AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

High Hopes + Lizzie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: High Hopes + Lizzie Mar 23 Fév - 17:35

I remember it now, it takes me back to when it all first started
But I've only got myself to blame for it, and I accept it now
It's time to let it go, go out and start again
But it's not that easy

Rhys avait pensé que avoir fait le plus difficile en prenant la décision de revenir à Tenby. Mais comme souvent, il avait manqué de clairvoyance. Certes, revoir les petites maisons colorées qui s’alignaient le long de la falaise, la plage où il avait passé tant d’étés, la jetée, le port et tous ces endroits familiers avait éveillé des émotions bouleversantes dans le cœur du gallois mais ce n’était rien à côté du fait de revoir les êtres chers qu’il avait délaissés. Aller à leur rencontre, pour tenter de reprendre sa place dans leur vie avait été terrible. Surtout que toutes les retrouvailles qu’il avait tenté d’initier s’étaient mal déroulées. Ce n’était pas surprenant mais ça ne rendait pas les choses plus faciles. Tout comme l’idée qu’il n’y avait personne à blâmer à part lui-même. Il était le seul responsable de sa solitude actuelle. C’était à lui seul de tenter de réparer ce qu’il avait détruit. Etrangement, c’est ce constat qui lui donnait la force de continuer à essayer. Le courage d’affronter ses erreurs, bien loin de la lâcheté dont il avait fait preuve ces dernières années en se terrant à Londres. Il avait vu sa sœur, il avait vu Caleb et ça s’était mal passé. Mais il n’abandonnait pas. Maintenant, il allait voir Lizzie. La dernière de sa petite liste. Inconsciemment, il avait sûrement fait exprès de lui attribuer cette position. La petite blonde avait toujours été la meilleure d’entre eux, celle qui serait le plus susceptible d’être compréhensive. Alors il avait de l’espoir. En gros, il avait gardé le meilleur pour la fin, l’espoir du pardon, l’espoir du happy-end. C’était sans doute stupide, car il avait aussi mal agi avec la Mathesson que les autres mais à par l’espoir, il ne lui restait plus grand-chose.

Surtout que Lizzie n’avait pas été facile à trouver. Pendant que Rhys était à Londres, il s’était visiblement passé énormément de choses dans la vie de la jeune femme, comme s’était fait un plaisir de lui apprendre Mrs Lloyd quand elle s’était rappelée qu’ils étaient amis avant. Du coup, sa situation était un peu instable. Elle avait quitté la maison de son fiancé, ne travaillait pas et se montrait très peu depuis que toute la ville savait qu’elle avait été cocufiée. Le Blake avait d’ailleurs été horrifié d’apprendre les malheurs de son amie de cette façon. Et sa culpabilité n’avait fait qu’augmenter. Car il s’était centré sur ses propres blessures sans imaginer que la vie n’avait pas non plus épargnés ses amis et qu’il n’avait pas été là. Pire, il avait aussi appris que son amie avait de graves soucis de santé et qu’elle avait dû subir une greffe de rein. Il en était tout chamboulé même s’il avait utilisé cette information à son avantage. Il ne savait pas où vivait Lizzie actuellement alors il avait misé sur le fait qu’elle devait souvent se rendre à l’hôpital. Un coup de téléphone à une secrétaire un peu impressionnable et le tour était joué, il avait su qu’elle avait rendez-vous cet après-midi à 15h. Il était à présent 15h30 et il faisait le pied de grue devant le service néphrologie pour être certain de ne pas la rater. La coincer comme ça, au beau milieu d’un hôpital, n’enchantait guère Rhys mais il ne voyait pas d’autres solutions pour la joindre. Il ne devait même plus posséder son bon numéro de téléphone. Et ce n’était pas Caleb qui allait lui indiquer où était Lizzie, protecteur comme il était envers la jeune femme et remonté comme il était envers Rhys…

L’attente est insupportable, Rhys est complètement angoissé mais il s’est bien promis de ne pas reculer. Et au bout d’encore quelques longues minutes, il est récompensé de ses efforts. Les portes automatiques s’ouvrent bientôt pour laisser apparaître la silhouette de celle qu’il attendait. Elle a changé Lizzie, elle ne ressemble à l’adolescente timide qu’il a laissée derrière lui. Pourtant, il l’a reconnue tout de suite. Elle a l’air fatiguée pour ne pas dire abattue mais elle possède toujours cette grande douceur sur son visage et cette démarche qui lui est caractéristique. Tétanisé, il l’observe quelques instants profitant du fait qu’elle ne l’a pas encore remarqué. Puis, le cœur au bord des lèvres, il quitte le mur contre lequel il était endossé, se plaçant dans le champ de vision de la jeune femme. « Lizzie ? » Une pauvre entrée en matière mais il fallait qu’il attire son attention d’une manière douce vu qu’il était probablement la dernière personne qu’elle s’attendait à voir apparaître dans ce couloir. Néanmoins, il sait qu’il ne peut pas réapparaître juste en disant son prénom alors il essaye d’en dire plus malgré l’émotion qui lui noue la gorge. « Je… Salut… Est-ce que tu vas bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: High Hopes + Lizzie Mer 24 Fév - 10:18

