AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

callum ∇ loving can mend your soul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: callum ∇ loving can mend your soul. Mar 9 Aoû - 16:56

callum ∞ sevan
Il y avait encore un mois, Sevan menait une vie presque parfaite. Un petit-ami dont il était fou amoureux, un travail qu’il adorait plus que tout, un meilleur ami et colocataire toujours présent… Mais depuis peu, il avait l’impression que tout foutait le camp. Samuel et lui se voyaient de moins en moins, Noäm lui avait annoncé la veille qu’il s’en irait très bientôt, plus de boulot, plus rien. Et pour couronner le tout, une sale rumeur lui était venue jusqu’aux oreilles. Alors d’accord, Sevan avait appris à ses dépens qu’il ne fallait pas se fier aux commérages des habitants de Tenby. Une fois, ils avaient inventé une histoire entre Samuel et sa meilleure amie Fiona alors qu’il ne s’était rien passé. Mais cette fois encore il ne put s’empêcher d’y croire. On lui avait donné tellement de détails et surtout Sam était tellement absent ces temps-ci… C’était bien simple, depuis qu’il avait trouvé son propre appartement ils ne dormaient ensemble qu’un jour ou deux par semaine. Sa recherche de travail lui prenait beaucoup de temps et même si Sevan l’avait bien compris au départ, sa paranoïa commençait à lui rejouer des tours. L’autre jour il avait même voulu fouiller dans le portable de Sam avant de finalement se rendre compte qu’un code empêchait l’accès à son téléphone. Ce qui était normal pour beaucoup semblait être comme une preuve de plus pour le blond : pourquoi mettre un code si on n’avait rien à cacher ?
Ce soir il était seul une fois de plus. Même le chat et le chien l’avaient laissé pour dormir l’un contre l’autre sur le canapé du salon. Les larmes aux yeux, la rage au ventre, l’angoisse jusque dans les tripes, il attrapa son téléphone pour chercher du réconfort auprès de Callum. Il ne l’avait plus beaucoup vu depuis l’ouverture de son cabaret… Ca devait lui demander pas mal de boulot. Mais pour le coup, il espérait qu’il serait libre et surtout qu’il ne dormait pas encore.

Hallelujah, il avait accepté que Sevan vienne le voir. Alors ni une ni deux, il bondit de son lit, enfila quelque chose rapidement et se rendit chez son ami. Son cœur battait fort, Sevan avait l’impression qu’il était prêt à exploser à tout moment. Sur le chemin, son cerveau commença à imaginer la confrontation avec Samuel… et ça ne donnait rien de bon.
Arrivé devant la porte de Callum, il frappa fort comme si sa vie en dépendait. Quand enfin le garçon lui ouvrit, Sevan ne perdit pas de temps pour se jeter dans ses bras. Il passa ses bras autour de son cou et se serra fort contre lui, au bord des larmes. « J’suis désolé… J’suis désolé Callum mais j’pouvais pas… j’pouvais pas rester tout seul… J’lui en veux tellement… Je sais pas quoi faire… » Pauvre Samuel qui n’avait en fin de compte rien à se reprocher. Mais quand Sevan commençait à se faire des films il était difficile de l’arrêter… Peut-être aurait-il dû en parler avec le principal intéressé dès qu’il avait commencé à avoir des doutes.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: callum ∇ loving can mend your soul. Jeu 11 Aoû - 3:22




 



Callum & Sevan
"nothing good happens after 2am"  

