AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

All my tears have been used up. Kainoa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: All my tears have been used up. Kainoa Lun 21 Déc - 23:10

And I'd sing a song, that'd be just ours
But I sang 'em all to another heart
And I wanna cry I wanna learn to love

Il est tout juste quinze heures, pourtant, je suis plongée dans le noir. Dans sa chambre. La sienne. Celle de Mathys. Et je suis nostalgique de toutes ces nuits que nous avons passés ensemble. Rien de plus que ses bras qui me tenaient au chaud, mais c'était déjà tout. Il a laissé accroché quelques uns de ses dessins au mur et il a laissé les gros meubles, me faisant confiance pour que je les vende et lui envoie l'argent. Je n'ai pas envie de vendre ses affaires, parce que si je le fais, alors ce sera réel… Il sera parti pour Cardiff, il aura rejoint sa famille et ne reviendra plus jamais. J'ai envie de lui donner la possibilité de revenir, même si je l'attends à jamais. Recroquevillée dans son lit, j'attends que quelque chose me sorte de cet état dépressif. En vain. A croire que le départ du Penrod m'affecte mille fois plus que lorsque j'ai quitté mon cher et tendre Alejandro avec lequel j'avais passé presque six ans de ma vie. Et c'est le cas. Le départ de Mathys me touche à un point que je n'aurais jamais pu envisager. J'ai la gorge serrée en permanence tellement il me manque et tellement j'aurais aimé faire quelque chose pour le convaincre de rester à mes côtés. Mais même si Iwan n'a pas réussi cette mission, alors c'était sûr que j'allais échouer, pas vrai ? Je ne suis pas une fille à laquelle on s'attache. On me laisse. Toujours. Et si en général, j'accepte volontiers ce constat, avec le Gallois, ça ne passe pas. Nous nous étions jurés de rester là l'un pour l'autre. J'avais tellement besoin de lui. Depuis le jour où je suis venu le retrouver dans cette même chambre, paniquée et en sanglots quand je venais d'apprendre que je portais l'enfant du diable.
Il était mon essentiel et il a préféré partir.
C'est finalement Kainoa qui me sort de cette sphère d'auto-destruction mentale en m'envoyant un texto et en s'excusant une nouvelle fois de son intrusion après mes galipettes avec le policier qu'il connait si bien. Je souris en y repensant même si ce moment était tout sauf drôle et je lui réponds aussitôt. Une petite conversation s'enchaîne et je l'invite alors à passer à l'appartement. Je regrette cette invitation presque à l'instant même où je clique sur le bouton d'envoi. L'appartement est dans un état déplorable et je ne me sens pas la force de bouger pour tout ranger en trente minutes.
Supposant qu'il a vu pire, je décide de rester à ma place, en position foetale dans l'ancienne chambre du brun en l'attendant. Il n'est pas du genre à juger, Kainoa et s'il le fait, alors il comprendra lui aussi pourquoi je suis dans cet état. Après tout, lui aussi vient de voir celui qu'il considère comme son deuxième frère mettre les voiles dans une autre ville.
Le temps passe bien rapidement et quand j'entends frapper à la porte, je refuse à nouveau de bouger. Une seule solution : je pousse sur mes cordes vocales.
« Entre ! C'est ouvert. » Crie-je aussi fort qu'il m'est possible et quand j'entends la porte claquer, j'enchéris. « Je suis en haut… Dans la chambre de Mat. »

Ma voix se brise et je n'ai plus que quelques secondes pour me remettre. Quelques secondes avant que le Baxter ne monte les quelques marches du duplex pour se retrouver dans la pièce. J'en profite pour me redresser et m'assoir contre la tête de lit, les jambes fléchies et ramenées à ma poitrine.
Il fait sombre dans la pièce, mais une fine lumière passe au travers des volets et permettent d'y voir quelque chose. Kainoa arrive et je le gratifie d'un petit sourire pour le saluer.
« Désolée pour l'accueil… J'étais pas vraiment d'humeur à me faire jolie. »

C'est le moins qu'on puisse dire puisque pour simplifier, je ne suis pas d'humeur pour grand chose. Mais si je n'ai pas finalement retiré mon invitation, c'est bien pour une raison : le fait que je déteste la solitude et qu'avec son départ, le Penrod m'a condamné à vivre dans cette solitude que je méprise tant.
« Et comme je te l'ai dit… Je suis seule. Vraiment seule. »


_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mar 22 Déc - 4:09


Plus ou moins satisfait, Kainoa glissa son téléphone portable tout pourri dans la poche de son jean. Il venait d’échanger quelques sms avec Ana-Sofia, avec laquelle il n’avait pas discuté depuis bien longtemps. Il fallait dire que ces derniers temps, les choses s’étaient plus ou moins bousculées. Et là, pile quand il avait voulu lui faire une petite surprise en lui rendant visite, il était tombé sur Thomas, torse nu dans son appartement. Le moment gênant. Aucun mot n’aurait pu être plus approprié. Horrifié, il n’avait pas pu maîtriser son estomac et avait terminé la tête au-dessus de la cuvette des toilettes, à rendre ce qu’il avait avalé. Pourtant, la coïncidence n’était pas si énorme que ça ; après tout, ils vivaient dans une petite ville. Seulement, Kainoa n’aurait jamais imaginé son papa de substitution avec Ana. En fait, il ne l’avait jamais imaginé avec une fille tout court… Alors avec celle qui l’avait décoincé à proprement parler, encore moins ! Le jeune homme aurait difficilement pu se sentir plus mal à l’aise et il ne referait probablement plus jamais de visites à l’improviste. Plus jamais. Il ne voulait pas être traumatisé à vie. Le pire, c’était encore qu’il avait bien cru que Thomas ressentait quelque chose de sérieux pour la jeune femme. De son côté à elle, il ne s’était pas fait trop de souci ; il savait très bien qu’elle ne s’attachait pas facilement. Pour Thomas, en revanche, il avait pas mal flippé. Parce que si son mentor était amoureux de la fille avec laquelle le petit protégé avait couché, ils avaient franchement touché le fond. Kainoa avait conscience que ce genre de scrupules n’étaient pas forcément partagés par tout le monde ; mais chez lui, ils étaient vraiment ancrés. Et s’il avait été profondément soulagé d’apprendre que Thomas n’éprouvait pas de sentiments pour son amie, ça n’en demeurait pas moins bizarre. Carrément, même. Il ne voulait plus y penser. Genre plus jamais.

Mais ce qui l’avait préoccupé, à la fin de cette entrevue pour le moins non désirée, c’était la réaction d’Ana-Sofia. L’étudiant devait bien avouer qu’il s’était senti comme l’un des pires des goujats, quelque chose qui ne lui était jamais arrivé (et il espérait bien que ce soit la dernière fois). Mais elle avait mal compris ; ce n’était pas du tout ce qu’il voulait laisser entendre. Alors il éprouvait le besoin de s’expliquer et surtout, surtout, de se retrouver auprès d’elle pour une toute autre raison. Mathys était parti. Parti à Cardiff, rejoindre Siwan et le reste de sa famille. S’il était heureux que les Penrod soient tous réunis, Kainoa n’avait pas pu empêcher la tristesse de l’envahir. Il leur rendrait visite de temps à autre, mais ce ne serait jamais pareil. Siwan et Mathys avaient toujours fait partie de ses repères ; maintenant, il avait l’impression de les avoir perdus tous les deux. Même s’ils restaient en contact, ce n’était pas la même chose. Et si quelqu’un pouvait partager sa peine, c’était bien Ana-Sofia. Il savait à quel point la Mexicaine s’était attachée à son colocataire, l’une des rares personnes qu’elle aimait vraiment. Il savait à quel point son départ devait l’affecter, même si elle s’efforçait de ne rien en montrer. Alors il voulait être là pour elle, même s’il ne pourrait jamais remplacer Mathys. Après tout, lui aussi s’était attaché à elle, avec tout ce qu’ils avaient vécu ensemble. Il n’aurait jamais pensé s’en faire une amie ; pourtant, c’était bel et bien ce qu’elle était devenue.

Alors le futur astrophysicien se secoua, passa sous la douche et enfila le peu de vêtements convenables qu’il lui restait. Quelques minutes plus tard, il attrapait son manteau et son portefeuille, décidant de s’arrêter à l’épicerie pour acheter de la Corona. Il savait que ça lui ferait du bien et qu’elle apprécierait l’attention. Il en profita pour attraper deux ou trois trucs à grignoter, des chips et un paquet de gâteaux, avant de passer à la caisse. Ana-Sofia n’habitait pas très loin et il aurait pu faire le chemin les yeux fermés. Combien de temps n’avait-il pas passé dans cet appartement, que ce soit avec Mathys ou avec elle ? Il y avait aussi vécu certaines grosses frayeurs, comme la fausse alerte de grossesse. Un petit sourire aux lèvres en repensant à un moment drôle qu’il avait partagé avec elle, Kainoa grimpa un à un les marches de l’escalier et sonna enfin à la bonne porte. Captant plus ou moins la voix chantante d’Ana, il dut tendre l’oreille et comprit qu’elle l’invitait à entrer. Sans se faire prier davantage, il ouvrit la porte et s’arrêta dans la cuisine pour prendre un décapsuleur. Le fait qu’elle soit dans la chambre de Mathys était déjà significatif. « J’arrive ! » Il monta rapidement et, en la trouvant plus ou moins prostrée, son coeur se serra. « Arrête, t’es belle en toutes circonstances. » Il s’approcha et se laissa tomber près d’elle, sur le lit, passant un bras autour de ses épaules avant de l’embrasser sur le front. « Je suis là, maintenant. » Pour une fois, il avait vu juste. Elle était triste et encore, c’était peut-être un euphémisme. « Et je suis pas venu les mains vides. Tu veux de la Corona ? »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mar 22 Déc - 11:27