Et je ne sais plus si tu en vaux la peine
C'est plutôt dur d'en être certaine

Un rendez-vous à l'hôpital. Encore un. Depuis des mois maintenant, j'ai l'impression que cet hôpital est ma seconde maison. Ou ma première, étant donné que je suis récemment devenue une squatteuse chez Caleb et que je n'aie plus de domicile. Je sais que ce rendez-vous est pour mon bien et que le Dr Edward veut simplement surveiller mes constantes, mais je commence à être lassée de faire des allés-retours, surtout quand j'ai d'autres choses en tête. Néanmoins, j'essaye de rendre chaque passage dans cet hôpital un peu plus agréable - que ce soit pour moi ou pour les autres, alors je vais rendre visite à mes amis, ces amis que je me suis fait en passant quatre jours par semaines, six heures par jours, branchée à l'une de leur machine. Forcément, ça créé des liens. Alors oui, à la fin de mon rendez-vous, j'irai leur rendre visite pour voir comment ils vont et leur donner mon soutien. Du moins, c'était mon plan initial. Je n'avais pas prévu de tomber sur un ancien fantôme en sortant de mon rendez-vous médical. Pourtant, il est là. Sa voix est comme un coup de poignard et je me retourne pour le chercher du regard. Je n'ai pas rêvé. Ca doit être lui. J'ai été prévenu de son retour, alors oui, il n'y a pas de doute, c'est lui. Mes prunelles le cherchent. Rhys. Elles sont comme affolées à l'idée de le voir, et quand je tombe nez à nez avec lui, une vague de soulagement m'envahit.  Malheureusement pour lui, ça ne dure que quelques secondes. Je le scrute. Je détaille son visage qui a changé avec les années et qui est bien plus marqué qu'auparavant. Il parait différent. Il n'est plus le même, mais ça, c'est normal, après plus de sept ans… Sept ans… Ma main se pose délicatement sur sa joue une ou deux secondes, comme pour m'assurer que je ne suis pas en train de rêver, alors que je suis submergée par tout un tas de sentiments contradictoires. Il est bel et bien là. Celui avec lequel nous formions le meilleur trio de tous les temps. Celui qui a disparu du jour en lendemain pour suivre de brillantes études, mais qui en chemin a oublié ceux qui l'aimaient et qui attendaient désespérément de ses nouvelles. Mais il est de retour. Caleb m'avait prévenu de son retour. Il faut donc croire que ce n'était qu'une question de jours avant qu'il ne vienne à ma rencontre. Mais finalement, la douleur que je ressens dans ma poitrine me fait comprendre que j'aurais préféré qu'il ne revienne pas, je crois. J'ai mis tellement de temps à accepter son départ que de le voir revenir la bouche en coeur est pareil à supplice.
Et je n'arrive plus à me contrôler. Ma mâchoire se crispe et la main qui avait effleuré sa joue vient finalement claquer cette dernière avec beaucoup plus de force. Moi-même je suis choquée par mon propre geste et je me retrouve, les lèvres pincées à essayer de faire fi de la douleur lancinante qui me broie intérieurement, mais également la douleur physique qui s'élance à présent dans ma main. Le coup est parti sans que je ne puisse le retenir, peut-être parce qu'au fond, je ne voulais pas le retenir.
« Est-ce que… » ma voix s'étrangle, mais je tente de me reprendre, une main sur le coeur, comme pour essayer de calmer mon palpitant qui s'accélère. « Est-ce que je vais bien ? »
Mes yeux s'embuent de larmes à cause de la rage qui prend possession de mon être, mais je refuse de pleurer devant Rhys. Il ne mérite pas mes larmes. Et j'ai déjà bien assez pleuré à cause de lui quand je me suis rendue compte qu'il ne reviendrait pas à Tenby et qu'il avait tiré un trait sur nous. Non, je ne veux pas pleurer. Je vais retenir ces foutues larmes, quitte à avoir la migraine du siècle.
« NON ! Non, ça ne va pas bien ! Et je me demande comment tu peux avoir le culot de me demander ça… » Je secoue la tête, incrédule. « Si tu te souciais vraiment de comment je vais, t'aurais eu la présence d'esprit de m'écrire pendant toutes ces années. »
Malheureusement pour le jeune homme, il semblerait que le temps des reproches ait sonné et que je suis tout bonnement incapable de m'arrêter. Ces derniers mois ont été tellement difficiles et le pauvre homme risque d'être le bouc émissaire que j'attendais.
« Tu n'aurais pas dû revenir. »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: High Hopes + Lizzie Sam 27 Fév - 17:26

I remember it now, it takes me back to when it all first started
But I've only got myself to blame for it, and I accept it now
It's time to let it go, go out and start again
But it's not that easy

Les yeux de Lizzie s’écarquillent en grand tandis qu’elle cherche Rhys du regard. Lui retient son souffle en attendant qu’ils se posent sur lui. Il doit bien avouer qu’il a peur de ce qu’il va lire dans le premier regard qu’il captera. Percevoir des émotions négatives dans les yeux de ceux qu’il aimait était terriblement difficile. Pourtant, il semblait qu’il allait devoir s’y habituer. Sauf que… comme toujours Lizzie le surprend. Contrairement à Echo ou Caleb, elle a l’air…. Soulagée de le voir. L’espoir du blond augmente alors de manière exponentielle. Chère Lizzie. Douce Lizzie. Etait-elle si contente qu’il soit revenu qu’elle était prête à pardonner les circonstances de son départ ? Il devait bien avouer qu’il pensait qu’elle était la seule capable d’une grandeur d’âme pareille. Ça avait toujours été ce qui la caractérisait le mieux. Elle était une gentille. Presque trop diraient certains. Mais Rhys l’avait tout de suite aimé. Même gamin, il avait compris quelle chance il avait de l’avoir dans sa vie. La troisième pièce du trio inespérable qu’ils formaient avec Caleb. Mais pas la moindre. Elle était la délicatesse qu’il manquait aux garçons, le rayon de soleil permanent qui empêchaient leurs disputes d’enfants de prendre des proportions trop importantes. Elle faisait tampon. Toujours. Alors si aujourd’hui, elle pouvait reprendre ce rôle… Il se considérerait comme béni. Vraiment. Un sourire béat naît d’ailleurs sur ses lèvres tandis que Lizzie vient se placer face à lui, posant une main douce sur sa joue, le regardant avec émotion. De l’émotion, le gallois en ressent aussi. Il a envie de pleurer de joie tant il est content de la revoir, tant il est rasséréné par l’accueil qu’elle lui réserve. « Lizzie… » Murmure t-il, étranglé par cette même émotion. Après ses retrouvailles ratées avec les autres, celle-ci a des airs de miracle. Il croyait avoir tout perdu mais il avait encore sa Lizzie. Certes, il ne la méritait pas mais il était soulagé.

