AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Mer 24 Fév - 19:32

ana ∞ aldaric
Il y avait des jours avec, et il y avait des jours sans. Si Aldaric commençait à remonter la pente, il lui restait quelques moments de déprime, de mal être profond. D’accord, ç’avait peut-être un rapport avec le fait qu’il essayait de ne plus boire. Peut-être aussi parce que Ian squattait chez lui et que leurs rapports n’étaient pas toujours au beau fixe. Aldaric commençait à devenir accro à ce gamin et il n’y avait qu’une seule vraie solution : s’en éloigner. Ca ne pourrait jamais bien finir, Ian lui avait expressément dit qu’il ne se passerait absolument rien entre eux. Cette précision n’avait pas servi à grand-chose car le psychologue n’était pas totalement con et voyait bien que l’idée même de toucher un homme dégoûtait Ian – il l’avait déjà fait mais passons.
Ian n’était pas là. Il s’absentait souvent pour maintes et maintes raisons – principalement sa famille. Aldaric s’était allongé sur le canapé en espérant trouver le sommeil une heure ou deux, histoire de penser à autre chose. Thomas lui avait conseillé de vider toutes ses bouteilles et d’éloigner au mieux la tentation mais Aldaric n’avait pas encore trouvé le courage pour ça. Quelle connerie… de savoir qu’une bonne bouteille l’attendait dans sa chambre si nécessaire, c’était pire que de n’avoir rien sous la main.

Le psychologue ne trouva forcément pas le sommeil. Trop de choses en tête… Quelques coups à la porte parvinrent à le faire se lever autre que pour picoler. Aldaric n’avait jamais eu autant de visites que depuis qu’il était rentré de l’hôpital ! Il fallait dire qu’Aldaric ne restait plus cloîtré chez lui sept jours sur sept et avait pu rencontrer deux ou trois personnes. D’autres avaient eu vent de sa connerie et étaient revenus le voir. Pour le reste, Savannah et Ian, toujours là pour lui – plus ou moins.
Il se demanda qui pouvait bien lui rendre visite, curieux. Il avait été assez fou pour laisser un double des clés à Ian, alors ça n’était pas lui… Aldaric mit un certain temps à se relever. Il passa une main dans ses cheveux en bataille histoire de ne pas faire peur à quiconque venait le voir, puis se dirigea vers la porte.

Quand il ouvrit, il tomba sur Ana. Elle n’était pas seule ! La Mexicaine était accompagnée d’une bouteille. Aldaric grimaça en remarquant ce – pas si moindre – détail. Elle n’était pas forcément au courant de ses problèmes, ils ne se connaissaient pas beaucoup. Bon moyen pour tester la volonté… et c’était assez peu dire. « Hey. Que me vaut l’honneur de ta visite ? » Il finit par sourire doucement, se décalant finalement pour la laisser rentrer. « A moins que je ne sois déjà atteint d’Alzheimer et que c’était prévu. » ajouta-t-il en haussant les épaules. « Comment tu vas ? »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5114
POINTS : 3156
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Mer 24 Fév - 21:58

You knew that it'd be trouble right before the very first kiss
Quiet and assuming but you heard that they were the naughtiest
She pleaded with you to take it off