C'est rarement le signe d'une bonne soirée quand on se retrouve effondré sur son piano à jouer 9 crimes ou à gratter lassement les cordes de sa guitare sur du Bon Iver. C'est plutôt carrément indicateur d'une soirée de merde. Morale dans le fond des baskets et dépression qui pointe le bout de son nez. Ce soir, c'est mon craquage. Je m'autorise le droit de geindre sur ma peine de coeur pour tourner la page demain. Si j'ai bien l'intention de ne pas me laisser abattre, je ne peux pas me refuser au moins quelques heures de chagrin. Ne pas assumer ça ne serait que reporter l'échéance. Ça m'empêcherait de passer à autre chose. Alors ce soir, je déprime, comme ça c'est fait.
Je fume un peu plus que d'habitude et j'ai même ouvert une bouteille de gin. Pour moi tout seul. Comme un pathétique alcoolique à en devenir.
Je sais pas ce qui m'a prit de me transformer en guimauve, de m'imaginer avec quelqu'un. D'en pincer carrément pour quelqu'un...
J'ai vraiment baissé ma garde sur ce coup là, je me suis laissé avoir par la connerie romantique. Tenté par ces choses que j'ai jamais voulu. Une relation... C'était vraiment stupide.
Faut dire que j'avais jamais rencontré quelqu'un comme lui avant, alors j'aurais pas pu prévoir que ça allait me faire cet effet là. Il avait tout pour qu'on fonctionne. On aurait été parfaits. Fous et libertins.  Je m'étais déjà fais des films, pauvre optimiste que je suis...
D'habitude je me laisse pas avoir pas les râteaux. Parce que c'est juste des histoires de culs et qui si on m'en refuse un j'en trouverai toujours un autre posé sur la chaise d'à côté. Mais cette fois, c'était mon premier râteau sentimental. Et putain ça fait mal cette version là. Surtout à l'égo...
Quand on se rend compte qu'on se fourrait le doigt dans l'oeil et qu'on était le seul à voir l'alchimie de cette façon... Grosse claque, gros moment de solitude. Honte complète.

C'est la première soirée que je passe depuis qu'il est parti, et déjà je ressens le manque. Il n'est resté qu'une semaine et pourtant, l'habitude s'était déjà installé visiblement. Vautré dans mon canapé à planer, mes accords se désaccordant de plus en plus à chaque verre. Je me sens seul. Particulièrement seul.
J'ai trop honte que pour appeler quelqu'un. Je ne vais même pas chercher réconfort auprès de mon coloc temporaire, préférant lui laisser son sommeil plutôt que de lui imposer mes jérémiades.
Je n'ai dans le fond envie de voir personne. Juste mes chats...
Et pourtant, quand mon téléphone vibre au message de Sevan cette pensée change. L'idée qu'il veuille passer... Je saute toute de suite sur l'occasion. Oui !
Je ne me serais pas permis d'aller chercher du réconfort chez lui. Depuis qu'il est avec Sam j'ai appris à prendre un peu mes distances. On a beau vouloir rester ami, on ne peut pas éviter l'éloignement quand la personne avec qui vous couchiez se met en couple... C'est inévitable, les souvenirs du sexe ça met mal à l'aise.
Mais la proposition venant de sa part, c'est presque un cadeau du ciel et je ne peux pas refuser. Parce que c'est vrai qu'il me manque le blondinet.
Même si j'aurai préféré qu'il me contacte dans d'autres circonstances... Si je suis ravi à l'idée qu'il vienne, je suis pas certain qu'il parviendra à me remonter le morale car apparemment il arrive avec son sac bien chargé aussi...
Mais au moins on pourra déprimer ensemble... Faut voir les choses du bon côté.

Il ne faut pas longtemps avant que Sevan soit sur le pas de ma porte. Des coups désespérés, qui j'espère ne réveilleront pas Clément, sont portés et je me précipite pour ouvrir à l'acrobate. Le réceptionnant immédiatement dans mes bras avant même d'avoir le temps de fermer la porte. J'accueille son étreinte dans le froid de la nuit. L'avoir dans mes bras me rend plus heureux que ce que je veux bien admettre.
Plutôt surpris de le voir dans un tel état, je me rend alors compte qu'il ne s'agira pas vraiment de partager une soirée de déprime... Mais que c'est plutôt moi qui vais devoir me coller au réconfort.
Je range donc dans ma poche le souvenir de Nate. Sevan semble avoir plus besoin de moi que ma propre crise.
"Calme toi Sev." Je souffle doucement tout en passant une main dans son dos pour l'apaiser. "Viens te poser dans le living." Je ferme la porte avant de l'emmener au canapé, une main toujours logée dans son dos.
Attrapant mon verre à shot je le rempli à ras de gin pour le tendre à Sevan. Je sais que le garçon ne boit pas, mais je considère qu'on est dans une situation exceptionnelle. Ça pourrait lui faire du bien. "Ok. Dis moi tout." Je demande alors en m'installant en tailleur face à lui Position du mec attentif par excellence, prêt pour les confidences.



