AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Be my guest, don't be a pest | Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Rhys - Max - Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 2529
POINTS : 5348
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle essaie de remettre son corps en forme et de se reconstruire psychologiquement. Tout le monde lui souhaite un prompt rétablissement.


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyDim 27 Déc - 20:53

Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_m4o2mcmQeP1qmhggvo1_500


« Sérieusement ? Tu veux faire partir des affaires à maman ? » Gwen fusillait son père du regard en entrant dans la chambre parentale de la maison. La jeune femme comprenait que tout un chacun pouvait réagir différemment au deuil mais ce qu’il s’apprêtait à accomplir lui restait en travers de la gorge, même si Monsieur Martins était triste de devoir vivre au quotidien avec les affaires de sa femme dont on pouvait encore sentir le parfum envahir la pièce. « Je t’interdis ! Comment oses-tu alors que son lit est encore chaud… » C’était une métaphore exagérée bien sûr et même si trois semaines s’étaient écoulées depuis lors, elle avait l’impression que c’était hier encore… autrement dit beaucoup trop récent. Son père ne comptait se séparer que de quelques vêtements et autres objets superflus, et non pas de la garde-robe entière, cependant la chanteuse refusait tout bonnement que l’on fasse disparaître sa mère de leur vie après aussi peu de temps. Voilà le problème. Gwen avait besoin de plus de temps. « Lâche ça ! » Rugit la métisse en s’approchant de son paternel et en lui arrachant le haut qu’il tenait. Cette blouse, sa mère l’avait portée lors de sa remise de diplômes lorsqu’elle avait réussi en dernière année de lycée. Chaque affaire, chaque objet, évoquait un souvenir dont la jeune femme n’était pas encore prête à se séparer. « Gwen, arrête tes enfantillages ! On ne t’a quasiment pas vue pendant quatre ans et tu penses pouvoir revenir comme ça et décider de tout ? Je ne sais pas comment ça fonctionne dans l’industrie musicale, mais t’es pas un commandant ici. » Répliqua son père en la repoussant suffisamment fort pour la faire reculer de quelques pas. La respiration de la jeune femme s’accéléra, ses muscles se tendirent tandis qu’elle était prête à bondir sur lui. Monsieur Martins était plutôt costaud, au physique entraîné, qu’il se devait d’avoir puisqu’il travaillait comme haut gradé dans la police à Swansea. C’était également une des raisons pour lesquelles Gwen passait ses échecs sous silence à Londres, ses échecs… et ses addictions. Elle avait toujours été plus proche de sa mère que de son paternel, plus strict et sévère à cause de son travail. Maintenant que son épouse n’était plus, l’équilibre familial risquait de se rompre définitivement entre sa fille et lui. Ils tenaient indéniablement l’un à l’autre, cependant ils ne se comprenaient plus. L’un avait besoin de progressivement retrouver son espace tandis que l’autre avait besoin que les choses restent à leur place pour le moment. Pour Gwen, c’était comme si son père cherchait à effacer sa mère trop tôt de sa vie, pourtant il en était éperdument amoureux mais il ne supportait plus d’avoir le sentiment de la voir au travers de ses effets personnels chaque fois qu’il rentrait dans leur chambre. Néanmoins, la jeune métisse n’en démordrait pas, quitte à en venir aux mains si nécessaire. Monsieur Martins n’avait jamais vue sa fille dans un tel état. Le deuil pouvait-il à ce point changer une personne ou bien était-ce ses années passées à Londres ? Un peu des deux sans doute. « Alors pourquoi te séparer définitivement de ses affaires ? Pourquoi tu ne les mets juste pas dans une autre pièce ou ailleurs ? » Selon la réponse qu’il donnerait, elle était prête à lui tomber dessus. « Tu sais bien que je ne supporte plus les voir mais je vais prendre ce que tu demandes en considération et réfléchir pour les déplacer et non les faire partir. » Prendre en considération ? Y réfléchir ? Gwen s’énerva davantage et chercha à récupérer les affaires à nouveau. Inflexible, son père l’empoigna par la taille tandis qu’elle criait puis il descendit les escaliers, toujours la jeune femme dans ses bras. Il la redéposa au pied des marches et se planta sur ses pieds comme s’il barricadait les escaliers pour éviter qu’elle ne remonte. « Maintenant tu sors et tu vas te calmer, et tu as intérêt à ne revenir que quand ce sera le cas, compris ?! » La colère qu’elle lut dans ses yeux la dissuada de discuter davantage. Sa mère n’aurait pas aimé qu’elle se batte contre son père même si cette envie la démangeait complètement. Elle ne réussit néanmoins pas à retenir une gifle bien sentie à l’encontre de son père, une qui les marquerait au fer rouge encore longtemps et ne ramènerait pas de sitôt leur relation au beau fixe. Dans sa dignité, il choisit de ne pas répliquer contre elle, mettant sur la colère ce qu’elle venait d’oser faire. En rage, Gwen attrapa une veste de son côté et empoigna son sac à main avant de sortir en furie de chez elle.

Alors qu’elle marchait d’un pas vif, elle enfila sa veste et se dirigea vers un bar de Tenby. La métisse avait cruellement besoin de décompresser et gare à celui qui se mettrait en travers de sa route. En colère, elle tenta tout de même de retrouver un certain aplomb avant de rentrer à l’intérieur. Elle se fraya un chemin jusqu’au bar où elle commanda un verre du whisky le plus fort. Elle vida plusieurs rasades et en enfila un second. Un gars un peu plus téméraire que les autres et qui ne la connaissait encore visiblement pas, tenta une approche pour lui proposer un verre tout en balançant une blague lourde sur le fait qu’elle était capable d’encaisser un alcool fort. La jeune femme répondit par la négative mais il se montra insistant. Pourquoi les mecs ne comprenaient-ils jamais – pour la plupart – que parfois les filles ne voulaient réellement pas quelque chose et ne répondaient pas non pour se rendre inaccessibles et les pousser à en rajouter une couche ? Non c’était non dans bien des cas ! « Écoute moi bien toi, je sais pas qui t’es, mais c’est pas mon jour, alors arrête de m’emmerder avec tes conneries et va voir ailleurs. » Bluffé par la façon dont Gwen venait de le rembarrer, le garçon resta quelques minutes immobile, incapable dans placer une. Touché dans sa fierté, devant ses potes en plus, il n’en fallut pas davantage pour qu’il essaie de renverser un verre sur la jeune Martins. Vous avez dit petit de sa part ? « Tu vas voir, ouais ! » Plus prompte que lui, Gwen se dégagea juste avant que le liquide ne l’atteigne. Elle recula tellement vite que son tabouret tomba sur le côté et elle se retrouva légèrement en arrière du jeune homme. Prenant sa garde de boxe pour se protéger, Gwen avança d’un pas et lui en colla une bien méritée, c’était comme si elle se défoulait enfin de sa journée merdique. Ne pouvant tout de même se permettre un esclandre, elle choisit de s’arrêter à contrecœur et attrapa ensuite le bras du garçon en le lui coinçant douloureusement dans le dos. « Si tu tiens à ton bras, ne t’avises plus de t’approcher de moi. » Ce n’est que lorsqu’il acquiesça que Gwen lâcha prise et recula. Elle vida le reste de son verre de whisky et remit sa veste. Si elle restait dans cet endroit, elle risquait de devenir dingue, d’autant que les amis de l’autre risquaient de venir la provoquer aussi. La Martins adressa un regard au barman pour lui confirmer que tout allait bien et elle quitta ensuite les lieux. En sortant sur la gauche, elle reconnut quelques personnes qui fréquentaient l’endroit plusieurs soirs par semaine également. C’était des connaissances de l’adolescence qu’elle avait rencontrée lorsqu’elle avait son groupe de musique. Gwen s’éloigna de quelques pas avec eux et s’alluma un joint qu’ils lui offrirent pour décompresser. S’ils avaient une dose à partager, elle en prendrait bien une ce soir aussi mais elle devait d’abord se calmer. Le joint l’aiderait à relativiser et à être plus euphorique. Loin d’être une adepte régulière, elle s’en tirait quelques fois en soirée pour se mettre dans l’ambiance, au risque d’abîmer ses cordes vocales. De toute façon, celles-ci ne lui servaient pas à grand-chose puisqu’elle ne perçait pas à Londres. Gwen devait simplement jouer le jeu le temps qu’elle resterait à Tenby. Soudain, une ombre s’approcha. La jeune femme leva les yeux vers la silhouetta qui s’arrêta devant elle. Encore l’emmerdeur du bar ? Non, heureusement pour lui, il n’avait pas osé. Il s’agissait d’une tout autre personne. « Caleb ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ? » Demanda la métisse sous le coup de la surprise, sans même prendre le temps de le saluer. Avait-il assisté à ce qui s’était passé ? Elle ne tarderait pas à le savoir. Le Donovan et elle étaient des amis de longue date même si leur relation s’était distendue depuis qu’elle était partie à Londres. Néanmoins, il avait fait partie de ceux venus à l’enterrement de sa mère. Bien sûr, les deux amis n’avaient pas vraiment eux le temps de se retrouver vu les circonstances mais ça lui avait fait plaisir de le revoir. Davantage que ce soir… En effet, Caleb était un garçon droit dans ses bottes et ce dont Gwen n’avait absolument pas besoin en cet instant précis, aussi tendue qu’elle était, c’était qu’il lui donne des leçons. Autant elle tenait à lui au point qu’il soit une des rares personnes qu’elle ne voulait pas décevoir, autant ce soir, il ferait mieux de se tenir loin d’elle ou de ne pas la juger s’il tenait à son derrière.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Be my guest, don't be a pest | Caleb 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyMer 30 Déc - 3:12


Les mains dans les poches de son manteau, des écouteurs diffusant dans ses oreilles du Pink Floyd, le sourire aux lèvres, Caleb marchait d'un pas vif dans la rue. Il venait à peine de quitter Paige, sa petite amie et il se retourna pour lui envoyer un dernier baiser tandis qu'elle le regardait s'éloigner de sa fenêtre, comme à l'accoutumée. Il aurait volontiers passé la nuit avec elle, mais il ne pouvait pas laisser sa petite sœur toute seule à la maison. Nia avait beau tenter de se responsabiliser et le pousser à sortir un peu plus, ce n'était pas ce qui allait le rassurer. Et s'il lui arrivait quelque chose en son absence ? Il ne pourrait jamais se le pardonner. Alors en règle générale, c'était plutôt Paige qui venait dormir chez lui. Au moins, s'il avait eu l'impression que le contrôle des événements lui échappait totalement avec Nia, il pouvait se réconforter en se disant qu'il ne foirait pas non plus dans tous les domaines de sa vie. Et puis, ça allait mieux, ces derniers temps. Il avait fait fort en frappant Nate, mais celui-ci l'avait bien cherché et sa petite sœur n'avait même pas eu l'air de lui en vouloir. Maintenant, tout ce qu'il voulait, c'était laisser cette histoire derrière lui. Il avait encore l'impression que Nia semblait parfois à des années-lumière du monde réel, mais il faisait beaucoup d'efforts pour lui faire plaisir et, après réflexion, il avait décidé de laisser ses parents tranquilles en ne leur demandant pas d'abréger le voyage qui leur faisait du bien. Tout n'était peut-être pas perdu. Il n'était peut-être pas un si mauvais grand frère que ça. En tout cas, il voulait leur laisser encore une chance, à tous les deux. S'il n'arrivait toujours pas à gérer, alors il prendrait des mesures plus radicales. En attendant, il faisait juste de son mieux.

