AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

With or without you (+) RHYS & LYLOU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyMar 31 Mai - 10:27


Ressentant soudain la fatigue accumulée, Lylou se frotta les yeux et laissa échapper un bâillement. Elle avait atterri à Swansea le jour même et Emrys était venu la chercher. Ils avaient donc passé un moment ensemble sur le trajet du retour, avant qu'il ne la dépose chez elle. Enfin, si elle pouvait encore appeler cette maison ainsi... Chez ses parents, plutôt. L'endroit où elle avait passé la majeure partie de son enfance, ainsi que toute son adolescence. Sa valise posée par terre, levant les yeux vers la fenêtre de la chambre qu'elle avait, fut un temps, occupée avec sa grande sœur, elle sentit sa gorge se nouer. Comment ne pas se rappeler pourquoi elle était revenue avec précipitation ou, plutôt, aussi vite qu'elle l'avait pu ? Heureusement, elle n'eut pas la possibilité de rester seule quelques instants avec ses pensées amères. Déjà, comme si elle avait un détecteur lui signalant la présence d'un de ses enfants dans les parages immédiats, sa mère avait ouvert la porte et courait vers elle, les bras grands ouverts. Esquissant un sourire un peu pâle, elle se blottit donc contre sa mère, exactement comme quand elle était petite et qu'elle craignait que cette maman-là aussi ne finisse par l'abandonner. Pourtant, maintenant, elle n'était plus très friande de ce genre de démonstration d'affection, parce qu'elle avait l'impression ridicule de se dévoiler un peu trop... Mais à chaque fois qu'elle rentrait en permission, c'était un passage obligé. Alors à combien plus forte raison aujourd'hui, quand sa maman devait avoir une peur bleue de perdre sa fille aînée. La Galloise ne rechigna donc pas, peut-être aussi parce que ça lui faisait plus de bien qu'elle ne voulait l'admettre. Elle passa ensuite dans les bras de son père, cet homme grand et fort qu'elle avait toujours admiré. Ensuite, il l'aida à ramener ses affaires à l'intérieur, où Lylou dut faire un gros effort pour ne pas laisser les souvenirs et la nostalgie l'envahir littéralement. Elle aurait préféré être dans une autre chambre que la sienne, parce qu'elle avait l'impression troublante de sentir la présence d'Echo. Mais elle n'osait pas le dire à ses parents... Alors elle se réfugierait peut-être dans l'ancienne chambre de Rhys, dans la nuit. En attendant, elle se laissa presser par sa mère dans la cuisine, devant des "home made" cookies et du lait frais. C'était l'accueil habituel qui lui était réservé. Et même si elle n'avait qu'une envie, celle d'aller à l'hôpital pour voir sa sœur de ses propres yeux, elle ne put se résoudre à abandonner ses parents sitôt arrivée. Elle passa donc un moment avec eux, redoutant autant une conversation à bâtons rompus qu'une discussion sérieuse. Mais finalement, ils lui demandèrent plutôt des nouvelles d'elle et, résolue à ne pas aborder dans l'immédiat les sujets qui fâchent, elle se promit de leur dire dès le lendemain ne serait qu'une toute petite partie de ce qu'elle avait sur le cœur.

Heureusement, semblant comprendre qu'elle ressentait le besoin d'aller vers sa sœur (et seule), son père lui proposa de l'emmener à l'hôpital. Elle déclina poliment son offre, leur assurant qu'un peu de marche ne lui ferait pas de mal et leur rappelant gentiment qu'elle n'en avait que pour quelques minutes. Alors elle monta se rafraîchir un peu, avant de les embrasser puis de quitter la maison. À chaque fois, la jeune Blake était frappée de constater que Tenby ne changeait pas vraiment. Elle n'était pas partie plus de cinq mois depuis sa dernière permission, mais elle était quasiment certaine que si elle faisait une comparaison avec une photo prise de l'époque où elle était au collège, il n'y aurait pas une si grande différence que ça. D'ailleurs, en pensant au "bon vieux temps", elle se mit à espérer ne pas croiser quelqu'un qu'elle connaissait bien, ou qu'elle avait bien connu à une certaine époque. Pour le moment, elle n'avait aucune envie de perdre du temps en conversations futiles. Elle n'avait qu'une hâte, se retrouver enfin auprès d'Echo... Aussi se pressa-t-elle jusqu'à l'hôpital, suivant ensuite les instructions de sa mère pour trouver la chambre de sa sœur aînée. Mais en arrivant devant la porte, Lylou s'arrêta soudain. Elle avait peur de ce qu'elle allait voir, indéniablement. Pourtant, dans l'armée de l'air, elle avait parfois assisté à des scènes qui l'avaient marquée à vie. Mais cette fois, c'était différent... Cette fois, il s'agissait de sa sœur. Alors, tandis qu'elle tournait la poignée de la porte, son cœur battait à toute allure... Sauf que son attention fut captée en premier lieu par une autre silhouette, familière malgré toutes ces années écoulées. La gorge de la demoiselle se noua encore un peu plus. « Bonjour Rhys... » Ces mots semblaient tellement inappropriés, tellement peu naturels, vis-à-vis de lui... Son grand frère, revenu après une absence plus que prolongée, comme le lui avaient si bien dit leurs parents. Il n'avait pas été là pour l'accueillir à la maison, mais il n'était peut-être même pas au courant de l'heure approximative à laquelle elle était censée arriver. Après tout, n'ayant plus eu de contact avec lui depuis des lustres, elle n'avait pas cherché à le prévenir qu'elle rentrait. Et elle ne savait pas si leurs parents l'avaient tenu au courant des détails. Peut-être que oui, peut-être que non... Il avait disparu de sa vie pendant si longtemps. Comment était-elle seulement censée se comporter envers lui ? Devait-elle s'approcher de lui pour l'embrasser ou lui faire un câlin ? Mais ce n'était tellement pas spontané qu'elle préféra garder cette distance involontairement établie, se contentant de lui offrir un faible sourire à la place. D'ailleurs, elle se demandait si elle ne se posait pas toutes ces questions uniquement pour éviter de regarder tout de suite sa sœur... Ce qu'elle finit néanmoins par faire, non sans difficultés. Le souffle coupé, elle eut l'impression de recevoir un coup de massue. « Oh my goodness... » Immédiatement, ses yeux s'embuèrent. Ces appareils, ces fils, cette pâleur extrême, cette immobilité la plus totale.. Ce n'était pas sa sœur. Profondément bouleversée, Lylou s'avança pour poser une main sur celle d'Echo. Elle s'accroupit pour être à sa hauteur, oubliant soudainement tout le reste. « Si tu savais... À quel point je suis désolée... »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2064
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
With or without you (+) RHYS & LYLOU Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptySam 4 Juin - 15:40

Les jours se suivaient et se ressemblaient à l’hôpital de Tenby. Echo conservait toujours son immobilité de statue de glace, faisant bien malgré elle, le malheur des siens. Ni Rhys, ni ses parents ne le formulait à voix haute mais l’espoir s’amenuisait de jours en jours. Pourtant le gallois n’avait pas ralenti le rythme de ses visites. Chaque jour, il était au rendez-vous, passant minimum une heure avec sa grande sœur. C’était presque ironique quand on y réfléchissait. Il n’aurait sans doute pas pu passer autant de temps avec elle si elle avait été éveillée. Peut être même que là, à cet instant précis, si elle avait une once de conscience, elle était en train de souhaiter qu’il parte. Ou qu’il se taise. Car il suivait à la lettre les recommandations de Lizzie et avait pris l’habitude de lui raconter ses journées, lui redonnant enfin la place qu’elle méritait dans sa vie. Et ce même, s’il avait l’abominable impression que c’était trop tard. Mais il ne s’arrêtait pas. Déjà parce qu’il se sentait le besoin de remplir les blancs, de ne pas la laisser seule dans les limbes dans son esprit mais aussi parce qu’il se disait que si sa voix l’énervait suffisamment, elle aurait peut être envie de se réveiller pour lui dire de la fermer. Rien ne ferait plus plaisir à Rhys. Elle pouvait très bien se réveiller toujours aussi en colère contre lui, du moment qu’elle se réveillait. Il ne pouvait pas supporter qu’elle lui en veuille pour toujours… Il avait besoin d’une chance de se racheter auprès d’elle… Le Blake est soudain tiré de ses pensées par la porte de la chambre qui s’ouvre. Il ne relève pas la tête, habitué à être interrompu par les infirmières. Sauf que la voix qui le salue n’appartient pas au personnel soignant. A vrai dire, elle est très familière même si ça faisait des années qu’il ne l’avait pas entendue. Complètement choqué, il lève les yeux, se pensant victime d’une hallucination auditive. Pourtant, elle est bien là, se tenant bien droite sur ses jambes, l’air de ne pas trop savoir où poser son regard. « Lylou… » Il prononce son prénom toujours aussi soufflé. Quand sa petite sœur était-elle revenue en ville ? Et pourquoi personne n’avait jugé bon de l’avertir ? Parce qu’il ne méritait pas de savoir en tant que déserteur ? « … Bonjour. » Il parvient enfin à lui rendre la politesse, retrouvant un peu ses esprits. « Je.. ne savais pas que tu revenais en ville. Tu es en permission ? »

Sa petite sœur lui avait adressé un petit sourire, qu’il avait bien eu du mal à lui rendre. Non pas qu’il n’en ait pas envie mais la scène lui semblait tellement irréelle… Il était seul dans cette chambre avec ce qui lui semblait être deux fantômes. Ceux de ses sœurs. Deux êtres chers qu’il avait perdus depuis longtemps. Quoique lui aussi était un fantôme, il avait disparu. En premier même. A vrai dire, ça faisait une éternité que la fratrie n’avait pas été réunie dans la même pièce. Mais les circonstances de ces retrouvailles étaient proprement abominables, c’était tellement déprimant… Il avait du mal à se réjouir. De toute façon, Lylou et Rhys semblaient avoir atteint leur maximum de politesses. La demoiselle n’ajoute rien de plus, ne cherchant pas à faire la conversation. Elle se contente de se pencher sur sa sœur, bouleversée. Ils sont chacun d’un côté du lit, ressentant la même émotion, chacun tenant une main d’Echo et pourtant Rhys a l’impression d’être dans la chambre avec une étrangère. Il reconnaît un peu de sa peine à lui dans les excuses coupables que Lylou adresse à Echo mais il n’ose pas pour autant faire un geste en sa direction. Il a peur qu’elle lui en veuille, il ne veut pas l’interrompre. Pourtant, il se sent mal de ne rien faire. Il s’était trompé en comparant Lylou à un fantôme. Elle était bien vivante, bien réelle face à lui. Et surtout, il était certain qu’elle pouvait entendre ce qu’il avait à lui dire. Il ne devait pas commettre la même erreur qu’avec Echo. Il devait essayer de faire les choses bien pendant qu’il était encore temps. « Je sais… C’est dur de la voir comme ça… » Dit-il maladroitement. Il n’avait aucune idée de comment il pouvait la réconforter. « Tu… tu devrais peut être t’asseoir. » Suggère t-il quand il voit que les épaules de sa petite sœur tressautent légèrement.


