AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyMar 22 Déc - 4:41


Les sourcils légèrement froncés, parfaitement immobile, Sean était aux aguets. Il avait tout simplement horreur de ce genre d'échanges. Contrairement à ce que beaucoup pensaient, la clé, pour ne pas se faire repérer, c'était de discuter et d'effectuer des transactions dans un lieu public, bondé, bruyant. Au moins, ça n'attirait pas l'attention : tout le monde était trop occupé à discuter pour s'intéresser aux autres et même si ce n'était pas le cas, le vacarme ambiant couvrait largement les propos d'autrui. Un bar ou un restaurant, c'était parfait. Dès que deux personnes s'isolaient, dans le noir, c'était beaucoup plus suspect - du travail d'amateur, en somme. Or, Sean n'était pas un amateur. Il ne pratiquait peut-être pas son métier depuis très longtemps (environ deux ans et demi), mais il en connaissait déjà pas mal de ficelles, notamment pour tout ce qui n'était pas franchement légal. Pour lui, paradoxalement, ça faisait intégralement partie de son métier. Aucun avocat digne de ce nom n'était blanc comme neige, quoi qu'on puisse en dire et en penser. Dans ce domaine, en se lançant dans des études de droit pour devenir avocats, beaucoup avaient des idées et des rêves plein la tête, souhaitant de tout cœur venir en aide aux pauvres et aux affligés, aux véritables victimes, en somme. Mais dans cette jungle, la réalité était toute autre et pour se faire une place et un nom, il fallait transiger avec certains principes moraux. Sean l'avait compris depuis bien longtemps ; il avait vu son père à l'œuvre, c'était peut-être la raison pour laquelle il n'avait pas beaucoup de scrupules.

Une ombre se découpait dans la pénombre et des bruits de pas se faisaient entendre. Mais l’Irlandais attendait un signal. Si seulement la personne avec laquelle il devait faire un bon échange de procédés était un tant soit peu fréquentable (c’est-à-dire digne d’être vue avec lui en public) et n’était pas interdite de fréquenter les bars à cause d’une conduite plus que douteuse, Sean n’aurait pas été obligé de se retrouver en pleine nuit, dans une ruelle sombre, à quelques mètres à peine de poubelles qui débordaient. Il avait presque l’impression de se retrouver dans un mauvais film d’horreur, il ne manquait plus que la musique flippante. Le malfaiteur, lui, approchait bel et bien - ou alors c’était peut-être lui-même. En temps normal, Sean s’efforçait autant que possible d’avoir recours à des personnes « réglos », c’est-à-dire qui n’étaient pas des nids à emmerdes et étaient plus ou moins respectables. Mais dans certains cas, il fallait se débrouiller et se tourner vers la pègre locale (toutes proportions gardées), pour la simple et bonne raison qu’ils acceptaient d’enfreindre les lois contre une belle somme d’argent. Dire que normalement, il était censé être chez lui, à Swansea, avec Jade ! Sa mère, sa nièce et son neveu débarquaient le lendemain et il était censé être en congé. Pourtant, quand il avait reçu l’appel d’une tête importante de Tenby qui s’était fourrée dans les problèmes jusqu’au cou avec la justice, il n’avait eu d’autre choix que d’accepter. La personne l’ayant contactée avait trop d’influence pour qu’il puisse refuser et surtout, surtout, c’était toujours bien d’avoir ces gens-là de son côté en cas de nécessité (quelque chose que l’avocat n’oubliait jamais).

Il avait donc laissé de côté son repos pour se concentrer sur une affaire. Une seule. Il ne lui fallait pas grand-chose, d’ailleurs. Un alibi truqué, des preuves réfutées grâce à des informations censées rester secrètes, une bon dossier compromettant sur la partie adverse et le tour était joué. Cette fois-ci, c’était un peu plus corsé que d’habitude. Mais si Sean parvenait à obtenir ce qu’il voulait (une clé usb, la Caverne d’Ali Baba), alors il pourrait se reposer un peu sur ses lauriers, le tour serait quasiment joué. Il ne manquait plus qu’une bonne plaidoirie ; mais pour ça, il était doué. En attendant, il trouvait désagréable le fait de devoir se comporter un junkie en manque ou un sociopathe attendant sa prochaine victime, planqué derrière les ordures. Heureusement, il n’eut pas besoin d’attendre plus longtemps. Le signal fut donné et aussitôt, le jeune homme se redressa. En quelques secondes à peine, il avait récupéré la clé usb dans une petite enveloppe et tendu une liasse d’argent à son espion (avec les virements bancaires, c’était beaucoup trop facile de remonter à lui), puis quittait les lieux, l’air de rien, sifflotant doucement. Pourtant, l’instant d’après, une sirène de police retentissait. C’était quoi, ce délire ? Immédiatement, Sean se composa une expression innocente. Mais il avait à peine eu le temps de réfléchir qu’il se trouvait plaqué au mur par une jeune femme habillée en civil, qui n’avait pas du tout l’air d’une flic. « Qu’est-ce que… ? » Elle l’interrompit en posant ses lèvres sur les siennes, ce qui le scotcha littéralement. Que pouvait-il donc bien se passer ? Hébété, Sean ne put que remarquer que la femme en question ne semblait pas décidée à le lâcher. Elle l’embrassait avec une fougue qu’il avait rarement connue et, assez rapidement, son cerveau se fit la malle, ne laissant place qu’à ses instincts masculins. Elle embrassait super bien, en plus, de quoi faire perdre les pédales à n’importe quel homme. Il ne résista pas à la tentation et se laissa aller, poussant le bouchon jusqu’à passer ses bras autour des hanches de l’audacieuse pour serrer son corps contre le sien. Il ne comprenait pas ce qui se passait, mais la lumière se ferait sans doute plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2597
POINTS : 5639
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyDim 27 Déc - 17:09


Il faisait froid dehors à cette heure, et pourtant, les gens étaient tous là, s’acharnant à être heureux, à s’extasier devant quelques guirlandes de lumières. Gwen réajusta sa veste, alors qu’elle venait de sortir du bar où elle avait chanté ce soir mais le cœur n’y était pas en ces temps de fêtes. La jeune femme venait de rentrer chez elle non pas pour les fêtes de fin d’année, mais plutôt pour une plus triste nouvelle. Sa mère lui manquait et ce manque ne pourrait jamais être remplacé par quoique ce soit. A force de ne plus jamais revenir à Tenby, la chanteuse avait oublié combien il était difficile de vivre loin de ses proches, de vivre surtout une vie dont le mensonge devenait un quotidien obligatoire. Pourtant, Gwen ne se résolvait pas à dire la vérité, à admettre l’échec qu’était devenue son existence. Elle se sentait tout simplement incapable de lire de la déception dans les yeux de son père qui traversait déjà une période difficile, incapable aussi de la lire dans le regard de ses proches. Le monde ne s’arrêtait pour autant pas de tourner mais la jolie métisse n’avait jamais été une grande fan de la période des fêtes si ce n’était pour quelques rassemblements familiaux. Autant dire, qu’elle y trouvait encore moins d’intérêt à présent, et voir toutes ces personnes afficher des sourires, forcés ou non, alors qu’elle allait commencer à marcher dans le piétonnier de la principale rue commerciale de Tenby – il n’y en avait de toute façon pas beaucoup – lui donnait le tournis. La soirée touchait à sa fin. C’était l’heure où plusieurs couples et familles sortaient des restaurants et des bars où ils avaient terminé de manger tout comme elle-même avait fini de chanter dans le lieu où elle se produisait quelques soirs par semaine. La scène était un endroit fondamental pour Gwen. C’était le seul moment où elle réussissait à oublier sa peine, ses échecs et à voyager ailleurs. Elle aurait pu se tourner vers ses addictions londoniennes pour un résultat plus prolongé, cependant la jeune musicienne tentait de faire meilleure figure à Tenby et de limiter ses mauvaises habitudes. De toute façon, consommer des substances illicites n’avait absolument pas le même effet sur elle que de monter sur scène. Et elle n’en trouvait pas aussi facilement dans les environs. Ces quelques minutes de bonheur lui vidaient l’esprit et à l’instant où elle commençait à chanter, Gwen avait l’impression d’exister et de pouvoir exprimer tout ce qu’elle gardait en elle au travers des émotions véhiculées par la musique. C’était assez difficile à expliquer et à comprendre aussi, pourtant rien n’était comparable à ses yeux. Dépourvue de tout masque quand elle chantait, elle apparaissait alors telle qu’elle était. Passionnée. Fatiguée de croiser ces visages heureux dans la rue, Gwen prit une autre direction afin de s’éloigner du centre. Elle n’avait pas peur de marcher seule dans l’obscurité, sachant très bien se défendre par elle-même en cas de problème. Soudain, la jolie métisse aperçut un homme, habillé de façon classe mais un peu guindée, s’éloigner discrètement du bar et prendre la direction de ruelles plus étroites. Il était sorti par la porte arrière. L’inconnu rentrait peut-être chez lui par un raccourci – mais vu le quartier, elle en doutait – ou se rendait chez une connaissance, cependant sa curiosité la poussa à suivre sa trace. Sa silhouette ne lui était pas totalement inconnue, elle l’avait vaguement aperçu près du comptoir dans le bar où elle chantait, ce soir et d’autres soirs aussi avant celui-ci, et il ne lui avait déjà pas paru très net. Gwen était peut-être une inconsciente menteuse mais elle n’était pas pour autant une débile finie. Au vu de la nervosité qu’elle avait pressentie chez l’intéressé, son instinct la poussait à lui emboîter le pas, elle avait l’impression de revivre un scénario londonien, où à la sortie d’un bar, elle avait déjà été le témoin d’échanges discrets. La jeune femme se trompait sûrement sur toute la ligne mais rien ne lui interdisait d’en avoir le cœur net. Elle s’éloigna toujours plus des lumières, à quelques rues du bar désormais, et retrouva l’inconnu quelques mètres devant, attendant visiblement l’arrivée de quelqu’un. Gwen poussa une inspiration pour relâcher ses muscles tendus. Ainsi donc, elle avait vu juste. Ici même à Tenby… Elle se réfugia dans un coin sombre et se pencha de temps à autre pour voir ce qui se passait. Au bout de deux minutes, elle entendit des éclats de voix, sans comprendre ce qui était formulé au vu de la distance où elle se tenait. Que s’échangeaient-ils ? Gwen avait sa propre pensée sur la question. De la drogue sûrement (elle ne songeait pas aux papiers importants). Le bruit de voix s’estompa. Alors qu’elle s’apprêtait à sortir de sa cachette pour voir ce qu’il en était, la chanteuse aperçut des lumières rouges et bleues. Les flics passaient dans le coin ! Toujours au mauvais moment ceux-là… S’ils chopaient l’inconnu dans les parages avec ce qu’il avait, il n’en mènerait pas large sauf que cette tournure n’arrangerait pas les affaires de Gwen qui se trouvait sur les lieux aussi et qui en plus n’avait pas envie qu’il se fasse pincer à cause de son amateurisme. Qui avait l’idée de faire ça ici sérieusement ? Ni de une, ni de deux, elle s’avança et s’arrêta à la hauteur de l’inconnu. Chance pour Gwen, il était plutôt mignon. « Laisse toi faire ou on va avoir de sacrés ennuis. » Sans réfléchir plus longtemps et sans gêne aucune, elle l’attrapa et posa ses lèvres sur les siennes, l’embrassant de plus en plus passionnément pour donner le change. Bon d’accord, elle en profitait un peu aussi, mais il ne la repoussa pas, bien au contraire. Il était moins une, les flics passèrent en voiture et s’arrêtèrent à leur hauteur. Les taquineries fusèrent sur le fait que le « couple » ne savait pas retenir ses ardeurs en pleine rue et que les exhibitionnistes feraient mieux d’aller « faire ça » ailleurs vu le quartier assez « peur recommandable » dans lequel ils se trouvaient. C’est quand ils leur conseillèrent de faire attention et ne pas oublier de se « protéger » que Gwen arrêta son manège tout en continuant à jouer l’amoureuse transie et à sourire devant les agents en les remerciant de leurs conseils et en leur promettant de faire attention, suggérant qu’il était parfois difficile de résister. Vu son regard envieux en direction de son « petit ami » en question, les policiers se sentirent soudainement mal à l’aise de les avoir dérangés. Et la chanteuse adorait par-dessus tout embarrasser les gens. Profitant de cet instant de flottement, elle attrapa la main de l’inconnu et l’emmena plus loin, se rapprochant de ruelles un peu plus fréquentées tandis que les flics continuèrent leur ronde. « Mouai, c’était pas mal, pour de l’acting… » Souffla-t-elle, l’adrénaline retombée. « Non mais qui a l’idée de faire ça dans ce genre d’endroit sérieusement ? Y’a pas plus facile pour se faire griller. » Gwen ne pouvait pas retenir une remarque plus longtemps sur le procédé. À en voir l’apparence de son interlocuteur, c’était sûrement un avocat ou un banquier en quête de quelques sensations fortes ou de pratiques douteuses, ce n’était pas possible autrement. « Alors c’était quoi ? » Toujours aussi directe. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui dise à voix haute mai qu’il fasse un signe discret suffirait. Il pouvait bien la remercier pour ce qu’elle venait de faire en lui en donnant un peu, c’était le minimum, à moins que ce ne soit pas de drogue dont il était question et qu’elle se fourvoyait sur le personnage. Peu importe, la jeune femme lui avait sauvé les fesses. Pour preuve ? Il avait clairement un truc à se reprocher pour avoir joué le jeu avec Gwen devant les flics et elle était déterminée à savoir ce dont il retournait.    