L'air frais lui faisait du bien. Il avait toujours aimé ça, marcher en pleine nuit. Certaines personnes voyaient en lui un extra-terrestre, surtout au vu des températures actuelles, mais il les supportait mieux que la plupart des personnes. Alors il avait décidé de laisser la voiture dans le garage et d'aller chez sa petite amie à pied, même s'il vivait en-dehors du centre. En plus, ça ne pouvait pas lui faire de mal. Caleb venait tout juste de commencer son travail dans une clinique vétérinaire à Swansea, ce qui lui laissait moins de temps pour les activités physiques dont il avait pourtant bien besoin. Il aurait bien aimé attendre après les fêtes, mais ce n'était pas comme s'il pouvait faire le difficile. Certains de ses nouveaux collègues étaient partis en congé et il faisait donc ses débuts dans une ambiance agitée, parce que les personnes présentes devaient faire face à une demande constante. Surpris, le jeune homme s'était ainsi rendu compte que même les animaux domestiques profitaient bien des fêtes, à cause de maîtres assez inconscients. Et bien évidemment, en tant que petit nouveau, il écopait des tâches les plus ingrates. Mais tant pis, il s'y faisait et il était décidé à faire ses preuves. Certaines femmes plus âgées que lui semblaient déjà l'avoir pris en affection et il rigolait déjà bien avec son mentor, celui qui avait été son tuteur de stage dans cette clinique quand il était encore étudiant. De toute façon, Caleb se sentait vraiment fait pour ce métier. Il se sentait tellement heureux d'avoir atteint son objectif, son rêve de gosse, que ce n'étaient pas les difficultés du début qui allaient le décourager.

Chantonnant joyeusement, l'aîné des Donovan passait devant le bar quand son regard s'arrêta sur une silhouette familière. Immédiatement, il s'approcha d'elle, retirant ses écouteurs et mettant sa musique sur pause. Il ne put s'empêcher de sourire en constatant qu'elle paraissait très surprise de la voir. « Salut Gwen ! Ben alors, tu partages pas ? » plaisanta-t-il. Les joints, il avait testé quand il était adolescent, mais sans plus. Ça n'avait jamais été trop son truc, même si ça lui était arrivé quelquefois. Gwen le connaissait depuis suffisamment longtemps et assez bien pour le savoir. « J'essayais de me refaire une jeunesse dans le coin, tu vois. » Il lui adressa un sourire. Ils avaient le même âge et avaient encore de longues et belles années devant eux, mais on l'avait déjà suffisamment embêté pour qu'il se sente relativement vieux. « Non, je reviens de chez ma copine. » Ce n'était peut-être pas une très bonne idée de parler de sa petite amie à celle avec laquelle il avait partagé deux années de sa vie, d'autant plus qu'il était très heureux avec Paige et que Gwen était en deuil... Mais il n'avait pas su comment répondre à la question autrement et d'ailleurs, la métisse finirait bien par l'apprendre. « Tu te souviens qu'on aimait venir là, quand on avait dix-huit ans ? On était tout contents d'être majeurs et du coup, pour nous, c'était la super-classe de traîner dans le coin. » À l'époque, ils étaient jeunes, pleins d'entrain et débordant d'imagination et d'enthousiasme. À l'époque, Gwen n'avait pas perdu sa mère et Caleb n'avait pas perdu son petit frère. À l'époque, ils n'avaient pas encore été écorchés par les épreuves. À l'époque, c'était la belle vie. Lentement, le vétérinaire s'était adossé au mur, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde se retrouver ainsi avec une amie de longue date et une ancienne petite amie, quasiment au milieu de la nuit et en pleine rue. Mais il aurait senti la détresse de la Galloise même sans lui parler. Comment aurait-il pu en être autrement, d'ailleurs ? Il ne l'avait pas vraiment revue, après les obsèques, hésitant entre l'envie de la laisser tranquille comme lui-même le voulait l'année précédente et celle de chercher à lui apporter une aide plus concrète. En tout cas, maintenant qu'ils se voyaient par hasard, il n'était pas pressé de la quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Rhys - Max - Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 2529
POINTS : 5348
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle essaie de remettre son corps en forme et de se reconstruire psychologiquement. Tout le monde lui souhaite un prompt rétablissement.


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyMar 5 Jan - 21:00


Caleb n’était pas juste un ami, il était aussi le seul garçon que Gwen avait laissé entrer dans sa vie de façon plus importante que toutes les histoires en l’air qu’elle avait connu et assez longtemps pour qualifier leur relation d’assez durable. Son départ à Londres avait fini par distendre leur lien au point qu’ils choisissent de mettre un terme à leur couple mais ils ne s’étaient pas quittés fâchés et cette séparation n’avait en rien entaché leur amitié d’origine. Tandis que ses pas résonnaient sur le sol dur de cette ruelle, la métisse se retrouva un instant projetée dans un autre temps, le passé refaisait surface : certains soirs, ils venaient se réfugier en ces lieux, à l’époque où le monde s’offrait encore à eux. Le silence se posa quelques secondes entre eux, après la question formulée par la jeune femme. Elle était évidemment surprise de le voir dans les parages, surtout ce soir. La chanteuse n’avait pas imaginé le revoir dans l’immédiat. Alors qu’il se tenait devant elle, elle avait la sensation de voir une illusion traitresse, une distension de la réalité, et pourtant, hormis deux verres de whisky et quelques coups tirés sur le joint, elle n’était pas perchée. Caleb lui apparaissait encore plus magnifique que dans ses souvenirs, hormis le jour de l’enterrement de sa mère où elle n’avait pas vraiment prêté attention à ceux qui l’entouraient. Au fil du temps, son cerveau avait terni les images de son esprit pour ne lui rendre que de pâles copies de son charme actuel. Il était si simple de vouloir se replonger dans le passé, un passé qui ne leur correspondait plus aujourd’hui. Les deux jeunes gens étaient passés à autre chose. Gwen essayait surtout de cacher sa tristesse et sa colère par rapport à la dispute familial qu’elle venait d’avoir. Elle cachait la souffrance de la perte devant tout le monde, faisant bonne figure et jouant le rôle qu’elle devait interpréter. Caleb la connaissait mieux que la plupart des gens, il avait sans nul doute perçu la vague de vulnérabilité qui se lisait sur son visage. Ses mains tremblaient, elle avait du mal à contrôler ses nerfs à vifs. Lorsque le jeune homme lui demanda si elle partageait ce qu’elle consommait, Gwen lui tendit son joint. Ses connaissances s’étaient éloignés pour leur laisser l’espace de se retrouver. N’étant pas d’humeur à l’humour, elle lui rendit maladroitement son sourire mais le cœur n’y était pas, surtout que son ex lui entailla un peu plus la journée en lui rappelant qu’il était casé. La jeune femme n’était pas jalouse cependant elle avait tout de même eu des sentiments pour lui et elle ne pouvait s’empêcher d’avoir un pincement au cœur en se disant que sa vie amoureuse ne serait peut-être pas autant un échec tout comme le reste de sa vie si elle était restée à Tenby, et surtout avec Caleb, Elle ne le saurait jamais et ne regrettait pas d’avoir pris un ticket pour Londres. Même si ses rêves ne s’étaient pas encore – réellement – réalisés, Gwen ne cesserait jamais de vivre de ce qu’elle aimait faire. La fin de leur histoire avait sûrement été plus bénéfique pour lui et elle était contente pour lui. À force, elle aurait fini par le ravager, lui aussi. Tout comme le reste de sa vie. La voix de Caleb transperça à nouveau la brume de ses pensées, son timbre chaleureux dénotant avec le contexte. Il lui évoquait d’autres souvenirs les concernant dont ceux qu’elle s’était déjà rappelée quelques instants plutôt. « Oui, on était jeunes et cons. Des cons avec des rêves porteurs. » Gwen s’alluma une cigarette cette fois, elle était comme une soupape ou une bombe à retardement, à deux doigts d’exploser. Elle aurait sans doute dû rester dans ce bar et achever de s’énerver sur ce gars goujat, sa colère lui serait peut-être passée… pour un temps. Il faut dire que la jeune femme n’allait plus à la boxe pour se défouler comme lorsqu’elle était à Londres et qu’elle accumulait les choses ces derniers temps. « Alors quoi de neuf ? » Amis comme ils l’étaient, la musicienne était au moins au courant des grandes lignes : il était en couple et tout se passait bien, et il avait bientôt fini ses études de vétérinaire, il s’occupait de sa sœur également, et pour le reste, elle connaissait l’essentiel, et même plus, puisqu’après avoir vécu une histoire comme la leur pendant deux ans, chacun arrivait à décrypter sans trop de mal les émotions de l’autre. « Ta sœur, ça va ? » Elle tira une ou deux bouffées de sa cigarette, tout en écoutant les réponses de Caleb avec qui elle essayait de garder la face et de mener plus ou moins à bien la conversation mais les effets de la nicotine ne la calmèrent définitivement pas. Gwen repensa à la dispute avec son père et, soudain, sans crier gare, elle craqua enfin le masque devant une personne extérieure à sa famille, pour la première fois depuis son arrivée à Tenby. « J’vais péter un plomb ! » La rage au cœur, elle envoya un violent coup de poing dans le mur, si bien que la brique touchée se fissura légèrement sous l’impact de ses doigts désormais en sang tandis que tous les membres de la jeune femme tremblaient de nervosité. La peine et la douleur reprenaient leurs droits de façon fulgurante sur elle. Et même si le masque se fissurait, elle devrait tout de même garder certaines choses sous silence. Londres devait rester son secret, un secret qu’elle emporterait avec elle hors de Tenby.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Be my guest, don't be a pest | Caleb 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyMer 6 Jan - 4:14


