AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

blame it on the alcohol (kai)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: blame it on the alcohol (kai) Lun 14 Mar - 23:40

Holly ne comprend pas ce qui lui arrive. Elle va toujours si bien d’habitude, elle a l’air si forte. Elle a des bonnes nouvelles en plus, ses parents la suivent dans son plus récent délire. Elle a quitté son job de barmaid, elle se reconvertit. Elle attendait ça depuis longtemps et elle touche enfin son rêve du doigt. Pourtant ça ne va pas. Elle a bu ce soir. Beaucoup trop. Elle tangue. C’est dangereux à cette hauteur. « Je peux descendre de ce bateau ? » qu’elle murmure d’une voix faible, ses yeux fixant le vide. Enfin, ils essayent vu leur tendance à voir double. Holly se sentait seule. Seule comme jamais, c’est comme ça que tout a commencé. Elle a d’abord fouillé son répertoire. Anciens amants, vieilles connaissances de soirées, quelques potes, nouveaux amants… Mais personne à qui elle se voyait se confier. Comment c’est possible ? Holly n’a jamais réalisé à quel point ses relations sont superficielles. A part peut-être pour ce qui est d’Ariana mais Ariana est trop loin pour la soulager. Elle la comprend pourtant si bien, les deux jeunes femmes se ressemblent tellement. Seulement elle n’est plus là alors Holly s’est dit qu’elle allait se confier à sa bouteille de gin. Puis elle est passée au whisky et c’est devenu flou à partir de là. Elle n’a aucune idée de comment elle s’est retrouvée là. C’est arrivé, c’est tout. Sûrement qu’elle voulait une jolie vue sur Tenby. C’est sympa toutes ces lumières qui brillent dans la nuit du haut de cet immeuble. Il fait un peu froid mais Holly ne semble pas y être sensible. Elle éclate de rire, un peu fort d’ailleurs, c’est sûrement pour ça qu’un passant la remarque. Ses joues sont rougies par les larmes qui ne cessent de couler sur ses joues, silencieuses. Un mauvais trip, qu’est-ce que ça peut être d’autre ? En général, Holly a l’alcool joyeux. Ça doit être passager, une dépression chronique très alcoolisée. « Doucement, doucement… OH ! Doucement j’ai dit ! » Holly titube, fait un pas en avant puis un pas en arrière. Elle n’a plus pleinement le contrôle de son corps et elle sent qu’elle est train de déraper. Elle n’a jamais été comme ça. Ça ne lui ressemble pas. Si elle avait les idées plus claires, elle se trouverait minable. Ce sera le cas demain. A condition qu’elle s’en souvienne et vu le cocktail d’alcools forts qui coule dans ses veines, c’est mal parti pour que sa mémoire soit préservée. Holly tourne sur elle-même en entendant une porte claquer derrière elle. Quelqu’un d’autre ? Tiens. Ça ne l’arrange pas. « Je suis désolée mais c’est une soirée privée en fait ! » qu’elle lance à l’attention de nouvel arrivant qu’elle ne distingue pas correctement à cette distance. C’est un homme. Quoi que. Elle n’est pas tout à fait certaine. Elle se penche en avant, manque de perdre l’équilibre. Juste derrière elle se trouve le vide, prêt à l’avaler au moindre pas de travers. Holly est triste mais ce n’est pas une suicidaire. Elle est juste ivre et inconsciente.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: blame it on the alcohol (kai) Mar 15 Mar - 7:54