 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: callum ∇ loving can mend your soul. Lun 15 Aoû - 21:19

callum ∞ sevan
Sevan était réellement soulagé que Callum soit là pour lui. C’était un garçon qu’il appréciait énormément mais avec qu’il ne passait plus beaucoup de temps. Par respect pour Sam… et aussi parce qu’avec l’ouverture de son cabaret il devait être pas mal occupé en ce moment. Aussi, il ne manqua pas de lui manifester sa gratitude ainsi que sa peine en lui sautant dans les bras. Une chose était certaine ; si le danseur ne lui avait pas ouvert sa porte ce soir, Sevan aurait fait une connerie. Il en était persuadé. Ce qu’il n’imaginait pas encore… c’est qu’il en ferait bel et bien une, inévitablement.
Sa voix suffit à le calmer un peu. Ca faisait bien longtemps qu’il ne s’était pas perdu entre les bras du beau brun… Mais il ne culpabilisa absolument pas. Il avait besoin de ça, de lui, de ce contact, de son ami. Il avait besoin de sentir qu’il était encore important pour quelqu’un, l’image de Samuel en train de le tromper s’étant salement insinuée dans son esprit, et le départ si soudain de Noäm lui ayant laissé un amer goût d’abandon. Il inspira un bon coup pour tenter de se calmer mais c’était peine perdue. Il tremblait, oscillait entre l’envie de pleurer et celle de hurler.

Finalement Sevan le suivit dans la pièce principale et se posa sur le canapé, attrapant le shot entre ses doigts pour le boire d’une traite. La grimace qui frappa son visage rappela parfaitement qu’il ne buvait jamais d’alcool mais pour une fois il n’avait pas cherché à protester. L’alcool lui brûla la gorge un moment… Il reposa le shot sur la table basse et soupira. « J’ai pas de… j’ai pas de preuves concrètes. » Au moins, Sevan l’admettait. D’ailleurs il y avait de grandes chances pour que Callum se moque de lui et de sa paranoïa légendaire, et pour le coup, il aurait parfaitement raison. « Mais depuis qu’il s’est trouvé un appartement on se voit beaucoup moins. J’ai l’impression qu’il est plus distant… J’ai même essayé de fouiller dans son téléphone, pour voir mais… il avait un code. » Il se mordit la lèvre, pas vraiment fier de sa connerie. Espionner son mec comme ça, c’était absolument abject et il le savait. Mais il était tellement énervé qu’il ne culpabilisait plus pour ça. « Je me posais déjà pas mal de questions pis j’ai entendu des rumeurs… Je sais c’que tu vas me dire, faut pas faire attention à ça mais tout combiné je suis certain qu’il me trompe ! Avec une fille ou un garçon, j’en sais rien… Pourtant j’suis là pour lui, notre vie sexuelle y’a aucun problème, je sais pas ce qui cloche… » Mais au fil de son récit, il sentait bien qu’il n’était pas le seul à en avoir gros sur le cœur. Callum avait l’air ailleurs… Sevan se souvint soudainement de ce type dont il lui avait parlé par message. Jugeant qu’il valait mieux changer de sujet – et aussi parce qu’il avait l’impression d’être le type le plus égoïste au monde – il finit par lui demander. « J’me rends compte que t’as pas l’air d’aller mieux que moi. J’suis désolé… Si tu veux, ça me dérange pas d’en parler. T’es là pour moi… j’peux faire pareil. » Ils passeraient leur soirée à déprimer ensemble et ça irait mieux demain. « Si t’as encore un peu d’alcool, je dirais pas non. D’ailleurs qu’est-ce que tu m’as servi ? » Il ne s’y connaissait absolument pas lui, mais pour une fois il voudrait bien en reprendre un peu. Ca déliait assez bien les langues. « Tu m’as plus reparlé de ce type, là. » Pour mettre les pieds dans le plat il n’y avait pas plus doué que lui !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: callum ∇ loving can mend your soul. Mer 17 Aoû - 0:32




 



Callum & Sevan
"nothing good happens after 2am"  

