AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyDim 4 Sep - 9:31


Une nouvelle victoire était à inscrire sur le palmarès professionnel déjà bien rempli de Sean... Tout comme son tableau de chasse. Il n'y avait pas à dire, beaucoup de choses lui réussissaient. Pourtant, après les premiers moments d'euphorie (et la cuite habituelle avec ses collègues de travail, qui avaient décidé de fêter ça en se soûlant avec du champagne de luxe, ce que beaucoup auraient considéré comme du gaspillage), le jeune homme n'était pas aussi joyeux qu'il l'aurait dû. Certes, il était soulagé. En effet, les procès importants, c'était toujours quelque chose. Il avait l'impression que toute la pression du monde reposait sur ses épaules... Après tout, c'était la défense du neveu du maire de Swansea qui lui avait été confiée. Le cabinet auquel il appartenait était effectivement celui vers lequel le maire se tournait toujours en cas de pépin. Sauf que là, il ne s'agissait pas d'un petit problème... Le jeune homme était accusé d'avoir poignardé son ex petite amie. L'affaire avait défrayé la chronique, parce qu'elle présentait quasiment tous les éléments qui intéressaient le public : crime supposé passionnel, membre de la famille d'un politicien important, pas d'alibi valable... Le procès avait bien évidemment traîné en longueur et au fil des mois, Sean avait vu son inquiétude grandir. Il savait très bien qu'un échec pouvait signer la fin de sa carrière. Alors il s'était démené comme un dingue, regrettant presque que le cabinet lui ait confié l'affaire (avec un précieux collaborateur), malgré le fait que ce soit sa "spécialité". Même le drame qui s'était produit à Tenby et son court séjour à l'hôpital n'avaient pas entamé sa détermination. Au contraire, il avait presque envoyé les médecins qui lui demandaient de prendre plus de repos et il avait oublié ses horribles souvenirs dans le travail. Corps et âme. Il avait tout passé au peigne fin, l'emploi du temps de tous ceux qui étaient liés de près ou de loin à l'affaire, le témoignage détaillé de chacun de ceux qu'il appellerait à la barre, le passé de l'accusé et de la victime... Il avait même résisté (difficilement) à la tentation de fournir de faux témoins généreusement payés - pas parce qu'il avait des scrupules, mais parce qu'il avait préféré éviter tout risque de scandale national. Rien n'avait été laissé au hasard. Il avait examiné chaque option, étudié chaque possibilité, envisagé chaque scénario. Il avait répété inlassablement, avec les autres et tout seul. Il avait fini par se consacrer presque uniquement à ça, s'exilant à Cardiff pour rester concentré et surtout, pour être plus près de son client. Il était comme ça, Sean. Si ça n'avait pas été le cas, il n'aurait jamais été désigné pour s'occuper d'une affaire d'une telle envergure. Et finalement, il l'avait gagnée avec brio. Il avait réduit l'accusation à néant, présentant des éléments prétendument irréfutables et prononçant une plaidoirie qui avait ému aux larmes la quasi-totalité des jurés. La presse s'en était donné à cœur joie... Quel magnifique pied de nez de loin à son père, avant même l'âge de vingt-huit ans !

Les jours étaient donc à la célébration. Son petit frère et sa petite sœur ne s'en étaient pas privés, d'ailleurs. Mais Sean subissait le contrecoup de la fatigue. Et même s'il avait quasiment été forcé à prendre du repos, il n'était pas sûr que ce soit une très bonne idée. En effet, maintenant que pensées n'étaient plus tournées vers un cas difficile, il avait tout le loisir de se souvenir du reste. Tout ce qui n'était pas professionnel ne brillait guère. Les images de ce qui s'était passé au cabinet des Carter continuaient à le hanter, tandis qu'une petite voix lui soufflait à l'oreille qu'il devrait peut-être penser à s'ouvrir à un spécialiste... C'était la suggestion faite plusieurs semaines auparavant par Penny, qu'il avait aussitôt rejetée en bloc, presque par réflexe. Il ne voulait pas se laisser abattre. Il fallait qu'il se ressaisisse. Finalement, il avait décidé de ne plus louer de chambre au Bay House. Arrêter de traîner à Tenby, c'était exactement ce qu'il devait faire. Rentrer définitivement à Swansea. À quoi bon maintenant ? Son désir de vengeance à l'encontre de son ex s'était évanoui, laissant la place à de malheureux sentiments, encore plus dangereux et destructeurs. L'Irlandais n'avait fait qu'aggraver son cas. En outre, il ne voulait pas avoir à passer devant le cabinet Carter. Il ne voulait pas se rappeler de ce qui s'y était passé. Alors il était venu une dernière fois, au volant de sa Porsche décapotable, pour récupérer ses affaires au Bed & Breakfast. Ça n'avait pas été si long que ça, d'ailleurs. Après avoir échangé quelques mots avec la ravissante propriétaire des lieux, Sean s'apprêtait déjà à s'en aller. En regagnant sa voiture, il s'arrêta pour profiter du coucher de soleil. Il n'y avait pas à dire, Tenby était vraiment une jolie petite bourgade... Mais il était temps de tourner la page. Une silhouette familière apparut dans son champ de vision juste quand il allait monter dans sa voiture. Féminine. Petite, blonde, belle. Il s'agissait de Lizzie, qui paraissait flâner dans les parages, profitant sans doute de l'été tant que c'était encore possible - au moins, maintenant, il avait retenu son prénom. Alors qu'il se demandait s'il était censé aller vers elle, le regard de la jeune femme se posa sur lui. Sean esquissa alors un sourire un peu gêné. Il n'avait pas oublié leur conversation à bâtons rompus dans le cabinet où travaillait maître Mathesson, sa mère. Il avait trouvé un peu de réconfort à l'idée qu'elle se soit fiancée, mais comme chaque personne traînant dans les parages, il avait appris que ça s'était très mal terminé. Elle avait décidément le don de tomber sur les pires des connards... « Bonsoir Lizzie. » S'il n'aurait pas osé lui faire une bise, il estimait néanmoins qu'une poignée de main était un peu trop formelle. Alors il se contenta de garder une distance respectueuse, à défaut d'avoir été correct quand ils s'étaient rencontrés pour la première fois. « Comment tu vas ? Tu te promènes pour voir le coucher de soleil ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyLun 12 Sep - 8:26


La vie prend une tournure différente quand toutes ces certitudes s'évanouissent. Je viens de terminer ma conversation téléphonique avec Spencer, ma soeur, et ce sourire idiot ne veut plus quitter mes lèvres. Mieux que quiconque, elle comprend les risques que comportent cette grossesse et même si elle n'y est pas favorable à cent pour cent, elle a juré de me soutenir. C'est donc le coeur léger, le coeur insouciant, que je sors de l'appartement, sans but plus précis que celui d'apprécier la fin de journée, les couleurs sublimes qui se dessinent au loin, les rires des enfants qui reviennent de la plage avec leurs parents… Apprécier Tenby, tout simplement. La balade s'éternise et avec une nostalgie certaine, j'allume mon iPod, décidant de profiter de cette balade en écoutant un peu de musique. Je reste là, à observer le coucher de soleil en prenant conscience de la beauté de tout ce qui m'entoure. Aujourd'hui, même les mouettes ne sont pas agaçantes. Ou peut-être est-ce simplement parce que mes écouteurs m'empêche d'entendre leurs cris rauque et désagréable. D'ici quelques mois, je pourrai me balader dans ces mêmes rues, admirer ces mêmes panoramiques, écouter ces mêmes mouettes… Mais je ne serai plus seule. Je sais à quel point il est dangereux de se projeter dans ma situation, mais c'est impossible. C'est plus fort que moi. C'est l'instinct. Celui qui se bat coûte que coûte malgré les réticences de certains, et notamment celles de Rhys. Cet instinct qui me donne l'impression que tout se passera bien et qu'il n'y a pas d'inquiétudes à avoir… Qu'être enceinte n'est pas synonyme d'être malade. Alors que dans mon cas, c'est exactement ce que ça signifie. Je me mords la lèvre, le regard perdu dans le vide, mes pensées divaguant au large.
Je ne l'entends pas dans un premier temps quand Sean m'adresse la parole, bien trop concentrée sur le spectacle que la nature m'offre. Et puis, cette voix masculine se fait plus proche et je comprends que c'est à l'extérieur de mes écouteurs que ça se passe. Je me retourne et je tombe nez à nez avec le jeune avocat, chose à laquelle je ne m'attendais pas du tout et qui me fait sursauter et perdre l'équilibre. Surprise, je dois prendre appui sur le Fitzpatrick pour ne pas tomber et quand il n'y a plus aucun danger de chute, je m'esclaffe devant le ridicule de la situation.
« Excuse moi, Sean, je ne t'avais pas entendu arriver. » que je dis en me débarrassant de mes écouteurs et en rangeant mon iPod dans mon sac à main après l'avoir éteint.  Je reste face au garçon, croyant l'avoir entendu mentionner le coucher de soleil, mais sans pour autant en être certaine, je réponds tout de même. « Oui, tu as vu ce magnifique coucher de soleil ? On a de la chance ce soir, ce n'est pas tous les soirs aussi spectaculaire. » Je n'avais pas vu le garçon depuis des mois, cependant, comme tout le monde, j'avais entendu parlé de lui plus d'une fois. Je me souviens de notre dernier entrevue, ce jour où sans le vouloir, j'avais annoncé avec fierté être fiancée à un homme parfait. Une façon quelconque de lui faire comprendre que j'étais au dessus de la façon dont il m'avait blessée par le passé, même si quand j'y pense, il doit probablement être au courant de la façon dont mon histoire s'est terminée. Comme moi je suis au courant qu'il n'est plus avec sa petite amie, il doit savoir que moi non plus je ne suis plus avec Oscar. Je déglutis à cette pensée et pour me redonner un peu de contenance, je lui adresse un nouveau sourire timide avant de me retourner vers le soleil qui s'éteint.  « Etonnement, je ne te pensais pas du genre à t'arrêter pour regarder le coucher du soleil… »
Depuis plusieurs semaines, j'avais pour projet de passer voir le Fitzpatrick, mais avec le début de grossesse à gérer, je n'ai pas trouvé le temps de le faire. Voilà que se présente une opportunité en or pour lui dire ce que j'ai sur le coeur. Les lèvres pincées, il me faut quelques secondes avant d'oser me lancer, mais quand je le fais, c'est avec sincérité et je vais même jusqu'à poser une main sur l'avant bras de l'Irlandais.  « Sean Ca tombe bien que tu sois là… Ca fait des semaines que je voulais venir te voir, mais… une chose en entraînant une autre et… Je n'ai pas eu le temps et je suis désolée. Je voulais te dire, je suis désolée de ce qu'il s'est passé au cabinet des Carter. Quand j'ai appris… J'étais dévastée. Mais surtout, merci d'avoir été là pour Malone… Je ne sais pas si tu es au courant, mais… C'est mon cousin. »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©shiya & friemelda
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd - Stan
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_pf0b9fOUjf1r213zbo10_250 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4851
POINTS : 5154
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyMar 13 Sep - 20:02

