AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyMer 20 Avr - 14:25

And we woke up together not quite realising how,
Awkwardly stretching and yawning,
Its always hard in the morning


Il me plaît bien, ce garçon, alors tandis qu’on est dans ce pub, à se divertir et à boire jusqu’à ne plus se souvenir de nos propres prénoms, je le lui fais comprendre quand il s'éclipse à un moment de la soirée, peut-être pour aller aux toilettes, qui sait ? Il n’a pas le temps d’y arriver que déjà je le suis et je profite d’un couloir désert pour le plaquer contre le mur et lui murmurer à l’oreille quelques suggestions salaces sur ce que je pourrais lui faire s’il décide de me ramener chez lui. Je le lâche, je lui laisse le choix et je fais demi tour. J’espère qu’il prendra la bonne décision et que le baiser furtif, mais intense que je viens de lui déposer dans le cou aura attisé son désir d’en savoir plus.
Quelques minutes plus tard, il m'emmène chez lui et bien que l’alcool me rend encore plus confiant, je ne peux m’empêcher d’être excité bien qu’un peu intrigué par la suite des événements. L’amour avec un homme… Ca fait tellement longtemps. C’était quand j’étais plus jeune et plus fougueux, quand j’étais à Liverpool, c’était avant Harlow et encore avant Spencer, avant d'être un peu connu, aussi… C’était l’insouciance et le désir d’apprendre à se découvrir, l’envie de se trouver. Ce soir, c’est cette même insouciance qui me pousse à passer la main dans le boxer de Callum une fois que nous sommes chez lui. Ce soir, c’est l’envie de quelque chose de différent. Parce que les groupies, c’est bien, c’est vraiment bien, mais c’est peut-être un peu répétitif au bout de plusieurs mois. Alors j’ai envie de changer ; J’ai besoin de cette nouveauté que le Rhodes peut me faire entrevoir, je le sens quand je plonge mon regard dans ses prunelles émeraudes, je le sens quand il répond à mes baisers avec la même ardeur, la même passion. Je dévore sa peau et je me laisse aller, je me laisse faire, parce que ça se voit que ce dernier a  l’habitude des mecs. Plus que moi en tout cas, ce qui en fait, n’est pas bien difficile. Je m’enivre de son odeur, de ses caresses parfois brutales et parfois douces, de ses paroles, de ses mouvements de danseur que j’envie et nous y voilà.

Les effets de l’alcool ont eu le temps de se dissoudre alors que je m’étire dans le lit de Callum, essoufflé, et que je l’interroge du regard. C’est différent. J’ai apprécié, mais ma dernière expérience avec quelqu’un du même sexe allant plus loin qu'une simple gâterie remonte à si longtemps que je ne sais pas ce que peut ressentir le jeune Rhodes. Et clairement, je commence à me sentir mal à l’aise.
« Ca va ? »

Demande-je sans être certain de vouloir connaître la vérité. Je n’ai rien à me reprocher, dans le fond. J’ai fait ce que mes pulsions me dictaient. Je lui pose la question sans ressentir le besoin de me confier sur mes incertitudes car son âme d’artiste doit les percevoir. Je lui pose la question parce que j’ai envie d’être rassuré et de me dire qu’il a pu profiter autant que moi de cet instant que nous venons de partager.
Pourtant, qui dit gêné ne dit pas forcément pudique, alors je m’extirpe du drap pour me relever, jeter cette protection à présent bien inutile et découvrir un peu plus les lieux. J’évolue dans le chambre de Callum en tenue d’Adam, cherchant à dissimuler mon malaise en me concentrant sur ce qui m’entoure. Je m’arrête à une fenêtre, j’admire le paysage, la mer au loin dans l’obscurité. Probablement que si j’ouvre la fenêtre, le bruit des vagues qui s’écrasent sur le sable parviendra à mes oreilles, mais je préfère conserver cette chaleur et me contenter de ce que la vue m’offre. Tant pis pour le son.
« Ouah. T'as une sacrée vue. »
Conclus-je en continuant de regarder l’horizon, me permettant ainsi de ne pas sentir le regard de Callum se poser sur moi.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyDim 15 Mai - 19:18




 



Callum & Nate
“It may be said with a degree of assurance that not everything that meets the eye is as it appears.”  

La vie à beau m'avoir déjà apprise à ne pas spécialement toujours me fier aux apparences, il y'aura toujours des cas où je me ferais avoir.
Comme ce soir. De toute évidence je m'étais planté sur les impressions que je m'étais faites sur ce type rencontré au bar suite à un malentendu; une erreur de verre, je pensais boire ma bière mais il s'agissait de la sienne... Beau gosse, musicien, sûr de lui et qui sent le vrai mâle. Type bad boy. Je n'aurais pas parié sur ses penchants pour les hommes.  C'est d'ailleurs la seule raison qui m'a retenu d'attaquer ce joli minois, persuadé que c'était pas la peine de m'emmerder à draguer pour rien et que je finirais bien par trouver quoi mettre dans mon lit plus tard dans la soirée. Et pourtant... Je me suis retrouvé un peu comme un con en partant faire de la place pour la bière suivante, sursautant presque en le sentant m'agripper pour me plaquer au mur alors qu'il s'était faufilé derrière moi en douce. Je dois dire que j'ai pas trop l'habitude d'être celui qui est séduit, d'habitude c'est plutôt moi qui glisse des mots salaces au creux des oreilles. Alors être dans une situation inversée,  ça m'a un peu déstabilisé et sur le moment je suis resté muet comme un crétin à le regarder s'éloigner. Comme un gamin qui vit ses premiers émois. Le cou brûlé par ses lèvres, toujours étonné qu'il ait pu me suivre jusqu'ici.  Et surtout bien emmerdé de maintenant devoir aller pisser avec la trique...
Mais une fois le choc passé, j'ai laissé un petit sourire se dessiner sur mes lèvres, ravi de savoir que ce soir j'allais pouvoir baiser sans avoir à faire quoi que ce soit. Et surtout me faire un mec, chose qui se fait rare depuis que Sevan a décidé de jouer les femmes mariées...
Merci ma maladresse et mon ivresse de m'avoir poussé à porter le mauvais verre à mes lèvres.
Après avoir réussi non sans mal à pisser, je suis donc retourné au bar pour lui faire comprendre que j'acceptais ses avances et que par conséquence la prochaine bière se ferait chez moi.

Je reçois alors la seconde preuve qu'il ne faut pas toujours se fier aux apparences... Si le garçon semblait très assuré au départ, une fois nu et sous la couette il en est tout autre et je suis étonné de me retrouver face à quelque de si maladroit. Lui qui était si directe n'a finalement pas trop l'air de savoir ce qu'il fait. En un sens c'est charmant même si je ne m'étais pas attendu à ça.
Je me retrouve donc à guider ses mouvements, aussi délicatement que mon ivresse le permet. Tentant de trouver un juste milieu entre mon plaisir et ses maladresses. Je ne veux pas le brusquer, le blesser.
Et finalement on parvient à trouver une osmose plutôt agréable, on s'apprivoise et l'issue de cet échange me laisse plutôt satisfait.

Vidé et soulagé, encore collant et essoufflé, je roule vers ma table de nuit pour allumer ma lampe de chevet et y chercher de quoi rouler un joint Obligatoire après le sexe. L'observant du coin de l'oeil je ne peux retenir un petit sourire amusé.
Voir ce type, pourtant pas mal plus âgé que moi, mal à l'aise dans mon lit a quelque chose d'attendrissant et un peu surprenant. On croirait une lycéenne qui vient de se faire déflorer et qui a peur d'avoir été nulle pour sa première fois et que je sois un connard qui va la juger et se moquer d'elle si c'était pas assez performant à mon goût. Il pose même la question qui va avec... C'est mignon..."Carrément." Je répond joyeusement pour le rassurer. Si ça avait pas été, je serais pas venu et puis c'est tout. "Et toi ?" Je retourne par politesse.

Je le suis du regard alors qu'il quitte les draps pour marcher un peu dans ma chambre. Son corps nu sensuellement éclairé par la lumière de la lune et la faible luminosité de ma lampe me donne déjà envie de remette ça et je ne me gêne pas pour le bouffer du regard alors que j'effrite machinalement mon cannabis.
Il finit par s'arrêter à la fenêtre, dos à moi, et mes yeux glissent avec gourmandise sur son fessier si bien exposé.  "Effectivement..." Je confirme la vue avec sous entendu.
Reportant alors mon attention sur ce que je fais je répond plus sérieusement. "Mon père a de la thune alors il peut au moins me payer une baraque avec vue sur la mer. Autant que ça serve." C'est capricieux de ma part mais je m'en fous. Je peux me permettre les caprices alors je vais pas me priver d'exiger ce que je veux. Si je peux vivre avec vue sur mer je vais pas me contenter d'une vue sur poubelle par principe d'être raisonnable.

Ayant finit de rouler je me lève à mon tour pour le rejoindre. Me glissant dans son dos j'embrasse le haut de sa colonne vertébrale,  montant vers sa nuque jusqu'à dévorer son cou, nos ébats ayant laissé un goût salé sur sa peau. La présence d'un homme nu dans cette pièce m'avait manqué et j'en savoure chaque instant. "Dis moi, c'est la première fois que t'étais avec un mec ?" Je demande de manière plutôt directe en me glissant face à lui pour ouvrir un peu la fenêtre histoire de fumer.



