AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Fools on parade. Juliette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Fools on parade. Juliette Dim 31 Jan - 19:52

The secret door swings behind us
She's saying nothing
She's just giggling along

29 février 2016, une date importante parce qu'elle marque le premier concert de The Unamed avec un autre bassiste qu'Harlow. La communication autour de l'événement a été énorme si bien que je ne peux même pas compter combien de livres sterling j'ai fait tomber dans le projet. Les réseaux sociaux, les affiches, les annonces à la radio. Que ce soit au Pays de Galles ou en Angleterre, nous avons mis le paquet. C'est notre dernière chance, alors nous avons intérêt à ne pas louper notre coup. Cependant, je n'ai pas le choix. Si je veux que l'album sorte comme prévu le mois prochain, malgré le changement de bassiste, il faut prouver à la maison de disques que nos fans sont prêts à nous supporter, à faire partie de l'aventure. Un mois de travail sans relâche après avoir été booké par une salle de concert de la capitale Galloise. Mes acolytes ne sont pas heureux de faire le trajet jusqu'à Cardiff, d'autant plus qu'ils se disent que notre public se trouve majoritairement à Liverpool... Ils n'ont pas tort, mais c'est justement un défi que j'aime prendre. Si on y parvient à Cardiff, alors le reste du Royaume-Uni sera de la galette. Notre grand retour sur scène. Le vrai. Et surtout, notre premier concert sans l'une des membres d'origines. TramShed. Voilà la scène qui va nous accueillir et je pressens d'avance que le concert sera spectaculaire.
* *
*
Et c'est le cas. Le public est présent. Ils applaudissent, ils chantent, ils dansent. Ils s'amusent. Et dans la foule. Il y a cette fille. Juste devant. Plusieurs fois, mes yeux sont attirés par sa chevelure de feu. Et si j'ai cru dans un premier temps qu'il s'agissait de Spencer, j'ai bien vite vu que ce n'est pas elle.
J'aurais pensé avoir du mal à chanter, surtout les chansons co-écrites avec Harlow, mais l'ambiance et l'euphorie des fans me mettent dans un état tel que je fais fi de mes sentiments personnels. Je pense aux autres. J'ai envie qu'ils s'amusent, qu'ils passent du bon temps et qu'ils ne regrettent pas d'avoir acheté leurs billets. Ils me le rendent tellement bien. Ils sautent, ils s'égosillent, ils tombent, ils se relèvent, ils sont déchaînés. Et c'est magnifique. Magique. Je sais pourquoi je fais ce que je fais et je regrette d'avoir mis autant de temps avant de remonter sur scène.
Encore une fois, mon regard se pose sur cette fille postée au devant de la foule. Elle semble s'amuser et je ne peux m'empêcher de décrocher un sourire à sa vue. Clairement, je n'échangerais ma place pour rien au monde. Et si ma vie sentimentale est aussi chaotique que celle d'un prêtre, je sais que je peux trouver du plaisir dans la musique. Cette musique... Mon amante depuis aussi longtemps que je puisse m'en souvenir. Cette musique qui jamais ne m'a abandonnée, malgré quelques pannes d’inspiration. Toujours là pour moi, dans tous les moments de ma vie. Et si je me démène, c'est bien pour que ces jeunes présents ce soir ressentent cette émotion.
Je troque la guitare pour le piano pour finir le concert sur une note plus sensible et plus douce. Ces cinq dernières minutes me touchent à un point que je n'aurais jamais pensé. Néanmoins, l'émotions ne rend la chose que plus belle et par chance, ma voix reste intacte. Aucun tremblement n'est perceptible, rien ne peut gâcher cet instant. Je tourne la tête et je vois la salle éclairée par des briquets ou des téléphones tendus dans les airs. C'est beau. Et même si je voudrais poursuivre, je dois faire mes adieux. Nous devons le faire. On se présente, on salue, on remercie du fond du coeur et on s'en va alors que les applaudissements font encore trembler le sol.

Je rejoins la loge des artistes avec les autres, on se félicitent, on se dit à quel point le concert a été merveilleux mais bien vite nos chemins se séparent. Après tout, on est là aussi pour profiter, alors certains vont se servir à la buvette tandis que moi je reste seul dans la loge, me préparant un remontant d'un autre genre. Je connais mes limites et je sais parfaitement ce dont j'ai besoin si je veux garder la forme et surtout, rester dans cette euphorie. Sur une tablette, je sors une poudre blanche que j'étale dans un premier temps puis que je sépare en plusieurs lignes à l'aide d'une carte de crédit.
Et c'est à cause de cette concentration que je n'entends pas que bientôt, je ne serai plus seul dans la loge.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Lun 15 Fév - 0:59

« Ce sera débile ! Complètement fou ! T’as pas l’air aussi excitée que moi, ça va ? » Juliette secoua la tête en riant, vint souligner ses yeux avec une fine ligne de crayon avant de chercher des yeux la blonde qui l’avait accompagnée à Cardiff pour le concert et qui venait de disparaître dans la salle de bain de la chambre d’hôtel qu’elles avaient prise ensemble. « Tu sais bien que je suis encore plus excitée que toi ! C’était mon idée, en plus. » « Miles, quoi. Il est tellement sexy ! » Son amie se mit à glousser – sans doute à cause de la bouteille de vin que les deux filles avaient déjà entamée – et Juliette lui retira sa coupe des mains en riant, surtout pour la taquiner et non pas parce qu’elle comptait rationner la blonde en matière d’alcool. Après tout, elles se trouvaient toutes deux loin de Tenby et comme elles avaient pris le train pour venir jusqu’à Cardiff, elles n’avaient pas à se soucier d’une voiture. Elles prendraient un taxi, tout était déjà plus ou moins calculé et ce, depuis plus d’un mois déjà. La rouquine vida sa coupe d’un trait avant de remplir à nouveau leurs deux verres, se mit à se déhancher au rythme de la musique de son téléphone. La soirée s’annonçait parfaite et de toute évidence, c’était exactement ce dont la rousse avait besoin afin de se changer les idées, quitte à ne plus trop se souvenir de sa soirée. Ce soir-là, Jules avait opté pour une robe bleu foncé moulante qui lui arrivait à la mi-cuisse, mais dont le décolleté était très raisonnable, voire même pratiquement inexistant, et qui avait le mérite de faire ressortir ses yeux et ses cheveux à la perfection. Maquillée très légèrement, elle libéra sa crinière rousse avant d’observer son reflet dans le miroir, choisit toutefois d’ajouter un peu de mascara sur ses cils avant de pousser un soupir. La dernière fois qu’elle avait porté cette robe-là, Scott la lui avait retirée en quelques minutes à peine.

