AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Ven 22 Juil - 17:45

Let me kiss you hard in the pouring rain
Cassandre & Monroe
Tu crois qu’il s’agissait là d’une des pires choses qu’on pouvait te demander. Peut-être que tu tenais là une de tes activités les plus détestées. Pourtant, alors que vous vous dirigiez vers le centre historique, avec Cassandre, tu avais presque l’impression d’être empli de légèreté. Presque. Une voix mauvaise te soufflait que ça allait être un calvaire. Que tu ne pouvais pas être heureux à l’idée d’aller essayer des vêtements pour une grande occasion. Pour cette occasion. Tu ne devrais pas. Parce que tu allais réussir à détruire ça, parce que tu allais probablement d’irriter à la première remarque de Cassandre. Tu as peur, mais ça semble presque aller. « On prendra quelque chose à Fishminster, pour le repas ? » t’aventures-tu même à demander, alors que tu souffles une bouffée de fumée. Un fish and chips dans la boutique un peu plus loin. Probablement que ça ne se fera pas. Parce que c’est trop étrange de te voir réclamer à manger. Parce que c’est trop étrange de te voir proposer des trucs à faire à deux. De proposer des moments heureux. Des instants qu’on pourrait inscrire dans des souvenirs. Tu dois bien être capable d’imploser avant, qu’est-ce que tu en dis ? Tu dois bien être capable de mal te comporter, de tout faire foirer. Comme à ton habitude. Puisque tu ne changerais jamais. Tu souffles. Tu souris, un peu. Tu souris, comme pour chasser les sombres pensées.

Finalement, vous êtes entrés dans la boutique. Tu as laissé le soin à Cassandre d’expliquer la situation – c’était peut-être encore un peu trop dérangeant pour toi. Tu préfères rester là, presque dans ses jupes, comme un gamin perdu. Tu laisses ton regard s’étaler sur l’endroit, un peu distrait. La pièce dégage quelque chose. Quelque chose que tu peines à saisir, finalement. En prêtant l’oreille, tu pourrais presque entendre les rires des autres avant toi. Des rires des familles qui s’étaient réunies là. Tu as pincé des lèvres en sentant ton estomac se serrer. Tu n’avais aucune idée de quoi choisir. La question avait été mainte et mainte fois évoquée avec Cassandre, sans que tu ne parviennes vraiment à te décider. Et ce n’était pas ton père qui allait t’aider. Ce n’était certainement pas lui, ce grand monsieur qui devait avoir décidé qu’il était préférable de t’oublier. Et ce ne serait pas non plus un ami. Peut-être que tu avais oublié de correctement t’intégrer ici. Peut-être que tu aurais dû demander à Caelan. Parce qu’il aurait compris ce que c’était. Peut-être qu’il aurait eu l’idée de trouver ce qu’il te fallait. Mais tu n’avais pas osé demander. Tu n’avais pas osé, comme un idiot.
Tu secoues la tête. Ce n’est pas la peine de se morfondre. Ce n’est pas la peine de déprimer, maintenant. Tu devais faire un effort. Pour Cassandre. Tu pouvais faire un effort. Tu souffles, avant de regarder le garçon. « Tu crois que le noir c’est une bonne idée ? J’veux dire … Tu crois pas que ça aminci de trop ? » demandes-tu, hésitant, un cintre entre les mains. Peut-être que tu te retrouves à avoir honte de ton corps, encore. Peut-être que tu crains finalement qu’on ne remarque que trop tes jambes brindilles et tes bras trop grands. Peut-être que tu as peur de finir tel une voile sur un catamaran. Tu souffles. « J’devrais peut-être me mettre à la muscu, mais j’crois qu’on aura pas le temps. » Des conneries que tu déblatères pour essayer de te mettre en confiance. Ton corps te ferait probablement sévèrement regretter la moindre soulevée de poids, de toute manière. Et tu ne trouverais jamais la motivation pour le faire. Pour essayer de t’activer. Pour essayer de te dérouiller.
« J’ai pas l’air d’une voile de bateau ? » murmures-tu finalement, après avoir enfilé une chemise blanche. Le ton presque léger. Tu reviens vers lui, en battant doucement des bras. « Faudrait que je fasse gaffe, avec ça. Si y’a du vent, j’serais bien capable de m’envoler. » murmures-tu, avec un léger rire sur le bord des lèvres. « Blanc ? Ou bleu ? » demandes-tu. Tu souffles, un peu. Tu sens que ça va être compliqué. Tu sens que ça va devenir compliqué. « Tu t’habilles comme, toi ? » Peut-être qu’en faisant quelques efforts, vous pourriez vous accorder.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Mer 3 Aoû - 6:38

Spoiler:
 

Le début d'une nouvelle vie.  Monroe ♥️Le centre historique de Tenby, dans le comté de Pembrokeshire est d’un style assez amusant. En cette saison de l’année, relativement chaude, les touristes ne manque pas une seconde pour se photographier devant les façades des bâtiments colorées. Un sentiment de bien-être mêlé avec l’air marin, omniprésent dans les narines et les esprits. C’est un merveilleux jour ensoleillé qui pointe son nez, avec au loin les odeurs des pâtisseries, des glaces et autres douceurs typiques de l’été. Il doit être aux alentours de 10 heures du matin, lorsque Monroe et moi sortons tous les deux de notre maison proche du bord de mer. Peut-être que le temps annonce finalement une bonne journée, loin des jours pluvieux que l’automne risque d’annoncer dans quelques temps  de la pluie, et la tristesse de laisser la ville délaissé par les touristes.

