AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

[Madian#3] Pourquoi la vie est tellement injuste ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Madian#3] Pourquoi la vie est tellement injuste ? Lun 7 Nov - 0:40

Maintes fois sur le trajet, j’avais tenté de me convaincre que mon initiative était complètement stupide, que le mieux serait de faire demi-tour et cette fois-ci, vraiment oublier ce qui s’était passé. Et pourtant, je n’y étais pas arrivée, si bien qu’au final, le trajet avait été beaucoup trop court que je change d’avis, faisant en sorte qu’après avoir franchi quelques mètres, je me retrouvai là où je n’aurais pas dû être à ce moment précis. Non pas parce que c’était une zone interdite ou quelque chose du genre, mais parce que j’aurais peut-être fait mieux de rester sur le terrain d’entraînement, sauf que je ne l’avais pas fait. Pire encore, dès que j’avais vu la silhouette de Brian, ou du moins, celui que je pensais être Brian, je m’étais positionnée de sorte à pouvoir le voir et l’entendre, mais que lui, il ne me voie pas. C’était sournois, limite hypocrite à mon avis, et c’était surtout le genre de chose que je détestais et par conséquent, que je ne faisais pas. Pourquoi je changeais cette habitude ici et maintenant ? Je ne savais pas. Il fallait dire que je ne saurais pas expliquer grand-chose par rapport à mes agissements actuellement, et même si évidemment, cela n’excusait pas ce détail, il n’en demeurait pas moins que là, tout de suite, j’avais envie de mettre tous les oeufs dans le même panier, donc je m’en tenais à cela pour le moment, aussi ridicule cela soit-il. Et au bout du compte, peut-être que je ne me serais pas dévoilée ainsi, sans aucune raison, compte tenu de ce que j’entendis de ma petite cachette. Au début, puisque je n’avais aucun contexte, puisque je ne sus pas exactement ce que le jeune homme pouvait raconter, je crus qu’il parlait à quelqu’un, limite à un des chevaux qui se trouvaient encore dans leur box respectif. Puis, je portai une attention un peu plus sérieuse à ses propos, regardai un peu plus en détails, me rendant compte qu’en réalité, son histoire était sans queue ni tête. Il parlait comme une personne en train de s’auto-mutiler, à la limite, d’une façon qui ne lui ressemblait pas, à mon avis. Enfin, je n’écartais pas le fait que je ne savais toujours pas à quoi m’en tenir, que je ne le connaissais pas assez pour savoir précisément ce qui lui ressemblait et ce qui ne lui ressemblait pas, mais disons que là, c’était particulièrement étrange, et combiné avec ce qui s’était passé plus tôt, c’était encore plus louche, trop peu rassurant. Finalement, quand il vint à dire de sa personne qu’il était une grosse merde, ce fut plus fort que moi; incapable de rester cachée, je décidai de manifester ma présence de la meilleure façon que je le faisais habituellement, soit en étant quelque peu condescendante et en sortant de ma cachette en disant:  « Pour ça oui, tu l’es. » Bras croisés sur la poitrine, je m’approchai finalement de lui, un regard relativement doux sur le visage compte tenu de ce que je venais de lâcher. La vérité était que je ne le pensais pas, pas vraiment en fait. Évidemment, je pensais bien des choses négatives de sa personne, mais là, l’attaquer directement de façon franche alors qu’il était déjà au plus bas, ça ne se faisait pas à mon avis. Comme pour le prouver davantage, j’eus un sourire que je qualifiai de quelque peu maladroit, et finalement, j’inspirai un bon coup, décidée à garder mon calme cette fois-ci, puis une fois que je fus à sa hauteur, je dis, de façon aussi mature que je le pus:  « Tu ne me feras pas avaler ton histoire de mauvaise nuit… Franchement, c’est quoi ton souci à la fin ? Et ne me dis pas qui ne se passe rien non plus. Je sais que tu penses que je suis idiote, mais je ne le suis pas tant que ça. » J’ignorais si je pourrais soutirer quoi que ce soit pour le coup, mais je voulais des explications, des éclaircissements, alors j’allais tenter de les avoir, même si j’ignorais ce que je ferais si je ne les avais pas, parce que je ne pourrais pas tourner en rond et faire les cent pas éternellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : GekkuNeko
TES DOUBLES : Gabriel partage sa tête avec moi.
TON AVATAR : Cameron Riley Monaghan, le roux a tête d'ange
TES CRÉDITS : Avat' GekkuNeko ; Sign' FRIMELDA ; Gif' Tumblr & GekkuNeko ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour cinq rp ♥
+ Camian