 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyLun 16 Mai - 11:09

And we woke up together not quite realising how,
Awkwardly stretching and yawning,
Its always hard in the morning


En général, je ne suis pas ce genre de mecs. Pas que je sois un ange ou un prude, loin de là si on examine la liste de mes conquêtes depuis ma rupture, mais en général, j'attends de lire un minimum d'attraction et de désir dans les yeux de mon futur partenaire avant de me lancer. Je n'attaque pas aussi brutalement. Sauf ce soir. Sauf avec Callum. Je viens le plaquer sans même qu'il ne demande quoi que ce soit et je lui donne un avant-goût de ce qu'il pourrait avoir. La dose d'alcool ingérée et l'adrénaline sont de puissantes motivations et je me lance sans y réfléchir à deux fois. Au pire, qu'est-ce que je risque ? De me faire violemment casser la gueule par ce mec parce qu'il est insulté que j'aie pu penser qu'il aimait l'amour avec quelqu'un du même sexe ? C'est possible, mais je prends le risque et je ne le regrette pas le moins du monde, c'est même tout l'inverse. Je me sens pousser des ailes et quand il revient vers moi pour accepter ma proposition, je m'envole avec lui en direction de sa demeure qui vu ses vêtements chics doit valoir le coup d'oeil. Je suis excité par cette situation, par cette découverte que je m'apprête à faire tellement je n'ai pas toucher d'hommes depuis longtemps. Parce que je sais que ce soir, si je vais chez le brun, ce n'est pas pour m'adonner à de simples préliminaires, mais bien pour aller jusqu'au bout. Cette perspective m'attire comme elle m'angoisse légèrement maintenant que je sens mon taux d'alcool diminuer lentement.
Les choses ne se passent pas trop mal, finalement, même si je garde un arrière-goût amer dans la gorge. Maintenant que les effluves d'alcool qui me maintenaient alerte se sont envolées, je perds mon assurance, ma confiance et surtout, je réalise ce que je n'aurais pas dû faire, je comprends que je suis trop habitué au sexe avec les femmes. Pourtant, j'avais vraiment besoin de ce changement et j'ai trouvé les caresses du Rhodes enchanteresses. Je ne regrette rien. Est-ce que lui… ?
Je m'en inquiète et je vais même jusqu'à lui poser la question, jugeant que je ne peux pas tomber plus bas dans la médiocrité. Sa réponse étire mes lèvres en un sourire amusé, voire peut-être un peu niais, et quand il me retourne la question, je me contente de hocher la tête en le regardant dans les yeux. Pas besoin de mots pour dire comment je vais. Ca, il l'a très bien compris. C'est pour cette raison que je me lève aussi rapidement.
Un câlin après l'amour ? Ca aussi, c'est dans mes habitudes, mais ce soir, je change la dynamique parce que je n'ai pas envie de comparer ce que je fais avec un homme ou avec une femme. Je préfère me lever pour me changer les idées et surtout pour ne pas avoir à croiser le regard du Gallois qui regrette peut-être de m'avoir ramené chez lui. Je fais tout de même en sorte de lui parler alors que j'admire le panorama qui s'offre à moi maintenant que je me tiens devant sa fenêtre et sa réponse me fait sourire.
« T'as raison. Si tu peux te le permettre, t'as carrément raison. »
Je repense à ma vie avec Harlow et au fait que nous avons vécus hors du centre-ville pendant des mois parce qu'elle ne voulait pas que je dépense tout mon argent dans un logement hors de prix. Pourtant, j'en avais les moyens et j'en avais envie. Mais comme en amour il faut savoir faire des compromis et surtout parce que j'aurais tout fait pour la garder près de moi, j'ai accepté ses conditions et j'ai accepté un logement miteux. Pour lui faire plaisir, j'aurais été prêt à tout et n'importe quoi. J'aurais peut-être pas dû, en fait. Evidemment, je ne mentionne pas Harlow car ce serait incongru de parler de mon ex petite-amie - celle-là même que j'ai demandé en mariage et qui a refusé - à un homme que je viens de rencontrer et avec lequel j'ai fait des choses illégales dans certains états d'Amérique.
J'entends du bruit derrière moi et je ne tarde pas à sentir la présence de Callum toute proche. Les quelques baisers qu'il dépose sur ma peau me font frémir et même lâcher un râle de plaisir tout bas. Qu'est-ce que j'aime comme il s'y prend. Et qu'est-ce que je profite de cet instant avant qu'il ne vienne poser cette question qui devait le démanger depuis le début de nos ébats. Je me mords la lèvre inférieure, n'ayant pas pour habitude de parler de ces choses là, mais encore une fois, les habitudes sont faites pour être bousculées… C'est bien ce que m'a appris cette soirée. Difficilement, je tente de mettre la gêne de côté et d'arrêter de fuir en regardant à l'horizon.
« J'ai été si minable que ça ? »
Dis-je, le sourire aux lèvres, même si je devine qu'il y a une part de vrai dans cette interrogation, même si je ne sais pas si le jeune homme aura le cran de me le dire. Il se met devant moi, ouvre la fenêtre, allume sa cigarette à l'odeur distincte et après quelques secondes, je fais mes aveux tout en le regardant.
« Et bien… En théorie, non, ce n'était pas la première fois, mais en pratique… Ca faisait tellement longtemps que ouais, je crois que j'étais à nouveau puceau. »
 
Il vaut mieux en rire qu'en pleurer, j'essaye de me dire, et le brun n'a pas l'air de prendre trop mal la chose. Qui sait, peut-être qu'il se portera volontaire pour m'aider à devenir meilleur ? Une chose est sûre, j'ai tout comme lui une envie inassouvie de fumer, alors après lui avoir demandé, je tire sur son joint une ou deux fois avant de le lui redonner.
« Mais t'en fais pas, je suis un grand garçon et je sais comment ça marche, t'auras pas besoin de me briser le coeur demain matin. Si tu veux, je peux même être parti avant que tu ne te réveilles. Rassuré ? »
 
Conclus-je en m'esclaffant, recrachant lentement la fumée. Je gratifie le jeune homme d'un clin d'oeil, amusé par cette conversation qui je pensais au départ serait douloureuse. Les choses sont finalement bien différentes de ce à quoi j'attendais et je ne risque pas de m'en plaindre.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyLun 16 Mai - 23:01




 



Callum & Nate
“It may be said with a degree of assurance that not everything that meets the eye is as it appears.”  

J'ai éteint la lampe de chevet avant de me lever, histoire que tout le quartier ne nous voit pas non plus trop clairement en tenue d'Adam à la fenêtre. A présent il n'y a plus que la lumière de la lune pour nous éclairer. Une atmosphère intime presque poétique, les reflets bleus capturant la fumée de manière hypnotique.
Embrasser, caresser après le sexe n'a jamais été un problème pour moi. Si je suis capable de tirer un coup vite fait le pantalon sur les chevilles dans une toilettes puantes, je sais aussi apprécier la tendresse après un ébat. Chaque histoire est différente, chaque personne se traite différemment et je n'ai pas de schéma instauré. Sinon ça deviendrait vite chiant...
Je ne ressens surtout pas le besoin de fuir la personne une fois que je m'en suis servie, contrairement à beaucoup de coureurs qui ont souvent peur de l'après. Jeter les gens parce qu'on les a essayé, un concept que je n'ai jamais compris. Parce qu'ils ne pensent que par leur bite, et qu'une fois qu'il faut commencer à parler ils paniquent. Ces gens là sont juste des coquilles vides. Il n'est pas impossible d'allier sexe et sociabilité sans pour autant devoir se promettre un avenir.
Mes baisers dans la nuque de ce garçon ne veulent pas dire que je veux l'épouser ou devenir sérieux avec lui... J'apprécie simplement son corps, et probablement son esprit, tout du moins ce que j'ai pu en apercevoir.
Le moment qu'on a partagé était bon, autant continuer à savourer. Je suis mes élans, et ceux ci me poussent à un peu de tendresse.

Je ne peux réprimer un petit sourire attendri à sa réponse. Secoue vivement la tête en ricanant doucement, restant silencieux le temps de tirer une longue et bonne bouffée.  "Non c'est pas du tout ce que je voulais dire." Je finis par corriger tout en soufflant ma fumée, un peu amusé par la conclusion qu'il tire à ma question. Je laisse glisser un doigt joueur dans le creux de son torse. "C'était très agréable. J'ai simplement eu l'impression que t'étais pas toujours à l'aise. Mais c'est pas forcément une mauvaise chose et ça veut absolument pas dire que t'étais mauvais, loin de là. Je trouve ça plutôt charmant pour être honnête." Ça change des culs levés prêt à prendre. Aborder un rapport avec quelqu'un qui manque d'habitude requiert plus d'attention et pas conséquent un rapport un peu plus intime et humain. Un partage un peu plus sincère. S'en est presque rafraîchissant et cette dimension offre simplement une autre sorte de plaisir. Prendre son temps avec quelqu'un ça fait parfois du bien. "Du coup je me sens un peu honoré que tu m'ais choisis pour ce nouveau dépucelage" Je ris doucement en rebondissant ses propres propos. "Et puis j’espère surtout que ça t'auras donné le goût de reprendre..." J'ajoute, laissant peut-être paraître mes propres inquiétudes sur mes performances avant de lui laisser le joint. "Fais gaffe je les fais pures." Je préfère toujours prévenir, même si je pense qu'il ne doit pas être novice de la fumette... A force de fumer j'ai finis par me débarrasser complètement du tabac quand je les roules pour moi, ce qui pour certaines personnes peut être assez dur à fumer.

