AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Hello, stranger - MIREY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : JANE◊SMITH
TES DOUBLES : Jean McKinnon ; Sam Powells ; Eirian Kleefin ; Brianna Harris
TON AVATAR : Zoey Deutch
TES CRÉDITS : ava par Merenwen ; gif profil © ? tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Baxter et Thomas - Miro - Bal de St Valentin
RAGOTS PARTAGÉS : 6107
POINTS : 1585
ARRIVÉE À TENBY : 12/03/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire romantico-rêveuse
PROFESSION : employée à la librairie Blackwell's
REPUTATION : elle est gentille, intelligente, dommage qu'elle ne se soit pas donné la peine de réussir !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Hello, stranger - MIREY Mer 4 Mai - 0:30

Abbey n’avait eu qu’à inspecter brièvement la tache qui était apparue dans la journée au plafond de la chambre pour en comprendre l’origine. Il y en avait une similaire, dans la maison familiale, à cause de la toiture mal entretenue, si bien qu’il lui avait été aisé de faire le lien. Un des voisins de l’étage du dessus avait, semblait-il, été victime d’une fuite quelconque qui se répercutait chez elle à présent. Si elle n’était pas certaine de la marche à suivre à propos des dégâts de son propre appartement, la Baxter savait qu’elle ne pouvait pas rester les bras croisés, d’autant qu’il y avait plus de chances, d’après elle, que la tache évolue plutôt qu’elle disparaisse. Elle lâcha un soupir las avant de s’éloigner pour attraper un gilet dans sa penderie. Elle l’enfila par-dessus le débardeur qu’elle portait, afin de sortir de l’appartement, puisqu’il faisait encore un peu frisquet dans les couloirs de l’immeuble. Décidée à résoudre son problème au plus vite, la Baxter se dirigea à l’étage supérieur et frappa à la porte de l’appartement situé juste au-dessus du sien. A son grand désarroi, personne ne vint lui ouvrir. Après une brève hésitation, elle décida de tenter la porte d’en face, estimant qu’on pourrait au moins la renseigner, peut-être même l’aider. Et, au pire, il lui restait toujours la possibilité de simplement laisser un mot au voisin suspecté, tout en espérant que son dégât à elle ne s’aggrave pas pendant ce temps-là.

Cette tentative-ci fut fructueuse, puisqu’on vint lui ouvrir. Abbey, toutefois, sentit le feu lui monter aux joues dès qu’elle découvrit la silhouette de son voisin. C’était un homme, dans la vingtaine, grand, brun, les yeux bleus. Abbey l’avait déjà croisé quelques fois dans les couloirs et si lui dire bonjour sans craindre de se ridiculiser en rougissant ou en bafouillant était déjà un exploit quand il était entièrement habillé, c’était mission impossible à présent qu’elle se trouvait nez à nez avec lui, torse nu. Complètement décontenancée, elle resta figée quelques secondes, la bouche entrouverte, avant de réussir à se reprendre pour balbutier :

« Euh… Bonjour. Je… J’habite juste en-dessous et en fait, il y a une tache, chez moi et hum… »

Elle s’interrompit en réalisant qu’elle perdait le fil de ses pensées à mesure qu’elle parlait. Pourquoi diable fallait-il qu’elle soit tombée sur le voisin avec le regard le plus envoutant de l’immeuble ? Elle aurait sans doute pu éviter de se plonger dans ses yeux, si cela ne voulait pas dire risquer de reluquer sa peau nue. Abbey secoua rapidement la tête, pour tenter de se donner du courage et sourit à l’adresse de son voisin pour reprendre :

« Désolée. Je suis la voisine du dessous, et j’ai remarqué qu’une tache est apparue sur mon plafond, je pense qu’elle vient d’une fuite quelque part, à cet étage sans doute. J’ai toqué chez le voisin, expliqua-t-elle plus posément, tout en désignant la porte de l’autre côté du palier, mais il n’est apparemment pas là. Je me suis dit que vous pourriez peut-être m’aider ? » proposa-t-elle.

Alors qu’elle attendait la réponse du brun, Abbey réalisa comme rien ne la mettait en valeur dans la situation – elle demandait de l’aide pour un problème qui n’avait rien de glamour et impliquait peut-être une fuite peu ragoutante, pour commencer. Et puis, elle s’était changée si tôt arrivée chez elle, après le travail, et avait enfilé une tenue plus confortable qu’élégante, entre son pantalon trop large, son débardeur avec un dessin enfantin et ses cheveux attachés à la va-vite. Heureusement qu’elle sauvegardait l’honneur en évitant les chaussons peluche ridicules. Sauf qu’elle n’avait pas le recul ou l’humour nécessaire pour se montrer aussi optimiste, ni n’avait suffisamment de confiance en elle, sans doute, pour se ficher de ce qu’un homme, surtout aussi séduisant que celui-ci, pouvait bien penser d’elle. Elle préféra donc rabattre les pans de son gilet pour masquer son haut discrètement et du mieux qu’elle le pouvait, histoire de sauver au moins un peu les apparences, enfin, la sienne, surtout.

