AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Sweater weather. Madison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Sweater weather. Madison Mer 17 Aoû - 15:54


Tout ne se déroule pas pour le mieux ces derniers temps, mais il faut savoir se satisfaire des petits plaisirs et c'est bien ce que je compte faire, comme de profiter de ma petite nièce par exemple. J'ai toujours du mal à m'imaginer tante d'une adolescente, un peu comme j'ai du mal à m'imaginer que d'ici quelques mois, je serai maman. Cette pensée me réchauffe le coeur et je sais que même si toute ma vie est sur le point d'être chamboulée, ce n'est pas une raison pour ne pas l'apprécier à son maximum. Alors maintenant que les premières semaines de grossesses sont passées, je n'en peux plus d'attendre et je compte bien le dire au reste de la famille. Caleb et Rhys sont ont bien évidemment été mis au courant directement, mais à présent, je veux le dire autour de moi. C'est un supplice de ne pas pouvoir en parler, même si je sais qu'en général, ce n'est jamais prudent d'en parler pendant le premier trimestre, surtout quand la situation est aussi délicate que la mienne. J'ai même prévenu Luka en lui envoyant une lettre et bien que je n'ai pas reçu de réponse de sa part encore, je pense qu'il sera ravie de cette nouvelle - contrairement à Enael pour lequel je ne sais toujours pas comment trouver les mots pour le lui annoncer. Heureusement que Malone sera là pour m'aider dans cette tâche.
Je termine de me préparer, enfile une veste et pars en direction du ranch pour y retrouver Madison. Je ne l'ai jamais vu sur son cheval, mais je parie qu'elle doit être exceptionnelle avec. Même si je ne la connais pas vraiment bien, je me doute qu'elle doit être sensible au point de ne faire plus qu'un avec son animal. Le genre de fusion qui offre un spectacle ravissant.

J'arrive sur le domaine et regarde tout autour de moi, les champs qui s'étendent à perte de vue et dans lesquels les chevaux broutent tranquillement l'herbe. Des gens un peu partout s'en occupent, mais ce n'est que quand je vais en direction de la carrière que je reconnais Madison. Mes pensées se confirment quand je la vois évoluer dans la carrière avec son cheval et un sourire ne peut s'empêcher d'étirer mes lèvres. Sa mère doit être drôlement fière d'elle. Et mon frère aussi, doit l'être. Moi je le suis, en tout cas.
Je me pose sur un banc réservé aux visiteurs et je l'observe continuer son parcours sans rien dire. Je me satisfais des petites choses : ma nièce qui fait de l'équitation et avec laquelle je m'apprête à passer l'après midi. Je laisse terminer et quand elle descend de sa monture, je pars enfin à sa rencontrer, un grand sourire sur les lèvres.
« Coucou ! Vous étiez magnifiques les deux ! Tu es vraiment douée » Elle tient son cheval par les rênes et je l'enlace avant de donner une petite tape sur l'encolure de l'équidé en guise de caresse. « Alors, ce doit être Wildfire ? » Malgré moi, je me force à garder une distance de sécurité avec l'animal car si ma peur m'empêche uniquement de remonter à cheval et que ça ne me dérange pas de les caresser ou de les panser, ce n'est pas pour autant que je me sens tout à fait à l'aise quand ils sont si proches de moi.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Jeu 18 Aoû - 23:28

Lizzie & Madison
Sweater weather

Compte tenu que les cours n’étaient pas commencés, lorsque je n’avais rien de prévu en particulier pendant une journée, je me contentais de simplement aller au ranch pour m’entraîner un peu, puis rentrer chez moi et faire autre chose, sans vraiment me casser la tête. J’en profitais pendant que je le pouvais, puisque sous peu, je reprendrais les cours, en dernière année, et même si j’étais impatiente plus que jamais de finir le lycée et passer à autre chose, je ne voulais pas non plus ruiner mes chances de trouver une bonne université avec un programme d’équitation. Par conséquent, et surtout à mon grand désarroi, je me doutais que les cours allaient me prendre du temps, et je refusais de laisser complètement les entraînements de côté pour autant. Du coup, je saisissais tout le temps qui m’était imparti, sans toutefois être complètement fermée à d’autres possibilités, parce que ça restait les vacances, quand même. Voilà pourquoi, lorsqu’il y a quelques jours, Lizzie m’avait proposé qu’on passe du temps en compagnie l’une de l’autre, je n’avais certainement pas dit non. Bien que les circonstances pour qu’on fasse connaissance n’avaient pas été idéales dans un premier temps, je ne pouvais pas nier que maintenant, bien que l’occasion ne se présentait pas des plus souvent, j’appréciais passer du temps avec ma tante. Parce que oui, c’était le titre qu’elle portait à mes yeux, même si pour le moment, je ne m’étais pas encore permise de l’appeler « tata ». Et si elle n’aimait pas ça, après tout ? Je préférais être certaine que je ne provoquerais pas un froid ou quelque chose du genre si je venais à faire une chose pareille, surtout que je me refusais de gâcher quoi que ce soit alors que tout se passait bien, que je retrouvais un certain espoir de m’intégrer dans la famille de mon père malgré la distance physique qu’avait pris ce dernier pour sa rééducation. Par conséquent, j’avais accepté, et c’était même avec un certain enthousiasme que j’étais arrivée au ranch, sachant qu’elle viendrait m’y retrouver à un certain point pendant que j’étais en train de m’entraîner. Je ne savais pas quand, mais cela ne me dérangeait pas. La seule chose que cela changea à ma routine, ce fut le fait que dans un premier temps, j’avais pris des vêtements plus appropriés dans mon sac, histoire de pouvoir sortir sans sentir que j’avais une tenue peu convenable pour l’occasion. Ensuite, au moment de sortir Wildfire de son box, j’avais choisi non pas de l’emmener galoper plus loin, comme j’avais l’habitude de le faire parfois, mais je me contentai de rester sur la piste d’obstacles, là où je pouvais voir les nouveaux arrivants par un simple coup d’oeil. D’ailleurs, au bout d’un moment, alors que je savais que j’arriverais sous peu à bout de mon entraînement - et de l’endurance de mon étalon - ce fut ainsi que je vis ma tante assise sur un banc. Un sourire s’étira sur mes lèvres, même si je doutais fort qu’elle ne le vit pas. Depuis combien de temps était-elle arrivée ? M’attendait-elle depuis longtemps ? Décidant de ne pas la faire poireauter davantage, je remis Wildfire au petit trot, et je le conduisis jusqu’à la barrière permettant de délimiter l’endroit d’entraînement du reste, par principe de sécurité. Ça par contre, je fus persuadée que Lizzie l’avait vu, puisque de son côté, elle franchit la distance nous permettant de nous retrouver. Sur le chemin, je lui lançai avec enthousiasme:  « Salut ! » avant de terminer de me rapprocher. Sitôt Wildfire arrêté non loin de la barrière, je sautai à terre avec aisance, alla à la rencontre de ma tante à qui je dis:  « Oh, merci ! », lui rendant son étreinte avec joie, signifiant que non seulement, j’étais contente de la voir, mais aussi, que j’acceptais avec grand plaisir le compliment qu’elle venait de me lancer. Puis, une fois que je me fus distancée d’elle, ce fut avec un grand sourire que je lui présentai officiellement ma monture en affirmant:  « Exactement. », remarquant seulement après coup qu’elle semblait garder une distance un peu craintive par rapport à la monture…. Un peu comme mon père avait fait la première fois qu’il avait vu mon étalon. Était-ce de famille, la peur des chevaux ? Il faudrait bien que je m’en informe à un moment ou un autre. Mais pas tout de suite, ça ne pressait pas. À la place, je me contentai de dire:  « Il prend des airs de gros dur, mais au fond, il est gentil comme tout. » dans l’espoir de détendre quelque peu Lizzie, parce que je savais très bien la taille de Wildfire plutôt impressionnante, alors j’avais pris l’habitude de rassurer mon entourage par rapport à celui-ci, comme si je parlais au nom de mon cheval, ce pauvre incompris par moments. Puis, après un bref moment de silence, je reportai mon attention vers ma tante, et je dis:  « Ça va ? Je ne t’ai pas trop fait attendre, j’espère ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Dim 21 Aoû - 14:29