And I'd sing a song, that'd be just ours
But I sang 'em all to another heart
And I wanna cry I wanna learn to love

« Je sais, mais je voulais juste t'entendre me le dire. »

Dis-je pour essayer de détendre l'atmosphère. J'esquisse un petit sourire en direction du Baxter et quand il se place juste à côté de moi, enroule mes épaules de ses bras forts, je me laisse aller et je vais jusqu'à fermer les yeux. A mon tour, je passe mes bras derrière la nuque du jeune homme pour enfouir mon visage dans son cou et y respirer son parfum masculin. C'est ce dont j'avais besoin : un peu de chaleur humaine, un peu de proximité. Après ce qu'il s'est passé avec Thomas, je n'aurais jamais cru que Kainoa reprendrait contact après moi - mais il est gentil, Kai, il est trop gentil et donc c'est tout naturellement que je me retrouve dans ses bras quand il me les présente. Je me pince les lèvres, me faisant violence pour ne pas éclater en sanglots devant le Baxter parce que je ne veux pas perdre ma dignité et accepter que j'ai été quittée par le seul homme auquel je tenais sincèrement. Ironique. Je crève d'envie de me mettre à courir, courir vite et ne plus jamais m'arrêter pour me vider la tête. Mais je n'ai la force de rien. C'est trop difficile. J'ouvre les yeux quand le Gallois reprend la parole et je me décolle de son torse quand il évoque ma bière préférée. Est-ce que ce serait raisonnable de boire quand on voit l'état dans lequel je suis ? Je balaye cette retenue de mon esprit et je hoche la tête vivement. Bien sûr que j'en veux ! Je sais que l'étudiant n'est pas un grand buveur d'alcool, surtout depuis qu'il a fait son accident de voiture après sa rupture, mais par politesse je lui propose quand même - par politesse ou simplement parce que je préfèrerais ne pas boire seule. Il me décapsule une bouteille, me la tend et j'en prends une première gorgée sans me faire prier.
« T'es un ange, amor, mais tu vas me laisser boire toute seule ? » Demande-je avec innocence.

Ca fait du bien de boire quelque chose. Surtout quelque chose d'aussi bon et qui me rappelle la maison et par conséquent de merveilleux souvenirs. Cette maison que je n'aurais peut-être pas dû quitter quand je vois comment ma vie tourne depuis que je suis ici. Demian est sous les barreaux, Mathys est parti à Cardiff et il me reste les bras d'un ancien amant pour pleurer. Un amant avec lequel ma relation risque de changer étant donné notre dernière entrevue. Elle fut brève, certes, mais il n'en reste pas moins que j'ai couché avec celui qu'il aime plus que son propre père. Si j'avais voulu le mettre plus mal à l'aise, je n'aurais pas pu faire mieux. J'ai toujours pris un malin plaisir à taquiner le Baxter, mais ce soir là, pourtant, je n'avais pas planifié de le mettre aussi mal à l'aise. Encore une fois, c'est l'ironie de la vie. Je bois une nouvelle gorgée, pensive et je regarde le jeune homme.
« Je suis contente que tu sois là.»

Que je décide d'avouer parce qu'il faut que je sois réaliste et que je sois en phase avec mes émotions. Sa présence me fait du bien. J'ai été abandonné par la personne que j'aimais le plus au monde, mais il y en a toujours un dont le gentillesse le tuera. Et aujourd'hui, il a décidé qu'il passerait me voir. Il préfère passer sa journée avec moi plutôt qu'avec quelqu'un d'autre - ou si ce n'est pas ce qu'il préfère, c'est du moins ce qu'il fait. Et ça compte. Ca compte beaucoup. Pourtant, je n'oublie pas que sa visite est motivée par quelque chose qu'il désire me dire. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il m'avait écrit dans un premier temps. Alors pour ne pas qu'il regrette d'être venu, je lui donne enfin l'occasion de me dire ce qu'il veut, même si je crains déjà ses prochaines paroles. En couchant avec Thomas, je crois que j'ai rendu notre relation platonique, même si c'est la dernière chose dont j'ai envie. Cependant, il faut que je me rende à l'évidence… Entre moi qui ai passé une nuit endiablée avec le Weston et Kainoa qui a aussi couché avec la petite Spencer Evans, il y a de quoi se remettre en question, et même si notre relation n'a jamais été exclusive et que ça ne me fait ni chaud ni froid, je crois que le brun est trop charitable pour ce genre de relations. Avec une pointe d'inquiétude, je demande tout de même.
«  Qu'est-ce que tu voulais me dire, alors ? »


_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mar 22 Déc - 23:47


Un léger sourire étira les lèvres de Kainoa. Il reconnaissait bien là Ana-Sofia et son assurance habituelle. La seule fois où elle n’avait vraiment pas semblé se trouver attirante, c’était quand elle était tombée malade, qu’elle maugréait au sujet du climat de ce pays et qu’elle lui avait quasiment interdit de poser les yeux sur elle. Même là, elle restait mignonne, peut-être encore plus. C’était une femme forte, qui ne se laissait pas impressionner facilement et qui pouvait être désignée comme le type même de la féministe par excellence. Pourtant, quand elle montrait ses faiblesses et ses failles, elle n’en était que plus touchante. Il avait alors l’impression de découvrir une personne totalement différente, même si depuis quelques mois, il la connaissait déjà suffisamment bien pour savoir que ce qu’elle affichait en public pouvait n’être qu’un masque. D’ailleurs, il n’aurait jamais pensé que leur relation atteindrait un tel stade. Dire qu’il y a environ un an, elle s’amusait encore à le taquiner comme s’il n’était qu’un adolescent puceau ! Il se souvenait encore de l’anniversaire de Grace, quand Demian l’avait demandée en mariage. Maintenant, ça semblait tellement loin ! Ana-Sofia et Kainoa ne se connaissaient pas encore très bien ; mais elle l’avait déjà plus ou moins pris pour cible. Elle l’avait assez bien cerné, dès le départ. Elle s’amusait à le taquiner et à tester ses limites alors qu’il était en couple, durant cette période-là. Et finalement, quand il s’était retrouvé tout seul, au bord du gouffre, c’était sur elle qu’il était tombé, à la place de Mathys. Puis ils s’étaient rencontrés dans une rue sombre, alors qu’elle effectuait les transactions illégales grâce auxquelles elle gagnait sa vie et qu’elle avait fini par dire qu’il était son âme soeur. Ensuite, en boîte de nuit, quand elle s’était fait coller par un type lourd et qu’elle s’était précipitée vers lui pour qu’il joue la comédie. Enfin, cette fois où ils avaient littéralement flippé à l’éventualité qu’elle soit enceinte. Quand il repensait à tout le chemin parcouru, si on pouvait appeler ça comme ça, le jeune homme souriait intérieurement. Ils n’étaient pas amoureux et ils ne le seraient probablement jamais ; mais il n’en demeurait pas moins attaché à cette Mexicaine qui s’était engouffrée dans sa vie d’une manière pour le moins fracassante et avec laquelle il avait partagé des choses assez dingues.

« Bon, une bouteille, j’imagine que ça me tuera pas. C’est bien pour toi ! » plaisanta-t-il. Kainoa se pencha pour décapsuler une autre Corona. Il buvait rarement, pour la simple raison que ça lui rappelait énormément son père. D’ailleurs, la seule fois où il s’y était vraiment essayé, ça aurait pu vraiment mal se terminer. Mais de temps à autre, ça lui arrivait, en quantité très raisonnable. Ce n’était pas parce que son seuil de tolérance à l’alcool se situait plus loin qu’il comptait en profiter. C’était d’ailleurs un reproche qui lui avait régulièrement été adressé. « Je suis content de te voir » répondit-il en lui adressant un sourire, avant de prendre une gorgée de bière. Il n’en avait plus bu depuis bien longtemps. « On doit former un drôle de tableau, tous les deux. » De la Corona à la main, assis sur le lit de quelqu’un qui était parti s’installer dans une autre ville, tristes. Mais après tout, ce n’était pas la première fois qu’ils partageaient ensemble leurs désillusions et leurs peines. Pour le coup, Kainoa avait complètement oublié la raison qui l’avait poussé à envoyer un texto à son amie. Tout ce qu’il voulait, maintenant, c’était répondre présent pour elle, pas forcément l’embêter avec des considérations, des remords et un ressenti pour le moins embarrassant. « Oh, c’est… Pas forcément urgent, tu sais. » Pourtant, il suffit qu’elle lève les yeux vers lui pour qu’il renonce à l’idée de ne pas lui en toucher un mot pour l’instant. Peut-être qu’il se dégonflait juste trop facilement. Il n’avait plus discuté avec Thomas de ce qui s’était passé (après tout, il n’y avait pas grand-chose à dire) et d’ailleurs, ce n’était même pas comme s’il y tenait spécialement avec la Mexicaine. Mais il voulait juste rectifier quelque chose. Il avait sans doute plus d’estime pour elle qu’elle ne le pensait. « Avant de dire que c’était pas grave, laisse-moi vraiment m’excuser. J’ai jamais voulu dire que t’es pas le genre de fille dont on peut tomber amoureux. » Ce n’était pas parce qu’entre eux, les choses n’allaient pas dans ce sens-là que c’était forcément le cas de tout le monde. « Je suis sûr qu’au contraire, tu fais tourner la tête à plus d’un et je veux dire… Pas juste pour s’amuser. Aussi pour ta personnalité. » Il n’avait vraiment pas changé. Fidèle à lui-même, maladroit en paroles, s’emmêlant facilement les pinceaux. « Si j’étais genre soulagé, c’était parce que… Parce que Thomas, c’est vraiment, vraiment quelqu’un d’important pour moi. J’aurais voulu que ce genre de choses arrive jamais, c’est tout. Et s’il était amoureux de toi, je crois que j’aurais du mal à le regarder encore dans les yeux, tu me connais… Même si j’ai rien fait de mal à proprement parler. » Ces sacro-saints principes (si on pouvait appeler ça comme ça, à ce stade, il n’était plus sûr de rien) allaient finir par avoir sa peau.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mer 23 Déc - 1:25

