AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA) Dim 15 Mai - 23:34


Le nez vissé à la fenêtre de la chambre qu'elle avait longtemps occupée, Mona tentait de se concentrer sur l'agitation de cette ville qu'elle aimait. Comment ne pas aimer Londres, d'ailleurs ? Elle aimait errer sans but, se retrouver près de la Tamise, penser aux 101 Dalmatiens devant Hyde Park, s'amuser des touristes se prenant en photo avec les gardes de Buckingham Palace, rire du Millenium Dome que les habitants n'appréciaient guère, entendre Big Ben sonner et penser à ses corbeaux, admirer les tags des artistes de rue qu'elle trouvait si doués, entrer dans ces petits musées méconnus et intrigants, toutes ces petites choses qu'elle ne pouvait énumérer d'une manière exhaustive, mais auxquelles elle était attachée. Londres, c'était sa ville natale, un endroit où elle se sentirait toujours chez elle. Et c'était la raison pour laquelle Mona ne manquait pas d'y revenir assez régulièrement, même si ce n'était que pour un week-end. Son père, sa mère, son frère aîné et ses grands-parents la réclamaient assez souvent - pas seulement elle, mais aussi Shea, Paige, Milo, Oscar, Thelma, Nathan et Ethan. Mais c'était elle qui hésitait le moins à faire le déplacement, entraînant parfois son frère jumeau sans lui demander vraiment son avis. Elle n'y restait jamais vraiment longtemps ; le maximum, c'était une semaine et demi à Noël. Après, Malone lui manquait trop, et elle avait hâte de retrouver tous ses autres proches. Mais elle rentrait aussi ressourcée, regonflée à bloc, pleine d'une énergie positive qui ne venait certainement pas de la grisaille du ciel, mais plutôt d'un ensemble d'éléments et de la joie qu'elle lisait dans les yeux des membres de sa famille.

Mais cette fois-là, c'était différent. D'ailleurs, Mona savait très bien que si elle se concentrait sur la rue et les passants, c'était pour ne pas penser à l'altercation qu'elle venait d'avoir avec son père. Vexée, blessée, elle s'était réfugiée dans son ancienne chambre en s'enfermant à clé. Elle peinait encore à réaliser ce qui venait de se passer et, comme à l'accoutumée, la jeune fille avait du mal à relativiser. Elle avait beau savoir que les choses auraient pu être pires, ça ne la consolait pas le moins du monde. Et l'inciter à regarder plus loin que le bout de son nez ne l'aiderait pas forcément... Depuis quand le malheur plus profond des autres était-il censé faire en sorte qu'on se reprenne un peu ? Même si elle saisissait l'idée, Mona ne pouvait s'empêcher de la trouver un peu stupide. Elle n'était pas certaine d'avoir que le fait de savoir qu'un nombre incroyablement élevé de personnes étaient bien moins loties qu'elle lui serait d'un grand réconfort. Et tout ce qu'elle désirait, c'était que ses parents acceptent ses choix. Mais c'était visiblement trop demander, puisqu'ils avaient tous les deux piqué une crise de nerfs. Après avoir tourné et retourné le problème dans sa tête, la petite Anglaise avait finalement décidé de l'annoncer sans détours, à la manière d'un sparadrap qu'on arrache d'un coup sec. Elle appréhendait ce moment depuis plusieurs semaines, et à raison... Elle avait toujours retardé l'échéance, pour la simple raison qu'elle était l'une des plus grosses froussardes que la Terre ait jamais portée. Mais la fin de sa formation approchait à grands pas et, d'ailleurs, continuer à mentir devenait de plus en plus lourd, elle s'enfonçait.

Avec sa mère, les choses ne s'étaient pas trop mal passées. Oh, bien sûr, elle avait eu droit à un savon et à un sermon en règle... Sa mère était une actrice, pas très connue certes, mais une actrice quand même. Sa fille ne pouvait-elle pas chercher à percer, elle aussi ? Mais Mona n'avait aucun désir de gloire, de célébrité, ni même de se montrer et de s'afficher à un public restreint. Ce n'était tout simplement pas son truc. Bien sûr, sa mère était déçue. Bien sûr, elle avait tenté de la faire changer d'avis. Bien sûr, elle lui avait dit qu'un jour, elle changerait d'avis et voudrait reprendre de "vraies études". Mais, sans être conciliante, elle avait été moins dure que son ex-mari. Mona avait gardé le meilleur pour la fin. Son père avait d'abord cru à une plaisanterie, avant de comprendre qu'elle était on ne peut plus sérieuse. Elle avait alors reconnu le signe avant-coureur classique de sa colère, la veine qui saillait sur sa tempe. Immédiatement, elle avait compris qu'elle était vraiment mal barrée. Mais elle n'avait pas pensé qu'il irait aussi loin dans ses propos. En-dehors de son premier fils, lequel de ses enfants se déciderait enfin à consacrer sa vie à une carrière respectable ? Ils semblaient tous s'être donné le mot pour lui causer du souci. Mona avait ressenti un picotement au cœur, puis dans les yeux, qui n'avait fait qu'augmenter. Il ne pensait pas ce qu'il disait. C'était du moins ce qu'elle se répétait en boucle. Ne méritaient-ils pas la fierté de leurs parents, même s'ils engageaient sur d'autres voies que celles qu'ils plébiscitaient avec tant d'ardeur ? Si, bien évidemment que si. Ils n'étaient pas des enfants si terribles que ça, aux dernières nouvelles... Elle en avait ras-le-bol de leurs exigences qu'elle avait toujours trouvées trop élevées.

