AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

You float like a feather. Gwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mer 10 Aoû - 21:19


Alors que Gwen lui glissait un nouveau conseil, Nate se rebiffa et s’emballa sur elle comme si elle en était la responsable, oubliant qu’à l’origine, il était celui qui avait dérapé. « Ce n’est pas moi qui suis venue au cours droguée, remember ? T’aurais réagi comment toi si je n’avais pas tenu ma part ? Je te le demande. » Répondit-elle d’une voix aussi ferme, en arrêtant le mouvement. « Si tu sais si bien ce que tu dois faire, agis en conséquence alors. J’crois pas avoir été aussi chiante que tu le prétends mais si je te gonfle tellement, la porte est toujours là, rien ne t’empêche de partir et de te trouver une autre prof. » La métisse le défia du regard mais il ne bougea pas. Elle n’en avait pas néanmoins fini de lâcher son fiel, trop en colère que pour accepter de le laisser parler sur ce ton alors qu’elle avait tout fait pour être le plus professionnelle possible pour lui enseigner cette chorégraphie et ne pas être trop exigeante sur les conditions malgré le fait qu’il l’insupportait. Le chanteur semblait l’oublier trop facilement. C’est vrai, s’il s’était blessé, quelle importance pour lui ? Il serait aussitôt reparti sur scène après la guérison, mais la danse, c’était la vocation de sauvegarde pour Gwen si elle ne perçait pas dans la chanson (ce que Nate ignorait toujours pour le moment), une blessure sérieuse était toujours difficile à récupérer pour un danseur dans le sens où il ne retrouvait jamais toutes les mêmes sensations dans ses mouvements. Bien entendu, un accident pouvait toujours arriver mais ce qui avait failli arriver aurait pu être évité, d’où la colère qui en avait résulté chez la métisse… Le fait que son partenaire de danse ne se rende pas compte de toutes les conséquences que son acte aurait pu engendre et la blâme elle pour ses torts à lui, la rendait folle. « T’avais qu’à pas prendre du speed et manquer de nous blesser. Tu peux déjà t’estimer heureux que j’aie accepté de continuer. Non mais est-ce que tu sais au moins ce que peut représenter une blessure sérieuse pour un danseur de profession ? Beaucoup de problèmes, rien n’est plus pareil après ! T’as agi de façon totalement inconsciente, alors assume TES erreurs. Tu crois que la danse est un don que tu obtiens en ouvrant une pochette surprise ? Non. Ma réaction, c’était pour ton bien aussi, et tu le sais parfaitement. T’es juste trop fier pour l’admettre, Miles, ou trop con, au choix. Remarque, ça change pas d’il y a quelques années. » La fin de la phrase tirait directement sa référence du concert où elle était venue le trouver en coulisses et où il l’avait plus ou moins remballée sèchement, elle ne l’oublierait jamais totalement. Au moins, Nate ne pourrait pas lui servir le même discours puisqu’elle ne l’avait pas abandonné en cours de route. Maintenant que les deux avaient lâché leur colère et leur frustration, ils pourraient sans doute repartir sur de meilleures bases. Ses mots durent entendre en partie écho du côté de Nate car chacun mit finalement son amertume entre parenthèses pour reprendre la suite sérieusement malgré les tensions. Concentrée, Gwen passa à autre chose et exécuta les figures les plus compliquées tout en aidant Nate sur les points plus techniques et les mouvements plus complexes que lui aussi devait effectuer dans certains portés. L’interprétation restait encore à approfondir mais elle supposait que la partenaire qui l’accompagnerait dans le clip saurait comment la lui faire travailler avant de le tourner lors de la dernière répétition. Finalement, leur colère intérieure leur permit de délivrer une prestation assez étonnante, intense et chargée d’électricité lors de la conclusion du cours. Plongée dans le rôle, la chanteuse plongeait son regard de feu dans celui de Nate sans se départir jusqu’au dernier pas / porté où il devait la porter et où elle balançait son corps en arrière dans une figure acrobatique avant de retrouver son partenaire dans un rapprochement plus intime où leurs regards devaient se soutenir quelques secondes durant les toutes dernières notes de la chanson. Alors qu’ils rangeaient leurs affaires en silence suite à cela, Nate le brisa en lui faisant une proposition inattendue. L’accompagner le jour du tournage. Elle faillit répliquer qu’elle croyait le gonfler mais – très rare dans le cas de Gwen -, elle retint pour une fois son impulsivité et tourna sept fois sa langue dans sa bouche avant de répondre. « Oui, pourquoi pas. Je pourrai voir le résultat et t’aider à répéter une dernière fois. » Accepta-t-elle de façon la plus neutre possible même si en réalité cette « invitation » lui faisait plaisir, elle pourrait ainsi voir si leur travail avait porté ses fruits. La métisse sautait aussi sur l’occasion pour faire un retour express à Londres. Pendant que Nate bosserait sur son projet tout un week-end ou en tout cas une journée entière, elle pourrait régler quelques affaires de son côté. « On se revoit bientôt alors. » Il partait dans quelques jours maintenant, ce n’était plus qu’une question de temps.


