AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Dim 17 Juil - 5:42


Dès qu’elle avait reçu son ordre de mission, Lylou l’avait relégué au fond du tiroir de son bureau. De toute manière, elle n’en avait pas besoin pour mémoriser les éléments essentiels indiqués sur la feuille officielle frappée du sceau de l’armée de l’air britannique. Et surtout, poser régulièrement les yeux dessus ne ferait que lui rappeler avec force que l’heure du départ sonnerait bientôt. Inexorablement, le compte à rebours avait commencé. Son supérieur hiérarchique direct lui avait promis deux mois pour se rendre au chevet de sa grande soeur qui était dans le coma… Et il ne lui avait rien laissé de plus. Bien entendu, la jeune femme s’y attendait parfaitement. Il n’en demeurait pas moins vrai que c’était un véritable coup dur pour elle, qui ne demandait qu’à rester auprès de sa famille pour soutenir chacun de ses membres. Malheureusement, elle savait qu’elle ne pourrait absolument rien y faire. Il s’agissait de l’armée, pas d’un jeu… Elle ne pouvait certainement pas imposer ses conditions, surtout dans un monde aussi instable que le leur, dans lequel même les pays dits puissants craignaient le pire. Le seul moyen pour elle de rester un peu plus longtemps à Tenby, c’était de prétexter un deuil. Mais ça, elle ne pouvait vraiment pas le faire… Non seulement parce que quelqu’un risquait de découvrir qu’elle avait menti, mais aussi et surtout parce que si un jour maudit elle perdait vraiment sa soeur, elle ne pourrait même pas demander une permission pour cette raison. Alors elle s’était résolue à repartir, commençant déjà à entasser un peu d’affaires dans sa valise. En temps normal, elle n’était pas aussi réticente. Bien sûr, elle aimait retrouver sa ville, ses parents, le peu d’amis qu’elle avait, la tranquillité environnante, un minimum de liberté de mouvement… Mais elle aimait aussi son travail, la sensation unique dans les airs, ses collègues dévoués à leur patrie et même l’ordre imposé dans l’armée. Oui, Lylou rechignait rarement à reprendre du service. Mais ces temps-ci, c’était différent. Elle s’en voulait d’abandonner ses parents et même, quelque part, son frère. Certes, la vie devait continuer… Mais c’était tout simplement inhumain de les plonger dans l’inquiétude pour l’autre fille de la famille. Alors ce n’était certainement pas le fait qu’elle n’avait pas le choix qui pouvait remonter le moral de la militaire.

Toutefois, elle s’efforçait de le cacher et de faire comme si de rien n’était… Déjà, c’était dans son caractère de ne pas trop montrer ce qu’elle ressentait. Mais surtout, elle ne voulait pas imposer sa « tête soucieuse » à ses parents. Ils la tiraient déjà bien assez pour tout le monde… Pourtant, c’était difficile de donner le change et dès qu’elle retournait dans sa chambre, Lylou laissait tomber le masque. Elle n’avait pas la moindre envie de sourire. L’état d’Echo avait beau être stable, elle ne pouvait s’empêcher de se dire que, si ça se trouvait, il se dégraderait brusquement quand elle serait loin de Tenby. Cette possibilité l’horrifiait, c’était aussi simple que ça. Même si elle obtenait à nouveau une permission pour se rendre auprès des siens, elle n’aurait pas pu être là pour les derniers instants. En s’engageant dans l’armée, elle n’avait certainement pas songé à d’éventuels drames comme celui-là… Elle avait déjà perdu ses parents biologiques, alors elle voulait penser à tout sauf à la disparition d’une personne appartenant à sa famille adoptive. D’ailleurs, elle avait commencé à prévenir son entourage : ses parents, son frère, Jesse, Emrys, Leslie… Mais elle avait préféré le faire par textos plutôt que d’aller les voir, pour ne pas avoir à faire semblant. C’était fatigant, à force… Découragée, la Galloise broyait un peu du noir dans sa chambre. C’était le début de soirée et elle se tournait les pouces, après s’être entraînée la moitié de la matinée et après avoir passé l’après-midi à l’hôpital. Il fallait qu’elle se secoue un peu. Elle n’avait pas envie de regarder un film, ni de se gaver, ni même de faire quelque chose de beaucoup plus intense… Marcher un peu l’aiderait peut-être à remettre de l’ordre dans ses pensées. Elle quitta ses draps pour enfiler un short en jean, avec le premier haut qui lui tomba sous la main. Puis elle attrapa son sac à main au cas où, descendit les escaliers et prévint ses parents qu’elle sortait. Il faisait encore jour et elle se réjouit de ne pas être restée enfermée. Sans but, elle se mit à errer dans les rues… Et tout naturellement, sans qu’elle l’ait spécialement voulu, ses pas la menèrent devant la maison des Griffiths. Après avoir un peu hésité, elle s’approcha pour sonner. Heureusement, ce fut sur Jesse que la porte s’ouvrit. Elle se blottit directement contre lui, preuve qu’elle cherchait du réconfort. « Salut… »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 666
POINTS : 1520
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Jeu 28 Juil - 0:37

You know, it's nothing new
Bad news never had good timing
Then, circle of your friends
Will defend the silver lining