_________________

Why can't you just kiss me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : L'Homme avec un grand H ?
TES DOUBLES : Antho le magnifique.
TON AVATAR : Thom Morell
TES CRÉDITS : ©Magma
TA DISPONIBILITE RP : En cours :
- Abbey

À venir :
- Liam
RAGOTS PARTAGÉS : 645
POINTS : 288
ARRIVÉE À TENBY : 09/03/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans.
CÔTÉ COEUR : À prendre.
PROFESSION : Artiste peintre et sculpteur.
REPUTATION : « Le moins qu'on puisse dire, c'est que Miro sait se faire discret. Il ne fait pas de vagues, préférant apparemment passer son temps dans son atelier plutôt qu'à papoter avec ses voisins ou à se mêler des affaires des autres. Peut-être que cela le met à l'abri des rumeurs... » Mrs Lloyd



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Hello, stranger - MIREY Jeu 5 Mai - 10:49

Hello, stranger
Mirey


Miro travaillait depuis quelques temps sur un nouveau projet expérimental, une grande exposition multidisciplinaire. Plus ou moins actif sur les réseaux sociaux, il en avait suffi de peu, quelques images, quelques hashtag variés et vague, pour que des galeries et des institutions spécialisées ne le contacte afin d’obtenir l’exclusivité. L’artiste avait toutefois arrêté son choix sur une petite galerie d’art du coin. Ainsi, il avait passé quelques heures à peindre. Il n’avait pas vu le temps passé… Il terminait tout juste de nettoyer ses pinceaux et sa peau colorés lorsqu’on frappa à sa porte. Il n’attendait personne pourtant. Le brun jette alors un rapide coup d’œil à la montre de son poignait en se dirigeant vers l’entrée. 19h27.

« Oui ? Bonjour… » qu’il lance simplement à la brunette avant de lui offrir son plus beau sourire. « Je peux vous aider ? » Il ne lui est pas venu à l’esprit d’attraper un vêtement pour se couvrir, ni même que sa nudité partielle peut rendre sa visiteuse inconfortable. Lui, ne l’est pas. Il pose naturellement sa main droite sur le seuil de la porte en attendant qu’elle l’informe de la raison qui l’amène. « Euh… Bonjour. Je… J’habite juste en-dessous et en fait, il y a une tache, chez moi et hum… » Souriant, Miro plonge son regard dans les yeux marrons de sa voisine. S’il n’est pas certain du numéro d’appartement de la jeune femme, il savait toutefois avant que celle-ci ne le précise, qu’elle vit à l’étage du dessous puisqu’il l’avait déjà remarqué. Il lui était arrivé de la croiser à quelques reprises, de la saluer plus ou moins timidement de la main ou d’un signe de la tête, sans jamais oser l’aborder ou engager une réelle discussion avec elle. Elle qui lui sourit à cet instant précis, avant de reprendre. « Désolée. Je suis la voisine du dessous, et j’ai remarqué qu’une tache est apparue sur mon plafond, je pense qu’elle vient d’une fuite quelque part, à cet étage sans doute. J’ai toqué chez le voisin… » Miro suit des yeux les mouvements de sa belle voisine lorsqu’elle désigne l’appartement en face du sien. « Bevan ? » qu’il demande. « Je ne l’ai pas vu depuis un moment. Il était à l’extérieur de la ville. Des soucis familiaux, je crois… » Alors que la jeune femme continue, confirmant ainsi implicitement les dires du peintre, ce dernier hoche la tête tout doucement, réfléchissant aux options qui s’offrent à eux. Qu’est-ce qu’il peut bien faire pour l’aider ? « J’ignore s’il est rentré. Par contre, il me semble qu’une femme passe quelques fois par semaine pour s’occuper de son chat lorsqu’il doit s’absenter trop longtemps » qu’il répond finalement en reportant son regard sur elle. « J’ai peut-être encore le numéro de portable de Bevan qui traîne à quelque part sur le comptoir… » Miro retire sa main du seuil de la porte et s’apprête à retourner à l’intérieur. « Vous voulez entrer en attendant ? » Il lui sourit et ferme la porte derrière elle lorsqu’elle accepte de le suivre. Se dirigeant alors vers la cuisine, il repasse devant elle et lui tend la main. « Je m’appelle Miro… Et vous ? » Après avoir tenue, plus longtemps qu’il n’aurait dû, la main délicate de la jeune femme, il l’a relâche enfin avant de retourner à ses recherches.

Lorsque le brun trouve le bout de papier à moitié déchiré, il se retourne vers sa voisine et lève ledit bout de papier vers cette dernière, un air triomphant au visage. « Je l’ai » qu’il ajoute en sortant son téléphone intelligent de la poche avant de son jean. Il compose le numéro. Sonnerie après sonnerie, il attend en vain qu’on ne lui réponde. « Il n’y pas de réponse. Vous avez essayé de téléphoner au propriétaire de l’immeuble ? Il a sûrement le double des clefs. Il pourra ouvrir ou envoyer le concierge pour faire les vérifications nécessaires… »

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : JANE◊SMITH
TES DOUBLES : Jean McKinnon ; Sam Powells ; Eirian Kleefin ; Brianna Harris
TON AVATAR : Zoey Deutch
TES CRÉDITS : ava par Merenwen ; gif profil © ? tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Baxter et Thomas - Miro - Bal de St Valentin
RAGOTS PARTAGÉS : 6107
POINTS : 1585
ARRIVÉE À TENBY : 12/03/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire romantico-rêveuse
PROFESSION : employée à la librairie Blackwell's
REPUTATION : elle est gentille, intelligente, dommage qu'elle ne se soit pas donné la peine de réussir !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Hello, stranger - MIREY Sam 2 Juil - 0:01

