AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

You float like a feather. Gwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: You float like a feather. Gwen Mer 11 Mai - 17:23

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


« Ne rigole pas, d'accord ? Mais j'ai besoin de toi. » Je m'adresse à la Martins, mal à l'aise de venir lui demander son aide alors que nous avons passé les derniers mois à se cracher des insultes dès que l'occasion se présentait. Nous sommes accoudés au bar du Three Mariners et voilà comment je viens de l'aborder alors que depuis le début de la soirée, nous buvions chacun de notre côté avec notre compagnie respective en nous évitant soigneusement. Pourtant, dès que Gwen se retrouve seule, je viens l'aborder avec une idée quelque peu saugrenue. Saugrenue, mais malheureusement indispensable. Je m'éclaircis la gorge pour annoncer ma présence et je murmure à son oreille ces quelques mots. J'ai besoin de toi. Je ne pensais pas qu'un jour, ce serait moi qui viendrais demander de l'aide à la métisse. Pas quand je l'ai remballé il y a quelques temps alors qu'elle était venue me voir à Londres. La situation était inversée et Gwen était venue me demander de l'aide pour développer sa carrière musicale sur la scène londonienne et comme je m'applique à réduire en cendres tous mes adversaires potentiels, je n'ai même pas cillé en l'envoyant paitre. Elle pourrait faire de même, mais avant même qu'elle n'ai le temps de répliquer, je poursuis pour lui enlever l'idée de m'envoyer valser. « Et avant de m'envoyer bouler, écoute ce que j'ai à dire parce que ce que j'ai à te proposer pourrait te plaire… En tout cas, ça te donnerait l'occasion de te moquer de moi indéfiniment. » Je lui confie mes paroles à voix basse pour que personne d'autre n'entende ce que je suis en train de lui dire. Après tout, je suppose que si elle peut se moquer de moi, elle aura plus de chance d'accepter ma demande. Parce que quel autre choix ai-je pour la faire accepter ? L'argent ? Bien sûr, mais cela va se soit : tout travail mérite salaire. Je me mords la lèvre, ne sachant pas vraiment comment poursuivre et pour me donner quelques secondes de sursis, je bois une gorgée de ma pinte de Guinness.
Je bois et je repose mon verre.  J'y ai longuement songé avant de me lancer et d'aborder la jeune femme. J'y ai songé parce que justement, je n'ai pas spécialement envie de la voir se moquer de moi encore et encore. Pourtant, elle est la seule qui puisse m'aider. Elle est la seule qui puisse me rendre le service que je veux. Je déglutis et je me lance. « J'aimerais que… J'aimerais que tu m'apprennes à danser. » Le but de la démarche est artistique. Ni plus, ni moins. Parce que si je me considère comme un bon danseur quand je suis en boîte de nuit, quand je me colle aux hanches d'une fille qui me plait, que je bouge sur le rythme d'une musique enivrante, je suis loin des mouvements que la Martins est capable d'accomplir. « On veut faire un clip pour une des chansons de l'album. Et la chorégraphie est assez sophistiquée… Je n'ai personne d'autre vers qui me tourner, Martins. » avoue-je en baissant encore d'un ton, pas vraiment fier de moi pour le coup. L'album est sorti, c'est un succès alors pour continuer à alimenter les braises, cette idée nous parait essentielle, mais tout seule, elle parait aussi impensable. Je n'ai jamais eu à demander quoi que ce soit à quiconque. Musicalement, je m'en suis toujours sortie avec brio, une aisance qui m'a valu des compliments et surtout qui m'a fait entrer à la Royal Academy of Music de Londres sans même y postuler. Je ne suis pas de ces gens qui doivent demander. Et pourtant, me voilà, à supplier ma némésis musicale pour faire de moi un meilleur danseur. Alors pour encore aggraver mon cas, je reprends, cette fois, pour le premier compliment jamais fait à la métisse. « J'ai vu comment tu bouges et c'est impressionnant. Tu es douée. Vraiment douée. Donc je te le répète… J'ai besoin de toi. Et évidemment, si tu acceptes, tu seras dédommagée pour ton temps. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mar 17 Mai - 21:46


« Ne rigole pas, d'accord ? Mais j'ai besoin de toi. ». Accoudée au bar du Mariners, Gwen manqua d’avaler la gorgée de sa bière de travers lorsqu’elle entendit la voix de Miles l’interpeller ainsi. Besoin d’elle ? C’était bien les derniers mots que la métisse aurait entendu sortir de sa bouche à son encontre. L’effet de surprise dissipé, la chanteuse rebondit aussitôt sur ses pattes. « Quoi ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Fous-moi la paix Miles, j’suis pas d’humeur pour tes blagues pourries. » Gwen n’était pas venu chanter au pub ce soir, elle était venue pour se vider la tête. Une énième dispute avec son père, celle de trop, et la musicienne l’avait envoyé valser pour de bon. En partant, la jolie métisse avait pris ses cliques et ses claques, déposé ses affaires chez son nouveau pied-à-terre avec Rhys avant de venir oublier la détresse que ces conflits irrésolus avec son paternel provoquaient chez elle. Elle avait trop de fierté pour admettre n’importe quelle faiblesse, un trait commun partagé par celui désormais assis à côté d’elle, alors elle les fuyait comme elle pouvait. Lui, lui demander son aide ? Soit, il avait trop bu et essayait de réussir un défi quelconque, celui d’attirer l’attention de Gwen. Soit, il vivait dans un autre monde qui n’était pas le leur, un monde parallèle et il avait atterri dans le mauvais. Peu importe, la jeune femme n’était pas d’humeur à écouter son humour douteux. Qui prenait le risque de s’y piquer, s’y brûlait. Et puis pourquoi accepterait-elle de l’aider alors que lui n’avait pas hésité à la remballer quelques années plus tôt quand Gwen était seulement venue lui demander des conseils en coulisse pour percer dans la musique ? Justement, elle n’était pas lui, un être imbu de sa personne. Elle n’était juste pas certaine de le supporter assez longtemps pour l’écouter malgré sa curiosité et en dépit d’un certain apaisement dans leur animosité lors de ce fameux concert de charité… L’alcool avait troublé sa mémoire par rapport à la soirée où ils s’étaient arrangé et ensuite laissé aller sur scène, une soirée lors de laquelle un écho troublant avait été rapporté : Miles et elle avaient chanté ensemble, complices comme jamais. Encore une fois, dans quel monde ? Elle avait eu du mal à y croire, pourtant, force était de constater la vérité. Gwen ne regrettait pas, parce que la métisse assumait chacune de ses soirées. Elle s’était bien amusée, inutile de revenir dessus. En temps normal, sans alcool, ils ne se pifaient pas, point. Néanmoins, avant qu’elle ne l’envoie totalement bouler, Nate réussit à capter son attention en lui expliquant qu’elle aurait ainsi une occasion unique de se moquer de lui. Il avait piqué sa curiosité au vif. Intriguée, la chanteuse modifia légèrement son discours. « Il va falloir te montrer convaincant parce que toi t’as pas hésité à m’envoyer chier. Mais je t’écoute. » Cette fois, la jeune femme, qui avait changé de look et opté pour le blond, en cette fin de printemps, releva les yeux vers lui tout en buvant une gorgée de sa bière. Miles avait son attention, qu’il tâche de ne pas la perdre. « T’as peur qu’on t’entende ? » Dit-elle à voix plus haute que le volume du ton qu’il avait employé lorsqu’il s’était adressé à elle, afin de le mettre légèrement mal à l’aise. Gwen ne perdait pas une occasion de lui rendre la monnaie de sa pièce, bien que ce soir, il ne lui avait pas particulièrement donné de raison de se montrer désagréable. Pas encore du moins, même si sa seule présence l’avait dérangée. Et enfin, il lâcha la bombe. Éberluée, la jeune femme n’était pas certaine d’avoir bien entendu. Elle resta un instant bouche bée et posa sa bière, rarement autant prise au dépourvu. « Que… quoi ? » Gwen ne savait pas si elle était plus choquée par le contexte de sa demande ou parce qu’il s’était adressé à elle pour la concrétiser. Nate n’était pas si mauvais pour tous les mouvements mais d’où voulait-il soudainement apprendre à danser ? Quelle mouche l’avait piquée ? Voulait-il empiéter sur le domaine de prédilection de Gwen en dehors de la musique ? Le Miles assis à côté d’elle ce soir venait définitivement d’un autre monde. Et ensuite, pourquoi lui demander à elle alors qu’il existait d’autres professeurs de danse à temps plein dans la région ? Comme s’il lisait dans ses pensées, le chanteur poursuivit sur sa lancée lui expliquant la raison de sa demande ainsi que son choix qui s’était arrêté sur elle. Il avait l’air d’avoir vraiment réfléchi à la question. Nate désirait tourner un clip assez complexe pour une de ses chansons et comme il avait remarqué qu’elle bougeait bien lors de leurs retrouvailles inopinées, moment au cours duquel il avait été impressionné, il s’était tourné vers elle. Rien que pour lui avoir dit deux fois qu’il avait besoin d’elle, Gwen était prête à accepter. Toutefois, la métisse laissa s’écouler une minute de silence avant de lui répondre. Elle pesa le pour et le contre. En effet, la jeune femme ne roulait pas sur l’or mais ce point n’entrait pas en ligne de compte étant donné qu’elle préférerait être à la rue que d’accepter quelque chose qui ne lui plaisait pas, même si le chanteur avait proposé de la dédommager. Nate n’avait de toute façon pas besoin de le savoir. La musicienne réfléchit donc à la question dans son ensemble, et pouvoir se moquer de lui, voire partager un bout de sa passion, la danse, pour l’inculquer à une autre personne représentait en effet une occasion à ne pas rater. Elle avait déjà enseigné à des jeunes vite fait, en donnant quelques cours à Londres pour « arrondir ses fins de mois » quand la musique ne rapportait pas assez, alors Nate pouvait en principe être un défi dans ses cordes. Après cette bonne minute de silence, Gwen le soulagea enfin d’une réponse. « Ok, mais j’y mets deux conditions. Un, tu ne protesteras pas mille fois quand je te demanderai quelque chose, tu feras, et tu viendras aux rendez-vous aussi, si t’annules pour une bête raison ou au dernier moment, c’est fini. Deux, tu m’épargneras ton humour douteux. » La jeune femme aurait pu inclure d’autres conditions, comme lui demander de la mettre en contact avec un producteur important dans le milieu musical ou que Nate se souvienne qu’il lui doive une faveur, mais elle ne le fit pas pour deux raisons : cela aurait été prendre le risque d’exposer le manque de projets concrets pour elle en ce moment et ensuite, ce n’était pas dans la mentalité de Gwen, elle ne voulait rien devoir à personne, surtout pas à Nate. Si elle réussissait sa carrière et perçait un jour à plus grande échelle dans le milieu de la musique, elle ne le devrait qu’à elle-même. « Toujours partant ? » L’interrogation flotta dans l’air, tandis qu’elle reprit une gorgée de sa bière. Avait-elle suffisamment considéré cette perspective ? Il n’était de toute façon pas trop tard pour l’envoyer valser s’il ne se collait pas le mode « bonne volonté » sur le front.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mer 18 Mai - 16:13

