AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

This time I want it all + Westons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1367
POINTS : 2653
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...


MessageSujet: This time I want it all + Westons Dim 20 Déc - 22:52

This time I want it all
I'm showing you all the cards
Giving you all my heart
This time I'll take the chance


Les yeux perdus dans le vague,  voyant à peine le feu qui crepitait joyeusement dans la cheminée, Thomas tentait de tromper l'attente comme il pouvait. Dans ses mains, une tasse de thé fumante, peut être la troisième ou la quatrième de la matinée. Pour la énième fois, il regarde la grosse pendule fixée sur le mur opposé. 11h ! Il commence à se demander s'il ne devrait pas aller réveiller Debra. Mais il fallait bien comprendre qu'il se posait la question pour la forme. Malgré l'ennui de l'attente, il ne se sentait pas capable de prendre un tel risque. Car dès le début des vacances scolaires, l'adolescente avait annoncé la couleur : ça serait grasse matinée pour elle tous les matins. Son père n'avait rien contre le principe,  mais il avait pensé qu'elle ferait une exception pour le jour de Noël. N'avait-elle pas envie de découvrir ses cadeaux ? Il jette un coup d'oeil à ces derniers, sagement alignés sous le sapin scintillant. Ils n'attendaient plus que leur destinataire. Thomas avait hâte que Debra les déballe. Il avait voulu tout faire bien cette année. C'était le premier Noël qu'ils passaient tous les deux et il voulait qu'il soit inoubliable. Même s'il se doutait que sa fille aurait quelques pensées pour sa mère... Car oui, c'était aussi le premier Noël de Deborah sans Keira, et il ne pouvait que imaginer à quel point c'était triste et perturbant pour elle. Tout ce qu'il pouvait faire,  c'était lui donner au maximum l'impression qu'elle était entourée et que quelqu'un veillait sur elle. Puisqu'il a le temps, il se laisse aller à la nostalgie,  se rappelant d'une toute autre époque. Les Noëls quand il était encore marié à Keira et que Deborah était encore gamine ressemblaient à tout autre chose. A l'époque,  cette dernière n'était pas une ado revêche et maussade qui le détestait. Juste une petite fille enjouée qui se faufilait aux aurores dans le lit de ses parents, pour les réveiller,  impatiente de voir ce que le père Noël avait apporté. D'ailleurs, elle était aussi beaucoup moins difficile à satisfaire en ces temps là. Aujourd'hui c'était très différent. Thomas avait eu besoin de toute l'aide d'Abbey pour trouver une bonne idée. La jeune libraire avait rempli sa mission à la perfection et le flic avait hâte de tendre les trois rouges soigneusement emballés à sa progéniture. Hélas toujours aucun signe de vie a l'étage. Et un coup d’œil supplémentaire à l'horloge lui indique que l'aiguille a effectué un autre quart de tour. Il tergiverse. Outre le déballage de cadeaux, Debra et lui étaient invités chez ses parents pour midi. Le repas de Noël des Weston était une solide tradition et il ne voulait pas arriver en retard et donner l'impression à ses parents qu'il s' en fichait...

Et finalement,  il cède à son impulsion. Après tout, il est tard, Debra avait largement eu le temps de faire une bonne nuit.  Et puis, au final, c'était elle qui lui avait appris la stratégie qu'il s'apprêtait à utiliser. Il se lève et allume la radio. Sans surprises, les chants de Noël défilent sur les ondes. Thomas a un petit sourire satisfait en entendant John Lennon chanter " Merry Xmas, the war is over ". Pile le contexte qu'il voulait instaurer aujourd'hui. Il monte donc progressivement le son, non sans malice. Ce n'était pas beau l'esprit de vengeance le jour de Noël mais celle ci était de bonne guerre. Combien de fois lui avait-il été réveillé par les cris de groupes de métal avec fuck ou death dans leur nom ? Et puis, il ne réveillait pas sa fille par plaisir, il avait vraiment besoin qu'elle se lève. Il continue son petit manège jusqu'au tant que du bruit se fasse entendre a dessus des escaliers. Au premier signe de vie, il court pour retourner dans le canapé, affectant une pose décontractée comme s'il n'avait pas bougé depuis des heures. Dès qu'il voit apparaître Debra, les cheveux emmêlés et les yeux brouillés par le sommeil, il lui adresse un sourire radieux. "Bonjour mon cœur ! Bien dormi ! J'espère que je ne t'ai pas réveillée ?" Comme elle a coutume de le faire, il feint une innocence parfaite. Il sait qu'il ne faut pas brusquer Debra au réveil et même qu'il ne faut pas brusquer Debra tout court mais lui, il est comme un gamin le jour de Noël, et il n'a pas envie de réprimer son enthousiasme pour éviter de la faire râler. De toute façon, il sait que si elle a envie de râler, elle trouvera bien un prétexte pour le faire. Il se lève pour lui faire un petit câlin (profitant un peu du fait qu'elle soit encore hébétée de sommeil). " Joyeux Noël, ma grande !"

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; ana-sofia ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1424
POINTS : 2289
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime
PROFESSION : escrime et le lycée de temps en temps
REPUTATION : elle a fugué, elle redouble sa dernière année de lycée... il faudrait peut-être qu'elle pense à se reprendre en main, ou que son père le fasse pour elle...


MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons Lun 21 Déc - 13:18

So this is Christmas
And what have you done
Another year's over
And a new one's begun