M'asseyant sur le rebord de la fenêtre je passe ma jambe derrière sa cuisse pour l'attirer un peu à moi, le regarde tirer sans laisser tomber mon sourire, séduit, alors que je laisse mes doigts jouer machinalement sur l'os de sa hanche. Je me perd un peu dans mon observation. C'est stupide mais j'ai toujours trouvé que voir quelqu'un fumer rendait instantanément plus sexy.  Ce corps nu sculpté par la lune, une délicate fumée bleutée s'échappant de ses lèvres, l'image est captivante. Une image presque romantique alors que seul le bruit des vagues vient briser le court silence. De toute façon qui a dit que le romantisme ne pouvait pas durer qu'une nuit ? Il n'a jamais été instauré que c'était une chose réservée aux couples ou aux amoureux...  On peut être romantique même si on ne fait que s'envoyer en l'air... Il n'y a pas de règle qui dicte que les histoires d'un soir doivent forcément n'être que sauvages et animales.
En tout cas ce n'est pas comme ça que j'envisage les choses, ou peut-être que c'est juste la weed qui me rend un peu fleur bleue, même si j'en doute.

Je ricane à ses mots lorsqu'il me rend mon joint. Il me fait rire. "Je pense que je pourrais survivre à un petit dej avec toi." Je répond simplement, laissant sous entendre qu'il passe la nuit ici et ne parte qu'après mon réveil. Tant qu'on est conscient de ce qu'on fait et de ce qu'on veut, il n'y a pas besoin de fuir. On est adultes tous les deux et je pense qu'on peut gérer une relation purement charnelles sans se faire d'idées.
Il a l'air de partager une philosophie assez similaire à la mienne, en tout cas je pense qu'on se comprend sur ce genre de choses. Un bon point pour lui qui ne fait que rendre sa présence encore plus agréable.
"Par contre... tu m'excuseras de demander mais, c'est quoi ton prénom ?" Je demande non sans une pointe d'embrassement. Si il avait du me le dire en début de soirée, quand l'alcool faisait encore bien la fête dans mes veines, il ne s'est pas vraiment gravé dans ma mémoire... Et je me dis qu'il vaut mieux lui demander cash maintenant plutôt qu'après avoir fait ami-ami autour d'une grande conversation...  
De toute façon il faut être honnête, les présentations c'est pas tellement ce qu'on avait en tête en rentrant chez moi. Ma priorité c'était plus de me le faire que d'apprendre à le connaître. Mais maintenant que ce premier désir est assouvit, autant passer à la suite.



 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyMar 17 Mai - 20:15

And we woke up together not quite realising how,
Awkwardly stretching and yawning,
Its always hard in the morning


Il sourit puis il en vient à secouer la tête et je ne sais pas si je dois vraiment le croire ou non. Peut-être que son sourire est un signe qu'il se moque de moi ? Je ne sais pas… Ou alors peut-être qu'il est le genre de garçons à ne pas être très explicite ? Est-ce qu'il dit ça uniquement parce qu'il est gentil et qu'il ne veut pas me faire me sentir pathétique ou est-ce qu'il le pense réellement ? C'est difficile à dire étant donné que je ne connais pas le jeune homme. Je le connais, mais plutôt au sens biblique du terme, ainsi pour tout ce qui est de sa personnalité, je crois que je ne suis pas le mieux placé pour en parler. Et est-ce qu'on connait vraiment quelqu'un quand on ne le connait que sur le plan physique, même si cela signifie que j'ai découvert jusqu'à ses grains de beauté les plus intimes ? Pas vraiment. Pourtant, peut-importe s'ils sont sincères ou s'ils n'ont que pour but de me faire me sentir mieux, je prends ses mots en compte et je les laisse me réconforter. Il n'a pas l'air méchant, Callum et je m'en rends compte à mesure que les minutes défilent. Ce choix plutôt aléatoire que j'avais fait en début de soirée est rapidement récompensé et quand Callum poursuit, je décide de le croire. Pourquoi est-ce qu'il me mentirait ? Ce n'est pas comme si nous nous étions promis quoi que ce soit quand je suis venu l'aborder dans ce couloir sordide. Il n'a aucune raison de me préserver en me racontant des bobards et quand je l'entends étoffer ses explications, j'y perçois une certaine sincérité. Bêtement, je me retrouve même à sourire quand il me qualifie de charmant. Ce n'est pas quelque chose que j'entends souvent. Ou du moins, pas juste après l'acte sexuel.
Le Rhodes se dit honoré d'avoir été choisi et j'en souris de plus belle. C'est vrai qu'encore maintenant, je ne sais pas ce qu'il m'a poussé à l'aborder lui plutôt qu'un autre. Sa belle gueule, sans doute. L'assurance qu'il dégage, sa fougue… Et puis, cette rencontre accidentelle, aussi. Je souris en le regardant et quand il me fait part de ses espérances, je le détaille des pieds à la tête en m'arrêtant longuement sur ses bijoux de familles avant d'étirer mes lèvres en un sourire empli de concupiscence.
« Peut-être bien, ouais. »
Son joint, je le devine très vite que c'est un pure, et je le remercie de l'avertissement d'un hochement de tête sans pour autant me ressaisir et m'arrêter dans ma démarche. La fenêtre est ouverte et maintenant, le bruit des vagues se mêle à notre échange. Les vagues s'écrasent sur le sable, l'emporte avec elles en repartant en arrière, un cercle vicieux que l'on distingue et qui devient comme une douce mélodie aux oreilles. Que ce soit à Tenby ou quand j'étais encore à Liverpool, j'entends ce son qui me poursuit et qui me rappelle mon ex petite-amie qui travaillait justement dans l'équipage d'un bateau. Elle adore de tout ce qui avait un rapport avec la mer, avec le monde marin en général et c'est donc un automatisme de penser à elle quand j'entends le bruit doux et brutal à la fois. Ce soir, ça n'échappe pas à cette règle, mais comme je m'applique à le faire depuis des mois, je la balaie de mes penser. Je crève cette nostalgie avant qu'elle ne vienne me trainer dans les méandres d'une dépression fatale. Je m'évade de cette atmosphère propice aux rêveries alors qu'il m'attire vers lui et je viens caresser d'une main son torse qui s'offre à moi. C'est lui qui est avec moi ce soir, et uniquement lui.
J'aurais pu me vexer qu'il ne se souvienne pas de mon prénom, mais ce n'est pas le cas, surtout après son aveu qui laisse penser qu'il apprécie vraiment ma compagnie. Et puis, qui serais-je pour me permettre de me vexer ? Ce n'est pas comme si je retiens le prénom des filles qui finissent dans mon lit. Au contraire, je trouve cela amusant qu'il ose me demander aussi directement mon prénom. Pas d'offense. Juste de la bonne humeur maintenant que je sais que ma performance n'a pas été trop décevante ou catastrophique.   
« Nate. » Dis-je d'une voix amusée.
 
Et puis… Ca change des quelques fans qui connaissent jusqu'à mon signe astrologique alors que je ne les ai jamais rencontrées. C'est revigorant et c'est plaisant. Callum est plaisant dans son ensemble, si bien que je reviens embrasser le creux de son cou tandis qu'il tire sur son joint. L'alcool a beau s'évacuer petit à petit de mon système, ce n'est pas pour autant que mon désir pour le Gallois diminue et je compte bien le lui faire comprendre. Dans le calme de la nuit, je l'observe du coin de l'oeil puis je me remets à errer dans sa grande chambre en détaillant les objets sans pour autant me montrer trop curieux ou invasif. Je m'étire et j'ose enfin lui demander une nouvelle faveur.
« Tu voudrais bien me faire faire le tour du propriétaire par hasard ? »
 
Que je commence dans un premier temps avant de rouler des yeux. Je m'approche de lui d'une démarche à la fois timide et enfantine avant de lui voler un baiser, un vrai pour ensuite lui mordre sa lèvre inférieure délicatement et lui susurrer quelques précisons.
« Et de la salle de bain plus particulièrement… si tu veux ? »
 
Je m'écarte et je le gratifie d'un sourire mutin avant de l'attirer vers moi, lui proposant sans trop de subtilités de filer sous l'eau chaude avec moi. Parce que si cette odeur omniprésente de sexe est à présent étouffée par le joint du jeune homme, ce n'est pas pour autant que ma peau collante à cause de la transpiration n'est pas demandeuse d'une bonne douche.


