AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptySam 20 Aoû - 22:00


Il ne fallut pas longtemps à Caleb pour prendre une douche et se changer. De toute façon, il n'avait jamais été très coquet. Jetant un coup d'œil à son reflet, il haussa les épaules en constatant qu'il avait les cheveux en bataille. Il avait besoin de se les faire couper, mais il préférait attendre d'être rentré au Pays de Galles. Autant éviter toute confusion avec un coiffeur chinois... En attendant, il se contenta de passer une main dans ses cheveux, sans se douter qu'il les ébouriffait un peu plus au passage. De toute manière, il n'avait pas envie de s'attarder. C'était vendredi soir, ce fait en lui-même pouvait expliquer qu'il se dépêche d'enfiler une tenue à la fois correcte et décontractée. Il ne pouvait pas ne pas sortir un soir de week-end, d'autant plus quand il était aussi bien accompagné. Alors quelques minutes à peine après l'avoir quittée, le jeune homme frappait à la porte de la chambre de Juliette. « Si t'es en train de te maquiller et tous ces trucs-là, je peux t'attendre à côté. » Mais la rouquine lui ouvrit et, bien malgré lui, Caleb ne put s'empêcher d'afficher une moue admiratrice en remarquant à quel point elle était ravissante. Un autre mec que lui aurait sûrement employé un terme moins politiquement correct. « T'es très belle. J'imagine que je devrais avoir peur que tu me fausses compagnie pour un autre... » Car à côté d'elle, il avait vraiment l'impression de faire pâle figure. Ni ses cheveux ni un quelconque autre éclat n'attiraient l'attention... Mais ça ne le dérangeait pas vraiment. Il n'était pas là pour draguer. Et au moins, la présence de Juliette pouvait décourager d'éventuelles intéressées. Il était parfois frappé de constater que certaines filles ne reculaient que devant très peu de choses. Même une alliance n'était plus vraiment utile aujourd'hui. En revanche, avoir quelqu'un à ses côtés, c'était déjà mieux. Pour tout un tas de choses, d'ailleurs. Car si le vétérinaire avait pris l'avion seul pour se rendre en Chine, il n'avait pas vraiment hésité à proposer à la jeune femme de l'y rejoindre. Ce serait plus facile pour lui d'avoir quelqu'un qui l'aiderait et puis surtout, ce serait une bonne expérience pour elle, un énorme plus pour son rapport de stage. La réponse de Juliette n'avait pas vraiment traîné et, quelques jours plus tard, elle débarquait à son tour dans ce pays si différent. Il l'avait laissée croire que c'était la clinique qui payait parce qu'il avait besoin d'une assistante - ou du moins, il n'avait pas démenti. Mais la réalité était toute autre. En effet, Caleb était profondément persuadé que s'éloigner de Tenby ne pouvait que lui être bénéfique. C'était peut-être ce qu'il lui fallait pour oublier ses soucis, pour sortir un peu la tête de l'eau, pour se ressourcer... Bref, comme d'habitude, il était plein de bonnes intentions. Et en réalité, leur collaboration au centre s'avérait être une bonne chose. Certes, le travail était conséquent. Mais les pandas étaient adorables et aucun des deux ne se lassait de les regarder évoluer et encore moins de s'en occuper. Et puis c'était toujours mieux à deux...

« Ça va, cette chemise ? » Il avait toujours besoin d'un avis féminin. Et quand il eut obtenu l'approbation de l'Américaine, il se sentit un peu mieux. « Bon, je pense qu'on peut y aller alors. Après vous, mademoiselle. » Il attendit qu'elle sorte pour refermer la porte derrière elle. Quelques instants plus tard, ils s'installaient tous les deux dans la voiture prêtée par le centre. Le Donovan avait mis un moment à s'habituer à la conduite à droite, mais il n'était pas trop maladroit. « Je crois que j'arrive même plus à me souvenir c'était quand, la dernière fois que j'ai fait un trajet en voiture sans toi. » Il était vrai qu'ils s'étaient beaucoup rapprochés, depuis quelques temps. Comment aurait-il pu en être autrement ? Ça faisait plusieurs semaines qu'ils se côtoyaient presque tous les jours, au travail et pendant les allers-retours entre Tenby et Swansea. Forcément, ils avaient tissé un lien plus fort et établi une relation de confiance intéressante. Ils s'ouvraient plus facilement l'un à l'autre et, pour quelqu'un de pas très bavard comme Caleb, ça n'arrivait pas très souvent. « C'est dommage que les endroits à peu près convenables pour sortir soient pas tout près du centre. » Mais ce n'était pas pour autant que les trajets étaient ennuyeux. Le Gallois s'étais mis à chanter sur une play-list de Bon Jovi, tout en regrettant de massacrer ce qui comptait parmi les plus belles chansons de tous les temps. Mais au moins, comme il était un peu réservé, il ne risquait pas de faire honte à Juliette une fois arrivé au pub. Il se fit tout de suite plus discret, tout en appréciant l'atmosphère. De toute façon, il ne lui fallait pas grand-chose... Un bar, un ami ou une amie, de la bonne musique ou bien une rediffusion de n'importe quel sport des Jeux Olympiques et il était content. Mais ce soir-là, l'ambiance était encore plus détendue que d'habitude. La semaine avait été chargée et Caleb n'avait qu'une envie, profiter de l'instant présent pour décompresser. Il avait presque l'impression d'en avoir constamment besoin... Car s'il n'était pas à plaindre, il n'en demeurait pas moins vrai qu'il s'était passé pas mal de choses ces temps derniers. Entre Nia qui redoublait et Lizzie qui vivait une grossesse à risques, il y avait déjà de quoi lui causer beaucoup d'inquiétude. « C'est fou ce que ça fait du bien, de partir un peu de Tenby, hein ? » Un énième verre avait eu pour effet de le relaxer complètement. Et de le rendre plus joyeux que d'habitude, par la même occasion. « Est-ce que je peux caresser l'espoir que tu m'accordes une danse ? Le son qui vient de l'étage déchire tout ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyMar 23 Aoû - 22:04

« Juliette ? Caleb a envoyé ça pour toi. » La rouquine fronça légèrement les sourcils et s'approcha après avoir remis le chiot dont elle s'occupait dans son enclos, tendit la main pour attraper l'enveloppe que la secrétaire lui tendait. Caleb s'était envolé pour la Chine depuis quelques jours déjà et l'américaine devait admettre qu'il lui manquait. Le trajet semblait bien plus long sans la présence du vétérinaire à ses côtés et elle avait parfois l'impression de ne pas savoir quoi faire, comme si elle attendait encore ses explications. Elle ouvrit l'enveloppe et fronça les sourcils lorsqu'un billet aller-retour pour la Chine lui tomba dans les mains, relevant finalement la tête vers la femme qui se trouvait maintenant devant l'ordinateur et qui haussa les épaules avec un sourire. « Il m'a dit que tu méritais des vacances et que c'était une opportunité que tu ne pouvais pas rater. L'avion part dans cinq heures. » Muette, Juliette posa les yeux sur le billet, comprit qu'elle devait faire vite si elle voulait arriver à l'heure à l'aéroport, d'autant plus qu'elle devait passer chez elle pour récupérer ses vêtements et ses effets personnels. Pourtant, elle ne bougeait pas, sans rien dire. « Qu'est-ce que tu attends ? GROUILLE ! » La jeune femme s'était relevée afin de pousser Juliette vers la sortie, sourit lorsque la rousse revint soudainement à la vie en se dirigeant vers la voiture de son père, qu'elle avait empruntée depuis le départ du vétérinaire, au pas de course, les doigts refermés sur le billet d'avion.

Le voyage se déroula sans encombres et Caleb l'attendait à l'aéroport lorsqu'elle descendit de l'avion. Les premiers jours passés en terres chinoises furent difficiles à cause du décalage horaire et du manque. Juliette avait dû laisser la drogue à la maison pour ne pas se faire prendre aux douanes avec de la cocaïne ou des pilules d'ecstasy, tentait de se garder occupée toute la journée afin de ne pas penser aux nausées ou aux tremblements de ses mains qui la saisissaient parfois. Elle réussissait tant bien que mal à dissiper son malaise en se concentrant sur les pandas et sur le vétérinaire qui prenait soin d'eux, déçue toutefois d'apprendre, lorsqu'elle était arrivée à l'hôtel, qu'ils ne partageaient pas la même chambre. Bien sûr qu'ils dormaient dans des chambres séparées puisque Caleb était en couple, mais Juliette ne pouvait pas s'empêcher d'être déçue. Seule dans sa chambre, c'était difficile pour elle d'oublier ses soucis, son angoisse et son chagrin, si bien qu'elle avait quitté l'hôtel, le premier soir, pour récupérer un peu d'alcool fort qu'elle avait ramené à sa chambre et qu'elle gardait dans le minuscule réfrigérateur. Ce n'était pas aussi bien que la drogue, mais ça lui permettait quand même d'atténuer un peu la douleur de son âme pendant quelques heures.  

