AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Too much to ask. Rhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lizzie Mathesson-Blake
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : chrysalis (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Too much to ask. Rhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3013
POINTS : 4822
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Too much to ask. Rhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyJeu 28 Juil - 17:28

I thought of everything I'd never regret
A little time with you is all that I get
That’s all we need because it's all we can take

Je dois le faire. Je dois lui en parler. Il a le droit de savoir après tout… Même s'il y a toujours cette petite voix dans ma tête qui continue de me dire qu'il n'a pas à être au courant, que si cet enfant est le sien, cela ne risque que de chambouler davantage le futur qu'il s'est planifié. Un futur avec Gwen, peut-être ? Je me mords la lèvre au fur et à mesure que j'avance en direction du logement des deux jeunes gens, ne sachant pas encore comment je peux annoncer la nouvelle au Gallois. Encore, j'hésite à faire demi tour. A lui cacher la vérité, parce qu'il n'a rien demandé. Et si je me souviens de la personnalité du blond de quand nous étions adolescents, je ne peux pas pour autant prédire sa réaction à une telle nouvelle. Il va être papa. Ou peut-être pas, finalement. Parce que si je lui annonce la nouvelle, ce n'est pas pour autant que j'attends quoi que ce soit de lui. Il faut être deux pour faire un bébé, mais quand les responsabilités entrent en jeu, tout peut changer. Je continue d'avancer, traverse la rue avec précaution, approchant de ma destination finale.
L'été est bien présent au Pays de Galles, cela dit, la constance du pays veut que quelques goûtes de pluie ruinent nos journées ensoleillées. C'est le cas encore aujourd'hui et je me retrouve à devoir sortir mon parapluie pour me protéger de l'averse qui pointe le bout de son nez. Néanmoins, il faut plus qu'une petite averse pour me stopper dans ma quête et je poursuis mon chemin avec la même conviction et avec la même crainte.
J'arrive devant le domicile du Blake et de la Martins et quand j'envisage de sonner à la porte pour m'annoncer, l'idée de me retrouver en tête à tête avec Gwen me fait glace le sang et me pousse à faire demi-tour. Autant attendre sur le parking. La voiture de Rhys y est sagement garée, cela signifie donc qu'il est chez lui et il faudra bien qu'il en sorte. J'espère simplement qu'il ne décide pas de faire sa petite promenade dans trois heures. Quoi que… Je redoute toujours ce face-à-face pourtant nécessaire. Car si je suis les conseils de Caleb, à savoir que je dois en parler à Rhys avant que la grossesse soit visible, j'ai encore quelques semaines devant moi avant que mon ventre prenne sa forme et que les doutes murissent dans la tête des gens. Mais le plus tôt sera le mieux, que je me dis pour me convaincre à ne pas faire marche arrière. Plus tôt il sera au courant et plus tôt il pourra se préparer et se remettre du choc.
L'averse cesse au bout de quelques minutes et après avoir attendu un peu plus d'une demie heure dans un coin de la rue, j'entends du mouvement qui me fait relever la tête. Alerte, mes yeux cherchent d'où provient la source du bruit et quand je remarque que c'est bel et bien Rhys qui sort de chez lui, je me fige, incapable de bouger le moindre muscle. Paralysée, je commence à me dire que j'ai meilleur temps de le laisser s'en aller, que je pourrais toujours venir lui en parler lors d'un moment plus propice… Lâche. Je suis lâche et je dois me faire violence pour finalement courir dans sa direction avant qu'il n'arrive à sa voiture. Je m'élance, toujours sans savoir ce que je vais lui dire, mais je m'élance et je ne m'arrête que lorsque j'arrive au niveau de la voiture garée et du médecin. « Rhys ! » m'écrie-je, désespérée, pour le faire ralentir alors que ça aura sans doute l'effet inverse. Je déglutis quand je m'arrête et que je lui fais face. Son regard, toujours aussi hypnotisant, est dur quand il se pose sur moi, et je sais pertinemment que j'ai mérité ce mauvais traitement. « Je sais que tu ne veux pas me parler… » Mes tentatives pour lui faire accepter un rendez-vous correct furent un échec et c'est bien pour cette raison que je me retrouve à lui tendre une embuscade devant chez lui. « Mais écoute-moi, s'il te plait. »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Too much to ask. Rhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3) : Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2128
POINTS : 4143
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Too much to ask. Rhys DefiniteExaltedAfricanfisheagle-small
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyVen 29 Juil - 18:16

Guess it's true, I'm not good at a one-night stand
But I still need love 'cause I'm just a man
These nights never seem to go to plan...

Quand Rhys se réveilla ce matin là, il ignorait qu’il allait vivre une des journées les plus importantes de sa vie. A vrai dire, il s’attendait à passer une journée banale, voir peut être un peu déprimante. Lylou était repartie, répondant à son texto d’au revoir plutôt évasivement, l’état d’Echo ne s’améliorait pas et lui continuait à s’enferrer dans ses mensonges auprès de ses proches et anciennes connaissances. Et pour couronner le tout, il pleuvait à verse dehors alors que c’était censé être l’été. C’est donc sans enthousiasme qu’il boit un thé, attendant que l’averse se calme pour sortir courir un peu. Le sport, c’était bien son seul exutoire en ce moment. Il doit néanmoins attendre presque une demi-heure pour voir une accalmie se profiler et encore, le ciel reste bien lourd. Tant pis, il a besoin de se défouler. Il passe un short de basket large et une sweat aux couleurs de son ancienne faculté pour maintenir les apparences et se met en route. Il est en train de déverrouiller les portières de sa voiture quand il entend une voix terriblement familière crier son nom. Il se fige, exaspéré. Lizzie. Evidemment. Il lui avait semblé lui avoir dit expressément qu’il ne voulait pas la voir mais apparemment, il avait perdu le droit de dire non aux yeux de ses anciens amis. Il ne ralentit pas sa marche, fonçant sur sa voiture. Il ne voulait vraiment pas faire face à la Mathesson. Elle l’avait blessé et il n’avait aucune envie de l’affronter aujourd’hui. Sauf qu’il  n’aura pas le choix. Un bruit de cavalcade dans son dos lui indique qu’elle a accéléré le pas pour le rattraper. Avec un soupir, il se retourne donc pour lui faire face, comprenant qu’il ne pourrait probablement pas l’éviter… La vision de la blonde est comme un coup de poing dans son plexus. Elle est belle Lizzie. Même si elle vient visiblement d’affronter l’averse, elle est follement élégante dans sa robe et son petit imperméable, ses cheveux blonds flottant autour de son visage. Il se rend compte avec une pointe d’amertume qu’il a toujours envie d’elle, même après ce qui s’était passé. Mais il ne laisse rien paraître, se contentant de la fixer durement, empêchant son cerveau de générer des images de leur nuit d’amour. Il devait se rappeler qu’il lui en voulait. Il ne tomberait plus dans ses pièges, il était bien décidé à se blinder et à ne rien laisser paraître de ses sentiments blessés.

Alors quand elle reprend la parole, il prend bien garde de ne pas prêter attention à son air désespéré. Il avait vu où la pitié l’avait mené la fois précédente. Il fait donc une réponse aux antipodes de cette dernière. « Ah ouais, t’as envie de parler maintenant ? Tu n’as peur que Enaël arrive ? » C’est mesquin, voir immature mais il est bien décidé à lui montrer qu’il n’a pas acheté son histoire l’autre fois. Elle avait juste voulu le dégager après l’avoir baisé. Rien de plus. Si lui avait osé faire ça, on l’aurait sans doute traité comme le pire des salauds… « Donc si j’ai bien compris, c’est toi qui décide quand est-ce qu’on parle ? Et moi, je dois céder à tes volontés même quand j’ai déjà dit non… Tu ne trouves pas ça un peu facile ? » Il la toise. Il ne crie pas mais sa colère est perceptible. Il avait prévu d’en dire le moins possible mais c’est plus fort que lui. Après tout, elle lui avait tendu un piège pour parler, et bien, elle allait être servie. Il allait lui dire ce qu’il avait sur le cœur depuis un mois. « Je n’ai pas envie de te parler, ni même de t’écouter. Et tu sais quoi, tu n’arriveras pas à me faire sentir coupable pour ça ! En fait, j’arrête complètement de m’en vouloir vis-à-vis de toi. J’avais accepté l’idée que j’avais fais des erreurs, que je t’avais fait blessée et je ne mentais pas quand je disais que j’étais prêt à passer une décennie à les réparer. Mais à quoi bon ? Tu me détestes. Tu m’en veux toujours. Ça ne changera pas apparemment, quoi que je fasse. Et puis, tu m’as montré le peu d’estime que tu as pour moi l’autre nuit. Dis moi, c’était quoi le plan ? Me faire me sentir comme je t’ai fais sentir quand je suis parti ? Parce que ça a marché Lizzie, je me suis senti comme la dernière des merdes quand tu m’as viré de chez toi. Alors bravo. C’est minable mais machiavélique. Tu aurais juste pu m’ignorer tu sais, si vraiment tu ne voulais pas renouer. » Il avait serré les poings, croisé les bras dans une attitude défensive. Il se desserre cependant ces derniers pour attraper les clés de sa voiture dans son short, les pointant d’un air accusateur sur Lizzie pour achever sa petite diatribe.   « Quelque soit la chose terriblement importante que tu penses vouloir me dire, je ne pas intéressé. Tu n’as qu’à en parler à Caleb. Après tout, il fait tout bien lui, n’est-ce pas ? » Il se retourne et monte dans sa voiture sans plus de cérémonie.