Un service particulièrement chargé en cette fin de saison touristique, des remarques toujours un peu plus désobligeantes de ton patron et même pas de Eirian pour te remonter le moral, on pouvait dire que tu avais passée une journée particulièrement merdique au boulot. Du coup, tu n’es guère de bonne humeur et les choses étaient sur le point d’empirer de manière considérable. Tu es en effet tranquillement installée au volant de Debbie, traversant les petites rues du centre historique pour rentrer chez toi quand une silhouette familière attire ton attention. Sean. C’est pathétique mais tu reconnais sa dégaine digne d’une gravure de mode en un coup d’œil à peine. Comme si son image était gravée sur ta rétine. Ou comme si tu avais un radar spécialement conçu pour le détecter. La vision de l’avocat met aussitôt tous tes sens en alerte. Juste avant que tu ne te pétrifies en repensant à votre dernière entrevue à l’hôpital. Une fois encore vous aviez échangé un baiser passionné et une fois encore, tu avais pris peur à l’idée d’éprouver des sentiments pour le brun. Tu l’avais donc repoussé si bien qu’il t’avait carrément dit que c’était mieux que tu ne lui rendes plus visite. Et après… Et bien tu ne l’avais pratiquement pas vu de l’été. Etait-ce là une nouvelle forme de vengeance ou était-il simplement décidé à passer à autre chose ? Tu étais incertaine quant à cette réponse qui de toute façon de terrifiait. Ce qu’il fallait retenir, c’est que ça avait de l’impact sur toi. Tu étais au supplice. L’incertitude te tuait. Tu t’étais faite à l’idée qu’il soit revenu dans ta vie, une vie qu’il avait chamboulée une nouvelle fois et soudainement, il avait disparu. Tout simplement, sans aucun avertissement. Ca t’avait affectée. Plus que tu ne l’aurais crû. Tu l’avais donc cherché discrètement dans les rues de Tenby avant de comprendre qu’il était parti. Et puis, tu t’étais surprise à penser à lui de nombreuses fois comme si… s’il te manquait. Loin des yeux, loin du cœur, ça ne marchait pas avec toi. C’était même tout le contraire.

Alors quand tu le vois, debout près de sa Porsche, tu te dis que tu ne dois pas laisser passer ta chance. Tu dois aller lui dire quelque chose. N’importe quoi mais quelque chose avant qu’il ne s’évanouisse à nouveau dans la nature. Essayant de réunir ton courage, tu fais donc en sorte de garer Debby un peu plus loin. Hélas, le temps que tu manœuvres dans l’étroite place et que tu ailles jusqu’à l’endroit où tu avais aperçu l’irlandais, la situation a eu le temps de considérablement changer. En effet, Sean est désormais en grande conversation avec une blondasse. Tu te figes tandis que ton sang ne fait qu’un tour. La jalousie coule dans tes veines comme un poison mortel et lentement la colère monte. Parce qu’ils ont l’air extrêmement proches. Petits sourires, mains qui effleurent les avants-bras… La blondasse que tu identifies vite comme Lizzie Mathesson, la catin du concours de pâtisserie est en train de faire honneur à sa réputation. Plantée sur le trottoir, tu pousses un sifflement de colère et de déception entre tes dents serrées tandis que la situation s’impose doucement en toi comme ce qu’elle est. Non mais qu’est-ce que tu avais crû, pauvre idiote ? Sean resterait Sean. Il n’avait certainement pas passé son été à t’attendre. Il était passé à autre chose et tu avais sûrement la raison de sa disparition sous les yeux.

L’humiliation pouvait encore être évitée. Tu pouvais faire demi tour et prétendre n’avoir jamais rien vu. Sauf que ta jalousie dévorante t’en empêchait. Tu ne pouvais pas rentrer chez toi comme si rien n’était, et continuer à imaginer ce que pouvait faire le Fitzpatrick et la Mathesson. Non c’était au dessus de tes forces. Surtout que tu n’étais pas le genre de fille qui léchait ses plaies en silence dans un coin. En fait quand quelque chose de dérangeait, tu tenais à ce que tout le monde le sache. Ta décision est donc prise avant même que ta raison puisse te souffler que peut être, ce que tu t’apprêtais à faire était une très mauvaise idée. Tu fonces droit sur le couple, bien décidée à les interrompre et à provoquer un mini-scandale. « Si tu penses remplacer ton fiancé volage par celui-ci, je te le déconseille fortement, c’est le même modèle ! » Que tu lances en toisant Lizzie Mathesson d’un air mauvais lorsque tu arrives à sa hauteur, n’hésitant pas à retourner le couteau dans les vieilles plaies. Puis tu reportes ton mécontentement sur le principal intéressé. « Et toi, c’est pour ton addiction aux blondes que tu devrais voir un psy finalement. » «


_________________


Per aspera ad astra
: FRIMELDA




Mr & Mrs Fourbe  Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyMer 14 Sep - 4:44


Coucher avec une femme sans daigner la rappeler ensuite n’avait jamais posé problème à Sean. Sa conscience ne le travaillait pas très souvent, de toute façon. En revanche, se retrouver face à une de celles qu’il avait blessées, c’était une autre histoire… Bien entendu, il préférait éviter les vagues autant que possible. S’il s’agissait d’une forte personnalité, c’était quasiment impossible. Mais bizarrement, c’était quand même préférable à quelqu’un d’aussi gentil que Lizzie. Ce n’était pas la première fois qu’il était déstabilisé en sa présence, pour la simple raison qu’il ne comprenait pas pourquoi elle ne l’avait pas giflé quand ils s’étaient revus dans un cabinet d’avocats, ni même pourquoi elle ne l’ignorait pas aussi superbement qu’elle l’aurait dû. Elle ne l’avait pas insulté, n’avait pas cherché à se venger, comme si chez elle, réussir à pardonner était quelque chose de tout à fait naturel. Pire encore, elle le traitait comme s’ils étaient de vieilles connaissances, comme s’il ne lui avait jamais fait de mal. Pour le coup, c’était exactement ce qui embarrassait le jeune homme. Elle était tellement… Tellement sympathique qu’il aurait été difficile de ne pas se sentir mal à l’aise au souvenir de l’humiliation qu’il lui avait infligée, même pour quelqu’un d’insensible comme Sean. « C’est rien. Je voulais pas te faire peur. » Il l’avait soutenue fermement d’un bras quand elle avait failli tomber. Mais bien évidemment, dès qu’elle retrouva l’équilibre, il la relâcha. Il n’avait aucun problème de proximité avec les femmes - bien au contraire. Mais encore une fois, Lizzie n’était pas une femme lambda ou du moins, ce n’était pas comme s’ils n’avaient pas un passé, aussi insignifiant qu’il puisse paraître. « Ben… J’imagine que même ceux qui prétendent être de gros durs s’émerveillent encore de la nature, hein ? » répondit-il un peu bêtement, bien loin de sa répartie légendaire. En réalité, même s’il n’aurait pas pu ne pas la saluer en signe de politesse, l’Irlandais n’était pas certain d’avoir envie de prolonger la conversation. Pas parce que la blonde n’était pas intéressante, mais parce qu’il ne voulait pas faire comme s’ils étaient de bons vieux amis. En plus, il ne se sentait pas vraiment dans son assiette et il préférait regagner Swansea au plus vite. Sauf que, bien évidemment, Lizzie avait encore une gentillesse supplémentaire à ajouter…