En se rendant jusqu’à la boutique de mariage, je n’eus de cesse de me dire que la ville de Tenby est probablement bien plus merveilleuse encore que Londres, trop pluvieuse, trop grise et surtout trop animée. Le caractère manque un peu plus à Londres, les rues trop bondées pour permettre d’apprécier réellement le paysage. Il faut admettre que mon père m’a toujours demandé pourquoi diable suis-je venu me fourrer ici. J’ose croire que c’est pour échapper à la vie trop animée de Londres, pour échapper au bruit, et à l’odeur immonde de la pollution. Un bref coup d’œil autour de moi m’informe que non loin, une famille se prépare même à une journée à la plage. La femme semble chargée un parasol, presque nécessaire pour les peaux trop pâles de purs anglais, habitués à peu s’exposer. Un sourire fin se dessine sur mes lèvres, voyant le petit garçon tenir en main un cerf-volant, la perspective dans le regard de le regarder s’étendre dans le ciel bleu. Un geste un peu instinctif me donne envie de prendre la main de Monroe, mais je me retiens au dernier moment, la glissant à la place dans le short que je porte, en me disant qu’il est peut-être trop tôt encore pour lui. Pourtant, il lui faudra bien passer cette étape, surtout que dans plusieurs mois, il me dira oui sous l’hôtel, et me passera la bague au doigt.

« On prendra quelque chose à Fishminster, pour le repas ? »

J’hoche simplement la tête une seconde puis ajoute doucement : « On pourrait peut-être aller manger à la plage après ? J’ai envie d’apprécier le soleil. » Puis continue la route jusqu’à la boutique.

L’odeur d’un parfum de rose nous accueille dans la boutique, d’une décoration baroque, tranchant carrément avec le reste des boutiques du centre. A côté de la boutique d’antiquités, il semblerait que quelqu’un ait tout simplement copier-coller les beaux décors sophistiqués des pubs à la télévision pour l’apposer ici. Les murs semblent être d’un rose un peu pâle, un choix sûrement représentatif de l’amour, alors que s’ajoute un peu partout des chandeliers noirs, dont l’usage semble inutile vue qu’ils sont alimenter par de l’électricité. Une décoration que beaucoup doivent apprécier, mais pas moi.

Un sourire un peu forcé s’affiche sur mon visage, tandis que l’une des vendeuses, une femme de la quarantaine nous accueille avec un sourire charmant. Il doit y avoir assez de mariage pour que la boutique tourne, cependant, elle semble presque surprise de nous voir. Il faut admettre qu’un couple homosexuel doit toujours surprendre, mais dans son regard il semblerait même qu’elle croit qu’il ne s’agit que du marié et de son meilleur ami. Peut-être que son esprit l’oblige à croire cela, une vérité plus simple à imaginer que simplement deux hommes qui s’aiment.

La femme sourit alors et après s’être présentée, avoir demandé ce que nous désirerions pour orienter nos choix, nous affubla de plusieurs montagnes de costumes et nous laissa seuls pour l’essayage. Il semblerait qu’elle n’apprécie que de moitié notre présence, mais un client est un client, non ? Décidant de faire passer Monroe en premier, je m’assois donc sur une sorte de banquette noire chic et fixe la cabine d’essayage en essayant d’imaginer à quoi il pourra bien ressembler en sortant. Je n’ai malheureusement pas eut beaucoup l’occasion de le voir en costume, vue qu’il n’apprécie que très peu ce type de vêtements.

« Chouette déco non ? » que je lance, sur le ton de la conversation, juste pour essayer de le déstresser un peu. Ma main, vagabonde sur la banquette, puis consulte un magazine brièvement avant d’enfin le voir apparaître. Le costume ne semble pas encore ajusté, mais c’est un bon début, bien que la couleur rende sa peau encore plus pâle.

« Une couleur moins forte t’irais mieux, comme le gris par exemple. Tu tiens à mettre du noir ? Je ne trouve pas que ça t’amincis mais…on dirait un vampire. » Un clin d’œil amusé dans sa direction, et je décide finalement de me lever pour venir le contempler de plus près. Ma main, téméraire se pose sur le tissu près de l’épaule droite, tirant dessus.

« Hum, tu veux jusqu’à tenter la cravate où non ? » Une cravate bleue, pour faire ressortir ses yeux, serait merveilleuse. Un sourire amusé se pose alors sur mes lèvres lorsqu’il mentionne une voile de bateau. Lui et son amour propre est une chose assez amusante, du moins, il vaut mieux en rire qu’en pleurer non ?