Garder la foi. Ce n'est pas facile quand on observe le monde qui nous entoure. Des drames, il s'en passe par milliers et si certains nous touchent plus que d'autres, c'est une totale remise en question quand ils viennent nous frapper de plein fouet. Alors je questionne et j'attends des réponses. Parfois, elles arrivent, parfois les signes sont trop mystiques pour être interprétés. Des drames, il s'en passe tous les jours et dernièrement, c'est mon ami Lylou qui est atteinte par ces derniers. Sa soeur est malheureusement toujours inconsciente, stable, mais sans un signe qui pourrait encourager une guérison. Aucune raison d'être optimiste sur son état, aucune raison de continuer à espérer une amélioration, même si c'est cette note que j'aimerais continuer à penser. Je déteste voir les gens auxquels je tiens aussi tristes et je déteste surtout être impuissant face à leur détresse. Je sais à présent que Lylou doit repartir d'ici peu de temps et que ça la bouffe de l'intérieur de devoir abandonner sa soeur dans le coma. C'est une situation que je ne peux pas m'imaginer traverser et j'ai conscience que son ordre de mission se présente comme un cheveu sur la soupe, pour rester dans le politiquement correct.
Depuis qu'elle a annoncé son départ, je ne cesse de penser à une façon de lui rendre la vie un peu moins pénible. Je prie pour sa soeur, bien sûr, mais je ne vois pas ce que je peux faire de plus. Après tout, je ne suis pas le seul à vouloir la voir se réveiller.
C'est décontenancé que je pose les altères avec lesquels je m'entrainais depuis quelques minutes et je saute sous la douche, ne supportant pas de ne rien faire pendant plus de dix secondes. Je soupire sous l'eau et une fois lavé, séché et habillé, je me remets au travail, m'installant sur le fauteuil du bureau faisant face à l'ordinateur. La deadline n'est pas avant quelques jours, mais autant écrire pendant que les souvenirs sont encore frais. L'article concernant la fameuse nuit d'ouverture du Green Fairy. Autant dire que ce n'est pas facile d'être objectif et impartial sur ce lieu lubrique et débauché, mais je fais de mon mieux, laissant de côté mes croyances et mes convictions.
Je profite du calme de la maison pour rédiger l'article, le reste de la famille étant partie rendre visite aux grands-parents vivant à quelques heures de Tenby. C'est calme, mais pas trop non plus. Suffisamment, cependant, pour que j'entende la sonnette retentir à l'autre bout de la maison. Je lâche le travail, content qu'une distraction se présente sans pour autant savoir de quoi il en ressort, encore et je m'avance vers la porte d'entrée d'un pas pressé. Je n'attendais personne donc la surprise est d'autant plus grande quand je vois le visage de Lylou en face de moi. Je n'ai pas le temps de dire un mot que la jeune femme se blottit contre moi et tout naturellement, je referme l'étreinte fermement. « Hey… Salut toi. » Que je dis en guise de la salutation tout en la gardant contre moi quelques secondes supplémentaires. Tout dans ses traits et son regard affirme que ça ne va pas et ce sentiment d'impuissance que je méprise vient de nouveau refaire surface.
Pour ne pas rester ainsi sur le palier, à nous donner en spectacle aux voisins, je m'écarte, rompant l'étreinte, et l'invitant à entrer à l'intérieur. « Viens, rentre… On sera mieux à l'intérieur. » Gardant un bras autour de son épaule, je la guide jusqu'au salon où je l'invite à s'assoir. « Je peux t'offrir quelque chose à boire ? A manger ? » Je pense savoir dans quel état est la jeune femme, mais je n'ose pas vraiment le lui demander directement, ne voulant pas lui démonter le moral davantage. Pourtant, je ne peux pas faire comme si de rien était. Je sais pourquoi elle est comme ça, mais ce n'est pas une raison pour ne pas m'en préoccuper… Au contraire. Après sa réponse, je m'assois à côté d'elle, et je reprends, assez direct. « Tu veux en parler ? » Je préfère savoir tout de suite à quoi m'en tenir, car connaissant la demoiselle, je sais qu'elle n'est pas vraiment du genre à se confier, alors autant savoir tout de suite, si nous allons aborder les sujets délicats ou si je dois faire de mon mieux pour faire en sorte d'orienter la conversation sur autre chose.

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Ven 29 Juil - 4:54


Quand les bras rassurants de Jesse se refermèrent fermement autour d'elle, Lylou se sentit tout de suite un peu moins mal. Et immédiatement, elle avait compris qu'être là était sûrement la meilleure des choses à faire. Pourtant, elle n'avait même pas spécialement prévu son coup. Elle avait simplement eu envie de sortir pour prendre l'air et cesser de remuer de mauvaises pensées dans sa chambre. Elle aurait à peine caressé l'espoir de trouver un peu de réconfort... Quoi qu'il en soit, il semblait que ce concept soit, dans son esprit, plus ou moins directement lié à son ami Jesse. Sinon, pourquoi aurait-elle atterri chez les Griffiths, comme si c'était un réflexe ? Avec la plupart de ses autres potes, elle aimait rire, plaisanter et boire de la bière. Avec Jesse aussi, elle aimait s'amuser, bien sûr... En témoignaient leurs nombreuses photos et tous les souvenirs qu'ils partageaient d'activités à sensations fortes. Mais il savait également être sérieux quand c'était nécessaire, probablement même plus qu'elle, qui avait un peu trop tendance à éviter les terrains dangereux la concernant. La maturité acquise par le journaliste l'aidait sûrement dans ce sens. Il pouvait lui fournir à la fois une oreille attentive, une épaule sur laquelle pleurer ou encore une distraction surprenante. Alors quand il l'invita à l'intérieur, gardant un bras autour de son épaule pour la réconforter un peu, la jeune femme ne fut pas étonnée qu'il soit ainsi prêt à l'accueillir. « Merci » murmura-t-elle simplement, se laissant volontiers conduire dans le salon. Elle s'assit sur le canapé sans s'affaler, désireuse de garder un semblant de contenance. C'était peut-être raté, mais elle ne voulait pas non plus tomber dans l'extrême. Ce n'était pas dans sa personnalité de s'effondrer, même si ça lui arrivait quand elle ne réussissait plus à supporter la situation ni à gérer ses nerfs. Pour l'instant, elle n'en était pas encore à ce point. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle n'éprouvait pas de difficultés à esquisser ne serait-ce qu'un petit sourire à celui qui l'aidait. Mais sa sollicitude lui faisait du bien. Voir que quelqu'un d'autre que les membres de sa famille se souciait d'elle, c'était toujours rassurant. « Non, merci, ça va aller... T'es gentil, mais maman essaye de me gaver depuis que je suis arrivée et elle va s'acharner à le faire jusqu'à ce que je parte. Elle prétend que je ne mange pas assez quand je suis en mission. » Et à chaque fois, c'était la même chose. Lylou répétait qu'elle se nourrissait d'une manière tout à fait convenable, mais que ses entraînements la maintenaient bien en forme. Il fallait toujours qu'elle apaise les inquiétudes de ses proches quand elle était loin d'eux. Au fond, chaque prétexte était bon pour s'enquérir de son état. Et même s'il n'était pas aussi direct que ses parents, la demoiselle savait que Jesse également s'en faisait pour elle quand elle s'envolait loin de Tenby. Voilà pourquoi elle s'efforçait de ne pas le laisser sans nouvelles pendant trop longtemps non plus.

