AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 EmptyLun 23 Mai - 19:39

tyler ∞ tristan
Tristan ne savait pas trop si ce jeu était une bonne idée ou non. Il avait fait des efforts pour se montrer à peu près agréable mais de là à lui raconter sa vie… Sans façon. Il sentait pourtant que l’alcool ferait rapidement ses effets et que si Tyler lui posait les bonnes questions, il y avait moyen de le faire flancher. Il sembla fortement étonné quant à sa première réponse : oui il avait déjà été amoureux. C’avait d’ailleurs causé sa perte… Comme pour beaucoup d’autres. Aussi, il enviait le couple de ce type mais il le plaignait aussi. Une histoire d’amour ça pouvait être beau, remplie de passion mais c’était aussi très éphémère. L’amour ne dure que trois ans disait-on. Peut-être moins si c’était de Tristan dont on tombait amoureux.
Il aurait voulu le faire avouer, lui aussi. Sans trop savoir pourquoi il n’arrivait pas à l’imaginer avec une fille, ce garçon… Mais après tout, ça le regardait. Tristan fit la moue puis haussa les épaules. « Je trouvais que tu faisais gay. » qu’il dit sans aucune gêne en lui faisant un grand sourire. Faire gay c’était très subjectif comme concept. Tristan, par exemple, ne faisait pas spécialement gay… Alors au fond il disait ça juste pour le faire chier.

Tristan ne savait pas trop à quoi s’attendre pour la prochaine question. Au final, Tyler le surprit plus que prévu en stoppant le jeu. Il fronça les sourcils sans comprendre, terminant son verre d’une traite puisqu’il n’aurait plus à boire suite à telle ou telle question. « Tu te dégonfles ? » Ou alors son pic avait été celui de trop ? Il ne put s’empêcher d’être un peu vexé. Ce qui était un peu étrange car en temps normal, Tristan aurait carrément sauté sur l’occasion pour le foutre dehors. Mais merde, il avait fait plein d’efforts pour essayer de rendre sa présence acceptable, tout ça pour rien ? Ce type n’était-il donc jamais content ? D’autant qu’il la sentait très mal son idée et que ça allait forcément lui retomber dessus, avec sa chance. « J’ai dit un truc qui fallait pas ou quoi ? » Tristan ne savait pas trop pourquoi il demandait ça, normalement ça devrait lui être égal. Il fallait croire que jouer au superhéros lui plaisait plus qu’il ne le pensait… « Combien de verres t’as bu en fait ? T’as cru que j’allais t’aider à t’introduire chez toi ? Compte pas sur moi… Tu ferais mieux d’attendre sagement ici. Si t’as plus envie de causer c’est ton problème mais si c’est pour faire venir les flics ou pour te blesser, même pas la peine. » Il n’avait pas assez bu pour trouver cette idée géniale. Disons qu’il ne voulait pas se faire aligner pour non-assistance à personne en danger s’il arrivait un truc à Tyler pendant qu’il essayait de rentrer chez lui. Autant attendre…

Il se posa sur le canapé et remplit son verre une nouvelle fois. « Tu sais quoi ? Redemande-moi dans trois ou quatre verres. »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 EmptyJeu 26 Mai - 23:17




 



Tyler & Tristan
“Here we are, trapped in the amber of the moment. There is no why.”  

Faire gay... Voilà qui me laisse un goût amer en bouche lorsqu'il dit ça. Ce n'est pas volontaire mais mon visage se ferme un instant, je perd mon sourire amusé. Je n'ai pas envie de faire gay... Je ne suis pas homophobe mais les valeurs de ma famille me collent un peu à la peau malgré moi. Pour eux les homosexuels sont enfants de démons. Je ne vais pas dans une extrême aussi peu tolérante mais ça m'a marqué dans le sens où je ne voudrais pas être gay moi même...  Faire gay c'est synonyme d'humiliation dans le quartier où j'ai grandis, de ridicule et de sous merde. Je les ais assez vu au lycée, les garçons qui aiment les autres garçons se faire taper et boire la tasse des chiottes alors qu'on lavait leur visage à la chasse d'eau. Je ne veux pas ressembler à ça non... Pédale, ce n'est que péjoratif.

