AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

i run through your head. loud with a nightmare ∞ callum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: i run through your head. loud with a nightmare ∞ callum Sam 10 Sep - 6:53

Les doigts de la jeune femme tremblaient lorsqu'elle ouvrit le sachet qui contenait les pilules d'ecstasy et elle sentit les battements de son coeur s'accélérer brusquement maintenant qu'elle les avait enfin en sa possession. Rapidement, elle en glissa une sur le bout de sa langue qu'elle avala d'une gorgée d'eau, laissa reposer sa tête contre le siège de la voiture pendant plusieurs minutes.

***

Elle était arrivée à l'aéroport de Swansea quelques heures auparavant, fatiguée et irritable. Son père était venu la chercher - vers vingt heure -  mais elle n'avait répondu que brièvement à ses questions, sans vraiment s'attarder sur les détails de son aventure. Il n'avait même pas remarqué le changement de couleur de ses mèches auparavant flamboyantes et maintenant dorées comme le blé. Il lui avait simplement révélé que sa mère ne serait pas là avant le lendemain et puisque Juliette n'avait pas forcément envie de subir un interrogatoire maintenant sur son voyage en Chine, son absence l'arrangeait. Avare de détails inutiles, son père ne la questionnerait pas davantage et elle avait pu appuyer sa tête contre la vitre de la voiture en fermant les yeux, se laissant difficilement bercer par la route. Les nausées ne la quittaient plus depuis plusieurs jours maintenant et les tremblements de ses mains s'étaient intensifiés. Tout son corps semblait souffrir des symptômes du manque et elle sentit même la sueur perler dans son cou alors qu'ils étaient pourtant tout près.

Si la jeune femme s'était trouvée dans son état normal, elle se serait directement dirigée vers l'écurie afin d'offrir à Thunder des retrouvailles dignes de ce nom, mais elle décida plutôt de rentrer à la maison. Elle repoussa même la chienne qui aboyait et qui s'était jetée sur elle à son arrivée, se mordit violemment l'intérieur de la joue avant de quitter le salon pour rejoindre sa chambre. Bien positionnés à travers certains de ses vêtements, quelques joints se trouvèrent rapidement entre ses mains, mais les pilules qu'elle cherchait n'y étaient pas. Elles étaient nulle part. Le coeur battant à tout rompre, elle fouilla plusieurs tiroirs de sa commode sans trouver ce qu'elle cherchait, finit par glisser les joints dans la poche arrière de son jeans avant de redescendre au salon. Son père se trouvait sur le canapé, devant la télévision. « J'emprunte la voiture, c'est bon ... ? » Un grognement lui fit comprendre qu'il n'y voyait pas d'inconvénients et elle se mit en route après avoir récupéré plusieurs billets de banque et envoyé un message à celui qui pourrait renflouer ses stocks. Elle stationna la voiture non loin de l'endroit où ils s'étaient donné rendez-vous, les mains tremblantes. Elle passa une main dans ses cheveux, replaça rapidement le gilet gris à manches longues qu'elle portait et qui libérait l'une de ses épaules avant de quitter le véhicule et de rejoindre celui qui l'attendait. En quelques secondes à peine, elle était de retour à l'intérieur du véhicule et elle n'attendit pas avant d'ouvrir le sachet. La vieille bouteille d'eau qui trainait et qui devait appartenir à ses parents ferait l'affaire et elle attendit que les effets de la drogue s'amènent avant d'abandonner la voiture le long de la route.

Callum.

Elle voulait voir Callum. Son rythme cardiaque s'était accéléré et elle ferma les yeux quelques secondes en léchant ses lèvres devenues trop sèches. Elle alluma l'un des joints qu'elle avait emmené avec elle, l'entama en passant une main dans ses cheveux en tentant de se rappeler quelle maison était celle du danseur. Elle savait qu'elle se trouvait tout près et elle avança dans la rue sans vraiment se rendre compte qu'elle portait encore les vêtements confortables qu'elle avait pris pour l'avion. L'idée même d'imaginer Callum lui ouvrir la porte suffit à l'exciter et elle n'eut pas à réfléchir très longtemps pour retrouver la maison qu'elle cherchait. Le joint était presque terminé lorsqu'elle grimpa les marches qui menaient à la porte et elle l'abandonna dans la cour avant de frapper quelques coups. Elle libéra davantage son épaule dans l'attente, se mordit la lèvre lorsque le danseur apparut devant elle. Sans dire un mot, l'américaine s'approcha rapidement pour entourer son cou de ses doigts et l'embrasser avec une ardeur renouvelée. La sensation de ses lèvres sur les siennes fit exploser son bas-ventre et elle relâcha un soupir de plaisir lorsque sa poitrine rencontra le thorax masculin.