_________________

i don’t want anyone else in the world, because you more than anyone saw the midpoint between who i am and who i could be. you saw my circlet of blood and bone and realized with absolute certainty that you, with your love and faith and power, could help transform it into a crown of starlight. because you raised me up to be more than i thought possible and as beaten as i was.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : chrysalis (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Too much to ask. Rhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3013
POINTS : 4822
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Too much to ask. Rhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptySam 30 Juil - 16:33

I thought of everything I'd never regret
A little time with you is all that I get
That’s all we need because it's all we can take

Sans surprise, il accélère le pas quand il m'entend, mais je ne compte pas me rabattre de si tôt, alors je fonce jusqu'à arriver à son niveau. C'est comme si les yeux de Rhys pouvaient lancer des poignards et les enfoncer dans ma chair tellement c'est douloureux de rester là, devant lui. Je savais qu'il ne voulait pas me parler, mais je n'imaginais pas que sa haine avait atteint de tels sommets. Pourtant, c'est bel et bien le cas et j'en ai la preuve quand il prend la parole pour la première fois. Sa réplique est cinglante et je baisse les yeux, mal à l'aise qu'il utilise mes propres excuses contre moi. Les lèvres pincées, j'encaisse et je ne réponds rien. A quoi bon ? Il est blessé et me le fait bien comprendre, alors autant le laisser poursuivre car il semble en avoir lourd sur le coeur. Je relève les yeux vers lui quand il reprend et cette fois, je ne peux pas m'empêcher de répliquer. « Mais non, ce n'est pas moi qui décide quoi que ce soit et je m'excuse si c'est l'impression que je te donne… C'est juste que c'est vraiment important et que… Comme tu ne répondais plus… Crois moi, j'aurais préféré faire ça d'une façon plus civilisée. » Parce que lui courir après avant qu'il n'atteigne la portière de sa voiture n'est pas une situation idéale, surtout dans de telles circonstances. Cependant, mes efforts ne servent à rien et le Blake se lance ainsi dans une tirade poignante sur ses sentiments, ses impressions et surtout, sur le fait qu'il jette notre relation à la poubelle. Figée, je l'écoute, voulant le reprendre, mais le laissant continuer sans l'interrompre.
Ca fait mal. Très mal. Je sens ma gorge se nouer en comprenant que j'ai vraiment tout fait foirer avec lui à cause de simples pulsions animales. Je suis la seule fautive dans l'histoire et je ne peux même pas en vouloir à Rhys de dire ce qu'il dit. « Ce n'est pas toi que je déteste, Rhys… C'est moi. » Lâche-je dans un soupire. Oh ça oui, je me déteste et je n'arrive plus à me regarder en face depuis ce que j'ai fait au jeune homme. Autant dire qu'à présent, l'amertume que j'ai envers ma propre personne n'a fait qu'augmenter en apprenant les états d'âme du Gallois. Tout ça, à cause de moi. Alors que le pauvre est déjà en train de vivre un moment tragique à cause de sa soeur à l'hôpital, il faut que je sois comme le clou qui scelle son cercueil. Je le fais se sentir mal et ça me tue. « Il n'y avait aucun plan… Et je crois que je ne pourrais jamais assez m'excuser, mais je te le redis encore, je suis désolée. » J'ai fait du mal à quelqu'un et la culpabilité me ronge jusque dans mes tripes.
Néanmoins, quand Rhys achève ta tirade froidement en manifestant son envie de déguerpir loin de moi, je reste stoïque. Il évoque Caleb et cela m'arrache d'ailleurs un petit rire jaune. Si Caleb ne m'avait pas autant poussé à venir confronter le Blake, alors peut-être que je ne lui aurais rien dit, préférant garder le silence sur la future paternité du jeune homme. A la réaction violente du blond avouant haut et fort qu'il ne veut pas savoir ce que j'ai à lui dire, signifiant par la même occasion qu'il ne veut plus avoir affaire à moi, j'hésite sur la marche à suivre. Est-ce que je maintiens ma position ? Est-ce que je lui dis alors que clairement il ne veut plus être en ma présence ? En l'état actuel des choses, je comprends à quel point le médecin me déteste et je doute qu'il veuille savoir qu'il sera toutefois lié à moi à jamais par cette vie qui grandit en moi. Lié à moi, malgré lui. Autant ne pas le lui infliger… Je me prépare à faire machine arrière quand il grimpe dans sa voiture, mais après quelques secondes supplémentaires de réflexion, je suis quand même les conseils du Donovan. J'aurais voulu éviter les scènes en public, mais je comprends bien vite qu'au point où nous en sommes, le Blake ne sortira plus de sa voiture et ne m'accordera plus la moindre attention. Il commence déjà à mettre le contact et je m'imagine déjà le voir s'enfuir sans me laisser le temps de lui faire mon aveu. Je m'avance rapidement jusqu'à la vitre sur laquelle je frappe avec conviction pour le faire renoncer à partir. Il va falloir être direct. « Si tu as envie que je me donne en spectacle, très bien, je ne compte pas partir d'ici, Rhys. Pas avant que tu sois au courant… » que je m'écris pour qu'il puisse entendre à travers la vitre et le bruit du moteur qui rugit. La gorge toujours aussi nouée, les yeux qui commencent à s'emplir de larmes, je devine que c'est l'instant de tout cracher, de tout dévoiler à l'intéressé. « Je suis enceinte, de toi. » conclus-je, à voix basse pour ne pas alerter tout le quartier et croyant bon de préciser qu'il est le géniteur avant qu'il ne puisse faire une remarque vexante.

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Too much to ask. Rhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3) : Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2128
POINTS : 4143
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Too much to ask. Rhys DefiniteExaltedAfricanfisheagle-small
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyDim 31 Juil - 11:40

Guess it's true, I'm not good at a one-night stand
But I still need love 'cause I'm just a man
These nights never seem to go to plan...

Rhys avait espéré se sentir mieux après avoir asséné ses quatre vérités à Lizzie, mais il eut le déplaisir de constater que ce n’était pas le cas. A vrai dire, comme c’était le cas depuis quelques années, il se sentait juste… vide. Comme si tout amour et tout bonheur avaient déserté son cœur. Alors comme toujours, il fait ce qu’il sait faire de mieux, il prend la fuite. Mais c’est sans compter sur la détermination de sa poursuivante. Avant qu’il ne puisse atteindre sa voiture, elle trouve de quoi répliquer à ce qu’il vient de dire. Il ne peut rien faire d’autre qu’entendre ses paroles. Ce qu’elle dit a du sens, c’est réfléchi, logique et ses excuses ont l’air sincères. Comme toujours, la blonde sait choisir ses mots. Cependant, ça ne fait que frustrer un peu plus Rhys. Il ne voulait pas de logique ou de raison, il voulait régler ses comptes. Sauf que c’était impossible de se disputer avec quelqu’un qui adoptait une telle attitude. Frustré, il fait quand même preuve de mauvaise foi. « Peut être que tu aurais pu penser à être civilisée avant, tu ne crois pas ? C’est un peu tard pour être désolée, je pense. » Réplique t-il en atteignant des sommets de rancune tandis qu’elle se décompose de plus en plus.  Car il la voyait, la détresse qui creusait sur ses traits. Lizzie avait l’air abattue parce qu’il venait de dire, les lèvres pincées, elle a l’air prête à pleurer. Il voudrait s’en réjouir, continuer à la détester mais comme souvent, il était ému par l’apparente fragilité qui émanait de la jeune femme. Il tressaille quand il entend dire cette dernière qu’elle se déteste elle-même pour ce qu’elle a fait. Et pourtant, il garde un ton railleur et horripilant quand il répond. « Ca aussi, c’est facile. » Pourtant, elle n’a pas l’air de mentir. Tout comme quand elle s’excuse une seconde fois. Mais c’est trop tôt. Le gallois ne parvient pas à trouver la force nécessaire dans son cœur pour pardonner. Il est encore trop à vif. En deux mois à peine, il a dû encaisser bien plus que ce dont il est capable. Et puis, de manière mesquine, il se rappelle aussi que dans un passé proche, Lizzie avait elle aussi refusé des excuses tout aussi sincères qu’il lui avait fournies. Alors, il ne dit pas un mot, toute tentation de se laisser fléchir étant de toute façon anéantie par le petit rire que la blonde lâche quand ils parlent de Caleb. Parce qu’en plus, elle trouvait ça drôle ?! « Tu sais quoi ? Laisse tomber ! » Furieux, il monte définitivement dans sa voiture cette fois-ci. Ses mains tremblent et il met un temps anormalement long à mettre le contact. Ça suffit à Lizzie pour rejoindre la voiture et se mettre à taper à la vitre. Il roule des yeux mais pour la première fois de la journée, il se demande ce qu’elle veut bien pouvoir lui dire. Car ça ne ressemblait pas à la Mathesson de faire preuve d’autant d’insistance.

Il entend à peine sa voix, étouffée par l’épais vitrage de sa voiture mais il lit plus ou moins sur ses lèvres. Elle semble lui préciser qu’elle ne veut pas lui faire une scène mais qu’elle le fera quand même. Il pousse un nouveau soupir. « Je te l’ai dit, Lizzie, laisse tomber ! » Il ne sait pas si elle l’a entendu et de toute façon, elle semble s’en ficher. et prête à continuer Il la voit prendre une inspiration, se préparant visiblement à dire quelque chose de pénible tandis que maintenant, elle pleure franchement. C’est à ce moment précis qu’il tourne la clé dans le contact, couvrant les mots qu’elle prononce par le vrombissement du moteur. Mais ce n’est pas suffisant. Il a vu les mots se former sur les lèvres de la blonde. Non, ça ne peut pas être possible. Il avait dû se tromper. Ce n’était juste pas possible. Mais désormais, il ne peut clairement pas s’enfuir. Pas avec un tel doute au dessus de sa tête. Avec un juron franchement vulgaire, il éteint le moteur, non sans avoir donné un petit coup au volant. Il ouvre la vitre. « Qu’est-ce que tu viens de dire ? Tu es quoi ? » C’est presque une question rhétorique. Parce qu’après ce qu’il pense avoir compris, l’attitude de Lizzie prend tout son sens ce qui le pousse à croire qu’il est malheureusement sur la bonne voie. Il soupire, sentant une nouvelle fois son monde vaciller sous ses pieds. C’était tellement énorme qu’il ne parvenait même pas à y croire, à formuler les mots dans sa tête. Vaincu, il ressort de la voiture pour faire face à son destin et à Lizzie. Il ne pouvait pas faire l’autruche face à une telle nouvelle. L’amertume continue de couler comme un poison dans ses veines quand il pousse une exclamation sonore. « Non mais tu imagines à quel point c’est foireux ? » Il a parlé vraiment fort, prenant Lizzie à témoin, lui s’en fiche de faire une scène dans la rue. Il prend de longues minutes pour encaisser le choc, lâchant des invectives sans queue ni tête. « Putain, je savais que mon karma avait un curieux sens de l’humour mais là on atteint des sommets. » Il s’époumone encore un peu mais parvient finalement à se calmer pour s’adresser à son ancienne meilleure amie. « J’imagine que nous sommes en effet obligés d’en parler maintenant. Tu veux entrer ? Gwen n’est pas là… » Il avait ses défauts mais sur ce coup-là, il savait qu’il devait prendre ses responsabilités. Pourtant, c’est plus fort que lui, il est obligé de poser LA question qui pourrait tout changer. « Tu es sûre de toi au moins ? »

_________________

i don’t want anyone else in the world, because you more than anyone saw the midpoint between who i am and who i could be. you saw my circlet of blood and bone and realized with absolute certainty that you, with your love and faith and power, could help transform it into a crown of starlight. because you raised me up to be more than i thought possible and as beaten as i was.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : chrysalis (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Too much to ask. Rhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3013
POINTS : 4822
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Too much to ask. Rhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyDim 31 Juil - 16:00

I thought of everything I'd never regret
A little time with you is all that I get
That’s all we need because it's all we can take