HJ : c'était nickel, t'en fais pas Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 994868865 Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 482748114

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyMar 24 Mai - 23:52




 



Callum & Nate
“It may be said with a degree of assurance that not everything that meets the eye is as it appears.”  
"Nate." Je répète sur un ton faussement concentré en posant un doigt sur mon front comme pour montrer que je l'imprègne bien dans ma tête cette fois. "Promis j'oublierais plus." Je joins un clin d'oeil tout en fendant ma bouche d'un sourire amusé. Plutôt content de pouvoir enfin mettre un nom sur ce corps. Une chose avec laquelle je ne m'embête que quand je sens que ça en vaut la peine.  Ici quelque chose me dit qu'il valait en effet mieux que je prenne connaissance de ce prénom car j'ai le sentiment que je serais voué à l'utiliser souvent à l'avenir.
Je remarque cependant qu'il ne demande pas le mien en retour, ce qui laisse penser que soit lui s'en fout, soit sa mémoire est plus fiable que la mienne. Auquel cas ça me fait un peu passer pour un nul qu'il se souvienne de mon prénom alors que je n'avais pas jugé utile de me souvenir du sien en début de soirée.
Cela dit, c'est lui qui s'est déplacé chez moi alors j'imagine que se rendre dans la maison d'un inconnu ça motive à retenir au moins son prénom... Au cas ou on aurait affaire à psychopathe, c'est toujours plus pratique d'au moins savoir ça quand on se rend à la police après être parvenu à s'échapper...

Je laisse échapper un petit soupire de plaisir quand ses lèvres viennent rencontrer mon cou. Et je me laisse faire en penchant la tête et fermant les yeux, l'invitant à continuer ses délicats baisers. Une attention qui fait frissonner mon corps jusqu'à mon bas ventre. Pour un peu il la referait se remettre au garde à vous... Mes sens sont encore exacerbés des plaisirs qu'on vient de partager, et il ne m'en faut jamais beaucoup pour me donner envie de remettre ça... Déjà qu'il m'en faut jamais beaucoup pour avoir envie de mettre ça tout court...
Posant ma main dans son cou alors que son visage est penché sur le mien, je viens caresser doucement la racine de ses cheveux, une forme de réponses à ses baisers. Tirant une grande bouffée sur mon joint, je glisse alors mes doigts vers son menton que j'attrape délicatement pour relever son visage, approchant ma bouche de la sienne que j'entre ouvre délicatement de mon pouce.  Posant à peine mes lèvres sur les siennes, je souffle alors délicatement ma fumée contre lui, partageant ma bouffée avant de m'éloigner dans un petit rire enjoué.
Sans un mot, je laisse ensuite mon attention dériver vers la mer alors que je termine, seul cette fois, doucement mon joint tout en me laissant bercer par le bruit des vagues, le corps de Nate m'empêchant d'avoir froid sur ce rebord de fenêtre.

Un corps qui doucement s'échappe de mes cuisses alors que le garçon se remet à errer dans la pièce. Écrasant mon mégot que je jette ensuite par le rebord, je le suis du regard. Fermant la fenêtre pour couper le froid, je me relève alors qu'à nouveau il s'approche de moi d'un pas chaloupé.  Je l'accueil en passant un bras autour de ses hanches, la main logée sur le haut de sa fesse alors qu'il vient m'embrasser, me coupant ainsi la parole avant que je ne puisse répondre à sa demande.
Son baiser fiévreux me donne presque envie de le pousser à nouveau sur le matelas, un peu plus et mes mains viendront bientôt se poser sur le haut de son torse à cet effet... Mais il s'arrête à temps. Et il me laisse hors d'haleine, l'entre jambe en alerte.
A sa précision je ricane amusé. "Bien sûr." Haussant le menton, je lui désigne alors la porte un peu plus loin derrière lui. "C'est juste là." Je baisse ensuite les yeux vers mon service trois pièces. "D'ailleurs je pense que je ferais bien d'en profiter pour prendre une douche froide..." Je dis en riant face à l'érection qu'il m'a donné.

La salle de bain de ma chambre n'a, contrairement à la seconde de la maison, pas de baignoire. Elle n'est pas particulièrement grande mais je me suis offert le luxe de me faire installer une douche à l'italienne avec jets d'eau multiples. Connaissant mon goût pour les produits de luxe, beaucoup auraient tendance à s'imaginer que mes étagères sont remplies de produits cosmétiques inutiles et hors de prix. En réalité il n'y a qu'un shampoing et un gel douche de supermarché qui trainent sur le sol de ma douche... Je ne suis pas particulièrement coquet. "Voilà..." Je dis simplement en haussant les épaules, présentant modestement la fameuse salle de bain... "Mais j'imagine bien que c'est pas pour la déco que t'avais envie de la visiter..." J'ajoute tout en me dirigeant dans la douche pour l'allumer, ayant plutôt bien compris ses allusions. Tendant ensuite ma main vers lui je l'attire à moi.  "T'auras bien besoin d'un coup de main pour te frotter le dos non ?"


 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyVen 27 Mai - 23:27

And we woke up together not quite realising how,
Awkwardly stretching and yawning,
Its always hard in the morning


« Oh ça non, tu n'oublieras plus. »
 
Que je rétorque sur un ton à la fois amusé et allusif. Autant dire que mon challenge pour la soirée est à présent lancé et qu'il est simple : mon hôte ne doit plus oublier comment je m'appelle sous peine d'être terriblement vexé cette fois. Et je n'ai pas envie que le mec pour lequel j'ai craqué ce soir (alors que je ne m'étais pas fait un mec depuis une nombre d'années incalculable) m'oublie aussi facilement ! Qui le voudrait ? Certes, si la soirée avait été un désastre, j'aurais sans doute voulu qu'il m'efface de sa mémoire, mais vu la tournure que prend cette nuit, je ne veux pas être le seul pour qui ça compte, rien qu'un peu. Non, je ne vais pas laisser cela se produire et si l'alcool était une excuse valable pour le lui faire oublier en début de soirée, à présent, ce n'est plus possible et je ne compte pas laisser cela se reproduire. D'ailleurs, je compte tout faire à partir de maintenant pour rendre le reste de la soirée mémorable, maintenant que nos esprits sont plus lucides. Et qui dit lucide ne dit pas pour autant que je suis moins entreprenant. Certes, je n'aurais jamais plaqué le garçon quand il allait dans les chiotes un peu plus tôt ce soir en étant sobre, mais maintenant, avec toutes les choses peu décentes que nous avons effectués, je n'ai plus vraiment de quoi me cacher, rien aucune raison d'avoir honte.
Après tout, Callum a lui même dit que j'étais charmant alors que nous venions de mêler nos deux corps. Soit, je prends le compliment comme il vient et là je me retrouve à couvrir le cou du jeune homme de baisers. Sa main dans mes cheveux me donne envie de le gratifier des baisers encore plus poussés, mais je me retiens pour ne pas donner un spectacle gratuit aux voisins qui pourraient avoir un vis-à-vis sur la fenêtre. Je reste soft et me contente de ces gestes doux jusqu'à ce qu'il me fasse partager la fumée de son joint d'une façon particulière.
On s'écarte, on se laisse respirer l'un l'autre quelques secondes, le temps de laisser la tension redescendre, de reprendre ses esprits, aussi, mais bien vite, mon corps est à nouveau attiré au sien et j'attaque à nouveau. Je reviens à la charge. Pas que notre premier échange m'ait laissé insatisfait, mais plutôt que je sais que je peux mieux faire. La première fois, c'est toujours miteux. C'est ridicule et on a peur que l'autre se moque. Et si c'était le cas, je veux quand même lui faire comprendre que je vaux mieux que ce qu'il a pu apercevoir. Et je pense réussir mon coup quand je vois qu'il a la trique, encore une fois. Un sourcil arqué, je me mords la langue puis je retourne goûter la sienne. Je ne dis rien, mais le voir dans cet état ne fait que de me rendre un peu plus triomphant.

Je le laisse me guider dans la salle de bain et je découvre la pièce d'un rapide coup d'oeil, aimant déjà la douche sans être passé en dessous. Il commence à faire couler l'eau et évidemment, il comprend le sous-entendu que je lance. Si je lui demande une telle visite c'est évidemment pour me laver de ce que nous venons de faire. Et lui comme moi doit savoir que ce genre de moment est parfait lorsqu'il se passe à deux. Alors il tend la main et je m'en rapproche, l'eau venant déjà aplatir mes cheveux qui me tombent dans les yeux. D'une main experte je les repousse en arrière et je réponds au Rhodes concernant mes intentions.
« On a toujours besoin de quelqu'un pour ces choses là, pas vrai ? »
 
Un sourire mutin sur le bout des lèvres, je viens le coller contre la parois de la douche alors que nos baisers commencent à se faire davantage humides à cause de l'eau chaude qui nous coule dessus et l'une de mes mains vient se glisser doucement le long de son torse, descendant avec lenteur et sensualité sur son ventre jusqu'à atteindre son entre-jambe.
« Et puis, je m'en voudrais de ne pas m'occuper de celle là, tu comprends ? »
Que j'achève en baissant le regard sur son érection que je touche sans plus aucune pudeur. L'enchaînement pour qu'il se souvienne de moi et de notre échange charnel est enclenché et pas égoïste dans ma recherche du plaisir, je préfère m'occuper d'abord de mon partenaire avant toute autre chose.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyDim 29 Mai - 19:11




 