Qui a besoin d'une raison pour aller draguer un homme ? Certainement pas moi. Cependant, il y en a bien une en ce qui concerne le bel homme qu'est Aldaric Daire. En temps normal, je ne me serais pas intéressée à lui. Pas parce qu'il n'est pas à mon goût, loin de là, son regard couleur océan me fait tressaillir et son physique me donne tout simplement envie de lui arracher sa chemise sans même lui demander la permission. Mais nous ne sommes pas des animaux, alors je me retiens et je me montre amicale. Si Aldaric ne faisait pas partie de mes cibles, c'est parce qu'il n'a pas l'air très attiré par le corps féminin. J'ai beau dévoiler mes jambes devant lui, sans succès… Un décolté ? Il n'y prête même pas attention. Non, si je veux me rapprocher de lui, c'est parce qu'il est lié à mon nouvel employé. Ian. Ce cher Ian qui a une dette qui ne cesse de s'élargir et qui doit à présent mettre la main à la patte pour me rembourser l'argent qu'il me doit. J'ai envie qu'il comprenne que mes menaces n'étaient pas des paroles en l'air et je crois que fréquenter Aldaric est un bon moyen pour y parvenir. J'ai surveillé le jeune homme, pour m'assurer qu'il faisait bien son travail, et c'est de cette façon que j'ai découvert l'existence de ce beau mâle chez qui il séjourne.
Et même si Aldaric n'est pas attiré par la gent féminine, je me donne comme défi de le faire craquer. C'est donc tout naturellement que je me dis qu'un peu de courage liquide l'aidera à se dévoiler et à se montrer un peu plus ouvert d'esprit. J'attrape une bouteille de champagne hors de prix dans la superette et je passe à la caisse avant de me diriger en direction de l'appartement du trentenaire. Depuis peu, je passe de plus en plus de temps avec ce dernier et j'avoue apprécier de plus en plus sa compagnie, même si la plupart du temps je ne peux pas lui dire la vérité quant à mes motivations.
C'est le milieu de l'après-midi et je sais d'avance que Ian ne sera pas en compagnie d'Aldaric car j'ai fait en sorte de lui donner un petit travail. Ainsi, la voix est libre, entièrement libre pour moi, et je me pointe, la bouche en coeur devant le logement du psychologue. S'il n'est pas attiré par ce que je peux lui offrir, je mets quand même toutes les chances de mon côté, enfilant une robe terriblement moulante, espérant que l'alcool aura son effet miracle.
« Surprise ! »
Que je lance, tout sourire, alors qu'il ouvre la porte. Je rentre dans l'appartement. Prête à faire la fiesta avec mon nouvel ami en prétextant une fausse raison à ma bonne humeur et à ma soudaine envie de boire en plein milieu de l'après midi.
« J'ai eu une promotion au travail. »
Dis-je en brandissant la bouteille de champagne d'une façon victorieuse. Evidemment, Aldaric ne sait pas ce que je fais comme travail. Il croit, comme tout le monde que je vends des tapis persans dans une boutique près de Swansea. Avec un métier aussi barbant, il ne risque pas de me poser de questions. C'est justement le but.
« Du coup, pour répondre à ta question, ça ne peut qu'aller. D'ailleurs, j'ai envie d'arroser l'occasion. Où est-ce que tu ranges tes flûtes à champagne ? »
Sans même attendre sa réponse, je me mets à fouiller dans les tiroirs de sa cuisine pour trouver mon butin.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Jeu 25 Fév - 23:01

ana ∞ aldaric
Aldaric tomba sur une Ana radieuse, apparemment porteuse de bonne nouvelle. Il referma la porte derrière elle et sourit, réellement content pour elle. « Waw, c’est chouette ça ! Vous ne fabriquez toujours pas de tapis volants, hein ? » ajouta-t-il en rigolant. Il avait gobé sans une once de doute ce qu’elle lui avait dit sur son métier. Pourquoi se méfierait-il ? Aldaric était parti sur l’idée de se faire des nouveaux amis et ce n’était pas en suspectant chaque nouvelle connaissance qu’il s’en sortirait. Elle avait l’air d’être une femme pleine de ressources, déjantée, avec un sourire radieux – et un goût pour les robes très serrées. En toute objectivité : une très belle femme. Ces temps-ci il se surprenait à regarder un peu plus la gente féminine. Oh, Aldaric était toujours gay… mais le voilà paumé depuis un moment. Déjà avant sa tentative de suicide il était presque allé au bout avec Lizzie – heureusement ça n’était pas arrivé. Il ne se le serait pas pardonné, elle était bien trop gentille, trop… pure pour ce genre d’histoires ? Enfin bref. Son homosexualité ne lui ayant rien donné de bon, il espérait toujours changer ça. Comme si, d’un coup il allait avoir un déclic et se dire « Hey, c’est fini je suis hétéro ! » C’était un peu con mais c’était sa pensée du moment. Ian y avait pas mal contribué… Après tout s’il avait su cacher au monde entier qu’il était pendant de nombreuses années, il pourrait toujours recommencer. Feindre d’être un autre. Ca ne donnait rien pour le moment, le gamin occupait un peu trop son esprit pour ça.