Bouleversée par l'explosion de colère de son géniteur, la brunette n'avait pas pointé le nez en-dehors de sa chambre. Elle avait entendu la porte claquer et en avait déduit que lui aussi avait besoin de s'isoler. Alors, les yeux tournés vers l'extérieur, Mona avait laissé les larmes couler. Elle n'essayait pas souvent de les retenir, parce que ça lui faisait du bien. C'était une fervente supportrice de l'extériorisation des émotions et des sentiments, que ce soit pour un homme ou pour une femme. En l'occurrence, elle ne pensait pas que c'était ingérable... Dans quelques semaines, ses parents commenceraient à digérer et dans quelques mois, ils auraient à peu près accepté l'idée, sans pour autant renoncer à l'espoir qu'elle change un jour d'avis. Elle aurait sans doute droit à quelques piques bien senties, mais sans plus. Seulement, en attendant, Mona accusait le coup. Alors, quand elle entendit la porte d'entrée claquer à nouveau, elle tendit l'oreille. La démarche était légère, aussi pensa-t-elle tout de suite à Shea. Elle ne s'était pas trompée. Sans la moindre hésitation, la benjamine des Taylor fonça vers son aînée pour se réfugier contre elle. Comme sa sœur savait déjà qu'elle avait l'intention d'avouer la vérité à leurs parents, elle comprendrait sans doute très vite ce qui la mettait dans cet état. « Il dit que je gâche ma vie... » Un autre sanglot. Quelle bénédiction que Shea l'ait accompagnée à Londres ce week-end-là ! Son frère aîné avait été plus compréhensif que leurs parents, mais il n'approuvait pas son choix, elle le savait pertinemment. Shea, elle, était non seulement la mieux placée pour compatir, mais aussi un indéfectible soutien en toutes circonstances. « Il m'a même demandé si... Si j'étais enceinte, pour avoir envie de laisser tomber la fac... »

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Savannah Cartwright
TON AVATAR : Kristin Kreuk
TES CRÉDITS : maknae (avatar) et solosand (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Open!
GabrielSameen ♪ (William)
RAGOTS PARTAGÉS : 2182
POINTS : 2791
ARRIVÉE À TENBY : 17/06/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : quand j'y pense, j'attrape la migraine
PROFESSION : Etudiante en stylisme, créatrice
REPUTATION : Tiens donc, la vie de l'ainée Taylor semble s'agiter un peu en ce moment. Il était temps ! Oh, il parait qu'un certain Rafael Olsen la cherche partout dans la ville, craint-elle quelque chose ? Ce n'est pas prudent, avec un bébé à charge et un petit ami parti au combat...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA) Lun 16 Mai - 16:59



Mona & Shea
A woman without her sister is like a bird without wings
En entrant dans la chambre pourtant fermée à clé de Mona je sais qu'elle n'a aucune idée du fait que j'ai entendu quelques bribes de sa conversation avec notre père, et que je l'ai sévèrement recadré pour ça. « Papa, tu n'en as pas marre de reproduire sans cesse les mêmes erreurs ? » avais-je commencé quelques minutes plus tôt. « J'ai repris l'entreprise parce que tu le voulais et j'ai perdu plus de cinq ans de ma vie à essayer de te plaire alors que ton fils rêvait d'avoir ce job. Tu ne penses pas que tu devrais laisser tes enfants mener leur propre barque ? Tu as été injuste avec Mona. Elle a le droit de suivre la voix qu'elle a choisi et non celle que toi et maman vouliez pour elle. » Maman n'a pas été si méchante avec Mona, disons qu'elle a été moins vindicative que notre père. Ils restent nos parents, alors évidemment que Mona a tout pris au pied de la lettre. Si j'avais entendu les mêmes horreurs que mon père vient de débiter à ma jeune sœur je serais partie sans demander mon reste. J'use de mon expérience de mère, tout nouvellement acquise, pour le toucher en plein cœur.  « Être parent c'est vouloir le bonheur de ses enfants. Rappelle t'en. J'espère que tu te rendras compte de ce que tu fais avant qu'il ne soit trop tard, parce que je ne vais pas continuer à supporter ça encore longtemps. » Et Mona non plus. Je n'ai pas tout entendu, heureusement je crois, sinon j'aurais déguerpi. Comment faire comprendre au patriarche Taylor qu'il va droit dans le mur, autrement que par ma voix sévère et intransigeante ? J'avais presque l'impression d'engueuler un enfant. Il est sorti de la pièce en me lançant un magnifique « Tu oses me dire ça alors que tu as inventé cette histoire de viol pour expliquer que tu aies trompé ton petit-ami ? » qui m'a laissée sur le cul, pardonnez l'expression. Je savais que Mona avait l'intention de parler de la fac à papa et maman ce week-end, on avait pas arrêté d'en parler pendant les longues heures qu'avait duré le trajet jusque Londres, en voiture. Au fond de moi se terrait encore l'espoir qu'ils acceptent ce changement. Je m'étais lourdement trompée.

Les larmes affluent dans les yeux de la benjamine de la famille et coulent le long de ses joues. Ça fait mal à mon petit cœur de la voir souffrir ainsi. Les parents ne sont pas censés faire de mal à leurs enfants. « Ce n'est pas vrai, j'ai l'impression qu'au contraire tu t'acharnes à la rendre merveilleuse. » Si Nathan construisait sa vie de telle manière à être heureux, je serais fière de lui. Être mère a changé ma vision des choses, plus que je ne l'aurais pensé. J'entoure Mona de mes bras, ma main venant se loger dans ses cheveux pour caresser sa tête comme nous en avions l'habitude petites.  « Ne fais pas la même erreur que moi. J'ai essayé de suivre la voix qu'il avait tracée pour moi et qu'est-ce que j'ai récolté de six ans d'épuisement professionnel ? Pas grand chose au niveau de la relation que j'ai avec lui. Alors je t'en prie, oublies ce qu'il t'a dit, vis une vie dont tu sera fière et fais de tes rêves une réalité... La vie ce n'est pas plaire à ses parents, c'est se construire en tant qu’être humain, en tant que femme. » Une bonne séance shopping est clairement une façon de reconnaître sa féminité, seulement c'est assez superficiel... c'est avec des actions concrètes qu'on devient capitaine de son destin. Lui demander si elle était enceinte, c'était un vrai coup bas. Je n'avais pas entendu cette partie de la « discussion ». Papa sait-il pour l'infertilité de Mona ? Si il le savait, il n'aurait pas dit ça. Il a beau être un imbécile, il n'a pas pu être cruel. « Tu lui as dit pour... les résultats de tes examens médicaux ? » je lui demande pour confirmation.