C'est Noël pourtant l'esprit n'y est pas. La faute au réchauffement climatique on va dire, entre autres. Dans tous les téléfilms à l'eau de rose de la saison, on nous berce d'illusions et surtout on a qu'une seule attente : le miracle de Noël, aka la neige. Ce n'est pas grand chose au final, et quand j'y pense, je me dis que tous les habitants de l'hémisphère sud n'ont jamais pu connaître cet instant magique qu'est de se réveiller le jour de Noël et de découvrir une belle neige blanche recouvrir le paysage. Aujourd'hui, même si mes volets sont fermés et qu'aucune lumière ne filtre à travers le bois, je peux entendre la pluie s'abattre et anéantir tous mes espoirs du miracle de Noël. Je déteste la neige tout comme je déteste l'hiver en général… A cause de l'accident de voiture de ma mère, certainement, qui s'est produit sur des routes enneigées, mais aujourd'hui je l'aurais tolérée. Eventuellement. Le fait est que je cherche le moindre des prétextes pour ne pas me lever et affronter ce repas de famille qui sera barbant. Aussi, je ne me suis pas assez entraînée à faire la poker face parfaite au cas où mes cadeaux ne me plaisent pas. Et connaissant l'individu en question, je devine sans mal qu'ils seront ratés. Cependant, au delà de la pluie qui s'abat sur la maison, un autre bruit vient me sortir de mon introspection. Ces chants de Noël… Le son augmente encore et encore et malgré tout je me résigne à rester tranquillement installée dans mon lit, sous mes couvertures. Or, les grelots qui tintent, les paroles niaises et pleine d'espoir qui décrivent un monde de Bisounours m'affligent au point que je ne peux pas laisser ça passer. On ne les entends qu'un seul mois dans l'année, mais il faut croire que Michael Bublé et Mariah Carey se sont donnés le mot pour me pourrir mes vacances et mes fêtes de fin d'année.
A contrecoeur, mais aussi parce qu'entendre cette musique est devenu un supplice, je m'extirpe de mes douces couettes et j'enfile une robe de chambre par dessus mon pyjama molletonné.
Je sors de l'obscurité de ma chambre pour retrouver cette lumière aveuglante et agressive dans la pièce principale où mon père attend sagement. Enfin sagement… Tout est relatif. La radio ne s'est pas allumée ni éteinte par magie. Je jette tout de même un coup d'oeil en direction de la baie vitrée et en effet, il n'y a que gazon humide et ciel gris. La tête baissée, j'évolue dans la pièce jusqu'à entendre la voix du policier me saluer. Tout ça pour faire l'hypocrite en plus…
« J'ai peut-être l'air naïve, mais faut pas me prendre pour une conne. »
Maugréé-je dans ma barbe avant d'arriver à son niveau tout en me rendant compte que ces mots ressemblent étonnamment à ceux que j'ai prononcé en compagnie du Barrow, le soir où nous avons dû passer la nuit ensemble à Birmingham. Je continue de regarder le parquet pour ne pas que les rayons de lumière ne m'aveuglent davantage en attendant que mes yeux s'accommodent à cette luminosité et évidemment, il faut qu'il y en ait un qui profite de mon moment de faiblesse. Mon père m'enlace fermement et si je ne réponds pas à son étreinte, au moins, je ne le repousse pas. Je n'en ai pas la force, ni le courage.
« Moui, joyeux Noël, papa. »
Il me lâche et si je titube quelques secondes, je suis totalement éveillée quand je vois Sharry à l'autre bout de la pièce. Instinctivement, je l'appelle pour qu'elle court en ma direction et ainsi que je puisse lui donner le câlin qu'elle mérite. Je m'assois par terre pour pouvoir mieux lui grattouiller le ventre et jouer avec elle.
« Moooh, c'est qui la plus belle, hein ? Mais c'est toi ma princesse hein ! Mais oui, c'est toi. » Que je commence, toute gâteuse. « Et c'est qui qui va avoir un beau cadeau pour Noël ? C'est toi aussi, ma fifille ! »
Pas peu fière, je me relève, non sans refaire une caresse au Rottweiler et je cours dans ma chambre chercher les jouets que j'ai acheté pour la chienne. Une grosse balle, un jouet en corde et un os en friandise sur lequel elle pourra se faire les dents pendant quelques jours. Néanmoins, pour que cette journée se déroule sans embûche, j'apporte également les cadeaux destinés à mon paternel. Je les dépose sous le sapin seulement maintenant car j'ai honte de mon talent en matière de travaux manuel et donc de mes emballages cadeaux, et si l'emballage pour le pull en laine vert et rouge avec de magnifiques cerfs est à peu près potable, celui des chaussons-serpillère aurait clairement été mieux réalisé par un enfant de cinq ans. Ce n'est pas comme si je les avais fait avec amour, cela dit.
« Tiens, ceux-là, ils sont pour toi. »
Achève-je, un sourire gêné collé aux lèvres.

_________________


Never let them take you alive

I’ll never lose and I choose to survive whatever it takes. You won’t pull ahead, I’ll keep up the pace and I’ll reveal my strength to the whole human race.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1367
POINTS : 2653
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...


MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons Ven 25 Déc - 11:51

This time I want it all
I'm showing you all the cards
Giving you all my heart
This time I'll take the chance


Sans surprise, les premières paroles de Debra sont peu charitables. Thomas ne se fatigue pas à dire quelque chose sur les gros mots. Cela lui semblait vain alors que sa fille allait sur ses dix-huit ans et il ne voulait pas gâcher Noël. Il ne se départit donc pas de son sourire pour répondre. « Allons, on sait tous les deux que ce n’est pas mon genre. » Et puis, il s’en sort bien considérant qu’il avait commis un crime de lèse majesté en la réveillant. Un autre jour que Noël, les conséquences auraient été bien pires pour lui… Profitant d’avoir une excuse pour le faire, il attire tendrement sa fille vers lui pour la serrer dans ses bras et lui souhaiter un joyeux Noël. De manière surprenante, elle ne le repousse pas mais elle ne fait pas non plus d’effort pour montrer que ça lui fait plaisir. L’époque où elle passait ses petits bras autour du cou de son père pour mieux se blottir contre lui était révolue depuis longtemps. Mais bon, elle était déjà là, avec lui et c’était déjà inespéré après tout ce qu’il avait traversé. Après avoir attendu un délai qu’elle doit considérer comme raisonnable, Debra s’échappe des bras de Thomas pour courir vers ce qui lui sert de chien. Les deux se roulent par terre, échangeant gratouilles et léchouilles. Le flic les regarde d’un air désabusé. La différence d’enthousiasme quand Debra saluait sa chienne et quand elle le saluait lui était quelque peu… dérangeante. Mais encore une fois, il décide de ne pas se laisser à l’amertume, ignorant les intonations absolument niaises qui déforment la voix de sa fille quand elle parle à sa créature. Ahuri, il la voit ensuite s’élancer dans les escaliers pour aller chercher le cadeau de Noël du toutou. Un cadeau de Noël pour le chien, vraiment ? A vrai dire, il n’y croit que quand il la voit redescendre avec des jouets et des friandises dans les mains. Thomas toussote. « Il va falloir que je fasse mes excuses à Sharry et à Barla, je n’ai rien prévu pour elles. » Cependant, l’attention du Weston est distraite par des autres paquets emballés que tient Debra dans ses mains. Ça lui redonne de l’espoir. Même si ces paquets ont vraiment mauvaise allure, il se dit qu’il doit y en avoir au moins un pour lui. Et tant pis, s’il est servi après Sharry. Il prend donc avec reconnaissance les deux paquets que sa fille lui tend avec un petit sourire timide. « Merci ma chérie. » Il essaye de ne pas craquer le papier mal scotché sous ses doigts, constatant que la texture des deux paquets est plutôt molle. Ça l’intrigue, il se demande ce que ça peut bien être. Il parie sur des vêtements. Le T-shirt de basket dont il rêve ? Un polo un peu classe ? Une chemise ?