« Cela dit je sens que je vais te décevoir. » Elle commençait déjà à fouiller un peu partout dans la cuisine pour trouver des verres. C’était la première fois qu’on le confrontait réellement à sa nouvelle résolution ; à savoir arrêter de boire. Il espérait être capable de dire non aussi longtemps qu’elle insisterait – car elle avait l’air assez entêtée comme fille. « Je ne me sens pas d’humeur à boire aujourd’hui. Ce sera de l’eau pour moi ! » Il ne l’empêchait pas de se servir, après tout elle avait un truc à fêter. Il préférait dire les choses de cette façon plutôt que de dire qu’il ne buvait plus et donc qu’elle le catalogue comme alcoolique.
Aldaric la laissa s’occuper des verres et s’installa sur le canapé, quitté quelques minutes plus tôt. « En tout cas je suis content de te voir. » dit-il alors qu’elle revenait dans le salon. « Et vraiment ravi pour ta promotion. Je me demande juste pourquoi c’est avec moi que tu viens fêter ça ! Le vieux débris que je suis. »

Il s’attarda un moment sur sa tenue, un petit sourire aux lèvres. « Jolie robe en tout cas. Tu as un rendez-vous après ? » Il lui arrivait d’être naïf, oui. Disons qu’une femme ne venait pas tous les jours pour le draguer… surtout pas dans l’optique de faire souffrir Ian.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5114
POINTS : 3156
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Dim 6 Mar - 17:31

You knew that it'd be trouble right before the very first kiss
Quiet and assuming but you heard that they were the naughtiest
She pleaded with you to take it off

Je rigole à la demande du trentenaire. C'est bon de voir que les gens peuvent gober aussi facilement des mensonges. Mais ça, c'est probablement parce que nous ne sommes pas très proches avec Aldaric. Je n'aurais pas pu faire croire ça à n'importe qui. Mathys, par exemple. Il me connaissait trop bien pour savoir que jamais je ne me serais cloitrée dans un magasin qui vend des tapis persans. L'avantage, aussi, de ce métier-alibi, c'est que les gens ont souvent des aprioris sur cette marchandise, ce qui les pousse à ne pas me poser de questions. Ils savent que c'est cher, extrêmement cher et que jamais ils ne voudront dépenser une fortune là dedans. Alors, je ris avec Aldaric et déjà je me mets en marche pour trouver où le bel homme cache ses flûtes à champagne. Il doit forcément en avoir, tout le monde en a, non ? Alors je cherche, fouillant un peu aléatoirement et surtout, sans la moindre gêne, dans les placards, jusqu'à trouver mes reliques. Cependant, le psychologue semble ne pas vouloir me rendre la tâche aisée parce qu'il avoue assez rapidement qu'il ne viendra pas fêter ma victoire avec moi. Sérieusement ?! Mais je fais comment pour le séduire s'il décide de rester sobre ? Dans cet état d'esprit, c'est quasiment mission impossible et son aveu me fait grimacer. Heureusement, je tourne le dos au brun et il ne peut donc pas se rendre compte de l'effet de sa réplique. Quand je me retourne, c'est avec deux coupes dans les mains et un sourire radieux sur les lèvres. Je fais comme si de rien n'était, comme d'habitude et je vais devoir redoubler d'efforts et de charme pour le convaincre de m'accompagner.
« Oh non… Je sais que ce n'est pas l'heure, mais tu ne vas quand même pas me laisser trinquer toute seule ? »
Que je demande avec une moue faussement boudeuse, alors qu'à l'intérieur, je suis quand même déçue par le comportement d'Aldaric. Toutefois, je considère que tout n'est pas perdu et je viens poser les deux flûtes et la bouteille de champagne sur la table basse. Ensuite, je reviens avec un verre d'eau à sa demande, pour la forme. Je lui apporte peut-être son eau, mais le but ultime sera de faire en sorte qu'il n'y touche pas. Alors déjà, je le mets presque à l'autre extrémité de la table basse. Aldaric s'installe dans le canapé et je me mets à genoux à côté de lui pour rester au niveau de la table basse. Il me parle, mais pour le moment, mon niveau de concentration est à son maximum et je n'ai pas les facultés pour traduire ses paroles dans ma tête et lui répondre, alors je le fait attendre un peu. Ouvrir une bouteille de champagne n'a jamais été mon fort. Je préfère de loin m'enfiler des shots de téquila. Mais clairement, la téquila n'était pas assez digne pour cette supposée promotion. Je ferme les yeux juste quelques secondes alors que je m'apprête à faire sauter le bouchon... Tout doucement, j'y vais, et par chance, je parviens à remplir les verres sans qu'une goûte ne soit versée à côté. Pas peu fière, mon sourire redouble d'intensité et je me relève enfin pour venir m'installer sur le canapé, flanquée à Aldaric.
« Pourquoi j'ai voulu fêter avec toi ? Mais parce que ta présence est un vrai délice. » dis-je, sur le ton de la plaisanterie dans un premier temps. « Non, plus sérieusement… J'avais envie de te voir, et comme je savais que tu ne travailles pas pour le moment… »
Il y a une part de vrai dans cette affirmation. Ce que j'omets de dire, c'est qu'il est la clé de mon plan pour faire regretter à Ian d'avoir essayé de me berner plus d'une fois. Je l'aime bien, Aldaric, mais comme dans tous les affrontements, il y a des dommages collatéraux.
Contente qu'il ai remarqué ma robe, je me dis que c'est là le premier signal pour commencer ma mission séduction. Alors je le remercie d'un sourire éclatant et je croise les jambes pour lui offrir une meilleure vue sur mes jambes.
« Gracias ! Mais non, pas de rendez-vous… Je l'ai mise seulement pour toi. D'ailleurs, pour éviter les marques, j'ai du me passer de sous-vêtements, tu te rends compte ? » Que je dis en m'esclaffant. « Alors c'est pour ça que tu vas me faire le plaisir de trinquer avec moi, d'accord ? Rien qu'un verre. »
Et cette fois, mon sourire devient angélique, presque suppliant. J'ai besoin qu'il prenne ce verre. J'ai besoin qu'il se détende. J'ai besoin qu'il devienne hétéro.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Lun 7 Mar - 20:26