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


Je savais que ce serait difficile de mettre ma fierté de côté, mais pas à ce point. C'est plus dur que ce que j'avais envisagé et pour demander de l'aide à la Martins, j'ai l'impression que je dois me mettre à genoux. Je ne le fais pas, évidemment, mais peut-être que je devrais quand je vois la façon dont elle répond à ma première approche. Pas étonnant après tout. J'ai passé le plus clair de mon temps en sa compagnie à la rabaisser et à faire en sorte de briser sa confiance en elle. J'ai échoué lamentablement visiblement, car la demoiselle ne cesse de se relever malgré les portes qui se ferment devant son nez. Depuis notre petit concert de charité, je ne sais pas ce qu'elle a fait musicalement parlant, trop occupé à sortir mon album et à donner quelques concerts ça et là dans le Pays de Galles, mais peut-être que j'aurais dû me tenir informer. La notoriété du groupe grimpe et bien que ce sentiment délicieux m'emplie d'une joie sans nom, je sais qu'il va falloir me donner à mon maximum pour ne pas foutre en l'air cet envol qui commence à prendre une forme concrète. Ce futur qui se dessine un peu plus nettement à chaque concert, à chaque mention du groupe dans un magazine de rock… C'est tout ce dont je rêvais depuis des années et pouvoir le toucher alors qu'il semblait si lointain me procure un sentiment d'invincibilité mêlée d'une plénitude extraordinaire. Pourtant, c'est pour ne pas décevoir ces gens sur lesquels je m'appuie que je demande de l'aide à la métisse. Si j'ai déjà le chant et deux instruments maitrisés à la perfection, j'ai envie d'ajouter une nouvelle corde à mon arc. Et cette corde : c'est la danse. Si je suis capable de faire la chorégraphie exigée pour la vidéo, alors je pense pouvoir en bluffer plus d'un… D'autant plus que quelques compétences de danse ne peuvent être qu'un atout une fois sur scène. C'est ce que j'aimerais expliquer à Gwen, mais je me limite au strict minimum. Ce n'est pas parce que je lui demande son aide qu'elle est obligée de connaître toutes mes motivations et mes inquiétudes les plus secrètes. Plus tard peut-être, si ses entraînements fonctionnent vraiment. Elle est moqueuse, encore, mais je ne perds pas espoir et quand je lui dévoile l'entièreté de ma requête, je la trouve bien silencieuse après son bégaiement. Probablement que sa réaction est tout à fait normal quand on y pense. Ce n'est pas tous les jours que sa némésis vient quémander de l'aide pour quelque chose d'aussi physique et d'intime que la danse. Je déglutis et j'attends qu'elle donne son verdict, mal à l'aise de devoir me plier aux volontés de la jeune femme. Son temps de réflexion semble durer une éternité et je me dis qu'elle doit prendre une malin plaisir à me faire mariner de la sorte. C'est mesquin, mais au moins, elle n'est pas aussi brutale que moi je l'ai été quand elle est venue me voir à Londres, ce qui rend tout de même cette courte entrevue moins pénible que ce qu'elle aurait pu avoir. Enfin elle me délivre de mon attente et je soupire de soulagement. J'aurais voulu qu'elle ne le remarque pas, mais l'attente était tellement pesante que je n'ai pu être aussi discret que je l'aurais souhaité. « Très bien. Juste… T'entends quoi comme raisons bêtes ? » Tout est relatif et j'aimerais savoir sur qu'elle longueur d'onde nous nous situons, puis je me ravise en me souvenant de ses mots concernant l'humour douteux. Je secoue la tête en signe de dénégation. « Non, laisse tomber. Ca marche. Je suis toujours partant ! »
Maintenant que j'ai son accord, je fais en sorte de m'éclipser le plus rapidement possible pour lui éviter de changer d'avis et je retourne vers celle qui m'accompagnait initialement. Si chaque instant passé avec la Martins est aussi difficile à gérer, je me demande bien comment je vais pouvoir survivre à un échange régulier voire quotidien pour me faire améliorer mes mouvements de danse. Est-ce que je suis suicidaire ? La question est légitime, mais pour le moment, je termine ma pinte et j'attends le premier rendez-vous pour lui montrer de quoi je suis capable.
* *
*
J'enfile un survêt, sentant mon charisme habituel descendre d'un cran à cause de cette monstruosité, mais je me fais violence pour ne pas appeler la brune et annuler la session. C'est mon unique chance et je sais que je ne dois pas la louper. Cependant, quand j'avais annoncé à la demoiselle qu'elle aurait la possibilité de se moquer de moi, je ne pensais pas que ce serait avant même de me mettre à bouger. Pourtant, je dois me rendre à l'évidence : ces vêtements de sport sont bien différents des polos Lacoste que j'arbore en temps normal et malgré mes efforts pour les ajuster, j'ai juste l'impression de ressembler à un enfant se préparant pour son cours de gym dans sa tenue complètement noire. Parce que si les vêtements ne sont pas suffisants, il faut bien évidemment rendre cette rencontre encore plus douloureuse en ne passant pas par la case coiffure avant de partir en direction de la salle de sport où je dois retrouver Gwen. A quoi bon avoir les cheveux gominés si c'est pour faire du sport ? Surtout que j'ai la nette intuition que la Martins ne me fera pas de cadeaux. Autant ne pas utiliser du produit pour rien.
Je soupire, dépité en voyant ma silhouette dans le miroir et mes cheveux qui me retombent sur le front comme à l'époque où j'étais adolescent et je me rends soudainement compte que toute cette prostration n'a servie qu'à me mettre en retard. « Et merde ! » Je prends ma serviette et ma bouteille d'eau et je montre dans ma Porsche pour foncer en direction du gymnase. Je cours jusqu'à l'intérieur où je me retrouve devant une Gwen qui semble mécontente de m'attendre. Pendant une seconde, j'en viens même à oublier ma dégaine tellement j'ai peur qu'elle décide de tourner les talons en ne me donnant pas ce premier cours à cause de mon retard. « Désolé du retard. » que je lâche, laconique. Je pose mes quelques affaires dans un coin et je retourne vers la jeune femme. C'est certainement le moment de s'échauffer, mais il faut croire que je ne suis pas prêt à prendre des initiatives quand il s'agit de danse, alors gêné, je demande. « Faut commencer par quoi ? Si tu veux voir le niveau que j'ai, je peux t'assurer à l'avance que c'est plutôt débutant… Pour ne pas dire médiocre. » Et si j'arrive à bouger en boîte de nuit suffisamment bien pour ramener des filles chez moi, ce n'est rien comparé à ce que j'ai pu voir la Martins effectuer.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mer 18 Mai - 18:59


Malgré les quelques petites piques de Gwen pour le tester, Nate eut la sagesse de ne pas répliquer. Après avoir réfléchi une bonne minute, elle accepta donc sa proposition en y mettant deux conditions qui ne lui paraissaient pas déraisonnables quand on savait qu’elle aurait pu demander bien d’autres choses. Ne pas annuler les rendez-vous fixés au dernier moment ou pour des raisons stupides comme « je n’ose pas », « pas aujourd’hui, j’ai la flemme » ou des motifs dans le même acabit lui paraissait le minimum de respect puisqu’elle allait aménager du temps pour lui à cet effet. Quant à son humour, s’il pouvait lui parler un minimum, la métisse finirait sûrement par s’accommoder de sa présence. Une attitude qu’il mit en application dès à présent en lui disant d’oublier sa dernière question et en acceptant ses conditions avant de prendre la poudre d’escampette aussi vite, sûrement de peur qu’elle ne change d’avis en cours de soirée. Gwen termina sa bière et essaya de ne plus penser au drôle d’échange qui venait d’avoir lieu. Après tout, c’était ce qu’elle était venue faire ce soir. Oublier l’énervement du quotidien.