Ce sujet réveille également en moi de vieilles cicatrices... Parce qu'entre moi et mon frère je suis le seul que mon père touchait le soir. Probablement parce que j'ai toujours été moins viril, depuis le plus jeune âge... Est-ce que lui aussi trouvait que je faisais gay ?  
Les hommes ensemble, un sujet qui ne me dérange pas tant que je ne suis pas concerné... Quand j'y suis mêler, ça me dérange. Comme si un truc visqueux me collait à la peau.
Plus très amusé et plutôt mal à l'aise je redépose mon verre et décide d'arrêter le jeu. J'ai carrément envie de rentrer, retrouver mes chats, mes toiles, mon piano. Mon nid.
Dégonfler ? Le mot est probablement bien choisit mais je préfère nier. "J'ai juste plus d'inspiration... J'imagine que je te connais pas encore assez que pour savoir où creuser." Je justifie alors que je retourne chercher mes vêtements. "Non, non t'inquiètes, je commence juste à être un peu bourré." Un mensonge pour ne pas avoir à développer la vérité et ne pas vexer. J'affiche d'ailleurs un sourire rassurant en répondant.

Sa réponse lorsque je lui propose de m'aider à m'introduire chez moi me laisse avec une mine renfrognée. Je suis déçu, voir un peu vexé qu'il me remballe ainsi. Mais après tout, à quoi je m'attendais ? On est pas potes et en plus j'ai tendance à oublier qu'il était prêt à me laisser sous la pluie au départ... C'est pas un type sympa et j'ai probablement eu tord de me laisser berner par ses quelques attentions. Sûrement forcées pour pas trop passer pour un trou du cul mais rien de sincère au final. Moi qui imaginait qu'on pourrait s'entendre, j'ai peut-être trop espéré. Je suis trop optimiste. "J'ai pas compté." Je réplique en me laissant retomber sur une chaise. "Et puis t'as peur de quoi ? C'est ma propre maison que je veux forcer... A moins que je les appel moi, je vois pas pourquoi les flics viendraient s'en mêler..." C'est un peu con son raisonnement... On va pas non plus jouer les yamakasi pour entrer chez moi, je lui parle pas de grimper une gouttière pour atteindre une fenêtre entre-ouverte au troisième étage non plus.... Finalement je me relève. Non, j'ai vraiment envie de rentrer c'est définitif. Une pulsion de gamin. J'ai déjà eu une longue journée, je me sens mal à l'aise, j'ai besoin de mon chez moi. Enfiler des vêtements propres et secs, à moi, m'asseoir dans mon canapé... Décompresser et surtout prendre une douche. Je me dirige vers lui.
Lui attrapant le poignet je fais mine de le tirer un peu pour l'entraîner. "Allez soit pas coincé comme ça. On va pas faire des cascades, la porte de mon jardin est un peu vieille, je suis sûre qu'on l'ouvre facilement. En plus j'ai un whisky trente ans d’âge chez moi... " J'essaie de l'appâter...
De toute façon qu'il veuille ou non j'irais. Maintenant que je suis chez lui je pourrais passer dans son jardin pour avoir accès au mien, après une petite escalade de haie bien sûr, et de là trouver une solution. C'est juste plus sympa si on est deux...Et puis je ne sais pas pourquoi, j'ai vraiment envie qu'il m'accompagne.



 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 EmptyVen 3 Juin - 21:37

tyler ∞ tristan
« Il t’en faut peu pour être bourré. » Tristan haussa les épaules, il ne le connaissait pas assez pour savoir qu’il mentait – et puis il s’en foutait un peu, aussi. « Tu vois pas pourquoi les flics viendraient ? J’sais pas moi, un voisin qui passe et qui nous voit en train de forcer ta baraque. On aurait l’air malin. » Tristan ne comprenait pas pourquoi il insistait autant pour qu’il l’accompagne. Après tout il n’avait pas eu l’air d’apprécier sa présence puisqu’il voulait subitement s’en aller. C’était en tout cas comme ça qu’il le prenait sur le coup, sans songer que la raison de sa fuite puisse être beaucoup plus sombre.
Pour essayer de le convaincre il lui vanta même les mérites d’un whisky qui se trouvait chez lui, Tristan fit la moue. « Ca y est tu me fous dans la catégorie des alcooliques maintenant ? » Au fond ça lui était égal qu’on le range dans telle ou telle case. La seule qu’il n’acceptait pas c’était celle d’homophobe – même s’il n’avait rien d’un gay militant. Il soupira lourdement, reposa son verre et laissa Tyler le relever du canapé en le tirant par le bras. Ce gars-là semblait tellement têtu… Quand il avait une idée derrière la tête il ne l’avait pas ailleurs ! « C’est vraiment pas raisonnable, ta copine devrait pas tarder non ? » Il aurait espéré mais apparemment la demoiselle savait se faire désirer. Autant dire qu’elle aurait le droit à quelques félicitations quand il la croiserait parce que ce n’était pas si simple de supporter son petit-ami. De son côté Tyler méritait carrément une médaille ou une coupe parce que pour supporter l’écrivain…