« Arrêtes tes bêtises, et elle est pas trop grande non, c’est juste que t’as pas l’habitude. Puis pour la muscu…disons que je crois pas que ça fasse quelque chose dans tous les cas. Mais tu peux toujours t’y mettre, je dis pas non ! »
 Après l’avoir délaissé, je me dirige vers un porte manteau, ou la femme à accroche mon futur costume. Je compte bien sûr en essayer plusieurs, mais autant dire que comme je m’habilles presque tous le temps au travail de costume, le choix est moins compliqué. Je lui montre de loin plusieurs tenues, la première est un costume assez cintré très beau, avec une cravate bleue, l’autre beaucoup plus chic, et sûrement plus cher, avec une cravate noire, tandis que le dernier est carrément blanc et beige. Je souris doucement et ajoute :

« Eh bien, ça dépendra de ce que toi tu portes, mais je préfère le beige je crois. Et puis, faut bien que quelqu’un soit en blanc non ? Sauf si tu veux porter une robe…j’en ai vue quelques-unes pas mal… »

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Mar 9 Aoû - 9:44

Let me kiss you hard in the pouring rain
Cassandre & Monroe
« On pourrait peut-être aller manger à la plage après ? J’ai envie d’apprécier le soleil. » Tu as hoché la tête, un instant. S’il voulait. Si c’était ce qu’il souhaitait. Peut-être même que tu pourrais profiter un peu de l’eau, si le cœur t’en disait. Si le temps restait clément.
Tu as doucement soufflé, avant d’entrer dans la boutique. Regard à peine émerveillé de la part du brun tatoué qui t’accompagnait. Tu as haussé un sourcil, surpris que le décor ne s’accorde pas avec ses idées de princesse esseulée. La chose t’étonne. Tu l’avais imaginé excité, rien qu’à l’idée. Tu t’étais dit qu’il ne pourrait pas tenir en place. Qu’il allait te harceler. Mais non. Rien de tout ça. Peut-être qu’il attend que la dame disparaisse ? Peut-être qu’il attend un peu de tranquillité, pour s’accrocher un peu plus à ce que tu pensais être une réalité ?
« Chouette déco non ? » te lance-t-il, alors que tu troques une chemise contre ton tee-shirt. « Comme une boutique de mariage, j’dirais. » répliques-tu, peut-être un peu perdu. « Ça ne te plait pas ? » enchaînes-tu, avant d’enfiler un pantalon pour cacher tes jambes trop maigres. Tu as essayé de t’arranger un peu face au miroir, avant de sortir, pour te montrer au garçon. « Une couleur moins forte t’irait mieux, comme le gris par exemple. Tu tiens à mettre du noir ? Je ne trouve pas que ça t’amincit mais…on dirait un vampire. » Tu as ri un peu, avant de lui faire une grimace, dévoilant tes canines. « T’as pas peur que j’te morde ? » lances-tu, légèrement amusé. « Non mais oui, peut-être que le noir n’est pas une bonne idée. » Une confession, alors que tes épaules s’affaissent légèrement. La main du tatoué vient s’y déposer, alors qu’il te murmure encore quelques mots. « Hum, tu veux jusqu’à tenter la cravate ou non ? » Tu lui as offert une moue légère. « Tu crois que c’est une bonne idée, toi ? » demandes-tu. Peut-être que tu n’es pas convaincu. Peut-être que tu as peur de faire trop stricte, trop coincé. Peut-être que les doutes ressurgissent doucement, au fond. Est-ce que tout cela n’allait pas simplement ressembler à une grande blague ? Une bien ridicule mascarade ?

« Arrête tes bêtises, et elle est pas trop grande non, c’est juste que t’as pas l’habitude. Puis pour la muscu…disons que je crois pas que ça fasse quelque chose dans tous les cas. Mais tu peux toujours t’y mettre, je dis pas non ! » Tu as doucement souri. « J’y crois pas trop non plus, je te l’avoue. » Ton corps n’était pas fait pour ça. Ton mode de vie non plus.
Et voilà qu’il disparait, pour choisir comment s’habiller. Tu as patienté, un instant. Pour essayer de te l’imaginer. Peut-être que ce n’était pas bien compliqué. Peut-être que ce n’était pas si compliqué. Mais peut-être t’imaginais-tu une ambiance différente de celle qui se dégageait de son costume de travail. Tu as suivi du regard ceux qu’il te montrait, sans vraiment réussir à te l’imaginer. Sans vraiment y parvenir. Alors, tu as préféré lui demander. « Eh bien, ça dépendra de ce que toi tu portes, mais je préfère le beige je crois. Et puis, faut bien que quelqu’un soit en blanc non ? Sauf si tu veux porter une robe…j’en ai vue quelques-unes pas mal… » Tu lui as fait une grimace en roulant des yeux. « T’sais, y’a p’t-être des gens que j’connais qui viendront, ‘fin … J’vais pas enfiler une robe non plus, quoi. Puis j’suis trop plat, elle risquerait de tomber. » argumentes-tu. Peut-être que tu cherches à doucement le taquiner, toi aussi. « Et si je tentais du blanc, moi aussi ? J’veux dire, et si j’essayais une veste blanche, et .. Une chemise bleue ? Peut-être pas intégralement bleue, ‘fin heu .. bleu-lagon, je sais pas, mais au moins un peu ? Puis on est au XXIème siècle, non ? On n’est pas obligé de faire un mariage comme à l’époque de nos grands-parents. » Déjà qu’on ne vous laisserait plus poser un doigt de pied dans une église, rien qu’en vous voyant. Alors peut-être qu’il était temps de casser les codes. Peut-être que c’était le moment pour respirer un peu, pour laisser les choses aller. « Enfin, rien ne t’empêche de mettre du blanc aussi, hein. Et moi d’essayer le gris. » proposes-tu, avant de regarder les costumes qui vous entouraient. « ‘fin, t’en pense quoi ? J’essaie, tu essaies, et on regarde après ? » proposes-tu, avant de te relever de la banquette sur laquelle tu avais fini par te laisser tomber. « J’crois que sinon, on s’en sortira jamais. » Et peut-être que tu avais peur de perdre patience. Peut-être que tu avais peur de te laisser décourager, alors que tu étais censé être excité à l’idée de préparer le plus beau cauchemar de ta vie. Tes épaules s’affaissent un peu, alors que ton courage retombe aussi vite qu’un soufflet au fromage. Et tu as filé te changer dans une des cabines, pour éviter de te mettre à déprimer. Pour éviter de te sentir trop vite lassé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Jeu 25 Aoû - 3:55

