AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

The stars are waiting ∞ Paige & Vito

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: The stars are waiting ∞ Paige & Vito Mar 12 Avr - 18:34



Looking Forward

Paige Taylor & Vito E. Manélias





Je n'avais jamais été très plage. À vrai dire, c'était surtout par jalousie. Je n'avais jamais connu la mer, la foule et les châteaux de sable, trop pauvre pour partir en vacances, trop citadin pour fuir sur l'eau, j'avais toujours regardé la plage avec ce sentiment de vantardise rapporté par tous ces gamins bien trop heureux de pouvoir se baigner. Au fil du temps et des âges, je m'étais fais à cette idée, gardant une petite rancoeur qui m'avait fait détester le concept même d'aller à la plage. Tenby ouvrait alors une nouveauté. Des images que je n'avais jamais filmé, des endroits que je n'avais jamais construit dans mon imaginaire d'artiste. J'avais supprimé ce lieu de mon magasin de décor et je m'étais toujours contenté d'offrir la ville en second plan de mes projets. Mais il fallait bien changer, découvrir autre chose pour partager d'autres choses. Je ne m'étais pas décidé avant de voir à quel point je n'arrivais plus à être satisfait du rendu de mon travail, il me fallait de la nouveauté, refaire un chemin dans mon monde qui m'était encore inconnu. Il y avait un peu de vent aujourd'hui alors j'avais espéré croiser peu de personne sur la promenade qui longeait la plage. Je voulais un peu de cette solitude, de ce calme silencieux qui ajoutait une certaine mélancolie aux images portées vers l'océan. Ça avait toute une dimension un peu dramatique, un espoir aussi, celui de la fuite, du départ et ça ressemblait à tout ce que je ressentais aujourd'hui. La fuite des scandales, mon départ pour Tenby, ce côté dramatique de mon existence qui se détachait jamais de mes yeux marrons. Comme une révélation, comme une épiphanie, la plage m'était apparue comme une bonne idée et je pouvais enfin voir ce décor se mélanger à une vie fictive qui dansait dans les apparitions de mon esprit. Je pouvais voir cet homme les pieds dans le sable, assis tout seul et les cheveux décoiffés par le vent. Il fumerait une cigarette et la fumée partirait aussitôt, le bruit des vagues et de sa respiration, son visage mal rasé et son regard sombre. Un peu mystérieux, mais il ne serait pas perdu, non, il serait là pour se retrouver même. Voyant dans l'immensité de l'océan devant lui, une multitude de choix. Il ne serait pas qu'un grain dans le sablier du temps, non, il serait plutôt celui qui contrôle le temps. J'aimais bien ce personnage, je le voyais avoir souvent raison même s'il était toujours en désaccord avec les autres, il ne réussissait pas particulièrement, mais il n'aurait jamais raté. Il était sûr de lui, vivant et bien heureux. Un peu banal car de nos jours, la banalité était ce qui avait de plus original. Peut-être verrait-il des enfants se lancer un gros ballon, les pieds dans l'eau, comme une image nostalgique, impossible de savoir si ça n'était qu'un souvenir à lui ou de réel enfant. Une perception un peu mystique qui me plaisait bien alors que je me préparais à partir de chez moi.

J'enfilais une veste et ma casquette, emportant un sac qui contenait mon appareil photo, mon cahier d'écriture et je prenais ma caméra dans l'autre main. Dans ma tête, ma musique résonnait et se pliait alors à la vie de mon nouveau personnage. Je le faisais vivre, le regardant exister au milieu de cette plage vide, apercevant quelques fois des inconnus qui lui diraient bonjour avec un sourire malicieux. Il répondrait toujours avec un signe de tête, trop nonchalant pour délier ses lèvres, toujours dans sa flegme absurde et ces sourires coquins. Parfois il verrait cette femme danser en robe blanche, comme si elle survolait le monde sans jamais fouler la terre, lévitant au dessus du sable comme un fantôme de son existence oubliée. Je trépassais les rues et je devinais lentement la route vers la promenade. C'était la première fois que je m'y aventurais, l'odeur de l'iode m'amenant lentement vers le bruit apaisant des vagues pleines d'écumes s'échouant sur le sable trempé. Je faisais alors un travelling sur quelques mètres le long de la promenade. Sans changer de plan, je prenais quelques prises des gens profitant du Soleil pour savourer les plaisirs de la plage. Chaque nouvelle tête représentait une nouvelle histoire et à chaque récit, des prises s'ajoutaient.

Perdu dans mon monde, écrivant quelques bouts d'aventures sur mon cahier, capturant des images de photos et filmant, j'alternais un peu tout ce travail comme j'adorais le faire. Je me sentais invisible, extérieur à ce monde, un peu comme un créateur qui contemplerait la vie sans jamais intervenir. C'était sûrement de là que venait l'arrogance des réalisateurs. La mienne venait de là en tout cas. On avait ce sentiment puissant d'avoir le contrôle sur ce qui pouvait arriver. C'était comme prédire l'avenir en ayant décidé du passé et en capturant le présent. Parfois je me voyais comme ce maître du temps capable de stopper le monde pour qu'il arrête de tourner ne serait-ce qu'un instant. Une caméra comme instrument, et l'imagination comme unique artifice pour refaire ce monde dévasté. Je fumais ma clope lorsque je vis cette jeune demoiselle de dos. Allumant ma caméra pour avancer le plan vers elle et avoir quelques prises de la promenade, je finissais par m'approcher et briser silence pour mon élan créatif.

« Excusez-moi, est-ce que je peux vous filmer dos à la mer ? J'aimerais voir le résultat sur mes prises. »

Armé d'un sourire charmeur, je l'interpellais pour qu'elle se retourne. Ça m'avait toujours inspiré d'avoir des inconnus dans mes petits essais. Beaucoup de visage se retrouvait capturé dans mon stock d'images et de petits clips. Ça m'amusait de poursuivre la démarche et ça m'amenait toujours vers des histoires que je pouvais écrire ensuite. La demoiselle se retournait alors et je baissais la caméra, un air un peu surpris sur mon visage.

« Paige ? »

Un peu étonné, je souriais tout de même reconnaissant Paige, une jeune demoiselle qui avait fait du bénévolat sur des tournages à moi. Elle avait une passion débordante, et j'avais toujours aimé être entouré par ce genre de personne comme je travaillais. Un heureux hasard un peu déconcertant, se retrouver à Tenby après ces longues années. Beaucoup de choses avaient changé et je pouvais revivre un peu Londres en la regardant.




CSS par Gaelle


Revenir en haut Aller en bas

The stars are waiting ∞ Paige & Vito

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-