And I'd sing a song, that'd be just ours
But I sang 'em all to another heart
And I wanna cry I wanna learn to love

Kainoa m'a déjà vu à mon avantage comme il m'a déjà vu au pire de ma forme comme cette fois où sûre de moi, je suis entrée dans sa chambre sans sa permission, où je l'ai attendu de longues minutes avec une robe indécemment courte et sans sous-vêtement pour qu'au final, il revienne avec un enfant en bas-âge dans un couffin. Le poupon ne m'avait rien fait, pourtant, j'ai été tétanisée. Il est le seul avec Mathys à savoir pour mon avortement et même s'il n'en connait pas les conditions extrêmes que je me suis imposée, il sait que j'ai très mal vécu cette grossesse non-voulue. Il était là aussi quand Demian s'est fait emprisonné. J'étais dans un état lamentable, mais lui était dans un état encore pire. Il venait de se faire quitter, le pauvre. Et c'est là que j'ai compris que l'amour n'est pas quelque chose pour moi. Ca aurait pu l'être, mais j'ai compris que l'attachement qu'on porte aux autres ne peux que nous nuire. Alors à quoi bon ? Pourtant, je n'ai pas pu retenir ces sentiments que j'avais pour Mathys. Lui même ne l'a jamais su parce que l'unique déclaration que je lui ai faite était dans ma langue natale alors que je me réveillais à l'hôpital, une langue qu'il ne comprend pas. Peut-être parce que je ne voulais pas qu'il le sache de peur qu'il en profite.
C'est très surprise que je suis quand le Baxter prend à son tour une bière et se la décapsule. Tellement surprise que j'en oublie de trinquer avec lui et que je bois avec engouement. Décidément, ce garçon me connaît bien. Il me connaît au point de savoir mes goûts en matière d'alcool. Pas que ce soit compliqué de les deviner, mes ses efforts sont présents et ils me touchent profondément.
Il dit être content de me voir et je lui offre un sourire triste en guise de réponse. Je ne sais pas s'il est sincère. Après les derniers événements, j'aurais parié qu'il ne voudrait plus me voir, qu'il ne voudrait plus entendre parler de moi, plus jamais. C'est donc avec une immense joie que je constate qu'il est capable de mettre de côté notre dernière entrevue pour venir me réconforter et garder le contact. J'ai presque l'impression de compter pour lui et c'est bien pour cette raison que je pouffe de rire quand il dit que nous devons faire un drôle de tableau. Je hoche la tête sans rien ajouter parce qu'il a tout à fait raison. Mais c'est plus fort que moi… Je n'arrive plus à quitter cette chambre parce que je ne veux pas réaliser qu'il m'a réellement quittée. Est-ce que Kainoa se sent abandonné lui aussi ? J'en doute… Lui, il lui reste sa famille dont il est si proche ainsi que ses amis et ses prétendantes. Il est populaire, Kainoa. Il est aimé. Alors si le départ du Penrod le rend quand même triste, je doute que nous en soyons au même niveau.
Finalement, pour essayer de ne plus penser au Gallois qui est parti rejoindre la capitale du pays, je demande au brun de me dire ce qu'il a sur le coeur. D'après ses textos, il tenait à me dire quelque chose qu'il n'a pas osé dire à cause de la présence de Thomas. C'est donc le moment idéal pour lui de se lâcher. Je repose la tête sur son torse en l'écoutant et en soupirant légèrement. Il s'exécute et sa maladresse me fait sourire. Il est comme ça, le Gallois, incapable de ne pas bafouiller ou de trouver ses mots du premier coup. C'est amusant, parfois, mais là, c'est plutôt attendrissant, d'autant plus que j'essaye de me retrouver dans ses paroles.
« Mais tu n'as pas à t'inquiéter de ta relation avec Thomas… Tu ne pouvais pas savoir et il est pas amoureux de moi, il ne me connait même pas. Et puis, tu sais bien que je n'aime pas les flics… Disons que c'était un moment d'égarement. »

J'ai beau essayer de toutes mes forces, mes pensées sont toujours dirigées vers celui qui nous a quitté. Je déglutis et je décide de boire quelques gorgées de Corona pour faire passer cette douleur. Rien n'y fait. Je soupire, un peu plus fort, cette fois. Et c'est à mon tour de passer aux confessions tellement les mots de Kainoa me troublent. J'ai besoin de réponses, même s'il ne saura probablement pas me les donner.
« Dis moi, Kainoa… Si tu penses qu'on peut tomber amoureux de moi, pourquoi est-ce que le seul que j'ai jamais aimé a décidé de mettre les voiles ? » J'ai la poitrine qui se serre. Je ne l'avais jamais dit à haute voix. « Je l'aimais, je crois. Je n'avais jamais ressenti ça de toute ma vie pour quelqu'un. Je crois que c'était de l'amour. »

Mais comment en être sûre ? Pourtant c'est toujours resté platonique avec Mathys… Comme quoi cette communion était vraiment centrée sur les sentiments et pas sur une quelconque attirance physique. Est-ce que ce serait pire si nous avions franchi un cap ?
« Ne me mens pas, je t'en prie. Je suis qui je suis…  »


_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mer 23 Déc - 3:11


Leurs pensées respectives étaient bien sombres, mais au moins, ils étaient ensemble. Ce n’était peut-être pas grand-chose, mais Kainoa était bien placé pour savoir que dans ces moments-là, un peu de compagnie pouvait faire un bien fou. Ne jamais s’isoler en cas d’épreuves, c’était une des règles principales pour ne pas sombrer dans une déprime profonde. Mais c’était parfois plus facile à dire qu’à faire. Heureusement qu’Ana-Sofia avait proposé d’elle-même qu’il vienne la voir pour discuter, même si à la base, ça n’avait absolument rien à voir. D’ailleurs, quand il la voyait dans cet état, le reste lui semblait bien dérisoire. Pourtant, elle semblait y tenir. La tête posée sur son torse, elle l’écoutait se débattre avec ses mots et son incapacité légendaire à s’exprimer correctement, notamment sur des sujets profonds. Il n’avait aucun problème pour différencier les six types de nébuleuses, pour expliquer les découvertes de Pierre-Simon de Laplace ou encore le principe de la désignation de Bayer, mais les relations humaines et les sentiments, à ses yeux, c’était infiniment plus compliqué. Elle devait le savoir, à force, ils ne se fréquentaient pas depuis seulement la veille. D’ailleurs, en règle générale, elle restait plutôt compréhensive avec lui, comme si elle avait compris que ce défaut faisait intégralement partie de sa personnalité. Il se retrouvait un peu trop dans certains personnages de la célèbre série « The Big Bang Theory », même s’ils avaient atteint un autre niveau que le sien, dans tous les sens du terme.

« Oui, je sais… Et c’est ça qui m’a rassuré sur le moment, même si c’est… Trop bizarre. » Pour lui, ce n’était qu’un euphémisme, mais il n’était pas là pour l’embêter avec ses états d’âme. Il voulait juste s’expliquer un peu et, une fois que c’était fait, essayer de toutes ses forces de la consoler un peu. Mais dans ce domaine non plus, il n’était pas très doué. « Est-ce que tu comptes le revoir ? » demanda-t-il néanmoins, incapable de s’en empêcher. En temps normal, il ne lui demandait jamais ce qu’elle faisait avec un tel ou un autre ; mais s’il s’agissait de Thomas, il s’y intéressait forcément un peu plus. En qualifiant leur aventure de « moment d’égarement », elle semblait lui dire que non, mais il n’en était pas tout à fait sûr. Après tout, n’était-ce pas aussi ce qui s’était passé dans son cas avec Spencer ? Tout se mélangeait dans sa tête, ça devenait un peu trop confus. « Enfin, t’es pas obligée de répondre, je me posais juste la question. » D’ailleurs, il se le demandait plus pour Thomas que pour Ana-Sofia. Ce n’était pas parce qu’il se désintéressait d’elle, mais plutôt parce qu’il la connaissait suffisamment pour savoir qu’elle ne s’attacherait pas à un flic, même si les moments d’égarement se multipliaient. Du côté de son mentor, en revanche, il n’en était pas si sûr. Il semblait avoir fermé son coeur après son divorce, mais savait-on jamais… Il méritait de trouver le bonheur avec une femme dans ses bras.

