AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

I played with your heart, got lost in the game. Callum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8293
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
I played with your heart, got lost in the game. Callum Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyJeu 28 Juil - 4:34

It might seem like a crush
But it doesn't mean that I'm serious
'Cause to lose all my senses
That is just so typically me


Sept jours et sept nuits. Sept jours et pourtant j'ai l'impression de m'être installé il y a quelques heures seulement. Déjà, je remballe les quelques affaires que j'avais apporté pour crécher chez le Rhodes. Quelques vêtements, le nécessaire pour la salle de bain… C'est la première fois que je n'apporte pas ma guitare et que je préfère la laisser chez moi, mais ce choix ne fut pas motivé en vain. Si j'ai décidé de ne pas apporter ma guitare chez Callum, ce n'est pas parce que je ne comptais pas jouer - c'est impossible de ne pas jouer pendant une semaine - mais plutôt parce que je comptais profiter de l'instrument qu'il possède chez lui, cette même guitare avec laquelle je me suis amusé à lui chanter une sérénade lors de notre première nuit ensemble. Guitare donc je caresse à nouveau les cordes maintenant que mes affaires sont rassemblées et que je n'ai plus qu'à attendre le retour de Callum pour lui annoncer mon départ. Partir comme un voleur maintenant que ma chambre est prête alors qu'il m'a généreusement hébergé pendant ces sept jours ? Sans façon. Il vaut mieux que ça. Je vaux mieux que ça, aussi. Je gratte les cordes, chante les dernières chansons que j'ai écrit, cherche les meilleures notes pour savoir laquelle est le plus appropriée.
Cette semaine est passée à la vitesse de l'éclair et si au début j'étais embarrassé de devoir m'incruster chez le jeune homme alors que j'ai tout à fait les moyens de me payer le meilleur hôtel en ville, je devine vite que j'ai pris la bonne décision une fois la nuit venue. Et pas seulement la nuit, en fait. Et si les jours sont passés aussi rapidement, ce n'est pas pour rien : je me sentais bien en sa compagnie, même si de temps en temps, il fallait croiser le colocataire, le vrai, pas le squatteur comme moi. La nouveauté, le fait de ne pas me réveiller dans ma propre chambre, tout en sachant que je n'étais pas pour autant en tournée, rendait la chose excitante. Juste assez pour ne pas m'ennuyer et suffisamment pour ne pas me sentir gêné de l'hospitalité que je demandais au garçon. Aussi, il m'a fait me sentir comme chez moi dès l'instant où j'ai passé le pas de la porte.

Je repose la guitare, regardant l'heure tourner et je vais ouvrir au livreur quand la sonnette retentit. Je prends, je paye et je dispose le tout sur la table de la cuisine que nous avons joyeusement baptisé quelques jours plus tôt, comme prévu. Je mets la table, et juste en déposant les derniers couverts, j'entends la porte d'entrée s'ouvrir pour se claquer aussitôt. « Bonsoir. » que je lâche alors que sa silhouette passe la porte de la cuisine et se dessine sous les sublimes couleurs du soleil encore haut dans le ciel malgré l'heure tardive. « Parce que je ne voulais pas partir sans dire au revoir, j'ai décidé de faire à manger. Mais que nous deux, j'ai viré Clément quelques heures histoire qu'après je puisse te remercier correctement pour ton hospitalité. » Je souris, taquin, puis je viens m'accouder à la table tandis que le garçon s'avance dans la pièce. « Je rigole. J'ai appelé le traiteur. » que j'avoue finalement dans un éclat de rire. Si nous nous ressemblons avec Callum sur certains aspects, celui là est sans doute l'un des plus flagrants. Notre capacité à déléguer les choses ennuyeuses. Et faire la cuisine en fait certainement partie. « Par contre, je ne rentrerai pas trop tard. J'ai promis à ma cousine qu'elle verrait en même temps que moi les rénovations qu'ont été faites chez moi, mais ça nous laisse toujours un peu de temps. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

I played with your heart, got lost in the game. Callum 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptySam 30 Juil - 23:53




 



Nate & Callum
“You made me believe we're more than just friends.”  

Baiser d'au revoir, embrassade de bonne journée. C'est étrange comme les habitudes peuvent vite s'installer.
Cette semaine j'ai découvert la joie de quitter son domicile avec des papillons dans le ventre, et celle de rentrer chez soi pour retrouver des bras chauds, ou surtout une autre zone plus explicite, dans lesquels se perdre.
Pour la première fois j'ai une raison qui me donne envie de rentrer chez moi, quelque chose de plus motivant que les chats et l'ennui qui va avec la solitude des murs. Parce que même si Clément occupe les lieux en ce moment, on ne peut pas dire que sa présence se fasse fortement ressentir. Parfois j'oublie même qu'il est là, c'est quand je me retrouve cul nul à moitié endormi devant lui que ça me revient généralement. Au final on fait surtout que se croiser, et par conséquent l'ennui, lui, est toujours là.
Mais Nate a tout changé... Depuis qu'il est là mes journées sont pétillantes, excitantes. Du lever au coucher, je n'ai plus une seconde pour m'ennuyer. Trop occupé à baptiser et rebaptiser toutes les pièces de ma maison. Mes mains trahissent d'ailleurs nos jeux indécents par les traces de morsures qui les recouvrent, quand je me retrouve à les presser contre ses lèvres pour ne pas attirer l'attention du D'Arcy.
Je dois dire que je n'aurais jamais imaginé que ça puisse être aussi agréable de partager ainsi son quotidien. Et il faut bien que j'avoue que je suis plutôt chamboulé d'apprécier autant une présence constante, de baiser chaque jour et chaque nuit le même corps. Je ne suis pourtant pas du genre à apprécier les routines et les liaisons régulières.
Pourtant depuis qu'il est là, mes lèvres n'ont pas embrassé d'autres lèvres que les siennes en une semaine. D'habitude ça me rendrait fou... L'impression de virer monogame... Mais ça me rend en réalité curieusement heureux.
Je ne me reconnais plus. Mais je n'ai pas spécialement envie de retourner en arrière pour retrouver mes anciennes habitudes de loup solitaire.
Enfin après tout, ça ne fait qu'une semaine... Peut-être que vivre à un tel rythme plus longtemps me serait insupportable et que je finirais par être obligé de ressortir chasser.  C'est peut-être le fait que ces instants ne sont voués qu'à être des courts moments dans le temps qui les rend si délectables. Une brisure de routine, et non pas une nouvelle.

C'est donc avec un doux baiser, ou plutôt langoureux assez que me causer une gêne dans le slip, que j'ai quitté la maison cette après-midi pour me rendre au cabaret régler quelques affaires; Le sol de la scène était glissant... Impossible pour les filles de danser correctement. Comme si moi j'allais pouvoir y changer quelque chose. Mais bon je suppose qu'en tant que grand patron je suis bien obligé de montrer ma face de temps à autre quand y'a un soucis. Le problème à facilement été identifié, par quelqu'un d'autre au final, et le coupable s'est révélé être le nouveau produit d'entretient. L'homme de ménage à présent donc renvoyé et le sol a nouveau praticable pour les danseuses, je suis rentré chez moi, avec plus de hâte que d'habitude, sachant que ce soir serait le dernier avec Nate. Enfin dernier... En tant que colocataire, mais ça reste une bonne excuse pour fêter ça dignement... Les au revoir sexuels sont après tout les meilleurs à ce qu'on dit.

Une fois chez moi, je me baisse bien sûr pour gratter la tête de Lewis qui, depuis l'arrivée de Gatsby, à prit l'habitude de venir m'accueillir en hurlant. Je crois que c'est pour être sûr qu'il reste mon préféré...  
Du bruit se fait alors entendre dans la cuisine, m'indiquant ainsi la localisation de Nate dans la maison. Et je n'attend pas pour l'y rejoindre.
Passé la porte je dois d'abord m'arrêter quelques instants pour observer la table déjà toute dressée. Mon visage se peint alors d'un sourire surpris. "Waw." Je lâche impressionné par l'intention. "Bien, mes mains vont pouvoir être épargnées pour une fois." Je suggère d'un sourire malicieux en entendant que Clément sera absent ce soir. Pas besoin de de faire attention à ne pas choquer le pauvre garçon.
Retirant mon gilet je m'avance dans la cuisine, le pose sur une chaise avant d'y poser mes propres fesses. "Et donc... tu as cuisiné?" Je demande sur un ton plutôt dubitatif tout en haussant un sourcil étonné, tout simplement parce que je n'imagine pas Nate derrière les fourneaux. Même si l'image du musicien tout en sueur, avec rien d'autre qu'un petit tablier et courant partout pour me faire plaisir est plutôt séduisante. Mais malheureusement cette image ne restera que fantasme. La réalité est beaucoup moins surprenante puisqu'elle vient d'un étudiant en scooter. Livraison à domicile, voilà qui sonne tout de suite plus juste. Je m'esclaffe. L'intention n'en est pourtant pas moins charmante. "Evidemment..."