En attendant, quand il n'était pas parti pour couvrir un festival ou préparer un tout autre reportage, Lylou estimait avoir pas mal profité de la présence de Jesse pendant quelques semaines. Et à l'instant précis, elle le faisait encore un peu plus en réclamant comme un bébé du temps, de l'attention et de l'affection... Elle était loin d'être comme ça avec tout le monde, mais il fallait croire qu'un nombre restreint de personnes (se comptant sur les doigts d'une main) avaient la capacité de la pousser à montrer un peu ses faiblesses, à laisser tomber sa lourde carapace qui n'était que factice. Avec ces personnes-là, c'était moins difficile de se laisser aller et de se confier. Pourtant, la militaire avait encore du mal, mais peut-être pour une autre raison. « Je... J'ai pas vraiment envie de t'embêter. » Légèrement embarrassée, elle se triturait les doigts, tout en gardant la tête baissée. Elle savait qu'il la corrigerait, qu'il affirmerait qu'elle ne le dérangeait pas et qu'il était là pour ça. Elle savait même qu'il serait sincère en disant de telles choses. Il n'en demeurait pas moins vrai qu'en s'imposant ainsi, Lylou aurait tout simplement l'impression d'être un boulet. En plus, elle détestait être faible. Pourtant... Pourtant, certaines situations étaient parfois trop complexes pour être affrontées tout seul, sans s'épancher. « Tes parents et ta sœur sont là ? » demanda-t-elle à voix basse, craignant d'être entendue. Elle n'avait absolument rien contre eux. Seulement, si elle avait du mal à se dévoiler à celui qui était l'un de ses amis les plus chers, elle aurait d'autant plus de difficultés à le faire si d'autres personnes étaient dans les parages. Alors, quand elle obtint l'assurance qu'il était seul, elle se détendit un peu. Elle haussa les épaules, avant de les laisser s'affaisser légèrement, signe de découragement. « Tu me connais... J'aime mon travail. J'aime servir mon pays. Mais juste... Rien que l'idée de repartir... J'en ai rarement eu aussi peu envie. » La seule fois où elle avait été déprimée au point de vouloir tout laisser tomber, c'était juste après la mort de Jay. À quoi bon continuer s'il n'était plus là ? Et s'il lui arrivait quoi que ce soit à elle, sa famille surmonterait-elle le drame ? Elle avait été bonne à ramasser à la petite cuillère même si elle n'avait pas passé beaucoup de temps avec Jay. Et puis elle avait fini par redresser la tête, petit à petit, avec le temps - aussi parce qu'elle n'avait pas le choix, parce que son contrat n'était pas terminé et qu'elle aurait fait partie des déserteurs si elle avait quitté l'armée. Et aujourd'hui, la Blake se retrouvait avec le moral dans les chaussettes face à l'horrible éventualité de perdre un autre être cher. « C'est juste que... J'ai peur. C'est normal d'avoir peur, non ? » Elle avait parlé d'une toute petite voix, comme si elle avait honte de ce qu'elle ressentait, ce qui était probablement le cas. « J'ai peur de perdre quelqu'un d'autre. Et... J'ai peur que ça arrive quand je serai à des milliers kilomètres de ma sœur et de ma famille en général. » Lylou n'avait toujours pas redressé la tête et, si elle ne s'était pas à nouveau blottie contre Jesse, ce n'était pas l'envie qui manquait. « S'il y avait un autre deuil... Encore... J'y arriverai pas... C'est vraiment trop... »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 666
POINTS : 1520
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Ven 29 Juil - 17:07

You know, it's nothing new
Bad news never had good timing
Then, circle of your friends
Will defend the silver lining

L'invitant à l'intérieur, je prends mon rôle d'hôte très au sérieux et j'en viens à lui proposer de boire ou de manger quelque chose. Sa réponse étire un sourire sur mes lèvres et je reconnais bien là l'une des caractéristiques premières de nos génitrices. « Je connais bien, je dois avoir le même spécimen ici. Sauf que la raison n'est pas que je ne mange pas assez, juste pas assez bien. Et elle n'a pas tort dans le fond. » Je repense à mes différents voyages aux quatre coins du monde où dans certains cas, la nourriture m'a d'ailleurs rendue malade. Sur ce, je m'assoie aux côtés de la demoiselle sans apporter quoi que ce soit et ce n'est pas plus mal. Vu l'état dans lequel Lylou se trouve, je me serais senti mal de l'abandonner toute seule dans le salon, même pour quelques secondes. Si elle est venue, c'est bien pour une raison. Je m'installe et je pose tout de suite la question qui fâche. Veut-elle en parler ? Je ne la force pas, je ne veux pas la brusquer et j'espère qu'elle sait qu'elle n'a aucune gêne à avoir et que de mon côté, je ferais de mon mieux pour comprendre ces sentiments. Cela dit, la façon dont elle commence n'est pas très prometteuse. Doucement, je relève son menton de la main gauche pour pouvoir mieux la regarder et accessoirement, mieux la reprendre. Je plisse les yeux, faisant mine de la fusiller du regard alors qu'il n'en est rien et je reprends pour la contredire. « Dommage, alors. Parce que tu m'embêtes déjà. » lâche-je en plaisantant pour lui faire comprendre la stupidité de sa remarque. Si nous ne nous voyons pas très souvent à cause de nos métiers respectifs, elle sait pourtant qu'elle ne m'embête jamais et que j'aime nos longues conversations, quelles soient par emails ou en tête à tête comme aujourd'hui. « Plus sérieusement, tu sais que tu ne m'embêtes jamais. » que je reprends pour appuyer le fait que je suis là pour elle si elle a besoin.
De plus, je commence à sentir une ouverture quand la Galloise me demande si nous avons de la compagnie dans la maison. Je secoue la tête d'abord et j'ajoute. « Nope. Je suis tout seul. » Et enfin, viennent les confidences. Je la regarde, je l'écoute et déjà je cherche les bons mots pour la réconforter. Je me repositionne sur le canapé, pivotant pour faire face à la brunette. Les lèvres pincées, je prends les mains de la demoiselle pour qu'elle arrête de les regarder et de se perdre dans ses pensées nocives, même si je la comprends. « Bien sûr, Lou, c'est normal d'avoir peur. C'est de ta soeur dont il s'agit, pas d'un étranger, c'est normal que ça te tienne autant à coeur et que tu craignes l'avenir. » Je m'éclaircis la gorge avant de poursuivre. « Si j'étais dans ta situation, je crois que j'aurais du mal à repartir. Et pourtant, comme toi, j'aime mon boulot. Je veux dire, je vis pour mon boulot… Mais la famille… La famille, c'est sacré. » Et si je ne suis pas spécialement proche de ma soeur cadette, je sais que je considère toutefois ma famille comme les personnes les plus précieuses de ma vie. « Je suis sûr que tu ferais tout pour pouvoir rester auprès d'eux, je te connais. Mais malheureusement, je n'ai pas de solution miracle. » Je me mords l'intérieur de la joue, sachant pertinemment que la militaire n'est pas venue pour que je lui casse encore plus le moral - si c'est possible - alors je me tente à un trait d'humour. « Enfin, je peux toujours t'inviter à nouveau faire de la moto cross et te faire tomber cette fois. Je ne pense pas qu'ils te reprendraient avec une jambe dans le plâtre. » achève-je pour essayer de lui arracher un sourire, aussi minime soit-il.
Je ne sais pas si la tactique est efficace, mais quand elle reprend une dernière fois sur l'éventualité de perdre sa soeur, j'ai le sentiment qu'elle est à deux doigts de craquer, même si elle est bien trop têtue pour se l'autoriser. J'initie une nouvelle étreinte pour qu'elle s'y repose et qu'elle se laisse aller quelques instants. « Shh… Ne pense pas au pire, Lou… » Plus facile à dire qu'à faire, je sais, surtout quand l'état de sa soeur n'a connu aucune évolution en plus de deux mois. « Quoi qu'il se passe, quoi qu'il arrive, tu es en train de vivre l'une des épreuves les plus difficiles de ta vie et permets moi de te dire que je te trouve très courageuse. »