***
**


A Londres, from now…

Spoiler:
 

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7126
POINTS : 3952
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mar 16 Aoû - 14:39

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


Pour accepter les reproches de la Martins, je me repasse mentalement la scène encore et encore pendant près de deux semaines. Certes, elle a raison, nous aurions pu nous blesser par ma faute, mais vu sa réticence à me faire exécuter des figures un tantinet plus difficiles, je ne m'étais pas imaginé que nous aurions testé ces portés. Mais oui... J'aurais pu la blesser, j'aurais pu me blesser. D'ailleurs, j'ai senti des douleurs au niveau de mon coccyx durant quelques jours, mais je continue de penser que c'était un mal pour un bien car sans ce speed, j'ai la ferme impression que la réaction de Gwen aurait été tout autant disproportionnée et explosive voire pire. Alors j'assure mes actes et accessoirement mon "erreur". C'est clair que je ne risque pas de revenir sous substance. Ce n'est pas comme si je le pouvais de toute façon avec ma cousine sur mon dos depuis quelques temps, me privant de mes petites distractions régulières. Ainsi, sobre, en face de la métisse, je ne mâche pas mes mots pour lui faire saisir mon point de vue. Evidemment, je lui en veux de m'avoir abandonné alors que le temps presse. Nous ne tardons pas à rentrer dans un dialogue de sourds. Dialogue qui nourri ma rage et mon envie de me surpasser pour montrer à Gwen de quoi je suis capable et que même sans elle, je peux faire des progrès, même si ce n'est pas sur la chorégraphie en elle-même, mais plutôt sur ma force physique en général. Elle n'a pas l'air plus impressionnée que ça et nous poursuivons l’enchaînement dans un silence rythmé par nos lourdes respirations au milieu de cette atmosphère chargée en électricité.
* *
*
C'est le grand jour. Nous y sommes. Le studio de tournage dans lequel je m'apprête à montrer à tout le monde pour la première fois mes nouvelles compétences de danseur. Evidemment, ils ont suivis notre progression avec Gwen via des vidéos que je leurs envoyais régulièrement afin de contrôler les délais et de ne pas louer le studio alors que je ne suis pas prêt. Le trajet avec Gwen s'est passé sans trop d’embûches même s'il a fallu que l'on se dispute plusieurs fois au niveau de la radio à écouter. Dans le studio, je fais les présentations brièvement. « Gwen, je te présente Dany Milestone, le réalisateur. Dany, voilà Gwen Martins... Ma... Prof de danse. » C'est étrange d'utiliser ces mots pour qualifier la métisse, mais c'est le mieux que je puisse faire tout en restant dans le politiquement correct.  « Enchanté, Gwen. Et félicitations. Je dois avouer que j'étais certain qu'il abandonnerait son idée au bout d'une semaine. » Je lui lance un regard noir avant d'aller saluer le reste du staff présent, ainsi que mes acolytes. Dans un coin je remarque la danseuse qui m'accompagnera pour le tournage. Je pars dans sa direction, sentant une boule grossir dans mon ventre à l'idée d'exécuter une chorégraphie aussi sensuelle avec une inconnue. Un dernier coup d'oeil en direction de Gwen et je me demande si elle est encore en train de casser du sucre sur mon dos. Plus le temps d'y penser. Je me change et je pars m'échauffer avec ma nouvelle partenaire même si je sens déjà que quelque chose ne va pas. Elle est jolie, ce n'est pas le problème et du premier coup d'oeil je devine qu'elle doit être plus légère que Gwen et que par conséquent les portés doivent être plus faciles. De plus, elle est gentille.. Elle me demande même un autographe. Mais le problème subsiste. Elle est fade. Et elle me laisse m'entraîner seul sans m'aiguiller comme le Martins a pris l'habitude de la faire. Une habitude que j'ai pris pour aussi et qui me plaisait bien, d'ailleurs. Enfin, on répète la chorégraphie au bout d'une demie heure de mise au point. J’enchaîne, mais clairement il y a toujours quelque chose qui cloche et je saisis que ce n'est pas qu'une illusion quand je vois le regard des autres se poser sur notre couple. C'est d'ailleurs à cause de l'intérêt que je porte sur le regard des autres que je ne suis pas suffisamment réactif quand la danseuse s'élance sur moi et qu'au lieu de la rattraper, je l’esquive furtivement. Elle chute et je reste tétanisé quand je l'entends crier de douleur. « Oh mon Dieu... Je suis désolé. Vraiment vraiment désolé. » Quand je reprends mes esprits je m'agenouille et j'essaye de l'aider à se relever, mais elle me crache une injure et je comprends que je dois dégager. Un attroupement se fait autour de la danseuse et j'en profite pour m’éclipser en courant, attrapant Gwen par le bras sur le chemin pour l'emmener dans les vestiaires. Je suis à bout de souffle, les larmes aux yeux en réalisant que je viens de tout faire foirer. « Oh putain... Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Je n'ai rien pris. Je te jure, je t'assure que je n'ai rien pris. J'y arrivais pas. Bloody hell, je n'y arrivais pas. Et je viens de tout faire foirer. Oh merde... Gwen... » achève-je, assis sur un banc, des sanglots dans la voix. Les coudes sur les genoux. Je ne tarde par à enfouir mon visage dans mes mains, honteux d'avoir blessé l'autre femme et honteux d'être dans une telle position devant la Galloise.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mar 30 Aoû - 18:11