Terminés :
+ Madian#2
+ Madian#3
+ Monrian#1
+ Monrian#2
+ Lylian#1
+ Fioian#1
+ Sioian

En attente :
RAGOTS PARTAGÉS : 270
POINTS : 1317
ARRIVÉE À TENBY : 01/03/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (27 Août 1993)
CÔTÉ COEUR : Célibataire il n'y a que le sexe qui m'intéresse.
PROFESSION : Palefrenier depuis Janvier 2016.
REPUTATION : Le roux est arrivé il y a un an. Son passé revient à la charge ce qui peut faire parler bien des personnes mais il s'en fou assumant parfaitement ce qu'il est actuellement.



MessageSujet: Re: [Madian#3] Pourquoi la vie est tellement injuste ? Jeu 10 Nov - 21:03


Brian & Madison
Pourquoi la vie est tellement injuste ?
La curiosité est un très vilain défaut que j'ai énormément de mal à considérer comme quelque chose d'essentiellement bon. Si pour certaines personnes être curieux est quelque chose qui peut être indispensable du moment qu'on ne rentre pas dans les excès et bien moi disons que j'ai du mal avec ça. Encore plus maintenant alors que je sens que je pars de plus en plus en couilles dans ma vie, c'est délicat, évidemment que ça l'est, je suis seul dans ma bulle avec trop peu de personnes autour de moi, voir même aucune en fait, qui se soucie de moi au point où on en viendrait à se dire que j'ai un problème. Bien sûr a peine ai-je commencé à penser à ceci qu'immédiatement le visage doux de Madison me vient en tête. De toute évidence la gamine elle, elle semble se poser des questions quant à moi, maintenant est-ce qu'elle se pose des questions parce que je la préoccupe véritablement ou tout simplement parce qu'elle est juste curieuse et qu'elle veut connaître mes plus profonds secrets. Oui, ce doit être la seconde option, dans l'idée je ne vois que ça parce qu'en définitive je ne suis pas tout à fait certain que Madison peut avoir ne serait-ce qu'un minimum de sympathie à mon égard. Dans le fond je pense qu'elle me hait de toutes ses forces et que je la dégoûte, elle a raison, moi aussi je me dégoûte, moi aussi je suis rongé par les remords et encore plus lorsque je vois ma sale gueule dans un miroir. Le simple fait de savoir que je suis en train de sombrer de nouveau et de voir par la même occasion que je ne peux rien y faire pour que ça s'arrange, pour que j'aille de l'avant tout simplement et bien disons que ça me désespère. J'aimerais m'en sortir. Honnêtement j'adorerais pouvoir m'en sortir, j'adorerais pouvoir vivre comme tout le monde sans avoir une dépendance quelconque dans ma vie. Je sais, il y a ma clope à laquelle je suis accroc mais ce n'est pas la même chose, ma clope ne me rendra pas un fou furieux adepte des prostituées et tout un tas d'autres conneries dans le genre. Oui, j'ai du mal avec tout ceci et plus encore lorsque je vins à entendre la phrase de Madison après que je me sois traité de sous merde je ne peux m'empêcher de me retourner lui faisant alors face. Je remarque immédiatement son sourire sur ses lèvres, est-ce un sourire moqueur ou un simple sourire ? A vrai dire je n'en ai aucune idée et pour le coup je n'ai aucune envie de lui rentrer dans le lard, quelle importance après tout ? C'est bon, elle a entendu ce que j'avais à dire sur ma personne et j'ai entendu également ce qu'elle avait à dire donc au moins on est d'accord sur un point. Finalement lorsque je vins à entendre ses nouvelles paroles je lève les yeux au ciel puis je pose mon regard sur elle. « Et dans l'idée pourquoi tu veux savoir tout ça ? Qu'est-ce que ça va t'apporter de savoir ce que j'ai hein ? Raconter ce que j'ai au monde, c'est ça que tu veux ? » Lâchais-je d'un ton blasé, il n'y a aucune agression dans ma voix, aucune, à la limite je suis juste stupéfait tout simplement et je me demande ce qu'elle me veut parce que oui voir que quelqu'un se demande vraiment ce que j'ai et bien c'est quelque chose de tout nouveau pour moi et je n'y suis pas habitué...