Il y avait bien longtemps que Caleb n'avait pas partagé un moment tout à fait normal avec Gwen. Ils avaient communiqué, quand elle était avec Londres, mais ce n'était pas du tout la même chose. Aujourd'hui, il avait l'impression de se retrouver quelques années auparavant. Une belle jeunesse qui ne s'était pourtant pas encore enfuie, cependant, s'étaient envolées l'innocence et la pureté relative d'une existence qui n'avait pas encore été entachée par le deuil. Il lui semblait que c'était à la fois hier et à la fois des années-lumière auparavant, une sensation difficile à décrire. Gwen ne paraissait pas avoir foncièrement changé. C'était toujours une jeune femme à la répartie parfois déroutante, vive d'esprit et accrochée à des vices courants que ses parents auraient désapprouvés. Mais quelque chose était différent chez elle. Il avait l'impression qu'une part d'espoir lui avait été ôtée, qu'une tristesse se lirait toujours plus ou moins dans ses yeux, comme si elle avait brutalement été projetée dans le monde des adultes. Un monde détestable sous bien des aspects. Le vétérinaire ne connaissait pas bien la nature humaine, mais il n'estimait pas trop présomptueux d'attribuer les maux de son amie à la perte de sa mère. Il savait ce que c'était, de renoncer à l'idée de revoir un jour un être cher, de le serrer dans ses bras, de partager avec lui des joies quotidiennes et de lui dire à quel point on l'aimait. Le déni, la colère, le sentiment de culpabilité : il était passé par là. Et ce dernier sentiment ne l'avait jamais vraiment quitté, revenant l'envahir assez régulièrement, parfois aux moments où il s'y attendait le moins. Il s'était reconstruit autant que possible, gagnant ainsi le respect et l'admiration de la majorité des habitants de Tenby. Mais les coups de blues, il les connaissait encore. Il continuait à penser à son petit frère tous les jours, bien sûr. Seulement, il fallait apprendre à vivre avec ses sentiments négatifs et c'était peut-être là tout le challenge. Il fournissait autant d'efforts que possible pour aider sa sœur à en faire de même, constatant avec dépit que c'était aussi difficile pour elle que pour sa mère. Pour Gwen, l'atrocité de la peine était encore toute fraîche. Et malheureusement, Caleb était bien placé pour savoir qu'il n'y avait pas grand-chose à faire. Il pouvait peut-être lui proposer une aide concrète, ou alors essayer de lui changer les idées le temps d'une soirée. Et, pour ne rien arranger, en plus du chagrin qu'il ressentait en elle, il y avait encore autre chose. Il la connaissait suffisamment bien pour lire en elle une faille, une faiblesse qu'elle n'exprimait pas, mais qu'il devinait confusément sans pour autant réussir à l'identifier formellement. Aussi, quand il eut l'impression de pouvoir placer une parole un tant soit peu réconfortante, il saisit l'occasion immédiatement. « Au moins, on les a réalisés, nos rêves. » Elle, à Londres, en vivant de la musique. Lui, ici, en devenant vétérinaire. Ça n'avait rien à voir ensemble, mais c'était ce qu'ils avaient profondément désiré, chacun de son côté. Quatre ans. C'était passé très vite.

« Ben... Pas grand-chose, tu sais. Mes parents sont en voyage et ils reviendront d'ici quelques mois. Sinon... J'ai eu mon diplôme en juin dernier et je viens de commencer à travailler. J'ai un peu droit à une sorte de bizutage du petit dernier fraîchement débarqué, mais ça reste gentil et je me plains pas. » Le jeune homme aurait pu parler de son petit frère, de sa petite amie à nouveau, ainsi que des difficultés qu'il avait rencontrées avec sa petite sœur. Mais ce n'était pas forcément approprié, même si c'était ce qui lui tenait le plus à cœur et ce qui occupait le plus les pensées. Il ne savait pas quoi dire d'autre, de toute façon. Son existence n'avait rien d'exceptionnel, rien de bien folichon, surtout pour quelqu'un de vingt-cinq ans, mais ça ne le dérangeait pas. Au fond, il n'aspirait à rien d'autre qu'une vie tranquille, entouré des personnes qu'il aimait et exerçant son métier avec une certaine joie. Qu'en était-il de la métisse ? Elle était loin du quotidien qui était désormais le sien, dans la capitale anglaise. Loin de la scène, de la musique et des applaudissements. Il était hors de question qu'il s'amuse à lui retourner la question, même si ça ne faisait pas très poli. De toute façon, Gwen avait enchaîné en demandant des nouvelles de Nia. Elle l'avait connue quand ils étaient ensemble, mais elle ne l'avait pas revue depuis (sauf peut-être si elle s'étaient croisées par hasard). À cette époque, Nia avait quoi... Treize ans ? Elle devait à peine s'en souvenir. « Elle a un peu de mal, mais...» Cependant, il avait à peine pris la parole que la Martins poussait une exclamation retentissante, avant d'envoyer son poing dans le mur. Tout bonnement interloqué, Caleb resta silencieux et immobile pendant quelques secondes, avec une étrange impression d'irréalité. Puis, réagissant enfin, il s'approcha d'elle. « Hey... » Peiné de la voir dans cet état, il se pencha sur la main de Gwen, l'attrapant délicatement pour tenter de l'examiner au mieux. « Viens à la lumière... » Il ne savait pas ce qui l'avait poussée à sortir ainsi de ses gonds, mais il se doutait que ça avait un lien avec l'épreuve atroce qu'elle subissait. « Ça m'arrivait aussi d'avoir envie de péter les plombs quand Dan est parti... » Sauf qu'il extériorisait tout seul, dans son coin, parce qu'il n'avait guère le choix. « Si tu te soignes pas, ça pourrait finir par s'infecter... Je suis pas médecin, mais je devrais pouvoir me débrouiller. » Il essaya de capter son regard, comme si ça pouvait l'aider à comprendre. « Tu veux venir chez moi ? Ma petite sœur est là-bas. Et y'a des remontants aussi, si ça te tente... »
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Rhys - Max - Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 2529
POINTS : 5348
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle essaie de remettre son corps en forme et de se reconstruire psychologiquement. Tout le monde lui souhaite un prompt rétablissement.


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyDim 31 Jan - 21:49


Les mots de Caleb résonnèrent plusieurs secondes dans l’esprit de Gwen. Il essayait sans doute de la réconforter en lui rappelant qu’il avait au moins réalisé leurs rêves mais il venait, sans le savoir, de lui enfoncer un nouveau poignard dans le ventre. En revenant à Tenby, deux chois s’étaient offert à la jeune femme. Continuer le mensonge qu’elle avait servi à sa famille ces derniers mois, en leur omettant l’échec complet qu’était devenue sa vie à Londres, et n’affronter que la douleur de la perte de sa mère ou au contraire faire table rase et profiter de ce moment tragique pour avouer la vérité et alléger sa conscience au risque de perdre la face devant tout le monde et de se retrouver dans un état pire encore que celui dans lequel elle se trouvait actuellement… Gwen avait longuement réfléchi à la question. Non seulement, elle refusait d’infliger cette peine supplémentaire à sa famille, cette déception à son père, mais en plus, le mensonge avait tellement fini par habiter ses sens, qu’elle préférait s’y accrocher et croire qu’elle vivait vraiment cette vie, plutôt que d’affronter la réalité de ses désillusions. La chanteuse n’était elle-même pas certaine de pouvoir survivre au déni qu’elle avait instauré comme carapace. Si elle levait le voile de la vérité, elle risquait de replonger dans l’océan de ses démons bien plus profondément encore. Pour l’instant, Gwen parvenait encore à se maintenir à la surface et à faire bonne figure. Elle espérait tenir suffisamment de temps avant de rentrer à Londres, sauf que les mêmes problèmes l’attendaient dans la capitale anglaise et pour le moment, elle n’avait aucune solution de repli pour y retourner, alors elle s’éternisait à Tenby, une présence que personne ne remettait en question actuellement puisqu’elle venait tout juste de perdre la personne à laquelle elle tenait le plus au monde, sa mère. Ce comportement avait toujours été dans la nature profonde de Gwen pourtant, toujours dissimuler ce qu’elle ressentait, l’ignorer pour mieux s’en remettre. Néanmoins, face à Caleb, un de ceux qui la connaissaient le mieux, elle avait l’impression que son masque sans émotions craquait et se fissurait. Fragilisée par la dispute violente qui avait éclaté entre son père et elle aujourd’hui, elle perdait pied. Gwen le ressentait elle-même car la jeune femme faillit commettre une bourde en lui répondant de parler pour lui sur la question de rêves réalisés. Heureusement, elle ne balança aucune bêtise et se contenta d’hocher la tête positivement en affichant un mince sourire. Elle s’enquit ensuite des nouvelles de son côté. Caleb lui expliqua que ses parents étaient partis en voyage plusieurs mois et qu’il avait obtenu son diplôme en juin dernier. Ses premiers mois de travail se passaient bien puisqu’il avait même droit à l’accueil rituel des petits nouveaux. « Plusieurs mois de voyage ? C’est le pied ! Parfois, j’aimerai que le temps s’arrête pour en profiter mais ce n’est pas aussi facile, malheureusement. » Quant aux études, il avait bien du courage, elle avait bien suivi des cours de danse et de chant pour poursuivre ses rêves mais rien de fondamentalement théorique ou du moins qui ne l’était pas à ses yeux. « Et c’est super pour ton diplôme, c’est vrai que j’étais au courant mais je n’ai pas encore eu l’occasion de te féliciter en personne. Pour le bizutage c’est cool, j’imagine que tu sais comment affronter tout ça. » Elle lui adressa un petit clin d’œil et un faible sourire. Quand ils étaient ensemble, Gwen avait pas mal appris à Caleb à avoir plus de répondant, c’était dans ses gênes à lui d’ailleurs, même s’il avait eu du mal à le croire au début. La jeune femme préféra ne pas aborder le sujet de son frère, elle savait dans les grandes lignes ce qui s’était passé, donc mieux que personne, le vétérinaire pouvait comprendre ce qu’elle traversait. Ce n’était pas utile d’en parler. En revanche, Gwen prit des nouvelles de la sœur Donovan, une évocation qui afficha une expression d’inquiétude sur le visage de Caleb. Pourtant, la danseuse s’en rendit à peine compte, car, comme une soupape qui subissait trop de pression, elle venait d’exploser de colère contre le mur. À quoi rimait toute cette conversation de routine alors que tant de colère couvait sous le masque ? Elle aurait dû renvoyer Caleb sur son chemin, lui dire qu’ils se verraient en une autre occasion, quand elle serait mieux disposée, mais Gwen n’avait eu ni la force de le prévenir ni de le remballer pour une fois qu’ils se retrouvaient… seuls depuis tout ce temps. Lorsque la chanteuse remarqua le visage effaré de Caleb après son coup de sang, elle ramena ses mains en sang vers elle, cherchant à les cacher. « Je suis désolée, je ne sais pas ce qui m’a pris. » Perte de contrôle totale tout simplement. C’était sans compter sur le jeune homme qui l’attira vers lui, plus vers la lumière, pour l’examiner. Gwen avait envie de le repousser, d’esquisser un mouvement de recul, cependant elle n’en fit rien. En effet, Caleb venait de lui évoquer son frère et les mêmes envies de colère qu’il avait lorsqu’il venait de le perdre. La jeune femme préféra ne pas répondre sur la justesse de ses propos. Il lui proposa alors de l’emmener chez lui pour la soigner. Gwen hésita, mais en apprenant que Nia pouvait sûrement être là, elle ne voulait pas s’afficher ainsi devant une autre personne. Elle se remit donc en mode défensive, s’éloignant d’un pas. « Non merci, ça ira, je me débrouillerai. » Comme la métisse l’avait toujours fait depuis qu’elle était à Londres. Elle retrouvait son masque, ses barrières, se fermant de nouveau.