ana ∞ aldaric
Comme il s’en était douté, Ana insista pour qu’ils trinquent ensemble. Aldaric n’était pas certain de pouvoir faire face à la demoiselle très longtemps… Il ne la connaissait pas bien mais avait l’impression qu’elle était plutôt douée pour convaincre les autres. La Mexicaine avait l’air d’avoir un sacré caractère ! Et lui n’était probablement pas assez fort que pour lutter contre. Au contraire, quelques verres de champagne lui feraient le plus grand bien… Il réfléchissait moins quand il buvait, arrêtait de se maudire d’être gay, un bon moyen de s’évader… Mais il ne fallait pas ! Il avait promis à Thomas de faire des efforts. « Je suis vraiment désolé Ana, une autre fois ! » En réalité il espérait qu’une autre occasion comme ça ne se représenterait pas, mais il y avait peu d’espoir… Peut-être qu’il aurait juste fallu dire à Ana qu’il était aux Alcooliques Anonymes, mais Aldaric n’assumait pas vraiment. D’autant qu’il faisait face à pas mal de pitié depuis sa tentative de suicide, il ne voulait pas en rajouter.

C’était d’ailleurs agréable d’être en présence d’Ana ; elle ne lui demandait pas toutes les cinq minutes si ça allait. Peut-être même qu’elle s’en fichait ! Et c’était tant mieux. Ils allaient pouvoir parler un peu d’Ana plutôt que de lui, sujet qui revenait un peu trop souvent ces temps-ci.
Naïvement, il ne comprenait pas son but. Il ne comprenait pas que cette jolie tenue était pour lui, qu’elle était là pour lui tout court... Tout le monde savait qu’il était gay maintenant, une fille un peu sensée ne viendrait pas le draguer. Quoiqu’on parlait d’Ana hein… Elle était capable de tout et n’importe quoi !

