AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

cheap thrills | Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: cheap thrills | Andrew Dim 31 Jan - 21:58



Les fenêtres étaient closes, ne laissant aucun rayon de soleil filtrer à travers les volets fermés. Jetée à même le sol, tel le déchet qu’elle devenait, la jeune droguée sentait le froid morbide enserrer son âme. Elle se terrait pour se protéger et ne perdre la face devant personne pourtant le prénom de la jeune femme perçait parfois la brume opaque qui engourdissait son esprit, provenant de voix inquiètes et familières, du timbre paternel ou d’autres amicaux dont elle n’avait cure en ce moment. Qu’ils aillent tous au diable avec leurs bons sentiments ! Gwen voulait qu’on lui foute la paix, son téléphone vibrait parfois d’ailleurs, sans qu’elle ne s’en soucie, elle n’avait besoin de rien d’autres que de ses cigarettes, de ses pilules colorées et… de musique. Il fallut la volonté farouche d’un ami d’enfance pour la sortir de son aphonie. Il lui proposa de la remettre en selle de meilleure façon, qu’elle cesse de s’enfoncer dans la douleur de la perte de sa mère (pauvre idiot qui ne savait pas les mensonges qui habitaient ses sens). Cet ami, bon contact du gérant du Three Mariners, organisa une soirée-concert au pub qui ne pouvait pas refuser après avoir assisté à la fameuse performance qu’elle avait fourni avec Nate quelques semaines auparavant, que ce soit juste à eux deux ou lors de ce concert caritatif qui avait pas mal rapporté. Revenir à la réalité ravivait les douleurs et les déceptions de Gwen, les sensations la tuaient, combattaient son profond désir d’anesthésie, et pourtant, elle n’avait d’autres choix que de se relever pour donner le change. Elle savait ce qui l’attendait, elle devrait bientôt rentrer à Londres pour garder ses mensonges en vie, rester quelques semaines là-bas pour mieux revenir, prétextant que sa famille lui manquait mais elle n’y parvenait tout simplement pas encore. Elle était tel le cadavre ambulant d’une asociale, enfermée dans sa chambre, qui malgré son état de déchéance autant physique que mentale, tentait de se reprendre. Les larmes avaient glissé sur sa peau de marbre, pourtant, elle ne laisserait personne entrer et voir la prison de sa douleur intérieure, les perles salées n’avaient jamais glissé en présence d’un autre. « Elle est morte… » Ne cessait-elle de répéter aux rares êtres qui osaient encore s’aventurer dans sa chambre, comme pour justifier cet état lamentable dans lequel elle se mettait. Son père, tellement éprouvé par la souffrance de sa fille, n’avait plus osé toucher une seule des affaires de sa femme depuis leur violente dispute à ce sujet. Gwen s’en voulait parfois, ayant l’impression de sur-réagir, mais elle n’arrivait pas à contenir sa colère et sa tristesse, ne cachant à sa famille que ses états de déchéances les plus avancés. Et puis à la veille de ce jour où le fameux concert était prévu (il avait été organisé la semaine d’avant), elle se releva une nouvelle fois et prit appui sur les falaises escarpées de son existence. Elle n’avait pas grand-chose à prouver, au contraire, il était temps de crédibiliser un peu plus son talent, entre ces deux amours qui lui restaient, aussi dangereux l’un que l’autre, le premier, chimique et enivrant, capable de lui faire oublier le monde et de la bousiller complètement, le second était bien trop séduisant pour n’être qu’humain, sa passion musicale frôlait la perfection d’une rose, à l’instar de celle-ci, elle était aussi magnifique que violente pour Gwen. Les deux allants de pairs dans son monde londonien, elle n’avait pas encore trouvé le moyen de lutter contre, sauf en restant à Tenby… où elle ne pourrait maintenir ses mensonges longtemps sans retourner là-bas. Ces derniers jours, elle s’était perdue. La chanteuse avait besoin de sortir et de voir du monde, puisant dans la solitude qu’elle avait retrouvé ces derniers temps, la force d’affronter l’extérieur pour de nouveaux jours. Elle attrapa son téléphone et envoya un message à la personne qu’elle avait envie de voir ce soir, elle lui avait lancé l’idée de venir la voir une fois à l’une de ses représentations, c’était peut-être l’occasion de retrouver un esprit léger et de s’éloigner de toutes ces absurdités qu’elle s’infligeait. Elle n’était pas venue à Tenby pour ramener ses démons londoniens avec elle, bien au contraire. Le destinataire du message en question n’était autre qu’Andrew, le beau mécano qui l’avait dépanné avec sa voiture quelques jours après son arrivée… D’après les ragots dans cette ville où la rumeur était  un met très apprécié, ils se ressemblaient peut-être plus qu’elle ne l’aurait cru au premier abord, mais inutile de le souligner pour le moment. Gwen arriva avec un peu d’avance au pub et prit ses marques, une bouteille d’eau fraîche entre les mains, parce que quand elle chantait plusieurs morceaux, elle préférait en général préserver ses cordes vocales. Elle prit possession de la scène et les quelques instruments autour d’elle furent mis en place, entourée qu’elle était de son ami d’enfance, celui qui l’avait sortie de sa chambre et qui avait fait partie de son groupe au lycée, et suivait un troisième, lui aussi anciennement de son groupe à l’époque, pour compléter le trio. Ils étaient quatre par le passé, mais la deuxième fille du groupe était trop occupée par ses études et n’avait pas pu faire le déplacement. Qu’à cela ne tienne, Gwen comptait passer un bon moment. Elle chercha du regard le brun dans la salle, alors que le concert allait commencer mais ne l’aperçut pas. Il avait peut-être eu un empêchement. Peu importe, la métisse se glissait déjà dans sa bulle. Elle fit quelques vocalises de son côté, puis se rapprocha du micro et commença à chanter le premier morceau. Sa voix, d’abord lente et douce, trouva vite un rythme plus intense et puissant, qui prenait aux tripes et transperçait tous ceux présents. C’était comme si toute la colère accumulée s’évanouissait au travers de sa voix.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Ven 5 Fév - 19:36

The mixture hits you hard
Don't get that sinking feeling, don't fall apart
Some out of tune guitar
Soundtrack to disaster

On dit des choses, on fait des promesses, on avoue, on ment, on pense à voix haute, on parle sans vraiment y croire... On se perd. Je ne sais pas si Gwen Martins est sérieuse quand elle me propose de venir la voir jouer à l'occasion. Je ne comprends pas la musique, mais pourquoi pas ? L'ouverture d'esprit ne peut pas me faire de mal, je crois. Cela n'empêche que même si elle avait évoqué l'idée, je ne pensais pas qu'elle le ferait. Je ne la connais que très peu, pourtant, envisager de passer une soirée avec elle ne me déplaît pas, même si je passerais la soirée à la regarder jouer alors que de mon côté je serais en train de siroter un verre hors de prix. Et puis finalement, je comprends que la Galloise était sérieuse. Ce n'était pas une invitation en l'air. Je regarde mon téléphone et je réponds de façon laconique. "Je serai là." Sans plus de cérémonie, ma soirée lui est réservée et je ne m'en préoccupe pas plus que cela. Je ne me préoccupe jamais de rien, sauf de ma vengeance faut croire.
A l'atelier, je repose mon téléphone et je reprends le travail aux côtés d'Evie, pensant encore et encore que si elle me connaissait vraiment, si elle savait tout ce que j'ai fait, je la répugnerais. En fait, je dois répugner tout le monde si j'en crois les rumeurs qui circulent dans la bourgade. De toute façon, elle, elle s'en fou des rumeurs, elle me l'a déjà fait comprendre et j'avoue que mon estime pour elle a considérablement grimpé ce jour là. Je m'entends bien avec la métisse, et ce n'est pas qu'une façade, je crois. C'est réel. C'est réciproque aussi, on dirait.
Je me remets au travail, je change les pneus pour des pneus d'hiver alors qu'il ne neige même pas... Les gens ont trop de thunes, ici. Les gens sont riches à Tenby. Bien loin de cette pauvreté des quartiers de Londres dans lesquels j'ai passé une bonne partie de ma vie. Ensuite, j'ai l'impression d'être un chirurgien alors que je passe sous une voiture pour y réparer quelques bricoles. Du sale boulot, c'est sûr, mais du boulot qui rapporte quand même. Et quand on a un casier judiciaire aussi long que le mien, on ne peut pas faire la fine bouche. On prend ce qui passe, on prend les job où on veut bien de nous. Alors j'enchaîne avec Evie, et la journée poursuit son cours jusqu'à ce que le soleil vienne se coucher.