Les reproches continuent de fuser, mais encore une fois, je m'entête à penser que je ne peux pas lui en vouloir, que j'ai mérité chacun de ses mots acérés. Je garde la tête haute, ou du moins, j'essaye, même si l'envie de m'effondrer est plutôt tentante. Il faut que je sois forte encore quelques minutes, que j'encaisse la haine et le mépris que Rhys ressent pour moi. C'est la première fois que ma présence dégoûte autant quelqu'un et le fait qu'il me répète de laisser tomber ne m'aide pas dans ma démarche. Bien au contraire. Je m'efforce de penser à Caleb, au fait que ce soit la bonne décision à prendre et qu'un homme a le droit de savoir quand une femme tombe enceinte de lui. Je m'efforce de penser à lui parce que présentement, je n'ai plus vraiment envie de continuer cette diatribe. C'est trop dur. C'est trop difficile de voir le visage de Rhys déformer par ses sentiments tout en sachant que c'est moi qui l'ai rendu aussi aigri. Allez… Encore quelques secondes et tout sera fini. Il sera au courant et j'aurais fait ma part. Je prends sur moi quand je le vois prêt à s'en aller et avant qu'il ne puisse s'enfuir, je lâche la bombe. C'est précipité et je conçois que ce n'est certainement pas la meilleure façon d'avouer à quelqu'un qu'il va être papa, mais si je l'avais laissé partir, cela signifiait que j'aurais dû tenter un nouveau face à face. Et égoïstement, je trouve celui là tellement éprouvant que je ne veux pas avoir à en vivre un autre.
L'émotion me faisant pleurer, la réaction de Rhys n'arrange pas la situation. Je l'entends jurer, taper le volant, comme furieux contre moi pour finalement demander confirmation de mes dires. Je le regarde en restant muette. Il n'a pas besoin de confirmation, il sait qu'il a très bien compris et ce qui suit ne m'emballe pas du tout.
Il sort de la voiture, pousse des exclamations qui me font sursauter par leur dureté. C'est normal. Il accuse le coup, que je me dis. Après le long silence, il faut bien qu'il se lâche, même si j'aurais préféré que ce soit d'une autre façon. Alors qu'il crache son indignation, je me maudis d'avoir écouté les conseils de mon meilleur ami. Le Blake allait bien mieux quand il n'était au courant de rien. Si j'avais fermé ma gueule, alors il ne serait pas en train de crier dans la rue à quel point son karma se fout de lui. Je l'écoute en ne disant rien, restant à quelques pas de lui et essuyant mes joues encore humides à cause des larmes. Il lui faut encore quelques instants pour se calmer et je subis sa colère en silence, ne voulant pas approuver ses propos. Il s'apaise difficilement, mais il semble enfin prêt à ouvrir le dialogue, ce qui est une bonne chose. J'acquiesce à sa proposition, soulagée de savoir que Gwen ne participera pas à notre échange, même si elle sera forcément concernée par cette grossesse si mon intuition les concernant est bonne.

Et pourtant… Il faut que le Gallois gâche tout avec sa dernière question qui me paralyse. Sclérosée jusqu'à la moelle, je le dévisage avant de déglutir. Après tous les reproches que je viens de me prendre en pleine face, je dois répondre à ça ? « Excuse moi ? Est-ce que je suis sûre ? Tu veux dire, est-ce que je suis sûre d'être enceinte ? Est-ce que je suis sûre qu'il est de TOI ? » Après avoir encaissé en silence, je ne peux plus me retenir et c'est à mon tour de me lancer dans une tirade dramatique. « Tu sais quoi ? T'as raison, je laisse tomber.  Je sais qu'il va te falloir du temps pour digérer la nouvelle, il m'en a fallu à moi aussi, mais je ne suis pas venue là pour me faire insulter. Si je suis venue t'en parler c'est parce que Caleb m'a poussé à venir. Oui, Caleb, celui dont tu te moques en prétendant qu'il fait tout bien. Je ne sais pas pourquoi, la solidarité masculine, peut-être… Parce que le père a le droit de savoir. Moi je ne voulais pas t'en parler. Je ne voulais pas ruiner ta vie. Je ne voulais pas être celle qui t'oblige à te sentir concerné alors que je te dégoûte comme personne. Je ne voulais pas bousiller tes projets avec Gwen, parce que je pense bien qu'un bébé avec une blondasse ne faisait pas partie de vos plans. Alors voilà, Rhys, je suis désolée de lâcher la bombe comme ça, mais tu ne voulais plus me parler et je n'avais pas d'autres choix. » Je m'arrête pour reprendre ma respiration et pour mieux achever ce que j'ai à dire au grand blond, même si une nouvelle crise de larmes vient s'ajouter dans l'équation. A mon tour de me donner en spectacle dans cette rue résidentielle. « Et si je suis venue aussi, c'était pour te dire que je… Je n'attends rien de toi. Toi même tu le dis, c'est une situation foireuse, donc si tu ne veux pas y prendre part, je comprendrai. »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Too much to ask. Rhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3) : Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2128
POINTS : 4143
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Too much to ask. Rhys DefiniteExaltedAfricanfisheagle-small
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyDim 31 Juil - 18:39

Guess it's true, I'm not good at a one-night stand
But I still need love 'cause I'm just a man
These nights never seem to go to plan...

Le ciel vient de tomber sur la tête de Rhys alors il n’a pas l’impression que sa réaction est disproportionnée mais il revient vite sur ce point de vue quand il voit Lizzie sursauter face à ses cris. Il s’exhorte alors un peu au calme, mettant fin au rire amer qui le secoue. Il avait des défauts  mais être violent ou terrifiant n'en faisait pas parti. Alors il pose la première question qui lui vient à l’esprit pour calmer le jeu. Une erreur. Car c’est son interlocutrice qui perd tout à coup son calme. Se lançant dans une tirade similaire à celle qu’il avait faite quelques minutes auparavant, elle lui fait regretter sa demande immédiatement. Maudissant sa faculté à ne jamais dire les bonnes choses au bon moment, le gallois tente de l’interrompre, levant les mains d’un air apaisant. « Lizzie… Arrête, tu sais bien que ce n’est pas ce que je voulais dire… » Mais rien n’y fait, elle est lancée et il comprend qu’il va devoir attendre qu’elle ait terminé pour se défendre. Car oui, il a des choses à dire pour sa défense. Malheureusement, elle est profondément blessée parce qu’elle a pensé qu’il a dit et par sa réaction d’une manière générale. Elle fond à nouveau en larmes entre deux reproches. Et à ce moment là, Rhys ne parvient pas à être insensible une nouvelle à ces signes de détresse qui maculent les joues de la blonde. Il passe un bras autour de ses épaules, oubliant un instant sa fierté blessée, ne souhaitant rien d'autre que de faire retomber un peu la tension. « Allez viens, on va discuter, je ne m’énerverai plus promis. » Il devait l’avouer, il était effrayé par la façon dont elle venait de perdre son tempérament. Ça ne lui ressemblait pas. Même cette fois désastreuse où ils s’étaient disputés à l’hôpital, Lizzie n’avait pas semblée aussi éperdue. Il s’en voulait désormais. Vu l’impact que la nouvelle avait sur lui, il pouvait bien imaginer que Lizzie était au moins dans un état similaire, si ce n’était pas pire. Il devait arrêter de se comporter de manière aussi rancunière et égoïste. Alors il fait ce qu’il a dit, entraînant la galloise vers sa maison. En chemin, il commence à reprendre ce qu’elle a dit, car il ne peut pas laisser passer ça. « Quand je t’ai demandée si tu étais sûre de toi, c’était ça oui, sûre d’être enceinte. Une erreur est toujours possible, ça arrive quelques fois avec les tests… C’est tout. » Il se racle la gorge avec une certaine gêne pour ce qui va suivre. « Je suis désolé si j’ai donné l’impression que je te demandais s’il était de moi. Ce n’est pas ce que je voulais. Ce qu’on a fait l’autre soir… Je sais – Je sens que ce n’est pas quelque chose que tu fais souvent. Je n’ai aucune intention de t’insulter. J’aurai pu le faire tout à l’heure si j’avais voulu te traiter de catin… » Il se mord la langue pas certain de vraiment arranger son cas. Tout cela était un peu paradoxal. Ils avaient couché ensembles et pourtant, il arrivait à peine à en parler ou à parler de la vie sexuelle de la Mathesson sans rougir.

Alors, il est indéniablement soulagé quand ils arrivent devant la porte. Il relâche Lizzie, reportant son attention sur ses clés qu’il glisse dans la serrure. Il aimerait avoir le temps de se débattre avec la foule d’émotions contradictoires qui l’assaille mais il doit parler à la blonde avant qu’elle ne prenne la fuite à son tour. Mais il ne sait pas vraiment par où commencer. Il était vrai que ses paroles envers Caleb n’avait pas été très justes mais il était jaloux de l’estime que Lizzie semblait lui porter. Impossible de lui avouer à voix haute cependant, elle le prenait déjà assez pour un crétin fini. Et puis, il doit se concentrer sur l’essentiel. Parce que contre toute attente, il savait exactement quelle était la bonne chose à dire. Dommage qu’il n’y ait pas pensé avant de foirer dans les grandes largeurs. « Je sais que j’ai moi-même qualifié la situation de foireuse et je sais aussi que tu as une piètre estime de moi mais contrairement à ce que tu penses, je ne vais pas faire comme si tu n’avais rien dit. Je ne vais pas me détourner et partir. Pas si tu attends mon enfant. » Il a peine à prononcer les derniers mots mais comme Lizzie ne lui a opposé aucun déni, il sait qu’il va devoir s’y faire et considérer la chose comme réelle… La porte s’ouvre et il tend la main en guise d’invitation pour qu’elle passe devant. « Ecoute, je ne vais pas te mentir, ça me fout la trouille. Et peut être même que ça me fout en rogne. Et je n’ai aucune idée de quoi faire mais il faut au moins qu’on en parle. Alors tu veux bien entrer ? » Il est évident qu’elle hésite alors à contrecœur, il fait preuve d’encore plus de politesse. « S’il te plaît ? » Il sent que c’est insuffisant mais il ne veut pas parler de tout ce qu’elle vient d’évoquer sur le seuil de sa porte. Gwen. Le fait qu’elle savait qu’il la détestait. Si elle souhaitait  garder le bébé… Ils avaient besoin de tirer les choses aux clair comme des adultes responsables. D’où le changement radical d’attitude du blond.  Il continue en effet  à aller dans le bon sens, faisant fi de sa rancune. « Tu l’as dit, je suis concerné… Et je trouve que c’est une bonne chose que Caleb t’ait poussé à venir ici. Tu n’auras pas à affronter ça seule. » Les tensions entre eux étaient trop exacerbées pour que tout se déroule à la perfection, mais ils pouvaient au moins tenter de bien agir.  

