AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

One Call Away + Lhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : killer from a gang (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Lizzie -

RAGOTS PARTAGÉS : 1441
POINTS : 2640
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Il a enfin gagné celui de Lizzie.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: One Call Away + Lhys Dim 22 Mai - 21:35

When you feel like hope is gone
You know you're not alone
I'm only one call away

Les jours passaient et aucune amélioration notable se faisait dans l’état de santé d’Echo. Rhys avait souvent eu envie de prendre son téléphone et d’appeler Lizzie. Après tout, elle lui avait dit qu’il pouvait le faire dès qu’il en ressentait le besoin. Et il l’avait ressenti. Il perdait vraiment pied et aurait bien eu besoin de partager sa détresse avec quelqu’un qui avait expérimentée la même situation. Sauf qu’il avait toujours renoncé. A chaque fois, quelques secondes après avoir composé le numéro de la blonde, il raccrochait. Il ne se sentait pas le droit de l’importuner avec sa détresse alors qu’il l’avait littéralement abandonnée, il y avait huit années de cela. Oh bien sûr, il voulait toujours renouer avec elle, mais pas de cette façon. Il voulait mériter son pardon. Il voulait la mériter à nouveau. Car malgré la gifle retentissante qu’elle lui avait assénée lors de leurs retrouvailles, elle était au final celle de ses proches qui avait montré le plus de tolérance. Elle était parvenue à laisser sa rancune de côté pour prendre de ses nouvelles dès qu'elle avait su pour sa grande sœur… Alors, il ressent une bouffée d’espoir dangereuse, quand il entend son téléphone sonner et qu’il voit le nom de la blonde s’afficher à l’écran. Mais l’ébauche de sourire qu’il a commencé à esquisser disparaît rapidement quand il prend connaissance du texto que Liz lui a envoyé. Ce dernier a une teneur alarmante. Cependant, elle le rassure rapidement, lui demandant juste s’ils peuvent se voir en fin d’après-midi au café du centre. Il ressent une drôle de sensation à l’idée de retourner là-bas, car c’était l’endroit où il avait l’habitude d’aller avec Caleb et elle après le lycée. Sauf qu’à l’époque, il pensait franchement qu’ils étaient inséparables et cela, pour la vie. Quoiqu’il en soit, il accepte bien évidemment. Il est intrigué, se demandant ce qui peut perturber Lizzie au point qu’elle en oublie la peine et la colère qu’il lui avait causée. Et puis comme avec Caleb, il voulait saisir chaque chance de pouvoir leur parler. Il ne voulait pas qu’un jour, il soit trop tard, comme ça semblait être le cas avec Echo…

Ainsi à 17h pétantes, voir quelques minutes avant, il pousse la porte du fameux café, un petit peu nerveux. Il avait peur de tout faire foirer encore une fois. Mais ce n’est plus le moment d’être lâche. Il cherche Lizzie du regard et ne la trouve pas. Il s’installe alors à une table pour deux, se mettant dans un coin, histoire qu’ils puissent discuter tranquillement une fois qu’elle serait arrivée. De toute façon, ce n’est pas le genre de la Mathesson d’être en retard, alors quelques minutes plus tard, il la voit pousser la porte et entrer à son tour dans le café. Même de loin, il peut remarquer qu’elle est perturbée. Il lui adresse néanmoins un petit sourire dès qu’elle s’approche de leur table. « Salut Lizzie. » Elle n’a pas l’air très réchauffée non plus. Il faut dire que même si c’est le printemps, les températures galloises ne sont pas clémentes pour autant. Il cherche le serveur des yeux, histoire qu’ils puissent commander une boisson chaude. Peu de chances qu’ils prennent une glace. « Je n’ai pas encore commandé… » Précise t-il d’ailleurs, comme si ce n’était pas suffisamment évident, tandis qu’elle s’installe en ôtant son manteau. « Qu’est-ce que tu prends ? » Il se perd en banalité, le petit Rhys mais il est clairement intimidé par la situation. Après tout, il n’avait plus vraiment le mode d’emploi quand il était en présence de celle qui avait été sa meilleure amie. Il n’ose d’ailleurs pas lui demander comment elle va, vu que le ton de leur rencontre était déjà donné. Elle avait visiblement besoin de parler de quelque chose qui la perturbait alors inutile de se perdre en préliminaires inutiles. « Alors… Tu as décidé de t’enfuir à l’autre bout du monde et de couper les ponts avec tout le monde ? » Il se rend compte de la stupidité de sa blague dès l’instant où il la profère. Il se reprend aussi vite qu’il peut. « Je suis désolé… Comme tu as dis que j’étais le seul à pouvoir comprendre… Bref, oublie, c’était nul. J'ai juste été très surpris par ton sms. Avoue t-il franchement, laissant tomber les faux semblants.

_________________

When she’s okay, then i’m alright.When she’s awake, I’m up all night. Nothing really matters. I see her face, and in my mind i seize the day. Whenever she’s nearby it’s like nothing really matters. She completes me. How she reads me, right or wrong it’s so clear she’s all that i need. I know what it feels like swimming through the stars when i see her, and i don’t need air cause i breathe her. (BY ANAELLE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2477
POINTS : 3887
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Mar 24 Mai - 22:16

I can feel my world crumbling
I can feel my life crumbling
I can feel my soul crumbling away
And falling away
Falling away with you

Vingt-quatre heures… Cela fait vingt-quatre heures que je suis au courant de ce qui me relie à Spencer Evans et je n'ai pas encore été capable de piper mots. Je reste dans ma chambre, couchée dans mon lit en position foetale, bouleversée par cette nouvelle. J'ai une soeur. Une soeur biologique. Depuis que Malone et Spencer sont venus me l'apprendre, je n'ose même plus regarder mon frère dans les yeux. C'est idiot. J'ai toujours su qu'il n'était pas mon frère biologique, mais j'ai l'impression que s'il le découvre, alors quelque chose entre nous se brisera. Comme une trahison. Et j'ai tout sauf envie de briser le lien spécial qui nous unis. Mon grand frère, la prunelle de mes yeux. Alors voilà vingt-quatre heures que je le fuis pour ne pas qu'il comprenne ce qu'il se trame et maintenant qu'il est parti au travail, je crois qu'il est temps de sortir de cet état léthargique et de prendre les devants. Je ne peux pas faire comme si de rien n'était. Je ne peux pas ignorer avoir une soeur biologique qui se trimballe dans les rues du village et faire comme si ça ne m'affectait pas. D'autant plus que les gens risquent de l'apprendre. Comment ? Je ne sais pas, mais je sais qu'un secret n'est jamais bien gardé dans le coin donc je préfère me préparer. Je file sous la douche et je passe quelques vêtements pour aller à la rencontre de Rhys. Pourquoi Rhys, déjà ? Pourquoi mon esprit s'est dirigé vers Rhys en ce moment de crise plutôt que vers Caleb, mon meilleur ami de toujours ? Parce que lui aussi, c'est un adopté et parce que comme moi, il a toujours merveilleusement bien vécu son statut au sein de cette famille qui l'a adopté.
Je prends mon sac à main et je vais rejoindre le jeune homme à l'emplacement précisé dans notre conversation. Mes pas se font lents et j'essaye de me cacher sous mon manteau quand je sens le regard des passants se poser sur moi. C'est probablement de la paranoïa, mais j'ai l'impression qu'ils sont déjà au courant, tous autant qu'ils sont, comme si c'était inscrit sur mon front.
Quand j'entre dans le café et que mon regard se pose sur le Blake, j'ai déjà l'impression de me sentir un peu plus en sécurité, même si je me demande encore bien comment je vais pouvoir aborder la question. J'avance vers lui et m'installe juste en face. « Bonjour. » J'enlève quelques couches de vêtements, me sentant davantage vulnérable, mais prenant sur moi pour adresser un sourire timide au blond qui doit faire des efforts. C'est la première fois que nous nous revoyons depuis nos retrouvailles, pourtant il s'est passé tellement de choses que j'ai l'impression de l'avoir revu des dizaines de fois depuis. « Je vais prendre un chaï, merci. » Dis-je d'une petite voix quand le serveur arrive à notre niveau, prêt à prendre notre commande.
Je sais que cette entrevue ne peut pas s'éterniser en banalités et d'ailleurs, Rhys semble le savoir lui aussi puisqu'il ne me demande même pas comment je vais. Et évidemment, je ne pose pas non plus la question étant donné que la réponse sera forcément négative vu que sa soeur se trouve toujours dans le coma.
Mon esprit cogite tant je cherche une façon correcte de commencer à lui poser les questions qui m'intéressent, mais Rhys doit prendre mon silence pour de la gêne ou pour un appel à l'aide afin qu'il commence la conversation et quand il le fait, je me retrouve à le toiser, dans un mélange de fureur et d'incompréhension. Je le dévisage et bien qu'il me demande d'oublier ce qu'il vient de dire, je ne peux pas m'y résoudre. C'est trop tôt pour ce genre de remarques, beaucoup trop tôt et ça me rappelle brutalement que j'aurais toujours peur de m'attacher à nouveau au Gallois, craignant qu'il puisse à encore s'en aller sans laisser d'adresse. J'avale ma salive et je réplique, acide. « C'est vrai que tu es le pro pour disparaitre, toi… » Je sens déjà un noeud se former dans ma gorge et j'ai soudainement envie de partir, même si Rhys tente de se rattraper. « Pff… Je ne sais même pas pourquoi je suis là, avec toi… Je ne sais même pas si je peux encore te faire confiance et pourtant… » Ces mots, je les adresse plus à moi-même qu'à Rhys et quand je me rends compte que je les dis à voix haute, je m'en veux, de peur de l'avoir blessé. « Désolée… » ajoute-je finalement, ne voulant pas le faire fuir malgré tout. J'expire longuement dans le but de retrouver mes moyens et je vais même jusqu'à fermer les yeux pour se faire. Trop d'émotions, clairement. Je soupire une dernière fois et je reprends, plus sérieusement cette fois. « C'est pas facile à dire et je m'y prends mal, excuse moi. Déjà, merci d'être venu alors que ce n'était pas vraiment prévu. » La politesse avant tout. « Ironiquement, je t'avoue que j'aurais bien envie de partir à l'autre bout de monde, mais ce n'est pas ça qui me tracasse… Si je t'ai fait venir, c'est pour te parler de famille. Tu es le seul à pouvoir comprendre parce… Tu es le seul que je connaisse qui a été adopté. » Je lève les yeux vers Rhys, me demandant intérieurement si je ne fais pas une erreur en m'apprêtant à lui en parler alors que personne d'autre à part Spencer et Malone sont au courant, mais je poursuis quand même. « Je sais que dernièrement, tu n'as pas été très proche de ta famille, mais malgré tout, tu les aimes, hein ? Je veux dire, ce sont eux ta vraie famille, et personne d'autre ? »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : killer from a gang (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Lizzie -