* *
*


Avant de partir de chez elle pour ce fameux premier cours de danse, quelques jours après leur échange dans le bar, Gwen regarda une dernière fois la vidéo de la chorégraphie que Nate devrait maitriser pour son clip, il la lui avait envoyée deux jours auparavant pour qu’elle puisse avoir une idée visuelle du résultat à obtenir. Les progrès pour y parvenir seraient sinueux mais elle ne pensait pas que le défi serait impossible à relever dans le temps imparti. Elle glissa son téléphone dans son sac, puis enfila une brassière noire et un bas de training de la même couleur, des vêtements dans lesquels elle se sentirait à l’aise pour la séance de danse. La jolie métisse attrapa ensuite son sac et sa bouteille d’eau avant de se rendre au gymnase avec un peu d’avance. En attendant l’arrivée de Nate, la chanteuse alluma la musique, s’échauffa et pratiqua quelques pas. En voyant le punchingball au fond de la salle, elle n’avait qu’une envie, c’était de se défouler dessus mais elle se retint. Le cours d’aujourd’hui n’était pas une leçon de boxe. Après une dizaine de minutes, Gwen arrêta de danser et s’arrêta pour boire de l’eau. Nate n’arrivait toujours pas, ce qui commençait déjà à l’agacer. Monsieur se prenait-il à nouveau pour la star qui se permettait d’arriver en retard alors qu’il s’agissait de leur tout premier rendez-vous ? C’était déjà mal parti. Elle déposa sa bouteille d’eau à côté de ses affaires et en relevant les yeux, elle découvrit alors Miles qui entrait à pas de loups dans le gymnase, visiblement mal à l’aise et se demandant déjà ce qu’il fichait là. Le regard de Gwen en disait suffisamment long, elle n’avait pas besoin de lui adresser une pique ou de tergiverser, c’était une perte de temps et il l’avait bien compris lui-même puisqu’il s’excusa. Au moins n’avait-il pas une demi-heure de retard sinon elle serait repartie avant même son arrivée. Elle jugea donc de bon ton de ne rien ajouter. La jeune femme n’était pas habituée à le voir habillé en tenue de sport, les cheveux négligés, cependant elle ne s’en formalisa pas davantage. « Tu risques d’avoir chaud. » Souligna-t-elle simplement en remarquant le sweat qu’il portait. Nate lui proposa alors de lui montrer ce dont il était capable afin qu’elle puisse déjà estimer son niveau sur base de ce premier aperçu. Impassible, Gwen approuva ses propos. Contrairement à ce qu’il avait pu croire de prime abord, elle ne comptait pas vraiment se moquer de lui, campant dans la peau d’un professionnalisme qui ne lui était coutumier que lorsqu’elle pratiquait la danse ou travaillait dans le milieu de la musique. « Bonne idée. Tu peux me montrer ce que tu sais faire, je m’en rendrai compte par moi-même. » Gwen mit une musique plus ou moins rythmée et l’aida à s’échauffer avant de lui donner le temps de s’exécuter. Au bout de deux minutes, elle en avait déjà assez vu pour lui confirmer la pensée du chanteur. Ce n’était pas une catastrophe nationale mais il y aurait effectivement du travail. Et elle l’avait regardé sans se moquer de lui, ce qui le surprendrait sûrement. « Il va falloir bosser mais ce n’est pas un défi impossible. » Elle marqua une pause et réfléchit quelques instants au programme qu’elle donnerait aujourd’hui. Inutile d’apprendre la complexité d’une chorégraphie si les bases n’étaient pas maîtrisées. C’était comme débuter la construction d’une maison par le toit, elle ne tiendrait pas dans le vide sans les fondements pour la soutenir. « J’ai visionné la vidéo, ce qu’on attend de toi pour le clip. Je vais commencer par t’apprendre les bases de ce type de danses et quand tu les maîtriseras, on pourra passer aux mouvements de la chorégraphie à proprement parler. Mais ça, ce ne sera pas pour aujourd’hui. » Expliqua Gwen brièvement. Elle récupéra alors le côté pédagogue qu’elle utilisait avec les enfants, malgré que la patience ne soit pas une de ses vertus. Nate devait impérativement se détendre s’il voulait bien apprendre, ce qui leur accorderait également un gain de temps à tous les deux. « Et même si ce n’est pas facile pour toi, essaie de te mettre à l’aise. Il n’y a rien de pire que d’être raide et tendu pour danser. »

Spoiler:
 

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Jeu 19 Mai - 20:32

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


Ce n'est pas très élégant d'arriver en retard dès le premier entrainement et c'est bien pour cette raison que je m'excuse face à la Martins. J'ai beau la mépriser sous certains aspects, ce n'est pas une raison pour oublier la flegme anglaise et mes bonnes manières. Alors oui, je m'excuse, non sans une pointe d'amertume tout de même. Parce qu'être obligé de m'excuser en guise de salutations, ce n'est pas forcément facile, surtout avec Gwen. En général, on laisse les salutations de côté d'ailleurs et je ne m'en porte pas plus mal. C'est comme ça avec elle. Ca l'a toujours été et même si j'ai l'impression que les choses sont en plein changement, je compte bien conserver une dynamique glaciale. L'entrainement sera difficile, il suffit de voir le regard torve dont me gratifie la métisse. Alors tout commence d'une démarche mal assurée quand j'évolue dans le gymnase pour déposer mes quelques affaires à côté de celles de Gwen. Je la regarde, un peu jaloux que ses vêtements de sport lui aillent aussi bien, moulant son corps à la perfection tandis que les miens me donnent l'impression de n'être encore qu'un adolescent pré-pubère dans des vêtements trop amples, bien loin de la bête de scène quasi trentenaire que je suis une fois le soir venu. Je baisse la tête, jette un coup d'oeil vers mon sweat alors qu'elle m'indique que je risque d'avoir chaud et après une grimace, je hausse les épaules. On verra bien. Autant essayer d'abord dans cette tenue avant d'aviser si les choses ne se passent pas comme prévues. La musique se met à retentir dans la salle et après quelques minutes d'échauffement, j'exécute quelques mouvements de danse. Je fais de mon mieux et même si je ne suis vraiment pas convaincu par ce que je fais, je m'entête à poursuivre encore et encore. Et puis, je comprends que la demoiselle avait raison. Je prends note de sa remarque d'un hochement de tête et j'enlève mon sweat qui me tient beaucoup trop chaud. Je m'essouffle trop rapidement avec, ou peut-être est-ce le fait que je sois un gros fumeur ? Peu importe. En T-shirt, je vais boire une première gorgée d'eau et je retourne vers Gwen quand elle reprend la parole. Je l'écoute, les lèvres pincées, impressionné par son professionnalisme qui semble infaillible.  Les sourcils froncés, j'essaye de m'imaginer le reste de l'entraînement selon les indications de la brune.   «  Pas pour aujourd'hui ? Mais tu sais ce sera pour quand ? » Je demande un peu inquiet par rapport à l'avancement qui se présente.  « Parce que tu sais que si je t'ai choisi toi, c'est parce que je sais que tu ne vas pas me faire de cadeau. Je sais que tu ne vas pas me ménager. » Je préfère est direct et lui exposer la situation directement. « Il faut que je m'améliore. Et vite. » Alors qu'elle me malmène et qu'elle évite de me parler comme à un enfant qui a peur de se fouler une cheville en faisant un faux-mouvement. Je suis prêt à tout pour réussir la chorégraphie de cette vidéo. Je suis vraiment prêt à tout et il va falloir que je me démène pour lui faire comprendre de quoi je suis capable. Je suis son dernier conseil et je tente de me mettre à l'aise même si ce n'est pas évident avec cette crainte constante que la Martins vienne se moquer ou me décrédibiliser à cause de mes faux pas et de mes maladresses. Elle commence donc avec la base et je m'exécute à ses mots. Moins de raideur, plus de souplesse, plus de force, plus de discipline, moins de fragilité… On poursuit pendant ce qui me parait une éternité, enchaînant des mouvements que je ne connais pas. On continue, tantôt lentement quand elle prend le temps de m'expliquer les mouvements, tantôt plus vite quand on s'essaye à un enchaînement des pas basiques censés me faire gagner en agilité. On fait une première pause et déjà je suis en sueur à cause de l'effort, toutefois, je ne compte pas me laisser abattre aussi facilement, alors quand on se dirige vers nos bouteilles d'eau respectives, je reprends. « Quand j'apprenais le piano, je jouais déjà un nombre incalculable d'heures par jour alors que je n'avais même pas neuf ans. Pareil pour la guitare. Je jouais jusqu'à en saigner tous les soirs. » Je soupire alors que je repose ma bouteille sur le parquet. « Quand je veux quelque chose, je l'obtiens. Et là, je veux danser. Alors Gwen, je peux t'assurer que je ne quitterai pas ce gymnase avant d'être complètement sur les rotules.  » L'épuisement est ce qu'il m'attendra ces prochains mois. C'est l'épuisement qu'il me faudra pour devenir meilleur et pour réussir ce nouveau challenge que je m'impose. Parce que ce n'est ni plus ni moins ça : un challenge ! « Je sais que je ne vais pas avoir un niveau professionnel en quelques semaines et peut-être que je n'en aurais jamais un, mais je me dois d'essayer. Je ne vais pas abandonner. » Je m'éponge le visage avec la serviette et je reprends d'une voix blanche. « Comme toi tu n'abandonnes pas la musique, je ne compte pas m'arrêter à la première difficulté. » Démontrer ma motivation. L'expliciter, pour que la Martins puisse un minimum croire en mon envie de gagner.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Lun 23 Mai - 22:25