Sauf que soudainement, le rêve se transforme en un cauchemar. Rhys met quelques instants avant de comprendre ce qui lui est arrivé. Le son est la première information qui lui vient à l’oreille, un claquement sec. Puis, suit un léger coup de vent accompagné d’une douleur cuisante sur la joue. Lizzie vient de le frapper. Eberlué, il porte sa main à sa joue, comprenant trop tard qu’il avait pris ses rêves pour des réalités. Ça fait mal. Pas tellement la gifle mais le fait d’avoir espéré pour ensuite retomber dans les affres du désespoir. Lizzie suffoque tant elle semble indignée qu’il ose se présenter face à elle et poser une question aussi débile. Elle a raison. Il n’était pas fin. Mais il avait toujours été ainsi, un peu idiot sur les bords, avec son éternel sourire désinvolte. La plupart du temps, les gens trouvaient charmant mais Lizzie n’était pas n’importe qui. En tout cas, l’argument de la blonde est imparable, et il reste coi quelques instants. Mais il se reprend vite, sachant que l’instant est décisif et qu’elle peut s’enfuir de la discussion à tout moment. « Je ne pouvais pas t’écrire… Tu ne sais pas comment c’est là-bas… On est coupé du monde, on a le temps de rien, on est toujours en train de se déplacer, on oublie tout… Mais ce n’est pas parce que je ne t’ai pas écrit que je n’ai pas pensé à toi… Lizzie, je te jure qu’il ne s’est pas passé un jour sans que je ne pense à toi. » Réplique t-il avec sincérité. Oui, il ne ment pas. Même quand il était au plus mal, dans une clinique anglaise, il pensait à Caleb et à Lizzie. A combien les avoir près de lui l’aiderait à aller mieux. Mais ensuite, il se rappelait de la honte que son accident lui inspirait et il se résignait à ne pas les appeler… Il était visiblement nul pour déchiffrer les sentiments mais il voit bien que passée la surprise, l’attitude de Lizzie a changé de tout au tout. Tout son corps tendu, elle respirait la méfiance et la colère. Et finalement, une flamme implacable dans les yeux, elle lui assène les paroles fatidiques. Il n’aurait pas du revenir. Elle est concise aujourd’hui, Lizzie mais ce n’est pas pour autant que ses paroles ne sont pas blessantes. Peut être même que ça brûlait plus quand on avait l’impression que c’était parfaitement mérité. Rhys le sentait comme ça en tout cas.

Honteux, il arrête de chercher le regard de la blonde. Il a bien vu ses prunelles s’embuer, signe de la peine et de la déception qu’il lui avait causés en la laissant tout bonnement sortir de sa vie. Il pousse un petit soupir. Il n’était pas loin de le penser aussi qu’il n’aurait pas dû revenir. Et pas seulement parce qu’il passait un sale moment. Aussi parce que c’était encore pire pour ceux qui lui faisaient face. Les yeux de Rhys tombent sur la main de Lizzie. Alors ignorant l’effroyable vérité qu’elle vient de lui asséner, il fait diversion quelques instants. « Ta main… Tu t’es fait mal ? C’est pour ça que tu pleures ? Tu veux que j’aille demander de la glace à quelqu’un ? » Après tout, c’était peut être prétentieux qu’il était à l’origine de ses larmes. Quand on était devenu un fantôme comme lui, on ne pouvait peut être tout simplement plus provoquer quoi que ce soit chez les gens. Et en 7 ans, le pourcentage de chances pour qu’il soit devenu un étranger dans son cœur était grand. Sauf que pour 7 ans de séparation, ils en avait passé 15 ensembles. Le double. Ça devait compter. Il fallait que ça compte. Alors comme pour les autres, il plaide sa cause. « Bien sûr que je me soucie de toi… ça me bouffe de te voir à l’hôpital. De voir que tu vas mal. Je suis désolé, vraiment. C’est ce que je suis venu de dire. J’aimerai beaucoup que toi et moi, on puisse prendre le temps de parler… Tu veux bien ? »

_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: High Hopes + Lizzie Dim 6 Mar - 17:39