Il avait la sensation que le garçon ne lâcherait pas l’affaire. Bon… il fallait se dire que c’était l’histoire d’une petite heure – le verre de whisky compris – et qu’après il pourrait se remettre au boulot. Une heure dans une vie, c’était quoi au fond ? Il dégagea son bras. « C’est bon, je marche. Attends-moi deux secondes. » Il fila dans la pièce d’à côté pour trouver quelques outils qui pourraient les aider. Il en prit plusieurs et les ramena à Tyler. « Choisis, t’as l’air plus avancé que moi dans le domaine du crochetage de porte. » Est-ce que ça ne serait pas plus simple de l’enfoncer, d’ailleurs ? Si elle était vieille… Quoiqu’une porte ça pouvait vite coûter cher et il imaginait que sa copine ne serait pas ravie de rentrer et de voir qu’il en manquait une.
Les outils en mains ils quittèrent la pièce principale pour rejoindre son jardin. Il pleuvait toujours… Il avait eu bon cœur en l’accueillant chez lui, décidément. Et voilà comment on le lui rendait ! Enfin… « C’est là que je me dis que c’était une bonne idée de foutre un muret entre nos deux jardins. » Remarqua l’écrivain en songeant au fait qu’il faudrait escalader. Il fallait reconnaître que ce muret réduisait à néant le vis-à-vis des deux maisons mais d’un autre côté Tristan se servait rarement de son jardin. « On pourrait choper une chaise mais elles doivent glisser. Prends les outils, je vais te faire la courte échelle. » Oui, il avait toujours de très bonnes idées Tristan. Quitte à l’aider… autant le faire jusqu’au bout, même si ça le faisait chier.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 EmptyVen 10 Juin - 18:29




 



Tyler & Tristan
“Here we are, trapped in the amber of the moment. There is no why.”  

Peu, peu... Deux trois verres de mélange d'alcool fort, quelques shots, tout ça sur un estomac vide. Ça ne me parait pas déraisonnable pour avoir déjà un peu la tête qui tourne. Je suis pas encore bourré mais c'est sûr que je ne me sens plus sobre non plus. "Mon voisin c'est toi gros malin... Et je crois que celui de l'autre côté est trop vieux que pour voir ou entendre quoi ce que ça soit." Je fais remarquer, histoire de démonter ses excuses de rabat joie.
Merde, j'ai envie de m'amuser un peu, de faire quelque chose de stupide, de bouger. J'ai envie d'entraîner ce nouveau gars dans mes conneries. Je sais qu'une fois de l'autre côté je serais seul à attendre Charlie et si l'envie de me retrouver entre mes propres murs me démange, je ne suis pas si pressé de me retrouver sans compagnie.
J'aimerais craquer encore un peu plus sa carapace si froide. "Non. Juste pour quelqu'un qui pourrait apprécier les bonnes choses peut-être..." Je répond quand il pense que je le prend pour un alcoolique. Savoir savourer un bon whisky n'a rien à voir avec de l'alcoolisme, c'est un simple plaisir. La bouteille m'a couté cher, proposer de partager cet or ambré n'est pour moi qu'un geste d'amitié. Je l'ouvre pas pour tout le monde, si j'en sers un verre à quelqu'un c'est la preuve d'un beau geste de ma part. Ayant fait le tour de son séjour, j'ai cru comprendre que ce gars avait bon goût, des goûts qui pourraient s'accorder aux miens et je suis sûr qu'on se ressemble plus que ce qu'on pourrait penser. De fait, il me semble logique que comme moi il puisse apprécier un bon whisky et que ça soit donc un bon appât.