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Sam 30 Juil - 7:59


Saisissant l'occasion donnée pour avoir l'air un peu moins déprimée ne serait-ce que pendant quelques secondes, Lylou hocha la tête en signe d'approbation. « Non mais je suis d'accord avec elle... Il faut trouver un moyen de t'amener à te nourrir plus sainement ! » l'embêta-t-elle. Certes, sans aller dans l'extrême ni se priver de petits plaisirs de temps à autre, la jeune femme prenait généralement des repas plutôt équilibrés. Et si elle se plaisait à en préparer aussi pour ses parents notamment, elle n'était pas non plus du genre à sermonner ses proches en raison de ce qu'ils mangeaient ou pas - chacun son truc. Ses principes directeurs en matière d'alimentation, elle préférait les garder plus ou moins pour elle, sauf quand quelqu'un lui posait directement la question. En-dehors de ça, elle avait conscience que ça les ferait plus soupirer qu'autre chose. Elle avait déjà suffisamment l'impression d'imposer son mauvais caractère, par exemple à son grand frère qui avait eu les joies de redécouvrir ce que c'était de la côtoyer de près. De toute façon, elle avait la sensation d'encombrer tout le monde, ces temps-ci, même si elle s'efforçait de se faire toute petite. Parfois, c'était raté... Et d'autres fois, elle n'en pouvait plus et éprouvait le besoin de se décharger un peu, comme à l'instant précis. Et malheureusement, ça tombait sur le pauvre Jesse. Enfin, elle ne paraissait pas le déranger particulièrement. Oh, pour la taquiner, il prétendit bel et bien le contraire. Mais sa main posée sous le menton de Lylou et la tendresse de son geste prouvaient bien qu'il n'en était rien. Le contraste avec la tête qu'il faisait était, au demeurant, plutôt rigolote. Elle esquissa même un sourire pour cette raison. « Tu sais que rien que pour te voir plisser comme ça les yeux quand tu veux reprendre quelqu'un, j'ai envie que tu aies des enfants ? » Elle ne manquait jamais de placer quelques propos relativement détendus dans une conversation un peu lourde (notamment quand c'était de sa faute s'il en était ainsi). C'était sa manière de fonctionner, pour que l'ambiance ne soit pas trop pesante. Pourtant, avec le Griffiths, ce n'était pas vraiment le cas. Et surtout, elle avait besoin d'entendre les mots qu'il était capable de prononcer dans une situation a priori désespérante. La plupart de ses potes auraient éludé, parce qu'ils estimaient être incapables de consoler une femme triste. Pas Jesse... C'était peut-être son éducation religieuse qui faisait ça, elle n'en avait aucune idée. Quoi qu'il en soit, elle appréciait pleinement sa présence à ses côtés, notamment quand il lui assurait qu'elle ne le dérangeait jamais. Au fond, peut-être qu'elle le savait mais qu'elle avait juste besoin d'être rassurée à ce sujet... Les femmes étaient vraiment constituées d'une manière étrange.

Finalement, le jeune homme prit les mains de la Blake dans les siennes. Elle se força à ne pas baisser les yeux. En temps normal, c'était un exercice qui ne lui posait absolument aucune difficulté. Mais quand elle était triste, c'était différent. Elle avait peur de lire dans les yeux de Jesse quelque chose comme de la pitié. Heureusement, ce n'était pas le cas. Avec le temps, elle avait appris à différencier la sollicitude et la compassion du reste, même si ça pouvait être très subtil. « Je trouve ça quand même étrange... J'ai été envoyée en mission dans des coins qui étaient tout sauf rassurants et pourtant, je n'ai pas eu aussi peur. Prendre des risques pour soi-même, c'est bien plus facile que de savoir que la vie d'un proche est en danger. » Et pourtant, elle en avait vu, des choses, malgré son jeune âge. Il lui arrivait régulièrement d'envier l'innocence des civils non avertis, qui vivaient plus ou moins dans leur cocon de sécurité. Ils n'avaient parfois aucune idée de ce qui se passait ailleurs. Même sans y être, de par son métier, il arrivait que Lylou entende parler des horreurs sans noms ordonnées par des commandants appartenant aux pays prétendument les plus civilisés. C'était un monde sombre, pas aussi dangereux qu'à certaines périodes bien précises du vingtième siècle par exemple, mais néanmoins très redoutable. Pourtant... Pourtant, ce n'était rien en comparaison de ce que la pilote de transport éprouvait en voyant sa sœur aînée, le visage d'une pâleur extrême, réduite à l'immobilité la plus totale. Elle aurait bien voulu pouvoir reporter sa mission. Malheureusement, elle savait que c'était impossible. Autour d'eux, c'était clairement la crise. Les militaires se devaient d'être opérationnels. Seulement, pour une fois, elle aurait bien voulu ne pas avoir à se préoccuper de son pays, ni de ses compatriotes, ni de la menace grandissante liée au terrorisme, ni d'aucune des craintes du Ministère de la Défense - mais seulement de sa sœur. « Ce qui me tue, c'est... C'est ce sentiment d'impuissance. Loin d'ci, j'ai déjà sauvé quelques personnes. Pas beaucoup, c'est vrai, mais quand même. Et là, pour ma sœur... Ben je peux rien faire. J'ose à peine imaginer ce que mon médecin de frère ressent. » Elle avait rarement autant essayé de se mettre à la place de Rhys que ces dernières semaines. Ses traits s'étaient tirés et à plusieurs reprises, elle l'avait renvoyé chez lui pour qu'il prenne du repos, lui donnant même l'ordre de ne pas aller cogner dans son punching-ball. « Je me fais du souci pour lui. Tu... T'as eu l'occasion de le voir ? » Elle savait qu'ils étaient amis de longue date, tous les deux. Ils avaient à peu près le même âge et à Tenby, ça voulait forcément dire qu'ils s'étaient côtoyés à l'école. Mais elle ignorait s'ils avaient pris le temps de vraiment discuter. « En tout cas, si ta solution c'est de me faire tomber de ma moto cross, laisse-moi te dire que tu n'arriveras jamais à la mettre en pratique. » Jesse semblait incapable de faire du mal à une mouche. Il était tellement doux... D'ailleurs, il le prouva en l'étreignant à nouveau. Elle se laissa volontiers aller contre lui, sentant même ses yeux se remplir de larmes en entendant des paroles empreintes de bonté. « Je fais juste avec... Mais merci, c'est adorable de ta part. En fait, ces temps derniers... Je sais pas comment j'aurais fait si tu n'avais pas été là. »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 666
POINTS : 1520
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Dim 31 Juil - 17:06

You know, it's nothing new
Bad news never had good timing
Then, circle of your friends
Will defend the silver lining