(c) Mayiie

_________________


       
       

           

               

           

           Parce que ce fût toujours toi.
Et quoi que je dise ou fasse ça ne changera pas.
Mon bonheur au quotidien, mon amour, celui que je veux quoi qu'il advienne.
   © Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Madian#3] Pourquoi la vie est tellement injuste ? Lun 21 Nov - 2:08

Même si clairement, il y avait quelque chose qui clochait chez Brian, celui-ci était encore capable d’aller toucher le point sensible, ce qui m’embêtait au plus haut point, ce qui m’obligeait à me remettre en question. Bref, dans le cas présent, il fut capable, par quelques mots, de complètement faire douter de mon propre comportement actuellement. Jamais je ne l’aurais admis à voix haute, mais après tout, il était vrai que je ne connaissais pas la raison exacte de mon retour vers les écuries, du fait que je l’avais quelque peu espionné, et que maintenant, je le confrontais, lui demandant des explications qui, au final, ne devraient rien changer à ma vie. Tout ça, c’était vrai, et cela faisait en sorte que je me sentais ridicule, je ne pouvais pas le nier. Malgré tout, je faisais mon possible pour le cacher, parce que pour moi, il était tout simplement hors de question de le laisser voir que j’étais trop peu sûre de moi-même. Dans le cas présent, ça ne ferait que lui donner des explications supplémentaires pour me chasser, me laissant avec cette frustration quelque peu amère. Sachant toutefois que si je ne voulais pas paraître vulnérable, il me faudrait dire quelque chose à un moment ou un autre, je décidai de m’occuper de ce qui était le plus clair dans ma tête, et je dis, en roulant les yeux:  « Tu peux penser que j’ai bien des défauts mais je ne suis pas une balance. » Après tout, qu’est-ce que cela m’apporterait ? Je n’en étais pas au point de penser qu’il mettait les animaux en danger. Être idiot et incapable de tenir sur ses deux pieds, ce n’était pas suffisant pour virer quelqu’un, me semblait-il. De toute façon, je ne m’occupais pas de la gestion du ranch, je me contentais de venir y voir mon fidèle ami - mon étalon - et m’entraîner, et c’était bien suffisant. De plus, j’avais une confiance absolue envers les gens qui géraient le club, alors je me doutais bien qu’ils seraient en mesure de savoir quoi faire en cas de besoin. Mais après, comment étais-je supposée expliquer mon intervention ? Ce fut là tout le noeud du problème, si bien qu’au final, quand je me rendis compte que trouver une explication logique était, sommes toutes, trop peu possible dans le cas présent, je soupirai, fortement, contre moi-même. Pourquoi ? Parce que j’avais l’impression que j’allais agiter le drapeau blanc, laisser mon orgueil de côté pendant un moment et en venir à admettre la vérité que j’avais gardé pour moi-même depuis longtemps. Enfin, bien sûr que je ne lui avouerais pas tout, mais disons que j’en dis suffisamment quand je finis par affirmer:  « Et si je te le demande, c’est parce que j’aimerais bien croire que la première fois que je t’ai rencontré, c’était pas juste une façade et qu’au fond, t’es quelqu’un de gentil. » Clairement, cela me fit tout drôle de le dire ainsi, mais il fallait que je me plie au fait que c’était la vérité; si ça n’avait pas été de cette rencontre qui, malgré les soubresauts, c’était plutôt bien déroulée dans son ensemble, pour sûr, jamais je ne me serais autant attardée. Mais après, pourquoi voulais-je me convaincre qu’il y avait plus que ça chez lui ? Plus que cet idiot qui a des principes débiles et une attitude parfois merdique ? Ça par contre, je n’avais pas su le déterminer, alors autant le garder pour moi, histoire de ne pas me mettre les pieds dans les plats.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : GekkuNeko
TES DOUBLES : Gabriel partage sa tête avec moi.
TON AVATAR : Cameron Riley Monaghan, le roux a tête d'ange
TES CRÉDITS : Avat' GekkuNeko ; Sign' FRIMELDA ; Gif' Tumblr & GekkuNeko ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour cinq rp ♥
+ Camian

Terminés :
+ Madian#2
+ Madian#3
+ Monrian#1
+ Monrian#2
+ Lylian#1
+ Fioian#1
+ Sioian

En attente :
RAGOTS PARTAGÉS : 270
POINTS : 1317
ARRIVÉE À TENBY : 01/03/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (27 Août 1993)
CÔTÉ COEUR : Célibataire il n'y a que le sexe qui m'intéresse.
PROFESSION : Palefrenier depuis Janvier 2016.
REPUTATION : Le roux est arrivé il y a un an. Son passé revient à la charge ce qui peut faire parler bien des personnes mais il s'en fou assumant parfaitement ce qu'il est actuellement.