Je rentre chez moi, satisfait de cette journée accomplie, mais aussi un peu amusé à l'idée d'aller voir un concert alors que je ne suis pas mélomane pour un sous. Ca change mes horizons au moins, ça change de cette routine que j'avais instauré depuis quelques temps déjà, et je sais d'avance que j'aurais de la bonne compagnie. D'autant plus que je suis intrigué de voir Gwen comme cette artiste qu'elle prétend être. Pas que je doute d'elle, simplement que je n'ai jamais côtoyé de musiciens. Ils sont trop intellectuels. Alors je passe sous une douche rapide pour effacer cette journée de travail et je repars. Direction, le pub. Je connais. Je connais très bien, même. Alors sans prendre la voiture, je me mets en route pour le Three Mariners. Est-ce que j'ai soudainement une conscience - boire ou conduire, il faut choisir - ? Certainement pas. Simplement que le trajet est trop court pour être fait en voiture. Cela dit, c'est à cause de ce sacrifice que j'arrive en retard. Déjà, quand je franchis les portes en ce début de soirée, la musique joue. Je reste un petit moment près de l'entrée, regardant la scène à distance, un petit sourire aux lèvres. Elle a l'air d'aimer ça, la scène. Et ça lui réussi bien. Je ne sais pas ce que j'ai loupé, mais j'aime bien ce que j'entends. Et quand ça s'arrête, je ne me gêne pas pour applaudir. Une nouvelle chanson débute et j'en profite pour m'installer au bar et commander une pinte de bière. Enfin dans un rayon de lumière, Gwen peut probablement m'apercevoir et quand son regard croise le mien, je me contente d'un hochement de tête en guise de salutations. C'est simple. Mais qu'est-ce que je peux faire de plus alors qu'elle est sur scène ? Je l'écoute, pour la première fois attentif à de la musique et je bois quelques gorgée de ma chope. Puis ça se termine, et elle descend de la petite estrade sous quelques applaudissements. Elle vient vers moi, sur le tabouret voisin et avant qu'elle ne s'installe je lui commande un verre de gin Hendrick's.
« Bravo pour le concert. T'es douée. »
 
Que je commence en tout sincérité. Son verre glisse sur le comptoir et je la regarde en souriant légèrement.
« J'ai pris la liberté de te commander à boire. Je ne sais pas pourquoi, je me suis dis que tu devais aimer. »
 

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Sam 20 Fév - 10:27


« Garde ta putain de morale pour toi. » Voilà comment Gwen avait répondu à son père lorsque celui-ci était entré dans sa chambre quelques jours auparavant pour essayer de la sermonner sur sa façon de vivre la perte de sa mère. Toujours persuadé de son succès à Londres, il avait tenté de la convaincre de rentrer dans la capitale anglaise, afin de ne pas réduire à néant tous les efforts qu’elle avait déjà réalisé pour en arriver où elle en était, cependant il ignorait que sa fille en était tout simplement au point mort et que la forcer à retourner là-bas la conduirait à sombrer définitivement. Gwen tirait sur la corde de la durée pour rester à Tenby, or deux mois s’étaient écoulés et son père était le premier qui commençait à se poser sérieusement des questions, surtout parce qu’il avait eu l’occasion de voir la chanteuse se renfermer et mener une vie qui ne semblait pas des plus saines. Il sentait que quelque chose n’allait pas, mais coincée dans son mensonge, Gwen refusait de s’ouvrir à lui et le repoussait chaque fois aussi violemment qu’elle venait de le faire. Elle n’avait pas envie d’entendre que ses réactions n’étaient pas les meilleures qui soient. Dans ces moments-là, la jeune femme se renfermait davantage et remballait sèchement quiconque essayait de lui donner des leçons sur sa façon d’agir ou de se comporter. Heureusement, la jolie métisse n’était pas sans projets à Tenby, ce qui justifiait sa présence prolongée mais ne tarderait sûrement pas à soulever des questions par rapport à son album en préparation. Elle avait servi l’excuse d’un stand-by étant donné les circonstances, cependant les gens ne seraient pas dupes longtemps : aucun label de musique n’attendait un artiste indéfiniment, et c’est là que son imagination avait repris le dessus pour pouvoir justifier de façon crédible le fait qu’elle prolonge son séjour à Tenby. Elle avait une autre raison en apparence valable, que personne ne remettrait en question lorsque Gwen l’exposerait, en temps voulu. Après cette altercation entre son père et elle, ils étaient restés plusieurs jours sans parler. Cette sortie tombait donc à point nommé, d’autant que retrouver la scène lui changeait particulièrement bien les idées. Au bout de deux titres, elle aperçut alors Andrew et lui adressa un regard complice avant de continuer la performance. Sa voix transperçait les auditeurs d’émotions fortes et diverses, c’était comme si elle arrivait, dans l’interprétation seule, à retransmettre tout ce qu’elle ressentait et à le déteindre sur les autres. Gwen était douée pour véhiculer des sensations musicales, elle ne savait juste pas toujours comment mettre en valeur ce point fort. Ce soir pourtant, le tout sortait spontanément de ses cordes vocales, déliant tout ce qui couvait au fond d’elle, même si elle ne montrait évidemment pas les mauvais côtés outre-mesure. À la fin du mini-concert, la métisse quitta la scène du pub sous les applaudissements et rejoignit son compagnon de soirée près du comptoir du bar. Andrew la gratifia d’un compliment sur ce qu’il venait de voir, elle devina la sincérité dans sa voix. « Merci, contente que ça t’ait plu. » Répondit-elle dans un sourire engageant. L’essentiel était qu’il ait passé un bon moment, après tout, elle le connaissait à peine et ignorait s’il apprécierait ou non en lui ayant proposé de la rejoindre ce soir. À peine fut-elle installée, qu’Andrew lui expliqua avoir déjà commandé pour elle. Gwen esquissa un nouveau sourire, légèrement espiègle cette fois. « J’allais dire, à toi de me surprendre maintenant, mais tu viens de le faire. Très bon choix. » Elle devinait le contenu pour en avoir déjà bu, la boisson lui rafraîchirait les idées et surtout la gorge. « Aux imprévus de cette soirée. » Lança-t-elle en trinquant son verre contre le sien, c’était surtout le moment d’apprendre à le connaître davantage qu’au bord de la route, à changer un pneu de la voiture de son père et la lui réparer en deux en trois mouvements, ou bien que sur base des rumeurs qu’elle n’écoutait pas vraiment. Il avait l’air de venir souvent au Three Mariners. Certes, les pubs n’étaient pas légion à Tenby et chaque habitant avait vite fait le tour des commerces locaux, néanmoins, Andrew dégageait l’assurance de celui qui se sentait chez lui ici, celui qui connaissait plus que bien les lieux. Gwen s’alluma une cigarette, interdite dans les endroits publics, mais tout le monde s’en foutait comme de l’an quarante ici tout comme elle se fichait des règles établies. Elle tendit le paquet au mécano et tira un coup, la fumée s’invita entre eux, floutant l’espace quelques secondes. « Pour une fois que je ne te vois pas couvert de cambouis… » Souffla-t-elle en souriant. La chanteuse laissa délibérément sa phrase en suspens, libre à lui d’imaginer la suite ou non. Elle s’était toujours demandée comment on pouvait finir dans ce trou à rat de Tenby quand on n’y avait pas grandi, c’était un bled tellement tranquille qu’elle s’interrogeait parfois sur les motivations des gens à venir s’installer ici. Dans le cas d’Andrew, la question restait ouverte. Il ne serait pas venu pour trouver un travail miséreux qu’il aurait tout aussi bien pu trouver à Londres. Pour de la famille ? En un coup d’œil, elle pouvait lire qu’il n’avait pas spécialement une attache particulière à ce niveau-là. Pour une femme peut-être. Elle creuserait. Ou pas en fait, peut-être qu’il avait juste envie qu’on lui foute la paix, comme elle. À voir si le sujet viendrait sur la table. Gwen attrapa son verre et but une nouvelle gorgée, elle n’en disait pas trop pour le moment, préférant laisser venir que de trop s’engager, c’était une bonne façon de jauger.


_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Sam 20 Fév - 17:50

The mixture hits you hard
Don't get that sinking feeling, don't fall apart
Some out of tune guitar
Soundtrack to disaster

C'est impressionnant à quel point les gens se laissent transporter par la musique. J'aimerais bien, aussi. J'aimerais bien me laisser aller et arrêter de penser pendant quelques minutes. Quelques secondes, même. Parce que dès que je ferme les yeux, les mêmes images s'imposent dans mon esprit. Toujours les mêmes. Je reste bloqué dans cette époque pourtant lointaine et déplaisante. Je pense aux passages à tabac dans les cellules alors que je m'étais pris pour un dur tout au long de mon adolescence. Je regarde Gwen sur la scène, se donnant à fond, communiquant son amour pour la musique au reste du public et je me dis qu'à son âge, moi, j'étais encore en prison. Qui sait, peut-être que j'aurais pu moi aussi me trouver une passion pour la musique quand j'avais vingt ans, et puis, j'aurais pu l'exprimer dans des concerts comme la demoiselle le fait si bien. Mais non. Il a fallu que je me fasse emprisonner et que la moitié de ma vingtaine me soit retirée. Au lieu de cela, je baissais les yeux pour ne pas me faire tabasser et finir à l'infirmerie dans un état lamentable. J'étais qu'un mec comme les autres, mais être un mec comme les autres en prison, ça n'est pas un pass pour avoir de la tranquillité, surtout quand on vient à apprendre que si tu es là, c'est à cause d'une femme. Alors il faut bien se faire punir pour avoir été humilié par une meuf. Il faut se faire rappeler que tomber amoureux, ça n'apporte que des emmerdes. Pourtant, quand on regarde aux alentours, on ne dirait pas. Quand je vois Gwen, je ne me dis pas qu'elle ne peut apporter que de mauvaises choses, mais encore une fois, c'est aussi ce que je pensais avec Jean, à l'époque.
Elle vient s'installer à mes côtés et elle découvre le verre de gin que je viens de lui commander. Elle sourit et elle a l'air d'apprécier le geste tout comme elle a l'air d'apprécier l'alcool que j'ai choisi. De mieux en mieux.  Ma chope de bière est déjà bien entamée, mais ça ne nous empêche pas de trinquer, les yeux dans les yeux.
« Aux imprévus. » Que j'ajoute à sa suite. « Et à ta performance, quand même. D'ailleurs, désolé  pour le retard. »
 