Callum & Nate
“It may be said with a degree of assurance that not everything that meets the eye is as it appears.”  
J'avoue que j'ai un peu craqué sur ma douche... En même temps quand on a l'opportunité de se faire plaisir, faut pas s'en priver. C'est ma philosophie de vie. Se faire plaisir un maximum tant qu'on peut.  
A l'italienne, avec un sol de galets lissés et les murs recouverts d'un très large carrelage anthracite, j'ai fais installer un système de douche en pluie qui couvre le plafond en plus du pommeau habituel. En addition à ça, des jets muraux qui soulagent à merveille les muscles après un long entraînement.
Un système que je peux actionner selon ma volonté et que je décide d'allumer complètement ce soir, pour frimer un peu certes, mais surtout parce que prendre une douche à deux sous un simple pommeau ça finit toujours avec l'un des deux dont le cul prend le froid parce qu'il n'y a pas assez de place sous le pauvre jet.
Autant dire qu'avec autant d'eau sortant de partout,  on est immédiatement inondés. D'ailleurs les cheveux de Nate lui retombent instantanément sur les yeux alors qu'il se retrouve mouillé comme un petit chiot abandonné sous la pluie après avoir seulement fait un pas sous la douche.
Une vision qui m'arrache un petit sourire amusé.
Je lui dégagerais bien le visage mais sa main est plus rapide que la mienne. Un geste assuré, sexy. Clairement, le moindre détail m'émoustille. J'ai les sens en émois. Mon esprit rendu léger par l'herbe embelli tout, tout est accentué, exacerbé, même les choses les plus simples. Tout est beau et séduisant. C'est comme voir le monde avec un filtre.

Ondulant un peu pour laisser mes mains glisser le long de son dos jusqu'a sa chute de rein, je l'attire doucement à moi, plongeant mes yeux rougis dans les siens dans un regard enflammé. Je joins nos corps dans une étreinte affamée, si serrée que l'eau ne parvient plus à ruisseler entre nous. Contre lui, j'ai l'impression que le monde autour s'est effacé. Je ne sens plus que la chaleur de l'eau, le toucher humide de sa peau. Son torse contre le mien et ses lèvres qui rejoignent les miennes. Comme une explosion de sensations qui se propage jusque dans le bout de mes doigts. Mes yeux se ferment et je savoure nos baisers alors que le sang ne fait que pomper de plus belle entre mes jambes.
Rapidement je me retrouve dos contre le mur et ma bouche esquisse un large sourire sous la sienne. J'aime sa façon de prendre les devants, bien plus assuré que la première fois et je laisse échapper un soupire de plaisir quand je sens sa main descendre le long de mon torse pour saisir mon sexe. Mon corps frémis alors que j'en souris de plus belle, un sourire excité, joueur.  Je mord ma lèvre, ferme les yeux un instant pour savourer son toucher. "Fais donc, je comprend totalement." Je ris doucement avant de capturer à nouveau ses lèvres pour le dévorer. Tendant le bassin comme une fille en chaleur sous ses caresses, pour qu'il puisse me saisir pleinement, pour en redemander. Une fois de plus je ne me prive pas de l'opportunité de me faire plaisir. Si il veut s'occuper de moi, qu'il fasse donc.

Laissant mes mains parcourir son corps, manquant parfois de le griffer dans une vague de plaisir, je fini par descendre moi même vers ses hanches. Je caresse la courbe ferme de ses fesses avant de glisser vers l'avant pour saisir fermement son membre, lui rendant la pareille. Pas que je m'en sente obligé, par politesse parce que lui me fait frissonner de plaisir. Simplement parce que j'en ai envie. J'ai envie de le toucher, de sentir son désir sous mes doigts, de jouer avec. Unir nos jouissances.
Quittant ses lèvres je laisse le bout de ma langue glisser le long de son menton jusqu'au creux de son cou que je mordille doucement avant de l'embrasser.
Mes pulsions me donnent envie d'échanger les rôles, de le pousser pour le plaquer lui contre le mur, prendre les devants et attaquer en devenant dominant. Pour mieux le dévorer. Mais je me retiens, j'ai décidé de le laisser diriger cette fois. Je me laisse être un pantin dans ses mains, et je suis curieux de voir ce qu'il compte faire de moi.
"Dis moi... monsieur Nate." Insistant bien sur le prénom, histoire de montrer que je l'ai retenu, je décide de lancer de la petite conversation, m'interrompant par moment pour laisser échapper un petit gémissement. Après tout il n'y a pas de mauvais moment pour apprendre à se connaître... C'est des conneries de rester silencieux pendant le sexe. "Tu fais quoi... au juste dans la vie ?" Je ris un peu moi même face à cette question, conscient que j'adresse ce genre de sujet à un moment qui pourrait étonner. Mais ça m'amuse.



 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyDim 29 Mai - 21:18

And we woke up together not quite realising how,
Awkwardly stretching and yawning,
Its always hard in the morning


Ca va vite, une fois que nous sommes sous l'eau et l'envie de faire mieux que la première fois est à son comble. Dans un échange de baisers passionnés et de caresses délicieuses, je prends conscience qu'il n'est plus le seul à être raide sous la ceinture. Je passe un bras autour de son cou pour mieux l'empoigner, mieux l'embrasser. Pour être plus proche de lui et pour le sentir contre moi. Les baisers appellent le reste et en m'écartant légèrement, ma main vient se poser sur son érection dont je compte bien m'occuper correctement. Nos bouches sont à quelques centimètres l'une de l'autre tandis qu'il se cambre en laissant s'échapper quelques râles de plaisir dont je me délecte d'un sourire lascif. Faire plaisir à l'autre revient à se faire plaisir soit même et ce moment à la fois intime et intense me laisse comblé. Enfin, c'est ce que je pensais jusqu'à ce que le Gallois ait à son tour les mains baladeuses. Un peu surpris, je lâche un sursaut quand je le sens le prendre et les yeux dans les yeux, je me mets à être submergé par une violente vague de jouissance qui se traduit par un petit rire un peu gêné alors que mon corps se tord sous ses caresses. Je ferme les yeux alors qu'il continue et que je continue également puis je viens finalement reprendre possession de ses lèvres pour un long baiser loin d'être chaste. J'attrape sa bouche, ma langue joue avec la sienne, je suis à la limite de le morde, comme si je voulais le pousser en arrière alors que le garçon est déjà contre la paroi carrelée.
Une symbiose parfaite, un instant à couper le souffle et qui donne envie de remonter le temps pour le revivre encore et encore.
La maladresse a bien diminué maintenant que l'alcool est en quantité limitée dans mon sang et le fait de connaître ce corps svelte me motive à prendre les devants. Je frissonne sous ses mains et s'il a le courage de reprendre la parole, je dois en revanche me concentrer pour sortir quelque chose de plus compréhensible qu'un vulgaire gémissement. Je souris quand je l'entends insister sur mon prénom et je compte bien le féliciter pour l'avoir retenu.
« Et bien… Callum… »
 
Que j'arrive à articuler malgré mon cerveau embué. Posant les deux mains sur son corps, je le fais se retourner, l'agrippant toujours autant pour finalement parcourir sa nuque de baisers. Je m'arrête un court instant pour prendre le temps d'admirer son dos, ses muscles fins, mais parfaitement dessinés, sa silhouette irréprochable… Il n'y a plus de différences et comme tout à l'heure, j'ai envie de lui et uniquement de lui. Trop envie. Tellement envie que j'oublie même la promesse que j'avais pourtant fait à ma cousine quelques mois plus tôt. Ne pas tenter le diable, et se protéger, toujours. Pas toujours faut croire, parce que bientôt je le fais mien en poussant quelques soupirs sans même me soucier de mon oubli. Comme si parce que nous l'avons déjà fait une fois, nous ne risquons plus rien. C'est faux. On ne se connaît même pas au final. On sait simplement que nous sommes deux hommes consentants qui aiment le sexe autant qu'ils aiment leurs bouffés de nicotine.
« Je suis musicien… Et… Je chante, aussi… »
 
Que je parviens à répondre entre deux soupirs saccadés, mes bras passant sous ceux du Rhodes pour se retrouver sur son abdomen. Je continue dans ma recherche de proximité et dans mon envie d'être tout contre lui, même quand notre échange est rythmé d'un va-et-vient régulier.
Mon front se colle quelques secondes sur la nuque du garçon puis dans un élan de concupiscence le plus égoïste qui soit, je libère davantage l'animal qui sommeil en tirant les cheveux du garçon en arrière de ma main droite, dégageant sa tête pour que je puisse dévorer son cou sans qu'il ait son mot à dire.  
« Et toi ? »
 
Que je viens murmurer à son oreille avant de le relâcher tout en continuant de profiter de cette partie de sexe mélangée aux meilleurs jets d'eau qui soient.
« A part claquer du fric pour te faire poser la meilleure douche de la planète dans ton appart avec vue sur mer ? »
 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyLun 30 Mai - 21:20




 



Callum & Nate
“It may be said with a degree of assurance that not everything that meets the eye is as it appears.”  
Je ne m'étais certainement pas attendu à une douche chaste, mais j'étais loin de l'imaginer aussi sauvage. Sa façon de m'embrasser, comme si il voulait me bouffer, me fait tourner la tête et j'en soupire de plaisir sous ses lèvres. Il m'en donnerait presque un orgasme buccale. Une véhémence qu'il m'avait caché lors du premier round et qui me surprend d'une façon plus qu'agréable...  Ses gestes passionnés font trembler mon corps et je savoure chaque seconde.
Il n'est clairement pas un banal coup du vendredi soir ce garçon. C'est une perle rare. Coucher avec quelqu'un n'est pas difficile et n'importe qui peut emboîter n'importe qui, mais trouver une telle alchimie n'est pas chose courante. Une association parfaite, comme si nos corps avaient étés conçus spécialement pour se mêler. Un plaisir rare, bien plus intense qu'avec toutes les midinettes habituelles. Clairement ça faisait longtemps que je n'avais pas apprécié autant un échange.