Je ne peux cependant retenir un petit sourire triste quand il parle de son départ. Déjà que ça ne me faisait pas plus plaisir que ça de le voir partir, parce que je m'étais bien habitué à sa présence, mais savoir qu'en plus il ne la fera pas tard ne me réjouis vraiment pas. En réalité ça me rend vraiment triste et mon humeur tourne alors maussade. "Ok pas de soucis." Je répond poliment. "Du moment qu'on a le temps de baptiser la chambre de Clément avant que tu partes... maintenant qu'on peut enfin profiter qu'il n'est pas dedans...." J'ajoute un peu plus taquin, pour essayer de rester positif et profiter de la soirée. Impliquant ainsi que peu importe ses obligations, il ne partira pas tant qu'on a pas eu notre partie de jambe en l'air de départ. Dans la dernière pièce encore innocente.
"Et sinon, tu nous as commandé quoi du coup ?" Je demande aussi bien intrigué qu'affamé, mais surtout pour changer de sujet et éviter de penser au départ.



 


Dernière édition par Callum Rhodes le Sam 20 Aoû - 1:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8293
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
I played with your heart, got lost in the game. Callum Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyDim 31 Juil - 3:17

It might seem like a crush
But it doesn't mean that I'm serious
'Cause to lose all my senses
That is just so typically me


Autant dire que le Gallois n'est comme aucun autre colocataire que j'ai pu avoir depuis mon emménagement à Tenby. Peut-être que c'est une règle primordiale pour la bonne entente au sein d'une maison de ne pas avoir de relation physique et que l'unique raison pour laquelle nous nous l'autorisons c'est parce que cette colocation n'est que temporaire. On le savait depuis le début, et d'ailleurs, si j'ai demandé à Callum de m'héberger, c'est bien parce que je me doutais comment nos journées et nos nuits seraient rythmées. Un rythme plus que plaisant auquel j'ai pris goût, même si cela reste étrange de n'avoir eu qu'un seul partenaire pendant toute la durée de notre cohabitation.
Oui, autant dire que cette colocation aura été fort amusante, mais qu'à présent, l'heure de retrouver mon chez moi est loin de me déplaire, au contraire.  Retrouver ma propre chambre, mes affaires, et mes colocataires, même si depuis le départ de Devyn et de Sean, les soirées sont plutôt calmes à la baraque. Cependant, ce n'est pas parce que je suis heureux de retrouver mon habitation que je ne dois pas marquer le coup avec mon départ de la maison du Rhodes. Plus j'y pense, et plus je me félicite d'avoir abordé plutôt sauvagement ce jeune homme dans le bar du coin. C'était l'aventure. Je ne savais pas à quoi m'attendre, mais le résultat fut au dessus de mes espérances et même si mon départ ne marque pas la fin de notre semblant de relation, ce n'est pas pour autant que les choses ne doivent pas être grandioses.

Ainsi, je m'applique à rendre la pièce agréable, à disposer correctement tout ce qu'il faut sur la table. Limite, je suis déjà en train de rouler un cône parfait pour le danseur, commençant à connaître ses habitudes, notamment, celle de fumer trop de marijuana. Mais je n'ai pas le temps de m'exécuter, les pas du garçon se faisant déjà entendre à l'intérieur. Je l'accueille comme il se doit, lui présentant brièvement mes plans - nos plans - pour cette soirée tout en le laissant s'installer. « Parce que tu crois sérieusement qu'il ne nous entendais pas ? » que je réponds à la réplique concernant le colocataire du Rhodes. « C'est lui qui va être content que je rentre enfin chez moi, je te le dis. Et tes chats aussi, je crois que je t'accaparais trop souvent et qu'ils me détestent maintenant. » lâche en souriant, prenant place à mon tour en face du Rhodes. Quand je lui affirme que je n'ai pas cuisiné, que j'ai préféré avoir recours aux services d'un professionnel, je ne peux m'empêcher d'ajouter pour ma défense. « Je t'assure... Le jour où je cuisine, il ne faudra pas s'attendre à quelque chose qui sente aussi bon. » Avoir été privilégié tout au long de ma vie ne m'a pas formé pour ce genre de corvée si bien que mon talent culinaire se limite uniquement aux cocktails. Rien de plus élaboré où un temps de cuisson et des ustensiles particuliers sont en jeu.
Les commentaires du jeune homme concernant le reste de la soirée et notamment le baptême de la chambre de Clément ne fait qu'étirer davantage le sourire sur mes lèvres. Voilà une idée bien alléchante que je n'aurais pas osé proposer moi-même. Mais si c'est le propriétaire des lieux qui propose, je ne peux pas refuser une telle offre. Taquin, je réponds sur le même ton que Callum. « Ne dis pas des choses comme ça, tu vas me donner envie de zapper le repas et de consommer le dessert dès maintenant. » Parce que cette alchimie, je ne la retrouve quasiment qu'avec Callum et c'est toujours aussi dur de se retenir pour ne pas lui sauter dessus et couvrir sa peau de caresses et de baisers indécents.  « Je n'ai pas vraiment fait attention, j'ai juste pris le plus cher en me disant que c'était un gage de qualité. Je crois que c'est un confit de canard. » Je me lève pour sortir la nourriture bien conservée dans son support et je me penche en avant pour servir. « Yeap ! C'est bien ça. » Je me rassois à ma place une fois les assiettes pleines et je n'attends pas plus longtemps avant de commencer à manger, la bonne odeur remontant délicieusement dans mes narines. « Bon ap'. » ajoute-je par politesse comme à chaque repas.

Pendant un instant, nous n'entendons plus que le bruit des couverts qui se rejoignent dans les assiettes ainsi qu'un des chats venu lorgner et quémander un petit bout de viande. « Dis, Cal... J'aurais un petit service à te demander. Je ne t'en ai pas parlé plus tôt parce que ça me gênait sachant que toi tu es un pro, mais depuis quelques semaines je me suis mis à la danse pour un clip vidéo. J'aimerais bien avoir ton avis... Savoir ce que t'en penses, si tu as des conseils aussi... »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

I played with your heart, got lost in the game. Callum 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyDim 14 Aoû - 23:43




 



Nate & Callum
“You made me believe we're more than just friends.”  

J'estime que s'envoyer en l'air dans la chambre de Clément n'a rien de déplacé. Après tout, c'est ma maison et avant d'héberger le D'arcy, cette pièce n'était autre que ma salle de danse personnelle. Je lui ai fais une faveur en la lui cédant le temps qu'il trouve une solution. Du coup, je la considère toujours comme mienne, tant pis si ça dérange le colocataire. De toute façon en venant vivre avec moi, il savait à quoi s'attendre. L'idée de souiller les draps du pauvre petit sans qu'il ne s'en doute étire d'ailleurs ma bouche de façon plutôt démesurée. J'ai presque envie de le faire juste pour pouvoir lui annoncer dans deux semaines. Voir sa tête se décomposer quand il réalisera dans quoi il a dormit tout ce temps..."Oh crois moi, tu seras bien content d'avoir d'abord pris des forces avant de passer au dessert." Je réplique en affichant expression aguichante, promettant ainsi un échange des plus sportifs. Après tout, les coucheries d'au revoir ne se font pas à moitié. Je prévois bien de rendre ça épique, inoubliable. "Enfin, sans abuser trop non plus..." J'ajoute alors. Evitons aussi de tomber dans le cas où nos ventres trop remplis viendraient mettre un frein à l'intensité de nos futurs ébats.
Nate dévoile alors le plat, qu'il a plus ou moins choisit étant donné qu'il a l'air de plus avoir regardé le côté prix de la carte que les intitulés, et je me réjouis d'avance lorsqu'il dépose l'appétissant morceau de canard dans mon assiette.  "T'as géré, c'est parfait ! Merci." L'odeur vient déjà me lécher les narines. Se restreindre risque d'être difficile face à un met aussi savoureux... Mais le sexe est plus important que la bouffe. Je me fais donc violence pour ne pas me remplir trop la panse.
Dégustant à mon aise la cuisse du volatile magnifiquement préparée. Nate marque une fois de plus un bon point en prouvant son bon goût.

Comme à son habitude, à peine a-t-il entendu le bruit des couverts que Gatsby est déjà à nos pieds à hurler pour qu'on partage avec lui. Je crois que j'ai vraiment raté mon éducation sur celui là... Enfin, j'aurais peut-être déjà du commencer par essayer de lui en donner une pour bien faire...
Les assiettes terminées et présentement nettoyées par la langue des félins, Nate me fait alors une demande des plus inattendues. Mon sourire s'étire en l'entendant parler de danser. "Oh, mais s'il te plait oui, montre moi ça !" Je suis déjà tout excité à l'idée de le voir se dandiner.  J'ai tellement de mal à l'imaginer que ça me rend fou d'impatience. Je me lève d'un bon. "Laisse tout comme ça et viens." J'indique en montrant la table d'un geste las avant de me diriger vers le living d'une démarche bondissante qui pourrait rappeler celle du kangourou. Clément s'occupera sûrement de la vaisselle, pas la peine donc de se soucier de tout ça. Après tout, le ménage fait un peu partie de notre deal. Il vit ici gratuitement et en échange il fait attention à ce que la maison ne se transforme pas trop en porcherie. Un accord qui m'arrange mieux que l'argent, vu que pour ça, j'ai déjà le paternel.