Le jeune homme prit une nouvelle gorgée de bière. Ses pensées commençaient à aller dans tous les sens, mais il fut brusquement ramené à la réalité par la question de la Mexicaine. Il ne put s’empêcher de tressaillir. Avait-il bien entendu ? Avait-il été aveugle à ce point ? Et si, depuis le début, il s’était fourré le doigt dans l’oeil ? « Je… » Que pouvait-il bien répondre à ça ? Que faire face à une telle détresse ? Son coeur s’était encore serré. Il avait tellement l’impression de se voir quelques mois plus tôt, quand elle l’avait ramassé à la petite cuillère. Il s’était posé exactement la même question qu’elle. Tout le monde vantait ses mérites et ses qualités, affirmant que Sunshine avait de la chance de l’avoir. Beaucoup disaient qu’il était intelligent, gentil, beau et qu’il était le petit ami et le gendre idéal. Mais c’était faux. Si ç’avait été le cas, pourquoi celle qui partageait sa vie depuis huit ans s’était-elle fait la malle ? Il comprenait Ana. Il la comprenait même un peu trop. « Je sais pas. Tout ce que je sais, c’est que je suis désolé pour toi. Et que je sais ce que tu ressens. Je sais, Ana. » Il n’aurait jamais, jamais pensé qu’elle puisse aimer Mathys de cette manière. En même temps, dans ce domaine-là, il était tellement aveugle… Fiona aurait pu être amoureuse d’Anthony et Grace de Thomas qu’il n’aurait rien vu venir. Il était décidément irréformable. « J’ai pas envie de te mentir. En plus, tu le saurais tout de suite. Mais je te connais, je sais comment tu es et je sais aussi que c’est toi qui m’as aidé à ne pas perdre la tête le soir où j’en avais le plus besoin. » Il posa sa bouteille pour la prendre entièrement dans ses bras. « Je crois qu’un jour, tu vas trouver. Et moi aussi. Mais j’en suis même pas sûr. Par contre, je peux te dire qu’avec le temps, la douleur s’estompe. Il en reste une trace, mais la vie retrouve son éclat. Ça, je peux te le promettre. » Il la berçait légèrement. « J’ai pas de remède miracle, mais… Tu m’as appris qu’un film d’horreur et de la crème glacée, c’était pas mal… Si ça te tente. »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mer 23 Déc - 18:59

And I'd sing a song, that'd be just ours
But I sang 'em all to another heart
And I wanna cry I wanna learn to love

Si je compte revoir le Weston un jour ? Certainement pas et je secoue la tête avec vigueur pour le lui signifier. Pourtant sa question est légitime. Il est venu alors que nous venions de passer un moment intime, alors il pourrait penser que ce soit régulier. Toutefois, même sans cette histoire, même sans savoir que les deux hommes se connaissent, j'aurais tout fait pour ne jamais revoir le policier. Car s'il y a bien quelque chose que le Gallois ignore, c'est que celui qu'il considère comme son père de substitution s'est fait berner comme un bleu. Je voulais lui voler son arme et c'est chose faite. J'aurais pu utiliser une autre méthode, mais c'était tellement plus facile de cette façon. Et tellement plus agréable aussi. Une nouvelle fois, je fais preuve de bon sens en évitant de mentionner tout cela à Kainoa. Le garçon était déjà assez affligé par sa découverte, il n'a pas en plus besoin de savoir que je considère Thomas comme un pigeon. De plus, revoir Thomas reviendrait à me mettre en danger, parce que c'est sûr qu'après un tel coup, il ne va pas vouloir en rester là. Et puis… Il ne faudrait pas que le policier fasse des recherches sinon il pourrait très vite apprendre des choses déplaisantes à mon sujet et plus précisément, concernant mon passé avant que je ne mette les pieds à Tenby. Il découvrirait par la même occasion que mes papiers sont faux et qui sait ce qu'il pourrait faire de toutes ces informations. Je ne veux pas le savoir. Jamais.
Rapidement, on change de sujet et j'en viens à me confier sur mes sentiments pour la première fois depuis des années. Mais c'est Kainoa. C'est mon âme-soeur. Alors aujourd'hui, j'ai l'impression que je peux tout lui dire et pour une fois, c'est ce que je fais. Ainsi je lui avoue les sentiments que j'ai pour son meilleur ami et il reste interdit pendant quelques secondes avant de reprendre sur le même ton solennel. Je l'écoute, je le laisse m'enlacer et je réfléchis au sens de ses paroles.  
« Je ne suis pas sûre de vouloir trouver… Je veux dire, j'ai toujours vécu sans aimer qui que ce soit et j'étais parfaitement heureuse. Et là… Il  a fallu que je m'attache à celui que je n'ai jamais pu avoir et qui a décidé de partir. Tu ne trouves pas ça totalement décourageant et futile ? »

La question est rhétorique et la réponse est bien évidement une assertion positive. Je me mords la lèvre et bien que ce constat me fasse mal au coeur, ça ne m'arrête pas pour autant et je termine ma Corona. Je repose la bouteille en verre sur la table de chevet en tendant le bras, puis je me décolle de l'étudiant pour me poser en face de lui, à califourchon sur ses cuisses. Parce que si j'aime être dans ses bras, là, je veux plutôt le voir. Les yeux sont les miroirs de l'âme, qu'on dit, et je veux le sentir en le regardant. Ma main droite prend sa main droite et ma main gauche attrape la gauche également. Des mouvements lents et doux. Un instant dont je veux profiter.
« Tu le penses vraiment, que la douleur s'estompe avec le temps ? Tu ne penses plus à ton ex ? Tu ne l'aimes plus ? »
Les questions sont vraiment intéressées, elles ne sont pas là uniquement pour faire la conversation. Je me demande vraiment s'il a réussi à passer par dessus cette rupture ? Car pour l'avoir vu alors qu'il venait de vivre sa séparation, j'avais vraiment l'impression qu'il ne pourrait pas la surmonter. Il m'avait embrassé ce soir là, mais ce n'était rien. Ce n'était pas réel pour lui, je crois. Celle qu'il aurait voulu, c'était celle qui venait de le quitter. Pas de chance qu'il n'y avait que moi sur place.  
Il me propose un film d'horreur et de la crème glacée et je ne peux pas m'empêcher de sourire en repensant à cette soirée qui pourtant était si triste. C'est un sourire nostalgique que j'affiche parce que je ne peux pas trop jouer la comédie en cette après-midi. Non, je crois qu'aujourd'hui, j'ai encore envie de parler avec mon âme-soeur. Je lâche une de ses mains pour lui caresser doucement la joue.
« J'ai envie d'oublier. J'ai envie de t'embrasser. J'ai envie que tu me fasses l'amour, aussi.  »
Je baisse la tête quelques secondes, pas prête à recevoir un regard réprobateur et je soupire longuement en cherchant la force de continuer. Ce n'est même pas l'alcool qui parle. Simplement une sincérité désobligeante.
« Mais ce dont j'ai le plus envie, c'est de rentrer chez moi, je crois. »
Mais c'est utopique. Je ne peux pas rentrer chez moi. Pas encore. Pas si je veux rester en vie pour profiter de cet éclat que la vie reprendra quand le temps aura fait son travail. Ce n'est pas comme si j'allais manquer à quelqu'un ici.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mer 23 Déc - 19:49


Elle n’avait pas ouvert la bouche pour répondre à la question, mais son mouvement de la tête était suffisamment clair. Elle ne comptait pas revoir Thomas. Pendant quelques secondes, Kainoa ne put s’empêcher de se demander pourquoi. Mais au fond, il n’était même pas sûr d’avoir envie de le savoir. Et puis après tout, ce n’était pas comme si c’était rare, deux personnes qui couchaient ensemble une fois avant de tirer définitivement un trait l’une sur l’autre. Il entendait suffisamment ses potes de promo se vanter de leurs exploits au lit pour le savoir. Ça ne lui était jamais arrivé, à lui, mais il s’abstenait toujours de porter le moindre jugement, savait-on jamais. De toute façon, Ana-Sofia et Thomas étaient deux adultes consentants. Kainoa espérait simplement que, vu la conviction de la Mexicaine, le policier n’aurait pas non plus spécialement envie de la revoir un jour. Mais il se voyait mal aborder le sujet avec lui, parce qu’il était impossible d’oublier la gêne qu’il avait lue dans ses yeux, quand il avait débarqué au pire moment. Il avait eu l’impression que Thomas avait même eu plus honte que lui, c’était pour dire…

De toute manière, pour le moment, le jeune homme n’avait pas vraiment le temps ni le loisir de s’attarder sur ce genre de préoccupation. Une fois encore, Ana-Sofia se confiait à lui alors qu’il avait toujours eu l’impression qu’elle était une femme secrète. Pourtant, elle lui en avait dit, des choses. Il savait qu’elle avait été enceinte et qu’elle avait refusé de garder son bébé, il savait qu’elle avait fui son pays à cause de l’homme avec lequel elle avait été en couple pendant des années, il savait aussi ce qu’elle faisait pour payer ses factures et se nourrir. Qui sait, il était peut-être né pour être son confident. La vie était étrange, parfois - c’était une réflexion qu’il s’était faite à plusieurs reprises quand il était en sa compagnie. Son âme soeur, c’était comme ça qu’elle l’avait appelé. Le concept l’avait beaucoup fait rire, dans cette ruelle sombre, alors qu’elle venait d’effectuer une transaction illégale et qu’elle l’avait pris pour un vieux pervers qui l’espionnait.

Mais il était forcé de s’avouer que même en repensant à quelques bons souvenirs, Kainoa n’avait pas envie de rire. L’heure était grave et il le savait parfaitement. La jeune femme soulevait des questions essentielles, voire existentielles, même. D’une certaine manière, il l’enviait, elle qui affirmait avoir toujours vécu sans aimer qui que ce soit. C’était peut-être mieux. Fermer hermétiquement son coeur pour se protéger des éventuelles catastrophes. Si, avait-il envie de hurler, si, bien sûr qu’il trouvait ça totalement décourageant et futile ! Mais il ne pouvait pas le lui dire, parce qu’il n’était pas là pour l’enfoncer ou la démoraliser davantage. Il était là pour la consoler, ni plus ni moins. Alors il préféra s’abstenir de répondre, tout simplement, parce qu’il ne pouvait pas non plus lui raconter de bêtises. Comme tous ceux qui le connaissaient un tant soit peu, elle était capable de détecter immédiatement le moindre de ses mensonges. Dans ce cas, mieux valait se taire.