Quand il demande si ma dite copine ne devrait pas tarder je secoue la tête en haussant les épaules. J'en ai sincèrement aucune idée et franchement j'en doute carrément. Je ne suis pas sûr d'où elle est, ni même si elle rentrera avant demain matin. Je l'aurais bien appelé pour en savoir plus si mon portable n'avait pas décidé de rendre l'âme... Intérieurement je me maudis de ne pas connaître son numéro de téléphone par coeur. Fut une époque où les gens retenaient ce genre de choses, maintenant on ne s'emmerde plus avec ça et c'est très con...
Elle est si imprévisible, c'est impossible de connaître ses plans. Parfois je me dis qu'elle n'en a aucune idée elle même. Et pourtant c'est justement ce qui m'a fait tomber amoureux d'elle. Ce laisser aller, cette façon de se laisser porter par le courant, par l'instant. Ne jamais savoir ce qu'elle va avoir envie de faire l'heure d'après. "Elle fait sa vie tu sais. Je sais pas du tout quand elle compte rentrer."
Elle pourrait rentrer tout de suite une fois qu'elle aura terminé ce qu'elle fait, ou décider de partir dans une nouvelle aventure... Aucun moyen de le savoir et je pourrais me retrouver à l'attendre pendant des heures ici. Passer même la nuit et laisser Ghunter et Olga se demander pourquoi leur dîner n'arrive pas.

Il finit par céder et ça m'arrache un large sourire, toutes dents dehors. Levant un bras dans l'air en signe de victoire.
J'ai réussi à faire sortir l'ermite. Je suis pas peu fier. "Je t'aurais pas pris pour un bricoleur." Je ricane. Quand on voit la tanière cosy qui lui sert de séjour, on s'attend pas à trouver un gars manuel qui vous sort une palette d'outils derrière. Je saisi un tournevis à tête plate et laisse le reste. On ne devrait avoir besoin que de ça.
Une fois dehors, c'est le retour de la pluie. Putain... J'étais parvenu à enfin sécher. Tout ça pour être à nouveau trempé en moins de dix secondes. Ça valait la peine... Cette fois Tristan subit le même sort que moi et ça me fait un peu sourire de le voir dans cet état, tout ça à cause de mon caprice.  J'imagine que je lui suis vraiment redevable pour le coup.

Le muret lui semble peut-être une mauvaise idée, mais à sa place je m'en plaindrais pas trop. Pas sûr qu'il apprécierait de nous voir moi et Charlie bronzer cul nul pendant qu'il déjeune au soleil... L'idée me fait rire.
Avant de monter sur l'appui que m'offre Tristan, je retire mes chaussures et mes chaussettes que je jette de l'autre côté, dans mon propre jardin. Pas la peine d'écraser ses mains de mes semelles dégueux, la plante de mes pieds lavés ce matin est tout de même plus préférable.  M'assurant d'abord sur ses épaules je me hisse donc sur lui, m'agrippant ensuite au lierre qui recouvre le muret. Je parviens à me tirer jusqu'au sommet que j'enjambe à califourchon, serrant mes cuisses de part et d'autre pour m'assurer avant de tendre une main à mon voisin pour l'aider à se hisser à son tour.
Je le laisse descendre de mon côté en premier, sautant à sa suite. Mais je retombe mal, si mal que je tombe sur lui.
Le voilà dos dans l'herbe mouillé, écrasé sous mon poids. Alors que je me redresse je croise son regard et je suis dérangé un instant, perturbé par la proximité de ses yeux dont la couleur me frappe étrangement.
Je me racle la gorge. "Merde désolé..." Je m'empresse de me relever et lui tend une main pour l'aider à en faire de même. "Ça va, rien de cassé ?" Je demande gêné.  