RAGOTS PARTAGÉS : 1441
POINTS : 2640
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Il a enfin gagné celui de Lizzie.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Dim 29 Mai - 21:49

When you feel like hope is gone
You know you're not alone
I'm only one call away

Lizzie avait paru beaucoup moins irritée par la vision de Rhys que la première fois où ils s'étaien revus. Il avait même eu l’impression qu’elle avait posé un regard… doux sur lui quand elle l’avait repéré en train de l’attendre. Hélas comme d’habitude, le blond avait encore démontré un talent surprenant pour tout gâcher en quelques mots. Lizzie avait peine passé commande auprès du serveur qu’il avait tout gâché avec ce qui était probablement la blague la plus stupide qu’il était possible de faire. Son interlocutrice réagit immédiatement, se raidissant tandis qu’un pli amer déforme ses lèvres rosées. Un sarcasme s’échappe alors de ces dernières, faisant se sentir Rhys comme le dernier des idiots. Le pire, c’est que Lizzie a l’air plus triste que fâchée au final. Apparemment, la peine causée par son départ lui avait laissé une impression plus vive que la colère.  Et lui bêtement, il la renvoyait à tout ça, alors qu’elle lui avait accordée une seconde chance bien plus rapidement que ce qu’il méritait. Ou pas vraiment, car elle lui annonce qu’elle ne lui fait évidemment pas confiance et qu’il est en train de lui donner raison. Le gallois crispe sa main sur sa cuisse, en colère contre lui-même. Il méritait ces paroles dures, il le savait. Ainsi, quand elle s’excuse pour, il est obligé de l’arrêter d’un signe de la main. « Non, ne sois pas désolée. C’est moi qui doit l’être. C’était stupide. Je suis stupide. » Sa nervosité ne faisant qu’augmenter de secondes en secondes. C’était d’ailleurs à cause de cette dernière qu’il avait essayé de détendre l’atmosphère en faisant de l’humour mais il le regrettait amèrement. Alors, il ne renouvelle pas l’expérience, préférant occuper ses mains avec la tasse de thé que le serveur vient de déposer devant lui. Lizzie, quant à elle, fait des efforts visibles pour tenter de se radoucir. Et elle y parvient. Ce petit bout de femme admirable parvient même à le remercier d’être venu. Il a envie de rire tellement c’est drôle. C’était lui qui devrait la remercier de l’avoir appelé, de s’être rappelé de sa misérable existence… C’est d’ailleurs ce qu’il fait mais sur une note moins pathétique, marmonnant en direction de sa tasse de thé. « De rien, vraiment. Je suis content que tu ais appelé. Même si ça n’a pas l’air d’être pour quelque chose d’agréable. » Il voyait bien que la blonde était troublée.

Il arrête d’être lâche quelques instants et sort de la fascinante contemplation du liquide brunâtre qui emplit sa tasse, pour regarder Lizzie dans les yeux quelques instants. « Ecoute, tu peux tout me dire. Et tu peux me faire confiance.  Je sais que c’est difficile à croire et que tu ne me crois sûrement pas à cet instant précis mais vraiment, je vais essayer de m’en montrer digne. » Il a peur Rhys. Peur que ce petit discours inspiré ne se retourne contre lui. Car il ne redoutait qu’une seule chose : qu’elle soit venue lui annoncer qu’elle avait bien réfléchi et qu’en fin de compte, elle n’était absolument pas prête à lui laisser une seconde chance. Et aussi qu’elle lui demande de sortir définitivement de sa vie pour faire bonne mesure. Sauf que quand la jeune femme commence enfin à donner un semblant d’explications, elle ne part pas du tout dans cette direction. Il l’écoute néanmoins avec attention, un pli perplexe déformant son front. Il ne comprend pas pourquoi Lizzie parle de famille et d’adoption mais il s’efforce de répondre à sa question, avec l’impression que c’est important. Surtout que la galloise a désormais le regard rivé sur lui. « Bien sûr que je les aime. Je suis un Blake, et personne ne pourra me convaincre du contraire. Mon départ n’a rien à voir avec le fait que je sois adopté ou que je les aime moins. » Commence t-il un peu paumé. Il essaye d’interpréter les signaux qu’envoie Lizzie, se demandant où elle veut en venir. Puis il se rappelle combien elle a interprété sur la notion de « personne d’autre » et il prend un risque en creusant et en orientant un peu sa réponse. «  J’ai toujours su que mes parents n’étaient pas mes vrais parents. Il faut dire que tout le monde connaissait mes parents biologiques à Tenby et que mes parents m’ont emmené sur leur tombe dès que j’ai été en âge de comprendre… Mais je n’ai jamais ressenti un manque ou une sorte de préjudice vis-à-vis d’eux. J’étais bien trop jeune pour me rappeler d’eux et j’avais tout l’amour dont j’avais besoin dans mon nouveau foyer. Est-ce que ça réponds à ta question ? » Dit-il hésitant, on ne peut plus désireux de bien faire. Puis n’y tenant plus, il pose la question qui le taraude. « Lizzie… qu’est-ce qui se passe ? »

_________________

When she’s okay, then i’m alright.When she’s awake, I’m up all night. Nothing really matters. I see her face, and in my mind i seize the day. Whenever she’s nearby it’s like nothing really matters. She completes me. How she reads me, right or wrong it’s so clear she’s all that i need. I know what it feels like swimming through the stars when i see her, and i don’t need air cause i breathe her. (BY ANAELLE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2477
POINTS : 3887
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Mar 31 Mai - 17:05

I can feel my world crumbling
I can feel my life crumbling
I can feel my soul crumbling away
And falling away
Falling away with you

Il est stupide, c'est vrai, mais pour une fois je décide de ne pas l'enfoncer en approuvant ses propos. Contrairement à notre conversation téléphonique je ne vais pas encore lui dire qu'il est un crétin, surtout que ces choses sont plus faciles à dire au téléphone qu'en face. En face, je préfère encore tenter de me fondre dans la masse et de dire des choses bateau… D'autant plus quand il s'agit de Rhys Blake. Avec lui, c'est encore plus compliqué. Même si le fait de le revoir assis dans ce café ne me fait pas l'effet d'une gifle comme à l'hôpital, ça reste difficile de le regarder sans revivre son abandon. Il m'a manqué autant que mon frère quand ce dernier est parti pour sa première mission. Et le manque s'est transformé en haine, en mépris, et en confusion surtout. Alors oui, il est stupide, mais je fais fi de toutes ses émotions négatives afin de retrouver un peu de confiance en lui pour pouvoir me confier plus facilement. Il a compris sans mal que la situation est délicate et petit à petit, il m'encourage à poursuivre. Se montrer digne ? Je ne sais pas s'il y a quoi que ce soit dans ce que je m'apprête à lui dire dont il peut se montrer digne, mais après une gorgée de mon breuvage pour me donner du courage, je me lance avec une question qui peut paraître bien mystique. Toutefois, il fait l'effort de me répondre avec un sérieux de maître et je l'écoute en me mordant l'intérieur de la joue pour compenser le stress. Toutes les adoptions sont vécues de façon différente, je l'ai bien vu lorsque Spencer m'a raconté sa joie de savoir qu'il lui restait une famille quelque part et surtout de savoir qu'elle n'avait pas été abandonnée par ses géniteurs, que si elle a atterri dans sa famille actuelle, c'était uniquement parce que sa famille biologique est morte. Mon cas est différent du sien et ressemble davantage à celui du Blake. Je suis une Mathesson et c'est tout. Rien ne peut me l'enlever, pas même cette rousse qui est ma soeur. Je soupire, nerveuse, quand termine et je reprends une gorgée de mon chaï même si le noeud dans ma gorge fait mal pour l'avaler. « Oui, oui… Ca répond à ma question, je crois, merci. » dis-je finalement en lui adressant un sourire timide.
Evidemment, il fallait s'attendre à ce que Rhys me retourne une question, mais j'avais l'espoir qu'il ne le fasse pas aussi rapidement et qu'il me laisse le temps de me préparer mentalement un peu plus longtemps. Vingt-quatre heures… Vingt-quatre heures et il va falloir que je le dise à voix haute. J'ai peur. J'ai peur car me confier à Rhys va rendre la découverte bel et bien réelle et je ne pourrais plus l'ignorer. Je soupire longuement, gagnant quelques secondes puis je viens enterrer mon visage dans mes mains, les coudes posés sur la table. J'hésite à faire marche arrière. Quitter ce restaurant en trombe pour finalement retourner me morfondre dans ma chambre. Mais non. J'en ai assez de passer mon temps à me morfondre depuis mon accident et encore plus depuis ma séparation. J'en ai marre de n'être plus que l'ombre de moi-même. J'en ai assez d'être cette personne pour laquelle tout le monde éprouve de la pitié. Alors je prends mon courage à deux mains, je soupire une dernière fois et je me lance, faisant tout de fois un petit rappel à Rhys qui n'était pas présent parmi nous lors des événements.  « Tu sais… L'an dernier, j'ai fait un grave accident de voiture qui m'a laissé en insuffisance rénale quelques temps. » Ces souvenirs ne sont pas les plus heureux de ma vie - surtout quand je pense que cet accident, je ne l'aurais jamais eu si je n'étais pas aller rejoindre l'homme qui a fini par me tromper - mais je me force à poursuivre d'une voix neutre. « Et… Cette année, un miracle s'est produit. J'ai été bippé parce que quelqu'un était compatible. Une femme que je ne connais pas était d'accord pour me donner son rein sans contre-partie. Pas d'argent… Rien. Juste de la générosité à l'état pur. Je n'en revenais pas. Je n'en reviens toujours pas en fait. » Je me pince les lèvres. « La greffe fut un succès. » Je souris et je continue en partant d'un rire nerveux, ironique. « La donneuse… » Mon regard se perd sur l'ensemble du café avant de se reposer sur le jeune homme qui m'accompagne. Je suis terrifiée. « C'est ma soeur. » A nouveau, j'enterre mon visage dans mes mains pour me cacher, puis je reprends dans la seconde qui suit. « Ma soeur biologique ! Tu te rends compte ? » Je secoue la tête pour lui signifier que personnellement, je ne m'en rends pas compte, non, puis je reprends sur ce qui me concerne réellement. « J'ai une soeur… Et je ne sais pas quoi faire, Rhys… Faut que tu m'aides. Je… Faut que tu me dises quoi faire… »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : killer from a gang (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Lizzie -