En revanche, le futur astrophysicien ne s’attendait clairement pas à ce qu’elle lui pose des questions sur son propre passé amoureux. C’était lui-même qui l’avait évoqué, mais ses questions étaient profondes et méritaient sans doute une bonne dose de réflexion. « J’étais avec elle pendant genre huit ans, c’est pas pareil… J’imagine que les sentiments ne peuvent pas disparaître en un claquement de doigts. Donc si, ça m’arrive encore de penser à elle. Mais pas de cette façon-là… En fait, ce qu’il reste, comme sentiments, c’est vachement négatif. » L’incompréhension. La rancoeur. La certitude d’avoir foiré quelque part. Le sentiment de culpabilité. Le doute. La colère. « En tout cas, même si je pouvais, je retournerais pas avec elle. » De ça, au moins, il en était convaincu. « Et s’il y a bien une chose dont je suis sûr, c’est que la douleur s’estompe avec le temps. Je pensais pas, au début… Mais maintenant, j’en suis certain. Toi aussi, tu verras.  »

Assise à califourchon sur ses cuisses, elle semblait le détailler comme si elle espérait lire une réponse en lui. Visiblement, la crème glacée et le film d’horreur ne la tentaient pas spécialement. Mais les envies qu’elle exprima le prirent au dépourvu, c’était le moins qu’on puisse dire. Il avait l’habitude qu’elle soit aussi franche, mais quelquefois, ça le surprenait toujours autant. « Je… Je pense pas que ce soit une bonne idée. » Kainoa dans toute sa splendeur. Il pensait à Mathys, à Spencer, à Thomas… Tout ça, c’était trop compliqué pour lui, pour sa tête. Après tout, il était peut-être toujours aussi coincé. En plus, elle faisait peut-être juste une sorte de transfert sur lui. Elle était triste. Au fond, elle n’en avait peut-être même pas vraiment envie. « Mais je veux pas te laisser toute seule. » Il était essentiel qu’elle comprenne que ce n’était absolument pas contre elle. « Pourquoi tu prendrais pas des vacances, hein ? Pas au Mexique, mais… Je sais pas, dans un pays chaud. Loin d’ici. Ça te changerait les idées. »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Jeu 24 Déc - 0:54

And I'd sing a song, that'd be just ours
But I sang 'em all to another heart
And I wanna cry I wanna learn to love

En général, je préfère passer des heures sous la couette avec un homme plutôt que de m'épancher sur mes sentiments en portant encore mes vêtements. Mais aujourd'hui, c'est une nécessité. A croire que Kainoa l'avait deviné quand il m'avait écrit un peu plus tôt dans la journée. Il ne pensait certainement pas me trouver dans une position aussi lamentable, mais le fait est que je n'avais pas le courage pour me remettre sur pieds. De toute façon, on partage tout avec le Baxter. On partage tout au point que j'ai même laissé un chapelet dans sa chambre à cause des nombreuses nuits que j'y ai passé. Ainsi, je me dévoile et je pose également des questions personnelles au Gallois sans vraiment prendre en compte ses émotions à lui. Lui aussi vient de voir son meilleur ami partir, alors il n'a peut-être pas envie de ressasser de mauvais souvenirs en évoquant sa rupture avec la femme qu'il aimait plus que tout. Pourtant, c'est trop tard quand j'y pense et les mots ont déjà franchi mes lèvres sans la possibilité de me reprendre. Je ne sais pas à quelle réaction je dois m'attendre à la vue de l'ampleur des sentiments qu'il avait pour cette jeune femme, et je suis surprise quand je constate sa sérénité et son calme. Il n'a jamais trop été sanguin, Kainoa. Ou du moins, pas autant que moi. Mais là, j'admire le calme avec lequel il répond à ma question. Le calme doublé de sa sincérité. Même moi quand je pense à Alejandro, comme présentement par exemple, je sens mes poils se hérisser, mais c'est certainement dû au fait que cet homme veut ma mort en guise de cadeau de Noël… Et vu la saison, je ferais mieux d'être vigilante. Les lèvres pincées, j'entends ce qu'il me dit et je ne peux réprimer un sourire en coin ainsi qu'une blague quand il avoue qu'il ne se remettrait pas avec la jeune femme s'il en avait l'occasion. C'est trop tentant et je ne peux pas laisser passer une telle opportunité. Je lui passe un doigt sous le menton et je me rapproche de son oreille pour lui murmurer ces quelques mots.
« Ça c'est l'effet Reyes, amor. Quand on y goûte, on ne peut pas retourner vers celles d'avant. »
Je le gratifie d'un clin d'oeil pour le taquiner et ainsi penser à autre chose pendant quelques secondes, mais bien vite, le chagrin revient au galop et je fais de mon mieux pour ne pas trop sombrer. Peine perdue. Mais j'esquisse un nouveau sourire pour répondre à mon invité.
« J'espère que tu as raison et que ça passera. J'en peux plus de pleurer. En plus, ça me donne des migraines. »
Certes, je n'ai pas versé des tonnes de larmes, mais je n'y suis tellement pas habituée que ça me fait tout bizarre. Je regarde le garçon dans les yeux quand je lui fais la liste de mes envies, toujours sans aucune gêne, mais je baisse le regard quand je me tais parce que je crois d'avance connaître la réponse du garçon. Nous sommes tellement différents, lui et moi… Et voilà qu'il est celui qui me connait le mieux, maintenant que Demian et Mathys ne sont plus là. Pourtant, je sais que la réciproque n'est pas valable. Je sais qu'il est apprécié de tous et qu'il est bien plus proche avec d'autres, même si ce n'est pas sur le plan physique. En temps normal, ce constat ne m'aurait pas dérangé, mais le fait de perdre tout ceux auquel je m'attache change pas mal la donne.
Il repousse ma proposition comme je m'y attends et je hausse les épaules, pas surprise de sa réponse. Cependant, ma curiosité demande à être rassasiée et pour se faire, je rapproche mon visage de celui du garçon pour lui susurrer davantage de mots à l'oreille.
« Pourquoi ça ne serait pas une bonne idée, hein ? A cause de ce que j'ai fait avec Thomas ? Ou à cause de ce que toi tu as fait avec la pelirroja ? »
Nouveau clin d'oeil complice et avec désinvolture, je lui vole tout de même un baiser malgré son appréhension. Ses lèvres sont douces, comme d'habitude et j'en redemanderais volontiers, mais j'ai compris le message et quand je m'écarte, je tends le bras pour prendre une nouvelle Corona du pack et me la décapsuler. Je retrouve à ma position initiale, flanquée au Baxter, la tête posée sur son torse alors qu'il me propose de prendre quelques vacances. Je pèse le pour et le contre très brièvement et j'envisage son idée. Pourquoi pas… Mais ça reste bancale. Je bois une gorgée de ma bière tout en y réfléchissant et alors que je m'imagine déjà sillonner les plages de l'Australie, je reprends la parole.
« Pourquoi pas… Mais j'y vais avec qui ? Je fais une lettre au juge pour lui demander qu'il offre une permission à Demian de quelques semaines ? Plus sérieusement, tu partirais avec moi, toi ? »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Jeu 24 Déc - 10:30


Un autre sourire se dessina sur les lèvres de Kainoa, mais plus franc, cette fois-ci. Amusé par sa réplique, il se retint à peine de pouffer comme une fillette. Comme à chaque fois, il saluait sa répartie, qui semblait être à toute épreuve. C’était vraiment quelque chose qui lui faisait défaut, à lui. S’il trouvait quoi que ce soit d’un tant soit peu intelligent à répondre, c’était généralement plusieurs heures après la conversation en question. Elle, non. Elle avait toujours quelque chose à répondre et bien entendu, en général, ça tournait en sa faveur. Une fois de plus, il la reconnaissait bien là. Pourtant, elle n’avait peut-être pas tout à fait tort. Il ne pensait pas exactement à la même chose qu’elle et n’avait pas l’intention de satisfaire son ego à ce point ; mais ce qu’il ressentait n’allait pas moins dans son sens. « En tout cas… En tout cas, tu m’as aidé à ne pas sombrer, tu sais. Quand je croyais qu’aucune fille ne voudrait plus jamais de moi, tu m’as prouvé le contraire, même si… Même si on n’a jamais été ensemble. » Le jeune homme n’avait jamais confié ça à son amie, pourtant, c’était la vérité, pure et simple. Quand Sunshine était partie, non seulement il avait cru que son univers s’effondrait, mais en plus, il s’était remis en question d’une manière tout bonnement incroyable. Mais Ana, elle, n’avait de cesse de lui murmurer des compliments et, évidemment, elle lui avait prouvé que d’autres pouvaient s’intéresser à lui, même si c’était quelque chose de purement physique, même s’il n’était pas question de sentiments. Au moins, il avait eu l’impression qu’elle lui avait accordé de la valeur. Elle l’avait écouté. Elle avait répondu présent quand il en avait besoin. C’était tout ce qu’il retenait. Maintenant, c’était à son tour de faire pareil pour elle. Et quand elle lui avoua qu’elle était fatiguée de pleurer, il resserra simplement son étreinte autour d’elle. De sa part, cette phrase était significative. Il savait qu’elle versait moins de larmes que la majorité des femmes.