Abbey avait espéré plusieurs fois déjà amorcer la conversation avec ce beau voisin croisé dans les couloirs. Seulement, la réalité, comme toujours, ne suivait aucun des scénarios qu’elle avait pu imaginer lors de ses rêveries de jeune fille en fleur. Pire, elle était même persuadée d’avoir fait la pire première impression possible en venant le déranger pour un problème de plomberie, et doutait de pouvoir rattraper cette rencontre douteuse. Malgré tout, la Baxter s’efforçait de faire bonne figure, d’autant qu’elle avait bien plus urgent à régler que plaire à son voisin. Mais elle avait beau être préoccupée par le dégât des eaux qu’elle venait de constater dans son appartement, elle oublia momentanément le fil de ses pensées lorsqu’elle dut affronter le regard clair du brun, et la proximité avec sa peau nue. Elle commença donc par s’emmêler dans ses propos, avant de se reprendre, non sans s’être empourprée au passage. Abbey ne se départit pas de son sourire alors qu’elle demande de l’aide au brun, espérant qu’il pourrait lui indiquer comment contacter la personne qu’elle soupçonnait être victime d’un dégât des eaux. Point positif, il semblait bel et bien connaître le voisin en question, puisqu’il l’identifia immédiatement sous le prénom de Bevan. L’espoir de la Baxter retomba comme un soufflé lorsqu’il poursuivit, affirmant que ce fameux Bevan était aux abonnés absents depuis quelques temps déjà. Le sourire de la libraire disparut aussitôt pour se transformer en une brève grimace déçue. Elle ouvrit rapidement la bouche pour remercier le jeune homme, cherchant déjà une façon de contourner ce nouveau problème. Elle envisageait notamment de contacter le propriétaire dans l’espoir qu’il puisse l’aider à son tour (ou au moins, à défaut, la rassurer). Sauf que le brun avait déjà poursuivi et proposait de trouver une solution en tentant de contacter le voisin absent, puisqu’il aurait apparemment son numéro de téléphone… Si toutefois il le retrouvait. Ravie qu’il puisse lui offrir un moyen de contacter ce Bevan, Abbey le suivit à l’intérieur, non sans avoir balbutié auparavant :

« Euh… Oui, merci… »

Encore un peu secouée par le flot de nouvelles que lui avait servi cet homme dont elle ne connaissait même pas le nom, la demoiselle avait du mal à trouver quoi dire. Elle ne savait pas non plus comment agir, à présent qu’elle venait d’entrer chez lui. Elle n’avait pas oublié, après tout, le malaise lié au peu de vêtements que portait son voisin, et à son apparence à elle, trop peu soignée à son goût. Loin d’être à l’aise, donc, Abbey se contenta de suivre le brun, tout en évitant de trop le regarder ou de s’en trouver trop proche. Malheureusement pour elle, il rompit toute distance entre eux en venant lui serrer la main pour se présenter. Cette fois-ci, la Baxter s’efforça de ne pas rougir comme une jeune fille en fleur et réussit à se présenter sans trop buter sur les mots :

« Abbey, enchantée. »

Rapidement toutefois, entre les yeux envoutants de Miro, et le contact entre eux, Abbey sentit son cœur s’emballer, la forçant à détourner le regard. Fort heureusement, le brun relâcha sa main et s’éloigna pour rechercher, imagina-t-elle, le numéro dont il avait parlé. Elle l’observa un instant avant de laisser son regard balayer la pièce où elle se trouvait. Elle nota les toiles, la peinture et les pinceaux installés un peu plus loin. Elle s’attarda aussi sur la décoration, l’agencement global de l’appartement… Avant de réaliser que son attitude devait être un peu trop intrusive. La libraire reporta donc son attention sur Miro, toujours occupée, et s’efforça de trouver quelque chose à dire, histoire de ne pas rester comme une plante verte :

« Ca fait longtemps que vous vivez là ? »


La Baxter réalisa qu’elle aurait difficilement pu faire plus cliché ou creux que cela et se maudit intérieurement. Ces débuts ne laissaient augurer aucune conversation mirobolante, bien loin, encore une fois, des espérances que son imagination fertile avait pu cultiver. Finalement, le brun retrouva le numéro en question, qui lui valut un sourire rassuré de la part d’Abbey. Il dégaina son téléphone pour contacter Bevan lui-même. Manque de chance, toutefois, il n’y eut pas de réponse. A nouveau, la libraire ravala sa déception et accueillit du mieux qu’elle put les propositions de Miro. Elle hocha rapidement la tête, l’esprit déjà ailleurs – un étage plus bas, en l’occurrence. Elle prenait conscience que sa situation ne serait peut-être pas aussi simple à résoudre que ce qu’elle avait cru.

« Non, je n’ai encore appelé personne, j’espérais résoudre ça avec le voisin mais… Bon, il n’est pas là. Vous pouvez me laisser son nom et ses coordonnées, au cas où ? » proposa-t-elle, alors qu’elle tâchait d’organiser la suite des évènements dans son esprit.

Quelques formalités plus tard, Abbey était de retour chez elle. Comme conseillé par Miro, elle contacta le propriétaire pour lui expliquer son problème. Le rendez-vous fut pris pour le lendemain, afin de s’occuper de la fuite suspectée. Mais rester chez elle la pesa assez rapidement, si bien qu’elle envisagea de contacter un membre de sa famille pour sortir et s’aérer l’esprit. Elle s’en empêcha toutefois, préférant sauter sur une autre idée. Elle récupéra une bouteille de vin qui trainait dans son frigo, et remonta d’un étage avec, pour sonner chez son voisin. Alors qu’elle attendait qu’il ouvre, Abbey fut prise d’un doute, qui se dissipa quand la porte s’ouvrit. Elle s’empressa de sourire quand elle découvrit le brun, cette fois-ci vêtu d’un tee-shirt. Peu décidée à s’imposer chez lui, même si elle espérait pouvoir passer du temps avec le brun, elle expliqua :

« Je voulais vous remercier, pour l’aide de tout à l’heure. » Elle tendit la bouteille, en guise de cadeau.