RAGOTS PARTAGÉS : 1441
POINTS : 2640
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Il a enfin gagné celui de Lizzie.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Sam 4 Juin - 23:05

When you feel like hope is gone
You know you're not alone
I'm only one call away

Le cerveau de Rhys tourne à vive allure tandis qu’il essaye de répondre le mieux possible à la question de Lizzie. Il veut à tout prix l’aider, se faire pardonner de son incartade, de ce faux départ. Alors, il parle avec sincérité de son ressenti vis à vis de son adoption et quand il a terminé, il se rend compte qu’il semble avoir réussi son examen de passage. Lizzie lui adresse un sourire timide en le remerciant. Celui qu’il lui retourne est éclatant. “ De rien.” Même s’il se demandait toujours ce qu’il se passait, il était vraiment ravi de lui pouvoir servir à quelque chose. De toute façon, au bout d’un moment, il n’y tient plus et finit par lui demander ce qu’il se passe. Il manque peut être de tact mais ça le torture de voir que Lizzie se débat avec un problème épineux et il voudrait l’aider d’avantage. Surtout que la perspective de devoir s’expliquer décourage visiblement la blonde. Elle plonge soudainement sa tête entre ses mains poussant un long soupir. Spontanément Rhys tend une main dans sa direction pour la réconforter puis il se rappelle que plus rien n’est comme avant. Un tel geste lui vaudrait sans doute une rebuffade. Il retire donc sa main, laissant à Lizzie le temps de reprendre ses esprits. Il se promet d’ailleurs de ne plus la brusquer, de lui laisser dire ce qu’elle a envie de dire et rien d’autre. Et ça semble être la bonne méthode car après un petit moment d’hésitation, elle se lance. Elle commence par reparler de son accident, faisant sans doute le rappel pour l’absent qu’il avait été. Il hoche gravement la tête pour lui signifier que oui, il savait. Il avait beau ne pas être eu présent, il se sentait très concerné par cet accident quand même. Car il ne savait pas ce qu’il aurait pu faire s’il avait trouvé la tombe de Lizzie à côté de celle de Dan. Il ne l’aurait sans doute pas supporté… Alors quand elle lui parle de la femme qui l’a sauvée, il ne peut s’empêcher de bénir mentalement cette inconnue. Grâce à elle, il avait eue une chance de retrouver Lizzie, une possibilité de se racheter auprès d’elle. Mais bien entendu, il y a une chute à toute l’histoire, et il a un petit hoquet de surprise quand Lizzie finit par lui annoncer que cette donneuse était sa sœur biologique.

Il faut quelques secondes à Rhys pour assimiler le choc. Mais enfin, il comprend pourquoi la blonde est si bouleversée. Malheureusement, ça ne lui donne pas d’indice pour savoir quelle conduite adopter. Surtout qu’il ne peut pas faire ce qu’elle demande. « Wow… C’est incroyable… » Dit-il pour gagner du temps. Il se rend alors compte que son interlocutrice a à nouveau replongé sa tête entre ses mains. Il est clair qu’elle a besoin de réconfort. Alors cette fois-ci, il tend franchement la main pour toucher son coude, espérant qu’elle ne le rejetterait pas. « Lizzie… Je ne peux pas te dire quoi faire… » Commence t-il à dire d’une voix douce. « Tu es la seule qui peut décider. » Il comprenait bien que dans son affolement, elle avait envie de se débarrasser de ce fardeau mais malheureusement il ne pouvait pas le supporter pour elle. En tout cas, plus il y réfléchissait, plus il comprenait que Lizzie ne considérait pas cette découverte comme positive. Sinon, ils ne seraient pas là, assis face à face. « Enfin non, ce n’est même pas question de décider, c’est à propos de ce que tu as envie de faire. Tu as envie de faire sa connaissance ? » Il essayait de se placer de son point de vue. C’était toute sa vie qui était en train de changer, un pan de son histoire qui s’effondrait… Il lui en veut presque pour l’énorme responsabilité qu’elle lui donne en lui demandant son avis. Mais il le lui donne quand même, désireux de la réconforter, de lui apporter ce dont elle a besoin. En espérant que ça ne lui retombe pas dessus plus tard. « En tout cas, peut être que je peux te dire ce que je ferai à ta place. Je crois que si ça m’arrivait… J’aurai peur… J’aurai peur que ça blesse ma famille que je tente de me rapprocher d’elle. » Il tenta d’imaginer la tête de Lylou s’il débarquait un jour à la maison avec une nouvelle sœur à son bras alors que leurs rapports étaient déjà si distants… « Et puis, partager le même ADN ne fait pas tout… Je pense que j’aurai du mal à accepter qu’une étrangère se revendique comme ma sœur. Il me faudrait du temps pour l’accepter, pour devenir proche d’elle. Sans certitude que ça fonctionne car après tout, elle ne serai jamais la personne avec qui j’aurai grandi. » Cependant, il estime assez Lizzie pour ne pas être hypocrite et pour ne pas lui dire uniquement ce qu’elle veut entendre. « D’un autre côté, je ne pense pas que je serai pas capable de faire comme  si elle n’existait pas. Et j’aurai aussi peur d’avoir des regrets, de passer à côté de quelque chose… » Il frotte le coude de Lizzie avec douceur, retirant ensuite sa main pour la remettre autour de sa tasse. « Tout ce que je dis, c’est qu’il n’y a pas forcément de bonne solution. Tu dois faire ce qui te paraît le plus juste. Le meilleur pour toi. Je crois qu’en plus, tu as bien mérité d’être un peu égoïste. »

_________________

When she’s okay, then i’m alright.When she’s awake, I’m up all night. Nothing really matters. I see her face, and in my mind i seize the day. Whenever she’s nearby it’s like nothing really matters. She completes me. How she reads me, right or wrong it’s so clear she’s all that i need. I know what it feels like swimming through the stars when i see her, and i don’t need air cause i breathe her. (BY ANAELLE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2477
POINTS : 3887
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Dim 5 Juin - 11:03

I can feel my world crumbling
I can feel my life crumbling
I can feel my soul crumbling away
And falling away
Falling away with you

Pour sûr, c'est plus difficile de me confier à Rhys qu'à Caleb, mais dans cette situation, il était le seul à pouvoir m'aider et surtout, à pouvoir me comprendre. Bien évidemment, nous ne sommes pas les seuls enfants adoptés de la région, mais il y a quelque chose qui me pousse à aller vers lui : tout d'abord, le fait qu'il s'entende à merveille avec sa famille adoptive, mais également le fait que nous étions très proches par le passé. Cette proximité a peut-être disparu, mais ce n'est pas pour autant qu'il a oublié qui j'étais, comme moi je me souviens parfaitement du genre de garçon qu'il était autrefois. Les gens changent au cours des années et nous ne faisons certainement pas exception à la règle, mais ce n'est pas pour autant que j'ai oublié la nature profonde du garçon ce qui m'a poussé à devenir amie avec lui quand nous étions gamins. Et si c'est pareil de son côté, alors il se souvient du genre de fille que je suis et de ce fait, il pourra m'aider à prendre une décision en ce qui concerne la révélation que je viens de lui faire. Ce qui rend la confession plus difficile qu'avec Caleb aussi ? Le fait d'avoir a répéter les quelques malheurs qui me sont arrivés au cours de ces derniers mois… Et encore, je laisse de côté ma peine de coeur car elle n'a strictement rien à faire dans notre conversation.
Alors je n'oublie aucun détail et je mets en avant mon incrédulité. Ce n'est pas tous les jours qu'on retrouve une partie de sa famille biologique. Sa seule famille biologique, en fait.

Le Blake met quelques seconde avant de réagir, mais quand il le fait, je ne suis pas déçue d'avoir fait appel à ce dernier. Ses paroles, ses gestes, ses intonations… Absolument tout dans ce qu'il dit et ce qu'il fait me réconforte si bien que lorsqu'il a terminé, je me pince les lèvres et je relève les yeux vers lui, reconnaissante. Un éclat de rire nerveux s'échappe toutefois de mes lèvres, mais bien vite je ne tarde pas à lui faire comprendre la raison de ce rire qui n'est en aucun cas un signe de moquerie.  « C'est dingue. » Que je dis, toujours en le regardant. « Je savais que tu comprendrais… » C'est aussi ce qui a rendu cette rencontre nécessaire pour moi. Si les souvenirs que j'avais du Blake étaient les bons, alors je savais qu'il était celui à qui je devais m'adresser pour avoir des réponses à mes questions, ou si ce n'est pas des réponses, c'est au moins des paroles qui peuvent me guider sur le chemin à prendre pour affronter cette nouvelle. « Tu as souligné exactement toutes mes craintes et mes envies… » souffle-je, un peu stupéfaite de la façon dont nous nous ressemblons sur ce point. « Tu sais… Je n'en ai parlé à personne d'autre, encore. » A l'exception de la principale concernée et de mon cousin, personne n'est au courant et pour le l'instant, je préfère garder cette histoire privée. Qu'elle s'ébruite serait la pire des choses, surtout que je m'en voudrais si je n'avais pas l'occasion d'en informer mes proches moi-même. Un peu plus détendue grâce à Rhys, je reprends une gorgée de ma boisson et j'enchaîne. « J'ai tellement peur de blesser quelqu'un dans le processus… Et ce n'est pas ce que je veux. Vraiment pas. » Je me mords la lèvre inférieure. « Mais en attendant, c'est cette pauvre jeune femme que je fais souffrir. Oh Rhys, si tu avais vu la façon dont je l'ai repoussé alors qu'elle venait juste de me l'annoncer… » Je baisse la tête, me sentant coupable et bête de dire ces mots au Blake alors qu'il y a quelques semaines, c'était justement lui que je repoussais alors qu'il faisait un pas vers moi. Va-t-il croire que je m'amuse à repousser tout le monde ? Va-t-il penser que je suis intolérante et hautaine pour que je me permette tant d'ingratitude ? « Je m'en veux tellement… Elle a été généreuse avec moi comme jamais je ne pourrais l'être avec quelqu'un et tu vois comment je la remercie ? Mais… D'un autre côté si je devais choisir entre la blesser elle et blesser ma famille… Le choix est vite fait. D'ailleurs, je l'ai fait hier en la dégageant de chez moi. » Je suis une personne horrible et même si Rhys semble ne pas porter de jugement sur ce que j'ai fait, je ne peux pas m'empêcher de me dire que je ne mérite pas son aide et son attention. Quand il retire sa main, je me sens perdre en énergie, mais je ne dis rien. Je ne vais pas le forcer. Et puis, les mots avec lesquels il achève sa phrase me donnent des frissons dans le dos. « Etre égoïste…? Je ne sais pas… Je… Je n'aime pas l'égoïsme. J'aimerais trouver une solution qui puisse mettre tout le monde d'accord, mais je ne suis pas sûre qu'il en existe une. Je crois que je n'ai plus qu'à me torturer l'esprit encore quelques temps pour trouver quoi faire. » Je soupire, toujours pas plus avancée, même si je suis soulagée de savoir que dans mon cas, le Blake serait tout aussi perdu. « Merci, vraiment. Merci de prendre le temps de m'écouter et surtout de ne pas m'envoyer balader… T'en aurais eu le droit, pourtant… »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : killer from a gang (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Lizzie -