Toutefois, il réprime son impatience pour ne pas faire preuve d’égoïsme. Il pose donc les cadeaux sur le rebord du canapé avant de se baisser pour attraper ceux de Debra. Le premier, une petite boîte carré qui contient un réveil pour le moins original, puisqu’il est recouvert d’une fourrure brune. Celui là, c’était une idée de Thomas. Il savait en effet que sa fille avait du mal à se lever et maltraitait souvent ses réveils en les lançant et en tapant dessus. Elle pourrait lancer celui là autant qu’elle voudrait, il continuerait à sonner tant il était rembourré… Le second, une enveloppe qui contenait le vrai cadeau, des billets pour un saut en parachute pour eux deux. Une idée de Abbey qui s’était dit que ça pourrait rapprocher le père et la fille. Thomas adorait l’idée, et il espérait que l’adolescente ferait de même. Et enfin, le dernier présent, une minuscule boîte carrée qui contenait un bracelet et des charms dont un en forme de fleuret et un autre en forme de rottweiler. Encore une petite touche de la jeune Baxter qui avait assorti les couleurs du bracelet avec goût même si Thomas s’était éclaté à choisir des breloques qui lui rappelaient sa fille. Il lui tend donc l’ensemble, impatient de la voir les ouvrir. Il espère vraiment qu’elle serait contente, il s’était démené pour trouver quelque chose cette année. Il tend donc les cadeaux à sa fille avec une certaine forme d’excitation. Son devoir accompli, il s’installe dans le canapé pour ouvrir ses présents à lui. La déception est grande. Très grande. Le premier paquet contient des chaussons absolument immondes. Les plus laids que Thomas n’ait jamais vus. On dirait presque des serpillères… Et comble du détail, ils sont oranges. Il fronce les sourcils, avant de vite se reprendre pour ne pas froisser Debra. Il se dit que c’est peut être une blague, que le second cadeau rattrape le premier. Il défait donc le papier du second pour se retrouver face à un pull tricoté vert et rouge avec des motifs de cerfs. Un sourire naît sur ses lèvres, malgré lui. Il ne pourrait jamais porter ce truc au boulot mais il s’en fichait. C’était ridicule mais tout ce qui comptait à ses yeux, c’était que Debra ait pris le temps de lui acheter quelque chose. Elle ne le connaissait pas encore trop bien, normal qu’elle se dirige vers des valeurs sûres, des cadeaux bateaux. Il déplie donc le pull, exagérant tout de même un peu sa joie. « Et bien on dirait que j’ai trouvé ce que je vais porter pour le repas de tout à l'heure ! »

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; ana-sofia ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1424
POINTS : 2289
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime
PROFESSION : escrime et le lycée de temps en temps
REPUTATION : elle a fugué, elle redouble sa dernière année de lycée... il faudrait peut-être qu'elle pense à se reprendre en main, ou que son père le fasse pour elle...


MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons Sam 26 Déc - 20:48

So this is Christmas
And what have you done
Another year's over
And a new one's begun

C'est peut-être la première fois que je fête Noël seul à seul avec mon paternel, mais je connais la tradition qui veut que nous allons passer le réveillon chez les parents de ce dernier. Avant même que je ne déménage à Cardiff, ce rituel était précieux chez les Weston. L'occasion de tous se retrouver en famille, qu'ils disent… L'ennui, c'est que chez les grands parents, il n'y a pas de WiFi et encore moins de quoi passer le temps. Alors l'ennui, c'est que je m'ennuie là-bas. Je les aime bien, mes grands parents. Ils sont généreux. Et quand on est là-bas, j'ai l'impression que mon père est quelqu'un d'autre, pourtant, cette année, ça ne suffit pas à me donner l'envie d'y aller, ou du moins, de jouer la comédie pour faire croire que j'ai envie d'y aller. Cette année est particulière, et même si nous faisons comme si de rien n'était, nous savons tous qu'il y aura une personne en moins à table et que le vide sera difficile à combler. Alors pendant que j'en ai le temps, je papouille le chien pour me changer les idées, mais aussi parce que cette bête est clairement l'être vivant que je préfère dans cette pièce. Je vais chercher les cadeaux qui trainent dans ma chambre depuis quelques semaines et j'offre les deux paquets à mon père tandis que je donne leurs jouets aux chiennes. Evidemment que mon père n'a pas pensé aux animaux… Si j'en avais eu les moyens, j'aurais acheté le calendrier de l'avent Royal Canin, mais comme mon budget ne me le permettait pas, j'ai préféré me contenter de ces quelques bricoles. Et ce n'est en effet pas lui qui aurait ce genre de pensées bienveillantes. Barla ne jouera probablement pas avec le sien, elle est trop vieille, mais je sais que Sharry ne se gênera pas pour se l'approprier alors tout va bien.
A son tour, le policier vient me donner quelques paquets qui attendaient sagement sous les branches du sapin. Je les regarde, anxieuse, ne sachant pas si je vais réussir à faire semblant d'aimer ce qu'il m'offre et je les accepte alors que je me pose à mon tour sur le canapé. J'observe les paquets un moment en essayant de deviner ce qu'ils peuvent bien contenir, mais me freinant dans mes pensées bien rapidement. C'est certainement de l'argent qui se trouve dans l'enveloppe. Une panne d'inspiration et voilà qu'il croit pouvoir acheter mon affection. Je réprime un haussement de sourcils désabusé et je le remplace par un magnifique sourire angélique adressé au destinateur des présents. Après un bref échange de regards, on se lance enfin dans le déballage. Je garde l'enveloppe pour la fin, même si je suis curieuse de savoir à combien il estime mon amour - je sais que les bonnes manières veulent qu'on ne se jette pas sur l'argent - je patiente. J'ouvre le premier paquet… Le plus gros. Sans la moindre délicatesse je déchire le papier cadeau, pour en faire une belle boule bien ronde que je vais lancer à la chienne pour qu'elle puisse s'amuser encore plus. Le truc, c'est que j'ai carrément envie de lui lancer le cadeau lui-même quand je vois la photo du produit sur la carton d'emballage. Un réveil fourrure ? Pendant une bonne dizaine de secondes, j'oublie que je dois faire semblant d'aimer ce que je reçois et je me décompose. Sérieusement ? Mais où vais-je bien pouvoir poser cette chose immonde ? Certainement pas dans ma chambre ! Ça va jurer avec tout le reste de la décoration.
Un instant, je culpabilise à l'idée que mon père ait remarqué à quel point son cadeau me déplait, mais quand je relève brièvement la tête, je vois qu'il est lui-même trop occupé avec l'ouverture des siens. Je reprends le boulot, et cette fois, je m'attaque à la dernière boîte. Je me forge un masque de marbre qui ne pourra pas être déformé par le dégoût cette fois ci et j'arrache à nouveau le papier-cadeau. Maintenant, au contraire, mon visage se fend en un sourire radieux à la vue du bracelet et des breloques qui pendent.
La voix du brun se met à raisonner dans le salon et je lève les yeux vers lui pour voir qu'il parle de mon pull en le commentant. Je réponds sur le même ton.
« Et moi j'ai trouvé le bijoux que je vais porter ! »
Je m'empresse de le passer à mon poignet pour mieux l'admirer une fois porté et je ne suis clairement pas déçue. Je dois dire que je suis étonnée qu'il ne se soit pas tromper pour ce coup là. Si le réveil ne sera jamais déballé, le bracelet, lui, sera certainement porté tous les jours d'école. Enfin, après une courte hésitation, je me lance timidement pour découvrir le contenu de l'enveloppe. Etrangement, je remarque directement qu'il ne s'agit pas d'argent, mais de billets pour une activité. Les billets sont au nombre de deux et je fronce les sourcils quand je les sors un peu plus franchement de l'enveloppe. Une fraction de seconde, j'ai peur de regretter l'argent que j'ai cru recevoir, mais il n'en est rien. Je lis les indications sur le premier billet et il s'agit bel et bien d'un bon pour un saut en parachute. Mes yeux écarquillés passent du Weston aux billets à plusieurs reprises jusqu'à ce que je réalise. Oh mon Dieu ! C'est génial. Littéralement, je saute de joie et je vais même jusqu'au sauter dans les bras de mon paternel.
« Ooooh merci merci merci ! Ca va être génial ! J'ai toujours rêvé de faire un truc extrême comme ça ! »
Et bien évidemment, comme il y a deux billets, je pense déjà à la personne qui va m'accompagner. Je fais la liste mentale des quelques personnes auxquelles je tiens et forcément, je pense au Barrow, mais ce serait suicidaire pour lui qu'il vienne avec moi. Surtout que mon père voudra certainement être présent sur la piste de l'atterrissage.
« C'est trop cool ! Merci encore papa ! Faut tout de suite que j'aille appeler Nia pour lui demander si elle veut bien m'y accompagner ! »