Ce soir-là, le vétérinaire lui avait proposé de sortir afin d'entamer le week-end de la plus agréable des façons et Juliette avait rapidement accepté, heureuse d'avoir la chance de mettre les pieds dans une boîte de nuit chinoise, mais surtout enchantée à l'idée de passer toute une soirée en compagnie de Caleb.

Pour l'occasion, elle avait enfilé une robe verte plutôt moulante au niveau du buste - ouverte dans le dos -, mais qui devenait évasée dans le bas en lui arrivant à la mi-cuisse. Les fines bretelles étaient couvertes par sa chevelure flamboyante alors qu'elle avait libéré ses mèches sur ses épaules et elle maquilla très légèrement ses yeux et ses lèvres. Elle terminait d'ailleurs d'appliquer son rouge à lèvres lorsque la voix de Caleb retentit dans le couloir. Elle laissa la salle de bain pour venir lui ouvrir, ne put s'empêcher de rougir légèrement à son compliment, heureuse de voir que les efforts qu'elle avait mis ce soir pour se préparer lui plaisaient. « Pourquoi je ferais ça ? J'aurai le plus beau à mes côtés, de toute façon ! » lâcha-t-elle innocemment avant d'enfiler une paire d'escarpins à talons hauts et de prendre son minuscule sac à main qu'elle pouvait porter en bandoulière et qui ajoutait une touche de style à sa tenue. Elle avait dû faire un effort supplémentaire afin de cacher les cernes sous ses yeux, mais lorsqu'elle avait jeté un coup d'oeil à son reflet, quelques secondes auparavant, tout semblait être rentré dans l'ordre.

« Attends. » Elle s'approcha de Caleb pour détacher les deux premiers boutons de sa chemise, recula de quelques pas en levant le pouce dans les airs. « Comme ça, c'est parfait ! » Elle prit les devants et vint s'installer dans la voiture qu'avait empruntée Caleb, amusée alors qu'elle l'entendait à nouveau chanter. Elle laissa même sa voix se joindre à la sienne pendant quelques minutes, avoua qu'il avait raison lorsqu'il affirmait qu'ils roulaient beaucoup ensemble depuis le début de l'été. Elle le suivit jusqu'à l'intérieur du bar avec un sourire ravi, jeta un coup d'oeil à ce qui se trouvait autour d'elle avant de se diriger déjà vers le comptoir en entraînant Caleb derrière elle. « Vraiment. » lâcha-t-elle finalement lorsqu'il affirma que ça faisait du bien de s'éloigner de Tenby pendant un temps. Elle avait déjà bu pas mal lorsqu'il lui proposa une danse et elle se mordit légèrement la lèvre avant de déposer son verre vide sur le comptoir. « J'ai justement envie de danser. » ajouta-t-elle avec un sourire avant de sauter au sol et de lui attraper la main pour l'inviter à la suivre. Elle grimpa à l'étage, solide sur ses jambes malgré le fait que la tête lui tournait un peu depuis qu'elle s'était levée rapidement de son tabouret.

Elle ne relâcha la main du vétérinaire que lorsqu'ils se trouvèrent au centre de la piste, mais resta tout près de lui alors qu'elle pouvait sentir son parfum masculin. Elle glissa une main dans ses cheveux pour les ramener d'un seul côté de son visage, se mordit une nouvelle fois la lèvre alors qu'elle plongeait son regard dans le sien, tout en se déhanchant au rythme de la musique. Elle s'éloignait de quelques pas parfois, revenait rapidement auprès de lui en le frôlant un peu, en agrippant parfois sa taille pour l'obliger à bouger en rythme avec elle. Les battements de son coeur s'accéléraient lorsqu'elle le touchait ou lorsque son regard capturait le sien pendant une fraction de seconde et Juliette se demanda tout à coup quelles étaient les véritables raisons pour que la clinique paie son voyage en Chine. Caleb avait-il dû insister ? L'avait-il vraiment voulue à ses côtés ? Ça lui plaisait de croire que oui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyMer 24 Aoû - 12:21


Le plus beau. C'était de lui que Juliette disait ça. Caleb esquissa un sourire, assez amusé parce qu'il savait que ce n'était pas vrai. Un certain nombre de garçons tournaient autour de la jeune femme, il avait déjà eu l'occasion de s'en rendre compte. Une fois, il s'était même agacé quand quelqu'un était venu l'aborder alors qu'ils déjeunaient tous les deux. Il fallait dire qu'il n'avait pas fallu longtemps pour que ses instincts protecteurs classiques se développent vis-à-vis d'elle. Comment aurait-il pu en être autrement ? En dépit de toutes ses protestations, elle avait l'air tellement fragile... Elle souffrait encore profondément du départ brutal de ce lâche de Scott. Et quelque part, le vétérinaire se plaisait à croire qu'il pouvait donner à Juliette une meilleure images des hommes. Lui prouver qu'ils n'étaient pas tous des connards sans cœur. Pour l'instant, ça n'avait pas l'air de trop mal fonctionner. Mais il restait humain et, en entendant des propos aussi élogieux, il ne pouvait s'empêcher de se sentir flatté. C'était normal, comme sentiment, n'est-ce pas ? C'était peut-être aussi juste parce qu'il n'avait pas vraiment l'impression de plaire. Mais bien sûr, il n'en avait pas besoin ou du moins, il n'en avait besoin que vis-à-vis d'une personne, à savoir sa petite amie. Sauf que le problème était peut-être justement là... Si ça se trouvait, il ne faisait plus assez d'efforts. Il adorait Paige et la routine qui s'installait au bout d'un certain temps ne lui posait pas vraiment de problème. Au contraire, c'était sans prise de tête, tranquille, agréable... Mais Caleb savait qu'il fallait aussi qu'il fasse son possible pour continuer à la séduire, dans le but de maintenir la flamme. Et c'était sûrement ironique que cette pensée lui revienne à l'esprit précisément ce soir-là, quand il se trouvait à des milliers de kilomètres d'elle. Mais ça lui rappelait aussi que c'était un autre aspect de leur relation qu'il appréciait, à savoir la confiance qui régnait, leur permettant ainsi de réaliser aussi des projets chacun de leur côté. De toute façon, pourquoi n'aurait-elle pas eu confiance en lui ? Il n'avait jamais rien fait de mal. Il avait toujours été fidèle, même quand cette autre rouquine de Tenby lui avait quasiment sauté dessus au détour d'une ruelle sombre. Et puis d'une manière générale, il avait de bonnes intentions. Ça se vérifiait dans le cas de Juliette. Il savait que le fait qu'elle l'ait rejoint en Chine pouvait déchaîner les commères de Tenby qui, assurément, viendraient à l'apprendre. Elles s'étaient déjà bien amusées en les voyant partir et rentrer du travail chaque jour ensemble. Mais pour lui, ça n'avait absolument aucune importance. Elles pouvaient bien raconter ce qu'elles voulaient... Bien sûr, ça pouvait être difficile à gérer, voire douloureux. Ce n'était néanmoins pas ce qui allait l'empêcher de vivre sa vie.