RAGOTS PARTAGÉS : 1441
POINTS : 2640
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Il a enfin gagné celui de Lizzie.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Mer 8 Juin - 21:51

When you feel like hope is gone
You know you're not alone
I'm only one call away

C’est dingue. Je savais que tu comprendrais. C’est ce que s’était exclamé Lizzie, juste après que Rhys ait finit de donner son opinion. Il en a le souffle coupé. Car pour la première fois depuis qu’il est revenu à Tenby, elle le regarde avec bienveillance. Il sent presque l’étincelle de leur ancienne complicité renaître sous ce regard qu’ils échangent. Et que dire du sens des paroles de la blonde… Elle savait qu’il comprendrait . Comme si au fond, elle lui faisait encore confiance, comme si elle n’avait pas oublié qu’il avait de bons côtés malgré ses erreurs. Et surtout comme si elle se rappelait des années d’amitié qui les avaient unis. Le cœur battant, temporairement réduit au silence, il écoute donc Lizzie insister sur le fait qu’il a vraiment tapé dans le mille avec ses mots. Il savoure cette reconnaissance, ayant enfin l’impression d’avoir fait quelque chose de bien depuis son retour. Il était parvenu à aider celle qu’il considérait toujours comme son amie dans sa tête. Il se sent bien d’un coup, vraiment bien. Un sentiment qui s’amplifie quand elle lui annonce aussi qu’elle n’en a parlé à personne d’autre pour le moment. Il se sent bêtement honoré. Mais il n’en fait pas trop, préférant plaisanter d’un air détendu, en espérant que ce petit trait d’esprit sera mieux reçu que le premier. « Tu m’étonnes… Ce n’est pas non plus le sujet de conversation le plus facile du monde à lancer… » Ils sirotent chacun leur thé, et peu à peu, sans doute guidé par les mots du Blake, Lizzie parvient à être moins factuelle et à mettre des mots sur ce qu’elle ressent vraiment. Comme toujours, ses préoccupations sont essentiellement altruistes, et le blond ne peut retenir un sourire en coin. Elle ne changerait jamais. Tout ce qui lui importait, c’était de ne blesser personne, devenant alors celle qui souffrait pour les autres. Et pourtant, elle se considérait encore comme la méchante, il le voyait dans l’air coupable qu’elle affichait. « Après, si tu expliques à tes parents et à tes frères comment les choses se sont passées, il n’y a pas de raison pour qu’ils soient blessés… Je veux dire, tu n’as pas fait de recherches volontaires, c’est elle qui est venue à toi. Ça devrait leur suffire pour comprendre qu’ils te suffisaient. Et puis, au fond, ils savent que tu les aimes. Il faut être aveugle pour ne pas s’en rendre compte. »

Il n’est pas psy, il a peur de dire n’importe quoi, de lui donner une fausse impression de sécurité alors que les siens ne le prendront peut être pas si bien que cela mais tout cela lui semble bien dérisoire à côté du fait qu’il ne supporte pas de voir cet air torturé sur le visage de la blonde. Surtout que malgré le léger déni dont elle fait preuve, elle pense tout de même à cette sœur biologique, à cette inconnue qui a bouleversé sa vie. Encore une fois, le Blake s’avance un peu en parlant de cette femme qu’il ne connait pas mais il mise sur la logique la plus élémentaire pour apaiser Lizzie. « Et pour elle… » Il avait bien pris garde de ne pas dire sœur, il avait le sentiment que c’était trop tôt. « Elle peut aussi comprendre que tu ais besoin de temps, que tout cela te perturbe. C’est une grosse nouvelle, c’est normal que tu ais besoin de la digérer. Surtout avec tout ce qui t’es tombé dessus récemment. » Il n’aimait pas rappeler ces mauvais souvenirs mais Lizzie avait tendance à oublier qu’elle avait des circonstances atténuantes. Ce qui était troublant en revanche, c’est qu’il était lui-même inclus dans la catégorie des perturbations. Et aussi que ce qu’il disait s’appliquait à sa propre petite personne. La Mathesson avait aussi sûrement besoin de temps pour digérer son retour. Mais aujourd’hui, le débat n’est pas à propos de lui alors il continue leur débat, prenant toujours les choses très au sérieux. « De toute façon, rien que le fait que tu te sentes coupable prouve que tu es loin d’être égoïste. Une vraie égoïste s’en ficherait. Au pire, tu n’as qu’à faire ça… Aller la voir ou lui écrire, t’excuser de l’avoir jetée en dehors de chez toi mais lui dire que tu as besoin de temps… » Il s’arrête quelques instants, nerveux. Encore une fois, c’était ironique que lui, soit tranquillement en train de parler d’égoïsme à Lizzie… « Et puis, ce n’est pas un problème de maths… Tu n’as pas à te torturer pour trouver la solution. C’est une question de ressenti… Peut être que la réponse va s’imposer d’elle-même à un moment donné… Là c’est sûr que tu ne peux pas réfléchir, c’est trop frais. » Poursuit-il néanmoins, faisant écho à chacune des interrogations de Lizzie.

Il a aussi envie d’ajouter qu’elle ne devrait pas se considérer comme redevable à cause de la greffe mais son interlocutrice l’en empêche, le devançant par des remerciements émus. Encore une fois, il sent une vague de plénitude l’envahir. Voir qu’il réussi à regagner quelques miettes d’estime… C’était tout. « De rien, vraiment. Je suis heureux de pouvoir t’aider un peu. Et si continues à vouloir te torturer l’esprit, je pourrai le faire avec toi, si tu veux. » Il toussote gêné. Il voudrait être plus démonstratif, lui dire qu’elle pouvait compter sur lui dès qu’elle en ressentirait le besoin mais ça sonnerait forcément hypocrite dans sa bouche. Il secoue la tête, s’intéressant au reste de ce qu’elle a dit. Elle lui avait tendu la perche et il devait la saisir. « J’ai déjà envoyé balader Caleb, je ne referai pas la même connerie. » Dit-il tristement. « Je dois accepter mes erreurs, accepter vos reproches. Je vois bien que tu as l’air coupable pour ce que tu m’as dit à l’hôpital. Mais ne le sois pas. Je méritais tes mots. Je vous ai laissé tomber… Je t’ai laissé tomber. Et je n’ai aucune excuse pour ça. Alors je n’ai aucun le droit de t’en vouloir d’être en colère contre toi. J’accourerai chaque fois que tu m’appelleras. Je serai là si tu veux me voir. Même si c’est pour passer tes nerfs sur moi. Et si tu ne veux pas me voir, je m’effacerai. » C’était complètement pathétique mais il assumait. Il plonge son nez dans sa tasse pour terminer. « Tu peux me traiter comme je le mérite. Et je t’interdis de t’en vouloir pour ça. Laisse moi la culpabilité, elle est pour moi. »


_________________

When she’s okay, then i’m alright.When she’s awake, I’m up all night. Nothing really matters. I see her face, and in my mind i seize the day. Whenever she’s nearby it’s like nothing really matters. She completes me. How she reads me, right or wrong it’s so clear she’s all that i need. I know what it feels like swimming through the stars when i see her, and i don’t need air cause i breathe her. (BY ANAELLE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2477
POINTS : 3887
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Dim 12 Juin - 20:17

I can feel my world crumbling
I can feel my life crumbling
I can feel my soul crumbling away
And falling away
Falling away with you