Assis sur le canapé, Aldaric la regarda servir les verres de champagne. Ana semblait insister une nouvelle fois en mettant le verre d’eau aussi loin et en en remplissant un autre avec du champagne en dépit de son refus. Il ne dit rien mais se contenta de regarder ailleurs – peut-être aussi parce que la proximité d’Ana le troublait légèrement. Il avait beau aimer les hommes, on ne pouvait nier qu’elle était une très jolie femme. D’autant plus qu’il cherchait à être hétéro… Même si elle ne le changerait pas, et aucune autre femme d’ailleurs. Aldaric le savait mais on pouvait toujours croire aux miracles non ? Se réveiller un matin avec l’envie de toucher une poitrine !
Il avait presque couché avec Lizzie, une fois. Et à ce moment il n’avait pas eu l’impression de se forcer, Aldaric ne savait pas trop pourquoi. Tout comme il était avec Savannah d’ailleurs, ça n’avait pas été qu’un calvaire, ils avaient eu des bons moments et même ceux qui étaient plus intimes.
Peut-être que les femmes pouvaient l’attirer physiquement… Mais lui, il se voyait avec un homme sur le long terme. Avec Ian, en fait… Il ne se retournerait pas naturellement dans la rue sur une jolie femme qui passe mais quand cette dernière passait à l’attaque… disons qu’Aldaric était un homme très seul – et qu’il n’avait pas connu beaucoup d’histoires depuis Camille. Savoir qu’on plaisait c’était agréable et ça compensait les mauvaises pensées que faisaient naître les rejets incessants de Ian. Même s’il ne se doutait pas que tout comme lui, Ana ne faisait que de le prendre pour un pigeon.
C’était tout à fait le moment pour penser à ça, parce qu’Ana semblait vraiment vouloir le draguer. Elle lui annonça ne pas porter de sous-vêtements… Il rougit bêtement. Elle avait un franc parlé assez étonnant. « Eh bien je suis touché par cette… attention, Ana ! Mais vraiment, je n’ai pas très envie de boire. Ca ne va pas changer grand-chose tu sais, que je boive un verre ou pas. Je peux trinquer avec toi quand même. » Il préféra ne pas trop répondre quant au reste. Qu’est-ce qu’il pourrait bien lui dire ? Aldaric se contenta de se pencher un peu pour attraper le verre d’eau, et le lever en direction d’Ana. « Allez, ne fais pas la tête. »

Mais elle ne sembla pas convaincue. Ana était douée pour persuader les autres… Et il finit par l’attraper, ce verre de champagne. Sûrement suivi par quelques autres…
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5114
POINTS : 3156
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Mer 9 Mar - 17:46

You knew that it'd be trouble right before the very first kiss
Quiet and assuming but you heard that they were the naughtiest
She pleaded with you to take it off

Il ne veut pas. Il ne veut vraiment pas trinquer malgré tous mes efforts, mais je ne compte pas abandonner de sitôt. Car s'il reste sobre, ma mission deviendra beaucoup plus difficile à accomplir. Parce que oui, c'est ni plus ni moins profiter d'un homme en état d'ivresse, ma mission. Et je n'ai strictement aucun remord à l'exécuter. En fait, je trouve même que c'est amusant. Alors j'essaye de ne pas laisser cette déception empiéter sur ma bonne humeur fictive pour le rendre un peu plus docile et un peu plus joueur également.
Quand je parle sans retenue, le trentenaire se met même à rougir et je me mets à m'esclaffer. Autant j'avais l'habitude de faire rougir Kainoa avec mes répliques faites pour le mettre mal à l'aise, autant je ne pensais pas que je parviendrais à faire rougir un homme de la stature d'Aldaric.
« C'est pas la peine de rougir, guapetón, je suis sûre que tu es bien moins chaste que tu en as l'air. » dis-je en accompagnant la réplique d'un clin d'oeil.
J'aime le taquiner. J'aime tous les taquiner. Mais avec Aldaric, c'est nouveau. Il est plus mûr et plus mature que les hommes que je côtoie habituellement et dans un sens, c'est plaisant cette relation. Ca n'a rien de physique - pour le moment - et il est certainement loin de se douter de ce que je lui mijote.  Alors ça change de mes fréquentations habituelles avec lesquelles j'oublie presque la politesse de base et ça rend sa présence intéressante. Peut-être même que je le regretterais quand il se sera rendu compte de la femme que je suis. Pire qu'une veuve noire. Pire qu'une mante religieuse.
Je m'applique à servir au psychologue une moue boudeuse quand il annonce encore et encore qu'il ne va pas trinquer avec moi et au bout d'un moment qui me parait infiniment long, il termine par céder à ma demande et attrape la coupe de champagne posée juste devant lui. Soulagée je lui adresse un sourire qui se veut sincère et le tintement de nos verres l'un contre l'autre résonne comme le son de la victoire que j'attendais tant. En général, il ne faut pas aussi longtemps pour emmener un homme à boire, mais encore une fois, il faut croire que c'est un trait caractéristique qui rend Aldaric particulier et très séduisant. Il est loin d'être comme tout le monde. Je bois une gorgée et comme pour le remercier d'avoir craqué pour moi, je me penche sur sa joue pour y déposer un baiser.
« Merci. Je ne voulais vraiment pas trinquer toute seule. »
Que j'ajoute, en me posant à ma place, comme pour me déculpabiliser de le forcer à boire alors qu'il n'en avait visiblement pas la moindre envie. Je sais être convaincante et en voici encore une fois la preuve. Pourtant, tout est loin d'être joué encore et il va falloir faire preuve d'imagination pour conclure cette mission que je me suis donnée. Mission à laquelle je prends vraiment goût, finalement, et qui est bien moins fastidieuse que ce à quoi je m'attendais. Je me retourne vers Aldaric, le gratifie d'un nouveau sourire avant de rire un peu plus franchement.
« Oups. Je t'ai mis du rouge à lèvre, attends, je vais t'arranger ça. »
Je repose ma flûte sur la table basse et je me rapproche du brun, me penchant à nouveau vers lui avec toute la concentration du monde. Du bout du doigt, je lui caresse la joue doucement, comme pour effacer la trace alors qu'elle n'est déjà quasiment plus visible. Je reste là plus longtemps que nécessaire et je plonge mon regard dans ses prunelles à la couleur de l'océan, comme ça, juste pour voir si je peux attiser quelque chose en lui puis je me redresse enfin.
« Voilà. Tu es à nouveau tout beau. » Ajoute-je à nouveau avec un sourire en coin.
Je reprends mon champagne pour en boire une nouvelle gorgée, ne sachant pas si je suis parvenue à déstabiliser Aldaric, mais je préfère poursuivre et cette fois, sur une pente un peu moins glissante pour voir comment il y réagit.
« Et tu me parlais de rendez-vous tout à l'heure, j'espère que je ne te dérangeais pas en fait… Tu attendais de la visite, peut-être ? »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Sam 12 Mar - 18:44