Surpris, Sean baissa les yeux vers la main qu’elle avait posée sur lui. « J’apprécie » souffla-t-il, avec une sincérité inhabituelle. « J’avais aucune idée du lien qui vous unissait, non. Mais tu sais… N’importe qui aurait fait la même chose. » Si lui, aussi peu vertueux, en avait été capable… « Et puis t’étais pas obligée de venir me voir, de toute façon. Mais merci quand même… De m’avoir dit tout ça. » Il préférait ne jamais reparler de ce qui s’était passé au cabinet Carter, mais ce n’était pas désagréable de se dire que quelqu’un d’autre que Penny avait pensé à lui, même sans se manifester. Décidément, Lizzie était un véritable ange. Il ne pensait pas qu’une telle personne puisse exister et, en réalité, elle lui donnait même un peu d’espoir pour l’humanité pourrie… Sauf que ce n’était malheureusement pas le cas de tout le monde. Le Fitzpatrick se figea en entendant la voix de Penny, qu’il aurait reconnue entre mille. Déjà qu’il n’avait pas très envie de la revoir depuis leur dernière entrevue à l’hôpital… Voilà qu’en plus, maintenant, il lui prenait l’envie de l’humilier en public. Quelle mouche l’avait piquée ? Sean ferma les yeux quelques instants et inspira profondément. Quand il était petit, sa mère lui avait enseigné à prier et il avait presque envie de le faire, espérant que ce ne soit qu’un cauchemar. Hélas, les méchancetés continuaient. L’avocat rouvrit les yeux, tout bonnement scandalisé. Il se retourna vers son ex, les sourcils froncés, la foudroyant du regard. Mais il ne daigna pas s’adresser à elle ou, du moins, pas encore. Au lieu de ça, il baissa les yeux vers Lizzie, qui devait se demander au milieu de quoi elle était tombée. « Ne fais pas attention à elle. Ce n’est qu’une femme tellement aigrie qu’elle en oublie même la politesse élémentaire. » Venant de lui, c’était peut-être un peu gros. Mais il s’en fichait. Qu’elle lui fasse un scandale, passe encore. Mais qu’elle lui foute la honte en s’en prenant aussi à Lizzie ? Elle dépassait les bornes. Cherchant à l’ignorer royalement, il posa un bras sur la taille de la Mathesson, bien décidé à la défendre d’éventuelles flèches empoisonnées. Il ne savait pas pourquoi Penny paraissait en colère, mais il n’en demeurait pas moins vrai que quand c’était le cas, elle était encore plus dangereuse que d’habitude. « Qui sait si ce n’est pas une autre blonde qui va finalement réussir à soigner toutes mes plaies ? » ne put-il s’empêcher de balancer, en lui accordant à peine un regard. Il ne souhaitait qu’une chose, qu’elle lève le camp et ses paroles blessantes avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyJeu 15 Sep - 19:58


Même les gros durs peuvent s'émerveiller de la nature ? Je n'ai pas la réponse à cette question, mais j'espère que c'est en effet le cas. Il est tellement important de pouvoir se satisfaire de ce qu'on nous offre et là en l'occurrence, d'un magnifique coucher de soleil. Je hausse les épaules, un sourire timide sur les lèvres sans répondre au jeune homme. Moi, je profite de la vue en tout cas. Je profite du fait que tout semble s'arranger et que ma relation naissante avec ma soeur biologique va pouvoir prendre de l'ampleur même si nous ne pourrons pas encore avouer la vérité au reste de la ville. Je profite de tout ce qu'on m'offre pour survivre face à l'adversité qui peut être si cruelle parfois. Et enfin, je profite de la présence de l'Irlandais pour lui dire quelques mots que j'avais sur le coeur depuis des semaines déjà, depuis l'incident du cabinet, en fait. Je déglutis avant de me lancer, aussi sérieuse que possible. Ce n'est pas facile de lui avouer mon ressenti, mais je me force. Il le faut. Même si nous ne sommes pas en excellents termes avec l'avocat, ce n'est pas une raison pour ignorer le fait qu'il ait été présent lorsqu'un fou mécontent a déboulé armé dans le cabinet de mon cousin. Quand j'y repense, j'en ai la chair de poule, alors je n'imagine pas ce que ça doit être pour les victimes directes de l'attaque. C'est bien pour cette raison que je n'en parle que très peu à Malone et que je ne compte pas en parler plus que nécessaire à Sean. C'est assez difficile comme ça. « Oh si… Je voulais te voir… Je veux dire, c'était la moindre des choses. » C'est pour rendre mes paroles un peu plus solennelles ou plutôt pour prouver au garçon à quel point je suis sincère que j'ose poser ma main sur son avant bras. Un geste que je ne tarde pas à regretter quand une jeune femme vient se joindre à nous d'un pas vif et d'une démarche assurée.
J'écarquille les yeux quand j'entends cette voix qui s'adresse à moi, crachant un venin douloureux qui me fait l'effet d'un poing dans le ventre. Je me retourne vers la source de ces paroles et je suis d'autant plus étonnée de constater que je ne la connais pas. Pourquoi est-ce qu'elle cherche à me blesser alors que je n'ai rien à voir avec elle ? Je reste interdite, cherchant mes mots, mais étant incapable de sortir le moindre son. Cette fille, je ne la connais pas, mais je la reconnais pour en avoir déjà entendu parler. Qui n'a jamais entendu parler de LA Penny Collins ? Je me souviens encore de son emménagement à Tenby il y a quelques années. On a le même âge, pourtant, nous n'avons pourtant jamais été amené à nous rapprocher. De plus, nos cercles d'amis sont différents même s'il semblerait que nous ayons tout de même une personne en commun. Et là, je comprends. Elle s'attaque à Sean et je lis dans les traits de la blonde, toute l'étendue de sa colère.  
Est-ce que comme moi, elle a déjà partagé les draps du Fitzpatrick ? Est-ce que comme moi, il ne l'a jamais rappelé le lendemain ? Je sais quel genre d'homme est Sean, même si j'avoue l'avoir oublié quelques minutes, quand je le remerciais pour avoir été présent pour mon cousin. Est-ce qu'elle est plus que ça pour Sean ? Parce que de toutes évidences, ils se connaissent et j'ai l'impression de ne pas être à ma place. J'aimerais m'enfuir, mais je sens finalement le bras de l'avocat se poser sur ma taille et je le dévisage. Muette, quelques secondes de plus parce que je cherche à identifier clairement la situation afin de m'en dépatouiller le plus vite possible. « Uhm… Je crois que j'ai meilleur temps de partir… » Que je lance, laconique, le regard allant plutôt vers Sean car il m'est impossible de regarder la Collins dans les yeux tellement elle est impressionnante. Cette embuscade est assez surprenante et elle rajoute un stress dont je me serais bien passée. Parce qu'il n'y a plus de doutes possibles, les deux jeunes gens ont un passé ensemble et je ne suis pas à ma place. D'autant plus que je ne sais pas où veut en venir Sean quand il achève en sous-entendant qu'une autre blonde peut peut-être l'aider à aller mieux.

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©shiya & friemelda
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd - Stan
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_pf0b9fOUjf1r213zbo10_250 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4851
POINTS : 5154
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyMer 21 Sep - 18:49

Tu regardes les visages de Sean et Lizzie littéralement se décomposer avec une pointe de satisfaction. Celle d’avoir réussi à interrompre le moment qu’ils passaient ensemble. Exit, les sourires mielleux et les longs regards enamourés. Ils ont à présent les yeux rivés sur toi. Si tu avais un peu de recul sur la situation, tu te rendrais certainement compte que ton entrée en matière était totalement déplacée mais malheureusement pour vous trois, ce n’est qu’une colère bouillonnante qui guide tes paroles et tes gestes. Tu dévisages tour à tour tes proies. Lizzie Mathesson a l’air tout d’abord extrêmement surprise avant qu’une expression blessée ne finisse par s’afficher sur son visage. En revanche, l’étonnement de Sean est de très courte durée. Très vite, il a l’air scandalisé mais c’est plutôt une franche colère qui vient déformer les traits ridiculement parfaits de son sale visage de Don Juan. Et malheureusement, il attise encore plus ta colère à toi. Pas vraiment avec ces réponses au tac au tac à tes piques mais plutôt avec la façon dont il prend Lizzie par la taille d’un air protecteur. Le geste te fait l’effet d’un coup de poing dans l’estomac. Et tu comprends que c’est encore la jalousie qui fait des siennes. Tu ne supportais pas la vision de cette attitude chevaleresque avec une femme qui n’était pas toi. Mais tu gardes la tête haute, prête, comme toujours, à rendre coups pour coups. « Mais oui, ne faisons pas attention à elle… Après tout, c’est ce que je fais avec toutes mes conquêtes, n’est-ce pas ? » Dis-tu dans une imitation très honorable du ton de l’irlandais. Tu continues à toiser le couple avec mécontentement, ressassant les paroles acrimonieuse de Sean. « Je vais te dire, Sean, à ce niveau là, je crois qu’aucune blonde de ce monde ne peut encore quelque chose pour toi. Tu es bien trop tordu. Bien trop irrécupérable. » Il te regarde à peine, comme si tu ne valais pas une seule miette de son attention. Ça te blesse, comme tout le fait qu’il te trouve aigrie et qu’il ose te traiter comme ça devant sa nouvelle conquête. Alors tu continues à verser ton venin, peu soucieuse de te trouver dans un lieu public et d’être exposée au regard de toute la ville. « C’est vrai, ça, tu n’auras pas mis longtemps à te remettre de Jade… »

