AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

sometimes, people just feel lonely. (sean)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Billie, Spencer, Mona.
RAGOTS PARTAGÉS : 4547
POINTS : 5444
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 22ans. (04.11.1994)
CÔTÉ COEUR : mona ♥
PROFESSION : avocat chez carter&carter, râleur à temps partiel.
REPUTATION : " tout lui réussi. il a un bon travail, de l'argent, plein d'ami, une petite amie, une magnifique petite fille et il voyage beaucoup. je suis sûre qu'il y a un truc qui cloche, ce n'est pas possible d'avoir une vie aussi calme pour un jeune homme de 22 ans et ce, même s'il a énormément mûrit. "


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: sometimes, people just feel lonely. (sean) Ven 10 Juin - 15:44


life's changes.
En me couchant dans mon lit le soir, tranquille et serein, je m'étais mis à réfléchir au lendemain. Je sais qu'un avocat n'arrête jamais de travailler mais je considérais ce vendredi comme le dernier jour de la semaine. J'allais pouvoir rentrer à la maison en laissant le travail derrière. J'allais pouvoir aller chercher ma princesse chez sa mère et m'occuper d'elle tout le week-end. J'allais pouvoir appeler Mona qui viendrait avec de la nourriture qu'on avalerait devant des films débiles. J'allais pouvoir me réveillé plus tard que six heures du matin et faire des siestes si l'envie me prend. Je n'avais pas détaillé le programme en précisant chaque minutes mais j'avais déjà une idée clair de ce qui allait se passer. C'est l'avantage de travailler et de ne plus faire des études, tu peux programmer tes week-ends et surtout, tu peux t'organiser alors que quand tu es étudiant et que tu veux réussir, travailler et organisation ne font pas bon ménage. La tête posée sur mon coussin, je profitais du calme de la maison pour m'endormir paisiblement et en pensant au bonheur qu'allait me procurer le lendemain.

Sauf que rien ne se passe jamais comme prévu. J'ai toujours pensé que les rebondissements et les événements tragiques étaient réservés aux autres. Je crois que je n'ai pas compris ce qui s'était passé ou comment ça s'était passé. Je me souviens avoir accueilli Sean dans mon bureau ; ayant fais plusieurs stages auprès de lui, je connaissais sa valeur et j'avais besoin d'un coup de main de sa part pour une récente affaire qu'on m'a confié. Je me souviens que nous nous sommes assis et que nous avons discuter un moment. Puis d'un coup, un coup de feu. J'ai d'abord cru qu'un de mes collègues avait fais tomber quelque chose ou qu'un avion se trouvait tout près .. Bref, une bêtise, mais pas un coup de feu. On s'est regardé avec mon ami, interrogatifs. « Ou est Maître Carter ? » demande une voix dure et froide au loin. Papa était en voyage d'affaire donc je me suis dis que c'était moi qu'on appelait. Je m'excusais auprès de Sean avant de me lever et d'aller voir ce qu'on me voulait. J'ai traversé les couloirs pour me retrouver devant l'homme. Je regarde autour de moi, les gens sont cachés, ont peur. J'ai regardé celui qui m'a demandé, me suis figé dès que le pistolet qu'il avait en main. « Je peux vous aider ? » demandais-je à voix basse. La peur me transperçait la voix. J'ai d'abord penser lui sauter dessus en jouant les héros mais finis par m'abstenir. Inutile de l'énerve. « Non pas toi .. Plus vieux. Je suppose que tu es le fils. Tu étais si petit quand ils m'ont enfermés, ton père parlait souvent de toi. » J'ai cru qu'il délirait parce que je ne comprenais rien de ce qu'il me racontait. « Je n'étais pas coupable. Carter est stupide, il n'a pas été capable de me sauver. » J'avais beau y penser encore et encore je n'avais aucun souvenirs de l'affaire dont il me parlait. Je m'approche, tout doucement. J'enchaîne les petits pas. « Non, ne t'approche pas. Je veux qu'il vienne, qu'il me fasse face. » Papa a toujours le don de partir dans les bons moments. D'un côté, j'étais content qu'il ne soit pas là. Qui sait ce que lui aurait réservé cet homme. « Il n'est pas là. » dis-je en continuant mes petits pas. Je jette un coup d’œil derrière moi, Sean n'est pas loin et observe la scène. La suite, c'est un peu flou. Je sais que j'ai continué à m'approcher et que ça l'a énervé. Mais qu'est-ce qui m'as pris .. Des menaces, que je n'écoute pas. Un coup de feu, que je n'ai pas senti de suite. Je regarde ma jambe, les yeux plein de stupeur. Ça commence à faire mal, très mal. Je suis choqué, j'ai peur. J'ai encore plus mal que les quelques secondes précédentes. Puis je tombe par terre, dans les vapes.

Ce sont les dernières choses dont je me souviens. J'ouvre les yeux parce que je me sens beaucoup bougé et vite. Je suis couché sur quelque chose de confortable tandis que trois ou quatre personnes s'agitent autour de moi. Il y en a une qui veut me mettre un truc sur le nez et même si j'arrive à résister deux secondes, je me fatigue vite et abandonne rapidement. Je finis même par être soulagé parce que ma respiration, saccadée depuis mon réveil, devient plus facile avec ce truc sur la figure. « Monsieur Carter, tout va bien se passer. Votre jambe est gravement touchée et vous êtes choqués. On vous emmène à l'hôpital et on va directement vous enlever la balle. » Non, pas l'hôpital. La dernière fois que j'y ai mis les pieds, j'allais voir mon cousin qui était dans le coma. Je ne veux pas être allongé dans un de leur lit avec des proches qui me rendent visite en me donnant l'impression que je vais vivre mes derniers jours. Non, mon heure n'est pas venue. J'ai beau avoir la tête qui tourne atrocement, je peux tout à fait voir le regard de l'urgentiste qui me fixe, attendant sûrement une réponse de ma part. Je lui fais un signe positif de la tête, lui montre que j'ai compris et elle s'occupe alors d'autre chose. J'avais raison et je me sens mieux dès qu'elle tourne le regard. J'étouffe un cri de douleur, l'ambulance s'arrête et je suis balader dans de longs couloirs ornés de murs blancs. Des gens continuent de s'activer autour de moi, ils me remplacent le machin que j'ai sur la figure et je n'ai pas le temps d'arriver à dix que je tombe dans un profond sommeil.

AVENGEDINCHAINS

_________________


sunshine on a rainy day
this thing I started feeling in my heart, when I first saw you, has become bigger and bigger until I could recognize that it was pure love. you are a very complete woman and your beauty is whole. you are beautiful before my eyes and beautiful to my heart. so I want to give my love and that you give me yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3561
POINTS : 3153
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Sam 11 Juin - 3:08


En entendant la raison du coup de fil de Malone, Sean n’avait pas beaucoup hésité. Il n’était guère porté sur le fait de rendre service à autrui, mais il fallait dire qu’il avait bien apprécié ce petit, quand il l’avait eu sous son aile pendant un stage. Et surtout, surtout, le fait que Malone, fraîchement diplômé, se tourne vers lui pour lui demander des conseils et un coup de main… Eh bien oui, ça l’avait flatté. Ça montrait qu’il lui portait encore de l’estime et, ces temps derniers, Sean avait l’impression que c’était de plus en plus rare. Alors oui, il avait été fier de se dire que la valeur de son travail était reconnue et qu’il pouvait encore servir à quelque chose, même au plus grand dépit de l’un de ses concurrents. Donc pour une fois, il ne s’était pas montré avare de son temps, ni de son énergie… Mais justement, il aurait sûrement mieux fait de s’abstenir d’avoir envie de jouer les super-avocats ce jour-là.