_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyDim 5 Juin - 4:14


Saisie par l'émotion, Lylou était bien incapable de dire quelque chose, ni même de faire quoi que ce soit. Bien sûr, pendant plusieurs semaines, elle s'était préparée psychologiquement à encaisser le choc, à affronter le pire. Mais était-il seulement possible de se préparer à ce genre de choses ? Elle ne s'attendait pas à ça. Elle avait presque l’impression d’être entrée dans la morgue, la fraîcheur en moins… Mais aussitôt, la jeune fille s’en voulut d’avoir eu une telle pensée. Quelle genre de soeur était-elle ? Il fallait dire que son coeur avait réellement raté un battement, voire plusieurs d’affilée. Echo… D’habitude, elle était pleine de vie, enjouée et rieuse. Bien entendu, Lylou l’avait aussi vue sous des jours moins favorables, mais son aînée avait toujours été une battante. C’était une prof respectée, une personne admirable et profondément gentille… Pourquoi avait-il fallu que, parmi tant de monde, ce soit elle qui tombe dans le coma et cause ainsi le désespoir de tous ses proches ? Encore une fois, l’injustice de la vie submergeait la benjamine des Blake. Un tas de personnes dans le monde, pourries jusqu’à la moelle, auraient mérité d’être à la place de sa soeur. Ce n’était peut-être pas très « réglo », comme pensée, mais elle s’en fichait complètement, ça restait la vérité. Alors qu’elle pensait avoir déjà versé toutes les larmes de son corps, alors qu’elle pensait être relativement capable de résister à une énième épreuve, Lylou sentait ses forces la lâcher. Elle n’était pas croyante, mais elle avait envie de prier pour que sa soeur revienne, reste encore dans le monde des vivants. Elle avait déjà perdu tellement de personnes… Trois êtres chers à vingt-deux ans, c’était énorme ! Pas sa soeur. Pas une de plus. Pas encore. Elle n’était pas sûre de pouvoir le supporter, de réussir encore une fois à relever la tête et à avancer, sans entendre ne serait-ce qu’une fois de temps à autre le rire d’Echo et même ses sermons quand elle les laissait trop longtemps sans nouvelles. Maintenant, elle regrettait profondément de ne pas avoir passé plus de temps avec eux tous. Avec elle en particulier, bien évidemment. Elle avait choisi en toute connaissance de cause un métier qui l’avait éloignée de sa famille… Et si c’était une manière de la punir, de lui montrer qu’il fallait profiter de ses proches tant qu’ils étaient encore là, au lieu de s’absenter dix mois dans l’année pour servir son pays sans véritable reconnaissance ?

Mais là, juste de l’autre côté du lit, se tenait une personne à laquelle elle tenait aussi, à laquelle elle tiendrait toujours, malgré tout ce qui pourrait bien se passer, malgré le temps et la distance. C’était la première fois qu’elle le revoyait, depuis tellement d’années qu’elle ne les comptait même plus… Et, dans le drame, dans le malheur, c’était peut-être le moment ou jamais d’essayer de renouer avant qu’il soit trop tard. C’était ce qu’Echo aurait voulu. Si elle avait pu, elle se serait réveillée exprès pour leur passer en savon en leur donnant l’ordre de s’accueillir mutuellement comme il le fallait. Mais justement, à l’instant précis, la demoiselle était tellement obnubilée par l’état déplorable de sa soeur qu’elle ne prêtait aucune attention à son frère. Ils ressentaient la même peine, elle en était à peu près certaine… Mais en-dehors de cette communion dans les affres de la terreur et du chagrin, ainsi que de leurs attaches liées à l’enfance (s’il était encore possible d’appeler ça comme ça), ils ne partageaient rien d’autre. Elle ne savait même pas si elle avait envie de compter sur lui, pas par méchanceté ni par amertume, mais plutôt par résignation et par peur d’être déçue. Ils avaient coupé les ponts depuis trop longtemps et, s’ils ne portaient pas le même nom de famille, elle ne l’aurait tout simplement jamais revu. D’ailleurs, elle aurait largement préféré être seule pour affronter cette chambre d’hôpital et la vue de leur grande soeur plongée dans le coma. Ce n’était pas que la présence de Rhys l’insupportait… Mais elle avait horreur d’exposer sa peine, y compris devant ses proches. Elle avait l’impression d’être faible et elle détestait ça. Mais là, tout de suite, c’était trop difficile… Elle en avait traversé, des épreuves, mais elle ne pouvait tout bonnement pas lutter. Les larmes déferlèrent, tandis qu’elle laissait tomber son visage sur l’épaule d’Echo, comme si elle espérait que ça puisse la tirer de son profond sommeil involontaire. Elle n’entendit que vaguement les quelques paroles maladroites de Rhys, lequel tentait sûrement de la consoler ne serait-ce qu’un tout petit peu. Mais c’était impossible. Alors il lui suggéra de s’asseoir, ce qui donna encore plus l’impression à Lylou qu’elle était pitoyable. Elle ne lui répondit pas, restant prostrée pendant encore quelques minutes, avant de constater que ses jambes lâchaient. Elle se força alors à se relever et, sans demander l’aide de son frère tellement elle avait l’habitude de se débrouiller toute seule, déplaça le fauteuil plus près du lit avant de s’y laisser tomber. Ses yeux étaient déjà tout rouges et elle étouffait à grand-peine ses sanglots. « Je suis venue aussi vite que j’ai pu… » murmura-t-elle, peut-être autant à l’un qu’à l’autre. « J’ai dû les harceler pour qu’ils me laissent partir » poursuivit-elle, posant à nouveau une main sur Echo, sur son front cette fois-ci. Puis elle se tourna franchement vers son aîné, retrouvant la voix déterminée qui était la sienne. « Qu’est-ce que les médecins ont dit ? Je suis sûre que même s’ils étaient très pessimistes, papa et maman ne m’auraient rien dit, pour me préserver. Mais je suis plus une petite fille, je veux pas qu’on me préserve, je veux qu’on soit honnête avec moi, s’il te plaît. »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2064
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
With or without you (+) RHYS & LYLOU Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyMer 8 Juin - 21:27

Toute à son émotion, Lylou ne semble pas entendre les mots de Rhys. Son entière attention est portée sur Echo. Elle occulte donc totalement son frère, oubliant de répondre à ses questions. Il ne lui en veut pas. Il sait quelque chose de l’onde de choc qui est en train de la traverser. Il avait ressenti la même lorsqu’il avait eu ce fameux coup de téléphone de l’hôpital. Le monde s’était dérobé sous ses pieds. Ce qu’il ne savait pas à ce moment là, c’était que la descente ne s’arrêtait pas. Chaque jour était une lutte pour garder l’espoir. Et puis il y avait la culpabilité. Telle une araignée, elle tissait sa toile géante dans le moindre recoin de l’esprit du gallois, lui murmurant qu’il n’avait pas profité de sa sœur quand il en avait eu l’occasion et que cela ne servait à rien d’être à côté à cet instant précis. Malheureusement, le Blake était persuadé que sa petite sœur était en train d’expérimenter les mêmes sensations ou que cela viendrait dans les jours à venir, vu qu’elle revenait elle aussi d’une absence prolongée… Et il n’y avait pas grand-chose à faire pour rendre le tout supportable. Alors le blond laisse la nouvelle visiteuse assimiler le choc, restant silencieux dans son coin, essayant de se faire le plus discret possible. Et il parvient jusqu’à ce que le chagrin de cette dernière devienne trop audible. Quand il entend des sanglots, c’est plus fort que lui, il faut qu’il parle à nouveau. Cette fois, elle semble un peu plus réceptive et elle obéit même à sa suggestion, prenant une position assise près du lit de leur grande sœur. C’était une première absolue. Lylou n’avait jamais fait ce que Rhys lui disait, même quand ils étaient gamins. La demoiselle avait toujours eu son caractère. Un fort d’esprit d’indépendance et aussi un peu de contradiction… Puis enfin, elle prend la parole. Le blond hoche gravement la tête quand elle affirme qu’elle est venue aussi vite qu’elle a pu. Il n’allait pas la blâmer. Il était bien placé pour savoir que parfois les circonstances pouvaient vous éloigner des êtres qui vous étaient chers… « Je veux bien le croire. » Finit-il par articuler quand elle ajoute qu’elle avait harcelé sa hiérarchie pour pouvoir venir ici. L’idée l’avait amusé, car il n’aurait pas voulu être à la place des pauvres bougres qu’elle avait ciblés mais il semblait que la joie n’était plus une réaction naturelle chez lui, car tout ce qu’il était parvenu à produire, c’était un rictus triste qui ressemblait plus à une grimace.

Le silence se réinstalle quelques instants tandis que Lylou caresse tendrement le front d’Echo. Puis elle cherche soudainement à accrocher le regard de Rhys. Il ne se dérobe pas, même s’il sent que les ennuis viennent de commencer. Car si les yeux de la brune sont rougis par les larmes, ils brillent aussi d’une détermination qui n’a rien d’illusoire. Il comprend pourquoi quand elle commence à poser les questions auxquelles il n’a pas franchement envie de répondre. Déjà parce que les médecins étaient effectivement pessimistes mais aussi parce que toute question sur l’état de santé de Echo le renvoyait automatiquement à ses mensonges à propos de ses connaissances en médecine. Il devait avoir l’air de savoir de quoi il parlait alors qu’au fond, il était aussi terrifié que le reste de sa famille. « Je m’en étais rendu compte. » Dit-il avec nostalgie quand Lylou lui fait remarquer qu’elle n’est plus une petite fille et qu’il ne devait pas la préserver. Exit la gamine qui l’adulait, il faisait face à une adulte qui n’avait pas froid aux yeux et qui semblait prête à obtenir ce qu’elle voulait quand elle le demandait. Quelqu’un de peu facile à duper… « Et bien… Je ne sais pas dans quelle mesure elle t’avait parlé de ses problèmes de santé… Mais il semble qu’ils étaient bien plus importants que ce qu’on pensait. » Il jette un petit regard en coin à Echo, gêné de parler d’elle ainsi alors qu’elle était juste à côté. « Elle est plongée dans ce qu’on appelle un coma diabétique. Il a été causé par une trop grande accumulation d’acide lactique dans son système. Quelque chose a déréglé ses organes, sa production d’oxygène et d’insuline. En général, c’est une infection ou un problème cardiaque. C’est pour ça que ses médecins lui font tous ces tests… Si on trouve la source du problème, on pourra peut être le régler. » Au final, il n’avait jamais été aussi calé sur un sujet de médecine. Il avait appris tout ça ces derniers jours… L’ironie continuait à le poursuivre. « A vrai dire, les médecins se refusent à être optimistes ou pessimistes. Ça fait des semaines qu’elle est stable, ce qui veut dire que rien ne change et qu’on ne sait pas à quoi s’attendre. » Il a une nouvelle grimace. Il avait accédé à sa requête en étant honnête mais il se sentait mal d’être aussi… clinique. « Je suis désolé, j’aimerai avoir de meilleures nouvelles à te donner. »