J'emmène la brunette près du lit et nous fait tomber toutes les deux à la renverse. Allongée, c'est moins fatiguant. La route a été bien longue jusqu'ici et un peu de repos nous serait bénéfique à toutes les deux. « Nos parents ont de drôles de façons de nous montrer qu'ils nous aiment. Ne compte pas sur moi pour les défendre... surtout papa. » concluais-je avec un baiser sur son front, essuyant une ou deux larmes de ses joues. « Il a insinué que j'avais inventé le viol pour expliquer que j'ai trompé Rafael. »
© wild bird
 
       
       

_________________



what's happened in my life ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA) Mer 18 Mai - 2:58


En sentant les bras de Shea se refermer autour d'elle, Mona comprit pourquoi elle avait préféré attendre que sa sœur aînée l'accompagne avant d'affronter les foudres de ses parents. Au fond d'elle-même, elle avait plus ou moins deviné qu'elle aurait besoin d'un soutien. Or, s'il y avait une chose dont Mona ne doutait pas à l'instant précis, c'était bien qu'elle pouvait toujours compter sur l'appui de sa grande sœur, que cette dernière demeurerait à ses côtés, qu'elle approuve ses décisions ou pas. Elle se sentait déjà un peu réconfortée par sa présence rassurante. Bien sûr, un câlin n'arrangeait pas tout. Néanmoins, ça l'aidait à se sentir un peu mieux, un peu moins seule, un peu moins dévalorisée. Sans la moindre hésitation, Mona se blottit contre Shea, avec l'étrange impression de revenir dix ans en arrière, quand elle était encore un petite fille qui courait pleurer dans les bras de sa grande sœur parce qu'une de ses camarades de classe n'avait pas été gentille avec elle. Au fond, les choses n'avaient pas changé tant que ça... Bien sûr, Mona était majeure, elle avait un petit ami et elle apprenait à devenir indépendante. Mais elle avait toujours besoin de ses frères et sœurs et, en réalité, elle avait l'impression que ce serait toujours plus ou moins le cas. Et en bonne aînée de la famille, Shea était celle qui l'avait le plus pris sur ses genoux en lui fredonnant une chanson apaisante ou en lui disant que tout finirait toujours bien tant qu'elles étaient ensemble. Mona y croyait sûrement encore un peu, sinon, elle n'aurait pas jugé bon de quitter Londres quelques mois à peine après le départ de Shea. C'était tellement plus rassurant de savoir qu'elle n'avait que quelques pas à faire pour obtenir l'aide ou l'épaule dont elle avait besoin. Elle espérait bien que dans quelques années, elle arriverait à se débrouiller un peu mieux toute seule. Mais en attendant, elle remplissait bel et bien son rôle de benjamine (elle s'y cantonnait même), petite dernière de la famille que les plus grands cherchaient à protéger et même à préserver. Pourquoi ne pas en profiter encore un petit peu ? Les mots de Shea sonnaient comme une douce chanson à son oreille. Pour la consoler, elle trouvait toujours les mots justes. Comment faisait-elle pour être aussi douée ? « J'essaye juste de faire quelque chose qui me rend heureuse... » D'abord, Mona n'avait jamais voulu rejoindre son père et son grand frère dans l'entreprise familiale. Quel poste aurait-elle bien pu occuper ? Directrice de marketing ? Responsable des ressources humaines ? Chef comptable ? Juriste principale ? Rien de tout ça ne la tentait. À l'image de Milo, elle n'était nullement attirée par un travail de bureau. À l'extrême limite, elle aurait pu vouloir diriger le service informatique. Mais même si c'était un domaine dans lequel elle était douée, ce n'était pas ce qui la passionnait. Son père avait donc fini par se résoudre à l'idée que sur ses cinq enfants, seul l'un d'entre eux se préoccupait de l'avenir de leur entreprise. Ensuite, apprendre que Mona s'était nettement éloignée des filières classiques lui avait sans doute porté le coup de grâce. Qu'elle ne veuille pas étudier le commerce international, l'économie ou le droit, passe encore. Mais qu'elle laisse tomber l'université parce qu'elle voulait exercer un métier qui n'était même pas encore vraiment connu au Royaume-Uni (et surtout qui n'avait rien de valorisant aux yeux du papa Taylor), ça, c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. « Il a l'air de me dire que pour réussir dans la vie, il faut absolument que je fasse des études correctes. » Elle n'était pas d'accord avec lui. Mais après tout, elle n'avait que dix-huit ans et lui avait l'expérience de la vie, alors elle pouvait fort bien se tromper. Seulement, ce qu'elle avait du mal à accepter, c'était le reste, ses mobiles. « En vrai, je suis sûre que c'est parce qu'il trouve ça dégradant... Parce qu'il voudrait pouvoir se vanter que ses gosses ont des métiers qui en jettent, donc si c'était pas PDG, ce serait ingénieur en aéronautique, neurochirurgien ou limite ministre des affaires étrangères. » Elle exagérait peut-être, mais à peine. Comment pouvait-il avoir assez d'ambition pour toute sa famille réunie ? « Et puis au pire, si je me rends compte que je me suis trompée, que c'est galère... Je peux toujours reprendre mes études, non ? J'ai pas non plus cinquante ans. Et puis je veux dire, je serai assez humble pour reconnaître que j'ai fait une erreur et tenter d'y remédier. »