Malgré des capacités assez exceptionnelles de concentration et de stockage d’informations, qu’il avait réussi à acquérir au fil de ses années d’études supérieures, Kainoa avait l’impression d’avoir le cerveau saturé. Il bossait depuis plusieurs heures déjà sur la conclusion de sa thèse, qu’il tenait à peaufiner comme si c’était le travail de sa vie… Ce qui était peut-être le cas. Bien entendu, il avait envie de voir loin, très loin même, depuis qu’il avait eu l’immense privilège d’aller au Chili. Mais il n’en demeurait pas moins vrai que pour le moment, il devait rester concentré sur ce qui était le final absolu, l’aboutissement même de ses huit années passées à la fac. Rien n’était encore gagné et il en avait parfaitement conscience, s’obligeant à réduire encore plus le peu de temps qu’il consacrait à se divertir. Il commençait même à disparaître plus ou moins de la circulation, enchaînant les tasses de café et posant déjà ses derniers congés pour être opérationnel le jour J. Le jeune homme voyait les jours défiler à une vitesse grand V, l’angoissant de plus en plus, accentuant les cernes qu’il avait sous les yeux et, sûrement, la distance qu’il mettait involontairement entre lui et ses proches. Il n’avait plus guère le temps de mettre le nez dehors, maintenant. Et ça le désolait franchement, que ce soit pour son neveu qui grandissait trop rapidement, ses soeurs ou encore Spencer, avec laquelle il venait à peine de commencer à sortir. Il se donnait donc l’impression d’être le pire parrain, le pire frère et le pire petit ami… Et il n’était pas près d’arrêter d’envoyer des messages d’excuses autour de lui. Pour se consoler un peu, il se répétait que s’il se donnait vraiment à fond, tout serait bientôt terminé, il pourrait à nouveau profiter d’eux. S’il obtenait son doctorat en astrophysique, Kainoa connaissait par coeur la marche à suivre, ainsi que ses différentes options de carrière. Mais s’il voulait être honnête avec lui-même, il savait que la réussite n’était pas une option. Il n’avait pas de temps à perdre, il ne pouvait pas se permettre de recommencer une année en se serrant à nouveau la ceinture et en enchaînant les boulots ingrats le week-end et les vacances. Et surtout, surtout, il n’était pas certain d’obtenir sa bourse s’il se cassait la figure. Il était obligé de faire bonne impression lorsqu’il soutiendrait sa thèse face au jury. Il n’avait pas le choix et ça le poussait d’autant plus à travailler jour et nuit.

Mais à l’heure actuelle, le Baxter avait l’impression que son cerveau n’était plus bon à rien. Il était resté trop longtemps devant son ordinateur portable et il se décida alors à faire une pause, sachant parfaitement que ça pouvait l’aider à mieux reprendre. Il se leva donc, surpris de sentir des fourmis dans ses jambes. Son premier réflexe fut d’aller vers le réfrigérateur, où il fouilla un peu. Bien sûr, il n’était pas aussi rempli que celui d’Evie ou celui d’Abbey… Les joies de la colocation masculine. Les bières d’Anthony occupaient la moitié de l’espace. Malgré tout, Kainoa réussit à dénicher les restes d’un sandwich qu’il avait préparé la veille et qu’il s’empressa d’engloutir. Il mourait d’envie de commander une pizza. S’il avait pu, il en aurait mangé tous les jours… D’ici quelques minutes, il cèderait sûrement à la tentation. En attendant, l’étudiant décida qu’un peu d’air frais lui ferait du bien. Il avait aussi besoin de se dégourdir les jambes. En refermant la porte de son appartement, il se dirigea, non pas vers la rue, mais vers le toit. Il n’avait pas spécialement le droit de s’y rendre, mais il le faisait assez régulièrement, surtout en été. Au début de ses études supérieures, il emmenait carrément son matériel là-haut. Mais avec les lumières de la petite ville, les conditions pour observer les étoiles n’étaient pas forcément idéales, alors il avait préféré faire plusieurs kilomètres en voiture. Mais de temps à autre, il lui arrivait encore d’aller sur le toit, repérant les constellations à l’oeil nu. Il y avait mieux, pour réviser, d’autant plus que c’était la base pour lui… Mais il se sentirait toujours moins coupable là-haut que s’il flânait dans la rue. Néanmoins, ses espoirs de finir une soirée tranquille furent réduits à néant dès qu’il ouvrit la porte menant au toit. Une voix féminine s’éleva immédiatement, une voix familière, mais qu’il mit plusieurs secondes avant d’identifier. « Holly ? » Surpris, il s’approcha. Mais visiblement, ce ne fut pas au goût de la jeune femme, qui le jeta poliment. Kainoa fronça les sourcils. Elle ne l’avait pas reconnu, mais il n’avait aucun mal à comprendre pourquoi. Elle sentait l’alcool à des kilomètres… Il avait un père ivrogne et il travaillait dans une boîte de nuit tous les weeks-end ; on ne la lui faisait pas, à lui. « T’es sûre que tu vas bien ? » Elle paraissait drôlement proche du rebord… Il réagit immédiatement. « Attention ! » Deux secondes plus tard, il avait passé un bras autour de sa taille, l’attirant un peu brusquement en arrière. Les battements de son coeur s’étaient accélérés. « Tu m’as fichu une de ces frousses ! C’est moi, c’est Kainoa. » Il l’obligea à reculer encore de quelques mètres et la scruta, non sans anxiété. « Tu… Tu veux que je te ramène chez toi ? »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: blame it on the alcohol (kai) Mer 23 Mar - 11:15