On migre donc vers le salon et après m'être servi un verre je m'affale dans le canapé, prêt à assister à mon spectacle privé tout en sirotant.
Je le laisse mettre sa musique et l'observe sans parvenir à cesser de sourire. Si bien que j'en ai presque des crampes.  Je suis plus excité qu'un gamin qui va au cirque ou au cinéma pour la toute première fois.
Ça flatte mon égo qu'il ait pu se sentir gêné de m'avouer qu'il essaie de danser, et je suspecte donc que l'idée puisse encore un peu le mettre mal à l'aise.  Il ne m'a pourtant jamais vu en action... Il me considère donc pro sans en avoir la preuve, ce qui dans un sens est encore plus flatteur. "Sois pas stressé en tout cas, je me foutrais pas de toi." Je promets pour le rassurer.

La musique commence, Nate se lance et moi je ne pensais pas être capable d'étirer encore plus mes lèvres. Mes yeux pétillent alors que j'observe chacun de ses mouvements apprit si soigneusement. La chorégraphie est bien connue mais reste malgré tout maladroite. On sent la jeunesse de son apprentissage mais ça m'attendri plus qu'autre chose. Il y met tout son coeur et c'est ça qui est beau. En tout cas je prend mon pied à le voir danser. C'est terriblement sexy.
Je me permet de me lever pour le rejoindre vers la fin de la chanson, après avoir respectueusement regardé de loin et bien sûr applaudit avec ferveur. Je pose mes mains sur ses hanches. "C'est presque parfait. Mais t'es encore un peu trop raide ici. "Je commente honnêtement. "Tu réfléchis encore un peu trop, tu dois plus te laisser aller et faire confiance à la mémoire de ton corps." C'est une erreur normale chez le débutant qui, trop concentré sur ses mouvements, attentif  à bien réaliser les bons pas à temps et dans le bon ordre, oublie de libérer son corps et de simplement se laisser aller. Ce qui donne des danses trop mécaniques.
Les mains toujours sur ses hanches, j'essaye de les guider pour qu'elles se relâchent comme elles le devraient. Je glisse alors vers ses bras, ses épaules jusque ses coudes. "Relâches toi." Je souffle en le guidant encore.
"Laisse moi te montrer." Ayant mémorisé quelques pas de sa chorégraphie, je recule d'un pas ou deux pour essayer de les reproduire avec la souplesse qui lui manque."Il faut presque oublier que tu es limité par tes articulations et utiliser ton corps comme un gros élastique géant." Je sais pas trop si ce conseil a du sens... Mais je n'ai jamais appris la danse à quelqu'un, je ne sais donc pas très bien comment transmettre ces choses là. Je suis plus doué pour m'exprimer en mouvement qu'en parole généralement. "Tu veux qu'on recommence ensemble ? Après si tu veux je te chante une chanson, comme ça on sera quitte, on aura tous les deux mit un pied dans le monde de l'autre" J'ajoute avec un clin d'oeil.



 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8293
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
I played with your heart, got lost in the game. Callum Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyMer 17 Aoû - 0:54

It might seem like a crush
But it doesn't mean that I'm serious
'Cause to lose all my senses
That is just so typically me


Le repas répond aux attentes de ce que j'ai dépensé et je mange le plat préparé sans trop en abuser pour autant ; Avec ce que j'ai en tête, autant ne pas faire trop fort, surtout vu le sous-entendu du jeune homme qui laisse penser que la soirée sera bel et bien mouvementée. Parfait, je n'en attends pas moins pour notre dernier échange en tant que colocataires. Il fini par me remercier et je hausse les épaules pour lâcher avec nonchalance. « Mais de rien, ça m'a fait plaisir et c'était clairement le moins que je puisse faire. » C'est honnête. Rien n'obligeait Callum à m’héberger chez lui pendant une semaine. J'aurais très bien pu aller à l'hôtel ou squatter le canapé de Penny, de cette façon, j'aurais pu vérifier si vraiment son colocataire n'est que son colocataire ou s'il est plus que ça.
Je prends mon courage à deux mains pour solliciter le Gallois d'une façon que je n'ai jamais faite auparavant. Sans l'avoir vu, je sais qu'il est danseur et il m'en coûte beaucoup pour oser lui dévoiler ce à quoi j'occupe mes journées depuis de nombreuses semaines. Nos petits têtes à têtes avec Gwen sont plus ou moins secrets et seuls quelques personnes sont au courant de mes activités sportives. J'avais envie de garder la surprise au chaud. J'avais envie de lire l'étonnement sur le visage des gens le jour où ils visionneraient le clip vidéo de Sacred Wound pour la première fois. Je voudrais y lire un peu de jalousie aussi, même si je m'avance peut-être un peu trop à ce sujet. Alors j'en touche deux mots au jeune homme et son enthousiasme me fait d'autant plus peur. J'ai peur de ce qu'il va en penser. Et si je suis minable ? Et si mon niveau est laborieux et qu'on ne peut rien faire de moi ? Je déglutis et je suis finalement le Rhodes jusque dans son salon où il s'installe confortablement. Je fais de même, je me mets à l'aise, déboutonnant quelques boutons du col de mon polo Ralph Lauren. Je m'étire les bras, souffle en sautillant sur place pour relâcher mon stress et après les derniers encouragements du brun, je lui adresse un sourire gêné puis je lance la musique à l'aide de mon téléphone et de sa stéréo. « A certains moments, la chorégraphie se fait à deux, mais je vais te faire ce que je peux. » Cette chorégraphie, nous avons payés cher pour l'avoir et à présent, c'est à mon tour de jouer et de l'exécuter aussi bien que possible. Je me lance, essayant d'oublier que le regard de mon amant s'est posé sur moi, scrutant mes mouvements d'un oeil professionnel. Je danse et petit à petit le stress disparaît pour laisser place à de l'euphorie. C'est donc ça ce que les danseurs ressentent au bout d'un moment ? C'est ça le sentiment de se surpasser pour accomplir quelque chose dont on est fier ? Si oui, j'aime ça. Et clairement, je tenterais de continuer la danse après le tournage du clip si mon emploi du temps me le permet. C'est la fin de la chanson et je coupe l'appareil avant que la chanson ne rejoue encore une fois. Je me mords la lèvre, attendant la critique du Rhodes et quand il commence par me rejoindre en me faisant son commentaire, je hoche la tête. Je prends en compte ses conseils et quand il pose ses mains sur mes hanches, j'ai juste envie de profiter de cette proximité pour coller mon derrière à son bassin et venir l'embrasser dans le cou. Je me retiens. Je me fais violence, vraiment, pour écouter ses conseils jusqu'à la fin et ne pas lui sauter dessus comme un animal. C'est là qu'on voit le professionnalisme du garçon. Et j'admire. « Si tu continues à me toucher comme ça cela dit, c'est ailleurs que je vais être raide. » Que je ne peux pas m'empêcher d'ajouter, aguicheur au possible.
Callum prend la place du danseur et me montre quelques mouvements. C'est à ce moment là que je prends conscience de l'ampleur de son talent. Il n'en faut pas beaucoup, mais ses mouvements se font avec tellement d'aisance et tellement de grâce que je commence à nouveau à me sentir ridicule face à lui. Sa proposition fait des étincelles dans mes yeux et je hoche la tête avec vigueur, soudainement très intéressé par ce qui se prépare sous mes yeux. « Oh oui j'aimerais beaucoup ça. Qu'on le le fasse ensemble. Et que dire pour la chanson... Ce sera avec plaisir ! » Je lui souris avant de glisser une main sur son postérieur et de l'embrasser furtivement pour ensuite reprendre mon téléphone en main et lancer la musique au signal de ce dernier. « Prêt ? »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

I played with your heart, got lost in the game. Callum 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyLun 22 Aoû - 22:07




 



Nate & Callum
“You made me believe we're more than just friends.”  

Je pouffe doucement à la remarque de Nate alors que mes mains se promènent délicatement sur son corps. Si mes caresses se veulent instructives, je ne les rend pas innocentes pour autant. J'insiste un peu trop sur chaque zone, pressant doucement mes doigts avec insistance aux endroits les plus savoureux. Je rend mes gestes éducatifs sensuels. Comme si toute cette soirée n'était qu'une excuse pour finir dans la chambre de Clément, j'aime entretenir un peu de tension.
Nate lui m'a déjà plutôt bien conquis ce soir. Le dîner et maintenant la danse, je serais prêt à monter à l'étage tout de suite.
Mais je repousse encore cet instant car je sais qu'après; il partira. Ça marquera notre dernier moment ensemble en tant que colocataires. Alors je remballe ma gourmandise et j'évite de sauter trop vite sur la cerise avant d'avoir fini de manger le reste du gâteau.
"Ça risque d'être gênant pour danser." Je réplique donc avec raison tout en enlevant mes mains baladeuses de son corps.