Se laissant volontiers entraîner vers le grand lit, Mona s'y laissa tomber à côté de sa sœur. Elle versait encore quelques larmes, parce qu'elle avait du mal à encaisser les coups que lui avait donnés son père sans forcément penser à mal. Mais au moins, elle se sentait écoutée et comprise, c'était déjà une bonne chose. « T'inquiète pas pour ça, je compte pas suivre papa sur ce coup-là... » La petite brune ne regrettait pas sa décision de s'être installée à Tenby. Elle avait retrouvé ses sœurs, rencontré un homme qui lui avait volé son petit cœur et s'était éloignée des envies parfois néfastes et des exigences assez démesurées de son géniteur. Elle aurait sûrement eu bien plus de mal à s'affranchir de son joug si elle était restée auprès de lui. Jamais elle n'aurait osé faire enfin ses propres choix. Bénie soit sa décision d'aller s'enterrer dans un petit trou perdu du pays voisin ! « Non, je lui ai pas dit... Que je pouvais pas avoir d'enfants. » Mona aurait pu formuler sa phrase autrement, comme pour tenter d'atténuer ce fait qu'elle trouvait encore dramatique. Mais elle y avait renoncé. Autant appeler un char un chat, au moins, elle ne se voilait pas la face. « Encore heureux ! Sinon, s'il savait mais qu'il avait quand même balancé ça à la face... Ç'aurait été vraiment méchant. Mais... J'en ai parlé à maman. La dernière fois que je suis venue... Tu te souviens, je suis rentrée avec une tonne de paquets, elle m'avait emmenée chez Harrod's et m'avait gâtée à un point inimaginable tellement elle était désolée et triste pour moi. » Sa mère dans toute sa splendeur, assez superficielle. Pourtant, elle avait fait du mieux qu'elle avait pu et était aussi allée bien au-delà du cliché habituel et de ce que Mona aurait imaginé, proposant d'aller consulter un spécialiste et de s'informer au sujet d'éventuelles solutions pour l'avenir. Oui, sa maman avait géré sur ce coup-là. Malheureusement, on ne pouvait pas avoir d'emprise sur tout. « Mais j'ai rien dit à Papa. Je trouve ça un peu gênant d'aborder des sujets comme ça avec lui... Donc on verra ça plus tard. » Rien ne pressait, n'est-ce pas ? De toute façon, pour l'instant, Mona n'avait guère envie de se retrouver face à son père et encore moins de lui faire des confidences aussi intimes. Elle avait eu son compte pour le moment... Et la discussion avec Shea ne risquait pas d'améliorer son ressenti et son point de vue. Elle s'apprêtait à lui répondre qu'elle n'avait pas la moindre envie que qui que ce soit le défende quand sa grande sœur lâcha la bombe. Sous le choc, la benjamine ne répondit pas immédiatement. Incrédule, elle posa une main sur sa bouche en se tournant entièrement vers Shea. « Non, il a pas osé dire ça, quand même ?! » Elle ne s'en remettait pas... Alors que pouvait bien ressentir la jeune maman ? Mona se sentait horriblement mal pour elle. Déjà, une vague de colère avait déferlé en elle. Lui dire qu'elle gâchait sa vie, d'accord. Lui demander si elle était en cloque, ok. Mais balancer que Shea avait inventé une histoire de viol ? Quel genre de père fallait-il être pour en arriver là ? « Je suis sûre que... Qu'il a dit ça sous le coup de la colère ou quelque chose dans ce goût. Il peut pas penser ça, c'est impossible... Il peut pas être aussi con que ça. » Ce fut à son tour de caresser la joue de son aînée. « Ne l'écoute pas, il n'a absolument aucune idée de ce qu'il raconte... »

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Savannah Cartwright
TON AVATAR : Kristin Kreuk
TES CRÉDITS : maknae (avatar) et solosand (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Open!
GabrielSameen ♪ (William)
RAGOTS PARTAGÉS : 2182
POINTS : 2791
ARRIVÉE À TENBY : 17/06/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : quand j'y pense, j'attrape la migraine
PROFESSION : Etudiante en stylisme, créatrice
REPUTATION : Tiens donc, la vie de l'ainée Taylor semble s'agiter un peu en ce moment. Il était temps ! Oh, il parait qu'un certain Rafael Olsen la cherche partout dans la ville, craint-elle quelque chose ? Ce n'est pas prudent, avec un bébé à charge et un petit ami parti au combat...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA) Jeu 6 Oct - 23:29