A vrai dire, de loin, tu avais même imaginé que c’était avec elle que Sean se trouvait. Mais quand tu avais reconnu Lizzie… Et bien, c’était trop pour toi. Tu ne voulais pas voir l’avocat se taper toutes les filles de la ville devant tes yeux. En parlant de fille… Lizzie a l’air d’avoir de plus en plus de mal à supporter la situation. Si au début, elle était silencieuse, se contentant de vous regarder d’un air effaré avec Sean, sa voix se fait soudain entendre tandis qu’elle regarde craintivement Sean. « Oh non, il ne faut pas partir tout de suite. Je ne voulais pas vous interrompre. » Que tu dis avec un sourire crocodilien en essayant de croiser son regard bien qu’elle cherchait obstinément à fuir le tien. Et bien sûr que si, tu voulais les interrompre. Et maintenant, tu voulais carrément les mettre mal à l’aise. « Sean a raison, je manque à tous mes devoirs. Je suis Penny. Nous n’avons pas été officiellement présentées, je crois ? » Dis-tu sur un ton affreusement hypocrite. Sans doute celui sur lequel Sean aurait voulu que tu t’exprimes depuis le début. Cependant, en gardant les yeux posés sur la compagne de l’irlandais, tu sens un soupçon de culpabilité poindre. Elle a l’air tellement fragile, tellement innocente. Tes vieux instincts féministes se réveillent alors. Ce n’est pas contre elle que tu dois t’énerver. Après tout, elle n’était qu’une victime supplémentaire de l’indécrottable Maître Fitzpatrick. Tu reprends donc avec un ton qui présente une gentillesse plus sincère. « Je suis désolée pour la remarque sur l’ex-fiancé. Ce n’était pas fair-play et ce n’est pas après toi que j’en ai… Mais franchement, n’attends rien de celui-là. C’est un conseil que je te donne en toute amitié. » Dis-tu en lançant un regard appuyé à Sean. C’était vrai, après tout, il n’était peut être pas encore trop tard pour elle.


_________________


Per aspera ad astra
: FRIMELDA




Mr & Mrs Fourbe  Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyJeu 22 Sep - 8:42


Quelques secondes plus tôt, tout allait bien. Sean avait une conversation à peu près normale avec une femme qui faisait preuve de plus d’humanité dont il ne serait capable en toute une vie. Il se surprenait à être réconforté à l’idée que Lizzie veuille autant lui dire qu’elle était désolée et qu’elle le remerciait. En-dehors de ses clients, personne ne lui disait jamais merci et encore, c’était seulement parce qu’il les sortait de guêpiers impossibles… Bon, il fallait dire aussi qu’il ne donnait pas beaucoup de raisons à ses semblables de lui être reconnaissants. Mais Lizzie, elle, voyait toujours le bien chez les gens. Ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. Et il ressentait ce que la plupart des personnes ressentaient en la présence d’êtres humains aussi désintéressés et aussi prompts à souligner de prétendues bonnes actions, c’est-à-dire… L’impression d’être valorisé. Sauf que cet heureux moment fut de courte durée. Encore une fois, il avait fallu que son ex petite amie gâche tout. Elle n’était pas contente de l’avoir blessé une fois, puis de lui avoir fait comprendre à l’hôpital qu’il valait mieux laisser le passé à sa place. Non, maintenant, elle voulait aussi s’immiscer dans ses conversations personnelles en donnant envie aux rares personnes qui ne le détestaient pas de fuir. Car c’était littéralement ce que Lizzie paraissait vouloir faire et, bien entendu, Sean n’aurait jamais pu lui en vouloir pour ça. Franchement, qui aurait voulu rester dans les parages après avoir entendu des propos aussi délicieux ? Qui aurait voulu prolonger ce moment alors que visiblement, il n’en avait pas fallu plus à l’Irlandais pour avoir envie de sortir de ses gonds ? Visiblement très embarrassée, elle devait souhaiter être capable de disparaître dans un trou de souris. De toute façon, personne n’était à sa place dès que Penny et Sean se retrouvaient dans le même périmètre. C’était un peu comme s’ils se détachaient soudain du monde réel, comme s’ils créaient à nouveau leur propre univers dont eux seuls comprenaient le fonctionnement. En même temps, ils avaient un passé tellement important… Peu de personnes auraient pu passer à côté d’une telle évidence. Lizzie semblait l’avoir compris, en tout cas. Sauf que, étrangement, ce fut une drôle de sensation qui saisit Sean. Comme si… Oui, il était désolé pour elle.

De plus en plus en colère contre Penny, le jeune homme s’efforçait encore de faire comme si elle n’était pas là. C’était la meilleure solution, il en était à peu près persuadé. Mais c’était de plus en plus difficile. « Toutes mes conquêtes ? » répéta Sean, interloqué. Il ne parvenait pas à croire qu’elle puisse parler ainsi. Non mais elle se foutait de qui ? C’était vraiment le monde à l’envers ! « C’est ça, fais-toi passer pour la victime… Fais comme si je ne t’avais pas demandée en mariage… Comme si tu n’avais été qu’une pauvre fille jetée, alors qu’en fait c’est toi qui m’as laissé tomber, plus d’une fois. C’est tellement facile, hein ? » Se retenir de cracher son venin aurait été une preuve d’élégance et de classe suprêmes. Il aurait réussi à lui prouver qu’il était au-dessus de tout ça, des coups tordus qu’elle pouvait bien essayer de lui infliger encore aujourd’hui. Mais justement… Il lui semblait qu’ils avaient instauré une sorte d’accord de paix, Penny et lui. Ils s’étaient ouverts l’un à l’autre, mettant finalement des mots sur ce qui avait été enfoui pendant plusieurs années. Ils avaient couché ensemble, dormi ensemble, s’étaient embrassés à plusieurs reprises, s’étaient filé des coups de main l’un à l’autre… Alors pourquoi ce sursaut de méchanceté ? Pourquoi agissait-elle ainsi, en cherchant à lui faire encore du mal ? Plus que fâché, Sean était désorienté, même s’il s’efforçait de le dissimuler soigneusement. Il ne s’attendait clairement pas à ce que la Collins lui impose une crise en public, alors même qu’elle n’avait pas la moindre raison d’aller dans ce sens. Que pouvait-il bien se passer dans son crâne de sorcière ? En plus, maintenant, elle s’amusait à devenir mielleuse, à s’adresser à Lizzie comme si elle était capable d’être gentille. L’avocat se retint de lever les yeux au ciel. Il n’avait aucune envie de les voir discuter… Parce qu’il savait pertinemment que Penny était capable de la croquer toute crue, quelle que puisse bien être sa motivation. « Mais merde, elle n’attend rien de moi. Que dalle, tu m’entends ? Alors fous-lui la paix. » C’était assez vexant qu’elle pense qu’il était capable de sauter sur tout ce qui portait une jupe, même si… Eh bien, même s’il avait effectivement passé une nuit avec la Mathesson. Il se tourna à nouveau vers cette dernière, une lueur désolée dans le regard. « Je… Je te raccompagne, si tu veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shiya (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3006
POINTS : 4821
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyMar 27 Sep - 14:25