Je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre en arrivant dans ce ranch, je suis juste soulagée que l'adolescente n'ai pas décidé de laisser son cheval dans le haras d'Oscar car sinon cette rencontre aurait été bien plus compliquée et délicate. Autant, si j'étais toujours avec le Thompson, une telle chose aurait pu faciliter le contact avec ma petite nièce, mais il est clair que vu la situation actuelle, ça n'aurait pas été aussi facile. Heureusement, il n'est pas question de ça à présent, et même si être entourée de chevaux me fait énormément penser à mon ex-fiancé avec un pincement au coeur, je me fais violence pour voir Madison. Et quel spectacle. Je ne regrette pas du tout de lui avoir proposé une telle rencontre car à présent, j'ai la chance de la voir évoluer dans un milieu qu'elle adore et qui le lui rend bien, contrairement au milieu scolaire visiblement. La fusion est magnifique à regarder et j'aurais pu passer des heures sur ce banc à la voir avec son animal. Cependant, quand elle m'aperçoit, elle vient aussitôt à ma rencontre, descendant avec élégance de sa monture. Je m'en approche avec précaution, me souvenant des quelques années d'équitation de ma jeunesse et lors desquelles on m'a appris à ne jamais faire de mouvements trop brusques devant un cheval. Il est vrai qu'il est imposant par sa taille comme le souligne l'adolescente, mais si elle dit qu'il est gentil, alors il n'y a pas vraiment de quoi s'inquiéter. J'essaye de me détendre au maximum, sachant pertinemment que ce genre de bêtes ont la capacité de sentir la peur.   « Ca va bien, merci. » Dis-je en souriant, oubliant pendant un moment tous les tracas qui ne cessent de me tomber dessus. Elle est encore bien trop jeune et innocente pour être mêler à des problèmes qui ne la regarde pas vraiment, alors autant l'épargner ! Surtout quand on pense à toutes les épreuves qu'elle a dû vivre ces derniers mois avec le coma de son père.

Cette journée est belle et il n'y a rien qui pourra me la gâcher. Pour l'attente, mon sourire s'élargit et je balais sa question d'un geste de la main avant d'y répondre plus clairement. « Oh non pas du tout ! Je venais d'arriver. Ou du moins, c'est l'impression que j'aie eue ! » finis-je avec un éclat de rire pour lui prouver que vraiment, le peu de temps que j'ai passé à la regarder, je l'ai apprécié. C'est étrange ce sentiment qui naît dès qu'on apprend qu'une personne est de la famille. Ca me la fait quand Luka m'a avoué qu'il avait une fille, puis quand il m'a dit que Tyliane attendait un enfant, la découverte avec cette dernière que c'était des jumeaux qu'elle attendait… Je me suis sentie inondée d'un amour encore inconnu et à présent que c'est en moi qu'un bébé est en train de grandir. Ce sentiment est décuplé. Tout ce que je ressens est décuplé y compris l'affection naissante que j'ai pour la lycéenne et il faut croire que je deviens émotive pour la moindre chose. « Tu me fais visiter les lieux ? En arrivant, je suis passée devant les écuries, elles ont l'air assez énormes. » C'est vrai que de toute façon, il faut de la place dans ce genre d'endroit. Les chevaux ont besoin de beaucoup d'espace, que ce soit dans leur box ou dans les prés, c'est d'ailleurs pour cette raison que l'emplacement est entouré par des hectares et des hectares de verdure.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Dim 28 Aoû - 2:23