Voir Sevan avaler le verre cul sec sans même essayer de le refuser me laisse un peu stupéfait. Cette histoire de tromperie doit être plutôt sérieuse pour qu'il soit dans un tel état, prêt à céder à l'alcool sans nécessité de discours de persuasion. "Wow Sev..." Je lâche malgré moi un peu impressionné par sa descente. Presque comme un pro il retape déjà directement le verre sur la table dans un grand bruit. Le gin qu'il a engouffré d'une traite lui brûle clairement la gorge et j'hausse un sourcil à sa grimace. C'est clair que quand on a pas l'habitude... Si j'avais su qu'il allait se l'envoyer comme ça en un coup, j'aurais probablement pu le prévenir que la descente allait être douloureuse. Mais j'ai pas vraiment anticipé. C'était carrément inattendu. "T'étouffes pas hein..." Je ne peux m'empêcher de rajouter discrètement alors que je me penche pour déjà remplir le verre fraîchement vidé. Pour moi cette fois.
Mon shot avalé je demande alors à l'acrobate de tout m'expliquer. Et la réponse me laisse un peu perplexe. "Ah..." C'est ce qui sort de ma bouche. A le voir boire ce verre je m'étais attendu à entendre des choses horribles, mais  là j'apprend qu'il s'agit juste de... suspicions même pas confirmées. J'avoue trouver qu'il exagère peut-être un peu sur se coup là. Se mettre dans un état pareil juste pour des idées... Au lieu de simplement confronter Sam.  
"Tout le monde a un code Sev..." Je répond d'un ton un peu blasé lorsqu'il développe. Son argument me semble un peu infondé et surtout un parfait prétexte pour nourrir de la parano. Parce que honnêtement, qui aujourd'hui ne protège pas son téléphone avec un code ? C'est rentré dans les meurs, même si on a rien à cacher.  Une habitude, un reflexe. Parce qu'on a tous peur qu'un jour on puisse recevoir un sms douteux, et que justement, ce même jour, quelqu'un, comme par hasard, se retrouve à fouiller notre téléphone par ennui pour tomber sur ce fameux message. Avec un peu de chance il s'agirait même d'un parent... C'est cette frayeur, ce petit soupçon de parano qui nous pousse tous à mettre des codes partout. Téléphones, ordinateur, tablettes... Tout ce qui peut en comporter un. Juste pour être rassuré.

Malgré que je sois clairement septique à ses explications, Sevan continue alors à essayer de me démontrer pourquoi il pense être cocu... Glissant même quelques allusions dont je me serais bien passé... "A mon avis tu te fais des idées Sev... Tu sais bien comment ça marche ici, les gens adorent inventer des rumeurs pour foutre la merde." Je le sais bien, a l'école j'étais le roi pour ces conneries. Je lâchais des murmures et puis je me marrais dans mon coin en observant les explosions que ça provoquait. Aujourd'hui j'ai grandis, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Que ça soit par ennui ou jalousie, les gens se sentent encore obligés de jouer avec la vie des autres. "Arrête de trop ressasser... Tu devrais d'abord essayer d'en avoir la confirmation. Si ça se trouve tu te fais du mal pour rien." J'essaie de le rassurer en caressant doucement du bout des doigts son avant bras posé sur le dossier du canapé. Mais je sais bien que le blond est plutôt du genre têtu et que lui faire changer d'opinion risque de ne pas être aussi simple qu'avec quelques mots et une caresse. Quand il a une idée en tête, elle est difficile à déloger... Mes paroles doivent d'ailleurs probablement déjà être ressorties par une de ses oreilles.