Surtout que la vie, c'était d'autant plus facile d'en profiter quand on était loin de son quotidien et de ses habitudes. Même s'ils étaient là pour le travail, ça restait un voyage et il fallait saisir chaque occasion pour s'amuser. De toute façon, le Donovan avait toujours aimé sortir. Il s'était calmé depuis quelques années déjà, plus sage que quand il avait tout juste dix-huit ans et qu'il découvrait le monde avec son ex petite amie Gwen. Il avait pris de l'âge, il avait découvert de nouvelles responsabilités, il s'était remis en couple... Autant de choses qui faisaient qu'il ne squattait plus le bar ni la boîte de nuit chaque vendredi et chaque samedi. Mais il fallait croire que les vieilles habitudes avaient effectivement la vie dure. C'était d'autant plus vrai que sa capacité à ingurgiter de l'alcool n'avait pas faibli. Il le tenait toujours aussi bien et, bien que ne ressentant pas le besoin d'une quotidienne, il ne disait jamais non pour boire un coup. Perdre totalement le contrôle n'était pas quelque chose qu'il avait déjà expérimenté. En revanche, quand il commençait à se rapprocher dangereusement de ses limites, il se mettait à rire pour tout et surtout, pour rien. En témoignait le gloussement idiot qui s'échappa de ses lèvres quand l'Américaine agrippa sa taille pour la première fois, afin qu'ils bougent en rythme. Il fallait dire qu'une grâce indéniable émanait de Juliette et de ses mouvements. Elle avait peut-être enchaîné les verres, mais elle était tout à fait capable de se déhancher sans problème, comme elle en faisait la démonstration. Caleb, lui, avait du mal... Et ce n'était pas l'alcool qui était en cause. Il n'était tout simplement pas doué. Il ne l'avait jamais été. « Attends » cria-t-il presque, pour couvrir le bruit de la musique. Alors qu'elle s'était un peu éloignée, il lui attrapa la main et l'attira plus près de lui afin de pouvoir lui parler à l'oreille. « Désolé, je suis nul, j'arrive pas à te suivre. » Il se sentait tout bête, parce qu'à côté d'elle, il manquait cruellement d'élégance. « Mon ex avait bien essayé de m'apprendre, mais... Elle a sûrement fini par penser que j'étais une cause perdue. » Il se rappela qu'il était inutile d'essayer de tenir une conversation dans ce genre d'endroits. Il tenta donc de résumer. « Donc soit on retourne boire parce que j'ai l'air de rien à côté de toi... Soit on inverse les rôles et cette fois, c'est toi qui m'apprends ! Je suis un pas un élève modèle, mais je peux essayer... » Il effectua une légère pression sur sa main, comme pour lui indiquer que de toute façon, il la suivrait, peu importe ce qu'elle décidait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyDim 28 Aoû - 22:09

Lorsque Caleb lui demanda d'attendre et attrapa sa main pour la rapprocher de lui, Juliette sentit bien malgré elle son coeur s'emballer. Elle posa les yeux sur les lèvres du vétérinaire, baissa finalement la tête lorsqu'il lui parla à l'oreille afin de vaincre la musique entraînante et espérer qu'elle puisse l'entendre. Elle ne put s'empêcher de sourire lorsqu'il affirma ne pas être aussi doué qu'elle et cette fois, Juliette releva la tête vers lui, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre. Elle se détestait de ne pas être capable de contrôler les battements de son coeur et elle se détestait aussi d'avoir autant envie de l'embrasser alors qu'il était déjà en couple avec quelqu'un d'autre et qu'il était de toute évidence trop vieux pour elle. Mais la main de Caleb n'avait pas encore lâché la sienne et cette proximité couplée aux nombreux verres qu'elle avait déjà ingurgités lui faisait tourner la tête. Elle ouvrit légèrement la bouche lorsqu'il tenta de lui expliquer, parvint à capter au moins un mot sur deux malgré le tumulte des voix et de la musique les entourant. Elle ne pensait pas qu'il soit une cause perdue, les hommes avaient bien souvent un peu plus de mal que les femmes à se laisser aller et à bouger en rythme avec la musique, bien que la rouquine connaisse plusieurs garçons qui se débrouillaient cent fois mieux qu'elle. Juliette n'était pas une professionnelle, elle ne connaissait que le déhanchement et les mouvements pratiques sur les pistes de danse des boîtes de nuit, mais elle pouvait bien tenter de l'aider à s'abandonner à la musique en l'obligeant à danser à ses côtés.

Ce fut d'ailleurs à son tour d'approcher ses lèvres de son oreille alors que l'une de ses mains se posait sur le torse du vétérinaire pour conserver un semblant d'équilibre. « Tu dois seulement suivre le rythme. Ne pense à rien d'autre. » Elle recula un peu pour lui faire une démonstration, sans tabou, sans gêne. « Tu manques sans doute de pratique, c'est tout ! » lâcha-t-elle plus fort afin de couvrir le bruit de la musique. Elle se mit donc à se déhancher non sans le lâcher des yeux afin de s'assurer qu'il tentait vraiment de s'approprier la musique. Elle ne savait pas ce qu'elle pouvait faire pour l'aider, sinon incliner parfois la tête vers lui en hochant doucement la tête pour l'encourager lorsqu'il décidait de bouger un peu les hanches et d'être plus flexible, moins statique aussi. L'alcool qui coulait dans ses veines s'avérait être une excuse plutôt valide pour expliquer son comportement, mais Juliette avait souvent cette tendance à lâcher son fou lorsqu'on lui en donnait la chance, aucunement intéressée par ce que les gens pouvaient bien penser d'elle.

Lorsqu'elle se rapprocha de Caleb, ce fut pour attraper l'une de ses mains et se mettre à tournoyer en riant, sa robe se soulevant légèrement dans son mouvement, comme l'aurait fait celle d'une véritable danseuse. Ses pas se voulaient toutefois un peu moins assurés alors qu'elle sentait l'effet de l'alcool qui montait crescendo en elle. Elle cessa de tournoyer pour se rapprocher de lui, sans toutefois le toucher maintenant qu'elle avait relâché sa main. Elle se remit à danser, se mordit la lèvre en glissant l'une de ses mains sur la hanche de Caleb pour l'inciter à bouger davantage. Ce nouveau contact, électrique, la fit se rapprocher une nouvelle fois, mais ce fut pour déposer ses lèvres sur les siennes. Les battements de son coeur explosèrent dans sa poitrine sans qu'elle ne réussisse à les atténuer et son corps se pressa légèrement contre le sien, bien malgré elle. Elle aurait voulu que le baiser soit bref, mais elle ne parvint pas à se détacher rapidement de sa bouche, comme si elle avait attendu ce moment trop longtemps pour le laisser filer aussi vite. Malgré son taux élevé d'alcoolémie, la rouquine savait que ce qu'elle faisait était mal, elle savait aussi qu'elle n'aurait jamais dû s'approcher de lui de cette façon et elle priait presque pour qu'il la repousse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyMar 30 Aoû - 1:22


L'incompréhension se peignit sur le visage de Juliette, ce qui était sûrement tout à fait normal. Caleb se mordit soudain la lèvre inférieure, regrettant de l'avoir importunée. Elle était tellement lancée... Elle donnait l'impression de flotter tellement ses mouvements étaient souples et fluides. Mais justement, le contraste entre elle et lui-même commençait à le déranger sérieusement. Même avec les verres qu'il s'était enfilés, il était capable de remarquer ça (remarque, il fallait le faire...). Voilà pourquoi il tenta de s'exprimer, tandis que Juliette tendait son oreille vers lui. Elle ne parut pas tout saisir, mais visiblement, l'essentiel était passé. En effet, la jeune femme se mit à lui donner deux ou trois conseils et, surtout, à se rapprocher encore de lui comme pour l'aider à bouger en rythme. Le Gallois hocha vaguement la tête, sans essayer davantage de couvrir le bruit de la musique avec sa voix. De toute façon, il n'avait rien à dire. Il fallait seulement qu'il s'y essaye, encore et encore. Ce n'était pas la première fois qu'il se faisait la remarque qu'il était trop coincé sur une piste de danse, loin de là. Même quand il jouait à Just Dance avec Lizzie, elle se moquait gentiment de lui. Il avait du mal à ne pas rester trop droit, trop statique. Et encore, c'était pire sans alcool dans le sang. Un peu plus et Caleb se serait peut-être déchaîné... Mais il n'aurait sûrement pas non plus tenu sur ses jambes très longtemps. Au fond, mieux valait encore un peu de réserve. D'autant plus que petit à petit, cette dernière semblait la quitter... Suivant les recommandations de Juliette, il s'efforça de suivre le rythme de la musique. Puis il se rappela son autre conseil. Ne penser à rien d'autre. Ça, c'était assurément plus facile. C'était peut-être même la clé du problème... Il essayait trop réfléchir à comment il pouvait mieux faire et du coup, il ne se laissait pas aller. Alors justement, il se força à ne pas se prendre la tête. S'il cherchait seulement à s'amuser et pas forcément à ressembler à quelque chose, peut-être qu'il y parviendrait. Écoutant la musique et gardant les yeux fixés sur la stagiaire, le Donovan se détendait de plus en plus. L'alcool aidant, il commençait même à s'amuser, mais c'était uniquement grâce à elle. En effet, elle avait attrapé sa main et s'était mise à tournoyer, ce qui eut pour mérite de le faire rire. Et en même temps, il commençait tout juste à se dire que leur proximité commençait à devenir gênante. Ou alors peut-être que c'était autre chose... Quoi qu'il en soit, quand la robe de Juliette se mit à voler comme elle tournoyait, il se surprit à l'admirer un peu trop. Il ressentit même l'envie de la coller un peu plus pour que d'autres hommes ne posent pas leur regard sur elle. Cette pensée l'embarrassa légèrement, mais certainement pas assez. Ils avaient passé tellement de temps ensemble qu'il s'était beaucoup attaché à elle, voilà tout. Rien de plus. Du moins, c'était ce dont il tentait de se convaincre. Il n'était tout simplement pas encore prêt à admettre que, même avec les meilleurs intentions du monde à la base, quelqu'un pouvait finir par aller trop loin et commettre les pires bêtises.