Alors que Nate et Gwen arrivèrent au studio, le rockeur la présenta au réalisateur de son clip qui la gratifia d’un compliment, agréablement surpris que le Miles ait maintenu le cap jusqu’au bout pour apprendre la danse. « Enchantée, Dany. Ce fut un plaisir de participer au projet. » Répondit la métisse sobrement, souriant intérieurement du regard noir qu’adressa Nate à son réalisateur. Elle glissa ensuite un dernier conseil à son élève sur la concentration avant qu’il parte se changer, puis elle discuta un instant avec Dany à propos des bons angles éventuels pour les portés. Même si elle était novice dans le milieu de la réalisation, Gwen avait l’œil et le sens du détail pour développer les pas à la seconde près. La métisse prit ensuite une bouteille d’eau et s’éloigna de quelques pas puisqu’elle n’avait plus grand-chose à faire ou à dire en attendant que Nate termine ses répétitions. La jeune femme se plaça à quelques mètres de lui et de sa partenaire de danse afin d’observer en coin ce qui se passait mais visiblement, la tête brûlée ne semblait pas à l’aise avec elle. Après quelques minutes, Gwen nota une interprétation maladroite, cependant, ne voulant pas mettre le brun mal à l’aise à force de regarder, elle se retira auprès du metteur en scène du clip. Intéressée par ce qu’il racontait, la métisse en profitait pour apprendre de nouvelles choses sur l’envers du décor. Soudain, un cri retentit dans le studio. Gwen tourna la tête en direction de Nate : il avait manqué de rattraper la danseuse. Peut-être aurait-il dû s’entraîner avec elle plus tôt ? Le staff s’empressa autour de la jeune blessée tandis qu’il s’éclipsa et rejoignit la métisse qui se tenait à l’écart de l’attroupement. Il lui agrippa le bras en l’emmenant en direction des vestiaires et lui assura ne rien avoir pris, comme s’il devait s’en justifier à elle. Perdu, il céda à une sorte de crise de nerfs et s’assit en sanglots sur le banc. Le Miles avait bien fait de lui préciser qu’il n’avait rien pris cette fois sinon c’était son poing dans la figure qu’il aurait pris. Pleine de sang-froid, la chanteuse lui attrapa la main et l’entraîna avec elle... « Viens avec moi. » Habituée à gérer les situations de stress de main de maître, elle attira Nate dans les toilettes du vestiaire et l’arrêta devant un lavabo. Elle prit quelques serviettes destinées aux mains et les rinça d’eau froide avant de tapoter le tout sur le visage du chanteur pour le rafraîchir et lui faire retrouver ses esprits. « Maintenant tu vas te calmer, tu n’arriveras à rien dans cet état. Reprends-toi bon sang ! On sait tous les deux que tu es capable de le faire. » Gwen marqua une pause avant de reprendre. « Il faut aller voir. Elle n’a peut-être rien. Et si vous reprenez la choré, fais comme si la danseuse était ton ex. Tu ne vas quand même pas me dire que tu as travaillé toutes ces semaines pour rien ? Ce n’est pas toi ça. Alors reprends-toi. » Ils restèrent quelques minutes dans les vestiaires avant qu’elle ne réussisse enfin à l’en faire sortir. Vu le regard de l’équipe de tournage, pas de doute possible, la danseuse ne pourrait pas reprendre. Peu désireuse de se mêler davantage à cette histoire, Gwen se mit à l’écart afin d’attendre le verdict définitif de cette affaire indélicate.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7126
POINTS : 3952
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mar 6 Sep - 9:36