« J'espère que t'es seul et que t'avais rien prévu. »

Elle avait murmuré ces quelques mots à son oreille et elle se sentit frémir dans ses bras. Tout son corps tremblait sous la caresse de ses doigts alors qu'il la touchait pourtant à peine, tout son corps sursautait à la moindre bouffée de plaisir qui la submergeait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: i run through your head. loud with a nightmare ∞ callum Mar 20 Sep - 10:06




 


Juliette & Callum
“I'm worried it might just be something my soul needs”  
 
Voilà trois semaines qu'elle est partie, la jolie rousse qui me faisait oublier. Immédiatement après son départ, mes vieilles habitudes n'ont pas mit longtemps à revenir. Le goût amer de Nate m'est revenu en bouche et j'ai abandonné l'idée de fréquenter correctement une personne avant de la sauter. Plus d'essais de rencarts, juste des mots susurrés à l'oreille de la première fille en jupe courte pour la prendre rapidement dans les toilettes. Ramener le blond du bar à la maison et lui dire adieu au matin. Vider ses couilles et les enchaîner. Chasser comme un loup sans pitié. D'une certaine façon, je me suis retrouvé après m'être égaré temporairement dans du sentimentale. Je suis redevenu moi-même, même si je ne parviens toujours pas à déterminer comment je me sens à ce propos. Soulagé de retrouver mon mode de vie, déçu de replonger dans cette routine ? Je suis simplement confus par rapport à mes propres pensées. Alors je passe les jours en suivant mes instincts primaires, comme un automate.
J'oublie avec Mary Jane.
Je danse en la consumant.
Jusqu'à transpirer toute l'eau de mon corps. Aujourd'hui encore.

J'ai dansé toute l'après-midi, avec rage et détermination. Frôlé le claquage alors que je laissais mon corps se déchaîner, vidé mes tripes dans ses mouvements. Et alors que j'étais écroulé dos au sol, ma poitrine se soulevant violement au rythme de mon épuisement, j'ai observé mon plafond en imprégnant mes poumons de cannabis. Plein de rancoeur, l'esprit encore focalisé sur le musicien. Un rejet qui n'aurait jamais du avoir autant de conséquences... Mon coeur brisé, l'infidélité de Sevan, la pute Holly que je me suis enfilé par vengeance... Ma vie avant lui était si paisible et simple. A présent mes rires demandent plus d'efforts et j'ai l'impression de danser entre des mines.
L'absence de la rouquine se fait ressentir. Elle est comme un médicament, sa présence soigne mes maux sans que je ne comprenne comment ni pourquoi elle.
Tout ce que je sais, c'est que je me sens mieux quand elle est là. Avec son mauvais sort, son sourire enjôleur et ses grands yeux d'enfants. Le mouvement de son bassin et la courbe de son corps. Son élégance et son air sauvage.
Elle éclipse les images du brun. Mon inhibiteur. Sans elle, je ne peux que m'épuiser jusqu'à ne même plus avoir l'énergie de penser.
Après avoir virevolté et fumé, je reste au sol pour mes pompes et mes abdos. Je me sculpte comme jamais. Parce que ce soir je sors chasser et je veux être au sommet.
Alors après avoir sauvé juste assez de réserves que pour baiser et gonflé mes muscles de manière assez satisfaisante, je pars me doucher.
J'enfile ensuite un de mes t-shirt préférés, un de ceux qui sentent l'argent même pour les non connaisseurs, puis reste encore un peu en caleçon le temps d'en fumer un nouveau.