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyMer 30 Déc - 2:54


Au-delà de la menace de récolter de sacrés ennuis, Sean se serait tout de même bien volontiers laissé faire. D'ailleurs, il n'éprouvait aucune honte à cette pensée : quel homme normalement constitué aurait repoussé une jeune femme qui se jetait à moitié sur lui pour l'embrasser sauvagement ? Il ne l'avait peut-être aperçue qu'un court instant, mais ça lui avait suffi pour se dire qu'elle avait l'air à peu près potable et donc pour lui rendre son baiser sans vergogne. Il n'y avait pas besoin de se poser de questions, il fallait juste en profiter. D'ailleurs, à l'instant précis, Sean aurait bien été incapable de réfléchir avec quoi que ce soit d'autre que ses bas instincts. Malgré sa surprise, il ne se détacha même pas d'elle en entendant une voiture s'arrêter à leur hauteur, puis les propos presque moqueurs des policiers. Ce fut elle qui s'écarta. Déçu, il se contenta de garder les bras passés autour de ses hanches, adressant un regard exaspéré aux flics. Même s'il lui manquait des éléments, il commençait à entrevoir ce qui se passait et en la matière, la jeune femme était une excellente comédienne. Presque frustré, il attendit que les flics partent en leur adressant un sourire qui était tout sauf sincère. Se protéger ? Qu'ils se sentent obligés de leur recommander ça l'agaçait au plus haut point. Il se protégeait toujours, même quand la passion était à son comble, même quand le désir atteignait son point culminant. Il n'avait pas envie de chopper des saletés, ni d'engrosser une femme qui s'arrangerait ensuite pour lui gâcher la vie. Quoique... Non, maintenant qu'il y repensait, il se protégeait systématiquement lorsqu'il avait des aventures d'une nuit, mais pas quand il était en couple et que la confiance régnait. Avec Jade, il avait arrêté depuis longtemps et c'était la même chose avec Penny.

Avant que l'Irlandais ait eu le temps de réagir, cette femme pour le moins surprenante l'avait attrapé par la main pour l'entraîner plus loin, dans des coins plus éclairés et plus fréquentés. Ils étaient de retour à la vie réelle. Avant même qu'elle daigne lui expliquer ce qui se passait, Sean se fit la remarque qu'il n'avait pas eu tort au sujet de son apparence physique. Mais en fait, elle était mieux que potable. Il avait beau avoir un faible pour les blondes, ça ne l'empêchait pas de la trouver carrément bonne. Oui, c'était exactement le terme qui lui venait à l'esprit. Ce n'était pas élégant, mais tant pis, il se contenterait de ne pas le dire à haute voix. De toute façon, c'était censé être un compliment, non ? Quand elle prit la parole, il sursauta, plongé dans ses pensées. « Qui te dit que c'était de l'acting ? » D'accord, il avait bien compris qu'elle ne l'avait pas embrassé uniquement parce qu'elle l'avait trouvé hyper craquant, mais autant en rigoler, non ? « De quoi tu parles ? » Et soudain, la lumière se fit. Elle devait avoir capté l'échange précédent. Alors pourquoi s'être ainsi rapprochée de lui ? Qu'espérait-elle ? Un peu d'argent ? Voulait-elle le faire chanter, ou quelque chose dans le genre ? Le gars qu'il avait payé avait-il envoyé une femme pour les surveiller ? Immédiatement, les hypothèses se mirent à défiler dans l'esprit de Sean, toutes moins rassurantes les unes que les autres. Mais bien cerner les gens faisait aussi partie de ses talents. La seule personne ayant réussi à le rouler comme un bleu, c'était Penny. En-dehors de cette saleté d'alter-ego, il était un maître dans l'art de repérer qui était son ami ou son ennemi. Et celle-là ne lui voulait aucun mal, il en aurait presque mis sa main au feu. Elle avait juste l'air dotée d'un quota de curiosité assez impressionnant. D'ailleurs, elle paraissait décidée à rester là et il comprit alors que si elle l'avait embrassé, ce n'était pas pour se sauver elle-même, mais pour sauver sa peau à lui. Dans la foulée, il saisit aussi qu'elle avait pensé à des choses pires que la marchandise réellement échangée. Cette femme avait l'habitude des transactions douteuses ; il aurait presque pu le parier. « Ah, ça... Va le dire à l'autre abruti qui peut pas être vu dans des lieux publics sans que ça finisse en scandale. » Il fallait vraiment qu'il se trouve un informateur moins douteux, mais à Tenby, ce n'était pas si facile de se créer son cercle qu'à Swansea.

« C'est pas de la drogue, si c'est ça la question. Et je pense pas que j'irai en prison pour ce que j'ai. Je voulais juste être prudent. »
L'avocat esquissa un sourire. Il était pratiquement sûr qu'elle avait cru qu'il s'agissait d'amphétamines. Mais non, même s'il lui en arrivait d'en consommer allègrement, ce n'était pas son but, ce soir-là. Il voulait juste récolter des informations compromettants qui pouvaient l'aider à remporter son affaire. Mais même si les policiers l'avaient choppé, ils auraient eu bien du mal à trouver quoi que ce soit dans cette clé usb. Ç'aurait été intéressant pour eux ; mais le dossier en question croulait sous une tonne d'autres, plus inoffensifs. Pour fouiller plus loin, il fallait non seulement en avoir très envie, mais aussi avoir une sorte de mandat de perquisition qui ne s'obtenait qu'avec un minimum d'accusations, ce qu'il ne manquerait pas de souligner. Mais on n'était jamais trop prudent, surtout quand on jouait avec le feu. « En tout cas, désolé, mais je doute que ça t'intéresse. » Il se doutait qu'elle se poserait des questions, mais il n'allait pas non plus commencer à raconter sa vie à une inconnue. Il était déjà suffisamment réservé à la base sans devenir suicidaire. « J'imagine que je peux te dire merci. C'est toujours mieux d'éviter les contrôles, surtout que les flics seraient heureux de m'embêter avec ce que je leur fais subir. » Il parlait bien sûr des personnes qu'il sortait d'affaire alors qu'elles méritaient de rester en prison. Mais ça, ce n'était pas son problème. Son truc, c'était d'assurer le système judiciaire. Toute personne avait droit à un avocat et à une défense convenable, sinon, c'était un pas en arrière vers les sociétés totalitaires et une ouverture aux abus de pouvoir et autres horreurs. « Est-ce que tu veux quelque chose ? » Il avait posé son regard sur elle et commencé à marcher. De l'extérieur, ils devaient avoir l'air de deux amis de longue date qui conversaient tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2597
POINTS : 5639
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyMer 6 Jan - 21:37