Spoiler:
 

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Be my guest, don't be a pest | Caleb 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyMar 2 Fév - 6:41


Ils commençaient à échanger des nouvelles comme si c’était tout à fait naturel de se retrouver, en pleine rue, la nuit bien avancée, l’une avec un joint et l’autre sortant de celle qui avait pris possession de son coeur depuis un bon moment déjà. Il ne savait pas très bien quoi lui raconter, au fond. Il lui parla de ses parents, parce qu’elle les avait connus et qu’elle aimerait peut-être avoir de leurs nouvelles. Elle finirait bien par remarquer leur absence en ville. « Je confirme ! J’aimerais bien aussi pouvoir faire la même chose… Mais j’imagine qu’à notre âge, c’est pas aussi facile qu’au leur. Maman a arrêté de travailler quand Nia est née et papa… Une fois ses congés épuisés, il a enchaîné sur un congé sans solde, une disponibilité, on va dire. Son patron le lui a accordé. Moi, je viens à peine de commencer alors je peux toujours rêver ! » De toute façon, Caleb ne serait pas parti, même si Nia avait bien voulu qu’ils y aillent tous ensemble. Il ne voulait pas partir sans Paige et il ne pouvait pas lui demander de l’accompagner, surtout qu’elle allait toujours à la fac. Ils avaient traversé bien trop de difficultés pour ne pas prendre le temps de savourer les instants magiques qu’ils partageaient désormais ensemble, aussi simples soient-ils. Et, après ce qu’il s’était passé avec Gwen, le jeune homme était bien placé pour savoir que la distance détruisait un couple, même s’ils avaient les meilleures intentions du monde l’un vis-à-vis de l’autre. Il ne voulait pas, il ne pouvait pas commettre la même erreur avec Paige, pas alors qu’il était persuadé d’avoir trouvé chaussure à son pied, la perle rare. Mais même lui avait conscience que ce n’était pas quelque chose qui se disait à une ex, aussi s’abstint-il de s’étendre en détails qui seraient peut-être gênants pour elle comme pour lui. Il préféra enchaîner sur son travail, tandis qu’elle le félicitait pour son diplôme. « Merci beaucoup ! Je me suis donné autant de mal que possible pour ne pas redoubler » ajouta-t-il en riant, non sans repenser à toutes ces années durant lesquelles il avait tiré un trait sur bon nombre de ses loisirs. Mais ça en valait la peine. Maintenant, il pouvait se poser un peu, profiter de son temps libre, tout en jouissant d’un salaire confortable. Il avait toujours su qu’il voulait avoir un bon travail, pour la simple raison qu’il se sentait obligé d’aider ses proches. Il n’avait pas vécu dans une famille aisée et Gwen connaissait toutes ses motivations - à l’époque, il lui confiait tout ou presque. Aujourd’hui encore, il avait presque l’impression de se retrouver brusquement projeté en arrière quand il était ainsi avec elle, quand ils n’étaient encore que deux gamins insouciants qui croquaient la vie à pleines dents. Mais aujourd’hui, ce n’était plus vrai. Ils avaient tous les deux été écorchés par la vie, par le deuil.

Alors que Gwen perdait soudain le contrôle d’elle-même devant lui, Caleb ne s’en rendait que mieux compte. La métisse n’avait jamais été une fille sage et tranquille. Elle avait du répondant, elle aimait provoquer et s’amuser. Mais elle n’était pas méchante. Il fallait seulement… Savoir la cerner. Avec lui, en tout cas, ça s’était toujours bien passé. Il fallait dire qu’ils s’étaient très bien connus. Sauf que maintenant, le vétérinaire se sentait quelque peu désemparé. Il connaissait, pour l’avoir vécue, la douleur qui était la sienne. Mais ça ne l’empêchait pas de se sentir impuissant. Quand il avait perdu son frère, il savait pertinemment que c’était exactement ce que ses amis ressentaient : ils ne pouvaient pas vraiment lui venir en aide, combien même ils l’auraient voulu. Mais maintenant que c’était lui qui se retrouvait dans ce rôle, il n’avait guère l’impression d’être utile à quelque chose. « Si tu dois être désolée, c’est pour toi… » Caleb finit par relâcher délicatement la main de la demoiselle, tout en lui proposant une solution. Mais, à sa grande surprise, il vit le visage de Gwen se fermer, ce qui se confirma quand elle s’éloigna d’un pas. Mécanisme de défense ? Il ne savait pas trop quoi en penser. Mais il ne pouvait pas abandonner et la laisser tout bonnement ainsi, toute seule, dans la rue, la nuit. La dernière fois, il était bien venu au secours d’une rouquine qu’il ne connaissait pas le moins du monde et qui l’avait presque harcelé sexuellement… Alors comment pourrait-il renoncer à l’idée de venir en aide à une amie, à une femme qu’il avait aimée ? « Laisse-moi au moins te raccompagner chez toi, alors… » Sa voix était devenue presque suppliante et le Donovan se rendit alors compte qu’il valait peut-être mieux qu’il change de ligne de conduite et d’angle d’approche. « Au moins parce que ça fait genre quatre ans qu’on n’a pas vraiment discuté face à face… Et parce que je sais pas encore si tu risques de rentrer bientôt à Londres et qu’on peut en profiter en attendant. » C’était presque une question. Après tout, si Gwen était là, c’était avant tout parce que sa mère avait perdu la vie. Mais maintenant qu’elle avait été enterrée, est-ce qu’elle traînerait encore longtemps dans les parages ? Caleb n’en était pas certain. Elle désirait peut-être retrouver son train-train quotidien le plus vite possible, à Londres, pour s’immerger à nouveau dans la musique, retrouver le plaisir dans la passion et ainsi être mieux à même d’oublier sa peine ne serait-ce que pour un court laps de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Rhys - Max - Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 2529
POINTS : 5348
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle essaie de remettre son corps en forme et de se reconstruire psychologiquement. Tout le monde lui souhaite un prompt rétablissement.


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyDim 14 Fév - 19:16


Un voile sombre glissa sur son corps, marquant un peu plus les muscles saillants de son visage creusé, renforçant les fêlures étranges qui balafraient son cœur. Façonnée par le mensonge, la jeune femme n’avait pas eu peur de se réfugier ses démons cachés à Londres, au cours de ces dernières années. Après ses échecs et ses déceptions, les produits mirifiques s’étaient ajoutés à ses mauvaises fréquentations, en lui offrant ce que la vie n’avait pas su lui donner. Chétive et inconstante, dangereusement près du précipice, Gwen s’était plongée avec une force incroyable dans le néant qu’était devenu son existence. Oublieuse de ses rêves d’adolescente, de toutes ces promesses d’espoir faites à elle-même par le passé, elle avait définitivement sombré, elle avait laissé la poudre remplir son organisme et contrôler sa vie ces derniers mois, saturer son système nerveux, casser son âme, elle s’était laissée mourir pour devenir une autre personne. Son retour à Tenby n’était dû qu’à la perte tragique de sa mère, pourtant, c’était comme si Gwen s’était pris une violente claque dans la figure, une claque qui la sortait petit à petit de sa torpeur au fil des jours. Loin de Londres, elle se réveillait, réalisant qu’elle devait arrêter de se laisser couler, qu’elle ne devait plus se laisser gouverner par ses addictions et surtout qu’elle devait reprendre sa vie en main d’une façon ou d’une autre, ici à Tenby, avant qu’il ne soit trop tard. Pourtant, la chanteuse réussissait difficilement à juguler ses émotions violentes et contradictoires. Gwen essaya néanmoins de faire bonne figure devant Caleb et lui demanda des nouvelles de sa famille. Ainsi, elle apprit que les parents Donovan étaient partis en vacances pour plusieurs mois tandis que le jeune homme devait se contenter de travailler et d’attendre son tour. Ivre de liberté dans sa façon d’être, la jolie métisse ne put s’empêcher de philosopher sur la question de manière plus approfondie, comme si elle parlait davantage dans un sens général que pour Caleb précisément. « Le problème, c’est qu’on accepte de s’enfermer dans un train de vie et que, sans rien voir, du jour au lendemain, on a pris des années sans même se rendre compte qu’on a pu passer à côté de certaines choses, c’est comme vivre avec un carcan. Ne les laisse pas filer, tes autres rêves. » La discussion dériva ensuite sur Caleb qui avait empoché son diplôme avec brio, un rêve de réalisé. La conversation était légère, facile, les mots auraient pu l’être tout autant si Gwen ne ressentait pas autant de rancœur contre son paternel, cette dispute ne décollait pas de son esprit et elle ne parvenait toujours pas à contrôler la colère qui couvait en elle. La chanteuse avait envie de tout casser. Qui mieux que Caleb pour la comprendre d’ailleurs, lui qui avait vécu le deuil de la perte d’un frère ? Le masque se fissura entièrement, elle péta un plomb contre le mur, si bien, que le vétérinaire, surpris de la voir si… vulnérable dans un sens, lui proposa son aide. Touchée dans sa fierté d’avoir ainsi montré ses émotions, ses faiblesses, Gwen refusa tout net. Il lui proposa alors, dans sa bonté légendaire, de la raccompagner. S’il savait… « Chez moi ? C’est le dernier endroit où je veux être en ce moment. » Répondit-elle sur un ton sarcastique. Caleb était intelligent, il comprendrait sûrement très vite qu’elle s’était pris la tête avec son père ou que, du moins, il s’était passé quelque chose chez elle. Rentrer maintenant était la meilleure façon de la mettre dans un état encore plus impossible ; elle risquait de formuler envers son paternel, des propos qu’elle ne pourrait plus effacer ensuite. La jeune femme se radoucit néanmoins légèrement lorsque son ex lui partagea son envie de rattraper le temps perdu, surtout qu’il ignorait quand elle retournerait à Londres – elle aussi, à vrai dire. Gwen sortit un mouchoir de sa poche et le noua autour de sa main pour arrêter le saignement, elle avait l’habitude de se soigner succinctement à la boxe, et surtout, elle savait comment frapper pour ne rien se casser ou au contraire pour bien se détruire. Dans le cas présent, la musicienne avait choisi la première option, ne voulant pas qu’on lui pose des questions indiscrètes comme il était d’usage à Tenby : « Comment tu t’es fait ça ? » Blablabla. Et puis, elle était devenue beaucoup trop indépendante pour laisser Caleb prendre soin d’elle. Gwen n’était pas prête à briser certaines barrières, peu importe qu’elle ne ressente plus rien pour lui comme par le passé, il resterait toujours une personne particulière à ses yeux, et de ce fait, il pouvait plus facilement l’atteindre, ce qui la rendait encore plus… prudente envers lui. Elle devait préserver les mensonges de sa vie londonienne à tout prix. « Mais on peut se poser quelque part si tu veux. » Après avoir refusé ses deux premières propositions, la métisse lui laissait tout de même le choix du prochain lieu pour des ‘retrouvailles’. Passer un moment avec Caleb pourrait peut-être bien mieux lui changer les idées que ses amis les joints ou ses mauvaises fréquentations habituelles. Et puis, une partie d’elle avait envie de rattraper le temps perdu aussi.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Be my guest, don't be a pest | Caleb 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyLun 15 Fév - 7:25