Lizzie & Madison
Sweater weather

Je n’étais pas vraiment une experte en sous-entendus, ayant toujours préféré les propos directs à tout autre chose, d’où le fait que je ne compris pas immédiatement lorsque Lizzie me dit qu’elle n’avait pas l’impression de m’attendre depuis longtemps. Dans un premier temps, je me dis que peut-être était-ce parce qu’elle n’avait pas regardé l’heure ou un truc du genre, mais quand elle se mit à rire doucement, je crus comprendre que c’était un peu plus que ça, et en faisant une rapide association à ce qu’elle m’avait dit précédemment, je supposai que c’était là un compliment, en quelques sortes. Je ne savais pas si j’avais juste pour le coup, mais histoire de ne pas paraître stupide, je décidai de le prendre ainsi, apprécier silencieusement la chose, et rire légèrement en sa compagnie, mais pas trop longtemps, histoire de ne pas mettre de malaise non plus, quand même. Non pas parce que je ne me sentais pas inconfortable avec Lizzie, au contraire, depuis quelque temps, elle était celle qui me faisait probablement sentir la plus à l’aise à l’idée de continuer à connaître la famille de mon paternel malgré le fait que lui, il ne soit pas là, pas à proximité en tout cas pour jouer les intermédiaires. L’aurait-il fait, de toute façon ? J’avais envie de croire que oui, même si le temps avait quelque peu manqué pour que j’en aie une preuve irréfutable. Je ne lui en voulais pas, clairement pas. Je savais bien que les circonstances n’avaient pas été idéales, bien loin de là. Maintenant, je me contentais juste de me montrer heureuse de pouvoir quand même en apprendre un peu plus sur la famille du côté de mon père lentement, mais sûrement. Cela me permettait de passer du temps en leur compagnie outre qu’en me sentant la petite nouvelle, l’étrangère qui est arrivée sans crier gare, comme c’était le cas avec Lizzie en ce moment. Maintenant, plutôt que de sentir qu’elle se forçait, en quelques sortes, à en savoir un peu plus par rapport à moi, ce que j’aimais et tout ce qui venait avec. Peut-être avais-je faux, depuis le début, depuis maintenant, mais je m’en moquais, parce que je préférais de loin éprouver et embrasser le plaisir que j’avais de partager certaines choses sur ce que j’aimais faire probablement le plus au monde plutôt que de me questionner sur tout et n’importe quoi. Inutile de mentionner que ce fut avec plaisir que j’acquiesçai à la requête de ma tante en hochant vivement de la tête et en affirmant:  « Oui, avec plaisir ! » Sur ces mots, avec un large sourire, j’indiquai une porte d’entrée non loin de là où nous nous trouvions, là où Lizzie pourrait rentrer pour pouvoir commencer la visite qui serait certainement plus agréable si elle était non loin de moi ou du moins, pas séparée par une barrière pour le coup. Une fois qu’elle fut un peu plus près, je lui dis:  « Alors ici, c’est le terrain d’entraînement principal. Je crois que tu l’as compris, vu les obstacles et tout. » Je dus avouer que pour le coup, puisque je n’avais pas nécessairement l’habitude, il me fit un peu étrange de faire cette « visite guidée », mais je ne m’en plaignis pas, parce que ce n’était pas plus mal, bien loin de là. Par contre, puisque je ne me voyais pas parler de cela uniquement et ce, sans m’arrêter, je choisis de dire, tandis que nous traversions le fameux terrain:  « Tu as déjà fait du cheval avant ? », me disant que c’était une question tout à fait légitime, qui pourrait peut-être m’expliquer d’une façon ou d’une autre le pourquoi elle n’avait pas voulu faire un tour à cheval aujourd’hui, même si pour ça, je ne lui en voulais pas, bien loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Jeu 1 Sep - 22:22


Je suis encore en train d'évaluer mon rôle dans la vie de l'adolescente et petit à petit, j'essaye de découvrir comment je dois me comporter avec elle. Comme je n'ai pas eu la chance de la connaître plus jeune - comme tout le reste de la famille de côté de son géniteur, en fait - je me dis qu'il vaut mieux ne pas forcer les choses et faire en sorte de ne pas trop m'imposer. Au final, je suis naturelle avec Madison. Un peu gênée de temps en temps, c'est sûr, mais je la considère comme une personne normale (ou peut-être un peu au dessus des autres mortels quand même parce qu'elle fait partie de la famille) et je fais en sorte de ne pas rendre les choses encore plus gênantes qu'elles ne le sont déjà.
Cependant, je note les gros progrès que nous avons fait depuis notre première rencontre. Si au tout début, je n'étais pas disposée à être la tante de l'année à cause de tout ce qui se passait dans ma vie, j'essaye de me rattraper en faisant de mon mieux. Maintenant, je suis disponible pour elle et j'espère qu'elle le sait, qu'elle peut m'appeler à n'importe quelle heure et je répondrai présente. C'est comme ça en famille, alors je ne vais pas me débiner. D'autant plus que ce petit être qui pousse dans mon ventre fait ressortir des instincts maternels encore plus développés que ceux déjà existants - c'est pour dire. On commence par marcher à l'extérieur tandis que la Lannister commente le parcours d'obstacles et la piste extérieure en général. Je hoche la tête, reconnaissant bien là tout l'équipement nécessaire pour des préparations à des concours. Quand elle en vient à me poser une question concernant l'équitation, je me pince les lèvres, sentant d'anciens souvenirs remonter à la surface. Je lui souris poliment et je lui réponds enfin d'une voix un peu distraite. « Oui… J'en ai fait quelques années en fait quand j'étais adolescente. J'adorais ça. Je n'étais pas fan des sauts d'obstacles par contre, je préférais les leçons de dressage. Encore maintenant, quand j'observe des concours, je préfère regarder le dressage. C'est d'autant plus impressionnant, si ce n'est plus… Et la connexion entre le cavalier et sa monture… C'est tellement… C'est beau à voir. » Je pourrais probablement parler pendant des heures pour ma passion du dressage, mais je me retiens, ne voulant pas ennuyer la brunette avec mes émotions. Non, ce qui l'intéresse plutôt c'est de savoir pourquoi je suis aussi distance avec sa propre monture et les explications sont en effet de rigueur. « Et puis un jour, j'ai chuté. Une mauvaise chute. J'ai passé la nuit à l'hôpital et au final, il n'en reste pas grand chose… Juste quelques cicatrices, mais je les ai déjà recouvertes. » Que je lâche en riant nerveusement, lui montrant brièvement les nombreux tatouages sur mes bras qui cachent les cicatrices en question. Au final, les cicatrices étaient minimes, mais une fois après avoir commencé, je n'ai pas su m'arrêter.  « On dit toujours qu'il faut remonter à cheval juste après la chute, mais là, ce n'était pas possible. J'ai été immobilisée plusieurs semaines et quand j'ai repris du poil de la bête, je n'osais plus m'approcher des chevaux. » Quelques caresses par ci par là, mais impossibilité de remonter sur le dos du canasson. Je hausse les épaules, avouant ma peur à ma nièce. « Je remonterai peut-être un jour, qui sait ? Mon ex fiancé avait un haras, il essayait de me faire vaincre ma peur petit à petit et je faisais des progrès. Si ça se trouve, tu me verras un jour sur un cheval. » Que je lâche avec un sourire confiant. On continue notre petite visite du domaine et c'est à mon tour de poser une question à la demoiselle. « Et toi ? ça fait combien de temps que tu montes à cheval ? »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Ven 2 Sep - 18:26

