AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3631
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Dim 27 Mar - 17:48

There's no light in your eyes and your brain is too slow
There's a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain

La vengeance est un plat qui se mange froid. » Tu n’avais pas compris la portée de ce proverbe jusqu’à ce que tu rencontres Andrew Green. D’ordinaire, tu veillais à répondre à chaque offense qu'on te faisait de manière immédiate et efficiente, comme tu l’avais fait la semaine dernière avec le petit Taylor. Mais le cas du mécanicien était différent. Il t’avait fait une telle peur lorsqu’il avait détruit ta voiture que tu avais bien pris ton temps pour échafauder ta revanche. Il te fallait un plan à la hauteur de la fourberie qu’il t’avait faite. Et ça avait pris du temps mais il te semblait avoir trouvé ce que tu allais faire. Surtout que la nécessité de faire un coup bas au brun avait été sensiblement renforcée par deux éléments. Déjà l’avoir revu tranquillement se mêler à la foule de Tenby au gymnase durant la tempête t’avait grandement énervée. Comment les gens ne pouvaient-ils ne pas le voir comme le psychopathe qu’il était ? Comment pouvait-il se faire accepter malgré tous tes efforts pour que ça ne soit plus le cas ? Et puis, il y avait bien sûr le problème Sean. Quand tu avais su que Andrew n’était pas étranger au retour de ton ex, tu avais abandonnée toute idée de faire la paix. Le Green voulait te pourrir la vie, tu allais lui montrer que tu étais capable d’en faire autant. Et par la même occasion, tu étais bien décidée à obtenir des réponses. Comment diable cette raclure, qui avait un QI plus proche de celui du babouin que de l’être humain pouvait-il avoir découvert ce détail de ton passé ? Tu devais impérativement le savoir. Car il y avait une possibilité qu’il ait déterré certains de tes autres petits secrets. Et tu ne pouvais pas prendre le risque qu’il les utilise pour te nuire. Pas une nouvelle fois. Car il fallait l’avouer, il avait failli détruire ta réputation et tout ce que tu avais construit ici quand il t’avait  faite chanter après avoir découvert ta fausse grossesse. Il fallait que tu le mettes hors course une bonne pour toute, que tu lui prouves qu’il n’avait pas l’ascendant sur toi. Et pour cela, tu ne devais pas lui laisser sa victoire de l’autre coup.

Cela fait donc une petite semaine que tu cherchais à tomber sur lui. Evidemment, c’est quand tu avais besoin de la voir que sa face de rat n’apparaît nulle part. Mais ce soir, tu as enfin eue de la chance. Ou du moins tu avais provoqué la chance. Tu t’étais dit qu’en traînant dans les endroits douteux de Tenby, tu avais toutes les chances de tomber sur lui. Un raisonnement qui avait payé car c’est lui que tu vois installé dans une table d’angle du Three Mariners. Il est seul, c’est parfait. Ton plan aurait sûrement capoté s’il avait été accompagné de son pitbull de chirurgienne.  Tu l’observes quelques instants, essayant de réfréner la haine que tu ressens pour cet individu. Ce n’était pas chose aisée tant celle-ci était intense. Mais tu es Penny Collins et il n’y a rien que tu ne puisses pas simuler. Il s’agit maintenant de jouer la comédie et il  n’y a aucun domaine où tu excelles plus. Tu traverses donc le pub le plus fréquenté de Tenby d’un pas paisible pour ne pas attirer l’attention des buveurs présents. En revanche, quand tu te retrouves face à Andrew, tournant le dos à la salle et qu’il est le seul à pouvoir voir ton visage, tu adoptes une expression de pure inquiétude. « Andrew… Il faut qu’on parle. » Dis-tu d’un ton parfaitement théâtral. Mais tu ne t’attends pas à ce que ton interlocuteur soit assez subtil pour déceler ton jeu. Tu l’avais dupée tellement facilement la première fois… « Je ne serai pas ici si ce n’était pas important. C’est à propos de Cassie. On a un problème » Rien que le fait de t’entendre parler de votre fille imaginaire devrait suffire à lui mettre la puce à l’oreille. Il sait que tu n’invoquerais pas le secret qui vous unit à la légère. Ou du moins, c’est ce que tu espère qu’il va croire. Et aussi qu’il a autant envie que toi de protéger votre petite histoire. « On va faire comme si on buvait un verre tranquillement pour ne pas éveiller les soupçons ? Ok ? A moins que tu ne préfères qu’on aille dans un endroit plus tranquille, mais l’idée d’un tête à tête avec toi me tente moyennement.   Tu pouvais au moins lui faire croire quelques instants que tu avais peur de lui pour ne pas éveiller ses soupçons…

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7891
POINTS : 2660
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Lun 28 Mar - 14:51

Breathe in deep, and cleanse away our sins
And we'll pray that there's no God
To punish us and make a fuss

Attablé au Three Mariners, avec une faim de loup, je regarde la carte. J'ai déjà commandé quelques verres au bar depuis le début de soirée et je n'ai plus qu'à attendre que l'on vienne m'en apporter un nouveau. Cependant, ce que je vois arriver en premier en ma direction a le don de m'enlever tout sourire. Bien moins agréable qu'une bière, bien plus amère et indigeste qu'un verre de liqueur, c'est Penny Collins qui fait son entrée. J'ai encore l'espoir qu'elle ne va pas se diriger vers moi alors que malheureusement sa trajectoire semble déjà toute tracée. Pourquoi ?
Le serveur vient remplacer mon verre par un nouveau et je bois une grosse gorgée pour me donner le courage d'affronter la Collins.
Comme si de rien n'était elle vient s'assoir à ma table sans être invitée, elle vient me faire face et bizarrement, de mauvais souvenirs me reviennent en tête. La dernière fois où nous avons été face à face, séparés par une table, c'est le soir où la blonde a anéanti tous mes efforts pour me faire intégrer à cette société pitoyable. Je ne peux réprimer une grimace à sa vue et je reste sur mes gardes. La méfiance est ma meilleure arme en présence de la Galloise. Elle est sournoise, Penny... Et très rusée. Elle débute et je dois me retenir de ne pas lui rire au nez. Parce qu'elle croit que ça va fonctionner une nouvelle fois ? Je ne vais pas répéter les mêmes erreurs. Je ne veux pas qu'elle parvienne à me détruire encore plus que ce qu'elle a déjà fait. Trop de dégâts, trop de dommages collatéraux.
« La vampire que t'es n'a plus personne à saigner pour oser venir vers moi ? » demande-je en levant les yeux au ciel, un sourire amusé sur les lèvres.
C'est la meilleure, celle là. De tous les scénarios possibles et inimaginables, je n'aurais jamais pensé qu'une banale rencontre dans un bar signerait une nouvelle rencontre avec Penny. Dans mon esprit, je me visualisais plus en train de danser sur sa tombe. Dommage. Je suis assez grand pour savoir que tous les rêves ne se réalisent pas et je fais avec. Elle reprend et à présent, elle a réussi à captiver mon attention. Avec un visage de marbre, je la regarde. Je vais même jusqu'à l'interroger du regard sans ajouter le moindre mot.  Cassie. Problème. Ce que présage cette phrase n'a rien de bon, vraiment rien de bon et j'en viens à froncer les sourcils, cherchant d'où peut venir le problème. J'ai toujours été très prudent quant à cette histoire. Que peut-il y avoir de nouveau pour qu'un problème soit soulevé ? Restant muet, j'écoute la serveuse reprendre en proposant de continuer cette conversation naturellement, comme si de rien n'était et malgré une nouvelle grimace, je suis forcé d'accepter. J'aurais bien voulu un échappatoire, juste pendant quelques secondes. Je ne suis pas prêt à confronter Penny. Je ne m'étais pas imaginer lui parler, surtout depuis notre dernière entrevue, quand je bousillais sa bagnole à coup de batte de cricket. Je regarde mon verre, à moitié plein et c'est mon ventre qui me donne l'idée du siècle pour m'échapper quelques secondes. Je soupire et je relève les yeux vers la blonde.
« Très bien. Mais si je dois te parler, je dois avant me remplir l'estomac. Je reviens. »
Emportant un billet de cinq livres sterling, je me lève et me dirige vers le comptoir pour y prendre un mini plateau de chips. Je profite de ce court répit et je retourne vers notre table en trainant des pieds. J'entame mes chips sans en proposer à Penny puis je reprends ma pinte pour en boire une ou deux nouvelles gorgées qui me donneront la force de rester calme en compagnie de cette harpie.
« Alors. Je t'écoute. Dis moi quel est le problème ? Quelle connerie as-tu faite pour qu'on doive déterrer ce sujet sensible ? »

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3631
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Jeu 31 Mar - 18:17

There's no light in your eyes and your brain is too slow
There's a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain

Andrew fait une sale tête quand il te voit. Tu en es bien entendu, ravie. Tu aimais l’idée qu’une simple apparition de ta part puisse ruiner sa soirée. Bon bien entendu, dans un monde idéal, tu aimerais gâcher sa vie entière mais pour le moment, tu pouvais te contenter des petits plaisirs. Surtout que cette soirée allait finalement t’apporter une grande satisfaction. Tu le regardes boire une généreuse lampée de liquide ambré et tu te retiens de sourire. Sans le savoir, il était en train de considérablement te simplifier la tâche. Ivre, il se méfierait moins et tomberait plus facilement dans le panneau. Et le monde extérieur avait aussi besoin de croire qu’il avait abusé ce soir… Il t’accueille d’une grimace et il lance les hostilités, faisant fi de ta comédie quelques instants. « Si j’étais un vampire, je me ferai une réelle joie de planter mes crocs dans cette tendre jugulaire ! » Répliques-tu au tac au tac, t’amusant à poser ta main dans son cou pour suivre le tracé de l’artère. Tu sais que ce contact physique le hérissera et ça te ravit d’avance. « Et puis, sans être aussi littérale, si je devais ‘saigner’ quelqu’un, ça ne serait certainement pas toi. Tu n’as rien à offrir, ce n’est pas un scoop » C’est plus fort que toi, quand tu es en sa présence, tu agis littéralement comme une gamine. Il fait baisser ton âge mental d’au moins deux décennies. Sauf que contrairement à un gosse, tu n’es pas en train de t’amuser follement. Tu es plutôt agacée à vrai dire. Rien que le fait qu’il te demande comment tu oses venir près de lui t’insupporte. Oser. Vraiment ? Non il doit définitivement arrêter de croire que tu as peur de lui. En tout cas, les mots que tu as prononcé en guise d’introduction sont enfin montés jusqu’à son misérable cerveau reptilien et il a l’air tout à coup un petit peu concerné par ce que tu veux soit disant lui raconter. Sauf qu’au final, sa première réaction est aussi primaire que le reste de sa personne. Tu roules des yeux bien ostensiblement. « Je te dis qu’on a un problème et tout ce qui te traverse l’esprit, c’est que tu dois bouffer ? » Il est habitué à tes reproches alors il part quand même, sans plus t’accorder d’attention que ça.

Secrètement, tu es ravie. Tu t’es trompée quand tu avais dit qu’il te facilitait la tâche. C’était bien pire que ça. Il venait littéralement de t’ouvrir un boulevard. Il te tourne le dos alors tu n’as même pas besoin de ruser pour faire ce que tu étais venue faire. Tranquillement, tu sors le GHB que tu t’es procuré grâce à Romeo et tu en verses une généreuse rasade dans le verre d’Andrew, laissé sans surveillance. Amnésie et anesthésie, c’était exactement les effets que tu recherchais. Et il te faut tout ton self control pour ne pas laisser échapper un petit rire démoniaque quand tu vois Andrew revenir d’un pas nonchalant et boire à nouveau de belles gorgées de sa pinte. Bon tu aurais préféré qu’il boive un alcool plus fort mais au cas où, tu irais chercher les prochains verres dans un faux élan de générosité. Enfin… un quelconque élan de générosité serait difficile à justifier car il est à peine revenu à votre table qu’il te prend de haut, te demandant ce que tu as fais. Les dents serrées, tu craches presque ta réponse. « Ce que j’ai fais ?! On ne sait pas qui est responsable… C’est peut être toi qui a fait une erreur. Ce ne serait pas surprenant. Dieu sait ce que tu peux confier sur l’oreiller à ta chirurgienne.» Tu sors une fausse lettre anonyme pliée de ton sac, histoire de crédibiliser l’histoire que tu es en train de te raconter. Les lettres dessus sont même découpés dans le journal local tant ton soucis du détail est développé. Mais comme tu n’es toujours pas certaine qu’il sait lire, tu lui fais un résumé rapide de la situation. « Tu es déjà allée en Croatie, Penny ? Mon petit doigt me dit que oui. PS : Sincères condoléances pour Cassie. » Tu lis ta propre prose, faisant mine de te laisser gagner par la panique. « Cette personne a l’air d’en savoir long. Sinon, elle ne mentionnerait pas la Croatie et Cassie dans la même lettre. » Chuchotes-tu pour ne pas que les gens de la table voisine vous entendent. S’en suit un échange vif entre Andrew et toi. Grosso modo, vous vous refilez les torts, comme d’habitude, et vous êtes en désaccord sur la conduite à tenir. Mais ce n’est pas très important au final. Déjà parce que le problème est complètement imaginaire. Mais aussi parce les pupilles de ton interlocuteur se dilatent à vue d’œil. Son élocution se fait encore plus hésitante que d’habitude, sa bouche semble pâteuse et il a visiblement du mal à se tenir droit. Un faux air neutre sur le visage, tu interromps donc votre petit débat. « Tu n’as pas l’air bien… Tu devrais arrêter de boire… » Cette assertion lui donnera sans doute envie de faire le contraire et c’est bien ce que tu recherches. Il ne faut pas qu’il quitte ce bar en état de marche. Il faut qu’il ait son compte. Et c’est très bien parti.

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!


Dernière édition par Penny Collins le Jeu 7 Avr - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7891
POINTS : 2660
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Mer 6 Avr - 19:30

Breathe in deep, and cleanse away our sins
And we'll pray that there's no God
To punish us and make a fuss

Elle pose sa main sur moi et je dois me faire violence pour ne pas répliquer avec surenchère et pathétisme. Je frémis et c'est tout. J'attends que ça passe et je grimace encore et encore.
« C'est vrai ça, tu préfères t'en prendre à un riche Irlandais par exemple. »
Poursuive-je, les yeux plissés et un sourire ironique sur les lèvres. Comment est-ce que j'ai pu faire semblant de vivre en couple avec cette mégère pendant autant de temps ? Rien que l'éclat de sa tignasse couleur pisse me rend malade. Je la regarde pour voir si la mention de Sean Fitzpatrick lui évoque la moindre mimique pour évaluer la situation, surtout depuis que je soupçonne ces derniers d'avoir remis le couverts. Jamais je n'aurais pensé Sean aussi con, mais il se trouve que je ne le connais pas si bien que cela et qu'il a déjà été amoureux de la blonde, je ne sais pas par quel maléfice. Cependant les choses sérieuses ne mettent pas longtemps à commencer et quand je me lève pour aller chercher les chips, je gratifie la serveuse d'un doigt d'honneur discret en guise de réponse. Simple et efficace. Je me lève et je reviens quelques minutes plus tard, prêt à manger et à boire pour rendre cette conversation un peu moins difficile à encaisser.
Nous reprenons et comme je commence avec une agressivité certaine, la Collins ne se gêne pas le moins du monde pour répondre sur le même ton. Et je souris, amusé par les conneries qu'elle est capable de raconter. Sérieusement ? Comme si j'avais couché avec Savannah et surtout, comme si j'étais suffisamment débile pour lui raconter quelque chose.
« J't'en prie. Laisse Annah en dehors de cette histoire, ok ? » dis-je avec une exaspération que je n'essaye même pas de cacher.
Elle sort un bout de papier de son sac et je le déchiffre avec plus de difficulté qu'il ne m'en faut en temps normal. Cependant, je le trouve hilarant, surtout quand elle associe ces mots au ton dramatique qu'elle emploie. Je lève les yeux au ciel et bien qu'intérieurement, je commence à m'inquiéter quant à cette histoire, je n'en montre rien et je réponds de façon laconique afin de remettre la faute sur elle. Ca ne peut pas être moi. Je n'ai jamais laissé le moindre indice concernant notre petit séjour en Croatie, sauf à Jean, mais je suppose que l'écossaise ne serait pas du genre à me mettre dans une telle panade. Si j'étais elle, je chercherais plutôt du côté de ce dealeur qui sert d'ami à la furie. Je garde le visage fermé et je continue de siroter mon verre avec l'espoir que Penny mette bientôt les voiles pour que je puisse terminer mon petit tête à tête dignement. Malheureusement, elle n'a pas l'air de cet avis et vient même me conseiller d'y aller moins fort sur ma consommation d'alcool. Il est vrai que je ne me sens pas au maximum de ma forme et que ma tête commence à tourner, mais il est hors de question que je donne raison à la demoiselle. En la défiant du regard j'emmène le verre à ma bouche et je le bois d'une traite. Je souris de plus belle, mais mon état ne s'améliore pas et je me dis que me mettre sur mes deux jambes peut peut-être m'aider. J'essaye de me lever, mais je sens l'équilibre quitter mon corps comme s'il n'avait jamais été là et bien que je tente de me rattraper à la table, je m'écroule comme un poids mort sur la blonde, cette compagnie indésirable.
* *
*
La bouche pâteuse, un mal de crâne qui m'empêche même d'ouvrir les yeux, je suis couché sur une surface pas vraiment confortable et c'est quand je sens ce picotement étrangement familier au niveau de mon poignet que j'ouvre enfin les yeux. Il fait nuit et malheureusement, cette matière froide qui emprisonne mon poignet est bien ce que je pensais : des menottes. Je respire fort et je commence à m'inquiéter sérieusement, essayant de me souvenir de ce qu'il se passait avant que je ne m'évanouisse. Ma tête me fait un mal de chien et je réalise petit à petit que je me trouve menotté sur la banquette arrière de ma voiture, ce qui m'enlève toute envie de donner des coups dans la portière. Et là, en relevant la tête je revois cette chevelure blonde qui s'amuse à faire de ma vie un enfer. Oh la pétasse.
« Bordel de merde, Penny ! Relâche moi tout de suite avant d'empirer ton cas. »  
Mon corps entier est douloureux et je n'ai pas la moindre idée de comment j'ai pu arriver ici. Cette fois, les rôles sont échangés et clairement, c'est moi qui angoisse à l'idée de la suite du déroulement de la soirée. Vu l'esprit tordu de la blonde, j'ai de quoi avoir peur.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3631
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Jeu 7 Avr - 18:12