Sauf que ce fut exactement la vérité qui le frappa de plein fouet quelques instants plus tard, quand les lèvres de l'Américaine se retrouvèrent soudain contre les siennes. Trop surpris, Caleb ne s'écarta pas tout de suite. S'ils avaient mesuré à peu près la même taille, à peu de différence près, il aurait pu croire à une erreur, dans le sens où elle se serait tellement laissée emporter qu'elle aurait fini encore plus près de lui. Mais là, c'était impossible. Trop de centimètres les séparaient pour que ce ne soit pas intentionnel. D'ailleurs, il aurait dû voir les signes avant-coureurs d'un geste auquel il ne s'attendait certainement pas. La danse était notamment devenue très tactile... Mais bien sûr, en parfait idiot qu'il était, le jeune homme se retrouvait à devoir se forcer à s'écarter d'une femme qu'il ne voulait pourtant pas blesser. « Ju... » murmura-t-il, tout en sachant pertinemment qu'elle n'allait pas l'entendre. Il avait rompu le contact de leurs lèvres, mais ce n'était pas pour autant qu'il s'était véritablement écarté. C'était difficile pour lui... Il ne voulait pas qu'elle se sente rejetée. Peut-être même que ça lui avait plu, mais qu'il ne voulait pas l'admettre. « Tu peux pas faire ça... » Bien entendu, il le pensait vraiment. S'il n'avait pas été en couple, Caleb n'aurait probablement pas résisté. Mieux, il aurait sans doute été à l'origine de ce baiser, ou de tout autre rapprochement stratégique. Mais justement, il n'était pas libre et c'était ce qu'il voulait lui rappeler. Pourtant, ses propos n'étaient pas forcément en accord avec ses gestes. En effet, juste après, il passa ses bras autour de la taille de la rousse et l'attira contre son torse. Il espérait seulement que comme ça, elle ne se sentirait pas trop heurtée. Ou alors il ne voulait pas affronter la déception dans ses yeux. Ou alors... Il n'arrivait tout simplement pas à faire les choses à fond, désirant la garder tout de même un peu auprès de lui. À quel moment les choses avaient-elles dérapé ? Le vétérinaire n'en était pas sûr... « Je crois... Je crois qu'on a un peu trop bu, hein ? Et que l'ambiance est... Propice aux rapprochements. » Caleb devait d'ailleurs se faire violence pour ne pas trop respirer les cheveux de Juliette. Ils sentaient divinement bons. « Mais au Pays de Galles, je suis sûr que... Que ça serait pas arrivé. » Il ne pensait honnêtement pas qu'elle soit attirée par lui, parce qu'il n'avait pas plus de charme que n'importe quel autre homme. Ils étaient loin de leur pays, ils avaient enchaîné les verres, ils dansaient, il était le seul qu'elle connaissait... Voilà tout. « On devrait peut-être... Rentrer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyMer 31 Aoû - 5:14

Trop près du vétérinaire pour reculer maintenant qu'elle avait entamé son geste, la rouquine avait posé ses lèvres sur les siennes en un baiser qu'elle aurait voulu furtif - un peu pour le remercier - mais qui finit par s'éterniser. Elle l'aurait d'ailleurs approfondi davantage si seulement Caleb ne l'avait pas repoussée à ce moment-là, prononçant la première syllabe de son prénom qu'elle devina bien plus qu'elle l'entendit. S'il avait rompu le contact de leurs lèvres, Caleb ne l'avait pourtant pas éloignée de lui et Juliette n'avait pas baissé les yeux, captivée par les iris sombres de son partenaire et par les lumières qui dansaient sur sa peau. Bien sûr, qu'elle ne pouvait pas faire ça, bien sûr qu'elle n'aurait pas dû se laisser aller à un tel élan d'impulsivité, mais elle en avait envie depuis des semaines maintenant et elle avait cru que c'était le bon moment, que Caleb en avait envie aussi. L'alcool qui coulait dans ses veines avait sans doute beaucoup contribué afin de brouiller ses perceptions, mais elle avait cru comprendre qu'il la regardait lorsqu'elle s'était déhanchée devant lui, avait même surpris un regard qu'il avait lancé à un touriste qui la regardait sans retenue. L'espace d'une fraction de seconde, elle avait pensé qu'il était jaloux et c'était à ce moment-là qu'elle s'était retournée pour s'approcher. Il était en couple et elle en vint à détester cette fille qui lui accaparait l'esprit alors qu'ils étaient tous deux à des kilomètres de Tenby, à l'autre bout du monde. Désinhibée, Juliette oubliait un peu ses principes et aurait bien aimé pouvoir profiter un peu de la compagnie du vétérinaire, quitte à tout oublier lorsque viendrait le lendemain matin.

Il avait raison et pourtant, elle se retrouva plaquée contre lui sans avoir le temps de comprendre ce qui se passait. Pressée contre le torse masculin, Juliette se mordit la lèvre, laissa ses doigts glisser le long de son dos afin d'agripper un peu sa chemise. « On a peut-être pas suffisamment bu. » lâcha-t-elle contre lui alors qu'elle se pressait contre le corps du vétérinaire, volontairement aguicheuse. S'il avait raison de dire que ce qui venait de se produire ne serait jamais arrivé à Tenby, il avait tort lorsqu'il tentait d'expliquer pourquoi. À Tenby, Caleb et Juliette ne seraient jamais allés ensemble dans une boîte de nuit. D'abord parce qu'il était en couple et que les commères allaient jaser, mais surtout parce qu'à Tenby, Caleb avait une vie beaucoup plus rangée qu'elle et qu'ils ne devaient donc pas fréquenter les mêmes établissements. Elle se mordit la lèvre et ferma les yeux lorsque l'effluve du parfum masculin parvint à ses narines, se fit violence pour ne pas l'embrasser dans le cou et goûter sa peau.

« J'ai une meilleure idée. » lâcha-t-elle subitement en s'éloignant de quelques pas tout en capturant sa main. « Tu commences à peine à mieux te débrouiller, ce serait dommage de rentrer maintenant. Viens ! » Elle se fraya un chemin à travers la foule, entraînant Caleb à sa suite sans jamais lâcher sa main. Évidemment, tous les étages de l'édifice possédaient un comptoir afin de servir l'alcool et Juliette se dirigea là-bas après avoir jeté un bref regard autour d'eux pour le dénicher. Elle commanda plusieurs verres de tequila (trois pour chacun d'entre eux), attendit que les shooters soient déposés devant eux avant de payer elle-même leurs consommations. Elle sépara les verres, en glissa trois vers Caleb avant de conserver les autres. Elle lécha le côté de sa main avant d'y déposer un peu de sel, prit le citron dans sa main avant d'attendre que Caleb fasse de même. Lorsqu'elle lécha le sel et avala l'alcool après avoir trinqué avec le vétérinaire, la rouquine grimaça légèrement et croqua instinctivement dans son citron afin d'atténuer le goût de la tequila. « Encore deux ! » Elle attrapa ses cheveux qu'elle ramena d'un seul côté de son visage avant de faire subir le même sort au deuxième verre d'alcool. Le troisième passa un peu moins bien et Juliette grimaça une nouvelle fois avant de secouer un peu la tête. L'alcool n'avait pas le même effet que la drogue sur elle et elle regrettait beaucoup cette euphorie que lui procurait l'ecstasy ou cette quiétude qu'amenait la marijuana.