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyJeu 9 Juin - 6:52


C’était encore plus difficile que ce que Lylou avait pensé. Beaucoup de personnes disaient que les épreuves rendaient plus fort… Et dans son cas, c’était peut-être assez vrai. Elle s’était formé une carapace qui lui permettait de ne pas être aussi sensible que la plupart des femmes de son âge, peut-être même que la plupart des femmes en général. Mais au fond d’elle, il subsistait un vide profond, un abîme qui ne demandait qu’à être comblé un jour. Non, on ne ressortait jamais intact de ses épreuves et ça, la demoiselle était plutôt bien placée pour le savoir. Rhys aussi… Mais peut-être à un degré différent. Sauf que ce qu’ils vivaient là, aujourd’hui, c’était la même chose. Ils avaient tous les deux peur de perdre quelqu’un qu’ils aimaient, d’autant plus que ni l’un ni l’autre n’avait vraiment été là pour elle ces temps derniers. Lylou aurait donné n’importe quoi pour revenir en arrière, pour pouvoir se rattraper, pour avoir la possibilité racheter le temps perdu. Mais c’était malheureusement impossible et, aujourd’hui, il ne restait de place que pour les regrets… Et pour un peu d’espoir aussi. Sauf que justement, la jeune femme ne voulait pas se faire de faux espoirs. Déjà toute petite, elle n’avait jamais été bercée par de douces illusions. Personne n’avait essayé d’être trop tendre avec elle ou en tout cas, pas au point d’occulter la vérité. Tout le monde lui avait expliqué ce qu’il en était réellement au sujet de sa mère, puis de son père. C’était peut-être la raison pour laquelle aujourd’hui encore, elle ne voulait pas de fausses formules, ni de vaines assurances et encore moins de promesses qui n’avaient aucun sens. Elle voulait savoir ce qu’il en était réellement, pour se préparer au pire, si c’était seulement possible. Voilà pourquoi elle demandait à son grand frère d’être honnête… Elle méritait au moins ça, non ? Néanmoins, elle regretta presque d’avoir été aussi déterminée. En effet, elle obtint exactement ce qu’elle voulait, c’est-à-dire des explications détaillées… Mais elle se sentait encore plus mal qu’auparavant, parce qu’en résumé, ça voulait dire qu’ils ne savaient absolument rien. Elle fut alors bien contente d’être assise, puisque le fardeau qui pesait sur ses épaules ne cessait de s’alourdir. Mais quand Rhys affirma qu’il était désolé, elle leva une main en l’air, signe qu’elle voulait qu’il s’en abstienne. Ce n’était pas de sa faute, alors il n’avait pas à dire ça. Cependant, ce qui franchit ses lèvres traduisit seulement une partie de sa pensée. « Je suis pas en sucre, je peux supporter bien plus que tu le penses. » Pourtant, elle devait donner exactement l’impression du contraire… Et en d’autres circonstances, elle s’en serait peut-être voulu d’être froide. Mais, en plus de toutes les années passées loin de lui, sa dose d’agressivité était principalement due au chagrin profond qu’elle éprouvait. « C’est quoi, l’acide lactique ? » Contrairement à lui, elle n’y connaissait absolument rien au langage médical. Elle espérait qu’il pouvait être plus clair, sinon, elle serait obligée de chercher des informations sur Internet.

La jeune Blake ferma les yeux quelques instants, tentant de retrouver une certaine maîtrise de ses émotions, un semblant de contenance. Quand elle les rouvrit, ils étaient encore pleins de larmes, ce qui contrastait nettement avec le ton de sa voix. « Elle m’a écrit un long message sur skype, quand tu es revenu. J’étais en Grèce, à ce moment-là. Même séparées de deux mille kilomètres, elle n’aurait pas eu besoin de me dire qu’elle était en colère. Ça se sentait… Autant que si j’avais été à côté d’elle. » Son regard se posa à nouveau sur sa soeur aînée, qui avait l’air paisible au point que ç’en devenait affolant. « Et tu sais quoi ? J’étais tellement sous le choc… J’en revenais tellement pas… Que tu sais ce que j’ai fait ? Rien, justement. Je lui ai rien répondu. Je me disais que j’allais réfléchir à une réponse convenable, que j’avais le temps de peser mes mots, que je l’appellerai pour lui en parler dans les jours ou les semaines à venir, quand mes supérieurs auraient enfin un peu relâché la pression… » Ses épaules s’affaissaient et le son de sa voix faiblissait, signes évidents que sa confession devenait de plus en plus difficile. « Je savais pas que le temps était compté. Maintenant, c’est peut-être trop tard… Et tu sais quoi ? C’est ça, la dernière image qu’elle va garder de nous. Des fuyards, qui veulent travailler loin des leurs, des lâches qui se préoccupent à peine de leur famille… Des parents qui leur ont tout donné alors qu’ils n’avaient aucune obligation au départ, de la fratrie au sein de laquelle ils ont grandi même s’ils n’ont aucun lien de sang, de cette cellule qu’on a formée même si chacun de nous est un rescapé, un éclopé de la vie à la base. C’est ça, ce qu’elle aura pensé de nous en tout dernier… » Soudain, Lylou avait envie de tout envoyer valser. Quand elle était vraiment triste ou vraiment fâchée (voire les deux à la fois), il était difficile de la contrôler. « J’ai envie de lui dire que c’est faux… Que même si j’ai fait des choix particuliers, j’ai envie de m’améliorer pour être plus présente… J’en ai envie, mais elle ne m’entend pas. Je voudrais tellement qu’elle m’entende… »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2064
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
With or without you (+) RHYS & LYLOU Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyDim 12 Juin - 12:32

Rhys n’avait pas eu l’impression d’être spécialement protecteur avec Lylou, pourtant dès qu’il s’excuse pour la dureté du propos qu’il vient de lui livrer, une petite lueur de défi s’allume dans son regard, et elle lui signale qu’elle n’est pas en sucre, répétant qu’elle peut supporter les événements. Elle a les yeux rougis et elle est d’une pâleur à faire peur, mais le gallois n’est pas du genre contrariant. A son tour, il lève les mains en signe d’apaisement. « Ok, ok message reçu 5 sur 5. » Dit-il d’une voix neutre. Il pouvait aussi comprendre qu’elle ne voulait pas s’appuyer sur lui. Après tout, pour ce genre de choses, il fallait un minimum de confiance et d’affection. Or, on ne pouvait pas dire que ce sentiment animait vraiment les deux Blake, étant donné que c’était la première fois qu’ils se reparlaient face à face depuis un bon bout de temps. C’était bien plus facile d’échanger des banalités par mail plutôt que de faire face à l’inimaginable tous les deux. Et pourtant, ils sont bien là, au chevet de leur sœur, plongée dans un état qui n’a rien de naturel. Rhys hausse les épaules et au bout d’un moment, Lylou finit par demander d’un ton boudeur ce que c’est l’acide lactique. Le blond pousse un petit soupir. Heureusement qu’il avait fait ses recherches pour ne pas trahir son mensonge. «  L’acide lactique c’est… un produit fabriqué par l’organisme, lorsque les tissus des muscles ne sont pas bien oxygénés. Ce qui pourrait privilégier la piste d’un problème cardiaque. Son cœur pourrait ne pas bien fonctionner et empêcher une bonne circulation de l’oxygène. Et donc ça se répercuterait sur tous les muscles. Et comme tout cela est très étroitement lié au taux d’insuline… » Finalement, il aurait peut être dû faire médecine pour de bon au lieu de gaspiller ses jeunes années dans les affres de la culpabilité et de la dépression. Car tout cela l’intéressait beaucoup. Un regret de plus à ajouter à sa longue liste… « Enfin, je ne sais pas si c’est clair pour toi, je peux demander à un médecin de t’expliquer, ils sont beaucoup plus habitués que moi à vulgariser les termes pour leurs patients… » Et puis si par la même occasion, il pouvait arrêter de se faire passer pour ce qu’il n’était pas, il n’avait rien contre. Car malgré ce que son entourage pensait, il avait une conscience et celle-ci était en train de lui hurler que ce n’était pas du tout correct ce qu’il faisait. Echo était sa sœur et elle avait des ennuis. Il n’aurait pas dû utiliser sa condition de la sorte pour étayer son mensonge…

Heureusement, le pendant médical est bientôt laissé de côté. Malgré ses dires, la petite Lylou a besoin de vider son sac, et pas rancunier pour un sou, son petit frère l’écoute avec attention. Il essaye même de la réconforter, même s’il se fera peut être une nouvelle fois débouter. « Comme tu l’as dit, tu ne pouvais pas savoir que le temps était compté… Ne te torture pas pour ça. Et si tu veux tout savoir, elle était bien plus en colère contre moi que contre toi. Elle ne nous plaçait pas au même niveau. Elle m’a même fait remarqué que toi, tu faisais des efforts, que tu étais revenue à Noël et dès que tu avais une permission, que tu étais plus souvent sur Skype… Et puis honnêtement, je ne pense pas qu’elle nous en veuille pour avoir réalisé nos rêves, elle n’est pas assez égoïste pour ça… Elle-même, elle a bien quitté Tenby pour vivre avec son mari. Non ce qui l’a déçue, c’est le manque d’effort que j’ai fais pour maintenir nos liens. Moi pas toi. Toi c’est différent. » Il ferma les yeux, se rappelant brièvement de leur terrible entrevue lorsqu’il était passé voir sa grande sœur au lycée. Les mots de Echo l’avaient dévasté, même s’ils étaient parfaitement justifiés. Elle n’avait pas caché le dégoût qu’il lui inspirait à ce moment là. Il ne voulait vraiment pas que leur petite sœur ait l’impression que leur aînée ressentait ça pour elle aussi. « Tu étais loin mais vous avez maintenu votre lien… La preuve, tu pouvais sentir sa colère même à des milliers de kilomètres. Et si elle a t’envoyé ce mail dès qu’elle m’a revu, c’est qu’elle te considérait encore comme une partie de sa vie… » Non vraiment, ils n’étaient pas à mettre dans le même sac. Mais le chagrin de Lylou semblait trouver sa source dans plusieurs autres points. La voix de Rhys se fit tout à coup plus ferme, choqué par une expression qu’elle employa lors de sa longue confession. « Ce n’est pas la dernière image qu’elle gardera de nous, parce qu’elle ne va pas mourir. Elle va se battre, comme elle l’a toujours fait. Et quand elle se réveillera, elle  nous  verra à son chevet. Et tu pourras lui dire tout ça. » Il avait besoin de croire en cela. Sinon il s’effondrerait. Peu de choses le faisaient encore tenir debout. S’il se laissait aller ne serait-ce que cinq minutes au désespoir, s’en était fini de lui, il le savait. Il continue donc à essayer d’insuffler une note positive, se rappelant de ce que Lizzie lui avait dit à propos des personnes plongées dans le coma. « Elle t’entend tu sais. Tu peux lui parler… Peut être que pour toi, elle aura envie de se réveiller d’ailleurs. »  Dit-il essayant d’adoucir un peu son ton. Il n’était pas fâché contre Lylou, juste contre la science, Dieu, les parques ou n’importe quelle entité qui avait décidé que le corps d’Echo ne produisait pas d’insuline pour rester en bonne santé et que sa vie pouvait très bien se terminer à 27 ans…