« Tu n’es plus que l’ombre de toi-même. » La voix de son père transperça la brume des pensées de Gwen, le ton tranchant et froid qu’il avait utilisé lui avait glacé le sang. Ces mots avaient fait craquer son organe battant tandis qu’elle avait pris conscience de ses propos. Une ombre, s’était-elle répétée mentalement tandis qu’un élan de fureur brûlante avait pris possession d’elle. La princesse de froideur avait relevé la tête et lui avait tenu tête dans une énième dispute quelques jours auparavant. Ils s’étaient croisés dans la maison familiale, alors qu’elle était repassée prendre des affaires pour se ravitailler maintenant qu’elle vivait avec Rhys. Depuis son retour à Tenby, Monsieur Martins avait surpris sa fille en train de se droguer à deux reprises, il l’avait ensuite retrouvée des bleus sur le corps parce qu’elle s’était bagarrée contre des hommes et maintenant elle emménageait avec ce garçon et mettait sa carrière musicale au diable pour une (fausse) amourette ? La froideur polaire qui s’était emparée de son être, comme à chaque fois qu’elle retournait chez elle, avait cessé de cristalliser son âme. À quoi bon ? Peu importe ce que Gwen ferait, la relation avec son père ne cesserait jamais d’être conflictuelle, du moins pas dans l’immédiat. Il avait besoin d’un bouc émissaire pour noyer son chagrin, et il l’avait trouvé dans sa fille, source de déception constante à ses yeux. Le désespoir avait un goût affreux, une saveur aux accents d’impuissance. La métisse l’avait bien ressenti ce soir-là. Il s’était emparé d’elle, l’étouffant intérieurement de voir ainsi son père agoniser dans sa propre douleur. Les moments heureux n’étaient qu’un lointain souvenir pour elle, comme une nuit sans fin. Elle avait soutenu le regard de cet homme perdu, au point de le haïr autant qu’elle l’aimait, ou peut-être l’aimait-elle avec la même force qu’elle rêvait de lui casser la figure juste pour avoir osé lui tenir de tels propos. Mais il restait quand même son père. « C’est de toi  dont tu parles. » Avait alors simplement décidé de répondre Gwen en tournant définitivement les talons. Elle s’était assurée de ne pas avoir besoin de repasser chez elle de sitôt. Cette colère, brûlure glaciale qui avait pris possession de son corps, elle avait parfois l’impression de la défouler sur toutes les autres personnes de son entourage, contenant maladroitement les effets violents qui se combinaient dans son ventre. Elle s’était promis de se calmer, de taire cette impulsivité ou en tout cas de la limiter. Le premier exemple où la chanteuse essayait de se contenir depuis lors se produisait en ce moment même. Elle ne s’était pas énervée sur Nate parce qu’il était arrivé en retard, elle n’avait pas envoyé tout le cours valser sur un coup de tête. Au lieu de cela, la métisse s’investissait dans le projet plus qu’elle ne l’aurait cru de prime abord, lui proposant dans un premier temps d’apprendre quelques bases qui lui serviraient inévitablement lors de l’apprentissage de pas plus complexes, des enchaînements compliqués qu’il n’apprendrait pas dans l’immédiat. Nate sembla inquiet de ne pas tout maitriser aujourd’hui même. « La prochaine fois peut-être. » Il lui rappela alors que s’il l’avait choisie elle, c’était parce qu’elle ne lui ferait pas de cadeaux (et n’était sûrement pas une de ces groupies imbéciles qui passeraient plus de temps à baver sur lui qu’à le faire progresser) et qu’elle lui apprendrait vite le nécessaire. Gwen approuvait son enthousiasme mais elle le recadra tout de même dans le contexte. « Détends ton slip, Miles. Je connais le délai imparti, mais chaque chose en son temps. Rien ne sert de brûler des étapes si c’est pour tout foirer. » Elle marqua une pause et le regardait aspirer l’oxygène alors qu’il venait de lui montrer sa façon de bouger quelques instants plus tôt. « En plus comment veux-tu tenir  un marathon alors que tu manques déjà de souffle au bout de deux kilomètres ? Ça viendra avec les semaines. » Il ne pourrait pas nier l’évidence qu’elle venait de lui énoncer. La chanteuse lui montra alors les bases de la danse et des premiers enchaînements pour tester la mémoire du musicien, mais grâce à son expérience en musique, il était habitué à retenir les paroles de chansons et de longues partitions à composer, alors retenir quelques pas n’était pas l’aspect difficile de la danse pour lui. Il devait plutôt bosser sur sa souplesse. si bien que Gwen s’arrêta un instant et posa les mains sur les hanches de l’artiste pour l’accompagner dans un mouvement de déhanché de façon plus fluide. Au bout d’une bonne heure assez intense, ils s’arrêtèrent enfin pour reprendre leur souffle et boire un coup. La boxe avait permis à la métisse de travailler sa respiration et d’améliorer son rythme, elle sortait quasiment d’une promenade de santé. Nate, en revanche, devrait effectivement travailler son endurance s’il devait tenir une journée sur un tournage de clip en matière de danse. Le flot de paroles ne semblait par contre pas se tarir de son côté. Il profita du break pour lui prouver une nouvelle fois sa détermination, comme s’il avait un besoin vital de la convaincre alors qu’elle avait déjà compris l’enjeu. Gwen l’écouta et le laissa terminer son discours tout en buvant quelques gorgées de sa bouteille d’eau. Il n’était pas utile à Nate d’essayer de la persuader de quoique ce soit, les deux artistes avaient beau se mépriser sur bien des plans, ils savaient que ni l’un ni l’autre ne lâchait le morceau quand il s’agissait de mener un projet à son terme, quitte à finir sur les rotules pour reprendre son image. « Très bien. On essaiera de se voir le plus souvent possible. Dans l'éventualité où tu progresses bien, on pourra commencer les premiers portés très bientôt. Si tu as joué si longtemps du piano et de la guitare, tu sais aussi que la patience est une vertu qu’il ne faut pas griller. » Gwen ne prendrait de toute façon pas le risque de commencer des figures où Nate devrait solliciter ses jambes, ses bras et son dos, tant qu’il n’arrivait pas à détendre les membres de son corps. C’était un coup à ce qu'il se fasse un claquage ou qu’il la fasse tomber elle, d’autant qu’il fallait d’abord instaurer un minimum de confiance entre eux avant d'exécuter de tels mouvement. Certains passages de la chorégraphie n’étaient pas seulement difficiles mais aussi dangereux sans un minimum d’expérience. Elle but une dernière gorgée de sa bouteille et la referma ensuite avant de reprendre le fil de ses pensées. « Dis-moi en plus sur le contenu de la chanson, de quoi parle-t-elle ? » Elle n’avait eu droit qu’à la musique sur la chorégraphie, pas à la version définitive accompagnée des paroles. Après sa réponse, la métisse lui expliqua la suite du programme immédiat. « On va faire une pause dans les pas. J’aimerai te proposer un exercice, dans lequel tu devras entrer dans la peau d’un personnage et me montrer comment tu l’interprètes en danse, sur base de ce qu’on vient d’apprendre. »

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Ven 27 Mai - 22:07

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


Je m'exécute aux ordres de Gwen et je fais en sorte d'être le plus performant, même si je mets quelques minutes avant d'être à l'aise avec le regard qu'elle porte sur moi. Au final, je crois que je ne le suis jamais vraiment et je sais que c'est quelque chose sur lequel je vais devoir travailler davantage. Que ce soit son simple regard qui se pose sur mes mouvements ou ses mains qui se posent sur moi pour m'aider à avoir un peu plus d'aisance, je me raidis. Et danser quand on est raide, c'est difficile. Cette rivalité qui nous uni depuis qu'elle est venue me demander de l'aide à Londres en est pour beaucoup dans ma gêne et je sens même une pointe de culpabilité quand je vois l'application qu'elle met dans son cours. Elle se donne comme un vrai professeur et même si c'est ce que j'attendais d'elle, je pensais quand même qu'elle n'hésiterait pas à me charrier dès qu'elle en aurait l'occasion. Elle ne l'a pas fait. Elle aurait pu en me voyant arriver dans mon survêtement immonde, mais elle est restée sobre, comme si elle ne notait aucun changement d'avec mon apparence habituelle. En y pensant, c'est même un peu vexant. Alors oui, je commence à culpabiliser parce que si je réussi ce challenge, si je parviens à danser sur cette vidéo sans avoir besoin d'une doublure, cela voudra dire que je le devrais à elle. Je n'y pense pas trop parce qu'être redevable est aussi insupportable que de regarder un clip de Niki Minaj et je préfère me concentrer sur les choses présentes : à savoir, mes mouvements de danse. Toutefois, malgré le professionnalisme dont fait preuve la Martins, je ne peux pas m'empêcher de m'inquiéter d'un détail, un détail que je qualifie même de capital ! Serais-je prêt à temps pour tourner la vidéo ? Maintenant qu'elle connait mon niveau, estime-t-elle le défi possible ? Alors sans prendre de gants, je lui démontre ma motivation et mon envie de me surpasser pour pouvoir accrocher cette corde de plus à mon arc artistique. Et ses propos sont à la fois rassurants et effrayants. Je l'écoute me dire de me détendre et je lève les yeux au ciel, même si je suis forcé d'admettre qu'elle n'a pas tort. Je ne le fais pas à voix haute, bien sûr, parce que je ne peux toujours pas me résoudre à parler aussi gentiment à cette dernière, mais mes poumons approuvent ce qu'elle dit avec ferveur. On continue et quand vient l'heure de la pause, je dois me faire violence pour ne pas descendre ma bouteille d'eau d'une traite. Danser avec l'estomac rempli d'eau risque de ne pas être très appréciable, alors je fais preuve de retenue. Autre retenue de ma part ? La cigarette. J'aimerais tellement aller m'en griller une pendant la pause, mais je doute que Gwen considère cette action comme bénéfique vu ce que nous faisons depuis plus d'une heure, surtout vu mon manque d'endurance flagrant. « Ouais… Je t'assure que je vais progresser. » dis-je d'une voix triomphante alors que je reprends une gorgée d'eau pour faire passer cette vilaine envie de fumer. Déjà que je ne suis pas particulièrement aimable avec la Galloise, il ne manquerait plus que le manque de nicotine me rende encore plus irritable. Et voilà que la Martins vient poser une question qui me laisse perplexe. Le sujet de la chanson ? Je reste bouche bée quelques secondes, ne sachant pas vraiment si je peux me permettre de dire la vérité à cette femme qui pourtant ne me connait pas. « Uhm… Disons que c'est la chanson la plus personnelle de tout l'album. Elle parle d'amour et de rédemption, principalement. » Je déglutis. C'est justement parce que cette chanson est la plus personnelle de tout l'album que je veux en faire un vrai chef d'oeuvre et que je me donne autant à fond dans l'exécution de cette chorégraphie. J'hésite à lui en dire plus, de peur qu'elle se moque ou qu'elle en vienne à me cracher quelques insultes, mais je me ressaisis rapidement, pensant que si nous devons apprendre à danser ensemble, alors il faut au moins qu'elle comprenne mes motivations pour cette chanson si spéciale. « En fait, c'est la chanson que j'ai écrit pour une ex. » Je ne précise pas laquelle, parce que je n'ai pas spécialement envie de donner trop de détails à la jeune femme. La rédemption, je n'en ai besoin que pour Spencer car je suis celui qui a mit fin à notre relation d'une façon pas vraiment classe. Pour Harlow, j'ai été celui avec le coeur en miette après que cette dernière ait décidé de repousser ma demande en mariage. Alors c'est chanson est pour la rouquine, ni plus ni moins, et elle le sait. Elle sait que ses mots lui sont adressés comme elle sait que je l'ai écrite alors que j'étais encore en couple avec la brune. « Enfin bref, probablement le truc un peu cheesy qui doit te répugner donc je m'abstiendrais de tes commentaires… Merci. » que je lance sans lui laisser le temps de répondre quoi que ce soit. Je sais que nos styles de musique sont différents alors sans doute qu'il en va de même pour les paroles. Après quelques mouvements de bras, d'inspirations et d'expirations, je me concentre à nouveau vers la métisse qui semble prête à me donner de nouveaux pas à effectuer. Et là, je comprends que non, ce n'est plus de cela qu'il s'agit. Je la dévisage un instant pour voir si elle se moque de moi, mais je réalise après quelques secondes qu'elle est très sérieuse. « Quoi…? » Mes yeux s'écarquillent à l'idée des personnages qu'elle peut me donner à faire faire. « Putain, mais Gwen, je ne suis pas un acteur, moi… » Certes, j'aime penser avoir un certain charisme, surtout sur scène, mais je ne suis pas celui qui peut se mettre dans la peau d'un autre. Je soupire, mais comprenant que la démarche a uniquement un but pédagogique, je me mets en marche et je fais ce qu'elle me demande, encore une fois, même si c'est en râlant.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Dim 5 Juin - 21:48