J'essaie alors de reproduire quelques mouvements que j'ai retenu pour illustrer mes propos. Mais de ne les avoir vu qu'une fois, je ne peux malheureusement pas assez précis et ça me frustre toujours ne pas danser au sommet de mon potentiel. Surtout que c'est la première fois qu'il me voit en mouvement, j'ai envie de faire bonne impression. "Tu m'excuseras, je dois avouer que ce n'est pas mon registre habituel." Disons qu'habituellement mes chorégraphies sont un peu plus dans la contorsion et l'acrobatie. Mais la danse moderne contemporaine a heureusement un avantage qui me permet de ne pas non plus être ridicule alors que je tente de reproduire les pas de Nate; elle est conçue de bribes de tous style, et qui sait la danser sait normalement tout danser. Du mouvement fluide à rigide, elle exige une maîtrise du corps complète et parfaite qui permet d'en faire tout ce qu'on veut. C'est probablement pour ça que je me plais tant dans cette branche. Je peux faire parler chaque centimètre carré de mon corps avec elle et les possibilités sont infinies. C'est un moyen d'expression presque plus riche que le vocabulaire. Pour moi c'est bien plus que de la danse, c'est mon langage.  

Finalement je lui propose de danser ensemble. C'est presque le rêve pour moi. Ma passion qui se mêle à l'homme qu'aujourd'hui je convoite sentimentalement... Danser avec quelqu'un c'est presque aussi fort que de s'envoyer en l'air. Les mouvements du corps parlent mieux que les cordes vocales. C'est de la complicité ultime. Observer chaque gestes de l'autre, anticiper, s'accorder, se répondre. Pour être en harmonie il faut forcément ne faire plus qu'un avec son partenaire.
Mes lèvres sourient sous les siennes. Je me rend alors compte que je n'ai pas encore fumé depuis que je suis revenu du cabaret. Ce qui, pour moi, est carrément un miracle. En temps normal, j'aurais sauté sur ma réserve avant même de retirer mes chaussures... Mais Nate a ce côté magique, celui d'être aussi enivrant que de la drogue. Rien que son regard me fait planer, et ses baisers suffisent à me rendre ridiculement heureux.
"Il faudra que tu me guides un peu pour les pas. Surtout ceux qui se dansent à deux." Je répond quand il demande si je suis prêt.
Après tout j'ai beau être danseur, ça ne veut pas dire que je connais d'avance toutes les chorégraphies... Même si j'ai une certaine facilité à les apprendre, je ne suis pas devin non plus.

C'est donc au tour de Nate de me guider. Je copie ses gestes et suis ses instructions quand au segment qui se réalise en duo.
Les pas rentrent vites, et, après avoir réalisé la chorégraphie une seconde fois, je suis prêt à danser sans ses indications.
Le musicien se détend, se lâche carrément et ses mouvements s'en ressentent. Je n'ai plus rien à corriger, plus de conseils à donner et ce moment perd alors tout son sens instructif pour ne devenir qu'un échange complice. Nos corps s'harmonisent, se parlent. J'en savoure chaque instant alors que mes joues commencent à avoir à nouveau des crampes à force de rire et sourire.
Lorsque la chanson arrive à sa fin pour la quatrième fois, j'attrape son bras pour le faire tourner sur lui même, le ramène ensuite contre moi pour l'embrasser tendrement avant de basculer son corps par dessus mon bras pour me pencher en embrasser son cou. "Tu es parfait." Je lui murmure tandis que mes lèvres glissent vers le lobe de son oreille.
Et je ne pourrais pas le penser plus... Il était déjà beau, talentueux, riche, avec une mentalité de prince qui s'accorde à la mienne. Maintenant en plus de ça, il danse... Ou en tout cas il commence. A croire que cet homme a été créée pour moi. Pas étonnant que je n'ai pas regardé quelqu'un d'autre depuis une semaine... Tout le monde est fade à côté de lui. Inintéressant.

"Mon tour maintenant j'imagine ?" Je demande, le nez toujours dans son cou avant de le redresser. Je déglutis alors que j'ai encore envie de l'embrasser. J'ai l'estomac en feu, envie de lui arracher son polo et qu'il fasse subir le même sort à ma chemise, même si il s'agit d'une John Varvatos...
Je dois vraiment me faire violence pour le lâcher et me diriger vers mes guitares pour prendre une acoustique.
Il reste encore un peu de gâteau avant de manger cette foutue cerise et je me concentre sur l'idée de gagner du temps.
Un peu timide je m'installe alors dans le canapé. "Bon... Je suis pas chanteur moi hein." Je précise, qu'il ne s'attende pas à quelque chose de fantastique. Le chant c'est son domaine, pas le mien. Mes compétences se limitent à la chansonnette de feux de camps. Histoire de draguer les nanas pendant les soirées plages.
Je gratte quelques cordes pour m'assurer que la guitare est accordée puis racle ma gorge un peu sèche avant de me lancer.
Un dernier regard un peu mal à l'aise vers lui, sourire embarrassé et joues un peu chaudes, mes doigts commencent à former quelques accords. "Te moques pas." J'ajoute doucement avant de réellement me lancer. " Miss you terribly already / Miss your teeth when they chatter, when we smoked out in my garden. When we couldn't sleep for all the heat, soft talk began to harden. / Miss your teeth dug in my shoulder, as we rolled in early morning. Miss your arm dying beneath me, as I lay there, simply yawning. " Small hands de Keaton Henson *. La première chanson qui m'est venue en tête. Probablement pour sa première phrase uniquement...
Ma performance sera restée timide, quelques sourires gênées venant interférer par moment alors que mes doigts glissaient sur le mauvais accord par manque de pratique. Rien de mauvais, mais à priori rien de bon non plus. En tout cas pas aussi bon que Nate. Je fini ma chanson en laissant échapper un petit rire avant de relever les yeux vers le musicien, un peu stressé de voir sa réaction. "Voilà voilà... " Je lâche doucement avant de me mordre le lèvre anxieusement.



 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8293
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
I played with your heart, got lost in the game. Callum Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyMar 23 Aoû - 20:29

It might seem like a crush
But it doesn't mean that I'm serious
'Cause to lose all my senses
That is just so typically me