Sevan tourne alors la conversation vers moi et je me crispe, réalisant soudain que je n'ai pas du tout envie de parler de mes problèmes, même à lui. Non, je n'ai pas envie de raconter ma peine de coeur à haute voix, de formuler mon chagrin. Y penser est déjà assez pénible. Je préfère oublier que remuer encore plus le couteau dans la plaie. Et puis, je me porterai d'autant mieux si tout le monde continue d'ignorer que le petit Rhodes s'est fait jeté la première fois qu'il a daigné exprimer des sentiments d'attachement envers quelqu'un. Balayant alors l'air de ma main je me force à pousser un petit rire "Moi, aller pas bien ? " Je pouffe. "C'est probablement parce que j'ai fumé plus que d'habitude et que je suis particulièrement arraché ce soir que t'as cette impression. Parce que tout va super bien. Vraiment super bien." J'insiste. Un peu trop pour que ça soit crédible peut-être.  
Je me penche alors pour me resservir un autre verre. A vrai dire je vide le fond de la bouteille... C'est plus petit que ce qu'on ne pense ces machins là... "Je suis vraiment rond comme une queue de pelle, ouais." Je lâche tout en avalant mon shot. Laissant filer un souffle rempli de Gin.  Défoncé, bourré, je suis carrément bien entamé. Et c'est une bonne excuse pour justifier mon air déprimé.
A la demande de Sevan je me lève pour aller chercher une nouvelle bouteille dans le buffet du fond. Ici l'alcool, c'est pas ce qui manque... "Du Gin. Mais là j'en ai plus, faudra que tu continue au..." Un instant je m'arrête pour regarder la bouteille que j'ai en réalité attrapé au hasard. "Rhum." Je considère un instant l'objet. "Si c'est trop fort pour toi je peux te le diluer dans du coca... Tu me diras." Vu sa tête avec le gin, ça sera peut-être nécessaire... En attendant je viens me rasseoir munit d'un second petit verre que je sers en même temps que le mien.
La question qu'il me pose me fait alors déborder alors que je me raidis, me saisis presque de l'entendre. Je serre un peu la mâchoire, grince des dents. Putain...
Il aurait pas pu viser mieux... Mais qu'est ce qui m'a prit de lui parler de ça moi ? J'imagine que je pensais pas que ça puisse finir mal à ce moment là... Mais maintenant je regrette clairement qu'il soit au courant. "Non. C'est parce qu'il y'avait plus rien dire." J'hausse les épaules, essayant de rester décontracté, comme si j'en avais rien à faire. Un beau mensonge puisque j'aurai en réalité tellement a dire... Mais rien que je ne souhaite partager. On pourrait probablement m'accuser de ne simplement pas assumer mon râteau.
Je tend  alors le verre non inondé au blond, attrape le trop rempli et fait signe pour trinquer avant d'envoyer son contenu dans le fond de mon estomac. "C'était juste une passade." J'ajoute, espérant couper court à un éventuel interrogatoire tout en me laissant soudainement tomber la tête sur les genoux de l'acorbate pour m'allonger. Je laisse le verre glisser de ma main et rouler sur mon tapis persan. "Elles disaient quoi les rumeurs que t'as entendues ?" Je demande, préférant réorienter la conversation sur son soucis à lui.



 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: callum ∇ loving can mend your soul. Lun 29 Aoû - 16:24

callum ∞ sevan
Sevan avait à peine conscience qu’il était ridicule. Aucune preuve, des doutes fondés sur des rumeurs alors que cette ville en était remplie… Oui, c’était stupide. Samuel était fou de lui, leur couple n’avait pas de problèmes apparents. Alors pourquoi s’être mis ça en tête ? Une chose était cependant certaine : maintenant qu’il y croyait, difficile de le faire changer d’avis. Peu importe que Callum se soit moqué de lui quand il avait parlé du code du téléphone ou bien des rumeurs. « Je sais que tu ne crois pas une seconde à ce que je dis. Et j’m’en fous… c’est pas ce que je cherche. » Il avait simplement besoin d’une présence. Pas qu’on le traite de parano ou quelque chose de la sorte – même si ça aurait pu éviter bien des conneries ce soir-là… « Et puis non, moi j’ai pas de code sur mon téléphone. » Il haussa les épaules pour répondre à sa réflexion. L’attitude de Cal allait finir par l’énerver… pourtant il essayait de lui faire prendre conscience de sa connerie et c’était probablement ce qu’il fallait faire. « Je sais comment ça marche ici mais je vois pas pourquoi on voudrait foutre la merde dans mon couple… » Le père Bennett aurait pu aller jusque-là, ou bien même la sœur de Sam. Mais ils n’étaient plus là ! Et Sevan ne pensait pas avoir d’autres « ennemis » à Tenby. Il ne concevait pas qu’on puisse lancer des rumeurs juste pour le plaisir, parce qu’on s’ennuyait, pour mettre de l’animation. Pour lui, ça ne pouvait être que par intérêt voire par vengeance et du coup, il n’y avait aucun intérêt à briser son couple. « J’aimerais mieux me faire du mal pour rien. » Il soupira. Oui, il aurait dû en parler avec Samuel directement plutôt que de venir se plaindre ici. Mais il avait tellement peur d’entendre la confirmation de la bouche de son amoureux…