C’est le cœur en mille miettes que l’américaine se retrouva tout près de la scène, à danser et à chanter sans faire attention aux gens qui la bousculaient ou qui renversaient parfois leur consommation non loin d’elle. Ce soir-là, elle avait beaucoup trop bu et les regards qu’elle échangeait avec le chanteur en disaient long sur son état d’ébriété avancé. Elle le trouvait excessivement séduisant et ce, même si elle l’avait déjà croisé quelques fois à Tenby sans trop s’intéresser à lui. Peut-être parce qu’elle était avec Sohel ou avec Scott à ce moment-là, elle n’aurait su le dire. Toutefois, maintenant qu’elle le retrouvait sur scène, le chanteur lui donnait l’impression d’être dans son élément, d’être exactement à la place qui lui revenait. Ça se voyait qu’il se sentait à l’aise et qu’il était né pour ça.  La dernière chanson fit naitre en elle une profonde émotion et elle termina rapidement le verre qu’elle avait encore en main avant de s’éloigner un peu pour commander deux shots. Toutefois, lorsqu’elle voulut en offrir un à son amie, Juliette prit conscience du fait que cette dernière se trouvait dans les bras d’un jeune homme un peu plus vieux qu’elle et que leurs deux langues s’entremêlaient sauvagement. La blonde semblait visiblement bien trop préoccupée par son compagnon d’un soir pour faire attention à elle et Juliette jeta un coup d’œil vers la scène pour comprendre que les membres du groupe s’étaient éclipsés. Un peu déçue, elle attendit quelques minutes et finit par se diriger vers l’arrière-scène, non sans devoir échapper subtilement à l’agent de sécurité qui se trouvait dans le couloir. Elle croisa quelques membres du groupe en marchant, mais fut surprise de ne pas voir Nate Miles parmi eux. Lorsqu’elle poussa la seule porte présente dans le couloir et qui menait vraisemblablement à la loge des artistes, Juliette aperçut le chanteur dans le fond de la pièce, penché sur ce qu’elle devina comme étant quelques rails de cocaïne. Plutôt que de signifier sa présence, la rousse s’approcha silencieusement jusqu’à ce qu’elle ne se trouve plus qu’à quelques centimètres du jeune homme. « Tu partages ? » demanda-t-elle sensuellement en désignant la poudre blanche du menton avant de glisser ses doigts dans le dos du brun, entre son épiderme et son pantalon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Mar 16 Fév - 11:03

The secret door swings behind us
She's saying nothing
She's just giggling along

C'est juste un petit remontant, rien de bien méchant, même si tout le monde s'attache à dire le contraire. Alors soucieux de l'apparence et de l'ordre, je fais de belles lignes droites et bien symétriques sur la petite tablette en m'aidant de l'une de mes cartes de crédit. Déjà que cette poudre blanche coûte une fortune, je dois encore utiliser de l'argent pour me l'enfoncer dans les narines. C'est donc, penché en avant sur la tablette que je m'attelle à faire une paille en sortant un billet de vingt livres sterling et en l'enroulant soigneusement. Je n'ai pas le temps de me faire un rail qu'une voix résonne dans la pièce, une voix toute proche, d'ailleurs. Un peu surpris, je me retourne, sans pour autant être alerté et sans même chercher à cacher à tout prix ma petite activité illégale. En fait, c'est même tout le contraire. Et puis, pourquoi est-ce que je voudrais cacher ce que je m'apprêtais à faire alors qu'elle me demande d'une voix vibrante si je veux bien partager ma poudre avec elle ? Elle n'est qu'à quelques centimètre de moi et bien que je me demande comment elle a pu s'avancer autant sans que je ne la remarque, c'est un sourire qui prend forme sur mes lèvres quand je distingue qui est mon invitée surprise. C'est cette petite rousse qui me faisait un peu penser à Spencer au début du concert. Cette fille particulièrement jolie, à l'air espiègle sur le visage. Un instant, je me demande comment est-ce qu'elle a bien pu arriver jusqu'à l'arrière scène, mais je me souviens que les femmes sont pleines de ressources et que quand elles désirent quelque chose, elles l'ont souvent à tous les coups. Ainsi, si elle est avec moi, dans la loge des artistes, c'est bien parce qu'elle l'a voulu. Elle l'a cherché. Et étrangement, ça me procure une sensation délicieuse dans le corps. Cependant, cette sensation n'est pas suffisante et mon envie de sniffer cette coke ne diminue pas vraiment. Sa main dans mon dos est électrique et je sens mes sens se développer à ce contact. J'aime bien.
« T'es drôlement discrète, tu sais ? » Dis-je à son adresse pour souligner le fait que je ne l'avais pas entendu arriver et surtout pour la faire mariner un petit peu, répondant à sa question par une nouvelle question. Bien sûr, que je vais partager, mais j'aime lui laisser le temps de s'interroger. Ses yeux reflètent les quelques verres d'alcool qu'elle s'est sifflée au cours de la soirée et mon sentiment à son égard ne fait que de devenir de plus en plus positif. Elle a su profiter du concert comme il le fallait et ce constat me réjoui grandement.

« Tout ce que tu veux, ma belle. » réponds-je enfin, un sourire taquin qui élève la commissure des lèvres. Après tout, je me dois de ne pas décevoir mes fans et j'ai eu l'impression qu'elle en faisait partie. Même si ce n'était que pour cette nuit, elle mérite tous les traitements de faveur possibles. Retenant la politesse et la galanterie comme des choses nécessaires en société, je tends la paille à la demoiselle et je sors un nouveau billet pour m'en faire une nouvelle. J'enroule le billet jusqu'à ce que le tube soit de la bonne taille et sans attendre plus longtemps, je me penche en avant sur la tablette, une narine bouchée et l'autre avec la paille pour sniffer le contenue d'une ligne. L'effet est immédiat et déjà je sens des ailes me pousser dans le dos, ou alors n'est-ce que la petite caresse de la jolie rousse qui prend des proportions plus importantes ? Je laisse la paille et je me retourne vers la demoiselle, trouvant son assurance terriblement attirante. Un peu perfectionniste sur les bords, je replace derrière son oreille une mèche de ses cheveux de feu qui lui tombe sur le visage, et je lui demande enfin.

« Tu t'appelles comment ? » Ce n'est pas le tout de partager un rail de coke avec une inconnue, la connaître, surtout quand elle se montre aussi entreprenante et aguicheuse, ça peut être très sympathique, également, loin de me déplaire.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Dim 6 Mar - 6:00

« C'est pour l'effet de surprise. » ajouta-t-elle simplement avec un sourire mutin en haussant les épaules, glissant une main dans sa chevelure flamboyante pour la ramener d'un seul côté de sa tête. Il n'avait pas répondu à sa question, mais le taux d'alcool dans le sang de l'américaine était sans doute un peu trop élevé pour qu'elle s'interroge vraiment sur la décision du chanteur. Il n'était plus en couple et il faisait partie d'un groupe; tous les préjugés de ce monde voulaient qu'il sache agréablement profiter de ces petits plaisirs que lui offrait la vie. Il l'avait regardée plusieurs fois lorsqu'elle se trouvait dans la salle et puisqu'elle avait su attirer son oeil, elle espérait maintenant qu'elle avait eu raison de le rejoindre et qu'il ne comptait pas lui demander de partir afin de profiter seul de la tranquillité de la loge. C'était la première fois que Juliette se montrait aussi audacieuse et elle crut voir dans ses prunelles que ce genre d'attitude lui plaisait.