Cela ne m'étonne pas vraiment quand Lylou prend la défense de ma mère quand j'évoque les critiques que cette dernière peut me faire. Je m'esclaffe, même si ce n'est pas pour autant que je compte changer mes habitudes alimentaires. Je profite juste de ces quelques secondes de détente avant que l'ambiance s'alourdisse. Parce qu'elle va s'alourdir, c'est obligé. Et ce sera de ma faute, d'ailleurs. Mais j'assume. Je répète sans cesse à la demoiselle que je suis là pour elle en cas de besoin alors je ne risque pas de me retirer quand elle est vraisemblablement en demande pour de l'aide même si elle est  bien trop têtue pour se l'avouer. C'est pour cette raison que j'essaye de garder un peu de plaisanterie dans notre conversation même si le fond reste particulièrement sérieux. Sa remarque me fait exploser de rire tellement elle est inattendue et je ne peux m'empêcher d'y répondre avec sincérité. « Et ben ! Ce n'est pas l'une des raisons pour lesquelles j'ai envie d'avoir des enfants, mais d'accord, j'en prends note. » Oui, c'est totalement inattendue, mais c'est cette spontanéité qui me plait beaucoup chez la Blake. Je sais qu'avec elle, on ne s'ennuie jamais.
Et voilà que la militaire se détend et qu'elle commence enfin à se confesser sur ses sentiments. Je hoche la tête à ses paroles, ne désirant pas l'interrompre et préférant attendre qu'elle termine tranquillement pour pouvoir lui répondre. Ou du moins pour lui signifier ma présence. Parce que c'est ça, je crois. Elle ne veut pas être seule. La solitude dans ces moments difficiles n'est jamais bonne et encourage les idées noires. Dans le fond, je suis content que la brune soit sortie de chez elle et qu'elle soit passée me voir, même si ce n'était pas prévu.
« Oui… Prendre des risques pour soi-même c'est de la rigolade à côté. Je veux dire, quand on prend des risques, on sait à quoi s'attendre. Peut-être qu'on ne mesure pas la gravité des conséquences, c'est vrai, mais au moins, c'est nous qui avons le contrôle. C'est nous qui décidons quoi faire. » Et cette perte de contrôle est ce qui peut rendre fou. Fou de rage, fou de tristesse… L'impuissance qu'elle ressent dans le cas de l'hospitalisation de sa soeur doit être infinie, tout comme celle de son frère, comme elle le souligne si bien. « L'impuissance, la perte de contrôle, ça se rejoint. C'est tout aussi effrayant. » Il n'y a qu'à attendre. Mais je refuse de redire une telle chose à la Blake qui se ronge déjà les sangs en imaginant le pire se produire pendant son absence. Elle évoque à présent son frère avec lequel j'entretiens également une bonne relation, mais je ne sais pas à quel point je dois être franc avec elle. Car si nous étions heureux de nous retrouver Rhys et moi, ce n'est pas pour autant que je n'ai pas remarqué son chagrin et sa distraction liée à sa peur concernant leur grande soeur. « Oui… J'ai pu le voir. Si tu veux mon avis, ça avait l'air d'aller, mais il se forçait à garder la face. » Evidemment, le Gallois est lui aussi très touché par cette histoire même si on aurait dit qu'il y avait autre chose dans tout cela, peut-être quelque chose de lié à son retour après sa longue absence.

Pour tenter de faire un trait d'humour au milieu de tout ce sérieux, je propose une alternative à Lylou pour qu'elle puisse rester dans les parages sans être qualifiée de déserteur. Evidemment, je rigole et elle le sait bien, soulignant très justement que je ne serais pas capable de lui faire du mal. Elle me connait bien et elle sait que si j'adore les sports extrêmes et prendre des risques, je ne pourrais jamais être inconscient en pratique, surtout avec quelqu'un. Me blesser moi, passe encore, mais blesser quelqu'un d'autre ? Surtout quelqu'un comme Lylou ? Impensable.
Donc non, elle ne peut vraiment pas rester parmi nous et je vais l'invite à une nouvelle étreinte pour la réconforter pendant ce pénible moment. Je la garde tout contre moi, puis je la complimente avec sincérité même si je me doute bien que ce n'est pas un petit compliment qui la fera se sentir mieux dans cette épreuve. Je raffermis l'étreinte et quand elle me répond, elle m'arrache un petit sourire timide et gêné que je suis content qu'elle ne puisse pas observer. « Moi je sais ce que t'aurais fait si je n'avais pas été là. T'aurais gardé la tête haute et tu aurais enduré ces foutues épreuves avec la même dignité et la même force. Parce que tu es Lylou Kaylah Blake, tu es une badass et tu sais ce qu'on dit. Ce qui ne te tue pas te rend plus fort, pas vrai ?  »

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Mar 2 Aoû - 2:19


« Alors laisse-moi t'en donner une autre, de raison... Si tu as des enfants, je me porte volontaire pour être une tata qui les gâte. » En effet, Lylou n'avait pas l'intention d'avoir sa propre progéniture. Elle ne se sentait pas capable d'en élever correctement dans le monde troublé qu'était le leur. En outre, les nombreux déplacements et absences prolongées imposés par son métier ne convenaient certainement pas à la vie d'une maman. Par conséquent, la jeune femme avait plutôt l'intention de profiter des enfants des autres, dont ceux de Jesse. Lui, justement, elle le voyait très bien en père de famille... Elle estimait qu'il avait toutes les qualités nécessaires. De toute façon, elle lui trouvait beaucoup de choses positives - un peu trop, peut-être. Elle avait même tendance à le placer sur un piédestal ; mais au fond, son attitude n'était pas forcément incompréhensible. En effet, dans la vie un peu chamboulée qui était la sienne, Jesse était une constante. Elle s'en allait souvent longtemps et elle continuait à affronter des épreuves, mais leur relation demeurait inchangée. Il était toujours là, lui, malgré la distance, malgré les hauts et les bas. Alors non, l'immense estime qu'elle lui portait n'avait rien de très étonnant. À l'instant précis, il le lui prouvait encore. Il trouvait les bons mots, mais ce n'était même pas le plus remarquable. Ce qu'elle appréciait, c'était de pouvoir se confier sans être jugée, de s'épancher en sachant que son interlocuteur ne lui ferait pas faux bond. Au fond, c'était peut-être tout ce dont elle avait besoin. Une personne de confiance, fiable, sur laquelle Lylou était certaine de pouvoir compter, quoi qu'il puisse arriver et où qu'elle puisse se trouver. Un repère, en quelque sorte. Bien sûr, elle avait ses parents, qu'elle adorait. Mais ce n'était pas pareil... Elle ne pouvait pas leur en révéler autant qu'à un ami proche et encore moins quand ils souffraient autant, voire plus qu'elle. Et elle aurait bien voulu entretenir une relation fusionnelle avec son grand frère, mais c'était malheureusement très mal parti. Comment rattraper des années de quasi-indifférence ? Ils avaient passé du temps ensemble et travaillé à rétablir leur relation depuis quelques semaines, mais ils étaient bien loin d'être les meilleurs amis du monde. Mais au moins, ils n'étaient pas à plaindre dans le sens où ils n'étaient pas non plus esseulés. Rhys avait Gwen. Et la cadette des Blake avait Jesse et Emrys. Ils étaient entourés, quoi qu'on puisse en penser et en dire. Certes, ça ne voulait pas forcément dire qu'ils avaient une tonne d'amis. Mais dans ce cas précis au moins, la qualité valait mieux que la quantité. Lylou n'avait pas l'impression d'avoir besoin d'autres personnes que celles qui faisaient déjà partie de sa vie, pour la simple raison qu'elles étaient exceptionnelles. Aujourd'hui encore, cette réalité se confirmait avec Jesse. Il écoutait et il comprenait, c'était tout ce qu'elle demandait.