MessageSujet: Re: [Madian#3] Pourquoi la vie est tellement injuste ? Mer 23 Nov - 13:16


Brian & Madison
Pourquoi la vie est tellement injuste ?
Pour l'heure, autant dire clairement que j'ai du mal, du mal à rester zen et surtout rester debout aussi parce que pour le coup je suis bien défoncé, évidemment les effets de la drogue sur moi aujourd'hui ne sont pas les mêmes qu'en temps normal. Mais bon, on va dire que c'est loin d'être un temps normal, je suis défoncé et au boulot donc, certes, ce n'est pas normal du tout et d'ailleurs au fond de moi je m'en veux, je ressens une certaine honte quant à tout ceci et de mon point de vue c'est entièrement normal. Après tout ce que je fais est grave, ces personnes m'ont donné leur confiance en m'offrant ce travail ici, ces personnes ont eu foi en moi et se sont dis que je valais le coup donc là d'une certaine façon je foire totalement leurs estimes de moi et ça me fait du mal c'est certain parce que je me rends compte que peu importe ce qu'on pourra faire pour moi et bien.... Disons que l'idée même de prendre de la drogue est toujours plus forte que quelque chose d'autre, que n'importe quelle main qu'on me tendra. La meuf en face de moi elle a beau me tendre la main pour que je la prenne et que je sorte de cette vie de merde pour l'heure ça ne fonctionne pas je suis trop honteux pour accepter l'aide de qui que ce soit. Je me sens trop mal pour tolérer que quelqu'un comprenne ce que je vis au quotidien depuis des années maintenant, depuis que mes parents sont morts et ça je m'en rends compte et je dois bien avouer que ça craint. Alors, lorsque j'entends les explications de la meuf j'acquiesce sans mot dire et reste pendant de longues minutes sans dire quoi que ce soit me contentant de la fixer longuement. Finalement la brune finit par me dire ce qu'elle a en tête, m'expliquant qu'elle aimerait voir si le garçon gentil qu'elle a pu connaître a été là ou si c'était seulement une mauvaise impression. Je soupire en entendant ses mots, pas de lassitude ou parce qu'elle me soûle, clairement pas, juste parce que je comprends que tout ceci la gêne, lui fait tout drôle et je veux pas entrainer quelqu'un avec moi dans ma chute. « Je suis pas un gars facile dans la vie de tous les jours, j'ai mon passé et mes habitudes qui sont loin d'être merveilleuse. Mais quand on s'est parlé la première fois je me suis montré tel que je peux être donc si t'as envie de penser que j'étais un bon gars t'as le droit de le penser. Quand je t'ai défendu la seconde fois contre ce gros con qui s'en est prit à toi je l'ai fais parce que je jugeais que c'était important de le faire, tu peux penser que je suis un con macho si t'en as envie c'est ton droit. Et aujourd'hui l'attitude que j'ai actuellement c'est une attitude que je n'ai jamais eu mais qui est causé par quelque chose de mon passé, quelque chose dont je ne parlerais pas. Donc tu peux penser que je suis bizarre ou une mauvaise fréquentation, c'est ton droit également. » Expliquais-je à la brune tout en soupirant de lassitude tout en m'osant à croire que je vais pas l'inquiéter encore plus. « On a tous notre passé, nos petites choses que l'on a vécu qui vont nous marquer d'une façon ou d'une autre. Pour certains ils arrivent à s'en remettre. Me concernant c'est plus compliqué, cette chose qui fait que je réagisse ainsi aujourd'hui ça me bouffe, mais je n'en dirais pas plus. Alors, ne cherche pas. File avec ton cheval, amuse toi et évites de te bousiller la vie à vouloir m'aider, tu le pourras pas, si même mes potes de l'époque ils y arrivaient pas je vois pas comment toi qui me connais pas tu pourrais y arriver. Et ce même si t'es impressionnante comme nana. » Assurais-je tout en soupirant de lassitude alors que je hoche de la tête négativement comme si tout ceci me dépassait. « Je le pense sincèrement, t'es impressionnante, vraiment impressionnante, j'ai cette vision de toi depuis notre précédente rencontre. Laisse personne en douter meuf. » Lâchais-je à la brune tandis que je me retourne et me remets au boulot comme pour lui faire comprendre qu'elle en a entendu suffisamment et que désormais elle doit s'arrêter là cette conversation, c'est inutile de toute façon...