Danser devant Callum. Un vrai défi qui me demande beaucoup de contenance et beaucoup de courage, aussi. Ce n'est pas facile de s'exécuter devant un professionnel. Autant lorsqu'il me demande de lui gratter un air de guitare ou bien de pousser la chansonnette, il n'y a pas de problème. C'est même un vrai plaisir. Là, je ne suis qu'un simple débutant qui ne sait exécuter qu'une seule chorégraphie. Et encore, il m'aura fallu longtemps pour y parvenir. Au début, le plus gros problème était l'endurance, mais pour se faire je suis même allé jusqu'à diminuer ma consommation de cigarettes et j'ai même essayé de me mettre au footing. Le résultat était plutôt médiocre, mais au final, l'amélioration est claire et nette. J'ai gagné en endurance et je parviens à ne plus être essoufflé comme un boeuf à la fin de la choré, ce qui n'était pas gagné au début de nos entraînements avec Gwen. Il commence par me donner des conseils et j'ai du mal à garder mon sang froid quand ses mains se font fortes sur mon corps. Se contrôler, c'est si dur et je ne me gêne pas pour le faire comprendre au jeune homme. Il arrête sa délicate torture et s'écarte, à mon grand regret. Ca ne m'aurait pas déranger de laisser la danse pour en entamer une nouvelle bien plus endiablée et bien plus dénudée. Mais au final, le jeune homme me propose de danser avec lui et il faut croire que c'est encore mieux que du sexe. On s'élance et comme il me le demande, je le guide. C'est la première fois que je prends le poste de professeur et je prends les conseils de Gwen pour l'aider dans la démarche. Il n'a pas beaucoup d'aide et au final il assimile très rapidement les pas. Et qu'est-ce qu'il est beau. On continue jusqu'à ce que ce soit parfait et quand la musique s'arrête pour de bon, je suis comblé. Il me fait tournoyer, me donne l'impression d'être une femme et ça me fait rire. Puis il m'embrasse. Un long baiser tellement bon, mais qui me laisse sur ma faim. Je me mords la lèvre sous le baiser qui me fait dans le cou et je me laisse aller, fermant les yeux pour profiter un maximum de cet instant. Je commence à regretter de ne pas avoir avoué plus tôt au Rhodes mes nouvelles compétences en danse car nous aurions pu échanger d'autres moments de ce genre. Un moment intime  et intense. Quelque chose de privilégié que je peux à présent partager avec lui, et c'est divin. Tu es parfait qu'il me dit et ça me laisse déstabilisé quelques secondes, pas sûr de saisir l'importance de ses propos. Il a ce regard, à la fois profond et effrayant. Je m'y perds et je me penche en avant pour l'embrasser avec passion.
Il demande timidement si c'est son tour, j'ai l'impression que ça ne l'enchante pas, mais je hoche la tête, un air enfantin sur le visage. Oh oui c'est ton tour, et j'ai hâte de voir ça. Je n'ai pas envie de me moquer, oh ça non. Mais j'ai envie de le voir jouer et chanter, parce que je devine que comme tout ce qu'il entreprend, il le réussi. Je me mords la lèvre et je pars m'installer sur le canapé tandis qu'il va chercher une guitare. « Et moi je ne suis pas danseur… » que je lui confie avec un sourire qui se veut réconfortant. « Tu n'as aucune crainte à avoir. C'est moi, je ne vais pas me moquer. Encore moins quand je vois la façon dont tu viens de m'aider pour la danse. Pour toi ce n'est peut-être pas grand chose, mais pour moi… » Je n'ajoute rien parce qu'il n'y a pas besoin de dire quoi que ce soit d'autre. Le jeune homme a très bien compris que ce projet me tient vraiment à coeur et que j'angoisse à l'idée d'être filmé et jugé par tout un public qui s'y connaît beaucoup plus que moi. Je continue de lui sourire, sincère et je l'écoute attentivement quand il commence à jouer et à chanter. Je reste bouche bée devant le spectacle qu'il m'offre puis je me mords l'intérieur de la joue, sentant mon désir pour lui ne cesser d'augmenter. Ca lui va bien le look du guitariste. Très bien, même. Et puis il faut dire qu'il se débrouille vraiment pas mal. Et cette chanson… Il ne l'a même pas terminé que j'en suis déjà nostalgique. Je ne dirais pas non à une seconde. Mais non. En fait, il y a autre chose dont j'ai encore plus envie qu'un deuxième extrait, et c'est lui. Jusqu'alors assis à l'autre extrémité du canapé pour mieux l'observer et pour lui laisser de l'espace nécessaire afin de jouer, je me rapproche dangereusement. Par des gestes doux, je lui enlève la guitare des mains que je pose sur la table basse et je le prends par le col de sa chemise. Je l'attire à moi, désireux de laisser tomber ce trop plein d'émotions. « Embrasse moi. » Je colle déjà mon visage au sien, ma respiration cherchant à se caler sur la sienne même si elle commence déjà à se faire haletante tellement le désir est palpable.  « Embrasse moi, Cal. » Que je répète comme un ordre, la lèvre tremblante, juste avant de le faire basculer en avant, le faisant tomber sur moi pour retrouver à nouveau cette proximité.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

I played with your heart, got lost in the game. Callum 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyMer 24 Aoû - 3:07




 



Nate & Callum
“You made me believe we're more than just friends.”  

Comme je l'ai rassuré, il me rassure à son tour et je me lance un peu plus confiant bien que pour autant pas particulièrement à l'aise. C'est surtout le manque de pratique qui me fait défaut, plus que l'assurance. Si j'hésite un instant à me lancer dans une interprétation de Britney Spears, la chanson d'Henson me vient alors comme une illumination quand mes doigts touchent les cordes. Bien sûr j'aurais aimé lui offrir une prestation parfaite, mais on ne devient pas maître du quatrième art par simple souhait. je dois donc accepter le fait que je fait quelques fausses notes, des montées difficiles que je préfère prendre avec bonne humeur en souriant et pouffant un peu des maladresses souvent accompagnée d'erreurs sur les accords.  Je chante comme un collégien timide qui tente de séduire sa belle.
Le regard captivé de Nate me conforte, et je termine ma chanson un peu mieux que je ne l'ai démarrée, toujours anxieux quoique content de moi. J'ai osé chanter devant lui et surtout, au vue de la façon dont ses yeux sont posés sur moi, j'ai l'impression qu'il a su apprécier l'intention. Je ne sais pas si c'est mon talent ou le choix de la chanson qui a fait mouche, mais en tout cas quelque chose l'a touché car il semble conquis. "Alors ?..." Je réclame mon véridique timidement, mais ce que je reçois en retour est bien mieux qu'un commentaire.
Le musicien glisse vers moi pour m'enlever avec douceur ma guitare, son regard accroché au mien. Je dégluti et le laisse faire sans broncher, mes yeux se laissant hypnotiser par ses lèvres si proches.
Mon coeur commence déjà à palpiter alors que je comprend qu'il est temps de goûter enfin à cette cerise qui me nargue depuis que je suis rentré.

Il y'a quelque chose de différent cette fois, de nouveau. Habituellement on se saute dessus comme des bêtes, sans manières. Ici il m'approche avec tendresse et prudence. Il y'a cette tension de premier baiser même si on en a déjà échangé des milliers, cette appréhension d'enfin goûter l'autre. Ce petit temps qu'on prend pour s'apprivoiser correctement. Il est contre moi et pourtant en retenue. Je sens son souffle sur mes lèvres et mes yeux se ferment alors que je me délecte de son parfum qui caresse mes narines. Cette dernière once de retenue fait monter encore plus l'excitation et déjà mon pantalon devient trop étroit. D'envie ma respiration s'accélère. J'essaie de ressentir chaque instant de cet échange intense, chaque grain de sa peau en contact avec la mienne. Son front, son nez, sa main. On dirait presque un adieu alors que, dans le fond, il s'en va à deux rues d'ici...
Finalement il brise cet instant suspendu, ordonnant une nouvelle fois que je l'embrasse tout en me renversant par dessus lui. Je m'exécute alors, libérant toute ma retenue pour l'embrasser avec ardeur, plaquant mes lèvres sur les siennes comme si c'était essentiel à ma survie. Je les dévore, ondule mon corps sur le sien, pressant mon entre jambe contre la sienne. Déjà mes mains s'affolent et s'affèrent à se glisser sous son polo. Essayant avec empressement de relever celui-ci.  Tout ça pour finir par l'envoyer valser à l'aveugle, le torse de Nate libéré. Me bouche glisse vers son cou que je mordille avec envie tout en déboutonnant sans délicatesse ma chemise. Dans la manouvre je sens un des boutons sauter. Tant pis. Nous voilà à présent peau contre peau, c'est tout ce qui m'importe à cet instant.
Mes baisers couvrent à présent ses clavicules et continuent de se frayer un chemin vers son sternum.
Je me délecte de lui, le respire et le déguste avec une attention particulière. Plus que du plaisir charnel, je réalise que je suis réellement en train de commencer à lui... faire l'amour. Mes gestes regorgent de sentiments, non pas juste d'une envie aveugle. Je me redresse alors, perturbé par mon entrain et remonte vers son visage. J'embrasse à nouveau ses lèvres, doucement cette fois, calmant notre ardeur.
Je réalise que je me suis bien plus attaché à lui que ce que j'avais prévu... L'idée de le voir quitter ma maison, de ne pas savoir quand je vais le revoir, me brise. Alors je savoure son coeur qui bat aussi vite que le mien contre ma poitrine. Frottant mon nez contre le sien avec une tendresse qui m'est rare. "Nate..." Je souffle contre sa bouche, puis contre son cou, son oreille. "J'ai pas envie que tu partes."


 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8293
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
I played with your heart, got lost in the game. Callum Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyJeu 25 Aoû - 21:41

It might seem like a crush
But it doesn't mean that I'm serious
'Cause to lose all my senses
That is just so typically me


