que tu essayes une fois. C'est succulent, même si après tu ne peux plus manger pendant trois jours au moins. » Voilà qui sonne comme un plan pour la prochaine fois où nos emplois du temps chargés nous permettent de nous retrouver dans notre ville. Je souris à cette idée, amusé de passer encore un peu plus de temps en présence de la Blake tout en lui faisant découvrir de nouvelles chose. Cependant, c'est l'instant présent qu'il faut vivre et je lui avoue que j'ai également prévu une activité pour cette après midi. Ses yeux s'arrondissent et je m'esclaffe alors qu'elle comprend que nos retrouvailles à Londres ne seront pas de tout repos. Surtout, qui aurait pu penser qu'on pouvait trouver un mur d'escalade en glace en plein centre de Londres ? Même moi, je n'en croyais pas mes oreilles quand mes patrons m'avaient sommés de faire un article dessus il y a bien longtemps. Voilà une occasion de revoir mes compétences d'escalade et de les comparer à celles de la jeune femme. Une sortie tranquille ? Très peu pour moi. Faisant partie de ces gens qui ne supportent pas le calme et la tranquillité, il faut toujours que je sois soit plongé dans le travail, soit en train de bouger quelque part. Je hausse les épaules, une moue angélique sur le visage. C'est plus fort que moi et je sais qu'au fond d'elle, Lylou apprécie ces sorties qui poussent nos limites.
« Oui oui ne t'en fais pas, ils louent tout : des vêtements et le matériel pour grimper. » Il faut dire que tout le monde n'emporte pas sa pioche ou ses piquets quand on se rend dans la capitale Anglaise.
Je me retourne vers elle, la gratifie d'un clin d'oeil lourd de sens quand elle parle de faire la course. C'est bien nous, ça. Déjà la dernière fois sur le parcours de moto cross dans les bois et les fois d'avant. Les courses, la base de tous nos défis.
Alors qu'on avance dans la rue, Lylou commence une confidence à laquelle je reste très sensible et je lui souris en retour pour lui montrer que je suis loin d'être indifférent à ses paroles. « C'est réciproque, tu sais… Même si de mon côté, je n'ai pas à traverser toutes ces épreuves, j'apprécie de passer du temps avec toi. » Avoue-je, avant de terminer les quelques gourmandises indiennes, à ses ordres. Je jette la boite dans la première poubelle que je trouve et nous nous engouffrons dans la bouche de métro, prêts à nous rendre vers Covent Garden. Pour se faire on passe par la Northen Line puis par la Piccadilly Line et quand nous ressortons à la lumière du jour, il nous reste encore quelques minutes avant de pouvoir entamer notre escalade alors nous allons nous assoir sur un banc libre qui nous offre une vue surprenante sur l'activité du Jubilee Market et sur un musicien un peu plus loin qui nous offre une interpellation acoustique du classique Hallelujah. « Tu as déjà une idée de quand sera ta prochaine permission ? Et pour combien de temps ? »