En évoquant ses parents en voyage, ainsi que son envie de faire un jour la même chose, Caleb ne s’attendait certainement pas à une réponse aussi philosophique que celle de Gwen. Depuis quand étaient-ils passés du statut de jeunes adultes avides de s’amuser, avec la vie devant eux, à celui de « vieux » aussi sérieux, responsables et blasés ? Un peu surpris, il baissa à nouveau les yeux vers elle, scrutant son visage et son regard au faible éclairage de la rue. Il ne se sentait pas forcément capable de répondre à des propos aussi élégants, à des mots aussi joliment formulés. Caleb n’avait jamais été quelqu’un de très éloquent. Il n’était pas stupide, mais en paroles, il était bien loin d’un vocabulaire recherché et en pensées, il restait quelqu’un d’assez basique. Réfléchir sur le fait que la routine pouvait se transformer en prison, ce n’était pas vraiment son genre. Il se débattait déjà suffisamment avec des interrogations sur la condition des morts et les causes des injustices élémentaires… D’ailleurs, s’il n’avait pas été frappé par le deuil, ces questions ne lui auraient pas forcément traversé l’esprit. C’était dans la souffrance que le jeune homme remettait le plus en question sa conception des choses. Mais sinon, naturellement, il n’était pas quelqu’un qui réfléchissait beaucoup au sens de la vie et à d’autres sujets d’un niveau tout aussi élevé. S’entourer des gens qu’il aimait et exercer une profession qui lui plaisait, il n’avait jamais rien demandé de plus. Son plus grand souhait dans l’existence aurait été que son petit frère reste auprès d’eux. « Peut-être » répondit-il, tout sauf loquace. Il ne savait pas très bien quoi dire à ce sujet, principalement parce qu’il n’y avait jamais réfléchi. « J’ai pas beaucoup d’autres rêves, je crois… » Encore une fois, il était quelqu’un de simple, dont l’ambition n’allait pas plus loin que celle de devenir vétérinaire, ce qui était déjà très bien à ses yeux. Se marier, fonder sa propre famille, continuer à prendre soin de ses proches… C’était l’essentiel, pour lui. Tout le reste était un complément, des agréments qui apportaient de belles couleurs à ses journées, mais qui étaient loin d’être indispensables. 

D’ailleurs, même si Caleb avait voulu philosopher, ce n’était certainement pas le bon moment. Il parut vite évident que Gwen était sur les nerfs et, s’il n’en comprenait pas la raison, il n’en demeurait pas moins inquiet. Bien entendu, il se doutait que toute sa colère refoulée et aussi brusquement évacuée avait trait à la perte de sa mère. Mais il y avait autre chose, il le savait, il le sentait, sans réussir à mettre un doigt dessus. Un peu démuni, le Donovan chercha aussitôt ce qui pouvait s’apparenter de près ou de loin à des solutions. Gwen refusa d’aller chez lui, aussi proposa-t-il de la raccompagner chez elle, espérant ainsi pouvoir discuter un peu avec elle pendant le trajet. Mais elle rejeta encore plus catégoriquement sa proposition et, un peu déçu, Caleb se contenta de hocher la tête pour signaler qu’il avait bien compris. Néanmoins, alors qu’il commençait à croire qu’elle préférait être seule, la métisse lui soumit l’idée de se poser quelque part. « Tu étais à l’intérieur du Five Arches Tavern ? Parce qu’à part là-bas… Dans le coin, je vois pas trop où on pourrait aller d’autre. La ville n’a pas beaucoup changé en quatre ans, tu sais. » Après avoir attendu son accord, le vétérinaire s’approcha de l’entrée de l’établissement , suivi de près par la jeune femme. Ils s’installèrent tous les deux directement au bar. « Qu’est-ce que tu veux boire ? Je t’invite. » Après tout, c’était la moindre des choses. Une fois qu’il eut entendu sa réponse, il passa la commande et, peu de temps après, ils étaient tous les deux servis. Caleb avait demandé une bière ambrée, parce qu’il n’avait pas spécialement envie de quelque chose de plus fort. « Alors… Parle-moi un peu de Londres. Comment ça se passe, là-bas ? Même s’il y a toujours des mécontents, je suis sûr que tu as un public qui t’adore… » Il avait envie d’aller vers un terrain neutre, d’aborder un sujet qui enthousiasmerait forcément la brunette et, pour le moment au moins, d’éviter tout propos qui risquerait de la ramener à sa douleur intense. Il voulait avoir de ses nouvelles, tout simplement. Quatre ans loin de quelqu’un qu’il avait toujours plus ou moins côtoyé, c’était long. En plus, même si ce n’était pas de la même manière que quand elle avait quitté Tenby, il tenait encore à elle. Mais c’était plus complexe. La perte de Gwen rappelait forcément à Caleb la sienne et, quelque part, il avait l’impression que leur douleur se mélangeaient, que sa peine et la sienne finissaient par se rejoindre. Il la comprenait, un peu trop. Et il voulait aider une amie.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Rhys - Max - Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 2529
POINTS : 5348
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle essaie de remettre son corps en forme et de se reconstruire psychologiquement. Tout le monde lui souhaite un prompt rétablissement.


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyDim 21 Fév - 19:54


Gwen n’était pas des plus agréables en ce moment et elle le savait. La chanteuse hésitait à repousser Caleb et à lui proposer de remettre leurs retrouvailles à d’autres fois, de peur que celles d’aujourd’hui ne partent en vrille. Toutefois, elle essaya de calmer ses élans de colère et elle accepta finalement qu’ils se posent quelque part pour continuer cette discussion. Ils retournèrent donc dans le bar d’où elle était sortie un peu plus tôt et ils s’installèrent à une table avant de reprendre le fil de la conversation. La main de la métisse l’élançait d’une douleur lancinante mais sur laquelle elle parvenait à se concentrer pour ne pas exploser une nouvelle fois. La jeune femme glissa ses mains sous la table et appuya légèrement sur la blessure bandée pour garder ses nerfs sous contrôle. Elle croisa ensuite à nouveau ses bras devant elle et choisit une boisson. « Je prendrai un whisky, merci. » Gwen avait besoin de quelque chose de fort pour la détendre un peu. Ce n’était pas les retrouvailles idéales qu’elle aurait voulu avec Caleb, surtout après avoir enterré sa mère, mais c’était sans doute la seule personne devant qui elle acceptait de s’afficher de la sorte, il la connaissait mieux que la plupart des gens. Les deux amis étaient sortis ensemble pendant près de deux ans, il l’avait déjà vu sortir de ses gonds et réagir de façon impulsive, disons juste que tout était intensifié présentement puisqu’elle venait de perdre la personne à laquelle elle tenait le plus, une perte que Caleb pouvait aussi comprendre mieux que personne après avoir vécu le deuil pour son frère. Le jeune homme redirigea ensuite les questions vers la jeune femme. Il ignorait bien sûr que Londres était un sujet délicat, qu’il aurait dû marcher sur des œufs avec elle avant d’aborder cette partie de sa vie mais Gwen récupéra suffisamment de sang-froid pour ne pas perdre la face une nouvelle fois et surtout ne rien dévoiler de ses échecs là-bas. C’était la dernière chose qu’elle laisserait deviner à son ex. « Très bien à vrai dire, enfin il y a toujours des hauts et des bas, mais je n’ai pas à me plaindre présentement, des portes s’ouvrent. » Elle ne s’attarda pas trop sur le sujet, afin de ne pas lui mentir délibérément, bizarrement, elle n’avait pas envie de lui inventer mille bobards, contrairement à d’autres personnes, où ça ne la gênait pas le moins du monde. La métisse n’aurait pourtant d’autres choix s’il continuait à creuser et à lui poser des questions en ce sens. Peu importe, elle réussirait à noyer le poisson, elle avait l’habitude et rien ne la dévierait de ses mensonges. Si son père venait à apprendre ses échecs, il n’en serait que plus détruit encore et Gwen refusait catégoriquement cette hypothèse. « J’avoue que Tenby m’avait manqué, mes proches aussi. Et vu ce qui s’est passé, je compte rester un peu avec ma famille. » Expliqua-t-elle. Rien de plus logique en même temps. Elle avait vraiment réussi à se calmer davantage. La chanteuse attrapa son verre de whisky et but une gorgée pour se détendre un peu plus encore. Par une pirouette souple, elle réussit à retourner la conversation dans le sens de Caleb en le prenant par surprise sur le point qu’elle aborda d’un coup. « Parle-moi un peu de ta copine. Tu avais l’air gêné de l’évoquer tout à l’heure, mais je suis contente pour toi. Ça fait longtemps que vous êtes ensemble ? » Par sa démarche, Gwen essayait de mettre son ami et ex à l’aise en lui signifiant qu’aucun sujet n’avait à être tabou entre eux. Ils ne s’étaient pas quittés en mauvais termes et à l’époque les raisons de leur séparation avaient été valables. Le bon côté de leur lien était qu’ils avaient réussi à rester amis malgré la distance et leur passé fort intriqué. Par contre, Gwen ignorait si elle devait lui dire qu’elle était revenue à Tenby en même temps qu’une autre personne importante aux yeux du Donovan ou si elle devait laisser cette personne le lui apprendre lui-même. Elle choisit la seconde option et passa donc ce détail sous silence. « Au fait, merci d’être venu l’autre jour… ça comptait beaucoup pour moi. » Gwen parlait du jour de la cérémonie même si elle n’avait pas l’intention de s’attarder là-dessus plus longtemps.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Be my guest, don't be a pest | Caleb 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyLun 22 Fév - 2:19


Finalement, Gwen et Caleb s’étaient installés derrière le bar. Juste après avoir passé commande, le jeune homme extirpa son téléphone portable de la poche de son jean, pour envoyer un texto à Nia. Il tenait à prévenir sa petite soeur qu’il serait en retard et qu’il fallait qu’elle laisse la porte d’entrée verrouillée. Il n’aimait pas l’idée de la laisser seule plus longtemps, mais il savait aussi qu’il fallait qu’il apprenne à s’inquiéter un peu moins pour elle et surtout, que c’était l’une de ses seules chances de passer un petit moment en compagnie de Gwen. Après l’avoir vue péter les plombs, il ne pouvait tout de même pas la laisser repartir soudainement… Il n’était pas sûr d’avoir une utilité quelconque, mais au moins, elle comprendrait qu’elle pouvait compter sur lui. Cependant, il savait que ce n’était pas forcément ce qu’elle voulait. Bien sûr, chaque personne réagissait différemment au deuil, mais Caleb se souvenait parfaitement qu’il n’aimait pas les démonstrations de sympathie trop poussées. Il voulait absolument donner l’impression d’être fort et de garder la tête sur les épaules, parce que c’était précisément ce dont sa famille avait besoin. En réalité, le seul soutien qu’il avait pleinement apprécié était celui de Lizzie, parce que c’était sa meilleure amie. C’était tellement plus naturel de se confier à elle, voire même de pleurer en sa présence. Est-ce que Gwen avait une telle présence à ses côtés ? Le vétérinaire en doutait. Qui avait-elle retrouvé en rentrant à Tenby ? Son père, bien entendu, mais il avait cru comprendre que leurs rapports n’étaient pas idylliques. Avait-elle revu d’anciens camarades ? Ils n’étaient pas si nombreux que ça à être restés en ville et Caleb se rappelait n’en avoir croisé que quelques-uns à l’enterrement. Si elle pouvait avoir une épaule sur laquelle se reposer, elle s’en remettrait un peu moins difficilement. Mais il la connaissait aussi suffisamment pour savoir qu’elle était fière, entêtée et parfois arrogante. Si elle avait besoin de quelqu’un, elle ne le montrerait pas. Elle ne le reconnaîtrait peut-être même pas. C’était ce qu’il voulait, l’aider, mais pas directement. Sinon, elle était probablement capable de l’envoyer bouler. Alors il s’intéressait à elle, tout simplement.