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


Elle vient de tomber. Je viens de la faire tomber. Une seconde d'inattention et voilà qu'elle se retrouve vautrée sur le parquet, en sanglots. Cette vision est encore plus effrayante qu'une explosion nucléaire. Là, en la regardant, je vois tous mes rêves s'envoler. Parce que bien sûr, ça parle dans le milieu. Il ne va pas falloir attendre bien longtemps avant que j'obtienne une réputation : celle de celui qui n'est pas fiable. On m'a déjà appelé par beaucoup de noms négatifs comme tête-brûlée, arrogant ou encore antipathique, mais je les acceptais. Je les accepte parce qu'ils reflètent une certaine réalité. Je suis arrogant et je pense à ma réussite avant celle des autres. Je ne supporte pas la concurrence et j'aime être le meilleur dans ce que j'entreprends. Là, avec cet accident, j'ai peur que les répercussions soient désastreuses. J'ai peur aussi que tous nos efforts avec Gwen ne servent à rien. J'ai peur et je panique. Alors j'emmène Gwen en courant dans les vestiaires et je craque. C'est bien la première fois que je craque devant la Martins et ça ne rend pas les choses faciles. Je veux d'abord me justifier sur le fait que je suis clean, car je sais à présent ce qu'elle en pense, et après quelques secondes, c'est elle qui me tire par le bras pour me guider dans les toilettes. Je la suis, mais ce n'est pas pour autant que je me sens mieux. Mon souffle semble irrécupérable et je commence à avoir la migraine. J'ai tout fait foirer et toute la bonne volonté de la Galloise n'y changera rien. Pourtant, quand elle passe cette serviette humide sur mon visage, je me sens devenir un peu plus apaisé. C'est surtout les paroles qui suivent qui me remettent sur les rails. Elle a raison. Ce n'est pas moi. Je n'abandonne pas aussi facilement. Je vais jusqu'au bout de ce que je commence et avec brio. En déglutissant, je hoche la tête, cherchant à me calmer complètement. J'expire de longues bouffées d'air, je me reprends, comme elle dit, et je me passe le visage sous l'eau froide avant de finalement sortir de notre cachette.
Mais non, il n'y a pas de doutes possibles et je m'arrête quand je vois les regards de ceux qui entourent la danseuse. Je sens Gwen s'éloigner et je me retiens pour ne pas l'appeler comme un gamin afin qu'elle reste à mes côtés pour affronter la scène. Le réalisateur ne met pas longtemps à venir à ma rencontre alors que je m'avance. « Elle va se faire évacuer par les pompiers. » Je me mords la lèvre et je hoche la tête avant d'ajouter une excuse. « Tu peux t'excuser autant que tu veux, ça ne changera rien. Le mal est fait. Alors Miles, dis moi, en plus de nous faire perdre de l'argent, tu vas aussi nous faire perdre notre temps ou on peu tout remballer ? » Je sens un noeud dans ma gorge grossir de plus en plus et la panique revenir. Pourtant, il ne faut pas que je craque devant lui non plus. Craquer devant Gwen était suffisamment humiliant pour ne pas rajouter une nouvelle honte à mon statut. Je ne sais pas quoi faire pour arranger la situation, mais je n'ai pas pour autant envie de leur dire de rentrer chez eux. Aujourd'hui, c'était ma chance, et je ne peux pas lui dire adieu. Pas encore. « Attendez encore un peu… » Que je demande, suppliant. Je cherche Gwen du regard… Elle a visiblement des solutions à tous les problèmes, peut-être que ce sera le cas encore aujourd'hui. Et c'est là que l'idée éclate. Et si ? Je me mords la lèvre, me retourne vers Dany et demande. « Et si je faisais la choré avec Gwen ? Je sais que ce n'était pas prévu, mais tu nous a déjà vu danser… Elle connait la chorégraphie mieux que quiconque et je suis sûr qu'elle sera parfaite ! A vu d'oeil, je suppose que le costume devrait lui aller aussi… » Bien évidemment, je ne lui dis pas à quel point je me sens mieux pour danser avec elle. Je fais comme si ce n'était qu'une question pratique sachant qu'elle est déjà sur les lieux, pourtant, c'est plus une question de survie. « Ok. Entrainez-vous et dépêchez-vous pour le maquillage et les costumes alors. On a déjà perdu assez de temps comme ça. » Il est d'accord. Je le gratifie d'un sourire reconnaissant pourtant je sais que tout n'est pas joué. Il faut bien évidemment convaincre Gwen de vouloir participer au projet. Ce n'était absolument pas prévu et j'ai peur de sa réaction, mais il faut que je tente le coup. Je reviens vers elle, les lèvres pincées.
« Gwen… Je sais que tu ne t'attendais pas à ça en venant avec moi ici, mais… Est-ce que tu envisagerais la possibilité de danser devant la caméra, avec moi ? C'est la seule solution qu'il me reste… » La panique refait surface, mais je me fais violence pour ne pas exploser à nouveau devant la jeune femme. Je me mords l'intérieur de la joue, les yeux fermés quelques secondes, et je reprends. « Je t'en supplie…  »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mar 27 Sep - 1:22