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Mer 28 Sep - 2:24


Intriguée par la proposition de Jesse, Lylou haussa légèrement les sourcils. « Une pâtisserie indienne ? » Dans les environs de Tenby, elle n’en avait jamais entendu parler. Il fallait dire aussi qu’elle n’était pas très souvent chez elle. Certes, les choses ne bougeaient pas beaucoup, mais c’était au moins la preuve qu’il lui restait des choses à découvrir à quelques miles à peine du petit bled qui était le sien. Si en plus c’était en aussi bonne compagnie, ce n’était certainement pas elle qui dirait non. « C’est noté alors ! Si jamais tu as oublié cette petite escapade déjà prévue, je me ferai un plaisir de te la rappeler. Et puis après, pour compenser, on fera du sport pendant trois jours. » Elle aurait bien voulu pouvoir y aller bientôt. Parce qu’en réalité, la jeune femme avait rarement eu autant envie de se trouver dans la bourgade galloise où ils avaient tous les deux grandi. En temps normal, s’éloigner ne lui posait pas vraiment de problème. Après tout, c’était elle qui avait choisi son métier en toute connaissance de cause. Elle savait qu’elle ne serait pas souvent à la maison, que son mode de vie ne serait pas très stable ni très équilibré et qu’elle ne verrait pas souvent ses proches. C’était une décision qui pouvait donner l’impression qu’elle n’avait pas de coeur, mais ce n’était pas le cas. L’armée, c’était presque sa destinée, même si elle ne croyait pas à toutes ces histoires-là. Alors oui, elle avait fait des sacrifices pour suivre les traces de sa famille biologique et elle ne les avait pas souvent regrettés. Sauf que quand un membre de votre famille était entre la vie et la mort… Ça changeait forcément la donne. Obtenir deux mois avait déjà été un soulagement, mais par la suite, la réalité professionnelle l’avait rattrapée. Hélas non, sa vie ne pouvait pas s’arrêter là, quand bien même c’était cruel et désespérant. Mais au moins, dans son malheur, elle pouvait compter sur des personnes aussi fiables que solides. Certes, elle n’avait pas beaucoup d’amis, mais leurs qualités compensaient tout. Et en l’occurrence, elle était touchée de voir tout ce que Jesse pouvait prévoir pour elle, pour eux deux, même quand ils n’avaient vaguement organisé leurs retrouvailles que quelques jours auparavant. Il avait pensé à tout pour la distraire de manière convenable, preuve irréfutable qu’il la connaissait vraiment bien.

« Parfait ! J’aurais eu du mal à grimper en robe. » Lylou avait l’impression que c’était comme s’ils ne pouvaient pas se revoir sans chercher à associer à leur rencontre une activité créant des sensations fortes. Mais après tout, ça n’avait rien d’étonnant. C’était cette passion commune qui les avait réunis et qui continuait à le faire, même si aujourd’hui, leur amitié reposait sur bien plus que ce genre de choses. Se confier, discuter de sujets sérieux, réconforter l’autre - autant d’actes qui avaient fait qu’ils étaient devenus, au final, bien plus que de simples compagnons d’adrénaline. Un pan entier de la vie de la pilote de transport, voilà ce qu’était désormais le Griffiths depuis un bon moment déjà. Alors plutôt que de s’appesantir sur tout ce qui n’allait pas bien dans sa vie (un peu trop de choses à son goût), elle se réjouissait de cette belle parenthèse qu’il lui offrait, un moment de répit dans un monde difficile et désaxé. Assise sur un banc à Londres, écoutant une chanson qu’elle aimait beaucoup et auprès d’un ami qui lui était très cher, elle en profitait, tout simplement. « Normalement, je rentre à Tenby au début du mois de novembre, pour quelques semaines. Je ne sais pas encore combien exactement, mais… Assez pour m’occuper un peu de ma famille. Et pour aller à ton truc de petit-déjeuner indien, bien sûr. » Elle lui adressa un sourire, néanmoins assez vite voilé par un autre genre de souci. « En revanche, vu l’actualité, le pétage de plombs des grandes puissances et les informations que je reçois au sein de l’armée… J’ai une petite idée de ma prochaine mission. J’ai peur d’être envoyée dans un endroit qui ne plaira pas à grand-monde dans mon entourage. Bon… Tant pis… J’essaye de ne pas y penser pour le moment, même si c’est un peu difficile. » Elle le suivit finalement pour leur prochaine activité, le Vertical Chill. Après avoir décliné leur identité et payé, ils s’habillèrent correctement avant de s’équiper. Ils eurent ensuite droit aux recommandations et conseils, ainsi qu’aux vérifications d’usage par les employés. Enfin, ils purent se lancer. « Ça fait un bail que j’ai pas fait d’escalade… En tout cas, c’est plus impressionnant que prévu ! » Elle ne faisait de son mieux pour ne pas trop traîner. « Je te promets que ça me fait moins bizarre d’être à dix kilomètres au-dessus du sol que d’être ici ! »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥️


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 782
POINTS : 1776
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou Mer 28 Sep - 19:33