Le début d'une nouvelle vie.  Monroe ♥Parler de vêtements de mariage avec lui semble un peu comme un rêve un peu trop délicieux et étrange. Ce type de rêve que vous faites qui vous donne l’impression que tout est si beau, comme vous le désirez vraiment. Seulement, à vos yeux, un détail semble presque trop irréel, trop étrange pour que cette utopie s’avère en réalité vraiment parfaite. C’est un goût étrange que de toucher du doigt un instant pareil de bonheur, avec la perspective d’un futur ni sanglant, ni horrible.

« La cravate c’est bien. » que j’ajoute à la discussion, un bref clin d’œil à son égard. Il semble très mal à l’aise, et à vrai dire, son monde n’a jamais été d’aller dans les boutiques ou même de parler vêtement de mariage. C’est comme si on l’avait plongé là pour finalement le livrer à lui-même. Autant l’aider donc, vu qu’il semble un peu désorienter.

« Je te propose du gris alors, c’est mieux. Tiens regarde celui-là. » Lentement, je lui tends un costume gris, vraiment magnifique. La couleur fera l’amincira sûrement moins que le noir, qui fait presque cadavre avec lui. Un léger sourire s’incruste sur mon visage alors que je lance amusé :

« T’en fais pas tu vas pas ressemble à un idiot hein. Je sais que tu dois pas avoir l’habitude d’en porter des costumes » A l’inverse de moi qui suis presque né avec ce type de vêtements. Au fond, nos deux mondes sont si distants l’un de l’autre, que c’est presque un vieux remake de Pretty Woman. Une histoire triste, qui pourtant aura peut-être une fin heureuse ? L’union d’un vagabond à l’âme éphémère avec l’artiste emprisonné.

Dans un coin de la pièce, la vendeuse est apparue pour écouter tout en rangeant, une oreille néanmoins polie, qui semble simplement vouloir dire : je suis là en cas de besoin. Et elle semble bien comprendre que Monroe est complètement paniqué, un peu perturbé sur les multiples choix. Au final, pour suivre un peu son idée, j’essaie le costume beige. Se confronter à l’œil de l’autre sera peut être un bon déclic, et peut être qu’après plusieurs essayages, nous trouverons la combinaison parfaite pour nous deux.

L’intérieur de la cabine est vraiment agréable, un grand miroir sur pied est posé dans un coin, de manière à combler l’angle, alors qu’une sorte de lustre avec des perles illumine l’intérieur d’une lumière blanche très vive. Les murs sont blanc, une imitation de brique vraiment agréable, alors que le sol est en pavé beige. Une sorte de décoration mondaine et épurée, proche de celle à la française au final.

La France, et Versailles, la destination que je réserve d’ailleurs à Monroe pour la lune de miel. Enfin, à condition qu’il réussisse à aller jusqu’au mariage sans mourir de peur ! Après avoir enfilé la chemise blanche, et le veston ainsi que la veste beige, je m’attarde sur la cravate, prêt à parier que Monroe lui ne sait même pas comment faire un nœud. Une fois habillé, sans les chaussures pour l’instant, je ressors donc timidement, le fixant un peu émerveillé. Le gris est sa couleur, c’est certain. Sur lui, ses yeux ressortent d’autant plus, et la couleur bleu de la cravate semble être parfait pour sa couleur de peau.

Bien sûr, tout cela, je ne le mentionne pas vraiment. Il risquerait de ne pas me croire si je le bombarde de tout un tas de compliments comme ceux-ci.

« Tu es…vraiment très beau dans celui-ci. Sauf la cravate, elle est mal mise. » Amusé, j’approche et vient renouer la cravate correctement, la serrant un peu plus qu’il ne l’avait fait au départ. Au fond, avec ou sans, je le trouverais toujours à tomber par terre. Un léger sourire, je me penche ne pouvant pas m’en empêcher, pour poser un doux baiser sur ses lèvres.

« J’ai vraiment hâte de t’épouser tu sais. » Parce qu’après tout, Monroe est l’homme de ma vie. Dans les bons comme dans les mauvais moments. Surtout les mauvais.