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 EmptyVen 17 Juin - 21:45

tyler ∞ tristan
Tristan avait fini par céder… Même s’il allait probablement le regretter. Décidément, ce soir il se montrait bien serviable ! Que Tyler en profite, ça ne risquait pas de se reproduire très souvent. C’était un homme à fleur de peau qui se vexait pour pas grand-chose, qui interprétait mal un paquet de trucs, complexé à mort, mais qui au fond n’était pas si méchant que ça… Il fallait juste prendre un peu de temps pour le connaître et surtout savoir le détourner de son livre. Ce que Tyler avait réussi à faire une bonne partie de la soirée, que ce soit avec son jeu ou sa proposition un peu folle de s’infiltrer chez lui par la porte du jardin. « C’est vrai que je dis rarement non à un bon whisky. » Enfin tout dépendait qui lui proposait… Mais ce gars-là ne semblait pas être le pire des voisins. « Peut-être que je pourrais voir le tableau de pendu dont tu me vantais les mérites tout à l’heure, après tout. » Cette idée lui faisait froid dans le dos. Qui avait ce genre de tableau chez soi, sérieux ? Il était toutefois curieux de savoir s’il avait dit vrai ou s’il avait inventé ça pour lui envoyer un pic.
Il eut un petit sourire alors que Tyler le prenait pour un bricolo. Loin de là... D’ailleurs, un Tristan avec une clé à molette ça pouvait faire pas mal de dégâts. Mais ça pouvait toujours servir ! Surtout quand on vivait seul et que les voisins ne vous appréciaient pas beaucoup, ils ne pouvaient pas tellement venir à votre rescousse à la moindre fuite. « Je ne suis pas un bricoleur, j’fais juste semblant. En vrai, je me sers rarement de ça mais ça peut toujours être utile… Comme quand ton voisin veut rentrer chez lui par effraction, par exemple. » Il espérait que ça ne se reproduise pas trop souvent, cela dit. Si Tyler voulait l’inviter à boire un verre de whisky, il y avait bien d’autres moyens plus simples…

Et les voilà dehors, partis pour l’aventure… Il apprécia quand Tyler choisit de retirer ses chaussures. Il fallait avouer que c’était plus agréable et que ça restait une charmante attention. Il le remercia d’un signe de tête et l’aida à monter sans mal. C’était le genre poids-plume ce type ! Les choses se compliquèrent quand ce fut au tour de Tristan. Il parvint à monter, à descendre assez facilement… Mais c’était sans compter l’avalanche qui lui tomba sur la gueule alors qu’il avait retrouvé terre. Tyler s’était mal réceptionné et avait fini sa chute sur lui… l’éraflant au passage avec le tournevis qu’il avait encore dans les mains.
Si la proximité avait vaguement troublé Tyler, elle avait aussi troublé Tristan. Un peu… Mais le garçon se releva bien trop vite pour que l’écrivain ne s’en rende réellement compte. Ce type dégageait quelque chose, il ne pouvait pas le nier. Mais de toute façon il était hétéro et presque marié alors c’était inutile de s’attarder là-dessus.
« Tu m’as niqué la jambe avec le tournevis… » Cette jambe qu’il avait en horreur, qu’il ne montrait jamais à personne et qui était plus fragile que le reste de son corps. L’association de la chute et du tournevis ne donnait vraiment rien de bon et il ressentit un mal de chien. Cela dit, il préféra se taire, attrapa la main que Tyler lui tendait et se releva avec un peu de mal. Se plaindre c’était vraiment une mauvaise idée, encore un peu et son voisin voudrait le soigner. Hors de question. « Ca va. » Il frotta un peu son pull et le regarda de haut en bas. « Et toi ? » Eh oui, lui aussi était parfois capable de s’inquiéter pour les autres. A moins que ça ne soit que de la politesse… Oh vous savez, Tristan n’était pas poli très souvent.

La pluie continuait de tomber, ils ne s’attardèrent donc pas sur cette chute malheureuse et atteignirent la porte de derrière. Il laissa le tournevis aux mains expertes – en tout cas plus expertes que les siennes – de Tyler, surveillant les horizons. Le voisin de Tyler avait beau être sénile ou je ne sais quoi, Tristan n’était pas rassuré. Quiconque passait par-là se demanderait ce qu’ils pouvaient bien foutre dans ce jardin… Et peu de gens imagineraient que Tyler tentait d’entrer dans sa propre maison par effraction.
Après quelques minutes d’action la porte céda. Au moins ils avaient réussi… Enfin Tyler surtout, Tristan n’y était pas pour beaucoup dans cette « réussite ». Il poussa un soupir de soulagement alors qu’ils retrouvaient le sec et la chaleur. Tristan voulait surtout s’asseoir parce que sa jambe lui faisait mal, mais il attendrait que Tyler le lui propose. « Bon allez, montre-moi le pendu, j’veux vraiment voir ça. » Oui, il était impossible comme garçon !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 EmptyDim 7 Aoû - 2:06




 



Tyler & Tristan
“Here we are, trapped in the amber of the moment. There is no why.”  