En effet, ce n'est pas le genre de conversation que l'on peut lancer naturellement un dimanche midi lors d'un repas de famille, cela dit, je me sens mal de ne pas encore en avoir parlé à mon meilleur ami. Je partage tout avec Caleb, absolument tout, et le fait de ne pas lui avoir raconté mon entrevue de la veille avec la rousse me rend malade. Certainement qu'il sera le prochain à qui j'en parlerais. De toute façon, c'es vital… Je ne peux pas garder des secrets devant mon meilleur. Je ne le veux pas et par conséquent, je ne le fais pas. Je souris aux conseils de Rhys et je me dis qu'il a peut-être raison. C'est vrai. Je n'ai pas fait de recherches volontaires et je n'ai jamais voulu savoir si j'avais des membres de ma famille biologique encore en vie.  C'est d'ailleurs ce que j'ai dit à Spencer quand cette dernière est venue ma l'annoncer. Prise au dépourvu et sans prendre de gants, je lui ai dit que je ne voulais pas savoir, mais à présent, je ne peux pas l'ignorer. « Tu as raison… » Que je lâche à voix haute, songeuse, tandis que l'espoir de retrouver une solution m'effleure l'esprit. Toutefois, il reste quelques points à éclaircir avant de réellement leur en parler, comme par exemple, essayer de trouver le moyen le moins dangereux pour l'annoncer à Enael dont la réaction est aussi imprévisible que celle d'un gamin hyperactif. Les conseils de Rhys me sont d'une aide précieuse et quand il poursuit, cette fois, en évoquant Spencer, je l'écoute avec la même attention. Je hoche la tête de temps à autre et je trouve à nouveau du réconfort avec ses mots. « Oui… Je suppose que tu as encore raison… » Avoue-je, les lèvres pincées.
Ce n'est peut-être pas facile d'en parler, toutefois, ça fait du bien d'avoir le point de vue de quelqu'un d'autre, quelqu'un qui aurait pu un jour connaître une situation du même acabit.
Submergée par les émotions alors que j'entends Rhys me dire que je ne suis pas égoïste même après l'accueil abominable que je lui ai servi, j'ai besoin de quelques secondes pour me remettre d'aplomb. Je lui en veux toujours d'être parti et surtout de n'avoir pas donné signe de vie pendant aussi longtemps, mais quand j'observe son tact et la façon dont il essaye de m'aider avec ses recommandations, je suis presque prête à passer l'éponge. Evidemment, ce n'est pas aussi simple et je ne pourrais jamais oublier la façon dont il m'a fait me sentir en disparaissant, mais pour la première fois depuis son retour à Tenby, j'envisage éventuellement de lui tendre la main qu'il voulait en venant me voir. Peut-être. Donc pour ses paroles, pour tout le soulagement qu'il m'apporte, je le remercie chaleureusement. Je le remercie sans même me sentir obligée, mais plutôt parce qu'il le mérite après tout ce qu'il vient de me dire.
« Oh tu ne m'aides pas qu'un peu, Rhys, je peux te l'assurer…  » Dis-je en soupirant. Jamais je n'aurais pensé vivre une situation aussi éprouvante et encore moins la partager avec cet ancien ami qui avait mis les voiles pendant un bon nombre d'années. Comme quoi la vie est faite de surprises. Des surprises tellement efficaces que je ne sais pas trop quoi lui dire de plus, mis à part, mille fois merci. Mais ce n'est pas tout et bientôt le garçon part dans un discours de rédemption qui me laisse le souffle coupé. Je n'arrive même plus à le regarder. Je l'écoute sans lever les yeux, gardant le regard fixé sur ma tasse de thé à présent vide et je reste muette. J'aimerais à la fois lui répondre par des mots aussi beaux et aussi apaisants que les siens, mais je me rends compte qu'en fait, je n'en suis pas capable. Parce qu'il parle de Caleb, je me souviens du trio infernal que nous avons formés à une époque lointaine et la rancune que je croyais disparue refait légèrement surface. Assez pour me mettre la larme à l'oeil, mais je réagis suffisamment vite pour ne pas la laisser couler le long de ma joue et je l'essuie discrètement du revers de la main. « Excuse moi. » Ses paroles me désarçonnent et j'ai besoin de ne plus sentir son regard sur moi quelques secondes. « J'en ai pour deux minutes. » Je prends mon sac à main et je pars en direction des toilettes pour me remettre de mes émotions en solitaire. Je me retrouve seule, faisant face à mon reflet dans le miroir et je soupire longuement, laissant les sentiments négatifs s'en aller. Quelques secondes de plus ici et tout ira bien. Du moins, c'est ce que je pensais jusqu'à ce que mon téléphone se mette à vibrer et que j'aperçoive quelque chose qui me laisse à mi chemin entre la dévastation et la rage. Une photo. C'est juste une photo. Mais on y voit Oscar. Oscar qui embrasse une autre fille. Je ne la vois que quelques fractions de secondes, mais c'est suffisant. Je range mon téléphone dans mon sac après avoir pris la précaution de l'éteindre. Probablement qu'avant ce soir il sera enterré dans le jardin…
La rage me fait ravaler les quelques larmes qui menaçaient de couler avec le discours de Rhys et après encore quelques longues inspirations et expirations comme celles qu'on apprend dans les cours de yoga, je sors de cette pièce pour rejoindre le Blake. Néanmoins, quand je le retrouve, je ne prends même pas la peine de m'assoir, réalisant sans peine que je ne peux pas faire comme si de rien n'était alors que mon ex s'envoie une pimbêche. Et plutôt que de m'effondrer à nouveau devant Rhys, je préfère lui exposer mon besoin de rentrer chez moi. « Désolée, mais… Je ne me sens pas très bien. Je crois que je préfère rentrer. Je suis vraiment désolée. »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : killer from a gang (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Lizzie -

RAGOTS PARTAGÉS : 1441
POINTS : 2640
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Il a enfin gagné celui de Lizzie.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Sam 18 Juin - 17:48

When you feel like hope is gone
You know you're not alone
I'm only one call away

Rhys n’avait jamais été doué pour dire les bonnes choses au bon moment. A vrai dire, la plupart du temps, il était décalé ou il disait une énormité. Alors forcément, quand Lizzie semble reconnaître le bon sens de ses paroles en répétant plusieurs fois qu’il avait raison, il est content. Un sentiment de satisfaction qui ne fait que grandir quand elle ajoute qu’il ne fait pas que l’aider un peu. A vrai dire, il ne fallait pas grand-chose pour que le gallois soit content à l’heure actuelle. Son retour à Tenby avait été tellement éprouvant que la moindre note positive lui suffisait. Et à l’heure actuelle, il a enfin l’impression d’être dans une dynamique positive avec son ancienne meilleure amie. Bien qu’en vérité, il ne peut que le deviner. Car une fois qu’elle s’était épanchée sur l’apparition bouleversante de sa demi-sœur, la blonde était devenue étrangement laconique pour ne pas dire silencieuse. Rhys comprend très vite que ce sont ses propres mots d’excuse pour son départ qui sont responsables de ce revirement. Il n’avait pas réfléchi quand il les avait prononcés. Ils étaient sortis naturellement de sa bouche, il avait mis son cœur et ses émotions à nu sans même le vouloir. Mais apparemment c’était encore trop tôt pour Lizzie. Elle ne voulait certainement pas entendre cela. Et si elle gardait le silence, c’était sans doute pour ne pas répliquer trop vertement, comme elle l’avait fait la première fois à l’hôpital. Le Blake est mortifié. Il comprend qu’il a tout gâché en ramenant la discussion sur leur dispute, sur l’avenir de leur relation. Il n’ose plus croiser le regard de son interlocutrice, de peur de voir la flamme de la colère briller à nouveau dans ses yeux. Et finalement, elle se dérobe pour eux deux, se levant brusquement pour partir en direction des toilettes. Il reste coi, s’insultant mentalement. Apparemment, sa faculté à réagir de manière appropriée à une situation n’avait pas bien duré longtemps. Il pousse un petit soupir, plongeant le nez dans son thé en quête de réconfort comme tout bon britannique le ferait. Il n’a plus qu’à attendre anxieusement le retour de Lizzie visiblement. Elle seule pouvait décider de la suite des évènements…

Et quand elle revient, elle a visiblement décidé qu’ils en ont terminé. Négligeant sa tasse de thé encore à moitié pleine, elle ne reprend pas sa place en face de lui, lui annonçant qu’elle ne sent pas bien et qu’elle voudrait bien rentrer chez elle. Rhys relève soudain les yeux, se demandant si une fois encore, il avait pu mal interpréter la situation. Car Lizzie est finalement très pâle, les yeux brillants, comme si elle avait un accès de fièvre soudain. Il sent une lueur d’espoir s’éveiller en lui. Peut être qu’en fin de compte, le malaise de la future institutrice n’avait rien à voir avec ce qu’il avait dit. Peut être qu’elle se sentait mal physiquement et que c’était pour cela qu’elle avait écourté leur conversation. Mais en fin de compte, l’attrait de cette possibilité est vite balayé par l’inquiétude que le blond ressent tout à coup. Il n’avait pas oublié qu’elle venait de subir une greffe d’organe et qu’elle avait la santé fragile. Il se lève à son tour, enfilant son manteau. « Laisse-moi te raccompagner alors. Tu es toute pâle. » Il n’avait formulé sa requête sous une forme trop interrogative car il craignait de s’exposer à un refus. Il savait de plus que Lizzie ne conduisait pas, et il était hors de son question dans son esprit qu’elle reparte à pieds. Il était déjà complètement anxieux à l’idée qu’elle fasse un malaise là tout de suite devant lui le faux docteur… Il sort son portefeuille de la poche de son manteau, jetant un billet sur la table pour payer leurs deux tasses de thé avant de suivre la Mathesson dehors. « Tu as mal quelque part ? » Finit-il par demander timidement quand il lui ouvre la portière passager de la voiture de son père pour qu’elle s’y installe. En temps normal, il n’aurait peut être pas sur-réagit de la sorte mais il ne pouvait s’empêcher de penser au pire. En fin de compte, il préférerait qu’elle ait prétexté ce malaise pour lui échapper… Il va prendre le volant et démarre. Lizzie lui demande de la ramener chez son frère, refusant qu’il la conduise à l’hôpital puis se met à regarder pensivement par la fenêtre. Rhys se tait aussi, n’osant pas reprendre la parole, de peur de dire quelque chose d’autre de nature à bouleverser sa passagère. Le trajet se déroule dans ce silence pesant jusqu’à ce que le gallois se gare devant chez Enaël. Là il se retourne vers Lizzie, rompant enfin le silence. « Voilà… Tu es sûre que ça va aller ? »


_________________

When she’s okay, then i’m alright.When she’s awake, I’m up all night. Nothing really matters. I see her face, and in my mind i seize the day. Whenever she’s nearby it’s like nothing really matters. She completes me. How she reads me, right or wrong it’s so clear she’s all that i need. I know what it feels like swimming through the stars when i see her, and i don’t need air cause i breathe her. (BY ANAELLE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2477
POINTS : 3887
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Sam 25 Juin - 15:29

I can feel my world crumbling
I can feel my life crumbling
I can feel my soul crumbling away
And falling away
Falling away with you