Depuis qu’il était arrivé à ce fameux cours de danse, Nate agissait sur la défensive et ne faisait quasiment que râler, hésitant même parfois à exécuter quelques exercices malgré sa détermination à prouver à Gwen qu’il pouvait les réussir. Si la jeune femme avait montré une certaine souplesse pour ne pas braquer le musicien et que celui-ci débute la séance de la façon la plus détendue possible, elle commençait à perdre patience sur pas mal de points, non pas sur sa vitesse d’apprentissage qui s’alignait dans une bonne moyenne mais pour son retard, ses protestations, ses coups de râlements. La métisse s’appliquait toujours à fond professionnellement et si elle avait accepté cette séance, elle ne comptait pas la donner à moitié. Elle n’avait même pas poussé Nate à être encore plus mal à l’aise puisqu’elle ne s’était pas moquée de lui. Toutefois, la prochaine protestation du chanteur menaçait de la faire éclater pour de bon, surtout vu la façon dont il lui avait parlé depuis le début de son arrivée. Gwen n’arriverait plus à la mettre en sourdine bien longtemps.  À la pause néanmoins, le musicien changea un peu d’attitude lorsqu’elle le recadra et lui intima de ne pas en demander trop pour un premier cours. Il essayait de la convaincre de sa détermination mais la métisse n’en doutait pas, il ne fallait juste pas brûler les étapes. Lorsqu’elle lui demanda ensuite le contenu de la chanson, afin de travailler l’interprétation de sa danse dans le sens voulu pour représenter le contexte – même si les deux travailleraient d’abord la technique bien évidemment -, il se montra une nouvelle fois réticent, lui confiant du bout des lèvres que le thème de la chanson traitait d’amour et de rédemption. Gwen se fichait bien du contenu sur le fond, celui-ci ne comptait que pour le travail et rien d’autre. S’il avait besoin de se faire pardonner dans une de ses relations amoureuses, c’était son problème, pas le sien. La chanteuse préférait justement les chansons à texte où l’interprète y mettait sa touche personnelle mais elle ne comptait pas creuser plus loin. Alors quand Nate ajouta qu’il s’agissait d’une ex à lui en l’invitant aussitôt à ne pas commenter sur ce point, elle manqua encore une fois d’exploser. Elle en avait marre qu’il aboie sur elle alors qu’elle n’avait même pas ouvert la bouche pour attaquer aujourd’hui. Elle tuait son temps pour lui et il ne faisait que la bouffer sur la défensive. Une fois de plus, Gwen prit une bonne inspiration et proposa un exercice en rapport à l’interprétation afin de ne pas enchaîner sur un nouvel effort physique trop important et de jauger l’étendue du travail qu’il y aurait à faire de ce côté pour mieux organiser les séances à venir. Quand Nate se rebiffa comme un enfant qui ne voulait pas faire ce qu’on lui demandait, la musicienne explosa pour de bon afin de le remettre à sa place et lui rappeler les conditions de leur accord. « Bon Nate, ça suffit de faire le gamin capricieux maintenant ! T’es arrivé en retard, j’ai rien dit. Tu me parles de travers, j’ai rien dit non plus. Depuis tout à l’heure en fait, je n’ai rien dit ni rien fait qui puisses te mettre mal à l’aise. Même pas rire de toi. Alors respire. Je me fous que tu parles de ta vie amoureuse dans cette chanson, que ça soit niais ou non, on n’est pas dans la case jugement, c’est juste pour savoir dans quel sens orienter l’interprétation de la danse quand tu auras appris les bases techniques et la choré… Alors arrête de me répondre comme si tu te sentais attaqué. Tu te mets dedans tout seul. » Gwen marqua une pause et reprit sur sa lancée, maintenant qu’elle avait capté son attention. Il ne devait être qu’à moitié surpris de son impulsivité, il l’avait cherché depuis le début. C’était comme si Nate ne supportait pas la « gentillesse » et qu’il avait besoin d’être secoué comme un prunier pour être remis à sa place et être mis en confiance. « Je te l’ai dit, j’ai accepté de te donner des cours à la condition que tu fasses ce que je dis. Je n’ai pas demandé que tu tires la tronche à chaque exercice que je demande, si on est ici, c’est pour toi et si t’es pas content, la porte est là. » Il y eu un moment de flottement. Devant le silence qu’il affichait, Gwen sentait qu’elle venait de marquer un point. Elle conclut donc ce qu’elle comptait lui dire, certaine que l’approche pédagogique serait sans doute meilleure après l’avoir secoué. « T’es pas acteur, parce que t’as jamais essayé dans ce contexte. Mais quand tu chantes une chanson, tu récites bêtement les paroles ? Non, j’crois pas non ! C’est pareil en danse. Mais peut-être que t’as besoin qu’on te botte le cul pour te donner confiance ? Parce que si c’est vraiment nécessaire, c’est comme ça que je deviendrai. » Il était donc fin prêt à exécuter l’exercice après ce petit pétage de plomb de sa professeur pour le recadrer. Gwen lui demanda diverses interprétations, par exemple jouer celui qui traverse la plus grande colère de sa vie, une colère qu’il ne peut pas contrôler, ensuite se glisser dans la peau d’une personne qui ressent un goût de trahison, qui est devenue démunie face à cette situation et le transposer en danse, un sentiment qu’elle savait qu’il connaissait mais elle voulait voir comment il le jouerait. Le talent d’artiste de Nate avait très vite ressurgit car du côté de l’interprétation, il ne s’était pas trop mal débrouillé malgré quelques faux pas dans le rythme. La métisse lui ferait travailler l’association de la technique à l’interprétation dans les derniers cours, pas avant. D’abord la technique de la chorégraphie à proprement parler, qu’ils auraient le temps de travailler, le reste ensuite puisque Nate n’était pas mauvais. « Pour l’interprétation, ce n’est pas trop mal. C’est à  croire que t’aimes te faire gueuler dessus pour te décoincer et que ça aille mieux. Fallait me le dire tout de suite, je ne me serai pas fait prier. »  Gwen lui lança une bouteille d’eau entre les mains afin de qu’il puisse se désaltérer et récupérer durant quelques minutes. « Je propose de terminer la séance d’aujourd’hui en reproduisant une dernière fois les pas que tu as appris au début, voir si tu as bien acquis ces bases-là déjà. »

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Sam 11 Juin - 18:12

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


S'ouvrir à quelqu'un, soit on y arrive, soit on y arrive pas. Pour ma part, je n'y arrive pas. Pas aussi facilement en tout cas, mais je comprends petit à petit que la danse requiert cette ouverture. Je le savais en voulant me lancer dans ce projet, mais je n'avais pas réaliser l'amplitude de la chose. Si j'ai choisi de danser sur cette chanson, surtout, ce n'est pas pour rien. C'était pour la rendre plus vivante, plus marquante, plus réelle, plus profonde. J'y ai mis mes tripes alors pourquoi est-ce que je n'ajouterais pas de la sueur et de la grâce ? Je me suis lancé. Mais avant que je puisse m'ouvrir aux autres sur mes sentiments, il faut d'abord que je passe par Gwen, et c'est là que ça coince. Pourtant, elle fait comme il faut. Elle s'en sort même très bien et son professionnalisme me complait dans ma décision de l'avoir choisi elle et personne d'autre. Cependant, ça ne m'empêche pas de râler et de répondre sur la défensive à la moindre remarque de la métisse. Mais n'est-ce pas  là le mécanisme de base lorsqu'on se sent menacé ? Toujours je considère la Martins comme une adversaire de taille et toujours je crains le moment où elle me volera la vedette. Alors comme d'habitude, je réponds en sortant les crocs et pour la première fois de la séance, la brune se rebelle. Je me fige alors qu'elle commence sa diatribe et je l'écoute, les yeux grands ouverts. Les points qu'elle souligne sont véridiques : elle ne s'est pas moquée de moi, elle n'a rien fait qui puisse me mettre dans l'embarras… Rien du tout… Mais ce n'est pas pour autant que je vais avouer mes torts. Je suis peut-être le seul à parler aussi brutalement, mais c'est toujours comme ça que je me débrouille quand je suis en face de Gwen, elle devrait le savoir. Elle ne semble pas en avoir terminé et quand elle va même jusqu'à m'indiquer la sortie, je comprends que je suis peut-être allé trop loin. Je hausse les bras et je secoue la tête en faisant un pas vers elle. « Ok… Désolé. Je vais arrêter de… tirer la gueule. » Que je lâche doucement sans trop de conviction. Ce n'est pas que je n'ai pas confiance en ses exercices, seulement que ce devoir d'interprétation est encore plus personnel que les mouvements de danse puisqu'ils doivent venir de moi et pas d'une chorégraphie déjà montée. J'inspire, j'expire et je m'exécute enfin quand Gwen me demande d'interpréter diverses émotions. Il n'y a pas vraiment d'hésitation, les mouvements s'enchaînent et les émotions refont surface. Je me laisse submerger par les souvenirs en accords avec les émotions demandées et quand je termine l'exercice, je me sens épuisé si bien que j'ai besoin de quelques minutes pour m'en remettre. Me montrer comme ça, devant Gwen… C'est une première. Je lui tourne le dos jusqu'à ce qu'elle m'adresse à nouveau la parole, puis j'attrape la bouteille d'eau qu'elle me lance. « Non… Je t'assure, ce n'est pas mon kiff. » réponds-je, un sourire hypocrite sur la commissure des lèvres. Je repose la bouteille sur le côté et aux mots de la Martins, nous reprenons pour terminer proprement l'entrainement. Les dernières minutes sont rudes puisque mon corps entier est fatigué, mais je ne me laisse pas abattre et je réponds aux demandes de la demoiselle jusqu'à ce qu'elle annonce qu'il est l'heure de rentrer chacun chez soi. Je suis à la fois fier et déçu, sentant que je me suis amélioré, mais pas suffisamment à mon goût. Doucement, nous retournons tous les deux vers nos affaires respectives et quand vient l'heure de la saluer, je ne sais pas vraiment comment m'y prendre. « Ok… bon, et bien… Tu me diras quand tu seras dispo pour qu'on refasse une séance. » N'ayant aucune obligation particulière dans les jours qui viennent, je préfère me plier aux disponibilités de la jeune femme. « Bonne soirée. » Que j'achève tout de même pour respecter la courtoisie.