Un éclat de rire s'échappa de la gorge nouée de Gwen, la passion pour l’adrénaline s'infiltrait dans son corps : le jeu commençait. Elle venait de trouver une personne suffisamment audacieuse dans laquelle elle se retrouvait et elle ne comptait pas laisser filer cet intriguant jeune homme aussi facilement sans le tester. L’inconnu sembla se vexer que la chanteuse sous-entende de l’acting de sa part, ainsi donc avait-il réellement apprécié le moment et non pas uniquement parce qu’elle lui avait sauvé les fesses… à moins qu’il n’ait pas encore capté qu’elle l’avait sorti d’une situation épineuse. Gwen préféra ne pas répondre à ses questions et attendit de voir combien de temps le franc mettrait pour tomber dans sa tête. La lumière se fit finalement et il se défendit sur le choix des lieux qui avaient été décidé par l’autre abruti qui lui avait donné ce rendez-vous parce qu’il ne pouvait pas être vu dans des lieux publics. « Pourtant, il y a des endroits bien plus discrets encore. Je pourrai te montrer, un jour. » Lâcha la chanteuse sans vraiment réfléchir. Elle était de Tenby, s’il y avait un coin, douteux ou pas, qu’il fallait connaître, elle les connaissait. Même son père, pourtant haut gradé de la police de Swansea, ne l’avait jamais grillée dans ses addictions, certes commencées à Londres mais même depuis son retour, il n’avait rien relevé, l’esprit forcément occupé à tout autre chose en cette période difficile. Lorsque Gwen lui demanda ce dont il s’agissait pour l’échange – elle ne s’attendait évidemment pas à ce qu’il le lui dise clairement, inconnue qu’elle était -, il lui affirma pourtant de but en blanc qu’il ne s’agissait pas d’amphétamines. Il devait la prendre pour une toxicomane, il n’en était rien, du moins, elle n’était pas encore dépendante au point de ne plus pouvoir s’en passer. « Laisse-moi deviner, avocat ou banquier, échange d’informations. » Commenta-t-elle après lui avoir lancé un regard de haut en bas. Elle avait un bon sens de l’observation et en usait bien souvent contre les gens. « Plutôt mignon, d’ailleurs. » Gwen ne mettait bien souvent aucun filtre sur ses pensées, elle balançait tout ce qui lui passait par la tête sauf s’il s’agissait d’afficher une vulnérabilité quelconque. « Tu leur fais subir quoi aux flics au juste ? T’as une dent contre eux ou bien ? » La chanteuse garda pour l’instant sous silence le fait que son père en était un. Il lui demanda alors plus directement ce qu’elle voulait. Surprenante de bien des façons, la jeune femme avait un don pour distraire l’attention. C’était de cela dont elle avait besoin justement, de distraction. Et Gwen capta celle du beau brun. « Ton prénom, pour commencer. » Elle esquissa un sourire avant de continuer sur sa lancée. « Que tu ré-embrasses aussi bien que tu viens de le faire éventuellement, et que tu suives le mouvement… » Elle rit, puis exécuta quelques pas de danses légers et bien maîtrisés en s’éloignant de lui. Ça se voyait qu’elle avait le rythme dans la peau, bien plus que la moyenne, normal quand on souhaite en faire sa profession. Gwen avait suivi différents cours de danse depuis toute petite. « J’aurai aussi besoin que tu que tu me donnes le nom de cet abruti qui a failli te faire choper, qu’on aille lui faire sa fête, j’suis d’humeur fouteuse de merde. » C’était le moment de voir s’il la prendrait pour une complète tarée ou s’il se laisserait entraîner dans le même délire qu’elle. Il y avait peu de chance. Après tout, il ne la connaissait pas du tout. Qui était-elle pour lancer ces idées-là ? « Qu’est-ce que tu dis de ce programme ? » La jolie métisse s’éloigna de quelques pas supplémentaires et afficha un nouveau sourire à la fois ravi et mystérieux tandis que son regard se fit espiègle et malicieux. Elle extirpa alors une enveloppe de ses mains et la retourna, vide, avant de la lancer vers lui. Le papier atterrit au sol sans bruit. C’était ce qui recouvrait précédemment la clé usb. Elle l’avait suffisamment distrait en effet, assez pour lui chiper sa clé en douce. Pour la récupérer, il devrait fouiller plus loin que dans les poches de sa veste à moins qu’elle ne finisse par la lui rendre de bon gré. À voir selon la suite de la soirée. Bonne chance. « Oh et la prochaine fois, sois plus prudent. » Il risquait de voir rouge, ou au contraire, de le voir comme un défi. Gwen partait vraiment très loin, en dérapage total, mais rien ne semblait pouvoir l’arrêter de partir à l’aventure ce soir. 

Spoiler:
 

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyJeu 7 Jan - 10:19


« Avec grand plaisir... Si ça peut me permettre de te revoir... » Flirter, il devait être né pour ça. En-dehors des coups fourrés, de la défense de ses clients et de l'aviron, ça devait être à peu près la seule chose pour laquelle il semblait avoir un certain don. Il savait que ce n'était pas correct, particulièrement vis-à-vis de Jade, mais c'était plus fort que lui, dès qu'il se retrouvait face à une jeune femme canon. Et de toute façon, en-dehors de ça, il savait aussi reconnaître une bonne occasion, tout ce qui pouvait lui rapporter quelque chose. Visiblement, sa sauveuse était de la région, qu'elle semblait connaître comme sa poche. Et s'entourer des bonnes personnes, ça, Sean savait le faire. Elle avait sans doute un penchant pour les choses qui n'étaient pas forcément légales, vu la manière dont elle l'avait suivi, dont elle connaissait bien les coins discrets et ce qu'elle avait imaginé à son sujet, mais ça leur faisait un point commun. Or, il savait toujours en tirer parti. Mais il n'était apparemment pas le seul à avoir du flair. « Bien deviné. Qu'est-ce qui t'a mis sur la piste ? » Après tout, ce n'était peut-être pas si difficile à voir que ça. Même quand il était plus ou moins en embuscade, Sean avait toujours une certaine classe, une élégance dont il ne parvenait pas à se départir, y compris s'il en avait le désir. Ça ne tenait pas seulement à ses vêtements hors de prix, c'était peut-être aussi dans son maintien, dans son port de tête et dans son attitude en règle générale. Après tout, il avait été élevé dans une famille puissante et influente. Dans son pays, la seule mention de son nom de famille forçait un certain respect. « Et si moi je suis mignon, je ne saurais trouver un mot approprié pour te qualifier. » Un sourire était apparu sur ses lèvres. Un compliment ne faisait jamais de mal ; de plus, le cran de la métisse commençait déjà à lui plaire plus qu'il ne le fallait.

« Non, j'ai rien contre les flics, en fait. Disons que c'est plutôt eux qui m'ont pas à la bonne... J'imagine que c'est normal. Quand je m'y mets, je peux casser tout leur travail. Tu l'auras compris, je suis pas banquier, mais avocat. Et déjà assez connu au commissariat d'ici. » D'ailleurs, sauf dans certains cas bien particuliers, Sean n'éprouvait absolument aucun scrupule à faire acquitter des crapules et autres criminels. Il ne se demandait pas si son client était coupable ou pas. En réalité, tout avocat de la défense qui se respectait devait partir du principe que son client était innocent... En fin de compte, le jeune homme n'en avait rien à faire, sauf, encore une fois, dans des cas extrêmes où il avait refusé d'assurer la défense de quelqu'un. Il n'avait pas beaucoup de principes, mais même lui avait ses limites. Il ne doutait pas qu'il pouvait gagner en se démenant comme un petit fou, mais il estimait que les pires hommes ne le méritaient pas. « Maître Fitzpatrick, pour vous servir... Sean. Je m'appelle Sean. Et à qui ai-je l'honneur de parler ? » En temps normal, dans la rue, en pleine nuit, l'Irlandais ne révélait pas aussi volontiers son nom à une inconnue. Mais il avait la faculté de cerner les gens, faculté qui lui était extrêmement utile dans le cadre de son travail. C'était intuitif. Ce qu'il devinait à propos de celle qui l'avait suivi, c'était qu'elle n'était pas une fille tout à fait comme les autres, mais qu'elle n'était pas mauvaise. D'ailleurs, elle lui prouva encore une fois son audace en évoquant un autre baiser. Aussitôt, un autre sourire se dessina sur les lèvres de Sean. Aucun homme ne pouvait ne pas se sentir flatté. « Ne me tente pas, tu veux bien ? » Elle l'avait peut-être plus ou moins remarqué, mais elle n'avait sans doute pas encore compris à quel point ses instincts de "chasseur" étaient développés. Il ne lui en fallait pas beaucoup pour s'emballer, ce qui était d'ailleurs l'une de ses faiblesses.

En riant, l'avocat la regarda s'éloigner quelque peu en esquissant des pas qu'il aurait été bien incapable de suivre. Il fallait croire que dans certains domaines, il était un peu coincé, sauf sous l'influence de substances illicites. « Alors tu danses ? Tu voudrais pas me faire une démonstration prolongée ? » Il n'y avait pas à dire, elle était gracieuse. Elle en faisait peut-être son métier, ou alors elle avait pris des cours depuis qu'elle était petite. Quoi qu'il en soit, même s'il ne pouvait s'empêcher de la reluquer avec une certaine admiration, Sean savait qu'il fallait qu'il se calme un peu. Elle ne semblait pas farouche, mais ça ne le dispensait pas de faire un minimum d'efforts pour se tenir à carreau. Heureusement, elle lui fournit une diversion idéale en évoquant l'homme avec lequel il avait échangé. Elle était vraiment surprenante, c'était indéniable. « Je connais pas son nom. Enfin, disons que je doute que ce soit son nom exact. On converse pas vraiment, tu vois... » Surpris, il la regarda balancer quelque chose au sol. Intrigué, il se pencha aussitôt pour ramasser l'objet. Une enveloppe. La sienne. Plate et légère... Vide. Sean retint un juron, avant de se relever promptement. À quel moment lui avait-elle piqué sa clé usb ? Quand ils s'embrassaient ? C'était probable. Vexé qu'une fille l'ait tourné en bourrique, il resta silencieux pendant quelques secondes, avant qu'un sourire presque carnassier ne se dessine sur ses lèvres. Les dés étaient lancés. Le jeu avait commencé. Elle l'avait mis au défi et il se ferait un plaisir de le relever. « Je peux t'inviter à boire un verre ? Emmène-moi où tu veux, je te suis... »
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2597
POINTS : 5639
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyDim 31 Jan - 21:51