_________________


Never let them take you alive

I’ll never lose and I choose to survive whatever it takes. You won’t pull ahead, I’ll keep up the pace and I’ll reveal my strength to the whole human race.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1367
POINTS : 2653
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...


MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons Jeu 31 Déc - 0:28


This time I want it all
I'm showing you all the cards
Giving you all my heart
This time I'll take the chance

Thomas a peut être parfois du mal à comprendre sa fille mais aujourd’hui, il a une assez bonne idée de ce qu’elle peut ressentir. Outre le fait qu’elle est obligée de passer Noël avec un père qu’elle ne parvient pas à pardonner, sa mère doit terriblement lui manquer. Le premier Noël sans un être cher… C’était toujours très difficile. Alors, il est inquiet pour elle, guettant la moindre de ses réactions, le moindre signe de tristesse. Et il en voit. Même si sa fille se comporte de manière plutôt habituelle, il sent une vague mélancolie en elle. Mais même si elle ne l’avouera jamais, elle est comme son père, très pudique quant à ses vraies émotions. Tous deux donnent donc le change, essayant de déballer leurs cadeaux respectifs avec le plus d’enthousiasme possible, côte à côte sur leur canapé. Thomas n’a aucune idée de s’il a bien réussi à bien jouer la comédie. Il se dit qu’il a dû échouer pour les chaussons mais plus les minutes passent, plus l’idée de porter son pull pour au repas familial l’amuse. Il a toujours aimé les trucs un peu décalé comme ça. Il se réjouit déjà de voir la tête de son frère, qui sera sans doute tiré à quatre épingles, quand il le verra. De toute façon, bien plus intéressant que ses propres cadeaux, le flic préfère voir le visage de sa fille quand elle découvrira les siens. Depuis toujours, c’est son moment préféré. Même si auparavant, il était un peu moins stressé au moment du déballage car c’était Keira qui prenait la décision finale. Là, c’était uniquement lui et il espérait vraiment avoir tapé dans le mille. Dommage pour ses nerfs, Debra prend bien tout son temps avant d’ouvrir les paquets, essayant comme toujours de deviner ce qu’ils contiennent avant de les toucher. Elle finit cependant par déchirer le papier doré du premier présent, le réveil-fourrure. Celui que Thomas avait choisi seul. Il l’avait trouvé amusant mais la grimace que fait sa fille lui indique que ce n’est pas son cas. Elle fait un peu la même tête que lorsqu’elle est devant une assiette de brocolis ou un exercice de maths. Paniqué par l’échec de ce premier choix, le flic baisse vite les yeux vers son pull qu’il tient toujours sur ses genoux pour ne pas que Debra le surprenne en train de l’épier. Il est aussi obligé de réprimer la blague qu’il voulait faire à propos des difficultés de Debra à se lever, il se doutait bien que ça ne passerait pas.

L’adolescente déballe son second cadeau et cette fois-ci, un sourire qui paraît sincère illumine son beau visage. Car oui, sa fille est la plus belle à ses yeux, et ce même quand elle fait la moue. Bien que c’était mieux sans. Elle passe le bijou à son poignet, admirant les breloques l’œil brillant. Thomas bénit silencieusement Abbey, lui adressant aussi des fervents remerciements. Il se détend un peu, se disant que la jeune libraire avait dépassé ses espérances. Il avait fait au moins un cadeau qui plaisait à sa fille, tout le reste était du bonus. C’est donc serein qu’il voit sa fille sortir les billets pour le saut, bien inconscient des pensées peu charitables qui ont agitées la demoiselle pendant qu’elle décachetait l’enveloppe. Une stupeur teintée de ravissement se peint sur les traits de Debra, tandis qu’elle dévisage son père bouche bée. Thomas se remet à sourire. Maintenant, c’était vraiment Noël. Il avait réussi à surprendre sa petite  chérie. Et c’est une véritable explosion de joie qui secoue cette dernière. Elle se lève du canapé en sautillant, déclarant qu’elle en a toujours rêvé. Et quand elle se jette à son cou en lui murmurant plusieurs fois merci, le flic a l’impression de rêver. Il serre Debra contre lui, ravie de ce câlin spontané. « Ravi que ça te plaise. » Hélas, il aurait dû se douter que c’était trop beau pour être vraie. La réplique suivante de sa fille bien que toujours très enthousiaste lui fait l’effet d’une douche froide. C’est vrai qu’il n’y a aucune indication sur les billets, mais avec Abbey, ils avaient pensé à ce cadeau pour les rapprocher, pas pour que Debra s’en aille avec son amie Nia. Il avait été présomptueux, Thomas. Il avait pensé que sa fille penserait instantanément à lui. Encore un signe de sa naïveté et de son manque de talent à deviner à quoi pensait l’adolescente. Il se retrouve donc face à un dilemme. Dire ce qui était originellement prévu ou laisser sa fille toute à sa joie à l’idée de faire des sports extrêmes avec la petite Donovan ?