* *
*

Titubant, je retrouve le confort de mon lit après une nuit fortement alcoolisée et je retrouve par la même occasion mon téléphone que j'avais oublié sur la table de nuit avant de sortir. Mon coeur arrête de battre quand je lis le message de Gwen qui m'indique que nous devons nous revoir dès le lendemain en milieu de matinée, c'est à dire, dans moins de cinq heures. Je mets mon réveil pour ne pas refaire la même erreur et arriver en retard, devinant que la Martins n'acceptera pas un nouveau retard de ma part.
Quand le réveil sonne, je dois prendre quelques cachets d'aspirine pour faire passer les maux de tête. J'enfile mes vêtements réservés aux séances sportives et j'attrape ma bouteille d'eau au passage.
Contre toute attente, j'arrive en avance au cours de Gwen et je me retrouve seul dans le gymnase. La tentation est trop forte et si je ne veux pas être trop médiocre au cours d'aujourd'hui, je dois me reposer au maximum. Je pars m'allonger sur l'un des bancs, juste quelques secondes… juste quelques minutes… juste le temps que je finisse par rejoindre les bras de Morphée, finalement.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mar 5 Juil - 20:33


La passion. C’était à la fois ce qui unissait Nate et Gwen mais aussi ce qui les éloignait. Leur passion pour la musique les avait amené à collaborer sur des projets communs (caritatifs ou autres comme la préparation du clip aujourd’hui) ou les avaient conduit à devenir rivaux comme ces dernières années malgré un registre musical différent. Tout avait éclaté lors de cette fameuse soirée, où après un des concerts du Miles, la métisse était allée le trouver pour glaner quelques conseils afin de percer dans le milieu. Sans raison apparente, il l’avait prise de haut, et plutôt que de l’aider, il l’avait écrasée sans scrupules, lui jetant mille et une désillusions quant au monde musical à la figure – pas complètement à tort, mais ce que Gwen lui avait reproché était de ne pas lui avoir donné la moindre chance dès le départ. Pourtant, quelques temps après, lorsqu’elle avait commencé à être moins inconnue, il l’avait immédiatement perçue comme une menace, une adversaire qu’il valait mieux détruire à tout prix. De quoi avait-il peur si elle ne représentait rien ? La chanteuse n’était pas stupide et avait compris son manège. Nate avait peur que ses propres rêves s’écroulent et qu’il ne soit remplacé dans cet univers de requins comme il l’avait qualifié. Alors, en façade, il était devenu l’une de ces créatures détestables au point que s’il devait avouer, en réalité, qu’il admirait dans une certaine mesure le talent de la métisse (comme elle le sien mais elle ne l’avait pas caché à l’époque) aurait été comme braquer une arme chargée sur sa tempe. Quand il était venu la trouver pour lui demander de lui apprendre à danser, le premier réflexe de la Galloise avait donc été de lui rendre la monnaie de sa pièce et de l’envoyer valser. Pourtant, une petite voix en avait empêché Gwen. Pour se moquer de lui et se réjouir de la situation ? Non, elle ne l’avait pas encore fait. Pour lui prouver qu’il avait besoin d’elle plutôt que d’être son adversaire ? Peut-être mais à quoi ça lui aurait servi à elle ? En réalité, elle l’avait fait pour diverses raisons et elle n’avait pas envie de se les expliquer. Toutefois, la métisse avait posé quelques conditions préalables pour lui donner des cours, des conditions plus que raisonnables, et aujourd’hui, il les transgressait presque toutes. Il lui épargnait juste son humour douteux. Gwen explosa donc un bon coup pour le remettre à sa place. S’il était là pour râler et discuter tous les exercices, il pouvait tout aussi bien prendre ses cliques et ses claques. Cette remarque le parcourut sans doute comme un électrochoc car Nate maugréa un semblant d’excuse (il ne fallait pas trop en demander) et il accepta enfin de se plier aux derniers exercices de la séance. La danseuse acquiesça lorsqu’il lui proposa de fixer le prochain rendez-vous selon ses disponibilités à elle et elle le salua à son tour quand il prit congé. La jeune femme se doutait que le travail serait plus ardu encore lors de prochaines leçons, les deux chanteurs n’avaient fait qu’aborder les bases aujourd’hui et elle ne savait pas si Nate tiendrait sur le plan physique, pas suffisamment encore pour apprendre toute la chorégraphie. Fatiguée mais pas encore tout à fait vidée, Gwen s’attarda à la salle quelques instants pour continuer de danser avant de rentrer chez elle.


* *
*


Vint ensuite le matin de leur deuxième séance. La jolie métisse enfila une blouse et un short sportwear puis elle quitta la maison qu’elle partageait avec Rhys et se rendit à la salle en courant afin de se mettre dans le bain directement. Les deux amis avaient choisi l’habitation non loin du terrain de foot par facilité. Il faut dire que lorsque Gwen ne trainait pas dans les bars ou dans la rue, elle était forcément à la salle. Quand la chanteuse entra à l’intérieur, elle ne s’attendait pas à ce que Nate soit déjà arrivé, l’imaginant plutôt débarquer en retard comme la fois précédente. Il avait l’air d’avoir une sale tête d’après ce qu’elle pouvait en voir, difficile à dire vu qu’il s’était endormi comme un gros pacha. D’humeur plus espiègle que la dernière fois, la danseuse tira la bouteille d’eau de son sac et approcha à pas de loups. Elle retira le bouchon et versa une bonne rasade sur le visage du rockeur. « Alors, belle au bois dormant, on n’a pas assez dormi ? » Petite revanche bien méritée par rapport à la séance précédente. Gwen lui avait donné juste ce qu’il fallait pour le mettre dans le bain. « J’espère pour toi que si parce qu’on ne va pas rigoler aujourd’hui. » Lui qui voulait du lourd et progresser, il n’allait pas échapper à un level de difficulté supérieure voire plus. Au moins était-il à l’heure, Gwen pouvait déjà noter cette amélioration dans un coin de sa tête.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mer 6 Juil - 20:26

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


Les bras de Morphée m'accueillent rapidement et sûrement pendant quelques instants. Des instants qui semblent bien évidemment trop courts une fois qu'ils sont terminés. Encore fatigué par mes exploits de la veille, je m'endors, n'imaginant pas une seule seconde que le réveil sera d'autant plus difficile. Cependant, ce qui rend le réveil aussi rude et pénible, c'est le fait que je me prenne une rasade d'eau dans la tronche. Je me redresse de mon banc en sursaut, manquant de peu de m'effondrer à cause de la surprise et une fois debout, haletant, me remettant petit à petit de mes émotions je lance un regard noir à la Martins.  « Bordel, Gwen, on est pas des gosses. » que je réplique aussitôt, agacé par le comportement de cette dernière. Si la métisse semble être en pleine forme et apprécier l'instant, ce n'est bien évidemment pas mon cas, surtout quand je sens de l'eau fraîche me couler le long du dos. Ce réveil n'est pas compatible avec la gueule de bois que je me tape, mais je n'ai pas envie que la jeune femme se rende compte de mon état réel. J'ai besoin d'un remontant. J'ai besoin de quelque chose qui m'aidera à être performant malgré ma fatigue et malgré mes quelques courbatures. J'avais juré à Gwen de m'améliorer et je pense y être parvenu en poursuivant les entraînements seuls autant que possible, dès que j'en avais l'occasion. Cela dit, ce n'est pas dans mon état que je risque de pouvoir lui montrer de quoi je suis capable et ça, ça me tue. Il faut que j'y remédie et il est hors de question de repousser cette séance. Si j'avais su plus tôt que la brune voulait que l'on se retrouve pour notre entraînement, alors j'aurais été préparé, mais les circonstances ont fait que cet entraînement a plus des allures de surprises party que de répétitions professionnelles. « Je vais me sécher. » que je lâche en maugréant, mais bien heureux dans le fond de pouvoir m'éclipser quelques secondes hors de la vue de la demoiselle. J'emporte ma veste avec moi et une fois enfermé dans les toilettes, je laisse glisser une dose de speed dans mes narines pour pouvoir assurer en cette matinée qui commence si périlleusement. La pêche revient presque instantanément, mais je me penche tout de même sous le sèche cheveux accroché au mur pour sécher l'eau qui me dégouline dans le dos pour plus de confort.
En feu, je retourne vers Gwen et je jette ma veste à côté du reste de mes affaires. Je lance un coup d'oeil vers Gwen pour la première fois depuis son arrivée et je dois me retenir pour ne pas reluquer le galbe de ses jambes magnifiques qui en ferait tomber plus d'un. Aussi, je dois me retenir de l'imaginer à nouveau danser sur le comptoir du Three mariners comme la dernière fois. Je me ressaisis rapidement et je tape dans mes mains pour me mettre dans l'ambiance. « Allez, c'est parti ! On commence l'échauffement en refaisant les mouvements de base ? » que je demande étant donné qu'elle reste la professeur et accessoirement celle à qui je dois obéir lors de ces petites séances privées. Elle confirme le début de l'entraînement et j'enchaîne les pas avec fluidité.
Je sens que grâce à la brune, j'ai fait d'énormes progrès en un temps record, mais c'est également parce que je me donne à fond dès que j'ai du temps libre. Toutefois, heureusement que j'avais mon remontant dans la poche intérieure de ma veste sinon je me serais retrouvé bien penaud devant la brune, qui aurait probablement voulu mettre fin à notre arrangement. Avec ce speed, je me sens beaucoup mieux et j'ai l'impression de pouvoir soulever des montages. Je danse, un peu trop vite par moment d'ailleurs, mais je me rattrape petit à petit, le temps que je réintègre complètement la chorégraphie élaborée par la danseuse. Toujours en mouvement, je fais en sorte de réguler ma respiration pour éviter les points de côtés et quand le moment s'y prête, je plaide à nouveau ma cause. « J'ai bien bossé ces derniers jours, tout seul. Tu sais… Je me sens prêt pour les pas plus élaborés et pour les portés aussi. On va pouvoir en faire aujourd'hui, tu penses ? »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Sam 9 Juil - 14:45