« Je… » Une proposition, un refus, presque comme au début de leur relation. Pourtant, aujourd’hui, ça n’avait plus rien à voir. « Je sais pas. » Kainoa était troublé par la question d’Ana-Sofia, parce qu’il n’avait jamais envisagé ça sous cet ange. Mais il se rendit assez rapidement compte qu’elle le taquinait, comme à l’accoutumée. Les vieilles habitudes ont la peau dure, comme on dit. Néanmoins, elle posa ses lèvres sur les siennes. C’était un contact qu’ils n’avaient plus partagé depuis un bon moment et il se laissa faire. Mais elle s’écarta assez rapidement, reprenant sa position d’origine, c’est-à-dire blottie contre son torse. Il l’entoura à nouveau dans ses bras, sachant à quel point la chaleur humaine pouvait être réconfortante. « Je sais qu’on pense pas pareil, toi et moi, mais… Tu trouves pas ça trop bizarre ? Genre glauque ? » Elle lui répondrait probablement que non et qu’il n’était qu’un Européen trop coincé, mais même si c’était le cas, ce ne serait pas bien grave. Il y était habitué et de toute manière, de sa bouche, ça ne sonnait même pas comme des propos négatifs. C’était seulement une manière supplémentaire de l’embêter gentiment et il avait bien fini par le comprendre. « En fait, on n’est même pas obligés d’en parler tellement c’est… » Le Gallois ne finit pas sa phrase, pour la simple et bonne raison qu’il avait du mal à trouver un qualificatif approprié. Mais quoi qu’il en soit, il se rendait compte qu’il n’avait pas spécialement envie de continuer la conversation à ce sujet, parce qu’elle avait évoqué une hypothèse qui l’intriguait. Est-ce que son malaise profond était dû au fait qu’il aurait voulu ne jamais coucher avec la même femme que son papa de substitution, au fait qu’il n’avait pas envie de passer pour un coureur de jupons dévergondé ou au fait qu’il avait couché avec Spencer, la pelirroja comme elle disait ? Il n’en avait pas la moindre idée. C’était peut-être un mélange des trois, après tout. De toute façon, il aurait bien le loisir de s’y attarder plus tard, quand il se retrouverait seul, livré aux réflexions variées de son cerveau en ébullition. Pour l’instant, il voulait se concentrer seulement sur elle. Il venait de lui soumettre une idée, celle de partir en vacances. Elle en avait sans doute bien besoin. Mais une fois encore, sa proposition le prit au dépourvu. Un peu gêné, il baissa la tête. Il décida de jouer un peu une note d’humour. « Ben alors, où est passée la femme forte qui n’a pas besoin d’un homme dans sa vie ? » Il inspira, redevenant soudain plus sérieux. « Tu sais bien que j’ai pas les moyens de m’offrir des vacances… Je suis désolé. » C’était toujours humiliant de devoir souligner ce genre de choses, pas seulement parce qu’elle gagnait infiniment mieux que lui. Ça l’était, voilà tout, comme quand il était petit et qu’il ne pouvait pas avoir les mêmes choses que tout le monde, ou qu’il écoutait les autres raconter leurs vacances sous les tropiques, que certains se moquaient de lui et que d’autres allaient jusqu’à organiser une collecte de fonds pour lui (c’était touchant, mais il avait rarement eu aussi honte de sa vie). « Mais si je le pouvais, je le ferai, ça, je peux te l’assurer. »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Sam 26 Déc - 11:05

And I'd sing a song, that'd be just ours
But I sang 'em all to another heart
And I wanna cry I wanna learn to love

« Oh t'es mignon, amor. Dis toi que moi, je voudrais toujours de toi. Toujours et à jamais, d'accord ? »
Qu'il ne l'oublie pas, je me fais suffisamment violence pour ne pas me jeter suis lui dès que je le croise. Et si au début, c'était juste un jeu, un défis personnel que je tenais à relever à cause de sa gueule d'ange, les choses ont changé quand nous avons commencé à en apprendre un peu plus l'un sur l'autre. Une harmonie plus seulement physique, mais plus profonde, même si je ne l'avouerai jamais à voix haute. Et puis quoi encore ? Pour que lui aussi m'échappe si je commence à m'épancher sur mon ressenti ? Plutôt crever. Le départ de Mathys est trop difficile pour que je puisse, ne serait-ce qu'une fois, redire ce que je pense à quelqu'un. Je veux bien croire que le Baxter a vécu difficilement sa rupture avec celle qu'il aimait, j'étais présente quand il a fallut récupérer les morceaux. Il était si triste, mais au delà de la tristesse, il était perdu. Dans la confusion la plus totale. A se demander ce qu'il a bien pu faire de mal pour que celle qu'il aime désespérément décide de le quitter alors que lui était prêt à vivre le restant de ses jours à ses côtés. Il lui était fidèle, il l'aimait, ça se voyait dans ses yeux, et même si mes tentatives pour le faire rougir étaient des succès à tous les coups, jamais il ne m'aurait laissé le toucher si elle ne l'avait pas quitté. J'ai pas vécu tout ça avec le Penrod, mais ça ne m'empêche pas de ne pas ressentir cette même confusion. Je ne suis pas assez bien pour lui donner l'envie de rester. Je ne lui suffirais jamais. Je ne suis pas celle avec laquelle il veut être. & je suis perdue si bien que je tourne en rond dans cette appartement et plus particulièrement dans ce qui était la chambre du garçon. Il me manque terriblement, mais heureusement que Kainoa est là parce qu'au moins, il parvient de temps en temps à me faire penser à autre chose. Comme quand je lui propose un instant charnel qu'il refuse rapidement. Evidemment, ça ne m'empêche pas de l'embrasser tendrement quelques secondes. Je ne vais le forcer à rien, mais au moins, j'aurais pu goûter à ses lèvres. Ca fait longtemps que nous n'avons pas partager de moments intimes et je frissonne quand je remarque de quand date le dernier. C'était il y a trop longtemps.
« Non, je ne trouve pas ça bizarre ou glauque comme tu dis… Mais quand j'y pense, je réalise que tu ne m'as plus touché comme avant depuis qu'on a cru que j'étais enceinte. »
La conclusion qui s'impose dans mon esprit me fait frissonner et je préfère reboire une nouvelle gorgée de ma bière pour ne pas trop y penser. Parce que je n'ai pas envie que ce que nous vivons s'arrête. Je veux garder cette relation un peu particulière qui nous unie. Je veux continuer à pouvoir prendre du bon temps avec lui sans penser à une quelconque conséquence.
« Dis le moi… Si tu veux qu'on arrête. J'ai pas envie… J'ai pas envie que ça se termine. J'aime bien être dans tes bras, mais dis le moi, que je sois fixée. »
Je soupire, ne sachant pas trop ce que j'attends de Kainoa. Il est clair que mon mode de vie n'est pas très conventionnel, que j'attache de l'importance à des choses qui ne sont pas forcément bien jugées, mais je m'en moque et c'est là aussi qu'on retrouve ce caractère différent de celui des gens conditionnés. J'ai été conditionné moi aussi, mais avec un instinct de survie qui me pousse à profiter des choses que j'aime jusqu'au dernier instant. Le Baxter embraye sur une proposition de voyage quand je lui avoue que j'aimerais tant rentrer dans mon pays natal, et il ne loupe pas une miette de ce que je rétorque. Je l'entends utiliser mes propres paroles contre moi et je ne peux m'empêcher de m'esclaffer. Je lui donne un petite tape sur le torse avant de reprendre.
« N'utilise pas mes propos contre moi ! »
Que je lui ordonne en rigolant toujours autant. Cette fois, je me suis bien faite avoir. Pourtant, je me sens obligée de poursuivre, parce qu'il est vrai que je ne me sentirais pas de partir toute seule.
« Le truc… C'est que si je pars toute seule, je ne sais pas si je reviendrais. Et puis, tu sais, Kai, l'argent n'est pas un soucis avec moi. Je ne sais même pas comment dépenser l'argent que j'ai ramassé lors de mon dernier coup.  »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Sam 26 Déc - 13:06


« Merci… C’est gentil. » Il y avait sans doute mieux, comme réponse ; pourtant, c’était exactement ce que Kainoa ressentait à l’instant précis. « C’est toi qui es mignonne. » Quand il l’avait rencontrée, il n’aurait jamais pensé céder à proprement parler à ses charmes un jour. Mais c’était une autre époque, une époque où il se consacrait entièrement à celle qu’il pensait épouser à l’avenir. Une époque désormais révolue, une époque qui lui semblait tellement lointaine, tellement irréaliste. Depuis, de l’eau avait coulé sous les ponts. Pourtant, Kainoa n’était pas sûr d’avoir évolué comme il l’aurait voulu. Devenait-il l’homme qu’il voulait être ? La certitude était loin d’être acquise. Il avait plutôt la drôle d’impression de se transformer en coureur de jupons, lui qui avait toujours été tellement stable, tellement… Entier. D’ailleurs, il espérait bien qu’un jour, ce serait à nouveau le cas, même s’il craignait plus que tout de voir à nouveau son coeur se faire littéralement piétiner. En tout cas, il savait que ce ne serait pas avec Ana-Sofia. Elle disait qu’elle voudrait toujours de lui, mais plutôt dans le sens physique du terme, du moins, c’était comme ça qu’il le comprenait. Elle n’était pas le genre de femme à désirer plus. D’ailleurs, il avait toujours admiré sa force de caractère et ses idées un peu particulières. Ils partageaient un lien puissant, oui, difficile à qualifier, mais pas dans ce sens-là, en tout cas. Ils n’avaient même pas besoin de se le dire tellement c’était évident. Il n’aurait pas réussi à mettre de véritables mots là-dessus, d’ailleurs.