« Tourne-toi pour que je vois. Je veux voir les fesses que ça te fait. » un rire s’évade de ma bouche au même moment que je dis ça. Au loin, la vendeuse arrive pour demander de manière courtoise :

« Tout va bien ? Avez-vous besoin d’aide ou de conseils messieurs ? Je trouve que le beige vous va très bien. » qu’elle affirme, avec un sourire presque charmeur. Un sourire à la fois vendeur et qui sous-entend sûrement : quel dommage qu’il soit gay. Et bien à elle cette pensée, car beaucoup de jeune femme me l’ont déjà dit. Son regard un peu curieux, quoique morne se pose sur Monroe, mais son professionnalisme transparaît tout aussitôt pour ajouter :

« Quand à vous, le bleu est certainement un très bon choix pour la cravate. »  
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Mar 30 Aoû - 11:30

Let me kiss you hard in the pouring rain
Cassandre & Monroe
« La cravate c’est bien. » S’il le dit. S’il te dit que c’est bien, alors tu dois faire un effort pour le croire. Pour y croire. « Je te propose du gris alors, c’est mieux. Tiens regarde celui-là. » Tu attrapes le cintre entre tes doigts. Comme un idiot. Comme un pauvre gosse égaré. Tu observes le costume. « Je .. Oui. » lances-tu. Puisque tu as du mal à t’imaginer. Puisque, malgré tout, tu restes dubitatif quant à ta possible crédibilité dans un tel accoutrement. « T’en fais pas tu vas pas ressembler à un idiot hein. Je sais que tu dois pas avoir l’habitude d’en porter des costumes » Tu fais la grimace. Parce qu’il avait raison. Parce que c’était la vérité. « Tu n’as pas dû me voir avec beaucoup de costumes de toute façon, non ? » lances-tu, pour essayer de plaisanter. Pour essayer de te détendre, au moins un peu.
Et voilà que vous vous écartez. Pour prendre le chemin des cabines, pour essayer. Tu te retrouves mal à l’aise rien qu’à te voir dans le grand miroir. Tu observes ton corps maigre, puis le costume entre tes doigts, en te demandant comment tu allais réussir à remplir tout ça. Tu souffles, alors que tu enfiles la chemise. Tu souffles, alors que tu essaies de retrouver l’arrangement dans lequel on t’avait présenté le vêtement – et tu aurais presque été soulagé si tu avais trouvé une grande fermeture à l’arrière, pour mieux t’y glisser. Tu souffles, alors que, du bout de tes mains tremblantes, tu essaies de faire ce maudit nœud de cravate. Tu essaies, un instant, en t’efforçant de ne pas t’énerver. En t’efforçant de ne pas l’envoyer valser. Tu es sorti, alors que tu t’imaginais avoir quelque chose qui semblait plus ou moins convaincant.
Dehors, il y avait Cassandre. Pieds nus – tout comme toi, en fait. Cassandre dans son costume beige. Il est beau. Il est beau, ainsi. Prestigieux. Voilà les mots qui te viennent à l’esprit. Insuffisants, peut-être, pour exprimer réellement ton ressenti. « Tu es…vraiment très beau dans celui-ci. Sauf la cravate, elle est mal mise. » Tu t’es senti rougir, alors que tu baissais la tête. Comme si tu essayais de te concentrer un peu plus sur le bout de tissu noué autour de ton cou. Tu as relevé les mains, pour essayer de la remettre convenablement. Pour essayer de t’arranger. Un mouvement de la part du garçon. Ses doigts, bien plus habiles que les tiens, viennent correctement renouer ta cravate. « Mmh .. Merci. » as-tu soufflé. « C’est .. serré. » que tu as tout de même marmonné – parce que c’était toujours un peu agréable de ronchonner – juste avant qu’il ne te colle un baiser. « J’ai vraiment hâte de t’épouser tu sais. » Tu as souri, d’une manière un peu idiote, peut-être. « Non, c’est vrai ? J’avais pas encore compris toutes ces choses-là, tu sais. » répliques-tu. Pour le taquiner. Parce qu’au final, tu l’avais toujours su. Parce que tu avais fini par comprendre que c’était quelque chose d’important pour lui. Et toi, dans tout ça ? Peut-être que tu finissais par t’habituer à l’idée. Peut-être même que ça te plaisait. Et peut-être que oui, au fond, toi aussi, tu étais pressé à l’idée d’officialiser. Même si tu flippais. Même si tu paniquais rien que d’y songer. Même si tu craignais de tout faire foirer.

« Tourne-toi pour que je vois. Je veux voir les fesses que ça te fait. » Tu lui as adressé ton regard le plus offusqué. Ton doigt est venu se poser sur son torse, pour doucement le repousser. « Hors de question, Monsieur ! Je serais chaste et pur jusqu’à ce que Monsieur le Maire veuille bien nous recevoir. Fais de même. » as-tu balancé à son attention, taquin. Tu ris. Tu ris, avec lui.
« Tout va bien ? Avez-vous besoin d’aide ou de conseils messieurs ? Je trouve que le beige vous va très bien. » lance alors une voix. Tu sursautes légèrement, avant de te reculer un peu, en apercevant la vendeuse. Son regard bascule entre vous. Comme si elle venait de comprendre. Comme si quelque chose que tu ne pigeais pas vraiment était en train de se dérouler. « Quant à vous, le bleu est certainement un très bon choix pour la cravate. » Tu as répliqué avec un léger sourire. « Merci, c’est .. gentil. » Peut-être que ce n’était pas le terme approprié. Peut-être que ce n’était pas ce qu’il fallait dire, mais tu espérais que ça suffisait.
« Tu penses que ça va, Cass’ ? Pour nous deux ? Tu crois qu’on peut partir sur ça ? » demandes-tu, à l’attention de ton amoureux. Peut-être qu’il voulait arranger quelques détails. Peut-être qu’il voulait changer quelques choses avant de se décider. « Tu crois que y’a des trucs à ajuster ou .. Ou c’est bon ? » Que ce soit la vendeuse ou lui, ils étaient plus compétents que toi pour répondre à de telles questions. Ils étaient plus doués avec toutes ces choses. Toi, tu semblais presque te contenter de réciter quelques phrases tirées d’une série télévisée. « T’en penses quoi, hein ? » demandes-tu, une dernière fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Ven 9 Sep - 17:12

Le début d'une nouvelle vie.  Monroe ♥« Tu n’as pas dû me voir avec beaucoup de costumes de toute façon, non ? » Un sourire espiègle se pose sur mes lèvres alors que je le fixe un peu surprit. Non, en réalité c’est plutôt une question rhétorique, cela ne peut pas vraiment être autrement.