Lizzie & Madison
Sweater weather

Ne connaissant pas du tout la connexion entre Lizzie et les chevaux, le fait qu’elle ne veuille pas monter ou quoi que ce soit m’avait laissé supposer pendant un instant qu’elle n’avait jamais fait d’équitation, ou bien elle jugeait plus prudent pour elle de ne pas monter. Enfin, dans tous les cas, j’avais bien vu qu’elle ne semblait pas limite horrifiée de voir un étalon non loin, comme mon père la première fois que je l’avais vu. Limite, c’était comme s’il avait l’impression que Wildfire allait le manger à tout instant. Je ne pouvais pas nier que lorsque j’y repensais, cette vision du passé m’amusait beaucoup, même si elle était toujours teintée d’un certain regret, le regret de ne pas avoir pu davantage partager ma passion avait lui, ne serait-ce que pour en discuter, et si jamais la chance avait été de mon côté, l’inviter à une compétition ou quelque chose du genre. Mais peut-être qu’avec Lizzie, ce serait différent ? J’avais envie d’y croire, d’où le fait que je lui avais posé cette question et au bout du compte, je fus loin d’être déçue de la réponse. À mon grand étonnement, j’appris que ma tante avait fait de l’équitation, avait même une préférence de discipline, bref, elle s’y connaissait. Pendant un bref instant, mes yeux commencèrent à briller à cet aveux, et je me surpris même à sourire. Malheureusement, ce sourire ne resta pas bien longtemps scotché sur mon visage, bien malgré moi, puisque sitôt qu’elle commença à me raconter qu’elle avait chuté de cheval et en avait gardé des cicatrices - bien que vu ses tatouages, ce n’était plus visible, de ce que je pouvais remarquer - mon sourire disparut, faisant adopter à mon visage un air à la fois triste et désolé. En effet, pour moi, c’était triste. Me concernant, je ne sais pas ce que j’aurais fait si jamais j’avais été blessée de façon suffisamment sérieuse pour ne pas avoir le courage de remonter à cheval par la suite. Évidemment, j’avais déjà eu quelques éraflures et une entorse, mais jamais rien me faisant craindre de remonter par la suite. Peut-être était-ce parce que j’aimais trop le sport et que si jamais je ne le pratiquais pas, il me manquait une partie de moi-même, en quelques sortes. Après, je ne pouvais pas le supposer, le savoir, puisque j’avais la chance que cela ne me soit jamais arrivé, et bien sûr, j’espérais que cela continue ainsi. À la fin du discours de Lizzie, je me retrouvai à me mordiller la lèvre inférieure, me sentant évidemment désolée, même si je ne l’exprimai pas ainsi, en venant simplement à dire:  « Oh, c’est dommage… » Au moins, et c’était là un certain soulagement, elle ne semblait pas totalement fermée à l’idée de remonter à cheval un jour. C’est ce propos qui me permit de reprendre mon sourire, et en la regardant, en voyant son air plutôt assuré, et non pas faux comme elle aurait pu avoir dans l’ordre d’idées où elle disait cela que pour me faire plaisir, je compris qu’espérer dans le cas présent n’était pas un caprice. Cependant, avant que je dise quoi que ce soit par rapport à cela, ce fut ma tante qui me posa une question, à laquelle je n’eus aucun mal à répondre:  « J’avais quatre ans la première fois que je suis montée à cheval, en colonie de vacances. J’ai commencé à vraiment suivre des cours d’équitation l’année suivante. » En gros, si on faisait le calcul, cela faisait plus de dix ans que j’en faisais, presque douze même. Puis, compte tenu que j’avais affaire à quelqu’un qui s’y connaissait un peu plus que la normale, je ne me gênai pas pour dire:  « J’ai commencé avec le dressage, avec une jument très facile, toute douce. Ensuite j’ai fait les obstacles, puis j’ai même participé à quelques concours complets à Miami. Ensuite je suis venue ici, et on m’a confié Wildfire qui est plus fort à la course. Ça ne me déplait pas, j’adore la poussée d’adrénaline que ça donne quand il est au galop. » Un petit sourire apparut sur mes lèvres, puis me disant que même si je serais capable de parler de ça pendant encore des heures, il valait mieux que je m’arrête un bref instant, ne serait-ce que pour reprendre mon sérieux et dire:  « Mais ici il y a plusieurs chevaux faits pour ceux qui sont moins à l’aise. Si jamais un jour, tu as envie de remonter à cheval, il me ferait plaisir de t’aider. », regardant alors ma tante d’un air que je voulais sincère. Si bien sûr, je ne voulais pas la brusquer, si jamais à un moment ou un autre, elle exprimait la volonté de reprendre l’équitation, ne serait-ce que pour vaincre sa peur de remonter à cheval, pour sûr, je voudrais être là pour l’aider, je le ferais même sans aucun problème.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Mar 6 Sep - 13:28


Je vois des étoiles dans les yeux de l'adolescente quand je lui fais comprendre qu'à une certaine époque, j'étais moi-même passionnée par les équidés. Malheureusement, le moment est bref, parce que je me dois de lui avouer que l'équitation et moi, ce n'est plus d'actualité. Quand on dit que tout peut basculer d'une seconde à l'autre, c'est un assez bon exemple qui se présente à nous. Il a suffit d'une chute pour me faire avoir peur de ma propre passion. Une seconde pour changer ma nature. Je me suis adaptée, évidemment, mais je n'ai toujours pas réussi à vaincre ma peur. Peut-être qu'un jour… J'y parviendrais. En attendant, je pose une question à la jeune fille et j'écoute sa réponse, impressionnée par ce qu'elle me raconte. On se parle en des termes techniques et une pointe de nostalgie peut se lire sur mes traits. Ca me manque de ne plus monter à cheval, mais je ne sais pas si j'arriverais à me faire suffisamment violence pour remonter sans avoir la peur au ventre et sans faire des bêtises. Peut-être qu'en faisant doucement, j'y arriverais. Mais cela dit, ce n'est pas d'actualité avec la grossesse. Je dois d'abord me concentrer sur cette grossesse et faire en sorte que tout se déroule pour le mieux. Monter à cheval serait trop dangereux, déjà pour le stresse engendré, mais également à cause d'une éventuelle chute. Cette grossesse est déjà assez risquée sans que j'y ajoute de nouveaux facteurs.
« Tu as des photos ou des vidéos de tes concours ? J'aimerais beaucoup voir tes performances. » Je suis persuadée qu'elle doit être très douée, surtout après ce que je viens de voir, mais en concours, avec les vêtements obligatoires, elle doit être sublime. Même si je ne la connais pas plus que cela, l'entendre parler de Miami me fait froid dans le dos parce que l'idée qu'elle y reparte reste gravée dans mon esprit. Et si une telle chose se produisait, je crois que je le vivrais très mal. Pourtant, oui, je ne peux pas l'enlever de mon esprit, surtout depuis que Luka a quitté la ville pour sa rééducation. « En tout cas, c'est bien si tu es polyvalente ! Tu as une préférence pour une des disciplines quand même ? » que je demande, curieuse d'en apprendre un peu plus sur la jeune femme. Toujours en apprendre plus pour me sentir plus proche d'elle. « Merci pour la proposition ! Je la garde de côté. A l'époque, mon cheval préféré, c'était un Mérens. Il était juste parfait. Après quand je voulais faire plus du dressage, on me confiant un Lipizzan. Il y a en ici ? »
On avance dans l'écurie doucement et je regarde les chevaux dans leurs boxes qui se font brosser et sceller pour la prochaine leçon qui doit débuter dans quelques minutes. C'est adorable de sa part de me proposer de m'aider, et qui sait, peut-être qu'après la grossesse, si j'ai le temps de m'y consacrer, je retenterai l'expérience. Etrangement, j'ai l'impression que si monter à cheval fait plaisir à Madison, alors c'est ce que je ferais. J'ai envie de lui faire plaisir et de me rapprocher d'elle, j'ai envie de construire une vraie relation d'une tante avec sa nièce. Et ça, c'est une motivation encore plus grande que celle d'avec Oscar.
Cependant, il faut que j'annonce à la lycéenne, au risque de la décevoir à nouveau, que ça ne sera pas pour tout de suite. Je vais pour le lui dire quand soudain, je sens que je vais être malade. Oh my… Une nausée matinale pas franchement matinale. Oui, clairement, une grossesse, ce n'est pas l'idéal pour faire des projets sportifs. Je cours jusqu'à la poubelle la plus proche et je me vide sous les grands yeux de Madison. Moi qui cherchais une façon de lui annoncer la nouvelle, je crois que c'est le moment. Une fois que je me sens mieux, je relève la tête, prends un mouchoir dans ma poche pour m'essuyer la bouche et j'annonce en souriant, gênée. « Surprise… Tu vas être cousine. » Je ne pensais pas m'y prendre de cette façon, mais au moins, c'est chose faite. « Tu pourrais m'indiquer les toilettes, s'il te plait ? »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Ven 9 Sep - 20:40