Même si je n'ai pas été aussi transporté par la musique que les autres personnes présentes dans le pub, ce n'est pas une raison pour oublier qu'elle a animé les lieux pendant un temps et qu'elle mérite des félicitations.
Détendue et ne se souciant pas un instant du règlement, la Galloise sort un paquet de cigarettes puis me le tend et c'est avec la même désinvolture que j'accepte la proposition, tirant une cigarette du paquet en remerciant la demoiselle avant de me l'allumer. Ca fait du bien, de fumer. Encore plus quand c'est interdit. Parce qu'il ne faut pas se leurrer, l'interdit rend toujours les choses meilleures… Ce n'est pas pour rien que j'ai refait un petit séjour de trois jours en garde à vue quelques mois plus tôt.
La remarque de la métisse me fait sourire et je ne peux empêcher un petit coup d'oeil en direction de mes bras qui en effet, ne sont pas couverts de crasses automobiles, pour une fois. Mais tant qu'à faire, je préfère les salissures causées par mon boulot que l'odeur de friture de ceux qui travaillent dans les fast-food.
« Ouais, t'as vu. Ca change. »
 
J'aurais pu lui demander ce qu'elle en pense, j'y ai même songé, mais comme je ne suis pas à la recherche de compliments, je m'abstiens, préférant rester dans la sobriété. Nous sommes vites entourés d'un nuage de fumée, mais toujours, personne ne nous dit rien et je laisse la cendre tomber dans une petite coupelle vide qui traine sur le comptoir et qui à la base était remplie de cacahuètes.
Je troque la cigarette pour une gorgée de bière puis je regarde la jeune femme, très belle sous cette lumière tamisée.
« Tu sais, Gwen, si je veux être honnête avec toi, j'ai été un peu étonné de recevoir ton message. Mais ça fait plaisir de voir que des gens ne disent pas que des paroles en l'air. Alors merci, c'est sympa. »
 
Parce que les gens vrais ici sont tellement rares, je ne me gêne pas pour dire que j'apprécie le comportement de la métisse.
« Alors, dis moi, toi qui es native d'ici… Ca a toujours été comme… comme ça, ce patelin ?  »
 

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Dim 21 Fév - 21:10


Gwen releva les yeux vers Andrew. Le jeune homme était difficilement déchiffrable, pourtant elle ressentait de la force qui émanait de lui, une force de caractère qui lui forçait le respect. Rien qu’à son regard, la chanteuse devinait qu’il en avait vécu des galères et elle pouvait se retrouver dans cette existence pour avoir traversé de son côté de très mauvaises périodes ces dernières années qui l’avaient elle-même forgée. Elle était loin la petite adolescente naïve qui ne réagissait pas au quart de tour quand on lui parlait de travers ou qu’on lui manquait de respect. Aujourd’hui, rares étaient encore ceux qui osaient s’aventurer sur une pente dangereuse avec elle sans en connaître les conséquences. Au fil des années, Gwen s’était posé la question suivante à de nombreuses reprises : à quoi bon prendre le risque de s’attacher ? Les gens finissaient tous par décevoir ou trahir, un jour ou l’autre. Certains, préféraient rester aveugles, attendant que cette affection profonde donnée à quelqu’un revienne leur éclater en plein visage, d’autres restaient les yeux grands ouverts, sachant ce qui les attendait au tournant. Mais souvent, dans ce monde peuplé de gens qui avaient perdu toute fois en leur vie comme Andrew et Gwen à certains stades de la leur, il existait des moments qui valaient la peine d’être retenus, des moments d’exception, de ceux qui avaient poussé la métisse à s’accrocher par exemple. Parce que même si s’attacher était prendre le risque d’être blessé, personne ne pouvait vivre dans la solitude et se suffire à lui-même. En une seconde de réflexion, c’était cette étincelle qu’elle était parvenue à lire dans le regard d’Andrew. Ils avaient tous les deux traversés des galères et s’en étaient relevés, tant bien que mal. Et plutôt que de lui poser des questions indélicates, Gwen comptait simplement lui faire passer une soirée d’exception, lui changer les idées, et elle avait déjà toute une multitude d’astuce pour y parvenir. C’était comme si elle se sentait motivée par ce but ce soir alors qu’ils se connaissaient à peine, parce qu’elle pouvait facilement se retrouver en quelqu’un aussi blessé qu’elle. La métisse sortit de ses pensées et trinqua en même temps que lui à cette soirée bel et bien imprévue. « L’essentiel  c’est que tu sois venu. » Elle le gratifia ensuite d’un commentaire positif sur son apparence mais laissa délibérément sa phrase en suspens pour le laisser mariner un peu sur le fond de sa pensée, Gwen ne se dévoilait pas aussi facilement que cela finalement, à l’instar du mécano. Alors qu’elle buvait une nouvelle gorgée du gin, il s’ouvrit enfin quelque peu à elle et lui fit part de sa surprise lorsqu’elle l’avait concrètement invité à le rejoindre. Il est vrai que même si elle mentait sur sa vie londonienne, la métisse était en réalité une fille très directe et qui ne mettait quasiment aucun filtre sur ce qu’elle pensait, en plus de tenir ses promesses. Si elle proposait quelque chose, en général, ce n’était pas en l’air, comme l’avait formulé Andrew. « Et merci à toi d’être venu. Ce n’était visiblement pas en l’air non plus. » Répondit-elle tout aussi sérieuse. Il lui demanda alors quelques détails sur Tenby. « Aussi loin que je me souvienne, ça a toujours été comme ça oui. Bien sûr, les mentalités ont évolué avec la société d’aujourd’hui, mais les gens ont toujours su ce qui se passait dans la vie des autres ou cru le savoir. Les rumeurs ne sont pas une nouveauté, c’est ce qui se passe dans les petits villages. C’est sûr qu’à Londres, c’est différent. » Résuma Gwen sa pensée. Elle savait très bien ce qu’il entendait par des patelins comme ça. « Rappelle-moi, ça fait combien de temps que tu es arrivé ici exactement ? » Lui demanda-t-elle. Cette question restait suffisamment neutre pour ne pas l’embarrasser sur ce qu’il espérait éviter, la chanteuse n’était pas dupe. Elle tira quelques coups sur la cigarette qu’elle avait allumée quelques minutes plus tôt lorsqu’une idée lui traversa l’esprit, histoire de détendre un peu plus l’atmosphère et de le mettre plus à l’aise dans le fait de se découvrir davantage. « Tu connais le principe du « je bois, je ne bois pas » je présume ? » C’était peut-être léger comme jeu, surtout pour des jeunes de leur âge, qui n’étaient plus au lycée, mais Gwen n’avait cure des conventions, ça l’amusait, point. En plus, ils auraient un bon prétexte pour boire autant qu’ils le voudraient. « Eh bien, première question. As-tu déjà cassé gratuitement quelque chose qui appartenait à quelqu’un juste parce que tu ne l’aimais pas et qu’il t’emmerdait ? » La jolie métisse commençait vraiment sur un sujet léger, bien sûr, elle but une gorgée de sa boisson et dévoilait un trait assez impulsif de sa personnalité. « Si on boit, on explicite, sinon ce ne serait pas drôle. Pour moi, c’était la guitare d’un artiste imbu de lui-même à Londres et qui m’agaçait particulièrement, ça l’a calmé direct. » S’il buvait, il devrait donner quelques détails supplémentaires aussi. « À ton tour de poser une question. » Poursuivit ensuite la métisse.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Dim 21 Fév - 23:02

The mixture hits you hard
Don't get that sinking feeling, don't fall apart
Some out of tune guitar
Soundtrack to disaster

Je suis content d'être là, ce soir, avec Gwen. J'ai beau passé du temps dans ce pub, ce n'est jamais dans cette ambiance là. En général, quand je sais qu'il y a des représentations musicales ou simplement des scènes ouvertes, je mets les voiles. Parce que ce genre d'événements, surtout dans un village comme Tenby, ça attire les gens. Et même si je suis un citadin dans l'âme, je n'ai pas envie de me retrouver entouré par des gens que je ne connais pas, à échanger sur la pluie et le beau temps. Ca ne sert à rien, ça. A quoi bon faire la conversation si c'est pour établir une vérité générale et dire que la météo du Pays de Galles est merdique ? C'est inutile. Et c'est dans ces moments là qu'on se rend compte que les gens sont vides. Ils parlent de sujets communs pour éviter d'évoquer leurs jardins secrets, et je comprends ça. Je le respecte, même. Mais si je ne veux pas parler, je ferme ma gueule, et c'est tout. C'est pourtant pas si compliqué. Et avec la jeune femme, c'est différent. Je ne me force pas à parler. Elle n'est pas d'un naturel chaleureux, on dirait, pourtant, il y a ce petit je ne sais quoi qui émane d'elle. Alors on discute et je réalise que oui, je suis content d'être ici. Et mieux encore, je passe un agréable moment en sa compagnie.
Elle me remercie d'être là et je hoche la tête comme pour lui dire que c'est normal. Je ne suis peut-être pas le type le plus honnête qui soit, c'est même prouvé, mais quand on fait des efforts, j'en fais aussi.
Alors, quand je demande à la demoiselle son avis sur la populace de Tenby, je ne suis qu'à moitié surpris par sa réponse. Evidemment. La société a peut-être évolué, pourtant, nous sommes toujours rangés dans des boites. Heureusement qu'on ne s'en sens pas concerné. Ou du moins, j'ai essayé au début. J'ai essayé de m'intégrer, de paraître le petit ami idéal de Penny Collins, prêt à être père… Mais j'ai lamentablement échoué et maintenant les gens savent qui je suis. Ils ne le savent pas vraiment, en fait. Parce que ce qu'il savent déjà ne leur donne pas envie de découvrir le reste et je ne peux pas les en blâmer.
« Ca fait… Bordel, ça fait deux ans que je suis là. » Je le réalise en le disant, et sous le choc, je reprends une gorgée de bière.
 