***

Les paupières terriblement lourdes, la bouche pâteuse et une douleur lancinante à l’épaule. Voilà le charmant bilan auquel le jeune homme était parvenu… Que pouvait-il donc bien se passer ? Il n’arrivait même pas à bouger son corps. Difficilement, il parvint à ouvrir les yeux. La pièce dans laquelle il se trouvait, plongée dans la semi-obscurité, ne lui était absolument pas familière. Une gueule de bois supplémentaire ? Non, c’était bien pire que d’habitude. Et, tandis qu’il levait les yeux vers ce qu’il identifia comme étant une perfusion reliée à son propre bras, des flashs se produisirent dans son cerveau. Le bureau de Malone. L’irruption d’un individu à l’esprit dérangé. Les coups de feu… Les cris, la panique, le sang, la douleur, l’arrivée des secours, puis le trou noir le plus complet. Soudain glacé, Sean détailla au mieux ce qui se trouvait autour de lui. Son regard se posa alors sur un autre lit, sur lequel une forme sombre était allongée. Un frisson le parcourut, comme s’il était saisi d’une vague de panique. Qui était-ce ? Et si c’était quelqu’un qui lui ferait du mal aussi, alors qu’il était affreusement incapable de se défendre ? Puis, ses yeux s’étant habitués à la pénombre, il finit par reconnaître Malone, paisiblement endormi. Il avait la jambe dans le plâtre, maintenue au-dessus de son lit. Lui aussi avait une perfusion… Ils avaient donc atterri dans la même chambre d’hôpital. Il ne savait pas s’il devait être soulagé ou désolé. Et en effet, en l’espace de quelques minutes, l’avocat passa par différents stades, allant de la colère à la résignation en passant par une bonne dose de reconnaissance pour le simple fait d’être en vie. Il ne comprenait pas bien ce qui s’était passé, mais il s’efforçait de garder son calme en se répétant que ç’aurait pu être bien pire. Néanmoins, s’il en avait eu la force, il se serait levé, aurait arraché sa perfusion et se serait précipité à l’extérieur pour hurler son indignation et porter plainte au commissariat.

Mais justement, Sean était bien incapable de faire quoi que ce soit et, vu sous cet angle, c’était sûrement une bonne chose. Alors en attendant (quoi exactement, il ne savait pas trop), il essaya de lire quels étaient les médicaments qui lui étaient refilés. Malheureusement, comme il n’avait aucune connaissance médicale, ça ne lui était d’aucun recours. Tout ce qu’il se disait, c’était que sa dose d’anti-douleur n’était pas assez forte. En baissant les yeux vers son épaule, il grimaça à nouveau, tentant de se faire une idée de l’étendue des dégâts. La première pensée qui lui vint à l’esprit fut qu’il ne pourrait sûrement plus faire d’aviron pendant des semaines entières… Avec l’été qui arrivait, c’était bien sa veine ! Il se demanda alors s’il ne se préoccupait pas de ce genre de choses uniquement pour oublier tout le reste… C’est-à-dire le choc, le bouleversement, la peur panique éprouvés. L’Irlandais secoua la tête, comme s’il essayait de chasser toutes ces ondes négatives. Il fallait qu’il se concentre sur l’essentiel, tant lui que Malone allaient relativement bien. Et justement, comme pour le lui prouver, il entendit un petit grognement de l’autre côté de la pièce. Malone avait ouvert les yeux, il en était à peu près certain. « Salut… » souffla Sean, comme s’ils se retrouvaient autour d’un café plutôt que dans une chambre d’hôpital après avoir failli y passer à cause d’un cinglé. « T’inquiète pas, il n’y a que nous deux ici… » Il n’avait pas l’habitude de chercher à rassurer quelqu’un, mais pour le coup, il se doutait bien que le Carter était à peu près comme lui, en proie à des craintes naturelles après ce qui s’était passé. « Tu veux qu’on appelle une infirmière ? »

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Billie, Spencer, Mona.
RAGOTS PARTAGÉS : 4547
POINTS : 5444
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 22ans. (04.11.1994)
CÔTÉ COEUR : mona ♥
PROFESSION : avocat chez carter&carter, râleur à temps partiel.
REPUTATION : " tout lui réussi. il a un bon travail, de l'argent, plein d'ami, une petite amie, une magnifique petite fille et il voyage beaucoup. je suis sûre qu'il y a un truc qui cloche, ce n'est pas possible d'avoir une vie aussi calme pour un jeune homme de 22 ans et ce, même s'il a énormément mûrit. "


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Mer 15 Juin - 0:23


life's changes.
Mes paupières sont très lourdes. Je me sens très fatigué et le fait que mon lit soit si confortable n'arrange rien à la situation. Je bouge brusquement, comme à chaque fois je suis à moitié endormi et étouffe un cri à la douleur du mouvement. Je ne comprends pas ce qui se passe et ça m'énerve. Mes paupières lourdes le deviennent moins mais j'ouvre quand même les yeux doucement. Ce n'est pas ma chambre, c'est beaucoup trop blanc et ça manque de grandes fenêtres. Je tourne la tête de l'autre côté et tombe sur Sean couché sur le lit voisin. J'ai un sursaut de peur et fais à nouveau un mouvement brusque. Le cri, cette fois, sort haut et fort. « Salut… » me souffle mon ami. Je soulève la couverture et je retrouve ma jambe dans une espèce d'énorme bandage. Le lien se fait tout seul. Je suis pris d'un coup de stress et regarde partout dans la pièce à la recherche d'autres blessés. Je ne m'en remettrais jamais si quelqu'un d'autre était blessé à cause de ma stupidité. « T’inquiète pas, il n’y a que nous deux ici… » Je souffle un coup et enfonce ma tête dans mon coussin. Je suis d'un coup pris par une horrible migraine, due autant au stress qu'à l'anesthésie. « Dans quel merde est-ce que je me suis encore foutu ... » dis-je à voix haute, surtout pour moi même. Je sais que ce n'est pas ma faute si le cinglé m'a tiré dessus mais comme à chaque fois que mon père fait une connerie, j'ai l'impression que la responsabilité pèse autant sur mes épaules que les siennes. « Tu veux qu’on appelle une infirmière ? » C'est une bonne question. Je tente le tout pour le tout, essaie de me redresser et de m'asseoir pour faire face à Sean mais je n'arrive pas à grand chose mis à part grogner. Je réussis quand même à poser mon dos sur le coussin, difficilement. « Je crois que ce n'est pas une mauvaise idée. » dis-je entre deux grognements. Ça fait mal à un point, je n'aurais jamais imaginé ça. Mais je n'aurais pas imaginer non plus me faire tirer dessus. « C'est fou comme un si petit truc peut faire aussi mal. » Tentative de positiver complètement ratée. A la place, je me remets en place assez vite ; tant pis si ça fait mal. Mais au moins, quand j'étais couché, j'avais pas mal du tout.

Le plafond blanc est devenu mon attraction pendant quelques minutes. Je revis les événements du début de journée encore et encore. J'avais l'impression que le fait de me faire tirer dessus m'avait pas touché tant que ça mais je me dis, au fil des minutes, que c'est plus marquant que prévu. On a tellement l'habitude de voir ça à la télé ou dans les journaux que quand c'est pour ta pomme, c'est comme si ce n'était pas arrivé. « Il s'est passé quoi en fait ? » Pas quand j'essayais de m'occuper de l'ancien client de mon père non. Cette partie là, elle est très clair. Je voudrais plutôt savoir la suite parce que dans mes derniers souvenirs, quand je regarde en arrière, Sean était en retrait et allait très bien. Et là, il est allongé à mes côtés. « Je veux dire .. Comment ça se fait que tu .. Fin tu vois quoi. » dis-je un peu gêné. J'ai l'impression que si je dis les mots, ça ne fera que remuer le couteau dans la plaie.