Elle arqua un sourcil amusé et ravi lorsqu'il lui tendit le billet roulé qui lui tenait lieu de paille, attendit que le sien soit prêt avant de se pencher elle aussi sur la table pour sniffer la deuxième ligne. Les yeux fermés, la rousse sentit que la puissance de la drogue surpassait de loin celle de l'alcool qu'elle avait pu ingérer au cours de la soirée puisqu'une agréable sensation de bien-être vint l'envahir tout à coup. Ses doigts se firent délicats dans son dos, mais ses iris azurés se plongèrent dans les siens afin de tenter de deviner ce à quoi il pensait. Heureuse de constater qu'ils étaient seuls lorsqu'elle avait mis les pieds dans la loge des artistes, elle sentit rapidement qu'une tension agréable s'était installée entre eux, que le désir qu'elle éprouvait pour lui maintenant était sans doute réciproque. Elle se mordit légèrement la lèvre lorsqu'il avança une main pour replacer une mèche de cheveux derrière son oreille, sentit tout son être vaciller sous cette subtile caresse. La cocaïne avait généralement tendance à exacerber chacune de ses sensations et elle ne regretterait pas son audace ce soir-là, elle en était persuadée. Les battements de son coeur s'étaient accélérés et les effets négatifs de l'alcool semblaient s'être effacés pour ne laisser la place qu'aux effets bénéfiques à court terme de la drogue. La rousse n'était pas une fidèle consommatrice puisqu'elle n'y avait touché que quelques fois, mais l'état d'euphorie au sein duquel elle se trouvait en ce moment n'avait pas de prix. Oublier ce qui s'était passé ces derniers mois pour se concentrer sur le moment présent lui semblait essentiel afin de retrouver le contrôle de sa vie, mais elle ne se rendait pas vraiment compte des conséquences possibles de ses actes : elle voulait simplement oublier.

« Juliette. »

En un murmure, elle lui avait révélé son prénom. Évidemment, elle connaissait déjà le sien et elle ne fit pas l'erreur de lui demander à son tour comment il s'appelait alors que le mélange de drogue et d'alcool semblait pourtant confondre un peu son esprit et maquiller ses sens. Les bout de ses doigts s'infiltrèrent doucement sous le tissu de son pantalon et elle ramena finalement ses mains vers l'avant du vêtement afin d'agripper sa ceinture et de le tirer légèrement vers elle, le menton délicatement relevé afin de plonger une nouvelle fois son regard électrique dans le sien. « Le concert était parfait. » chuchota-t-elle à son oreille avant de laisser son souffle caresser la courbe de sa mâchoire jusqu'à ce qu'elle puisse embrasser la commissure de ses lèvres, davantage pour le titiller qu'autre chose. « Il fallait bien que quelqu'un te remercie comme il se doit. Je me suis généreusement sacrifiée. » ajouta-t-elle alors que ses doigts s'étaient maintenant dissimulés sous son haut afin de lui procurer d'exquises sensations.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Mer 9 Mar - 16:11

The secret door swings behind us
She's saying nothing
She's just giggling along

L'effet de surprise, qu'elle dit… Et qu'elle surprise délicieuse. Je n'ai pas pour habitude de partager ma dope avec des inconnus, de peur qu'ils ne sachent pas leurs limites, mais cette rouquine, elle a l'air tellement sûre d'elle que je lui donne une paille sans même y réfléchir davantage. Une ligne plus tard et je me sens invincible, mais le mieux c'est que j'ai le sentiment de pouvoir me consacrer entièrement à cette belle américaine à présent. Le concert s'est terminé et j'ai eu mon petit remontant dont j'avais particulièrement envie. Un sourire sur les lèvres, maintenant, je n'ai plus rien d'autre dans la tête si ce n'est de découvrir un peu cette rouquine qui s'est introduite je ne sais comment dans la loge.
Elle répond à ma question et m'informe qu'elle s'appelle Juliette et je me contente d'un hochement de tête alors que dans ma tête je note petit à petit tout ce qui la différencie de mon ex petite-amie. Car si c'est bien sa chevelure de feu qui m'a d'abord attiré l'oeil, je remarque qu'elle ne ressemble pas du tout à Spencer et ce n'est pas plus mal. Je n'ai pas besoin de refaire les mêmes erreurs. Alors elle s'appelle Juliette, son accent est caractéristique de l'Amérique et autant dire qu'elle est aguicheuse et tactile comme jamais Spencer ne l'a été. Ca change et c'est drôlement agréable.
Un frisson délicieux s'empare de tout mon être alors que je sens ses mains se glisser vers mon jeans et pendant une fraction de seconde, j'ai l'impression de perdre la tête au point de devoir regarder le plafond pour lâcher un soupir, à la fois de surprise, mais aussi de plaisir. Mon coeur s'emballe et je n'ai jamais été aussi heureux d'avoir eu le bon sens de ne pas la faire virer de la loge alors que je m'apprêtais à me faire mon rail de coke en solitaire. A un c'est bien, mais à deux, c'est tellement mieux… Je me mords l'intérieur de la joue afin de retrouver un peu de contenance puis je la sens me tirer vers elle et je souris un peu bêtement comme un gamin. Je n'appose aucune résistance et mes mains viennent sa plaquer sur ses hanches avec une assurance qui cette fois, n'a rien à voir avec celle d'un gamin.
Ses mots qui suivent me réchauffent le coeur et même si je ne peux pas être certain de sa sincérité, je décide de la prendre au mot et de la croire aveuglément avec cet espoir naïf que tous ceux présents ont apprécié le show auquel ils ont assisté. Rien de plus approprié pour flatter un musicien que de lui dire que sa musique est bonne… Surtout quand le musicien en question s'est donné à son maximum toute la soirée. « Tu m'en vois plus que ravi. » murmure-je à mon tour. Quoi de mieux que savoir que ses fans sont satisfaits ? Rien. C'est un fait. Je leur dois tout et leurs avis positifs sont tout ce que je recherches.
Son visage est terriblement proche du mien et sentir son souffle sur ma peau me donne de plus en plus d'envies. Je soutiens le regard de ladite Juliette jusqu'à ce qu'elle vienne déposer ce baiser à la fois trop proche et pas assez.
Ses nouvelles caresses me font à nouveau soupirer, à la limite du gémissement et je ferme les yeux quelques secondes, croyant qu'en les rouvrant, ses mains sur mon torse n'auront plus cette sensation divine qui me donne envie de lâcher prise.
« Oh… Bloody hell. » que je lâche par mégarde alors que je viens recroiser le regard de la demoiselle. « Je crois que ce sont les meilleurs remerciements que j'aie jamais reçu. Ne t'arrête surtout pas. » Si tout à l'heure, elle m'avait tiré légèrement contre elle, c'est d'un coup bien moins léger que je viens coller son bassin au mien en gardant une main dans son dos tandis que l'autre vient caresser ses cheveux.
Je la regarde une nouvelle fois, détaillant ses traits. « Tu as dû l'entendre des centaines de fois, mais tu es magnifique, Juliette. » Et ma bouche vient se nicher dans son cou que je couvre de baisers avant d'ajouter dans un nouveau chuchotement. « J'espère que le sacrifice n'est pas trop déplaisant. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Ven 25 Mar - 16:21