Et il s'en est passé en deux ans, mais le verdict qui est tombé est simple : je ne suis pas quelqu'un de fréquentable. Et ça me va.
Gwen reprend la parole et j'arque un sourcil à sa demande, dubitatif dans un premier temps, mais j'acquiesce pour lui faire part de mon consentement au jeu. Cela faisait longtemps que je n'avais pas joué à un jeu pour boire de l'alcool, mais l'idée me plait et je ne peux réprimer un petit rire à la première question de la jeune femme.
Alors je suis le mouvement et je bois à mon tour pour lui faire comprendre qu'en effet, j'ai déjà cassé gratuitement quelque chose.
« Je n'ai absolument aucun mal à t'imaginer en plus. »
 
Cependant, je ne sais pas encore si je dois être honnête avec elle car si j'en viens à lui dire la vérité, il y a fort à parier qu'elle tourne les talons sans même dire au revoir. Parce que les problèmes de violence sont plutôt récurrents chez moi et on peut notamment noter le jour où j'ai saccagé l'intérieur de la boutique de Jean, puis sa vitrine… Et évidemment, il y a également ce jour où j'ai massacré la voiture de la Collins à coups de batte de cricket alors qu'elle était à l'intérieur. Je souris, un peu gêné, parce que clairement, je ne peux pas lui dévoiler la vérité de but en blanc, et j'essaye de modérer mes actions et par conséquent, mes propos.
« Disons que j'ai eu quelques problèmes d'impulsivité par le passé et… un jour… J'ai fracturé une vitrine. J'avais les nerfs contre la proprio. » Inutile de préciser qu'il s'agissait de mon ex.
 
L'avantage avec Gwen, c'est que je n'ai pas l'impression qu'elle juge. Ou du moins, elle garde son avis pour elle et ça, c'est quelque chose que j'apprécie énormément.
Comme c'est à mon tour de poser une question, j'y réfléchis quelques secondes avant de me lancer, un fin sourire collé aux lèvres.
« Alors, Gwen, as-tu déjà menti pour t'intégrer ? » sans trop attendre, je remonte ma chope jusqu'à mes lèvres pour boire. « Quand je suis arrivé ici, j'ai voulu faire croire que je venais de la City, mais mon accent chav m'a vite rattrapé. »
 

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Lun 22 Fév - 20:02


La cigarette calma la nervosité que Gwen ressentait face au manque de ses doses, elle devenait de plus en plus dépendante à ces crasses mais elle avait essayé de rester clean aujourd’hui pour assurer pendant le concert. La jolie métisse releva ensuite les yeux vers Andrew, pour soutenir son regard et tenter de mener une conversation des plus normales. Son charme lui coupait le souffle, envoyant au travers de son corps un étrange sentiment intense et tortueux. Une partie d’elle se retrouvait en lui, d’une certaine façon, elle n’aurait su dire à quel niveau exactement. Ses terminaisons nerveuses semblaient prendre feu, lui arrachant même la possibilité d'émettre le moindre son pendant quelques secondes. Fermant les yeux, elle tenta d'ignorer le violent mal de crâne qui faisait battre son sang douloureusement aux niveaux de ses tempes et elle rouvrit à nouveau les paupières pour tirer un nouveau coup sur la nicotine, la fumée traversa ses narines faisant disparaître cette soudaine migraine.  Andrew était arrivé deux ans plus tôt à Tenby, raison pour laquelle Gwen ne le connaissait pas encore. « Et tu comptes rester encore longtemps ? » Demanda ensuite la musicienne. Comme elle en était persuadée depuis le début, Andrew semblait être le genre de gars indépendant et sans attaches. Elle ne le voyait pas s’éterniser indéfiniment ici. Histoire de ne pas rendre la discussion trop rébarbative par des questions indélicates, Gwen proposa ensuite un jeu plus ludique lié à la boisson. Elle énoncé une phrase, pour laquelle elle but, puis elle donna quelques détails sur cette anecdote. Andrew pourrait déjà dire que la jeune femme n’était pas le genre de fille qui se laissait emmerder gratuitement. Quant à lui, sans grande surprise, il but une gorgée aussi. Attentive, la métisse écouta son récit. Lui aussi avait eu quelques problèmes pour se contrôler et avait explosé une vitrine parce qu’il avait une dent contre la propriétaire. « Qu’est-ce qu’elle avait fait pour mériter cet accès de colère ? Enfin si tu veux partager bien sûr, on sort du cadre du jeu-là. » Gwen n’allait certainement pas juger quelqu’un sur des actes dont elle ignorait tout, encore moins pour quelque chose qu’elle aurait pu être capable de commettre elle-même. Elle l’invita ensuite à jouer son tour. Mentir pour s’intégrer ? Elle l’avait fait à de multiples reprises et elle n’aurait d’ailleurs aucun mal à lui répondre sur ce point, ça paraissait tellement évident. La jeune femme ne put réprimer un rire lorsqu’il lui avoua ses vains efforts pour essayer de faire croire une absurdité. « Tu l’as toujours je crois. » Lança-t-elle en riant. Petite taquinerie destinée à le piquer au vif, à ce qu’il la relance. Elle répondit ensuite à la question posée en buvant une gorgée de son gin. Ils pourraient bientôt recommander chacun un verre d’ailleurs. « J’ai déjà menti sur mon âge pour intégrer des soirées ou sur qui j’étais pour avoir accès à des coulisses d’artiste que j’appréciais dans l’espoir de les approcher de plus près. » Gwen ne parlait pas d’intégration à long terme pour le premier exemple, quant au second, ce stratagème lui avait permis de faire quelques rencontres dans le milieu de la musique, et même si officieusement, celui-ci n’avait pas encore payé, elle n’en démordrait pas, ça finirait par jouer en sa faveur. Elle commanda une recharge au niveau de leur boisson et réfléchit en même temps à une nouvelle question à poser. Gwen chercha à le sonder silencieusement, elle voulait demander quelque chose qui valait le coup, moins sordide, plus concret, sans pour autant le mettre mal à l’aise. « As-tu déjà terriblement aimé une personne et finit par la perdre ? » Elle but une gorgée, modérément cependant. La métisse s’était déjà attachée à un garçon mais elle n’avait quand même jamais cru que ce serait l’amour de sa vie. « Je suis sortie avec un gars de Tenby pendant deux ans, mais ça s’est fini un peu après que je sois partie à Londres, la distance. On est restés en bons termes cela dit. Et depuis, l’attachement, banzaaiii, ce n’est plus pour moi, enfin ça ne l’a jamais vraiment été en vrai. » Étonnamment, la jeune femme arrivait à parler avec une certaine facilité devant Andrew, elle n’avait pas vraiment besoin de mentir sur ce qu’elle était ou avait vécu, d’autant que chacun choisissait la question qu’il posait et sur laquelle du même coup, ils acceptaient de s’ouvrir de base, hormis celle renvoyée par celui d’en face après. C’était chacun son tour de choisir, donnant donnant, finalement elle appréciait ce petit jeu d’autant plus. Et puis, si elle avait lancé un tel sujet, c’était pour voir si effectivement, Andrew s’était déjà attaché lui aussi.


Spoiler:
 

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Lun 22 Fév - 21:13

The mixture hits you hard
Don't get that sinking feeling, don't fall apart
Some out of tune guitar
Soundtrack to disaster

« Je t'avoue que je n'en ai aucune idée. » lâche-je, un peu pris au dépourvu.
 
Est-ce que je compte rester encore longtemps ? Si je n'en sais rien, c'est parce que tout ne dépend pas de moi. Je suis venu ici dans un premier temps pour retrouver Jean et lui faire payer le prix fort pour sa trahison. Et on peut dire que j'ai plus ou moins réussi ma mission, même si malheureusement, j'ai fait partie des dommages collatéraux. J'ai - ou plutôt Penny, en fait, a exposé mon passé de criminel à toute cette ville et pour faire d'une pierre deux coups, elle a également dévoilé que Jean était ma complice dans cette sombre histoire de braquage. Braquage qui a fait un mort et dont je suis sorti avec une balle dans l'épaule. Alors si ma vengeance a été plus ou moins assouvie, j'ai quand même l'impression qu'il me manque quelque chose. Et ne pas savoir ce que c'est, c'est angoissant. J'aurais dû me sentir mieux. Cette vengeance était censée me sortir de cet état léthargique dans lequel je vis depuis mon emprisonnement, mais non. Loin de là. Ca n'a pas changé grand chose en final. Et ça me terrifie. Alors non, je ne sais pas si je vais rester encore longtemps dans cette petite bourgade. J'ai peut-être trouvé un charme à cette ville et à ses habitants, mais Londres et son anonymat me manquent, malgré tous les mauvais souvenirs qui rodent du côté de Brixton de ses environs.
Gwen propose un petit jeu qui nous permet de boire nos boissons respectives tout en apprenant à nous connaître un peu mieux. Elle est sympathique, l'idée, même si en général je n'ai pas besoin de jouer pour avoir envie de boire mon verre. Et elle entame en posant une question à laquelle je réponds en modérant mes actions. Cependant, quand elle demande à en savoir plus - ce qui est tout à fait légitime - je me retrouve dans l'obligation de lui avouer un peu plus de la vérité. Les yeux plissés au rappel de ce mauvais souvenir, je reprends quand même d'une voix neutre.
« Elle avait couché avec mon coloc. » balance-je de but en blanc avant de préciser. « C'était mon ex, la fille en question. »
 