J'assiste à la scène sans pouvoir dire quoi que ce soit parce que je reste pétrifiée. Je ne suis pas à ma place, je le sais et je n'ai qu'une envie : déguerpir, mais le Fitzpatrick m'en empêche. Quand il pose la main sur moi, ça me rappelle un bref instant la seule et unique nuit que nous avons passé ensemble. Ces caresses étaient douces et attentionnées, mais la nostalgie ne fait pas long feu. Je suis forcée de me rappeler que je n'ai été qu'un vulgaire jouet pour lui qu'il a balancé dès qu'il en a eu terminé et qu'il a oublié aussi vite. Je déglutis. J'ai envie qu'il me lâche, mais je reste tétanisée. A la place, je les écoute discuter et je comprends mieux la situation. En effet, Penny Collins est bien une ex petit-amie de l'Irlandais, mais pas n'importe laquelle il semblerait. Si j'en crois ses dires, ça ne se résume pas à une nuit après une soirée arrosée comme nous deux. Non, eux, c'était du sérieux. Très sérieux même parce que l'avocat est allé jusqu'à lui demander sa main. Je me pince les lèvres en entendant ça, me maudissant encore une fois d'être tombée dans ses filets quelques années plus tôt. Evidemment. Sean est peut-être un goujat, mais il y a une époque où il a été suffisamment amoureux pour faire une demande en mariage. Il a été capable de demander la main d'une femme alors que moi, il ne m'a jamais rappelé. C'est un coup brutal que je me prends en pleine figure et même si je ne peux pas le blâmer d'avoir été amoureux de Penny, je lui en veux d'autant plus de m'avoir donné l'impression d'être une moins que rien. Si encore il faisait ça avec toutes les femmes… Passe encore… Mais non.
Je dois m'y faire, je n'ai rien de spécial. Rien qui puisse forcer un homme à vouloir rester auprès de moi. Je ne voulais pas que Sean reste, mais j'aurais apprécié qu'il ne me donne pas le sentiment d'être une poupée. Oscar, en revanche, j'aurais voulu qu'il reste, mais encore une fois je dois me rendre à l'évidence. Cette conversation est trop pénible et je m'écarte enfin de l'emprise de Sean, déboussolée alors que Penny s'adresse directement à moi. Je relève les yeux vers elle, osant le regard et je l'écoute se présenter.
« Je sais qui tu es… » Dis-je à voix basse pour lui faire comprendre qu'elle est en quelque sorte incontournable à Tenby. « Tout le monde connaît Penny Collins, ici. » Il n'y a pas d'ironie dans le ton, juste de quoi souligner nos différences. Moi, personne ne me connaît, sauf comme étant la fille trompée, apparemment. Je sens un noeud se former dans ma gorge. « Je n'ai pas besoin de me présenter, on dirait… La pauvre fille cocue. » que je lance, mal à l'aise. Je secoue la tête et j'essaye de me reprendre, mais c'est trop éprouvant. Les mots qui suivent dans la bouche de Penny me font sourire. Pas parce que je les trouve idiots, mais parce qu'au contraire, ils sont en effet avisés. Je sais que je n'ai rien à attendre du Fitzpatrick, il en a toujours été ainsi. « Je sais… Et il a raison… Je n'attends rien de lui. » Rien du tout. Je voulais juste le remercier d'avoir été présent pour mon cousin face à ce tireur fou. Sean me propose de me raccompagner et je ne tarde pas à me retourner pour le regarder et secouer la tête. Si je veux échapper à la présence de la Collins, c'est également le cas avec Sean. De toute façon, j'ai dit tout ce que j'avais à dire à l'Irlandais.  « Non, c'est bon. » J'assure d'un ton ferme, peut-être pour la première fois depuis le début de cette rencontre. Je les regarde une dernière fois chacun leur tour et avec un signe de tête contrit en guise de salutation, je m'éclipse d'un pas vif, pressée de retrouver ma tranquillité et d'oublier cette conversation désagréable.


Spoiler:
 

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©shiya & friemelda
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd - Stan
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_pf0b9fOUjf1r213zbo10_250 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4851
POINTS : 5154
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptySam 1 Oct - 18:29

La colère de Sean à ton égard est de plus en plus virulente et de plus en plus voyante. En fait, au bout d’un moment, il ne parvient même plus à faire semblant que tu n’es pas là et réponds à tes provocations en haussant le ton. Tu hausses les épaules. Tu as de quoi lui répondre mais pour le moment, tu es entièrement focalisée sur Lizzie. Tu es enfin prête à reconnaître qu’elle n’a pas à assister à une de vos sempiternelles disputes. Même si du coup, la conversation entre vous est forcément gênante. « Je sais qui tu es… Tout le monde connaît Penny Collins, ici. » Voilà, ce qu’elle réplique quand tu passes aux présentations d’un ton que tu veux poli. Tu n’es pas peux fière de ce que tu viens d’entendre. Tu aimais être une figure notable de la ville. Sauf que quand même, c’est bizarre, comme tu ne prives pas de le faire remarquer. « Oui mais nous, on ne se connaît pas. Et je suis absolument navrée de la première impression que je t’ai faite. » Dis-tu avec une magnifique imitation de sourire contrit. Tu recommençais à toucher terre, à te rappeler de comment il était adéquat de se comporter en présence des autres et combien ta réputation devait être préservée. Sauf que c’était trop tard, Lizzie semblait toujours terrifiée et abattue par ce qu’il venait de se passer. Elle fait une remarque sur son cocufiage d’une toute petite voix et ta pitié est remplacée par de l’exaspération. Finalement, cette fille avait l’air d’une victime. Peut être même qu’elle attirait les coups. Pourquoi avait-elle l’air aussi désolée pour quelque chose qui n’était pas de son fait. « Et je suis aussi désolée d’avoir ramené cette histoire. Ça ne me regarde pas. Mais si je devais donner une opinion, je dirai qu’il n’y a rien dont tu devrais avoir honte. C’était un con. Malheureusement, il y en a beaucoup. » Pas besoin de lancer un regard à Sean. De toute façon, probablement exaspéré par toute la conversation et cet échange charmant, celui-ci revient à la charge, hurlant presque que Lizzie n’attendait rien de lui. Ce qu’elle confirme de sa voix de souris. Il était vrai que même s’ils mentaient, tu venais probablement de casser leur cou. Ce que tu prenais évidemment pour une belle victoire. Dès le début, tu n’avais eu que cet objectif en tête, les séparer.

D’ailleurs, cette fois-ci, Lizzie décide de s’en aller pour de bon, et tu ne la retiens pas. Sean par contre, se propose de la raccompagner (sans doute qu’il appréhende le tête à tête avec toi) mais elle décline, s’éloignant d’un pas rapide. « Au revoir, Lizzie ! » Que tu cries à son dos. Tu devrais vraiment te sentir mal mais malheureusement, tu n’es pas une personne qui éprouve souvent des remords. Et tes émotions n’appartiennent qu’à une seule personne à l’heure actuelle. Sean. Tu te retournes vers lui, te rendant compte que tu es toujours furieuse contre lui. Tuu te rapproches de lui, plantant ton regard dans le sien. « Regarde moi dans les yeux, et dis moi que tu n’as jamais couchée avec elle. » Que tu demandes, désireuse de prouver ton point avant de t’avancer plus. Mais finalement, c’est plus fort que toi, tu as besoin de déverser ton venin. De répondre à ce qu’il t’a dit tout à l’heure. « A quel moment, selon toi, je me suis posée en victime ? Je voulais juste prévenir cette pauvre Lizzie de ce qu’elle risquait avec toi » Tu hausses les épaules d’un vachard comme si au fond toute cette histoire ne t’intéressait pas. Mais c’est bien évidemment faux. Sinon, toute cette scène n’existerait pas. Mais inutile de pointer du doigt ce qui était criant de vérité. « C’est vrai quoi, il n’y a pas si longtemps, tu m’embrassais sur ton lit d’hôpital comme si ta vie en dépendait et maintenant, tu en dragues d’autres comme si rien n’était. Donc tu n’as pas dû être si peiné que ça par le fait que je t’ai laissé tomber. » Pour toi, c’était la preuve irréfutable que tu avais bien fait de le repousser. L’attirance entre vous était seulement physique, car là, il ne ressemblait pas à un mec consumé d’amour pour l’affreux cœur de pierre que tu étais. « Et bordel, combien de temps, tu vas me rebalancer cette histoire de mariage dans la face ? C’est du passé. Je t’ai expliqué, je me suis excusée et tu m’as dis que tu acceptais. Ça aussi, ce n’était pas vrai, alors ? »


_________________


Per aspera ad astra
: FRIMELDA




Mr & Mrs Fourbe  Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyDim 2 Oct - 7:52


Visiblement incapable de se défendre correctement, Lizzie parlait à voix basse. Et bien entendu, Sean pouvait la comprendre. Lui-même n’éprouvait aucune difficulté à débattre avec Penny à propos de tout et de rien et de s’échanger des piques. C’était dans son caractère, de faire preuve d’assurance et d’avoir une répartie légendaire. Penny aussi était très douée, autant que lui. Mais Lizzie, elle, n’était pas comme ça. Au milieu de deux monstres, elle semblait ratatinée, ce qui la faisait ressembler à une fille en détresse. Forcément, ça touchait Sean. La plupart des hommes étaient sensibles à ce genre de choses, désirant exprimer un élan chevaleresque pour passer pour les héros qu’ils n’étaient pas forcément. Voilà pourquoi il proposa à Lizzie de la raccompagner, parce qu’il savait ce dont Penny était capable si vraiment elle souhaitait s’en prendre à la Mathesson. Mais cette dernière refusa tout net que Sean le fasse et il se sentit penaud. Il aurait dû s’arranger pour qu’elle soit moins blessée… Parce que le coup de la « pauvre fille cocue », même lui avait ressenti de la peine pour elle alors qu’il se croyait à peu près immunisé contre ce genre de sentiments. Mortifié, il la regarda s’éloigner, se doutant qu’il n’aurait jamais l’occasion de réparer les choses avec elle. Une humiliation supplémentaire, plus ou moins en public, par la sorcière blonde de la communauté. Mais avec un peu de chance, il n’aurait plus à la recroiser, ce qui lui éviterait d’y repenser et qui, forcément, lui ferait oublier qu’il était désolé pour elle (probablement même assez vite). Là, à l’instant précis, tout ce qu’il voulait, c’était s’en aller. Retrouver sa Porsche, se barrer, regagner son appartement de luxe à Swansea. Mais bien entendu, c’était sans compter Penny. Encore une fois, il se disait que la meilleure des choses à faire, c’était l’ignorer. Il était peut-être en colère, mais il n’avait pas envie de se battre et de retrouver leurs vieux démons, pas alors qu’ils avaient parcouru tant de chemin entre-temps. Oui, la jeune femme l’avait énervé en interrompant d’une manière aussi charmante sa conversation avec Lizzie, mais justement, c’était une bonne raison de ne pas chercher à prolonger ce moment passé en sa compagnie. Sauf que son ex semblait voir les choses d’une autre manière.  Elle s’était rapprochée de lui et il connaissait bien ce regard.