Finalement, il choisit la solution du milieu. Il s’éclaircit la gorge. « A vrai dire… J’avais pensé que… Nous pourrions le faire ensembles. Le second billet était un cadeau que je me faisais à moi-même. Pas temps le saut que l’idée de le faire avec toi. Tu sais que j’ai toujours envie de passer du temps avec toi. » Il joue cartes sur table, livrant le fond de sa pensée à celle qui est désormais sa priorité. Il espère que l’esprit de Noël va jouer et qu’il aura gain de cause. Il ne voit plus les expressions faciales de Debra alors il détache l’étreinte de ses bras car il a besoin de savoir ce qu’elle pense face à ce qu’il dit. Même si son instinct lui souffle que ça ne va pas lui plaire. Il décide donc de vraiment lui laisser le choix et nuance ce qu’il vient d’annoncer. « Mais je pourrai comprendre que faire quelque chose d’aussi fun avec un vieux croûton comme moi t’ennuie. Moi-même je suis embêté. Si tu as pensé à Nia en premier, c’est que tu dois vraiment envie de le faire avec elle. Je peux lui laisser ma place. C’est ton cadeau, alors le choix te revient. » Ce qu’il redoutait est en train de se produire. Il a l’air de la faire culpabiliser en parlant ainsi, alors qu’il pense ce qu’il dit. Bien sûr, les choses n’avaient pas tourné comme il l’avait espéré mais du haut de ses quarante ans, il pouvait surmonter une déception. Debra, elle, était à l’âge où tout avait un enjeu, où tout était dramatique. « Je le pense vraiment. On fera comme tu veux. Tout ce que je veux, c’est ton bonheur. Je sais qu’on a eu une année difficile et qu’on a passé beaucoup de temps à se battre mais ces conflits m’ont profondément transformé. » Maintenant, c’était lui qui était mélodramatique mais les périodes de fin d’années servaient aussi à faire des bilans et il profitait du fait que sa fille avait l’air d’a peu près bonne humeur pour faire le leur. « Donc quoi que tu choisisses, je ne serai pas déçu. A vrai dire, je suis toujours fier de toi. Toujours. » Il s’arrête toujours surpris par l’intensité de ses élans paternels quand il commence à parler à sa fille. Il se lève donc brusquement, voulant dissiper sa gêne. « Allez, je vais enfiler mon super pull ! »

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; ana-sofia ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1424
POINTS : 2289
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime
PROFESSION : escrime et le lycée de temps en temps
REPUTATION : elle a fugué, elle redouble sa dernière année de lycée... il faudrait peut-être qu'elle pense à se reprendre en main, ou que son père le fasse pour elle...


MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons Sam 2 Jan - 22:34

So this is Christmas
And what have you done
Another year's over
And a new one's begun

Bien vite, j'ai déjà oublié la nullité du premier cadeau et ce sont les nouveaux qui me plongent dans un état euphorique. Rien que le bracelet est agréablement surprenant. Il est sobre, mais les breloques qui l'accompagnent me correspondent et l'ensemble le rend absolument magnifique. C'est d'ailleurs étonnant cet écart entre le réveil fourrure et ce bracelet qui est un vrai plaisir pour les yeux. Etrangement, je me mets à soupçonner que le policier a reçu l'aide d'une tiers personne pour lui trouver un bijou aussi beau. S'il l'avait choisi tout seul, probablement qu'il m'aurait ramené une bague qu'on trouve dans les distributeurs pour enfants. Le genre de bagues dont la couleur change selon l'humeur. Peut-être même qu'il m'aurait sorti une réplique se voulant amusante sur mon humeur, justement. Heureusement, il nous a évité ce carnage en trouvant autre chose et je commence à faire la liste mentale des personnes qui auraient pu l'aider, mais très vite, je suis perdue. Il faut dire ce qu'il en est, malgré mon aversion pour mon géniteur, il est quelqu'un de très apprécié dans cette petite ville. Tout le monde aurait pu l'aider… J'espère simplement que ce n'est pas la greluche sur laquelle je suis tombée alors qu'elle comptait s'envoyer en l'air. Beurk, rien que d'y penser, je me retrouve à avoir la chaire de poule. Je continue l'ouverture de mes cadeaux et je remarque le mon père a encore une fois tapé dans le mille. Un saut en parachute. Quelle idée folle. Quelle idée fantastique. Je lui saute au cou sans me forcer et je lui cris des remerciements sur lesquels il ne peut pas se méprendre. Déjà, je m'imagine dans les airs, en train de me préparer pour ce saut en parachute et surtout, je m'imagine le réaliser avec quelqu'un qui me tient à coeur. Pourtant, il faut que ma joie chute d'une façon phénoménale quand mon père avoue avec un peu de gêne qu'il comptait être mon +1 pour ce fameux saut. Je grimace dans le dos de ce dernier, mais j'essaye de contenir ma déception quand il met fin à cette étreinte. « Oh… ok… je… » Même si la déception est grande, il faut que je fasse la part des choses. Ce sont de magnifiques cadeaux qu'il vient de me faire (si on oublie le réveil fourrure) et il est temps que je fasse de mon mieux pour ne pas le blesser. Je reste bouche bée pendant quelques secondes et je n'ose pas croiser son regard. Comment n'ai-je pas pensé par moi-même que le second billet lui était réservé ? Je me mords la lèvre, à mon tour d'être gênée et je le laisse poursuivre en disant que je dispose de tous les éléments et que quelque soit mon choix, je peux faire ce que je veux, il ne m'en voudra pas. Les lèvres pincées, je continue de regarder le sol et je me maudis d'avoir offert son cadeau à Sharry sinon je me serais sans doute servie d'elle pour faire diversion.
A présent, pas d'échappatoire possible et j'envisage toutes les possibilités. Est-ce que ce serait vraiment décevant si je fais mon baptême de l'air avec mon paternel ? Je ne sais pas. Il me dit que comme j'ai pensé à Nia en premier, c'est à elle que je dois demander de participer, mais ce qu'il ne sait pas, c'est que mes pensées ont d'abord étaient dirigées vers Leslie. Et ça, je ne peux pas en faire part à mon père. Je ne peux pas lui dire que ce n'est pas à Nia que j'ai pensé en premier parce qu'il se poserait certainement des tonnes de questions et je ne pourrais même pas lui répondre. Il poursuit sur une note encore plus profonde et s'il est gêné au point qu'il tire sa révérence pour aller se changer, moi je reste tétanisée. Muette. Pourquoi me dit-il ce genre de choses alors je m'efforce à faire de sa vie un enfer depuis que je suis revenue vivre avec lui ? Je sèche les cours et malgré tout il est fier de moi ? Je ne sais pas si je peux le croire.
Je prends mon courage à deux mains pour le regarder et bien vite, c'est lui qui détourne le regard et qui décide de se lever pour sortir de cette pièce dans laquelle l'accumulation de la tension devient insoutenable. Il s'en va et je soupire longuement alors que je prends moi-même le chemin de ma chambre pour m'habiller. J'enfile une robe en laine, de gros collants et je me remets les idées en place pour lui faire face à nouveau. Je sors de la pièce et retourne dans le salon où il m'attendait. Je reprends les billets pour le saut en parachute et je les lui tends.
« Je… Nia n'aime pas les sports extrêmes en fait, donc. Pis oui, ça peut être marrant qu'on le fasse ensemble. Enfin, je veux dire ça me ferait plaisir. » Ce que ce foutu esprit de Noël ne me fait pas dire. « Tu peux les garder ? J'ai peur de les perdre, sinon. Je pense qu'au printemps ce sera la saison parfaite pour le faire, non ? »
Que je demande, les lèvres pincées, un peu mal à l'aise encore en sa présence. A vouloir baisser le regard, mes yeux finissent par tomber sur le pull que je viens de lui acheter. Je me mords l'intérieur de la joue pour ne pas éclater de rire et je reprends un peu de contenance. Je le regarde enfin et en souriant franchement cette fois.
« Super ! J'ai choisi la bonne taille à ce que je vois pour le pull… J'avais un petit doute, mais il te va bien. Papi va être super jaloux ! »
Ou pas… Finalement, même si je le trouve amusant, ce pull, je trouve également qu'il a un certain charme et que porté le jour de Noël, il n'est pas aussi ridicule qu'il est censé être.
« Tu sais qui sera présent au repas de ce midi ? Et elle a préparé quoi, mamie ?  »