Encore maintenant, je ne sais pas si Jean avait fait ça volontairement pour me nuire, même si je ne la crois quand même pas capable de s'abaisser à ce genre de choses juste pour me faire du mal. Cependant, l'effet ne s'est pas fait attendre au moment où je les avais surpris. Wade et Jean. Maintenant, la pilule est passée et cette pensée ne me donne plus la nausée, mais il n'empêche que cette vision d'horreur avait été choquante sur le moment.
A mon tour, je pose une question et après avoir bu une gorgée de ma bière, je me lance dans les explications. Je m'esclaffe à la réplique de la métisse et je hoche la tête, comme désabusé par la chose.
« Mais oui ! Et encore, dis toi que je fais des efforts, sinon je crois que tu aurais un peu plus de mal à me comprendre. Des fois, j'ai l'impression d'avoir un accent encore plus merdique que ceux des écossais. »
 
C'est un fait, mais je le vis bien. Même si j'essaye toujours en vain de le cacher, ou du moins de l'atténuer car je ne souhaite pas que quelqu'un se penche sur mon passé et découvre que je ne suis qu'un vulgaire orphelin qui vient des bas quartiers de Londres. On en sait déjà assez sur moi comme ça sans ajouter cette nouvelle (ancienne) donnée. Enfin, vient la réponse de la demoiselle qui boit à son tour et qui explique quelques uns de ses mensonges. Elle est rusée, Gwen, ça se voit directement, alors je ne suis pas vraiment étonnée de sa réponse et c'est amusant de partager ces quelques histoires avec elle. Cependant, quand la demoiselle pose une nouvelle question à son tour, je me retrouve à l'écouter puis à boire à mon tour. En général, j'essaye de ne pas penser à cette période de ma vie. J'étais tellement jeune. C'était il y a tellement longtemps et pourtant, j'y suis resté accroché comme une sangsue.
Et c'est pathétique.
« Une fois. Une fois et ça m'a suffit. Je suis resté avec cette fille pendant quatre ans, mais j'étais qu'un gamin à l'époque. Jusqu'à ce qu'elle me trahisse. J'avais 21 ans quand ça s'est terminé. Je peux te dire que je suis sevré aussi, maintenant. »
 
Je finis en gratifiant Gwen d'un sourire, essayant de ne pas rester sur cette note pesante. Ainsi va la vie et même si je ne sais pas s'il s'agit là des quatre plus belles années de ma vie, ou des pires, je sais que c'est une erreur que je ne suis pas prêt de refaire. J'écrase le mégot de la cigarette dans la petite coupelle, crache la fumée dans un soupire, puis me retourne vers le barman pour qu'il nous serve une nouvelle rasade de nos poisons.
Quand je me retourne vers la demoiselle, c'est avec une nouvelle idée en tête.
« As-tu déjà fait une connerie tellement énorme que tu le regrettes encore aujourd'hui ? »  
 
Que je demande, pensif, avant de boire une nouvelle gorgée. Néanmoins, je décide de ne pas donner tout de suite des explications à Gwen. Peut-être parce que j'ai envie d'en savoir un peu plus sur elle avant d'être certain de pouvoir lui parler de mon passé tumultueux.  


HJ : Elle était parfaite ta réponse T'en fais pas

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Lun 22 Fév - 22:33


« Peut-être qu’il te faut juste une autre bonne raison que ce qui t’a amené ici en premier lieu. » Répondit Gwen d’un air espiègle quand Andrew précisa n’avoir aucune idée du temps qu’il resterait encore à Tenby. Elle se reprit néanmoins pour ne pas l’induire en erreur dans son intention. Elle aimait son chez elle mais quand on n’était pas de la région, c’était plus difficile de se poser à plus long terme ici. « Enfin, si tu as l’occasion de décamper d’ici, n’hésite pas. On tourne vite en rond dans ce coin perdu, raison pour laquelle je suis moi-même partie. Je me sens bien ici, malgré la mentalité de certaines personnes, mais Tenby n’est pas vraiment une porte ouverte sur le monde. C’est un village plutôt renfermé sur ce qui se passe à l’intérieur comme nous en parlions tout à l’heure, mais tu sais déjà tout ça. » La conversation devenait de plus en plus fluide entre les deux jeunes gens, si bien que la métisse osa approfondir certains sujets abordés dans le jeu qu’ils avaient entretemps lancé pour apprendre à mieux se connaître. Andrew lui avait raconté une de ses crises de colères et il accepta de lui donner quelques détails supplémentaires sur les raisons. La fille en question n’était autre que son ex qui avait couché avec son colocataire de l’époque – elle supposait qu’ils ne l’étaient plus. Aïe. Pas très cool mais encore une fois, la chanteuse ne se permettrait pas de juger en l’absence de tous les éléments de l’histoire, des éléments qu’elle ne demanderait pas. « C’est toujours compliqué de se détacher suffisamment de ce qui a été important, et qui l’est peut-être toujours dans ton cas. C’est pour ça que c’est plus facile de ne pas se prendre la tête même si visiblement toi et moi, on n’arrive pas toujours à contrôler nos nerfs. » Essaya-t-elle de conclure sur ce point de façon légère. Au moins, leur impulsivité prouvait qu’ils n’étaient pas entièrement des glaçons indifférents à tout ce qui les entourait. Le mécano et la musicienne plaisantèrent ensuite sur l’accent marqué du jeune homme. Gwen ne rata pas le coche pour le taquiner, il ne put qu’admettre une fois encore sa prononciation particulière. La jeune femme avait tellement côtoyé des accents de tous horizons à Londres qu’elle n’avait aucun mal à le comprendre de son côté. « Tu n’es pas un peu dur avec toi-même là ? Bon d’accord pas tant que ça, mais ça peut rester entre nous. » Gwen esquissa un nouveau sourire et un petit clin d’œil pour accompagner sa réplique devant un Andrew faussement choqué. Elle utilisa ensuite sa carte joker de la question un peu plus concrète, celle sur une relation qui les aurait éventuellement marqué. Elle mentionna son histoire avec Caleb pour sa part tandis qu’Andrew évoqua une femme avec qui il avait partagé sa vie durant quatre années avant qu’elle ne le trahisse. Peut-être s’agissait-il de l’ex dont il lui parlait un peu plus tôt ? Elle était aidée par l’indice donné au début de sa phrase, le une fois qui lui avait suffi, or il avait réagi de façon impulsive pour cette fille qu’il avait évoqué, probablement la même en joignant les deux bouts. Pour le cas précis, Gwen préféra ne pas demander de détails supplémentaires sur la façon dont il avait été trahi, sa question aurait été indélicate, une frontière de trop franchie trop tôt dans une discussion qui commençait à s’installer confortablement et à devenir de plus en plus intéressante. Ils recommandèrent une tournée de verres tandis que Gwen écrasa sa cigarette juste après celle d’Andrew. Le Londonien lui demanda alors si elle avait déjà fait une vraie connerie qu’elle regrettait. Des bêtises… des écarts… elle en avait fait d’innombrables, des faits que père policier ferait mieux de ne jamais apprendre. Son plus grand regret était évidemment de mentir à ses proches sur une liste incalculable de choses mais ses raisons n’en restaient pas moins valables pour certaines d’entre elles, pour la plupart en fait. Gwen ne voyait pas trop quoi répondre à Andrew pour le coup, parce qu’elle n’avait pas vraiment commis d’écarts impardonnables, hormis, encore une fois le mensonge qu’elle regrettait parfois. Alors d’instinct, la métisse préféra saisir l’occasion pour jouer franc-jeu, dans une certaine mesure du moins, et elle répondit assez spontanément au mécano, en buvant une gorgée de gin au préalable puisqu’elle avait choisi de continuer la soirée sur cette boisson en particulier. « Le mensonge. Il y a certaines choses que je garde pour protéger mes proches, pour en couvrir d’autres aussi, et parce que je n’assume pas tous mes côtés non plus. Ce n’est pas une grosse connerie en soi mais ce n’est pas dans mon naturel de mentir. Pour te donner un exemple, difficile de dire à un père flic qui vient de perdre sa femme, ma mère, que sa fille est en réalité une fouille-merde aux addictions diverses qui n’arrête pas de jouer avec les limites légales sur bien des niveaux. Déjà qu’il me rêvait dans une branche style avocate ou ce genre de choses et que je ne suis qu’une « artiste »… Tu vois le genre. Enfin, c’est compliqué, mais pour chaque vérité cachée, j’ai mes raisons. » Première fois qu’elle évoquait sa mère sans manquer de s’effondrer de chagrin, première fois qu’elle semblait si détachée depuis son retour à Tenby. Elle ne lui parla évidemment pas de ses échecs à Londres, il n’avait pas besoin de connaître ces détails-là. Gwen s’était même déjà étonnamment plutôt bien confiée à lui étant donné qu’ils se connaissaient à peine mais elle avait l’intuition que lui aussi en dévoilerait plus que ce qu’il ne l’avait initialement escompté. « Et toi ? » Ajouta-t-elle comme pour l’encourager à se lancer également. La métisse l’écouta d’une oreille attentive, étonnée par ce qu’il racontait, le jeu avait vite pris une tournure plus approfondie et prenante que les premières questions. D’ailleurs, ils continuèrent de s’en poser quelques-unes plus légères par la suite après s’être ouverts assez sérieusement sur deux trois d’entre elles, jusqu’au moment où la métisse eut une autre idée en tête. « En résumé, on peut dire qu’on a tous les deux traversé des périodes bizarres… et qu’il y a des choses auxquelles on préfère éviter de repenser. » Elle marqua une pause avant de continuer sur sa lancée. « Et si on faisait une pause dans ce jeu ? » La musicienne venait d’entendre le début d’une musique sur laquelle elle appréciait particulièrement bouger et autant dire que pour une danseuse comme Gwen, il était impossible de rester en place près du comptoir du bar toute la soirée. Et puis, ils étaient venus pour s’amuser aussi non ? Se changer les idées… pas pour refaire le monde de leur vie toute la soirée. Elle vida donc le verre de son gin qui ne lui serait plus d’utilité pour le jeu dans l’immédiat et elle se leva, commençant à se déhancher sur quelques pas, en reculant. Sa voix s’éleva alors, s’accordant sur les paroles de la musique qui passait en fond. Cheap thrills, de Sia, une artiste écorchée qu’elle aimait particulièrement, elle adorait bouger sur ce son récemment sorti et le thème de la chanson se prêtait bien au contexte. « I don’t need no money; as long as I can feel the beat… I don’t need no money; as long as I can keep dancing. » Chantait-elle en se déhanchant vertigineusement son corps dans des pas élégants et sûrs. Elle se tourna ensuite vers Andrew pour lui faire face à quelques pas de lui et laisser passer quelques paroles avant de reprendre le fil. « Til’ I hit the dancefloor, hit the dancefloor, I got all I need. No I ain’t got cash, I ain’t got cash, but I got you baby… » Joignant le geste aux dernières paroles prononcées, elle l’invita à la rejoindre pour profiter aussi du rythme tout en continuant de danser, elle n’aimait pas spécialement le ‘baby’, mais c’était ainsi que la chanson était écrite et l’intention était la même, Gwen espérait qu’il ne soit pas contre l’idée de bouger un peu et de s’amuser autrement que par la boisson. Elle était tordue, imprévisible, mais surtout naturelle, spontanée dans ses envies. La métisse vivait à fond chaque moment, ne voulant jamais regretter les lendemains de veille prometteuse.