Un sourire mutin au coin des lèvres lorsque le chanteur sembla soudain perdre le contrôle de la situation, Juliette le laissa faire lorsqu'il la rapprocha un peu plus de lui, plaqua même son bassin contre le sien en glissant le bout de ses doigts dans le bas du dos du jeune homme, entre le tissu de son pantalon et l'épiderme de sa peau. « Les meilleurs, ah oui ... ? Je suis certaine que je peux faire mieux que ça. » murmura-t-elle à son oreille en déplaçant doucement sa main le long de sa ceinture jusqu'à effleurer la virilité dissimulée du chanteur pendant une fraction de seconde. Ses lèvres s'étaient abandonnées le long de la mâchoire de Nate et si la rouquine se montrait entreprenante, elle le touchait d'une manière qui se voulait également très sensuelle, comme si elle avait décidé cette nuit de lui faire éprouver les sensations qu'elle ressentait aussi. La drogue rendait l’instant excessivement magique et agréable alors que chaque effleurement provoquait en elle des sensations exquises, une myriade de frémissements qu’elle ne parvenait désormais plus à cacher. Elle avait envie de lui et elle avait eu envie de lui bien avant qu’elle ne se retrouve dans cette loge, bien avant qu’elle ne touche à sa cocaïne. Le chanteur avait un petit quelque chose qui l’avait attirée tout de suite, un charisme qui l’avait rapidement conquise.  Bien sûr, Juliette n’était pas sans savoir que c’était son travail de conquérir le cœur de ses fans, qu’il se devait de se montrer attractif et captivant afin de garder l’attention des gens, mais pour le moment, elle se foutait bien de savoir si elle était la première qu’il acceptait dans sa loge ou si c’était un comportement récurent chez lui. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle avait envie de passer une partie de la nuit – ou une nuit entière – en sa compagnie.

Lorsqu’il la complimenta, la rouquine plongea son regard azuré dans le sien et se mordit légèrement la lèvre. Bien sûr, on lui avait déjà dit qu’elle était jolie – la tignasse de feu et la couleur de ses yeux attiraient souvent l’attention – mais elle sentit les battements de son cœur s’accélérer à ses paroles, sentit le désir qu’elle avait pour lui augmenter en flèche. « Merci. Et toi tu … Tu es sexy et très séduisant. » ajouta-t-elle à son tour en parcourant la peau de son cou et de son épaule de délicieux petits bisous. Elle ferma les yeux lorsqu’il vint embrasser son cou, dut se mordiller la lèvre devant les sensations qui la submergeaient. « Le sacrifice est loin d’en être un. » ajouta-t-elle en un murmure à son oreille, qu’elle embrassa légèrement avant de laisser ses lèvres glisser le long de sa mâchoire jusqu’à ce qu’elle puisse enfin atteindre les siennes, qu’elle captura avec envie. Ses doigts s’accrochèrent au bas du tee-shirt du chanteur afin de le soulever et de le lui retirer, interrompant brièvement le baiser qu’elle lui offrait pour mieux retrouver la chaleur de son corps contre le sien.

Elle parcourut rapidement des yeux la loge et le tira finalement vers elle pour l’entraîner vers l’un des canapés qui se trouvait dans un coin de la pièce. Elle n’attendit même pas qu’il s’installe correctement pour grimper sur lui et l’embrasser à nouveau. En posant un genou de chaque côté de ses cuisses, sa robe ajustée sembla soudain beaucoup plus courte puisque le tissu avait dû remonter pour lui permettre un peu plus de souplesse, mais c’était bien le cadet des soucis de l’américaine. Ses doigts s’étaient attardés sur la ceinture de Nate afin de la détacher et ses lèvres ne quittaient les siennes que pour parcourir la peau qui lui était offerte de baisers tous plus langoureux les uns que les autres. Elle ne pensait plus à rien ; seul le chanteur comptait en ce moment et elle ramena ses cheveux d’un seul côté de son cou d’un geste sensuel avant de capturer une nouvelle fois ses lèvres pour l’entraîner au cœur d’un nouveau baiser impatient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Sam 26 Mar - 19:08

The secret door swings behind us
She's saying nothing
She's just giggling along

Juliette, elle est surprenante. Elle est de Tenby, je le sais. Maintenant qu'elle est si proche, les quelques doutes que j'avais s'envolent pour laisser place à une certitude. Je l'ai déjà croisé, et pas qu'une fois. Pourtant, je n'aurais jamais cru qu'un tel tempérament se cachait sous cette chevelure de feu. Jamais je n'aurais pu m'imaginer que les choses tourneraient de cette façon en sa compagnie car jamais je ne m'étais imaginé vivre quoi que ce soit avec elle de plus personnel qu'un échange courtois à l'animalerie pour l'achat de nourriture pour hamsters. Je balaie joyeusement cette pensée alors que la demoiselle vient me complimenter, faisant naître un nouveau sourire sur mes lèvres. Sa bouche se rapproche de la mienne avec sensualité et le baiser est électrique. Je réponds à cette avance avec la même passion, la même intensité et je la laisse faire alors qu'elle entreprend de me débarrasser de mon t-shirt. Ce dernier se retrouve sur le sol tandis que je suis Juliette de l'autre côté de la pièce, amusé quand je vois vers quoi elle nous mène. Je n'ai même pas le temps de m'asseoir correctement que la rouquine est déjà sur moi et que mes mains viennent se poser sur ses cuisses qui se dévoilent de plus en plus. Je prends encore plus de plaisir à cet échange, probablement grâce à l'euphorie de la scène, l'alcool et la coke. C'est envoûtant, fantastique, et j'en veux encore. J'en veux plus. Sans vouloir être davantage patient, mes mains remontent vers sa culotte que j'ai terriblement envie de faire voler au sol, mais à la place, je garde une main sur sa fesse, l'autre cherchant à défaire la fermeture éclaire de sa robe, alors que j'embrasse le creux de son aine en me penchant en avant. L'Américaine vient s'attaquer à ma ceinture et une fois qu'elle défait la boucle, défait le bouton du jean, je me redresse pour la faire basculer. Juliette se retrouve couchée sur le canapé et je la surplombe. Mon pantalon me tombe sur les chevilles et je profite d'avoir la jolie rousse allongée pour faire glisser sa robe. Ma tête vient se nicher dans sa poitrine que j'embrasse avec ferveur, je découvre son corps sublime à l'aide de caresses qui se veulent à la fois douces et entreprenantes. Je remonte, prends le temps de regarder Juliette une nouvelle fois avant de l'embrasser et avant de passer le point de non-retour.
* *
*
L'effet le plus marquant de la cocaïne, c'est que la fatigue ressemble plus à un mythe qu'à une réalité. Alors quand je suis étendu, nu, tout contre Juliette, nue elle aussi, que je la serre contre moi alors que nous venons de nous dépenser encore et encore, je ne suis pas fatigué. Pas le moins du monde. J'embrasse la joue de la jeune femme, avant de pousser un soupir satisfait quant à ce que nous venons d'accomplir. Je l'observe. Ou je l'admire plutôt, avec sa peau laiteuse et si douce qu'elle crie pour être caressée. Ce corps n'a plus beaucoup de secret, tandis que je m'amuse à le caresser du bout des doigts, allant de grains de beauté en grains de beauté jusqu'à remonter le long de sa clavicule.
« C'était magique. » murmure-je à son oreille, gardant son corps collé au mien. Serrés sur ce canapé, je la dévore des yeux, heureux de cet échange, heureux qu'elle soit venue pénétrée dans les loges alors qu'elle n'en avait nullement l'autorisation. Je prends sa main droite, entrelace ses doigts aux miens dans un silence confortable. « Qu'est-ce que tu voudrais faire maintenant ? Rester là, toi et moi..? Retourner là-bas et rejoindre tes amis ? Tu me laisserais t'offrir un verre, tu crois ? » A quoi bon faire les choses dans l'ordre. Inviter la fille à boire un verre après le sexe, ce n'est peut-être pas courant, mais c'est définitivement ce que je viens de faire.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Jeu 7 Avr - 17:33