La chute m'étourdit un peu et je dois prendre quelques secondes pour me relever péniblement. Restant confus par la position dans laquelle je me retrouve... Mon corps étant entièrement étalé sur celui d'un homme qui, je le sais, apprécie la gente masculine; la situation a de quoi de mettre un peu mal à l'aise.
De ma gorge sèche, les joues un peu chaudes, je lui demande si il n'a rien de cassé, par politesse. Parce que si la chute à pu être impressionnante elle ne m'a pas parue plus à conséquences que ça. Mais il faut dire que j'ai eu le beau rôle, étant l'écraseur et non l'écrasé... Et si je m'en sors seulement avec un genou endoloris, visiblement Tristan à payé un peu cher.
Mes yeux glissent alors le long de mon propre bras pour s'arrêter sur mon poing qui serre le tournevis qui apparemment lui a niqué la jambe.  Je réalise alors que je suis tombé sur lui en tenant l'outil dans ma main. L'issue aurait pu être vraiment dramatique... "Oh putain je suis vraiment désolé." Je porte une main effarée à ma bouche tout en faisant voyager mes yeux vers sa jambe. "Ça va aller  ?" Je demande alors stupidement, histoire de jauger le niveau de gravité tout en tendant une main pour l'aider, carrément emmerdé.
Déjà que ce début de relation de voisinage avait prit un départ plutôt chaotique, manquer de l'embrocher ne va sûrement pas aider...  Mais il m'affirme heureusement que ça va. Le coup de tournevis est donc visiblement sans réelle gravité. "Moi ça va, rien de méchant... Heureusement ma chute à été amortie." Je répond en tentant un peu d'humour complètement naze. Mécanisme de défense parce que je suis tout simplement gêné. Comme un ado qui a commit une gaffe un peu honteuse.
J'ai même le geste typique et étrangement universel du nerveux, celui qui consiste à se gratter l'arrière de la tête. A croire qu'il y'a un lien fusionnel entre cet état d'esprit et cette zone du corps...

Je reste alors quelques secondes là, debout, comme un con la main dans mes cheveux qui continue d'essayer de creuser un tunnel à travers mon crâne, balayant mon regard à droite à gauche et ricanant timidement. L'espace d'un instant j'oublie en réalité ce qu'on fout là parce que je reste focalisé sur cette chute, que j'ai causé à cause de ma maladresse... Aveuglé par ma honte.
C'est quand Tristan finit par racler sa gorge que je redescend sur terre. "Oh ! la porte." Je rebondis. En effet, on va pas s'attarder sous la pluie.
Arrivé à la porte je me place à hauteur de la serrure, mon outil prêt à faire son travail. "Ne me demande pas comme j'ai appris à faire ça..." J'ajoute alors, me rendant compte qu'il risque bien de se poser des questions en me voyant crocheter une serrure avec succès. Parce que oui, après une courte minute à trafiquer correctement, et surtout délicatement pour ne pas péter toute ma porte, c'est un succès et nous voilà à présent à l'abris dans ma cuisine.
Victoire ! Mon chez moi. Curieusement je me suis soudainement rassuré.
Quelque chose n'allait pas chez Tristan, un sentiment bizarre amplifié par l'environnement inconnu. Ici au moins j'ai mes marques, mes ondes. Et puis surtout, nos relations d'hôtes à invités sont à présent inversées, et cette configuration me convient beaucoup mieux. Je me sens beaucoup plus maître de cet échange à présent.

N'ayant pas oublié la promesse de mon argument, je me dirige immédiatement vers l'un des placards du haut. Celui où on range les trésors, dont la fameuse bouteille de whisky qui à coûté un demi mois de salaire...  Je m'apprête à ouvrir l'armoire quand Tristan fait alors une demande plutôt surprenante, arrêtant mon geste.
Je me tourne vers lui en affichant un sourire mi amusé, mi confus. Etonné qu'il pense encore à ce tableau. Moi j'avais carrément oublié que je lui en avais parlé déjà... "Euh... oui... ok, d'accord." Je répond complétement prit au dépourvu alors que je laisse tomber mon idée de Whisky. "Suis moi."
J'engage alors le pas vers l'étage de la maison pour le mener à la trappe du grenier, non sans un détour rapide par la salle de bain pour lui jeter une serviette au visage histoire qu'il arrête de semer la version hydraulique des miettes du petit poucet. "Faut grimper par contre, j'espère que t'as rien contre." J'annonce en tirant l'échelle du plafond.
La maison étant petite, tous mes vieux tableaux sont stockés là haut. "Ça va aller avec ta jambe ? Tu veux que je regarde avant qu'on monte ?" Je demande alors, me souvenant du fameux niquage au tournevis. Dans le fond même si ce n'est pas grave il faudrait peut-être le soigner. Proposer est en tout cas la moindre des politesse..