« J'adore cette chanson ! Suis-moi ! » Cette fois, Juliette l'entraîna un peu à l'écart de la piste de danse, le pas vacillant, le rire facile de celle qui tentait invraisemblablement de charmer le vétérinaire. La chanson débutait lentement et Juliette s'était rapprochée de Caleb afin de glisser ses doigts le long de son torse, s'éloigna un peu sans le quitter des yeux lorsque la musique devint beaucoup plus rythmique. Elle faisait n'importe quoi, bougeait son corps sans réfléchir, s'abandonnait totalement à cette nouvelle musique alors que les trois nouveaux verres la rendaient encore plus audacieuse. Elle s'était retournée pour le regarder, lui fit signe de s'approcher, mutine, avant d'attraper le col de sa chemise pour le rapprocher d'elle, plongeant aussitôt son regard perçant dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyMer 31 Aoû - 21:59


Visiblement, Juliette ne semblait pas vexée plus que ça. En tout cas, elle paraissait d'accord avec le fait qu'il passe malgré tout ses bras autour d'elle. Et surtout, elle ne détournait pas son regard du sien. Il y lut une regard d'interrogation... Au lieu de le pousser à l'éloigner davantage, le fait qu'elle ne paraisse pas vraiment gênée ne fit qu'encourager Caleb à la garder auprès de lui. Pendant quelques secondes, il avait eu peur que ce contact (quoique assez bref) puisse tout changer entre eux. Mais ça ne semblait pas être le cas. Il se faisait peut-être des idées et il était sûrement naïf, mais comme elle ne prenait pas mal son refus, il se disait que tout finirait par s'arranger, qu'elle s'était peut-être seulement laissée emporter par l'ivresse du moment. Voilà pourquoi il s'enhardit à attirer la tête de la jeune femme contre son torse, comme pour lui prouver que ce n'était pas à cause d'un baiser qui n'avait pas lieu d'être qu'il voudrait soudain rompre tout contact (du moins physique) avec elle. Après tout, il avait peut-être aussi envoyé involontairement des signaux... C'était une question sur laquelle il se pencherait plus tard. Pour l'instant, l'alcool embrumait pas mal ses pensées, si bien qu'il était loin d'être aussi vigilant qu'à l'accoutumée. En revanche, il restait aussi stupide que d'habitude, puisque quand Juliette pressa son corps contre le sien, il se dit qu'elle ne cherchait qu'à se blottir dans ses bras, comme certaines de ses amies le faisaient avec lui. Peut-être cherchait-elle à masquer un peu sa déception, ou alors à lui montrer qu'elle n'était pas fâchée. Lui, en revanche, était obligé de s'avouer que l'étreinte ne le laissait pas tout à fait indifférent. Elle était... Vraiment tout contre lui. Il sentait ses formes et il inspira brusquement pour chasser toute pensée qui n'avait rien de chaste. Il se détestait d'être incapable de contrôler son cerveau. Alors quand l'Américaine s'éloigna un peu, il se sentit brusquement soulagé, d'autant plus qu'elle proposait une alternative qui lui convenait tout à fait. Car en réalité, il n'avait pas non plus très envie de rentrer. S'il avait été sobre, il aurait compris que c'était la meilleure chose à faire pour que ça ne dérape pas plus. Mais il ne l'était pas. En outre, il avait longtemps considéré l'alcool comme une solution temporaire à tout souci. Après tout, quand il était un peu plus jeune, il sortait régulièrement. Il n'avait pas commis autant d'excès que certains de ses potes, il savait être relativement raisonnable ; mais il n'était pas non plus un ange, loin de là. S'il s'était posé avec le temps, les responsabilités et une petite amie, il se rendait compte que son côté fêtard pouvait ressortir assez vite. Alors il ne songea qu'une fraction de seconde à protester pour la forme, puis il se laissa entraîner par Juliette qui le tenait par la main. En plus, le semblant de compliment qu'elle lui adressa à propos de la danse lui fit plaisir. Il n'en fallait pas plus pour le flatter et, par conséquent, le convaincre... « D'accord ! »

Sel, tequila, citron. Un grand classique. Décidément, le Donovan s'amusait de plus en plus. En voyant la grimace de la rousse, il se mit à rire. « Allez, ne faisons pas du travail d'amateurs ! » Trois shots en tout. En habitué de l'alcool, Caleb était enchanté. Il l'avait toujours bien tenu, de toute façon. Sa carrure aidait sûrement, mais il avait remarqué qu'il était plus résistant que beaucoup d'autres. Et puis il savait où étaient ses limites. Sauf que justement, cette pensée en tête ne l'aidait pas à être très raisonnable... Il se croyait peut-être un peu trop fort. Et surtout, en une année entière, il avait rarement eu autant l'impression d'en avoir besoin. Entre sa meilleure amie qui vivait une grossesse à risques élevés, son sentiment d'échec parce qu'il n'avait pas pu aider sa petite sœur à obtenir son baccalauréat, les reproches de Rhys qui lui trottaient indéfiniment dans la tête... Au fond, la pression s'était peut-être accumulée sur ses épaules depuis des mois déjà. Et cette nuit-là, ça ressortait, sûrement de la pire des manières. Définitivement, il commençait à oublier tout le reste. Alors quand Juliette l'entraîna à nouveau sur la piste de danse, il se laissa faire sans y opposer la moindre résistance. « J'aime aussi cette chanson ! » Comme ils étaient un peu à l'écart des autres, il trouvait que c'était plus facile de danser. Tout le reste faisait son effet, petit à petit. Il commençait peu à peu à se laisser aller, ce qui était le reflet de ce qui se passait à l'intérieur de sa petite tête. Désinhibé. Alors quand la Harrison laissa ses doigts glisser sur le torse du vétérinaire, ce dernier ne l'en empêcha pas. Jusque-là, il ne réalisait pas encore que ce n'était plus du tout un jeu innocent. Mais quand elle l'attrapa par le col et l'approcha presque brusquement d'elle, Caleb comprit qu'il s'était trompé sur toute la ligne. Non seulement ça allait plus loin qu'il n'aurait jamais imaginé, mais en plus, il sentait les barrières en lui s'effondrer. Elle était décidément trop belle. Sa robe lui seyait trop bien, son regard était trop envoûtant, le charme qui se dégageait d'elle était profondément perturbant... Caleb ne pensait plus à rien, comme si une bulle s'était créée autour d'eux. Avec trop d'alcool dans le sang et une femme canon face à lui, il avait du mal à résister. Il n'était qu'un pauvre homme, aussi faible que les autres... Il avait plongé son regard dans le sien et elle était trop proche de lui. « Je... » Trop... C'était trop, tout simplement. Un étrange mélange d'émotions le submergea, l'inonda même. Alors, n'y tenant plus, il réduisit encore l'espace qui les séparait et l'embrassa carrément, tout en passant les bras autour de ses hanches pour l'attirer un peu plus encore contre lui.


Dernière édition par Caleb R. Donovan le Lun 5 Sep - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyLun 5 Sep - 5:28

« On verra qui c'est, l'amateur ! » lâcha-t-elle pour le taquiner alors qu'elle avalait d'une traite les trois shots, les uns après les autres et ce, malgré la grimace qui étirait parfois ses lèvres lorsque l'alcool brûlait sa gorge ou que l'acidulé du citron entrait en contact avec ses papilles gustatives. Juliette avait beau être menue et délicate - une vraie fille ! - elle tenait généralement assez bien l'alcool, sans doute parce qu'elle s'y était habituée au fil des mois, des années même. Ses parents l'avaient retirée de sa terre natale en l'obligeant à déménager à Tenby et en espérant que l'air européen allait la ramener sur le bon chemin, mais ils devaient s'en mordre les doigts maintenant qu'ils avaient totalement perdu le contrôle sur leur fille. À bien y penser, la rouquine n'était pas tellement certaine que ses parents avaient compris à quel point ce qui se passait dans sa vie était grave puisqu'elle ne les avait vus que quelques fois depuis des mois. Ils travaillaient beaucoup et puisqu'ils rentraient tard, Juliette avait souvent déjà quitté le domicile familial pour rejoindre des amis, ne rentrait que lorsqu'elle était persuadée qu'ils dormaient, aux petites heures du matin. Avec son stage à la clinique vétérinaire et son travail à l'animalerie, la rousse n'avait partagé que de rares repas en compagnie de ses parents, préférait souvent rapidement s'éclipser afin d'éviter les questions qui auraient pu la mettre dans l'embarras. Ils étaient au courant, pour Scott, mais ils devaient s'être persuadés que c'était de l'histoire ancienne et que Juliette avait tourné la page, quitte à lui trouver de nouvelles excuses pour son manque d'appétit ou son ton parfois cinglant. Dans leurs tête, elle n'était plus une adolescente, mais elle n'était pas encore tout à fait une adulte, si bien qu'ils préféraient la laisser faire lorsqu'elle demandait à ce qu'on la laisse tranquille.

Elle se trouvait à des milliers de kilomètres de Tenby, complètement saoule, et pourtant, l'image de ses parents n'avait jamais été aussi claire dans son esprit alors qu'elle prenait soudainement conscience du fait qu'ils désapprouveraient son comportement. Tant pis. Elle avait envie de s'amuser et les trois shots de tequila supplémentaires suffirent à lui faire oublier absolument tout ce qui se tramait à Tenby. L'image de Callum s'imposa d'elle-même à son esprit, sans doute parce que c'était la dernière personne qu'elle avait vue avant de partir. Elle repoussa également cette image mentale du danseur, s'autorisa même à laisser ses doigts glisser le long du torse de Caleb pendant qu'elle l'encourageait encore une fois à suivre le mouvement de ses hanches qui se balançaient. Un peu à l'écart, l'espace qui leur était alloué était un peu plus grand et permettait un plus grand éventail de possibilités. La rousse plongea sa main dans ses cheveux pour les ébouriffer un peu et les ramener d'un seul côté de son visage, sans jamais rester immobile.