Sans même chercher à mentir, l’avocat la fixa à son tour dans les yeux. Pour une fois, il ne se déroba pas. « J’ai couché avec elle. » Il savait très bien où elle voulait en venir. Mais ce n’était peut-être pas tout à fait ce qu’elle croyait. « C’était il y a longtemps. Quelque temps après notre rupture. » Il ne comprenait même pas pourquoi il prenait la peine de s’expliquer - pire, pourquoi il ressentait le besoin de se justifier. Après tout, il n’avait aucun compte à lui rendre… « Ok, laisse-moi te dire à quel moment tu t’es posée en victime. » Le jeune homme se racla la gorge et prit une voix plus aiguë, tentant ainsi d’imiter celle de Penny. « Ne faisons pas attention à elle… C’est ce que je fais avec toutes mes conquêtes. » Il plissa légèrement les yeux, reprenant un timbre normal pour lui. « Je suis peut-être un connard de première, mais ne fais pas comme si j’avais déjà agi de cette manière avec toi, ne fais pas croire à tout le monde que je me suis jamais attaché à personne. » Il avait baissé d’un ton, pas parce qu’il voulait être tendre avec elle. Il s’était repris parce qu’ils étaient en public et parce qu’il sentait qu’elle était capable de lui sauter à la gorge en pleine rue. Franchement, à ce stade, bonjour la réputation… « Alors oui, c’est pour ça que j’ai parlé de cette histoire de demande en mariage. Parce que je déteste que tu me fasses passer pour le grand méchant de tous les temps. En général, je le suis, oui. Mais c’est aussi arrivé que je sois capable d’avoir un coeur, malheureusement. C’est vrai, quoi, qu’est-ce qui te prend aussi de m’humilier en public ? » Il fit claquer sa langue, un geste qu’elle reconnaîtrait et identifierait probablement. Il avait l’habitude de faire ça quand il était aussi dépité que vexé. « Et arrête avec ça ! J’étais pas en train de la draguer. Figure-toi que ça m’arrive de savoir me tenir. Elle essayait seulement de me dire quelque chose de gentil alors non, je ne tentais pas de l’attirer à nouveau dans mes filets, mets-toi ça dans le crâne une bonne fois pour toutes. » Sinon, il sentait qu’elle risquait de le lui rabâcher pendant plusieurs minutes. Mais en réalité, c’était encore pire quand elle parlait de ce qui s’était passé à l’hôpital. « Et puis qu’est-ce que ça peut te faire, que je drague ? Je pensais que tu me connaissais assez pour savoir que c’est justement comme ça que j’essaye d’oublier… »
Revenir en haut Aller en bas
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©shiya & friemelda
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd - Stan
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_pf0b9fOUjf1r213zbo10_250 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4851
POINTS : 5154
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyDim 2 Oct - 21:14

Il y a un truc que tu peux reconnaître en faveur de Sean, c’est qu’il ne se dérobe pas. Il soutient ton regard et avoue calmement que oui, il a couché avec Lizzie. Sauf que bien entendu, ça ne t’apaise pas. La jalousie revient immédiatement t’éperonner et tu t’apprêtes y laisser libre cours quand l’avocat reprend la parole pour donner des détails. Des détails qui te contentent. La créature rugissante en toi s’apaise un peu. A vrai dire, elle ronronnerait presque. Car oui, c’était nul mais tu étais contente que Sean et Lizzie n’ait pas couché ensemble dans un passé récent. Là, ça te dérangeait tout de suite moins. Cependant, tu as lancé une dispute et il est trop tard pour la stopper, même si tu viens d’avoir l’information que tu recherchais et que cette information te fait particulièrement plaisir. Le Fitzpatrick a envie d’en découdre maintenant, ce n’est pas surprenant. Il se venge, se livrant à une imitation de ta petite personne et en martelant que si, tu t’étais posée en victime. Tu fais la moue, croisant les bras. « Non, je ne me suis pas posée en victime. Je parlais de tes conquêtes, des filles comme Lizzie, trop naïves pour comprendre qu’elles vont se faire jeter avant qu’ils ne soient trop tard. Je ne m’inclus absolument pas dans la catégorie de tes simples conquêtes » Le brun plisse les yeux, signe que tu es en train de particulièrement l’agacer. Il fait cependant des efforts notables pour se contrôler, tu le remarques. C’est tout à son honneur. En revanche, il continue sa petite plaidoirie. Forcément. C’était un avocat, il allait se défendre coûte que coûte et ferait en sorte que tu n’ais pas le dernier mot. Et tu dois reconnaître que ce qu’il dit n’est pas dénué de fondement. Oui, tu l’avais fais passer pour un parfait connard. Mais tu n’allais pas t’en sentir désolée. Alors tu bottes en touche, répliquant d’une voix acide. « Oh ben excuse-moi, j’ignorais que tu étais en train de te refaire une réputation. »

Cependant, c’est plus fort que toi, tu ne peux pas t’arrêter là. Tu as besoin d’en rajouter des couches et des couches. « Alors, c’est ça qui te dérange autant ? Que Lizzie puisse penser que tu n’es pas un mec bien ? Mais dis-moi, tu es certain qu’il n’y a rien entre vous ? Tu as peut être bien un truc pour elle, finalement…. Franchement, Sean,  qu’est-ce que ça peut bien te faire que tous ces péquenauds pensent que tu es un sale type, hein ? » Tu dois bien l’avouer, tu es la seule instigatrice de la dispute et c’est toi qui continue à l’alimenter, avec un grain de folie auquel la jalousie ne doit pas être étrangère. Malheureusement, tu n’as pas le recul nécessaire pour voir que c’est cette dernière qui guide tes actes et tes paroles. « Et puis, toi aussi, arrête de jouer les victimes. Ce n’est pas parce que tu t’es attaché à moi une fois que ça rachète le mal que tu as pu faire aux autres. » Tu commences tout de même faiblir. Car l’avocat termine sa diatribe par quelques questions directes auxquelles tu as bien du mal à répondre toi-même. Qu’est-ce qui te prend aussi de m’humilier en public ? Qu’il demande. Et pire. Et puis qu’est-ce que ça peut te faire, que je drague ? Au fond de toi, tu connais pertinemment la réponse. Le problème est de savoir si tu auras la force de t’admettre la vérité, d’abord vis-à-vis de toi-même et ensuite vis-à-vis de l’Irlandais. Le même dilemme qu’à l’hôpital en somme. Tu n’as pas beaucoup de temps pour te décider. Et finalement, tu craques. D’une voix étranglée, tu essayes de mettre des mots sur ce que tu ressens. « Peut être que je fais ça, parce que justement, je ne veux pas que tu oublies. » Tu le regardes avec intensité mais il ne bouge pas et tu te rends compte que ce n’est pas suffisant. Tu es mortifiée parce que quand il s’agissait de se déclarer ou de mettre à nu, tu étais particulièrement nulle. Alors, au lieu de lui dire des mots tendres, tu exploses à nouveau. « Je suis jalouse ! La voilà, ta vérité ! Ça te fait plaisir de l’entendre ? Tu veux que je le crie peut être ? Quand je t’ai vu avec Lizzie, ça m’a bouffée, c’est pour ça que je suis venue vous interrompre et que j’ai été aussi désagréable. Je ne veux pas que tu sois avec une autre. »

_________________


Per aspera ad astra
: FRIMELDA




Mr & Mrs Fourbe  Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyLun 3 Oct - 3:46