_________________

i don’t want anyone else in the world, because you more than anyone saw the midpoint between who i am and who i could be. you saw my circlet of blood and bone and realized with absolute certainty that you, with your love and faith and power, could help transform it into a crown of starlight. because you raised me up to be more than i thought possible and as beaten as i was.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : chrysalis (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Too much to ask. Rhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3013
POINTS : 4822
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Too much to ask. Rhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyLun 1 Aoû - 12:28

I thought of everything I'd never regret
A little time with you is all that I get
That’s all we need because it's all we can take

Ce n'est pas ce qu'il voulait dire ? Comment pourrais-je le savoir ? Il semble tellement irrité par ma simple présence que je ne sais pas ce qu'il peut réellement penser de moi. Avant notre dérapage, il disait me considérer comme sa soeur, mais je suppose que les choses ont changé. On ne peut pas considérer quelqu'un avec qui on est pas lié, quelqu'un qu'on méprise, comme sa famille. Alors ce qu'il voulait dire ? Je n'en sais rien. C'est bien pour cette raison que je poursuis ma tirade sans m'épuiser et que je lui dis le fond de ma pensée. Il a eu son moment, voilà que c'est l'heure du mien, même si je ne m'étais pas rendue compte que j'avais autant de choses à dire.
Quand je termine, je suis prête à faire demi tour pour rentrer chez moi, mais quand Rhys vient poser un bras réconfortant autour de mon épaule, je n'appose pas franchement de résistance. J'attends juste que mes sanglots se calment et la réaction du Blake y contribue finalement. Il reprend en m'informant que je me suis trompée sur le sens de ses mots et même si cela me réconforte, je ne peux toujours pas m'empêcher de ressentir une pointe de gêne à l'idée qu'il me prenne réellement pour une fille facile. J'aime croire que ce n'est pas le cas, que si j'ai décidé de le séduire, ce n'était pas par besoin, mais pour autre chose, quelque chose que je n'identifie pas vraiment. Ce monologue me laisse lessivée et je me sers du soutien du jeune homme pour avancer jusqu'à la maison de ce dernier. J'admire le sol quand il reprend en mettant en jeu l'estime que je peux lui porter ou bien le fait qu'il ne partira pas. Les lèvres pincées, je me dois d'avouer la vérité dans un murmure.   « Ce n'est pas une question d'estime, Rhys… C'est un problème de confiance. » que je lâche à contrecoeur. Après ce que je viens de lui lâcher, le pauvre n'a peut-être pas envie d'entendre davantage de reproches, mais je ne peux pas lui laisser croire que j'aie une piètre estime de sa personne alors que ce n'est pas le cas. Non, le problème, c'est la confiance. Et autant dire que porter l'enfant d'un déserteur n'a rien de rassurant et ajoute une certaine responsabilité. Je n'ai pas envie d'être celle qui le fera fuir à nouveau, même si j'ai peur que ça devienne le cas.

Alors pour ne pas qu'une telle chose se produise, j'arrête de me braquer et je rentre dans la bâtisse en lâchant un petit soupir, soulagée d'avoir finalement pu mener ces cris en pleines rue à un vrai dialogue.
On entre dans la maison et je suis le grand blond jusque dans le salon où je m'assois sur le sofa, contente de pouvoir enfin me poser après avoir attendu plus d'une demie heure sous la pluie battante.
« Et oui… Je ne t'ai pas répondu, mais je suis enceinte, il n'y a pas de doutes possibles. J'ai fait une prise de sang, j'ai vu les médecins aussi… » Je revois encore la mine déconfite des médecins qui m'annoncent la nouvelle et l'étrange fait que je sois la seule à vouloir poursuivre cette grossesse. Ca aussi, il va falloir que j'en parle au Gallois. Lui-même étant médecin, il pourra aussi évaluer les risques, j'espère juste qu'il ne me demande pas de faire quelque chose que je n'ai pas envie de faire. Cependant, pour le moment, je préfère encore justifier mon comportement et prouver qu'en effet, ça ne m'arrive pas souvent de sauter sur les mâles.
« Et puis, avant toi… Je n'ai eu personne. Juste mon fiancé, mais ça date d'il y a plus de six mois. » Connard, que je me retiens d'ajouter en pensant à cette pourriture qui m'a humiliée en allant voir ailleurs alors que j'avais une santé fragile.
Assise dans le salon que je visite pour la première fois, mon regard se perd par ci et par là, tandis que j'imagine le couple vivre leurs soirées télé en amoureux et qu'une nouvelle vague de culpabilité vient à ma rencontre. Je déglutis et je suppose qu'il faut reprendre la parole pour expliciter à Rhys ce que je compte faire de cette grossesse.
« Tu sais… Je… C'est inattendu, c'est le moins qu'on puisse dire, mais… Je compte la poursuivre, cette grossesse. C'est pour ça que je te dis que si tu ne veux pas assumer, tu peux, je ne t'en voudrais pas. Je sais à quel point tu es occupé depuis ton retour, avec tout ce qui t'est tombé dessus… Je ne suis pas venue pour te mettre la pression ou quoi que ce soit. Tu peux prendre le temps qu'il te faut pour y réfléchir, enfin, si tu veux y réfléchir… Si tu veux en parler avec Gwen aussi. C'est juste que voilà, pour ma part, je compte poursuivre. » Je reste là, à triturer mes doigts de longues secondes avant de finalement demander, consciente que justement, j'en demande beaucoup. « Dis-moi ce que tu en penses… »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Too much to ask. Rhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3) : Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2128
POINTS : 4143
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Too much to ask. Rhys DefiniteExaltedAfricanfisheagle-small
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyLun 1 Aoû - 22:11

Guess it's true, I'm not good at a one-night stand
But I still need love 'cause I'm just a man
These nights never seem to go to plan...

Les efforts de pacification de Rhys semblent porter leurs fruits car Lizzie commence à s’apaiser à son tour. Elle accepte de le suivre chez lui et l’heure des tirades chargées d’indignation et de rancœur semble terminée. Mais ça ne veut pas dire que tout va bien dans le meilleur des mondes. Ils restent à couteaux tirés et la Mathesson ne tarde pas à dégainer à nouveau pour frapper. « Ce n'est pas une question d'estime, Rhys… C'est un problème de confiance. » Pas besoin d’être un fin psychologue pour comprendre à quoi elle faisait référence. Elle le pensait capable de disparaître du jour au lendemain comme il l’avait fait à la fin de son adolescence. Il ne pouvait pas la blâmer mais ça ne lui faisait pas moins mal au cœur. « Je vois… » Souffle t-il essayant de cacher que cette phrase le blessait. Etaient-ils condamnés à se blesser à chaque mot qu’ils prononçaient ? Les choses étaient-elles à ce point terminées entre eux ? « Je pense que la question de l’estime est importante aussi mais j’ai compris ce que tu voulais dire. » Il ne dit rien d’autres pour le moment, car il a tendance à se perdre dans le flot de ses pensées. Depuis que Lizzie lui avait annoncé la nouvelle, c’était le cataclysme dans son cerveau… Cette dernière exténuée s’installe sur le sofa du salon. Rhys, lui reste debout, lui faisant face. Et enfin, ils engagent une discussion constructive. Le ton de la blonde est serein, posé, ce qui est presque absurde vu les petites bombes qu’elle lance. Elle était sûre et certaine. Il y avait bien un bébé. Le doute n’était pas permis. Une vie était en train de croître dans le ventre de Lizzie. Une vie qu’ils avaient créee ensemble. Il n’y avait plus de retour possible. « Ok… On en est sûr… Donc tu as vu des médecins. Qu’est-ce qu’ils en ont dit ? Tu sais par rapport à ton accident et à ta greffe ? » Il essaye d’être rationnel, réfléchi malgré le séisme dans son esprit. Ce qui était en train de se passer était déterminant pour la suite, il ne fallait pas s’éparpiller. Le gallois essayait donc de penser à tout. Et l’état de santé de Lizzie était un paramètre essentiel de l’équation qu’il devait résoudre.  Mais pas que. Malgré ce qu’elle pensait, il était loin de la détester. Il était certes fâché contre elle mais il l’aimait toujours. Il avait toujours aimé Lizzie, aussi loin qu’il se rappelait. Alors il s’inquiétait. A vrai dire, quand elle avait frappé à sa vitre avec autant d’insistance, il avait eu peur qu’elle lui annonce une nouvelle tragique par rapport à sa santé. Il ne voulait certainement pas qu’une grossesse mette cette dernière en danger. Bien qu’il ne savait toujours pas s’il y aurait effectivement une grossesse ou pas. Les choses étaient certainement mal engagées pour le moment… Il inspire soudainement bruyamment. Tout à son émotion, il avait oublié un paramètre important. Il était censé être médecin et avoir la réponse à sa propre question. Il se reprend, faisant preuve d’une autorité imaginaire, jouant la carte du bluff. Il plonge des yeux inquisiteurs dans ceux de la blonde. « Enfin, j’ai une assez bonne idée de ce qu’ils ont pu dire mais je veux l’entendre de ta bouche. »

Lizzie lui offre ensuite une seconde certitude. Il est bien le père du bébé. Enfin, ça c’est quelque chose qu’il pourrait remettre facilement en question mais il n’en a pas envie. Il ne veut plus la pousser dans ses retranchements. Et surtout, il la croit. Rien que l’expression blessée qu’elle affiche quand elle parle de son fiancé suffit à prouver sa sincérité. « Donc je suis le père. Soit. Dans ce cas, décidons ensemble de ce qu’on va faire. » Rationalité encore et toujours. Ça pourrait presque marcher si Lizzie n’avait pas repris la parole. Parce que visiblement, elle avait déjà pris sa décision. Il pousse un petit soupir, se mordant la langue pour ne pas lui couper la parole même si une bouffée de colère le traverse. Comme pour l’autre nuit, il n’avait pas son mot à dire. Il a soudain le vertige. Car il y aurait bien une grossesse. Et un bébé ensuite. Il allait être papa. Ces mots sont aussi irréels que tout le reste. Il était bien placé pour savoir que la vie prenait des tournants étranges mais jamais il n’aurait imaginé se retrouver dans une telle situation. Avec Lizzie en future maman. Une Lizzie qui était devenue une étrangère pour lui malgré ce qu’il en pensait. L’équation se complexifiait et c’est ce qu’il essaye d’exprimer quand elle lui donne obligeamment la parole. « Ce que j’en pense… Je t’avoue que je ne sais même pas par où commencer… Inattendu… Le mot est faible. C’est carrément dément. » Il essaye une nouvelle fois de faire le tri dans ses pensées. «  Pour ne pas dire foireux. Je maintiens. Je veux dire, regarde-nous… Regarde nos disputes, nos rancœurs…. Tu l’as dit toi-même, tu n’as pas confiance en moi. Tu penses que je te déteste. Je suis certain que la réciproque est vraie. Je te parlais de l'estime tout à l'heure, je sais que tu n'en as plus pour moi. Alors pourquoi vouloir un bébé avec moi ? Quelle serait la place d’un bébé dans tout ça ? Enfin rassure-toi, je me doute bien que tu ne veux pas m’épouser. Mais est-ce que c’est une bonne chose de faire naître un bébé dans une famille éclatée ? » C’est pessimiste mais il a l’impression que Lizzie fait preuve d’une transparence parfaite à son égard alors il s’oblige à faire de même. « Tu as raison, je vais sûrement avoir besoin de temps pour réfléchir à tout ça. Parce que pour le moment, ce que j’en pense ne va pas dans ton sens. »