There's no light in your eyes and your brain is too slow
There's a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain

Andrew fait une allusion à peine voilée à Sean, sans doute pour t’énerver. Ce qui est bien sûr une mauvaise idée. Surtout depuis que tu sais quel rôle il a joué dans le retour du Fitzpatrick. Tu devais reconnaître ça, c’était un moyen royal de te pourrir la vie. Car l’irlandais avait apporté son lot de complications dans ta petite vie tranquille. Cependant, tu restes impassible. Il ne faut pas éveiller la méfiance de l’ex taulard tout de suite. S’il sait que tu as de nouvelles raisons de lui en vouloir, il sera forcément sur ses gardes. Tu lui fais tout de même une méchante grimace quand il te fait un doigt d’honneur. Une Penny trop docile serait tout aussi louche. De toute façon, le plan est en train de fonctionner à merveille, car Andrew n’arrive même plus à articuler le nom de sa pouffe. A vrai dire, tu obtiens même plus que ce que tu espérais. Car dès que tu évoques Savannah Cartwright, l’anglais est tout de suite sur la défensive. Presque… protecteur. Venais-tu de trouver un nouveau point faible à ton pire ennemi ? Tu te jures de creuser par là  plus tard. Pour le moment, tu n’as plus qu’à assister à sa chute. Et ce n’est plus très long, grâce à ta parfaite connaissance de la psychologie de l’anglais. Dès que tu lui suggères la modération, il fait exactement l’inverse, précipitant les choses. A vrai dire, si tu avais su que ça serait aussi facile, tu ne te serais même pas embêtée à faire la fausse lettre… Bref, il est endormi sur toi, et réprimant la grimace de dégoût qui te guette, tu joues ta petite comédie pour les occupants du bar. « Allez viens, Andrew, je vais te ramener à la maison, tu ne peux pas conduire dans cet état » Les gens te lancent des regards de pitié. Quelle gentille fille tu étais de te soucier de ton ex, alors qu’il t’avait tant fait souffrir dans le passé ! Le barman vient même te donner un coup de main pour le transporter dans sa voiture….

***

Les yeux fixés sur ton rétroviseur, tu attends patiemment que Andrew se réveille. Sauf qu’il met du temps, ce qui te fait te dire que tu y peut-être allée fort sur la drogue. Mais il respirait, tu avais vérifié. L’objectif était donc atteint. Il était totalement à ta merci, incapable d’aller nulle part. Tu t’étais garée à l’extérieur de la ville, loin de toute vie, près des falaises. Donc s’il prenait la fantaisie à l’autre crétin de crier,  personne ne l’entendrait. A vrai dire, tu ne le voyais pas crier, mais tu espérais qu’il aurait une bonne frousse. Car c’était l’objectif premier, lui rendre la monnaie de sa pièce pour te venger de la peur qu’il t’avait faite quand il t'avait imposée une course poursuite en voiture… Et quelques instants plus tard, ta patience est récompensée. « Oh la belle au bois dormant est réveillée… Ce n’est pas trop tôt. Et je sais que tu as probablement l’habitude de passer pour un idiot, mais me menacer n’est pas la chose la plus intelligente à faire vu ta situation actuelle. » Tu te retournes vers lui avec un sourire qu’on peut aisément qualifier de carnassier, constatant avec satisfaction que sa position semble très inconfortable. Sans doute parce que tu l'avais menotté à la portière...   « Mais comme conduire ta voiture m’a mise de bonne humeur, je vais laisser passer pour cette fois. Par contre, tu fera attention, je ne suis qu’une blondasse stupide pour te citer, alors je l’ai peut être un peu maltraitée… Tu sais ce que c’est les femmes au volants… » Assènes-tu tandis que ton rictus s’agrandit. Tu avais en effet laissé un peu de gomme sur la chaussée quand tu avais freiné avec vigueur. Tu avais dû faire quelques rayures en passant au milieu des branches. Et puis, l’embrayage avait craqué quelques fois tant tu t’étais appliquée à mal conduire… Tu as bien envie de lui faire cette petite liste à voix haute mais l’idée qu’il se fasse des films à propos de ce que tu avais bien pu faire à sa chère voiture t’enchantait aussi. « Tu veux peut être savoir comment tu es arrivé là ? Ou mieux ! Tu préfères peut être que je te dise ce que tu fais là ? C’est envisageable, si tu demandes gentiment. » Ajoutes-tu avec un air faussement concerné. Tu ne pouvais pas nier que tu appréciais particulièrement le moment. C’était plus sympa d’être dans le rôle du chasseur que dans celui de la proie. D’ailleurs, tu ne te prives pas de lui faire remarquer. « Tu as l’air d’avoir peur Andrew… Tu te sens traqué peut être ? Impuissant ? Tu sais, j’éprouve un immense plaisir en imaginant que c’est à ton tour d’éprouver cette sensation… »

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7891
POINTS : 2660
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Ven 8 Avr - 14:58

Breathe in deep, and cleanse away our sins
And we'll pray that there's no God
To punish us and make a fuss

La panique me gagne, mais j'essaye de ne rien laisser paraître. Elle ne peut pas savoir que j'ai peur. J'expérimente une situation nouvelle et je déteste ça. Clairement, je n'ai aucun pouvoir. Je suis menotté à la foutue portière de ma voiture et donc dans l'incapacité de profiter de la liberté de mes mouvements. Penny a visiblement prévu son coup et si je dois être honnête, la demoiselle a bien eu raison de m'attacher si elle ne tenait pas à finir avec la mâchoire déboitée. Je déglutis alors que sa voix stridente ne fait qu'accentuer ma migraine. Elle m'indique que la menacer n'est pas une chose très intelligente à faire et bien que je me moque pas mal de ce qu'elle peut penser, je ne m'en sens qu'encore plus déboussolé. Depuis quand la Collins prévoit-elle des plans de la sorte ? Et qu'est-ce qu'elle attend de moi, au juste ? Trop de questions auxquelles je n'ai pas les réponses… Alors pour la première fois de mon existence, je vais suivre les conseils de la blonde et je vais me taire pour ne pas en rajouter une couche alors que je n'ai qu'une envie : lui crier à quel point elle est dérangée et qu'elle a plutôt intérêt à ne pas me détacher si elle tient à ne pas voir sa gueule d'ange défigurée. Je serre les dents alors qu'elle poursuit en laissant entendre que ma voiture a également subit des misères de sa part et même si objectivement, Penny a tous les droits après ce que j'ai fait subir à sa Vauxhall, ça ne m'empêche pas d'avoir des envies de meurtres grandissantes. A la place, j'inspire pour garder un certain calme et j'entre dans son jeu. « Forcément, quand on a l'habitude de conduire une bagnole de PD, ça ne doit pas être facile d'en conduire une vraie. » Crache-je, mauvais, en référence à l'Audi avec laquelle elle se pavane dans les rues de Tenby.
Mon cerveau endolori ne semble pas encore d'avis à coopérer, si bien que quand j'essaye de réfléchir concernant mes derniers instants avant mon coma, c'est le trou noir. Qu'est-ce qui s'est passé pour que je termine dans cet état, menotté en pleine nuit à la portière de ma propre voiture ? La serveuse doit certainement voir la mine que j'affiche quand elle reprend, presque prête à m'aider dans mes réflexions. Je serre les dents une nouvelle fois, me faisant violence pour ne pas essayer de la frapper, sachant que je risque de faire plus de mal à moi-même qu'à elle. C'est du foutage de gueule et je n'ai pas d'autre moyen que de répondre avec véhémence.
« Que je te demande gentiment ?! J'te rappelle que tu n'as pas fait ça dans la dentelle, le kidnapping, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour mettre quelqu'un en confiance. »

Elle va me rendre fou et je me redresse un peu trop vivement. Les menottes à mes poignets me rappellent à l'ordre et me font pousser un cris de douleur que j'aurais préféré étouffer. Il est temps que je me souvienne de ce qu'il s'est passé avant ce black-out. Je fais fi de mon malaise et je me souviens être attablé au Three Mariners quand Penny surgit de nulle part pour s'adresser à moi. Bien vite, je crois comprendre ce qu'il s'est passé et je l'accuse en fixant son regard dans le rétroviseur.
« Tu m'as drogué ! Espèce de tarée ! Tu m'as drogué alors que je buvais ma pinte. » Je me souviens de quelques brides de notre conversation, puis cette soudaine fatigue qui s'est emparée de moi. Je me souviens ne plus me sentir dans mon assiette sans pour autant en parler à la blonde et puis plus rien. Il n'y a plus rien à prouver. Maintenant que cette idée s'est implantée dans mon cerveau, je sais qu'elle est l'unique responsable. Tout ça, pour m'avoir à sa merci. « Je te savais dérangée, mais là… »
Je ne m'attendais pas à être la victime de Penny. Pas après qu'elle ait exposé mon secret aux yeux de tous. Pas après que je lui ai fait payé en saccageant sa voiture avec une batte de cricket. Elle a raison quand elle dit que j'ai l'impression d'avoir peur, mais je ne veux pas approuver ses propos. Lui prouver qu'elle a raison ? Qu'elle a le dessus ? Plutôt crever. Impuissant ? Elle me cherche et elle va me trouver. Je ne peux pas la laisser gagner aussi facilement. Je me redresse autant que les menottes me le permettent et je la gratifie d'un sourire tout ce qu'il y a de plus hypocrite avant de lui cracher.
« Arrête de prendre tes fantasmes pour la réalité. Le jour où j'aurais peur de toi n'est pas prêt d'arriver. »

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.