En voyant le sourire plus ou moins triomphant que Penny affichait en apprenant qu’il avait couché avec Lizzie longtemps auparavant, Sean crut qu’il hallucinait. Décidément, quand bien même il pensait la connaître mieux que la plupart de ceux qui la côtoyaient, il ne comprendrait jamais cette femme. Il ne parvenait pas à saisir quelles étaient ses motivations et ses objectifs. Encore une fois, il lui semblait qu’elle n’avait cherché qu’à lui pourrir la vie, en sabotant une des seules conversations saines qu’il ait eues depuis un bon bout de temps. Mais même si ça l’avait énervé, le jeune homme n’avait plus envie de se battre. Il était fatigué et ils n’étaient pas dans un tribunal. Il devait déjà suffisamment lutter au quotidien contre des géants au sens figuré, il n’avait pas en plus envie de se prendre la tête alors que les choses semblaient avoir été mises à plat avec son ex. C’était bien plus épuisant que tout le reste, d’autant plus qu’il ne comprenait pas la raison d’être d’une dispute aussi stupide. Alors pour une fois, il ne chercha pas à répliquer sur les points où il était forcé de reconnaître qu’elle avait raison, même si ce constat n’était qu’intérieur. Il se contenta de lui jeter un regard noir quand elle s’excusa d’une manière ironique - il aurait préféré qu’elle s’abstienne tout bonnement de prononcer ces mots qui, dans sa bouche, sonnaient ni plus ni moins comme du foutage de gueule. Il s’abstint de répondre, non seulement parce qu’il ne voulait pas lui donner la satisfaction d’avouer à haute voix qu’elle n’avait pas tort, mais aussi parce qu’il était toujours aussi profondément troublé de constater qu’elle restait décidément la seule (en-dehors de sa mère) à pouvoir lui rabattre le clapet. Et effectivement, cette pensée le dérangeait. En revanche, il réagit à la suite de ses propos. « Non, Lizzie sait déjà que je suis pas un mec bien. Ce qui me fout les boules, c’est que tu te sentes obligée d’en rajouter une couche. Si je peux plus parler tranquillement avec une femme dans la rue sans que tu viennes hurler mes défauts… » Il retrouvait cette envie de se défendre, même si elle n’était pas aussi puissante qu’à l’accoutumée. « En quelle langue il faut que je te dise qu’il y a rien entre nous ? T’as qu’à penser à ce que t’as dit tout à l’heure… Je suis le salopard qui jette ses conquêtes après avoir tiré son coup. Puisque j’ai obtenu ce que je voulais d’elle, pourquoi j’aurais encore quelque chose pour elle ? »

Ce que Sean venait de dire était tout bonnement horrible, mais effectivement, ça lui ressemblait. Puisque Penny connaissait si bien ses nombreux travers et ne se gênait pas pour les souligner devant des personnes qu’elle connaissait à peine, comment pouvait-elle ne pas avoir tenu ce genre de raisonnement ? Tant qu’à avoir une aussi piètre opinion de lui, autant y aller jusqu’au bout… Dépité, l’Irlandais secoua la tête de gauche à droite. Elle soulignait un peu trop de points véridiques - pire, elle les lui renvoyait en pleine face. « J’ai jamais prétendu pouvoir racheter le mal que j’ai fait… J’ai même jamais essayé de me racheter une conduite et tu le sais très bien. » Mais lui aussi avait des questions pour elle. Sauf qu’au final, il aurait peut-être dû s’abstenir de les poser… Il vit le visage de la blonde se décomposer et, instinctivement, il comprit qu’elle allait dire quelque chose d’important. Mais il ne se rapprocha pas d’elle pour autant, se contentant de la fixer du regard. Et ce qu’il entendit alors lui fit un drôle d’effet - un mélange de surprise, d’agacement et de peine. Il resta silencieux pendant quelques secondes avant d’ouvrir à nouveau la bouche. « Non, ça ne me fait pas plaisir. Ça m’aurait peut-être fait plaisir si on était ensemble, si tu avais ton mot à dire sur les femmes que je fréquente de près ou de loin, si j’avais encore, employons cette expressions, des comptes à te rendre. » Il le sentait, qu’elle disait la vérité, qu’elle s’exprimait vraiment. Et maintenant, c’était à son tour de le faire, pour mettre les choses au clair. « Ça ne me fait pas plaisir parce que c’est profondément injuste de ta part. Tu n’as pas le droit de vouloir saboter mes relations avec les autres femmes, qu’elles soient réelles ou qu’elles aient été fabriquées de toutes pièces par ton esprit. » Finalement, l’avocat fit un pas dans sa direction. Il avait toujours les yeux baissés vers les siens. « Moi aussi, je me suis ouvert à toi. Je t’ai dit ce que je ressentais… Malgré tout ce qui s’est passé, malgré tout ce qu’on s’est infligé l’un à l’autre. Mais tu as été claire. Tu m’as fait comprendre qu’il ne vaut mieux pas remuer le passé. Qu’on n’était peut-être pas faits pour rester ensemble. Alors s’il te plaît, si c’est vraiment ce que tu penses, laisse-moi au moins ma liberté, permets-moi au moins d’essayer d’avancer… »
Revenir en haut Aller en bas
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©shiya & friemelda
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd - Stan
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_pf0b9fOUjf1r213zbo10_250 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4851
POINTS : 5154
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyJeu 6 Oct - 18:33

« Ce qui me fout les boules, c’est que tu te sentes obligée d’en rajouter une couche. Si je peux plus parler tranquillement avec une femme dans la rue sans que tu viennes hurler mes défauts… » Dans le tas de la soufflante que t’administres Sean, il y a quelques uns de ces mots qui te touchent particulièrement. Ces mots trouvent en effet un écho particulier en toi dans le sens où ils te font réaliser la folie de ton attitude. C’est vrai que présenté comme ça, tu avais l’air d’une parfaite folle hystérique. Et c’est que tu étais en fin de compte. C’est juste que d’ordinaire, tu te bridais un peu mieux. Une fois encore, l’irlandais t’avait fait perdre ton self-control, te rendant vulnérable. Et après, il ose se demander pourquoi tu lui en veux… Tu te mords la lèvre. Il serait de bon ton que tu t’excuses. Sauf que quand il s’agissait de Sean, tu étais terriblement fière. Alors tu restes silencieuse, tandis qu’il continue son implacable monologue, réfutant tes accusations à propos de Lizzie et du fait qu’il se rachetait une conduite, les unes après les autres. Il ne cherche plus à mentir, ou à jouer les mecs faussement prévenants, comme tout à l’heure avec Lizzie. Il se dévoile, rappelant sa vraie nature. Et peut être que finalement, c’est ça qui te calme. Plus que tout le reste. Enfin, un peu de franchise. Pour une fois, aucune réplique ne te brûle les lèvres. Pour toi, le combat est fini. Celui-ci du moins. Parce qu’il y en a un autre qui va commencer, et celui-ci est bien plus dévastateur pour toi. Car c’est à ton tour de faire preuve de franchise. De lui révéler pourquoi tu agis comme ça. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça commence très mal.

Le Fitzpatrick accueille ta révélation comme quoi tu es jalouse particulièrement mal et il te le fait comprendre dans un accès de colère renouvelé. Encore une fois, ces mots sont on ne peut plus justes et son agacement tout à fait légitime. Oui, tu ne pouvais pas régir sa vie. Non, vous n’étiez pas ensembles. Oui, c’était de ta faute. Mais cette fois, tu prends ton courage à deux mains et tu fais en sorte d’affronter la tempête plutôt que de l’affronter en silence. « Tu as raison, j’ai été particulièrement injuste. » C’était un jour à marquer d’une pierre blanche sur le calendrier Collinien car tu venais non seulement de reconnaitre tes torts à voix haute mais aussi de donner à Sean sans sourciller. Après, ça, le reste te paraît presque facile. « Et je me suis trompée aussi… A l’hôpital. J’avais tort. » Tu avales un peu d’air, submergée par la difficulté et l’énormité de la confession que tu es en train de faire. Surtout que Sean ne te rend pas la tâche facile, se rapprochant de toi, pour vriller son regard dans le tien. Tu ne peux néanmoins plus reculer. Tu en as trop dit, ou plutôt pas assez. « Je t’ai repoussé parce que j’ai eu peur. Comme à chaque fois. Mais ça ne mène nulle part cette attitude. Parce que je ne peux pas m’arrêter de penser à toi. Personne ne te surpasse. Personne ne me fait sentir comme tu me fais me sentir. » Doucement, tu lèves tes mains, les posant sur les revers du costume de Sean. Comme si tu avais besoin de ressentir sa présence, comme si tu voulais être certaine qu’il était bel et bien en train d’entendre tes mots. Si tu avais été toi-même, la vraie Penny, tu aurais probablement eu la nausée devant cette déclaration digne d’une mauvaise comédie romantique d’Hollywood. Mais il fallait ce qu’il fallait pour réparer le bordel que tu avais foutu. « Et notre relation est peut être malsaine et destructrice. Peut être qu’on va se faire encore plus de mal si on se remet ensemble. Mais je suis fatiguée de lutter contre ce que je ressens. Même si je les hais, ces sentiments sont là. Je te veux, Sean. Je veux qu’on soit ensembles. » Oui, tu étais prête à aller en enfer. Du moment que tu étais avec lui. C’était pathétique à tes yeux, mais enfin, tu assumais ce que tu voulais vraiment. Tu le prouves d’ailleurs en approchant ton visage du sien, essayant de deviner l’impact de tes paroles sur lui, avant de l’embrasser. Mais il ne laisse rien paraitre, l’habitude des tribunaux sans doute. Alors, tu prends l’ultime risque, posant tes lèvres sur les siennes.