Et je ne sais plus si tu en vaux la peine
C'est plutôt dur d'en être certaine

J'ai frappé Rhys Blake. Je viens de gifler mon meilleur ami d'enfance et je crois que je ne le regrette même pas. Toutefois, j'en reste bouche bée quelques secondes avant de finalement prendre la parole. Je n'ai jamais été violente, jamais, alors forcément, cet accès me fait un peu peur. Personne ne mérite d'être giflé (sauf Oscar, peut-être), mais ce n'est pas pour autant que je me sens mal. Au contraire, cette attaque vient de me soulager d'une façon que je n'aurais jamais pensé réelle et je peux enfin vociférer ma rancoeur pour qu'il découvre son étendue. Parce que oui, elle a eu le temps de s'étendre autant qu'une traînée de boue avec l'accumulation des années. Je commence, agacée par le culot du Blake et j'ai l'impression de devenir une folle hystérique alors que je suis au bord des larmes. Les quelques visiteurs de l'hôpital se retournent sur nous, mais pour une fois, je n'en ai rien à faire. Après tout, je suis déjà la cocue de Tenby, pourquoi ne pourrais-je pas devenir la furie qui dérange le calme des patients de l'hôpital ? Je regarde le jeune homme et je ne ressens plus rien d'autre que ce mépris destructeur et cette amère colère. Pourquoi est-il de retour ? Ca, Caleb ne me l'a pas dit. Il a simplement mentionné son retour avant de tomber dans un silence de mort. Non, je ne sais pas quelle est la raison de son retour à Tenby et je ne suis pas certaine d'avoir envie de le découvrir. Parce qu'égoïstement, je trouverais toujours que la raison n'est pas suffisante. Parce que j'aurais l'impression de ne pas avoir été suffisante, moi, pour lui donner l'envie de revenir alors que quelque chose d'autre l'aura été. C'est une nouvelle défaite et je ne suis pas prête à pouvoir l'encaisser. Il faut croire que sa présence est aussi difficile à encaisser que son absence, en fait. C'est presque insurmontable, de le voir se tenir bien droit devant moi, à se masser la joue et à se justifier. Encore une fois, je secoue la tête, n'approuvant pas son excuse et surtout, refusant de l'accepter. C'est facile. Trop facile.
« A d'autres, Rhys ! Ne me l'a fait pas, à moi. Tu es parti longtemps et je me permets de te rappeler que mon frère est soldat. Il est parti combattre dans les contrées les plus reculées, dans des pays en guerre et même si la communication n'a jamais été simple, on y arrivait. Quand on veut, on peut. »
Je n'arrive pas à croire à ses excuses et je le lui fais comprendre. Je poursuis, avec la même véhémence, mais celle ci est teintée d'une certaine tristesse… Un constat affligeant, les relents passés qui font surface et qui font souffrir. Une vérité qu'il ne veut pas avouer. Mais pourquoi ? Ce n'est pas comme s'il allait me blesser davantage en avouant ses torts… Le mal a déjà été fait et il s'en est sorti à la perfection, il ne devrait donc avoir aucun mal à réitérer l'expérience.  
« Trouve le courage de me dire que tu en avais marre, que nous n'étions pas assez biens pour toi, que ta vie à Oxford était tellement trépidante que tu n'avais plus envie de revoir ces pauvres campagnards de Tenby, trop casaniers qui n'ont pas eu le courage de s'expatrier. »

Je suis froide dans mes propos, mais je suis réaliste. La raison qui a poussé Rhys à ne plus donner de nouvelles a dû être quelque chose dans ce goût là. Je ne vois pas d'autres solutions. Sa vie était trop excitante, trop passionnante, pour qu'il ai l'envie de la partager avec nous qui devenions de pauvres paysans et qui ne connaissions rien à la vie dans la grande ville. J'aurais tellement aimé éviter cette confrontation, mais il faut que le blond en décide autrement. Donc même quand je lui assène le coup fatal, clamant que j'aurais préféré qu'il ne revienne pas, il ne s'éloigne pas. Il ne semble pas comprendre que c'était son signal pour déguerpir. Il reste immobile, devant moi et bien qu'un silence s'installe quelques secondes, il reprend la parole. A bout de nerfs, je n'arrive plus à me contrôler et je m'exclame d'une voix suraiguë.
« Mais je ne pleure pas! Et c'est quoi que tu n'as pas compris quand j'ai dit que tu aurais mieux fait de ne pas revenir ?! »
Mon corps m'a trahit et je n'arrive pas à retrouver de la contenance, à mon grand désespoir. Je dois continuer à lui faire face alors que je n'ose même plus cligner des yeux de peur que mes yeux deviennent des torrents de larmes. Je déteste Rhys pour tout ce qu'il me fait ressentir. Il fait baisser le peu de confiance que j'ai en moi, chose qui dernièrement était pourtant réservée à Oscar, exclusivement. Il me donne des envie de violence. Il fait remonter des tas de souvenirs heureux en sa compagnie accompagnés d'une amertume certaine. Il me rend nostalgique, aussi, de ce temps que je chérissais à l'époque. Ce trio que nous formions…
« Ah ouais ? Et tu te souciais de moi quand j'étais dévastée, mais que je devais garder la face alors que Luka s'en allait au combat, quand j'ai vu, impuissante, Enael se faire interner à l'hôpital psychiatrique et que malgré tout je devais bosser pour mes examens, quand j'ai fait un accident de voiture, quand j'ai été cocufiée alors que je planifiais mon mariage ? Tu te souciais de moi pendant tout ça ? Non… Parce que tu n'étais pas là et que tu n'en savais rien, mais tu sais quoi, je m'en fous. Tu reviens trop tard. »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: High Hopes + Lizzie Mer 9 Mar - 10:53

I remember it now, it takes me back to when it all first started
But I've only got myself to blame for it, and I accept it now
It's time to let it go, go out and start again
But it's not that easy