Gwen se rendit bien vite compte qu’elle était tombée sur quelqu’un d’intriguant. Sean se montra assez réceptif à ses propositions, notamment celle où elle lui avait suggéré de lui montrer des endroits plus discrets pour ce genre de transactions. Il n’hésitait pas à flirter avec elle en retour tandis que la jeune femme lui offrait de plus en plus de surprises au fil de la conversation. La première d’entre elles ne tarda pas à s’imposer lorsque son sens de l’observation et sa bonne intuition lui donnèrent raison sur la profession de son interlocuteur qui se demanda ce qui avait mis Gwen sur la piste. « Ton allure et tout le reste je dirai. » Son attitude générale, sa tenue, lui dans son ensemble. Elle lui adressa ensuite un compliment, ne retenant que rarement le filtre de ses pensées, compliment qu’il s’empressa de lui retourner, visiblement aussi charmé par elle qu’elle ne l’avait été de lui dès les premières secondes. Or Gwen n’aimait pas se cantonner à des impressions, elle voulait creuser sous la carapace de ce personnage qu’elle ne connaissait pas. La métisse s’interrogea tout d’abord sur les démêlés de l’inconnu avec la police, elle se doutait qu’il n’avait pas été repéré pour ses transactions douteuses mais que l’incendie avait dû être déclenché par un affrontement plus direct. Ainsi donc était-il avocat… ça expliquait beaucoup de choses. « Sérieusement ? J’aime bien les emmerdeurs dans ton genre. » Elle esquissa un nouveau sourire, toujours aussi franche. La jeune femme trouva alors son intérêt dans cette histoire. En cas de problème un jour, un avocat qui lui en devait une serait toujours le bienvenu pour éventuellement lui sauver les fesses. Gwen garda néanmoins cette pensée sous silence et lui demanda comment il s’appelait. Fitzpatrick, Sean Fiztpatrick. Elle devina assez facilement ses origines derrière ce nom. « Si j’avais su que les Irlandais pouvaient être si badass, j’y serai déjà allée. » Répondit Gwen pour le taquiner. Dans son costume, il n’avait pourtant pas l’air bien méchant, pas plus que la chanteuse ne pouvait l’être du moins, sauf dans des cas particuliers, s’il se sentait menacé. « Gwen Martins. » Ajouta-t-elle ensuite en esquissant une petite révérence pour se présenter. Toujours sur une note de légèreté, bien décidée à s’amuser ce soir, elle continua ensuite la liste de ce qu’il pourrait faire pour elle. Il la pria de ne pas le tenter. Sean n’avait sûrement pas l’habitude d’une approche aussi directe à son encontre, pourtant Gwen était loin d’être le genre de fille à sauter sur le premier venu, disons juste qu’elle était assez à l’aise lorsqu’il s’agissait de séduction et qu’elle ne mettait pas quatre paires de gants comme certaines saintes-nitouches. « Moi ? Je n’oserai pas. » Faux bien entendu. Gwen ne s’attarda néanmoins plus sur ce sujet, désireuse de partir à l’aventure. Elle s’éloigna de quelques pas de danse et s’arrêta à quelques mètres de l’avocat, visiblement intéressé par son talent inné. Lui aussi pouvait se montrer direct. « Oui, chanteuse, danseuse et musicienne… Un peu des trois. » Résuma-t-elle brièvement avant de réagir à la deuxième partie de ses propos. « Une démonstration prolongée ? Ça peut se négocier. Tu ferais une démonstration de quoi, toi ? » Gwen ne recommença pour autant pas à danser, elle préférait le laisser mariner un peu, c’était bien plus drôle, surtout qu’elle avait une autre idée en tête. La métisse lui demanda quel était le nom du crétin qui avait failli le faire choper par les flics. Sean lui fit comprendre que, dans ces circonstances, la personne ne donnait jamais son vrai nom et que pour le retrouver, c’était peine perdue. Quand on avait ce qu’il fallait, on pouvait à peu près retrouver n’importe qui… merci papa flic qui l’avait emmenée au poste petite pour l’initier à son métier lors de journées portes ouvertes aux familles du personnel. « Tu dois bien avoir un moyen de le contacter, alors la prochaine fois que tu dois le voir, appelle-moi, je me ferai un plaisir de lui botter les fesses. » Vu son agilité pour se défendre, Gwen pourrait très bien lui servir de garde du corps qu’il n’aurait rien vu, mais bien sûr, elle ne s’imaginait pas dans un tel rôle, préférant se cantonner à la musique et laisser à Rocky et consorts leurs histoires de monsieur muscles et de combats. Le bottage de fesse en revanche, était une idée qui lui plaisait. Sean serait sans doute trop coincé pour le faire lui-même, de peur d’abîmer ses belles pompes à deux ou trois cents livres. Histoire de rendre cette soirée encore plus intéressante, Gwen balança l’enveloppe vide de laquelle elle avait subtilement subtilisé la clé usb qui devait revenir à Sean. Abasourdi, il la regarda quelques instants sans mot dire. Un sourire sournois finit par s’afficher sur son visage. Gwen comprit avant même qu’il n’ouvre la bouche, qu’il acceptait le défi lancé. La soirée prenait une tournure définitivement intéressante. « On passe au Five Arches ? » La chanteuse trouvait plus judicieux de se tourner vers cet endroit plus calme que de se rendre à son lieu habituel et bien moins fréquentable. Elle ne connaissait pas encore assez Sean pour dévoiler toutes ses cartes en une soirée.

Spoiler:
 

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyMar 2 Fév - 9:09


Tout en l’écoutant expliquer comment elle l’avait repéré, Sean hocha simplement la tête en signe d’assentiment. Il n’avait pas l’air d’un gars de la rue, c’était une certitude… C’était une des raisons pour lesquelles, lorsqu’il avait besoin d’informations sous couverture, il envoyait toujours quelqu’un d’autre, quelqu’un de « confiance ». Ce n’était même pas la peine qu’il s’y essaye : beaucoup se méfiaient d’un jeune homme qui respirait le fric à plein nez. Mais visiblement, ce n’était absolument pas le cas de la jeune femme qui l’avait suivi. Elle n’avait pas l’air d’avoir peur de grand-chose, de toute façon… Elle n’avait peut-être pas appris qu’il n’était pas prudent d’approcher n’importe quel homme. En plus, elle ne mâchait pas ses mots, s’adressant à lui avec une franchise qu’il appréciait. Il avait tellement l’habitude des demis-vérités, des faux-fuyants et autres formes de malhonnêteté (notamment parce que lui-même s’y adonnait)… « L’emmerdeur aime bien aussi les femmes dans ton genre » rebondit-il, non sans esquisser un nouveau sourire espiègle. Alors qu’il venait de se présenter, elle lui sortit quelque chose à propos des Irlandais qui le fit rire. Ainsi, elle avait vite deviné ses origines, peut-être à son nom de famille ou à son accent. De toute façon, il en était assez fier, même s’il avait quitté son pays. « Si tu te dis ça en me rencontrant, attends de voir mon petit frère ! » Badass était assurément un mot qui était plus approprié à Callum, même si Sean n’était pas mal non plus dans son genre. Disons simplement que l’aîné était plus discret. Callum, lui, ne cachait pas qu’il enchaînait les bêtises en tout genre. De toute manière, même s’il essayait, il n’y parviendrait pas : au final, il appelait toujours son frère pour le sortir du pétrin. Il fallait bien qu’il réussisse à venir en aide aux gens d’une quelconque façon, que ce soit professionnellement ou dans le cadre privé.

« Enchanté, Gwen. » Il était content d’apprendre son prénom, pour la simple raison que c’était bien plus pratique si la conversation devait se prolonger, ce qui semblait être le cas. « Chanteuse et musicienne ? Voilà qui est intéressant. Tu es tournée vers un genre de musique en particulier ? » Sean, lui, n’avait aucun talent artistique. Il lui arrivait de gribouiller des dessins, de temps à autre - étrangement, ça l’aidait à se concentrer sur ses affaires en cours. Mais ce n’était clairement pas ce pour quoi il était doué. Lui, son truc, c’était l’art oratoire. Déjà petit, il impressionnait ses instituteurs en présentant des exposés surprenants pour un enfant de son âge. Mais pour lui, ce n’était pas compliqué. Il tenait ça de son père, c’était une certitude. Un vrai Fitzpatrick - malheureusement. « Une démonstration… De négociation avec un flic, par exemple. Je saurais pas faire grand-chose à part ça… Sauf si on parle d’un tout autre domaine, bien évidemment » ajouta-t-il, les yeux malicieux, incapable de se retenir de la taquiner un peu. « Bien sûr que j’ai un moyen de le contacter. J’avoue que ta proposition est tentante, mais je suis certain que tu as bien d’autres choses plus intéressantes à faire que d’impressionner mon indic’… » Il ne voyait même pas pourquoi ça l’intéressait, d’ailleurs. Elle avait peut-être une vie ennuyeuse, pour s’amuser à épier, à suivre et à taquiner des inconnus. Ça ne l’aurait pas étonné tant que ça. Cette impression se renforça lorsqu’elle réussit à lui subtiliser sa précieuse clé usb sans qu’il s’en rende compte. Elle devait avoir besoin de piment. Maintenant, le jeune homme ne pouvait définitivement plus s’éloigner d’elle immédiatement. Cette clé contenait des informations importantes pour la suite de son procès. Il en avait besoin. Pire, elle contenait des informations compromettantes. Si elles tombaient entre de mauvaises mains, les conséquences pourraient être plus graves que Gwen ne l’imaginait.

Il fallait donc qu’il trouve un plan pour la récupérer sans pour autant harceler une femme. Sean proposa donc d’aller prendre un verre quelque part, affichant une expression relativement détachée. S’il lui montrait qu’il était trop pressé de reprendre ce qui lui appartenait, elle risquait de s’exciter encore plus. Mieux valait y aller tout doucement. « J’adore les bars ! » répondit-il simplement, tout en lui emboîtant le pas. Quelques minutes plus tard, ils franchissaient tous les deux le seuil du Five Arches Tavern, où ils s’installèrent dans un coin plutôt isolé. De toute façon, le bar était tellement rempli que personne ne leur prêta une attention particulière. « Alors, tu prends quoi ? » Comme il se baladait sans sa voiture, l’avocat pouvait aisément avoir la main lourde sur l’alcool et il commença par une Margarita. Ensuite, il se rabattrait sur quelque chose de plus fort. En attendant, il fallait qu’il garde les idées un minimum claires, notamment pour être à la hauteur de celles de Gwen. Piqué au vif, il n’aurait jamais résisté à la tentation de relever le défi proposé par une femme, qui plus est. Son orgueil masculin en aurait pris un coup. « Et si on jouait à un jeu ? On essaye d’apprendre à se connaître, mais plutôt en devinant des choses l’un sur l’autre qu’en se posant mutuellement des questions… Bon, je commence. Tu es de la région, parce que tu as l’accent particulier qui me fait sourire. Tu n’as jamais eu ta langue dans la poche, ça, ça se voit. Et il t’arrive de te droguer… Ou de dealer, ou de te livrer à un quelconque commerce illégal. Sinon, tu n’aurais pas été là où j’étais, tu n’aurais pas non plus été aussi vive ni aussi dégourdie.  Corrige-moi si je me trompe ! »
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2597
POINTS : 5639
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyDim 21 Fév - 19:08