Spoiler:
 

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Mar 23 Fév - 0:14

The mixture hits you hard
Don't get that sinking feeling, don't fall apart
Some out of tune guitar
Soundtrack to disaster

Elle a raison. Il me faudrait une raison. Que ce soit pour rester ou pour partir. C'est bien une raison qui m'a poussé à m'installer ici dans un premier temps, alors je n'ai plus qu'à trouver cette raison. Faire un projet ? Non, ce sont les gens ambitieux qui font des projets et ils se donnent les moyens d'y arriver. Quand je vois la gueule de mes projets à moi, je comprends que je ne suis pas fait pour entreprendre quoi que ce soit. Alors peut-être que je vais rester. Parce qu'au moins, les gens savent à quoi s'attendre avec moi. Je n'ai plus à me cacher. Je n'ai pas à faire semblant d'être un autre.
Les mots de Gwen résonnent dans mon esprit, surtout quand elle dit que c'est difficile de se détacher de ce qui a été important. Encore une fois, elle a raison et je hoche la tête sans pour autant la regarder. Je n'ai jamais réussi à me détacher de Jean. Jamais. Et je ne sais pas si un jour j'en serais capable. J'ai beau ne plus ressentir d'amour pour la brune, ce n'est pas pour autant que j'arrive à la laisser partir. Parce qu'elle m'a volé ma vie, je veux voler la sienne. Je veux avoir un contrôle sur la sienne. Je veux lui rendre la monnaie de sa pièce.
« Ouais. Contrôler ses nerfs, on a du boulot, je suppose. » dis-je en souriant bien qu'en le pensant sérieusement.
 
Et puis vient le tour d'une nouvelle question. Une connerie tellement grosse qu'on la regrette encore à présent. Moi j'en ai une. C'est la connerie qui a bouleversé ma vie et qui m'empêche d'aller de l'avant depuis presque dix ans maintenant. Je stagne, à cause d'elle ; J'ai vécu l'Enfer, à cause d'elle ; Je dois apprendre à me reconstruire, à cause d'elle. Mais avant de me lancer dans les confidences, je laisse la parole à la jeune Galloise. Elle paraît hésiter, mais boit quand même une gorgée d'alcool, ce qui veut tout dire. Et puis, elle se lance et je l'écoute attentivement. Ce jeu est en effet un bon moyen de découvrir les autres. Et peut-être que l'alcool joue également dans le processus étant donné qu'il déshinibe et nous fait parler plus facilement. Alors j'en apprends davantage sur la chanteuse et j'aime bien ce que je vois. Elle est humaine. Elle fait des erreurs, mais elle continue d'avancer. Pour ceux qu'elle aime. C'est beau. C'est beau qu'elle se donne du mal pour ne pas blesser ceux qui tiennent à elle. Parce qu'elle sait qu'elle a la chance d'avoir quelqu'un qui tient à elle, et elle ne veut pas les décevoir ; C'est le genre de relation qui donne envie de se donner à quelqu'un, un peu. Elle regrette son mensonge, mais elle n'a pas le choix. Parce que la vérité, elle blesse aussi. Elle est vicieuse et elle peut créer des problèmes. Alors même si elle regrette, elle sait que c'est la meilleure solution pour poursuivre. Pour avancer. Et je respecte ça. Je reste silencieux à ses aveux, et quand elle me retourne la question, c'est à mon tour de me dévoiler.
« Je ne suis pas du genre à regretter quoi que ce soit, mais quand je vois là où ça m'a mené, je t'assure que je ferais les choses différemment, si j'en avais l'occasion. T'as sûrement dû en entendre parler… Ce n'est plus un secret ici, en fait. J'ai… J'ai tenté de braquer une bijouterie, à Londres. Mais encore une fois, j'étais jeune et con. »
 
En général, je n'en parle jamais avec autant de facilité, mais depuis que Penny a fait son scandale au restaurant en dévoilant tous mes secrets, je me dis que je n'ai plus rien à craindre. Gwen n'a pas froid aux yeux, je le sens. Je connais ce regard qu'elle arbore et je sais qu'elle n'est pas facilement impressionnable. De toute façon, je n'essaye même pas de l'impressionner. Si c'était ce que je voulais, je commencerais par ne pas raconter mes plus grands regrets. Je hausse les épaules et j'acquiesce au résumé qu'elle nous offre. C'est ça. C'est totalement ça. La musicienne propose une pause dans le jeu et à nouveau, j'acquiesce pour lui signifier que je suis d'accord. Visiblement, elle a de nouveaux plans en tête et je suis intrigué de savoir de quoi il s'agit, car si je découvre quelque chose en apprenant à connaître Gwen, c'est bien qu'elle est pleine de surprises.
Je me mords la lèvre inférieure en regardant la belle se relever, commençant à élever sa voix en bougeant sensuellement. Cette fille est gracieuse et pendant un moment, j'ai peur qu'elle m'invite à la suivre pour danser. Je ne suis pas un danseur. Fort heureusement les deux bières que j'ai bu me poussent à sourire quand je comprends que si, elle veut que je la rejoigne. Je lui souris en secouant la tête, incrédule devant ce que cette fille arrive à me faire faire sans même m'y forcer et je me lève à mon tour du tabouret. Je m'approche d'elle, d'abord d'un pas pas particulièrement rythmé, jusqu'à ce que je vienne me positionner derrière elle, contre elle, presque, ne me gênant pas une seule seconde pour venir poser mes mains sur ses hanches qu'elle fait onduler d'une façon terriblement excitante. Au bout de quelques mouvements, je viens me pencher à son oreille pour lui murmurer quelques mots dans un souffle.
« Tu sais chanter, tu sais jouer, tu sais danser… T'as d'autres talents cachés encore ? »
 