Lizzie & Madison
Sweater weather

 « Ma mère en a certainement oui. Je peux toujours lui demander. » fut ce que je répondis au moment où Lizzie me demanda si j’avais photographies et vidéos de mes précédentes compétitions. C’était probablement là la réponse la plus plausible que je pouvais lui fournir, raison étant que non seulement, je ne pouvais pas commander ce genre de chose mais de plus, ce n’était pas moi qui allait le faire. Les photos et autres, ce n’était pas vraiment mon truc. Je n’aimais pas ma tête, je n’aimais pas me regarder. Évidemment, je comprenais que cela servait à garder des souvenirs, mais après ça, ce n’était pas moi qui insistait pour me faire prendre en photo quand je gagnais une compétition ou un truc du genre. Ma mère par contre, qui avait assisté à la grande majorité, si ce n’était pas à tous les évènements auxquels j’avais participé, savait mieux que moi ce qu’elle avait gardé en souvenir. Après, lui demander, je ne savais pas si ce serait chose simple, mais puisque c’était ce que je pensais être quelque chose de plutôt banal, je me disais que je n’allais pas déclarer une guerre ou quoi que ce soit si je lui demandais. Et puis, dans le cas où elle ne voulait pas pour une raison que je ne saurais supposer en ce moment, je n’avais pas terminé de faire des compétitions. Au contraire, j’avais l’intention de m’inscrire à autant que possible, histoire d’être remarquée, monter à un niveau supérieur éventuellement. Et qui sait, peut-être si jamais Lizzie était disponible, je pourrais l’inviter à une compétition non loin de la ville ? Franchement, je ne voyais pas ce qui pourrait m’en empêcher, maintenant que je savais que non seulement, cela lui plaisait, mais qu’en plus, elle s’y connaissait, comme elle me le prouva en continuant d’alimenter la conversation, d’abord en me demandant quelle était ma discipline préférée, ce à quoi je répondis sans trop hésiter:  « Il y a deux ans, je t’aurais probablement dit le saut d’obstacles, mais là, je crois que c’est la course. En tout cas, avec Wildfire, c’est dans cette discipline que je me sens la plus à l’aise. » Et ça, c’était surtout parce que c’était là que je me sentais la plus en fusion avec mon étalon. Lorsqu’il était à pleine vitesse, Wildfire était vraiment beau à voir, et être sur son dos pendant ce temps était tout simplement génial. Mais ça, je ne le dis pas, histoire de non seulement, ne pas m’étaler et faire la conversation toute seule, mais aussi pour ne pas interrompre Lizzie qui, elle aussi, me parlait de ses précédentes expériences. Ce fut avec un grand plaisir que je l’écoutai me parler des chevaux dont elle s’était occupée précédemment, et avec ce même enthousiasme que je lui répondis:  « Oui, il y en a un ! Enfin, une jument plutôt, Stella. » Un petit sourire apparut sur mes lèvres à ses dires, puis sachant que je l’avais vue dans l’écurie plus tôt, je n’attendis pas plus longtemps pour commencer à dire:  « Je peux aller… » sauf que bien rapidement, je fus interrompue dans mon propos par ma tante qui, soudainement, devint blême, puis me prit complètement de court lorsque soudainement, elle en vint à me dire que je serais cousine. Ne comprenant pas dans un premier temps, parce que mon cerveau n’avait pas eu le temps d’analyser l’information visiblement, je demeurai bouche-bée, reprenant la parole que lorsqu’elle me demanda les toilettes les plus près. Du doigt, je pointai l’entrée du ranch qui, heureusement sûrement, se trouvait non loin de là, puis j’ajoutai:  « À l’entrée, à gauche. », n’ayant même pas le courage de lui dire que je viendrais avec elle. Et ça, ce n’était pas parce que je ne pouvais pas en raison de la présence de Wildfire - ce qui était en soi une excellente excuse - mais parce qu’à cette nouvelle plutôt brusquement annoncée, je ne sus vraiment pas comment réagir. Je demeurai donc plantée là, à ne rien dire, attendant de voir comment ma tante allait réagir, tandis que moi, j’essayais, encore une fois, de composer avec quelque chose de nouveau, qui me laissait, encore une fois, plutôt perplexe dans l’immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Mar 13 Sep - 13:55