Sean appréciait clairement la franchise de Gwen, elle pouvait le ressentir à sa façon de réagir chaque fois qu’elle sortait une vérité sans sourciller. Elle avait visiblement tapé dans le mille sur ses origines, puisqu’il releva que son frère était bien plus badass que lui. La métisse adorait les mauvaises fréquentations, non pas pour risquer de se brûler les ailes ou pour le plaisir gratuit de rencontrer des gens dangereux, mais parce que c’était généralement ces mêmes personnes qui étaient capables de lui tenir tête. La chanteuse avait trouvé un spécimen assez particulier en la personne de Sean, le jeune homme voulait paraître propre sur lui, irréprochable, cependant il était loin d’être un innocent petit avocat coincé dans sa fonction, il s’écartait allégrement des sentiers battus, et rien que ça, ça éveillait la curiosité de Gwen, qui avait trouvé de quoi pimenter sa soirée et qui se sentait capable d’embêter un garçon comme lui sans risquer grand-chose. L’Irlandais n’avait pas l’air du genre à recourir à la violence gratuite et de toute façon, bien mal lui en prendrait, vu comment la musicienne pouvait se défendre. C’était une de ses forces, qu’on la soupçonne plus fragile et inoffensive qu’elle ne l’était en réalité. Les présentations véritablement échangées, Sean lui demanda ce quels étaient ses styles de musique en particulier. « J’aime un peu de tout, mais je chante plus souvent de la soul ou du R&B. Dernièrement, j’ai renoué avec du rock aussi. » Elle ne s’engagea pas trop dans les détails et esquissa quelques pas de danses avant de lui demander quel genre de démonstration l’avocat pourrait lui faire. Il partit dans un domaine un peu trop sérieux pour elle en parlant de négociation avec la police… Effectivement, Gwen n’imaginait pas quelque chose d’aussi formel, d’autant que le milieu ne lui était pas totalement inconnu. « Crois-moi que j’ai déjà mon idée, avec un père, chef dans la police à Swansea. » Elle ne voyait plus aucune raison de le cacher car s’il avait un peu de jugeote, il n’avait pas à craindre d’elle qu’elle soit une balance. Gwen ne lui aurait pas sauvé les fesses ce soir sinon. Au contraire, elle était l’antipode de ce que son père aurait voulu qu’elle soit. La jeune femme fuyait toute forme d’autorité, d’autant plus depuis qu’elle était rentrée de Londres, où elle avait vécu en toute liberté. Sean avait-il déjà eu l’occasion de se frotter au flic Martins ? Elle en doutait, vu qu’il n’avait pas réagi lorsqu’elle lui avait dit son nom. « Par contre, pour l’autre domaine, tu as piqué mon intérêt. » La jolie métisse se mordilla la lèvre inférieure, tic typique quand elle essayait de deviner quelque chose avant d’esquisser un sourire entendu. Sean s’étonna ensuite qu’elle veuille partir à l’aventure pour botter les fesses de son indicateur mais il ne semblait pas très emballé par l’idée. En même temps, la galloise plaisantait, elle se doutait bien qu’il n’allait pas griller ses informateurs sous un tel prétexte, aussi mauvais soient certains d’entre eux. Gwen avait de toute façon déjà trouvé une manière bien plus amusante de passer sa soirée en chipant l’objet qui avait de la valeur pour l’avocat : sa clef usb. « Tu ne peux même pas en dire un peu sur ce que ça contient ? » Lança-t-elle intriguée. Plus il gardait le secret, plus il risquait d’attiser la curiosité malsaine de la chanteuse qui ne la lui rendrait pas tout suite. À sa bonne surprise, il ne s’emballa pas et accepta de relever le défi, ce qui lui fit déjà gagner quelques points aux yeux de la jeune femme. Pour continuer leur discussion, ils s’installèrent dans le bar le plus proche. « Une Kilkenny pour moi. » Demanda-t-elle pour changer de ses consommations habituelles. Elle rendait hommage aux origines de Sean, puisqu’il s’agissait d’une bière rousse irlandaise. Gwen préférait généralement les alcools forts, comme le whisky, en était pour preuve sa soirée avec Nate, passée à vider des bouteilles de ce breuvage extrêmement puissant, mais elle préférait rester plus sage aujourd’hui et garder les idées claires pour ne pas se faire prendre à contrepied par l’avocat. La chanteuse avait cerné le personnage, il avait certainement plus d’un tour dans son sac, le problème, c’est qu’il n’était pas au bout de ses surprises avec elle. Sean s’essaya alors à un exercice amusant sur elle, en lui proposant d’énoncer des faits plutôt qu’en lui posant directement des questions pour apprendre à la connaître. Il résuma ce qu’il pensait avoir deviné. Amusée et impressionnée, elle applaudit avec enthousiasme le petit numéro auquel elle venait d’assister. « Je dois admettre que tu es doué, tout est bon pour le moment. » Elle se prêta ensuite au même petit jeu. « Avocat, d’origine irlandaise, ça a déjà été dit. Sportif et studieux, c’est assez facile à deviner aussi. Tu as peu de scrupules et tu n’as pas froid aux yeux quand il s’agit d’arriver à tes fins, on peut difficilement te dire non, la preuve ce soir avec ce que j’ai vu. Joueur et rusé, il faut beaucoup de psychologie pour arriver à te surprendre. Si je dis séducteur, qui aime particulièrement la gente féminine, ça ne devrait pas être un secret ? Je dirai que tu as grandi dans une famille puissante aussi, tu as le charisme de ceux qui ont un excès de puissance, un poids de force derrière eux, malgré ta jeunesse. » Gwen marqua une pause pour laisser le temps à Sean de confirmer ou non, elle n’avait rien dit d’extraordinaire excepté le dernier point jusque-là, sauf que la jolie métisse monta rapidement d’un cran à ce petit jeu. « Ce qui m’amène à la question suivante. Qu’est-ce qui a amené un avocat promis à un brillant avenir dans ce bled qu'est Tenby ? Mon instinct me dirait soit une affaire ou un poste très lucratif, soit une femme. Ce qui semble être tes deux moteurs dans la vie d’après ce que j’ai pu voir jusqu’ici. » Au jeu de l’observation, elle était très forte, comme elle le lui avait déjà prouvé à maintes reprises depuis leur rencontre quelques dizaines de minutes auparavant. La métisse s’arrêta en si bon chemin, ne voulant pas dévoiler toutes les cartes de ses hypothèses d’un coup, et puis parce qu’elle préférait le laisser se dévoiler aussi. « À ton tour. » Lui rendit-elle tout de même la main en buvant quelques gorgées de sa bière.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyLun 22 Fév - 8:13


Parler aux femmes, c’était quelque chose dont Sean avait l’habitude. Pourtant, malgré l’instinct purement masculin qui le poussait à la séduction, ce domaine faisait partie de ceux qu’il n’avait pas tant explorés, ces temps derniers. Après tout, il était censé être en couple, même si, malheureusement, ça ne l’avait pas toujours empêché de faire des bêtises. Mais ce soir-là, il n’en avait pas l’intention. Il ne faisait qu’échanger avec une jeune femme qui lui avait sans doute sauvé la peau, ainsi que tenter de récupérer le bien qu’elle lui avait par la suite dérobé. Rien de mal, n’est-ce pas ? Leur conversation avait beau toucher parfois à des sujets communs, elle n’en devenait pas banale, notamment par leur manière de la mener. Il apprit notamment par une démonstration qu’elle aimait danser, mais aussi chanter. Il lui posa des questions à ce sujet et elle évoqua la soul, le R&B ou encore le rock. Sean se contenta de hocher la tête en signe d’assentiment. Il n’était pas un professionnel de la musique, loin de là, mais il avait des goûts qui ne sortaient pas vraiment de l’ordinaire. En l’occurrence, il pouvait écouter en boucle les chansons de Nirvana, d’AC/DC ou encore de Kings of Chaos. Sinon, plus près de lui, il aimait aussi prêter l’oreille au travail de Nate, son cher colocataire, qui était également musicien. Mais dans ce domaine-là, il n’avait probablement pas suffisamment de connaissances pour s’étendre, aussi ne prolongea-t-il pas la conversation à ce propos.

En revanche, la suite l’intéressait un peu plus, puisque Gwen lui révéla être la fille d’un policier. Le jeune homme haussa les sourcils, un peu surpris. Elle n’avait pas vraiment l’air d’être la fille d’un flic… Ceci dit, il connaissait suffisamment d’exemples pour savoir que les apparences pouvaient être trompeuses. Son petit frère, dont il avait déjà parlé, avec sa dégaine négligée et son attitude nonchalante, ne ressemblait absolument pas à un fils d’avocat. Il lui était aussi déjà arrivé de défendre l’un des gosses cachés d’un chef religieux important de ce pays, accusé de meurtre au second degré, dont il était bel et bien coupable (il en aurait mis sa main au feu). Ce n’était donc pas si étonnant que ça, malgré l’attitude clairement révoltée de la brunette. Elle sortait des sentiers battus, ça se voyait… Elle revenait peut-être même de loin. Mais elle n’avait pas pour autant l’air d’une grosse dure. Bien entendu, là encore, Sean aurait pu en raconter de bonnes sur les actes criminels d’une personne ayant l’air angélique. Mais s’il y avait bien quelque chose qu’il savait faire, c’était cerner les gens. Gwen avait beau être délurée et avoir des tendances rebelles, dans un classement digne d’un point de vue manichéen, elle n’aurait sûrement pas été classé parmi les « méchants ». « J’ai sûrement déjà rencontré ton père, alors. » Ça ne faisait même aucun doute.

La métisse insista un peu sur l’autre domaine qu’il avait évoqué et l’Irlandais se contenta d’un sourire entendu. Il était persuadé qu’elle aurait compris, mais soit elle avait l’esprit beaucoup moins mal tourné que lui (ce qui n’aurait pas été étonnant en soi), soit elle faisait semblant de ne pas comprendre. Dans les deux cas, Sean ne se sentait pas suffisamment à l’aise pour s’expliquer davantage, notamment parce qu’il ne la connaissait pas. Un sous-entendu, passait encore. Mais donner l’impression de faire des avances à une inconnue, surtout rencontrée dans de telles circonstances, c’était déjà un peu limite. En plus, même si elle n’avait pas l’air prude, il était à peu près certain qu’elle n’hésiterait pas lui en envoyer une si elle trouvait qu’il dépassait les bornes. Il préféra donc se taire, mais sa question suivante n’en était pas plus plaisante. Elle s’intéressait vivement au contenu de cette clé usb et il n’aimait pas ça. Il commençait à craindre d’avoir affaire à une véritable fouineuse, malgré ses airs sympathiques. « Tu t’intéresses aux procès judiciaires ? » Ce n’était pas vraiment une question appelant une réponse, mais… Si elle lui disait que oui, il en serait étonné, clairement. Prenant une gorgée de son cocktail, Sean poursuivit sur une toute autre lancée, tentant d’apprendre à la connaître en devinant certaines choses. Non sans fierté, il sourit quand elle lui affirma qu’il avait tout bon. De toute façon, dans son métier, il valait mieux être observateur… Il l’écouta ensuite parler de lui-même, admirant sa franchise et son bon sens. « Toi aussi, tu es douée. » Il n’était pas surpris qu’elle ait deviné qu’il était issu d’une famille puissante. C’était généralement la première chose que les gens remarquaient. Mais pour le reste, c’était pas mal du tout. « Est-ce que tu savais que dans un bled aussi paumé, les affaires juteuses sont plus nombreuses qu’on le pense ? » Ce n’était pas faux, même si ce n’était pas la raison principale qui l’avait amené à Tenby. « Bon, je continue alors… Un père flic, mais un goût certain pour tout ce qui est louche. Donc… Un problème avec l’autorité. Si un jour t’as essayé un job de bureau, avec des chefs chiants au possible, t’as dû démissionner vite fait bien fait. Ensuite… Un talent certain, des envies originales, mais… Tu es ici, dans l’un des coins les plus paumés au monde. J’en déduis qu’il a dû se passer quelque chose, peut-être une mauvaise expérience, ou alors tu dois t’occuper de quelqu’un ici. Même un mec te retiendrait pas, je pense. J’ai tort ? »
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2597
POINTS : 5639
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyJeu 25 Fév - 12:56