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyLun 13 Juin - 7:59


Comme pour chercher à la calmer, Rhys leva à son tour les mains et se contenta de lui faire comprendre qu’il avait bien saisi. Ses propos eurent le don d’apaiser un peu Lylou. De toute façon, son aîné avait toujours été plus conciliant qu’elle… Il avait peut-être appris à manifester cette qualité en étant coincé au milieu de ses deux soeurs. Mais, des trois, la dernière de la famille était forcée d’admettre que c’était elle qui avait le tempérament le moins agréable. Elle n’était pas particulièrement difficile à vivre, mais elle avait toujours trouvé qu’Echo et Rhys étaient plus gentils qu’elle, plus ouverts, plus doux aussi. Et à l’instant précis, ça se confirmait. Son frère était celui qui cherchait à arrondir les angles, tandis qu’elle ne se préoccupait que de ce qu’elle-même éprouvait. Pendant quelques secondes, la demoiselle ressentit une pointe de culpabilité en faisant ce constat… Mais déjà, le jeune homme avait repris ses explications, entreprenant de lui détailler un peu ce qu’était fameux acide lactique, sur sa demande. Plus attentive encore que d’ordinaire, Lylou se contenait de ponctuer ses paroles de hochements de tête réguliers, comme pour signaler qu’elle avait bien compris. Néanmoins, Rhys lui proposa quand même de demander à un médecin (enfin, à un autre) de venir lui dire ce qu’il en était. Il n’en fallut pas plus pour agacer la plus jeune des Blake. « Je suis pas intelligente comme toi, mais je suis pas non plus idiote, tu sais. » Mais dès que les mots franchirent ses lèvres, elle se mordit violemment la langue. Elle avait toujours été comme ça : elle parlait et ensuite, et elle regrettait. L’impulsivité était malheureusement l’un de ses défauts… Pourtant, elle ne se serait jamais permis de répondre à l’un de ses supérieurs. Dans le cadre de son métier, elle savait parfaitement être respectueuse, parce que c’était ce qu’elle avait promis et parce qu’elle savait que discuter les ordres pouvait coûter des vies. Alors pourquoi n’arrivait-elle pas à être plus posée au quotidien ? Pourquoi parlait-elle ainsi à son frère, alors qu’elle était moins désagréable avec des inconnus ? Réalisant son erreur, elle esquissa une moue désolée. « Excuse-moi, je… Je suis sur les nerfs et c’est toi qui ramasses parce que tu es là en même temps que moi, mais c’est injuste, je le sais bien… »

En plus, son frère ne paraissait même pas lui tenir rigueur pour ses propos irréfléchis et désagréables, ou alors il cachait bien son jeu. Ou il était tout simplement touché par les confessions de Lylou… Il fallait dire qu’elle-même ne s’y attendait pas. Et même si elle n’était pas forcément la plus bavarde dans la vie de tous les jours, là, tout de suite, c’était elle qui parlait, comme si elle avait besoin d’exprimer ce qu’elle avait sur le coeur. C’était trop lourd à porter, il fallait qu’elle se confie à quelqu’un qui pouvait comprendre son chagrin et ses regrets et comme leurs parents n’étaient pas là… Et comme avant, comme quand elle était encore une petite fille, Rhys s’employait à la réconforter au mieux. Il s’efforçait de la faire dé-culpabiliser, comme s’il préférait prendre tous les torts de son côté. Mais la demoiselle n’était pas d’accord et, pour une fois, c’était à l’avantage du médecin. Oh, elle ne reniait pas le fait qu’il s’était bel et bien effacé petit à petit… Néanmoins, elle n’était pas toute blanche pour autant et, si les mots utilisés par son frère la touchaient, elle n’était pas encore prête à cesser de s’en vouloir. Aucun des deux ne l’était, visiblement… En revanche, il employa un ton plus ferme quand elle se laissa aller au désespoir pur et simple. Mais Lylou n’était nullement impressionnée que son frère durcisse le ton en s’adressant à elle. Après tout, elle avait l’habitude d’entendre des hommes bien plus effrayants que lui crier des ordres, de franches réprimandes, voire des menaces. Alors que Rhys… Eh bien, elle savait qu’il ne voudrait jamais lui faire du mal - du moins, pas intentionnellement. Elle avait au moins gardé cette certitude. « Tu penses vraiment qu’elle nous entend ? » Elle posa à nouveau les yeux sur Echo, si paisiblement endormie. Elle avait l’impression d’avoir toujours été plus réaliste, voire plus pessimiste, que son aîné. Pourtant, elle aussi avait besoin de garder espoir… Alors oui, elle avait envie de croire qu’Echo les entendait. Et d’un autre côté, elle venait de penser à autre chose. « Ça veut dire qu’elle sait si on se serre les coudes ou pas » murmura-t-elle, comme si elle craignait soudain que sa soeur ne soit en colère, même en étant inconsciente. « Est-ce que… Tu peux me laisser avec elle, s’il te plaît ? J’ai besoin de quelques minutes. » Mais après ? Elle était partagée… Cependant, l’idée que sa soeur puisse les entendre la poussait dans un sens plutôt que dans l’autre. « On se retrouve ensuite à la cafétéria, si tu veux. » Dès que Rhys fut sorti, elle parla à Echo. Elle lui expliqua à quel point elle était désolée, pourquoi elle avait tant tardé, combien elle se sentait coupable… Elle exprima ses craintes, ses regrets, ses souhaits les plus chers. Et une bonne demi-heure (et beaucoup de larmes) plus tard, elle rejoignit la cafétéria, sans savoir si son frère serait au rendez-vous ou s’il se serait lassé d’attendre. Mais il était bel et bien là et, après avoir commandé un chocolat chaud, elle s’assit en face de lui. Elle resta silencieuse pendant quelques secondes. « Toi, au moins, tu es revenu au bon moment. » La question lui brûlait la langue. « Pourquoi est-ce que tu es revenu, d’ailleurs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2064
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
With or without you (+) RHYS & LYLOU Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptySam 18 Juin - 17:49

 « Je suis pas intelligente comme toi, mais je suis pas non plus idiote, tu sais. » Cette fois-ci, s’en est trop pour Rhys. Il ne se prive pas de pousser un long soupir et de rouler des yeux face à cette nouvelle rebuffade de Lylou. Il avait essayé d’être conciliant face à l’agressivité de la demoiselle, la mettant sur le compte du choc mais il était forcé de constater que la gentillesse ne les menait nulle part. Il n’aimait pas du tout cette dynamique qui était en train de s’installer, celle où elle le prenait pour son punching-ball, pour le réceptacle de ses émotions. « Si tu le dis… » Réplique t-il alors sèchement, ne cherchant plus à cacher son agacement. Il avait pensé que son lien avec sa petite sœur s’était totalement délité mais il était forcé de constater que c’était faux. L’exaspération qu’était capable de faire naître les frères et sœurs l’un chez l’autre semblaient pouvoir résister à tout. Quelques minutes à peine dans la même chambre avaient suffit à Rhys et Lylou pour raviver leurs anciennes chamailleries. Il n’avait jamais pensé qu’elle était idiote mais il ne lui ferait pas le plaisir de démentir tant qu’elle agissait comme ça… De toute façon, la brunette prouve en effet qu’elle n’est pas idiote en réalisant vite que son comportement n’est pas très sympathique. Bientôt, elle présente des excuses à son frère avec une moue désolée. Des excuses qu’il n’a pas le choix d’accepter sinon, cela reviendrait à se montrer aussi injuste qu’elle. Et puis, ce n’était pas le moment d’être obtus et de se fâcher avec la seule sœur consciente qu’il lui restait. « Ne t’en fais pas, ramasser, c’est un peu comme un hobby pour moi en ce moment. » Il a l’air d’un authentique Caliméro en disant cela mais c’est un peu trop vrai pour que l’idée soit drôle. Il pouvait compter sur les doigts d’une main, les conversations affables et non teintées de reproches qu’il avait eues depuis qu’il était revenu ici…. A croire qu’il aimait ça au final. Parce que là, malgré son attitude envers lui, il met tout son énergie pour consoler sa petite sœur, ne supportant pas de la voir s’effondrer de la sorte. Il ne sait d’ailleurs pas vraiment si ses mots font leur effet, Lylou ne lui livrant pas le fond de sa pensée quand il entreprend de la faire déculpabiliser. La longue confession qu’elle lui avait faite précédemment était un accident, un débordement dû à l’émotion, pas quelque chose d’intentionnel. Désormais, elle a retrouvé son sens pratique habituel, ne posant que les questions qui lui tiennent vraiment à cœur.

« Oui je le pense vraiment. » Murmure t-il quand elle lui demande s’il pense vraiment que Echo les entend.   « Les patients qui sortent du coma racontent des histoires très troublantes. Il y aura toujours quelques médecins qui rationnaliseront et te diront que les souvenirs qu’ils pensent avoir sont des rêves ou des faux souvenirs mais je ne suis pas d’accord. Et puis, c’est prouvé, les patients qui ont de la visite ont de meilleures chances de se réveiller, donc quelque part, c’est qu’ils doivent percevoir quelque chose. Quelque chose qui les pousse à vouloir se réveiller. » Encore une fois, il avait fait ses recherches. Mais sur ce point, il se sentait moins coupable. Certes, il continuait son petit jeu mensonger mais au moins, il disait des vérités qui rassuraient sa petite sœur. Ou pas. Car cette dernière le congédia littéralement ensuite, lui demandant de la laisser seule avec leur grande sœur. Essayant de faire taire sa vexation, il se lève sans un mot. Elle le faisait vraiment se sentir comme un importun, un étranger. Au mieux, un médecin tout juste bon à lui donner des explications. Et elle donnait clairement sa préférence à Echo. Car elle avait le droit de vouloir un moment en tête à tête avec sa sœur, mais  aussi cynique que ça puisse sonner, celle-ci n’irait nulle part de sitôt alors que Rhys lui était là. Elle aurait très bien pu venir lui rendre une autre visite plus tard et ne pas chasser son frère aujourd’hui… Le sentiment de rejet doit se lire sur le visage du blond car elle lui propose ensuite de le retrouver à la cafeteria. Presque à contrecœur, il a l’impression…

Il ne veut pas de ce lot de consolation, il est à deux doigts de quitter l’hôpital. Il est d’ailleurs en train de le faire quand le visage mécontent d’Echo vient hanter ses pensées. Il était en train d’agir d’une façon qui mécontenterait certainement sa grande sœur, si elle avait été éveillée. Certes, Lylou n’était pas sympa mais elle restait sa sœur. Il fallait qu’il fasse des efforts. S’il partait sans se retourner, il y avait peu de chances pour que leurs rapports s’améliorent. Encore une fois, il ne devait pas laisser sa fierté prendre le dessus, sinon il était condamné à refaire les mêmes erreurs qu’avec Caleb… Il devait cesser d’abandonner ses proches. Et ça ne voulait pas simplement dire qu’il devait être dans la même ville qu’eux. Il devait être là pour eux, aussi exaspérants qu’ils puissent être.  Avec un long soupir, il va s’installer à la cafétéria, se commandant un thé. Il ne prend rien pour Lylou. Déjà parce qu’il n’a aucune idée de combien de temps elle va le faire poireauter mais surtout parce que malgré la décision qu’il vient de prendre, il est toujours fâché contre sa petite sœur et blessé par son attitude… Il en est à la fin de sa tasse quand Lylou vient s’assoir face à lui. Il ne fait pas l’effort d’engager la conversation, considérant que c’est la moindre des choses qu’elle le fasse. Il n’essaye pas non plus de la consoler malgré son air ravagé, car il a déjà donné dans ce domaine là… Hélas, la demoiselle ne semble pas prête à faire amende honorable. Car entrant dans le vif du sujet, elle pose abruptement la question qui fâche. Et Rhys est pratiquement certain de déceler une note accusatrice dans sa voix. Il compte jusqu’à 5, essayant de ne pas s’énerver. « Figure-toi que les jours comme aujourd’hui, je me pose aussi la question. » Dit-il avec un sourire sinistre. Mais ensuite, il consent un effort un peu plus fourni. « Je suis sorti de Tenby, j’ai vu le monde comme je le voulais. Maintenant, je me dis qu’il est temps que je retrouve un peu de racines, que je ne peux pas vivre que pour mon métier. Et puis, je me suis rendu compte que je n’avais qu’une seule famille et qu’elle me manquait… »