Je m'affale dans mon canapé tout en écoutant un peu de musique pour m'évader un peu mieux, parcourant rapidement les derniers postes des réseaux sociaux sur mon téléphone, lorsque retentissent soudain des coups portés à la porte. Je fronce les sourcils en me redressant sur les coudes. Je n'attend personne et, appréhendant un peu de me retrouver face à une scout qui vend ses cookies ou un témoin de Jehova, j'hésite un instant à aller ouvrir. J'ai pas envie de m'encombrer d'un indésirable ce soir...
Cependant, vu l'insistance, je fini par céder. Je me lève péniblement, joint au bec, je traîne un peu les pieds et m'apprête à avoir l'air vraiment emmerdé devant la personne, histoire de lui montrer que j'avais vraiment pas envie de recevoir de la visite alors que je m'apprête à sortir. Mais, contre toute attente, je ne peux en réalité qu'afficher un air agréablement surpris quand je découvre ma rousse devenue blonde m'attendant sur le porche. Je souris de son retour et, avant que je n'ai pu ouvrir la bouche, Juliette me saute déjà au cou. J'ai tout juste le temps de retirer le joint de mes lèvres pour accueillir les siennes avec plaisir. "Quelle bonne surprise." Je murmure, passant ensuite une main dans ses cheveux décolorés pour remettre une mèche derrière son oreille. "J'aime le changement." Je la complimente. Même si j'aimais sa couleur feu, elle porte celle du blé tout aussi bien.

Je comprend que tous mes plans viennent de tomber à l'eau, mais j'y gagne plutôt au change. Aussi quand elle me demande si je n'ai rien de prévu, je lui offre un sourire amusé, lève un doigt en l'air en signe d'attente et commence à taper un message sur mon portable. Plus besoin de chasser ce soir, la proie est venue direct à la tanière. Sorry bro mais je vais rester tranquillement chez moi à sauter ma lapine du coup. J'envoi à l'ami qui sortait chopper du petit cul avec moi ce soir. "Voilà. Je suis tout à toi pour la soirée trésor." Je conclus auprès de Juliette en rabaissant ma main jusqu'au creux de ses reins pour la serrer un peu plus contre moi. Je la laisse glisser jusqu'à sa fesse qui rentre si bien dans ma paume.
Tout en l'embrassant, je la tire un peu plus vers l'intérieur alors que je referme la porte à l'aveugle derrière elle.
Pour m'en débarrasser, j'abandonne mon téléphone sur la table à clefs puis, soulève la jeune fille, après lui avoir confié mon joint, pour qu'elle passe ses jambes autour de mes hanches et que je puisse la porter jusqu'au salon tout en dévorant son cou.
Je la laisse retomber sur le canapé et vient la surplomber. "Tu m'as manqué." Je lui confie alors que déjà ma main vagabonde sous son pull pour venir caresser ses jolis seins et que mes lèvres se perdent dans son décolleté. Pas question d'attendre, ça fait déjà 3 semaines que j'ai envie de la consommer encore. Je la veux tout de suite.


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: i run through your head. loud with a nightmare ∞ callum Ven 23 Sep - 4:39

Frémissante dans les bras du danseur, Juliette mordilla sa lèvre inférieure, caressa son cou du bout de ses doigts alors que tout son être semblait crever d’envie à l’idée de le sentir tout contre elle. Le moindre murmure et la plus minuscule des caresses suffisaient à la faire tressaillir d’un plaisir qu’elle n’avait pas vraiment cherché et qui la prenait par surprise. C’était agréable, trop peut-être, et elle ne s’éloigna que quelques secondes pour le regarder, suffisamment en tout cas pour qu’il remarque le changement de couleur de ses cheveux. « Tant mieux … » lâcha-t-elle en inclinant légèrement la tête de côté pour accueillir les doigts masculins en un effleurement dans le creux de son cou alors qu’il venait tout juste de replacer une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Rapidement, Juliette lui demanda s’il était seul et s’il avait déjà quelque chose de prévu, persuadée que le baiser qu’elle lui avait offert serait suffisant pour le garder auprès d’elle cette nuit-là. Le danseur la fit attendre afin d’envoyer un message et Jules sentit les battements de son cœur s’accélérer, véritablement impatiente. Elle avait envie de lui depuis trois semaines et ses avances repoussées par Caleb ne l’avaient pas du tout aidée à penser à autre chose.