Je n'ai pas le temps de protester. A vrai dire, je n'ai pas spécialement envie de protester quoi que ce soit. Quelques fractions de secondes ont suffis pour me donner l'impression d'être vidée. Vidée de l'intérieur. Je me sens mal, et je devine sans mal que je ne peux pas jouer la comédie auprès du Blake. Donc si je lui impose mon départ, alors je peux au moins faire la part des choses et le laisser me raccompagner. Perdue dans mes pensées, je ne réalise même pas que je pars en le laissant payer. Je suis vidée, et je suis ailleurs. Mon esprit vagabonde par ci, par là… Il se perd… Il se meurt. Si c'était difficile de l'imaginer m'avoir trompée, ce n'est pas plus facile de découvrir qu'il ne lui a pas fallu beaucoup de temps pour tourner la page. En effet, il n'aura pas perdu de temps, alors que de mon côté, je fixe encore mon armoire d'un oeil mauvais parce qu'elle contient la robe que je pensais porter pour le jour-J. Je sors et je laisse Rhys me diriger vers sa voiture. Il se comporte en véritable gentleman et je le remercie tout doucement lorsqu'il m'ouvre la portière. A sa question, j'ai envie de répondre instantanément par l'affirmative. Oui, j'ai mal. J'ai mal au coeur. J'ai l'impression qu'il se lacère dans ma poitrine et qu'il n'est là que dans le but de me faire du mal. Mais je me reprends et je secoue la tête en guise de réponse. Non, je ne peux pas dire que j'ai physiquement mal quelque part. Après tout, je ne voudrais pas affoler le jeune Blake qui essaye de son mieux pour se rattraper. « Non… » Achève-je tout de même alors qu'il s'installe du côté conducteur. Je n'ai vu cette photo qu'un temps très limité pourtant elle me hante et ne sort plus de mon esprit. Comment peut-il me remplacer aussi vite ? Est-ce que je n'étais pas suffisamment digne de son intérêt pour qu'il semble affecté un minimum par notre rupture ? Non, probablement pas. Sinon il ne m'aurait pas trompée dans un premier temps. Je regarde le paysage défiler sous mes yeux alors que le blond traverse les rues du village et bientôt il s'arrête devant l'appartement de mon frère. La voix de Rhys me sort de mes rêveries et je tente de lui adresser un sourire timide pour le remercier de m'avoir raccompagné. « Je… Je ne sais pas… Mais merci de m'avoir raccompagné. Tu n'étais pas obligé. » Il n'était pas obligé, mais il l'a fait tout de même sans me demander mon avis. J'ai beau lui en vouloir, je ne peux pas nier qu'il possède toujours bon nombre de qualités. Je me détache et quand je capte une dernière fois le regard du Gallois, je réalise que je ne veux pas me retrouver toute seule. « En fait… Tu ne voudrais pas monter ? Je me sens mal, tu n'as même pas eu le temps de terminer ton thé. » Je me pince les lèvres et pour le pousser un peu plus à accepter, j'en rajoute.  « S'il te plait. » Avec un peu d'insistance, je réussi à le faire accepter et nous sortons de l'habitacle pour rejoindre l'appartement d'Enael vide étant donné que ce dernier soit en train de travailler à l'extérieur. Non, je ne voulais pas me retrouver toute seule dans ce logement alors que tout me rappelle que ce n'est pas mon propre chez-moi malgré les efforts de mon frère pour me faire me sentir bien ici. Je ne voulais pas me retrouver seule parce que je sais d'avance que je vais me morfondre et me mettre à pleurer en l'imaginant avec une autre femme. Je n'ai plus le droit de pleurer, pas quand je vois la vitesse à laquelle il passe à autre chose. J'invite Rhys à l'intérieur, puis je lui intime de me suivre dans la cuisine où j'entreprends de faire du thé. Il est là, juste derrière moi, et je lui tourne le dos tandis que je rempli la bouilloire. Il est là, lui, et je commence à me dire que si Oscar passe aussi vite à autre chose, je peux peut-être faire de même. Il est là, et je me retourne doucement pour lui faire face, cherchant à capter ses beaux yeux bleus. Ma conscience me dit que je ne peux pas faire une chose pareille alors qu'une petite voix, celle blessée et trahie par l'homme qu'elle aimait se fait de plus en plus forte. Et je décide de l'écouter. Je me glisse sur la pointe des pieds et furtivement je passe mes bras autour du cou de Rhys pour venir lui voler un baiser.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : killer from a gang (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Lizzie -

RAGOTS PARTAGÉS : 1441
POINTS : 2640
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Il a enfin gagné celui de Lizzie.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Dim 26 Juin - 18:24

When you feel like hope is gone
You know you're not alone
I'm only one call away

Déstabilisé, Rhys était profondément déstabilisé. Comme souvent, il n’avait aucune idée à propos de ce qui était en train de se passer. L’instant d’avant, il avait l’impression d’être en train de renouer des liens avec Lizzie et désormais, elle était totalement ailleurs, plongée dans un mutisme inquiétant. Elle lui avait dit se sentir mal mais sans entrer dans les détails et maintenant, le gallois était complètement anxieux, tandis que son cerveau échafaudait les pires scénarios. Si encore il avait été vraiment médecin, il aurait peut être pu avoir un indice mais comme souvent, ses mensonges se retournaient contre lui… Et maintenant, ils étaient arrêtés devant l’appartement du frère de Lizzie et il ne savait toujours pas quelle conduite adopter. Il ne voulait pas être intrusif mais il n’avait pas envie de la laisser seule dans cet état. Il s’en voudrait vraiment. Quelque soit la cause du malaise de la blonde, ça avait l’air vraiment sérieux. Elle avait l’air réellement mal en point. Il est en fait à deux doigts de lui proposer de la conduire à l’hôpital ou chez un médecin quand elle retrouve enfin l’usage de la parole. Ou du moins, elle arrive à émettre plus qu’une syllabe. « Ne dis pas de bêtises ! » Dit-il quand elle lui dit qu’il n’était pas obligé de la raccompagner. Il était soulagé d’avoir pu le faire à vrai dire. Elle lui faisait vraiment peur. Il se rend compte qu’il n’a d’ailleurs pas envie de la laisser sortir de la voiture comme si rien n’était. Il veut rester auprès d’elle, s’assurer qu’elle aille bien avant de repartir.  Leurs regards se croisent et contre toute attente, Lizzie lui propose de monter avec elle. Sauf que ce ne sont pas pour de bonnes raisons. « Ce n’est qu’un thé, Liz, je m’en remettrai, ne t’en fais pas. » Dit-il gentiment, ne parvenant pas à croire que ce qui la préoccupait le plus à l’heure actuelle, c’était de l’avoir empêché de finir son thé. Cela dit, même si c’est pour les mauvaises raisons qu’elle l’invite, il est bien entendu prêt à accepter l’invitation pour pouvoir continuer à veiller sur elle. Surtout qu’il est prêt à ramasser la moindre miette qu’elle lui jette. S’il peut passer plus de temps avec elle, il ne s’en privera pas. Aussi pathétique que cela puisse être…

Alors il est bien inutile pour elle d’insister. Et pourtant, elle le fait, d’une voix chevrotante qui donne envie à Rhys de la prendre dans ses bras, sans qu’il sache d’où lui vient cette pulsion. Mais il ne le fait pas bien entendu, à la place, il cède, si on peut appeler cela ‘céder’. « Ok, je te suis. » Et il le fait, garant la voiture, la suivant dans l’appartement jusqu’à la cuisine où Lizzie entreprend de préparer du thé malgré ses protestations. « Lizzie, tu viens de me dire que tu te sentais mal… Tu ne veux pas t’asseoir un petit peu et me laisser faire ? » Mais sa voix manque de conviction. Il commence à avoir l’intuition de s’être trompé. Le mal être de son ancienne meilleure amie n’était peut être finalement pas d’ordre physique. Tout abondait dans ce sens, comme d’habitude, il avait juste été long à tout recouper. Elle s’activait face à l’évier les mains tremblantes, avec de grands gestes nerveux. Elle avait l’air d’avoir vu un fantôme. C’était pour cela qu’il avait eu envie de la prendre dans ses bras. Elle n’avait pas l’air d’avoir mal quelque part, elle avait l’air bouleversée. D’où son mutisme, son regard perturbé… Qu’est-ce qui avait bien pu la bouleverser à ce point ? Quittant son poste d’observation, il s’avance un peu vers la jeune femme qui lui tourne le dos, avec l’idée de poser une main réconfortante sur son épaule et de lui demander des détails mais elle se retourne avant. Elle cherche à capter son regard et il a l’impression qu’elle va dire quelque chose mais finalement elle se contente de passer ses bras autour de son cou. Finalement, elle avait peut être besoin que quelqu’un la serre dans ses bras même si l’expression avec laquelle elle l’a regardé était plutôt indéchiffrable. Il l’enlace donc mais Lizzie ne pose pas sa tête contre son épaule comme elle s’y attendait. Elle se hisse sur la pointe des pieds pour poser ses lèvres sur les siennes. Abasourdi, il se fige, ne sachant pas quoi faire. Lizzie butine doucement ses lèvres, cherchant visiblement une réaction. Il n’en a aucune. Il ne peut pas dire qu’il est insensible à la chaleur de la bouche de la blonde sur la sienne, à l’étreinte de ses mains sur sa nuque mais quelque chose sonne faux dans tout ça. Doucement, il laisse glisser ses bras sur ceux de son assaillante, juste en dessous de ses épaules pour la repousser doucement et essayer de croiser son regard une nouvelle. « Liz… Qu’est-ce que tu fais ? » Demande t-il avec douceur en la tenant à bout de bras. Il y avait une certaine  stupidité dans sa demande la réponse était plutôt  évidente mais il n’y comprenait plus rien. « Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu es bizarre tout à coup. » Dit-il toujours aussi fort pour pointer l’évidence.  