C'est calme ici, ça me laisse le temps de réfléchir. Il y a beaucoup de choses qui tournent un moment mais quand j'arrive au programme que j'avais prévu de base, mon cœur commence à s'emballer. Mona, Grace, Mila, Laze .. Je devais aller chercher la princesse aujourd'hui et sa mère a du trouver bizarre de ne jamais m'avoir vu arriver quand aux deux autres, ils ont toujours l'habitude de me croiser la journée. Est-ce que quelqu'un les a prévenus ? Est-ce qu'ils sont là ? Je ne veux pas qu'ils s'inquiètent pour moi ou qu'ils se rendent malade, je ne vais jamais m'en remettre dans le cas contraire. Tellement de choses à faire et je n'arrive même pas à bouger ma jambe sans hurler de douleur. « Ils ont pris nos affaires ? Il me faut absolument mon téléphone .. Je devais récupérer ma fille et voir ma copine ... » Je radote et j'arrête quand je m'en rends compte. Je regarde partout, tente d'atteindre l'espèce de table avec mon bras mais il est nul part. Si seulement quelqu'un pouvait arriver et me dire qu'on a prévenu mes proches mais surtout, que je vais avoir moins mal, mon cœur arrêterait de faire des bonds hors de ma poitrine.

AVENGEDINCHAINS

_________________


sunshine on a rainy day
this thing I started feeling in my heart, when I first saw you, has become bigger and bigger until I could recognize that it was pure love. you are a very complete woman and your beauty is whole. you are beautiful before my eyes and beautiful to my heart. so I want to give my love and that you give me yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3561
POINTS : 3153
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Mer 15 Juin - 2:35


Le cri de stupeur de Malone désarçonna Sean, qui serait peut-être tombé à la renverse s’il n’était pas aussi bien installé dans ce lit qui n’était pas le sien. Il posa une main sur son coeur, bien plus sincèrement que quand il le faisait pour faire croire au membres d’un jury qu’il était ému… Il fallait dire que les mouvements brusques de Malone l’avaient surpris. Il laissa son pote se remettre de ses émotions, aussi tranquillement que c’était possible dans la situation présente. Puis il lui proposa d’appeler une infirmière, ce qu’il s’était refusé à faire jusque-là, parce que s’il était le seul à parler, il allait probablement passer ses nerfs sur elle, la pauvre - enfin, sauf peut-être si elle était extrêmement bien roulée. Malone semblait approuver. Sean leva alors les yeux au-dessus de son lit, vers les différents boutons. Il y en avait un pour lever le lit, un pour le baisser, un pour allumer la lumière au-dessus… Fallait-il qu’il le fasse, d’ailleurs ? Non, il avait l’impression d’être encore trop groggy. L’obscurité était certainement préférable. Sinon, les professionnels de la santé auraient laissé la pièce éclairée, de toute façon… Enfin, les yeux de l’Irlandais se posèrent sur le dernier bouton, qu’il pressa sans savoir si c’était le bon. Il haussa légèrement les épaules (enfin, l’épaule droite) avec résignation. « Bon, ben on verra bien ce que ça donne ! » Il jeta à nouveau un coup d’oeil au jeune Carter, qui semblait beaucoup plus agité que lui-même. « Par contre, tu sais ce qui est une mauvaise idée, mec ? Que tu bouges. J’ai presque mal pour toi en t’entendant. » Lui-même avait été horrifié en baissant les yeux vers son épaule gauche. Mais de toute façon, son bras était immobilisé par une quantité de bandages qui défiait l’imagination.

« Je me souviens pas de tout ce qui s’est passé… » Sean avait l’impression que son cerveau avait du mal à se réveiller, ce qui était sûrement normal après une anesthésie. Mais quand Malone poursuivit, il comprit alors qu’il avait mal compris la question qui lui avait été posée. En fait, ce que le Gallois cherchait à savoir, c’était ce qui lui était arrivé, à Sean. Ce dernier resta silencieux pendant quelques secondes. Les images qui défilaient dans sa tête le traumatisaient… Oui, c’était le bon mot. Lui, si plein d’assurance, si stoïque, si impassible, était profondément perturbé. En même temps, il fallait dire que ça n’avait absolument rien à voir avec ce qu’il affrontait d’habitude. Mais il ne voulait pas montrer ses émotions, comme à l’accoutumée. Il s’efforça de parler d’un ton neutre, comme s’il évoquait la météo… Sauf qu’il n’était vraiment pas sûr que ce soit réussi. « La non-assistance à personne en danger est un délit pénal » rappela-t-il, exactement comme s’il était un professeur de droit qui voulait faire réviser ses élèves. C’était tout Sean, ça… Chercher à se détacher de la situation, aussi dramatique soit-elle. Pourtant, il finit par pousser un soupir en se rendant compte que c’était stupide de sa part. Malone voulait juste comprendre… Mais est-ce que c’était une bonne idée ? « J’allais quand même pas rester sans rien faire » souffla-t-il alors, parlant à voix basse, comme s’il venait de dire quelque chose de mal. « J’avais juste oublié que je suis avocat, pas super-héros. Je me suis foiré et… Voilà le résultat. » Un frisson le parcourut en songeant qu’il aurait pu être atteint au coeur, ou encore au cerveau. C’était ce que ça donnait quand il tentait de sauver la mise de quelqu’un… Mais même quelqu’un d’aussi peu humain que lui ne le regrettait pas. Qui sait ce qui aurait pu arriver à Malone sinon ?

Alors que ce dernier semblait pris d’une crise de panique en pensant à sa fille et à sa copine, la porte de la chambre s’ouvrit sur une infirmière. L’avocat ne réagit pas, préférant laisser le plus jeune poser les questions. Un médecin entra à son tour et prit la parole pendant un temps qui semblait se prolonger à l’infini. Calmement, il leur expliqua ce qui leur était arrivé, puis leur détailla les soins qui leur avaient été prodigués au bloc opératoire. Enfin, il leur parla un peu de leurs médicaments, des effets secondaires à redouter de leurs blessures respectives, évoqua le temps qu’il leur restait à passer à l’hôpital, le traitement qu’ils devraient continuer à prendre et enfin, chercha à les rassurer en affirmant qu’ils avaient eu beaucoup de chance. Oui, bon, tout dépendait de quel côté on se plaçait… Mais préférant éviter de le relever, Sean ouvrit la bouche pour poser autre une question, une seule. « Qu’est-il arrivé au… Au tireur ? Il est au commissariat ? » Un mot bien plus vulgaire que « tireur » lui était venu à l’esprit, mais il s’était retenu à temps. « Il s’est suicidé. » Un juron s’échappa alors de ses lèvres. Cette fois, il n’avait tout simplement pas pu se maîtriser. Clignant des yeux à plusieurs reprises, le Fitzpatrick accusa le coup. D’ailleurs, était-ce seulement possible d’encaisser ? Quand le médecin et l’infirmière se retirèrent, il avait des images encore plus horribles en tête. Malgré le côté parfois « intense » de son métier, il n’avait jamais rien vécu de tel et il était certain que ce souvenir resterait gravé dans son esprit comme une marque au fer rouge sur son corps. Il éprouvait le besoin de se débarrasser des pensées noires qui lui trottaient dans l’esprit et donc de ne surtout pas parler de tout ça, aussi prononça-t-il une phrase qui était complètement incongrue. « Ils ont pas trouvé ton téléphone alors… Tu veux le mien ? »

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Billie, Spencer, Mona.
RAGOTS PARTAGÉS : 4547
POINTS : 5444
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 22ans. (04.11.1994)
CÔTÉ COEUR : mona ♥
PROFESSION : avocat chez carter&carter, râleur à temps partiel.
REPUTATION : " tout lui réussi. il a un bon travail, de l'argent, plein d'ami, une petite amie, une magnifique petite fille et il voyage beaucoup. je suis sûre qu'il y a un truc qui cloche, ce n'est pas possible d'avoir une vie aussi calme pour un jeune homme de 22 ans et ce, même s'il a énormément mûrit. "


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Jeu 16 Juin - 0:31


life's changes.
Le réveil a été dur, brusque. Ce qui avait semblé, jusqu'ici, être tout droit sorti d'un film d'action au cinéma me rattrape et me jette à la figure tout ce qui s'est passé. La faute, la douleur, tout me rattrape. Et le pire, c'est que ça va en causer aux autres. Sean en premier. C'est de la stupeur qu'on peut lire sur mon visage quand je me rends compte qu'il est dans le même genre d'état que moi mais je me calme vite. Je remarque que ma jambe est emballée, blessée, mais je m'obstine à vouloir bouger et me mettre dans une autre position que couché. Sauf que la douleur revient au galop. « Par contre, tu sais ce qui est une mauvaise idée, mec ? Que tu bouges. J’ai presque mal pour toi en t’entendant. » C'est sûrement le premier conseil que je vais écouter pour aujourd'hui. Je me réinstalle, plus rapidement cette fois et crie un bon coup quand la douleur revient. Mais alors, quand je suis enfin installé, je me sens mieux. Comme anesthésié. « Sal**erie. » ajoutais-je à sa remarque. Je lève la tête, envoie des excuses à mon ami par le regard et revient sur ma confortable installation.