ana ∞ aldaric
Aldaric fut profondément déçu de lui en se voyant attraper le verre de champagne, préalablement servi par Ana. Elle avait réussi son coup… Il chercha à se racheter lui-même en se disant qu’un verre n’engageait à rien et qu’il serait facile de s’en contenter. A croire qu’il n’avait vraiment pas compris le principe de l’alcoolisme… Ou qu’il était juste simplement naïf. « Eh bien détrompe-toi, ces temps-ci tu ne trouveras pas plus chaste que moi. » Qu’il dit avec un petit sourire, se prenant presque au jeu…
C’était incroyablement flatteur de voir qu’une femme aussi jolie cherchait à le séduire – car c’était clairement ce qu’elle faisait, il n’avait plus aucun doute là-dessus. Mais Aldaric ne savait pas tellement quoi faire… Peut-être était-ce une chance de se prouver à lui-même qu’il pouvait changer ce qu’il détestait le plus chez lui. Ou peut-être que s’il se lançait, il n’arriverait pas à aller jusqu’au bout et se taperait la honte de sa vie.

Peut-être fallait-il simplement qu’il s’arrête de réfléchir ? Ne pas songer aux conséquences et faire ce qui lui semblait bon sur le moment… Plus compliqué à mettre en œuvre, oui. Aldaric se sentit tout drôle quand elle posa ses lèvres sur sa joue. Avant aujourd’hui, il n’avait pas remarqué qu’Ana pouvait être attirée par lui. En fait, il ne faisait plus vraiment attention à ce genre de choses puisque de toute façon tout le monde le jugeait. Soit on le détestait pour ses bêtises, soit on avait pitié de lui mais en aucun cas on le désirait. C’était peut-être ce qui le touchait le plus… Qu’on puisse de nouveau le voir comme un homme, comme si tout n’était pas perdu. Bien sûr il était loin de se douter que tout ça n’était qu’un jeu pour la Mexicaine, une mission même, pour détruire Ian. Sans le savoir, il allait se rendre complice de ce forfait…
« Je m’en serais voulu de te laisser trinquer seule. » Il avait détourné le regard un moment alors qu’elle essuyait la dite trace de rouge à lèvres. Aldaric aurait dû prendre ses distances, ne pas se laisser avoir à cause d’un foutu problème de confiance en soi… Non et puis vraiment : Ana savait y faire avec les hommes. Il but quelques gorgées de la boisson interdite avant de soutenir le regard de la jolie brune. « Ne suis-je pas toujours tout beau ? C’est bien pour ça que tu me regardes autant non ? » fit-il, faussement arrogant.