_________________

Why can't you just kiss me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : L'Homme avec un grand H ?
TES DOUBLES : Antho le magnifique.
TON AVATAR : Thom Morell
TES CRÉDITS : ©Magma
TA DISPONIBILITE RP : En cours :
- Abbey

À venir :
- Liam
RAGOTS PARTAGÉS : 645
POINTS : 288
ARRIVÉE À TENBY : 09/03/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans.
CÔTÉ COEUR : À prendre.
PROFESSION : Artiste peintre et sculpteur.
REPUTATION : « Le moins qu'on puisse dire, c'est que Miro sait se faire discret. Il ne fait pas de vagues, préférant apparemment passer son temps dans son atelier plutôt qu'à papoter avec ses voisins ou à se mêler des affaires des autres. Peut-être que cela le met à l'abri des rumeurs... » Mrs Lloyd



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Hello, stranger - MIREY Lun 1 Aoû - 8:27

Hello, stranger
Mirey


Pris légèrement au dépourvu, Miro tente d’apporter son aide comme il le peut. Désignant, tout d’abord, le voisin qu’elle semble rechercher. Et lui offre, une alternative pour le rejoindre, puisqu’il est actuellement absent. La jeune femme ne cacha pas sa déception, lorsqu’il l’en informa. Cependant, Miro se rappela qu’il avait préalablement fait l’échange de ses coordonnées avec l’homme qui vivait en face de chez lui. C’est ainsi qu’il l’invita à entrer.

Elle accepte de le suivre, et c’est en silence, qu’elle pénètre dans l’appartement, le suivant timidement. Miro est le premier à briser à nouveau le silence, ainsi que la distance entre eux, afin d’enfin se présenter à elle. Il aurait aimé le faire avant, mais, ne se croisant qu’au détour d’un corridor, jamais il n’a eu l’occasion de le faire auparavant. Il lui tend la main, qu’il sert délicatement. « Abbey, enchantée » qu’elle dévoile, avant qu’il ne relâche sa main qu’il aurait aimé tenir encore un peu. « Moi de même ! C’est un bien joli prénom, Abbey. » Alors que sa voisine semble légèrement intimidée, Miro lui sourit. L’observant d’un œil, alors qu’elle examine l’appartement de l’homme. Peut-être que c’est inacceptable pour certains, mais le peintre, lui, n’y voit aucun inconvénient. Au contraire, il s’arrête un instant et s’approche de sa visiteuse afin de détailler les œuvres qu’elle peut apercevoir au fond de la pièce, ainsi que le ménage, qu’il a négligé. « Êtes-vous séduite ? » Drôlement formulé, certes, mais pour un artiste, tout est une question de séduction. Après tout, la plupart des gens sensibles à l’art, le véritable public de l’artiste, vont adorer ou détester une œuvre. « Je veux dire, vous aimez ce que vous voyez ? La toile...» qu’il ajoute, après s’être éclaircie la voix. « L’état de la pièce est dû à cette dernière, celle au fond de la pièce. J’y travaille... Mon appartement ne ressemble pas toujours à ça, je vous rassure. Seulement, mon atelier est en rénovation suite à la tempête qui a frappé Tenby, y a quelques temps… » Lui souriant une dernière fois, l’artiste peintre se lance ensuite à la recherche des informations désirées.

« Ca fait longtemps que vous vivez là ? » Miro marmonne, cherchant toujours ledit bout de papier. « Ah… euh, longtemps ? Non. Quelques mois seulement. Et vous ? » qu’il demande, relevant momentanément les yeux vers elle. Il lui sourit. Écoutant sa réponse avant de retourner à ses recherches, vérifiant autre part. Lorsqu’il retrouve le numéro de téléphone du fautif, Miro lève la main, arborant fièrement le bout de papier retrouvé. Abbey sourit, mais, malheureusement, leur voisin n’est pas joignable. Peut-être a-t-il fermé son téléphone durant ce moment difficile passé auprès de sa famille. Abbey hoche la tête, lorsque le brun offre quelques conseils auxquels il soupçonne la belle d’y avoir déjà songé. Ignorant si elle pourra le joindre d’ici son retour, Miro accepte néanmoins de lui fournir le numéro de téléphone et les renseignements concernant ce Bevan. Il tente alors de rassurer la brunette, alors que celle-ci affiche une mine chagrinée.

Après que la jolie brune ait quitté son appartement, Miro reste un instant contre la porte d’entrée de son appartement. C’est malheureux qu’il ait fait la connaissance de sa voisine dans ces conditions, mais il en est toute de même heureux. Et puis, Abbey a tout de même de la chance, dans sa malchance. N’étant qu’une locataire, les travaux, si nécessaire, seront faits aux frais du propriétaire, et ce, dans les meilleurs délais. Après tout, Bevan est peut-être absent, mais leur propriétaire ainsi que le concierge de l’immeuble, ont sans aucun doute un double des clefs. N’empêche qu’il aurait aimé en faire plus pour elle, lui apporter une aide concrète et considérable… Alors que pour l’instant, le problème n’est toujours pas résolu.

Miro se dirige ensuite vers sa chambre à coucher, afin d’enfiler un haut à manche courte. Et puis, perdu dans ses pensées, et n’ayant pas vu le temps passé alors qu’il travaillait, Miro jette un coup d’œil à sa montre. A-t-il seulement pris le temps de dîner, ce soir-là ? Ou bien, trop absorbé par son œuvre du moment, il a simplement omis le repas du soir ? Le peintre a beau y réfléchir, il ne se souvient pas d’avoir mangé. Et il a un petit creux. Un très grand, même. Ainsi, il rejoint à nouveau la cuisine. Il cherche donc quelque chose à se mettre sous la dent, lorsqu’une fois de plus, on sonne à sa porte. Miro se retourne tout doucement, avant de reposer un plat de service sur le comptoir de la cuisine et ouvrir à son visiteur. Et c’est finalement, une visiteuse. Il sourit, lorsqu’il l’aperçoit. « Bonsoir, Abbey. Ne me dites pas qu’un autre de nos charmants voisins vous posent problème ? » qu’il demande, tout de même amusé de la retrouver sur le seuil de sa porte, aussi rapidement. Alors qu’ils ont pourtant mis tant de temps, avant de se présenter l’un à l’autre et de s’adresser véritablement la parole. Une bouteille de vin à la main, elle sourit, puis s’explique. « C’est vraiment gentil de votre part, mais ce n’était pas nécessaire. J’ai pas fait grand-chose, vous savez… » qu’il réplique, touché par le geste. Le jeune homme accepte tout de même la bouteille et la lui prend délicatement des mains. « Vous avez faim ? J’allais me préparer quelque chose à manger » qu’il ajoute, marquant une courte pause avant de reprendre, désireux de la convaincre d’accepter cette offre qu’il s’apprête à compléter. « On pourrait ouvrir cette bouteille et la partager ! » Miro lui sourit et la fait finalement entrer, avant qu’ils ne passent à la salle à manger, où Abbey prend place sur un tabouret pivotant de la cuisine. Alors que le grand brun ouvre la bouteille de blanc afin de leur servir, à chacun, une coupe. « D’ailleurs, Abbey, vous avez réussi à rejoindre le propriétaire ? »