Les mains du chanteur s'étaient attardées sur chacune des petites parcelles de son corps et elle ne parvint pas à empêcher des milliers de petits frissons de la parcourir suite à ses caresses. Sensuelle, mais fougueuse à la fois, la rouquine pressa son corps contre le sien, sentit les battements de son coeur s'accélérer alors qu’elle abandonnait ses lèvres contre les siennes. Concentrée sur les caresses et les baisers qu’elle lui offrait, Juliette oubliait parfois qu’il la touchait et se surprenait à frémir violemment sous le désir qui la secouait d’un seul coup. La cocaïne et l’alcool se mélangeaient à merveille; l’alcool levant toutes ses inhibitions alors que la drogue lui offrait une nouvelle effervescence, une concentration d’autant plus grande qu’elle était en mesure de ressentir chacun des battements de cœur de son partenaire. Elle ne réfléchissait plus à rien lorsqu’il se décida enfin à la faire basculer sur le canapé afin de lui retirer sa robe et le reste de ses vêtements, entoura seulement son corps nu de ses jambes pour le rapprocher d’elle. Son regard vint chercher le sien afin de lui donner son accord, afin de le presser un peu plus et elle mordilla sensuellement la lèvre inférieure du musicien en espérant que le baiser qu’elle lui offrirait ensuite serait suffisamment à étouffer ses gémissements.

***
Étendue à ses côtés, Juliette avait fermé les yeux, mais elle savait déjà qu’elle ne dormirait pas. Elle n’était pas fatiguée, mais elle se sentait bien. Nate aurait pu la chasser, mais il semblait vouloir la garder contre lui encore un peu, si bien qu’elle caressa délicatement son épaule du bout des doigts. Elle frémit lorsqu’il effleura sa clavicule, visiblement chatouilleuse à cet endroit et sourit avant de se tortiller un peu dans ses bras. « Magique, tu l’as dit. » murmura-t-elle à son tour avant de s’étirer un peu pour capturer ses lèvres une nouvelle fois. Une dernière fois, peut-être.

Et puis, Nate lui fit une proposition qui lui soutira un sourire et un léger haussement de sourcil. « Je n’ai aucune envie de rejoindre mon amie. Je pense qu’elle est partie avec quelqu’un. » ajouta-t-elle avec un sourire amusé et mutin alors qu’elle ne réfléchissait pas du tout au fait qu’elles partageaient toutes les deux une même chambre d’hôtel et qu’elle risquait de tomber sur son amie et son partenaire du soir en pleins ébats lorsqu’elle se déciderait enfin à retrouver le confort de sa chambre. « Mais si tu proposes un verre, je suis partante. » Elle lui vola un baiser et le repoussa légèrement pour s’extirper de ses bras, se releva du canapé sans gêne pour récupérer ses sous-vêtements, qu’elle enfila devant lui avant de remettre également sa robe. Elle ramena ses cheveux d’un seul côté de son visage et s’approcha de Nate, un petit sourire en coin aux lèvres. « Tu veux bien m’aider à la refermer, s’il te plaît ? » Elle frémit sous la caresse de ses doigts, vint embrasser son cou, son épaule et le haut de son thorax avant de s’éloigner un peu en reculant, non sans continuer à le regarder en se mordillant légèrement la lèvre. Elle passa une main dans ses cheveux pour les démêler un peu, récupéra ses escarpins et son sac à main avant de retrouver le chanteur. « On prend un verre ici ou … au bar de ton hôtel ? » proposa-t-elle avec un sourire amusé en laissant ses mains glisser le long des bras du brun alors qu'elle lui faisait face. Ainsi donc, elle lui demandait subtilement s’il désirait qu’ils passent le reste de la nuit ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Ven 8 Avr - 19:48