Il essaya d’orienter un peu la conversation vers Callum. Pour que son ami arrête de se moquer – c’était un peu comme ça qu’il le prenait – et aussi parce qu’il avait l’air un peu bizarre lui aussi. Mais le fait que Sevan change de sujet comme ça ne sembla pas lui plaire, aussi il eut l’impression de mettre rapidement le doigt sur quelque chose, peu importe ce que Callum allait en dire. Et effectivement, il nia. « Je sais pas bien si je dois te croire. Quand on commence à se défoncer et à boire tout seul c’est que tout ne va pas bien. » La première chose qui lui vint en tête, ce fut ce garçon dont Callum lui avait parlé plusieurs fois. Il le mentionna alors que Callum servait de nouveaux verres. Et à sa façon d’en renverser un peu, il comprit qu’il avait vu juste. Mais il avait sa fierté, le danseur… Il avait déjà mis pas mal de temps avant d’avouer qu’il pourrait peut-être en tomber amoureux. Sevan ressentit un petit pincement au cœur en s’imaginant que ça c’était mal terminé entre eux. Il aurait tellement voulu que ça marche… Que Cal découvre l’amour. Car il avait beau avoir des doutes sur son couple, sur Sam, l’amour ça restait quelque chose de magnifique qu’il fallait connaître au moins une fois dans sa vie. « Je vois… » Il attrapa le verre et le vida tout aussi vite que le précédent. Encore la même grimace… Ouais c’était probablement trop fort pour lui mais il s’en foutait ce soir. Et il sentait que ça pourrait très vite lui monter à la tête. Il préféra ne rien ajouter au sujet de Nate... peut-être un peu plus tard quand Callum aura bu un peu plus et qu'il sera prêt à se confier vraiment.
Sa main se mit à caresser les cheveux du danseur alors qu’il s’était à moitié allongé sur lui. Il laissa sa tête partir en arrière et s’appuyer sur le canapé, poussant un long soupir. « Qu’il rentrait vraiment tard chez lui en ce moment. Et ça je sais que c’est vrai. Mais surtout… qu’il sortait tout aussi tard d’une maison j’sais plus trop où. Qu’on l’avait vu plusieurs fois en bonne compagnie. Depuis qu’il a son propre appart on se voit plus des masses. Avant on passait pas une journée sans être ensemble ne serait-ce qu’une heure. » Ils travaillaient ensemble alors forcément. « Il est pas vraiment gay t’sais. J’ai toujours peur qu’il se lasse de ça, de la nouveauté, qu’il retourne avec une fille… Que je sois trop collant. Parce que c’est vrai que je suis collant. » Ca il voulait bien l’admettre. Sa main se perdait dans ses cheveux un peu plus. « T’as raison, j’me fais peut-être des idées… mais j’vois pas ma vie sans lui Cal. »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: callum ∇ loving can mend your soul. Lun 5 Sep - 4:52




 



Callum & Sevan
"nothing good happens after 2am"  

J'hausse les épaules et le regarde le sourcil relevé. Perplexe à sa remarque, je ne peux réprimer un petit rictus légèrement vexé. Moi qui pensais qu'il me connaissait mieux que ça... Du lever au coucher, je suis avec un joint en bouche, que je sois seul ou accompagné. J'ai conscience que ma consommation me place perpétuellement dans un état second qui est finalement devenu la normale pour moi et n'ai aucun problème à l'assumer. Déjà que le fait qu'il cherche à aborder ce sujet avait tendu légèrement mes nerfs, entendre ces propos ne manque pas de me froisser un peu plus. Parce que, dans le fond, je ne supporte pas qu'il pointe du doigt un sujet sensible et que je préfère nier. Et ce n'est pas le fait qu'il vise ma consommation qui me gêne, mais bien le fait qu'il souligne que je vais mal. "Sev... Tu réalises que je suis défoncé en permanence ou t'as jamais remarqué ?" Je réplique peut-être un peu trop cynique. "Après l'alcool c'est plus exceptionnel je te l'accorde... Mais de temps en temps, ça fait du bien et ça veut pas dire que je vais mal." Sur ce point là je dois lui laisser qu'il a raison. Même si bien sûr je mens fermement quand je dis que ça ne veut pas dire que je vais mal. En vérité je vais carrément pas bien et c'est bien pour ça que, ce soir, je me réfugie dans l'abus d'alcool. Le problème quand on fume autant que moi, c'est qu'on ne peut plus trouver refuge dans l'herbe; tellement habitué à ses effets que ça ne change rien. On cesse de pouvoir grimper plus haut que ce que nous offre la dose quotidienne. Seule la descente de gin ou tout autre boisson bien dosée donne enfin l'impression d'atteindre cet état second qui donne l'illusion d'aller mieux et de fuir ses problèmes. Et d'ailleurs, je ne tarde pas à renverser un nouveau verre dans ma bouche. Tout comme l'acrobate.