Je hoche la tête, satisfaite quand Madison propose qu'elle peut toujours demander à sa mère pour récupérer des enregistrements ou des photos de ses concours d'équitation. Je ne connais pas la relation entre les deux femmes et j'espère que la mère de la brunette ne m'en voudra pas de chercher à connaître un peu mieux sa fille. D'ailleurs, comme nous sommes parties sur une conversation qui se veut équine principalement, je lui demande ce qu'il en est par rapport à ses disciplines préférées. Elle semble plutôt polyvalente en ce qui concerne les disciplines, mais contrairement à moi qui préfère le dressage ou encore la voltige, elle m'avoue avoir d'autres préférences : le saut d'obstacles il y a quelques années, mais à présent, avec sa nouvelle monture, elle préfère la course. Voilà une différence notoire entre nos deux personnalités. La vitesse ne m'a jamais vraiment attirée, que ce soit à cheval ou même en voiture. Trop d'adrénaline d'un coup… Trop de risques aussi… Je lui parle de mes propres expériences, lui expliquant les différentes montures dont j'avais l'habitude. Quand je lui demande s'il y a un Lipizzan dans le ranch, j'ai à peine le temps d'entendre la réponse de la lycéenne que je me retrouve à vomir dans l'une des grosses poubelles qui longent le chemin. Ces nausées… Elles n'en finissent donc jamais. Quand les mères en parlent dans les reportages, elles ne parlent pas souvent des aspects négatifs de la grossesse. Clairement, celui là est en première position en ce qui me concerne. Toutes les femmes ne sont pas malades, c'est vrai, mais je sais à présent que pour moi, c'est le cas. Et pas qu'un peu. Quand je reprends un peu de contenance, j'avoue à la jeune femme ce qu'il en est. C'est probablement déstabilisant pour elle alors je lui laisse le temps de digérer l'information en lui demandant ensuite où se trouve les toilettes. Il faut que j'aille me rincer, c'est une nécessité.  Elle me l'indique sans rien ajouter à ma révélation et je tire ma révérence d'un pas chancelant.
Enfermée là-bas, je me rince la bouche et je reste encore quelques secondes là le temps de sentir si une nouvelle nausée risque de pointer le bout de son nez ou si je suis tranquille pour les prochaines heures. Après une ou deux minutes à attendre, à reprendre une respiration normale, je sors des toilettes pour rejoindre la cavalière. Elle se tient à quelques pas de l'écurie et je la gratifie d'un nouveau sourire timide et gêné
« Désolée pour ça… C'est l'horreur toutes ces nausées, ça fait une semaine que ça dure. » Et je n'arrive toujours pas à les prévoir à l'avance. Le plus simple étant de penser que je risque d'être malade à tout moment. « Donc oui… Ce que je comptais te dire, c'est que je ne risque pas de reprendre l'équitation ces prochains mois. » La grossesse complique les choses, mais après tout, ça ne reporte les entraînements que de quelques mois. Et puis, avant de remonter sur un cheval, il faut déjà que je combatte ma peur car il est hors de question que je retourne sur le dos d'un canasson si je ne suis pas sûre de moi à cent pour cent. Ces bêtes sentent la peur… Autant éviter un nouveau drame.
Nous construisons à peine cette nouvelle relation Madison et moi, mais je trouvais essentiel qu'elle soit au courant de mon nouveau statut, même si je ne comptais pas le lui annoncer d'une façon aussi abrupte. Tant pis, les choses sont faites et je n'avais pas envie de chercher une quelconque excuse pour ma nausée alors que de toute façon, j'aurais fini par lui dire la vérité.
« Luka n'est pas encore au courant. Je compte attendre ma première échographie pour lui envoyer la photo, en fait. » Que j'avoue, sentant mes joues rougir.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Ven 16 Sep - 0:01

Lizzie & Madison
Sweater weather

Légèrement troublée de la nouvelle que je venais d’apprendre, de façon trop peu délicate, à laquelle je n’étais pas du tout préparée, je ne me rendis pas compte dans un premier temps que Lizzie, dans un premier temps, ne parvint pas à se rendre aux toilettes qui, pourtant, n’étaient pas si loin que cela. Je m’aperçus que quelques secondes plus tard qu’elle avait la tête dans une poubelle, faisant en sorte que je ne sus faire mieux que de grimacer à la vue de ce spectacle. Non pas vraiment de dégoût, parce que je n’étais pas ce genre de personne à éprouver de l’écoeurement devant ce genre de chose - même si bon, ce n’était pas agréable non plus - mais parce que je savais déjà que ces poubelles, ce n’était pas nécessairement l’idéal. Mais ça, je ne pouvais pas lui dire, et avant que j’aie la bonne idée d’aller la rejoindre pour voir si tout allait bien, ma tante reprit la route, trouvant son chemin en direction des toilettes, là où je ne pouvais pas vraiment aller la rejoindre parce que bon, Wildfire ne rentrait pas dans les cabines, c’était sûr et certain. Il était vrai que dans le pire des cas, je pourrais toujours attacher sa bride à une clôture non loin, et je savais qu’il ne serait pas du genre à s’enfuir, mais pour tout dire, je ne songeai même pas à l’éventualité, préférant prendre ce bref moment pour moi-même, pour réfléchir, essayer de composer avec tout cela, parce qu’étrangement, je n’y arrivais pas. Était-ce parce que je me remémorais un peu trop ce qui s’était passé quand j’avais appris que Tyliane était enceinte de mon frère et ma soeur ? Ou bien parce que les bébés, ce n’était pas mon truc. Ou si encore une fois, je craignais de voir ma place un peu moins justifiée dans la famille et ainsi, me sentir exclue ? Je commençais tout juste à me sentir intégrée, pour sûr je craignais que tout cela se termine à un moment ou une autre, mais était-ce pour autant que je devais me braquer ? J’avais envie de me dire que non, je n’avais plus l’âge de faire une crise comme une gamine. Je savais que cela ne faisait que quelques mois que j’avais fait le coup à la meilleure amie de mon père, mais disons que les évènements de ces derniers temps m’avaient faite grandir, probablement plus que je ne pouvais m’en rendre compte. Au contraire, je me disais que péter une crise ne ferait que créer un malaise et là, faire en sorte que tous se braquent contre moi et que je m’isole par ma propre faute. Jugeant que c’était plus intelligent de ma part de tenter de garder une contenance, je me repris aussi bien que possible afin d’avoir une attitude la plus normale qui soit au moment où Lizzie revint à ma rencontre, s’excusant de ce qui venait de se passer. Un haussement d’épaules fut suffisant à mon avis pour lui faire savoir que je ne lui en voulais pas, moi-même, j’aurais réagi de la même façon si jamais ça avait été moi. Enfin, non pas que j’étais pressée d’être enceinte ou quoi, mais une indigestion ou un empoisonnement alimentaire, ça pouvait arriver à tout le monde, n’est-ce pas ? Enfin, là n’étant pas le point, je ne m’éternisai pas sur la question, comme je ne dis rien au moment où elle me fit comprendre que l’équitation, ce n’était pas pour maintenant. Ça, je l’avais deviné, mais malgré tout, je fis un petit sourire au moment où elle me le rappela. Sauf qu’au final, plutôt que d’être silencieuse, je tentai maladroitement de la rassurer en affirmant:  « Je ne suis pas pressée. », me disant que si je me montrais disponible, peut-être que ça pouvait donner un petit espoir pour la suite, malgré la présence d’un bébé ? Je l’espérais, en tout cas. Puis, histoire de continuer dans cette lancée, je me permis de sourire doucement au moment où j’appris que visiblement, je le savais, avant que mon paternel, l’oncle de ce bébé, ne le sache. Peut-être que j’aurais pu trouver ça drôle, limite en être fière, mais j’étais encore un peu choquée, je ne pouvais pas me le permettre. À la place, je décidai de demander, comme j’entendais des gens le faire en temps normal:  « Ça fait longtemps que… Tu le sais ? » en me rendant compte que clairement, ce n’était pas fait pour moi, mais pour l’occasion, faire un effort ne me tua pas, bien loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Dim 18 Sep - 15:50