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : JANE◊SMITH
TES DOUBLES : Jean McKinnon ; Sam Powells ; Eirian Kleefin ; Brianna Harris
TON AVATAR : Zoey Deutch
TES CRÉDITS : ava par Merenwen ; gif profil © ? tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Baxter et Thomas - Miro - Bal de St Valentin
RAGOTS PARTAGÉS : 6107
POINTS : 1585
ARRIVÉE À TENBY : 12/03/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire romantico-rêveuse
PROFESSION : employée à la librairie Blackwell's
REPUTATION : elle est gentille, intelligente, dommage qu'elle ne se soit pas donné la peine de réussir !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Hello, stranger - MIREY Dim 21 Aoû - 19:13

C’est une sensation étrange, que celle de pénétrer pour la première fois l’appartement de quelqu’un. Plus encore quand on ne connaît pas cette personne, à la base. Abbey a beau lutter contre la curiosité, elle ne peut s’empêcher de laisser son regard trainer un peu partout, d’autant plus que cela lui donne un prétexte pour éviter de trop s’attarder sur le brun, qui l’intimide encore trop pour qu’elle soit à l’aise. Ils se présentent et Miro, puisque c’est son nom, va jusqu’à la complimenter sur son prénom, avec un sourire. L’homme est charmeur, visiblement conscient de l’effet qu’il fait à la Baxter. A nouveau, elle sent ses joues s’empourprer alors qu’elle lui adresse un sourire gêné :

« Oh… Merci. »

Il faut croire qu’Abbey n’a que trop peu l’habitude de recevoir des compliments, à moins qu’ils ne viennent des membres de sa famille. Et lorsqu’un homme lui en fait, elle ne sait jamais comment le prendre. Elle se contente donc de regarder Miro s’éloigner, évitant ainsi de se ridiculiser en tentant de lui répondre sur le même ton. Le propriétaire des lieux occupé à fouiller dans une pile de papiers, la demoiselle reprend son inspection des lieux et son regard s’arrête finalement sur une toile et du matériel de peinture, disposés tout au fond de la pièce principale. Elle détaille un court instant le tableau mais est sortie de sa contemplation par la voix de Miro. Sa question la déstabilise et elle tourne vivement la tête vers lui, se demandant si elle a bien entendu.

« Pardon ? » l’interroge-t-elle immédiatement, craignant qu’il ait remarqué, et interprété, sa gêne.

Elle peut toutefois reprendre sa respiration lorsqu’il lui fait comprendre qu’il veut parler de la toile. Elle hoche la tête, soulagée, et regarde à nouveau le tableau tout en écoutant ses explications. Elle y reconnaît les traits d’un cheval, partiellement recouvert de touches de couleur. Elle apprécie le décalage entre le dessin sombre, brut, et les à-plats vifs, qui donnent un relief tout à fait différent à l’animal majestueux. Une autre toile attend sur le chevalet, mais elle peut difficilement la détailler depuis son emplacement. Loin de pouvoir se montrer critique quant à la technique du brun, ou de vouloir partager avec un inconnu les pensées que ce travail éveille en elle, la Baxter se contente de lui sourire en commentant :

« C’est très poétique, j’aime beaucoup. » Puis, rebondissant sur ce que Miro a expliqué, elle l’interroge : « Je suis désolée pour votre atelier. Il a été inondé lors de la tempête… ? »

Si Abbey a été elle-même épargnée par les dégâts, elle sait pertinemment qu’une grande partie de la ville a été affectée par cette fameuse tempête. Bien décidée à faire la conversation pendant que Miro cherche les coordonnées du voisin, elle finit par le questionner encore. Elle ne sait plus très bien si elle le fait par politesse ou parce que l’homme l’intéresse réellement. Il a, en tout cas, une façon d’être qui surprend la jeune femme, et la pousse à vouloir lui parler davantage. C’est ainsi qu’elle lui demande s’il vit ici depuis longtemps. Comme il lui retourne la question, elle hausse légèrement les épaules :

« Ça dépend… J’ai dû emménager dans l’immeuble il y a à peu près six mois. Mais si on parle de Tenby, disons que je n’ai jamais quitté la ville. » avoue-t-elle sans détour.

Elle lui adresse un petit sourire, comme une excuse. Sa vie ici lui plait, bien entendu, et elle ne la changerait pour rien au monde. Mais elle aurait aimé, aussi, être une de ces filles baroudeuses, un brin mystérieuses, qui a vu du pays et pourrait parler de ses aventures pendant des heures. Sauf qu’elle est juste une fille normale, une gosse qui a grandi dans une station balnéaire tout à fait charmante mais sans jamais vraiment chercher à sortir de sa zone de confort. Mais elle n’a pas le temps de montrer au peintre comme elle n’a rien d’exceptionnel, puisque leur discussion est interrompue par la trouvaille du papier recherché. Faute de pouvoir arriver à joindre Bevan lui-même, Miro accepte de laisser les coordonnées à Abbey, qui le quitte afin de pouvoir régler son problème de dégât des eaux.