Holly n’a jamais ressenti une chose pareille. Ça la paralyse presque. A moins que ce soit l’alcool qui amenuise ses capacités motrices. Ses jambes sont légères mais inefficace, Holly a l’impression qu’elle est sur le point de s’envoler. C’est un peu le cas d’ailleurs, vu sa proximité avec le précipice qui semble l’attendre juste derrière elle. Si Holly trébuche et tombe, elle ne le fera qu’une fois avant de se désarticuler au sol. Elle n’a même pas conscience de ce danger. Elle a néanmoins une pensée pour ses parents et sa sœur. Elle aimerait bien les voir se matérialiser devant elle, elle aimerait pouvoir se réfugier dans les bras de son père. Sa grande sœur lui passerait probablement un savon, elle aurait bien du mal à reconnaître sa petite sœur. Holly est si différente de la personne qu’elle a laissé à Cardiff et jusque-là, elle a toujours pensé qu’elle n’avait aucun regret. Elle commence seulement à douter. La Holly qu’elle était avant ne se serait jamais sentie aussi seule, elle n’irait jamais se mettre si minable, elle ne jouerait pas les funambules sur le toit d’un immeuble. Oui, la Holly qu’elle était avant était peut-être fausse et pleine d’interdits, elle était cependant aimée et entourée. A croire que ça manque à la femme qu’elle est devenue aujourd’hui. Quelqu’un fait son apparition, Holly peine à le reconnaître. Elle se méfie et lui demande d’abord de partir. Elle n’a pas envie qu’on la voit dans cet état, elle doit faire trop pitié. L’homme ne met que quelques secondes à la reconnaître et Holly plisse les yeux pour se concentrer alors qu’elle l’entend l’appeler par son prénom. Il lui demande si ça va bien, Holly hausse les épaules. Elle ne saurait même pas expliquer ce qu’il lui arrive. Elle est triste. Juste triste. Comme ça. Et bourrée, visiblement. Elle sent un bras passer autour de sa taille, l’attirer loin du rebord du toit de l’immeuble. C’est un peu trop soudain pour Holly qui en a un haut-le-cœur. Elle ne sait toujours pas qui lui est venu à la rescousse et, l’espace d’un instant, elle se met à espérer que c’est son père. « Papa ? » Mais le jeune homme reprend la parole, enlevant à Holly tous ses espoirs. C’est Kainoa. Kainoa le videur, celui à qui elle aime bien faire du gringue plus pour l’embêter maintenant que par réelle conviction. « Pardon. » qu’elle sanglote pour s’excuser de lui avoir fait peur. Elle n’a pas vraiment compris pourquoi mais elle est désolée quand même. Holly baisse la tête, ça ne l’arrange pas d’avoir du public. Kainoa propose de la ramener chez elle, Holly secoue la tête. « Non. Je veux pas rentrer. » Elle continue de secouer la tête, presque frénétiquement. Elle doit avoir l’air dingue. « Y’a rien à l’appart. Je veux pas. » Pauvre Kainoa, il ne sait pas encore dans quoi il s’est embarqué. Holly passe une main dans ses cheveux, se frotte les tempes comme pour se forcer à retrouver un peu ses esprits. Rien n’y fait et ce n’est pas étonnant vu ce qu’elle a ingéré. « Je peux rester là. C’est pas grave. » qu’elle articule avec peine, plus pour convaincre Kainoa qu’elle n’a besoin d’aide qu’autre chose. Et pourtant. Holly avait vraiment besoin d’un héro ce soir. La barmaid s’écroule au sol, ce n’était pas vraiment prévu. Elle donne quand même le change en se redressant et en s’asseyant en tailleur au sol. « Tu vois… C’est confortable. Je peux rester là. »  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: blame it on the alcohol (kai) Sam 30 Avr - 4:27


L’adrénaline avait réveillé Kainoa aussi brusquement que s’il avait plongé la tête dans un sceau d’eau glacée. Que pouvait-il bien se passer dans la tête de Holly ? Que fabriquait-elle aussi près du vide, prête à tomber comme si elle n’était qu’une vulgaire poupée de chiffons ? Est-ce qu’elle avait des envies suicidaires ? Non, Kainoa en doutait carrément. Il ne la connaissait pas forcément très bien, mais il avait quand même l’occasion de la côtoyer dans le cadre de son travail. Holly était une jeune femme qui s’enthousiasmait facilement, ne se départant pas aisément de sa joie de vivre, même quand une bagarre éclatait au Prince of Wales, ou encore quand ils devaient se taper tout le sale boulot après que la totalité des fêtards ait déserté. De tout son entourage, elle était sans doute l’une des dernières à ressasser les idées noires. Alors, qu’est-ce qui lui arrivait ? Le jeune homme se tenait suffisamment près d’elle pour le comprendre assez rapidement : elle avait une quantité bien trop élevée d’alcool dans le sang. En plus de l’odeur, il reconnaissait parfaitement les signes qui ne trompaient pas ou, en tout cas, qui ne pouvaient pas le tromper, lui. Il avait une expérience assez incroyable en la matière, après toutes ces fois où il s’était occupé de son soûlard de père. Oui, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, Holly avait beaucoup bu. Mais ça n’expliquait pas sa présence incongrue sur ce toit… Est-ce qu’elle était perdue ? Plus que perplexe, Kainoa se contentait de se réjouir du fait qu’il ait réussi à la retenir à temps. Elle se serait peut-être rattrapée toute seule, même s’il n’avait pas été là… Mais là, au moins, il en avait l’absolue certitude.