Le jeune homme tressaillit quand la brunette réalisa à haute voix qu’il ne l’avait plus touchée depuis la fausse alerte de grossesse. « Quoi ? » Surpris, les sourcils froncés, il s’était mis à réfléchir. « T’en es sûre ? Non parce que… Enfin, c’est juste que ça fait bizarre dit comme ça. » Il s’en voulait pour déjà suffisamment de choses, mais là, il avait l’impression que c’était une autre sorte de poids qui était ajouté sur ses épaules. « On dirait presque que ça fait lâche… Je sais pas, un truc dans le genre. » Comme les salauds qui abandonnaient une meuf après l’avoir mise en cloque. « Mais c’est pas ça, tu le sais bien. » Les propos d’Ana-Sofia le désarçonnait, comme assez souvent. D’ailleurs, il ne pensait même pas aborder ce sujet en venant la voir. « J’ai jamais eu l’habitude de mener une vie assez… Euh… Libérée. » Si son frère l’entendait, il se foutrait probablement de lui en riant à gorge déployée. « Et du coup, c’est juste que… Tout ça, c’est bizarre. » Oui, parce qu’il en revenait encore à Thomas et à Spencer, ne serait-ce qu’en pensée. Il avait l’impression de ne plus voir les choses de la même manière et le pire, c’était encore qu’il ne comprenait même pas comment son cerveau fonctionnait. Que pouvait-il bien se passer là-dedans ? Que désirait-il réellement ? Lui-même n’en avait aucune idée. Paumé, c’était le mot approprié pour le qualifier. Avant, tout était tellement simple. Ce n’était plus le cas, à son grand regret. « Mais c’est pas contre toi. Ce sera jamais contre toi. » Il tenta une petite touche d’humour. « Et tu sais, tu peux aussi être dans mes bras sans qu’on couche ensemble. » Après tout, un certain nombre de femmes atterrissaient dans ses bras sans que ça n’aille plus loin. « En plus, je suis sûr qu’il y a plein de beaux gosses qui te courent après, même si on n’en parle jamais. »

Ses pensées s’égaraient, comme bien souvent. Pourtant, la petite tape que la Mexicaine lui donna sur le torse le rappela un peu à l’ordre. Kainoa esquissa à nouveau un sourire, avant de se rembrunir un peu. « Je veux bien que tu sois féministe, je trouve même ça cool… Mais au point que tu m’offres des vacances, non, ça, jamais. J’ose même pas imaginer l’état de ma fierté après ça, même si je finis par te rembourser. » Fierté mal placée, sans doute, mais quand même bel et bien présente. Bien entendu, il savait qu’on n’était plus au dix-huitième siècle, mais il repoussait l’idée qu’elle lui fasse un cadeau aussi énorme. C’était la honte, pour lui. Normalement, c’était l’inverse, un homme qui donnait généreusement à une femme. Et même si cette façon de penser était sûrement dépassée, il ne fallait pas non plus exagérer en proposant carrément le contraire. Plutôt croupir au Pays de Galle sans jamais rien voir du monde extérieur ! « Tu pourrais économiser pour ta retraite, par exemple. » Après tout, vu son métier, il valait mieux. « Mais… T’es sérieuse quand tu dis que tu pourrais ne pas revenir ? » Une personne supplémentaire l’abandonnerait. Bien sûr, le Gallois était bien entouré et il ne pourrait jamais être égoïste au point de demander à Ana-Sofia de rester. Mais il n’en demeurait pas moins vrai qu’il était fatigué de voir les gens qu’il aimait s’en aller.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Dim 27 Déc - 0:42

And I'd sing a song, that'd be just ours
But I sang 'em all to another heart
And I wanna cry I wanna learn to love

Il me rétorque que je suis mignonne et un sourire se dessine sur mes lèvres alors que je reste blottie tout contre lui. Je devrais peut-être lui dire que ce n'est pas bien de mentir, comme on le dit aux enfants, mais autant ne rien ajouter et profiter de ce compliment qu'il me fait. Il me change tellement de mon quotidien destructeur, Kainoa. Il est tellement à l'opposé de ce que je suis que sa présence rend tout de suite les choses différentes. C'est un nouveau point de vue qui s'offre à moi et je ne sais jamais comment me l'approprier. Alors je me contente de l'écouter alors que ma main passe sous son t-shirt pour caresser son torse du bout des doigts comme j'aime tant le faire. Je dis à voix haute que cela fait quelques temps déjà que nous n'avons pas partagés de moment intime et plus précisément depuis ce malheureux jour où j'étais malade et où j'ai fait courir le jeune Baxter dans toute la ville pour me trouver des tests de grossesse. Au final, ce n'était qu'une vilaine gastro qui est passée en quelques jours. Pas de quoi s'inquiéter. Pas de quoi imaginer le pire. Cependant, c'est ce que nous avons fait et je crois que la pensée que le Gallois n'ait pas son mot à dire si le bâtonnet avait été positif l'a bouleversé. Pourtant, ce n'est pas lui qui aurait pu avoir à le porter. Ce n'est pas lui qui aurait pu sentir sa progéniture grandir en lui. Ce n'est pas lui qui aurait comprit la naissance d'un enfant. C'est mon corps. C'est ma vie. Et il y a des personnes qui ne sont pas faites pour avoir des enfants - j'en fais partie - alors j'estime que la décision m'appartient à moi et à moi seule.
Heureusement que le test était négatif. Je n'aurais voulu revivre cette expérience pour rien au monde.

« C'est pas grave, tu sais. » Que je commence pour ne pas qu'il se sente coupable. « C'était juste un constat, pas un reproche. » Comment je pourrais lui en vouloir ?  « Tu auras peut-être du mal à le croire, mais quand j'ai appris que j'étais enceinte d'Alejandro après avoir débarqué ici j'ai… Enfin bref… Après coup, j'ai refusé qu'on me touche pendant quelques temps quand même. Quelques mois. Parce que j'avais peur que ça se reproduise à nouveau si je couchais avec un homme. Et après je me suis lâchée, parce que j'avais passé six ans de ma vie à être fidèle à un homme que je n'aimais même pas. Je voulais m'amuser un peu. Et t'imagines pas comme j'ai adoré m'amuser avec toi. » Je m'éclaircis la gorge. « Enfin, si je te raconte ça, c'est juste pour te dire que je ne t'en veux pas. Je comprends. Même si c'était inconscient. Et puis… Tu avais tes cours à suivre aussi. Tu n'avais pas le temps pour ça. »

Un peu inconsciemment, je dépose un petit baiser sur l'épaule du garçon. Je tente de ne pas rire quand il m'avoue que je peux continuer à rester dans ses bras même s'il n'y a rien de plus. Un peu comme aujourd'hui en fait. La seule relation platonique, mais émotionnelle que j'ai vécu jusqu'à présent, était avec Mathys et étrangement, je n'ai pas envie de répéter les mêmes erreurs. Je ne sais pas si je pourrais me satisfaire d'une telle relation avec le Baxter. J'ai mis tellement de temps pour parvenir à le dévergonder que je ne crois pas être prête à le laisser m'échapper aussi tôt. Pourtant, il le faudra malheureusement s'il ne veut plus continuer et si je ne veux pas abuser de lui. Je suis peut-être une criminelle, mais certainement pas une violeuse.
Enfin, Kainoa évoque mes potentiels prétendants et je ne peux pas m'empêcher de sourire à nouveau. En effet, je n'ai pas à me plaindre de ce côté là, mais chaque homme est unique en son genre et si je ne l'ai plus lui, certainement que ses caresses me manqueront comme elles me manquent déjà. Je me contente d'un haussement d'épaules maladroit en guise de réponse pour ne pas lui raconter ma vie sexuelle en détails. Il ne veut probablement pas en entendre parler et si nous n'en parlons pas ensemble, c'est bien pour une raison. D'autant plus qu'à présent, j'aurais peur de coucher avec une autre de ses connaissances. Cette ville est tellement petite.
Indirectement, j'offre au jeune homme de lui payer des vacances, mais encore une fois, je me retrouve devant un refus net. Je souris tristement, mais j'accepte sa décision. Encore une fois, je ne peux pas le forcer à m'accompagner. Et puis dans le fond, il ne veut peut-être pas vraiment venir. Il aurait pu dire ça uniquement pour ne pas me voir continuer à me morfondre.

« Parce que tu crois sérieusement que je vais passer la barre des trente ans ? T'es chou, amor… » Je continue de m'esclaffer en repensant à ce mot qu'il utilise : retraite. Comme si j'avais une chance de finir vieille… Comme si je voulais finir vieille, déjà… Autant disparaitre quand le teint est encore beau et que la peau n'est pas flétrie. Dans le milieu de toute façon, on finit vite tué ou emprisonné. Et là, mon argent ne me servira pas à grand chose. Qu'importe.
« Oui… Oui, je suis sérieuse. Ce n'est pas chez moi, ce pays. Quand j'y pense, déjà après l'emprisonnement de Demian, j'ai songé à partir. C'était lui qui m'avait dit de venir ici et sans lui j'étais perdue. Mais Mathys m'a convaincu de rester. On s'était juré de ne jamais se quitter… Et tu vois où j'en suis maintenant. Alors oui. Si je pars, je ne sais pas si je reviendrais. Ce n'est pas comme si j'avais quelque chose qui me retenait ici. »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mer 30 Déc - 3:42


Ils formaient un duo pour le moins inattendu, c'était une certitude. Deux personnes diamétralement opposées. La trafiquante de drogues et l'étudiant trop coincé. Qui l'aurait parié ? Probablement personne, ni dans l'entourage de l'un, ni dans celui de l'autre. Personne n'aurait imaginé Kainoa se lier à une jeune femme aussi différente de lui, comme l'avaient prouvé les langues qui s'étaient déchaînées après leur promenade nocturne aux apparences suspectes, quand il l'avait raccompagnée chez elle à l'improviste. Personne n'aurait cru non plus qu'Ana-Sofia soit capable d'apprécier quelqu'un comme lui, manquant d'assurance, un peu réservé et ayant autant de mal à appréhender les sentiments d'autrui. D'ailleurs, le Baxter se demandait si une partie de l'ahurissement de Thomas en découvrant qu'ils se connaissaient bien ne venait pas de là, de l'improbabilité de leur lien. La réciproque n'en était pas moins vraie. Après tout, il était question d'un policier. Comment Ana, qui avait une sainte horreur des flics, s'était-elle retrouvée à batifoler avec l'un d'entre eux ? Elle n'était peut-être pas au courant du métier qu'il exerçait - ce n'était pas comme s'ils avaient discuté pendant des heures entières. De toute façon, ça ne l'intéressait pas vraiment. Moins il en savait, mieux il se portait, c'était un fait avéré. Il ne partageait pas ce genre de détails avec la brunette, que ce soit dans un sens ou dans l'autre. D'ailleurs, ce n'était pas de sa bouche qu'elle avait appris qu'il avait partagé un moment intime avec Spencer, mais bel et bien de celle de la rouquine. Dans le cas de Kainoa, il n'y avait aucune autre histoire à raconter. Mais dans le cas d'Ana, c'était certainement autre chose. Pourtant, elle affirma qu'il n'en avait pas toujours été ainsi après sa rupture avec Alejandro. Un peu surpris, il se contenta de hocher la tête en signe d'assentiment. « Si, bien sûr que je te crois. » Il était peut-être un peu naïf, mais il n'aurait pas douté de ses propos. « Moi aussi, j'ai aimé m'amuser avec toi. Vraiment. Mais je crois que... Pour moi, c'est un peu le contraire... J'ai passé huit ans avec la même personne, du coup... Du coup, quand j'ai l'impression que tout se mélange, ça me fait tout drôle. Enfin, j'arrive pas à m'expliquer. » Il espérait qu'avec le temps, elle avait appris à lire entre les lignes avec lui, parce que mettre des mots sur ce qu'il ressentait n'était guère chose aisée, encore moins pour lui que pour la majorité des personnes. « En tout cas... Merci de ne pas m'en vouloir. » Il avait baissé d'un ton, comme un petit garçon pris en faute ou comme un adulte conscient que l'heure était grave. « Est-ce que tu penses toujours que je suis quelqu'un de bien ? Sincèrement. » Il ne posait même pas la question simplement pour être rassuré. Il avait l'impression de faire un peu n'importe quoi et éprouvait le besoin de savoir ce qu'elle se disait vraiment à ce sujet.