La dernière fois que quelqu'un a joué pour moi, c'était Nia. Mais c'était uniquement parce que j'étais son professeur de guitare. Sinon, c'était Harlow, quand quelques fois elle voulait me faire écouter les idées de chansons qu'elle avait eu. C'était une très belle poète, Harlow. J'aimais écrire avec elle, mais c'est du passé. Et ça me fait un pincement au coeur d'être à nouveau témoin d'une si belle chanson. Il la joue pour moi. Pour moi seul et je suis comblé. Son choix est parfait. Sa prestation est parfaite aussi et ses petits ratés ne me donnent que davantage envie de m'en approcher pour le couvrir de baisers. Callum si sûr de lui en général semble être mis à nu. C'est une première, et je ne comprends toujours pas ce que tout cela peut signifier. Quel nase. Quand il termine, je ne tarde pas à lui donner mon verdict. Et pas besoin de mots pour ça. Sa chanson m'a plongé dans une espèce de transe qui me consume de l'intérieur et qui appel à d'autres choses. Ainsi, quand je m'en approche, que je lui retire la guitare des mains et que je l'attrape par le col de sa chemise, mes gestes se font fermes. C'est doux, mais ferme afin qu'il ne puisse pas se dérober. Un mélange parfaitement dosé. C'est puissant parce que j'ai terriblement envie de lui. J'ai besoin de lui faire comprendre ce que je pense réellement de son petit concert et je le fais d'une façon très explicite. Quand je reprends la parole, c'est simplement pour lui ordonner de m'embrasser alors que je le fais basculer sur moi. Son poids sur moi, je me sens proche de lui comme jamais auparavant. Je le désire comme jamais et il obéit sans broncher, m'embrasse avec passion jusqu'à ne plus avoir de souffle. Le genre de baisers où les dents se cognent, où les langues dansent entre elles. Il me laisse haletant, en demande de plus alors qu'il s'éloigne juste quelques secondes pour me débarrasser de mon polo bien superflu dans notre échange. Je passe une main dans ses cheveux tandis qu'il couvre mon corps de baisers. Je lâche quelques râles de plaisir, le laissant faire et l'invitant même à aller un peu plus loin. L'excitation est à son comble alors que je sens son entre-jambe gonflée pressée sur la mienne, dans le même état. On y va fort ce soir, et pourtant, on y va doucement. A son tour, sa chemise tombe et à mon tour, je l'embrasse, répondant avec la même ferveur, la même ardeur, la même envie.
Sa douceur me surprend, mais je me sens chanceux d'enfin connaître cet aspect de sa personnalité. J'en découvre encore sur le jeune homme et ce que je découvre continue de me plaire davantage. Comment c'est possible ? Les caresses se font plus intimes, plus rapprochées et ses murmures… Ses murmures serrent mon coeur, me laisse pétrifié quelques secondes. « Dis pas ça, tu vas retrouver ta liberté, enfin. » Réponds-je dans un chuchotement tellement il est proche de moi. « Et puis, on pourra toujours se voir. Chez moi, cette fois, varier les plaisirs… » Que je tente de dire alors que je sens bien que l'atmosphère s'est étrangement alourdie. Ca, je ne m'y attendais pas. Ses quelques mots, je commence à en saisir le sens et j'ai peur de ce qu'ils représentent. J'ai peur de ce que je dois comprendre comme j'ai peur de répondre à côté de la plaque. Je ne veux pas en rester là. Pourtant, je me sens bien moins excité que quelques secondes plus tôt. C'est bizarre. C'est… Une pression sur mes épaules qui pèse et qui commence à me donner encore plus chaud que les caresses pourtant célestes du garçon. J'essaye de faire comme si rien ne s'était passé. Comme si les trente dernières secondes n'avaient pas existé et j'embrasse Callum dans le cou, puis sur la bouche. Quand on embrasse sur la bouche, au moins, on ne parle pas, non ? J'essaye, mais je sens que je viens de casser quelque chose. Je ne sais pas si c'est chez moi ou chez lui, mais l'attraction n'est plus la même. Ou si ce n'est pas l'attraction qui est concernée, c'est la sensibilité. Je cherche le regard du danseur et quand je le capte, je me mords la lèvre, pas certain de la procédure à suivre. Est-ce qu'il est sérieux quand il dit qu'il ne veut pas que je parte ? Ou est-ce que ce sont de simples mots qu'il dit parce qu'il sent qu'après ce soir, nous n'aurons plus nos parties de baise quotidiennes ? Je plonge mon regard dans ses iris et je demande. « Est-ce que… Ca va ? » C'est maladroit, mais je suis maladroit quand il s'agit de sentiments que je n'ai pas réussi à identifier.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

I played with your heart, got lost in the game. Callum 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyDim 28 Aoû - 0:49




 



Nate & Callum
“And I feel so helpless here
Watch my eyes are filled with fear
Tell me do you feel the same
Hold me in your arms again.”  

C'est fou l'effet qu'ont ses baisers. J'ai l'impression que mon estomac se fait bouffer par des papillons à chaque fois. Encore plus ce soir, après l'avoir vu danser et partagé cet instant hors du temps avec lui. Je suis rentré depuis seulement une petite heure et pourtant, j'ai l'impression de m'être plus rapproché de lui qu'en une semaine. Ses attentions et notre partage; je me sens incroyablement bien et serein. Cette soirée a réellement une atmosphère particulière, probablement parce que c'est la dernière. Elle a un petit goût de déclaration et de démonstration. Comme si on voulait se rendre hommage pour célébrer ce temps passé ensemble.
A présent contre lui, je savoure notre étreinte avec une intensité particulière. Une étreinte qui me fait presque l'effet d'une gifle. Je pense que je l'avais déjà compris, mais que je ne me l'étais pas encore avoué. Je me suis entiché de lui de façon dangereuse. Assez que pour me surprendre à avoir envie d'une relation. Envie de l'emmener en tête à tête au restaurant, de marcher avec lui sur la plage puis de lui faire l'amour dans les dunes. De rentrer tous les soirs pour le retrouver, l'embrasser doucement alors qu'on regarde la télévision, enlacés après une longue journée. Lui parler de tout et de rien, fumer dans le jardin en regardant les étoiles. Savoir que, peu importe l'heure, je pourrais toujours aller trouver ses bras si j'en ressens le besoin. Tout en sachant que, si l'envie m'en prend, je peux aller temporairement dans ceux d'un autre. Une relation non exclusive que je suis persuadé que Nate peut m'offrir, et c'est  probablement bien la première fois que j'ai l'impression que je pourrais avoir ce genre d'arrangement avec quelqu'un. Je suis rempli d'espoir mais aussi d'angoisse. Je n'ai pas peur du rejet, non, car de par son attitude, je suis persuadé que ses sentiments sont réciproques. J'ai simplement peur du changement, de la perturbation que ça pourrait causer à ma routine de vie. Je ne sais pas si je suis capable d'entretenir une telle relation, je sais juste que j'en ai envie.

Mes baisers se perdent sur sa peau satinée. Mon désir se fait de plus en plus pressant jusqu'a ce que je m'interrompe soudainement, saisis par ma réalisation. Je n'ai pas envie que tout ça s'arrête. J'ai envie de créer des habitudes, de lui faire de la place. Libérer un placard.
Mais c'est bien utopiste et d'ailleurs Nate me ramène très vite sur terre... J'affiche une petite moue qui se veut compréhensive sans parvenir à masquer ma déception pour autant. Mais c'est vrai que c'était peut-être débile de ma part de lui murmurer ça... Comme si il allait abandonner son appart pour vivre avec un gars fraîchement rencontré.. Dans le fond, ça me rassure presque qu'il remballe l'idée quand j'y réfléchis deux secondes. J'aurais peut-être du me méfier si il l'avait fait car il faudrait être un peu dérangé mentalement pour accepter ça. Ou très amoureux, mais ça aussi ça m'aurait peut-être effrayé... Trop c'est pas bon non plus, c'est bon pour finir en relation malsaine.
"Je sais pas pourquoi j'ai dis ça désolé. L'impulsion je crois. Probablement parce que j'ai trop envie de toi et que ça va être dur de plus pouvoir te baiser tous les jours." Je me force à corriger avec un petit sourire.
Mine de rien, entendre qu'il me propose de venir chez lui contrebalance un peu ma déception. Il parle d'après et d'encore et j'aime cette idée même si je reste un peu triste de ne pas pouvoir partager un quotidien.
Nate repose alors ses lèvres dans mon cou mais quelque chose me fait froncer les sourcils. Je sens un certain malaise en lui. Ce que j'ai dis a du le troubler, mais visiblement pas d'une bonne façon. Je le sens à la pression décroissante contre mon entre jambe, son érection qui se fait moins vive. L'ambiance à changée, chargée de gêne et de non dits. Comme si on avait jeté un froid. Son langage corporel à changé, moins sûr, moins affamé.
Je commence alors à douter de mon instinct, celui qui me disait que le musicien partage mon envie de relation. Et mon coeur palpite alors que je sens quelque chose se briser. Je répond à son baiser distraitement alors que dans ma tête tout fonctionne à mille à l'heure, j'essaie d'y voir clair. Est-ce que je me serais fourvoyé ? Tellement perdu dans mes espoirs que je me serais voilé la face ?
Ses lèvres se séparent des miennes et il plonge alors son regard dans le mien. Ses yeux sont de mauvaise augure. "Oui.." Je souffle par réflexe lorsqu'il me demande si ça va. Mais finalement, la vérité me brûle les lèvres. "Enfin, non..." Jusqu'à présent toujours allongé sur lui, je me redresse pour me rasseoir contre ses jambes. Enfouissant mon visage dans mon front le temps de soupirer j'essaie de trouver un peu de courage pour avouer mon attachement. Chose bien plus dure maintenant que je ne suis plus certain qu'il soit réciproque.  "A vrai dire je suis un peu confus. Je crois que je me suis vraiment attaché à toi. Trop. Tu vois, j'avais jamais rencontré quelqu'un comme toi avant." Je marque une pause alors que mon regard se pose sur lui, rempli d'espérance. "Tu trouves pas qu'on s'accorde plutôt bien ?" Je demande timidement, ayant à la fois peur de sa réponse mais, en même temps, gardant l'espoir d'un retour positif.