Gwen pensait que Sean aurait sûrement relevé son nom de famille s’il avait déjà rencontré son père à moins qu’ils ne se soient simplement croisés. Papa Martins n’était pas juste policier, il était responsable d’un département entier à Swansea. Elle préféra cependant ne pas insister, les relations professionnelles de son père ne la regardaient pas et ne l’intéressaient pas particulièrement non plus à vrai dire, sinon ce n’était pas l’interdiction qui aurait gêné la chanteuse pour poser des questions si elle y avait trouvé un intérêt quelconque. Au fur et à mesure de la conversation, la jeune femme découvrait quelques aspects supplémentaires de la personnalité de l’avocat. Il était surprenant, néanmoins lorsqu’il s’agissait de concrétiser un peu plus les mots qu’il prononçait, il semblait assez vite se montrer frileux, à moins que ce ne soit le franc-parler de Gwen et son attitude assez directe qui le prenait trop au dépourvu. Il se renfrogna même  lorsqu’elle changea de sujet et chercha à en savoir plus sur le contenu de cette fameuse clé. Elle ne lâcherait pas l’affaire aussi facilement, le défi n’était pas censé être gagné d’avance, dans les deux sens, lui pour récupérer son bien, elle pour en apprendre davantage. La métisse n’en avait que faire en réalité, elle aimait juste particulièrement ennuyer l’Irlandais en essayant de creuser. Ce petit regard qu’il arborait valait tout l’or du monde. Il avait marché à fond pendant une fraction de secondes même s’il ne lui en avait pas pour autant souffler une once d’indice. Pour le reste, elle ne se sentait pas concernée. C’était juste un jeu pour elle. « Depuis ce soir, oui. » Répondit-elle donc simplement à la question de l’avocat. Gwen l’interrogea alors sous un autre angle. « Même si tu ne m’as pas l’air du genre à avoir des remords, tu as déjà regretté avoir pris la défense de certaines affaires ? Pour des clients que tu savais coupable, que ce soit pour des trucs graves ou non. Ou alors la gagne passe toujours avant l’éthique ? » La métisse n’avait pas l’air d’une intellectuelle et elle ne l’était pas du tout, laissant souvent les questions de philosophie et de morale à ceux qui avaient perdu plusieurs années de leur vie aux études pour pouvoir assumer ces fonctions, mais elle était tout à fait capable de tenir une conversation qui suscitait la réflexion sur un sujet bien précis, en l’occurrence, la limite entre le travail d’avocat de Sean, sa réputation de gagnant – il s’affichait comme un gagnant de par ses attitudes – et la conscience de ne pas défendre tout et n’importe qui. Sur ces entrefaites, ils décidèrent ensuite de se poser dans un bar où la conversation reprit ensuite d’une façon tout aussi intéressante. L’avocat lui proposa de faire plus ample connaissance sur base des observations de chacun. Il se lança le premier et ses suppositions s’avérèrent exactes, même s’il ne s’était pas encore trop mouillé. Gwen joua le jeu à son tour et le bel Irlandais confirma lui aussi ses théories et lui précisa comme prétexte de sa venue à Tenby que les affaires dans le coin étaient juteuses. Elle garda cette explication dans un coin de son esprit pour rebondir dessus plus tard. Pour l’instant, elle le laissait reprendre le fil de la discussion pour poursuivre ses hypothèses. Toutefois, il semblait rôdé à cette méthode, car la deuxième vague qu’il lui balança, l’atteignit davantage. La métisse avait effectivement toujours eu un problème avec les règles, déjà au temps du lycée, elle se faisait souvent sortir des cours parce qu’elle refusait d’obéir à certaines consignes débiles – enfin qu’elle estimait comme telles - données par les professeurs. Sa vie à Londres et la liberté dont elle avait joui là-bas n’avait rien fait pour arranger ce trait de caractère. Sean supposa ensuite qu’elle devait être ici pour une bonne raison malgré son rêve d’artiste. Derechef, il avait touché juste, Gwen était ici à cause d’une mauvaise expérience. Elle décida de réagir un peu plus sur cette deuxième vague d’observations et de donner quelques détails, sans complexe. « Tu as presque tout juste, je n’ai juste jamais essayé un travail de bureau et ça n’arrivera jamais, effectivement. Quant à la raison de mon retour à Tenby, puisque je suis d’ici, c’était pour l’enterrement de ma mère. J’ai décidé de rester dans le coin quelques temps après ça. » Elle baissa les yeux vers son verre et posa sa main dessus pour ne pas qu’elle puisse trembler, ni vaciller. Il était toujours difficile pour elle d’évoquer sa mère sans tristesse dans le regard ou sans crise de colère à la clef, mais elle avait fait des efforts monstrueux pour se contrôler, c’est donc toujours aussi impassible qu’elle continua sur sa lancée en relevant de nouveau les yeux. « Et tu as aussi raison pour le dernier point. Personne ne me retiendra quelque part si je ne l’ai pas décidé. » Elle but une gorgée de sa boisson et réfléchit quelques instants en essayant de sonder Sean pour ajouter quelque chose. Gwen se souvint alors de l’empressement avec lequel il lui avait servi l’excuse des affaires juteuses à Tenby. « Tu aurais pu trouver des affaires tout aussi juteuses ailleurs. Non, je crois que tu essaies volontairement de m’éloigner de l’autre raison et que c’est une femme qui t’a poussé à venir ici en premier lieu, mais c’est tellement difficile de l’admettre quand on a une fierté de Fitzpatrick n’est-ce-pas ? » Elle pouvait se tromper, pourtant elle était persuadée du contraire. Il aurait pu trouver bien plus juteux que dans ce bled perdu du pays de Galle. La jeune femme marqua une brève pause mais reprit quasiment aussi vite le fil de ses pensées. « Un désir de plaire, de susciter l’admiration, on ressent comme une urgence de toujours vouloir faire plus, mieux… Tu es le vilain petit canard de la famille ? Non, tu m’as parlé de ton frère plus badass que toi. Mmh… Un rejet d’un proche, d'un des parents peut-être ? Ce besoin d’attirer inconsciemment l’attention. Je ne m’avancerai pas sur lequel des deux par contre. La voyance, ce n’est pas mon truc. » D’ailleurs, s’il lui demandait d’en demander plus, elle déclarerait forfait, les suppositions avaient déjà été assez poussés quelques minutes après leur rencontre seulement. « Je ne pourrai pas t'en dire plus. » Gwen n’avait pas exactement été rejetée par ses parents, pas du tout par sa mère en tout cas, mais son père avait en tout cas désapprouvé dans un premier temps qu’elle devienne artiste, espérant qu’elle se destine à autre chose de plus sérieux, cependant, devant sa réussite à Londres (et l’ignorance de ses échecs surtout), il avait fini par accepter que sa fille était faite pour ce métier et qu’elle avait simplement trouvé une vocation originale. Il ne pouvait en tout cas nier son talent. La métisse comprenait donc en partie ce sentiment pour l’avoir traversé à une brève période de sa vie, c’est pourquoi elle avait cru déceler ce même ressenti chez Sean, un besoin urgent de plaire pour compenser un manque d’attention et d’affection.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN 2846326278:
 


Dernière édition par Gwen Martins le Mar 19 Avr - 20:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyVen 26 Fév - 5:20


En entendant la question de Gwen à propos de son métier, Sean ne fut pas surpris. Il avait l’habitude qu’on l’interroge à ce sujet, qu’il s’agisse de parfaits inconnus, de policiers ou même de stagiaires qui venaient bosser dans son cabinet. C’était très commun et il savait parfaitement comment expliquer son ressenti. « Intéressant. C’est toute la difficulté de la profession d’avocat que tu soulèves là. » Des scrupules et des principes moraux, Sean n’en avait pas beaucoup. Tout bon avocat de la défense partait du fondement que son client était innocent. Bien entendu, en réalité, ils se doutaient tous que ceux qu’il défendaient n’étaient pas des anges… Mais ce n’était pas à eux de se prononcer là-dessus. C’était le travail du jury et du juge. Son boulot, à lui, c’était d’assurer un minimum d’équité, parce que tout le monde avait le droit d’être bien défendu. Sinon, c’était le retour aux procès truqués, voire à l’absence de procès, comme avant, quand les dirigeants faisaient ce qu’ils voulaient des gens accusés plus ou moins injustement de crimes. Souvent, il avait affaire à des flics qui lui reprochaient son manque de moralité, ce qui était une preuve flagrante d’un absence de professionnalisme. Il rétorquait invariablement que s’ils n’étaient pas là, les policiers enverraient en prison même des gens qui ne le méritaient pas. De toute façon, il n’avait jamais ressenti le besoin de se justifier. Ce métier, c’était bien simple, il l’avait dans la peau, dans le sang. Il se sentait rarement aussi vivant qu’au tribunal, lorsqu’il présentait sa plaidoirie, juste après le réquisitoire de la partie adverse, l’accusation. Néanmoins… Même lui avait connu les remords de conscience. Malheureusement. « La gagne passe généralement avant l’éthique, oui… Mais pas toujours. » Il avait déjà refusé d’assurer la défense d’un client qu’il savait coupable, parce que même pour lui, ce que le dit client avait fait, c’était trop. Dans certaines affaires particulières, s’il estimait que la personne en question avait sa place directement en prison et en enfer, il était incapable de faire son travail correctement. Mais c’était quand même relativement rare. « J’ai déjà regretté, oui. » Une fois. Une seule fois. Il s’était chargé d’une gamine, une adolescente accusée du meurtre de sa meilleure amie. Il avait brillamment réussi à la faire acquitter… Et peu de temps après, elle avait récidivé en tuant sa nouvelle « meilleure amie ». Il ne s’était jamais senti aussi mal de toute sa vie. Il avait posé un mois entier de congés et avait pris un avion pour quitter le pays, espérant se changer les idées et noyer son sentiment de culpabilité dévorant.