Ma curiosité sans limites ni timing me donne envie de creuser pour savoir ce qui se cache sous cette gueule parfaite. Qui est cette personne qui me fait tant d'effet et avec qui je me sens tant en osmose ? Alors entre deux vas et vient de sa main j'ouvre ma bouche et lance mon enquête. L'un des avantages de parler pendant le sexe, c'est notamment que ça évite de venir trop vite. On tient plus longtemps lorsqu'une partie de son esprit est réquisitionné pour réfléchir et former des mots, distrait de ce qui se passe dans le bas du ventre. Qui dit tenir plus longtemps dit également un plaisir plus long. J'ai rien d'un précoce, au contraire j'ai plutôt une bonne tenue, mais ce Nate me fait vraiment beaucoup d'effet et mes sens sont incroyablement exacerbés... Et vu que je ne me soucie pas trop de ma facture d'eau, j'aimerais étirer ce moment le plus longtemps possible.

Il prend alors une décision qui me surprend un peu. Sans me laisser trop le choix il me retourne et je me retrouve face au mur, son souffle chaud couvrant ma nuque, dressant chaque poil de ma peau au passage. Si je suis surpris, c'est surtout que je ne m'attendais pas à une telle initiative de sa part. Je pensais qu'on se finirait à la main comme des collégiens. Mais je suis ravi de la tournure que prend cet échange. Il apprend visiblement très vite... Et si c'est normalement plutôt moi qui mène la danse, cette situation inversée est loin de me déranger. Surtout quand le partenaire est aussi entreprenant et fait preuve d'autant de vigueur. J'ai déjà le dos cambré en demande, empressé de le sentir en moi, pressant mes mains contre le mur en appui. Excité comme rarement. Tellement que je ne l'arrête même pas quand il me prend sans protection. Pourtant l'une de mes règles d'or que je ne brise jamais. Une obligation quand on cumule autant de partenaires que moi. A croire que cette nuit est vraiment spéciale, au point de m'autoriser à oublier mes principes.  C'est probablement stupide mais j'ai envie de prendre le risque. On dit souvent que le danger épice les choses, une règle qui visiblement s'applique aussi au sexe. Ce goût d'interdit ne fait que rendre ce moment plus intense.

Sa réponse m'arrache un petit rire qui se perd dans un râle de plaisir. Sous ses coups de rein je me tord, profitant de ma souplesse de danseur pour lui faire atteindre l'endroit parfait. "Merde alors... Je suis... en train... De me taper un fantasme... universel.... et j'étais même pas... au courant." Je n'ai personnellement jamais eu de fantasme particulier pour les musiciens, mais il est bien connu que gratter une guitare ça fait instantanément mouiller la plupart des filles. D'habitude c'est d'ailleurs plutôt eux qui se font draguer sans avoir rien à faire, alors l'idée que ce soit lui qui soit venu chez moi ce soir fait clairement plaisir à mon égo. "J'ai des.... guitares... en bas. Tu me feras la sérénade... après ?" Je demande pour rire. "Normalement ça aurait été plus... conventionnel... de la faire avant de m'enculer. Mais t'as de la chance... je suis pas... un garçon qui fait... dans les conventions." Même moi je commence à avoir un peu de mal à parler... En lançant la conversation j'avais pas imaginé qu'on la poursuivrait dans une telle position.
Le visage jusque là contre mes bras appuyés sur le mur pour mieux me courber, je sens le m'enlacer pour me ramener un peu plus contre lui.
Je sens sa main saisir mes cheveux et me tirer vivement en arrière, m'arrachant une plainte de jouissance. Ce côté bestial est loin de me laisser insensible et je gémis comme une pucelle alors qu'il dévore mon cou.
Submergé par le plaisir je tente de lui répondre. "Et bien... globalement... quand je suis pas... en train de... dépenser du... pognon... ou train de... baiser...je danse. Et là présentement... si tu continues... comme ça... je vais pas... tarder à venir."
Attrapant délicatement l'une des ses mains qui parcourt mon torse je la guide doucement vers mon entre jambe pour en réclamer encore plus.
A présent je suis rendu muet, je ne suis clairement plus capable de parler. Je prend bien trop mon pied pour arriver à réquisitionner encore la moindre parcelle de mon esprit pour réfléchir.



 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyMer 1 Juin - 15:41

And we woke up together not quite realising how,
Awkwardly stretching and yawning,
Its always hard in the morning


Je le retourne, je le prends vivement et je poursuis cette danse endiablée en me délectant de chaque nano-seconde. Si je savais déjà que le Gallois était un excellent amant, je découvre encore à quel point il peut être réceptif et partageur quand il se tord, qu'il frémit et qu'il en redemande. L'échange se poursuit et un rire s'échappe de mes lèvres aux qualificatifs qu'il utilise. Un fantasme universel. Et il va voir ce qu'il peut donner, ce fantasme universel, que j'en viens à penser avec un sourire carnassier qui étire doucement mes lèvres.
« Ouais… Faut croire. »
Réponds-je en soupirant sans prendre le temps de faire preuve de fausse modestie. A d'autres. Je sais que si je m'envoie une fille différente tous les soirs, ce n'est pas pour rien et bien sûr, j'ai pu constater que le charme du micro est bel et bien une réalité. Je le prends encore et encore, appuyé contre son dos et lui donnant coup de rein après coup de rein dans une jouissance totale. Les mots sont difficiles à sortir, mais je tente de poursuivre cette conversation en restant cohérent et en me poussant à poser des questions, même si ma seule envie, c'est de continuer ce que je suis en train de faire sans distraction.  
« Je peux même te la faire dehors… Sous le balcon… La sérénade. »
J'aime le romantisme. J'aime être romantique, même quand je suis en train de vivre une des parties de sexe les plus sauvages de ma vie. Pourtant, cette idée de chanter la sérénade au jeune homme m'amuse vraiment. Mais pas tout de suite. Pas alors que je me sens perdre pieds, de plus en plus comblé, de plus en plus sur le point de revivre l'orgasme une nouvelle fois cette fois. La question enfin retournée, j'entends sa réponse et je sens mon admiration pour cet homme grandir encore et encore. Il claque du fric sans se soucier des autres, il couche avec qui bon lui semble et j'apprends qu'il est danseur. Donc un artiste. Un homme d'une sensibilité profonde, qui ressent les émotions comme seul un artiste le peu. Un homme qui peut transcrire des sensations à l'aide de ses mouvements comme moi je m'aide de mes instruments de musique. Un homme d'une pureté inouïe et probablement d'une complexité inouïe, aussi. Un homme qui ressent et qui ne pense pas. Quelqu'un de vrai. Un danseur, que je continue à penser, songeur quelques secondes à l'idée de sa souplesse et de sa légèreté. Décidément, le brun me plait de plus en plus et ses dernières paroles m'encouragent à faire ce qui est nécessaire pour le combler lui aussi. Alors je laisse la main de Callum guider la mienne délicatement jusqu'à son entre-jambe et je me remets au travail, cherchant à le faire prendre son pieds.
« Et ben viens… C'est tout ce que je veux. » achève-je, taquin et espiègle à souhait
Parce que moi aussi je devine que je n'en ai plus pour très longtemps si je continue à cette allure. Les soupirs se font de plus en plus rapides, de plus en plus forts, aussi et puis c'est le silence. Nous restons silencieux lui et moi, et l'eau qui coule devient maîtresse du jeu, elle rythme notre échange, les claquements de sa peau contre le mienne. Sans en prendre conscience, je lâche quelques jurons dans un accent d'Angleterre du nord bien trop prononcé que je ne peux retenir. Et nous y allons jusqu'à la jouissance de l'un et puis de l'autre.
Une fois atteinte, je relâche tout. Je me retire, je me relâche et je me laisse retomber sur le jeune homme, l'enlaçant faiblement. Je le laisse se retourner et profite à nouveau de la vision que m'offre son beau visage, puis, épuisé, je viens nicher ma tête dans le creux de son cou. « Oh bordel… » Souffle-je contre sa peau. Après deux round, je suis complètement lessivé et je profite alors des bras du garçon quelques minutes de plus sous cette eau bouillante. Je me laisse le temps de reprendre une respiration normale, puis je reste tout contre lui, attendant que le palpitant dans ma poitrine se calme. Je l'étreins sans y mettre de force, mais suffisamment pour que sa peau garde ce contact électrique contre la mienne. Un doux baiser sur son épaule quand l'ordre est à peu près rétabli puis un regard amusé en sa direction et je coupe l'eau de la douche.
« Tu sais quoi ? Faudrait baptiser toutes les pièces de cette façon… En plus, t'as l'air d'avoir une grande maison. » Je rigole « Mais peut-être pas tout de suite, quand même. » finis-je, encore le souffle coupé.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyMer 1 Juin - 18:20