The secret door swings behind us
She's saying nothing
She's just giggling along

J'aime sentir Juliette près de moi. J'aime la serrer contre moi, l'embrasser et la caresser. Cette présence féminine incomparable à aucune autre. J'aime ne pas être seul, perdu dans mes pensées. Alors après l'amour, je n'ai pas envie de la quitter, pas tout de suite. Je sais qu'on ne se promet rien. Après tout, les relations qui commencent par un rapport de ce genre ne sont pas forcément faites pour durer. Elles témoignent de l'éphémérité du plaisir de l'individu, de l'envie de connaître, puis de laisser, de la nouveauté et du frisson. J'aime ce moment que je partage avec Juliette parce qu'il se passe à l'instant même. Qui sait si nous pouvons être aussi fusionnels à un autre moment ? Je la regarde encore et encore et je lui propose finalement de bouger. Je lui laisse le choix. Que veut-elle ? Rester avec moi ? Boire avec moi ? Retourner vers ses amis ? J'ai clairement envie de rester avec elle. Parce qu'elle est comme ça Juliette, elle me donne envie de ne pas la lâcher. Je veux l'inviter à boire pour prolonger notre tête à tête et elle a l'air partante, ce qui me fait sourire de plus belle. Je réponds à son baiser, puis je reste allongé alors qu'elle se relève pour s'habiller. J'admire le spectacle qu'elle m'offre, un petit sourire taquin collé aux lèvres. Elle revient vers moi, cherche mon aide et je me redresse en baillant pour m'exécuter. Lentement, je remonte la fermeture-éclaire dans son dos, puis je passe les bras autour de son ventre et je l'attire un peu plus vers moi, dépose un baiser dans le creux de son cou, dégagé de ses cheveux.
On a du mal à se lâcher et après quelques minutes, c'est à mon tour de passer par la case habillage. Je remets mes vêtements petit à petit, je m'étire et je serre à nouveau la rouquine contre moi alors qu'elle me demande où continuer notre soirée. Je fais mine de réfléchir quelques secondes, le même sourire amusé sur les lèvres que celui de l'Américaine et je sors la clef de ma Porsche pour lui faire comprendre ma décision. A l'hôtel. On sera mieux, non ? Et puis, on sera plus tranquilles surtout. Je goûte à ses lèvres une nouvelle fois puis je m'en décolle avec difficultés afin de remettre la pièce en état avant de quitter les lieux. Je reprends le sachet de coke restant et je le glisse dans la poche intérieure de ma veste, puis je souffle un coup sur la tablette pour que le peu de poudre restante se mélange à l'air ambiant. Je jette un dernier coup d'oeil dans la loge et je prends l'étui de ma guitare préférée car il est hors de question que je parte sans. Pour le reste des instruments, les autres s'en chargeront bien sans moi. J'ouvre la porte, laisse passer Juliette devant moi puis la guide vers la sortie de secours à l'arrière.
Quand nous arrivons près de Vicky, j'ouvre la voiture à distance pour que Juliette sache vers laquelle se diriger et comme la galanterie Anglaise veut que je sois courtois, je lui ouvre même la portière avant de ranger la guitare dans le coffre. Je viens la rejoindre, m'installe sur le siège conducteur, mets le contact et démarre en direction de l'hôtel à quelques miles de là.
Sur le trajet, j'ai le temps de poser quelques questions à la demoiselle, de faire sa connaissance brièvement avec Queen en fond sonore. Et puis nous y sommes. Parce que je conduis vite. Trop vite, peut-être… Mais la cocaïne fait que je me sens invincible, alors qu'importe.
C'est un hôtel luxueux, dans lequel j'ai réservé la chambre, alors je suis content de pouvoir en mettre plein la vue à la demoiselle. C'est un portier qui vient ouvrir la portière de Juliette tandis que je m'extirpe de la Porsche et que je lance les clés à ce dernier, puis je donne le bras à Juliette pour la conduire à l'intérieur du bâtiment.
« Quand tu disais au bar de l'hôtel, tu voulais vraiment dire au bar ou plutôt commander une bouteille de champ' depuis le room-service ? » Demande-je dans un murmure à son oreille en la prenant par la taille.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Jeu 14 Avr - 20:16

Lorsque Nate l'avait rapprochée de lui en l'agrippant par la taille, resserrant l'étreinte de ses bras autour de son corps, le thorax du musicien plaqué contre son dos, la rouquine sourit et se mordit la lèvre en rejetant légèrement la tête vers l'arrière. Elle vint d'ailleurs effleurer ses lèvres avant de le laisser s'habiller et ranger la loge afin de réduire à néant les traces de leur passage. La guitare à la main, Nate finit par l'entrainer à l'extérieur par la porte de secours et elle fut plutôt surprise de se retrouver devant une superbe voiture. Une Porsche. Il lui ouvrit la portière et la jeune femme s'installa aussi doucement que possible à l'avant, comme si elle avait peur de commettre une bêtise et d'abîmer le bolide. La drogue et l'alcool ne s'étaient pas encore évaporés, néanmoins, et agir avec délicatesse semblait être plus facile à dire qu'à faire, à ce niveau-là. Le brun la rejoignit rapidement et Juliette se détendit aussitôt à son approche. Ce n'était pas vraiment étonnant que Nate ait autant d'argent, lorsqu'elle y réfléchissait davantage. Il ne lui donnait pas l'impression de venir de Tenby et à voir comme les fans semblaient déchaînés, ce soir, son groupe avait décidément beaucoup de succès.

Pendant le trajet, tous deux échangèrent sur leurs vies respectives et Juliette ne put s'empêcher d'apprécier la vitesse avec laquelle Nate poussait la Porsche. Sobre, elle aurait sans doute trouvé qu'il conduisait trop vite, même si elle n'était pas vraiment du genre à s'effrayer aisément, mais en ce moment, elle profitait simplement de l'impression d'invulnérabilité qui les envahissait tous les deux. Elle l’observa distraitement alors qu’elle n’avait pas vraiment besoin de se concentrer sur la route, sentit une agréable sensation de bien-être se propager le long de sa colonne vertébrale alors qu’elle se voulait maintenant apaisée. Rapidement, ils furent devant l’hôtel qu’avait réservé le chanteur et Juliette ne put s’empêcher d’ouvrir légèrement la bouche sous le coup de la surprise lorsqu’on vint lui ouvrir la porte de la voiture. Encore une fois, elle ne s’était pas attendue à autant de luxe et elle récupéra son sac à main avant de quitter l’habitacle pour se retrouver à l’extérieur, surplombée par la devanture imposante de l’édifice.   Elle se retourna pour observer Nate qui confiait les clés de sa Porsche au portier, saisit son bras jusqu’à ce qu’ils soient enfin dans le hall d’entrée impeccable de l’hôtel. Les prunelles de la jeune femme firent rapidement le tour de l’endroit, s’attardèrent sur  certaines peintures ou sculptures plus colorées avant de se poser à nouveau sur le chanteur qui venait tout juste de la prendre par la taille en soufflant quelques mots à son oreille.

Un sourire étira les lèvres de la rouquine et elle réfléchit quelques secondes avant de proposer :  « On a toute la nuit pour profiter de la chambre. J’ai bien envie de visiter le bar au moins une fois avec toi. » Mutine, la jeune femme glissa une main entre le tissu de son haut et sa peau, y dessina quelques arabesques avant de l’entraîner vers l’entrée du bar.

Elle laissa le chanteur leur dénicher une place là où il en avait envie, le suivit avant de retirer son manteau pour le glisser sur le dossier de son banc et de déposer son sac à ses pieds. « Vous avez prévu plusieurs concerts ? » demanda-t-elle en plongeant son regard azuré dans celui du brun, soudain curieuse à l'idée de savoir si ce genre de soirée allait bientôt se reproduire pour lui. Est-ce qu'il profitait souvent des plaisirs de la chair en compagnie de ses fans féminines ? Juliette s'y intéressait plutôt par curiosité que par réelle jalousie puisqu'elle savait d'avance que leur histoire n'était pas faite pour durer. Ce genre de relation n'était qu'éphémère, mais la rousse avait toutefois envie d'apprendre à le connaître davantage, malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Dim 17 Avr - 20:48