_________________

When she’s okay, then i’m alright.When she’s awake, I’m up all night. Nothing really matters. I see her face, and in my mind i seize the day. Whenever she’s nearby it’s like nothing really matters. She completes me. How she reads me, right or wrong it’s so clear she’s all that i need. I know what it feels like swimming through the stars when i see her, and i don’t need air cause i breathe her. (BY ANAELLE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2477
POINTS : 3887
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Jeu 30 Juin - 20:00

I can feel my world crumbling
I can feel my life crumbling
I can feel my soul crumbling away
And falling away
Falling away with you

Certainement qu'il s'en remettra, après tout ce n'est qu'un thé, mais ce n'est qu'un stupide prétexte pour lui demander de rester avec moi encore quelques instants. Même si les signaux que je peux envoyer sans vraiment m'en rendre compte sont tout ce qu'il y a de plus contradictoires, je réalise que je ne veux pas qu'il s'en aille. Je n'ai pas envie de me retrouver toute seule dans l'appartement même si je n'ai pas pour autant envie de lui faire la conversation. Je n'ai pas envie de m'apitoyer sur mon sort et surtout, je n'ai pas envie de repenser à cette photo que je n'ai qu'entre-aperçu. Alors oui, j'utilise le prétexte du thé pour l'inviter à monter parce que je n'ai pas le courage de l'inviter clairement ni de lui dire que sa présence me fait du bien parce qu'elle me détourne des idées noires qui viennent m'étreindre. J'insiste un peu et il abdique, me rendant le sourire, même si ça ne dure que quelques secondes, le temps de sortir de la voiture. On entre dans l'appartement et je le laisse me suivre dans la cuisine où je m'active pour préparer une nouvelle tasse de thé au garçon sans même vraiment l'écouter. Si ce n'était qu'un prétexte, ce n'est pas une raison pour ne pas faire les choses bien même si mes mains sont tremblantes et que je perds le fil de mes pensées. Je fais pour ne pas penser, mais c'est impossible. Mon coeur me fait mal. Mon ventre me fait mal. Ma gorge me fait mal. Toute l'entièreté de mon corps appelle à se recroqueviller dans un coin de ma chambre, mais je lutte tant bien que mal. Je lutte parce que je ne veux pas laisser ce fantôme me détruire encore plus que ce qu'il a déjà fait. Je lutte, ou je suis faible. Telle est là question. Parce que si je ne veux pas être toute seule, c'est pour ne pas avoir à affronter cette nouvelle toute seule, c'est pour pouvoir m'appuyer sur quelqu'un. Et c'est sur Rhys que j'ai choisi de m'appuyer. Parce qu'il est présent pour moi, qu'il semble vouloir se rattraper pour la douleur qu'il m'a infligé. Il est là et bêtement, malhonnêtement… Je cherche à en profiter.
Si je me sens bien quand il répond à mon étreinte, serrant ses bras autour de ma taille, c'est honteuse, méprisable et sale que je me sens quand il ne réagit pas à mon baiser et qu'il me repousse. Je laisse mes bras retomber le long de mon corps, mais ne tarde pas à venir cacher mon visage entre mes mains comme une enfant coupable et sur le point de craquer. « Ce que je fais…? Ca me paraît évident pourtant, Rhys. Je suis en train de m'humilier toute seule. » Que je réponds en osant finalement croiser les prunelles azurées du Gallois.
Une autre évidence ? Personne ne veut de moi. C'est ce que je constate avec la gorge nouée. Mon fiancé est allé voir ailleurs, et maintenant c'est Rhys qui me repousse alors qu'il est le premier auquel je fais des avances depuis des mois. Clairement, je n'aurais pas dû. Mais il y a cette part en moi qui voudrait passer à autre chose, comme Oscar le fait si bien, et qui me somme que le bon moyen d'y arriver, c'est de partager un moment intime avec le Blake. « Ce qui ne va pas… Tu le sais, ce qui ne va pas. Je viens de retrouver une soeur biologique et je dois faire en sorte de gérer du mieux que je peux. Ma vie est sur le point de changer radicalement, je le sens au fin fond de mes tripes et j'ai tellement peur. J'avais envie de… de… Je ne sais pas… De tout oublier pendant un instant. Avec toi. » Au lieu de ça, je m'humilie comme jamais j'aurais pensé m'humilier auprès de mon ancien ami. Comment c'est possible de se tromper à ce point ? Je ne mentionne que la moitié de ce qui ne va pas, évidemment, parce que je ne suis pas au bureau des plaintes et parce que j'ai assez fait de vagues comme ça. Maintenant, je suis déstabilisée et je ne sais plus si j'ai le droit de regarder le blond en face. Je le fais, pourtant, parce que je me dis que ce n'est pas possible d'empirer la situation. Je hausse les épaules, les lèvres pincées, réalisant sans peine que je vais faire fuir le garçon alors que je voulais m'en rapprocher. « Je voulais juste… Faire comme si malgré ma greffe, j'étais toujours jolie, rien qu'un peu. Comme si je pouvais plaire à quelqu'un. Comme si je pouvais inspirer autre chose que de la pitié. Je voulais me sentir femme et m'abandonner avec toi. » Le dire à voix haute me donne envie de prendre mes jambes à mon cou et de courir pour éviter la honte que la suite de cette conversation engendrera. « Je suis désolée, Rhys… Je ne voulais pas te mettre dans l'embarras. »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : killer from a gang (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Lizzie -

RAGOTS PARTAGÉS : 1441
POINTS : 2640
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Il a enfin gagné celui de Lizzie.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Sam 2 Juil - 23:52

Lizzie cache soudainement son visage entre ses mains mais c’est trop tard. Rhys avait vu l’expression qui s’était peinte sur son visage quand il l’avait repoussée. Mortifié, il laisse lui aussi ses bras retomber le long de son corps, imitant Lizzie avec un comique de répétition qui pourrait être effectivement drôle si la situation n’avait pas été aussi gênante. Il est à court de mots et la réponse cynique que la blonde fait à la question qu’il avait néanmoins réussi à lui poser ne fait qu’empirer les choses. Elle lui confirme qu’il avait bien vu. Il l’avait offensée en la repoussant, humiliée comme elle disait. Il a l’impression qu’elle va le mettre dehors mais elle n’en fait rien. A vrai dire, elle compense les longues minutes de silence qu’elle lui a infligé dans la voiture par un petit discours enflammé. Elle l’engueule un peu mais il le mérite car il avait bel et bien posée une question stupide. Bien sûr qu’elle n’allait pas bien. Son léger coup d’éclat a quand même le mérite de donner quelques indices au gallois à propos de ce qui est en train de se passer. Il ferme les yeux, frappé par les paroles de la jeune femme, comprenant alors un peu mieux la connerie qu’il venait de faire… « Liz… Ce n’est pas une greffe au visage que tu as eue. Tu es toujours jolie. » Dit-il stupidement quand il retrouve l’usage de la parole. Il se mord la lèvre très fort aussitôt après. C’était stupide comme remarque. Elle allait penser qu’il prenait ça à la légère. Il fallait vraiment qu’il commence à réfléchir avant de parler. Ce qu’il fait d’ailleurs avant de poursuivre. « Non, tu n’es pas jolie, tu es belle. Et je te promets que je ne te dis pas ça pour te réconforter ou parce que tu me fais pitié… » Il se rapproche d’elle, abolissant la distance qui les séparait. Tout à coup, elle lui paraissait bien trop grande alors qu’il l’avait lui-même instaurée. Elle est courageuse Lizzie, car malgré sa honte, elle soutient son regard. Après maintes hésitations, il caresse doucement sa joue du bout des doigts, bêtement émerveillé par le simple fait de pouvoir la toucher à nouveau malgré le fait qu’il enchaînait les erreurs avec elle. « Tu sais, ça m’a même fait un petit choc quand je t’ai revue à l’hôpital. Je n’osais pas t’approcher, j’étais intimidé... Je t’ai vu grandir alors peut être que je ne faisais plus attention ou que je m'étais habitué. mais quand je t’ai revu, ça m’a frappé. Tu es belle. Magnifique même. Et je ne veux pas t’entendre dire le contraire. »

Il ne disait pas ça pour lui faire plaisir, c’était la vérité. Son visage avait perdu les rondeurs de l’adolescence mais ses yeux et son sourire avaient gardé leur douceur. Une douceur qui nimbait ses traits comme un halo. Oui, elle avait un beau visage, un de ceux qu’on pouvait contempler longtemps. Et puis, elle était blonde. Rhys adorait les blondes. Comme beaucoup de mecs se disait-il. Elle avait  aussi de la classe, de la grâce. Il aimait même les tatouages qui lui coloraient les bras. Si ceux-ci pouvaient choquer au premier regard, il avait l’impression qu’ils faisaient partis de la personnalité de la galloise. Une personnalité qu’il chérissait depuis toujours. Et puis, elle disait qu’elle ne sentait pas femme mais elle avait le corps d’une femme, il l’avait remarqué malgré lui. Car bien entendu, il s’interdisait de penser à elle comme ça. Ce qu’il finit par lui avouer. « Je pourrai ajouter désirable. Mais je ne veux  pas penser à toi comme ça. Tu étais presque comme une sœur pour moi, on a grandi ensembles alors ça me fait bizarre… » Il savait qu’il avait beaucoup de défauts mais il venait d’ajouter casseur d’ambiance à sa liste. Ou comment dire à une jolie fille qu’on avait l’impression de commettre un inceste quand on l’embrassait… Alors il continue à ramer. Il a l’habitude. C’est ce qu’on fait quand on est un crétin comme lui et qu’on sort toujours les propos les plus inappropriés, après il faut les rattraper. « Je ne suis pas embarrassé… Ok peut être un peu … Mais surtout surpris. Je ne pensais pas que tu pouvais me voir de cette façon. Que je suis la dernière personne vers qui tu pourrais rechercher du réconfort.» Commence t-il a expliquer laborieusement. Il choisit ses mots avec difficulté, maudissant le fait de devoir discuter de tout cela à voix haute. Mais après tout, c’était de sa faute et Lizzie l’avait bien fait avant lui… Il continue pendant ce temps à promener sa main sur la joue de Lizzie. « Enfin, j’ai bien compris que tu ne voulais rien de sérieux, que ce n’était pas une demande en mariage ou le début de quelque chose… Mais j’ai peur que même ça, ça complique les choses entre nous. Tout est déjà si compliqué. Et pourtant… » Son pouce s’arrête près des lèvres de Lizzie qu’il frôle après une brève hésitation. Il se rend compte qu’au final, il a envie d’y regoûter même si c’est mal. « C’est moi qui suis désolé, je ne voulais pas te blesser. J’ai l’impression de toujours mal m’y prendre avec toi. Crois moi, tu n’es pas ridicule. Loin de là. Je dirai même que tu as bien plus d’effet que tu ne le crois. Mais je ne veux pas te pousser à faire quelque chose que tu regretteras ensuite. » Doucement, il rapproche son visage du sien, pour lui montrer qu’il est loin de la trouver repoussante. Sa main glisse le long de la nuque de la blonde, sans qu’il ne parvienne à aller plus loin. Lizzie semblait vraiment perturbée et aussi lâche que ça puisse être, il ne voulait pas être celui qui initierait un nouveau baiser. Il ne voulait pas abuser de la situation, il voulait qu’elle soit vraiment sûre d’elle. Car elle avait raison, ensuite, plus rien ne serait jamais comme avant.