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Mar 23 Fév - 22:09


Andrew l’avait vécu, ce sentiment particulier qu’était l’amour. Gwen pouvait le lire dans ses prunelles foncées. L’amour, le vrai, n’était pas tel que l’on se le figurait aux yeux de la société. Magnifique promesse au début, étourdissante sensation de bien-être, source d’un bonheur sans fin, il était ainsi décrit, comme une chance précieuse et rarissime. Et ce mensonge éhonté parcourait le globe, on le rapportait à d’autres, les yeux brillants d’envie, avec un soupçon de jalousie sur le cœur. L’amour n’avait rien de sublime, il démembrait ses victimes et saccageaient leur vie progressivement, après avoir enflammé leurs cœurs, jusqu’à ce qu’il ne reste rien. Cette saloperie de sentiment changeait la vie, mais rarement dans le meilleur, il détruisait bien souvent avec une ardeur maléfique tout ce que l’on s’acharnait à construire, et l’humanité souillée par l’effervescence ses sens en folie le vénérait aveuglément. Andrew avait traversé cette mauvaise période tout comme Gwen mais pas à un niveau amoureux, il existait aussi d’autres formes d’amour qui pouvaient souiller et celui qu’elle portait à sa passion, l’avait autant détruite qu’empêché de sombrer totalement. La conversation dériva sur l’un de leur plus énorme regret et alors que la métisse avait terminé de se confier, elle écouta les aveux d’Andrew sur son passé trouble. Le peu de rumeurs qu’elle avait entendu et auxquelles elle avait préféré ne pas prêter foi à moins de l’entendre de la bouche du principal intéressé, s’avéraient être en partie fondées pour une fois. Il avait tenté de braquer une bijouterie. S’il pouvait réécrire le livre passé, il arracherait quelques pages et l’éditerait différemment mais c’était impossible : l’ouvrage de chaque existence était unique et chaque moment passé était écrit à l’encre indélébile. La barrière inviolable de leurs silences mutuels s’était brisée ce soir et avait ouvert les élans de leur cœur meurtri l’un à l’autre. « Je te rassure, jeunes et cons, nous le sommes toujours. Enfin, juste un peu moins cons et avec quelques années en plus aussi. » Répondit Gwen pour ramener un brin d’humour à leur échange et alléger à nouveau l’atmosphère. Après ces quelques confidences plus sérieuses, elle proposa une trêve dans leur jeu et elle quitta sa place pour commencer à danser sur la piste d’une façon assurée et gracieuse. Les véritables fantômes qui hantaient leur existence n’étaient pas les revenants d’un autre monte mais les démons cachés au fond d’eux, dans tous ces espoirs brisés et déçus. Il était temps d’en créer de nouveaux, des espoirs. Gwen observa l’éclat qui s’était allumé dans les prunelles d’Andrew, un être rencontré par hasard et qui était désormais entré dans sa destinée compromise à Tenby. Un sourire confiant aux lèvres, elle l’invita finalement à la rejoindre. Elle ne savait pas vraiment pour quelle raison elle l’avait invité lui à venir la retrouver ici après son concert, peut-être un bref apaisement à ce manque douloureux creusé dans son cœur. La métisse avait besoin de reprendre le contrôle de son existence, de la vivre à nouveau comme un jeu, un jeu sans fin et sans limite. Peu importait ce qui se passerait. Lorsque le mécano la rejoignit et effleura ses hanches, la jeune femme s’arrêta une fraction de secondes de bouger. La tension dans son corps monta d’un cran, elle avait envie de danser comme jamais et pourtant le temps sembla se suspendre l’espace d’un instant. Gwen se tourna vers lui pour lui faire face et soutenir son regard, toujours aussi espiègle. Il venait de lui énumérer nombre de dons que l’on ne remarquait pas de prime abord chez elle et lui demandait de se dévoiler un peu plus mais la métisse renversa la situation en lui renvoyant l’ascenseur. « Plusieurs. Mais si tu en montrais quelques-uns aussi ? » Souffla-t-elle à quelques centimètres seulement de lui. Autant elle adorait jouer, autant Gwen n’avait pas envie de se prendre la tête ce soir. Un peu plus ternis par les confidences à cœur ouvert qu’ils ne l’étaient en arrivant, un peu plus proches qu’auparavant aussi, ils se rapprochèrent inévitablement. L’esprit perdu dans les hauteurs de sa conscience, la jeune femme abandonna tout entendement et ses lèvres trouvèrent les siennes. La vie était un exercice difficile et tortueux, mais aussi unique, et même si elle avait toujours peur d’un rejet quelconque, elle aimait aussi prendre des risques, et sur le moment, c’était ce qui lui était venu spontanément. Elle vivait chaque jour comme si c’était le dernier, cessant, depuis qu’elle avait quitté Londres, de passer des journées banales, pour s’imprégner encore plus de tout ce lui passait par la tête. Le lien tendu qui l’unissait à son père lui avait tout de même apporté quelque chose de positif : il l’avait entraînée à demeurer plus forte que les autres, il l’avait poussé à lutter en toutes circonstances, de toutes ses forces, mais parfois, c’était libérateur de s’abandonner quelques instants…

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Mer 24 Fév - 21:08

The mixture hits you hard
Don't get that sinking feeling, don't fall apart
Some out of tune guitar
Soundtrack to disaster

Jeunes et cons, nous le sommes toujours. C'est ce que Gwen dit et je ne peux qu'être d'accord avec ses dires, au final, bien que le sujet de la jeunesse ne se prête peut-être pas à un trentenaire. Je m'esclaffe, tout doucement. Qu'importe. Je la regarde, satisfait de la tournure un peu particulière que prend la soirée et surtout, satisfait de la réaction de Gwen quand je lui annonce ma grosse connerie. En général, je ne sors jamais la carte de l'ex-détenu, jamais. Encore moins lors d'une première soirée, mais Gwen est tellement impressionnante que je me suis lancé, parce que dans le fond, j'étais animé par une étrange curiosité qui voulait savoir comment elle réagirait. Et le plus étonnant, c'est que je ne le regrette pas. Elle n'a pas l'air dégoûtée par ce que j'ai fait, même si elle propose tout de même une pause dans le jeu qu'elle a mis en place. Cependant, je ne mets pas longtemps à comprendre que ce n'est pas parce que les révélations que je lui fais sont trop difficiles à encaisser qu'elle veut s'arrêter, mais plutôt pour aller danser. Cette fille, elle a le rythme dans la peau. Le rythme et la chanson. Ca lui va à ravir. J'ai pu le voir alors qu'elle était sur scène, et je le constate à nouveau ici, mais d'une autre façon. Elle bouge sur la musique, elle chante, aussi, accompagnant le disque audio qui tourne. Je l'admire. Elle est dans son élément et elle est si belle. Elle s'assume aussi, et elle n'a pas peur de ce que les autres peuvent bien penser. Cependant, elle tente de me sortir de mon élément à moi en me faisant quitter le bar. Je ne dis rien et je la suis, essayant de rentrer dans le thème alors que ce n'est pas mon genre de danser à moins d'être sous une substance illicite très puissante.
Alors dans la mesure du possible, je me rapproche de la demoiselle pour venir me glisser derrière elle et poser les mains sur ses hanches. Qui sait, peut-être que ses mouvements m'aideront à trouver le rythme. Un peu joueur, mais également désireux d'en découvrir davantage sur elle, je lui susurre quelques mots à l'oreille. Des mots qui n'ont rien de particulier, mais auxquels elle refuse tout de même de répondre, préférant me retourner la question. J'arque un sourcil, un sourire en coin se dessinant sur ma figure alors qu'elle s'est retournée et que je peux constater l'espièglerie dans ses prunelles foncées. Qu'elle est imprévisible. J'adore ça. C'est nouveau. Mais ce n'est pas parce qu'elle se retourne que je me recule, c'est même le contraire. Je la bouffe des yeux, et je franchis un nouveau pas en gardant les mains posées sur le haut de ses reins. Ca n'a pas l'air de la déranger, alors pourquoi je me priverais de ce contact aussi électrique et aussi délicieux ?
Je n'ai pas le temps de répondre à la question de la belle métisse, peut-être parce que je ne suis pas comme elle et que je n'ai pas de talents particuliers ? Mais bientôt elle se hisse sur la pointe des pieds pour venir m'embrasser. Très réceptif, je ne la repousse pas. Il faudrait être fou pour la repousser et même si j'ai beaucoup de défauts, la folie n'en fait pas partie. Nous avons arrêté de danser sans même que je ne m'en rende compte, trop occupés à d'autres choses.
Mais il est trop court, ce baiser. Alors quand ses lèvres s'éloignent des miennes, je lui laisse tout juste le temps de reprendre sa respiration avant de revenir m'en emparer, dans un baiser un peu moins chaste, bien plus lascif. Je l'attire un peu plus contre moi, mais quand la chanson se termine, j'y vois là comme un signe pour calmer le jeu et reprendre d'une façon plus cordiale, moins animale. Toujours contre elle, je parviens à lui murmurer quelques mots supplémentaires avant de m'en détacher.
« Je suis pas quelqu'un de talentueux, moi. J'ai pas de dons, ni rien. Mais paraît que j'embrasse pas trop mal. Tu confirmes ou t'as besoin que je re-tente ? »
 
Un peu de taquinerie pour ne pas déplaire à la demoiselle, bien que le début de ma phrase soit tout ce qu'il y a de plus véridique. Cependant, j'assume sans aucun problème mon manque de passion et d'ambition. Je sais ce que je vaux, je sais qui je suis et j'en suis fier. Doucement, je recommence à bouger en rythme avec la chanteuse, proche d'elle, trop proche, attendant de voir ce qu'elle osera me répondre.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Jeu 25 Fév - 12:41


Les bras du jeune homme se refermèrent autour d’elle, à quelques centimètres d’elle, sa respiration chaude atterrissant sur son oreille. Ses mains se posèrent sur ces hanches, tandis que Gwen se sentit attirée contre lui, enfermée inconsciemment dans la prison de son corps musclé, son souffle caressa sa nuque tandis que la jeune femme s’enivrait de cette proximité soudaine. Elle ferma un instant les yeux, s’imprégnant du moment, tandis que leurs respirations s’accordaient l’une à l’autre. La chanteuse profita de l’instant, se drogua de sa simple présence dans ses bras, puis elle reprit pied dans la réalité, une réalité où le démon lui offrit la tentation, avec un avant-goût de passion. Espiègle, la jeune femme se retourna et lui rendit sa question, curieuse de connaître de quels talents Andrew disposait, elle ne se référait pas spécialement à une passion ou un hobby en particulier, il pouvait s’agir de dons immatériels tout comme en lien avec son travail ou tout à fait autre chose, à vrai dire, aussi proche de lui, la métisse n’avait pas vraiment réfléchi à tous ces détails. L’ivresse de leur désir commun lui embrouilla alors plus vite l’esprit que l’alcool qu’elle avait bu. Gwen suivit son envie et elle déposa ses lèvres sur les siennes sans lui laisser le temps de lui répondre. La réaction ne se fit pas attendre très longtemps, il lui rendit le baiser et lorsqu’elle se détacha de lui pour mettre un terme au moment et reprendre sa respiration, le mécano prolongea finalement leur échange un peu plus longtemps, un échange plus passionné que le précédent. L’esprit à l’envers, Gwen entendit à peine les mots qu’il lui prononça par la suite. Dans une sincérité spontanée, Andrew n’avait cité aucun talent en particulier mais il prenait le contexte à parti pour lui demander son avis sur sa façon d’embrasser, prêt à réitérer l’expérience si elle osait le mettre en doute. Fin stratège, l’ex-braqueur.