La gifle que Lizzie avait assénée à Rhys les avait surpris tous les deux, provoquant un léger flottement entre eux. Le blond avait vaguement conscience que quelques personnes s’étaient arrêtées pour les regarder se disputer mais à ce moment, à ses yeux, il n’y avait que Lizzie. Plus rien d’autre ne comptait que regagner l’estime de la jeune femme. Même si c’était clairement mal parti. Et même si, elle était visiblement bien plus apte à reprendre ses esprits rapidement que lui. Car elle continue à déverser ses griefs à son égard, avec des arguments bien plus censés que ceux de Rhys. Oui, Luka avait été au bout du monde et lui avait donné des nouvelles. Bien sûr que c’était possible. Le Blake n’avait jamais pensé que le seul mensonge de la distance suffirait. Il en a cependant d’autres en réserve, des mensonges dont il a presque envie de se convaincre plutôt d’admettre qu’il est le salaud qui a laissé tout le monde derrière lui. « Je sais que c’est un minimum possible… Je dois avouer que je n’ai pas fait l’effort, je me sentais tellement loin de Caleb et toi… Pas vraiment au niveau des kilomètres mais j’avais l’impression de m’être éloigné irrémédiablement de vous, de ne plus faire parti de votre univers… Alors j’ai laissé les choses en suspens… C’est pour ça que je suis venu m’excuser. Pas d’être parti mais pas de l’avoir fait de la bonne manière. Je n’ai pas su rester proche de vous et c’est pour ça que j’ai baissé les bras. » Il y avait une minuscule part de vérité dans ce propos, mais elle était vraiment infime. Certes, quand il était revenu au début, avant l’accident, il avait été effrayé pour ne pas dire jaloux de la complicité grandissante entre Lizzie et Caleb mais ce n’était pas la raison de son silence. Ce qui avait été déterminant, c’était sa foutue fierté avant tout. L’impossibilité d’avouer ses fautes et ses échecs à ses deux meilleurs amis, au risque de perdre leur respect et leur affection. Sauf qu’il les avait tout de même perdus. Dans un quiproquo regrettable. Car quand Lizzie lui explique les raisons qu’elle attribue à son silence, la mâchoire du gallois manque de se décrocher. Car qu’elle ne se méprenne pas, c’est bel et bien lui le campagnard, celui qui a 25 ans, bientôt 26 n’a rien accompli de sa vie. « Lizzie, comment tu peux imaginer que j’ai pu penser une telle chose de vous ? Toi et Caleb, vous avez réussi à exercer les métiers de vos rêves tout en restant proches de vos familles… Je ne vous méprise pas, bien au contraire ! Et malgré tous les gens que j’ai pu rencontrer au cours de ma vie « trépidante », aucun ne m’a touché comme vous. Vous êtes des personnes exceptionnelles, c’est moi qui ne vous mérite pas, pas l’inverse. »

Il se tait abasourdi. Il vient en fait de donner raison à Lizzie sans s’en rendre compte. Les femmes étaient décidemment redoutables et Lizzie Mathesson encore plus. Surtout qu’elle ne se laisse décidément pas adoucir par ses belles paroles, le remettant face à la question qu’il a soigneusement esquivée. Cette fois-ci, il ne se lance pas dans un grand discours. Il sent juste une grande tristesse l’envahir. « J’ai compris la première fois que tu l’as dis… C’est juste que je n’ai pas envie que ce soit vrai, que tu ais raison. J’ai besoin de croire qu’il y a un espoir pour nous deux. » Pour le coup, c’était lui qui n’était pas loin de se mettre à chialer. Voir Lizzie pleurer à cause de lui (même si elle avait crié qu’elle n’était pas en train de le faire) et lui asséner les vérités qu’il refusait d’admettre était douloureux. Autant que de se rendre compte du mal qu’il avait fait. Des années qu’ils avaient perdues à cause de lui. De la trahison qu’il lui avait infligée. Il avait été un ami déloyal. Et au cas où il aurait encore un doute, son adversaire lui prouve en lui infligeant un résumé de tous les drames qu’elle a subi en son absence. Il titube presque en apprenant ces derniers. Tant de souffrances. C’était comme quand il avait appris la mort de Dan. Il n’avait tout bonnement aucune excuse pour avoir laisser ses amis se débattre avec leur chagrin. « Je suis parti parce que je savais que Caleb serait là pour veiller sur toi. J’ai été égoïste, je le reconnais..» Lui qui aime se dire que c’est un bon orateur, il ne trouve rien d’autre à ajouter. Il comprenait bien qu’avec tout ce qu’elle était en train de vivre, il était un peu la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Il a aussi vu avec Caleb que des explications rationnelles n’étaient guère suffisantes et qu’il fallait bien plus que se cacher derrières des excuses toutes faites. Alors pour cette fois-ci, il essaye simplement d’être repentant. « C’est aussi parce que je suis égoïste que je viens de demander ton pardon. Mais j’en ai tellement besoin Lizzie, tellement besoin… Je ne suis rien sans Tenby, sans Caleb, sans toi. » Il lève enfin les yeux, essayant d’ancrer son regard dans les prunelles orageuses de la jeune femme. Doucement, il s’approche d’elle, attrapant la main qui l’a giflé. « S’il te plaît… »


_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: High Hopes + Lizzie Jeu 10 Mar - 19:20