If we live a life in fear
I'll wait a thousand years
Just to see you smile again

C'est vrai que l'escalade en robe, ça ne doit pas être l'idéal, sauf peut-être pour celui qui se trouve en dessous, mais heureusement pour la jeune femme, elle n'aura pas à vivre cela ou à faire une session shopping pré-montée car tout le matériel est fourni. Il faut dire que c'est en quelque sorte indispensable car tous les touristes qui passent par ici et qui décident de s'arrêter ne s'imaginaient probablement pas avoir à emporter une combinaison. On fait le bout de chemin qui nous sépare de notre destination suivante et je profite du temps qu'il nous reste pour nous poser quelques minutes. Après un repas aussi lourd, j'ai besoin d'un peu de repos pour digérer. Surtout que contrairement à la jeune femme, je n'ai pas été raisonnable quant à la quantité de ladoos avalés. Quand on aime, on ne compte pas, qu'on dit… Mais clairement, l'estomac n'est pas forcément d'accord avec cet état d'esprit. Tranquillement installés sur le banc, nous continuons notre discussion tout en écoutant le musicien en face qui joue dans la rue pour le plaisir mais aussi pour récolter un peu d'argent. Au cours de cette conversation, j'entends d'ailleurs que la jeune femme ne reviendra pas avant deux bons mois ce qui me laisse perplexe. C'est long deux moi… Et puis, je pense également à ses proches qui n'ont pas la chance de passer du temps avec elle à Londres. Pour eux, c'est synonyme d'encore plus de temps sans elle et je veux bien croire que ce soit difficile. Je hoche la tête, masquant ma déception. De toute façon, je n'ai pas le droit d'être déçu car je suis moi-même très peu souvent sur Tenby, toujours à vadrouiller dans les quatre coins du globe. Et si j'arrive à passer plus souvent à Tenby que Lylou, en général j'y reste cependant beaucoup moins de temps. Elle poursuit sur une note bien moins réjouissante et je comprends bien là où elle veut en venir.
« Oh. Je vois… » Dis-je, confus. Je me retrouve avec cette étrange sensation dans le ventre à l'idée de voir Lylou s'en aller dans des pays vraiment dangereux. Pourtant, c'est son choix, c'est sa carrière et si j'étais à sa place, je n'aimerais pas que quelqu'un me retienne et m'empêche de gagner du galon. Je hoche la tête à nouveau, les lèvres pincées cette fois mais ne trouvant malheureusement rien à dire pour détendre l'atmosphère. A la place, nous décidons de nous rendre vers ce fameux mur glacé.
On se prépare, enfilant l'équipement nécessaire et on écoute attentivement les consignes même si je les connais déjà. Je suis excité à l'idée de me lancer à nouveau dans cette montée et j'en suis presque à sautiller sur place. Il faut dire qu'il m'en faut peu pour m'extasier devant n'importe quel sport. On se lance enfin et je n'en perds pas une seconde, même si j'aime de temps en temps regarder en direction de la pilote pour voir comment elle se débrouille. « C'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. » que je lance en rigolant, même si je dois faire face à la réalité. « Enfin en restant un peu plus difficile que le vélo quand même. » A sa dernière réplique, je m'esclaffe. C'est vrai que venant de quelqu'un qui passe sa vie dans les airs, la comparaison me fait rire. Je ne me serais pas attendu à un tel constat, mais il est clair que ce n'est pas tous les jours que l'on peut expérimenter ce genre de sensations. « Suffit de ne pas regarder en bas, après t'en oublie même que tu gagnes de la hauteur. » Le mental y est pour beaucoup dans ces activités sportives. Je regarde Lylou qui monte sans se débiner, comme à son habitude. Elle ne perd jamais un bon défi et nous arrivons à peu près en même temps au dessus de ce mur qui à un moment était vraiment difficile à cause du peu de prises. Une fois tout au dessus, je lance un regard amusé à la jeune Galloise. « On descend en rappel ? »

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou

Revenir en haut Aller en bas

The idea that you’ve existed all along’s ridiculous. Lylou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-