Néanmoins, comme à l’accoutumée, le jeune homme gardait un air impassible. Jusqu’ici, une seule personne avait réussi à fissurer son masque, à lire les émotions cachées derrière ce visage inexpressif. Et vu où ça l’avait mené, ce n’était pas près de changer… Mais il ne s’attendait certainement pas à ce qu’un jeu qui pouvait semblait inoffensif les conduirait à la limite de ce qui se disait ou pas à un inconnu. Il aimait s’amuser… Seulement, en comprenant la raison pour laquelle Gwen était à Tenby, il s’en voulut aussitôt d’être allé sur ce terrain-là. Il aurait bien aimé s’être mordu la langue, pour une fois. Néanmoins, il s’obligea à ne pas détourner le regard, avant de dire la seule chose qui lui paraissait un tant soit peu appropriée. « Je suis vraiment désolé. Toutes mes condoléances. » Sean n’avait jamais eu à faire face à un tel deuil… Les problèmes qu’il rencontrait dans sa famille étaient bien différents et, comparés à une épreuve aussi cruelle, paraissaient soudain dérisoires. Il n’en fallait pas plus pour qu’il comprenne que ça commençait à aller trop loin. La suite des propos de Gwen le lui prouvèrent bien. Il esquissa un sourire. En revanche, maintenant qu’elle évoquait sa fierté, elle était complètement à côté de la plaque. Expliquer le pourquoi de son emménagement à Tenby ne causait aucun dommage à son ego. Il ne s’agissait pas de fierté mal placée, mais simplement de discrétion. Mais visiblement, ce n’était pas trop son truc, à elle. La prochaine fois, il tenterait d’y penser avant de se lancer dans une telle conversation, parce qu’une fille qui embrassait un inconnu aussi brusquement dans la rue devait forcément être un peu… Illuminée, non ? Pourtant, ça lui plaisait. « C’était pour une femme. Tu es contente ? » Pas n’importe laquelle… Celle qui l’avait fait revivre avant de le briser littéralement. Chaque homme avait ses faiblesses. Chaque homme traînait derrière lui le fantôme d’une femme qui l’avait un jour écorché, à différents degrés. Mais Gwen ne se trompait pas : Penny n’était pas la première à l’avoir fait souffrir. Ça avait bel et bien commencé avec son père… Mais là encore, le sujet était tout sauf léger… Ça le renvoyait à ses pires craintes, à ses pires blessures et à ses pires déceptions. « Touché… Coulé » souffla-t-il en esquissant un nouveau sourire, avant de vider son verre. Il en commanda un autre, du whisky cette fois-ci. « Tu veux autre chose ? » demanda-t-il. Il fallait veiller néanmoins à ne pas finir en sachant à peine comment épeler correctement son nom de famille. « C’est mon père. Il a toujours porté tellement d’admiration à ma grande soeur… Il n’en restait plus beaucoup pour ses trois autres rejetons. » Mais au moins, ça l’avait forcé à apprendre à se construire tout seul. Ceci dit, le résultat était loin d’être excellent… « Et toi, tu as des frères et soeurs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2597
POINTS : 5639
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyDim 20 Mar - 22:17


Sans doute habitué qu’on lui pose cette question, Sean répondit sans détour à Gwen qu’elle soulevait toute la délicatesse du métier d’avocat dans sa phrase. Il se devait tout naturellement de gagner ses affaires en général pour se forger une solide réputation et ainsi obtenir une plus large clientèle mais il lui précisa tout de même avoir déjà regretté des cas dans l’exercice de ses fonctions. La métisse ne voulait pas paraître abusivement curieuse, cependant le sujet l’intéressait. Son père dans la police avait lui aussi parfois été confronté à des choix impossibles et il n’était pas toujours rentré chez lui droit dans ses bottes, formulant le vœu de revivre sa journée pour changer les choses. Elle aurait aimé connaître un des exemples dans lesquels Sean avait regretté ses décisions, toutefois elle mordit sa langue pour ne pas poser la question, pressentant que le sujet était d’autant plus délicat face à sa difficulté de l’admettre déjà. « Ça ne doit pas être facile tous les jours, il faut une conscience sacrément solide pour faire ce que tu fais. » La discussion avait dérivé sur un terrain plus léger de prime abord, un jeu au cours duquel chacun devait deviner des aspects de la vie de l’autre mais la partie dérapa finalement quand Gwen se vit obligée de donner une dimension plus sérieuse à la conversation lorsqu’elle précisa la véritable raison de sa présence à Tenby. « Merci, et il n’y a pas de mal, tu ne pouvais pas savoir. » Répondit-elle de la façon la plus neutre possible. La chanteuse espérait surtout ne pas avoir à s’éterniser sur le sujet et elle avait ensuite abordé de nouveaux points dans la vie de Sean. Il lui admit finalement qu’il était bel et bien venu ici pour une femme, ensuite lorsqu’elle supposa qu’il vivait un rejet familial, son visage se décomposa une fraction de seconde avant de retrouver un semblant de sourire. Elle avait visé juste, tout comme lui quelques minutes auparavant. « Un whisky, merci. » Répondit-elle quand l’avocat lui proposa une autre boisson. Il lui expliqua ensuite que son père avait toujours mis sa grande sœur sur un piédestal, ne réservant pas la même attention aux trois autres enfants de la famille. « Je vois. Ce n’est jamais facile d’être perçu différemment par un de ses parents. Quoiqu’il en soit, ce jeu était… intéressant. » Gwen n’avait pas l’intention de le poursuivre et elle n’avait de tout façon aucune idée de ce qu’elle aurait bien pu ajouter à son propos. Son interlocuteur présentait quelques traits qu’elle pouvait deviner facilement, pour le reste, il restait quand même un mystérieux personnage qui l’intriguait. Et contrairement à lui, la métisse n’était pas issue d’une grande famille. « Non, je suis fille unique, je crois qu’ils avaient bien trop à faire avec moi et que ça leur a suffi. » Plaisanta-t-elle. Elle but une gorgée de son nouveau verre de whisky et remarqua alors un jeu de fléchettes dans le pub où ils s’étaient installés. « Une partie ça te dit ? Si tu l’emportes, je te rendrai peut-être ta clé. » La métisse l’avait toujours en sa possession bien sûr mais il ne savait pas forcément où et elle le voyait mal la fouiller partout à moins de perdre vraiment patience, ce qui ne semblait pas encore être le cas. Après, rien n’obligeait Sean à accepter sa proposition s’il n’aimait pas ces jeux-là, elle trouverait bien autre chose.

Spoiler:
 

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyLun 21 Mar - 9:49


« Une conscience solide ou… Pas de conscience du tout. » Sean avait prononcé ces mots à voix basse, mais il était certain que Gwen l’avait entendu. Elle présentait son travail et ses difficultés d’une manière noble, ce qui avait quelque chose de flatteur, mais il savait pertinemment qu’il ne le méritait pas. D’ailleurs, il pensait profondément ce qu’il disait. En exerçant ce métier, il fallait régulièrement apprendre à faire taire ses scrupules, si tant est qu’on en avait à la base. Si Sean n’avait éprouvé quasiment aucune difficulté à briller et à connaître une ascension fulgurante (du moins, loin de son père et du cabinet familial), c’était peut-être précisément parce qu’il n’avait pas beaucoup de principes. Il n’avait jamais voulu être avocat pour rendre le monde meilleur, ou n’importe quelle connerie dans le même goût. S’il avait voulu devenir « Maître Fitzpatrick », c’était uniquement pour suivre les traces de son père, quelqu’un qui n’avait finalement jamais reconnu ses efforts, ni son talent, ni sa valeur. Il s’était lancé dans cette voie parce que c’était presque sa destinée, en voyant le jour dans cette famille irlandaise puissante et très riche. Mais il ne s’était jamais fait d’illusions et c’était sûrement la raison pour laquelle il avait autant de procès gagnés à son actif. Quelque part, il plaignait tous les stagiaires qui débarquaient, les yeux pleins d’innocence, la tête remplie d’idées positives, mais irréalistes et manichéennes. Il les plaignait mais en même temps, il ne pouvait s’empêcher de les admirer. Ils agissaient par conviction, même s’ils finissaient par être déçus parce que le système juridique leur imposait parfois bien autre chose. « Si toi tu avais évité la taule à la moitié des personnes pour lesquelles je l’ai fait… Je suis pas sûre que tu aurais réussi à te regarder encore dans la glace. » Sean admettait sans trop de difficultés qu’il était un homme pourri, corrompu, un cas désespéré. Il savait très bien que la majorité des gens avaient un bien meilleur fond que lui, même s’il ne croyait pas tant que ça à la bonté humaine en général. En tout cas, pour le peu qu’il voyait de Gwen, elle avait l’air d’être quelqu’un d’entier. Son ressenti n’avait rien à voir avec le fait que son père était flic… C’était plutôt l’image qu’elle renvoyait, même s’il venait à peine de le rencontrer. Elle semblait sûre d’elle-même, avec des idées bien arrêtées, prêtes à défendre ses convictions. Au fond, elle n’était pas vraiment différente de lui, sauf que… Sauf qu’elle n’aurait sûrement pas employé ses talents à la défense d’un bon nombre de crapules. « Le pire, c’est encore de se dire qu’on aurait pu éviter un drame… Mais on finit par accepter l’idée qu’un autre avocat, peut-être plus brillant, aurait pris l’affaire à notre place. Et même si c’est pas une vraie consolation… Au moins, je me dis que ça n’arrive que rarement. » Il n’était pas sûr que, sans expérience à proprement parler, Gwen puisse le comprendre. Mais elle avait l’air tellement dégourdie qu’il ne doutait pas tellement de ses capacités.

Alors que la jeune femme demandait un autre whisky, Sean fit de même. Ils étaient peut-être faits pour s’entendre. « Ce genre de jeu est toujours… Instructif, oui. » Mais parfois, ce n’était pas une bonne chose. Certaines informations pouvaient être gênantes, comme il l’avait constaté. Mais il n’y avait pas non plus mort d’homme alors au fond, il s’en fichait un peu, comme de beaucoup d’autres choses. Tout ce qu’il voulait, c’était qu’ils ne se prennent pas la tête et le but semblait être atteint, puisque la conversation semblait redevenir plus légère. Le jeune homme se mit en effet à rire lorsque la Martins lui expliqua que ses parents avaient sûrement déjà bien assez à faire avec elle. « Dis-toi plutôt que tu les a comblés dès ta naissance, c’est tellement plus positif comme idée ! » Parfois, il aurait bien voulu être enfant unique. La compétition, la jalousie, le sentiment d’infériorité… C’était précisément ce qu’il avait connu avec Neave et qui l’avait littéralement bouffé. Quant à son petit frère et à sa petite soeur, ils étaient tous les deux de grands enfants irresponsables, de véritables nids à emmerdes, incapable de s’en sortir tout seuls. Alors oui, de temps à autre, Sean rêvait de solitude dans la famille. Puis il se reprenait, parce que sans Neave, il n’aurait pas eu un neveu et une nièce aussi adorables que Jack et Lily. Et en ce qui concernait Callum et Bridie, l’avocat avait beau se plaindre… Il était quand même forcé d’avouer qu’ils apportaient de la couleur à sa vie. Il en avait bien besoin. Une dose de fraîcheur, un peu comme la brunette à côté de lui. « Bien sûr que ça me dit ! » Comme pour le lui prouver, l’Irlandais se leva aussitôt, prit son verre et s’approcha du jeu de fléchettes. « Les dames d’abord. » Galanterie ou désir d’évaluer son niveau ? Peut-être un savant mélange des deux. Quoi qu’il en soit, quelques minutes plus tard, Sean avait gagné. Un petit sourire de satisfaction planait sur son visage. « Finalement, j’ai peut-être d’autres talents cachés à te révéler. » En réalité, il y avait souvent joué, dans les bars. Il n’y avait donc aucun motif particulier de se glorifier, sauf que c’était plus fort que lui, ne serait-ce que pour la taquiner. « Je te propose quelque chose. Si t’arrives à me montrer que t’es digne de confiance… Je peux t’inviter à bosser avec moi sur une partie de cette affaire. Tu as l’air d’aimer l’adrénaline et… Je sais pas si tu me croiras, mais certaines facettes de mon métier sont pas mal dans ce genre. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Martins
Gwen Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana, Keelin & Megan
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Andrew.