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyDim 19 Juin - 5:45


Gardant à l’esprit l’idée réconfortante que Rhys venait de lui souffler avec assurance, Lylou s’efforça de transmettre toutes ses émotions à Echo. Au fond, ce n’était pas bien difficile. Une fois qu’elle fut seule, sa carapace déjà fissurée s’écroula littéralement. Si les patients qui recevaient de la visite avaient de meilleures chances de se réveiller, alors elle comptait bien s’appliquer autant que possible à passer du temps avec sa soeur. Bien évidemment, elle en avait déjà l’intention en obtenant enfin l’accord de ses supérieurs pour rentrer chez elle en permission… Mais maintenant, c’était différent dans le sens où elle avait encore plus l’intention de rester au chevet d’Echo. Si elle était capable de percevoir quelque chose, si malgré son état elle pouvait, quelque part, sentir leur détresse et leur amour, alors il fallait qu’ils soient présents au maximum pour elle. La demoiselle n’avait pas vu sa soeur tant que ça, ces dernières années. Echo avait quitté Tenby pour aller vivre avec son mari et n’était revenue que quelques mois auparavant, après son divorce. Alors avant ça, Lylou était un peu déchirée, choisissant de consacrer deux ou trois de ses permissions à sa soeur - mais en-dehors de ça, elle revenait plutôt à Tenby, chez leurs parents. En réalité, c’était bel et bien Rhys qu’elle avait le moins vu. Une fois, elle avait reçu une formation dans la banlieue londonienne et elle en avait alors profité pour passer un peu de temps avec lui, mais c’était il y a bien longtemps déjà. Et aujourd’hui, ça se ressentait. Pendant des années, ça ne l’avait pas embêtée plus que ça, parce que la routine avait pris le dessus, que tout ne se passait pas trop mal et qu’elle-même était bien occupée çà et là. Mais maintenant que le drame avait frappé leur famille, la jeune Blake avait un peu plus de mal avec le fait qu’ils n’étaient pas vraiment unis. Comment auraient-ils pu l’être, quand le temps et la distance avaient détérioré leur relation ? Est-ce que c’était possible de changer les choses ? Peut-être bien, mais certainement pas sans efforts. Et puis c’était qu’Echo aurait voulu… Si elle avait su ce qui allait lui arriver, elle n’aurait sûrement pas envoyé bouler Rhys. Si elle avait su… S’ils avaient tous su, en fait… Ils auraient probablement fait de leur mieux pour se serrer les coudes un peu plus, plutôt que de partir chacun de leur côté, trouvant presque des prétextes pour ne pas se réunir plus souvent.

Mais il n’était pas trop tard et, en rejoignant son frère à la cafétéria, c’était un peu ce que Lylou avait à l’esprit. Seulement, les choses semblaient plutôt mal parties, puisque Rhys semblait lui en vouloir plus qu’elle ne l’aurait pensé. Elle haussa des sourcils étonnés, presque amusée de constater qu’il pouvait être quasiment aussi susceptible qu’elle (quoique, ça lui paraissait difficilement possible). Et puis de toute façon, la situation n’avait absolument rien de drôle. Le jeune homme affichait un air triste qu’elle ne lui connaissait pas. En plus, sa confession toucha la pilote plus qu’elle ne voulait bien l’admettre. Elle se radoucit donc en comprenant que son frère était revenu pour les bonnes raisons. Il était là pour retrouver sa petite bourgade et surtout, pour retrouver les siens… Il n’était pas de retour pour des raisons futiles. Bien entendu, il pouvait tout à fait lui cacher des choses, voire lui mentir, mais à l’instant précis, Lylou était persuadée qu’il lui disait la vérité. Quelque part, ses aveux la soulageaient, sans qu’elle puisse s’expliquer pourquoi. « Papa et maman sont vraiment heureux que tu sois là. Il fallait voir la tête qu’ils faisaient, quand ils me l’ont annoncé sur Skype… Jusqu’au bout, ils avaient encore du mal à y croire. » En fait, ils paraissaient même bien plus joyeux que quand ils accueillaient la benjamine de la famille à la maison… Mais c’était sûrement dû au fait qu’ils n’avaient plus vu Rhys depuis plus longtemps, alors c’était normal qu’ils soient aussi enthousiastes. Et c’était probablement la raison pour laquelle Lylou avait tenu à poser la question du pourquoi à son aîné. Elle avait peur qu’il ne donne de faux espoirs à leurs parents en débarquant, avant de reprendre aussitôt ses cliques et ses claques. Mais visiblement, Rhys se trouvait dans un tout autre état d’esprit et ça, c’était rassurant. « Et puis… Et puis ils ont besoin de toi en ce moment plus que jamais. » La jeune femme aussi avait sûrement besoin de lui. Seulement, elle refusait encore de l’admettre. D’ailleurs, ce n’était probablement pas contre lui à proprement parler. Accrochée à certains prétendus principes même en temps dramatiques, elle voulait croire qu’elle pouvait s’en sortir sans compter sur son grand frère. Elle y était arrivée pendant toutes ces années, alors pourquoi pas maintenant ? Elle n’avait pas envie de penser que le fait que la situation soit très différente changeait bel et bien la donne. « Mais dès que je ramène aussi ma tête, je te donne envie de repartir, c’est ça ? » C’était malheureux, mais c’était aussi ce qui semblait être la stricte vérité. « Bon, écoute, je t’ai dit que j’étais désolée et je le pense… » Il avait déjà dû comprendre que, parmi les choses qui ne changeaient pas, le sale caractère de Lylou en faisait partie. Oh, avec un nombre extrêmement restreint de personnes, elle était plus agréable, mais il était certainement très maladroit de le rappeler. « Mais si tu veux pas avoir à me supporter, alors t’y es pas obligé. Je peux m’arranger pour ne pas rester en même que temps que toi à l’hôpital ou à la maison quand tu passes. C’est pas ce que je veux, mais c’est peut-être préférable pour toi. » Finalement, elle avait peut-être été un peu optimiste… Il était fâché contre elle et ça se voyait.
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2064
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
With or without you (+) RHYS & LYLOU Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptySam 25 Juin - 10:37

Il était fort probable que Rhys ne s'habituerait jamais aux sautes d'humeur de sa petite sœur et ce même s'il venait à se fréquenter quotidiennement. Il n'avait aucune idée de comment elle pouvait fonctionner et il ne se risquerait plus à essayer de deviner.  Parce que quand il disait un truc gentil, elle le prenait mal et quand il la repoussait comme maintenant dans la petite cafétéria de l'hôpital,  elle redoublait de gentillesse. Ce n'était à plus rien comprendre... " Tu n'as pas besoin d'essayer de me remonter le moral. Papa et Maman sont comme tout le monde, au fond ils m'en veulent." Grommelle t-il avec une certaine mauvaise foi quand Lylou lui glisse d'une voix presque sucrée que leurs parents étaient heureux de le revoir. Il n'avait plus envie de la suivre dans ses envolées lunatiques. Il n'allait pas recommencer une conversation aimable et accepter qu'elle le réconforte si c'était pour se faire renvoyer balader la seconde d'après... Alors il continue sur sa lancée,  le nez plongé dans sa tasse.   " Ils ont besoin de toi aussi, tu sais. Peut être plus que de moi d'ailleurs. " Il peine en effet à imaginer un monde où qui que ce soit a besoin de lui. Les gens avaient beau lui reprocher son départ,  ils avaient tous avancé dans leurs vies respectives sans lui. Ainsi allait le monde... Même si tout dans l'attitude de Rhys montre qu'il est fâché contre sa petite sœur et qu'il n'a plus envie de parler, elle ne se démonte pas et finit par le confronter. Il relève enfin les yeux, la dévisageant d'un air morose quand elle insiste sur le fait qu'elle s'est déjà excusée pour tout à l'heure.   " Ah bon ? Tu le pensais vraiment ? Je suis désolé mais ce  n'est pas ce que je perçois dans ton attitude. Pas quand tu me vires de la chambre de NOTRE grande sœur comme un malpropre quelques secondes après t'être effectivement excusée. "

Il ne voulait pas faire de scène. Vraiment pas. Il veillait d'ailleurs à parler à voix basse, gardant en tête l'idée qu'ils étaient dans un hôpital. Mais vraiment il ne donnait pas cher de sa résolution si Lylou continuait avec ses questions. Il trouvait un peu fort qu'elle lui reproche de vouloir partir dès qu'elle arrivait alors que c'était elle qui l'avait repoussé d'emblée. " Je ne suis pas un étranger, je suis ton grand frère.  Alors non il n'est pas préférable pour moi qu'on s'évite. Te supporter je ne demande que ça. Je veux qu'on se serre les coudes. Je veux qu'on passe du temps ensembles. Il faut juste que tu y mettes du tien. Je ne peux rien faire si tu me repousses chaque fois que j'essaie." Il n'était pas doué d'une patience infinie. Il ne pouvait pas être mis de côté comme un objet gênant ou débouté chaque fois qu'il essayait de faire un geste envers elle. Ce n'était pas de la susceptibilité mal placée,  juste dans son caractère. L'attitude de sa petite sœur était aussi blessante que déconcertante...Si au moins elle lui avait reproché son absence comme les autres. Mais là,  elle semblait juste vouloir ne pas le voir dans ses pattes... Un constat qui fait naître un affreux doute dans l'esprit du blond. " A moins que ce ne soit pas ce que tu veux toi. " Après tout, elle avait peut être fait la proposition de ne pas fréquenter les mêmes lieux aux mêmes heures que lui pour elle... Et peut-être qu'elle essayait juste de retourner la situation pour que ça ait l'air de venir de lui... Une nouvelle fois, l'image d'une Echo désapprobatrice lui traverse l'esprit. Il s'éclaircit alors la gorge, essayant de se radoucir. " Écoute,  je sais que nous deux, ça n'a jamais été simple. Mais ça n'a pas à être comme ça.  Je ne mentais pas,  je ne compte pas repartir.  Même si ça se passe mal. Je veux vraiment faire les choses de la bonne façon maintenant. Alors ça voudrait dire beaucoup pour moi si tu me laissais une chance." La balle était dans son camp. Comme l'avait dit, un chanteur irlandais renommé, ça serait avec elle ou sans elle. Et même si ce n’est pas forcément légitime de sa part, il finit quand même par poser la question qui lui trotte dans la tête. « Tu comptes rester toi ? »