_________________


Never let them take you alive

I’ll never lose and I choose to survive whatever it takes. You won’t pull ahead, I’ll keep up the pace and I’ll reveal my strength to the whole human race.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1367
POINTS : 2653
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...


MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons Dim 10 Jan - 18:43

This time I want it all
I'm showing you all the cards
Giving you all my heart
This time I'll take the chance


Comment souvent, Thomas est perplexe vis-à-vis de la réaction de Debra. Alors que lui avait joués cartes sur table, livrant le fond de sa pensée, Debra était restée très sobre. Il n’avait aucune idée de ce qu’elle ressentait, vu qu’elle s’était contentée de bégayer quelques onomatopées puis de fixer le sol farouchement. Toutefois, cela faisait déjà quelques mois qu’ils vivaient ensembles, et il pouvait imaginer. Il y avait sûrement une pointe de déception à l’idée que le saut en parachute était un cadeau empoisonné puisqu’il avait conduit à cette situation gênante. Devait-elle se résigner à supporter son abominable paternel au cours de celui-ci ou refuser et s’en sentir coupable ? A moins que son dilemme ne porte sur un tout autre problème. Au fond, il n’en avait aucune idée. Ce fut peut être pourquoi il se lança dans un discours quelque peu grandiloquent destiné à la soulager de ce qui la tracassait. Il en profita d’ailleurs pour lui exprimer son amour et sa fierté. Certains qualifieraient peut être le moment de mal choisi mais lui et Debra n’était pas un duo père-fille conventionnel. Il avait raté tellement d’occasion de lui dire ou de lui prouver qu’il l’aimait… Il comptait bien se rattraper, quelque soit la gêne qu’ils puissent en éprouver tous les deux. En tout cas, la fin du discours du flic a le mérite de faire lever les yeux à sa fille. Elle le regarde enfin. Sauf que son regard est chargé de scepticisme. Ça le blesse, bien plus que toutes les piques qu’elle peut lui envoyer, bien plus que cette histoire de saut. Elle ne parvenait pas à le croire, et c’était insupportable pour lui. Surtout qu’il savait que c’était entièrement de sa faute. Il détourne donc les yeux, à court de mots, honteux d’avoir été un père minable pendant si longtemps, d’avoir laissé se détériorer leur relation à ce point… Ils vont se changer chacun de leur côté, ruminant sans doute ce qui vient de se passer.

Quand ils se retrouvent quelques minutes plus tard dans le salon, Thomas désormais vêtu de vert, une légère gêne subsiste entre eux mais la tension est quelque peu retombée.  Même s’il avait tout fait pour éviter d’en arriver là, Debra semble un peu piteuse quand elle lui tend les deux billets, lui annonçant qu’en fait, Nia n’aimait pas les sports extrêmes et qu’elle serait heureuse de faire le saut avec lui. Bêtement, il se sent sa gorge se nouer et il lui faut quelque secondes pour retrouver ses mots et lui adresser un sourire radieux. « Oui, oui, je peux les garder ! Le printemps, c’est parfait. Absolument parfait. J’ » Il répète et accentue le dernier mot, manière un peu plus discrète et subtile d’exprimer sa joie face à ce revirement. Bon une part de lui a un peu peur qu’elle le fasse uniquement pour lui faire plaisir mais il se dit qu’au final, ça ne serait pas si grave, non ? Cela pourrait bien vouloir dire qu’elle ne le détestait pas totalement. « J’ai vraiment hâte d’y être ! J’avais toujours dit que je le ferai un jour dans ma vie, maintenant que j’ai 40 ans, il est grand temps que je saute le pas. Et avec toi, ça sera encore mieux ! » Il se laisse gagner doucement par la satisfaction et retrouve un peu sa bonne humeur. Le geste de Debra le touche, bien plus qu’il ne peut l’exprimer. Alors, il choisit d’apporter une précision à laquelle il a eu le temps de réfléchir pendant qu’il enfilait son magnifique cadeau de Noël. « Et j’étais sérieux tout à l’heure. Je suis fier de toi. Il n’y a pas que tes résultats scolaires ou tes absences qui m’importent. J’ai d’autres critères. J’admire la façon dont tu sacrifies tout pour ton rêve, et je suis fier de tes performances aux compétitions. Je pense aussi que tu es courageuse. Très courageuse. Tu as eu une année difficile, tu as perdue ta maman, tu as dû emménager dans une nouvelle ville… Avec moi. Mais tu continues à te lever chaque jour et… Bref voilà. » Il est gêné à nouveau mais il tenait à le dire. Il ne s’attend pas à une réponse, il a bien vu que tout à l’heure, l’adolescente a soigneusement ignoré ses déclarations et il ne lui en veut pas. C’était toujours difficile de déballer ses sentiments. Et puis, si ses mots peuvent la toucher d’une manière ou d’une autre, peut être pas maintenant mais plus tard, il en sera déjà très content.