Mona & Shea
A woman without her sister is like a bird without wings
Aujourd'hui devait être le jour où ma petite sœur annonçait sa reconversion en temps que wedding planneuse et où nos parents accueillaient ce changement à bras ouverts, fiers que leur fille ai trouvé un domaine qui la passionne. Aujourd'hui devait être un jour heureux. Aujourd'hui devait être un jour dont Mona se souviendrait longtemps. Et, certes, elle s'en souviendra longtemps... mais pas pour les bonnes raisons. Immédiatement après les remontrances de nos parents elle s'est réfugiée dans sa chambre d'enfant, quelque chose qu'elle faisait déjà lorsqu'ils la grondaient. Cette habitude me fait penser au passé. C'est comme si nous étions revenues plusieurs années en arrière : rien n'a changé. Les mentalités de nos parents n'ont pas changé, malgré tout les espoirs que j'avais leur concernant. Si je suis venue avec Mona, c'est aussi parce que j’anticipais cette réaction, même si j'espérais sincèrement qu'ils avaient changé et ne reproduiraient pas les mêmes erreurs avec elle. Avec tout ça, je ne me sens plus chez moi ici. Londres n'est plus la ville chère à mon cœur à cause de l'agression que j'y ai subie, et la dernière chose qui me retenait ici vient de s'envoler. Ne plus se sentir chez soi dans sa maison d'enfance est une sensation bien étrange. Mona ne la ressens pas, puisqu'elle s'est réfugiée ici, cependant je ne pense pas que nous restions plus longtemps ici. Dès que la crise sera passée, nous irons sans doute prendre une chambre à l’hôtel afin d'éviter ceux qui nous ont élevées. « Des études correctes... qu'est-ce que c'est pour lui ? » Mon ton est dédaigneux, quelque peu agressif. J'ai fait les mêmes erreurs que Mona : espérer le rendre fier en empruntant une voie qui ne me correspondait pas. Ça a été une erreur, heureusement la Taylor s'est rendu compte que la fac ne lui servirait à rien pour devenir wedding planeuse. Elle pourra faire ce qui lui plaît... après s’être remise des saloperies qui lui ont été dites ici. Un instant je songe à appeler Malone, mais je suis apte à gérer la crise. Le jeune homme a déjà bien assez à gérer. Elle a tout à fait raison : papa voudrait pouvoir se vanter de la réussite de ses enfants. Sauf que même si il ne veut pas le reconnaître nous avons réussi. Et puis c'est quoi réussir au juste ? C'est faire quelque chose qui puisse nous rendre heureux et fiers... tout ce que nous faisons en ce moment, en somme. Cet homme est cinglé, je le répète. Il ne se rend pas compte des erreurs qu'il fait, les reproduit, … tout l'inverse de ce que Mona serait capable de faire. Si elle se rendait compte que ces études sont trop difficiles  ou que son métier l'est, elle pourrait toujours reprendre quelque chose d'autres. « Exactement. Tu es assez forte pour retomber sur tes pattes quoi qu'il arrive. C'est maintenant que tu dois profiter de la vie, faire des expériences, tenter des choses... si tu ne te lances pas tu ne le fera jamais. » Je ne peux imaginer combien ce que vis Mona est difficile. Tant au niveau de son état de santé qui ne lui permet pas forcément d'avoir des enfants – quoi qu'il y a un espoir, et je ne désespère jamais – qu'au niveau de son changement de voie professionnelle. Un tel changement peut générer de l'angoisse, et au lieu d’être soutenue elle est désavouée par notre père.

« Encore heureux ! Sinon, s'il savait mais qu'il avait quand même balancé ça à la face... Ç'aurait été vraiment méchant. Mais... J'en ai parlé à maman. La dernière fois que je suis venue... Tu te souviens, je suis rentrée avec une tonne de paquets, elle m'avait emmenée chez Harrod's et m'avait gâtée à un point inimaginable tellement elle était désolée et triste pour moi. » Un léger rire pointe le bout de son nez, tellement ce genre de chose est typique de maman. « Le shopping est la solution à tout selon maman. » Je déteste la fatalité qui a atteint la voix de la brunette lorsqu'elle a dit qu'elle ne pourrait jamais avoir d'enfants. D'après ce qu'elle m'a expliqué de ce qui lui arrivait, ce n'est pas vraiment la réalité et je préfère le lui rappeler : « Ne dis pas 'jamais', les médecins n'ont pas dit que tu ne pourrais pas en avoir, juste que ce serait difficile, d'accord ? Et puis il y a d'autres solutions, et même des solutions qui pourraient te permettre de porter un bébé toi-même. Tu verra, un jour on sera sur un transat' et on regardera nos enfants jouer ensemble dans le jardin, à Tenby. » Je dépose un baiser sur son front, léger comme les ailes d'un papillon. Cette vision est idyllique, voire utopique. Toutefois elle n'est pas irréalisable. Nous restons collées l'une à l'autre un long moment avant que je ne lâche moi-même la phrase choc que notre père m'a débitée. Mona réagit comme si je lui avais annoncé la mort d'un proche, la main sur la bouche tellement elle n'en revenait pas du culot de son paternel. Oh, ça, j'avais eu du mal à m'en remettre aussi. Seulement je m'étais précipitée pour la consoler et n'avait pas davantage porté attention à ses mots. « Je suis sûre que... Qu'il a dit ça sous le coup de la colère ou quelque chose dans ce goût. Il peut pas penser ça, c'est impossible... Il peut pas être aussi con que ça. » Peut-être bien que si, qu'il les pensait. Peut-être même qu'il retenait ça depuis un long moment et qu'il n'attendait que ça pour me les asséner. Je hausse les épaules, perplexe.  « Je n'ai pas porté plainte... officiellement il ne s'est rien passé. Il n'y a pas de preuves. C'est à ça qu'il se borne... » Ma voix cassée m'empeche de poursuivre ma phrase. Je me laisse bercer par la caresse de Mona, essayant de me calmer, d'oublier ces mots assassins.  « Non il n'en a aucune idée. N’empêche qu'il l'a dit. Et qu'il n'y a pas de fumée sans feu. » Si lui, mon propre père, le pense... alors n'importe qui le peut aussi. Ma crédibilité est entachée quoi qu'il se passe.  « J'étais venue ce week-end pour aller consulter mon dossier à l’hôpital et leur dire de tout transmettre à la police. Je crois que je suis prête à affronter les choses. Et je ne veux pas qu'ils s'en prennent à quelqu'un d'autre. »

© wild bird
 
       
       

_________________



what's happened in my life ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA) Sam 8 Oct - 7:57