« Et c’est toi qui me dis ça ? » Répliqua la métisse du tac au tac, lorsque Nate lui balança qu’ils ne sont plus des gamins. Devait-elle lui rappeler la façon dont il s’était comporté comme un enfant capricieux lors du dernier cours de danse ? Sur ces mots, il s’éclipsa pour aller se sécher. Pendant ce temps, Gwen alluma la musique et s’échauffa pendant deux minutes jusqu’au retour du chanteur. Il lui proposa très justement de répéter les mouvements de base appris la fois précédente et elle le regarda s’appliquer à les exécuter. La jeune femme hocha la tête d’un signe approbateur, Nate avait effectivement progressé même s’il était encore hors temps, un point qu’elle lui ferait travailler davantage aujourd’hui mais sur de nouveaux pas, ceux qui s’inséraient dans la chorégraphie du clip. Il semblait ailleurs par moments. Finalement, il parvint à se rattraper au niveau du rythme. « Bien, on va pouvoir passer aux choses sérieuses. » Son élève revint alors à la charge sur les pas plus élaborés et surtout les portés. Il faisait une fixette là-dessus alors que Gwen lui avait préconisé la patience et de ne surtout pas brûler les étapes malgré sa fougue à tout vouloir intégrer au plus vite. « Pour les pas plus élaborés, oui. Pour le reste, on verra, on pourra sûrement commencer par les plus simples mais tu as l’air distrait aujourd’hui… Les portés demandent beaucoup de concentration et de technique pour ne pas te faire mal, surtout pour quelqu’un qui n’est pas habitué à soulever des poids pendant longtemps. » Nate devait bien se rendre compte qu’il devrait la porter elle surtout. Gwen allait devoir lui faire confiance et lui aussi. Elle ne pesait peut-être pas une tonne, cependant à force de danser et d’accumuler les exercices, il se fatiguerait. Pour un danseur habitué, c’était déjà compliqué alors pour un novice… Bien que si certains parvenaient à s’illustrer dans des émissions de divertissements pour une danse apprise en quelques jours seulement, elle réussirait sans doute à tirer le même résultat de lui dans un laps de temps un peu plus long. Néanmoins, il leur en restait peu pour tout boucler et Gwen projetait de le voir quasiment tous les jours d’ici le jour de l’enregistrement du clip. Aujourd’hui, Nate n’allait plus danser seul puisque la métisse s’intégrerait pour la première fois comme sa partenaire. La chanteuse essaya de le détendre d’emblée. Ils passèrent deux bonnes heures à apprendre les premiers pas plus élaborés de la chorégraphie du clip. Lorsque son élève rencontrait davantage de difficultés pour un point en particulier, Gwen s’arrêtait pour accompagner son corps dans le bon mouvement, elle posait les mains sur ses hanches, redressait un bras, poussait dans son dos pour le remettre droit, ce genre de gestes afin de le rendre le plus précis possible… Quand il voyait moins où elle venait en venir, elle en revenait toujours à la vidéo, pour qu’il visualise ce que cela donnait avant de l’exécuter lui-même. Au terme de ces deux heures assez intenses, elle lui accorda une pause assez longue. Ils se retrouvèrent assis sur un banc, à boire de l’eau, pour faire le point. « Les pas, tu les intègres assez vite maintenant. On voit que tu as pratiqué et tu pourras continuer avec les nouveaux que tu as appris aujourd’hui. » Après avoir vidé plusieurs gorgées de sa bouteille, Gwen alluma encore l’écran dans la salle et lui indiqua à  deux reprises de retenir des portés précis. Il y en avait cinq en tout dans la choré mais les deux qu’elle avait indiqué étaient les plus simples, ceux où il ne devrait pas s’impliquer autant que dans les autres mais où ce serait surtout à Gwen de jouer le jeu. « Aujourd’hui, on va travailler ceux-là. » La danseuse précisa qu’ils risquaient d’y passer le reste de la matinée et peut-être du début d’après-midi, mais cette perspective ne rebuta pas le jeune homme, toujours aussi motivé. Bizarrement, il avait l’air d’avoir la forme d’un pur-sang aujourd’hui, cependant ce n’était encore que le début. Gwen avala une banane pour reprendre des forces et conseilla à Nate de se recharger également les batteries en calorie car la suite serait assez physique. Au terme de leur break, la jeune femme commença alors à lui expliquer le premier porté, l’endroit où il devait la prendre pour la soulever et ainsi de suite. La première tentative fut hésitante, chancelante, mais la deuxième se révéla plus probante. C’était le moins compliqué de tous. Nate devait simplement la soulever, Gwen devait étirer ses jambes pour faire une figure esthétique pendant qu’il devait la garder en équilibre puis la redéposer au sol. C’était simplement une question de force et d’équilibre, mais c’était un porté quasiment immobile, il ne devait pas tourner, ni marcher, il n’y avait rien de trop aérien non plus. Le premier était plus ou moins maitrisé même si la technique resterait à travailler. Ils passèrent alors au second, un poil plus compliqué. Nate devrait l’attraper alors qu’elle courrait vers lui et ensuite tenir pendant qu’elle exécuterait une figure plus aérienne. Ils prirent néanmoins une nouvelle pause avant d’apprendre celui-ci. Mise en confiance par le premier porté qui s’était plutôt bien passé, Gwen ne se doutait pas encore de l’ampleur de la fatigue - réelle – du chanteur et de sa fébrilité. Tout ne se déroulerait pas aussi bien.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Dim 10 Juil - 22:31

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


Requinqué par la drogue, je suis tout de suite plus apte pour prendre part à ce cours de danse. J'avais peut-être promis à ma cousine de ne plus toucher à ce genre de saloperie, mais cette dernière ne peut pas s'imaginer l'énergie qu'une vie comme la mienne demande. Entre les concerts, les déplacements, les soirées, les afters, les petites assemblés dans lesquelles il faut faire une apparition et puis ces cours de danse, la cadence est difficile à suivre. Alors oui, je lui avais promis de me calmer, mais il se trouve que c'est une nécessité, un besoin, car sans cette poudre, je serais incapable de suivre le rythme de la Martins et cette dernière pourrait annuler le cours en voyant l'état de fatigue réel dans lequel je suis. Et ça, c'est hors de question. Je ne veux pas mettre ma carrière en péril et surtout, ce projet en particulier, même si cela implique de rester dans l'illégalité et le mensonge face à la Collins. De toute façon, personne ne s'en rendra compte et ce qu'elle ne sait pas ne peut pas lui faire de mal. Il faut savoir être pragmatique et c'est exactement ce que je fais présentement. J'ai trouvé le moyen de participer au cours, et même de me donner à deux cent pour cent alors qu'avec la soirée que j'ai passé, je devrais être en train de décuver tranquillement dans un coin de ma chambre. Ou dans la chambre de quelqu'un d'autre… Qui sait ?
On commence à danser les pas de la dernière fois et au bout de quelques minutes, je me sens au summum de ma forme. C'est pour cela que quand elle prétend que j'ai l'air distrait, je me sens obligé de répliquer. « Distrait ? Mais pas du tout. Je ne suis pas distrait. Je suis à fond c'est tout ! Tu devrais connaître la différence quand même. » Dis-je en m'esclaffant. Cela dit, je me sens étrangement d'humeur bavarde, alors je poursuis. « Qu'est-ce qui te fait croire que je ne suis pas habitué à soulever les filles ? » Achève-je, allant même jusqu'à gratifier la Martins d'un haussement de sourcil plutôt suggestif, bien loin des regard dont je l'affuble en temps normal. Clairement, en plus de me donner la forme, la poudre blanche que je me suis enfilé dans les narines me donnent d'autres envies, mais je les rebute et je m'exécute aux ordres de la métisse sans rechigner, pour une fois. C'est elle la prof, elle sait donc ce qui est le mieux pour me faire évoluer et pour me faire intégrer la chorégraphie.
Pour la première fois depuis que nous travaillons ensemble, Gwen se joint à la chorégraphie pour la rendre plus ressemblante à l'originale qui est une danse de couple. Les chorégraphes que nous avons choisi pour réaliser cette danse avaient pour but de retranscrire la passion, la culpabilité, la rédemption… Tous ce que je ressens quand je pense à Spencer, avec laquelle je me suis mal comporté quand nous étions en couple à Liverpool, mais avec laquelle il est trop tard, maintenant qu'elle est en couple avec le grand frère Baxter. S'il y a bien un homme auquel je n'ai jamais parlé, mais que je déteste de toutes mes tripes, c'est bien ce dernier. Alors avec la brune, on danse ensemble et contrairement à notre premier échange, je ne suis pas du tout gêné quand elle vient poser ses mains sur moi pour me remettre le bassin droit. Cette proximité, elle m'apaise, en fait. C'est nouveau et c'est peut-être ce regain d'énergie qui m'enlève le peu de retenue qu'il me reste. Alors même si c'est Gwen et non la danseuse avec laquelle je vais devoir accomplir la chorégraphie dans quelques semaines, je ne me gêne pas pour l'attirer à moi ou pour poser mes mains sur ses hanches quand les passages l'exigent. Aujourd'hui, nous sommes des danseurs et c'est tout. Je veux me montrer performant et je pense y arriver plutôt bien vu les commentaires de la prof une fois la pause venue. Un sourire satisfait à cette remarque, je me dois d'ajouter. « Super ! Et attends de voir la semaine prochaine, tu ne me reconnaîtras plus. » Fis-je, avec assurance. Je regarde la Martins se désaltérer et me conseiller de manger, mais je décline la proposition, l'appétit coupé. Je m'assoie sur le banc et je ferme les yeux quelques secondes, sentant soudainement un élan de fatigue m'étreindre. Faudrait-il que je recharge les batteries à ma façon ? Bonne question. Plus tard peut-être, car c'est l'heure de reprendre. Elle me montre les portés que nous allons devoir exécuter et j'ai le sentiment de pouvoir y parvenir en un clin d'oeil.
On se met en place, elle s'élance et je comprends mieux son avertissement concernant ces figures. J'ai du mal à tenir immobile, à bien répartir mon centre de gravité et le sien, par la même occasion, mais le second essai est bien meilleur et me laisse parfaitement confiant pour la deuxième figure, même si je me sens de plus en plus fatigué à force de s'entraîner.
Je bois une gorgée d'eau pendant cette dernière pause et je me mets à la place indiquée par Gwen, la regardant s'élancer en courant dans ma direction avant de sauter pour que je la rattrape et la maintienne en l'air alors qu'elle exécute une figure acrobatique. Elle atteint mon niveau, mais les choses ne se passent pas comme prévu. Je l'attrape. La garde en hauteur, mais l'épuisement reprend le dessus et me fait lâcher. Je m'écroule, exténué, et évidemment, la métisse s'effondre également, même si j'amortie sa chute en grande partie. « Outch. » lâche-je en sentant mon coccyx vivant plutôt mal la chute. « Ca va ? » Demande-je même si elle semble ne rien avoir de cassé, ce qui est rassurant. Toujours à terre, Je hausse les épaules et je reprends dans l'optique de ne pas alourdir l'atmosphère après cette première chute. « Même dans Dirty Dancing, il y a des ratés hein… »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Mar 2 Aoû - 20:44