« Non, désolé, je suis pas ton papa. » Une fois sa frayeur passée, son coeur put retrouver son rythme normal. Il s’assura qu’elle se trouvait bien à plusieurs mètres du vide avant de la lâcher pour de bon. Mais il n’aurait peut-être pas dû le faire. Elle ne semblait vraiment pas dans son état normal. En tout cas, visiblement, l’idée de rentrer chez elle la faisait presque paniquer. Elle paraissait déterminée à rester là et Kainoa se demandait ce qui avait bien pu se passer pour qu’elle en arrive à vouloir passer la nuit sur le toit de ce pauvre immeuble. Bien évidemment, il ne pouvait pas la laisser faire. S’il lui arrivait quelque chose, il ne pourrait jamais se le pardonner. D’ailleurs, ses dénégations spontanées n’avaient rien de rassurant. Pire encore, la voilà qui se retrouvait au sol, visiblement instable, incapable de tenir sur ses pieds. La barmaid essaya de se rattraper en s’asseyant en tailleur. Décidant de ne pas protester tout de suite, s’efforçant surtout de l’amadouer, l’étudiant finit par s’asseoir à côté d’elle. Aucun doute à avoir, elle était vraiment mal en point. Même lui, qui se débrouillait pourtant bien mieux avec les algorithmes qu’avec ses semblables, arrivait à se le figurer. « On doit pas avoir la même notion du mot confortable, je crois. » Il tourna légèrement la tête vers elle, l’observant à la dérobée, comme s’il espérait découvrir un indice quelconque sur son visage. « J’allais me commander une pizza, ça te dit ? » Il avait à peine fini sa phrase qu’il réalisait la stupidité de ses propos. L’une des dernières envies de Holly était sans doute de manger. Pourtant, il n’avait pas pu s’empêcher de proposer quelque chose, même si ce n’était pas forcément convenable. Il se sentait tellement démuni qu’il disait des bêtises, un peu comme elle, sauf qu’il n’avait pas son excuse d’avoir le cerveau embrumé par l’alcool.

« Tu sais, à ta place, je resterais pas ici. » Kainoa ne savait pas très bien quoi dire pour la convaincre de descendre et de rentrer chez elle. Il savait qu’elle pouvait être têtue, comme l’immense majorité des êtres humains, alors d’autant plus quand elle n’avait pas l’esprit clair… Ses arguments seraient sûrement inutiles. Il fallait qu’il se débrouille pour trouver une autre solution, le plus rapidement possible. Il commençait à faire vraiment froid, là-haut. Elle allait se chopper une crève, surtout qu’elle était plus dévêtue que lui. « Si tu veux, dans mon appartement, tu seras mieux. » Il n’avait pas forcément grand-chose à lui proposer, mais il serait déjà plus rassuré en sachant qu’elle était en sécurité. Pour le coup, sa soirée de boulot était vachement compromise, mais il ne pouvait pas la laisser tomber. Il avait bien sûr pensé à appeler quelqu’un dont elle était proche, mais il réalisait tout juste qu’il ne connaissait pas du tout son entourage. Vivait-elle seule ? Il savait qu’elle n’avait aucun homme en particulier dans sa vie, mais il n’avait pas vraiment plus d’informations sur sa situation. « Allez, viens, je t’emmène en bas. » Le futur astrophysicien ne pouvait pas vraiment lui laisser le choix. Il espérait simplement qu’elle ne se mettrait pas à se débattre. Elle ne serait pas bien difficile à maîtriser, mais il préférait vraiment éviter d’en arriver là. Mais quelques minutes, ils se retrouvaient tous les deux dans l’appartement des Baxter. « Si tu veux… La salle d’eau, c’est sur ta droite. Sinon… Le canapé, tout droit… » Il était un peu hésitant, mais plein de bonnes intentions, comme à l’accoutumée.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: blame it on the alcohol (kai)

Revenir en haut Aller en bas

blame it on the alcohol (kai)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-