Bien décidé à éviter de s’avancer en terrain miné, le Donovan posa des questions à propos de la vie de la jeune femme à Londres. Il n’avait plus eu de ses nouvelles depuis un long moment… Mais il voyait son père de temps à autre et il croyait savoir qu’elle s’en sortait relativement bien. C’était au moins une consolation, de se dire qu’elle arrivait à vivre de sa passion. Gwen le lui confirma. « Oh, des portes s’ouvrent ? C’est génial, je suis vraiment content pour toi… Je crois que c’est l’une des plus belles choses au monde, de faire ce qu’on aime. » Il remercia le barman, qui les avait tous les deux servis. « Je travaille à Swansea, en ce moment. Mon objectif à long terme, c’est d’ouvrir mon propre cabinet et d’être indépendant… Mais il faut que j’économise d’abord alors je suis là-bas, pour un salaire stable, c’est l’avantage. » Les trajets le fatiguaient un peu, mais après tout, il en avait l’habitude. Il se rendait à Swansea quasiment tous les jours de la semaine depuis à peu près sept ans et demi. « En tout cas, je suis content de savoir que tu restes un peu parmi nous. C’est sûr qu’à côté de Londres, le rythme va te changer, mais… Je sais pas, un peu de tranquillité, ça fait du bien aussi. » Caleb avait passé un week-end à Londres récemment, pour rencontrer les parents de Paige. Mais encore une fois, il préférait ne pas en parler directement, pour la simple raison qu’il avait l’impression que ça ne se faisait pas. Lui-même ignorait où en était la métisse. Avait-elle refait sa vie ? Ou alors préférait-elle se concentrer sur sa carrière ? Néanmoins, ce fut elle-même qui aborda le sujet, en le questionnant au sujet de sa copine. Les lèvres du Gallois s’étirèrent en un sourire. « Elle s’appelle Paige. Elle est Londonienne, tiens… Et ça fait… Enfin, c’est un peu compliqué. On a été ensemble pendant deux ans avant que… Bref, quand j’ai perdu mon petit frère, je crois que… Non, je sais que j’étais devenu carrément nul comme petit ami, alors j’ai mis fin à notre relation. Mais… Ensuite, j’ai vraiment regretté. Alors… J’ai un peu ramé, mais finalement, on s’est remis ensemble… Un peu avant l’été dernier. » Il s’interrompit, hésitant à clamer haut et fort qu’ils étaient très heureux ensemble. « En tout cas… Merci… D’être contente pour moi. Ça me fait plaisir. » Ils s’étaient quittés en bons termes, mais il avait toujours l’impression que c’était délicat, qu’il ne devait pas parler de tout. Pourtant, il ne tenait pas non plus à ce que leur passé amoureux ait une influence trop importante sur leur relation actuelle. Après tout, ils étaient amis depuis tellement longtemps… Alors certaines choses, comme assister à l’enterrement de sa mère, étaient tout à fait normales. « Je t’en prie… J’aurais pas pu ne pas venir. » Il avala une gorgée de bière. « Alors, raconte un peu… Qui tu as revu ici ? J’imagine que tu te souviens de Lizzie ? Elle et moi, on est toujours comme les deux doigts de la main.  »
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Rhys - Max - Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 2529
POINTS : 5348
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle essaie de remettre son corps en forme et de se reconstruire psychologiquement. Tout le monde lui souhaite un prompt rétablissement.


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyLun 22 Fév - 21:13


Gwen ne manqua pas de remarquer que Caleb regardait son téléphone d’un air inquiet. Il avait l’air d’avoir l’esprit occupé ailleurs tout en étant présent avec elle. « Si tu dois rentrer, n’hésite pas. » Proposa la jeune femme. Elle ne le disait pas dans le but de le repousser ou d’écourter l’échange de façon impolie mais plutôt dans le sens qu’il n’avait aucune obligation envers elle et – presque – aucune raison de s’inquiéter. Après tout, la chanteuse ne l’avait pas retenu avec elle, et même si elle était contente de pouvoir enfin le retrouver un peu seule, pour la première fois depuis son retour à Tenby, Gwen ne voulait pas qu’il se force à rester s’il avait d’autres préoccupations ailleurs. Néanmoins, Caleb sembla décidé à rester et lui demanda des nouvelles de sa vie à Londres. La chanteuse ne rentra pas trop dans les détails, scrupuleuse à l’idée de lui mentir délibérément, comme à tous les autres, et elle lui expliqua que certaines pistes commençaient à se concrétiser. Il se montra content pour elle et au grand soulagement de Gwen, il changea assez rapidement de sujet en parlant de ses propres objectifs à venir. « Merci. J’ai eu raison de partir là-bas pour les vivre, ce n’est pas ici que ça aurait fonctionné, pas de la même façon. » Répondit sobrement la musicienne avant de rebondir sur ce qui le concernait lui. « Ta réussite ne m’étonne pas, j’ai toujours cru en toi. Rappelle-toi, nous étions encore ensemble au début de tes études, je me souviens de tes plans pour devenir indépendant un jour. » Ajouta-t-elle en souriant qu’il ait oublié ce détail, saisissant ensuite son verre de whisky pour vider quelques gorgées. « Et je ne doute pas que tu concrétiseras ce projet aussi comme tous les autres avant lui. » Gwen tenait plutôt bien l’alcool, elle avait l’habitude de descendre les bouteilles, alors elle n’avait aucun mal à rester concentrée sur la conversation pour l’instant, malgré les quelques verres qu’elle avait déjà ingurgité avant l’arrivée du Donovan. « J’aurai préféré ne pas rentrer pour cette raison-là quand même, mais c’est vrai que la tranquillité de Tenby me permet de recharger mes batteries. Je ne sais pas encore combien de temps je resterai mais quelques semaines encore au moins. » Résuma Gwen, à moitié dans la vérité, à moitié dans l’improvisation. À vrai dire, elle ne savait pas encore de quoi serait fait demain, mais elle essayait de ne pas s’en formaliser pour le moment. La métisse ne pouvait malheureusement pas voir autant qu’elle le voulait la personne dont elle avait pourtant si désespérément besoin en ce moment. Son ami Rhys lui manquait mais ils ne pouvaient pas se retrouver autant qu’ils le voulaient depuis leur retour à Tenby. Caleb se trompait en son for intérieur quand il croyait qu’elle n’avait personne sur qui elle pouvait compter comme si sa vie en dépendait, et sa vie en avait déjà dépendu d’ailleurs. Elle donnait l’illusion du contraire et c’était mieux ainsi. Alors en attendant, elle noyait son chagrin et sa colère dans ses addictions et supportait tant bien que mal les sautes d’humeur de son père et les conflits entre eux. Gwen s’intéressa alors à la petite amie de Caleb, et alors qu’elle l’invitait à lui en dire davantage, elle était loin d’imaginer la prolifération avec laquelle il s’extasierait sur Paige puisqu’il venait de lui citer son nom. La chanteuse ne doutait pas que cette fille devait être extraordinaire pour avoir une telle importance aux yeux de son ex, mais elle ne pouvait s’empêcher de songer, un pincement au cœur, qu’elle n’occupait elle-même plus cette place dans la vie de Caleb, celle d’avoir été sa plus longue relation et sa plus sérieuse aussi. La jeune femme enviait le fait qu’il ait pu autant avancer dans sa vie, cependant le fond de sa pensée était sincère : elle était contente pour lui et elle ne jalousait pas celle qui occupait désormais sa vie. Elle avait grandi, muri et était passée à autre chose, avec la distance londonienne et les années. Gwen aussi avait rebondi de son côté, disons juste qu’elle ne s’était plus engagée au niveau de l’attachement, bien plus amoureuse de sa liberté et de son indépendance que du reste. « Une londonienne, quelle ironie. Tu as perdu une fille de Tenby partie à Londres pour retrouver une Londonienne ici. » Dit-elle sincèrement amusée par la situation. Le regard de la métisse s’assombrit légèrement quand il évoqua son frère mais elle retrouva aussitôt le sourire quand il lui expliqua que tout s’était finalement bien terminé entre Paige et lui puisqu’ils s’étaient remis ensemble après une séparation momentanée. « C’est l’essentiel. Et maintenant, ça continue et tant mieux. » Gwen avait l’impression de se répéter, alors elle adopta un regard un peu plus sérieux et elle posa sa main sur celle de Caleb pour qu’il ouvre grand ses oreilles, parce qu’elle avait rarement ce genre de moment et il avait donc intérêt à l’écouter. Quand son attention se porta sur elle, elle retira aussitôt sa main, évitant ainsi tout contact prolongé indésirable. « J’ai quelque chose à te dire. » Qu’elle n’avait jamais dit bien évidemment, ce n’était pas son genre de s’épancher et d’étaler ses états d’âmes. « Pour moi, tu es une des personnes les plus courageuses que je connaisse. Et ça, personne ne pourra te l’enlever. » La métisse attrapa ensuite son whisky et vida plusieurs gorgées supplémentaires comme pour se donner le courage d’entendre sa réaction. Finalement, elle était contente qu’ils se soient croisés pour des retrouvailles improvisées, c’était encore mieux en mode spontané que lorsque tout était prévu à l’avance. Continuant sur sa lancée, elle le remercia d’ailleurs d’être venu pour l’enterrement de sa mère, une cérémonie que Caleb n’aurait manqué pour rien au monde comme il le lui affirma. Il lui demanda ensuite qui elle avait revu depuis qu’elle était ici et il lui rappela sa meilleure amie. Bien sûr que Gwen la connaissait, ils trainaient tous ensemble étant enfants et adolescents. C’était d’ailleurs ainsi qu’elle avait connu Rhys aussi. « C’est bizarre mais j’ai plutôt fait de nouvelles rencontres en fait. Un charmant et mystérieux mécano, un avocat filou et sulfureux… Enfin, tu vois mon genre de fréquentations. Sinon, j’ai revu quelques amis aussi et bien évidemment que je me souviens d’elle. Vous étiez déjà inséparables à l’époque et je sais que c’est toujours le cas aujourd’hui. On devrait s’organiser une sortie un de ces quatre… pour tous se retrouver. Enfin avant que je reparte… »