Gwen n’avait pas l’habitude de voir Nate se mettre dans tous ses états. Étant donné le moment critique de la situation, elle décida de ne pas se moquer de lui – en vrai elle ne s’était étrangement jamais foutue de lui depuis qu’ils avaient commencé les cours de danse – et l’aida plutôt à se calmer. Si le rockeur perdait ses esprits pour de bon, la journée serait définitivement ruinée. Malheureusement, lorsque les deux artistes retournèrent dans la salle principale du studio, il fallut se rendre à l’évidence : la partenaire du Miles s’était blessée et ne pourrait pas reprendre la chorégraphie. Préférant ne pas se mêler à la discussion, la métisse s’éloigna de quelques pas en attendant le verdict quant à la suite du tournage. Elle avait bien une idée de ce qui pourrait sauver la mise de Nate mais elle refusait catégoriquement de proposer une telle alternative, déjà parce qu’il la remballerait sûrement et ensuite parce que la jeune femme ne pouvait pas le supporter en autre temps. Il en était hors de question. Soudain, ce fut comme si un courant électrique la parcourait. Gwen redressa la tête brusquement, dans cette posture qu’ont les personnes habituées à suivre leur instinct de survie. Son regard sombre fut aussitôt happé par les prunelles du brun ; au milieu de ce studio à l’ambiance oppressante, il n’était plus que deux. Nate ne mit pas longtemps à combler la distance entre eux afin d’essayer de la convaincre de l’idée qu’elle venait de rejeter à l’instant : danser avec lui. « Tu n’es pas sérieux. » Répondit machinalement la chanteuse. Il était tellement désespéré qu’il se mit à la supplier. Wow. Gwen sentait le sol défaillir sous ses pieds, elle avait besoin de s’appuyer quelque part, elle ne trouva que l’épaule de Nate bizarrement. Pour lui, comme pour elle, collaborer sur un projet officiel ensemble s’apparentait à sauter en parachute, mais il ne restait au Miles que ce parachute pour ne pas complètement s’écraser par terre. La métisse était la solution du désespoir, la roue de secours, pas le premier choix envisagé – normal – mais qu’importe. Ils avaient travaillé trop dur et elle avait investi trop de temps sur Nate pour que le projet n’aboutisse pas. « Ok. Laisse-moi juste le temps de me changer et de passer par la case maquillage. » Gwen s’éclipsa une quinzaine de minutes à tout casser et enchaîna ensuite un entraînement avec le rockeur pour s’échauffer les muscles, un entraînement fluide et sans accroc. Les deux artistes discutèrent ensuite des bons angles caméras avec les tourneurs, puis prirent place en vue de la bonne prise. Sentant son partenaire assez nerveux et fébrile, la voix calme et ferme de la métisse brisa une nouvelle fois le silence. « Fais-toi confiance. Et n’oublie pas… L’émotion est tout aussi importante. » Les premières notes de la musique démarrèrent, Gwen bougea langoureusement le corps, doucement puis d’un rythme plus soutenu au fur et à mesure que la mélodie gagnait en intensité. La jeune femme glissa dans le rôle de celle qui repoussait celui qui l’aimait avec une facilité déconcertante, le moindre effleurement entre eux créant des décharges d’électricité dans tout son corps, minuscule éclat de passion lié à la danse qui réchauffait sa peau. L’atmosphère était lourde, les membres du staff concentrés sur eux, pas un seul d’entre eux ne prononçait un mot, tandis qu’ils assistaient, admiratifs, à une chorégraphie d’un autre niveau. Tout aussi transcendé, Nate suivait sa partenaire d’un pas parfaitement synchronisé. Professionnelle et confiante, Gwen n’était pas la même en entraînement qu’au moment fatidique. Intense au point d’éveiller la flamme de désir chez n’importe quel homme lorsqu’elle dansait comme aujourd’hui, le rockeur et elle s’enflammèrent pendant la danse. La barrière inviolable de la haine qu’ils se nourrissaient s’évanouit, remplacée par une fiabilité et une solidité à toute épreuve dans leurs gestes. Les deux premiers portés furent réussis. La métisse gagna encore en légèreté et, au cœur de la fragilité de Nate à travers cette chanson, elle chercha à s’approprier les quelques parties vierges de son organe battant afin qu’il s’abandonne à l’émotion. Ils se cherchèrent à travers l’opacité de leurs prunelles, tandis que les pas et les derniers portés s’enchaînèrent. Un dernier porté, celui qui les réunissait le plus, leur demanda le plus d’efforts après une chorégraphie de plusieurs minutes ; leur respiration respective était d’ailleurs à son paroxysme. Et puis, ils exécutèrent les derniers pas mimant la séparation, la distance… Nate devait ensuite la retenir par la main, la ramener une dernière fois vers lui en guise de dernier mouvement… Fait inédit, lorsque la distance entre Gwen et lui se combla de nouveau, ils scellèrent leurs lèvres dans un moment de passion éphémère et quasiment inusable, tel le mime d’un baiser d’adieu reflétant les paroles de la chanson. D'un coup, la métisse s’autorisa le moment terrifiant de lui appartenir pour quelques secondes. Elle détacha ensuite ses lèvres des siennes et redessina la distance destinée à séparer les deux amants brisés à la toute fin de la chanson de Nate. Dans la salle, le silence était à son comble, personne n’osa briser le moment. Et puis soudain, des sifflements époustouflés, des cris de joie et d’approbation, une vague d’applaudissements… Ils étaient tous soufflés par le résultat. Une prise avait suffi pour l’enregistrement. Gwen redescendit de la bulle dans laquelle la danse l’avait enfermée. Un peu perdue, elle s’éloigna et se sauva dans les vestiaires pour laisser Nate profiter de ce moment. Soulagée que tout se soit bien passé, la métisse troqua son costume contre sa blouse et son jeans avant de repasser par le studio. On cherchait visiblement après elle… Le réalisateur ? Nate ? Peu importe, elle avait fait le job qu’on lui avait demandé et elle avait besoin de respirer… Personne ne comprenait encore vraiment ce qui venait de se produire dans cette salle. Ses cigarettes ? Où étaient ses cigarettes ? Elle avait besoin d’en griller une. Gwen fouilla dans ses affaires, et faisant fi d’être à l’intérieur, s’alluma une clope pour se détendre les nerfs prêts à éclater.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7126
POINTS : 3952
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mer 28 Sep - 17:46