Dernière édition par Andrew Green le Mar 19 Avr - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3631
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Mar 12 Avr - 18:11

There's no light in your eyes and your brain is too slow
There's a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain

Tu continues à scruter le visage de ton prisonnier à la recherche d’un indice qui prouve qu’il a peur, qu’il est terrifié, qu’il craint pour son futur mais ses traits sont plutôt impassibles. Comme d’habitude, il ne veut pas te donner satisfaction. A vrai dire, il se permet même de faire le malin, répondant à tes provocations par une insulte d’un faible niveau à propos de Debbie et de ton cousin. Son manque de répartie et son homophobie ne font qu’augmenter ton mépris pour lui. Cependant, tu gardes ton expression faussement joyeuse pour continuer à lui taper sur les nerfs. « Oh ce n’est pas beau la jalousie… Ce n’est pas si grave, si je conduis une voiture plus luxueuse que toi… Tu sais ce qu’on dit, ce sont les cordonniers qui sont toujours les plus mal chaussés. » Répliques tu en faisant allusion à son métier de mécanicien. « Et puis, c’est en quelque sorte grâce à toi que j’ai eu mon Audi, alors merci. » Ajoutes-tu avec toute l’ironie du monde dans ta voix. Mais le rappel de la course poursuite n’est pas anodin. Tu tiens à ce qu’il se rappelle que vos comptes ne sont pas soldés. Et tu as bien l’impression qu’il a besoin d’un peu d’aide pour stimuler sa mémoire. Son cerveau n’est déjà pas très vaillant en temps ordinaire, mais ce soir, avec la drogue et l’alcool, c’est tout simplement catastrophique. Tu ne te prives d’ailleurs pas de rire de manière incrédule à propos de sa répartie sur le kidnapping. « Non mais tu t’entends ? Si tu avais voulu une relation basée sur la confiance, il aurait fallu ne pas la commencer en me giflant et en me faisant chanter. » Vous ressembliez à deux gamins, à revendiquer des choses aussi stupides, comme le point de savoir qui avait commencé votre querelle qui échappait désormais à toute proportion mais tu ne lui céderais pas le dernier mot. Jamais. C’était une question d’honneur. « Donc oui, j’insiste sur le fait que tu demandes gentiment. Et même si l’idée te paraît insupportable, rappelle-toi qui détiens le pouvoir actuellement. »

Mais tes conseils semblent se perdre dans l’oreille d’un sourd. Loin de se calmer, Andrew semble donner libre court à sa fureur, blessant au passage ses poignets entravés.  Et tandis qu’il se rappelle avec colère que tu l’as drogué, tu te félicites pour les menottes. L’avantage de fréquenter un flic de temps à autre, tu avais pu mettre la main sur des équipements… intéressants. Cependant, ton plaisir à l’idée de le faire passer un sale quart d’heure est quelque peu diminué quand il continue à parler. Il t’agace tellement chaque fois qu’il ouvre la bouche… Il pourrait donner la migraine à un cachet d’aspirine. Il te traite de dérangée avant de continuer à fanfaronner, affirmant qu’il n’a absolument pas peur de toi. Tu soupires avant de donner un coup vigoureux sur le volant. « Je pensais avoir été claire à propos des insultes. Mais puisque tu ne fais aucun effort… » Tu sors de l’habitacle, empoignant ton sac à main. Tu fais le tour de la voiture avant d’ouvrir la porte arrière avec énergie pour faire face au Green. « Tu ne pourra pas dire que je n’ai pas essayé d’avoir une conversation civile avec toi, malgré l’animal que tu es. Mais maintenant, finis de jouer ! » Tu fouilles dans ton sac à main jusqu’à en extraire ce que tu cherchais. Un petit boîtier noir. Un taser. Ou un pistolet à impulsion électronique comme se plaisaient à l’appeler les forces de l’ordre. Tu n’avais pas menti à Andrew. Tu aurais vraiment préféré ne pas en arriver là. Tu ne t’étais jamais servi d’une telle arme. Et même si ta conscience était quasiment inexistante, tu pouvais voir ce qu’il y avait de mal à envoyer des ondes électriques à un homme attaché. Mais ce même homme t’avait aussi fait vivre un enfer. Et tu venais de découvrir qu’il était entré chez toi sans que tu ne t’en rendes compte, ce qui t’empêchait désormais de dormir la nuit. C’est donc au nom de la sécurité que tu ne laisses nulle trace de doute paraître sur ton visage quand tu colles l’instrument sous le nez de ton prisonnier. « Et maintenant, on se rapproche du fantasme, selon toi ? » Tu voulais qu’il perde sa belle assurance, c’était la seule victoire que tu recherchais. Tu ne voulais plus être celle qui avait peur. Tu voulais que vous soyez égaux sur ce plan. « J’ai des questions à te poser. Et tu vas y répondre. Sans mentir. Sinon… » Tu appuies sur le bouton adéquat et un sinistre bourdonnement résonne dans le silence de la nuit tandis que les volts frémissent au  bout de tes doigts. Un bruit qui rend peu nécessaire le besoin de finir ta phrase.

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7891
POINTS : 2660
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Ven 15 Avr - 15:19

Breathe in deep, and cleanse away our sins
And we'll pray that there's no God
To punish us and make a fuss

« Jalousie ? J't'en prie, Penny… » Je lève les yeux au ciel - ou plutôt en direction du plafond de la Polo - et je secoue la tête pour détourner ses propos. Le jour où je serais jaloux de Penny Collins n'est pas prêt d'arriver, même si je dois avouer que je ne m'attendais pas à ce qu'elle récupère une voiture avec autant de facilité. Surtout une voiture hors de prix avec laquelle elle prend autant de plaisir à frimer. « Cela dit, c'est vrai que j'espérais que tu sois contrainte à la marche à pieds plus longtemps, mais encore une fois, j'ai oublié que la folie est génétique. » Je la gratifie de mon plus beau sourire hypocrite parce que je sais qu'elle n'aime pas lorsqu'on s'attaque à ses proches. (Elle en a tellement peu.) Cependant, il faut clairement être atteint pour offrir une voiture de ce prix à quelqu'un, même à de la famille. « Avoue, tu lui as fait tellement pitié quand il est venu te chercher et que tu chialais comme une môme… Il n'avait pas d'autres choix que de te filer sa caisse. » Je n'aime pas cette position d'infériorité dans laquelle je me trouve, alors je me sens obligé de répliquer en lui rappelant qu'à une époque, c'était elle qui était impuissante et elle qui était craintive. J'espère par ces mots qu'elle retrouvera la raison et qu'elle arrêtera son petit manège, devinant que je n'aurais absolument aucun mal à lui rendre la monnaie de sa pièce et à rendre ce cercle vicieux infernal. Elle veut se venger autant que je le souhaite alors ça ne finira jamais. Pourtant, elle marque un point de taille en me remémorant que cette relation nocive a débuté par ma faute. Sur le moment, je ne voyais pas d'autres moyens que de faire chanter la jolie Collins pour m'attirer les grâces de la plèbe de Tenby. Si j'avais su dans quelle histoire je m'emportais, est-ce que j'aurais continué ? Je ne crois pas. J'ai du mal à assumer mes erreurs, mais quand elles sont aussi phénoménales que celle-ci, je pense pouvoir reconnaître que je ferais les choses différemment. Alors aux mots de la serveuse, je reste muet, ne voulant pas m'enfoncer par rapport à cette idée sotte que j'ai eu de l'aborder dans un premier temps en la menaçant sans le moindre remord. Mais ce n'est pas suffisant pour me faire tomber dans un silence éternel et je reprends avec autant de véhémence et de haine, autant de certitude, autant de sentiments négatifs pouvant m'aider à faire fi de cette peur grandissante qui me broie l'estomac à l'idée de ce que cette hystérique est capable de faire. Elle donne un coup violent sur le volant qui me fait m'enfoncer un peu plus dans mon siège, surpris par ce manque de contrôle et je la dévisage alors qu'elle sort de la voiture pour se rapprocher de moi. J'essaye à nouveau de ne pas lui montrer ma peur, même si la tâche se trouve devenir de plus en plus difficile quand j'entends ses paroles menaçantes et surtout quand j'aperçois un ancien ami dans ses mains. Un taser. Est-elle sérieuse ? Si je n'étais pas menotté à la portière, probablement que j'aurais laissé un éclat de rire percer dans la nuit sombre, mais là, je déglutis difficilement. Après ce que je lui ai fait vivre, qui sait de quoi elle sera capable. J'ouvre grand les yeux, mon regard passant de Penny au boitier et dans un dernier effort, je tente d'argumenter en ma faveur pour la décourager. « J'ai fait cinq ans de taule, Penny. J'en ai vu plus que tu ne crois. » Il faut la raisonner, mais cela revient à lui parler d'une façon aimable et c'est comme si mon cerveau n'était pas programmé pour une telle chose. L'idée est à présent de se ranger de son côté et de lui donner ce qu'elle veut pour m'éviter de recevoir une décharge électrique, mais il y a un détail qui me reste en travers de la gorge. Toute cette mascarade pour des question à me poser ? « TOUS CA POUR DES PUTAIN DE QUESTIONS ? » Je m'enflamme, mais ça ne dure que quelques secondes puisque je suis vite rappelé à l'ordre par le bourdonnement de l'appareil qui menace de me faire mal. Très mal.« Ok. Vas-y. Balance tes questions et j'y répondrai. Sans mentir. » Quand je vois jusqu'où elle peut aller pour avoir des réponses, je m'inquiète sérieusement et je sens à présent un noeud se nouer dans ma gorge à cause de la peur. « Tu n'oseras pas de toute façon. T'es peut-être une arnaqueuse de la pire espèce, mais t'es pas une criminelle. » Conclus-je, les dents serrées, oubliant momentanément qu'elle est déjà passée du côté obscur en droguant mon verre et en me menottant à ma propre voiture.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3631
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Lun 18 Avr - 19:05