Il croise les bras, lui lançant un regard navré car il se doute bien qu’il n’est pas en train de lui dire ce qu’elle veut entendre.   « Tu sembles avoir pris ta décision. Je sais que c’est ton corps et que je n’ai pas franchement le droit d’essayer de te faire changer d’avis mais je suis obligé de te le demander franchement… Est-ce que tu as vraiment tout bien pris tout pris en considération ? » Il devrait lui laisser le temps de répondre à cette question primordiale mais ses émotions l’emportent et il continue son raisonnement à voix haute, échaudé par ce qu’il vient d’entendre. Il se met à faire les cent pas. « En vrai, tu fais comme si tu m’offrais un choix mais je ne vois pas les choses comme ça. Oui, je pourrai ne pas assumer mais je sens déjà que j’en suis incapable. Je ne serai pas ce type qui sait qu’il a un fils ou une fille quelque part et fait comme si rien n’était… Tu sais, je ne me suis jamais demandé si je voulais être père. C’était une question de choix, c’est ce que je me disais. Mais je vais être privé de ce choix alors excuse-moi si pour le moment, tout ce que je pense c’est que je regrette cette nuit. Oh oui, je la regrette vraiment. Encore plus qu’avant. »

_________________

i don’t want anyone else in the world, because you more than anyone saw the midpoint between who i am and who i could be. you saw my circlet of blood and bone and realized with absolute certainty that you, with your love and faith and power, could help transform it into a crown of starlight. because you raised me up to be more than i thought possible and as beaten as i was.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : chrysalis (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Too much to ask. Rhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3013
POINTS : 4822
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Too much to ask. Rhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyMar 2 Aoû - 1:16

I thought of everything I'd never regret
A little time with you is all that I get
That’s all we need because it's all we can take

Les esprits échauffés se calment enfin et je n'attends même pas la permission du jeune homme pour prendre place sur le canapé dans le salon. C'est éprouvant pour lui comme pour moi et je ne sais toujours pas dans quel état nous allons sortir de cette rencontre. Amochés, probablement. Très amochés. Méticuleux, Rhys décide finalement de reprendre point par point ce que je lui dis et je déglutis quand il annonce le premier point. Le fait que je sois enceinte. Je regarde le parquet du salon, à la recherche de la moindre distraction pour m'éviter de relever les yeux vers le médecin. Il me pose la question, mais il doit bien savoir ce qu'il en est de mon état et des conseils des médecins dans mon cas. L'avortement thérapeutique. Ils ne se sont pas gênés pour me le faire comprendre à l'hôpital. Ils en parlent comme la meilleure option, mais je refuse même d'y penser. Probablement que Rhys va penser comme eux. Et c'est peut-être le fait qu'il s'impatiente en voyant que je ne lui réponds pas, qu'il se met à insister lourdement. Désemparée, je relève les yeux vers lui avec un regard de pitié. J'ai le coeur serré et un noeud dans le ventre. Il veut l'entendre de ma bouche ? Il veut que je dise moi même que les médecins pensent qu'il est préférable que je me débarrasse du foetus qui grandit en moi. Je le toise, le coeur lourd et une moue dégoûtée sur le visage. « Tu veux l'entendre de ma bouche ? Non… Je refuse de le dire. Tu es médecin… Tu sais ce qu'il en est… Tu sais qu'une grossesse n'est conseillée que deux ans après la transplantation. » Le Blake n'a peut-être pas étudié mon dossier en profondeur et malgré son absence il sait que ma greffe remonte à moins d'un an. Il le sait parce que je lui en ai parlé lors de notre dernière rencontre, celle pendant laquelle j'ai détaillé ma greffe et la découverte sur ma donneuse qui est en fait ma soeur biologique. Il est intelligent, Rhys. Il sait faire deux plus et deux et comprendre que tout le monde déconseille ce que je m'apprête à poursuivre. Le regard de défi que je lui lance m'épuise et je baisse les yeux la première, ne supportant plus de voir tout ce que son visage exprime. La peur et la colère notamment.
Deuxième point que le garçon reprend : le fait qu'il soit le géniteur. Je ne veux pas me justifier davantage sur mes relations amoureuses, ainsi, je suis plus que soulagée quand le blond accepte la sentence sans essayer d'attribuer le bébé à un autre géniteur. C'est déjà ça. Et c'est de cette façon que nous pouvons avancer petit à petit sur la procédure à suivre concernant l'incident.

Le troisième point à aborder est le plus long puisqu'il s'agit du ressentit du futur papa et clairement, ce n'est pas à quoi je m'attendais. Il prend la parole et je commence à me sentir terriblement mal. J'ai chaud. Je sens des perles de sueurs me couler le long du dos tandis que j'écoute le raisonnement pourtant logique de ce dernier et quand il achève, je me relève, soupire encore et encore pour essayer de réguler mon corps qui s'affole. On dirait une crise de panique, mais je fais en sorte de garder le contrôle. Pour combien de temps, encore ? Bonne question. Mais pour le moment, je me contente de refaire défiler les mots du blond dans mon crâne en essayant de garder mon calme. Il m'éclaire sur le point que pourtant Caleb a refusé de voir. Je suis égoïste. J'avais pris ma décision bien avant d'en parler à qui que ce soit et sans même attendre l'avis du deuxième principal concerné. Mon meilleur ami m'a nourri de l'espoir que tout irait bien, que tout se passerait bien et que dans le fond, un bébé, ce n'est pas une tragédie. Malheureusement, Rhys ne tient pas le même discours et je me déteste pour être venue le lui avouer. Caleb avait tort, en fait. Je n'aurais pas dû lui en parler. J'aurais dû continuer à l'éviter et lui dire qu'il s'agissait de l'enfant d'un autre si jamais il suspectait quelque chose. Après tout, vu qu'il me prend pour une fille facile, ça n'aurait pas été difficile à le lui faire gober. Un rire nerveux s'échappe de mes lèvres et je dois faire les cent pas dans la pièce à vivre pour ne pas m'effondrer. « Non, Rhys… Je ne sais pas… Je ne sais pas si j'ai tout pris en considération. Et tu vas encore me détester pour ça, mais… » C'est trop tard, les larmes refont surface et inondent mes joues sans que je tente de les essuyer. A quoi bon ? Les sanglots qui s'ajoutent ne rendent mes paroles que davantage saccadées, mais je me dois de continuer. Il a fait l'effort d'être honnête, alors je dois lui rendre la pareille. « J'ai conscience maintenant, qu'en effet, je ne te laisse pas vraiment le choix, que je suis égoïste… Faire naître un bébé dans une famille éclatée ? Je m'en moque, moi. Tu sais pourquoi ? Parce que quoi qu'il se passe, je ferai toujours passer ses besoins en premiers. Avant les miens et avant ceux des autres.  » Je marque une pause, tente de reprendre mes esprits, même si j'ai l'impression d'être prise par des vertiges. « Contrairement à toi… J'ai toujours rêvé d'être maman. Et après mon accident, j'ai cru que ça ne serait jamais possible.  » L'idée d'adopter ne m'a jamais posé de problèmes, bien au contraire, mais les chances pour une grossesse naturelles étaient si minces que je vois cette grossesse comme un miracle alors que Rhys la voit comme la pire chose qui pouvait lui tomber dessus. « Tu regrettes et je comprends. Je m'excuse encore et encore pour te causer de tels soucis… Mais qu'est-ce que tu voudrais que je fasse ? Que je reste ouverte à toutes les options ? Que j'envisage d'avorter parce que toi et tout le corps médical pensez que c'est la meilleure solution ? C'est au dessus de mes forces… Je ne peux pas faire ça.  » Je pars me rassoir, sentant à présent ma tête tourner, et j'enfouis mon visage dans mes mains tremblantes alors que je m'efforce de continuer. « Je ne peux pas faire ça. Ca reviendrait à… à tuer.  » Tout de suite les grands mots, qu'il doit se dire. « À tuer une part de moi… Et de toi aussi. » Ma gorge est douloureuse tellement le noeud qui s'y est installé persiste à rester en place, mais je me dois d'achever mon discours. « Si je fais ça… Je ne pourrais plus jamais me regarder en face, je ne pourrai plus trouver la force de continuer, je crois. » Mon souffle commence enfin à reprendre un rythme plus régulier et j'en profite pour sortir un mouchoir de ma veste et le passer sur mon visage qui en a terriblement besoin. « Tu as raison… Je te prive de ton choix et j'en suis désolée. Et j'avais raison, moi aussi… Je n'aurais pas dû t'en parler. Je n'aurais pas dû venir. Je savais que j'allais ruiner ta vie. »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Too much to ask. Rhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3) : Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2128
POINTS : 4143
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Too much to ask. Rhys DefiniteExaltedAfricanfisheagle-small
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyMar 2 Aoû - 10:23

Guess it's true, I'm not good at a one-night stand
But I still need love 'cause I'm just a man
These nights never seem to go to plan...