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


C'est inespéré. Je demande à Gwen de me venir en aide alors que je sais parfaitement ce qu'elle pense de moi. Je sais qu'elle ne m'apprécie pas et après l'enfer qu'elle m'a fait vivre ces dernières semaines, je ne peux pas dire que je la porte beaucoup dans mon coeur. Les cours n'ont pas été toujours très simples, tout comme le régime qui suivait mais je dois admettre que la Martins a toujours fait preuve d'un grand professionnalisme contrairement à moi. Je suis sur le point de craquer à nouveau quand je supplie Gwen de participer à la chorégraphie et si sa première réplique me glace le sang. « Je t'en prie… » Je n'arrive juste pas à abandonner l'idée que je viens de tout faire foirer, que je viens de perdre une somme colossale d'argent pour un projet qui ne sera jamais abouti. Je n'ose plus croiser le regard des autres membres du groupe de peur de voir leurs yeux assassins. Il faut qu'elle accepte. Il faut qu'elle fasse cette danse avec moi si elle ne veut pas contribuer à la construction de ma tombe. J'ai déjà un pied dedans, après tout. Elle n'a plus qu'à m'y pousser pour m'achever. Et puis, si elle le fait, je ne pourrais même pas lui en vouloir car c'est probablement le comportement que j'aurais eu. Je n'ai pas voulu lui venir en aide il y a quelques années à Londres… Alors regarder ma chute ne serait qu'une délicieuse récompense pour elle. En fait, le simple fait de lui poser la question prouve à quel point je suis idiot et naïf. Je dois faire demi tour, repartir et dire à tout le monde que tout es fini.
Je perds tout espoir. Je perds vie, même. Jusqu'à ce qu'elle reprenne. En reprenant la parole, elle ne m'achève pas. Elle me fait reprendre vie justement. Elle dit oui. Comme si elle venait de me libérer des chaînes qui m'enfonçaient dans le sol, la métisse rend à nouveau mon rêve possible, réel. J'y crois de nouveau et les yeux pétillants, je reste sous le choc de sa réponse quelques secondes. Je n'ai pas le temps de la remercier d'une manière ou d'une autre – pourtant, Dieu seul sait à quel point j'ai envie de la serrer dans mes bras – qu'elle s'éclipse déjà en direction du dressing. Elle s'y rend d'un pas pressé ce qui m'encourage dans l'espoir qu'elle ne changera pas d'avis et qu'elle ne fera pas marche arrière. Elle se prépare et les quelques minutes qu'elle passe loin de moi sont des éternités. J'ai peur qu'elle s'enfuie, même si jusqu'ici, la Martins a toujours tenu ses promesses. L'angoisse me fait perdre les pédales, mais quand elle refait surface dans le studio, habillée et maquillée, je la trouve magnifique. Ma respiration retrouve un rythme normal tandis qu'elle s'avance vers moi et que nous nous entraînons une dernière fois avant de passer aux choses sérieuses.
On se place sur les marques, tous les yeux sont rivés sur nous et ma gorge devient sèche, mais bientôt Gwen sent ma détresse et par ses mots, elle parvient à m'apaiser. Je souris timidement à ses conseils, pire qu'un gamin et mes prunelles restent accrochées aux siennes plus longtemps que nécessaire. Son regard, comme sa voix, me procure lui aussi le courage dont j'ai besoin pour ne pas flancher. Et ça commence.