Thomas sait cependant qu’exprimer de temps en temps son amour ne signifie pas sombrer dans le mélodramatique et il est heureux d’entendre Debra leur offrir une diversion. Comme d’habitude, il ne peut pas exactement affirmer pourquoi, mais l’humeur de sa fille change soudainement, tandis qu’un large sourire éclaire son visage et qu’elle se met à poser des questions à propos du repas de famille, allant même à faire un compliment à son père, qui n’en revient évidemment pas. « En effet, je suis sûr que ton grand-père va l’adorer, ton oncle un peu moins mais tant pis. J’aime mon frère mais il n’a aucune fantaisie, il va sans doute m’offrir une nouvelle cravate. » Le frère de Thomas bossant dans une banque, il était en général bien moins décontracté que le flic. Ce dernier tapote ses abdos d’un air satisfait. « Et oui, c’est la bonne taille, je n’ai pas encore pris mon petit ventre spécial fêtes. Tu me diras, nos footings endiables m’aident à rester en forme. »  Il adresse un petit clin d’œil complice à sa fille. Endiablé était une façon poétique de dire que ni l’un ni l’autre ne supportait de se faire dépasser par l’autre et qu’ils se forçaient ainsi à repousser leur limite, étouffés par leurs fiertés. Tel père, telle fille finalement. Bon, leurs courses s’espaçaient un peu quand Debra allait au lycée, mais peut être qu’ils pourraient profiter des vacances pour s’y remettre. « Et donc oui, au repas, il y aura bien sûr Papy et Mamie, comme je te l’ai dit, ton oncle, ta tante et ta cousine. D’ailleurs à ce propos…tâchez d’être sages pour une fois, toutes les deux. Tes grands parents sont un peu fatigués en ce moment. Par contre, je ne sais pas s’il y aura ma petite sœur, je n’ai pas eu de ses nouvelles encore. » La demoiselle était un peu l’élément sauvage de la famille, ce qui expliquait sans doute pourquoi elle s’entendait si bien avec Debra, mais Thomas espérait qu’elle serait parmi eux malgré les désaccord et sa bougeotte permanente. C’était important de se réunir tous ensembles, au moins une fois par an. Il n’est cependant pas totalement dupe de la question de sa fille. « Donc… Tu risques d’être gâtée, comme toujours. Mais promis, on ne rentrera pas trop tard. D’ailleurs, si tu es prête, on peut y aller maintenant, histoire de voir si ta grand-mère a besoin d’aide en cuisine.»

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere


Dernière édition par Thomas E. Weston le Jeu 21 Jan - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; ana-sofia ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1424
POINTS : 2289
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime
PROFESSION : escrime et le lycée de temps en temps
REPUTATION : elle a fugué, elle redouble sa dernière année de lycée... il faudrait peut-être qu'elle pense à se reprendre en main, ou que son père le fasse pour elle...


MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons Ven 15 Jan - 23:24

So this is Christmas
And what have you done
Another year's over
And a new one's begun

Au final, je n'ai même pas contacté mon amie pour lui demander si elle était partante pour cette petite virée en parachute, trop bouleversée par les révélations de mon paternel. Certes, je n'ai pas spécialement envie d'y assister avec lui, mais quand je vois à quel point ce projet à l'air de lui tenir à coeur, je me dis que je peux faire un petit effort. Déjà, parce que si je me base sur l'aspect financier des billets, je sais que les sports extrêmes n'ont pas les mêmes tarifs qu'une balade à poney. Et même si les Weston ont un niveau de vie bien confortable, ce n'est pas une raison pour que je profite de sa générosité. Il faut croire que ma conscience existe bel et bien. Alors je lui tends les billets, qu'il gardera précieusement dans le tiroir qui abrite tous ses documents précieux. Je me dis que tout n'est pas perdu et que je prends la bonne solution, surtout quand il s'extasie à l'idée de pouvoir faire ce qu'il a attendu depuis toujours. Je souris, à la fois bienveillante devant cette bouffée de joie que laisse aller mon père, mais un peu timide quand même, parce que je n'ai pas l'habitude de ce genre de réaction venant de lui. Et évidemment, c'était trop beau pour durer. Il ne faut pas longtemps au brun pour me remettre le cerveau en vrac. Un nouveau malaise me gagne -nous gagne, plutôt - quand il poursuit sur une nouvelle série de compliments. « Uhm uhm… » Finis-je par lâcher, de dépit, sans croiser son regard, trop concentrée sur mes propres émotions pour ne pas flancher. Non, je ne veux pas qu'une larme ou deux m'échappent alors qu'il évoque le décès de ma chère et tendre mère. Il ne peut même pas s'imaginer le quart de la douleur que cette perte représente pour moi. Comment le pourrait-il ? Ses parents sont toujours là, à lui. Et c'est tant mieux, parce que je les adore. Vraiment. Mais le fait est qu'il a quitté ma mère quand il en a eu l'occasion. Alors ouais, il arrive à parler d'elle avec facilité, on dirait. Moi, je ne relève la tête que pour me montrer un minimum polie et je prends sur moi. Je ne serais pas celle qui gâchera les fêtes de Noël, même si présentement, l'idée ne me dérangerait pas tellement. Surtout quand on sait les efforts d'imagination que j'aie dû déployer pour lui rendre la vie infernale depuis quelques mois. Cependant, il y a bien une chose que je n'ai en aucun cas envie que le policier apprenne, même si cette chose en question le mettrait dans une rage folle.
« Ouaip. »
Que je lâche avec nonchalance parce qu'il n'y a clairement rien d'autre à répondre. Mais très vite, je change de sujet. Que nous puissions retrouver cette étrange légèreté qui berçait l'atmosphère un peu plus tôt en cette fin de mâtinée. Pour se faire, je change de sujet sans la moindre subtilité. Penser à ma mère est douloureux, surtout en cette période de fête, mais je garde la tête haute et je dois assumer cette vie qui se présente à moi. Ainsi, tous les petits moments dont je peux me délecter sont bons à prendre. Comme mon père qui porte cette horreur, par exemple. Ca n'a pas de prix de le voir avec ce pull hideux. D'autant plus qu'il lui va comme un gant. C'est tout naturellement que je le complimente sur son vêtement, parce qu'il m'a coûté la moitié de mon argent de poche, mais également parce que je me dis que si je continue à lui dire qu'il lui va bien, il poussera peut-être le vice jusqu'à le porter au travail. Ca, ce serait une victoire.
« C'est vrai qu'on a trouvé le remède contre la prise de poids immédiate liée aux fêtes. »
Je souris, oubliant presque cette légère rancoeur à cause de notre dernière course et du fait que je n'ai pas pu finir première, même si la distance qui nous séparait n'était pas bien grande non plus.
Ensuite, il énumère les personnes qui seront présentes à table tout à l'heure et mon sourire s'agrandit. Evidemment, il ne faut pas longtemps à mon père pour me percer à jour. Plus de monde il y a et plus de cadeaux j'aurai. Cependant, j'espère qu'ils ne seront pas assez idiots pour m'offrir les boîtes de chocolats qui manquent cruellement d'originalité et que je ne mangerais même pas. Le pire, c'est que je ne peux même pas les donner à Sharry vu l'effet néfaste qu'a le chocolat sur nos amis les bêtes.
« Promis ! Tu me connais, je suis toujours sage, pas vrai ? »
Je n'attends pas de réponse à cette petite provocation que je lance en m'esclaffant. Puis, j'attrape le reste de mes affaires et je crois que nous sommes bons pour décoller chez les grands-parents. Bien que l'idée d'aider grand-mère à faire la cuisine ne m'enchante pas vraiment, je pense alors à une dernière combine pour éviter d'avoir à trop me salir les mains.
« Je suis prête ! Je pourrais aider mamie avec le lait de poule, comme ça. »
Sans aucun doute, la seule boisson sucrée que je vais m'autoriser de la journée, alors autant qu'elle soit à mon goût. Je fais un dernier câlin aux chiennes, sachant que nous ne pouvons pas les emmener avec nous car elles encombreraient plus le passage qu'autre chose et je me redresse, prête à passer la porte avec mon géniteur.
« Oh. Dernière chose. Ou plutôt, dernier cadeau que je te demande… Je sais que je ne devrais pas, mais… Si jamais le poste de police t'appelle en renfort… S'il te plait, n'y vas pas. »
Que je demande sans la moindre honte. Qu'au moins mon premier Noël sans ma mère soit un Noël entier passé avec mon père. Au moins.