RAGOTS PARTAGÉS : 2597
POINTS : 5639
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015
We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Tumblr_mx3gia1vVF1roljz3o3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (05/08/1990)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe et boxeuse professionnelle. Chanteuse : elle chante de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges.
REPUTATION : Son deuxième album est enfin sorti et rencontre le succès escompté. Après des mois de galère, elle a réussi à se relever. L'enfant prodige de Tenby réalise enfin son rêve et rend ses proches fiers. Souhaitons-lui bonne chance.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyVen 25 Mar - 20:48


À la demande de Gwen, Sean lui expliqua les différentes difficultés du métier d’avocat. Il avait beau lui affirmer ne pas avoir de conscience, elle n’en était pas aussi sûre que lui. L’Irlandais avait sans aucun doute peu de scrupules, surtout dans le but d’assurer la défense de causes perdues et de remporter des affaires difficiles afin de se faire un nom dans le milieu, pourtant la chanteuse ne se l’imaginait pas totalement dénué de bon sens dans les cas les plus extrêmes. Sean avait l’air d’avoir évité la prison à pas mal de personnes peu recommandables et de ne pas mal le vivre mais il ne serait jamais devenu avocat si cette dimension avait posé un problème pour lui. Gwen savait qu’elle n’aurait pas pu assumer une telle fonction, au-delà du fait que les études n’étaient pas de son goût, un tel métier n’aurait cadré ni avec ses principes ni avec son impulsivité. Élevé dans un contexte qui poussait à l’excellence, Sean était sans aucun doute devenu un requin parmi les requins qu’il défendait lui-même, pour preuve les pratiques malhonnêtes pour lesquelles la métisse l’avait surpris ce soir. Il ne semblait certes pas être une crapule mais s’était forgé le caractère dans de la ligne de conduite qu’il s’imposait pour devenir l’un des meilleurs et n’hésitait pas à recourir à tous les moyens à sa disposition pour y parvenir. La jeune femme comprit qu’il arrivait à vivre avec sa conscience en se dédouanant de chaque situation : un autre l’aurait fait à sa place ou bien c’était inévitable… ce genre d’excuse qui l’aidait sûrement mieux à vivre pour continuer cet exercice. En tout cas, Gwen ne poussa pas plus loin cette réflexion, désireuse de pimenter un peu la soirée en bousculant cet avocat à l’air coincé de sa tour d’ivoire. Coincé, il ne l’était pas autant que les apparences le laissaient supposer. Au final, les deux avaient commencé un jeu de devinettes sur une idée de Sean dans le pub où ils s’étaient installés et ils avaient réussi à en apprendre davantage l’un sur l’autre tant sur les raisons de leur venue ou retour à Tenby que sur leur famille respective. Gwen comprit d’ailleurs que l’avocat l’enviait en quelque sorte d’être fille unique. Souhaitant rendre l’atmosphère plus légère et moins sérieuse, la Galloise proposa un jeu de fléchettes. Habituée à fréquenter les bars de Londres et à y jouer, elle était certaine de pouvoir tenir tête correctement à son interlocuteur mais celui-ci se révéla un adversaire redoutable, puisqu’il remporta même la partie. Il afficha un sourire satisfait, le sourire carnassier du vainqueur, en lui faisant part de ses talents cachés mais Gwen ne se laissa pas décontenancer. La plus grosse surprise restait effectivement à venir pour lui et elle adorait le challenge que cette perspective représentait. Aussi, elle lui sourit mystérieusement en retour, d’un air serein. « Je m’incline pour ce jeu. » Elle accompagna ses propos d’une petite révérence de mise. N’empêche si le pub avait organisé une battle de danse par exemple ou un combat de rue improvisé, là sans conteste, personne n’aurait pu lui tenir tête dans les parages immédiats. Sean lui lâcha alors une petite phrase tout à fait de circonstance pour l’idée qu’elle avait mise en place. Il lui proposait en autre de travailler avec lui sur cette affaire puisqu’elle avait l’air d’apprécier l’adrénaline. « Quelles facettes ? » Demanda Gwen, intriguée, un large sourire aux lèvres. « Pour ce qui est de la confiance, tu iras voir dans la poche de ta veste. La clé usb y a retrouvé sa place depuis un bon moment déjà. » Il avait enlevé sa veste en arrivant et l’avait déposée derrière lui. Et il n’avait rien vu venir. Si la chanteuse avait effectivement gardé l’objet au début, elle le lui avait ensuite rendu ni vu ni connu pendant qu’il jouait. Il s’était encore fait berner, dans le bon sens cette fois. Gwen ne l’avait pas rendue innocemment, elle adorait prendre les gens à contrepied. La métisse n’avait certes plus de « levier » contre lui afin d’en apprendre davantage sur ce qu’il cachait, cependant Sean lui avait demandé de prouver qu’elle était digne de confiance. Quelle meilleure preuve aurait-elle pu lui apporter que ce retournement inattendu ? Son prix : la surprise sur la tête de Sean, enfin encore fallait-il qu'il le soit. Cette expression aurait valu tout l’or du monde. N'empêche, elle aurait pu garder l’objet, fuir avec et peut-être même chiper les informations dedans, si elle avait vraiment voulu tirer avantage de la situation mais dans quel but ? Satisfaire sa curiosité alors qu’elle n’en avait rien à faire du contenu dans le fond ? Plonger dans une mafia d’échanges dans laquelle elle risquait de se retrouver dépassée et pour laquelle elle n’avait aucun intérêt ? Non merci, elle connaissait sa place et sa vie était déjà suffisamment compliquée ainsi. « C’est quand tu veux. » Glissa Gwen innocemment, loin d’en avoir terminé avec tous les tours dans son sac. Égale à elle-même, son franc parler ne la quittait jamais pour longtemps. Cependant, contrairement à ce qu'elle avait pensé au départ, Sean n'affichait pas vraiment de surprise sur son visage. Avait-il deviné ses intentions avant même qu'elle n'abatte ses cartes ?

Spoiler:
 

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN EmptyLun 2 Mai - 0:04


L’esprit de compétition. C’était un trait que Sean avait intégré très vite dans sa personnalité, notamment parce que son père le favorisait largement entre sa soeur aînée et lui-même. Depuis tout petit, il avait toujours eu l’impression de devoir mériter l’attention, l’affection, la tendresse, voire l’amour de son père. Comme si ce n’était pas quelque chose de naturel, il fournissait de gros efforts pour gagner tout ça. La meilleure note en économie, la place de demi d’ouverture dans l’équipe de rugby du lycée, celle de représentant d’élèves auprès du conseil de l’école… Rien n’était jamais assez bien. C’était juste normal, d’autant plus qu’il marchait dans l’ombre de sa grande soeur depuis des années déjà. Sean avait donc tout naturellement développé une mentalité de battant, acquérant une volonté de fer, ce qui était une bonne chose. D’ailleurs, avec le recul, le jeune homme se demandait si, depuis tout ce temps, son géniteur n’avait pas cherché à le préparer aux études supérieures qu’il était destiné à poursuivre. Oh, la filière de droit n’était pas si difficile que ça (du moins, pas pour lui, qui avait grandi dans ce milieu, alors que les conversations juridiques entre son père et son grand-père étaient monnaie courante)… Mais pour la suite, il fallait être bien accroché, c’était une certitude absolue. Un bon nombre de ses camarades avaient fini par renoncer à leur rêve initial, se trouvant une porte de sortie, un autre travail dans le même domaine, même si ce n’était pas celui qu’ils désiraient à la base. Pas lui. Il s’était démené jusqu’au bout pour atteindre son objectif et, même s’il n’avait pas intégré le cabinet d’avocats de la famille, il avait au moins la consolation de se dire qu’il bossait dans l’un des plus réputés du Pays de Galles. Ceux qui observaient le tout d’un oeil extérieur ne pouvaient pas se douter à quel point c’était un monde de requins. Et au fond, si Sean avait réussi à se frayer un chemin, à s’y faire une place malgré son jeune âge, c’était peut-être parce que son père l’avait entraîné, malmené même. L’Irlandais éprouvait des difficultés à l’admettre, mais… Ça pouvait lui être utile dans de nombreux domaines, autant dans un tribunal que pendant une course d’aviron, ou encore en partie dans la vie de tous les jours.

En l’occurrence, il savait que son ego en aurait pris un coup s’il avait perdu la partie de fléchettes à Gwen. Il n’en retirait pas une intense satisfaction, parce que ce n’était vraiment pas grand-chose… Mais au moins, comme la plupart des mâles, il se sentait soulagé de ne pas s’être incliné face à elle. Pourtant, quand elle fit une révérence, il l’imita sans hésiter, se baissant encore plus qu’elle, ne serait-ce que par politesse. « Tu auras ta revanche une prochaine fois. » En prononçant cette phrase, Sean ouvrait la possibilité à une nouvelle rencontre, si elle le désirait. De ce qu’il voyait, ça ne le dérangeait pas de la croiser à nouveau. Elle était… Différente de la plupart des femmes qu’il connaissait, plus libérée, intrigante en résumé. « Laissons les autres facettes pour la suite, tu veux bien ? J’aime bien l’idée de surprendre les gens petit à petit… » Il lui adressa un clin d’oeil, alors qu’en réalité, il ne pensait à rien en particulier. Oh, il avait des talents, il n’en doutait pas… Mais aucun d’entre eux n’intéresserait sûrement la jeune femme. Elle devait avoir des préoccupations bien plus terre-à-terre que les siennes et, même s’il réussissait à l’impressionner en embobinant quelqu’un avec sa maîtrise habituelle des mots par exemple, il n’était pas sûr que ce soit une bonne idée de dévoiler toutes ses cartes. Ça, c’était son gagne-pain, alors il préférait ne pas spécialement le montrer au quotidien. Néanmoins, une idée assez étrange venait de naître dans l’esprit de l’avocat, qui faisait fonctionner ses méninges à plein régime. Pourquoi pas ? Alors quand elle lui affirma qu’elle avait déjà remis la clé usb à sa place, il sut que son idée n’était pas mauvaise… C’était à exploiter. Comme à l’accoutumée, il resta impassible, cachant sa surprise à la perfection. Son visage se fendit d’un sourire seulement quand elle lui glissa quelques mots à l’oreille. S’emparant de sa veste, estimant que c’était suffisant pour la soirée, Sean plongea une main dans sa poche et en ressortit une carte de visite, qu’il tendit à Gwen. « Appelle-moi si t’es sûre de vouloir bosser avec moi… Enfin, si t’as pas trop peur de te mouiller. » Il ne la connaissait peut-être pas, mais il l’avait déjà cernée et il savait parfaitement que la mettre au défi était le meilleur moyen de la convaincre. Après avoir jeté quelques billets au barman, il quitta donc le bar non sans une certaine satisfaction.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty
MessageSujet: Re: We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN Empty

Revenir en haut Aller en bas

We must bring our own light to the darkness. - GWEN & SEAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-