Les moteurs des caméras sont en marche, la musique retentit dans le studio et nous entamons les premiers pas. Je me noie encore dans les yeux foncés de Gwen pour y puiser la force de continuer et il me faut quelques secondes pour comprendre que c'est inutile. J'ai confiance en Gwen. J'ai une confiance aveugle en elle… En nous… Et nous sommes magiques. Plus de peur ni d'angoisse, juste la certitude d'achever un projet artistique magnifique et de m'en sentir comblé. C'est une sensation exquise et je la partage avec la Galloise. On danse. Vraiment. Et on danse bien. Je peux le deviner en sentant les regards des autres se poser sur nous. Aucune appréhension alors que les portés débutent, grâce à elle, et encore une fois, c'est un succès. Pour la première fois, je me sens en osmose avec une personne. Parce que la danse est quelque chose d'intime, et si je l'avais réalisé il y a plusieurs semaines, j'en prends pleinement conscience seulement maintenant. Cette proximité, cette intimité, comme si elles font ressortir une nouvelle part de moi que personne d'autre ne connait, pas même moi. Tout est rassemblé dans l'échange : discipline, émotion, technique, passion… Et quelle passion quand elle pose ses lèvres sur les miennes dans un baiser qui allie mélodie et mélancolie. Un baiser qui me laisse le souffle coupé. Même si Gwen a essayé de me faire acquérir quelques notions pour jouer la comédie, je ne suis pas un acteur, mais clairement, je n'ai pas à jouer. Elle me fait ressentir quelque chose dont je n'avais pas connaissance. Quelque chose d'enfoui. Elle s'écarte, suivant le rythme des dernières notes de musique.
Et coupez ! Que crie le réalisateur, nous laissant Gwen et moi au milieu du décors. Essoufflé, je regarde autour de moi, attendant une quelconque réaction, et quand les premiers applaudissements retentissent, je lâche un franc éclat de rire qui traduit l'immense soulagement d'être parvenu à réussir cette danse. Bien vite je me retrouve félicité par tous ceux qui n'y croyaient plus. Je nage dans cette admiration un certain temps, jusqu'à ce que je comprenne qu'il me manque quelque chose. Gwen a mis les voiles. Je la cherche du regard, demande un peu à tout le monde où elle se trouve, mais personne ne semble disposé à m'aider. Je m'écarte du bain de foule, à la recherche de la jeune femme et quand je la trouve avec sa cigarette entre les lèvres, je m'avance doucement dans sa direction et je fais de même. Il est temps que je fasse ce que je n'ai pas été capable de faire jusque là. « Gwen… Je crois que je ne pourrais jamais assez te remercier, mais il faut bien que je commence alors… Merci. » Je me pose à côté d'elle, incapable pour le moment de lui faire face car je pense encore trop à sa bouche sur la mienne, à sa douceur. « Merci pour tout. » ajoute-je avec franchise, car elle mérite cette franchise. Je lui dois beaucoup. Je lui dois tout ce projet, pour ainsi dire, car aucun professeur ne m'aurait traité comme elle l'a fait et mon comportement aurait sans doute découragé le plus hargneux des professeurs de danse. « Je sais que tu m'as assez supporté pour toute une vie, mais si jamais… On pense tous se rejoindre dans un pub ce soir pour fêter ça. Alors si tu n'avais rien prévu, tu es la bienvenue. » On se supporte tout juste et voilà que je lui propose de passer une nouvelle soirée avec moi alors que nous avons déjà passé plusieurs heures ensemble.
Toutefois, je ne veux pas m'imposer plus car si elle s'est échappée à la fin de la danse, c'est certainement car elle ressentait ce besoin d'être seule. J'accepte et je comprends son choix, alors je ne l'accapare pas plus longtemps et je commence déjà à me reculer. Juste quelques mots pour commenter sa performance. « Tu as été fantastique… Absolument fantastique. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mer 28 Sep - 20:12