 



Callum & Nate
“It may be said with a degree of assurance that not everything that meets the eye is as it appears.”  
C'est assez perturbant pour quelqu'un qui couche autant que moi de réaliser qu'on peut encore découvrir de nouvelles sensations. Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà eu un rapport aussi intense et pourtant j'étais persuadé d'avoir déjà atteint le maximum des plaisirs. Mais lui, j'ai l'impression qu'il baise mon âme autant que mon corps. Et je ne sais pas si ça un quelconque rapport avec notre oubli qui rapproche encore plus nos peaux et amplifie les sensations ou si c'est juste parce que je suis dans ce rare cas où l'esprit de la personne m'excite presque plus que son physique. C'est presque comme se faire prendre par un dieu. Parfait en tout points.
J'ai l'impression qu'on a du déjà s'envoyer en l'air un millier de fois dans une autre vie tellement il me traite avec justesse. Il a l'air de savoir exactement quels mouvements et quelle attitude me font brûler le plus.  Soit il a un instinct hors du commun, soit il analyse incroyablement bien les réactions de mon corps pour s'adapter. Soit on est juste très bien assorti...

Crispant les doigts contre le carrelage à en avoir les jointures blanches, mon corps est parcourut de tressautements alors que ma jouissance explose. Un instant partagé et savouré ensemble alors que je l'entend jurer dans mon dos. Moi je viens beaucoup mon virilement, incapable de lâcher autre chose que des gémissements que j'étouffe en me mordant la lèvre.
Ces sensations de bien être à l'état pur et de légèreté si typique de l'orgasme m'envahissent  alors que mes muscles se relâchent doucement. Faut pas se demander pourquoi je suis accro au sexe quand on en voit ses effets. A cet instant précis je suis probablement l'homme le plus comblé et serein de cette ville. Faudrait être fou pour ne pas vouloir se sentir aussi bien en permanence.
Hors d'haleine, je me retourne pour prendre appui sur le mur histoire de soulager un peu mes jambes rendues fébriles.  La tête en arrière contre le carrelage, les yeux fermés pour ne pas me ramasser la flotte, je lève un bras fatigué pour l'enlacer en retour, laissant ma main remonter  vers ses cheveux. Je caresse sa peau mouillée, apprécie son souffle court dans mon cou alors que son coeur palpite en harmonie avec le mien contre ma poitrine.
On reste ainsi un moment effondré l'un sur l'autre, à reprendre notre respiration et à retrouver nos esprits sous cette eau incessante qui elle seule brise le silence de l'instant.
Finalement, après m'être repris un peu je laisse un large sourire se dessiner sur mes lèvres à la pensée de ce qu'on vient de partager. "Cette fois c'est clair, je te demanderais pas si c’était ta première fois avec un mec..." Je commente amusé pour souligner la différence de performance. Pas que la première ait été nulle. Elle était même très bien. Mais quand il prend confiance et décide de mener la danse, passant de charmant à sauvage, ce n'est tout de même pas pareil. "D'ailleurs si t'as l'intention de monter le niveau un peu plus comme ça à chaque fois, ça t'emmerderais qu'on se revoit souvent ?" Parce que si il continue à me faire jouir et à me surprendre de cette façon, je veux certainement pas passer à côté des prochaines fois... Je n'ai pas l'habitude d'avoir des réguliers, mais c'est clair que lui je ne veux pas le laisser filer. Je veux le goûter encore et encore. Mes prochaines conquêtes seront probablement des déceptions à côté.

Je ris à sa proposition, j'aime l'entendre suggérer qu'on puisse remettre ça justement. Et effectivement j'ai une grande maison alors l'idée ne peut que m'emballer. Je réfléchis une fraction de secondes. "Mh oui... 9 ou 10 pièces ?" Je calcule non peu content de ce chiffre satisfaisant. Deux salles de bains, un wc, deux chambres, un bureau qui sert à mes plantations, une cuisine, un jardin d'hiver, un séjour et un hall d'entrée... On devrait pouvoir avoir de quoi s'amuser. "Cependant, je suis pas sûr que le type que j'héberge en ce moment apprécie de tomber sur nous dans le salon...Ou pire dans la chambre que je lui prête." Je précise tout de même, imaginant Clément rentrer alors qu'on est occupé sur le canapé ou la table à manger. Une image qui m'arrache un petit ricanement. De plus, il n'oserait probablement plus se faire à manger non plus si il apprenait que le plan de travail s'était retrouvé souillé par des fesses en sueur...

L'eau coupée, je quitte les bras de Nate après avoir passé une main sur les quelques mèches de ses cheveux retombées dans l'effort, embrassant sa tempe avant de sortir de la douche pour m'emballer la taille dans ma serviette. J'en saisis ensuite une propre sur l'étagère que je jette au musicien. "Dis moi, ça venait d'où là ce qui cet accent que t'as ressorti ?" Je demande avec un petit sourire alors que ça mon esprit se met à repenser à cet instant ultime si délicieux. Curieux de connaître ses origines clairement pas galloises et donc d'en savoir plus sur lui, le type que j'ai autorisé à me prendre sans protection.

Une fois vaguement séché, je retourne alors dans la chambre. "Je reviens." Je lui indique alors que je continue mon chemin jusqu'au dans le hall, descendant ensuite les escaliers jusqu'au salon.
J'attrape une de mes guitares acoustiques, la Martin D28, utilisée par Paul McCartney. Pas que je sois un grand guitariste, loin de là. J'aime juste collectionner les jolies choses et user un peu la carte de crédit de papa pour des caprices...
Mon objectif en main je remonte aussi tôt. "J'ai pas de balcon alors faudra faire fonctionner un peu notre imagination mais je suis sûr que ça le fera quand même." Je dis amusé tout en tendant la guitare à Nate. Je pars ensuite me jeter dans le lit, croisant les bras derrière ma tête, me montrant impatient de voir cette sérénade. "Vas y monsieur le musicien, séduis moi."



 
Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8304
POINTS : 5270
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyVen 3 Juin - 19:01

And we woke up together not quite realising how,
Awkwardly stretching and yawning,
Its always hard in the morning