There's no light in your eyes and your brain is too slow
There's a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain

Tu vois clair dans la stratégie d’Andrew. Il essaye clairement de te faire perdre ton calme en continuant à te provoquer avec ses insinuations à propos de ton cousin. Et tu essayes vraiment de ne pas faire son jeu, de ne pas perdre le contrôle mais c’est de plus en plus difficile. Tu as beau te répéter que c’est en gardant ton calme que tu parviendras à le surpasser, tu es à deux doigts de craquer et d’aller à l’arrière de la voiture pour faire disparaître ce sourire hypocrite de sa sale face de la manière la plus violente possible. Surtout que quand il veut, il sait appuyer là où ça fait mal. Tu fermes les yeux quand tu l’entends prédire la réaction que tu avais eue après qu’il t’ait attaquée cette fameuse nuit d’été. Oui, tu avais appelé Nate. Oui tu avais pleuré dans ses bras. Mais tu aimais penser que le généreux don que le musicien t’avait fait, n'avait rien à voir de la pitié. Tu refusais de croire les paroles du Green. Il essayait juste de se servir de ton traumatisme pour t’abattre. Un traumatisme dont il était seul responsable. Alors, tu gardes ta concentration. « Ne parle pas de quelque chose que tu ne peux pas comprendre. » Répliques-tu, les dents serrées en faisant référence à ta relation avec ton cousin. Toi-même, tu n’étais pas capable d’expliquer la totale dévotion et l’affection inconditionnelle qui s’était installées entre vous. « C’est toi qui va chialer comme un môme quand j’en aurai fini avec toi. » Tu reprends un peu de poil de la bête. Dommage que tu ais besoin de l’interroger. Sinon, tu l’aurais bien bâillonné en prime… Enfin, s’il continuait à te pousser dans tes retranchements, il serait le seul à payer les conséquences après tout. Tu avais déjà prouvé que tu pouvais vivre avec d’affreuses choses sur la conscience. C’est ce que tu essayais de te dire pour te rassurer. Car honnêtement, tu ne savais pas jusqu’à où tu étais prête à aller par haine pour lui. Tu ne voulais pas perdre une part de toi-même dans cette lutte.

De toute façon, un seul regard en direction de ton prisonnier suffit à te faire comprendre que vous deux, au fond, êtes pareils. Car lui aussi est en train de jouer la comédie. Ses répliques bravaches sont contredites par sa position recroquevillée contre le siège. Et quand tu fais le tour de la voiture pour lui faire face et lui présenter le teaser, il se tasse encore plus si c’est possible. Finalement, l’animal était assez intelligent pour avoir peur. Mais il n’abandonne pas si facilement, mentionnant son passé difficile comme un bouclier. Tu refuses de te ranger à son argument. « Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’une bagarre en prison. De quelques coups de poings. Il s’agit de quelques milliers de volts qui vont parcourir ton corps. De manière répétée. De la douleur infligée volontairement. » Rétorques-tu calmement. Un calme que tu es loin de ressentir. A vrai dire, tu ne savais pas si tu en étais capable. Tu avais passé du temps à ourdir ta vengeance, mais maintenant que tu y étais, tu n’étais pas certaine de pouvoir être aussi cruelle. Tu n’étais pas quelqu’un de bien mais tu aimais penser que tu avais des limites. Et ton ennemi le sent peut être parce qu’il affirme ensuite que tu n’oseras pas. Il te connaît mieux que tu ne le pensais. Et ça t’afflige parce qu’au final, la personne qui te connaît le mieux sur terre est aussi celle qui te déteste plus. Mais tu ne laisses rien paraître. « Peut être que tu as raison. Peut être pas. Mais tâche d’être bien sûr de toi sur ce point. Parce que tu pourrais détester la façon dont tu découvriras la vérité. »

Andrew s’insurge aussi quand tu continues ton petit speech et qu’il découvre la véritable raison de sa présence ici. Tu ne cilles pas. « Oui, pour des putains de questions. Des putains de questions importantes. Alors, rappelle-toi de ta promesse et tâche de ne pas mentir. » Tu continues à te faire passer pour la sociopathe que tu n’es probablement pas mais sur ce point, tu es sérieuse. Tu veux des réponses. « On va commencer simplement. Est-ce que tu es oui ou non, rentré chez moi ? Et comment ? » Tu ne voyais pas d’autres moyens pour qu’il ait découvert l’existence de Sean. C’était effectivement une première question simple, qui te permettrait de plus de voir facilement s’il était prêt à dire la vérité ou pas. « Parce que tu vois, je ne vois pas d’autres façons pour toi d’avoir découvrir l’existence de Sean. Car je sais que c’est à cause de toi qu’il est revenu. Il me l’a dit. Visiblement, il y a quelque chose en toi qui pousse tes complices à systématiquement te balancer. Un triste schéma si tu veux mon avis. » Toi aussi, tu pouvais appuyer là où ça faisait mal. L’affaiblir psychologiquement en utilisant les pires moments de sa vie. Il n’avait rien inventé.

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7891
POINTS : 2660
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Mar 19 Avr - 21:29

Breathe in deep, and cleanse away our sins
And we'll pray that there's no God
To punish us and make a fuss

Je ne peux pas comprendre ce qu'elle ressent pour son cousin et que Dieu m'en préserve parce que pour sûr, je ne veux jamais ressentir quoi que ce soit de similaire pour un autre être humain. Ne pas avoir de famille, c'est peut-être une force, au final. Personne sur qui compter, mais personne pour nous décevoir non plus et personne qui peut nous appeler à l'aide. Je pouffe de rire devant la confiance de la Collins. Moi qui vais chialer ? La torture suivie d'une mort lente et douloureuse est préférable à des larmes devant elle. Et si elle pense que je suis capable de verser la moindre perle salée par sa faute, c'est qu'elle ne me connaît pas et qu'encore une fois, elle prend ses désirs pour la réalité. Quand elle en aura fini avec moi… Ses mots résonnent dans ma tête et malgré mes efforts pour ne pas les prendre au sérieux, je m'inquiète des limites de la jeunes femmes. Avec elle, j'ai moi-même repoussé mes limites à un stade que je n'aurais jamais cru atteindre. Pas avec elle du moins… Et il semblerait que la réciproque fonctionne puisqu'elle a déjà eu le cran de me droguer pour m'installer à l'arrière de ma propre voiture.
Les choses sérieuses commencent et Penny se rapproche dangereusement avec un objet encore plus dangereux. Je la regarde, les yeux remplis de stupeur et de méfiance et je comprends que ma dernière chance est de tenter de la dissuader de faire ce qu'elle a en tête. Recevoir une décharge électrique ? Non merci. Alors je lui rappelle qui je suis et ce par quoi je suis passé pour qu'elle se dise que ses efforts sont vains et qu'elle ne m'aura pas de cette façon. Cependant, j'oublie que la demoiselle est bien informée sur le sujet puisque cette dernière a fait chanté Hardy afin de lui soutirer des informations me concernant. Et si elle a lu les rapports, alors elle sait absolument tout. Ou presque. Mais pour ne pas attiser sa flamme, je reprends.  « J'ai reçu une balle, Penny. Tu penses que le connard qui m'a tiré dessus ne voulait pas m'infliger de la douleur, comme tu dis ? » Je serre les dents alors que ma technique est un échec cuisant. La voix calme qu'elle emploie renforce cette atmosphère pesante et je suis à peu près certain que la blondasse peut sentir la peur dans mon souffle qui se fait de moins en moins régulier.
J'espère qu'elle n'aura pas le cran d'aller jusqu'au bout, mais qu'elle ne se fasse pas d'illusions sur ce qui l'attendra par la suite.
Je me prends au jeu, cela dit, et j'attends qu'elle pose les questions dont elle veut les réponses. Et à nouveau, un rire nerveux s'échappe de mes lèvres alors qu'elle me demande si je suis entré chez elle. Je m'apprête à lui répondre, mais elle préfère enchérir et ce qu'elle dit me glace le sang, me coupant toute envie de rire. Cette référence. Tout revient. Parce que ça n'a été qu'elle depuis le départ. Ce sentiment de trahison me prend de plein fouet et je serre les dents tandis que mes avant-bras se contractent sous le coup de la colère. En fait, ce n'est pas la famille cette histoire de force ou de faiblesse. Pas forcément. Ou peut-être que si. Parce que Jean est la seule que j'ai un jour considérée comme ma famille. Je prends sur moi pour rester calme et ne pas lui montrer à quel point son venin m'affecte, mais je pense qu'elle le devine aisément avec le regard torve que je lui lance. Si un regard pouvait tuer, alors Penny Collins ne serait plus de ce monde à l'heure actuelle. « Oui. Je suis entré chez toi alors que tu étais au travail. Comment ? Je te signale qu'on a prétendu être le couple parfait pendant des semaines… Je connais ta baraque aussi bien que la mienne. » siffle-je, mauvais et surtout dégoûté de devoir tout lui avouer aussi facilement. Pourtant, la mention concernant mes complices ne me sort pas de la tête et cette envie meurtrière ne fait que de se gangréner. Dans le fond, je m'en moque pas mal que Sean m'ait vendu, ce n'est pas comme si j'en avais quelque chose à faire, je voulais juste qu'il vienne à Tenby pour détruire Penny… Mission qu'il semble avoir loupée laborieusement. Non, ce qui me dérange, c'est qu'elle ose encore parler de Jean. « Et c'est bien moi qui ai fait venir Sean ici… Mais fais moi plaisir, Penny et "ne parle pas de quelque chose que tu ne peux pas comprendre". » Je répète ses mots, imitant son ton et sa fausse sérénité alors qu'il en est tout autrement à l'intérieur et sans pouvoir me retenir plus longtemps, je me rapproche au maximum d'elle et je lui crache au visage, littéralement. J'oublie ses menaces, j'oublie le taser. Elle a prononcé la phrase de trop et je ne parviens pas à me retenir.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3631
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Jeu 21 Avr - 18:49