Blottie contre lui, la Mexicaine continuait à le caresser. Les bras toujours passés autour d'elle, il avait laissé l'une de ses mains s'égarer dans ses cheveux soyeux. C'était peut-être bizarre après une telle discussion... Mais après tout, il s'agissait d'Ana-Sofia. Peu de gestes étaient bizarres quand il était en sa compagnie et c'était peut-être ça, le plus étrange. « J'aimerais beaucoup que tu passes la barre des trente ans, en tout cas. » Le jeune homme savait parfaitement qu'elle faisait référence au milieu dans lequel elle travaillait, milieu dont les Baxter avaient précisément fait de leur mieux pour en sortir Anthony. Les propos de son amie n'étaient pas si pessimistes que ça, au plus grand regret du futur astrophysicien. « De toute façon, c'est pas si loin que ça, trente ans, non ? Oh, je plaisante hein, j'espère que t'as pas planqué El Matador dans le coin... » Comme pour se faire pardonner son trait d'humour quand la conversation prenait une tournure dramatique, Kainoa déposa un baiser sur le front d'Ana. La réalité, c'était qu'il aurait vraiment voulu qu'elle change de métier. Malheureusement, il savait parfaitement que c'était inutile d'essayer de la convaincre. Il n'oubliait pas à qui il avait affaire. « Et maintenant, tu te sens encore plus perdue, j'imagine ? » Très perspicace. Il ne savait pas ce que c'était de quitter de son pays, de laisser derrière lui tout ce à quoi il avait été habitué et de tout recommencer. Il n'avait vécu qu'à Tenby et il finirait probablement ses jours ici, même si cette pensée lui causait du dépit. Mais au moins, il était bien entouré : sa famille, ses amis, son univers. Alors non, il ne pouvait pas se mettre concrètement à la place d'Ana-Sofia. Pourtant, il ne pouvait retenir ce pincement au cœur quand elle lui avoua que plus rien ne la retenait ici. Il s'était attaché à elle, vraiment. Mais il ne pesait dans doute pas lourd dans la balance et il ne voulait pas être égoïste en le soulignant. Cependant, il ne pouvait s'empêcher de dire quelque chose. « En tout cas, Spencer et moi, on t'aime bien. » Il inspira profondément, passant une main dans son dos, comme dans l'espoir de la réconforter. « Je veux pas te faire des promesses, parce que j'imagine bien ce que tu en penses. Mais tu m'as dit plusieurs fois que j'étais pas un homme comme les autres alors laisse-moi une chance... Moi, je pars pas. Je t'offre peut-être pas ce que tu veux et je serais jamais comme Demian ou Mathys pour toi, mais je suis toujours là, moi. Et quoi que tu puisses te dire, je partirais pas demain. » Sauf s'il était foudroyé par une maladie fulgurante ou par la Faucheuse, mais ça, c'était une autre histoire. « Après, je respecterai toujours tes décisions. C'est juste que... Je voulais te dire que ça compte, voilà tout. »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa Mer 30 Déc - 18:58

And I'd sing a song, that'd be just ours
But I sang 'em all to another heart
And I wanna cry I wanna learn to love

On dit que je suis extrême et c'est le cas. La vie est courte, même pour les gens biens. Il me suffit de penser à mon père qui est décédé alors que je n'avais que dix-sept ans. C'était une homme bien, lui. Contrairement à moi. Et s'il me voit d'en haut, il doit sans doute se retourner dans sa tombe. De tous, il est le seul homme qui m'ait aimé et que j'ai aimé en retour de la même façon. C'est normal ? Peut-être. Je ne sais pas. J'ai aimé mon père, cependant je n'ai jamais porté d'importance à ma génitrice ou à ma jeune soeur. C'est la seule relation saine que j'ai pu expérimenter et qui sait… C'est peut-être sa perte qui a fait celle que je suis devenue avec les hommes. A daddy issue, comme ils les appellent, ici. Je ne pense pas que ce soit ça. Mais oui… La vie est courte pour tous ceux qui frôlent ce bas monde, alors pourquoi me limiter à suivre les règles et à vivre sous ce conditionnement insupportable ? Je refuse. Je fais ma vie comme je l'entends et gare à ceux qui tenteront de m'en empêcher. La vie est courte alors il faut tenter d'en savourer chaque instant, même si présentement, je préfère me morfondre sur le départ de mon Mathys plutôt que de m'amuser à l'extérieur. Chaque chose en son temps, pas vrai ? Pourtant, je ne peux pas m'empêcher de repenser aux paroles du Baxter le soir où je lui ai sommé de jouer la comédie pour moi en se faisant passer pour mon petit-ami. Il m'a demandé si je n'avais pas peur… Si j'étais consciente des risques que je prenais en traitant les hommes comme je le fais. Bien sûr que j'en suis consciente. Et c'est ce qui rend les choses plus excitantes, plus vivantes. Parce que je suis extrême. J'ai besoin de sensations fortes, de dangers et de relations uniques. Je m'applique à poursuivre ce mode de vie abusif, même s'il ne convient pas à tout le monde et voilà que c'est au tour de Kainoa de tirer sa révérence. Pourtant, le Gallois sait ce que je pense de l'amitié en général… Encore plus à présent. Il sait à quel point je trouve ça inutile de s'attacher à des gens s'il n'y a rien de physique en contrepartie. A quoi bon ?
« Pourquoi je penserais que tu n'es plus quelqu'un de bien ? Kai… Je savais que ce n'était pas fait pour durer à l'instant où ça a commencé, toi et moi. Toi tu as besoin de stabilité, tu as besoin d'aimer et d'être aimé. Tu mérites d'être aimé d'ailleurs. Je ne peux pas t'en vouloir de ne pas voir la vie à ma façon et de ne pas avoir les mêmes attentes. » Et si je veux avoir un minimum d'humanité pour une seconde, il faut que je comprenne qu'il sera bien mieux quand nous aurons arrêté nos petits intermèdes pourtant si délicieux. « Je te le répète… T'es pas quelqu'un de bien, t'es mieux que ça… T'es quelqu'un d'honorable. »
Nous sommes différents, lui et moi, et si l'on dit que les opposés s'attirent, il y a bien un moment où le fil qui les unis se casse et les sépare. C'est ce qui nous arrive. Et je ne peux même pas en être triste, parce qu'intérieurement, je reste satisfaite d'avoir réussi à l'avoir. Et je ne me fais pas prier pour extérioriser cette pensée. Je relève la tête vers lui et je lui ébouriffe les cheveux.
« Même si je suis un peu déçue de savoir que je ne pourrais plus t'avoir rien que pour moi, je continue de penser que c'est déjà un miracle d'être parvenue à t'avoir et tu vas me manquer. »
Je glisse un doigt sous son menton avec malice et je reprends. « Cela dit… Faudra quand même que je repasse chez toi pour récupérer mon… » Les gens normaux qui entretiennent ce genre de relations un peu particulières poursuivraient leurs phrases en parlant d'objets du quotidien, comme d'une brosse à dent, de vêtements de rechange ou autre. Mais non, pas avec moi, pas dans notre situation et Kainoa sait parfaitement que c'est de mon chapelet qu'il s'agit. On peut questionner ma foi, pourtant, elle est toujours là.
Encore une fois, le garçon fait preuve d'une gentillesse sans égale quand il avoue qu'il aimerait me voir prendre de l'âge… Jusqu'à ce qu'il se mette à plaisanter. Je lui redonne un tape sur l'épaule pour le punir d'avoir osé dire ça. « T'as de la chance… El Matador est dans ma chambre. » Je le fusille d'un regard noir avant de sourire en pensant à sa plaisanterie qui finalement, n'est pas très éloignée de la vérité.
Un hochement de tête suffit pour lui faire comprendre qu'il voit juste quand il suppose à voix haute que sans Mathys je suis encore plus perdue qu'avant et le garçon poursuit avec des mots qui me laissent sans voix. Je me redresse pour mieux l'écouter et surtout, mieux le voir alors qu'il s'épanche sur ses sentiments.
« Merci de dire ça… Ca compte… Et tu n'imagines pas à quel point. C'est vrai que tu n'es pas comme les autres… T'es mon âme-soeur, toi. Et même si tu n'y crois pas, un jour tu le sentiras toi aussi. Tu sais… Je ne sais pas si je vais partir. Pas dans l'immédiat en tout cas. Mais si je décide de m'en aller… Où que j'aille, tu le sentiras. Je serai avec toi d'une manière ou d'une autre, que tu le veuilles ou non. » Délicatement, j'embrasse sa joue et je le gratifie d'un clin d'oeil.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: All my tears have been used up. Kainoa

Revenir en haut Aller en bas

All my tears have been used up. Kainoa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-