« Non t’as raison, t’es plutôt branché t-shirt depuis qu’on se connaît. » En réalité, bien que mes parents aient toujours voulu que je m’habille classe, j’ai une tendance à préférer les choses simples également. En plus de cela, les costumes sont bien plus difficiles à enfilés, et enlevés !

Après quelques instants, je parviens à lui nouer sa cravate, chose qu’il juge trop « serrée », ce qui ne manque pas de me faire sourire. Il n’a pas l’habitude, mais ça viendra peut-être, et si ce n’est pas le cas, Monroe sera toujours libre de l’enlevée en secret dans mon dos lors du mariage. Je tâcherais même de ne pas le remarquer, pour lui offrir cette liberté. Après tout, il a fait déjà pas mal d’effort depuis le début, et avec cette histoire de mariage, c’est un effort de plus. Les choses ne doivent pas fonctionner que dans un sens, non ?

Une fois la demoiselle repartie, je ne manque pas d’ajouter :

« Toi chaste ? » Face à sa dernière réplique. En fait, si je ne l’ai pas dit plus tôt, c’est principalement car je doute que la jeune femme ait apprécié de voir deux hommes flirter. Et puis, Monroe n’est sûrement pas à l’aise non plus avec ce genre de chose encore. En dehors de se tenir la main, et de baisers volés, il n’a jamais vraiment fait le premier pas ou quoique ce soit. Alors parler ainsi devant quelqu’un serait probablement gênant.

Lentement, je viens l’enlacer, encore dans mon costume gris, pensant une seconde que celui-ci est tout simplement parfait, et qu’il est inutile d’essayer quelque chose d’autres. Je murmure à son oreille :

« Oui c’est super. Mais tu m’as toujours pas montré tes fesses. » Un sourire espiègle encore sur mon visage alors que je pose un baiser sur sa joue pour m’éloigner, le scrutant afin de le mettre mal à l’aise. Voir ses joues rougir involontairement est toujours très satisfaisant.

« Par contre, je doute que tu veuilles y aller pied nue. Choisis des chaussures. » Le minimum, un costume et des chaussures, et ensuite, je lui prêterais peut être des boutons de manchettes histoire que la tenue soit complète. Mais ces petits détails n’ont pas forcément leur importance à ses yeux à lui. Juste aux miens. J’ai toujours imaginé mon mariage comme une institution parfaite, ou tout sera époustouflant, y compris mon futur époux.  

Rapidement, je me dirige vers deux paires de chaussures, et enfile une chaussure de chacune des paires pour effectuer une comparaison.

« Lesquelles ? » que je demande à Monroe brièvement. Après tout, ce ne sont que des chaussures, très certainement très couteuses en réalité, mais juste des chaussures, donc un choix pas si crucial que ça. Pour une femme, cela aurait sûrement pris des heures au fond.  

Tandis que je mets debout, j’avance vers un grand miroir pour regarder mon reflet et juger de la paire qui conviendrait le mieux. La première est très classique, mais la forme n’est pas forcément très discrète, tandis que l’autre, sur le pied gauche l’est beaucoup plus, dans une matière plus douce et moins voyante.

« Je crois que celle-ci est mieux non ? » Je suggère en levant à peine mon talon gauche du sol, lui montrant la paire concernée. Après ce choix-là, nous pourrons partir et peut être aller manger sur les quais comme il était convenu.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Sam 10 Sep - 21:33