Il était vrai que Rhys prenait l’entière situation comme un problème de mathématiques particulièrement épineux qu’il devait résoudre sans brûler les étapes mais c’était la seule solution qu’il avait trouvé pour ne pas perdre pied. Il se répétait donc les choses mentalement dans l’ordre, comme si ça pouvait l’aider à y voir clair. Lizzie était enceinte, elle en était sûre. Il était le père. Elle voulait le garder, qu’il coopère ou pas. Et ce n’était pas bon pour sa santé. Car si l’attitude fuyante de la jeune femme l’avait mis sur la piste, elle finit par lui en donner la confirmation en bonne et due forme, une lueur de défi dans le regard. Il pousse un soupir bruyant. « Putain, Lizzie ! Tu serais prête à mettre ta vie en danger pour un bébé qu’on a même pas voulu ? Tu te rappelles ce que tu m’as dis à propos de ta greffe ? Que c’était un cadeau mais que tu te sentais mal d’avoir volé sa chance à quelqu’un d’autre. Et bien si tu te mets en danger de la sorte, ça sera vraiment le cas. » Le gallois n’était déjà pas très enclin à voir la grossesse de la Mathesson comme une bonne chose et ce nouveau paramètre le conforte dans son opinion. C’était un désastre. Il ne voulait pas que Lizzie meurt à cause de ça. Cette dernière se lève soudainement, se mettant elle aussi à arpenter la pièce, nerveusement. Et elle répond à ses questions, ce qui lui donne encore plus de grain à moudre. « Oh oui, il est clair que tu n’as pas tout pris en considération. Et le bébé, il pourrait y avoir des risques pour lui aussi. Tu y a pensé à ça ? Et Caleb, et tes frères ? Tes parents ? Tu crois qu’ils ont envie de te perdre ? » Il marque une pause avant de continuer, sentant sa voix se briser. « Tu crois que je veux te perdre ? » Pour ce qui est doit être la troisième fois de la journée, il voit les larmes couler le long des joues de Lizzie. Pendant un bref instant, il a envie de franchir la courte distance qui les sépare, d’aller essuyer ces perles salées, d’embrasser doucement son visage, de la prendre dans ses bras, de lui dire que tout irait bien. C’est ce qu’il aurait dû faire peut être au début. Mais maintenant, c’était trop tard. Ils semblaient séparés par un fossé, exprimant des opinions divergentes sur ce que devait être leur avenir, trop engagés dans cette terrible discussion. Mais il ne mentait pas. Il ne voulait pas la perdre. Alors il livre une nouvelle fois le fond de sa pensée. « Parce que je connais la sensation. Je t’ai perdue quand je suis parti à Londres et je ne veux pas revivre ça. Tu sais, tu penses que je te déteste mais c’est loin d’être le cas. Je te le promets. J’étais fâché contre toi, mais je ne veux plus me sentir comme ça. Je ne veux pas que tu te mettes en danger inutilement. Et quelque chose me dit que Caleb est d’accord avec moi. »

Il fait un pas hésitant vers elle mais elle retourne dans le canapé. Il a certainement ses arguments mais elle a aussi les siens. Et elle défend l’idée d’un bébé bec et ongles, une lueur d’amour farouche dans le regard. C’est là qu’il se rend compte que c’est trop tard. Elle aime déjà le petit être qui grandit de son ventre. Elle est déjà consumée par l’instinct maternel et elle fera tout pour protéger son enfant. Alors il la laisse s’exprimer à ce propos, allant même se laisser tomber sur le canapé à ses côtés. Quand elle a terminé, il médite longuement ce qu’elle vient de dire mais il se rend compte que son opinion n’a pas beaucoup changée. Cependant, il fait preuve de plus de douceur que précédemment, reprenant d’une voix pleine de compassion. « Oui, j’aurai voulu que tu envisages toutes les options. Et pas seulement pour mon intérêt personnel ou parce que ma vie va être bousculée… Juste parce que c’est sans doute la plus grosse décision que tu prendras dans ta vie et je pense que ça mérite un peu de réflexion. Surtout si ta propre vie est dans la balance. Je sais que c’est dur, traumatisant mais tu ne serais pas seule dans cette épreuve… Et puis, tu es jeune, tu pourras refaire des enfants ou en adopter dans quelques années. Avec un homme que tu aimes et que tu respectes. C’est important pour avoir un enfant d’avoir des parents qui s’aiment. » Il ne sait pas pourquoi il essaye encore de proposer d’autres options. Lizzie semble fermement opposé à l’idée de l’avortement. Pour sa part à lui, il ne s’était jamais franchement posé la question jusqu’à maintenant. En tout cas, il voit bien qu’il l’a totalement bouleversée avec sa franchise et une bonne vieille culpabilité refait rapidement surface. Constatant que Lizzie a plongé sa tête entre ses mains, il pose une main réconfortante sur son genou. « Cela dit, je ne mentais pas quand je disais que je ne me défilerai pas… Alors si tu ne changes pas d’avis… Je ferai ce qu’il faut… On ne peut pas se permettre d’être tous les deux égoïstes. Ou rancuniers. Pas si on doit élever un enfant ensembles. Alors tant pis pour le choix.  » Il disait vrai, il ne pouvait pas ressasser éternellement le fait qu’elle avait déjà pris sa décision. Il se devait d’être constructif s’ils voulaient avancer. Lizzie, elle semble se calmer un peu à nouveau, essuyant son visage avec un mouchoir. Il en profite pour réfléchir quelques instants supplémentaires, continuant son raisonnement à voix haute. « C’est sûr que ce n’est pas ce que j’avais prévu mais ma vie ne serait pas ruinée pour autant. Ça pourrait même fonctionner. De toute façon, c’est trop tard alors inutile de ressasser nos remords. Je suppose que j’ai juste besoin de temps pour me faire à l’idée. C’est tellement… » Pas besoin de continuer, elle devait ressentir la même chose que lui. " Et pour ce que ça vaut... J'aurai été encore plus en colère si tu ne me l'avais pas dit et que je l'aurai découvert trop tard..." Il lui tapote le genou, maladroitement, se taisant enfin.

_________________

i don’t want anyone else in the world, because you more than anyone saw the midpoint between who i am and who i could be. you saw my circlet of blood and bone and realized with absolute certainty that you, with your love and faith and power, could help transform it into a crown of starlight. because you raised me up to be more than i thought possible and as beaten as i was.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : chrysalis (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Too much to ask. Rhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3013
POINTS : 4822
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Too much to ask. Rhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyMar 2 Aoû - 19:57

I thought of everything I'd never regret
A little time with you is all that I get
That’s all we need because it's all we can take

Sans surprise, le Blake ne supporte pas le fait qu'en plus d'être non voulue, cette grossesse est dangereuse. Il s'enflamme et j'accuse le choc, gardant mes pensées pour moi. Il ne comprendrait pas. Ce n'est pas lui qui le porte. Ce n'est pas sa vie et celle d'un autre petit être qui sont en jeu. Il ne peut pas s'imaginer tous les peurs et toutes les inquiétudes qui ont pu traverser mon esprit quand la nouvelle a éclatée. Et je dois noter que sur ce point, Rhys est intelligent. Je comprends ses mots et là où il veut en venir. C'est vrai… Que dirait Spencer si elle apprenait que je prends le risque de foutre en l'air le don le plus précieux qu'elle ait pu faire ? Je n'y avais pas pensé jusque là, mais ce n'est pas pour autant que le Gallois parvient à remettre les choses en perspective. Ma décision est prise. Point barre. Il utilise mes propres mots contre moi et ça fait mal. Mais dans le fond, peut-être que j'avais raison depuis le tout début : je n'ai jamais mérité cette greffe. J'aimais croire que je prenais soin de mon corps pour respecter ce cadeau de ma soeur en évitant de manger trop salé, en ne buvant pas d'alcool et en essayant de me maintenir en forme avec des exercices réguliers. Au final, je fous tout ça à la poubelle sans remord et sans regret. Quoique… Une pointe de culpabilité me broie l'estomac quand je pense à Spencer et à ce qu'elle pourrait dire de la situation.
Rhys y va loin en ajoutant qu'il ne veut pas qu'il m'arrive quelque chose, qu'il ne veut pas me perdre et que ma famille non plus. Je suppose qu'il marque un point, mais j'ai déjà atteins le stade où je pense déjà plus à cet embryon qu'à moi. Il avoue enfin être fâché contre moi mais ajoute qu'il ne veut plus se sentir comme ça. Intérieurement, je me demande s'il est en train de me faire un ultimatum ? De me demander d'y mettre fin justement pour qu'il puisse ne plus être fâché contre moi ? Mes pensées deviennent brumeuses et plus vraiment ordonnées. Je crains pour l'avenir, mais j'avais gardé cette constance, cette croyant que quoi qu'il se passe, je pourrais poursuivre sans le regretter. Rhys arrive presque à me faire douter en mettant à nouveau Caleb dans la balance. « Caleb… Au contraire… Il dit que c'est un bel acte d'abnégation… Mais peut-être qu'il ne disait que ce que je voulais entendre. » Que j'avoue à voix basse avec un haussement d'épaules. Après le coup de gueule du Blake, c'est vrai que je me mets à douter des paroles du Donovan. Est-ce qu'il disait toutes ces belles choses parce qu'il savait que c'était exactement ce que j'avais besoin d'entendre et qu'elles me réconforteraient dans mon choix ? Peut-être. Il a été si gentil et sa présence si apaisante. Pourquoi est-ce que Rhys vient-il tout compliquer ? Pourquoi ne peut-il pas simplement penser comme mon meilleur ami et s'aligner à ma décision ?
Les paroles de Rhys vont toujours à l'encontre les miennes, mais son ton a définitivement changé et c'est agréable de ne plus sentir sa rancoeur ou son ton accusateur. Pourtant, à l'intérieur de mon corps, je sens toujours mes nerfs fragiles et me coeur se serrer. Instinctivement, j'aurais voulu me blottir dans les bras du blond. Mais j'aurais également voulu qu'il me souffle que tout ira bien et qu'on fera de notre mieux pour y parvenir. Je sais que c'est illusoire et donc je me retiens, restant sagement à ma place. Il ne veut certainement plus que je le touche et sur ce point là, je peux comprendre, surtout quand on voit où nous a mené ma dernière envie de rapprochement. Je soupire doucement avant d'ajouter. « Tu dis que c'est la plus grosse décision que j'aurais à prendre dans ma vie, mais bizarrement, je ne le ressens pas comme ça. Tu ne peux peut-être pas comprendre et ce n'est pas grave, je ne te demande pas de te mettre à ma place, mais pour moi, c'est plus comme une évidence qu'autre chose. » Pour marquer une pause, je regarde à nouveau ce qui m'entoure dans la pièce, commençant à me sentir gênée d'être présente dans cette maison alors que Gwen n'est même pas là. Ma voix se brise un peu plus quand je reprends. « Tu connais le pourcentage de femmes qui deviennent stériles après une IVG ? Je n'ai pas envie de prendre ce risque. Pas quand il y a quand même une chance pour que tout se passe bien pour moi. Bien sûr, je pourrais adopter, je n'ai rien contre l'idée… Mais à quoi bon vouloir être mère en adoptant alors que je ne prends même pas le risque d'être une mère quand j'en ai l'occasion ? Je trouve ça hypocrite. » Mes arguments n'étaient pas spécialement préparé et c'est avec spontanéité que je déverse mon flot de paroles. « Et puis… On est peut-être pas amoureux, mais je ne vois pas en quoi ça pose problème. Ce n'est pas idéal c'est vrai, mais contrairement à ce que tu penses, je ne te déteste pas, Rhys. Et l'idée d'avoir un enfant de toi et/ou avec toi ne me révulse pas. » Un nouveau rire nerveux s'échappe de mes lèvres. « Au contraire. Je me dis que s'il a tes yeux, il sera bien chanceux. » A la seconde où je fais cet aveu, je regrette de ne pas avoir tourné ma langue sept fois dans ma bouche avant de l'ouvrir. Déjà que l'idée d'être père ne l'enchante pas, et qu'il me demande du temps pour s'y faire… Qu'est-ce qu'il me prend d'imaginer un avenir si lointain ? « Je… Désolée… J'aurais pas dû dire ça. Je suis stupide. » Je secoue la tête, m'en voulant profondément pour avoir été si inconsciente. Le trop plein d'émotions qui fait dire des bêtises, peut-être, même si je pense sincèrement ce que j'ai pu dire. Toutefois, il n'est pas temps de discuter du physique que ce bébé pourrait avoir, il y a d'autres sujets à aborder, et même si ça ne me fait pas plaisir, je dois continuer. « Et puis… J'ai l'impression que tu évites d'en parler depuis le début, mais… Il faut qu'on aborde ce sujet aussi… Gwen. Qu'est-ce que tu vas lui dire ? »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Too much to ask. Rhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3) : Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2128
POINTS : 4143
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Too much to ask. Rhys DefiniteExaltedAfricanfisheagle-small
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyMer 3 Aoû - 22:37

Guess it's true, I'm not good at a one-night stand
But I still need love 'cause I'm just a man
These nights never seem to go to plan...