_________________


Per aspera ad astra
: FRIMELDA




Mr & Mrs Fourbe  Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyVen 7 Oct - 19:03


Les vents avaient tourné, Sean le sentait bien. Peut-être pas forcément en sa faveur à proprement parler, mais… Au moins, Penny s’était calmée. Elle ne lui avait plus rien répondu, ce qui suggérait éventuellement qu’elle était d’accord avec lui, même si elle ne le formulait pas à haute voix. Après tout, depuis le temps, il avait appris à la connaître… Quand il s’agissait de céder du terrain ou encore de s’excuser, ils avaient tous les deux leur fierté monstre qui ressortait. Mais il avait appris à décrypter certaines de ses réactions, quand bien même il aurait voulu pouvoir s’améliorer encore à ce sujet. Quoi qu’il en soit, quand la blondinette lui révéla finalement la vérité à propos des motivations concernant sa crise de jalousie, le jeune homme comprit aussitôt qu’elle ne mentait pas, qu’elle ne jouait pas et qu’elle ne se moquait pas non plus de lui. Parce que tout s’expliquait, tout simplement. Parce que ça donnait du sens à sa colère et à sa volonté manifeste de s’immiscer dans sa conversation avec Lizzie, quand bien même elle n’en avait pas le droit. D’ailleurs, il ne se gêna pas pour le lui exprimer. Après tout ce qui s’était passé entre eux, il ne comprenait pas sa logique. Comment pouvait-elle le repousser (à plusieurs reprises, en plus), avant de soudain lui imposer une jalousie qui était tout bonnement déplacée ? Oui, il s’amusait avec d’autres femmes, pour la simple raison que c’était sa manière de fonctionner quand il essayait d’oublier quelqu’un. Et « essayer » était bien le terme approprié, étant donné qu’il n’arrivait tout simplement pas à se défaire de l’image de Penny. Il éprouvait un mal fou à ne pas la comparer aux autres, vu qu’aucune ne lui arrivait à la cheville. Il éprouvait un mal fou à ne pas penser à elle, y compris quand il était avec une autre. Sa voix, son odeur, ses cheveux, ses grands yeux verts, ses formes… Et puis beaucoup de choses le ramenaient automatiquement à elle - une chanson, un restaurant, un parfum. Bien entendu, il ne voulait pas se l’admettre. Mais ce n’était pas pour autant qu’il ne s’agissait pas de la réalité. Et aujourd’hui, il ne pouvait pas accepter qu’elle tente de restreindre sa liberté, alors même qu’elle était celle qui la lui avait plus ou moins redonnée malgré le fait qu’il n’en ait pas spécialement envie. Non, il était temps de mettre les points sur les « i ».

Et ce fut ce qu’il s’appliqua à faire ou du moins, c’était ce qu’il croyait. Parce que s’il y avait une seule chose à laquelle Sean ne s’attendait pas, c’était bel et bien à la réponse de son ex. Déjà, ce n’était pas son genre d’admettre qu’il avait raison, ni de reconnaître ses erreurs. Ça l’inquiétait presque plus que quand elle se comportait d’une manière déplacée qui le mettait dans l’embarras. Mais la suite… C’était encore une autre histoire. Penny allait plus loin, ce qui avait le don de le scotcher littéralement sur place. Il avait beau conserver un semblant de masque d’impassibilité et ne pas vraiment réagir, il n’en demeurait pas moins vrai qu’à l’intérieur de lui, c’était la véritable folie. Les rouages de son cerveau s’étaient mis en route à une vitesse incroyable, plus encore que quand il devait sortir un client d’une très mauvaise passe sans y être spécialement préparé. Que pouvait-il bien penser de tout ce qu’elle venait de lui dire ? Il n’avait pas l’impression qu’elle lui racontait des bobards. En réalité, il avait rarement autant eu l’impression qu’elle était sincère. Hésitant, il la laissa s’approcher de lui et elle finit par poser ses lèvres contre les siennes. Et à ce moment-là, un flot d’émotions le submergea aussi brusquement qu’un raz-de-marée. Parce qu’il était tout bonnement incapable de lui résister. Mais c’était même plus que ça… Comme s’ils partageaient leur premier moment de bonheur ensemble depuis bien longtemps. Laissant finalement tomber ses barrières tout en sachant qu’il prenait le risque de le regretter, l’Irlandais posa une main dans la nuque de la Collins et lui rendit son baiser avec une douceur qui ne lui ressemblait pas tellement. Elle était l’une de ses plus grandes faiblesses, capable de causer sa perte. D’ailleurs, il se demandait encore s’ils étaient sur la même longueur d’ondes. Mais comment le vérifier ? Comment tenter de limiter la casse, autant pour l’un que pour l’autre ? Comment essayer de se réunir tout en minimisant le mal qu’ils pouvaient se causer ? Il était rare que Sean se pose autant de questions quand il s’agissait d’une femme. Mais ce n’était pas n’importe laquelle. Et ils avaient un passé déjà tellement chargé… « Alors rentre avec moi ce soir. » C’était la seule phrase qu’il avait prononcée, mais ça voulait à peu près tout dire. Non sans une certaine tendresse, il posa son front sur celui de Penny.
Revenir en haut Aller en bas
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©shiya & friemelda
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd - Stan
Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Tumblr_pf0b9fOUjf1r213zbo10_250 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4851
POINTS : 5154
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY EmptyDim 9 Oct - 18:48

Cette fois-ci, il n’y avait vraiment plus de retour en arrière possible. Si à l’hôpital, tu t’étais mise légèrement en danger en confessant à demi-mot tes sentiments à Sean, cette fois-ci, tu avais été bien plus directe. Tu avais mis tout ce que tu avais sur la table, une attitude qui ne te ressemblait absolument pas. D’habitude, tu prenais tes précautions, tu restais sur tes gardes. Mais pas là. Tu ne te sentais pas pour autant libérée ou mieux. Au contraire, tu étais dans un étant d’anxiété indescriptible. Car maintenant, tout dépendait de la réaction de Sean. S’il te repoussait avec une pique dont il avait le secret, tu ne te relèverais probablement pas de l’humiliation… Parce que tu avais toujours ce scénario cauchemardesque en tête… Celui où il te repoussait en riant, te révélant que te faire retomber amoureuse de lui n’était qu’une part de sa vengeance. Sauf que tu n’es pas en train de jouer à un de vos jeux. Alors, tu fais tout pour qu’il ressente la même chose que toi, allant chercher ses lèvres pour donner plus de poids à ta déclaration. Tu butines doucement ses lèvres, cherchant à provoquer une réaction. Et au bout de quelques secondes, ça fonctionne. Les lèvres de Sean se mettent à bouger à l’unisson des tiennes tandis qu’il pose une main dans ta nuque pour rapprocher ton visage du sien. Tu as l’impression que ton cœur se met à rebattre dans ta poitrine, que le sang recommence à circuler dans tes veines. Comme si pendant tout ce temps, tu avais retenu ton souffle. La Belle au Bois Dormant ramenée à la vie par le baiser de son prince. Il y avait de quoi rire. Sauf que l’hilarité était bien la dernière sensation que tu avais envie d’éprouver à ce moment précis. Car il était sérieux, très sérieux. Ce baiser, c’était…tout. Tu ne pouvais te rappeler de la dernière fois où tu avais été embrassée avec une telle douceur. D’habitude, c’était le désir qui te poussait vers Sean et vice versa. Il n’y avait rien d’autre. Alors que là… C’était comme si vous étiez en train de sceller une promesse. C’est un vrai baiser romantique. Pas de mains baladeuses ou de langues enfoncées fiévreusement dans ta bouche. Juste vos lèvres jointes quelques instants. Non pas que ça que ne te suffise pas pour te sentir emportée. Doucement, tu passes tes bras autour de la taille de l’Irlandais, te raccrochant à lui.

Et tu ne le lâches pas, même quand votre baiser prend fin. Tu te dis que l’heure des grands discours est arrivée et c’est pour ça qu’il a écarté ses lèvres des tiennes. Mais il se contente d’une seule phrase. « Alors rentre avec moi ce soir. ». Dans un premier temps, tu es déçue par cette réplique qui semble un peu laconique après tout ce que tu viens d’avouer. Puis tu te rends compte que finalement, les mots sont bien inutiles. Sean et toi, vous n’étiez pas le genre à vous faire des déclarations interminables. Tu avais enfreint cette règle aujourd’hui mais il n’avait pas à faire de même. Et puis… Si on lisait entre les lignes, il devenait évident qu’il acceptait tout ce que tu venais de dire. Il pose son front contre le tien, et vous restez enlacés quelques instants. Tu hoches la tête contre son épaule. « D’accord. » Tu ne savais même pas où cela voulait dire qu’il allait t’emmener. Tu ne savais pas non plus dans quoi vous vous engagiez. Si ensembles voulait dire simplement du sexe. Ou si vous alliez essayer d’avoir une nouvelle relation. Si cela pouvait vraiment marcher à la vue de votre historique compliqué. Si vous étiez aussi dysfonctionnels qu’avant ou si vous étiez plus matures. C’était aussi pour ça que les promesses ne servaient à rien. Vous vous engagiez dans l’inconnu, et les mots ne pouvaient pas rendre cela moins effrayant. Tu attrapes la main du Fitzpatrick, prête à le suivre n’importe où. L’image de Nate s’impose brièvement à toi mais tu la repousses, pleine de culpabilité. Rien n’avait changé, tout était redevenu comme avant. C'est-à-dire que Sean te faisait perdre toute raison. Rien d’autre que lui n’existait à ce moment précis. Les dés étaient jetés, advienne que pourra.


SUJET TERMINE

_________________


Per aspera ad astra
: FRIMELDA




Mr & Mrs Fourbe  Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty
MessageSujet: Re: Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY Empty

Revenir en haut Aller en bas

Jealousy is rottenness to the bones (+) LIZZIE & SEANNY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-