The secret door swings behind us
She's saying nothing
She's just giggling along

Les désirs de mademoiselle sont des ordres et main dans la main, je la laisse m'entraîner jusqu'au bar où je viens finalement la guider vers une petite table pour deux dans l'angle. Ici, il n'y a pas foule à cause de l'heure tardive et nous sommes beaucoup plus tranquilles que si nous étions restés au bar de la salle de concert. Pour sûr, mes acolytes doivent se demander où je suis passé, mais ce n'est pas la première fois que je leur fait ce coup là et ce sera certainement pas la dernière non plus. On s'installe, je retire ma veste et quand une serveuse vient nous demander notre commande, j'opte pour quelque chose d'un peu plus chic qu'une Guinness. « Vodka Martini. » Que je demande sans vraiment prêter d'attention à la jeune serveuse, préférant admirer les traits de la belle Juliette en pleine réflexion quant à ce qu'elle va choisir à son tour. Elle s'éclipse, nous laissant à nouveau seuls et c'est la vendeuse qui reprend la parole la première en me posant une question qui me fait sourire. Je pourrais parler des heures des futures dates et de mon sentiment sur scène alors je dois me faire violence pour rester concis et répondre simplement à sa question. Je commence par hocher la tête, un sourire sur les lèvres impossible à dissimuler malgré le sérieux de la conversation. « Ouais… Ouais quelques uns. Au Royaume-Uni principalement : A Liverpool entre autres. J'ai tellement hâte d'y être… C'est de là-bas qu'on est tous originaires, Liverpool… C'est là-bas qu'on a enregistré l'album aussi. Ça va être fantastique ! » Je me pince les lèvres sans penser une seule seconde que ce n'est peut-être pas bien de montrer que j'ai plus envie de jouer à Liverpool qu'ailleurs. « Et puis quelques festivals en Europe, cet été. Rien de bien extravagant pour le moment, mais j'ai sacrément hâte d'y être également. C'est vraiment un rêve qui se réalise. »
De bons projets en somme, surtout compte tenu du décollage assez impressionnant de l'album. « Si tu veux des places… J'pense que ça ne sera pas difficile de me trouver à Tenby. » Propose-je finalement avec un fin clin d'oeil. Mon rêve d'atteindre la scène américaine se rapproche à chaque nouvelle vente et qui sait, peut-être que la tournée s'éternisera et ira toucher les salles transatlantiques. Cette pensée ne cesse d'élargir le sourire béat que j'affiche, me faisant oublier momentanément que la bassiste du groupe n'est plus l'originale et que chaque soir aurait été différent si elle était restée… Si elle n'avait pas aussi peur de l'engagement, que ce soit au niveau de nos carrières musicales comme dans notre vie de couple. Je balaie son image de mon esprit et la serveuse revient avec nos boissons. Une fois remerciée, elle tourne les talons et nous laisse à nouveau rien que tous les deux. Les lumières dans la salle sont tamisées et le passage se fait de moins en moins fréquent bien que quelques personnes soient encore attablées, sirotant des cocktails hors de prix, comme nous deux. Mais personne ne prête attention à nous et après une soirée à avoir été adulé par la foule, c'est agréable un peu d'anonymat.

J'entame mon verre, appréciant chaque gorgée, je le repose sur la table pour venir m'emparer délicatement de la main de Juliette, voir si ce courant électrique est toujours aussi palpable. Il l'est et je m'esclaffe, un peu amusé par la situation.  « Et toi, à part te faufiler dans les loges sans y être autorisée, qu'est-ce que t'aimes faire ?  »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Mer 25 Mai - 22:00

« Je vais prendre la même chose. » ajouta-t-elle finalement après quelques secondes de réflexion, offrant un sourire à la serveuse alors que cette dernière tournait finalement les talons pour rejoindre une autre table. Juliette sourit lorsque Nate se mit à parler, s'amusa un peu de l'excitation et de la fierté qu'elle ressentait dans sa voix à l'idée d'accompagner son groupe sur les scènes de Liverpool. Après tout, c'était beau de le voir parler de son projet avec autant d'animation et des étoiles dans les yeux. « C'est cool pour vous si ça marche bien ! » Juliette n'était pas vraiment difficile en ce qui avait trait à la musique; elle avait donc un spectre d'intérêt musical plutôt large, mais elle savait aussi qu'elle n'était pas la seule à apprécier le style et la voix de Nate ainsi que le talent de ses musiciens. Le groupe lui donnait tout de même l'impression de travailler fort afin de réussir à se tailler une place au sein de ce milieu ultra compétitif et elle était heureuse de voir que les membres du groupe avaient plutôt bien rebondi malgré le départ d'Harlow.

« Je ne voudrais pas te monopoliser pour les concerts à venir. Tu ne me résisterais pas. » ajouta-t-elle avec un petit sourire innocent alors qu'elle caressait délicatement la jambe du chanteur avec son genou. Elle se mordit la lèvre, ne releva la tête que lorsque la serveuse revint avec leurs boissons. Le luxe de l'endroit avait tendance à impressionner la rouquine, mais elle tenta de ne pas laisser paraître son émerveillement, un peu intimidée par cet hôtel et ce bar excessivement somptueux. Alors que Nate attrapait sa main avec délicatesse, la jeune femme se mordit la lèvre et laissa son regard se poser sur leurs doigts pendant quelques secondes avant de prendre une gorgée de sa boisson, réfléchissant à ce qu'elle allait bien pouvoir lui raconter sur elle. Un sourire étira ses lèvres et elle caressa doucement le dos de sa main de son pouce, un peu distraite par le regard du brun au sein duquel elle avait plongé ses prunelles azurées.

« J'aime l'équitation. Beaucoup. Mais je dois dire que c'est quand même pas mal de défier la loi pour s'infiltrer dans les loges. Dans ta loge. »

Cette fois, la rousse lui offrit un sourire charmeur, joua quelques secondes avec les doigts du chanteur avant de poursuivre. « J'aime les chevaux, c'est vrai. J'ai même le miens et j'étudie en médecine vétérinaire. Mais j'aime aussi ... » Elle réfléchit quelques secondes, le nez légèrement froncé alors que le mouvement de ses doigts s'était arrêté sur la main de son partenaire. Qu'est-ce qu'elle aimait, d'autre ? Comment pouvait-elle la qualifier autrement ? « La danse. Et les films country. Tu ne te moques pas ! » le prévint-elle en pressant doucement sa main, faussement choquée à l'idée de le voir la taquiner à ce sujet-là. « Et toi alors ? Je sais déjà que tu chantes et que tu es doué en musique et au lit ... » Sa phrase se termina en un murmure alors qu'elle s'était rapprochée de lui légèrement pour lui permettre d'entendre ce qu'elle allait dire, plongea son regard dans le sien. « Il y a autre chose que je dois savoir ? » demanda-t-elle avec un petit sourire avant de se reculer un peu pour prendre une nouvelle gorgée de sa boisson.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Sam 28 Mai - 21:14