Je ne sais pas si ça m'amuse ou si ça m'inquiète de voir Sevan descendre les shots de cette façon. Pour quelqu'un qui se refuse habituellement une goutte d'alcool, il a l'air de plutôt bien les encaisser, malgré ses grimaces. Certains auraient déjà vomi le premier par manque d'habitude. Lui s'enfile le second sans même réclamer du coca pour le couper. A ce rythme là, il ne va pas tarder à se retrouver dans le même état que moi. Voir pire ! Son taux de résistance étant ridiculement faible, je le sais pas expérience...
En tout cas ça prouve que, lui aussi, il va sacrément mal et que, même si cette histoire de tromperie n'est que suspicion, ça l'affecte profondément. Je dois dire que ça me peine de le voir comme ça, lui qui est d'ordinaire si pétillant. Même si j'imagine que ça à quelque chose de poétique qu'on se fane en même temps.
M'allongeant sur ses jambes je tente de ramener la conversation sur lui. Parce que je ne suis pas prêt à avouer que je me suis pris à un râteau, de dire à haute voir que le premier gars dont je tombe amoureux m'a rejeté comme une merde.
Je ferme les yeux alors que sa main dans mes cheveux m'apaise un peu. Un peu de tendresse pour soigner un coeur meurtri. Je m'endormirais presque tellement ça me détend... Mon état d'ivresse me guidant rapidement sur le seuil de la porte des rêves, encouragé par les douces caresses qui me bercent. Mais je me concentre pour rester éveillé et écouter les peines de mon ami. Je pousse un petit ricanement amusé lorsque Sevan mentionne son côté collant. Au moins il a le mérite de l'admettre, mais pour certain c'est un détail plutôt mignon chez lui. Il est comme un petit chiot qui a peur qu'on l'abandonne, moi je trouve ça attendrissant. Mais bien sûr, si je ne suis pas celui qui doit supporter ce détail au quotidien. "Je suis sûr qu'il ne va pas se lasser Sev. T'es une perle rare. C'est pas pour rien qu'il a viré sa cutie pour toi." Je tente de le rassurer, ma voix se fondant en un lent murmure, trahissant mon état de légère léthargie.

Je fini par me redresser. "Oui je te le dis, tu te fais sûrement des idées." Les mots de l'acrobate me laissent avec un petit pincement au coeur et, malgré que j'ai tendance à habituellement juger ce genre de propos comme trop fleur bleue, je le trouve soudainement bien chanceux de pouvoir dire ça. Moi j'ai déjà perdu la personne avec qui je me voyais bien vivre. Car rares sont ceux qui correspondent à mon style de vie et, à ce niveau là, Nate était ma perle rare. Fougueux, aventurier, arrogant, fier et libre. Il me correspondait en tous points.
Je soupire alors que je rempli à nouveau les verres. Pour moi je sens bien qu'il s'agira du dernier. Quand il passe, je sais que c'est celui qui va me rétamer pour de bon. Un autre rendrait le tournis qui me possède déjà insupportable.
Les gestes un peu confus, j'attrape alors les épaules de Sevan pour le faire pivoter dos à moi. Je pose mes mains sur ses épaules et entreprend alors de le masser du mieux que je peux vu mon ébriété. Si mon massage n'est pas dynamique, j'espère qu'il pourra au moins un peu le réconforter comme ses caresses dans mes cheveux l'ont fait pour moi. "Détends toi." Je souffle.
Mon regard se perd dans le creux de sa nuque et je me laisse hypnotiser par les cheveux presque blancs qui s'y dressent. Je ne peux alors pas m'en empêcher; mon imagination finit par dériver sur celle d'un autre, ressortant le souvenir de celle de Nate. La vue que je découvrais le matin lorsqu'il dormait dos à moi. La courbe si sensuelle de ce cou, sa colonne qui tranchait si joliment son dos. Je ferme les yeux comme si ça allait m'empêcher de la voir. Bien stupide puisque les images sont dans ma tête.
J'arrête alors le mouvement de mes mains pour les plonger dans mes cheveux et finalement laisser retomber mon front contre l'omoplate du blond. Je cède à ma tristesse que j'avais pourtant essayé de nier devant Sevan. Submergé par une vague de nostalgie, de peine. "Non tu as raison Sev. Ça ne va pas." J'avoue enfin, soudainement dans un soupir alors que je sens des larmes naître au coin de mes yeux. Tout ce gin et ce rhum rendent mes émotions très difficiles à contenir. Je me laisse alors retomber en arrière, allongé tête contre l'accoudoir. "Ça ne s'est pas bien terminé avec le type dont je t'ai parlé. Je me suis lancé et, il ne..." Je dégluti ,le temps d'arriver à dire les mots. "Il ne partageait pas mes sentiments." Le dire, c'est comme fossiliser la situation dans de l'ambre. C'est prononcé, c'est réel. Il n'y aura plus d'espoir de retour dans le temps, plus d'altération possible. Nate m'a rejeté, c'est un fait que je dois accepter et il me faudra apprendre à vivre avec cette idée.
Enfermant mes yeux sous mes paumes, j'essaie de me contenir. "J'avais raison depuis le début au final. L'amour c'est de la merde." Je lâche alors, presque en rage contre moi même, de m'être mis dans une telle situation alors je n'ai jamais voulu de ces sentiments encombrants.  