Elle l'avait attiré contre elle en agrippant le col de sa chemise, sensuelle, aguicheuse. Elle avait envie de lui et elle ne comptait pas passer par quatre chemins pour le lui faire comprendre, d'autant plus qu'elle était persuadée que Caleb n'était pas indifférent à ses avances. Elle avait surpris ce regard qu'il posait parfois sur elle lorsqu'elle bougeait non loin de lui, elle avait senti que le corps masculin se raidissait parfois lorsqu'elle le frôlait. Alors, lorsque le vétérinaire tenta d'émettre une objection, aussi faible soit-elle, l'américaine se mordit la lèvre et plongea son regard rendu fébrile par l'alcool dans le sien. Elle n'eut pas à attendre longtemps pour qu'il plonge sur ses lèvres et elle entoura instinctivement son cou de ses bras afin d'approfondir le baiser, pressant aussitôt son corps contre le sien lorsque les mains du brun se posèrent dans le creux de ses reins pour la rapprocher de lui. La tête lui tournait et elle ne parvenait pas à réfléchir de manière correcte, si bien qu'elle laissa même ses lèvres dériver dans son cou afin de parcourir sa peau de baisers enflammés. Ses doigts se crispèrent sur ses épaules et glissèrent le long de son dos pour finir leur course dans le haut des fesses du vétérinaire, s'infiltrant subtilement entre le tissu de son pantalon et sa peau pour avoir une meilleure prise. Elle revint capturer une nouvelle fois les lèvres du brun alors qu'elle bougeait un peu contre lui sans vraiment être en rythme avec la musique un peu plus entraînante.

La rousse planta son regard dans le sien, attrapa sa main et se recula un peu pour qu'il la fasse tourner avant de retrouver le confort de ses bras et d'emprisonner ses lèvres pour un baiser passionné. « Finalement, j'aimerais bien qu'on rentre. » murmura-t-elle dans le creux de son cou alors qu'elle se doutait bien qu'un taxi pourrait les ramener à leur hôtel en un temps presque record.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyLun 5 Sep - 11:16


Malheureusement, Juliette n’était pas dupe. Elle avait deviné, vu, compris qu’elle ne laissait pas Caleb de marbre. Soit il n’était pas discret, soit elle était perspicace même avec trop d’alcool dans le sang ; c’était sûrement un peu des deux. Mais de toute façon, comment Caleb aurait-il pu le lui cacher ? Quand il avait bu, il se laissait bien plus aller qu’à l’accoutumée. Elle avait dû surprendre le regard qu’il avait posé sur le bas de son corps quand sa robe s’était mise à voleter, ou encore celui, bien plus noir, qu’il avait lancé à un homme un peu suicidaire qui avait fait mine de s’approcher d’elle. Bien entendu, il se sentait coupable de nourrir de telles pensées vis-à-vis d’une femme qui n’était pas sa petite amie. Cette dernière était tranquillement à Tenby et elle lui faisait vraiment confiance… Et lui était incapable de maîtriser ses pulsions. Hélas, il ne se sentait pas aussi mal qu’il l’aurait dû. Pas parce qu’il n’était pas amoureux, ni qu’il était loin de sa ville et de tous ceux qu’il connaissait, mais tout simplement parce que ses facultés mentales étaient amoindries, de beaucoup. Il voyait plutôt l’instant présent et, plus il s’acharnait à refouler ce désir pressant qu’il ressentait pour l’Américaine, plus il augmentait. C’était presque peine perdue… En réalité, Caleb aurait dû comprendre dès le départ que c’était une mauvaise idée. Inviter une femme à le rejoindre en Chine alors qu’il était en couple, quand bien même il s’agissait de sa stagiaire ? Déjà là, c’était vraiment limite. Lui proposer une sortie dans un endroit favorisant les rapprochements physiques ? C’était encore pire. Boire un coup de trop ? Il n’arrangeait décidément pas son cas. Au contraire, à chaque action, il s’enfonçait et, petit à petit, il se sentait faiblir. Parce que si à la base, il aurait pu agir en se rendant compte que c’était risqué et qu’il ne fallait pas se sentir trop sûr de soi… Maintenant, il se sentait tout bonnement incapable de réagir plus fermement. D’une certaine manière, c’était déjà trop tard. Mais la ligne fut définitivement franchie quand, finalement, ce fut lui qui initia un baiser. Et pas des moindres. La passion était bel et bien présente, il n’avait fait que la révéler. Qui, en les voyant au fil des jours, puis de la soirée, n’aurait pas pu prédire une telle chose ? En la circonstance, Juliette lui paraissait tout simplement irrésistible. La chair était tellement faible…

Pour ne rien arranger (du moins si on se plaçait du côté de la morale), la jeune femme n’y allait pas de main morte. Déjà, elle enroulait ses bras autour du cou du vétérinaire, pressant immédiatement son corps contre le sien. Clairement, elle savait ce qu’elle voulait, mais aussi ce qu’elle faisait. Forcément, ce côté entreprenant séduisait plus d’un homme… En tout cas, Caleb, lui, perdait totalement les pédales. Elle attisa définitivement le feu qui brûlait en lui lorsqu’elle laissa glisser ses doigts le long de son dos, allant jusqu’à s’infiltrer dans son pantalon. « T’es incroyable… » Il ferma les yeux, ayant oublié tout ce qui pouvait bien exister autour de lui. Il s’en fichait que les danseurs et autres employés remarquent leur manège. Elle avait sur lui un effet tout bonnement impressionnant. Même si ça n’avait jamais été une « solution » idéale à ses yeux, il mourait d’envie de la soulever dans ses bras pour l’emmener dans les toilettes et satisfaire ce désir qui les dévorait tous les deux. Mais finalement, Juliette se décala légèrement et, pendant un instant, Caleb crut que c’était terminé. Ç’aurait sans doute été mieux… Beaucoup mieux. Au lieu de ça, la rouquine se blottit à nouveau dans ses bras avant de l’embrasser, puis exprima son désir de rentrer. Il baissa les yeux vers elle et, non sans une certaine tendresse, se mit à caresser ses beaux cheveux. « Alors allons-y. » Il garda une de ses mains fermement serrée dans la sienne, tandis qu’ils se frayaient un chemin à travers la foule. Quand ils se retrouvèrent soudain à l’extérieur, dans la fraîcheur de la nuit, un détail revint à l’esprit de Caleb. « Je peux pas conduire… Si on se fait contrôler, je vais finir la nuit en taule. J’aurais dû y penser. Viens, on va se débrouiller autrement et… Je repasserai à un autre moment. » Il passa un coup de fil pour avoir un taxi. Mais en attendant, ils se réfugièrent dans leur voiture, chacun sur son propre siège. Ces minutes d’attente étaient un supplice pour le Donovan, qui savait à peine comment se tenir entre-temps. Il se sentait moins enflammé, moins pressé que dans la boîte de nuit, mais ce n’était pas pour autant qu’il avait moins envie d’elle… Alors, tout naturellement, il se rapprocha à nouveau d’elle, passant un bras autour de sa taille et déposant des baisers plus doux dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyLun 5 Sep - 19:16

Juliette ne put s'empêcher de sourire contre ses lèvres lorsqu'il l'affubla de ce qu'elle croyait être une qualité, mais de toute façon, elle n'arrivait plus à réfléchir ou à se montrer raisonnable. La petite amie du vétérinaire se trouvait elle aussi à des milliers de kilomètres d'ici et visiblement, dans l'état où elle se trouvait en ce moment, la rouquine n'avait absolument aucune pitié pour elle. Elle ne la connaissait même pas, mais le corps masculin qui se pressait contre le sien et l'alcool qui coulait dans ses veines suffisaient à lui faire oublier tous ses principes. Leur étreinte ne changerait rien lorsqu'ils reviendraient à Tenby, Juliette en était persuadée. Caleb aimait sa petite-amie et elle-même n'était pas encore prête à se relancer dans une relation sérieuse, d'autant plus qu'elle n'était absolument pas dans cet état d'esprit depuis plusieurs mois déjà. Elle s'était rapprochée de lui pour l'embrasser à nouveau avant de lui proposer de rentrer, abandonnant ses lèvres dans le creux de son cou, tout près de son oreille. La main de Caleb dans ses cheveux la fit frémir et elle se mordit finalement la lèvre avant de relever les yeux vers lui, les battements de son coeur s'étant une fois de plus rapidement accélérés.