Et je ne sais plus si tu en vaux la peine
C'est plutôt dur d'en être certaine

Ce que je veux plus que tout, c'est qu'il arrête de me mentir en prétextant la distance comme raison principale de sa disparition de nos vies. Ca me fait mal de devoir mentionner Luka alors que ce dernier est encore entre la vie et la mort, mais si c'est ce qu'il faut pour que le Blake arrête de me prendre pour une idiote, alors je le fais. J'ai envie de le faire sortir de sa zone de confort. Parce que cette confrontation est éprouvante, je ne peux pas le laisser s'en sortir avec ses excuses qu'il doit ressortir à tout le monde. J'ai l'espoir de valoir mieux que ça même si dernièrement, tout me pousse à croire le contraire. Mon corps entier se raidit en la présence du jeune homme et je me prends à frissonner sans même comprendre pourquoi. Du dégoût, peut-être, de la nostalgie ou alors un simple malaise. Ce qui est sûr, c'est que le sentiment qu'il m'inspire n'est pas positif. Je relève les yeux vers lui avec difficulté. Ce regard que je ne pouvais confondre avec aucun autre il y a de cela quelques années semble à présent être celui d'un inconnu. Je n'arrive pas à déceler s'il est sincère ou non. Je n'arrive pas à reconnaître l'ami que j'avais quand j'étais jeune. Peut-être parce que j'ai passé trop de temps à lui en vouloir après son départ.
« Merci. D'avouer, je veux dire. C'est assez difficile de te revoir, j'aimerais au moins que tu sois un minimum honnête avec moi. Mais tu as eu tort, c'est toi qui t'es éloigné de nous et pas l'inverse. T'imagines pas combien de fois on s'est imaginé te voir à Oxford, rien que pour un week-end. On attendait juste une invitation. » Je hausse les épaules, défaitiste parce que de toute façon, c'est trop tard et je reprends. « On est à des millions d'années lumière des excuses, tu es allé trop loin. Je n'en veux plus. Comme toi, elles arrivent trop tard. »
Peut-être qu'à une époque, j'aurais été capable de lui pardonner sa longue absence, mais aujourd'hui, je m'en sens incapable. Ce n'est même pas envisageable. Comment est-ce que je pourrais alors qu'il s'est volontairement éloigné de nous et nous a causé tant de peine. A moi, à Caleb, à ses proches, à sa famille… Tout le monde attendait le retour du fils prodigue à Tenby. Et maintenant que c'est fait, je n'arrive même plus à le regarder en face sans sentir mon coeur se pincer.
Mais il semble ne pas en avoir terminé et c'est à son tour de me dire que la raison de son départ n'est pas celle que j'illustre. Je n'arrive pas à le croire. C'est difficile de croire quelqu'un qui est devenu un inconnu et surtout, qu'il ne nous méprise pas alors qu'il a dû accomplir des choses fantastiques en Afrique pendant que nous, nous étions avec nos petits boulots pour payer nos études. Je soupire, arquant un sourcil, le regard fuyant dans un premier temps.
« Comment je peux penser ça ? Mais à cause de toi, Rhys. C'était la seule explication logique. Tu ne donnes plus de nouvelles, tu pars sur un autre continent… Toi aussi tu as fait le métier de tes rêves si je ne m'abuse. Et puis… Tu as vraiment de drôles de façons de prouver aux gens qu'ils sont exceptionnels alors… Pardonne moi si j'ai du mal à te croire. »
Une pointe d'amertume pense qu'il a raison dans sa conclusion, qu'il ne nous mérite pas, mais ma rancoeur n'est pas assez puissante pour le dire à voix haute. D'autant plus qu'après quelques secondes, je continue de penser le contraire.
Cette rencontre est douloureuse et fait resurgir à la surface des blessures profondes, donc je ne me montre pas tendre avec Rhys qui n'a pas l'air de s'en rendre compte. A moins que…? Il suffit que je crie comme une furie pour voir l'air sur son visage se transformer. Sa peine est réelle. Ca montre que j'y suis allée un peu fort si bien que je n'arrive même pas à me conforter du fait que je ne sois pas la seule à souffrir.  
« L'espoir c'est quelque chose de cruel, tu ne devrais pas en avoir. Tu n'es plus un enfant, tu n'as plus l'âge d'espérer quoi que ce soit. » que je me contente de lui répondre à voix basse sans même le regarder parce que je serais tout bonnement incapable de lui asséner ces mots là si je croisais son regard.
Il ne semble plus avoir le courage de continuer ses excuses et c'est tant mieux parce que j'en ai assez de chercher à contrer ses répliques longuement réfléchies. Il devient plus spontané et surtout, plus laconique, pourtant ce qu'il ajoute me donne la chair de poule. Il assume ses torts, au moins, mais ce qu'il m'avoue et surtout, ce qu'il me demande a le don de me glacer le sang. Je le regarde, les yeux écarquillés et je secoue la tête en signe de dénégation.« Oui… Caleb a été là pour moi et j'ai été là pour lui. Tu n'as pas idée d'à quel point il a été merveilleux, surtout quand on sait ce qu'il a traversé… » Cette allusion à peine voilée au petit frère de mon meilleur ami suffit à faire couler mes larmes qui menaçaient de m'inonder les joues depuis trop longtemps, mais nerveusement et d'un revers de la main je les essuie. « C'est le meilleur, Caleb, mais il avait besoin de toi, lui aussi. »
Rhys ne doit pas se rendre compte de ce qu'il me demande. Il va jusqu'à prendre ma main endolorie pour donner plus de poids à sa supplique, mais je reste de marbre. Je soutiens son regard et je me pince les lèvres, les mots ayant du mal à sortir, parce qu'après tout, mon but n'est pas de le faire souffrir, même si c'est ce que je m'apprête à faire. Sans hurler, sans faire de grands gestes, sans plus de cérémonies, j'ajoute d'une voix blanche. « Tu n'as pas eu besoin de nous pendant plus de sept ans. Tu parviendras très bien à vivre sans mon pardon. » Achève-je en me reculant d'un pas, brisant le contact qui nous unissait.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : moonlight (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : (2/3)
En cours : Lylou - Sujet commun
A venir : Lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1359
POINTS : 2424
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Ses sentiments naissants sont encore un peu étouffés par ses deuils récents.
PROFESSION : Il prétend être médecin et avoir fait une pause après un voyage humanitaire. En réalité, il n'a pas de boulot et arrondit ses fins de mois en faisant des parties de poker truquées.
REPUTATION : Il a l'air de reprendre un peu goût à la vie, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: High Hopes + Lizzie Lun 14 Mar - 20:39