Les mots sortent difficilement à tel point que quand j'ose parler à mon ami, c'est beaucoup trop vague. « Je me souviens pas de tout ce qui s’est passé… » Oh zut, moi qui croyais que Sean pourrait combler les trous, me voilà sans réponses. Bien que, je pense qu'il n'a peut-être pas tout compris ; je me souviens exactement de son visage quand il a pointé l'arme sur moi. Je me souviens du bruit. Je me souviens de la douleur. Je me souviens de la chute. J'ai du mal à croire que les détails ne soient pas autant gravé dans sa mémoire que dans la mienne. « La non-assistance à personne en danger est un délit pénal. » Son ton est pareil à celui d'un de mes professeurs. Je souris, plus amusé qu'autre chose. Ca fait du bien de rigoler, ne serait qu'un peu. « C'est vrai. Mais bon, j'aurais préféré ne pas te retrouver à côté de moi. » Ne jamais souhaiter du malheur aux autres parce que ça te finira toujours dessus. Puis Sean est mon ami, je n'avais évidemment pas envie que ça lui arrive. « Même si au moins, je ne suis pas tout seul dans cette chambre totalement flippante. » ajoutais-je en scrutant la pièce des yeux. Je n'aime pas les hôpitaux, j'ai juste l'impression que la mort est trop présente dans ce genre d'endroit. Et ça me fait trop peur. « J’allais quand même pas rester sans rien faire. » Je comprends la réaction, j'aurais eu la même. J'ai envie de lui dire pour qu'il fasse partir cette mine de son visage mais je sens que ça ne servira à rien. « J’avais juste oublié que je suis avocat, pas super-héros. Je me suis foiré et… Voilà le résultat. » Je me rends compte que je lui en dois une et une grosse. Il a bougé, pour m'aider, et s'est pris une balle pour l'occasion. Qui sait ce que l'ancien client aurait pu me faire pour se venger de mon père. La pensée d'une balle dans un autre endroit m'arrache un frisson tandis que le fait d'avoir peut-être frôler la mort me donne encore plus la nausée. « Je t'en dois une en tous cas. Qui sait ce qu'il aurait pu me faire. » finis-je par dire, totalement reconnaissant.

Ma crise de panique est de courte de durée. J'ai à peine le temps d'y penser qu'un médecin rentre dans la chambre. Je suis prêt à lui demandé des anti douleurs en plus mais il se lance dans un discours explicatif de ce qui nous est arrivé. Le bloc opératoire, la blessure exacte, les médicaments et leurs possibles effets secondaires. Il y a aussi le temps qu'on allait passer ici mais également les soins post hôpitaux et la possible rééducation. Il finit en nous disant qu'on a de la chance. Tu parle. Peut-être au niveau de la gravité de la blessure mais pour le reste, je ne me considère pas chanceux du tout. Plutôt stupide. Mais c'est une autre histoire. « Qu’est-il arrivé au… Au tireur ? Il est au commissariat ? » La question m'intrigue, surtout que je n'y avais pas spécialement pensé. D'autres surnoms m'arrivent en tête mais je ne dis rien, impatient de connaître la réponse. J'espère qu'il se fera enfermé et pour longtemps. Lui qui disait qu'il avait été en prison à tord et bien là, il ne pourra plus dire la même chose. « Il s’est suicidé. » Mon coeur fait un bond et ma tête change complètement d'expressions. Je ne souhaite jamais la mort à personne, même à lui. C'était trop difficile pour lui de faire face à ses craintes, à sa vie et à la bêtise qu'il a fait de nous tirer dessus. Enfin, je crois. Je ne suis pas dans sa tête. Je suis dans la mienne, je réfléchis et je commence à me sentir coupable. Si je m'étais contenté de parler, peut-être qu'on aurait pu trouver une solution. Peut-être que si j'avais pas bougé, on aurait pu trouver une solution. Tout ça, c'est de la faute de mon père. Tout ça, c'est de ma faute. « Ils ont pas trouvé ton téléphone alors… Tu veux le mien ? » Je ne réagis pas toute suite mais quand je le fais, je me laisse le temps de rattraper les minutes précédentes. Le médecin est parti, l'infirmière aussi ; j’appellerais pour des anti douleurs plus tard. Ou pas. Puis je me mets à penser à ce maudit téléphone et à l'endroit où j'ai pu le mettre pour que personne ne le trouve. « J'ai du le laisser au bureau ... » dis-je dans un souffle d'exaspération. Je l'utilise pour tout et n'importe quoi mais je ne l'ai pas quand j'en ai le plus besoin. « C'est gentil merci. Je garde l'idée pour un peu plus tard. » Je suis à l'hôpital, couché et incapable de bouger sous peine de hurler de douleur, je pourrais prévenir mes proches maintenant ou plus tard que ça ne changerait rien. « Puis, tu n'as pas quelqu'un a appelé toi ? » Une tentative de détournement qui, par la même occasion, pourrait me faire penser à autre chose. Mais rien. Je revois encore le visage désespéré de l'homme puis j'ai l'image de lui en train de se tirer dessus. Affreux. Horrible. « Je n'en reviens pas .. » lâchais-je dans un souffle en fixant le plafond. Pas besoin de préciser de quoi je parle, je sais que Sean est assez perspicace pour comprendre que j'ai du mal à avaler la pilulle.

AVENGEDINCHAINS

_________________


sunshine on a rainy day
this thing I started feeling in my heart, when I first saw you, has become bigger and bigger until I could recognize that it was pure love. you are a very complete woman and your beauty is whole. you are beautiful before my eyes and beautiful to my heart. so I want to give my love and that you give me yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3561
POINTS : 3153
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Jeu 16 Juin - 6:24



Alors que Malone laissait échapper un juron, Sean approuva d’un signe de tête résigné. « Ça, tu l’as dit… » Il n’avait pas besoin de s’excuser pour ce qu’il venait de dire. L’Irlandais avait prononcé des mots encore moins corrects, quand lui-même s’était réveillé. Et puis qui pourrait leur en vouloir, de toute façon ? Ils s’étaient fait tirer dessus, ils avaient bien le droit de se lâcher un peu ! D’ailleurs, Sean éprouvait encore un mal fou à réaliser ce qui s’était passé. C’était un vrai flingue, une scène violente et sanglante qui s’était déroulée sous ses propres yeux et dont il avait été acteur - ou plutôt, victime. Il avait peut-être l’habitude des récits d’homicides, des histoires de complicité de meurtre, de la folie humaine en général… Mais à chaque fois, c’était seulement quelque chose qu’il entendait. Ses clients étaient loin d’être des anges, c’était un fait avéré. Sauf que là, c’était différent… Là, c’était lui qui avait vécu, lui qui s’était retrouvé au milieu de l’action sans le vouloir. S’il avait été seul, il n’aurait absolument pas eu la même réaction. Il aurait cherché à fuir, obéissant à l’un des instincts les plus basiques, celui de la survie. Mais il n’était pas seul, malheureusement. En plus de s’être retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment, il y avait aussi l’horreur de se dire qu’une autre personne était dans une position encore plus risquée que la sienne. Alors il avait agi en essayant de désarmer ce taré qui avait ramené sa rage au cabinet Carter. Mais il n’avait rien d’un flic, rien d’un militaire, rien d’un homme entraîné. Lui, il avait juste fait du droit et il avait beau exceller dans son domaine, ça n’avait absolument aucune utilité dans les situations les plus extrêmes. La preuve était qu’en plus de n’avoir servi à rien, il avait aussi empiré la situation puisque maintenant, il y avait deux blessés. Le constat était déplorable et, quand Malone exprima sa reconnaissance d’une certaine manière, l’avocat se mordit la lèvre inférieure. « Non, tu me dois rien… » Déjà, parce qu’il n’avait pas réussi à agir à temps, même si les choses auraient pu être bien pires s’il avait encore tardé. Et ensuite, parce que le Gallois aurait fait la même chose pour lui (voire mieux) si les rôles avaient été inversés - Sean en était absolument certain. Il ne l’avait peut-être pas côtoyé tant que ça, mais il savait cerner les gens, parfois en ne les observant que quelques minutes. C’était simple, Malone était quelqu’un de bien.