Rhys avait promis à Lizzie de ne plus se mettre en colère mais quand ils abordèrent le sujet du danger que la grossesse représentait pour elle, il se rendit compte qu’il s’était un peu avancé. Car sa fureur fut très rapidement ravivée. « Caleb… Au contraire… Il dit que c'est un bel acte d'abnégation… « Ah ouais, il a dit ça ? » L’exclamation outragée de Rhys ressemble plus à un aboiement tant il est furieux. Il tente de tourner sa langue dans sa bouche pour ne pas avoir des mots trop durs mais c’est parfaitement inutile et vain. « Un bel acte d’abnégation hein ? Et quand tu seras enterrée six pieds sous terre avant d’avoir eu trente ans, c’est ce qu’on écrira sur ta tombe ? ‘’ C’était un bel acte d’abnégation ? » Il est véritablement furieux mais aussi désemparé. Et c’était peut être ce que son ironie mordante exprimait. L’idée d’imaginer une Lizzie que toute vie aurait quittée le rendait fou. Et tout ça pourquoi ? Un bébé qui n’était pas certain de vivre non plus ? Non, vraiment le jeu n’en valait pas la chandelle mais il ne sait pas comment lui dire sans passer pour un monstre sans cœur. C’était un sujet délicat malgré tout. A partir de quand une vie commençait ? Qui étaient-ils pour décider d’y mettre fin ? Mais il a tout autre chose en tête. « Tu vois Liz, tu n’arrêtes pas de dire que tu es égoïste mais vu comme tu me présentes les choses, il est clair que tu es prête à sacrifier ta vie sans même y penser. Je suis désolé, je ne suis pas d’accord avec ça. Moi aussi, je peux être égoïste et te dire la vérité. Je ne veux pas que tu sacrifies ta vie. Je ne veux pas que tu meurs. » Il n’avait pas eu l’intention de dire cela avec des trémolos dans la voix mais c’était vain. L’émotion faisait vibrer ses cordes vocales, faussait ses intonations. Il ne comprenait pas comment Caleb pouvait avoir une telle opinion. N’aimait-il pas Lizzie pour l’encourager dans cette folie ?

Quoique… La blonde ne semblait pas avoir tant besoin que ça d’être encouragée. Avec une bravoure tout à son honneur à la vue du savon qu’il lui avait passé, elle continua à défendre son choix avec une ardeur proche du fanatisme. Pour elle, ce n’était même pas une question de choix, c’était une évidence. Et au-delà de ça, de l’amour qu’elle ressentait déjà pour un tas de cellules en formation,  elle était capable d’avancer des arguments beaucoup plus rationnels. Il secoua la tête, pas d’accord du tout avec ce qu’elle disait à propos d’une potentielle stérilité, de l’adoption et de l’hypocrisme. Pourtant, il réplique plutôt d’une voix douce, un peu fatigué de hausser la voix. « Je ne vois pas en quoi adopter serait hypocrite. Ce n’est pas de ta faute si tu ne peux pas avoir d’enfants sans que cela ne soit dangereux. Personne ne te blâme pour ça… Et puis, c’est un acte magnifique que de donner une seconde chance à un enfant d’être heureux. Enfant biologique, enfant adopté, la différence n’est que sémantique. On est tous les deux très bien placés pour le savoir. » Ca, il en était convaincu. Encore plus que tout le reste. Mais avant qu’il n’ait le temps d’en dire plus, Lizzie poursuit son cheminement, laissant échapper des mots qui choquent Rhys aussi sûrement que tous les autres. Décidément, ça devenait une habitude aujourd’hui… « Tu ne me détestes pas ? Peut être que ce n’est pas un sentiment aussi fort alors mais ce que tu ressens pour moi n’est pas non plus extrêmement positif. Tu me l’as fais comprendre à l’hôpital et ensuite… Attention, je ne le dis pas pour m’auto-appitoyer ou pour te faire culpabiliser mais je suis réaliste. Je sais que tu ne m’as pas pardonné mon départ et mon silence. Et c’est ton droit mais je ne vois pas comment on pourrait avancer et avoir un enfant ensembles dans cet état d’esprit… »

C’est cruel d’insuffler cette dose de pessimisme mais il fallait bien que l’un d’eux soit réaliste. Surtout que Lizzie était en train de le faire chanceler dans ses convictions, lui mettant des images dont il se serait bien passées à l’esprit. Un enfant avec ses yeux. Un fils et une fille, qui lui ressemblerait. Et qui ressemblerait à Lizzie. C’était une belle image… Mais une image dangereuse. Il ne fallait pas qu’il pense comme ça, qu’il se projete. Il devait camper sur ses positions initiales. Sauf qu’il n’en pouvait plus de blesser Lizzie de la sorte. Peut être que finalement, il comprenait un peu Caleb. C’était difficile de voir la Mathesson avec cette lueur d’espoir dans les yeux et encore plus de s’employer à la détruire. « Arrêtes, tu n’es pas stupide… A vrai dire… Je la vois, cette vie. Ce que ça pourrait être. Toi, moi, notre enfant… C’est un beau rêve. Mais pas dans ces circonstances. Je suis désolé si ce n’est pas ce que tu veux entendre, vraiment mais je ne suis pas prêt de changer d’avis. Comme toi tu ne sembles pas l’être. » Ils étaient plus ou moins dans une impasse mais au moins, ils avaient pu discuter un peu, échanger leurs points de vue. C’était un grand pas en avant quand on se rappelait de comment avait débuté leur entrevue…

Mais visiblement, il y avait encore plus à dire car Lizzie aborde soudain un nouveau sujet. Qu’allait dire Gwen ? Le premier réflexe de Rhys serait de rire et de demander à la blonde, qu’est-ce que Gwen venait faire là-dedans puis il se rappelle du petit jeu de faux semblants auquel ils se livrent avec la Martins. Merde. Il ne disposait que de très peu de temps pour réfléchir à quoi faire. Devait-il dire la vérité à Lizzie et trahir Gwen ? Ou devait-il ne rien dire au risque de compliquer une situation qu’il l’était déjà bien assez ? Finalement, il opte pour une réponse en demie-teinte, plutôt fidèle à lui-même. « Ce que je vais dire à Gwen nous ne concerne que nous deux. Tu n’as pas à t’inquiéter de ça. Vraiment Liz. Ce n’est pas elle qui m’empêchera de prendre part à la vie de mon enfant, ça j’en suis sûr. » Et finalement, le gallois cède à son impulsion de tout à l’heure. Se rapprochant doucement de Lizzie, il passe pour la seconde fois de la journée son bras autour de son épaule, l’attirant cette fois franchement contre lui. Il la consolait de la sorte à l’adolescence quand ils étaient simplement amis alors cette étreinte le rend nostalgique mais il se concentre sur le présent. « Tu sais comme je te l’ai dit, je ne suis pas d’accord avec ta décision et ça serait hypocrite pour moi de te dire que tout ira bien mais je peux essayer de l’accepter si tu ne veux pas en changer. De la respecter. Et surtout de t’offrir le soutien dont tu as besoin. Je n’ai pas envie de te rendre les choses plus difficiles. Alors je te promets d’essayer de faire au mieux, d’accord ? » Spontanément, il dépose un petit baiser sur la tempe de la blonde. Un geste presque plus intime que leurs ébats de l’autre nuit… Un signe qu’ils étaient sur la bonne voix ? Il l’espérait de tout son cœur.

_________________

i don’t want anyone else in the world, because you more than anyone saw the midpoint between who i am and who i could be. you saw my circlet of blood and bone and realized with absolute certainty that you, with your love and faith and power, could help transform it into a crown of starlight. because you raised me up to be more than i thought possible and as beaten as i was.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Mathesson-Blake
Lizzie Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, brendan, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : chrysalis (avat) - penny (gif)
TA DISPONIBILITE RP : Too much to ask. Rhys CRiM9NA
RAGOTS PARTAGÉS : 3013
POINTS : 4822
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015
Too much to ask. Rhys Tumblr_inline_mxdy1fXPSb1rys58m
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : mariée à rhys
PROFESSION : prof au lycée de tenby
REPUTATION : elle est la preuve que tout peut s'arranger, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyJeu 4 Aoû - 0:28

I thought of everything I'd never regret
A little time with you is all that I get
That’s all we need because it's all we can take