Sauf que la demoiselle ne parvient pas à se sortir Miro de la tête et elle est bien décidée à le remercier pour son coup de main, même s’il n’a pas été couronné de succès. Et puis, il n’y a aucun mal, après tout, à vouloir rester en bons termes avec ses voisins, voire à faire connaissance avec eux, n’est-ce pas ? Abbey, en tout cas, s’en convainc et récupère donc une bouteille de vin blanc qu’elle gardait au frais. Elle frappe à nouveau à la porte du peintre et se sent un brin ridicule, lorsqu’elle se retrouve face à lui. Ne risque-t-il pas de la trouver collante ? Peu désireuse de s’imposer, elle sourit donc à sa remarque et réplique :

« Non, non, pas de nouveau drame entre voisins à signaler. » Puis elle lui tend la bouteille qu’elle tient à la main et lui explique que le cadeau est destiné à la remercier. Elle hausse les épaules : « C’est pas grand-chose non plus. » lui assure-t-elle. La bouteille était dans son frigo, après tout. Elle aurait sans doute mieux fait d’attendre le lendemain pour acheter quelque chose de plus convenable, songe-t-elle à présent. A nouveau, toutefois, Miro la prend au dépourvu en proposant qu’elle mange avec lui. Abbey balbutie : « Euh… » puis, comme il parle de partager la bouteille, elle se laisse finalement tenter par la perspective de passer un peu de temps avec lui : « D’accord. Mais seulement si ça ne vous dérange pas… » s’empresse-t-elle de lâcher, gênée. Elle le laisse la conduire jusqu’à la cuisine, s’assoit sur un tabouret et se retient, cette fois-ci, de regarder partout autour d’elle. A la place, elle suit Miro des yeux, alors qu’il pose deux verres et ouvre la bouteille, afin de les servir. « Oui, je le vois demain matin. » explique-t-elle succinctement. « Dites, on pourrait se tutoyer ? J’ai l’impression d’avoir 20 ans de plus quand on me dit ‘vous’... » lâche-t-elle avec une pointe d’humour. « Oh, j’espère qu’il est bon. Le vin… J’ai jamais vraiment su comment choisir. » avoue-t-elle quand Miro attrape son verre. Il faut dire que chez les Baxter, la piquette a souvent été de mise. Normal, quand on vit sur les aides sociales et qu’on a une bonne descente comme son père, l’alcool bon marché est souvent le meilleur. Ou en tout cas, c’est le seul qu’on puisse s’offrir. Et, même si elle accepte d’y mettre un budget supérieur à son géniteur, Abbey est surtout perdue face au choix du rayon alcool et se retrouve généralement à se fier aux promesses, pas toujours tenues, de l’étiquette.

_________________

Why can't you just kiss me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : L'Homme avec un grand H ?
TES DOUBLES : Antho le magnifique.
TON AVATAR : Thom Morell
TES CRÉDITS : ©Magma
TA DISPONIBILITE RP : En cours :
- Abbey

À venir :
- Liam
RAGOTS PARTAGÉS : 645
POINTS : 288
ARRIVÉE À TENBY : 09/03/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans.
CÔTÉ COEUR : À prendre.
PROFESSION : Artiste peintre et sculpteur.
REPUTATION : « Le moins qu'on puisse dire, c'est que Miro sait se faire discret. Il ne fait pas de vagues, préférant apparemment passer son temps dans son atelier plutôt qu'à papoter avec ses voisins ou à se mêler des affaires des autres. Peut-être que cela le met à l'abri des rumeurs... » Mrs Lloyd



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Hello, stranger - MIREY Lun 22 Aoû - 10:57

Hello, stranger
Mirey


Abbey semble timide, tout à fait désolée de le déranger, alors qu’il lui propose de le suivre à l’intérieur. Il en profite pour se présenter. Après tout, il a longtemps souhaité connaître le prénom de sa charmante voisine, au prénom tout aussi charmant. « Oh… Merci. » Miro lui sourit une nouvelle fois, avant de chercher le numéro du fautif, puis lorsqu’il lève les yeux vers Abbey, celle-ci semble observer le travail du peintre. Curieux, il la questionne maladroitement sur son impression. Et si la jeune femme se retourne, il doit néanmoins reformuler sa question, pour se faire comprendre. Une fois fait, la brune hoche la tête, alors qu’il continue, s’excusant pour le désordre au salon. Elle sourit. « C’est très poétique, j’aime beaucoup. » Et il en fait de même. « Ravi que ça vous plaise ! » qu’il répond simplement, alors qu’elle l’interroge à son tour. « En fait, je n’ai pas encore fait l’acquisition d’un local, ici. Aucun ne m’a conquis… Mais Tenby l’a fait, et j’ai toujours aimé y revenir ! » Il sourit et passe une main dans ses cheveux bouclés. « Mes grands-parents étaient originaires de Tenby. Ils y ont toujours vécu. Et ils m’ont légué leur maison sur le bord de l’eau. C’était mon pied-à-terre pendant mes séjours. J’aimais utiliser la véranda quatre-saisons comme atelier avant la tempête, mais les vents l’ont détruite, et effectivement l’eau qui est parvenue à s’infiltrer à l’intérieur de la résidence a fait beaucoup de dégâts… » Il hausse les épaules. « Ça ne fait rien, avec beaucoup d’amour et de patience, elle sera comme neuve d’ici peu. Et puis, je sais qu’avant que la santé ne lui fasse défaut, mon grand-père avait prévu quelques travaux, alors je vais en profiter pour les terminer ! » Miro aime trop cette demeure pour la mettre par terre et se reconstruire. Et puis, heureusement, la résidence n’est pas une perte totale. Quelques pièces ont été épargnées, incluant la chambre qu’il a habitée lors de son année à Tenby, là où, jadis, son grand-père lui racontait les légendes de la région. Un brin nostalgique, mais également serein, et heureux d’être de retour en ville, Miro questionne à son tour la jeune femme. « Ça dépend… J’ai dû emménager dans l’immeuble il y a à peu près six mois. Mais si on parle de Tenby, disons que je n’ai jamais quitté la ville. » Il lui sourit. « Vous avez de la chance ! J’adore le coin, je m’y suis toujours senti bien ! » qu’il ajoute, alors qu’elle semble en douter. Le grand brun retourne à ses recherches, qui lui permettent de retrouver numéro désiré. Malheureusement, ils n’obtiennent pas de réponses. C’est donc bredouille qu’elle quitte le grand appartement de Miro, les numéros du peintre et de Bevin en main.