Finalement, alors que leurs regards se quittaient, il attrapa son verre de champagne et le vida d’une traite. Mauvais signe… Elle le déstabilisait effectivement et il n’était pas sûr de pouvoir résister à, premièrement : une bouteille de champagne. Et deuxièmement : une femme sexy le draguant ouvertement. Il avait besoin de se sentir normal… et elle tombait pile au bon moment. D’autant qu’il était persuadé qu’avec Ana ce ne serait l’histoire que d’une fois : elle ne semblait pas le genre de fille à vouloir s’engager et ce serait absolument parfait. Pourquoi tu cherches des arguments en sa faveur ?! « Non, pas du tout ! Je ne vis plus seul mais Ian n’est pas là aujourd’hui et tu ne fais qu’empêcher un éventuel tête à tête avec la télévision. » Ce qui n’était pas plus mal… Au moins cette journée ne ressemblerait pas à toutes les autres !

De longues minutes passèrent. La bouteille se vida au fur et à mesure de la conversation et il semblerait qu’Ana ait beaucoup moins rempli son verre que lui… Aldaric n’avait pas assez bu pour marcher de travers mais assez pour se détendre, se sentir plus à l’aise et éventuellement ne plus trop réfléchir. Aussi, alors que le regard perçant d’Ana se confrontait à nouveau au sien… Il ne put s’empêcher un commentaire. « La Saint-Valentin est passée… mais qui a besoin de cette stupide fête commerciale pour dire à une femme qu’elle est sublime ? » Comme un signal qu’il envoyait. Comme pour dire : Je sais ce que tu veux, allons-y
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5114
POINTS : 3156
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Ven 25 Mar - 18:33

You knew that it'd be trouble right before the very first kiss
Quiet and assuming but you heard that they were the naughtiest
She pleaded with you to take it off

Chaste, qu'il dit être et que j'en souris que davantage. Avec un peu de chance, le trentenaire sera tellement en manque qu'il ne lui faudra pas autant de temps que prévu pour se décontracter et surtout, pour se laisser aller à un nouveau plaisir de la chair. Je le regarde, quand il dit ça et je me mords la lèvre inférieure presque inconsciemment. Qu'il est beau, cet homme. Ian est bien chanceux de vivre avec ce dernier, même si je ne sais pas exactement qu'elle est la nature de leur relation. Nous buvons tranquillement nos coupes de champagne et quand je le vois la vider d'une traite, je ne peux m'empêcher d'arquer un sourcil en m'esclaffant. Pour quelqu'un qui ne voulait pas boire, voilà qu'Aldaric parvient à se contredire superbement.
« Quelle descente ! Pour quelqu'un qui voulait se cantonner à l'eau, tu es surprenant. »
Dis-je sur le ton de la taquinerie alors que de mon côté, je prends bien évidemment tout mon temps pour boire. Je prends de petites gorgées uniquement dans le but de ne pas trop participer à la descente de la bouteille. Après tout, à quoi cela servirait de me rendre saoule ? Justement, il faut que je garde le contrôle de la situation et que je laisse le brun boire autant qu'il le souhaite. Plus il boira et plus la mission sera facile. Je profite des faiblesses d'un homme et je n'en ai pas le moindre remord, c'est ça qui fait de moi un monstre. Mais j'assume. Et pire encore, j'aime le monstre que je peux être quand les idées saugrenues s'immiscent dans ma tête.
« Si tu savais… »
Ajoute-je en me rapprochant de lui alors qu'il plaisante sur son physique avantageux et sa gueule d'ange. Il ne se prend peut-être pas au sérieux, pourtant, je me surprends à le dévorer des yeux sans forcement m'en rendre compte, sans pour autant que ce soit la mission que je m'impose. C'est un bel homme, c'est certain. Ses yeux perçants sont emplis de mystère, tandis que sa mâchoire lui donne une virilité très sexy et que sa bouche semble me supplier de venir l'embrasser. Je le détaille sans trop me gêner, mais en restant toutefois dans le politiquement correct, c'est-à-dire que j'attendrai un signe de sa part, quelque chose qui prouve qu'il peut être intéressé.
Il me confirme à présent qu'Ian ne va pas rentré de sitôt et qu'il n'attend pas de compagnie. Je hoche la tête, un sourire mutin sur le bout des lèvres et je m'approche un peu de lui alors que la conversation se poursuit de façon fluide à mesure que le liquide dans la bouteille diminue. Je suis bien loin d'imaginer le mal que je suis en train de causer au psychologue et seul un sentiment de fierté vient m'envahir alors que je le vois descendre ses flûtes de champagne.
Et le voilà. Le signe que j'attendais est enfin là et je comprends que nous pouvons passer aux choses sérieuses. Je lui prends doucement le verre des mains en me penchant sur lui et je viens le poser sur la table basse, juste à côté du mien, reconnaissable grâce à la marque de rouge à lèvre.  
« T'es en train de dire que je suis seulement sublime ? Voyons, guapetón, j'vais te prouver que je suis bien plus que ça. »
Retorque-je, amusée, alors que je monte à califourchon sur lui, ma robe remontant encore davantage, frôlant l'insolence et la vulgarité. Je me pose sur les cuisses du brun et je passe mes bras autour de sa nuque, rapprochant dangereusement mon visage du sien, venant embrasser sa bouche. Et c'est aussi délicieux que ce à quoi je m'attendais. Je ne m'en lasse pas et je prolonge ce baiser jusqu'à devoir faire une pause pour reprendre ma respiration. Avec plus de douceur, je viens caresser ses cheveux sur le haut de sa nuque, sensuellement et je lui murmure à l'oreille quelques mots sans la moindre pudeur.
« Viens. Prends-moi. »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers. Mer 6 Avr - 22:51