The secret door swings behind us
She's saying nothing
She's just giggling along

On boit ce verre ensemble avec Juliette et c'est seulement maintenant que nous apprenons à nous connaître l'un l'autre. D'ailleurs, j'aime quand elle donne l'impression de s'intéresser au groupe en posant quelques questions. Il n'en faut pas plus pour me faire entrer dans une transe et déblatérer sur notre musique. Alors je réponds à ses questions, essayant tout de même de me retenir pour ne pas la gaver de détails encore et encore. Elle a l'air sincère quand elle fait part de son avis et je la gratifie d'un sourire de gamin, comme si elle venait de me faire une belle surprise. Et c'en est une. Les filles avec lesquelles je couche n'ont pas souvent le temps de me poser de genre de questions ni même de faire la moindre remarque parce que je l'invite à s'en aller aussitôt. Ce soir, avec Juliette, les choses sont différentes et je me mords la lèvre inférieure subtilement quand je sens son genou se glisser contre ma jambe. Ca me surprend la première seconde, mais dès celle d'après, la rouquine a droit à un regard de braise. « Ca, tu l'as dis, chérie. » ajoute-je de mon meilleure accent snobinard de Liverpool à sa réflexion avec un clin d'oeil.
Enfin, je lui pose quelques questions à mon tour et elle me répond avec son accent américain typique qui me fait sourire bêtement. Loin de me moquer, j'apprécie juste les différences. Je l'écoute parler tandis que mon regard se pose tantôt sur sa main, tantôt sur son visage angélique et si elle me demande de ne pas rire à sa révélation, je me contente alors de me pincer les lèvres très fort pour ne pas exploser d'un fou rire qui réveilleraient tous les pensionnaires endormis de l'hôtel. « La country ? Sérieusement ? Avec le Stetson et les éperons aux bottes ? » C'est plus fort que moi, mon sourire s'élargir, mais je parviens quand même à ne pas rigoler « Je ne vais pas me moquer, c'est dans ta culture, après tout. » Ce sont évidemment les clichés les plus grossiers qui me viennent en tête et brièvement, je m'imagine la demoiselle avec un chapeau sur son cheval en sillonnant les champs du Texas. Autant dire que c'était quelque chose qui était bien loin de me traverser l'esprit en début de soirée quand je ne connaissait pas encore son prénom. « Je connais quelques chansons de country si tu veux… » Que je lance pour la taquiner, même si sérieusement, je serais capable de lui jouer un ou deux morceaux. C'est loin d'être mon registre de prédilection, mais les cours de solfège nous apprennent toutes les possibilités musicales pour que l'on découvrent lesquelles sont les plus adaptées à nos envies et à notre goût. Pour moi, la country n'est définitivement pas ma musique favorite, mais je connais quand même les chansons les plus célèbres comme tout musicien qui se respecte.

La demoiselle retourne ma question et s'approche sensuellement, me laissant un goût d'inachevé quand elle se recule finalement pour prendre une gorgée de son cocktail. Je la regarde, me mordant l'intérieur de la joue alors que j'ai envie de la faire grimper aux rideaux une fois encore. Pourtant, je décide de répondre avec franchise à sa question tandis que j'emmène à nouveau mon verre à mes lèvres. « Et bien… Je suis plutôt doué pour l'impro sur texte. » Je repose le verre et pensif, je regarde rapidement autour de nous pour avoir quelques idées. Au bout d'une minute environ, je m'exécute pour prouver mon talent à l'américaine. « Sous ce lustre de crystal / Je n'ai d'yeux que pour toi / Que mon existence est pâle / Quand tu n'es pas dans mes draps. » Je m'arrête, reprends une gorgée. « Attention, le reste est un peu plus vulgaire. » Je repose le verre et reprends sur le ton d'un chanteur de rap. « Avec ta robe bleue électrique / Et puis ton corps de déesse / Sans effort tu me donnes la trique / Qu'est-ce que j'aime mater tes fesses / Bouge pour moi vas-y élance toi / Donne moi ton rêve et ton étincelle / Danse comme si je ne te regarde pas / Puis laisse moi t'emmener au septième ciel. » Je m'esclaffe, espérant avoir convaincu la demoiselle en terminant mon verre d'une traite. Le but de l'exercice n'est pas de la mettre mal à l'aise et je viens à présent me rapprocher d'elle, les coudes sur la table pour susurrer quelques mots à son oreille. « Mais si tu as quelque chose à savoir, c'est surtout que j'ai terriblement envie de te faire visiter la chambre. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette Lun 27 Juin - 20:58

« Et oui ! Country ! Autant la musique que les films, d'ailleurs. Je viens du Texas et je fais de l'équitation, on ne peut pas avoir plus cliché que ça. » ajouta-t-elle en riant alors qu'elle haussait délicatement les épaules. Si la rouquine avait un accent typiquement américain, elle n'avait pourtant pas l'accent du sud, comme si ses origines européennes trahissaient une certaine classe supplémentaire que les texans n'arboraient généralement pas. Néanmoins, son visage s'éclaira lorsqu'il affirma connaître quelques chansons country et elle pencha légèrement la tête de côté en se mordillant légèrement la lèvre, intéressée à ce qu'il lui fasse l'honneur de ne chanter que pour elle dans un style qu'elle adorait et qui n'était visiblement pas le sien. « Ça me plairait beaucoup. » avoua-t-elle avec un petit sourire, amusée à l'idée d'imaginer le musicien avec un chapeau de cowboy. Si Juliette n'était pas une groupie en général, elle ne regrettait absolument pas son escapade dans la loge du groupe puisqu'elle savait qu'elle n'oublierait pas sa soirée et sa nuit de sitôt.

Elle pencha à nouveau la tête de côté lorsqu'il affirma être doué pour l'improvisation, attendit qu'il s'exécute, curieuse. Elle écouta les paroles, posa ses coudes sur la table pour se rapprocher de lui lorsqu'il précisa que la suite ne convenait pas aux enfants, se mordit la lèvre pour ne pas rire alors que l'une de ses mains glissait sous la table pour caresser le genou et l'intérieur de la cuisse - ce qu'elle pouvait atteindre de ses doigts - du musicien. « C'est vrai que tu te débrouilles plutôt bien ! » le taquina-t-elle alors qu'elle ramenait ses cheveux d'un seul côté de son cou lorsqu'il s'approcha davantage pour susurrer quelques paroles à son oreille, des mots qui l'enflammèrent. Elle plongea son regard azuré dans le sien, finit son cocktail d'une traite avant de se redresser pour déposer un baiser dans le creux de son cou. « Et je meurs d'envie de m'y retrouver, seule avec toi. Il y a un jacuzzi ? » demanda-t-elle, mutine, le regard pétillant, avant de lui prendre la main pour l'entraîner à sa suite. Elle le laissa ensuite prendre les devants puisqu'elle ignorait où se trouvait sa chambre, envoya un rapide texto à son amie afin de lui dire de ne pas l'attendre. une fois dans l'ascenseur, la rouquine n'attendit même pas que les portes soient refermées pour plaquer le brun contre la cabine, laissant ses doigts s'infiltrer le long de sa ceinture, entre son pantalon et l'épiderme de sa peau.  

Lorsque ses lèvres capturèrent les siennes, elle pressa également son corps contre le sien, mordilla la lèvre inférieure du musicien avant de le laisser mener la danse jusqu'à sa chambre. Rien n'empêchait Nate de commander une bouteille de champagne comme il l'avait d'abord proposé lorsqu'ils avaient mis les pieds dans le hall d'entrée de l'hôtel, sauf peut-être la fougue de la rouquine lorsque la porte fut enfin refermée derrière eux.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fools on parade. Juliette

Revenir en haut Aller en bas

Fools on parade. Juliette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-