S’il blague en l’apercevant à nouveau, c’est néanmoins, à la fois surpris et ravi qu’il la retrouve toute souriante. Il la remercie pour le présent, lui assure que ce n’était pas nécessaire alors qu’elle lui tend la bouteille de vin bien fraiche. Et rapidement, Miro invite Abbey à se joindre à lui. Si elle semble d’abord surprise de son offre, elle accepte enfin, timidement. « Au contraire ! » qu’il réplique, un sourire dans la voix. « Entrez ! » L’encourageant à le suivre jusqu’à la cuisine, le peintre la questionne finalement sur les résultats de ses appels, en leur servant à boire. « Oui, je le vois demain matin. » Levant les yeux vers elle, il reprend. « Excellent ! Je serais ici. N’hésitez pas, s’il vous faut quoi que ce soit… »

Lorsqu’elle lui demande s’ils peuvent se tutoyer, Miro lève la tête et lui sourit. « Oui, évidemment ! » qu’il répond ensuite simplement, en tendant la coupe qu’il vient de remplir pour la brunette à celle-ci. « Oh, j’espère qu’il est bon. Le vin… J’ai jamais vraiment su comment choisir. » Miro sourit à nouveau, amusé. « Tu sais, mon père est le stéréotype du parisien, d’origine italienne : Un épicurien bourgeois au palais raffiné. Il sait parler de vin comme Shakespeare parlait d’amour… Ce n’est pas tout à fait mon cas. Oh, bien sûr je sais apprécier un bon vin, et sais l’agencer plus ou moins correctement, mais, sans plus. Il aurait terriblement honte de moi » qu’il ajoute en portant la coupe à ses lèvres. Il goûte, puis sourit à sa charmante voisine. « Il est très bon. » Il prend une nouvelle gorgée, comme pour venir appuyer ses dires. « Fruité et doux, c’est comme ça que tu l’aime ? » Miro n’est pas bien difficile, il n’aime pas les vins trop corsés, mais sa palette est large. Et Abbey est trop dure avec elle-même. Peut-être n’est-ce que le fruit du hasard, mais c’est très un joli choix qu’elle a fait avec ce pinot grigio italien.

Sans trop vouloir brusquer son invitée, ni interrompre la conversation, Miro est déconcentré par son estomac qui lui rappelle, silencieusement, qu’il est affamé. « Dis-moi, Abbey, tu as faim ? D’ailleurs, as-tu des allergies ou des restrictions alimentaires ? » qu’il demande en se dirigeant vers son réfrigérateur. Il ne voudrait tout de même pas envoyer la jeune à l’urgence, ni offrir à la belle brune de la viande rouge, si elle est végétarienne. Il ouvre donc la porte de l’électro-ménager, et se penche afin de le parcourir des yeux. « Qu’est-ce qu’on a par ici… » qu’il lâche, fouillant les tablettes. « Des melons, du proscuitto, quelques fromages, des endives. Quoi d’autre…. Un reste de pâte : des pennes aux tomates séchées, je crois. Quelque chose te tente ? Un peu de tout ? Je peux aussi nous préparer des bouchées sur pain pita, au fromage et amandes au miel. Et une salade d’endives, tiens ? Ça te plairait ? En ce moment, je mangerais un bœuf entier… » qu’il demande, soucieux de bien la recevoir, remarquant par la même occasion que ses propos et le contenu de son frigo trahissent sans doute ses origines et sa nature gourmande.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : JANE◊SMITH
TES DOUBLES : Jean McKinnon ; Sam Powells ; Eirian Kleefin ; Brianna Harris
TON AVATAR : Zoey Deutch
TES CRÉDITS : ava par Merenwen ; gif profil © ? tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Baxter et Thomas - Miro - Bal de St Valentin
RAGOTS PARTAGÉS : 6107
POINTS : 1585
ARRIVÉE À TENBY : 12/03/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire romantico-rêveuse
PROFESSION : employée à la librairie Blackwell's
REPUTATION : elle est gentille, intelligente, dommage qu'elle ne se soit pas donné la peine de réussir !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Hello, stranger - MIREY Jeu 20 Oct - 23:07

Dans son entourage, Abbey n’a pas vraiment d’artiste et compte même très peu de gens qui sont éduqués ou simplement sensibles à l’art en général. Pourtant, ce milieu l’a toujours fascinée et attirée. Autant dire qu’elle est doublement intimidée par son voisin, lorsqu’elle découvre qu’il réussit à vivre de ses toiles. La Baxter ne peut pas s’empêcher non plus de vouloir explorer cet univers, de pénétrer la sensibilité que Miro laisse s’exprimer à travers ses œuvres. Mais elle s’abstient, consciente que son comportement pourrait être déplacé. Elle se contente donc de regarder ce qu’il veut bien lui montrer, et s’empêche de lui poser trop de questions. De toute façon, elle a bien plus urgent à régler : il faut encore qu’elle réussisse à avoir son voisin voire son propriétaire pour régler cette histoire de dégât des eaux. Cela ne l’empêche pas d’écouter le brun lui raconter l’histoire de la demeure familiale, de ce qui le lie à Tenby. Bien malgré elle, la libraire se retrouve à sourire tout en l’écoutant parler. Il a l’air passionné par tout ce qui l’entoure et cela la laisse admirative. Lorsqu’il fait mention des travaux à réaliser, Abbey ne peut s’empêcher de plaisanter :

« Oh, j’espère qu’ils prendront encore un peu de temps quand même. J’aime bien vous avoir comme voisin. » Elle s’en veut aussitôt d’avoir lâché une telle phrase. Il y a tellement de manières de – mal – l’interpréter ! Elle s’empourpre légèrement et tente immédiatement de se rattraper : « Enfin, je veux dire. Vous êtes poli, gentil, plutôt discret et puis, vous n’hésitez pas à rendre service. Donc je suis chanceuse... » bafouille-t-elle maladroitement.