Si l’intention de Lizzie était de rendre la pareille à Rhys, elle y arrivait parfaitement. Car même s’il était attendu à faire face à la colère de la Mathesson, jamais il n’aurait pu imaginer qu’elle se montrerait aussi blessante à son égard. Il l’avait visiblement faite souffrir par son absence et c’était comme si elle essayait de lui faire ressentir cette souffrance à son tour mais de manière condensée, en l’espace seulement de quelques minutes. Car il n’avait aucun doute, quand elle aurait terminé de lui dire tout le bien qu’elle pensait de lui, elle franchirait les portes de cet hôpital sans se retourner et il aurait perdue. Game Over. Plus de Lizzie. Plus de Caleb, ni même d’Echo. Le score serait de trois. Trois séances de retrouvailles ratées, trois séances de torture émotionnelle à l’état pure. Rhys aurait peut être mieux fait d’espacer ces dernières car il était sur le point de craquer. L’accumulation de rejets et de paroles véhémentes commençait à émousser sérieusement ses capacités de résistance. Il avait beau se répéter comme un mantra qu’il avait mérité de passer par là, il n’en pouvait plus. A vrai dire, il n’était pas loin de sauter pour le premier train en direction de Londres. « Je suis honnête avec toi, Lizzie…. Je sais que j’ai merdé et j’essaye de t’expliquer pourquoi. Je ne dis pas que ce sont des bonnes raisons mais ce sont mes raisons. » Il se demande ce qui lui donne la force de continuer ses mensonges d’un air posé, d’adopter cet air rationnel alors qu’il est en train de s’effondrer intérieurement. Alors que chaque parole et geste de son interlocutrice l’entraîne un peu plus loin dans l’abîme et dans le désespoir. Il voit bien à quel point elle le déteste. Elle le lui montre, même si c’est inconscient. C’est son corps qui se raidit, le mépris dans ses yeux et la volonté de ne pas croiser son regard. C’est cette petite phrase implacable, comme quoi les excuses sont arrivées trop tard, comme lui. Simple mais efficace comme toujours. Il a envie de faire une remarque sarcastique, de demander quel délai elle jugeait raisonnable pour des excuses mais il se rappelle aussitôt combien l’ironie l’avait desservi avec Caleb. Il module donc sa réponse. « Je pense au contraire qu’il n’est jamais trop tard… »

Le blond s’était dit qu’il pouvait bien la contredire un peu, puisqu’elle se permettait de son côté de remettre en cause chacune de ses affirmations. Elle affirme d’ailleurs qu’elle a bien du mal de le croire de manière textuelle. Et sans surprise, elle marque encore un point. Il n’avait pas pensé à la situation sous cet angle. Combien ceux qu’il avait délaissés avaient dû se sentir peu digne de valeur, se remettre en question. « Mais ce n’est pas ça du tout, Lizzie. Ça n’avait rien à avoir avec toi ou l’estime que je te porte. Je le répète ! Et je le répèterai autant de fois qu’il le faudra pour que tu me crois. » Il dit ça avec intensité, une nouvelle fois. Une intensité qui se veut remplacer tout ce qu’il ne peut pas dire. Car si ça ne tenait qu’à lui, il pourrait faire un immense discours sur tout le bien qu’il pensait d’elle, sur toutes les qualités qu’il lui connaissait, sur tout ce qu’il lui devait… Mais le moment ne semblait évidemment pas très approprié. Il secoue la tête, terminant en réalité sur une note plus négative. « Mais c’est sûr que si tu ne me crois pas, nous sommes effectivement dans une impasse. » Il est fatigué Rhys. Fatigué qu’elle ait raison. Fatigué qu’ils soient effectivement dans une impasse. Ses gestes ne prouvaient effectivement pas ce qu’il essayait de lui dire. Sans doute parce qu’une partie de son récit était faussée. Mais il préférait sincèrement que son ancienne meilleure amie lui en veuille pour ça que pour la vérité… Sa fatigue s’accentue quand Lizzie reprend le combat, et cette fois-ci, il n’essaye pas d’encaisser les coups ou de répondre. Il se replie sur lui-même, ployant sous le poids de la colère de son adversaire. Elle est méchante Lizzie. Elle lui fait comprendre qu’il est idiot d’espérer avant de souligner à quel point Caleb a réussi là où lui a échoué. Et elle termine par une allusion à peine voilée au décès de Dan et au fait que Caleb avait besoin de lui aussi.

Il ne lui en veut même pas. Déjà parce qu’elle a encore et toujours raison. Ensuite parce qu’il sait que ce n’est pas dans sa nature profonde d’être volontairement méchante. C’est juste qu’elle souffre. Elle souffre terriblement, comme le prouve les larmes qui roulent désormais pour de bon sur ses joues. Et il est l’unique cause de cette souffrance, réveillant les blessures du passé en la prenant en embuscade dans cet hôpital. Il a envie de s’enfuir, surtout après l’estoc final, quand elle rejette sa supplication de manière implacable, dérobant sa main à la sienne. Ainsi, elle ne pouvait même pas supporter de le toucher ? Ils en étaient vraiment là ? « Et toi ? Tu pourras vivre sans m’avoir donné ton pardon ? » A-t-il envie de demander. Mais c’est prétentieux. Tout comme l’autre réplique qui vient à l’esprit. C’était peut être elle qui avait besoin de lui avec tout ce qui lui tombait dessus… Mais il ne dit rien. Il ne sait plus quoi dire. Il n’a plus le droit de s’excuser. Il n’a plus le droit de s’expliquer. Il n’a pas le droit de lui dire combien elle lui avait manqué. Il ne lui reste plus beaucoup d’options. La gorge nouée, il jette cependant sa fierté aux orties une bonne fois pour toute, avouant combien il dépendait d’elle. « Tu ne peux pas m’en vouloir d’essayer de reconstruire les liens que tu me reproches justement d’avoir distendus… Et la réponse est non. Je ne peux pas vivre sans ton pardon. Vivre sans sa famille et ses amis, ce n’est pas vivre. J’ai juste mis longtemps à m’en rendre compte. Tu sais que je suis un idiot… » Ajoute t-il en se permettant un petit sourire contrit. Toutefois, il ne veut pas outrepasser ses droits, et l’attitude de Lizzie démontre clairement qu’elle n’a guère envie d’entre ses pensées existentielles, ni même de subir un énième numéro de charme. « Ecoute, je sais que je demande beaucoup. Que je débarque sans prévenir et que je te prends par surprise alors… tu peux y réfléchir un peu… Si tu veux, je peux te laisser mon numéro de téléphone. Comme ça, tu auras le choix. » Il était comme ça, Rhys, il s’arrêtait rarement à un refus. Et même si Lizzie lui avait dit de ne pas avoir d’espoir, il en aurait pour eux deux.


