AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Someday I'll hope again and there'll be beauty from pain [PV Vito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : MissPiggy
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Théodore C. Pembroke, Victor I. Cartwright et William T. Hardy
TON AVATAR : Luca Hollestelle [aka the freakles queen]
TES CRÉDITS : avatar: James signature: Rang
TA DISPONIBILITE RP : Toujours disponible pour RP
[présentement avec un délai de 10 jours pour répondre]
RAGOTS PARTAGÉS : 2322
POINTS : 667
ARRIVÉE À TENBY : 21/07/2014

Flying higher than the sky
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (8 mai 1998)
CÔTÉ COEUR : Currently being fixed / feel trapped in her too-small closet
PROFESSION : Étudiante en cinéma / employée à la vidéothèque
REPUTATION : Elle vient de revenir de Paris. Quelle merveilleuse aventure elle doit avoir vécue! Elle semble plus heureuse, non?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Someday I'll hope again and there'll be beauty from pain [PV Vito] Mar 26 Avr - 0:04

Lentement, dans la salle de bain, je passais un peu d’eau sur mon visage. Mes mains tremblaient sous l’onde fraîche. J’étais de vent – fragile et qui menaçait de tomber en morceau, m’effondrer sans appel d’un instant à l’autre. Mon reflet dans le miroir n’était guère plus reluisant. Les points avaient été retirés mais la marque laissée sur mon front restait encore visible. Une marque que je voyais toujours. Elle s’effacerait probablement avec le temps. Mon teint était blême. J’étais de craie au beau milieu d’un monde où les gens étaient de chair. Friable et presque irréelle. Mes mains séchées, je ramassais mes cheveux en une queue de cheval des plus banales. Ils avaient un jour été libres comme tout – signe certain d’une indépendance qui ne demandait qu’à s’affirmer… Ils étaient prisonniers comme je l’étais de l’espèce de tornade qui me déchirait tout entière.

Mon téléphone posé sur le comptoir sonna pour la énième fois et l’écran s’alluma : « Vidéothèque » comme nom de l’appel. J’aurais peut-être répondu à Lawrence. Pas l’ombre d’une parole n’aurait potentiellement franchie mes lèvres… mais j’aurais répondu. Je les laissais machinalement tombé sur la boîte vocale en ce samedi un peu frisquet d’avril. Je travaillais normalement les samedis. Et j’avais souvent aimé cette journée un peu fofolle ou s’échangeaient les discussions sur des sujets toujours reliés au cinéma. Cette semaine encore, les gens s’extasieraient sur la sélection de Cannes – c’était visible déjà à des milles à la rondes. La liste était sortie le 14 avril. Le complément hier, le 22 avril.

Avant, j’aurais été la première à devenir hystérique et à tenter de me précipiter sur tous les œuvres pour faire mes propres prédictions. Mais je n’avais pas la force de me lancer sur ce genre d’intention en ce moment. Je peinais à rester en vie. Je sortis de la salle de bain pour me heurter au regard de mon père. Son inquiétude était exaspérante. Son exaspération était palpable. Il n’en pouvait plus de me voir tourner en rond et errer dans ma maison comme un fantôme silencieux. Il entendit même mon téléphone qui sonnait pour la deuxième fois mais ne fit pas de commentaire en se retournant vers son bureau.

Stella et Sabrina étaient toute deux chez des amies. Il aurait été facile de tout lui raconter. J’aurais aimé prendre le temps pendant qu’il était dans son bureau à retoucher la comptabilité de la paroisse pour cogner à sa porte et lui demander de m’écouter. Mais j’avais beau savoir que la bonne chose à faire pour lui était simplement d’ouvrir ma bouche et de laisser passer des mots les uns après les autres pour faire des phrases… j’en étais incapable.

Le deuxième appel se transforma en un message sur ma boîte vocale. « Mademoiselle Vaughan… Vous êtes attendue dans quarante minutes à la vidéothèque. » Ton strict de mon patron au bout du fil. « Autrement, il s’agira de votre quatrième absence non justifié et je serais obligé de vous renvoyer. » Une menace qui avait m’aurait probablement fait fondre en larme avant. Mais mes larmes en avaient fini de couler pour des raisons absurdes. J’avais l’impression de ne plus avoir de temps à perdre pour des larmes à saveur de balivernes. Alors je fis ce que je semblais très facilement faire ses temps-ci. J’hésitais. Un instant. Deux instants. Je tournais les pas vers ma chambre, y ramassa machinalement des miettes de courage, mon sac et une laine supplémentaire et me retourna à nouveau vers le bureau de mon père. Il avait le nez dans un livre. Je fis demi-tour sans lui dire quoi que ce soit. Après avoir claqué la porte, j’envoyais un texto avec un seul mot à mon père « boulot » C’était sans doute ça le minimum requis non ?

En poussant la porte de la vidéothèque, je déposais mon sac dans la salle des employés. Pas de maquillage sur mon visage, pas de vêtements adaptés à la forme de mon corps. Je flottais encore dans ce vieux jean et ce polaire trop ample pour moi. Le patron sourcilla en me voyant. Il se heurta à mon silence lorsqu’il me demanda d’expliquer ou j’avais été au courant des quatre dernières semaines. Ma sentence tomba : « Inventaire et Rayonnage. » Mais ça m’allait de pouvoir éviter la conversation avec les autres pour m’occuper simplement de faire l’inventaire de ce que nous avions et replacer les vidéos sur les étagères comme si de rien n’était. Avant, je m’en serais plaint… mais j’avais simplement haussé les épaules et j’avais ramassé la liste des trucs à faire. Machinalement, j’avais recommencé à placer les DVD en silence. Si bien que je ne remarquais pas la personne qui se rapprochait de moi.

_________________

                     

       
« I can't keep quiet »
But no one knows me. No one ever will if I don’t say something, if I just lie still. Would I be that monster, scare them all away if I let them hear what I have to say. A one woman riot... I can’t keep quiet for anyone... anymore©️ .bizzle
       


Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Someday I'll hope again and there'll be beauty from pain [PV Vito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-