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptySam 25 Juin - 23:59


Un peu interloquée, Lylou fixa Rhys pendant quelques secondes. Est-ce qu'il pensait vraiment ce qu'il disait ? Probablement. Soudain, elle avait oublié tout ce qu'il avait pu rétorquer avant, notamment au sujet de leurs parents... Tout ce qu'elle voyait, c'était qu'il avair mal interprété sa requête. « Là, je te trouve injuste ! J'aurais viré, comme tu dis, n'importe qui... » Elle n'avait pas pu s'empêcher de s'indigner. Sur ce coup-là, peu lui importait qu'elle soit en tort ou pas... Elle n'avait même pas l'impression d'avoir si mal agi que ça. « Toi, tu as déjà vu Echo dans cet état. Toi, tu as l'habitude... Tu viens lui rendre visite, tu lui parles, tu gardes un certain optimisme... Moi, je débarque de loin, c'était le choc. Quoi qu'en dise, on peut jamais se préparer psychologiquement à ce genre de choses. Est-ce que c'est méchant de ma part, de vouloir passer un moment seule avec elle ? On dirait que tu vois le mal partout en ce qui nous concerne et c'est peut-être la faute à mon mauvais caractère, mais est-ce que l'idée t'a effleuré deux secondes que ça pouvait ne pas être à propos de toi ? Ça n'a rien absolument à voir. J'avais juste besoin d'un moment... Je pensais que toi au moins, tu pourrais comprendre. C'est aussi difficile pour toi que pour moi. » Elle qui était venue pour faire la paix, c'était plutôt mal parti. Elle n'avait pas haussé le ton, parce qu'elle n'oubliait pas qu'ils étaient dans un hôpital et qu'ils se trouvaient là parce que leur sœur était dans le coma. De toute façon, ce n'était pas ce qu'elle voulait. Elle cherchait seulement à lui faire comprendre que, s'il pouvait effectivement lui faire des reproches, ce ne devait néanmoins pas être à propos de son besoin de s'isoler quelques minutes avec Echo. Mais même si la jeune femme s'y prenait mal, elle n'était pas en train d'essayer d'attiser la dispute. Et quand bien même les tensions se ressentaient, ils semblaient tous les deux plus ou moins sur la même longueur d'ondes. Alors pourquoi n'arrivaient-ils pas à s'entendre ? Alors que Rhys ouvrait à nouveau la bouche, Lylou comprit soudain. Elle venait de mettre le doigt sur quelque chose, mais loin de lui ôter un fardeau des épaules, cette prise de conscience ne faisait que l'attrister. D'autant plus qu'au fond, son frère était plein de bonnes intentions. Il s'efforçait de passer outre sa colère pour exprimer son envie de passer du temps avec elle. Il lui inspirait de plus en plus de compassion, en fait. « Non, je n'ai pas dit que ce n'était pas ce que je voulais. » Une fois encore, il avait mal interprété ses propos. Mais ce qu'elle allait lui dire ne risquait pas de l'orienter dans un autre sens... Sauf que, comme si elle voulait retarder l'échéance, la demoiselle préféra répondre à sa dernière question d'abord. « Je compte rester aussi longtemps que mes supérieurs me le permettront. Pour l'instant, j'ai droit à deux mois complets. » Au moins, elle-même était rassurée quant au fait qu'il ne comptait pas prendre à nouveau ses cliques et ses claques, et l'inverse était également vrai.

Mais maintenant, il était temps de mettre les choses à plat et elle le savait... Sauf que même pour quelqu'un comme elle, c'était difficile. Elle savait qu'il le prendrait forcément mal. « Tu as raison... Tu es mon grand frère et ça ne changera jamais. » Un sourire infiniment triste se dessinait sur le visage de Lylou. « Mais tu es aussi devenu un étranger... » Elle ne chercha pas à se dérober, continuant à soutenir son regard, la voix inhabituellement douce, contrastant avec ses propos qui devaient certainement être durs à encaisser. « Je ne dis pas ça pour te blesser. Je ne veux pas te blesser. Mais... Mais c'est la vérité et je suis sûre que toi aussi, tu t'en rends compte... » Elle inspira profondément. « Quel âge est-ce que j'avais la dernière fois que tu m'as vue en chair et en os, Rhys ? Est-ce que tu t'en souviens ? Moi, je crois que oui. J'allais encore au lycée. J'avais l'habitude de me tresser les cheveux tous les matins. Je t'ai regardé partir avec le cœur gros, mais aussi débordant de fierté. Je savais que, contrairement à moi, tu étais destiné à faire de grandes choses. » Il était difficile d'être plus sincère qu'elle à ce moment-là. « Tu es revenu, mais pas tant que ça. La dernière fois que tu m'as tenue dans tes bras, j'étais encore mineure, je ne m'étais pas encore engagée dans l'armée et je n'avais jamais fait de boxe de ma vie. Je priais encore pour que tu sois là pour mon anniversaire. » La benjamine des Blake ressentait de la peine en y repensant, mais elle ne pleurait pas. Elle avait peut-être épuisé son quota de larmes pour la journée. « Mais ce n'était pas le cas. Et puis chacun de nous a avancé de son côté, a fait un bout de route. Je ne te blâme pas pour ça. Parfois, ainsi va la vie... Tu as suivi la voie qui te plaisait, puis j'en ai fait autant. Je ne t'en veux pas, quoi que puisse laisser penser mon attitude. Moi aussi, j'ai été absente. Je me suis efforcée de revenir à chaque période de fêtes, mais une fois, j'étais à Dubaï et je n'ai pas pu. Echo non plus. Toi non plus. À différents degrés, on s'est tous construits loin d'ici. » Le plus dur restait peut-être à venir. « Mais maintenant... Qu'est-ce que tu sais de ma vie, Rhys ? Qu'est-ce que tu connais de mon métier, de mes conditions quotidiennes de vie, de mes amours, de mes chagrins, de mes joies, de mes goûts ? Et moi ? Je n'en sais pas plus. Je pense que tu aimes ton travail, ça me paraît évident, mais je n'en suis même pas certaine. Je ne sais pas si tu as une petite amie, si tu as des projets, si tu aimes toujours regarder les mêmes programmes à la télévision... J'ai plus l'habitude d'être avec toi, c'est tout. » Lylou aurait bien voulu tendre la main à son aîné. Elle aurait aussi voulu lui assurer que, malgré tout, elle l'aimerait toujours. Toujours autant. Mais elle n'y arrivait pas ou du moins, pas encore. « Je sais ce que tu vas penser et à ta place, j'aurais pensé la même chose. Mais non, je ne suis pas en train de te dire que je ne veux pas passer de temps avec toi, que je ne veux pas qu'on se serre les coudes et que je ne veux pas te laisser une chance. Seulement... Là tout de suite, ne me demande pas de faire comme si de rien n'était, comme si on s'était quittés hier, comme si on était restés proches. Je voudrais pouvoir le faire, mais je crois que j'en suis encore incapable. »


Dernière édition par Lylou K. Blake le Lun 27 Juin - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2064
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
With or without you (+) RHYS & LYLOU Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyDim 26 Juin - 21:58

Ce qui était bien avec Lylou, c’est qu’elle n’hésitait pas à se défendre et à dire ce qu’elle pensait. C’était plus rapide pour aller au fond des choses. Rhys secoue cependant la tête en entendant ce qu’elle à répliquer à ce qu’il vient de dire. « Tu me trouves injuste ? Et bien, je te rassure, la réciproque est vraie. Parce que j’ai l’habitude de voir Echo dans cet état, je n’ai plus le droit de souffrir de la situation ? » Il a eu l’impression de recevoir une gifle quand il l’avait entendu dire qu’il était si égocentrique qu’il ramenait tout à lui et il tient à se défendre face à cette accusation. « Mais bon passons, je ne voudrais pas être trop centré sur moi-même. Je vais juste subir le rejet de mes deux sœurs sans broncher. Je ne voudrais pas déranger avec mes sentiments. Quelle audace pour moi d’en avoir. » Il croise les bras mécontents. Parce qu’au moment où il avait prononcé ces mots, il s’était en effet rendu compte qu’il était injuste et qu’il se comportait effectivement comme un gamin gâté, privé de son jouet. Lylou savait le blesser comme personne. Qu’elle ait raison ou pas, elle lui assénait toujours de difficiles vérités auxquels il devait face. Il devait reconnaître qu’il y avait du bon sens dans ses paroles. Il aurait dû effectivement encaisser l’attitude de sa sœur lui laisser le temps de se remettre du choc. Il plonge soudainement son regard dans ses prunelles vertes, penaud. « Je suis désolé, ce n’est pas ce que je voulais dire. Tu avais le droit de vouloir un moment avec elle. Je comprends mieux maintenant que tu m’as expliqué. C’est juste que…. » Il se tait. Quelqu’un lui avait un jour dit que des excuses devaient être le plus épurées possibles et surtout ne pas comporter de nuances sinon elles n’étaient pas sincères. Il était temps d’appliquer cette sagesse et de ne pas envenimer les choses. « Non oublie, ça n’a pas tant d’importance. Lylou avait raison, il ne devait pas laisser primer ses sentiments personnels sur le reste.

Les Blake mettent visiblement chacun du leur pour que cette discussion aboutisse mais ce n’est pas suffisant. Sans doute parce que les sujets abordés étaient plus qu’épineux et que des années de non-dits et d’absence de communications étaient en train d’être mis sur la table. Alors si Rhys est content d’apprendre que Lylou va rester deux longs mois à Tenby, la suite de son propos lui fait beaucoup moins plaisir. Il se rappelle cependant de sa résolution d’il y a quelques instants et encaisse. Elle dit qu’elle ne veut pas le blesser, ni le blâmer et pourtant, c’est ce qu’elle est en train de faire. Mais il encaisse comme promis. Il serre ses mains autour de son gobelet pour s’empêcher de l’interrompre. Il encaisse si fort qu’il sent bientôt des gouttes de thé gicler sur ses mains mais il s’en fiche. Car tout recommence une nouvelle fois. Les visages d’Echo, Caleb et Lizzie se superposent au visage de Lylou tandis que les reproches habituels sortent de la bouche de sa petite sœur. Elle y met les formes mais sa tirade reste impitoyable et quand elle termine, il reste de longues secondes silencieux, incapable de dire quoi que ce soit. Mais il finit tout de même par répondre quelque chose d’une voix presque éteinte. « Je me rappelle tu sais… Tu t’es entraînée pendant des jours et des jours pour réussir à faire des tresses hollandaises. Tu en portais une le jour où je suis parti. Je m’en rappelle parce que je me suis retenu de t’ébouriffer les cheveux pour ne pas gâcher ton travail. » Il souffle. Tout cela n’était pas pertinent, ce n’est qu’un détail. A moins que ça puisse soulager sa petite sœur de savoir qu’il se rappelait ? Parce que la jeune femme avait l’air de souffrir autant que lui. Son discours passionné suffisait à le montrer. Il reprend d’une voix calme. Il était prêt à lui concéder certains points mais pas tous. L’usure des disputes précédentes sans doute. Pas de chance pour Lylou, elle arrivait après tout le monde, quand il connaissait ce genre de reproche sur le bout des doigts ce qui le rendait plus ferme que repentant. Peut être aussi parce que bêtement, il ne se considérait pas comme seul fautif pour une fois. « Je connais mes torts et mes erreurs. Je sais que je t’ai blessée. J’ai aussi conscience que nous sommes des étrangers l’un pour l’autre. Oui. C’est justement ce que je veux changer. C’est ce que je te propose, un nouveau départ, pas de ressasser le passé. Parce que tu vois, tu l’as dit toi-même, toi aussi tu es partie. . Toi aussi tu as suivi ton propre chemin, tu as réalisé tes rêves loin de la maison. Toi aussi tu t’es éloignée. Je peux même te retourner ta réflexion de toute à l’heure. De tous, je pensais que tu serais celle qui comprendrait. Pas celle qui ferait des reproches.»