_________________

You make my heart feel like it’s summer When the rain is pouring down.You make my whole world feel so right when it’s wrong. Life It’s easy to be scared of. With you I am prepared forWhat is yet to come.Cause our two Hearts will make it easy Joining up the pieces Together making one.(BY ANAELLE)

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2393
POINTS : 3709
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: High Hopes + Lizzie Ven 25 Mar - 16:28

Et je ne sais plus si tu en vaux la peine
C'est plutôt dur d'en être certaine

Il est parti tellement longtemps, Rhys, que parfois je me demande à qui j'ai affaire. Pourtant, quelquefois, il y a les mimiques sur son visage, ou l'expression dans ses yeux qui me ramènent des années en arrière, quand nous avions nos conversations importantes. Est-ce que c'est toujours le même ? Je ne crois pas. Son voyage l'a changé, c'est certain, mais sous certains aspects, il est celui avec lequel j'ai passé mon enfance et mon adolescence et c'est ce qui rend les choses le plus difficile. J'ai envie de lancer une nouvelle réplique cinglante, mais son regard m'en empêche et je reste muette, à devoir l'écouter sans pouvoir répondre. Parce qu'il me faut quelques minutes, encore, pour me reprendre et être capable de lui sortir quelque chose de cohérent. Je l'adorais, Rhys, mais c'est du passé. C'était une amitié que je croyais faite pour durer et donc un coup dur à encaisser quand j'ai compris que mes sentiments n'étaient pas réciproques. Mais s'ils ne l'étaient pas, serait-il quand même en train de me tenir la jambe dans cette aile de l'hôpital ? Tout se bouscule dans ma tête et je me contente de secouer la tête, ne tenant pas spécialement à lui rétorquer quoi que ce soit.
Sans le moindre remord et sans ciller, je fais comprendre au Gallois qu'il n'a plus l'âge d'espérer et ce qu'il me répond me déstabilise. Il n'est jamais trop tard. En temps normal, c'est ce genre de pensées que j'adopte. C'est même pour cette raison que nous étions si proches dans le passé, parce que nous partagions des valeurs communes et parce que nous étions indulgents. La seconde chance... J'aime croire que les gens peuvent en faire bon usage. Le paradoxe, c'est que je ne veux pas l'offrir au Blake. Parce que je suis égoïste et parce que je n'ai pas envie de souffrir à nouveau. Pas encore. Pas quand j'ai mis tant de temps à m'en remettre
« Et moi je pense que je veux me protéger du mal que tu m'as fait en mettant les voiles. »
Je termine par avouer le fin fond de mes pensées au jeune homme et c'est comme si un poids disparaissait de mes épaules. Je me sens mieux. Et j'espère qu'il saura se mettre à ma place en comprenant que je n'ajoute pas ce commentaire pour le blesser, mais pour établir un fait.

J'ai comme le sentiment que j'aurais toujours peur qu'il reparte sans donner de nouvelle et c'est pour cette même raison que je n'arrive pas à croire qu'il ne nous méprise pas. Parce que c'est plus simple à encaisser si jamais l'envie de tout plaquer encore une fois le reprend. Alors je hausse les épaules, car pour le moment, nous sommes en effet dans une impasse. Une impasse à laquelle je ne vois pas le moindre espoir. Une impasse sombre et douloureuse. Je le regarde, me perds quelques secondes dans ses yeux à la couleur de l'océan jusqu'à ce qu'il reprenne et que je me vois obligée de secouer la tête.
« Non, bien sûr que je ne t'en veux pas d'essayer de reconstruire ces liens... C'est même très courageux de ta part, je trouve. Ou stupide, qui sait ? La limite est floue. Ce pourquoi je t'en veux, c'est de ne pas avoir fait les efforts plus tôt. Tant pis. Ce qui est fait est fait et tu ne peux pas revenir en arrière. »
Mais malgré tout ce que je peux dire, Rhys n'en démord pas et continue d'en demander un peu plus.
Et je suis fatiguée de lutter. Je suis épuisée de devoir le remettre à sa place et de devoir lui faire comprendre que je ne suis pas prête à lui donner quoi que ce soit. J'abdique. Je sors mon téléphone de ma poche et sans rien ajouter, je le lui tends pour qu'il puisse y taper son numéro de téléphone et conclure cette pesante rencontre. Je ne pense pas l'appeler, ou même reprendre contact avec lui, mais étrangement, je me sens plus humaine en lui accordant cet espoir. Un peu comme si je lui faisais un cadeau alors qu'il n'en est rien. Je reprends mon téléphone, le range à sa place et repose les yeux sur le garçon.
« Je n'ai aucun regret, mais ma conscience me dicte quand même de m'excuser… Pour la gifle. Alors je suis désolée pour t'avoir giflé, mais sache que ça ne représente même pas un centième de la douleur que j'ai ressenti lors de ton absence.  »
Et pourtant, ma main me fait encore mal à cause de la puissance qui l'a animé lorsqu'elle est venue claquer violemment sa joue. Je me recule à nouveau d'un pas, regardant toujours le blond qui reste bien droit, toujours aussi imposant par sa taille et par la tristesse qu'on lit sur son visage. J'ai l'habitude de répondre par la positive à tout ce que l'on peut me demander, pourtant, avec lui, je ne peux pas. Et ça me fend le coeur, un peu. On me demande et je donne. Il me supplie, mais je l'évite. Alors c'est sans être fière de moi que je décide d'être celle qui part, pour une fois.
« On s'est tout dit, je crois. Au revoir, Rhys. »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: High Hopes + Lizzie

Revenir en haut Aller en bas

High Hopes + Lizzie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-