Et après la sortie du médecin et de l’infirmière, le jeune homme poussa la réflexion encore plus loin. C’était probablement lié, mais… En plus d’être quelqu’un de bien, Malone était aussi quelqu’un d’important. Pas quelqu’un d’important en termes de célébrité, non. Mais il comptait pour des gens. Il avait une fille et une copine. Et même s’il semblait avoir quelques difficultés avec son père (sinon, il ne se serait jamais tourné vers lui), au moins, ce dernier avait accepté de l’embaucher dans le cabinet familial. Sean, lui… Eh bien, il n’avait rien de tout ça. Bon, il était très content de ne pas avoir de mômes, autant pour lui-même et pour leur hypothétique mère que pour les enfants eux-mêmes, parce qu’il ne serait jamais à la hauteur de leur fournir l’éducation qu’ils méritaient. Mais même s’il profitait à fond du célibat, il se retrouvait seul dans son grand lit tous les soirs, alors que Malone avait quelqu’un avec lui. Et son père n’avait jamais fait le moindre pas vers lui pour régler les conflits qui avaient toujours existé dans leur famille. Au fond, à part un travail qui le passionnait littéralement, qu’est-ce qu’il avait, dans la vie ? C’était peut-être les risques qu’il avait courus quelques heures plus tôt qui le faisaient réfléchir. Oh, bien sûr, il s’éclatait, tous les vendredis, tous les samedis. Il faisait ce qu’il voulait, personne ne lui donnait d’ordres, il n’avait pas vraiment de règles à respecter. Le rêve ? Peut-être pas autant qu’il l’aurait voulu… Ces derniers temps, Sean n’avait pas la sensation d’être véritablement heureux. Et maintenant, avec le choc qu’il venait de recevoir, son moral était définitivement plombé. C’était tout simplement pitoyable. « Non… J’ai personne à appeler. Bienvenue dans le vide sidéral de ma vie. » Oh, il aurait pu téléphoner à son petit frère et à sa petite soeur… Mais ces derniers ne s’inquiéteraient qu’il ne pointe pas le bout de son nez que dans une, voire deux semaines. Quant à sa mère, il ne voulait pas l’affoler. Puisque aucun membre de sa famille ne se ferait de souci pour lui avant quelques jours, à quoi bon leur en causer maintenant en leur racontant qu’il aurait pu y passer ? C’était inutile. Et même s’il avait voulu le faire, son compagnon d’infortune venait de reprendre la parole, visiblement toujours aussi hébété par l’annonce pleine de tact du médecin. Pour Sean qui cherchait à chasser l’horrible image qui persistait dans son cerveau, ses tentatives étaient bien vaines… « Est-ce que tu sais pourquoi il a agi comme ça exactement ? » finit-il par demander, dévoré par de la curiosité peut-être malsaine. « Je sais que les avocats commettent parfois de grosses erreurs et je sais aussi que ce type était complètement barré… Mais quand même… J’imagine qu’il y avait bien quelque chose… »

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Billie, Spencer, Mona.
RAGOTS PARTAGÉS : 4547
POINTS : 5444
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 22ans. (04.11.1994)
CÔTÉ COEUR : mona ♥
PROFESSION : avocat chez carter&carter, râleur à temps partiel.
REPUTATION : " tout lui réussi. il a un bon travail, de l'argent, plein d'ami, une petite amie, une magnifique petite fille et il voyage beaucoup. je suis sûre qu'il y a un truc qui cloche, ce n'est pas possible d'avoir une vie aussi calme pour un jeune homme de 22 ans et ce, même s'il a énormément mûrit. "


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Sam 25 Juin - 16:48


life's changes.
Je n'avais pas prévu de lâcher ce juron, sorti de ma bouche en une parole résumant un peu près mon ressenti du moment. Je me suis tourné vers Sean et lui lance un regard d'excuse. « Ça, tu l’as dit… » Je rigole, imagine les nombreux mots qui sonnent bien pires sortir de nos bouches. La scène se répète, encore et encore, avant que je ne finisse avec le suicide. Ca tourne encore et encore au point de me rendre fou et je continue de me rappeler la douleur quand la balle a traversé ma peau. « Je sais que je me répète, mais j'ai encore du mal à croire que c'est un si petit machin qui va sûrement m'empêcher de me déplacer un long moment. » Je radote un peu, mais j'ai besoin de le répéter plusieurs fois pour rendre la scène réelle. Un pistolet, un vrai. J'avais passé mon temps à regarder des films de flics ou de gros durs qui utilisent ces machins comme d'un objet qu'on peut trouver n'importe tout et n'importe quand. Quand ça sort d'un film, tu t'imagine toujours à la place d'un des héros quitte à penser que quand tu auras un flingue en main, ce sera comme si tu avais toujours su tirer. C'était rester au stade de l'imagination jusqu'à il y a quelques heures. Je me souviens de tout ce qui m'est passé par la tête quand je l'ai vu sortir l'engin de sa poche, allant jusqu'à rire discrètement en pensant que je rêvais. « Par contre, j'ai tellement été pris dans mon réveil que je ne t'ai même pas demandé si ça allait ... » La pensée m'a traversé à toute vitesse. J'étais tellement préoccupé par mon propre état que j'en ai oublié celui de mon ami. « Ca fait mal. Mais tu t'en sors mieux que moi au niveau de l'endroit ? » La première partie était une évidence qu'il n'avait pas besoin de préciser. Est-ce qu'il pourra marcher ? Est-ce qu'il pourra agir comme à ses habitudes ; c'est à dire quelqu'un de normal à qui il est arrivé une c***lle ? Je commence à me sentir encore plus mal pour lui et l'aide que le Fitzpatrick m'a apporté. Ce n'était peut-être pas un super héros mais je suis presque sûr que c'est grâce à lui si je suis encore en vie. « Non, tu me dois rien… » Je tente un sourire mais celui ci est tordu par la douleur. J'ai vraiment besoin que l'infirmière revienne. Oui, j'aurais fais la même chose pour lui mais en attendant, les situations ont été inversée et c'est lui qui m'a sauvé de futur représailles. Après tout, le gars était venu chercher mon père et qui sait, comme il était pas là, peut-être qu'il avait décidé de laisser aller sa colère sur moi. J'ai des frissons rien qu'à y penser et bénit le ciel de m'être évanoui pour éviter de faire face à l’événement. Encore plus à son suicide, que je passe mon temps à imaginer dans ma tête depuis qu'on nous a annoncé la nouvelle.

La visite du médecin et d'une infirmière change la donne sur toutes les manières que j'avais de penser à ce qui était arrivé. Suicidé. Le choc passe assez vite, sûrement parce que je n'ai pas l'impression que c'est réelle. Je pense alors à Mila, Grace, Mona, Laze ... Des gens que j'avais l'habitude de voir sur une journée et qui devaient se demander ce qui avait bien pu m'arriver. Je stresse, je déteste qu'on s'inquiète pour moi. Ils n'ont apparemment pas trouvé mon téléphone et Sean me propose alors le sien. « Non… J’ai personne à appeler. Bienvenue dans le vide sidéral de ma vie. » Oh, drôle de manière de répondre. « Tu n'es pas tout seul, je suis là. » Sean me faisait presque de la peine ... C'est difficile, même de simplement penser, que l'on est tout seul et qu'on a personne à appeler quand ce genre de truc nous arrive. Je ne suis pas proche de tous les membres de ma famille mais je sais que je pourrais toujours compter sur eux, même dans le pire. « Si tu veux, tu viens vivre à la maison le temps de la blessure si t'es vraiment tout seul. On s'occupera l'un de l'autre, il faut se soutenir entre estropiés. » Ça n'avait rien de sérieux comme proposition, preuve est par le demi rire un peu forcé. Il a sa vie, j'ai la mienne et nous connaissant assez bien, on ne se contentera pas de rester assis dans notre fauteuil à prendre des médicaments en alternant sieste et télévision. Non, on continuera de vivre plus ou moins comme si rien n'était, juste avec des membres en moins pour un petit moment. On gardera la psychologie pour nous tout seul.