(c) Mayiie

_________________


       
       

           

               

           

           Parce que ce fût toujours toi.
Et quoi que je dise ou fasse ça ne changera pas.
Mon bonheur au quotidien, mon amour, celui que je veux quoi qu'il advienne.
   © Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Madian#3] Pourquoi la vie est tellement injuste ? Mar 29 Nov - 23:42

Compte tenu de l’attitude que Brian dégageait depuis de longues minutes maintenant, longues minutes qui auraient dû être agréables, compte tenu que j’étais dans mon endroit préféré de tous avec celui que je considérais mon meilleur ami - mon cheval, pas le nouveau palefrenier - je m’attendais clairement à ce qu’il m’envoie promener et que je reprenne la route, aussi blasée que lorsque j’étais arrivée et que j’avais vu Brian limite argumenter avec Wildfire, ce qui, clairement, n’aurait avancé à rien pour le coup. Mais là, ce ne fut pas cela qui arriva, pas du tout même. Ce qui avait changé dans ces quelques minutes, qui avaient peut-être été plus longues que je ne l’aurais cru dans un premier temps ? Je ne saurais le dire. Pourquoi soudainement, il semblait s’être radouci ? Je ne comprenais pas non plus. Était-ce en raison de ce qui le faisait sentir mauvais et qui le rendait encore plus mollusque qu’il ne l’était à la base ? Je ne pouvais pas écarter cette idée, c’était sûr et certain. Cela ne me faisait pas plaisir, mais si c’était là la réalité, que pouvais-je faire ? Pas grand-chose, pour être franche, sauf peut-être l’écouter aller au bout de son propos, tentant de trouver un sens dans ceux-ci. Parce qu’en effet, et je m’en rendis compte très rapidement, bien qu’il soit en train de déferler plus de mots que jamais je ne l’avais entendu, calmement en tout cas, au fond, ça ne voulait pas dire grand-chose. Enfin, je pus quand même déceler quelques bribes qui expliquaient que sa vie était compliquée, qu’il avait contracté des habitudes particulières dont il ne savait se détacher. Il expliqua également que ce qui se passait actuellement était une mauvaise phase, que ce qui s’était passé les dernières fois, ce n’était pas la même chose. D’une certaine façon, c’était rassurant, mais encore une fois, trop abstrait pour que je puisse comprendre pourquoi, soudainement, tout avait changé. Il était évident que j’aurais pu lui poser la question, profiter du fait qu’il semblait d’humeur à se confier pour essayer de lui soutirer davantage d’informations, mais je n’en eus pas l’occasion; il poursuivit son monologue en me disant de ne pas s’occuper de lui, parce que visiblement, je ne pouvais pas l’aider, et que le mieux que je pouvais faire, c’était de retourner m’entraîner avec Wildfire et ne pas s’occuper de sa personne. Ça, pour tout dire, je n’étais pas trop d’accord, tout simplement parce qu’il était trop tard; je l’avais vu dans cet état particulier, je pouvais deviner qu’il avait certains problèmes, comment étais-je supposée partir l’esprit tranquille ? J’avais beau ne pas avoir une opinion très élevée de sa personne, mais j’étais capable d’être un tantinet gentille, quand même. Mais encore une fois, je n’eus pas l’occasion de lui dire, parce qu’il vint me prendre totalement par surprise par ses derniers propos, propos où il me disait « impressionnante ». Bien que plusieurs gens aient utilisé certains qualificatifs pour me décrire, jamais personne auparavant n’avait utilisé celui-ci. Où était passé ce Brian qui pensait que j’étais une garce et une gamine pourrie gâtée ? Le pensait-il encore ? Était-ce son état d’esprit du moment qui le faisait parler de la sorte ? Comment étais-je supposée le prendre en fait ? Puisqu’un silence s’était brièvement installé, je décidai de le saisir pour dire:  « Que veux-tu dire par là ? », mais compte tenu que Brian était retourné au boulot et ne prit même pas la peine de me regarder, comme s’il s’était coupé du reste du monde, je compris que je n’aurais pas de réponse. Soupirant, je roulai les yeux au ciel, et comme j’avais l’impression de le faire à chaque fois avec lui - ce qui était, tristement, la vérité - je repris ma route, la tête toujours autant remplie de questions, essayant encore tant bien que mal d’ajouter ce que j’avais appris à ce puzzle qu’était devenu ce jeune homme à mes yeux désormais.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Madian#3] Pourquoi la vie est tellement injuste ?

Revenir en haut Aller en bas

[Madian#3] Pourquoi la vie est tellement injuste ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-