Une chance pour moi que Madison réagisse ainsi. Elle aurait pu s'enflammer, elle aurait pu m'en vouloir d'avoir attendu aussi longtemps dans notre conversation avant de lui en parler, surtout que techniquement, si je n'avais pas eu cette nausée, j'aurais attendu davantage. Je souris, contente qu'elle me dise qu'elle ne soit pas pressée, même si intérieurement j'ai peur que l'adolescente se lasse d'attendre sur moi. Car même après la grossesse, si tout se passe bien, ce sera toujours compliqué pour trouver le temps de faire de l'équitation. Les lèvres pincées, je cache mes inquiétudes à la lycéenne car elle n'a pas à se mêler de mes états d'âme. J'hésitais d'ailleurs à lui parler de la grossesse car dans le fond, elle n'a pas à en être inquiétée, mais j'ai finalement décidé que c'était la bonne chose à faire. En revanche, ce que je ne compte pas dire à Madison, c'est que ma santé est très fragile et que cette grossesse est peut-être la plus grosse erreur de ma vie… Ou la dernière erreur de ma vie, si jamais l'issue est fatale - ce qui pourrait être le cas. Je déglutis en pensant à cette éventualité. Rhys a beau m'en avoir parlé des dizaines de fois, ça ne change pas ce que je compte faire de ce bébé qui grandit en moi. Mais Madison n'a pas besoin de savoir ça. Elle n'a pas besoin de savoir que c'était un accident et que ma greffe de rein encore toute neuve risque de m'envoyer six pieds sous terre ou de me faire perdre l'enfant.
Elle demande depuis combien de temps je suis au courant et il me faut quelques secondes pour calculer mentalement la date à laquelle je suis allée à l'hôpital en pensant que j'avais un problème post-op alors qu'il s'agissait en fait d'un foetus.
« Ca fait environ un mois que je suis au courant. » Et entre temps il a fallu en parler à mes proches, passer de nombreuses fois à l'hôpital pour me renseigner sur les risques et les options qui s'offraient à moi.  « Mais en tout je suis à un peu plus de deux mois de grossesse. » Inconsciemment je passe une main sur mon ventre qui pourtant n'exprime pas encore ma condition nouvelle de femme enceinte. Cependant, je devine que c'est un peu confus de donner si peu d'informations à la demoiselle qui doit certainement se poser d'autres questions. « Si tu te demandes, je ne suis pas en couple ou quoi que ce soit. C'est juste un ami. » Je n'ai pas besoin d'en parler plus, car même si elle est jeune, Madison n'a pas besoin d'une leçon d'éducation sexuelle. Nous sommes amis, mais nous avons franchis une certaine ligne et maintenant nous devons faire face aux conséquences. Un peu comme Luka et Tyliane en fait. Ils étaient meilleurs amis et se sont égarés le temps d'un instant qui a mené à la grossesse des jumeaux. C'est un peu notre cas à Rhys et moi, même si dans le fond, nous sommes loin d'être aussi proches que Luka et Tyliane. C'est tout juste si nous arrivons à parler normalement, surtout quand nous abordons le sujet du bébé où un désaccord majeur nous oppose.  « Une fois que tu auras descellé Wildfire, tu voudras toujours qu'on reste ensemble ? Tu as demandé à ta mère si on pouvait manger toutes les deux ce soir ? »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Mer 21 Sep - 22:07