Jamais je n'aurais cru que les paroles de Caleb mettraient Rhys dans une rage aussi intense. Je me mords la langue, coupable d'avoir lâché ces quelques mots. Voilà que Rhys se radoucissait, mais il faut que j'en rajoute une couche sans le vouloir. Je voulais juste lui montrer que tout le monde ne prenait pas cette nouvelle aussi mal que lui, que mon meilleur ami avait accepté ma décision et était prêt à me soutenir dès la première seconde. Pas Rhys Blake. Il ironise. Il crache avec véhémence son ressentiment. Il se fait puissant pour mieux me faire comprendre ce qu'il en pense, mais il n'a pas besoin de hausser le ton… Les tremblements dans sa voix m'indiquent la sincérité de ses paroles. Aphone, je ne veux plus ouvrir la bouche avant d'y être à nouveau obligée, trop effrayée de raviver la colère du Blake. Surtout quand je sais que si je veux lui répondre, ce sera encore pour aller à l'encontre de ses propos. Autant nous éviter de nouveaux cris et de nouvelles larmes.
Alors pour combler mon silence, Rhys reprend la parole en donnant son avis sur ce que j'ai pu dire. Un bébé adopté ou un bébé biologique, c'est juste une question de sémantique. Je souris à cette phrase, touchée par cette réalité que tout le monde ne semble pas réussir à assimiler. Mais il a raison : nous sommes bien placés pour le savoir. C'est d'ailleurs mon amour pour ma famille adoptive qui m'a mis dans une position difficile quand j'ai découvert qu'il me restait une famille biologique.
Cependant, je ne peux plus jouer au roi du silence avec moi-même quand j'entends le Gallois sortir une énormité et un nouveau reproche. D'une petite voix, mais d'une voix lasse qui se veut toutefois convaincante, je reprends.
« Oh je t'en prie, arrête. Tu vas me remettre ma réaction à l'hôpital dans les dents jusqu'à quand ? Tu vas laisser notre relation être définie à jamais par ma réaction ce jour là ? Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? Ca faisait des années que je ne t'avais pas vu, je pensais que, peut-être, tu étais mort. Alors oui, sur le moment, quand je t'ai vu, je t'ai détesté. J'ai voulu que tu repartes parce que c'était plus facile comme ça. Parce que je m'étais habituée à ton absence et que j'avais peur que ton retour me fasse à nouveau t'aimer pour que finalement tu remettes les voiles après et que tu me brises à nouveau. Oui je ne t'ai pas encore pardonné et il me faudra encore un peu de temps. Tu n'imagines pas tous les sentiments qui m'ont traversé quand je t'ai vu. Mais j'ai essayé de me rattraper depuis. Tu ne t'en es visiblement pas rendu compte… Pourtant, si je te détestais vraiment, je ne t'aurais pas appelé pour prendre des nouvelles de toi et d'Echo… J'aurais très bien pu appeler Lylou. » Je m'arrête pour reprendre ma respiration et reprendre ma tirade de plus belle. « Et quand j'ai appris que j'avais une soeur… C'est vers toi que je me suis tournée en premier. Pas Caleb, pas ma famille, mais toi… Tu crois vraiment que j'aurais voulu me confier à quelqu'un que je déteste ? » Certes, la suite de cette rencontre n'est pas un bon argument pour ce que j'essaye de démontrer donc je préfère me taire. Je m'éclaircis la gorge, espérant tout de même avoir réussi à faire comprendre au Blake que même si notre relation n'est pas la plus belle ni la plus harmonieuse qui soit, elle n'est pas non plus désespérée comme il semble le croire. Il ne voit pas comment avancer, mais moi si. Je ferai des efforts. Et j'en ferai toute seule, s'il le faut. J'apprendrai à le connaître, à nouveau, j'apprendrai son histoire, son passé, ses passions… Tout ce qui a changé depuis qu'il était lui aussi mon meilleur ami. Je refuse d'être pessimiste comme lui s'obstine à l'être. Je veux rester positive. Comme toujours. Il doit bien se souvenir que c'est dans ma nature.
Toutefois, il lui faut peu de temps avant d'enfoncer un peu plus la dague qu'il ne cesse de me planter dans le coeur et dans le ventre. J'aimerais lui dire de se taire, mais au lieu de ça, je me concentre uniquement sur les quelques paroles que je veux entendre. C'est un beau rêve. En effet, ç'en est un, et je fais fi de tout le reste.
Une chose a été mise en évidence aujourd'hui, c'est que nous ne sommes pas d'accord. Mais en attendant de trouver un accord quelconque, le monde continue de tourner et c'est pour cela que je pose une dernière question. Parce que Gwen fait partie du monde de Rhys. Elle est importante pour lui et elle aussi va être touchée de plein fouet par cette histoire.
Sa réponse concernant la métisse me glace le sang, mais je veux bien essayer de comprendre qu'il veuille garder sa vie intime privée. Il n'a pas tort, ça ne regarde que leur couple. Cela dit, je ne peux m'empêcher de redouter le pire.  « Oh… D'accord. » que je dis, prise au dépourvu.  « Je ne suis pas naïve, je sais que ça va tout chambouler, mais j'espère que ça ira. Pour vous deux, je veux dire. » conclus-je dans un murmure, me sentant à nouveau coupable.
Le garçon bouge sur le canapé et quand je sens son bras passer autour de mon épaule, je ne me fais pas prier pour me rapprocher contre lui. Après toutes ces paroles éprouvantes, ces disputes, ces émotions… Un peu de calme est plus que bienvenu. Je me pince les lèvres, embarrassée d'apprécier autant ce contact et surtout les paroles qui suivirent. Enfin une lueur d'espoir. Je m'autorise à fermer les yeux quelques secondes, le temps de soupirer de soulagement tandis que le garçon vient déposer un baiser inattendu qui fait accélérer mon palpitant. « D… D'accord. C'est d'accord. Merci, Rhys. Merci. »

_________________


« each day is valentine's day »
My funny valentine, sweet comic valentine. You make me smile with my heart. Your looks are laughable, unphotographable, yet you're my favorite work of art .bizzle

Too much to ask. Rhys 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3) : Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2128
POINTS : 4143
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
Too much to ask. Rhys DefiniteExaltedAfricanfisheagle-small
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys EmptyJeu 4 Aoû - 21:29

Lizzie reste étrangement stoïque quand Rhys parle de sa possible mort d’une voix tremblante. Elle encaisse le tout en silence alors que le gallois avait espéré exactement le contraire. Il avait essayé de la provoquer pour qu’elle réagisse, qu’elle remette en cause son absurde décision mais ça ne fonctionne pas. Elle le rend impuissant par son silence même s’il lit dans ses yeux ce qu’elle pense de ce qu’il vient de dire. Ça ne l’atteint pas, elle est toujours persuadée du bien-fondé de son choix. Alors les épaules du Blake s’affaissent un peu plus, comprenant qu’il est en train de perdre cette manche. Visiblement, il était seul à penser que le bien-être de Lizzie primait. Ce qui était grotesque car il savait que Caleb aimait la blonde autant que lui, si ce n’était plus… Ratait-il quelque chose ? Il n’en savait rien. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il avait du mal à rendre les armes. Alors il essaye un autre angle d’attaque. Au lieu de parler enterrement et épitaphes, il parle d’adoption, de familles qui sont liées par bien plus que le sang. Nouvel échec. La Mathesson se contente de lui adresser un sourire poli, lui signifiant que c’était peut être vrai mais pas suffisant à ses yeux. Alors, il dégaine son ultime argument, l’animosité qui existe entre eux depuis son retour. Il comptait sur la colère de Lizzie à son égard pour un retour à la raison, mais apparemment, cette dernière ne suffit même pas non plus. Bien que ce sujet redonne un regain de vie à la future maman, et surtout la parole. Il baisse la tête penaud, face à cette nouvelle tirade (décidemment, ça devenait une habitude). « Je ne te la mets pas dans les dents… J’essaye juste d’être réaliste par rapport à nous deux, à où nous en sommes. » Dit-il faiblement, bien qu’au fond, elle avait raison. Cette rencontre à l’hôpital devait passer aux oubliettes. Sauf qu’il ne parvenait pas à oublier les paroles qu’elle avait eues ce jour là. Elles étaient gravées au fer rouge dans son esprit. Quant aux gestes de bonnes volontés qu’elle arguait avoir eus à son égard par la suite, ils avaient tout simplement été effacés de son esprit après la terrible nuit de l’autre jour. Mais il ne pouvait plus être rancunier, il l’avait dit lui-même. Il fait donc marche arrière. « Mais tu as raison et si tu dis que je me méprends, je te crois… De toute façon, oui, nos erreurs doivent arrêter de définir notre relation. Il faut qu’on fasse les choses bien à partir de maintenant. Et c’est vrai que j’ai été injuste. Je suis désolé. » Les paroles de Lizzie, même si elles étaient destinées à le morigéner, avaient en fait un positif sur lui. Car c’était à son tour de ressentir de l’espoir. Elle venait de lui dire qu’elle ne l’avait pas « encore » pardonné. Et aussi que sa plus grande peur, c’était de l’aimer à nouveau. Cela voulait-il dire qu’il y avait encore une chance ? Il voulait y croire. D’autant plus qu’il semblait qu’au final, leur houleuse conversation semblait glisser vers une fin positive à défaut d’être heureuse.

Quoique, le blond ne peut s’empêcher de ressentir une pointe de culpabilité quand ils en viennent à parler de Gwen. Car il ment clairement à Lizzie, ce qui ne lui semble pas être une bonne base pour ce qu’ils vont construire ensembles mais il allège sa conscience en se disant que ce n’est qu’un mensonge par omission au final. Car il s’était contenté de rester évasif, partagé entre sa loyauté envers sa meilleure amie et son besoin de rassurer la Mathesson. C’est sans compter l’insistance de cette dernière qui semble aimer rajouter des problèmes à ceux qu’elle a déjà. Rhys a un petit rire amusé même si rien dans la situation ne se prête au rire selon lui. « C’est sûr qu’on va devoir en parler elle et moi, mais je ne suis pas inquiet. Alors ne le sois pas… D’accord ? Inutile de rajouter à ton fardeau… Gwen est une personne merveilleuse et j’espère qu’un jour, je parviendrai à faire en sorte que vous vous connaissiez mieux pour que tu puisses t’en rendre compte par toi-même. » Encore une fois, il mentait un peu par omission. C’était certain que Gwen serait sûrement la première personne au courant de la grossesse mais la conversation que Rhys aurait avec sa meilleure amie ne ressemblerait certainement pas à ce que Lizzie pouvait imaginer…. Pour lui, ces dernières paroles clôturaient le sujet. S’il avait vraiment pensé que c’était possible, il aurait fait en sorte d’insister pour rendre Lizzie jalouse, lui prouver qu’une fille pouvait l’aimer plus d’une nuit mais il savait qu’ils n’en étaient pas là. Et puis, il est temps qu’il se montre un peu mature. Alors un bras réconfortant autour de la blonde, il lui fait la promesse solennelle de faire son mieux. Cela semble suffire à Lizzie qui le remercie d’une voix douce. Il esquisse un léger sourire, gardant son visage près de ses cheveux, se rappelant de la tendresse qu’il avait pour elle avant qu’elle ne blesse son orgueil. Et puis, même si c’était toujours aussi inconcevable, c’était la mère de son enfant qu’il tenait contre lui. La mère de son enfant. Il devait prendre soin d’elle. Surtout si elle même ne voulait pas le faire. Il essaye donc de détendre l’atmosphère. « Et bien, je ne sais pas toi… Mais moi, je prendrai bien quelque chose à boire pour me remettre de mes émotions… Enfin rien d’alcoolisé, ça va de soi. » Il eut un rire qui sonnait tout de même un petit faux. Un verre, c’est exactement ce dont il avait besoin pour se remettre de ses émotions. Ça serait pour plus tard cependant. « Je vais nous faire un petit peu de thé et après, je te ramènerai chez toi si tu veux. » Une bonne alternative, comme ça, ils pouvaient se remettre de leurs émotions tout en discutant un peu du tout nouveau futur qui se déroulait devant eux. C’était assurément quelque chose qu’il devait faire alors autant commencer maintenant et profiter qu’ils soient enfin dans un bon état d’esprit, l’un comme l’autre.

SUJET TERMINE.

_________________

i don’t want anyone else in the world, because you more than anyone saw the midpoint between who i am and who i could be. you saw my circlet of blood and bone and realized with absolute certainty that you, with your love and faith and power, could help transform it into a crown of starlight. because you raised me up to be more than i thought possible and as beaten as i was.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Too much to ask. Rhys Empty
MessageSujet: Re: Too much to ask. Rhys Too much to ask. Rhys Empty

Revenir en haut Aller en bas

Too much to ask. Rhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-