There's no light in your eyes and your brain is too slow
There's a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain

Andrew continue de te provoquer en laissant échapper des petits rires à chacune de tes répliques mais ce que tu lis dans ses yeux raconte une autre histoire que ses gloussements de collégienne. Tu avais réussi à capter son attention dès que tu avais dégainé le taser et maintenant, il commençait à imaginer que tu n’étais pas aussi faible et dépourvue d’imagination qu’il se le figurait. A toi de lui prouver que c’était vrai. Il fallait que tu maintiennes le cap, et surtout que tu ne te laisses pas distraire de ton but. Alors tu continues à lui répondre, à toi aussi le provoquer pour cacher ton indécision et les scrupules qui commencent à t’étreindre. Tu te serais bien passée de ces dernières. « C’est pas un connard s’il t’a tiré dessus. Au contraire, il mériterait une médaille. » Dis-tu d’une voix qui n’a rien d’amicale quand il continue de prétendre que la douleur physique ne lui fait pas peur. Tu le pensais vraiment. Andrew faisait parti du genre d’individus qui n’apportaient rien à l’humanité. Il ne faisait que la corrompre. Avoir envie de lui tirer dessus devait être un besoin ressenti par bon nombre de personnes et tu ne pouvais pas blâmer le pauvre type qui avait cédé à la tentation. Si ce n’est peut être qu’il aurait dû mieux viser… Un regret que tu portes et qui s’accentue quand l’anglais reçoit tes questions dans un nouvel éclat de rire. Ne pouvait-il pas comprendre à quel point tu étais sérieuse ? Visiblement non. D’ailleurs les réponses qu’il te fournit sont aussi ridicules que les efforts qu’il fait pour tenter de montrer qu’il n’a pas peur. Cela dit, tu dois avouer que tu es surprise qu’il te donne des réponses. Tu l’aurais imaginé plus… récalcitrant. Mais là, même s’il est vague, il est bien plus bavard que prévu. Il te livre des informations sans sourciller, comme s’il était…ailleurs. Et bientôt tu comprends pourquoi.

Andrew te regardait toujours avec le plus grand des mépris mais le regard qu’il avait soudainement posé sur toi était un pur regard de haine. Sa colère était palpable tant elle était intense. La façon dont il te fusillait du regard… Visiblement, ta réplique sur ses complices qui le trahissaient avait fait mouche. Et au cas où tu aurais besoin de preuves supplémentaires, il se rapproche soudainement de toi pour te cracher au visage de toutes ses forces. Tu ne réfléchis pas. Ou plutôt, tu ne réfléchis plus. Instinctivement, tu apposes le petit boîtier noir que tu tiens dans la main sur son épaule et appuie sur le petit bouton noir déclencheur. Tu entends le bruit de l’électricité. Tu vois même des étincelles passer du taser à Andrew. Son corps est soudainement renvoyé en arrière, tandis que ses muscles se contractent. Il te semble qu’il crie mais tu n’en es pas certaine tant le sang bat fort dans tes oreilles. Tu restes pétrifiée quelques instants, ne parvenant pas à croire ce que tu viens de faire. Même pour toi qui n’a pas ressenti la douleur, le moment a été pénible, désagréable. Le bruit, le crépitement contre le manteau de ton prisonnier, l’éclair de lumière…  Tu venais bel et bien de franchir la ligne jaune. Il était trop tard pour reculer. Lentement, tu passes ta manche sur ton visage pour le débarrasser de la souillure. Ou plutôt de la salive de la souillure. « Tu ne peux pas dire que je ne t’avais pas prévenu. Tu te calmes, ou je n’hésiterai pas à recommencer ! » La colère perce dans ta voix. Tu lui en veux de t’avoir poussée à faire ça. A lui faire ça. Mais il ne doit pas voir l’ombre des remords. Farouchement, tu te reproches pour le relever en l’attrapant par le col de son manteau. Tu sais que tu ne risques rien se faisant, car il va mettre de longues minutes à se remettre de la décharge, son système nerveux entièrement paralysé, traumatisé. « Quand je dis que tu es un animal… » Tu rapproches ton visage du sien. Tu donnes un air menaçant à ce face à face mais en réalité, tu vérifies discrètement s’il va bien. On t’avait assuré que si la personne n’était pas fragile, elle ne mourrait pas de quelques décharges mais tu préférais être sûre de toi. « Bon maintenant, fini de jouer. Tu crois que les vagues réponses que tu viens de me donner me suffisent ? Je veux savoir exactement comment tu es rentré chez moi. Par le garage ? Et je veux aussi savoir où tu as fouillé pour savoir qui était Sean. » Tu ne formules pas de nouvelle menace mais tu lèves ton instrument de torture près de son visage même s’il te paraît peser une tonne dans ta main.

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7891
POINTS : 2660
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Ven 22 Avr - 0:03

Breathe in deep, and cleanse away our sins
And we'll pray that there's no God
To punish us and make a fuss

Comme depuis bien longtemps, nos rapports n'ont plus rien de cordiaux avec Penny. Si au début nous avons prétendus être le couple parfait aux yeux des riverains, il n'en était rien une fois les portes closes. Je repense à tout ce que nous avons traversé et à l'instant où je lui crache la salive au visage, je me soulage d'un poids. Sans même m'en rendre compte, je rêvais de faire ça depuis des mois et son attaque ultime a eu raison de moi, me faisant oublier momentanément que la Collins est en position de force et que je risque de payer le prix fort pour mon insolence et ma désobligeance. Ce geste - crétin mais libérateur - fait ressortir ce que je ressens pour la Galloise. Elle ne vaut rien. Elle est insignifiante au point que je me permets un geste primitif sans ciller. Un rictus vient même élever mes lèvres en un sourire en coin malveillant, profitant au maximum de cet instant victorieux.
Je soutiens son regard et il ne me faut moins d'une fraction de seconde pour comprendre que je viens de la pousser à bout et de faire une grave erreur. Quelque chose dans ses prunelles vient de s'éteindre et la crainte refait surface. J'ai peur de Penny. J'ai peur de ce qu'elle va être capable de faire, de me faire. Elle s'avance, franchissant la distance finale et fait ce dont je ne la croyais pas capable. Tout se déroule à une vitesse hallucinante et déjà je me retrouve à pousser un cri sous le coup de la douleur. Le bourdonnement de l'appareil à mon oreille semble ne pas vouloir s'arrêter et mon corps se tord, entre contractions et raideurs. Elle l'a fait ! Elle vient de m'envoyer quelques milliers de volts dans le corps et je me retrouve tétanisé à l'arrière de ma voiture, peinant à retrouver mon souffle, priant pour que cette impression d'asphyxie se dissipe avec la douleur qui traverse encore mes membres. Mon palpitant s'affole dans la cage thoracique et je garde la tête appuyée contre la banquette arrière, les yeux fermés et les dents serrées en attendant que la paralysie passe.
Je suis tout bonnement incapable de faire le moindre mouvement et encore moins de me redresser, alors quand la serveuse empoigne le col de ma veste, une douleur lancinante se fait ressentir et je peine à ouvrir les yeux alors qu'elle vient me siffler quelques nouvelles insultes ou menaces que je ne perçois pas à cause du choc. Mais si je suis dans l'incapacité de saisir le sens de ses paroles, je décèle dans son ton et dans son attitude qu'elle est parfaitement sérieuse et que j'ai plutôt intérêt à faire ce qu'elle me demande. Etant déjà parti avec un handicap sur le plan physique à cause de l'alcool et de la drogue, je devine que je n'ai pas les armes nécessaires pour me battre avec Penny, ni même l'envie. Surtout pas l'envie.  
La seule envie que j'ai, c'est qu'elle abandonne son petit jeu et qu'elle s'en aille, surtout lorsque je sens une humidité au niveau de l'entre-jambe, sans aucun doute causée par le relâchement musculaire.