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Be my guest, don't be a pest | Caleb 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyMar 23 Fév - 8:44


« Disons seulement que je vais pas trop trop traîner » préféra préciser Caleb, tout en adressant un sourire à Gwen. Il n’avait pas envie de rentrer, mais il ne pouvait pas non plus se permettre de s’attarder autant qu’il l’aurait voulu. Malgré son jeune âge, il avait déjà endossé plus de responsabilités qu’un bon nombre de ses anciens camarades de classe. Ces responsabilités n’avaient rien à voir avec le mariage, ni avec des enfants, mais plutôt avec sa famille à proprement parler. Il en était ainsi depuis que son petit frère était parti et depuis que ses parents avaient pris l’avion pour quitter Tenby, il avait encore plus l’impression d’avoir été projeté dans le monde des « véritables adultes », avec tout ce que ça impliquait. Pourtant, Caleb avait toujours été quelqu’un qui aimait s’amuser, un bon vivant. Quelques années auparavant, il sortait, il buvait et il accumulait parfois des bêtises à son actif. Mais les choses avaient changé, comme s’il avait brutalement pris un coup de vieux en perdant Dan. Bien entendu, il lui arrivait encore de faire la fête comme tous ceux de son âge, mais il était devenu plus posé, plus raisonnable. Sa dernière véritable cuite devait remonter à l’obtention de son diplôme, en mai dernier. Et encore, il avait été plutôt sage, il était certes dans un bar, mais en compagnie de Lizzie, ce qui limitait tout de suite les dégâts. Parce que les potes, c’était une toute autre histoire… Mais même s’il ne se laissait plus aller comme avant, le Gallois ne le regrettait pas spécialement. Après tout, il avait grandi… Et puis il avait une petite amie, ce qui l’aidait aussi à se stabiliser, à canaliser son énergie, à consacrer du temps à des choses plus utiles. Est-ce que c’était la preuve qu’il mûrissait ? Peut-être. En tout cas, certains de ses potes ne manquaient pas de l’embêter régulièrement à ce sujet, ce qui le faisait toujours sourire. De toute façon, il n’aurait échangé pour rien au monde le temps passé avec sa petite soeur, sa copine ou encore sa meilleure amie.

Ce soir-là, Caleb n’était pas dans un bar pour prendre du bon temps, mais uniquement pour tenter de renouer avec une ancienne amie, espérant ainsi lui apporter ne serait-ce qu’un peu d’aide. Il savait ce que c’était, de perdre quelqu’un… Il pouvait se mettre à sa place et forcément, il se faisait du souci pour elle. Mais comme il ne voulait pas l’exprimer directement, il préféra d’abord demander comment ça se passait pour elle, à Londres. Elle affirma qu’elle avait eu raison de partir et il hocha la tête en signe d’assentiment. « C’est l’essentiel ! » Certes, son départ avait sonné le glas de leur couple, condamné à s’effriter à cause de la distance… Mais finalement, c’était pour le mieux. Elle ne regrettait pas ses choix et lui était heureux en amour. Même s’il en avait souffert, aujourd’hui, tout ça était bel et bien derrière eux, depuis longtemps. Tellement longtemps qu’il en oubliait certaines choses… Un sourire effleura à nouveau les lèvres du jeune homme quand Gwen lui rappela qu’elle lui avait déjà confié ses objectifs professionnels. « C’est vrai, j’avais zappé ça. En tout cas… Merci. » Qu’elle croit en lui, ça signifiait beaucoup, même s’il n’osait pas l’exprimer à haute voix. « J’ai toujours cru en toi aussi. Et en ton talent. » Les domaines dans lesquels ils s’étaient lancés étaient bien différents. Du côté de Caleb, il fallait certes du travail, de la persévérance, de la détermination et même de la passion… Mais pour vivre de la musique, de la chanson, il fallait en plus du talent, c’était autre chose ! En-dehors de la cuisine, le Donovan n’avait aucun talent particulier. Il n’était pas trop mauvais en rugby, mais ça ne comptait sûrement pas. Contrairement à Nia, il ne s’était jamais vraiment intéressé à un instrument de musique en particulier. Mais pendant les deux années qu’ils avaient passées ensemble, il se souvenait très bien qu’il écoutait toujours Gwen avec plaisir, même quand celle-ci ne le savait pas. Il avait sûrement été un de ses premiers fans, d’ailleurs… Puis la vie avait fini par les séparer et même en tant qu’amis, ils n’avaient gardé que de lointains contacts, assez limités en fin de compte. Mais ce n’était pas pour autant qu’il était moins fier de ce qu’elle avait réussi à faire de sa vie.

« C’est vrai que la coïncidence est… Bizarre » avoua Caleb quand elle lui demanda de parler un peu de Paige, qui était originaire de Londres. « Et toi ? Est-ce qu’il y a un chanceux dans la capitale anglaise ? » Ceci dit, il était presque prêt à parier que non. Ce n’était même pas parce qu’elle parlait de prolonger son séjour à Tenby… Elle était suffisamment indépendante pour ne pas trop se laisser enfermer. Mais c’était plutôt une impression générale. Après tout, malgré les années, il la connaissait encore assez bien. Mais, amitié de longue date ou pas, le vétérinaire ne put s’empêcher de devenir un peu nerveux lorsqu’elle affirma qu’elle avait quelque chose à lui dire. Cette phrase-là le faisait toujours un peu stresser, de toute façon, quelle que soit la personne qui la prononçait. « Je t’écoute. » Le fait qu’elle ait posé brièvement sa main sur la sienne ne présageait pas forcément quelque chose de bon, mais le coeur de Caleb s’apaisa (et se gonfla de joie) dès qu’elle poursuivit. « Merci… Et toi, tu es l’une des personnes les plus déterminées que je connaisse ! » Il ne mentait pas : elle avait toujours été assez sûre d’elle, se donnant les moyens pour atteindre ses objectifs. « Donc… Tu as rencontré Green, c’est ça ? Et cet avocat, c’est l’Irlandais hyper friqué, je me trompe ? Tu vois… Tenby n’a pas tellement changé. Tout le monde se connaît toujours plus ou moins, même si ce n’est que de vue. » Les mécaniciens et les avocats ne couraient pas les rues de la ville, de toute façon. « En tout cas, je suis ok pour qu’on se retrouve ! Lizzie est chez moi en ce moment donc je lui transmettrai le message, puis pour les autres… Il suffit d’aller de temps à autre à l’épicerie et on croise la moitié de la population. »


Dernière édition par Caleb R. Donovan le Lun 21 Mar - 8:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Rhys - Max - Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 2529
POINTS : 5348
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle essaie de remettre son corps en forme et de se reconstruire psychologiquement. Tout le monde lui souhaite un prompt rétablissement.


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyJeu 25 Fév - 12:51


Caleb confirma qu’il ne tarderait pas. C’était donc bien l’inquiétude qui l’avait poussé à rester en premier lieu, en tout cas Gwen le comprenait ainsi. Rien de mal dans cette intention louable puisque celle-ci prouvait qu’il tenait toujours à elle amicalement parlant, seulement la chanteuse n’avait pas envie qu’il se sente obligé de s’éterniser si d’autres préoccupations l’attendaient ailleurs. « Tu sais Caleb, on a peut-être beaucoup réduit nos contacts ces dernières années mais je sais encore dire quand quelque chose te perturbe, tu as l’air… chamboulé. Et d’essayer de le contenir. Qu’est-ce qui se passe ? Tu veux en parler ? » Elle espérait qu’ils étaient toujours suffisamment proches pour qu’il s’ouvre à son tour. La métisse lui expliqua ensuite brièvement que tout se passait bien à Londres et elle le gratifia d’un sourire reconnaissant lorsque Caleb lui affirma avoir toujours cru en elle aussi. Même si Gwen se sentait coupable de maintenir ses mensonges devant lui, celui à qui elle disait tout à une époque, elle ne sourcilla pas, non pas seulement pour son bien mais pour celui d’une autre personne trop importante à leurs yeux. Les deux raisons se rejoignaient parfaitement. La chanteuse lui demanda ensuite quelques détails supplémentaires sur la vie amoureuse de son ex et découvrit finalement une coïncidence amusante à la situation. « Non. Disons que je n’ai pas vraiment le temps de m’engager dans une relation sérieuse là-bas… Enfin, non, ça c’est juste un bon prétexte à servir à qui veut l’entendre. En vrai, tu me connais, j’ai toujours eu un mal fou à m’attacher, toi excepté. » Avoua-t-elle lorsqu’il lui retourna la question sur une éventuelle relation amoureuse. Elle le gratifia ensuite d’une nouvelle vérité flatteuse, étroitement liée à la perte qu’ils avaient chacun connue et au courage admiratif dont Caleb avait fait preuve dans ces moments difficiles. Il lui rendit le compliment. Déterminée, Gwen l’était, en effet. Déterminée à préserver ses mensonges pour sauver la face, déterminée à réellement réussir et à les vivre réellement un jour ses rêves… La liste était longue. Le vétérinaire supposa ensuite qu’elle avait revu quelques vieilles connaissances depuis son retour à Tenby, mais étonnamment, la musicienne avait surtout fait de nouvelles rencontres. Il faut dire que pas mal de têtes avaient débarqué dans le coin en son absence. Gwen se demandait d’ailleurs ce que l’on pouvait bien trouver à Tenby pour venir s’y perdre de longue durée en y étant étranger, mais elle avait remarqué que ceux récemment arrivés avaient souvent une bonne raison dans un coin de leur tête. À sa seule description succincte, elle comprit que Caleb connaissait les deux personnes qu’elle avait évoquées. La façon dont il évoqua Andrew laissa la métisse songeuse. « Oui, tu le connais bien ? Enfin, tu as l’air. » Demanda-t-elle dans un premier temps sur le mécano avant d’enchaîner sur la suite. « Et oui, l’avocat, c’est bien l’Irlandais. Je trouve ça bien d’avoir du sang neuf ici, peu importe leur background, ça, ça change. » Forcément, pour elle, Tenby paraissait du coup moins ennuyeux que ce qu’elle n’avait cru en revenant. Gwen termina son whisky et acquiesça, vivement amusée, lorsque son ami se montra partant pour des retrouvailles avec Lizzie et lui confirma qu’à défaut, l’épicerie restait encore le meilleur moyen de revoir la moitié du patelin d’un coup. « T’as raison, pour certaines choses, Tenby n’a pas changé. » Le fait de discuter avec lui et de se rappeler quelques bons souvenirs, comme ils le firent d’ailleurs pendant les minutes qui suivirent, réussit à changer les idées de Gwen et à la calmer davantage.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Be my guest, don't be a pest | Caleb 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyVen 26 Fév - 5:16