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 EmptyMar 9 Aoû - 21:31

tyler ∞ tristan
Tyler sembla surpris quand Tristan évoqua encore une fois le tableau du pendu. Oui, il aimait prendre les gens au dépourvu ! Alors il ne put s’empêcher de faire un léger sourire. Le whisky pouvait attendre, par contre sa curiosité non. Alors il suivit son voisin, malgré tout étonné que ce tableau existe réellement. Qui était assez morose pour peindre un truc pareil ? Tyler semblait tellement plus guilleret, jovial, que ça l’étonnait carrément. C’aurait plus été du style de Tristan s’il ne dessinait pas comme un enfant de cinq ans, par exemple.
« Waw, c’est le genre de grenier glauque qu’on voit dans les films d’horreur ? » Il devait avoir à peu près le même chez lui mais Tristan n’y foutait jamais les pieds. Il n’était pas tellement matérialiste alors toutes ses affaires tenaient largement dans les autres pièces. Quand Tyler lui proposa de regarder sa jambe il eut un mouvement de recul accompagné d’une belle grimace. Oui, il avait eu peur car certaines personnes n’attendaient pas d’avoir l’autorisation pour prendre les devants et regarder les dégâts. Bref, mauvais réflexe quoi… « Nan, ça va aller. J’ai déjà plus mal. » Il mentait, ça le lançait toujours un peu. Foutues cicatrices. « Allez, passe devant je te suis. »

Tyler avait réussi son coup ; lui faire fermer son clapet. Effectivement, quand Tristan se retrouva devant le fameux tableau il ne sut pas trop quoi dire. C’était… encore plus glauque qu’il ne l’aurait cru, peut-être parce qu’il se trouvait dans un grenier sombre et poussiéreux. Se frottant la nuque, il se trouva même carrément mal à l’aise devant cette… œuvre d’art ? Son regard oscillait entre Tyler et le tableau, le tableau et Tyler, ayant bien du mal à croire qu’il était le peintre. Cela dit, il fallait reconnaître qu’il avait du talent, malgré le sujet douteux de son œuvre. « J’sais pas bien si je dois ou non avoir peur d’un mec qui sait crocheter les portes et qui peint des pendus. » lâcha finalement Tristan quand il eut retrouvé sa langue.

Ils ne s’attardèrent pas longtemps, retournant vite dans la cuisine pour goûter à ce fameux whisky. Un verre et il s’en irait, pas plus. Tristan devait écrire… Il n’avait pas le choix, il s’était fixé un quota de cinq pages par jour et actuellement, il en était à… une et demi, à peine.
« J’dois reconnaître que ce whisky est excellent. Comme quoi, j’aurais pas tout perdu ce soir. » Encore un sourire. Il fallait croire que l’alcool le rendait agréable, après tout ils n’en étaient pas à leur premier verre. Quand il commença à se faire tard, Tristan s’étira. « J’crois que je vais y aller… Surtout je compte sur toi pour éviter de crocheter ma porte. Et aussi… arrête d’oublier tes clés, ça vaudra mieux pour toi comme pour moi. »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 EmptyVen 12 Aoû - 1:05




 



Tyler & Tristan
“Here we are, trapped in the amber of the moment. There is no why.”  

Je ne sais pas trop comment prendre la réaction de Tristan quand je propose à ce dernier de regarder sa jambe. Un recul instantané, une grimace déconcertante. A croire que l'idée que je puisse le toucher le dégoute... En tout cas, ce n'est pas une réaction anodine et elle me laisse un peu perplexe. Voir même un poil vexé. "Ok... Tant mieux." Je répond en grommelant presque, même si j'essaie de rester joviale, avant de grimper l'échelle, préférant ne pas insister.