J'ai besoin d'encore quelque temps pour assimiler ses paroles et même si d'étranges sensations toutes plus désagréables les unes que les autres continuent de se faire sentir, je comprends que je n'ai plus le choix et que je dois me plier à sa volonté, surtout qu'elle brandit encore son nouveau jouet. Adieu les réponses évasives et l'espoir de m'en sortir avec si peu.  « Putain… Mais Penny… Je sais plus, c'était y'a des lustres… » commence-je à voix basse alors que je récupère la capacité de pouvoir construire des phrases. Je ne la regarde pas. J'ai les yeux perdus dans le vide qui peinent à se fixer sur un point. Je préfère me concentrer sur d'autres choses plus importantes, comme le fait de respirer sans provoquer cette douleur au niveau de la poitrine. Je grimace et je reprends, le souffle encore coupé. « Ta cuisine… T'as une fenêtre facile à forcée de l'extérieur. » J'aurais bien ajouté que c'était un jeu d'enfant, mais clairement, je ne suis plus en position pour faire du sarcasme. Je veux simplement en finir le plus vite possible, même si elle ne paye rien pour attendre - à condition que je m'en sorte en vie. « J'm'en souviens plus… Bordel, j'ai retourné toute ta baraque. Mais… Y avait une boîte, avec des lettres… des photos… Dans ton armoire, je crois. » Je marque une pause, plus par nécessité que par effet dramatique et j'ajoute. « On aurait dit des trucs que tu gardais de Swansea… Et puis, son numéro, à Sean… C'est comme ça que je l'ai contacté. » Ce semblant de tirade me coûte beaucoup et je pose une main sur le coeur afin de le contenir et j'espère qu'enfin, Penny abaissera son engin maintenant qu'elle a les réponses à ses question. « Ca y est, putain, t'es satisfaite ? » Demande-je, de l'amertume dans la voix en osant enfin recroiser son regard depuis l'utilisation de son appareil.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3631
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Dim 24 Avr - 21:40

There's no light in your eyes and your brain is too slow
There's a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain

Voilà, il te l’a fait faire. Il t’a fait franchir l’étape supérieure dans votre lutte acharnée. Tu avais activé le taser, cet instrument terrible, que l’on trouvait pourtant dans le commerce pour une poignée de livres sterling. Mais ça aurait été un peu trop hypocrite de ta part d’en être surprise. Certes, tu avais été contente de constater que tu avais encore quelques scrupules mais tu savais aussi que s’il y avait une personne qui pouvait les balayer, c’était bien Andrew. Il était ton Némésis, ça ne faisait aucun doute. Et tout avait mené à ce moment. Une douce accumulation d’offenses. Celles qui t’avaient faites dans le passé, celles qu’ils t’avaient infligées aujourd’hui en t’insultant et en insultant Nate et enfin, le geste qui avait signé cette triste conclusion. Un crachat en plein visage, ultime expression du mépris qu’il ressentait pour toi. Malheureusement pour lui, tu en avais autant à son service. Alors tu l’avais puni en lui infligeant la première décharge. Et maintenant que la colère et l’adrénaline ont fini de parasiter tes sens, tu les entends. Ses gémissements de douleur, ses râles qui prouvent qu'il respire avec difficulté. Tu vois l’expression de souffrance sur son visage. C’est si intense… Andrew a l’air de vraiment souffrir. Si bien que tu ne te réjouis pas autant que tu le voudrais. Tu ne le ménages pas pour autant. Tu le redresses pour le rapprocher de toi, soulagé de le voir ouvrir les yeux quand tu fais ce geste. La flamme combative dans son regard a totalement disparu. Il est totalement à ta merci. Tu en profites donc pour mener ton interrogatoire, recevant enfin des réponses satisfaisantes. L’élocution est hésitante, le souffle court, et la sincérité apparente. Bien. Il allait falloir que tu renforces la sécurité des fenêtres….

Puis tu apprends qu’il a trouvé ta boîte dans l’armoire. Tu t’en étais douté dès que Sean t’avait avoué l’implication de l’anglais dans son retour mais ça te faisait quand même quelque chose d’entendre Andrew parler de cette boîte. Cette dernière était tout ce qui te restait de ta vie à Swansea. Tu n’étais pas une sentimentale mais avec cette boîte, tu le devenais presque. Tu prends cependant sur toi pour rester calme, essayant d’effacer le dégoût que t’inspire l’idée d’Andrew fouillant dans tes souvenirs personnels, dans tes précieuses reliques. En vain. « Non, je ne suis pas satisfaite ! Espèce de sale petite fouine ! C’est quoi ton problème ? ça ne t’avait pas suffit de détruire ma voiture ? Quel besoin tu avais en plus de rentrer chez moi et de fouiller dans mes affaires ?! Je dois comprendre que tu n’arrêteras jamais ? Que tu chercheras toujours un moyen de me pourrir la vie ? » Tu te rends compte que tu es presque en train de crier et que tu le secoues mais tu n’en as rien à faire. Tu venais peut être de mettre le doigt sur quelque chose de capital. « Et bien, ça s’arrête ce soir ! Tu m’entends ? Aujourd’hui, c’est la dernière fois que j’ai affaire à toi. Et tu vas me le jurer sur la tête de ta chère Shioban. Sinon… Et bien ta nuit va être très longue. On pourrait s’amuser à compter le nombre de décharges que tu peux endurer, qu’est-ce que tu en penses ? » Tu vois ton prisonnier poser une main sur son cœur, comme s’il était sur le point de vomir mais ça ne te motive pas à arrêter de le menacer. « Et au cas où tu te le demandes, je suis très sérieuse… Ne teste pas mes limites, car je ne suis pas certaine d’en avoir quand il s’agit de toi. » Rien n’était plus véridique que cette assertion. Le niveau de haine que vous aviez atteint était unique. Tu étais certaine de ne jamais pouvoir ressentir ce sentiment brûlant pour personne d’autre. Même pas envers Sean, malgré tout le mal que vous vous étiez fait. Cependant, tu as conscience que le serment que tu essayes de lui extorquer pourrait mettre fin à tout cela, signer une trêve durable. Alors, tu te radoucis un peu, essayant de lui en présenter les avantages. « C’est facile. Tu me le promets. Tu promets aussi que tu n’as pas utilisé le reste du contenu de la boîte contre moi et que tu ne le feras pas. On est plus ou moins quittes maintenant donc tout peut s’arrêter. Y compris les décharges. C’est ce que tu veux, n’est-ce pas ? » Mais tu t’interromps soudain, fronçant le nez. « C’est quoi cette odeur, tu t’es pissé dessus ? » Tu voulais des preuves de sa peur, il semblait que tu étais servie…

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7891
POINTS : 2660
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Mer 27 Avr - 17:00

Breathe in deep, and cleanse away our sins
And we'll pray that there's no God
To punish us and make a fuss

Je me plie à la volonté de la blonde, je rechigne mes principes, je lui réponds sans trop de difficultés et avec franchise et elle n'est toujours pas contente. Je lui lance un nouveau regard de travers, la terreur laissant place un court instant à l'exaspération. Je sais à présent qu'elle peut aller très loin et que je dois m'en méfier, mais en me répondant de cette façon, c'est comme si elle cherche à alimenter davantage le conflit. Et si c'est ça qu'elle souhaite, alors je crois que je suis de retour pour un nouveau round, peu-importe ce qui m'attend. Je n'ai plus envie de la laisser s'en tirer même si j'ai toujours envie de la voir déguerpir au plus vite. J'affronte. J'ai vécu pire et ce n'est pas cette pimbêche qui aura ma perte, que j'aime me dire pour me consoler et me conforter dans mon choix un tantinet suicidaire de lui répondre avec véhémence.  « Ta gueule ! Je t'interdis de parler d'elle… » Lâche-je sans me soucier de ce qu'elle fera pour me faire payer mon insulte. Si elle n'a pas compris qu'il ne fallait pas mentionner l'Ecossaise après la salive que je me suis fais un plaisir de lui cracher en plein visage, c'est qu'elle est stupide. Mais si je dois malheureusement faire un constat objectif sur la blonde, c'est qu'elle ne correspond pas au cliché répandu par sa couleur de cheveux et que stupide est loin d'être un qualificatif adéquat pour la caractériser. Au contraire, Penny est sournoisement maligne et intelligente, sinon je ne serais pas dans cette position. Non, si elle évoque le - vrai - prénom de mon ex petite-amie, c'est par provocation. Ou du moins, c'est comme ça que je le ressens. J'ai fait revenir Sean dans sa vie, alors elle se venge à présent, même verbalement, à croire que le coup de Taser n'est pas suffisant.
Après un effort qui me semble surhumain pour me redresser et être au niveau de la Collins, j'en profite pour lui expliquer quelque chose de fondamental me concernant : qu'on me bute plutôt qu'on m'envoie en taule. Je soutiens son regard pendant quelques secondes et quand je sens que mon souffle me permet de reprendre la parole, je me lance dans une envolée que je ne peux plus arrêter.  « Je vais t'expliquer un truc Penny, tu n'es rien. Tu n'es qu'un ersatz et la seule chose pour laquelle je te montrais un peu d'intérêt, à savoir me reconstruire une réputation, tu l'as détruit en balançant toute l'histoire au resto. Forcément, tu vois, en faisant ça, tu m'as mis en rogne, alors j'ai voulu te le faire payer, d'où la voiture. Et tu sais quoi ? J'en aurais terminé là si tu n'avais pas eu l'idée de m'envoyer croupir en taule pendant 3 jours. » En y réfléchissant, je ne sais plus si Penny est au courant de la raison qui m'a poussé à vouloir redorer ma réputation, et je m'en moque. Plus rien n'a d'intérêt de toute façon maintenant que la vérité a été dite au grand jour. « 3 jours… 72h putain d'heures à voir le sourire en coin de ce putain d'Hardy dès qu'il passait par là. » De nouvelles envies de vengeance me serrent la poitrine, même si je sais que pour cette fois, Hardy n'a rien à voir avec l'histoire. Et puis, ce n'est pas comme s'il n'avait pas déjà eu une bonne leçon en recevant quelques coups dans la figure. « Alors tu vois… Te pourrir la vie, c'est pas ma priorité. Mais quand tu es assez conne pour m'envoyer chez les flics… » Je laisse la phrase en suspension, me moquant bien de l'insulte et du nouveau coup de Taser qui peut éventuellement se faire sentir. J'en ai fini avec elle. Ou du moins, j'en avais fini. Jusqu'à ce jour où j'ai été coffré en plein travail, devant ma collègue. Encore une fois, je ne fais que répondre avec sincérité à la serveuse. De toute façon, on s'est fait assez de mal pour pouvoir se dire la vérité.