ana ∞ aldaric
Ana était une fille imprévisible, incroyablement séduisante, entreprenante… Et surtout, quand elle avait une idée dans la tête, elle faisait de son mieux pour la mettre en œuvre ! Aussi, elle parvint à faire boire le psychologue et même à faire naître un peu de désir en lui. Ce qui en fait… ne relevait pas tant de l’exploit quand on connaissait son état psychologique actuel. Il était perdu, ne savait pas quoi faire de sa vie et éprouvait une haine profonde pour ce qu’il était. Le fait qu’une femme le désire lui remontait un peu le moral : malgré le fait que la quarantaine approche, il restait un homme séduisant. Enfin… c’était ce qu’Ana lui laissait penser alors qu’en réalité elle le manipulait seulement.
« D’accord, le mot sublime est peut-être un peu faible. » Mais Aldaric ne comptait pas s’attarder sur les mots… Avec Ana, on avait plus envie d’agir que de parler ! « Tu me pardonnes ? » Apparemment oui… car Ana vint sur lui pour l’embrasser. Il n’eut ni la force, ni à vrai dire l’envie de l’en empêcher et se contenta de passer une main derrière sa nuque pour prolonger le baiser. C’était agréable, elle savait y faire… Il fallait avouer que l’alcool aidait bien et qu’Aldaric n’était pas non plus dégoûté par les filles comme certains gays – après tout il avait souvent couché avec Savannah. La demoiselle était pour le moins directe… rien qui ne s’apparente de près ou de loin à du romantisme, une séduction crue pour un plaisir brute. A vrai dire le psychologue n’en attendait pas moins d’elle ! Il ne la voyait absolument pas fleur bleue, ni même amoureuse d’ailleurs.

Autant dire qu’Aldaric ne tarda pas à s’exécuter. Dans ces moments-là il ne fallait pas réfléchir, il ne fallait pas penser aux conséquences. Il aimait être spontané et ne pas se poser trop de questions, appréciait le fait de réussir à se vider la tête pour simplement se concentrer sur les courbes de la jolie mexicaine.
Elle jouait vraiment bien le jeu, il ne se douta pas une seconde de ses réelles motivations. Blesser Ian… Coucher avec quelqu’un d’autre n’était pas un problème selon Aldaric, ils n’étaient pas en couple et Ian absolument pas amoureux. Mais c’était parce qu’il ne connaissait pas la relation qui les liait ni à quel point Ian pouvait détester cette jeune femme.

Ils finirent dans la chambre du garçon et autant dire que ça n’était pas pour jouer aux échecs ! Ana et Aldaric passèrent un long moment ensemble, plutôt torride. Il finit par s’endormir tout contre la Mexicaine en pensant bêtement qu’elle serait là à son réveil… Mais en réalité elle en profita pour s’éclipser, ce qu’il remarqua amèrement en rouvrant les yeux une petite heure plus tard. Il n’en voulait pas à Ana, c’était le genre de fille à ne pas être câline après l’amour…
Il se demanda vaguement s’ils allaient se revoir, mais Aldaric ne pouvait nier qu’ils avaient passé un bon moment. Pour bien finir la journée, il termina la bouteille entamée… Et regretta, forcément.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers.

Revenir en haut Aller en bas

ana ∇ when temptation knocks, imagination usually answers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-