Le surnom dont il l’affubla fit naître en elle une bouffée de chaleur et Juliette se mordit la lèvre lorsqu’il posa ses doigts dans le bas de son dos pour la serrer un peu plus contre lui, frémit lorsque son bassin se pressa contre le sien alors qu’il ne portait rien de plus qu’un caleçon. Elle embrassa son cou lorsqu’il fit glisser sa main jusqu’à l’une de ses fesses, le laissa capturer ses lèvres une nouvelle fois alors qu’un léger sursaut de plaisir la surprenait. Décuplées, les sensations qu’il lui procurait en l’effleurant ou en la caressant surpassaient de loin tout ce qu’elle avait connu jusqu’ici et elle n’était pas vraiment certaine que seule la drogue soit en cause. Le manque, aussi, l’envie pressante de le sentir contre elle.

Elle saisit le joint qu’il lui tendit et glissa ses jambes autour de son corps en laissant son bras entourer son cou lorsqu’il la souleva de terre. De son autre main, Juliette ramena le joint à ses lèvres en inclinant légèrement la tête pour lui laisser suffisamment d’espace alors qu’il parcourait de baisers la courbe de sa mâchoire.  Elle prit quelques bouffées, recracha la fumée avant de relâcher la pression de ses jambes autour des hanches du danseur lorsque ce dernier l’abandonna sur le canapé. Elle l’attira contre elle, plaqua ses lèvres sur les siennes alors que les battements de son cœur s’accéléraient brusquement et qu’elle ne contrôlait plus vraiment ses gestes. « Toi aussi tu m'as manqué. » lâcha-t-elle dans un murmure alors que son cœur ratait un battement lorsque Callum caressa sa poitrine sous son vêtement. Hypersensible, sa peau s’électrisa et une vague de plaisir la submergea alors que ses doigts s’agrippaient à ses épaules. Le danseur aurait sans doute pu la mener à l'orgasme par de simples caresses, ce soir-là, tellement tous ses sens étaient en éveil. Bien sûr qu'il lui avait manqué puisqu'ils s'étaient tout de même beaucoup rapprochés avant son départ pour le pays des pandas. Pendant trois semaines, elle n'avait rêvé que de son corps contre le sien, de ses mains sur elle et de ses lèvres sur les siennes. L'expérience acquise avait été enrichissante, mais le manque s'était avéré difficile à supporter et elle comptait bien profiter de ces retrouvailles comme il se devait. Elle reprit une nouvelle bouffée du joint avant de le remettre entre les lèvres de son propriétaire, se cambra légèrement sous les baisers qu’il lui offrait.

Lentement, Juliette se redressa légèrement, plongea son regard dans le sien alors que ses mains glissaient le long de son corps pour retrouver l’élastique de son caleçon, qu’elle trépassa. Elle l’embrassa dans le cou et le repoussa finalement afin d’inverser leurs positions, posa ses genoux de chaque côté de ses cuisses, à  califourchon sur lui. Elle retira le joint des lèvres de Callum afin de l’embrasser avec une passion dévorante, laissa finalement ses lèvres dériver dans le creux de son cou alors que ses mains s’intéressaient plutôt à cet entrejambe qu’elle avait délaissé quelques secondes auparavant.

Les battements de son cœur s’étaient à nouveau accélérés et elle comprit trop tard qu’elle peinait à reprendre son souffle, que la pression du corps masculin contre le sien devenait douloureuse. Ses jambes tremblèrent contre ses cuisses et la noirceur la saisit. Elle voulut se détacher de lui, mais sa tête se mit à tourner, un haut le cœur eut raison d’elle et Juliette déversa bien malgré elle le contenu de son estomac sur le torse de son partenaire. Elle n'avait même pas eu le temps de le prévenir et elle n'avait pas réfléchi à ses cheveux libérés sur ses épaules, tout semblait s'être déroulé trop vite, sans s'annoncer. Tremblante, elle ne comprit pas tout de suite ce qui venait de se passer et tenta de se redresser en reculant un peu, non sans perdre l'équilibre. Sa peau contre la sienne lui donnait l'impression douloureuse de se brûler et sa bouche était sèche. Trop sèche.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: i run through your head. loud with a nightmare ∞ callum

Revenir en haut Aller en bas

i run through your head. loud with a nightmare ∞ callum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-