 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8293
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
I played with your heart, got lost in the game. Callum Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyJeu 1 Sep - 16:39

It might seem like a crush
But it doesn't mean that I'm serious
'Cause to lose all my senses
That is just so typically me


La bombe est lâchée. Une grenade dégoupillée et sur le point d'exploser à tout moment. Mais pour le moment, je m'applique à faire comme si tout est encore normal, comme s'il ne venait pas de lâcher des mots pouvant être interprétés de mille façons différentes. Non. Le déni. Juste quelques minutes de plus… On était si bien parti… Mais non. Ce n'est pas possible. Le déni ne peut pas s'éterniser. Je dois prendre conscience que quelque chose cloche et que peut-être nous ne sommes pas sur le même longueur d'onde avec le jeune homme… Pourtant, je croyais que nous y étions. Je croyais que nous étions les mêmes et que nous ne recherchions rien d'autre qu'un partenaire occasionnel pour partager des nuits endiablées. Après plusieurs minutes à faire l'autruche, les baisers stoppent et je pose une question simple dont la réponse fera tout changer. Déjà, je lis la déception dans les yeux du Rhodes et je ne peux pas m'empêcher de me dire que c'est de ma faute… Mais qu'est-ce que j'aurais dû faire ? Qu'est-ce qu'il attend de moi ? Je vais bientôt le savoir, mais je vois par la position qu'il adopte que la discussion ne va pas être amusante. Il se recule, et moi je me redresse sur les coudes pour ne plus être totalement couché. J'ai la gorge soudainement sèche et ce que Callum déclare ne me plait pas. Il n'arrange pas les choses comme je l'aurais souhaité.

Je l'écoute et je le déteste. Je le déteste parce qu'il me donne un rôle que je ne voulais absolument pas jouer. Jamais. Je me laisse retomber lourdement en arrière sur le canapé avant de cacher mon visage entre mes mains en lâchant un juron. Comment est-ce qu'on en est arrivé là ? Je soupire, me détestant moi, cette fois, parce que ce que je m'apprête à faire n'a rien de très reluisant. Qu'est-ce que j'ai pu faire pour qu'il se mette une idée pareille dans la tête ? Et là, je repense à nos moments complices, en plus de nos nuits agitées lors desquelles nous nous accordons parfaitement. Et puis il est jeune, encore, lui… Peut-être qu'il n'avait jamais vécu ça, avant. Avant le Gallois, je n'avais pas touché à un homme depuis de nombreuses années, ou alors juste pour une petite gâterie, et voilà qu'il a fini par s'attacher à moi plus qu'il n'aurait dû. Je me redresse à mon tour, dérobant mes jambes sous le poids du Rhodes pour m'assoir correctement sur le canapé.  « Cal… »  Soupire-je. Les coudes sur les genoux, je reste là, pensif, cherchant les bons mots quelques secondes supplémentaires.
Je crois qu'il sait déjà ce que je m'apprête à dire, alors pendant un instant, j'envisage l'idée de m'arrêter là pour ne pas le blesser… Puis, je me souviens que nous nous sommes égarés en cours de route, alors autant être clair cette fois. Plus de méprise, plus de confusion.
« On en a jamais parlé, je n'en voyais pas vraiment l'intérêt en fait, mais… Je sors de relations qui se sont plutôt mal terminées… » Il ne peut même pas s'imaginer à quel point point ces histoires ont pu me détruire de l'intérieur. Harlow : une demande en mariage déclinée avant de la voir m'abandonner pour retourner à Liverpool. Spencer : des sentiments que je n'arrive pas à contrôler pour elle alors qu'elle a préféré un autre à moi malgré mes efforts… De nombreuses déclarations, une chanson, un tatouage… Tout ça pour elle et je n'ai pas réussi à la garder pour moi. « T'as raison, on s'accorde bien. Très bien, même. » Ajoute-je pour essayer de faire passer la pilule même si je me doute bien de la douleur qu'il doit ressentir pour l'avoir justement ressentie plusieurs fois. « Mais… Depuis… Depuis ma dernière histoire, je crois que j'ai été dégouté. » Il y a surtout le fait que je ne sois pas totalement remis de ce que j'avais avec la rousse, espérant encore et encore la reconquérir, mais je préfère rester silencieux sur cette partie. Il n'a pas besoin de savoir que je suis toujours amoureux de la coiffeuse, ça ne changera rien à notre situation actuelle. « Je ne cherche pas de relation… » Suffit de se souvenir de la façon dont j'ai abordé Callum la première fois. « Et je pensais qu'on était sur la même longueur d'onde à ce niveau, en fait. » que j'avoue en essayant d'être le plus délicat possible. Je ne cherche même pas à regarder le garçon dans les yeux, préférant ne pas ajouter des images qui me hanteront à jamais en sachant ce que je viens de faire. C'est horrible et j'aimerais disparaître pour nous éviter de poursuivre ce moment pénible, même si au point où nous en sommes, il fait assumer. « Je suis vraiment désolé, Cal, si je t'ai laissé croire le contraire,  ce n'était pas mon attention. » Je pourrais continuer en ajoutant que je n'ai jusque là été en couple qu'avec des femmes, gardant mes échanges avec la gent masculine relativement cachés même si j'assume entièrement ce que je fais, mais non. Ca aussi, je préfère le garder sous silence.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

I played with your heart, got lost in the game. Callum 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyVen 2 Sep - 3:44




 



Nate & Callum
“And I feel so helpless here
Watch my eyes are filled with fear
Tell me do you feel the same
Hold me in your arms again.”  

J'ai fais la boulette. Et je l'ai senti immédiatement. Toute l'atmosphère s'est écroulée au moment où j'ai susurré ces mots. Et maintenant j'aimerais juste pouvoir les reprendre. Fermer ma gueule et ne l'ouvrir qu'après qu'on ait fini de baiser. Parce que même si il repose ses lèvres sur moi, il y'a un message clair dans nos gestes, nous n'irons pas au septième ciel ce soir et on le sait tous les deux... On grignote du temps mais la bombe est enclenchée et lorsqu'il me demande si ça va j'appuie sur le détonateur. Dire que cette soirée était si magique... Et maintenant tout est en morceaux. Il ne faut qu'une fraction de seconde pour que tout ce qui me restait d'espoir s'écroule. Le choc est instantané, comme si on compressait mon coeur.
Son corps répond avant même qu'il n'ouvre la bouche. La colère, la gêne, la frustration, la tristesse, rien de ce qui en émane n'est positif et j'ai déjà compris alors qu'il jure le visage caché dans ses mains.  Je me crispe et ma gorge s'assèche tandis que je détourne le regard pour fixer à mon tour mes paumes. Le noir qu'elles créent contre mes yeux. Les coudes sur les genoux, je laisse mes doigts remonter dans mes cheveux puis se lier contre ma nuque alors que je reste tête baissée à attendre qu'il parle. Même si je sais ce qu'il va dire, j'ai besoin de l'entendre.
Mon nom traverse alors ses lèvres d'une façon extrêmement douloureuse. Il sonne comme un synonyme de désolé, désolé mais je vais te rejeter.
J'encaisse en silence, j'attend la suite. J'attend de savoir pourquoi, de comprendre où je me suis planté.
Serrant les dents je retiens toute trace d'émotion de s'emparer de mon visage pour ne pas risquer d'embuer mes yeux. J'essaie de rester stoïque alors qu'il me donne une excuse bien trop bidon et classique. Le coup du mec blessé qui n'est pas prêt à s'engager dans une nouvelle relation... Ça sonne cliché et même si je veux bien croire qu'il a probablement de vraies cicatrices sur le coeur, j'ai surtout l'impression qu'il sort cet argument pour m'épargner d'une réalité moins glorieuse. Tu n'es pas mon genre, je ne suis pas attiré par toi,. Des excuses plus directes mais au moins sincères.

Finalement je ne peux plus rester en place, immobile à l'écouter. Tout semble se refermer autour de moi, je me sens étouffé, en manque d'air. "Visiblement pas, non." C'est tout ce que je répond, d'un ton qui reflète tout le dégout qui m'habite. Dégout de moi même, dégout de me prendre un râteau, un vrai cette fois. S'en est presque agressif. Dans une profonde inspiration je me relève pour m'éloigner tout de suite du fauteuil. Être dos à lui, ne plus le voir et surtout ne pas qu'il me voit.  Je me sens couvert de honte. Si con. Il doit me prendre pour un petit jeunot sensible, si inexpérimenté qu'il tombe amoureux du premier gars qui le fait venir rien qu'en le prenant par derrière et pourtant... C'est bien loin d'être mon genre. Nate est le premier à me troubler de cette façon. A me vendre du rêve d'avenir et me donner envie de plus que du sexe. Et pourtant, dieu seul sait à quel point c'est dur de me donner envie d'autre chose avec mon addiction.
Je m'approche jusqu'à ma commode, m'appuie dessus face au mur tandis que je sens les muscles de mes bras se raidirent. C'est la que je sens qu'il me manque un peu de THC dans le sang. La nervosité fait déjà trembler le bout de mes doigts.  "Ne t'excuses pas, c'est moi qui suis désolé. Je suis vraiment trop con. J'ai cru qu'on avait quelque chose de spéciale." Je ricane de ma propre connerie et me mord la lèvre en levant les yeux au ciel. Merde, merde et merde !
Finalement mon tremblement l'emporte, dans un accès de frustration mon poing se ferme et je décharge tout d'un coup sur la surface du meuble. Laissant ensuite mon front retomber dans cette main nerveuse. "Désolé..."