Au lieu de lui répondre tout de suite, la jeune femme laissa quelques secondes de battement s’écouler, plongeant son regard dans le sien. La musique changea et, comme en écho à leur rapprochement soudain, celle-ci s’accorda sur un rythme plus doux, une chanson de Coldplay, pour accompagner en fond. Happée par ses prunelles, au milieu des gens dans ce pub, ils n’étaient plus que deux. Ce n’était que quelques secondes effectivement. Tout aussi spontanément que la question qu’Andrew lui avait posée, Gwen s’approcha de son oreille à son tour et lui murmura une phrase en clin d’œil à leur tout début de soirée. « Cette fois, je peux te le dire : surprends-moi. » Elle recula suffisamment pour qu’il puisse voir le sourire accroché à ses lèvres. Elle avait réussi à lui répondre sans vraiment apporter un jugement favorable ou défavorable sur la question, même si elle devait l’admettre en son for intérieur, oui, Andrew embrassait bien. Il n’avait pas forcément besoin d’en être si certain dans l’immédiat. La jeune femme n’ignorait pas à quel point il était difficile de laisser complètement libre court à ses envies, mais alors qu’elle entrevoyait la façon dont le courant était passé aussi naturellement entre eux, la question ne se posait pas vraiment à ce sujet.


_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Ven 26 Fév - 0:01

The mixture hits you hard
Don't get that sinking feeling, don't fall apart
Some out of tune guitar
Soundtrack to disaster

Le jeu a proprement parlé est peut-être terminé, pourtant, c'est un jeu d'un tout autre genre auquel nous nous adonnons. Le genre que j'aime beaucoup. Le genre pas prise de tête et le genre plaisant, très plaisant. Ainsi je goûte à la douceur des lèvres que la Galloise et tout naturellement, j'en redemande. Ou plutôt non, je ne redemande pas, j'exige. Je l'attire à moi, un peu plus et je m'empare à nouveau de sa bouche. C'est un jeu dangereux auquel elle joue, mais elle est chanceuse, Gwen, parce que c'est un des domaines dans lequel j'ai tendance à me donner à fond. Loin d'être égoïste comme à mon habitude, j'aime partager dans ces moments là. J'aime donner en retour. S'il y a bien un moment pendant lequel je peux me montrer généreux, c'est celui là et pas un autre. Alors je prolonge notre baiser jusqu'à ce que la chanson se termine et je reprends la parole. Mais encore une fois, la dynamique instaurée est telle que nous nous renvoyons les assertions, les ordres, les interrogations etc. comme des balles de ping-pong. L'un l'autre, on doit se répondre, mais on préfère relancer chacun notre tour. C'est amusant. C'est différent, d'ailleurs.
Et c'est donc à cet instant qu'elle me demande de la surprendre. Ses traits et ses gestes en disent long sur ses intentions et j'y réponds d'abord par un sourire tout aussi mutin. Sa demande n'est pas rentrée dans l'oreille d'un sourd et je n'attends que quelques secondes avant de m'exécuter. Juste le temps de la faire languir, à peine. Parce que toujours, il règne une atmosphère de défi, mais aussi un vague désir animé par ce baiser que nous venons de partager.
D'un coup sec, et le visage soudainement fermé, aussi froid que du marbre, je l'attire contre moi, me moquant complètement du fait que nous sommes dans un lieu public et que j'agrippe la star de la soirée d'une façon peu conventionnelle. Pourtant, je n'aime pas être le centre de l'attention. Vraiment pas. Et au final je n'ai même pas vraiment le temps de m'intéresser aux autres pour voir si nous sommes observés. Je me moque bien de ce qu'ils peuvent penser et de ce qu'on dira demain dans la boulangerie du coin. Alors quand Gwen est tout contre moi, mon visage s'approche du sien, mais au dernier moment, alors que je sens son souffle sur ma peau et que ma bouche n'est plus qu'à quelques millimètres de la sienne, je m'écarte. C'est brutal et ça coupe cette ivresse que nous partageons. Je fais quelques pas en arrière, mettant un peu plus de distance entre nous. Je la défie du regard et si elle n'a pas encore saisis tout ce qu'il vient de se passer, je ne tarde pas à brandir le paquet de cigarettes et le zippo que je viens de lui dérober à l'instant. Toute cette proximité, cette facilité d'accès à ses poches…
« Surprise. Peut-être bien qu'il me reste un talent, après tout. »
 
Dis-je avec un haussement d'épaules alors que je m'éloigne à reculons en direction de la sortie. Pick-pocket. C'était un bon moyen de trouver de beaux trésors, quand j'étais à Londres et fauché. Et le bon point, c'est que la chanteuse ne s'en est pas aperçue, à croire que je n'ai pas vraiment perdu la main malgré les années.
D'un signe de la tête, et avec un nouveau sourire en coin sur le visage, je lui indique la porte, lui proposant de me suivre. « Tu viens ? J'ai envie de m'en griller une et j'étouffe à l'intérieur. »
Et il faut dire que je ne suis pas un habitué de la piste de danse, alors forcément, la température grimpe rapidement quand on s'y retrouve malgré soi. Je toise la jeune femme, essayant de jauger sa réaction face à ce petit revirement de situation. On se retrouve bien vite à fouler le trottoir de l'extérieur et après avoir placé une cigarette et me l'être allumée, je relance à la demoiselle ses effets personnels.
« Tu sais… T'es vraiment pas comme tout le monde, Gwen. Et ça fait un bien fou, ça. » Conclus-je en m'esclaffant.
 

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Lizzie - Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1586
POINTS : 2905
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle

MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew Dim 20 Mar - 20:23


La jeune femme avait posé ses lèvres contre les siennes, créant par ce simple contact des décharges d’électricité dans tout son corps, minuscule éclat de passion qui réchauffait sa peau. Un simple effleurement de ses lèvres et il lui rendit cet échange avant de couper court à l’instant. Gwen lui demanda alors de la surprendre, de renverser la tendance. Alors qu’il s’approchait d’elle, doucement, un étrange sentiment l’envahit. Andrew l’attira à lui d’un coup sec tandis que les regards se tournèrent vers eux. Il affichait un visage impassible, indifférent à ce qui l’entourait. En d’autres contextes, la métisse aurait violemment repoussé son interlocuteur par instinct mais pas dans le cas présent, elle le laissait mener sa barque, dans l’attente de la suite. Allait-il continuer sur sa lancée ou préparait-il au contraire un mauvais coup ? La deuxième hypothèse serait la véritable surprise et ce fut justement celle-là que le mécano choisit pour arrêter son mouvement et s’éloigner de quelques pas tout en secouant sous le nez de la jeune femme les cigarettes et le briquet qu’il lui avait chipé dans sa poche. Elle partit d’un franc éclat de rire, ravie de la tournure de la situation. « T’as pas perdu la main, faut croire. » Gwen lui emboîta ensuite le pas à l’extérieur, elle n’avait pas prêté attention à la chaleur étouffante dans le pub, habituée à donner des prestations intenses sur scène où la température s’élevait davantage encore. Une pensée la projeta alors à quelques milliers de kilomètres d’ici, en Afrique du Sud, où elle avait déjà passé quelques étés dans la famille de sa mère. La chaleur était autrement étouffante là-bas mais rien ne valait la joie de vivre qu’elle retrouvait auprès de ses proches dans ce pays. À côté, tout semblait bien plus terne et plus froid dans le pays de Galles, plus surjoué aussi. Gwen n’aurait pas su expliquer en quoi précisément. La métisse resserra quelque peu la veste qu’elle avait enfilée lorsqu’elle arriva dehors. La brise du soir lui rafraichissait autant le corps que l’esprit. « Tu pourras m’apprendre ce que tu viens de faire ? On ne sait jamais, ça pourrait servir. » C’était un talent bien pratique que de pouvoir subtiliser des objets à la barbe de tout le monde. À vrai dire, elle avait utilisé exactement le même procédé contre Sean. À deux doigts de l’embrasser, Gwen s’était éloignée après lui avoir piqué sa clef usb. Néanmoins, elle avait eu de la chance cette fois-là. La chanteuse n’était pas un véritable pickpocket, même si certaines de ses fréquentations à Londres avaient développé ce don pour voler de l’argent et vivre sur le dos des gens, elle ne s’était jamais abaissée à cette mauvaise habitude. En revanche, chiper les affaires des autres pour le fun, ce serait vraiment un truc en plus pour faire chier son monde et elle pouvait adhérer à cette pratique pour ces raisons-là. Gwen récupéra ses effets personnels et les rangea dans sa poche tandis qu’elle sortit un joint de l’autre pour ressentir quelque chose de plus fort que la cigarette. Elle se l’alluma avant de répondre à ce qu’Andrew venait de lui lâcher, à savoir qu’elle était différente des autres. Ce n’était pas la première fois qu’on le lui disait mais ça n’en faisait pas moins plaisir à entendre, surtout quand justement, elle voulait cultiver cette différence. « Ah ouais ? Ravie de l’apprendre. » S’esclaffa-t-elle à son tour avant de tirer quelques coups. Elle le tendit ensuite à Andrew et regarda le ciel étoilé. Ça aurait presque pu être romantique comme situation s’ils y avaient cru, mais ils n’étaient pas de cette trempe-là… heureusement. « T’es pas mal dans ton genre non plus tu sais, le badass du coin. Je me sens moins seule d’un coup. » Répondit-elle sur le même ton léger. Elle récupéra le joint et termina en tirant quelques bouffées supplémentaires. Gwen était habituée à encaisser des doses bien plus élevées, cependant la métisse se sentait déjà un peu plus euphorique qu’avant de sortir. « Je t’aurai bien proposé de t’apprendre quelques pas de danse en échange des leçons de pickpocket, mais je ne crois pas que ce soit ton truc à toi. La boxe peut-être ? » Petite pique taquine destinée à reprendre là où ils s’étaient arrêtés avant de prendre une bouffée d’air frais.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: cheap thrills | Andrew

Revenir en haut Aller en bas

cheap thrills | Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-