Fort heureusement, ils passent bien vite à un autre sujet. Et puis, Miro finit par trouver le numéro qu’il cherchait, le compose sur son téléphone mais fait chou blanc. Un peu déçue, Abbey grimace légèrement avant de le remercier pour son aide. Elle repart finalement chez elle, munie des coordonnées du locataire responsable de la fuite, et de celles de Miro, qui lui a assuré qu’elle pouvait le contacter à nouveau en cas de problème. Fort heureusement, entre temps, la fuite n’est pas devenue plus spectaculaire que ce qu’elle était et la jeune femme parvient à joindre le propriétaire pour lui expliquer la situation. Le rendez-vous est fixé au lendemain, ce qui laisse une bonne soirée à Abbey pour s’en faire.

Peu désireuse de rester seule, elle décide d’aller remercier le peintre un peu mieux. Une bouteille de vin en main, elle vient frapper à sa porte quelques temps après l’avoir quitté. Il semble ravi de l’accueillir chez lui et ils poursuivent la conversation dans sa cuisine, autour d’un verre. Lorsqu’il ouvre la bouteille, Abbey se trouve soudainement gênée. Elle sent bien que Miro et elle viennent d’un milieu différent ; il n’y a qu’à l’entendre parler pour le comprendre, et la décoration de son appartement prouve que ses goûts ont un raffinement qu’on n’a jamais enseigné à la Baxter. Alors, elle s’empresse de s’excuser pour son choix, anticipant le malaise qu’il pourrait y avoir. Elle réalise à quel point ils peuvent avoir eu une enfance différente quand Miro parle de son père. Quelque chose l’envoute, dans sa façon de parler. Elle pourrait l’écouter des heures entières et c’est bien pour cela qu’elle se contente de rester muette tout en l’observant. De toute façon, Abbey s’imagine mal lui répondre ce qu’elle pense, à savoir que son père à elle aime bien trop boire pour se soucier de la qualité de ce qu’il ingère. Lui aussi aurait probablement honte d’elle : en tout cas, il lui dirait sans détour qu’elle prenait trop de pincettes pour du pinard. Elle est tout de même soulagée lorsque Miro rend son verdict et hausse finalement les épaules :

« Je ne sais pas trop. Je ne suis pas bien difficile et puis, le nom me plaisait bien. » Elle attrape à son tour le deuxième verre pour le porter à ses lèvres et boire une gorgée. « Oh et si je suis tout à fait honnête, il était en promotion, aussi… » achève-t-elle avec un sourire d’excuse.

Si Abbey aimerait faire bonne impression à Miro, elle ne veut tout de même pas se faire passer pour ce qu’elle n’est pas. Elle l’a déjà fait, par le passé, dès qu’un garçon un tant soit peu mignon avait levé les yeux sur elle. Mais cela n’a jamais rien amené de bon – la preuve, elle est célibataire depuis un long moment maintenant. Alors, à présent, elle essaie de rester comme elle est, d’autant plus qu’elle s’est promis de ne plus craquer sur le premier venu. Ce n’est donc pas parce que son voisin a un charme certain qu’elle va fantasmer sur une future relation avec lui. Et ce n’est pas non plus parce qu’il l’invite chez lui qu’elle compte y voir autre chose que de la politesse naturelle. Désireuse de faire la conversation comme la connaissance de Miro, elle rebondit sur ses propos et demande :

« Si j’ai tout suivi, tu viens de Paris… ? »


Elle pressent bien que ce que Miro a à raconter est bien plus intéressant que ses propres histoires. Son quotidien n’a rien de palpitant et, si sa famille est le sujet de beaucoup de racontars dans le coin, ce n’est pas un sujet qu’elle aime à partager avec le premier venu. Elle a donc pris l’habitude, depuis longtemps, d’être celle qui pose les questions et écoute, pour rebondir de temps à autres, quand elle s’en sent l’envie. Rapidement, le peintre lui demande si elle a faim et se dirige vers son réfrigérateur. Là, il lui dresse l’inventaire du contenu, à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent. La demoiselle se trouve embarrassée par ses efforts et se dit qu’elle aurait effectivement dû ramener quelque chose à manger avec le vin. Noyée sous toutes les informations, elle répond :

« Oh, ne t’embête pas pour moi. Je ne suis pas difficile et je mangerai ce que tu me serviras… Donc, vraiment, ne te soucie pas de ce que je peux aimer ou pas, prends ce qui te fait envie. » lui assure-t-elle, avant d’ajouter précipitamment : « D’ailleurs, je ne voulais pas m’imposer comme ça… Je n’avais pas fait attention à l’heure. »

Elle se trouve gênée ; elle peut difficilement partir, d’autant que Miro semble l’inviter à manger de bon cœur. Reste qu’elle n’a pas l’habitude de dîner chez quelqu’un dont elle vient de faire la connaissance. Ne sachant pas trop quoi faire pour ne pas donner l’impression d’être malpolie, Abbey se lève finalement du tabouret pour s’approcher en demandant :

« Je peux t’aider à préparer quelque chose, pour la peine ? »

_________________

Why can't you just kiss me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hello, stranger - MIREY

Revenir en haut Aller en bas

Hello, stranger - MIREY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-