_________________


Never let them take you alive

I’ll never lose and I choose to survive whatever it takes. You won’t pull ahead, I’ll keep up the pace and I’ll reveal my strength to the whole human race.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1367
POINTS : 2653
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...


MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons Jeu 21 Jan - 16:13

This time I want it all
I'm showing you all the cards
Giving you all my heart
This time I'll take the chance

La nouvelle série de compliments que Thomas fait à Debra provoque une réaction similaire à la précédente chez l’adolescente mais ça ne dérange pas tant que ça le flic, au final. Il n’a pas dit tout ça pour qu’elle lui saute au cou ou qu’elle lui dise à son tour des gentillesses. En fait, il est juste content d’avoir trouvé le courage nécessaire pour lui avouer ce qu’il ressentait. Il voulait qu’elle sache qui la considérait comme la personne la plus courageuse dans cette pièce. Un truc qu’il avait appris aux AA, il était important de dire les choses de temps à autre. Mais il pouvait comprendre qu’elle était pressée de clore ce chapitre. Surtout qu’il s’en voulait tout de même un peu d’avoir évoqué le décès de sa mère en ce jour festif. Il se doutait bien que sa fille n’avait pas encore fait totalement son deuil… Debra change vite de sujet et cette fois-ci, il respecte son vœu de ne pas s’attarder sur Keira. Ils échangent donc des plaisanteries sur leurs footings et il peut presque sentir un soupçon de complicité entre eux. Mais c’est très bref. Sans doute parce qu’immédiatement après, Debra s’était rappelée qu’elle ne pouvait pas toujours gagner. Même contre son vieux père. Or la force de l’exceptionnel esprit de compétition de la demoiselle n’était plus à démontrer… Elle promet tout de même à son père d’être sage et il a envie de la croire mais il sait comment elle est avec sa cousine… Sans compter qu’une certaine lueur de malice brille dans ses prunelles depuis tout à l’heure. Toutefois, elle fait durer le numéro de la fille angélique, proposant même d’aider sa grand-mère avec le lait de poule. Louche, de plus en plus louche. Mais Thomas veut bien lui laisser le bénéfice du doute. C’est si elle le sent suspicieux qu’elle aura envie de faire une bêtise. « Ta grand-mère sera ravie ! » qu'il ajoute d'un ton approbateur. C'était sûrement ce jour si particulier mais sa fille était en train de lui donner de l'espoir, bien plus que tous les mois passés réunis.

Debra fait une gratouille à sa précieuse Sharry qu’elle va devoir abandonner pour la journée, tandis que les deux poussent des soupirs à se fendre l’âme. Leur manège terminé, l’adolescente fait même une caresse à Barla, et Thomas se dit que l’esprit de Noël doit vraiment habiter sa fille… Ils sont enfin prêt à partir mais avant qu’ils ne franchissent la porte, Debra s’arrête, adressant à son tour une requête à Thomas. Ce dernier se fige. Le ton de Debra est sérieux, et même pas accusateur. C’est une véritable demande, et derrière celle-ci, il sent le fantôme de la petite fille triste qui a trop souvent vu son père partir pendant les repas. Cela fait mal au cœur du flic, bien entendu. Mais il y a aussi la portée de la requête. Choisir entre son sens du devoir et sa famille… Il n’en avait jamais été capable. Il avait besoin de sauver le monde, et ce depuis qu’il était tout petit. Il ne pouvait pas résister à l’appel du devoir. Comment rester sur la touche alors que ses collègues avaient besoin de lui ? Mais en même temps, il n’avait que trop négligé sa fille. Tout le but de sa rédemption n’était pas finalement celui-ci ? Il avait juré à Debra de faire d’elle sa priorité et il devait lui montrer que ce n’étaient pas que des mots. Surtout qu’elle venait de faire un sacrifice pour lui faire plaisir. La moindre des choses était de faire de même. « D’accord… Je te le promets. Je ne répondrai même pas au téléphone. Cette journée est pour la famille et uniquement la famille. » Les mots ne sont pas faciles à prononcer mais il sait que ce sont pourtant les bons. Et pour prouver sa bonne foi, il sort son téléphone de la poche de son manteau, montrant à Debra qu’il est en train de l’éteindre. Les choses seront ainsi plus simples pour lui aussi. Ne pas entendre d’appel, c’était plus facile que d’en ignorer un. Ce geste effectué, ils sortent et Thomas déplore le manque de neige. Il se sentait d’humeur taquine et aurait bien attaqué sa fille avec fourberie à l’aide d’une boule de neige. Hélas, la seule chose qui les menace, c’est la pluie. Il peut quand même embêter l’adolescente en utilisant le surnom qu’elle exècre. »Allez mon poussin, en route ! »

SUJET TERMINE.

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: This time I want it all + Westons

Revenir en haut Aller en bas

This time I want it all + Westons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-