Il doit terminer même si c’est difficile car il a la gorge nouée. Il avait presque les larmes aux yeux tant ce qu’avait dit Lylou l’avait ému. Il y avait quelque chose de désespérant dans la façon dont elle parlait de leur relation même si c’était complètement réaliste. Pourtant, il ne peut pas s’empêcher de la contredire. « Je t’entends quand tu dis que tu as besoin de temps. Et aussi, je ne m’attends pas non plus à ce qu’on retrouve notre complicité d’antan en un clin d’œil. Je ne te demande rien de tel. Mais pour ma part, je considère que nous avons suffisamment perdus de temps comme ça. Et que si on ne se serre pas les coudes maintenant, je ne vois pas quand on pourra le faire. Parce que c’est maintenant que notre sœur est plongée dans le coma et que nos parents sont en train de s’effondrer. Et on ne réparera pas nos erreurs en continuant à nous les jeter au visage. Cela dit, je te remercie de ta franchise. » Il se mord la lèvre, conscient que cela pourrait mettre un point final à toute cette conversation. Elle avait dit qu’elle avait besoin de temps, la logique voulait qu’il se lève et qu’il parte. Mais il en était incapable. Car elle avait réveillé sa combativité en parlant des anniversaires manqués et du reste. « Oui, je ne connais pas tes goûts, ton quotidien, le nom de tes amis ou ton groupe préféré. Alors vas-y éclaire-moi. Laisse-nous une chance de rattraper le temps perdu. Après tout, ça serait comme raconter sa vie à un étranger dans un aéroport ou dans une gare. » Termine t-il avec un petit rire amer, toutefois conscient que rien de cela n’était drôle. Mais même pour lui, cette fin semble trop sinistre. Il se remet à plaider sa cause sans s’en rendre compte. « Je sais que c’est difficile ce que je te demande. Que tu m’en veux malgré ce que tu dis. Mais j’ai besoin que tu m’accordes cette chance. Vraiment… S’il te plaît ? » Après tout, ce n’était que logique qu’il se retrouve une nouvelle fois en train de supplier. C’était lui la larve qui avait abandonné les siens. Comme Lylou l’avait souligné, il était parti le premier, lorsqu’elle n’était encore qu’une gamine. Il ne se déferait pas de son image de déserteur comme ça. Elle s’était sentie abandonnée comme les autres malgré la pseudo indépendance qu’elle revendiquait. Et t il ne regagnerait pas son estime en lui tenant tête dans une dispute alors qu’il venait de se retrouver. Il devait signer une trêve ou s’en était fini d’eux. Spontanément, il attrape la main de la jeune femme par-dessus la table. « S’il te plaît. » Ajoute t-il une nouvelle fois.


_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyLun 27 Juin - 21:09


Pendant sa tirade, Lylou ne fut interrompue à aucun moment par Rhys. Pourtant, étrangement, elle aurait presque préféré… Elle avait l’habitude de ne pas mâcher ses mots, d’être un peu trop franche. Mais plus elle parlait et plus elle voyait le visage de son grand frère se décomposer. Elle lui faisait du mal. Sans le vouloir, certes, mais le résultat revenait au même… Sauf que maintenant qu’elle était lancée, elle se devait d’aller jusqu’au bout. Il lui avait inconsciemment tendu une perche pour crever l’abcès, alors mieux valait le faire une bonne fois pour toutes. Ça ne l’empêcha pas d’avoir l’impression que son coeur se fendait littéralement quand son frère reprit la parole d’une voix éteinte, d’autant plus que ses propos la touchaient. Elle l’observa pendant quelques secondes, émue. Il se souvenait du jour où il avait quitté la maison… Il se souvenait d’elle. Pas seulement de leurs parents, mais aussi d’elle, des détails qui la concernaient même s’ils n’avaient aucune importance. Néanmoins, la suite de sa réponse la ramena à la réalité. Oui, Rhys voulait bien admettre qu’ils étaient effectivement des étrangers l’un pour l’autre. Mais il montrait aussi qu’il n’avait pas tout à fait compris ce qu’elle voulait dire… C’était peut-être de sa faute, parce qu’elle ne s’exprimait pas bien, parce qu’elle avait tendance à mélanger les choses en parlant du fait qu’il lui avait manqué, alors qu’elle aurait dû se focaliser uniquement sur les conséquences de leur éloignement. Elle n’essayait pas de lui jeter la pierre et, même si son speech prenait des airs de reproches, elle tentait seulement de lui faire comprendre qu’aujourd’hui, c’était normal qu’ils aient du mal à aller l’un vers l’autre. Mais pour une fois, elle choisit de se taire, pas seulement parce qu’elle aussi se sentait blessée, mais également parce qu’elle saisissait parfaitement qu’elle risquait d’envenimer les choses en tentant bêtement de se justifier. Alors elle préféra laisser couler, se forcer à être plus conciliante, parce qu’au fond, elle ne voulait pas être responsable d’une autre catastrophe dans leur famille. En plus, elle était bien obligée d’admettre qu’elle se détestait de rendre son frère aussi triste. Quand elle réalisa qu’il avait les larmes aux yeux, elle se serait volontiers donné une claque… Fallait-il vraiment dire la vérité à tout prix ?

Mais si elle pensait avoir atteint le plafond d’émotions pour la journée, la jeune femme se trompait lourdement. Elle croyait que leur conversation était terminée, que chacun repartirait de son côté avec le coeur lourd. Mais non, contrairement à tout ce qu’elle aurait pu imaginer, Rhys continuait à abonder dans le sens d’un rapprochement. Après les aveux qu’elle lui avait faits, il avait encore envie de lui tendre la main pour qu’ils ré-apprennent à se comporter comme une fratrie. Une fratrie incomplète, mais une fratrie quand même… Il avait raison. Ils avaient besoin de se serrer les coudes dans l’épreuve. Elle le savait très bien, mais qu’il le souligne malgré la complexité de leur relation, ça voulait dire quelque chose pour elle. Alors quand il se retrouva presque à la supplier, puis qu’il posa une main sur la sienne, Lylou crut bien qu’elle allait craquer et se remettre à pleurer tellement elle était touchée. Il venait de prouver qu’il était décidément animé de plus de bonté d'âme qu’elle. Mais il ne fallait pas qu’elle chiale, c’était déjà assez difficile. Pendant quelques secondes, elle resta immobile, avant de se lever de peur de craquer. « Je… Je reviens… » S’efforçant de garder (ou plutôt de se redonner) une certaine contenance, la demoiselle s’approcha à nouveau du comptoir. Elle en profita pour se tapoter les yeux et, peu de temps après, elle était de retour à leur table, mais pas les mains vides. « Tiens, je t’ai repris du thé. On risque de rester un petit moment ici. » Elle n’avait pas dit franchement oui à Rhys, mais c’était là le premier signe qu’elle voulait bel et bien renouer, leur laisser une chance comme il disait. Si leurs retrouvailles s'étaient déroulées dans un moment moins dramatique, elle lui aurait probablement dit qu'ils avaient le temps, que s'ils avaient pu passer des années loin l'un de l'autre, ils pouvaient bien attendre encore avant d'essayer de reconstruire leur relation. Mais non, justement, ils n'avaient peut-être pas le temps... Les circonstances le montraient. Tout pouvait basculer d'un instant à l'autre alors oui, c'était maintenant ou jamais... Et puis, il n'était pas bien en difficile de lui raconter un peu sa vie. Elle était moins douée que lui pour les récits, mais elle allait y mettre du sien et, sans crier gare, elle se lança. « J’aime surtout écouter Oasis, Muse, Coldplay ou encore Keane. » Elle ne savait pas par où commencer et ça risquait de ne pas être cohérent, mais tant pis, elle ne passait pas un entretien d’embauche. « Piloter un avion, c’est une sensation magique. C’est grisant… Dans les nuages, tu te croirais dans un autre monde, je t’assure. » Malheureusement, elle ne faisait pas que ça. « Je dois m’entraîner plusieurs fois par semaine. C’est pas ce que je préfère, mais j’ai pas le choix. Je me débrouille bien en boxe. Ce que j’aime le moins, ce sont les séances de tir. Au début, j’ai failli être recalée à cause de ça. » Elle esquissa un sourire. « C’est pas facile d’avoir des amis quand on est tout le temps en déplacement. J’ai bien quelques potes dans l’armée, mais sans plus. Ici, j’ai gardé des amis fidèles, mais pareil, je n’en ai pas beaucoup. Et puis… N’essaye pas de le nier, je suis sûre que tu seras content d’apprendre que je n’ai pas de petit ami. Au fond, un grand frère, ça change jamais, hein ? » Le sourire de la cadette s’élargit, puis elle reprit une gorgée de chocolat chaud. « Et je déteste toujours le café… Mais maintenant, c’est à ton tour de parler. »
Revenir en haut Aller en bas
Rhys Mathesson-Blake
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : blossom (avatar) + ju (gifs) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (3/3) :
RAGOTS PARTAGÉS : 2064
POINTS : 4060
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016
With or without you (+) RHYS & LYLOU Tumblr_myyps8NFsL1rko30to5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie & Père adoptif de deux beaux enfants.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyDim 3 Juil - 15:05