La pilote de transport voulut donc savoir assez rapidement si, comme elle, Rhys avait bénéficié du soutien bienveillant d'un de leurs rares amis en commun. Elle savait que ça lui aurait forcément fait du bien et, comme elle s'inquiétait pour lui, elle serait rassurée si Jesse allait dans ce sens. Bien entendu, elle ne fut pas surprise d'apprendre que les deux jeunes hommes s'étaient revus (après tout, son frère le connaissait depuis plus longtemps qu'elle). Mais la suite l'étonna encore moins. « Bien sûr qu'il se force à garder la face... C'est un vrai Blake... Je ne suis pas sa petite sœur pour rien. » Ils étaient comme ça, tous les deux. Mais il était probable que ce trait de caractère soit plus développé encore chez Lylou. Il était tout de même moins renfermé qu'elle et il était celui qui avait initié une véritable discussion à cœur ouvert entre eux. D'ailleurs, elle avait fini par s'apercevoir que c'était toujours les autres qui la poussaient à se confier. C'était quelque chose que Jesse répétait régulièrement, comme quand il lui avait dit qu'il fallait dire à ses proches à quel point on tenait à eux... Pour la simple raison qu'on ne savait pas de quoi le lendemain était fait. Tout pouvait arriver et elle était bien placée pour le comprendre. C'était même devenu quelque chose qui l'angoissait en permanence : elle avait profondément peur de perdre un autre être cher. Bien évidemment, depuis que sa grande sœur était plongée dans le coma, cette crainte n'avait fait que décupler. Et il fallait croire qu'aujourd'hui, la coupe était pleine. Sinon, la Galloise n'aurait jamais atterri devant chez les Griffiths telle une âme en peine. Quand elle laissait entrevoir qu'elle avait le moral au plus bas, ça voulait vraiment dire qu'elle n'en pouvait plus. Mais dans l'histoire, elle était loin d'être la seule à vivre un supplice. Elle ne pouvait pas s'apitoyer sur son propre sort, tout simplement parce qu'elle pensait d'abord aux membres de sa famille. Pour eux aussi, c'était l'enfer. « Il ne me l'a pas vraiment exprimé à haute voix devant moi, mais il ressent certainement la même chose. L'incertitude, les doutes... C'est peut-être pire que tout le reste. Du coup... Je sais que t'es pas tout le temps là non plus, mais... Quand tu seras dans les parages, tu pourras essayer de veiller de loin sur mon frère, s'il te plaît ? Quelques minutes en ta compagnie, de temps en temps, ça lui fera du bien, j'en suis persuadée. Je vois pas comment il pourrait en être autrement. » Blottie dans les bras du journaliste, Lylou avait plus de facilités à s'exprimer. En effet, elle était allée jusqu'à lu dire combien sa présence était importante pour elle et il ne manqua pas de lui retourner un compliment. « Oh, t'es trop gentil avec moi... Je crois que tu me surestimes un peu, mais c'est pas grave. Et puis juste pour le plaisir d'entendre le mot badass sortir de ta bouche, je veux bien accepter. » Elle faisait des efforts pour bien articuler, histoire d'être sûre qu'il saisisse bien ses propos. Mais quand des larmes commencèrent à couler le long de ses joues, preuve que le vase débordait, elle préféra se taire. Elle resta quelques minutes contre lui, consciente que ça ne pouvait pas lui faire de mal. Au contraire, pleurer semblait lui procurer un peu de soulagement, même si c'était difficile à admettre. Une fois qu'elle se fut un peu reprise, elle se redressa légèrement, reniflant un peu. « Je suis désolée pour ton T-shirt... »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 666
POINTS : 1520
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Mer 3 Aoû - 19:15

You know, it's nothing new
Bad news never had good timing
Then, circle of your friends
Will defend the silver lining

« Fais gaffe ! Je note ta promesse et tu auras intérêt de la tenir hein. Parce que ça ne risque pas d'être ma soeur qui les gâtera. » J'imagine très bien la jeune femme dans ce rôle, d'ailleurs. Lylou n'est peut-être pas très expressive en temps normal, mais je l'imagine être d'une tendresse infinie avec les enfants. On pourrait croire qu'une femme militaire aurait un instinct maternel moins développé, mais je doute que ce soit le cas avec cette dernière. Elle se soucie tellement des gens qu'elle aime, elle pourrait soulever le monde pour eux, alors pour des enfants ? Je la pense capable des plus belles choses. La Blake est très calée sur la famille, même si elle est souvent à l'étranger pour son travail. Un dicton a beau dire loin des yeux, loin du coeur, mais je n'y crois pas. Ce dicton est uniquement fait pour les petits-amis qui sont loin de leurs copines pendant quelques semaines et qui sont tellement en manque qu'ils les font cocu. Rien de plus. Quand on aime, une relation longue distance peut quand même fonctionner. Il suffit d'y mettre du sien et de ne pas lésiner sur les efforts. C'est dur de l'entretenir, mais ça peut fonctionner. Avec beaucoup d'efforts et de volonté, il n'y a pas de raison. J'y parviens avec mes amis et ma famille. Lylou aussi y parvient, même s'il est vrai que le départ et l'absence de nouvelles de son frère furent difficile à remettre en place et peut-être que la symbiose n'est plus présente, mais ils sont quand même là l'un pour l'autre. C'est pour cette raison que lorsqu'elle évoque son frère, je mise sur le franchise. Elle est inquiète pour Rhys et même si je n'ai pas envie d'aggraver son inquiétude, je ne peux pas pour autant lui mentir sur l'état de ce dernier. Je reste laconique, mais je lui dis le principal.
« C'est vrai que vous vous ressemblez, vous deux. Bien plus que moi et Lenny. » dis-je en souriant timidement. Et dire que les deux Blake sont des enfants adoptés, de parents différents, mais qu'ils se ressemblent bien plus au niveau du caractère que moi et ma soeur cadette qui sommes pourtant issus des mêmes géniteurs. Allez savoir. Peut-être que c'est la différence d'âge que j'ai avec ma soeur qui rend la complicité pareille à une illusion. « Ouais… Je n'ose même pas imaginer ce qu'il pense en réalité. Il revient d'une absence de plus de sept ans et n'a même pas le temps de pouvoir renouer avec sa grande soeur.  » Si l'absence de ce dernier m'a causé du soucis, ce n'est pas pour autant que j'en veux au Blake. Il avait ses raisons propres à lui et puis… Comment en vouloir à quelqu'un qui part faire de l'humanitaire ? De plus, ce n'est pas comme si nous étions très proches tous les deux. Je l'apprécie, mais autant dire qu'il n'est pas le Blake que je préfère et avec lequel j'adore passer du temps. C'est donc pour cette raison que je suis un peu gêné quand Lylou commence à dire que je devrais passer le voir quand j'en ai l'occasion. Evidemment, ça ne me dérange pas de veiller sur lui, comme elle dit, mais intérieurement j'ai l'impression que ce n'est pas ma place. Le blond a certainement des amis bien plus proches que moi qui peuvent lui remonter le moral et il ne pense probablement pas tout le bien que Lylou ressent à mon sujet. Cependant, c'est inimaginable de dire non à une fille comme elle, alors je lui fais à mon tour une promesse. « Pas de soucis, je veillerai sur lui ! C'est promis.  » Ceci ne sont pas des paroles en l'air et j'ai conscience de la responsabilité qui me tombe sur les épaules. Je n'en demeure pas moins sûr de moi. Je ne sais peut-être pas encore à quoi vont ressembler mes prochaines semaines, mais je ferais en sorte de garder un oeil sur Rhys, même de loin. La conversation se poursuit par un flot de compliment, tantôt à mon égard, tantôt au sien et quand elle reste silencieuse et que je sens ses joues humides sur mon torse, je comprends que les vannes sont ouvertes et qu'elle se permet de pleurer. Je lui laisse le temps qu'il lui faut, le temps qu'elle veut, sans ajouter un mot, restant dans ce silence bénéfique. D'une main distraite et un peu mécaniquement, je lui caresse les cheveux. Nous restons ainsi quelques minutes, jusqu'à ce qu'elle se relève, lâchant quelques excuses. Je souris pour dissiper son embarras et me penche pour prendre la boite de mouchoirs sur sur la table basse. « T'en fais pas, c'est rien du tout. » Je lui tends la boite pour qu'elle s'essuie les joues et je reprends, tâtonnant un peu au hasard. « Tu veux faire quelque chose en particulier, Lou ? Sortir un coup sur les falaises ? Faire un tour dans la forêt ou sur la côte ? Après on peu rester ici à parler hein, y'a aucun soucis. En plus mes parents ne reviennent pas avant demain donc vraiment, tu n'as pas à avoir peur de tomber sur eux. Juste que quoi qui te fasse plaisir, je te suis. »