Lizzie & Madison
Sweater weather

Sans le vouloir, sans même songer que cela pourrait avoir cet effet sur moi, Lizzie me rassura en m’avouant qu’elle savait qu’elle était enceinte depuis un mois, et au moment où elle l’avis appris, elle l’était depuis un autre mois. En gros, cela faisait deux mois, deux petits mois passés qui ne paraissaient même pas aux premiers abords, voire même en regardant plus attentivement à mon avis. Et en quoi cela pouvait être rassurant ? Combiné avec le fait que j’étais au courant de la nouvelle avant mon père, qui, dans ma logique, aurait dû le savoir avant moi à mon avis, cela me donnait l’impression de faire partie d’un petit cercle de personnes privilégiées. Et ça, c’était un sentiment qui avait grandement manqué au moment où j’avais appris la grossesse de Tyliane, le fait que j’aurais un frère et un soeur, alors qu’elle était bien avancée dans sa grossesse et que moi, pendant tout ce temps, je n’avais été mise au courant de rien. Maintenant je ne lui en voulais plus vraiment, même si évidemment, c’était encore difficile de composer avec leur présence en ce moment, et je me doutais encore que cela était dû à toute cette histoire. Après, je ne savais pas ce que cela allait changer par rapport à mon cousin ou ma cousine. En fait, je ne savais même pas si je devrais accorder une importance à ce fait, compte tenu qu’il y avait quand même une légère possibilité que Lizzie me l’ait dit à cause de cette nausée, et qu’autrement, je n’aurais rien su. Et si ça n’avait pas été aujourd’hui, je ne saurais dire quand j’aurais été logiquement mise au courant de cela. Après tout, j’ignorais qui d’autre le savait, j’ignorais à qui elle avait l’intention de le dire prochainement, pour qui elle attendait d’avoir une photo de l’échographie, et je jugeais que c’était mal placé de ma part de poser la question, surtout qu’avant que je puisse réfléchir à quelconque question, ma tante me prit de court en m’avouant quelque chose que je n’avais même pas songé lui demander dans l’immédiat, à savoir que le père de l’enfant n’était pas son petit-ami ou quelque chose du genre, mais plutôt un ami. Légèrement surprise par cette révélation, ce fut de façon totalement involontaire que je lâchai un petit:   Oh… » Heureusement, j’eus la présence d’esprit de ne pas lâcher quelconque commentaire supplémentaire. De toute façon, qu’aurais-je pu dire ? Personnellement, je détestais qu’on juge ma vie, alors pour sûr, je ne faisais pas subir ce genre de chose à qui que ce soit. De plus, c’était quand même de cette façon que j’avais eu mon frère et ma soeur… Mon père et sa meilleure amie n’étaient pas en couple ou quoi que ce soit, enfin, pas à ma connaissance, pas selon ce qu’on m’a permis de savoir en tout cas. Gardant le silence, je me contentai de simplement montrer que j’avais accusé réception de toutes ces informations en finissant par hocher la tête, sentant que j’avais quand même besoin d’un petit moment pour digérer tout cela. Combien de temps ? Je ne savais pas trop, je prendrais le temps qu’il faudrait. C’était le mieux à mon avis, pour ne pas avoir une réaction susceptible de gâcher notre journée qui, Lizzie me le confirma par sa nouvelle question, était loin d’être terminée. Contente de voir qu’il n’y avait pas de malaise, pas à ce que je constatais en tout cas, je retrouvai mon sourire, puis je dis:  « Oui, bien sûr ! » Après tout, j’avais libéré toute ma soirée pour être en sa compagnie, je ne voyais pas pourquoi je reviendrais en arrière, alors que clairement, la situation n’était pas si dramatique que ça, enfin, pas à mon avis en tout cas. Puis, après une brève pause, je répondis à sa seconde question en lui affirmant:  « Je lui en ai parlé vite fait et ça ne la gêne pas. Elle travaille jusqu’à tard dans la soirée. » Pendant un bref instant, l’envie me prit presque de dire que vu les circonstances, elle n’en avait rien à faire, mais parce que je n’avais pas envie de ressasser ce genre de chose, je me contentai de cela, préférant dévier quelque peu la discussion en demandant:  « Tu veux m’accompagner jusqu’au box ? Par contre, je te préviens, ça ne sent pas la rose… » J’ignorais ce qui pouvait provoquer des nausées chez les femmes enceinte exactement, mais je me doutais bien que les odeurs, ce n’était pas l’idéal. Après, si jamais Lizzie jugeait qu’elle pouvait venir avec moi, je n’allais pas m’y opposer non plus, parce que je savais que cela serait susceptible de lui plaire, plus qu’à quelqu’un qui ne connaissait rien à l’équitation, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison Ven 23 Sep - 18:01


Je me demande si c'est une bonne idée de parler de ma situation amoureuse à ma petite nièce. Peut-être que mon frère n'apprécierait pas que je lui fasse part du fait que je sois enceinte sans être en couple. En tant que père, je suis sûre qu'il ne veut pas que sa fille prenne le même chemin que moi. Et je sais qu'en tant que future mère, c'est également mon cas. J'aimerais que mon propre enfant tombe amoureux et fonde sa famille avec cette personne qu'il ou elle aimera de tout son coeur. Le rêve d'enfant, un peu naïf, mais tellement beau. Bien évidemment, c'est ce que je souhaitais pour moi aussi. Je m'attendais à avoir des enfants avec Oscar, je voulais en avoir au moins quatre et je voulais les couver, être une mère présente et aimante. Je voulais les élever avec l'Anglais et prendre de mon temps pour les faire devenir de merveilleux petits êtres. A présent, je me retrouve célibataire et en cloque après avoir sauté sur Rhys Blake un jour où je voulais me venger de mon ex fiancé. Les choses ne sont jamais ce à quoi on s'attendait, mais pour sûr, je vais aimer ce bébé qui grandit en moi de tout mon être. Qu'il soit d'Oscar comme je l'avais planifié alors que j'acceptais sa demande en mariage ou de Rhys, comme dans le cas présent, c'est-à-dire un accident. Je vais l'aimer. En fait, je l'aime déjà. Je l'ai aimé dès le seconde où j'ai appris que je partageais mon corps avec lui. Je vais devenir mère et je vais faire passer son bien être avant le mien.
Après, autant que j'avoue tout de suite la situation à Madison pour ne pas qu'elle s'étonne de ne pas me voir avec un homme à mon bras. Parce que je sais d'avance que ce n'est pas demain la veille que j'oserais à nouveau sauter le pas pour m'attacher à quelqu'un. Pas après la façon dont j'ai été détruite après avoir été trompée et humiliée par Oscar. Donc oui. Je suis une mère célibataire et ainsi va la vie. Ce n'est pas une fatalité
Avec joie, j'apprends que Madison est prête à rester avec moi pour le reste de l'après midi et pour la soirée. Mais avant ça, il faut déjà s'occuper du cheval de la jeune fille. Je hoche la tête, prête à tenter le tout pour le tout.
« Oui, bien sûr, je vais t'accompagner. A priori, je ne sais pas vraiment ce qui provoque les nausées parce que jusque là, j'ai été malade un peu partout. Mais au pire des cas, je sais où se trouvent les toilettes à présent. » Je rigole et je suis la Lannister jusqu'au box de Wildfire. D'abord, je reste à une certaine distance de l'animal, encore un peu effrayée par ce dernier. Mais je prends sur moi et au bout de quelques minutes, je m'en rapproche pour aider la lycéenne. Les odeurs sont fortes, en effet, mais elles ont été habituelles pour moi pendant tellement d'années quand j'avais l'habitude de monter à cheval qu'elles ne me dérangent pas. J'en profite alors pour parler avec la jeune femme et une fois que sa monture est descellée, je l'aide à le panser avec les différentes brosses. Je suis moi-même surprise de la proximité que je m'autorise avec l'animal. Je suis bien évidemment toujours stressée, mais j'y arrive et quand nous avons terminé, nous abandonnons Wildfire dans le ranch pour aller nous débarrasser de cette odeur caractéristique des chevaux et des écuries avec une bonne douche et enfin nous nous donnons le mot pour nous rejoindre un peu plus tard afin d'aller manger un morceau au centre-ville et passer un bon moment entre filles, cherchant à nous connaître encore un peu plus.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sweater weather. Madison

Revenir en haut Aller en bas

Sweater weather. Madison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-