_________________

When she’s okay, then i’m alright.When she’s awake, I’m up all night. Nothing really matters. I see her face, and in my mind i seize the day. Whenever she’s nearby it’s like nothing really matters. She completes me. How she reads me, right or wrong it’s so clear she’s all that i need. I know what it feels like swimming through the stars when i see her, and i don’t need air cause i breathe her. (BY ANAELLE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2477
POINTS : 3887
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Dim 3 Juil - 12:49

I can feel my world crumbling
I can feel my life crumbling
I can feel my soul crumbling away
And falling away
Falling away with you

Son rejet n'est pas facile à encaisser, mais je dois l'accepter. Je dois faire avec et surtout, je lui dois quelques explications. Ce n'est pas comme s'il y avait eu des signes avant coureur qui aurait pu lui indiquer mes envies et le fait que j'allais l'embrasser. A vrai dire, moi-même je n'y avais jamais songé avant de voir cette photo d'Oscar avec une autre fille. J'entends ses compliments, je les comprends, mais autant dire qu'ils glissent et qu'ils retombent aussitôt sans venir s'incruster dans mon esprit. Après tout, il ne doit dire ça que pour se rattraper, parce qu'il ne veut pas avoir une fille qui lui pleure dans les bras. Je ne peux pas lui en vouloir. Il ne s'attendait pas à ça en venant me rejoindre dans le café et il essaye tant bien que mal alors que de mon côté, j'ai l'impression de me servir de lui. Et en fait, ce n'est pas qu'une impression. J'entends à présent les explications du Blake, pourquoi il me rejette et je le comprends. Moi non plus je n'avais jamais pensé à lui de cette façon. Moi non plus je ne m'étais jamais imaginé vivre une histoire de cet acabit avec lui. Sans aller jusqu'à le considérer comme mon frère vu le mal qu'il m'a fait, je peux voir là où il veut en venir et je ne m'en sens que plus sale. Si j'en crois ses dires, il semble vraiment tenir à moi. Comme s'il n'était jamais parti, comme si rien n'avait changé. Pourtant, tout a changé. Tout a changé à la seconde où il a décidé de ne plus donner de nouvelles. Celui que je considérais comme mon frère est devenu un traitre, un étranger, quelqu'un en qui je ne peux plus avoir confiance. Et c'est encore le cas aujourd'hui, ou du moins, ça l'est relativement.
Nous avons peut-être grandi ensemble, comme Rhys le souligne si bien, mais son absence a laissé un vide que je n'ai pas cherché à combler. Un fossé s'est creusé et je ne sais pas si un jour nous serons capables de retrouver le magnifique trio que nous formions quand nous étions plus jeunes. Probablement jamais. Parce que je ne pourrais jamais considérer Rhys comme je considère le Donovan. Même s'il était le dernier homme sur terre et que je voulais me venger d'Oscar, jamais je ne serais aller quémander de l'affection auprès de Caleb. Avec Rhys, c'est comme s'il y avait eu une coupure. Les choses ont changé entre nous et c'est pour ça que je ne rechigne pas à l'embrasser alors que je suis désespérée.  D'ailleurs, à sa surprise, je préfère ne rien répondre. Comment lui dire avec tact que nous ne sommes plus en phases et que les sentiments que nous ressentons l'un pour l'autre ne sont pas réciproques ? Je ne peux pas. Comment lui dire aussi que contrairement à lui, je n'ai pas peur de compliquer les choses entre nous parce que je n'attends plus rien de notre relation depuis maintenant huit ans ? C'est impossible. Alors je me tais parce que je ne veux pas le blesser.

Cependant les gestes du Gallois contrastent avec ses paroles, puisque ses caresses ne semblent pas aussi chastes que celles que l'on peut avoir avec une soeur. Sa main sur ma joue me redonne un peu espoir. Elle me donne envie de tenter ma chance à nouveau et de l'embrasser jusqu'à ce qu'il réponde enfin à mes baisers, mais je reste interdite un moment encore, préférant être sûre de moi et surtout être sûre de lui avant de tenter quoi que ce soit d'autre. Il reprend la parole, me sortant de mes rêveries alors que je contemple son visage avec un désir non dissimulé. Il est beau Rhys, et ça m'étonne dans le fond qu'il ne soit pas revenu d'Afrique avec une belle jeune femme à son bras. Il est beau et je sais qu'en partageant un moment avec lui, je pourrais oublier rien que quelques instants le bordel complet qu'est devenu ma vie.  « Ne t'excuse pas… » Que je murmure alors qu'il réduit la distance qui nous sépare, ce qui provoque un emballement dans ma poitrine. « Juste… Embrasse moi, Rhys. » Ou du moins, ne me repousse pas. Je me sens encore penaude de devoir le lui demander, sentant bien qu'il ne ferait rien si je ne le lui demandais pas. Adieu la spontanéité. Craignant encore un rejet de sa part, j'approche mes lèvres doucement des siennes pour m'en emparer une nouvelle fois, toujours avec appréhension jusqu'à ce que je le sente réagir.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : killer from a gang (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Lizzie -

RAGOTS PARTAGÉS : 1441
POINTS : 2640
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Il a enfin gagné celui de Lizzie.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys Dim 3 Juil - 18:33

Lizzie semble peser le pour et le contre des paroles de Rhys, restant silencieuse un long moment. Lui, n’esquisse pas un geste, peu désireux de la brusquer. Il espère simplement que les réflexions de la blonde l’emmèneront dans la bonne direction. Sauf qu’il est bien loin d’imaginer la teneur de ces dernière. Dans le cas contraire, peut être qu’il ne se montrerait pas aussi disposé à consoler Lizzie. Il aime se penser clairvoyant mais il est en réalité en train de se faire manipuler sans même s’en rendre compte. Il n’avait aucune idée du peu de considération qu’elle lui accordait en ce moment même. Peut être que son erreur le frapperait plus tard, quand il se rappellerait de son changement d’attitude soudain ou de son cruel silence face à la déclaration qu’il venait de lui faire mais pour le moment, il se précipite tête baissée dans le piège qu’elle vient de lui tendre. Il est prêt à tout pour ne pas lui faire à nouveau de la peine. Alors quand elle lui demande une nouvelle fois de l’embrasser, il sait qu’il ne refusera pas. Pourtant sa conscience le tenaille toujours, lui soufflant qu’il y a définitivement quelque chose qui cloche dans tout ça. Mais il la fait taire quand Lizzie vient capturer une nouvelle fois ses lèvres sans attendre sa réponse. Il se dit qu’elle a eu le temps de réfléchir à ce qu’il a dit, qu’elle sait ce qu’elle fait et il arrête de lutter. Alors, bougeant ses lèvres à l’unisson avec les siennes, il lui rend enfin son baiser. Et surtout, il arrête de réfléchir. Il ne s’en sent plus capable. Surtout quand Lizzie entrouvre légèrement les lèvres, l’invitant à un peu moins de chasteté. Il aimerait pouvoir dire qu’il a résisté, qu’il a écouté son sens moral, qu’il a fait la différence entre ce qui était bien et ce qui ne l’était pas mais ça ne ferait qu’ajouter un énième mensonge à sa liste. Non, à la place, il raffermit la prise de sa main sur la nuque de la jeune femme, rapprochant leurs visages encore plus si c’est possible et glisse sa langue dans sa bouche. Elle voulait qu’il l’embrasse, très bien. Il allait lui montrer de quoi il était capable….

Sauf que ce que ni elle ni lui ne pouvait prévoir, c’était sa réaction. Le contact de leurs langues l’enflamme et il oublie petit à petit sa réticence initiale. Plaquant sa main libre dans le dos de la blonde, il la colle contre lui sentant une fièvre familière s’emparer de lui. Son désir s’éveille, ravivé par les formes de Lizzie qu’il sent contre son torse et les exquises sensations que leurs bouches scellées lui procurent. Son souffle se fait plus erratique. Désormais, son ancienne meilleure n’avait plus aucune raison de douter de l’effet qu’elle pouvait lui faire. Elle était en effet une femme et il voulait mettre cette femme dans son lit. Ou le sien en l’occurrence. Il s’attend à ce qu’elle le repousse, qu’elle reprenne ses esprits mais rien de tel ne se produit. Alors il se fait plus audacieux, laissant ses mains glisser le long de sa taille tandis qu’elle l’entraîne vers la chambre à coucher. Elle n’avait pas menti, ne l’avait pas allumé en vain, elle voulait vraiment s’oublier avec lui. Entre le feu de leurs baisers, il la débarrasse de son pull, dévoilant un soutien-gorge en dentelle et une poitrine généreuse qui l’excite encore un peu plus. Il était faible mais il ne songeait plus à se maudire dans le feu de l’action. Alors il continue à franchir joyeusement les interdits, ceux qui les rapprochent du point de non retour. Son seul moment de lucidité intervient quand c’est lui qui doit se débarrasser de ses propres habits. Son accident a laissé des traces sur son corps, des cicatrices disgracieuses qui pourraient dégoûter Lizzie, voir la pousser à s’interroger sur ce qui s’était passé. Il n’avait pas pensé à ça. Il s’arrête, indécis mais la blonde ne marque aucun temps d’arrêt, ses mains venant pallier cette hésitation le délestant de son t-shirt. N’a-t-elle rien vu ou s’en fiche t-elle ? Impossible à dire. A vrai dire, plus rien d’autre que la danse de leurs corps enlacés ne semble compter quand ils basculent sur le lit à moitié nus. Au moins, il avait accédé à la requête de Lizzie, l’oubli était bel et bien présent.


_________________

When she’s okay, then i’m alright.When she’s awake, I’m up all night. Nothing really matters. I see her face, and in my mind i seize the day. Whenever she’s nearby it’s like nothing really matters. She completes me. How she reads me, right or wrong it’s so clear she’s all that i need. I know what it feels like swimming through the stars when i see her, and i don’t need air cause i breathe her. (BY ANAELLE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: One Call Away + Lhys

Revenir en haut Aller en bas

One Call Away + Lhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-