J’accueille les questions de Sean avec grand plaisir, profitant de l'occasion pour enlever les images de mon cerveau. « Est-ce que tu sais pourquoi il a agi comme ça exactement ? » Bonne question. Je me suis creusé la tête quand le gars a débarqué au cabinet et je l'ai encore fais dès mon réveil mais rien ne me rappelle un dossier comme celui là. « Non .. Quand je me suis décidé à profiter du cabinet de mon père, j'ai étudier pas mal de dossiers qu'il avait traité mais celui là, ça ne me dit rien. » Papa était capable d'avoir caché les dossiers qu'il a raté pour ne travailler que sur ses victoires. Ce n'est pas sain, mais c'est une manière de faire. « Je sais que les avocats commettent parfois de grosses erreurs et je sais aussi que ce type était complètement barré… Mais quand même… J’imagine qu’il y avait bien quelque chose… » C'est vrai. Je me suis mis à la place de l'homme quelques secondes, ai imaginé tout perdre, Mona, Mila, ma maison, mon job ... J'aurais forcément pété les plombs aussi. « Après, je ne sais pas trop. Mon père est un bon avocat mais il n'en reste pas moins spécial. Il est très secret et du genre à se foutre dans des embrouilles si ça peut l'aider ... » Mon père et le mystère qu'il peut être à lui tout seul. J'ai encore du mal à y croire et dès son retour, il va m'entendre. « En tous cas, il nous a vraiment foutu dans la m**de tous les deux. Je te jure que quand il rentre, il nous revaudra ça. » dis-je très sincèrement.

AVENGEDINCHAINS

_________________


sunshine on a rainy day
this thing I started feeling in my heart, when I first saw you, has become bigger and bigger until I could recognize that it was pure love. you are a very complete woman and your beauty is whole. you are beautiful before my eyes and beautiful to my heart. so I want to give my love and that you give me yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3561
POINTS : 3153
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Dim 26 Juin - 7:55


« Et dis-toi bien que ce petit machin a été retiré… Pourtant, ça continue à foutre un mal de chien. Alors imagine c’était toujours là… » Malone semblait avoir du mal à émerger, à réaliser le malheur qui leur était arrivé. Sean, lui, n’était pas en meilleur état… Seulement, il s’efforçait de rejeter en bloc toute pensée qui s’y rapportait. Bien évidemment, il n’y arrivait pas le moins du monde. Cependant, contrairement au jeune Carter, il n’avait pas (encore) envie d’en parler. Il pouvait néanmoins comprendre qu’ils réagissaient différemment au choc. Mais il n’était assurément pas la meilleure compagnie, puisqu’il ne savait absolument pas quoi dire pour rendre les choses un peu moins difficiles. D’ailleurs, il n’était même pas sûr d’avoir envie de faire quoi que ce soit, pour la simple raison qu’il se sentait épuisé, autant physiquement qu’émotionnellement… Et Malone lui posait précisément la question délicate, à savoir comment il allait. L’Irlandais haussa légèrement les épaules, avant de se souvenir que son compagnon d’infortune était, comme lui, allongé. Par conséquent, il ne le regardait certainement pas, même s’il lui parlait. « Ça va. » Il était bien loin du niveau habituel de ses discours, de sa facilité à manier les mots, de son charisme bien connu de tous ses confrères. Non, il était tout bonnement trop abattu pour réagir autrement. En revanche, quand Malone poursuivit, Sean ne put s’empêcher de rire un peu. La situation n’avait absolument rien de drôle, mais c’était probablement plus nerveux qu’autre chose. Et puis il ne s’attendait pas à ce que le Gallois tourne ainsi sa question. « Je me suis fait tirer dans le bras… Alors j’ai mal au bras, c’est tout. Enfin… Il y a aussi ces putains de médicaments qui me donnent le tournis. J’ai l’impression de voler très haut, sauf que c’est sacrément moins agréable qu’un joint, si tu veux mon avis. » En temps normal, le Fitzpatrick n’aurait pas forcément avoué à haute voix qu’il s’amusait à côtoyer des produits illicites, parce que si ça se trouvait, Malone était bien plus « réglo » que lui. Mais il n’avait pas la tête à réfléchir… Sans se soucier d’éventuelles conséquences, il se contentait de balancer ce qui lui passait par la tête. De toute façon, après une telle mésaventure, il était peu probable que le fils Carter ait envie de le dénoncer aux flics.

En réalité, Sean avait bel et bien l’impression qu’à l’instant précis, il ne se souciait pas de grand-chose. Il ne s’était jamais senti aussi minable et dans sa tête, il n’y avait de place pour aucun autre sentiment. D’habitude, il savait toujours quoi faire. Fin connaisseur des lois britanniques, il pouvait trouver des recours dans de nombreuses situations. Si leur agresseur n’avait pas retourné l’arme contre lui-même, l’avocat l’aurait assurément réduit en bouillie. Il se serait battu pour parvenir à obtenir une sentence digne de ce nom, grâce à l’un des meilleurs de ses confrères. Mais là… Là, il ne pouvait rien faire. Il n’éprouvait même pas de colère vis-à-vis de cet homme à l’esprit plus que dérangé, ni de rancoeur. De toute façon, à quoi bon ? Il avait largement payé sa dette. Il n’était plus parmi eux… Et une fois encore, Sean se sentait frappé par l’injustice de la vie. Certes, ce n’était pas ce qui l’avait poussé à exercer son métier. Néanmoins, parfois, les horreurs de ce monde le désolaient profondément. Même sa précieuse fortune ne pouvait pas l’immuniser contre des sentiments humains, telle que la solitude. Pourtant, en temps normal, elle ne le dérangeait pas tant que ça. Il trouvait même que son frère et sa petite soeur avaient trop tendance à rester dans ses pattes. Mais il ne s’était jamais senti aussi esseulé, ainsi se contenta-t-il d’esquisser un pâle sourire quand Malone affirma qu’il était là, lui. Il ne savait pas quoi répondre. C’était gentil… Mais Malone était bien entouré, c’était un fait. Il n’avait pas besoin de s’embarrasser d’un homme qui était à moitié un monstre. « Merci, c’est sympa de ta part. Mais t’inquiète, ça va aller. » Il n’avait pas envie d’être un boulet et d’ailleurs, il n’avait même pas l’impression de mériter d’avoir quelques personnes autour de lui. Il pouvait encore compter sur sa soeur, à Swansea, c’était déjà ça… D’ailleurs, il espérait bien pouvoir sortir bientôt, mais il ne se faisait pas non plus trop d’illusions. Alors à la place, il pouvait seulement rester là, les bras croisés, les pensées tournées vers cet homme qui avait mis fin à ses jours, se posant des questions sur ses mobiles, exprimant ses interrogations à haute voix. « Les embrouilles et les avocats, on dirait que c’est un pléonasme… Il est pas trop tard pour te réorienter, tu sais. » Le jeune homme poussa un soupir. « Et qu’est-ce que tu vas bien pouvoir dire à ton père ? C’est plutôt moi qui vais lui demander un rendez-vous privé. » Et il ne comptait pas l’épargner… « Tiens, attrape mon téléphone. Ta copine va s’inquiéter. T’es toujours avec la même fille, la Londonienne, là ? »

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.