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Jeu 4 Aoû - 6:49


« Parole de militaire ! » s'écria Lylou en levant fièrement une main. « Enfin, je suis pas sûre que ce soit très rassurant, mais on s'est compris quoi... » Elle laissa retomber sa main. « Et puis arrête, je suis certaine que ta sœur adorera tes gamins. Peut-être qu'elle ne voudra juste pas trop te le montrer... Quoique, d'ici là, on a le temps. Enfin, je crois... » Elle adressa un clin d'œil à son ami, désireuse de ne pas trop s'étaler au sujet de sa petite sœur. Elle savait que ce n'était pas l'amour fou entre eux... C'était peut-être la différence d'âge qui le voulait. Quoi qu'il en soit, c'était quelque chose qui lui échappait. Parce que secrètement, elle ne pouvait s'empêcher de les envier un peu... En effet, les Griffiths étaient loin d'avoir un passé aussi lourd que le sien et celui de Rhys. Elle avait toujours eu l'impression que chez eux, les choses étaient plus simples. C'était sûrement normal. Et elle n'avait jamais, jamais regretté d'avoir été adoptée par les Blake. Elle aurait seulement voulu que la vie soit un peu plus clémente avec chacun d'entre eux. Il fallait avouer aussi que par la suite, ils s'étaient très bien débrouillés tout seuls pour se compliquer la tâche. En réalité, ils étaient tous les deux des déserteurs. À des degrés différents peut-être, mais des déserteurs quand même... Alors oui, le journaliste avait raison de souligner qu'ils se ressemblaient. Il n'imaginait sans doute pas à quel point il avait raison ! « Mon frère a meilleur caractère, mais... Oui, on a pas mal de points en commun. » Quand Lylou était encore une petite fille qui grimpait sur les genoux de Rhys, elle resplendissait de fierté quand quelqu'un affirmait qu'ils étaient semblables. C'était comme si le fait qu'ils n'aient aucun lien de sang ne comptait pas... De toute façon, elle n'avait pas besoin d'une quelconque confirmation. Il était son frère, voilà tout. Echo était sa sœur. Pas seulement sur le papier, mais aussi dans le cœur. Elle n'avait jamais voulu personne d'autre qu'eux. Si seulement ils avaient su rester en contact, malgré l'éloignement et malgré les années ! Au lieu de ça, ils avaient fini par couper les ponts. Ce n'était donc pas étonnant qu'aujourd'hui, ils aient autant de mal à renouer. Pourtant, la jeune femme aimait profondément son frère et devant Jesse, ce n'était pas trop difficile à montrer. Elle n'avait d'ailleurs pas hésité à lui demander de garder un œil sur son aîné en son absence. Ce n'était pas forcément évident à faire, mais à qui d'autre aurait-elle pu le demander ? Certes, le jeune homme paraissait un peu gêné à cette idée. Mais, peut-être pour lui faire plaisir, il alla jusqu'à lui promettre qu'il irait dans son sens. Un sourire empreint de reconnaissance s'étala sur le visage de la Galloise. « Merci beaucoup... C'est important pour moi. »

Après une séance tout ce qu'il y avait de plus pathétique, Lylou se reprit un peu. Bizarrement, elle n'était pas si gênée que ça... Peut-être parce que c'était Jesse. Peut-être aussi parce que finalement, la majorité des personnes n'avaient pas tout à fait tort. Peut-être qu'effectivement, pleurer faisait du bien... En tout cas, en se redressant, la Blake se sentait un peu mieux. Elle avait vidé son sac et c'était bénéfique. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à sécher ses larmes. Elle accepta la boîte de mouchoirs que Jesse lui tendait en murmurant un mot de remerciement. Puis elle s'essuya délicatement les yeux, soulagée de ne pas s'être maquillée. Elle n'aurait plus ressemblé à grand-chose... Déjà que là, elle devait être horrible, alors elle ne préférait pas imaginer pire. En plus, elle était obligée de se moucher, ce qui revenait à l'exact opposé de l'élégance. Cette pensée lui décrocha un sourire moqueur vis-à-vis d'elle-même. « Bienvenue dans le cercle restreint des personnes qui me voient chouiner » souffla-t-elle, dans une tentative pour détendre l'atmosphère. Son ami semblait un peu embarrassé et ce fut sûrement l'une des raisons qui le poussa à lui proposer une activité ou une autre. Elle hésita un peu. « C'est adorable de ta part... Mais je veux pas trop sortir. » Que Jesse la voie dans cet état, passe encore. Mais s'exhiber avec une tête de déterrée, non merci, d'autant plus qu'elle n'avait pas de lunettes de soleil sur elle. « Ça ne me gêne pas de rester ici, en fait. » Maintenant qu'elle savait que sa famille ne rentrerait pas avant le lendemain, Lylou se sentait un peu rassurée. « Je sais ce que j'aimerais bien... » murmura-t-elle, sans être sûre qu'elle ne passerait pas une dégénérée si elle continuait. Mais jusque-là, Jesse ne l'avait jamais jugée, alors elle avait bon espoir... « Tu veux bien me donner mon sac, s'il te plaît ? » Quand il le lui tendit, elle le remercia puis elle fouilla à l'intérieur, avant d'en ressortir un livre qui avait pas mal d'années au compteur. « Je te l'ai sûrement déjà dit, mais c'était ma sœur qui me lisait des histoires pour que je m'endorme. Elle n'a jamais voulu de Cendrillon, ni de la Belle au Bois Dormant, ni de la Belle et la Bête... Elle choisissait toujours des livres plus... Plus classiques, je dirais. Je n'avais pas encore passé l'âge des contes de Beatrix Potter que j'avais droit à Rudyard Kipling ou Lewis Carroll. Mais celui qu'elle préférait, c'était celui-là. » Elle lui montra l'œuvre de Roald Dahl, Matilda. « J'ai fini par connaître l'histoire par cœur, mais j'adorais nos moments privilégiés. Est-ce que tu pourrais... M'en lire un bout ? » Les pages étaient cornées à ses parties préférées. Et pendant que le Griffiths s'exécutait, la pilote de transport se mit un peu plus à l'aise. Elle finit par s'allonger, la tête posée sur les genoux de Jesse, preuve que leur complicité n'était plus à démontrer. « C'est dommage que tu n'aies pas une voix plus féminine » plaisanta-t-elle. Mais en réalité, elle était très attentive... Et apaisée, aussi. Il était dommage que le livre cachait le visage de Jesse à ses yeux. Elle aurait aimé voir les expressions de son visage. Au bout de quelques minutes, elle posa doucement une main sur son avant-bras, comme pour lui dire qu'il pouvait s'arrêter. « Tu es vraiment l'homme le plus gentil que la Terre ait jamais porté... Enfin, à part Jésus, tu vas me dire, mais c'est pas pareil, il n'est pas parmi les humains lambda. » Elle chercha son regard. « Est-ce que tu as des projets, ce soir ? Je... Je voudrais bien rester ici. On pourrait commander à manger et... Se faire des trucs rigolos. C'est juste que... J'ai pas envie d'affronter mes parents et de leur expliquer ce qui me met dans cet état. Et j'ai déjà squatté des canapés, tu sais... » Lylou esquissa un faible sourire. « J'exagère, mais... Je peux aller chez personne d'autre. Mon frère a sa Gwen et j'ai peur de les déranger encore plus que toi. »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 666
POINTS : 1520
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe



MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU Mar 16 Aoû - 13:59

You know, it's nothing new
Bad news never had good timing
Then, circle of your friends
Will defend the silver lining

Si c'est d'une parole de militaire dont il s'agit, alors je sais que je peux la croire, même si la conversation m'amuse vraiment et n'est pas prise au sérieux à cent pour cent. « Je ne sais pas trop... Enfin, elle est jeune encore donc peut-être qu'elle changera. Parfois j'oublie que ce n'est encore qu'une ado. Mais comme tu dis, on a largement le temps, au grand désespoir de mes parents. »
Et pour rester sur le sujet de nos frères et soeurs, nous en venons à évoquer le grand frère de Lylou pour lequel elle s'inquiète énormément. Je l'écoute en parler, un pincement au coeur. Elle ne peut pas s'empêcher de s'inquiéter pour ceux qui l'entoure et si je comprends parfaitement, je me dis que ce doit être épuisant dans des temps pareils. « En même temps, ce n'est pas compliqué d'avoir meilleur caractère que toi. » fis-je pour la taquiner une nouvelle fois. Cependant quand le sérieux est de nouveau de mise, je lui affirme que je veillerai sur son frère en son absence, chose dont elle me remercie chaleureusement et à laquelle je réponds par un mince sourire.

Je ne peux pas comprendre ce par quoi passe Lylou. Plus j'essaye de em mettre dans sa position et plus je souhaite revenir en arrière. C'est insoutenable rien que pour moi alors que je ne vis pas réellement la situation. Allez tous vous faire voir, que je voudrais dire si j'étais à sa place. Un blasphème bien sûr. Alors évidemment, je ferais en sorte de me retenir, mais qui sait ? Qui sait comment je pourrais répondre à ce genre de tragédie. L'amour peut faire des miracles comme il peut faire des malheurs et évidemment l'amour fraternel en fait partie. C'est pour cette raison que je complimente la Galloise à tout va. Cela ne veut pas dire que je ne les pense pas, bien au contraire. Cela signifie que je ne pourrais jamais assez lui en dire. Parce qu'elle est brave, mais qu'elle reste douce malgré son obstination à garder le contrôle sur ses émotions. Elle dit qu'elle n'y serait pas arriver sans moi, mais le fait est qu'elle n'aurait pas eu le choix; Moi, j'ai seulement été présent pour l'épauler et la divertir. La divertir... Comme si c'était possible dans ces moments là. Et je suis sûr que si je suis parvenu à lui faire oublier cette tragédie rien que quelques secondes... Elle l'a regretté amèrement. Parce que c'est comme ça qu'elle est Lylou. Généreuse, même dans l'adversité.
Pour essayer de lui changer les idées une nouvelle fois et pour ne pas qu'elle repense au fait qu'elle doit bientôt repartir pour l'armée, je lui propose de sortir. Elle refuse et c'est tout à son honneur. Elle n'a pas envie de profiter de ses derniers jours ici en se forçant ? Très bien. J'accepte son choix et même, je le respecte. « Pas de problème ! Et puis, la falaise sera toujours là quand tu reviendras. »
Un peu intrigué, mais tout en suivant les ordres de la demoiselle, j'attrape son sac à main et je la vois en ressortir un livre. C'est plutôt inattendu, mais elle prouve bien que les femmes ont bel et bien tout et n'importe quoi dans leur sac à main. Je souris et je prends le livre quand elle me le tend. Je n'ai plus l'habitude de faire la lecture depuis des années maintenant et autant dire qu'un tel geste me ramène des années en arrière. Pourtant, la nostalgie ne vient pas s’immiscer entre nous et je commence le récit à voix haute d'un long passage. Elle s'installe un peu plus confortablement et je continue la lecture jusqu'à ce qu'elle m'arrête. J'aurais pu continuer encore et encore, mais ce n'est pas nécessaire, visiblement et je lui adresse un beau sourire alors que je repose le livre sur la table basse. Je la regarde, et maintenant que j'ai les mains libres, l'une d'elle vient caresser ses longs cheveux bruns. C'est à son tour de partir dans les compliments et je me sens rougir sans avoir la possibilité de me cacher. « Oh je ne sais pas trop à propos de ça... Si je te surestime, je crois que c'est le cas pour toi aussi. » finis-je par avouer, un sourire timide sur les lèvres.
Elle finit par avouer ce qu'elle aimerait faire de sa soirée et je ne vois là aucun inconvénients. J'acquiesce pour lui signifier qu'il n'y a aucun problème. D'autant plus que ce n'est pas comme si sa présence me dérangeait. Loin de là. Alors je suis heureux de pouvoir continuer à l'accueillir autant qu'elle le souhaite. « Non, non, ne t'en fais pas. Avant que tu arrives, j'essayais de bosser sur un article, mais c'est bon, ma deadline n'est pas pour maintenant et pour tout dire, j'étais un peu bloqué donc tu peux rester autant de temps que tu veux. Tu ne me déranges pas, tu sais que j'aime passer du temps avec toi. » La sincérité, encore et toujours parce que ça fait partie de ce qu'il y a de plus important. « Et ça me parait un plan parfait pour la soirée. Bien meilleur que celui initial qui consistait à bosser. Mais hors de question que tu restes sur le canapé ! Je te laisserai ma chambre, ou celle de Lenny, comme tu préfères. »

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU

Revenir en haut Aller en bas

It takes someone really special to make you smile with tears in your eyes (+) JESSE & LYLOU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-