Un peu chancelante, elle le laissa la guider parmi la foule des danseurs puisque de toute évidence, son gabarit imposant forçait un passage bien plus aisément que le sien, se retrouva rapidement à l'extérieur alors qu'il n'avait toujours pas relâché sa main. « Je pensais qu'il y aurait des taxis. » lâcha-t-elle un peu perdue alors qu'elle jetait un coup d'oeil autour d'elle. La fraîcheur de la nuit n'avait aucune emprise sur elle, mais elle se serra tout de même un peu contre le vétérinaire pendant qu'il appelait un taxi, ne serait-ce que pour profiter de cette nouvelle proximité. Il l'entraîna ensuite vers la voiture afin d'attendre le taxi et Juliette s'y engouffra en se mordant la lèvre, persuadée qu'elle ne pourrait jamais contenir son impatience dans un endroit aussi restreint. Caleb s'était d'ailleurs penché sur elle pour l'embrasser dans le cou et capturer sa taille de ses doigts, soutirant à la rouquine un bon nombre de frissons. Elle passa une main dans ses cheveux pour les ramener d'un seul côté de son visage et lui laisser le champ libre, glissa les doigts sur le torse masculin avant de les laisser descendre un peu plus bas, jusqu'à la ceinture du brun. La tête lui tournait un peu et les baisers de Caleb sur sa peau n'arrangeaient pas les choses. Elle soupira contre son épaule, mais l'espace réduit de l'habitacle la brimait un peu dans ses mouvements. Lorsqu'elle emprisonna ses lèvres entre les siennes, la barrière de sa ceinture cédait sous ses doigts et elle sentit son coeur rater un battement alors que sa respiration devenait plus saccadée.

Les phares d'une voiture s'approchèrent et Juliette reconnut tout de suite le taxi dans le rétroviseur. Ses doigts s'étaient attardés un peu sous la ceinture du vétérinaire, mais le manque d'espace la contraignait dans ses mouvements et elle vint une nouvelle fois lui dérober un baiser.

« Notre taxi est là. »

Elle se détacha à regret de ses lèvres, mordit la sienne en se reculant un peu avant d'ouvrir la portière de la voiture. L'air frais extérieur contrastait agréablement avec la température de l'habitacle, mais la rousse se languissait déjà de retrouver la bouche masculine. Elle fouilla d'ailleurs dans son sac à main pour y dénicher la carte de leur hôtel, qu'elle donna au chauffeur chinois avant de s'installer à l'arrière du véhicule et de laisser sa main glisser le long du torse du vétérinaire, jusqu'à atteindre subtilement et du bout des doigts la bosse qui s'était formée sous sa ceinture alors que ses lèvres se perdaient dans le creux de son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyMar 6 Sep - 22:00


Même s’il était arrivé au Caleb adolescent de faire des bêtises qu’il avait pas mal regrettées après coup, il n’aurait jamais pensé que ça lui arriverait après l’âge de vingt-cinq ans. Pire encore, il était tombé dans le cliché même du type d’hommes dont il s’était toujours moqué : celui qui, sous l’effet de l’alcool et sous prétexte qu’il était loin de chez lui, se croyait tout permis. Ceux-là même qu’il voyait en rigolant dans des films comme Very Bad Trip… Ceux-là même qu’il méprisait profondément dans la vraie vie, parce qu’ils se trouvaient des excuses pour fauter gravement. Bien sûr que de tels écarts pouvaient ne jamais être découverts, bien sûr que ce que les autres ne savaient pas ne pouvaient pas les blesser, bien sûr que la majorité des hommes n’avaient pas la réputation d’être très fidèles… Néanmoins, Caleb n’adhérait pas à ce genre de propos. En théorie, il était censé avoir des principes. Mais ces derniers semblaient s’être envolés en la circonstance, comme s’il découvrait soudain qu’il était tout aussi faible. Après coup, il comprendrait où il avait commis des erreurs, où ça avait commencé et où il aurait pu franchement réagir plus fermement. Mais pour l’instant, il avait le cerveau trop embrumé par les effluves d’alcool. Il n’avait plus bu autant depuis plus de deux ans, peut-être. Et son esprit était aussi totalement focalisé sur la ravissante jeune femme qui l’accompagnait, alors qu’il n’avait jamais pensé à elle de cette manière. Oh, il lui était arrivé de se dire qu’elle était très belle, oui. Il lui était arrivé d’être troublé par leur proximité physique en certaines circonstances. Ils avaient passé tellement de temps ensemble… Mais il s’était toujours interdit de laisser son esprit vagabonder plus loin et l’image de Paige dansait toujours devant lui. Et jusque-là, il ne s’était encore jamais fourré dans des situations aussi risquées. En réalité, il s’était jeté tout seul dans la gueule du loup et il n’était pas très étonnant que l’idée même de la repousser lui ait semblé quasiment insurmontable. Voilà donc comment il se retrouvait dans la voiture qu’ils avaient empruntée, à l’embrasser dans le cou, tout en frissonnant à cause des doigts de Juliette qui s’égaraient.

Si leur taxi n’était pas arrivé, il n’aurait probablement pas réussi à se décoller d’elle. Mais avec un grognement déçu, il finit par s’écarter, prenant soin de verrouiller les portes de la voiture. Trois secondes plus tard, il rejoignait l’Américaine dans le taxi. Visiblement, elle avait déjà donné leur adresse au chauffeur. Caleb se contenta de le saluer, avant de s’installer sur la banquette arrière. Déjà, Juliette s’était approchée à nouveau de lui, pour des caresses et des baisers qui le faisaient rêver. Mais il fallait croire qu’il lui restait encore un minimum de réserve, puisqu’il inspira profondément avant de poser une main sur le bras de Juliette, pour qu’elle arrête. Il parla ensuite à voix basse. « Attends… Je… Ça va pas le faire, tout le trajet comme ça. » Il disait vrai. Comment réfréner les vagues de désir si elle faisait ça ? Il n’avait pas envie de perdre le contrôle de lui-même et de les donner en spectacle. D’ailleurs, ça le gonflait déjà de se dire que malheureusement, leur langue était la plus connue à l’international, le chauffeur pouvait parfaitement saisir ses propos. « On va pas trop tarder à arriver. » Ça, par contre, c’était une autre histoire… Les minutes risquaient d’être très longues et, pour ne pas en arriver au point de non-retour dans cet endroit, Caleb s’obligea à s’éloigner de la rouquine. Il garda néanmoins une main posée contre la sienne, pour qu’elle ne pense pas qu’il était en train de la rejeter. Pendant ce temps, le vétérinaire se força à diriger ses pensées vers autre chose. Ce n’était pas facile de se concentrer, parce que sa tête commençait à tourner. Et voilà, les effets indésirables de l’alcool commençaient à se joindre à la partie… Caleb posa une main sur son front. Les kilomètres défilaient et il commençait à se sentir moins joyeux, moins enthousiaste - il avait vraiment abusé. D’ailleurs, maintenant que le corps de Juliette n’était plus pressé contre le sien et que leurs bouches s’étaient séparées, la flamme semblait se calmer. Ses pensées s’entremêlaient, mais il n’était plus aussi obsédé par la tentation charnelle. Non seulement un certain mal-être purement physique s’était emparé de lui, mais en plus, il parvenait à voir un peu plus loin que la satisfaction de ses désirs immédiats. Ce cocktail n’était guère réjouissant et, petit à petit, Caleb sentit que ça s’empirait. Finalement, après avoir payé le taxi, il se rendit compte qu’il tenait à peine sur ses jambes et, sans savoir si c’était à cause de l’alcool ou de son comportement en général, une légère nausée l’avait envahi. Mais l’air frais l’aidait à rassembler un peu ses idées et peut-être même ses scrupules et le peu de courage qu’il lui restait. Au fond, il savait probablement que ce moment finirait par arriver. Affreusement penaud, il inspira, prenant sur lui pour prononcer des mots qui lui coûtaient. Ou pas. Mais le trajet, une certaine distance physique et les effets secondaires de sa cuite le poussaient dans ce sens, là où il aurait dû aller dès le début. « Ju, c’est pas contre toi, mais… Je ferai mieux de retourner dans ma chambre tout seul. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyDim 18 Sep - 4:36

Juliette se mordit la lèvre et ferma les yeux quelques secondes pour retrouver le peu de contrôle qu'elle possédait encore lorsque Caleb repoussa sa main en lui rappelant silencieusement où ils se trouvaient. La rouquine n'était pas sûre que le chauffeur du taxi puisse vraiment comprendre ce qu'ils se disaient puisqu'il ne lui donnait pas particulièrement l'impression de s'intéresser à ce qui se passait sur le siège arrière de sa voiture - après tout, il devait en avoir vu d'autres. Elle hocha néanmoins la tête et reprit sa position initiale, un peu déçue de constater que le vétérinaire ne partageait pas le désir qu'elle éprouvait pour lui ou qu'il prenne la peine de le réprimer. Elle arqua un sourcil surpris lorsqu'il posa une main sur la sienne, détourna le regard pendant quelques secondes afin d'observer les édifices qui défilaient de l'autre côté de la rue. Le seul contact de ses doigts contre les siens la faisait frémir et elle dut se concentrer pour ne pas tenter une nouvelle approche. Les minutes semblaient s'écouler au ralenti et elle passa une main dans ses cheveux roux avant de tourner la tête pour observer la silhouette de Caleb, à ses côtés. Il ne semblait pas en très grande forme, comme si les regrets et les remords le submergeaient, comme s'il se rendait compte de la bêtise qu'il commettait et Juliette pressa ses doigts contre les siens afin de lui rappeler qu'elle était là, tout près, et qu'elle pouvait lui faire oublier ses soucis. Elle avait trop bu et elle ne parvenait pas à se montrer raisonnable.