Dernière édition par Sean R. Fitzpatrick le Mar 28 Juin - 5:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Billie, Spencer, Mona.
RAGOTS PARTAGÉS : 4547
POINTS : 5444
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 22ans. (04.11.1994)
CÔTÉ COEUR : mona ♥
PROFESSION : avocat chez carter&carter, râleur à temps partiel.
REPUTATION : " tout lui réussi. il a un bon travail, de l'argent, plein d'ami, une petite amie, une magnifique petite fille et il voyage beaucoup. je suis sûre qu'il y a un truc qui cloche, ce n'est pas possible d'avoir une vie aussi calme pour un jeune homme de 22 ans et ce, même s'il a énormément mûrit. "


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Mar 28 Juin - 0:46


life's changes.
J'ai vraiment du mal à m'en remettre, à rendre le tout réel. « Et dis-toi bien que ce petit machin a été retiré… Pourtant, ça continue à foutre un mal de chien. Alors imagine c’était toujours là… » Je ne m'en étais pas rendu compte, mais c'était bien vrai. « J'ai l'impression d'être un flic des experts ou d'esprits criminels. » J'explose de rire quand à mes références. Quitte à vivre une histoire comme la nôtre, je préfère le prendre en rigolant plutôt qu'en pleurant. Il n'empêche que c'était vraiment ça et que!dès que je raconterais mon histoire, on pensera que je l'ai sorti de la dedans. « Ça va. » C'est bref mais je le comprends. Adieu, pour nous, les mots et les discours qui viennent si facilement quand il s'agit d'argumenter ou de simplement citer. Quand il s'agit de nous, de notre ressenti ainsi que nos sentiments, on finit par se contenter du simple et du bref, sans le besoin de s'étaler des heures. Ca change tellement que s'en ai parfois perturbant, pour moi le premier. « Je me suis fait tirer dans le bras… Alors j’ai mal au bras, c’est tout. Enfin… Il y a aussi ces putains de médicaments qui me donnent le tournis. J’ai l’impression de voler très haut, sauf que c’est sacrément moins agréable qu’un joint, si tu veux mon avis. » Je m'inquiète pour lui, son état est aussi piteux que le mien. Dans cette chambre d’hôpital, tous les deux, on fait vraiment la paire. « Je suis bien d'accord. » finis-je par dire en rigolant. Mon dernier joint remonte à loin mais je m'en souviens comme si c'était hier et comme Sean le dit, c'est bien plus drôle que ces médicaments.

Je venais de me lancer dans une espèce de discours où je lui disais que s'il était si seul que ça, on pourrait s'occuper l'un de l'autre chez moi. Mais impossible. Oui, on va être bloqué un moment tous les deux mais on est pareils sur un point, on ne pourra pas rester trois mois à la maison, sans bouger et en s'arrêtant de travailler. « Merci, c’est sympa de ta part. Mais t’inquiète, ça va aller. » Ca eut l'air de le faire rire et qui sait, de le faire un peu penser à autre chose. En tous cas, mes bêtises m'ont aidé pendant quelques secondes. Mais dès les paroles de Sean envolées, mon esprit retourne vers la scène et le suicide du fou qui a débarqué au cabinet. Mon ami a l'air également plongé dans ses pensées. « Les embrouilles et les avocats, on dirait que c’est un pléonasme… Il est pas trop tard pour te réorienter, tu sais. » Je ne vais pas gêner. Autant je travaille pour papa, autant je deviendrais bien meilleur que lui et sans tout ça. Puis je n'ai pas envie d'aller au cabinet tous les jours en ayant peur que ça arrive. « Oh ne te tracasse pas, j'ai compris ma leçon d'aujourd'hui. » Et je l'appliquerais dès mon retour au boulot. J'étudierais les dossiers ainsi que les contre qui me serviront par la suite. « Il n'empêche que je suis déçu. Je ne m'attendais pas à autre chose de mon père mais bon, je pensais qu'au moins, dans son travail, il serait plus honnête que dans la vie. » Une question d'habitude. J'avais eu espoir et c'était tombé à l'eau, comme à chaque fois.

« Tiens, attrape mon téléphone. Ta copine va s’inquiéter. T’es toujours avec la même fille, la Londonienne, là ? » C'est le meilleur moyen pour éviter qu'on tourne autour du pot encore des heures. Puis Mona allait finir par s'inquiéter. J'attrape le téléphone du Fitzpatrick et prends quelques secondes pour me souvenir de son numéro. « Oui, ça fait un petit moment d'ailleurs. » Je n'arrive par contre pas à calculer depuis combien de temps exactement. Je ne suis pas doué avec les dates, j'ai même réussi à oublier mon anniversaire certaines fois. « Tu n'avais pas une copine là ? Dev m'avait parlé .. De Jade, c'est ça non ? » demandais-je par curiosité. Vu la manière dont il avait fermé la porte à tout appel aux proches, ça ne devait sûrement plus très bien allé. « Merci. Je crois que je vais juste envoyer des messages, j'ai pas envie de les entendre pleurer d'inquiétude pour moi. » J'aime mes proches, j'aime juste pas leurs larmes, leurs inquiétudes et leurs mots quand ils sont bourrés d'émotions. Je vais vers le menu des messages et tape un texte rapide. « Et si on allumait la télévision ? Il y a peut-être un truc qui pourrait nous changer les idées. » dis-je en cherchant une télécommande des yeux.

AVENGEDINCHAINS

_________________


sunshine on a rainy day
this thing I started feeling in my heart, when I first saw you, has become bigger and bigger until I could recognize that it was pure love. you are a very complete woman and your beauty is whole. you are beautiful before my eyes and beautiful to my heart. so I want to give my love and that you give me yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3561
POINTS : 3153
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Mar 28 Juin - 6:00


« J’ai une nette préférence pour les films, en fait… » ironisa-t-il. Naturellement, il était beaucoup plus agréable d’être confortablement installé dans son salon, devant l’un des épisodes d’une série policière réputée. C’était d’ailleurs de celles que Sean préférait… Sa favorite était un thriller sur fond juridique. Il se délectait littéralement quand il la regardait, autant pour l’action entourant les crimes que pour les événements tournant autour du métier d’avocat. Parfois, il n’était pas tout à fait d’accord et était persuadé de relever quelques erreurs, mais au moins, ça le détendait vraiment. Oui, à la télé, ou sur l’ordinateur, c’était passionnant… Mais bien évidemment, Sean n’aurait jamais pensé qu’une telle chose puisse lui arriver dans la vraie vie. Pourtant, il en avait côtoyé, des personnes à l’esprit tordu. Il se souvenait encore de cette mère de famille qui avait essayé de détruire une vidéo dans laquelle sa fille poignardait sans aucun remords celle qu’elle prétendait être sa meilleure amie (malheureusement pour elle, cette femme ne connaissait pas le principe du « cloud »). Il y avait aussi eu cette fille qui, visiblement sans en éprouver la moindre gêne, lui avait assuré qu’en échange de ses services, elle pouvait réaliser le moindre de ses fantasmes, y compris s’il avait des tendances sado-masochistes. Et puis il ne risquait pas d’oublier ce sociopathe qui, dans le bureau de sa collègue, juste à côté du sien, avait renversé la table et projeté un vase contre le mur, avant de lui mettre la main au cou, sous prétexte qu’elle n’avançait pas assez vite dans sa plaidoirie. Oui, même si c’était loin d’être aussi spectaculaire que dans les films, le métier d’avocat pouvait parfois en faire voir de toutes les couleurs à ceux qui l’exerçaient, notamment s’ils étaient spécialisés dans les homicides et autres crimes majeurs. Pourtant, malgré ça, le jeune homme n’en revenait toujours pas d’avoir reçu une balle dans le bras. D’ailleurs, était-il possible de se remettre d’un tel choc en aussi peu de temps ? Quand les secours étaient arrivés, il n’avait pas perdu connaissance, mais il n’était pas forcément conscient de ce qui se passait autour de lui, trop focalisé sur la douleur et le traumatisme. C’était peut-être la raison pour laquelle il avait eu droit à une piqûre qui l’avait rapidement endormi. Ce n’était probablement pas plus mal, sinon il aurait pu se mettre à délirer.