Rhys pensait que pour aujourd’hui, rien ne pourrait plus l’ébranler que la longue tirade réaliste que sa jeune sœur venait de lui infliger mais comme souvent, il se trompait. Elle fit en sorte de l’anéantir une seconde fois, retirant sa main de la sienne quand il se mit à la supplier de lui accorder une nouvelle chance. Voilà, c’était terminé. Il avait échoué. Comme les trois fois précédentes. Le schéma se répétait. Il essayait de s’expliquer, se heurtait aux reproches et finissait par supplier. En vain à chaque fois. Ainsi, il ne prête presque pas attention à Lylou quand elle lui affirme qu’elle va revenir. Pourquoi ferait-elle une telle chose ? Il était certain qu’elle n’en avait même pas envie. Avait-elle encore des choses à lui dire ? A lui reprocher ? Il espérait que non, il en était à son maximum. Sauf qu’il était bien trop sonné pour songer à s’enfuir. Pourtant, il aurait dû. Car il savait que cette magnifique jeune femme qui ressemblait un peu la petite sœur qu’il avait laissée derrière lui pourrait encore le blesser de bien des façons différentes… La brune revient cependant à la table comme promis, sans qu’il n’ait bougé. A sa grande surprise, elle déposa un nouveau gobelet de thé fumant devant lui. Un signe de paix ? Ca y ressemblait, tous comme les mots qu’elle prononça, même s’il la sentait encore très distante. « Merci. » C’est tout ce qu’il est capable de dire, ne parvenant pas encore à croire à ce brusque revirement. Il y a d’ailleurs un moment de flottement puis soudainement, Lylou se lance, énumérant toutes les choses qu’elle lui avait reproché ne pas connaître à son propos. Il écoute attentivement, conscient qu’il a intérêt à retenir tout cela. Et puis, quand elle a terminé, il se lance avec une petite hésitation. « Alors, c’est vrai, tu pilotes vraiment des avions ? Des gros avions ? » Dit-il montrant les limites de ses connaissances en la matière mais en entrant tout de même dans le jeu. Ça lui faisait quelque chose d’imaginer sa petite sœur en train de voler ou de s’exercer au tir, il ne pouvait pas le nier. Et puis, elle lui semblait encore tellement jeune… Finalement, ils avaient beau dire, il avait encore des réflexes de grand frère. Il sent par contre un sourire naître sur ses lèvres quand il se découvre un centre d’intérêt commun avec la demoiselle qui lui fait face. « Moi aussi, je fais de la boxe, tu sais… » Il a envie de lui demander si un jour elle le fera voler ou s’ils pourront s’entraîner ensembles mais il n’en fait rien. Déjà parce qu’il ne veut pas brûler les étapes mais aussi parce qu’il se demande si leur trêve est suffisamment solide pour qu’ils puissent faire des projets ensembles. Et puis, vu leurs difficultés à s’entendre, boxer ensembles n’était pas forcément une bonne idée…

« Le rock et la pop actuels sont sympas à écouter mais moi je reste fidèle à nos vieux groupes. Pour moi, rien ne vaut les Stones ou Queen… » Dit-il en s’engageant sur un terrain qu’il veut plus neutre, n’oubliant toutefois pas de faire écho aux « révélations » que Lylou vient de lui faire à propos d’elle-même. Elle sourit alors il essaye de faire pareil même si ça ne lui paraît pas très naturel après le tourbillon d’émotions négatives dans lequel il a sombré. « Je n’ai pas beaucoup d’amis non plus. J’ai perdu les anciens et ce n’est pas facile de s’en refaire quand on est toujours en train de voyager… Je suis célibataire aussi, quelle femme pourrait supporter de m’attendre tout le temps ? » Il est en train de mentir à sa sœur, continuant à dépeindre cette vie de baroudeur qui ne lui appartient pas mais il n’a pas le choix. L’image de Gwen lui traverse aussi l’esprit pendant qu’il parle. Parce que c’était injuste de prétendre qu’il n’avait pas d’amis alors qu’il avait la meilleure amie qu’il puisse être. Et aussi parce que très bientôt, tout le monde allait penser qu’elle était en fait sa petite amie… Mais ce sont des détails, à côté de ce que Lylou vient de lui dire. L’espace de quelques instants, elle lui a rendu son rôle de grand frère alors qu’elle lui avait renié jusqu’à maintenant. Il ne sait pas comment il doit le prendre mais il sait qu’il ne peut pas rien dire. « Je suis surtout content que tu sois épanouie. Petit ami ou pas. Tout ce que je veux, c’est que tu sois heureuse. Et puis comme ça, le jour où tu en auras un, je pourrai le rencontrer et donner mon approbation. » Finalement, il s’avançait un peu même si c’était en plaisantant. Il n’était quand même pas aussi vieux jeu que ça… Quoique… Il change vite de sujet pour ne pas briser la paix fragile instaurée entre eux. « Je n’aime toujours pas le café non plus. Alors qu’en Afrique, on m’en a offert du très bon. Même au bout du monde, je suis resté british jusqu’au bout des ongles. Je bois toujours mon thé. » Dit-il en désignant sa tasse qu’il porte d’ailleurs à ses lèvres pour montrer qu’il appréciait le fait qu’elle lui en ait rapporté un. Et qu’il appréciait ses efforts tout  court. C'était étrange de rattraper le temps perdu ainsi mais il n'aurait bougé pour rien au monde. C'était tout ce qu'il voulait.  

_________________


I wish I could turn back time
Maybe someday we can rewrite our story. Maybe in that story we don’t hurt each other, like we did in this one. Maybe we are happy the way it should be. Maybe you and I, we get the ending that we should have. I have to believe that, that maybe someday we will make things right beetween us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU EmptyLun 4 Juil - 4:19


Dans des circonstances moins dramatiques, la mine presque impressionnée de Rhys aurait assurément fait rire Lylou. « Bien sûr que je pilote vraiment des avions… C’est pas réservé qu’aux hommes, tu sais. » Ils étaient beaucoup plus nombreux, certes. Mais sa condition féminine ne la condamnait pas à exercer un emploi de secrétariat dans l’armée, heureusement. Loin d’elle l’idée de dénigrer ce métier, mais elle n’aurait probablement pas supporté de travailler tranquillement derrière un bureau. Ce n’était pas franchement son truc. « Et puis je suis jamais toute seule, alors si c’est moi qui ai le moins d’expérience, je suis co-pilote. Autant te dire que vu mon âge, c’est souvent le cas. » Ce sujet neutre lui plaisait assez. C’était beaucoup plus facile de parler de son travail que de l’état plus qu’inquiétant d’Echo et de tout ce qui n’allait pas très bien dans leur famille, aussi poursuivit-elle sans se montrer avare d’un certain nombre de détails. « C’est pas si incroyable que ça… Je n’ai jamais piloté un Eurofighter Typhoon, après tout. Ben oui, tu me diras, sinon, j’aurais pas été accompagnée, justement… » Elle oubliait parfois que tout le monde n’était pas forcément bien renseigné sur la flotte militaire (aérienne ou autre) du Royaume-Uni. « Bref, tout ça pour te dire que je ne pilote pas des avions de chasse, ni des hélicoptères. Je suis pilote de transport, donc transport de troupes, transport ou aéro-largage de matériel ou de marchandises, missions de recherche ou d’évacuation, reconnaissance et renseignement… Donc selon la mission, si je transporte des militaires, des armes ou de la nourriture par exemple, l’avion peut être assez gros. Pour le reste, il ne vaut mieux pas. Je peux te montrer des photos si tu veux. » C’était définitivement le drapeau de paix qu’elle agitait là, comme si elle lui montrait qu’elle était disposée à partager un peu de son univers quotidien avec lui. « Ah et bien sûr, piloter, c’est pas tout… Il faut préparer la mission au sol et il y a souvent briefing et débriefing. Laisser la place au hasard, ça pourrait coûter très cher. » En revanche, aborder les risques du métier était probablement une mauvaise idée. La jeune femme avait déjà droit aux recommandations régulières de ses parents en la matière, elle n’avait pas envie de rajouter aussi celles de son aîné. Elle continua alors dans un autre domaine, évoquant ses entraînements et notamment la boxe. Rhys lui apprit alors qu’il en pratiquait aussi. Elle haussa des sourcils légèrement étonnés. « Je suis curieuse de voir ce que ça peut donner… Enfin, ceci dit, malgré les centimètres et les kilos d’écart entre nous, je suis sûre que tu tiendrais pas face à moi. » Lylou disait plus ça pour embêter le médecin, comme si elle espérait que ça pourrait détendre encore un peu l’atmosphère qui avait été si lourde. Ce n’était pas forcément une bonne idée de plaisanter à propos d’un combat de boxe vu l’état de leur relation, mais après tout, il s’agissait de son grand frère… Même carrément furax, elle doutait franchement qu’il soit un jour capable de lui faire du mal sur le plan physique.

« J’ai essayé d’apprendre à jouer Bohemian Rhapsody à la guitare, mais c’était pas très concluant… Et comme je préfère pas massacrer les grands classiques, j’ai abandonné l’idée. Mais je retiens… De quoi ressembler à Freddie Mercury serait une idée parfaite de cadeau pour toi. » Certes, sa façon de le taquiner était peut-être la première chose que la benjamine des Blake retrouvait dans leur relation. Mais entre les lignes, il lirait peut-être un peu de bonne volonté. Le fait qu’elle évoque un présent, même de nature saugrenue, voulait bien dire qu’elle ne comptait pas le chasser de sa vie. Non seulement elle n’en avait pas le droit, mais en plus elle n’en avait pas envie. Elle ne savait pas s’ils pouvaient redevenir proches ; en revanche, elle savait que c’était important d’essayer. Elle ne l’avait pas dit à Rhys, mais elle était parfaitement consciente qu’il n’était pas le seul responsable de leur éloignement. Certes, il était parti en premier, mais par la suite, elle n’avait pas non plus fourni beaucoup d’efforts pour rester en contact avec lui. Elle avait tracé son propre chemin, tout simplement… Les torts étaient donc partagés d’une manière équitable. Autant que lui, elle avait sa part à faire et toute la sollicitude dont il avait fait preuve l’incitait à aller dans ce sens. Alors même si ce n’était pas aussi naturel qu’elle l’aurait voulu, même si ce n’était pas aussi facile qu’avec Jesse, Emrys ou même Laserian et Leslie, ce n’était néanmoins pas comparable au fait de raconter sa vie à un inconnu dans une gare ou encore un aéroport. « C’est bien aussi, le célibat… » Lylou s’abstint de lui avouer que, comme il était encore plus beau que dans ses souvenirs, elle était surprise qu’il n’ait pas de femme dans sa vie. Famille ou pas, elle ne tenait pas à donner l’impression de s’immiscer dans sa vie privée. Elle ne voulait pas que trop d’émotions débarquent à nouveau dans la conversation. Pourtant, il ne l’aidait pas vraiment sur ce coup-là, puisqu’il lui fit une autre déclaration plutôt touchante. La demoiselle esquissa à nouveau un léger sourire, peut-être en raison de ses derniers mots, qu’elle trouvait plus marrants. « Le rencontrer, ok. Lui faire peur, certainement pas… C’est moi qui risque de te faire peur, en fait. » En réalité, la notion de nécessité d’obtenir l’approbation de quelqu’un, membre de sa famille ou pas, pour fréquenter un homme, lui étrangère. Mais il valait mieux qu’elle évite de le souligner à haute voix… « Tu te souviens que quand j’étais ado, je voulais devenir végétarienne ? Ben j’ai réussi. Ça fait un moment, d’ailleurs. J’ai pas très faim là tout de suite, mais comme maman m’a gentiment acheté de quoi préparer des sushis végétariens, alors je vais peut-être m’y coller ce soir, ça va m’occuper d’une bonne façon… Si tu veux et que t’as pas d’autres projets, t’as qu’à passer. J’ai jamais empoisonné personne, c’est promis.  » Ou alors c’était peut-être trop rapide. Elle avait l’impression de passer d’une extrême à l’autre, comme si elle ne savait pas être équilibrée. Ou bien elle commençait peut-être à réaliser que, comme d’autres personnes avant lui, la vie pouvait aussi lui enlever son frère. C’était d’une tristesse…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty
MessageSujet: Re: With or without you (+) RHYS & LYLOU With or without you (+) RHYS & LYLOU Empty

Revenir en haut Aller en bas

With or without you (+) RHYS & LYLOU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-