Montrant bien qu’elle avait du mal à cerner tout à fait son père, Mona haussa vaguement les épaules. « J’en sais trop rien… Juste quelque chose qui lui permettrait de frimer dans sa sphère dorée, j’imagine. » En réalité, la jeune femme aurait bien voulu avoir la motivation nécessaire pour rejoindre l’entreprise familiale. Après tout, ç’aurait été un travail idéal dans le sens où il aurait été stable et probablement arrangeant. Et elle n’aurait jamais eu de soucis d’argent, c’était une assurance. D’ailleurs, elle admirait profondément son grand frère, cet homme si impliqué et si dévoué. Mais il fallait se rendre à l’évidence : ils n’étaient clairement de la même trempe. Tout ça, ce n’était pas fait pour elle. Un jour, elle le regretterait peut-être. Un jour, elle en viendrait peut-être à supplier son père ou son frère de l’embaucher, parce qu’elle ne trouverait décidément rien et aurait désespérément besoin de quelque chose. Elle ne pensait pas (ou du moins elle n’espérait pas) en arriver à ce point, mais même si c’était le cas, elle était capable de le faire. Elle ne possédait pas la moitié de l’orgueil de son père, ce qui lui facilitait la tâche dans certains domaines. Et en attendant, elle préférait largement se tourner vers d’autres horizons, ne serait-ce que pour tester. C’était peut-être risqué, certes… Et puis elle avait conscience que seuls les gosses de riches pouvaient se permettre d’errer çà et là en espérant réussir dans leur voie de prédilection, tout en ayant l’assurance de posséder une solution de repli. Mais tant pis, elle était bien décidée à faire ses propres expériences et d’ailleurs, Shea l’approuvait tout à fait en ce sens. Il fallait dire que l’avis de sa grande soeur comptait probablement plus que celui des autres… Alors oui, Mona était rassurée, réconfortée même, de recevoir les encouragements de sa grande soeur. Sans elle, sans Paige, sans Milo, sans Malone aussi, elle aurait eu plus de mal à se décider à laisser tomber la voie classique, c’est-à-dire celle de l’université. Le soutien de chacun d’entre eux avait été (et restait) important. Mais bien évidemment, elle aurait préféré avoir aussi celui du reste de sa famille, ce qui était visiblement trop demander. Sa mère n’avait pas non plus été enchantée d’apprendre sa décision et, même si la brunette s’y attendait, ça ne lui avait pas fait moins de peine pour autant.

En plus, ce n’était pas la seule chose qui n’allait pas dans sa vie. C’était même loin d’être la pire… Non, c’était autre chose qui la rongeait, un véritable problème qu’elle espérait bien réussir à mettre un peu de côté au fil des mois et des années, à défaut de l’oublier complètement. « C’est vrai qu’ils n’ont pas dit que c’était impossible… C’est juste que… Enfin, j’ai du mal à ne pas être pessimiste. » Elle hésita quelques instants, avant de finalement se lancer. Si elle mâchait ses mots même avec sa soeur, ça commençait à devenir grave. « De toute façon, j’en veux pas maintenant, mais… Mais si je voulais me renseigner sur… Tu sais, les possibilités, les solutions… J’irai consulter des spécialistes, peut-être ici, sûrement même. Tu m’accompagnerais ? Je sais pas si je voudrais demander à Malone, il pourrait paniquer ou… Enfin, j’en sais rien. J’aimerais bien que tu viennes avec moi, s’il te plaît. » Elle était à peu près sûre que Shea ne lui refuserait pas une telle chose. Et puis elle avait beau se plaindre, Mona ne tarda pas à redescendre sur terre et à relativiser ses propres soucis. Elle se sentit même honteuse en songeant à tout ce que son aînée avait traversé et continuait d’affronter. Mais surtout, elle éprouvait encore plus de colère vis-à-vis de son père, qu’elle aurait bien traité de tous les noms tellement elle le trouvait froid et insensible. « Non, non… Il a peut-être dit ça sur le coup parce qu’il est fâché contre toi et contre moi, mais… Non, il ne peut pas penser une chose pareille, Shea. Et puis au pire… Même si c’était le cas… On s’en fiche. Ne fais pas attention à lui. » Bien sûr, c’était plus facile à dire qu’à faire. Elle-même avait beaucoup de mal à ne pas se laisser atteindre par les propos blessants de leur géniteur. Alors il était difficile d’imaginer à quel point ça pouvait atteindre Shea… D’autant plus quand on connaissait la raison de sa présence ici. Doucement, la benjamine de la famille posa une main sur celle de sa soeur, pour la serrer dans la sienne. « J’admire ton courage. Vraiment. Tu penses aux autres d’abord et… Si je pouvais te ressembler un peu plus, j’en serais déjà très heureuse. » Elle caressa son pouce. « Tu n’as pas à faire ça toute seule, tu sais. Je suis là pour ça, moi aussi. » Elle n’était pas certaine que la maman ait envie d’une compagnie, mais elle ne pouvait pas ne pas se proposer.

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Savannah Cartwright
TON AVATAR : Kristin Kreuk
TES CRÉDITS : maknae (avatar) et solosand (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Open!
GabrielSameen ♪ (William)
RAGOTS PARTAGÉS : 2182
POINTS : 2791
ARRIVÉE À TENBY : 17/06/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : quand j'y pense, j'attrape la migraine
PROFESSION : Etudiante en stylisme, créatrice
REPUTATION : Tiens donc, la vie de l'ainée Taylor semble s'agiter un peu en ce moment. Il était temps ! Oh, il parait qu'un certain Rafael Olsen la cherche partout dans la ville, craint-elle quelque chose ? Ce n'est pas prudent, avec un bébé à charge et un petit ami parti au combat...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA) Ven 23 Déc - 20:13

La sphère dorée de notre père, c’était toute une histoire. Lorsque vous connaissez nos parents, vous êtes en droit de vous demander comment ils ont pu faire pour avoir des enfants sains d’esprits et qui ne voguent pas du tout dans les mêmes cercles qu’eux. Oh, Mr Taylor aurait été ravi que ses enfants soient à son image : pédants, placides, implacables, bêtes, … Ca aurait été une immense victoire pour lui. Mais nous avons tous choisi des voies différentes que celles qu’il avait choisies pour nous. J’ai essayé de correspondre à ses envies pendant un moment puis j’ai rapidement laissé tomber pour suivre mon rêve de couture. « Le comble serait qu'un de ses collègues ou amis t'embauche... il deviendrait dingue ou se targuerait devant tout le monde t'avoir toujours soutenue. » j’introduis une pointe d’humour dans notre triste conversation. « Tu n'as plus qu'à exceller dans ton domaine ma belle. » Facile à dire, pour moi qui n’y connaît pas grand-chose.