Let me kiss you hard in the pouring rain
Cassandre & Monroe
« Non t’as raison, t’es plutôt branché t-shirt depuis qu’on se connaît. » Tu as souri, un peu idiot. « J’aime ça. » que tu te contentes d’ajouter. Tu aimes ça, toi, de ne pas te compliquer la vie. D’enfiler un tee-shirt, des fringues qui flottent autour de toi. C’est toujours plus simple. Tu peux t’habiller tout seul, en plus. Tu n’as pas besoin de Cassandre pour enfiler ton tee-shirt, pas comme il a besoin de venir te nouer la cravate, actuellement – bon, c’est toujours agréable lorsqu’il t’aide à le retirer. Tu tires un peu sur le bout de tissu, comme si ça allait t’aider à un peu mieux respirer. La vendeuse va et vient, sans que tu n’y fasses vraiment attention, au fond. « Toi chaste ? » lance ton amoureux. Tu lui fais les gros yeux. Comme si c’était une évidence. Comme si tu n’étais que pureté. « Absolument. » déclares-tu, avec le plus grand des sérieux. Ses bras s’enroulent autour de toi. Un instant, tu te laisses aller un peu à l’étreinte. Tu te blottis un peu contre lui, lorsque tu remarques que la vendeuse est hors de vue. « Oui c’est super. Mais tu m’as toujours pas montré tes fesses. » Tu as fait la moue, alors que vos corps s’écartaient. « Putain, sérieux ? T’es chiant avec ça. » que tu as tout de même grogné, en baissant la tête pour qu’il évite de voir tes joues colorées. « J’vais finir par croire que tu aimes bien tout gâcher. » Comme s’il fallait toujours qu’il soit porté sur le cul en publique. Comme s’il fallait toujours qu’il vienne te titiller, et vous afficher. Tu inspires, profondément. Pour ne pas te laisser emporter. Pour ne pas craquer maintenant.
« Par contre, je doute que tu veuilles y aller pieds nus. Choisis des chaussures. » C’est comme un ordre. Tu as regardé les chaussures un moment, en songeant amèrement au confort de tes vieilles Vans. « Lesquelles ? » Ses paroles te tirent de tes réflexions. Tu as tourné la tête vers lui, avant de baisser le regard vers ses pieds« . Tu as hésité un instant. Sans vraiment parvenir à te décider. Et soudain, un des talons se lève, comme pour se mettre en évidence. « Je crois que celle-ci est mieux non ? » Tu souris, un peu. « Prends ce qui te plait. Celle de gauche est très jolie. » lances-tu, en souriant. De toute façon, tu n’as pas vraiment envie de te prendre la tête. Tu préfères te concentrer sur d’autres détails. De toute façon, tu étais déjà presque certain qu’il avait déjà choisi. Lui dire oui ne servait qu’à approuver quelque chose de déjà établi. Quelque part, tu admirais son aise. Tu admirais sa facilité à choisir ce qui lui allait, ce qui lui plaisait, en quelques minutes seulement. Dans un tel magasin, tu étais bien incapable de ce genre de prouesse. Alors, tu es retourné choisir tes chaussures. Tu as regardé ce qu’on te proposait pendant un moment. Finalement, tu as tendu une main, pour attraper une boîte. Quelque chose de guère compliqué. Quelque chose que tu trouvais malgré tout élégant. Tu t’es posé devant la glace, avant de tourner la tête vers Cassandre. « Avec ça, ça va ? J’ai pas l’air d’un hobbit ? » Gamin complexé. Gamin compliqué. Il faut croire que c’était compliqué d’accepter ton corps trop maigre et long – parfois, tu en arrives même à te demander si on ne t’a pas étalé avec un rouleau à pâtisserie, le jour de ta conception. Peut-être même que Cassandre répète le rituel chaque nuit, pour te laisser cette forme plate et allongée. « Allez, j’trouve que ça va bien ensemble. » que tu lances, avant de t’asseoir, pour t’en débarrasser. Tu as souri, plutôt satisfait, avant de retourner te cacher derrière le rideau de la cabine d’essayage. Tu as retrouvé tes fringues confortables, presque avec soulagement. Tu es ressorti, ta tenue de mariage entre les doigts. « Ça, c’est bien, aussi. » que tu lances, en désignant ton ensemble jean/tee-shirt. Tu as l’impression de pouvoir respirer, un peu. Tu as l’impression de te sentir bien mieux. « Allez, va te changer, toi aussi. J’ai grave la dalle, j’veux qu’on aille manger. » ajoutes-tu, en le poussant jusque que dans la cabine. Pour une fois. Pour une fois que tu as envie de manger. Pour une fois que tu proposes même de vous alimenter. Et peut-être que tu veux sortir, aussi. Peut-être que tu veux quitter les lieux le plus vite possible, déguerpir, et retrouver la vie un peu tumultueuse que tu connaissais. Une existence malgré tout routinière, et que tu préférais.
Tu laisses Cassandre gérer les quelques détails avec la dame, comme un gosse avec sa mère – ce n’est pas comme si tu avais envie de t’y mêler, de toute façon. Ensuite, tu l’as attrapé par le bras, pour le tirer jusqu’à l’extérieur. « Libertéééé. » que tu as braillé, en inspirant profondément. « Tu sais quoi ? C’est déjà un bon truc de réglé, non ? » Peut-être que ce n’était rien. Peut-être que le plus chiant arrivait, avec des conneries comme des faire-part et des plans de table trop compliqués. « Pas vrai ? » que tu demandes, pour te rassurer.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Ven 7 Oct - 23:05

Le début d'une nouvelle vie. Monroe ♥« Prends ce qui te plait. Celle de gauche est très jolie. » que finit de dire Monroe concernant les chaussures. Avec un sourire je finis par les choisir, conscient que ce type d’activité n’est pas son fort. Après tout, des essayages en boutique, ce n’est pas spécialement ce que Monroe fait facilement. La plupart du temps et depuis ses cinq années, il utilise mes vêtements comme les siens. C’est un peu amusant à y réfléchir, car mes vêtements ne sont pas forcément similaires à son style vestimentaire.