Penny veut à présent que je lui promette que je n'utiliserai pas la reste de la boîte contre elle et si a priori, ce n'était pas dans mes projets, les choses ont radicalement changées ce soir quand elle m'a fait devenir son prisonnier et qu'elle a osé m'envoyer une décharge dans le corps. Alors elle veut sa réponse, mais pour la faire enrager, je me contente de la regarder et de ne rien répondre. Je sais me taire quand il le faut et c'est donc ce que je compte faire.
Malheureusement, déjà que la situation était loin d'être à mon avantage, elle empire quand la Galloise constate l'odeur d'urine. Je grimace et je baisse les yeux en direction de mon entre-jambes. Pas que j'avais un doute, mais plus par réflexe. Et alors sans la méninger, j'essaye juste d'accepter le plus dignement les faits tout en lui faisant regretter ses gestes. « Oui bordel, je me suis fais dessus, parce qu'une putain de tarée vient de me taser ! » que je finis par gueuler. Avec un peu de chance, cette nouvelle donnée lui donnera tout autant l'envie de disparaitre. « T'as qu'à essayer, tu verras la sensation que ça fait ! » Dis-je dans un grognement.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3631
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy Mer 27 Avr - 23:11

There's no light in your eyes and your brain is too slow
There's a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain

Andrew semble avoir retrouvé ses esprits rapidement après la décharge. Un peu trop rapidement à ton goût. Il recommence à te regarder de travers et à te parler comme si tu étais une de ses codétenues. Visiblement, il était incapable de mettre son poing dans sa poche plus de quelques secondes. Dommage pour lui. Toutefois, le voir perdre son calme tandis que tu évoques Jean McKinnon te remonte un peu le moral. Tu savais toujours comment l’atteindre. Et plus il s’énerve, plus tu parviens à retrouver ton sang-froid. « Tu n’es pas en position de m’interdire quoi que ce soit, espèce d’enfoiré. » Craches-tu près de son visage, une pure expression de satisfaction sur ton visage. Tu t’étais longtemps demandée quels étaient les sentiments de Andrew vis-à-vis de la McKinnon, te demandant si Andrew était vraiment capable d’aimer quelqu’un. Mais les réactions qu’il avait ce soir, chaque fois que tu évoquais la fleuriste se suffisaient à elles même pour répondre à cette grande question. Et il était toujours savoureux de trouver le point faible d’un ennemi. Surtout que tu n’aurais aucun scrupule à t’en prendre aussi à Jean, vu le sketch qu’elle t’avait fait au concours de pâtisserie…  Andrew se redresse avec difficulté, comme si tout ce qui lui importait était de pouvoir t’affronter. Bien, tu n’étais jamais à court d’énergie pour le combattre. Sauf que pour une fois, les mots qui sortent de sa bouche te clouent le bec. Car tu ne l’avais pas envoyé chez les flics. C’était Nate qui avait porté plainte pour toi. Ensuite, tu avais été contrainte de corroborer sa version car tu n’avais pas vraiment d’explications plausibles pour ne pas le faire… Mais ça, bien entendu, tu ne pouvais pas vraiment le dire. Tu n’allais pas vendre ton cousin à ce criminel des bas-fonds, ça jamais. « Je suppose que ce charmant petit monologue signifie que tu refuses ma proposition ? » Dis-tu sans montrer aucune émotion alors que intérieurement, tu bouillonnes. Tu voulais vraiment cette trêve. Tu avais des choses plus importantes à faire dans ta vie que de te battre avec ce sombre individu. Mais hélas, ce n’était pas possible à cause du mensonge que tu étais fermement décidée à lui faire croire.

« Je ne suis pas surprise, cela dit. Je sais que tu fais toujours les mauvais choix. C’est pour ça que ta vie est aussi misérable. Ce n’est pas à cause de Jean, ni de moi. » Puisqu’il ne veut pas de la paix, tu ne vas plus t’embêter à essayer de l’établir. « Et tu sais quoi ? Je suis bien contente que tu sois retourné en prison et que Hardy t’ait vu. Tu ne méritais pas mieux. Le monde mérite de savoir qui tu es, à quel point tu es méprisable. Sauver ta réputation… Mais tu t’entends ? Il n’y a rien à sauver à ce niveau là. Tu n’y arriveras jamais, peu importe quel plan tordu tu mets en place pour ça. Et cette nuit là... Tu as dépassé les limites. Donc si c’était à refaire, je le referais sans hésiter. » Tu insistes lourdement, histoire qu’il n’y ait aucun doute sur le fait que c’était toi qui l’avait envoyé en prison. Et puis, tu avais bien senti sa sincérité quand il t’avait fait comprendre que retourner en prison était la pire chose qui pouvait lui arriver. Une autre information intéressante à utiliser. Décidemment, la collecte était fructueuse ce soir ! Dommage que ta satisfaction soit gâchée par une soudaine odeur rance. Andrew et toi vous comprenez rapidement que la décharge lui a fait perdre le contrôle de sa vessie. Tu le repousses violemment en arrière. « Tu me dégoûtes ! » Souffles-tu autant pour l’urine que pour son comportement en général. « Et tout ce qui arrivera après ce soir sera de ta faute. Simplement parce que tu as refusé la trêve que je t’ai proposée. » Il n’avait pas refusé explicitement mais son silence était éloquent tout comme les regards de pur haine qu’il continuait de te lancer. Tu l’ignores en continuant ton speech. « Je te la ferais bien accepter à coup de taser mais ça ne serait pas une vraie parole, n’est-ce pas ? » A vrai dire, tu n’avais pas envie de le tuer ou de passer de longues heures à lui envoyer des électrochocs, non plus.  Le provoquer est une forme de torture suffisante pour toi. « Je n’ai pas peur de continuer cette guerre contre toi. Pas quand je suis certaine de la gagner. Je pensais juste que tu étais assez intelligent pour nous éviter tous les deux de s’autodétruire. Pour qu'on arrête de dépasser les limites avant qu'il ne soit trop tard. »

Tu comprends qu’il ne veuille pas de trêve. Pas après ce que tu lui avais fais ce soir. Mais comprendre ne veut pas dire que tu acceptes. Alors tu lui laisses une dernière chance, même s’il ne la mérite pas. « Enfin, on dit que la nuit porte conseil… Alors demain matin, si tu m’envoies un SMS qui dit que tu ne vengeras pas, nos chemins ne se croiseront plus. Ton choix. Et en attendant… » Tu réactives soudainement le taser, envoyant une nouvelle décharge à Andrew. « C’est pour m’avoir traitée de conne et de putain de tarée ! » L’intensité de l’appareil est réglée sur le même niveau que tout à l’heure mais tu as l’impression que ton prisonnier a plus de mal à encaisser. L’accumulation des deux chocs sans doute. Toi, cette fois-ci, tu ne grimaces pas. Ça te parait même plus facile. L’habitude sans doute. Andrew gît à présent sur le siège en arrière, sa main toujours menottée à la portière. Tu te penches au dessus de lui pour attraper une bouteille d’eau dans laquelle tu as mélangée une nouvelle dose de GHB. Tu la portes ensuite aux lèvres d’Andrew. « Bois ! » Ordonnes-tu en faisant couler le liquide au fond de sa gorge, profitant de sa faiblesse. Puis, juste avant qu’il ne se rendorme, tu lui fais passer la clé des menottes sous les yeux. Avant de la lancer à l’avant de la voiture, sur le siège conducteur. « Bonne chance pour réussir à l’attraper… Et fais de beaux rêves. » Conclus-tu sur un ton particulièrement mesquin avant de prendre ton sac et de quitter les environs. Il fallait que tu ailles récupérer Debbie au Three Mariners. Mais un peu de marche était un léger inconfort face à celui que Andrew expérimentait actuellement. Et puis, tu avais le temps. Il allait mettre un bon moment avant de se libérer. Déjà, il fallait qu’il se réveille.

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy

Revenir en haut Aller en bas

There's a space kept in hell with your name on the seat + Andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-