Le grenier n'est pas très grand. Ce qui est plutôt malheureux pour des gens comme Charlie et moi... Entre ses caisses de vieux vêtements qu'elle refuse de jeter et mes vieux tableaux qui me rappellent trop de souvenirs que pour finir à la poubelle, l'espace est déjà bien encombré. Rendant l'exigu encore plus étroit.
Courbé, j'arpente les combles comme je peux, tirant tableau sur tableau dans des nuages de poussières déjà installée malgré l'emménagement récent, jusqu'à tomber sur le bon.
Le fameux tableau du pendu. Le revoir me fait réaliser à quel point j'ai progressé depuis toutes ces années, et ça me fout au final carrément la honte de le ressortir devant le nouveau voisin.
Bicolore, peint à gros coups de pinceaux imbibés d'eau. Simpliste à crever et maladroit au possible. Un travail pas du tout flatteur.
C'est un tableau bien sombre pour un passé bien sombre. Si on peut y voir une allégorie de mon état d'esprit de l'époque, c'est avant tout un portrait. Celui de mon paternel. D'un temps où je ne parvenais pas encore à affronter les fantômes de mon enfance. L'imaginer pendouillant tout raide au bout d'une branche faisait partie de ma thérapie.
Ce que Tristan doit probablement voir comme un désir de mort de ma part est en réalité l'expression d'une émancipation. Celle de mon esprit sur les souvenirs de mon passé.
Mais il est tout simplement impossible d'expliquer le vrai sens de cette toile sans entrer dans les détails... J'imagine donc que je laisserai le garçon penser qu'à une époque j'étais suicidaire. "Le sens est en réalité plus complexe que ça n'en a l'air..." Je précise néanmoins. "Et c'est, vraiment très très vieux..." Ça ne représente carrément plus mon travail actuel.
Pas la peine de prétendre que le tableau ne vient pas de moi... Il l'aura probablement comprit à présent. Après avoir traversé le salon rempli de matériel de peinture il aura eu son premier indice, et si le grenier rempli d'oeuvre n'est pas parvenu à confirmer que je peins, la signature affichant un Tyler bien clair au bas du tableau aura du finir de vendre la mèche.
C'est donc embarrassé que je m'empresse de laisser retomber cette croute derrière la pile. "J'espère que tu es satisfait, parce que crois moi ça m'a couté un peu de fierté." Je lance en laissant échapper un petit ricanement légèrement coincé. J'essaie de me la jouer type décontracté qui a de l'auto-dérision...
Son commentaire me fait en revanche sincèrement rire cette fois. "Et encore... t'as pas tout vu." Je lance un petit clin d'oeil, me voulant mystérieux sur les surprises que je peux encore lui réserver.

Le grenier n'étant pas spécialement l'endroit le plus sympathique pour faire connaissance, on ne tarde pas à redescendre à la cuisine où je peux enfin servir deux verres du whisky promis. La dose d'alcool dans mon sang est déjà non négligeable et l'ajout de ce verre n'aide en rien. Si bien que je fini par me retrouver à fixer un peu trop le bleu des yeux de Tristan et ça devient troublant. Pourtant j'ai du mal à m'en empêcher... Je le reluque carrément, je sais pas ce qu'il me prend. C'est Olga qui vient finalement me sauver la mise en sautant sur mes genoux, m'offrant l'opportunité de concentrer mon attention ailleurs... Je repose mon verre vide et décide alors qu'il est plus sage de ne pas me resservir. La boisson semble trop me jouer des tours ce soir. Et puis de toute façon, le voisin m'annonce qu'il ne restera pas plus longtemps. "Déjà ?" La question s'échappe de ma bouche avant que je n'ai eu le temps de réaliser. Sur une pointe un peu aigu qui reflète la surprise et la déception.
Parce que c'est vrai que je suis déçu qu'il écourte cette soirée. Si elle avait commencé de façon plutôt tendue, je commençais à finalement apprécier la présence du brun. Je soupire alors un peu. "T'inquiètes, la prochaine fois que je veux t'emmerder je me contenterai de sonner." Je répond d'un sourire taquin avant de le raccompagner à la porte d'entrée. "Merci de m'avoir sauvé en tout cas, je te revaudrais ça." Je lance alors qu'il se dirige vers sa propre porte, fermant ensuite la mienne pour retourner m'affaler dans mon fauteuil, troublé par cette rencontre.
J'espère juste qu'il a pensé à prendre sa clé avant de partir de chez lui...



 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Tristan & Tyler ☀ People often forget that kindness is free.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-