Elle détacha ses doigts des siens et quitta le taxi à la suite du vétérinaire, s'apprêtait à l'entraîner à l'intérieur de l'hôtel alors qu'il s'était subitement arrêté. Lorsqu'elle se retourna, elle comprit qu'elle ne passerait pas la nuit avec lui et qu'elle rentrerait seule à sa chambre avant même qu'il ouvre la bouche. « Ok. » lâcha-t-elle simplement alors que ses iris plongeaient sur ses lèvres, sur la courbe de son cou qu'elle aurait tant aimé pouvoir embrasser encore et encore. Leurs chambres n'étaient pas très éloignées l'une de l'autre et c'était stupide de faire comme s'ils ne se connaissaient pas, si bien que la jeune femme entraîna Caleb à sa suite dans l'ascenseur qui les mènerait à leur étage. Elle appuya sur le bouton, ne relâcha pourtant pas sa main avant de se rapprocher de lui, son souffle venant caresser la courbe de sa mâchoire avant que ses lèvres ne se pressent contre les siennes pour un dernier baiser. La porte s'ouvrit d'ailleurs une fraction de seconde plus tard et elle finit par s'éloigner un peu, le souffle court. « Bonne nuit. » Le contact de ses lèvres contre les siennes l'avait enflammée une nouvelle fois, mais elle n'avait pas le droit de le retenir davantage alors qu'il avait bel et bien spécifié qu'il désirait rentrer seul. Juliette passa une main nerveuse dans sa chevelure flamboyante, tourna les talons en faisant virevolter légèrement sa robe. Elle tenait mal sur ses jambes, mais elle rejoignit sa chambre et glissa la carte magnétique devant le lecteur. Lorsque la lumière verte apparut, elle ouvrit rapidement la porte et la referma derrière elle avant de s'y adosser en fermant les yeux. Sa tête lui tournait, mais elle se dirigea néanmoins vers l'unique lit de la pièce pour s'y laisser tomber sur le dos en plaquant ses mains sur son visage. Plus elle réfléchissait à son comportement, plus elle se disait qu'elle avait eu tort de lui sauter dessus comme ça alors qu'il était déjà en couple.

Elle retira sa robe et se glissa sous les draps sans prendre la peine de prendre une douche, qu'elle reporterait au lendemain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB EmptyDim 18 Sep - 7:47


Le visage baissé vers Juliette, Caleb se mordait la lèvre inférieure. Ce n’était en rien un moment facile pour lui… Parce que clairement, il avait envie d’elle. C’était une fille sûre d’elle, terriblement belle et dégageant un magnétisme qui aurait facilement pu lui faire perdre les pédales davantage encore. Mais voilà… Il ne fallait pas. En d’autres circonstances, il aurait passé une nuit, plusieurs nuits avec elle, sans la moindre hésitation. Quel homme normalement constitué ne l’aurait pas désirée comme un fou ? Sauf que c’était mal. C’était mal, voilà ce qu’il s’efforçait de se répéter, encore et toujours. La pensée de sa petite amie lui donna la force, bien que trop tard, de reculer au dernier moment. Mais ce n’était pas pour autant que la réponse de Juliette ne lui serra pas le coeur. « Ok. » C’était tout ce qu’elle avait dit. La déception se lisait clairement sur son visage, mais elle ne lui faisait pas de reproches. Il crut qu’elle allait s’éloigner, pour lui faire payer d’une autre manière l’affront qu’il venait de lui infliger sans le vouloir. Mais au contraire, elle attrapa à nouveau sa main et l’entraîna en direction de l’ascenseur. Bien entendu, il se laissa faire. Après tout, il avait déjà dit le plus difficile… Ce n’était pas le moment de commencer à jouer les coincés, pas après ce qui s’était déjà passé. Sauf que quand les lèvres de la rouquine se posèrent sur les siennes, le jeune homme ne la repoussa pas non plus. Ce baiser avait presque un goût d’adieu et, profondément, Caleb ressentit des regrets. Il avait du mal à les expliquer précisément : il avait l’impression que c’était un mélange entre les remords vis-à-vis de Paige, et sa peine de laisser tomber ainsi Juliette. Mais il n’avait pas oublié ses bonnes résolutions, même si elles ne lui étaient revenues à la figure qu’après un nombre déjà trop important de faux pas. Heureusement, l’Américaine s’éloigna d’elle-même, rejoignant sa chambre. « Je suis désolé… Je suis vraiment désolé. » Le vétérinaire la suivit du regard, poussant un profond soupir. Son crâne lui faisait un mal de chien, comme si son cerveau lui faisait déjà payer ses excès. Alors dès qu’il eut la certitude que Juliette était en sécurité, il tourna les talons pour rejoindre sa propre chambre. Il eut du mal à l’ouvrir, mais il réussit finalement à glisser la carte magnétique correctement.

Immédiatement, il se laissa tomber sur son lit. Les pensées se bousculaient dans sa tête, amplifiant son mal de crâne. Il chercha un cachet d’aspirine dans le tiroir de sa table de chevet, l’avalant sans hésiter avec une gorgée d’eau. Sans surprise, il se sentait horriblement mal. Physiquement, bien sûr… Mais le pire était bien le reste. Le sentiment de culpabilité s’était emparé de lui à une vitesse grand V. Il ne parvenait pas à ressentir un tant soit peu de soulagement à la pensée que les choses se soient arrêtées là. Parce qu’en réalité, il savait que c’était déjà allé beaucoup trop loin. Il n’avait aucune excuse. Il avait foiré, merdé bien comme il le fallait… Il avait échoué dans chacune de ses missions et il s’était rarement senti aussi minable. Ce qu’il voulait, à la base, c’était faire respirer Juliette. Il voulait qu’elle change d’air, qu’elle se change les idées, qu’elle s’amuse, qu’elle réussisse à oublier un peu sa peine. Il espérait même réussir à lui montrer que les hommes n’étaient pas tous les mêmes, que certains savaient bien se comporter. Au lieu de ça, il finissait par lui infliger une déception supplémentaire. Au contraire, il venait précisément de dénigrer encore un peu plus la gent masculine. Il venait de lui prouver qu’il ne valait pas mieux que les autres. Son esprit le lui martelait inlassablement… Et le ramenait, inévitablement, vers Paige. Il se recroquevilla dans son lit, se sentant soudain presque aussi esseulé que quand il avait perdu son petit frère. Car il venait de faire quelque chose d’horrible qui, il le sentait, allait forcément lui coûter très cher. Quelque part, il refusait de penser à l’avenir, aux conséquences obligatoires de ses actes, tentant de refouler ses pensées les plus sombres. Mais c’était impossible. Deux sentiments liés l’avaient envahi, celui du dégoût et du mépris pour lui-même. Finalement, il se redressa brusquement et se précipita dans la salle d’eau. Quelques instants plus tard, il se retrouvait avec la tête au-dessus de la cuvette, vomissant de tout son soûl. Il resta là un bon moment, à la fois parce qu’il craignait que ça recommence et parce qu’il n’avait pas l’impression de mériter mieux qu’une position aussi humiliante. Il s’assit par terre, ayant presque envie de s’endormir là, sur la fraîcheur des carreaux. Finalement, il ne se releva que difficilement, pour se traîner sous la douche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty
MessageSujet: Re: I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB Empty

Revenir en haut Aller en bas

I want to reconcile the violence in your heart (+) JULIETTE & CALEB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-