Immédiatement je sais où trouver refuge. J'ouvre l'un des tiroirs du haut, en sort une petite boîte métallique qui contient quelques joints déjà roulés. Avec empressement j'en allume un, comme si rien qu'une bouffée allait me sauver. Me sauver de ma suffocation, de cette douleur à la poitrine, de mes entrailles qui se tordent. De toute cette honte qui me bouffe. Cette déception, cette tristesse. Cette sensation d'être perdu, déchiré en milles morceaux.
Putain, si c'est ça qu'on ressent quand on a le coeur brisé, je ne veux définitivement plus jamais m'attacher à personne. C'est atroce. C'est douloureux.
Mon pied tambourine sur le sol alors que je tente de me calmer. Je ne veux pas craquer devant lui. Je refuse de montrer des larmes et me ridiculiser encore plus.
Finalement, je retourne vers le fauteuil, sans pour autant me rasseoir ni le regarder. Mes yeux se limitent à la pointe de ses chaussures, pas plus haut. "Désolé." Je m'excuse encore..."J'avais pas encore fumé, ce soir, alors ça me rend tout... fébrile." Je justifie en forçant un sourire en coin et un rire d'auto-dérision qui sonne faux. J'essaie de me justifier, de nier que j'ai simplement réagit à la douleur.
Comme si j'espérais encore pouvoir lui faire croire que ça ne me touche pas, que c'est pas grave et que je suis cool. On peut passer à autre chose, continuons nos ébats comme si de rien était... Petit con optimiste. Comme si j'allais convaincre quelqu'un...

"J'imagine qu'on ne va pas reprendre là où on s'est arrêté..." Je continue après m'être raclé la gorge, me rendant à l'évidence; Tout est fini. Et rien que l'idée de ne plus mêler nos corps amène des larmes dans mes yeux malgré tous les efforts que je fais pour me contenir. Larmes que je n'autorise cependant pas à couler. Juste à rendre ma vue floue. J'ai vraiment tout gâché et je regrette profondément d'avoir ouvert ma grande bouche. Même si au moins maintenant je suis fixé...  "Du coup je crois que... Je crois qu'il est temps pour toi de rentrer." Il faut qu'il parte avant que je perde le contrôle. Que je commence à hurler et demander pourquoi, le vrai pourquoi pas les jolies paroles. Et puis je me sens trop embarrassé pour être face à lui plus longtemps. Finalement, n'arrivant plus à tenir sur mes jambes tremblantes sous l'émotion, je me laisse retomber dans le canapé. A l'extrême extrémité. "Encore merci pour le dîner... Et désolé d'avoir gâcher cette soirée." Je souffle avec politesse en recrachant ma fumée, comme un au revoir. Histoire de dire que les comptes sont bons. Le mot de la fin et rideau.
Dans ma poitrine mon coeur palpite, je ferme un instant les yeux pour me reprendre. L'idée qu'il quitte ces lieux, comme ça, après m'avoir brisé le coeur. Sans une dernière étreinte, un dernier sourire, un dernier rire... L'idée me détruit. J'attend juste d'entendre le froissement de son polo lorsqu'il le remettra, le bruit du canapé quand il le quittera pour aller chercher ses valises et partir sans un mot. Sans un dernier regard. Le bruit de la porte quand je me retrouverais seul à pouvoir pleurer. M'insulter et me détester. Je crois que je n'avais pas bien mesuré l'intensité de mes sentiments avant. Il aura fallut que je me prenne un râteau pour me rendre compte que pour avoir aussi mal, il faut vraiment que je sois amoureux, et que ce n'est pas juste un petit attachement particulier.


 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8293
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
I played with your heart, got lost in the game. Callum Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum EmptyMar 6 Sep - 16:29

It might seem like a crush
But it doesn't mean that I'm serious
'Cause to lose all my senses
That is just so typically me


Je m'en veux, mais ai-je un autre choix ? Je ne peux pas nourrir ses espoirs avec de fausses promesses et de fausses paroles. Je ne peux pas lui offrir ce qu'il veut, une relation un peu plus stable et un peu plus officielle par rapport à celle que nous entretenions jusque là. Jusque là… Parce qu'il ne faut pas se leurrer. Tout a changé. En quelques secondes seulement, nous avons basculé d'un état à l'autre. La chaleur qui se faisait à cause de l'excitation est à présent causée par la tension entre nous deux. Je me déteste pour ce que je suis en train de lui dire, ce que je suis en train de lui faire, parce que j'ai justement déjà été à cette place. Et plus d'une fois. Ma gorge est douloureuse et j'ai envie de crier qu'il n'aurait jamais dû nous mener sur cette pente glissante. J'aimais ce que nous avions. J'aimais coucher de temps en temps avec un homme, cet homme… Et là… Plus rien. Il n'y aura plus rien, c'est sûr et certain. Nous venons de casser ce que nous avions, ce que nous partagions depuis des semaines. Quelques paroles suffisent. Je le vois se lever, taper du poing, s'excuser une fois, puis deux, puis trois fois. Ses mots sont pareils à des aiguilles qu'on m'enfoncerait un peu partout dans le corps. Près du coeur, surtout… Parce que je n'aime pas faire du mal aux autres. Pas ceux que j'apprécie du moins. Et j'apprécie le Rhodes, ce n'est plus à prouver, même si de toute évidence, je ne l'apprécie pas de la façon qu'il aimerait. C'est douloureux de le voir évoluer dans la pièce à la recherche de je ne sais quoi. Puis il le trouve. Un joint. Est-ce que ça va résoudre la situation ? Peut-être pas. Mais c'est son droit. J'ai bien noyé mon chagrin dans l'alcool quand Harlow a décliné ma demande en mariage. Alors oui… Je dois le laisser faire et quand il souligne que nous ne risquons pas de reprendre là où nous nous sommes arrêtés, je ne suis même pas capable de le regarder. Il connait déjà la réponse, et bientôt, il me demande de quitter les lieux.

Il est temps de rentrer, en effet. Il est l'heure que je tire ma révérence. Il est temps que je lui brise le coeur une bonne fois pour toute alors que j'ai moi-même détesté ces femmes qui m'ont fait subir le même sort. Je les détestais justement parce que je les aimais trop. Je ne peux pas croire qu'il soit tomber amoureux de moi sans que je ne remarque quoi que ce soit et pourtant, sa douleur est tellement palpable qu'elle me fait comprendre à quel point j'ai été aveugle. Ce sont des choses qui arrivent, il faut croire… Pourtant je croyais que j'étais quelqu'un d'assez doué pour ces choses là… Quelqu'un de sensible… Quelqu'un qui comprend les sentiments des autres et qui ne s'amuse pas avec. Ce n'est pas le cas. Je suis comme tout le monde quand je me complais dans une situation : je deviens aveugle par rapport à ceux qui m'entourent. Je sais qu'ils existent, je sais justement qu'ils y sont pour beaucoup dans ma part de bonheur, mais je ne les prends pas en compte. Je m'en veux. Tellement. Et Callum a tous les droits de me haïr comme j'ai pu haïr Harlow ou Spencer en comprenant qu'elles ne pouvaient pas ou qu'elles ne voulaient pas m'offrir ce dont j'avais besoin. Car oui, plus qu'une envie, c'est un besoin.
« Ouais… Je vais y aller. » Que je dis finalement, reprenant vie doucement, mais sûrement. Du regard, je me mets à chercher mon polo. Je l'enfile, me lève du canapé puis hésite quelques secondes en osant regarder dans la direction du danseur. Qu'est-ce que je dois faire ? Lui dire au revoir ? Lui poser une main sur l'épaule ? M'excuser une nouvelle fois ? Je ne sais pas. Je n'ai jamais vraiment eu à faire ce genre de discours auparavant. C'est une première, et quelle première fois détestable, même si dans le fond, je ne suis certainement pas le plus mal loti de nous deux. Je déglutis et je reprends, ne voulant pas lui imposer ma présence davantage. « T'inquiètes. Et encore une fois, je suis désolé. » J'opte finalement pour des excuses sobres et franches. Mais désolé de quoi ? De ne pas vouloir sortir avec un homme ? De ne pas pouvoir lui donner ce qu'il veut ? De partir sans plus de cérémonie ? Telle est la question. Désolé pour tout. Désolé que notre relation si bonne doit prendre fin. Désolé de ne pas être celui que tu voulais que je sois.
« Prends soin de toi, Cal. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

I played with your heart, got lost in the game. Callum 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty
MessageSujet: Re: I played with your heart, got lost in the game. Callum I played with your heart, got lost in the game. Callum Empty

Revenir en haut Aller en bas

I played with your heart, got lost in the game. Callum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-