« Chamboulé ? » répéta Caleb, un peu bêtement. Embarrassé d’avoir été percé à jour aussi facilement, il se tortilla un peu sur son siège. « Je crois que c’est un mélange de tout. » Il avait perdu de la fraîcheur, de la spontanéité, voire une part d’innocence… Depuis un moment déjà. Mais il n’avait pas revu Gwen depuis, alors il était normal qu’elle s’interroge ainsi. Que pouvait-il bien lui dire sans remuer le couteau dans la plaie ? Contrairement aux apparences, le contrôle de ses émotions lui avait échappé depuis bien longtemps déjà. Néanmoins, il pouvait au moins lui donner une raison, lui confier un de ses soucis. « Ma petite soeur me donne un peu des cheveux blancs avant l’heure, mais… En gros, je crois que ça devrait aller. C’est juste que… Je pensais pas qu’une adolescente serait aussi difficile à gérer. » Et encore, elle était loin d’être la pire des jeunes filles. Comment s’en serait-il sorti avec une vraie petite rebelle ? Il aurait sûrement rendu les armes et appelé ses parents, comme il avait pensé le faire quand elle avait cru qu’elle était tombée enceinte de Nate. « Autant j’aurais été un peu plus sévère et ferme avec mon petit frère… Autant j’ai du mal à dire non à ma petite soeur et à ses yeux de merlan frit. Mais il y a certaines choses qui sont pas négociables et ça lui arrive de bouder. Puis ça lui passe. » Il s’interrompit alors, réalisant qu’il se plaignait un peu trop. Au fond, il n’avait pas tant de problèmes que ça… Il fallait simplement qu’il apprenne à mieux les gérer. Gwen en avait déjà suffisamment à faire sans avoir besoin de s’occuper de ce qui le tracassait, même si c’était elle qui avait posé la question. « Désolé, je veux pas t’embêter avec mes histoires de vieux. »

Après avoir un peu trop parlé de lui à son goût, Caleb tenta donc de rebondir en essayant d’en savoir un peu plus sur la vie londonienne de Gwen. Il était forcé d’admettre qu’il était curieux de savoir si elle sortait avec quelqu’un là-bas, ne serait-ce que parce que… Parce que c’était Gwen, tout simplement. Il esquissa un sourire quand elle lui rappela qu’elle avait toujours eu du mal à s’attacher. « Dois-je comprendre que je suis une exception ? » plaisanta-t-il, faisant mine de se jeter des fleurs. Mais en réalité, il valait sans doute mieux s’arrêter là sur ce sujet de conversation, pour la simple raison qu’il n’avait pas envie de prononcer des paroles qui paraîtraient ambiguës. Après tout, les murs avaient des oreilles, surtout à Tenby et surtout dans les bars, de véritables nids à langues bien pendues. « En tout cas, j’imagine que c’est pas plus mal. Tu t’évites au moins les déceptions, je pense. » Lui-même en avait bien bavé, même après avoir rencontré Paige… Mais il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Il n’avait pas assuré après la mort de Dan et il ne voulait pas que ça serve d’excuse. Il essayait seulement de se rattraper, encore aujourd’hui, même si sa petite amie semblait toujours sur son petit nuage rose. Il comptait bien faire en sorte que ça dure, parce qu’elle le méritait amplement.

Le vétérinaire reprit une gorgée de bière, avant de s’intéresser aux rencontres qu’avait faites Gwen ici. Après tout, la pauvre devait s’ennuyer… Mais visiblement, elle était tombée sur des personnes qui ne risquaient pas de la plonger dans une routine, à commencer par le mécanicien louche. « Bien, non. Disons que j’ai… Entendu parler de lui, voilà tout. » En mal, mais ça, il n’avait pas forcément envie de le préciser. Qu’il n’ait pas une bonne estime d’Andrew ne regardait que lui, d’autant plus que c’était très lié au fait qu’il ait embrassé Paige… Et qu’il ait fait du mal à la délicate blonde Penny. Gwen n’était pas là pour avoir entendu parler du scandale, mais il n’avait pas l’intention de lui en faire part. Cracher son venin sur les gens, très peu pour lui. Et puis Gwen était une grande fille, elle était parfaitement capable de se débrouiller seule, sans avoir besoin d’avertissements quelconques de sa part. « J’ai jamais eu affaire à l’Irlandais, mais il paraît qu’il est bon dans son métier. Tout ce que je sais, c’est qu’il traîne souvent avec… Miles, le musicien. » Alias le professeur de guitare de Nia. Il valait mieux qu’il n’épilogue pas non plus sur celui-là, même s’il réussissait à l’accueillir chez lui sans avoir envie de le démonter. Du sang neuf, comme elle disait… Pourtant, malgré les nouveaux venus et le temps qui passait, certaines mentalités ne changeaient pas dans la bourgade galloise. Parfois, c’était une bonne chose et d’autres fois, non… Quoi qu’il en soit, s’ils s’attardaient sur cette pensée, la conversation pouvait devenir déprimante et Caleb décida alors de bouger un peu. Il y avait un karaoké au bar, ce soir-là. « Je sens que je vais le regretter, mais… Tu me suis ? » lança-t-il en se levant, une lueur espiègle dans les yeux. Il s’approcha de la scène, s’empara d’un des micros et se mit en position, tout en se tournant vers la jeune femme. C’était « We are young » de Fun qui était actuellement diffusée.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Rhys - Max - Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 2529
POINTS : 5348
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
Be my guest, don't be a pest | Caleb Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle essaie de remettre son corps en forme et de se reconstruire psychologiquement. Tout le monde lui souhaite un prompt rétablissement.


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb EmptyDim 20 Mar - 23:00



Caleb sembla surpris et embarrassé qu’elle ait remarqué son esprit inquiet mais il ne fallait pas oublier qu’ils étaient sortis un peu plus de deux ans ensemble et qu’elle connaissait ses mimiques par coeur malgré les années qui s’étaient écoulées depuis lors. Gwen n’avait bien sûr pas fait référence à son frère, ne voulant pas lui rappeler de mauvais souvenirs et comprenant trop bien la douleur de la perte à présent, même si les circonstances étaient bien différentes. Elle voyait cependant que son ex était inquiet par quelque chose de plus actuel, une pensée qui se confirma lorsqu’il lui expliqua les soucis qu’il rencontrait à gérer son adolescente de sœur. « Tu dis ça, pourtant on en a fait des bien belles adolescents aussi… On aimait tenir tête aux adultes et se jouer de l’autorité, c’est normal, si elle réagit à l’inverse de ce que tu attends, ce n’est pas contre toi directement, mais par ce que tu représentes. » Beaucoup d’adolescents avaient un refus de l’autorité et aimait faire l’exact contraire de ce qui était attendu d’eux, le goût pour l’interdit ou la crise d’adolescence, plusieurs raisons pouvaient expliquer ses comportements, dans le cas de Nia, d’autant plus, puisque la jeune fille avait déjà traversé tellement d’épreuves, tout comme Caleb d’ailleurs, c’était en tout cas ce que Gwen supposait dans ce qu’il lui racontait. « Non, non, tu ne m’embêtes pas au contraire. Je voulais avoir de ses nouvelles justement. Qu’est-ce qu’elle fait de particulier qui t’inquiète à ce point ? » La conversation dériva ensuite sur leur vie amoureuse respective, ce qui pouvait certes s’avérer un sujet délicat mais qui n’était pas plus mal pour lever définitivement le voile entre eux. Si Caleb était heureux en couple, en revanche, Gwen avait préféré ne pas se poser sérieusement. Il ne rata pas l’occasion de la taquiner à ce sujet. « Peut-être. » Répondit la chanteuse en éclatant de rire, choisissant de ne pas s’attarder non plus sur cette question. Il ajouta ensuite une phrase très à propos dans le cas de la musicienne qui fuyait les déceptions justement, elle précisa d’ailleurs le fond de sa pensée. « On peut le voir comme ça. C’est surtout qu’en tant qu’artiste, tu sais encore moins à qui tu peux faire confiance. Tu ne sais jamais si les gens viennent vers toi juste par intérêt ou par réelle sympathie. » Même si Gwen n’avait pas vraiment percé comme elle le laissait entendre, elle avait ses deux pieds dans le milieu et ce n’était pas facile de savoir à qui l’on pouvait se fier ou non, alors entamer une relation ? Encore moins. Depuis son retour à Tenby, la chanteuse n’avait pas eu l’occasion de retrouver beaucoup de gens qui l’avaient connue avant son départ et en qui elle avait confiance justement, hormis Caleb et quelques autres personnes. Elle avait plutôt croisé de nouvelles têtes que le vétérinaire semblait déjà connaître malgré la description très succincte qu’elle donna. En même temps, pour Andrew, rien d’étonnant. Il trainait un lourd passé dont il lui avait fait part en partie et tout le monde avait l’air au courant dans cette ville – rien d’étonnant, Tenby était toujours ce nid à rumeurs, certaines fondées, d’autres non. « Je vois. Si t’as quelque chose à dire à son sujet, c’est le moment. » Répondit-elle, détestant un non-dit qu’elle sentait pressant chez Caleb. Peut-être lui répéterait-il ce qu’elle savait déjà, à savoir qu’il avait braqué un endroit par le passé, à moins que ce soit encore autre chose. Quant à l’avocat, il le savait simplement bon dans son métier et qu’il trainait souvent avec – tiens, tiens – Miles. « Tu déconnes ? Avec Nate ? Faut le supporter. » Le visage de Gwen se ferma quelque peu. Les deux musiciens aimaient par-dessus tout se tirer dans les pattes l’un de l’autre et elle assumait difficilement le fait d’avoir partagé un concert avec lui où tout s’était bien passé. D’ailleurs, lors de la préparation de ce concert de charité, ils avaient partagé la scène du Three Mariners et s’étaient même amusés ensemble. Le reste de ses souvenirs étaient flous, grâce à tout l’alcool qu’elle avait ingurgité ce soir-là. « Enfin quelqu’un qui doit bien lui tenir tête. » Ajouta-t-elle alors ravie de cette perspective plutôt que désappointée. La chanteuse ne put alors qu’apprécier la proposition lancée par Caleb pour la suite de la soirée. Un karaoké improvisé, d’autant qu’elle n’avait pas souvent eu l’occasion de l’entendre chanter. « J’adore ! Et comment que je te suis ! » Il n’aurait pas pu proposer meilleure suggestion pour lui changer les idées. Elle le rejoignit sur scène et s’empara du micro en face d’elle alors que We are young passait sur les ondes. Ils commencèrent à chanter en chœur, puis Gwen laissa Caleb fredonner quelques phrases tout seul avant de poursuivre à son tour sur le couplet suivant. C’était juste trop drôle comme situation même si le vétérinaire se débrouillait pas mal.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


Be my guest, don't be a pest | Caleb 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty
MessageSujet: Re: Be my guest, don't be a pest | Caleb Be my guest, don't be a pest | Caleb Empty

Revenir en haut Aller en bas

Be my guest, don't be a pest | Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-