« Je crois que ton père et le mien sont un peu pareils. Mais bon au moins, le tien, il va pas faire semblant à l’église, si j’ai bien compris… » Il était sans doute tout à fait normal que Malone en veuille à son père. Après tout, si ça se trouvait, c’était bel et bien à cause d’un manquement de sa part qu’ils se retrouvaient là… Sean n’en était pas certain, vu que l’ancien client en question était tout sauf équilibré. Mais de toute façon, en matière d’honnêteté, il n’était pas vraiment en mesure de jeter la pierre à Maître Carter. C’était une qualité qu’il mettait très facilement de côté pour obtenir ce qu’il voulait, une qualité qui n’était clairement pas intégrée à sa personnalité. La fin justifiait les moyens, selon lui. « Mais tu sais… Le monde des avocats et des procureurs est bien plus nuancé que ce qu’on pense. C’est rarement tout noir ou tout blanc. » Il ne disait même pas ça en essayant inconsciemment de justifier ses actions, pour la simple raison qu’il n’en éprouvait nullement le besoin. Il se contentait d’évoquer une vérité générale, qui pouvait bien servir à Malone dans la carrière qu’il construirait. « N’empêche qu’il va y avoir une enquête, qu’on sera interrogés et que le passé de ton père sera fouillé. S’il n’a rien à se reprocher, tant mieux pour lui. Sinon, il risque assez gros, crois-moi. » Heureusement que l’Irlandais était doué pour cacher ses entourloupes… Mais il n’y avait pas vraiment de quoi être fier. Tout ce qu’il voulait, c’était continuer à grimper les échelons, gagner encore des points de réputation, devenir meilleur que ce cher Maître Fitzpatrick Senior. Les techniques qu’il employait ne l’empêchaient certainement pas de dormir le soir, mais il savait bien évidemment qu’il n’y aurait jamais de quoi se vanter. Et puis, même s’il les trouvait plutôt manichéens, il était quand même content de constater qu’il existait encore des personnes comme Malone, sincères et croyant toujours à leur système judiciaire pourtant profondément imparfait. C’était quelqu’un de bien, apparemment autant au travail que dans sa vie personnelle. « Tant mieux, je suis content pour toi » assura Sean au sujet de la petite amie du jeune Carter. « Si, la conjugaison est exacte, j’avais une copine… On n’est plus ensemble. » Malone devinerait aisément qu’il n’avait pas envie d’en parler, aussi accueilla-t-il avec soulagement la proposition d’allumer la télévision. « Ouais, bonne idée ! » Malheureusement, quand l’avocat trouva la télécommande sur sa table de chevet et s’en servit, il tomba en premier lieu sur une scène de fusillade. Décidément… « Oups. » Aussitôt, il changea de chaîne, préférant une émission sur les moteurs de Land Rover. Un vrai truc de mec, qui ne risquait pas de leur rappeler la catastrophe qui s’était produite plus tôt… Les yeux fixés sur l’écran, Sean finit néanmoins par s’endormir, un peu apaisé à l’idée qu’il n’était pas tout seul dans cette galère.

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Billie, Spencer, Mona.
RAGOTS PARTAGÉS : 4547
POINTS : 5444
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 22ans. (04.11.1994)
CÔTÉ COEUR : mona ♥
PROFESSION : avocat chez carter&carter, râleur à temps partiel.
REPUTATION : " tout lui réussi. il a un bon travail, de l'argent, plein d'ami, une petite amie, une magnifique petite fille et il voyage beaucoup. je suis sûre qu'il y a un truc qui cloche, ce n'est pas possible d'avoir une vie aussi calme pour un jeune homme de 22 ans et ce, même s'il a énormément mûrit. "


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean) Lun 11 Juil - 23:51


life's changes.
« Je crois que ton père et le mien sont un peu pareils. Mais bon au moins, le tien, il va pas faire semblant à l’église, si j’ai bien compris… » Ce n'est peut-être pas la réaction la plus adaptée mais ça me fait du bien d'entendre que quelqu'un d'autre a eu un père aussi merdique que le mien. Ou en tous cas, de mon côté, pour une grande partie de ma vie. C'est comme s'il s'était amusé à jouer un rôle jusqu'à ce que j'ai l'âge de le comprendre. Peut-être qu'il pensait que je suivrais sa voie ... Mais à la place, je suis parti de chez moi dès ma majorité. « Oh non ... Fin, c'est plus compliqué. » Ce n'est pas le moment de raconter mes histoires de famille, encore moins quand je suis autant shooter aux médicaments. « Mais tu sais… Le monde des avocats et des procureurs est bien plus nuancé que ce qu’on pense. C’est rarement tout noir ou tout blanc. » Je fixe le mur devant moi, réfléchis aux paroles de mon ami. On a pas arrêter de nous le répéter à l'université et pourtant, il a fallu que je me retrouve dans ma situation pour vraiment comprendre ce que ça voulait dire. Peu importe si justice a été faite ou non, il y aura de toutes manières toujours quelqu'un qui ne sera pas content. C'est juste que là, j'étais tombé sur le plus dégénéré de tous. Je me réjouis de connaître le fin fond de l'histoire, si j'y arrive. « N’empêche qu’il va y avoir une enquête, qu’on sera interrogés et que le passé de ton père sera fouillé. S’il n’a rien à se reprocher, tant mieux pour lui. Sinon, il risque assez gros, crois-moi. » Je n'avais pas pensé à ça et pourtant, c'était une évidence. Je ne peux m'empêcher d'être satisfait, au fond de moi parce que mon père va être dans la merde, surtout s'il a pire à cacher. De mon côté, je commence à peine ma carrière donc je devrais être tranquille. Je suis presque content, au point d'en afficher un large sourire. « J'avais oublié cette partie tiens. » dis-je en effaçant le sourire de mes lèvres. « Mais tant pis pour lui, ce sera son problème. » finis-je par dire plus sèchement. Si on pouvait ne pas en discuter des heures, ça m'arrangerait.

Et heureusement pour ma tête, le sujet est rapidement passé à la trappe. Le Fitzpatrick me lance son téléphone et me rappelle, par la même occasion, que j'ai des gens à prévenir de mon ... Accident. « Tant mieux, je suis content pour toi. » dis-je en répondant à sa question sur Mona. J'espère que je vais être avec elle pour encore longtemps car de ce côté là, je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie. Je me penche alors sur le cas de Sean et me rappelle que Dev avait plusieurs fois citer le nom de Jade ; je connais Sean depuis un moment mais nous ne nous étions jamais concentré sur nos vies personnelles. « Si, la conjugaison est exacte, j’avais une copine… On n’est plus ensemble. » Mon regard est compatissant, les ruptures ne sont jamais une partie de plaisir. J'hésite à lui dire quelque chose du style désolé mais je passe au dessus, elle n'est pas morte non plus. Assuré par le fait que ce soit plutôt un sujet sensible, je finis par proposer qu'on allume la télévision. « Ouais, bonne idée ! » Il attrape la télécommande et je suis pris d'un sursaut dès que les premières images apparaissent sur l'écran. Une scène de fusillade, il ne manquait plus que ça. Je suis presque sûr que quelqu'un, là haut, cherchait à nous faire une mauvaise blague. « Oups. » Je rigole, amer, avant de le regarder appuyer sur les autres boutons. C'est trop tôt pour se mettre à rire de ce qui nous est arrivés. Sean finit par s'arrêter sur une émission de Land Rover et on plonge dedans en silence. Le brun, les yeux rivés sur l'écran, finit par s'endormir. Je le suis, quelques secondes plus tard.

AVENGEDINCHAINS

_________________


sunshine on a rainy day
this thing I started feeling in my heart, when I first saw you, has become bigger and bigger until I could recognize that it was pure love. you are a very complete woman and your beauty is whole. you are beautiful before my eyes and beautiful to my heart. so I want to give my love and that you give me yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: sometimes, people just feel lonely. (sean)

Revenir en haut Aller en bas

sometimes, people just feel lonely. (sean)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-