Il est vrai que Gwen venait d’avoir une occasion en or de se venger comme il se doit de Nate, une occasion servie sur un plateau d’argent. Pendant quelques secondes, elle avait eu le pouvoir de décider du destin de cette journée par rapport à celui qui l’avait remballée à Londres quelques années auparavant, à l’époque où elle se cherchait encore au niveau artistique. Toutefois, la métisse était plus réfléchie. Elle avait apprécié voir les progrès de son élève et n’imaginait pas l’avoir supporté autant de temps pour que tout tombe à l’eau le jour j. Sa vengeance avait également pris une saveur plus subtile au travers du mot qu’elle avait adressé à la cousine du chanteur. Celui-ci ne s’était probablement même pas rendu compte que Gwen avait été la réelle instigatrice derrière le changement radical dans son rythme de vie même si Penny en avait été le flamboyant instrument qui lui avait mené la vie dure. De plus, la danseuse pouvait aussi trouver un intérêt professionnel en apparaissant dans ce projet artistique qui la mettrait en lumière non plus seulement comme chorégraphe mais aussi comme sa partenaire. Et enfin, Gwen voulait prouver à Nate qu’elle n’était en rien comme lui et qu’elle pouvait passer au-dessus de ce qui s’était produit quelques années plus tôt. Tout bien réfléchi, en pesant le pour et le contre, elle n’avait pas hésité longtemps avant d’accepter sa proposition désespérée. Quant à sa rancune envers lui, la métisse ne manquerait pas d’idées pour continuer de la distiller subtilement sans lui pourrir vraiment la vie. Ce serait bien plus drôle. La danse s’était donc très bien passée, mieux qu’en répétition même, à tel point que tout le studio resta ébahi par la performance à laquelle il venait d’assister. Désireuse de retrouver la discrétion alors que n’importe quel artiste aurait apprécié les feux des projecteurs, Gwen s’était éclipsée quelques instants dans les vestiaires avant de réapparaître à l’écart des membres du staff. Alors qu’elle grillait sa clope, Nate la repéra et la rejoignit pour partager ce moment euphorique avec elle. Plus calme et posée, comme si elle était déjà détachée de cette ambiance bon enfant, la jeune femme l’écouta la remercier pour la première fois depuis le début de leur collaboration ensemble. Elle entendait la sincérité et la reconnaissance dans sa voix, on aurait presque pu croire que Nate ne la prenait plus pour une sous-fifre artistique mais presque une égale. Peu importe en vrai, Gwen ne prêtait plus attention à ce qu’il pensait d’elle depuis longtemps déjà. Force était néanmoins de constater qu’ils avaient fait du bon travail ensemble et que les deux avaient bien vécu l’émotion du moment vu ce qui s’était passé à la fin. La métisse fut d’ailleurs contente qu’il n’en reparle pas, elle n’avait pas envie de revenir là-dessus. Il la remercia une nouvelle fois pour tout et elle lui répondit par un sourire, l’air de dire que ce n’était rien et qu’il se le devait à lui aussi tout ce travail, sauf que les mots ne parvenaient pas à sortir de sa bouche, alors elle espérait que son regard suffirait à lui faire comprendre ce qu’elle voulait dire. Tout en plaisantant sur leur difficulté de se supporter mutuellement, Nate lui proposa ensuite de se joindre à l’équipe dans le courant de la soirée pour fêter l’aboutissement du projet dans un pub. « Merci. » Répondit finalement Gwen pour ne pas le laisser parler tout seul. « J’essaierai de passer si je peux. » La jeune femme avait en effet prévu de passer du temps avec les amis qu’elle s’était fait à Londres durant les quatre années qu’elle avait vécu ici, et surtout, elle voulait profiter de ce week-end pour remettre de l’ordre dans ses projets professionnels en suspens, ce qui ne lui donnait plus beaucoup de temps étant donné qu’elle avait déjà « perdu » une partie de cette première journée pour le tournage du clip de Nate. Gwen verrait donc si elle pourrait se joindre à eux plus tard ou non. « Le fruit de ce travail, tu te le dois aussi. Alors profite de ton moment. » Après tout, lui aussi avait été fantastique pour quelqu'un qui n'y connaissait rien à la danse quelques semaines auparavant. Quant à elle, qui sait ? Peut-être que ce projet lui ouvrirait des portes par rapport à ses talents de danseuse ? Pourquoi pas. Sa cigarette terminée et après quelques accolades et compliments de la part de plusieurs membres de l’équipe, la métisse prit son sac avant d’adresser un regard entendu au Miles et de quitter définitivement le studio.

SUJET TERMINÉ  

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen

Revenir en haut Aller en bas

You float like a feather. Gwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-