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: callum ∇ loving can mend your soul. Sam 24 Sep - 17:26

callum ∞ sevan
Les mains de Callum sur ses épaules le firent sourire. D’accord, ce massage n’était pas le plus énergique au monde mais Sevan appréciait le geste. Il ferma un moment les yeux et tenta de se détendre, prêt à protester quand il s’arrêta. Il se tut de justesse et heureusement car le garçon se confia enfin. Le blond avait vu juste… Il n’allait pas bien. C’était qu’ils commençaient à bien se connaître ces deux-là et Sevan était plutôt fier d’avoir réussi à lire entre les lignes. Entre les sourires. Quand la tête de Cal quitta son dos, il se tourna pour être de nouveau face à lui et le regarder. Le jeune homme grimaça en apprenant qu’il s’agissait bien de Nate. A vrai dire, il s’en était douté mais il aurait préféré se tromper. Callum n’avait jamais été amoureux et Sev aurait voulu que ça marche enfin pour lui. Qu’il comprenne que ça pouvait être top, l’amour – même si ce soir il était dans une toute autre optique. Qu’on l’aime, qu’on le chérisse, qu’on lui donne toute l’importance qu’il méritait. « Je suis désolé Cal. » Sincèrement. Il fit la moue et se pencha un peu pour attraper sa main et la serrer contre la sienne.

S’en suivirent quelques minutes de silence. L’alcool faisait doucement effet, surtout chez Sevan qui ne buvait pas souvent alors il devait se concentrer un peu plus pour sortir des phrases cohérentes. Et puis… cette histoire l’attristait plus que de raison. Il aurait voulu insulter ce garçon qui n’avait pas su saisir sa chance avec Callum, se retenant cependant en craignant que son ami n’apprécie pas trop. Caressant doucement la main du brun de son pouce, il soupira longuement et reprit la parole. « T’es un type bien Callum. Si ce gars ne veut pas de toi, c’est qu’il est con. Qu’il n’a pas su voir à quel point t’étais… génial. Si t’avais pas été aussi allergique à l’amour, j’aurais bien pu tomber amoureux de toi je suis sûr. » Il ne mentait pas. A vrai dire, Sevan s’en était toujours empêché car Cal avait toujours eu le même discours. Celui d’un garçon indépendant et qui ne voulait pas perdre de temps avec les choses de l’amour. Le blond s’en était contenté mais ça n’avait pas toujours été aussi facile. Puis il avait trouvé Sam, cet hétéro pour lequel il avait craqué et il avait arrêté tout plan sur la comète avec Callum. D’ailleurs, en y repensant, il était assez heureux qu’ils soient toujours amis malgré leur passé commun, leurs petites aventures. Ce soir il était un allié de choix et espérait en être tout autant un pour lui.
Au fond, ils cherchaient la même chose, oublier un garçon. Ne pouvaient-ils pas le faire ensemble ? S’aider, se cajoler mutuellement, se consoler dans les bras l’un de l’autre ?

Le garçon se resservit un verre. Ce serait peut-être celui de trop… Mais il avait besoin de ça. Il en but quelques gorgées et le reposa sur la table basse. Il y avait du progrès, Sevan grimaçait de moins en moins à chaque gorgée !
« Je sais que t’es pas trop câlin et tout ça. » Il lui ouvrit les bras. « Mais je t’assure que parfois ça fait du bien. »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: callum ∇ loving can mend your soul.

Revenir en haut Aller en bas

callum ∇ loving can mend your soul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-