L’entendre avouer son pessimisme est un crève-cœur pour moi. Si les médecins ont dit qu’il y avait une chance, c’est qu’elle peut encore espérer avoir un enfant un jour, non ? J’imagine pourtant combien ça doit être difficile d’être dans l’incertitude. Ce domaine là au moins, je le connais un peu. « Je peux être optimiste pour deux, je suppose. Ou Malone le peut. » Sachant que le jeune homme a déjà un enfant, cela doit être compliqué pour elle de voir son petit-ami cajoler sa fille en sachant qu’ils ne pourront peut-être pas en avoir. Aller voir des spécialistes est une première étape, et puis ça ne veut pas dire qu’elle sera obligée de prendre une décision dans l’immédiat. « Bien sur que je viendrais avec toi. Mais tu peux toujours lancer l'idée à Malone, tu verra bien comment il réagit. » Nos pensées cheminèrent ensemble vers notre père et son fichu caractère. Sur ce coup-là, il a salement déconné, il faut se l’avouer. « Faisons un pacte alors, tu ne fais pas attention à lui, et je fais pareil. Deal ? » fais-je en lui lançant un clin d’œil complice.

« J’admire ton courage. Vraiment. Tu penses aux autres d’abord et… Si je pouvais te ressembler un peu plus, j’en serais déjà très heureuse. » C’est drole comme je ne me reconnais pas dans ses paroles. J’aimerais y croire, j’aimerais etre cette personne idyllique qu’elle décrit, mais je me souviens encore des horribles mois qui ont suivi mon viol. A ce moment là, j’étais tout sauf courageuse. J’ai même quitté mon petit-ami par peur de lui avouer ce qu’il m’était arrivé. Un jour je retrouverai cette confiance en moi qui me fait défaut aujourd’hui. Parce qu’au fond, aller voir la police pour entamer une procédure policière demande une once de courage, quand meme. « D'accord d'accord, on ira à deux. On verra déjà si ils ont mon dossier, et ce que je dois faire pour porter plainte, ou même si je le peux encore. » J’ai du mal à retenir l’humidité qui caresse mes yeux en sentant ses mains contre les miennes, son doigt frôlant doucement le mien. Sans elle, rien ne serait pareil. « Tu es un amour, chérie. Je devrais te le tatouer quelque part pour que tu t'en rappelles constamment. » Et sur ces belles paroles je la serre dans mes bras comme si ma vie en dépendait. L’amour d’une sœur, ça n’a pas de prix…

_________________



what's happened in my life ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA) Lun 26 Déc - 7:39


« Je vais faire de mon mieux » promit Mona, en esquissant un sourire. Quand il s’agissait de sa grande soeur, elle ne ressentait pas la moindre pression sur ses épaules. Au contraire, elle savait qu’elle était là pour l’encourager et la soutenir dans la plupart de ses décisions. Ceci dit, elle doutait d’en arriver un jour au point d’organiser le mariage d’une des têtes fortunées de la City. Pourtant, au moment même où elle se disait ça, la jeune femme se rappelait qu’elle avait fait la connaissance de Cassandre, l’héritier de l’entreprise de son père, qui se déplaçait régulièrement à Londres pour affaires. Elle donnait des conseils à ce dernier pour l’organisation de son mariage. C’était déjà pas mal, non ? De toute façon, quelque part, même si Mona manquait de confiance en elle-même et en son avenir, ça la rassurait de constater que sa soeur en avait à sa place. Et puis pour ne pas faire les choses à moitié, Shea cultivait aussi de l’optimisme pour deux. En l’entendant s’exprimer ainsi, la benjamine des Taylor sentit son petit coeur fondre. Parce qu’avec une telle grande soeur à ses côtés, elle avait l’impression d’être plus forte. Son aînée ne pouvait peut-être pas changer grand-chose à sa situation ; mais au moins, sa présence était réconfortante. Et même si elle savait qu’elle pouvait compter sur elle, ça ne pouvait qu’apaiser Mona d’en avoir la confirmation. « Merci… Des fois, je me demande ce que je ferai sans toi. Souvent, même. » Elle n’hésitait jamais à se confier à Shea, aussi s’était-elle tout naturellement tournée vers elle pour un sujet délicat. « Je préfère pas lancer l’idée à Malone… J’ai pas envie qu’il pense que… Que c’est parce que j’ai des envies là, tout de suite. Alors que c’est pas du tout le cas… J’aimerais surtout avoir des solutions. C’est peut-être pas possible, mais… Au moins essayer, se renseigner quoi. Et puis… Tu sais comment sont les mecs. Quand tu leur parles de gynécologie ou de trucs dans le genre, le résultat n’est pas toujours très brillant. » Pourtant, elle avait vraiment confiance en son petit ami. Mais elle ne voulait pas l’entraîner dans cette histoire, tout simplement. Il ne s’en porterait assurément pas plus mal. Et puis sa grande soeur serait forcément mieux placée pour l’accompagner dans ses démarches et, plus généralement, pour l’aider. Alors avec cette certitude à l’esprit, Mona se sentait un peu moins découragée et démunie.