Alors que le cours se déroula plus ou moins sans accro jusqu’aux portés, Gwen trouvait Nate anormalement en forme par rapport à la séance précédente. Il lui répondait de façon plus suggestive qu’à l’accoutumée, semblait à l’aise à l’idée de la toucher dans la chorégraphie à deux, ne mangeait rien entre les pauses pour recharger ses batteries, était parfois distrait dans les exercices… La métisse commençait à trouver son comportement suspect. Une minute, il affichait une forme de dingue et la seconde d’après, une fatigue soudaine. Au moment où le rockeur s’écroula après avoir été déséquilibré et qu’il la rattrapa du mieux qu’il put, Gwen s’apprêtait à lui affirmer que ce n’était rien et qu’il était normal qu’il soit crevé après tous leurs efforts, mais elle remarqua à nouveau quelque chose d’anormal, quelque chose qu’elle aurait pu reconnaître sans problèmes pour l’avoir déjà pratiqué elle-même en dehors du milieu professionnel. Elle attrapa son visage d’une main pour le forcer à la regarder droit dans les yeux. « T’as des fucking yeux brillants, tu crois que là, j’sais pas faire la différence ? J’comprends mieux pourquoi t’étais autant à fond. » Dit-elle en se redressant et en le repoussant violemment pour le détacher d’elle. Voilà d’où venait sa forme de pur-sang et son manque de concentration, il avait consommé du crack stimulant. Elle avait reconnu les effets des yeux vitreux et du comportement. Devant le sourire niais qu’il affichait, du moins l’interpréta-t-elle de cette façon, elle s’énerva davantage. « Ça te fait rire ? T’aurais pu grièvement nous blesser avec tes conneries ! » La gifle d’énervement suivit et laissa une vive trace rouge sur son visage. Il pouvait s’estimer heureux de ne pas s’être pris un poing dans la figure vu l’impulsivité de Gwen. La chanteuse n’avait pas signé pour être blessée délibérément par un inconscient. Pour regagner sa confiance, il allait devoir ramer ferme. « C’est fini, j’arrête tout pour aujourd’hui, t’as plus intérêt à revenir comme ça, tu m’as bien comprise ? » Elle prit ses cliques et ses claques, il pouvait prier sa chance pour le coup qu’elle n’ait pas purement et simplement décidé de cesser de lui donner des cours, mais il fallait croire que Gwen aimait les challenges et les causes perdues. La métisse ne comptait pas en rester là ; elle se vengerait de son imprudence, elle qui avait eu le malheur de baisser la garde, mais ceci ne se reproduirait plus. C’est ainsi qu’un mot suivrait sans aucun doute pour avertir sa cousine Collins de la situation, une nouvelle qu’elle n’apprécierait sûrement pas d’apprendre et qui en coûterait à Nate. La danseuse n’avait pas changé : elle avait toujours les armes pour se défendre.


***
**


Deux semaines s’étaient écoulées. La date butoire de la chorégraphie approchait dangereusement mais Gwen n’avait rien voulu savoir avant aujourd’hui. Elle espérait que ce temps mort lui avait servi de leçon et lui avait permis de mettre les bouchées doubles puisqu’elle avait refusé de lui donner le cours la semaine précédente. Ce n’était sans doute pas une bonne idée de l’acculer avec moins de temps de pratique mais la métisse avait préféré être certaine qu’il ne commettrait pas le même impair une seconde fois. Ils s’étaient retrouvés depuis une bonne heure environ, en bonne forme cette fois, et ils avaient terminé depuis peu les répétitions de ce qu’ils avaient appris précédemment. Gwen avait relevé une amélioration dans le souffle et la synchronisation du chanteur mais elle n’était pas d’humeur aux compliments ou aux remarques positives, estimant qu’il ne méritait aucun encouragement de sa part avant de s’être fameusement rattrapé. Aujourd’hui, Gwen n’avait ni eu droit à un retard ni à des remarques douteuses. Il valait de toute façon mieux pour lui qu’il s’abstienne et qu’il ait bien assimilé les pas. Depuis leur petite pause, les deux chanteurs entreprenaient d’ailleurs d’apprendre les derniers portés pour la chorégraphie mais la métisse sentait clairement une gêne aujourd’hui, c’est pourquoi elle s’arrêta lorsqu’il l’attrapa maladroitement par la hanche. « Qu’est-ce que tu as ? C’est une chanson qui doit faire transparaître la passion de cette histoire, alors je sais que tu essaies de t’appliquer sur la technique mais n’oublie pas l’interprétation. Tu n’as qu’à imaginer que je suis quelqu’un que tu apprécies. » Maugréa-t-elle, alors que la mauvaise humeur commençait à se pointer. Il faut dire qu’en raison de la dernière fois, la jeune femme avait sans doute perdu en patience et en douceur, redevenant l’impulsive brusque qui semblait être la seule facette de la brune qui encourageait Nate à se motiver suffisamment.

Spoiler:
 

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen Jeu 4 Aoû - 10:23

I don't care if it hurts
I want to have control
I want a perfect body


La chute est plutôt épique, mais surtout douloureuse. J'en porte l'entière responsabilité, mais sitôt que nous sommes sur le sol, tentant tant bien que mal de se remettre, j'essaye de la prendre à la rigolade. Malheureusement c'était sans compter sur le don de la Martins qui remarque aussitôt que quelque chose cloche. Pourtant, j'ai fait de mon mieux. J'ai fait tout ce qu'il était en mon pouvoir pour masquer ma gueule de bois de la veille et me rendre performant. Visiblement, une méthode dont la métisse ne raffole pas. Elle se redresse avec bien plus de facilités que moi, mais quand j'arrive à me remettre sur mes jambes malgré la fatigue, je fais une nouvelle tentative pour dédramatiser la situation, allant jusqu'à prendre la situation en souriant.
« Oh s'il te plait, Gwen. Tu sais comment c'est. » Non, je ne sais pas si la demoiselle fait partie de la même bande que moi, si de temps en temps, elle a recours à de la poudre magique, ou a des pilules revigorantes. De plus, c'est une grossière erreur de vouloir prendre la situation avec autant de légèreté et elle ne tarde pas à me le faire regretter. Elle s'énerve, s'emporte, même et va jusqu'à me coller une gifle qui me fait voir quelques étoiles. Sous le choc, il me faut quelques secondes pour remarquer que la fureur de la Galloise n'est pas de la comédie et qu'elle compte bien mettre fin à la séance. Elle met un point d'honneur à ce que je ne revienne jamais dans cet état et dans un effort vain de la retenir, je supplie. « Non, mais allez, Gwen… Tu ne peux pas partir comme ça, quand même… » Et bien si elle le peut car je ne sais même pas si elle a eu le temps d'entendre la fin de ma phrase, déjà trop éloignée. Voilà une mauvaise surprise. Je me retrouve seul, à remballer mes affaires pour finalement rentrer chez moi, le corps endolori par tous les efforts donnés.
* *
*
J'ai beau essayer de l'appeler pour lui demander voire pour la supplier de me reprendre à l'entraînement, mais elle est intransigeante et je n'ai plus qu'à attendre qu'elle se calme et qu'elle me donne rendez-vous. Les deux semaines qui suivirent furent difficiles. Que ce soit ma cousine qui soudainement cherche à me faire bouger et à manger sain ou les entraînements que je me force à suivre seul pour ne pas perdre la main en attendant qu'elle veuille bien me redonner des cours. Je savais que Gwen serait difficile avec moi, c'est pour cette raison que je lui ai proposé ce petit arrangement, cependant, je n'avais pas prévu d'être laissé sur le banc de touche aussi longtemps. Et de toute évidence, ce n'est pas le meilleur moyen pour me faire progresser. Je le sens bien. Je continue de me donner à fond, suivant les quelques vidéos tournées pendant nos entraînements histoire de m'améliorer, mais il y a toujours le problème des portés. Et autant dire que ce n'est pas possible de s'entraîner à faire des portés quand on est tout seul. Au final, je voulais Gwen comme prof pour qu'elle m'aide à repousser mes limites, mais j'ai plus l'impression qu'elle me met des bâtons dans les roues. Les heures de répétition de la chorégraphie de couple, je les consacre à des exercices de musculation ciblée. Après tout, ça ne sera pas perdu.
Quand son Excellence daigne enfin me faire l'honneur de sa présence, ce n'est pas facile de reprendre. Le temps presse et même s'il y a quand même des améliorations à noter et que le plus gros du travail est retenu, il y a toujours des détails à reprendre.  « Ce que j'ai ? Oh je ne sais pas… Peut-être qu'à cause de toi je flippe de ne jamais être prêt à temps. Et je sais de quoi parle la chanson, merci, je l'ai écrite ! Mais vois-tu, c'est un peu difficile de l'interpréter tellement tu me gonfles. » que je lâche franchement, de l'amertume dans la voix. « Tu m'as laissé me débrouiller pendant deux semaines, alors évite d'essayer de reprendre maintenant. Je sais ce que je dois faire. » Imaginer que je suis avec quelqu'un que j'apprécie ? Non. Je ne préfère pas. Elle n'est pas quelqu'un que j'apprécie et elle n'aura pas ce traitement de faveur. Au contraire. Je concentre la colère que je ressens à son égard pour reprendre de plus belle la chorégraphie. Je pars boire une gorgée d'eau avant de revenir vers la Martins et reprendre là où nous nous sommes arrêtés. Elle remet la musique et les mouvements ne sont plus maladroits, à l'inverse, ils sont exécutés avec adresse, élégance et subtilité, même si quelques fois, je viens plaquer Gwen un peu trop brusquement contre moi. Des rapprochements intimes quand la danse attend que je l'agrippe avec fermeté pour donner un mélange de sensualité et de passion ou quand nos visages se rapprochent dangereusement. J'aimerais dire que je peux les exécuter sans y penser, mais ce n'est pas le cas et quelques uns me laisse étourdi avec le palpitant qui cogne plus fort qu'il ne le devrait. Cela va s'en dire, je ne fais aucun commentaire et j'espère juste que Gwen ne remarque pas à quel point certains pas ont pu me déstabiliser. On poursuit à nouveau jusqu'à l'épuisement et quand nous sommes côte à côte à remballer nos affaires respectives, je reprends pour lui demander.
« Je vais peut-être le regretter, mais bon… Pour tous les efforts que tu as fais, rien que le fait de me supporter en fait, je me demandais si tu voulais venir le jour du tournage ? T'es pas obligée, c'est juste que c'est l'accomplissement de ce pourquoi on travaille depuis des semaines… Alors tu peux venir, si tu veux. Ce sera à Londres. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You float like a feather. Gwen

Revenir en haut Aller en bas

You float like a feather. Gwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-