Le souffle coupé, les muscles détendus, le corps fébrile… Je reste contre Callum, je passe mes bras autour de lui et je me tiens à lui, pas certain de tenir debout si je n'ai pas ce précieux appui. Sa réflexion m'arrache un sourire et mon égo déjà pas mal sur-dimensionné n'en est que davantage comblé. Je profite de ce compliment et je reste quelques secondes supplémentaires dans cette position, à me délecter de la chaleur de son corps. Monter le niveau à chaque fois, j'avoue que ça ne serait pas déplaisant.
« Oh… Alors comme ça tu voudrais encore bien de moi ? Ca veut dire que je ne serai pas forcé de faire la marche de la honte pour rentrer chez moi tout à l'heure ? »
Je n'étais pas dans l'optique de revoir le garçon, surtout après notre première expérience assez banale, mais à présent que je suis parvenu à me rattraper, je crois que remettre le couvert avec lui serait bien plus qu'appréciable. Et si lui-même dit qu'il serait d'accord pour qu'on se revoit plus fréquemment, c'est que cette fois fut bien meilleure, et pas uniquement pour moi. Et cet instant, je crois que je vais en garder un souvenir plutôt mémorable. Sa jouissance était aussi comblante que la mienne et si j'ai réussi à l'emmener au septième ciel, je serais plus qu'heureux de remettre ça. Autant le sexe avec les femmes, ça ne me dérange pas de diversifier, autant avec les hommes, je préfère garder cela privé, surtout que je ne sais pas si j'arriverais à trouver quelqu'un d'aussi doué que le jeune homme. Quelqu'un d'aussi doué, d'aussi beau et d'aussi agile… En jetant mon dévolu sur cet inconnu, jamais je ne m'étais imaginé vivre une expérience aussi délicieuse et aussi exaltante. Cela dit, j'ai peur de ne pas parvenir à remonter le niveau une prochaine fois, si prochaine fois il y a vraiment. Qu'est-ce que j'aimerais qu'il y en est une…
Il fait un léger inventaire mental des pièces de sa maison et quand il me sort le chiffre, je n'en rigole que davantage. En effet, ça pourrait être plaisant, mais clairement, pas tout de suite car j'ai encore du mal à tenir debout sur mes deux jambes. Il m'apprend tout de même quelque chose d'important, à savoir qu'il ne vit pas seul. Un moment, je suis effaré à l'idée d'avoir pu réveiller son colocataire en poussant des cris un peu trop fort et puis finalement, je m'esclaffe de plus belle, imaginant la situation qu'il propose.
« Les aléas de la colocation… Je connais bien. »
Dis-je en souriant, pensant moi-même que je suis heureux de n'être jamais tombé sur l'un de mes colocataires en train de s'envoyer en l'air dans l'une des pièces communes. Malheureusement pour ceux qui vivent avec moi, ce sont plutôt eux qui sont dérangés par les nuisances sonores de mes nuits endiablées à répétition. Cela dit, j'ai toujours eu assez de respect pour ne pratiquer que dans ma chambre, même quand parfois, monter les escaliers paraissait infaisable.
Il s'extirpe de mes bras bien trop tôt, vient m'embrasser, pas sur la bouche, cette fois, et se couvre d'une serviette que je maudis. Il m'en donne une propre pour que je fasse de même et maintenant que l'eau chaude n'est plus là pour nous réchauffer, je l'attrape avec soulagement.
« Ah ça. Chassez le naturel, il revient au galop, hein ? » fis-je en levant les yeux au ciel. « L'accent vient de Liverpool. Comme moi. Ca fait deux ans que je suis ici, même si je fais encore des allés-retours réguliers en Angleterre. »
Deux ans déjà que je suis venu ici dans le but de retrouver de l'inspiration et terminer mon album. Deux ans et voilà que l'album est commercialisé, même si nous avons été obligé de remanier un peu les membres après le départ de Harlow. Tout en discutant je m'essuie le visage et le corps à l'aide de sa serviette et quand nous retournons dans la chambre du brun, il ne tarde pas à m'annoncer qu'il revient. Je le regarde s'éloigner, un peu perdu et surtout ne pouvant pas m'empêcher de me demander où est-ce qu'il va. Pendant ce moment de solitude, je remets mon boxer afin d'éviter un nouvel égarement de ce genre même si ce dernier était absolument divin et quand Callum réapparait avec une guitare à la main, je pars d'un franc éclat de rire, allant jusqu'à taper dans mes mains pour l'applaudir. Si l'idée m'avait parue très amusante, je ne pensais pas qu'il tiendrait à avoir cette sérénade maintenant, alors que nous nous remettons de notre partie de sexe céleste. Toutefois, je ne me fais pas prier pour attraper l'objet qu'il me tend pour l'observer. Cette guitare est un vrai petit bijou et inconsciemment j'en viens à me mordre la lèvre.
« Attention, après ça tu vas tomber amoureux. » Que je dis en m'esclaffant et en le gratifiant d'un clin d'oeil qui se veut taquin.
Les sérénades se doivent d'être romantiques et passionnées à souhait et je ne suis pas du genre à faire les choses à moitié. Le garçon part s'installer sur le lit et moi je teste l'instrument en jouant l'air célèbre de Fobidden Games et en l'accordant quand cela est nécessaire. Quelques secondes plus tard, je me place au bord du lit et je pose un genou à terre. J'hésite avant de le faire, parce que forcément, ce geste m'assaille de ce souvenir abominable où je pose un genou à terre pour demander à Harlow de m'épouser et où elle répond par la négative, mais cette fois, je me force à sourire et à m'exécuter. Il faut que je donne une tout autre dimension à ce geste et c'est avec Callum que j'y arrive. Sans plus vraiment y réfléchir j'enchaîne les notes en arpège, puis quelques accords qui s'harmonisent en une mélodie diablement romantique. Pour les paroles, j'improvise sur le poème The Natural Beauty de Samuel Johnson en changeant prénom et pronoms pour l'adapter à cette nuit avec le Gallois. C'est un peu bancale quand quelque fois il me faut quelques secondes pour me rappeler des mots du poète, mais dans l'ensemble, la performance reste tout à fait acceptable. Je termine, je me relève et je repose la guitare à côté du lit. Je lance un coup d'oeil vers le jeune homme pour essayer de jauger sa réaction et comme tout mélomane et hautain sur les bords, je le rejoins sur le lit et je reprends.
« Alors ? J'ai conquis ton coeur ? »


Spoiler:
 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) EmptyDim 24 Juil - 23:05




 



Callum & Nate
“It may be said with a degree of assurance that not everything that meets the eye is as it appears.”  
Mon visage se fend d'un sourire amusé. "Je serais carrément déçu si on se revoyait pas. Tu peux passer tranquillement le reste de la nuit ici, pas besoin de rentrer en trainant les pieds. T'auras même le droit de partager un café avec moi en te levant."  J'ai bien l'intention de le garder pour la nuit, m'assoupir dans une étreinte. Pas besoin d'être amoureux pour apprécier de temps en temps un peu de tendresse. On a tous besoin d'être parfois bercé par des bras chauds, rassuré par une caresse, sentir le souffle d'un autre alors qu'on ferme les yeux. Parce que c'est pas parce qu'on baise souvent qu'on est à l'abri du sentiment de solitude. On a beau fréquenter du monde, si c'est pour se retrouver tous les soirs à s'endormir sans personne à ses côtés, dans un lit froid, dans une grande pièce noire, c'est qu'on est seul. C'est déprimant et pour me protéger de cette sensation j'aime capturer certaines de mes conquêtes pour des nuits entières. Juste pour avoir quelqu'un d'autre à côté de moi quand je rejoins Morphée, et pour avoir quelqu'un à qui dire bonjour en ouvrant les yeux. Une personne à qui je peux raconter mes rêves étranges avant de les oublier, avec qui je peux faire un concours de la pire haleine et partager le premier joint du matin.

Je quitte ses bras pour me sécher. En profite pour enquêter un peu plus sur lui. Principalement sur ses origines clairement pas galloises.
Liverpool, ça sonne presque exotique. De ce que j'ai pu en entendre, j'aurais jamais pensé que cette ville puisse faire des rejetons comme Nate, du genre qui aiment bien jouer avec les zizis des autres garçons... Des échos qu'on reçoit, ça donne plutôt l'impression que cet endroit est le nid de la version britannique des redneck. Une région où on fait des vrais bonhommes qui font claquer leurs pintes tous les soirs au pub et qui rigolent grassement devant le foot avant de se taper sur la gueule. Des mentalités machistes et homophobes. Des clichés bien évidemment, comme on a bien souvent sur ce qu'on ne connait pas vraiment.
Je me demande bien sûr pourquoi il a quitté sa ville natale pour venir se perdre dans une petite bourgade comme Tenby. Mais je garde ma question. "Ça a du bien te changer Tenby..." Je commente simplement en riant un peu, imaginant le dépaysement qu'on peut ressentir en venant d'un endroit comme Liverpool. Moi je n'ai toujours connu qu'ici et ça me va très bien. Ici je suis un prince, de par la position de mon père et l'épaisseur de son portefeuille. J'ai de l'influence, une place. Dans une grande ville je ne serais qu'un gamin de riche parmi tant d'autres, un anonyme... Un mode de vie qui me frustrerait bien vite. Alors même si Tenby c'est petit, c'est mon royaume et je m'y plait.

Je pars ensuite chercher une guitare et m'installe sourire aux lèvres, toujours nu, sur mes draps défaits. Un peu déçu de voir que pendant ma courte absence, Nate à quant à lui remit le bas. J'attend ma sérénade et me prépare à être apparemment percuté par l'amour.
Je joue les séduis lorsqu'il pose un genou à terre, faisant la comédie jusqu'a porter une main émue sur ma poitrine avant de laisser s'échapper un rire un peu taquin d'entre mes lèvres étirées.
Mais lorsqu'il commence à caresser les cordes, je redeviens plus sérieux. J'arrête de faire l'imbécile pour l'écouter sincèrement.
La voix de Nate est plutôt inattendue, tout simplement parce que je ne l'avais pas imaginée aussi suave et chaude. Un chant qui manque de sérieux et pourtant les notes sont maitrisées et je ne peux qu'admettre que son talent est séducteur.
Je me prend au jeu, mes yeux se plissant alors que son charme m'hypnotise. Je souris doucement, attendri par cette sérénade qui clairement me conquis et l'espace d'un instant je perds le fil de la réalité. Je plane sur sa mélodie et lorsque celle ci cesse je me retrouve benêt, à le fixer complétement charmé. D'ailleurs, je n'ai même pas le temps de me ressaisir que déjà ma bouche laisse échapper un "Je crois bien" dans un murmure. Réalisant ce que je viens de dire je m'empresse de rire pour faire passer cette réponse impulsive pour une boutade.

L'effet de l'alcool, le sexe intensif mais surtout de la marijuana commencent vraiment à se faire ressentir, particulièrement après avoir été bercé par la voix de Nate...  Je sens mon corps rendre l'âme et mes paupières lutter pour rester ouvertes. Je crois que le moment est venu d'accepter le sommeil...
Je me glisse alors sous les draps et vient coller mon corps à celui de Nate, faisant partie de la catégorie des calineurs, j'aime m'endormir en sentant la chaleur de l'autre contre moi et je pose alors ma tête sur son torse comme si il s'agissait d'un oreiller.  "En tout cas, t'es beau, tu baises bien et tu sais clairement te servir d'une guitare aussi bien que de tes cordes vocales... Je me dis qu'un homme si parfait doit bien cacher un vice quelque part..." Je commente, de plus en plus intrigué par ce personnage dont j'ai eu la bonne idée d'accepter les avances et de ramener chez moi ce soir...
Tendant alors le bras vers ma lampe de chevet, je plonge la pièce dans le noir. "Bonne nuit." J'ajoute enfin en reposant mon bras sur son ventre et de fermer les yeux.

Spoiler:
 



 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty
MessageSujet: Re: Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Suck it and see, you never know. Callum (chaud lapin…)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-