Une fois Monroe en tenue complète, il se contemple dans le miroir, demandant mon avis comme pour une énième fois être sûr de la bonne marche à suivre. Tel un enfant qui souhaiterait élargir son champ des possibles, sans savoir quelle règle il lui est permet d’enfreindre sans se faire disputer trop fort. C’est assez amusant, et je m’approche pour murmurer à son oreille, tendrement et d’une voix la plus rassurante possible :

« Tu es très beau ainsi. » Pas d’histoire de hobbit ou de quoique ce soit d’autres, voir mon fiancé ainsi vêtu, et rien que l’idée du futur mariage suffit à me donner un immense sourire. Aimer c’est parfois très peu, et rien que l’idée d’un engagement réel vaut plus que mille mots et mille et une promesses. Ce mariage est quelque chose d’inédit, un changement dans nos vies respectives, et la promesse d’un respect mutuel, qui pour le moment s’est fait très rare. Plus de tromperies, plus d’alcool, plus de drogues, uniquement nous deux, dans un matériel brut, un peu incertain mais tellement précieux.

Après quelques instants de contemplation, le moment est venu de quitter la boutique, et j’obéis en allant immédiatement enlever le costume et remettre mes vêtements initiaux. Plus confortables sans doute, et plus passe partout pour aller manger en bord de mer sans doute. Je reviens le costume à la main en souriant de la remarque de Monroe.

« T’es sur ? Pas de costume chic pour m’emmener manger des frites ? » Sans plus attendre, je me dirige vers la caisse après que la vendeuse ait récupérer le tout et commencée à plier les vêtements. De belles grosses boites, semblables à celles que l’on voit dans les films comportent désormais les deux costumes, ainsi que deux petites boites pour les chaussures. Le montant est assez exorbitant pour ne pas l’écrire ici, mais je sors immédiatement ma carte pour payer.

« Tu as envie de manger un truc en particulier ? Moi je crois que des frites… » Une moue un peu coupable se pose sur mes lèvres tandis que je compose le code à quatre chiffres et que la vendeuse rappel d’une voix presque nonchalante quelques détails sur les échanges possibles ou les retours. Rien de bien intéressant, et après avoir jugé les achats complet pour les tenus, je sors de la boutique, les boites, du moins une partie, en main. Direction la voiture pour tout déposer dans le coffre.

« Ouais t’as raison, c’est le plus dur en réalité, et pour le reste t’en fais pas ça ira. C’est pas un mariage royal qu’on va faire. » Un clin d’œil pour le rassuré tandis que je pose déjà les boites dans le coffre de la voiture.

« Bon, on va manger un bout ? »
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain. Dim 23 Oct - 21:19

Let me kiss you hard in the pouring rain
Cassandre & Monroe
« Tu es très beau ainsi. » Un sourire large comme l’horizon s’étend sur ses lèvres. Tu essaies, toi aussi. Juste pour témoigner d’un peu d’assurance. Juste pour être assez sûr de toi. Tu n’oses pas trop te projeter. Tu n’oses pas trop te lancer. De peur de finir effrayé. De peur de craquer, et d’essayer de t’évader.
Se changer. Se changer pour s’enfuir à deux. Pour aller profiter un peu de l’été. Pour profiter du vent sur ton visage et du sable chaud sous tes pieds. De la mer qui fouette les jambes, et des rires des enfants déchainés. « T’es sur ? Pas de costume chic pour m’emmener manger des frites ? » Tu ris doucement en secouant négativement la tête. Pas de costume chic pour l’emmener manger des frites, non. « T’es tellement un bébé que j’aurais peur que tu te salisses. » souffles-tu. Tu le taquines. Tu te laisses aller à un peu de plaisanterie. En attendant que ton amoureux se dirige vers la caisse. En attendant que vous soyez libéré de ce milieu qui commençait sérieusement à t’étouffer. « Tu as envie de manger un truc en particulier ? Moi je crois que des frites… » Tu fronces les sourcils, sans vraiment comprendre où il voulait en venir. « Bah fish & chips, ça ne te va pas ? On va pas grossir au point de ne plus rentrer dans nos costumes, tu sais ! On a de la marge. » lances-tu, en riant. Surtout toi, en fait. Surtout toi et ton manque d’appétit effrayant.
L’air a tout de même fini par venir caresser ton visage. Ton soulagement s’est traduit en une exclamation. Tu es mené tes boîtes jusqu’au coffre de Cassandre, avant de laisser échapper quelques interrogations. « Ouais t’as raison, c’est le plus dur en réalité, et pour le reste t’en fais pas ça ira. C’est pas un mariage royal qu’on va faire. » Tu souffles de soulagement, avant de sourire au clin d’œil qu’il t’adresse. « Tant mieux. J’commençais presque à m’inquiéter, tu sais. » lâches-tu. « Je n’arrive même pas à savoir si j’ai hâte que le jour arrive … J’crois qu’au fond, j’reste terrifié quand je vois ce qu’il faut faire encore. » Mais tu as envie que ça réussisse. Tu veux que ça réussisse. Pas vrai ? Tu veux que les choses aboutissent. Comme si ça allait te permettre de trouver un semblant de stabilité.
« Bon, on va manger un bout ? » Et toi, toi tu te contentes de hocher la tête. Tu te contentes de lui sourire, avant de timidement lui attraper les doigts. Avant de te coller peut-être doucement à lui, à son flanc. Tu l’emportes avec toi. Tu l’emportes vers la boutique que tu avais repérée il y a quelques temps déjà – et dont la réputation ne semblait plus à faire à Tenby. Et sur l’instant, tu te sentirais presque enfin chez toi. Tu te sentirais presque enfin soulagé d’être simplement toi.

Fin


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain.

Revenir en haut Aller en bas

CASSANDRE (+) Let me kiss you hard in the pouring rain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-