Et bien sûr, le soutien et l’aide se devaient d’être mutuels. Si depuis sa plus tendre enfance, la petite brune avait toujours plus ou moins été portée par au moins une partie de sa fratrie, elle se rendait compte désormais qu’elle aussi pouvait leur apporter quelque chose. C’était même quelque chose qui la stimulait et, malgré le fait qu’elle ne se sente pas toujours très efficace, elle voulait vraiment faire de son mieux pour les épauler. Qu’il s’agisse d’écouter la jeune maman, de critiquer son père parce qu’il avait vraiment exagéré avec elle ou encore de tenter de trouver des solutions pratiques, elle répondait présente… « Je suis d’accord pour le pacte ! » s’écria-t-elle spontanément, ayant presque envie de le mettre par écrit. Sauf qu’elle ne voulait pas que son père risque de tomber là-dessus et surtout, malgré toute sa bonne volonté, elle n’était tout simplement pas sûre d’y arriver. Mais pour l’instant, ce n’était pas ce qui comptait le plus. Il fallait y aller progressivement, par étapes. Et le seul changement sur lequel elle voulait se concentrer maintenant, c’était sur la décision de sa soeur d’aller voir la police. Elle n’avait pas pu s’y résoudre pendant tellement de temps… Forcément, c’était énorme et Mona voulait être à ses côtés pour quelque chose d’aussi important. Bien entendu, Shea n’avait pas besoin d’elle à proprement parler, elle pouvait très bien se débrouiller toute seule. Mais elle n’allait certainement pas la laisser tomber. « Oui, c’est promis, on ira à deux. » Et alors qu’elle venait de lui réaffirmer son soutien sans réserve, Shea la surprit à nouveau avec une phrase de toute beauté. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux, émue. Que pouvait-elle bien répondre à quelque chose d’aussi sincère et gentil ? « Je voudrais bien que tu me tatoues alors… » Elle se laissa aller dans ses bras, se blottissant dans le cou de son aînée et caressant lentement ses longs cheveux comme quand elle était petite. Les étreintes de Shea avaient toujours une importance particulière. Et si ça n’avait tenu qu’à elle, la jeune Anglaise serait restée dans cette position pendant des heures et des heures. Mais elle avait peur qu’au lieu de continuer à se motiver mutuellement, elles ne finissent par déprimer toutes les deux dans ce grand lit. « Qu’est-ce que tu dirais d’un truc entre filles ? On l’a bien mérité. Cinéma ? Shopping ? Balade ? Escapade secrète ? »

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Savannah Cartwright
TON AVATAR : Kristin Kreuk
TES CRÉDITS : maknae (avatar) et solosand (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Open!
GabrielSameen ♪ (William)
RAGOTS PARTAGÉS : 2182
POINTS : 2791
ARRIVÉE À TENBY : 17/06/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : quand j'y pense, j'attrape la migraine
PROFESSION : Etudiante en stylisme, créatrice
REPUTATION : Tiens donc, la vie de l'ainée Taylor semble s'agiter un peu en ce moment. Il était temps ! Oh, il parait qu'un certain Rafael Olsen la cherche partout dans la ville, craint-elle quelque chose ? Ce n'est pas prudent, avec un bébé à charge et un petit ami parti au combat...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA) Mer 22 Fév - 2:06

Parlez gynécologie ou obstétrique, et votre homme déguerpis aussitôt. Ce n’est pas le cas de tous, c’est certain, mais il est compréhensible que nos chers compagnons ne veuillent pas penser à l’individu qui examinera votre intimité. J’examine la question avec humour : « Oh pitié, c'est clair que je n'avais pas pensé à ça. Malone est de ces types là tu crois ? Tu pourrais lui expliquer ce que tu viens de dire, que tu n’y penses pas pour maintenant mais plutôt pour votre avenir… il flippera sûrement moins. Et puis c’est ton corps, tu es carrément en droit de savoir ce qu’il en est pour être fixée. Être dans l’ignorance, c’est souvent le pire. » Au diable la gynécologie, il ne s’agit pas des trucs peu ragoutants là. On parle de l’éventualité de la conception d’un enfant. Les deux tourtereaux ont beau ne pas en être arrivé à ce stade, c’est important pour n’importe quelle femme de savoir si elle pourra ou non être enceinte. Je me souviens d’une anecdote que je raconte aussitôt à ma petite sœur : « Quand j'y allais, je disais à Rafael qu'on ne pouvait rien faire ce jour-là et il me regardait comme si on m'avait fait pousser une deuxième tête. Le pauvre… Mais bon, comme on dit souvent ‘ça doit se faire’. Et puis après un accouchement, honnêtement, je n’ai plus aucune pudeur de ce coté là je crois. » C’est clair que ce jour là, j’avais laissé ma fierté sur le pas de la porte.

L’idée de tatouer la peau de ma sœur fait remonter un frisson le long de mon échine. Je suis douée pour dessiner, certes, toutefois je n’ai aucun talent de tatoueuse. « Wow, je suis touchée de la confiance que tu me portes. Cependant je n’ai aucune compétence là-dedans. Faudra qu’on se contente de l’écrire au feutre. On le photographiera et on l’enverra à Malone. » dis-je, le feutre magique à la main. Il ne m’avait fallu que quelques secondes pour prendre le feutre dans le pot à crayons qui se trouvait sur le bureau de Mona. Pas indélébile, mais c’était mieux que rien. Les lettres se suivent, les mots s’enchaînent, et la voilà « tatouée » pour qu’elle n’oublie pas combien elle est géniale. Après les insanités balancées par notre père, nous avons effectivement droit à une pause. « Oui ! » Je sautillai presque sur place en prononçant mon accord et frappai des mains, toute excitée. Londres possédait des ressources incroyables au niveau vestimentaire. Cela faisait longtemps que je n’avais pas remis les pieds à Camden, depuis mon emménagement à Tenby en fait. Assurément, c’était une bonne idée de faire une virée shopping. « Je dirai… Balade et Shopping ! J’adorerai aller à Camden, si ça te dit. Et puis qui sait, on filera peut-être pour une escapade secrète ensuite… pour trouver où dormir hormis sous le même toit que notre cher papa. »  Et l’hôtel, comme tout hôtel londonien qui se respecte, sera sûrement doté d’un spa où se délasser. Mmmmh… j’ai hâte d’y être. « Allez, on y va ma belle. » fais-je tout-de-go en me levant.

_________________



what's happened in my life ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA)

Revenir en haut Aller en bas

A woman without her sister is like a bird without wings. (SHEA & MONA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-