AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Mer 2 Déc - 1:44


« Je suis vraiment désolé que ça n’ait rien donné. » Après un blanc de plusieurs minutes, Liam venait enfin de briser le silence. Poussant un soupir, il coupa le moteur et retira la clé du contact. Il s’en voulait d’avoir donné de faux espoirs à Brianna. Elle était à la recherche d’Almeda depuis déjà trois mois maintenant. Que pouvait-elle fabriquer une lycéenne, seule dans la nature, pendant autant de temps ? Cette question trottait régulièrement dans l’esprit de Liam, alors il n’osait même pas imaginer ce que Brianna, Evelyn et Martin pouvaient bien ressentir. Ils faisaient tous de leur mieux et, dans cette période difficile, le trentenaire avait voulu se rapprocher d’eux. Après tout, les excellentes relations qu’il entretenait avec la famille Harris remontaient à un nombre impressionnant d’années. Mais ces dernières semaines, Liam s’était particulièrement efforcé d’aider Brianna, notamment en tentant de participer aux recherches. Ils avaient tous des moyens limités ; mais il avait tenu à mettre la main à la pâte. C’était la moindre des choses, particulièrement après tout ce que les grands-parents avaient fait pour les Cartwright !

Voilà pourquoi, quand, au détour d’un couloir, le professeur de philosophie avait entendu deux lycéens parler d’Almeda, il n’avait pas hésité une seule seconde. Aussitôt, il avait sorti son téléphone portable pour avertir Brianna par sms. La réponse n’avait pas tardé et ils s’étaient fixé un rendez-vous. Ils s’étaient retrouvés dans la cour du lycée, après les cours. Liam avait croché les deux élèves en question et ils les avaient « interrogés ». Bien entendu, ils s’étaient montrés un minimum futés ; mais ça n’avait pas fonctionné. Le père de famille avait fini par comprendre que ces deux adolescents ne pouvaient pas les aider. L’un d’entre eux semblait avoir fréquenté Almeda d’assez près, mais visiblement, ils ne savaient pas où elle avait bien pu se rendre. Plus que déçu, Liam les avait laissés partir et avait proposé (assez fermement) à son amie de la ramener là où elle logeait, au Bay House. C’était là qu’ils se trouvaient actuellement, la grande voiture familiale de Liam garée dans le parking réservé aux clients.

Autant dire que l’ambiance dans la voiture n’était pas au top. « Allez, viens, je te raccompagne jusqu’en haut. » Elle semblait tellement démoralisée qu’il craignait qu’elle ait du mal à grimper les escaliers. En même temps, comment aurait-elle pu se sentir différemment ? Une de leurs seules pistes venait de s’évaporer lamentablement. Le Néo-Zélandais était déçu. Il avait vraiment pensé bien faire ; mais en réalité, le mieux aurait été qu’il aille voir ces garçons tout seul. Il avait complètement foiré son coup. Brianna s’était peut-être même emballée… Avant de se retrouver carrément désappointée. Elle avait peut-être besoin de lui. Et lui voulait essayer de se rattraper un peu. C’était la raison pour laquelle il la suivit jusqu’à l’étage, dans la chambre qu’elle louait, s’assurant qu’elle soit suffisamment en forme pour l’atteindre. Il se sentit un peu soulagé lorsqu’elle referma la porte derrière eux. Il était déjà venu ici à plusieurs reprises. Il fallait dire que ces dernières semaines, Liam avait passé pas mal de temps avec la blondinette. Tout ce qu’il désirait être, c’était un soutien pour elle, dans les mauvais moments. Il se sentait lié à cette famille depuis très longtemps déjà. « J’imagine que t’as pas tellement faim, mais… Est-ce que je peux préparer quelque chose qui te ferait plaisir ? Au moins une boisson chaude, peut-être ? » Il l’avait déjà débarrassée de son manteau et, d’un geste bienveillant, avait entouré les épaules de la jeune femme d’un bras qu’il se voulait protecteur et rassurant. Sauf si elle en manifestait le désir, l’aîné des Cartwright n’avait pas l’intention de s’en aller tout de suite. Bien sûr, il ne pouvait pas non plus se permettre de s’attarder trop longtemps ; mais pour le moment, ces considérations étaient encore loin de lui. Tout ce qu’il voyait, c’était que Brianna avait besoin qu’on lui remonte le moral, même si ce n’était que par sa présence et pas par des mots ni des actions à proprement parler.

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : JANE SMITH
TES DOUBLES : Alors, nous avons : Abbey, Jean, Sam et Eirian...
TON AVATAR : Lily James
TES CRÉDITS : freesia (ava)
TA DISPONIBILITE RP : Liam ; Cody (défi RP)
RAGOTS PARTAGÉS : 1536
POINTS : 775
ARRIVÉE À TENBY : 08/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire, merci bien
PROFESSION : Elle se cherche, disons
REPUTATION : ça a l'air d'être une fille bien, l'ainée Harris. Après tout, elle a pris soin de son père, puis de sa soeur mais... elle a l'air différente, depuis que sa soeur a fugué. On a du mal à la cerner.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Lun 4 Jan - 1:12

Quatre-vingt-seize jours. Almeda avait disparu depuis quatre-vingt-seize longs jours. La colère et l’agacement que Brianna avait pu ressentir les premiers jours suivant la fugue de sa cadette s’étaient totalement effacés pour ne laisser place qu’à l’inquiétude et la culpabilité. Si sa sœur avait fait ses valises de la sorte, c’était à cause d’elle ; la danseuse n’avait jamais pas été capable de l’écouter, ni même d’amorcer un début de dialogue entre elles. Elle lui avait juste imposé ses décisions, et avait cru qu’elle se ferait à cette nouvelle vie qu’elle lui imposait. Sauf que la demoiselle avait préféré partir avant qu’elle ne puisse la forcer à changer de continent. Toutes les démarches avaient été faites, pourtant : Almeda était inscrite dans un lycée bien côté, Brianna avait trouvé à distance un appartement où elles pourraient vivre ensemble, son retour avait été organisé auprès du Ballet auquel elle appartenait, la maison familiale de Tenby avait été vendue en un rien de temps, les valises étaient faites et les billets d’avion, réservés. La disparition soudaine d’Almeda avait tout fait tomber à l’eau. Sa sœur dans la nature, Brianna n’avait pas pu se résoudre à retourner en Australie. Tout avait été repoussé, puis annulé, bien contre sa volonté. Sans grande surprise, la danseuse avait été renvoyée de sa troupe – on l’avait déjà suffisamment attendue comme cela. Sans l’ombre d’un doute, cela mettait un terme à sa (trop courte) carrière. Cette nouvelle, qui aurait pu la détruire quelques mois auparavant, n’avait fait que s’ajouter à l’amas de mauvaises nouvelles qu’elle tentait de gérer. Ou plutôt, sous lequel elle s’enterrait vivante. Cela faisait de longues semaines que la Galloise n’avait plus envie de rien. Elle n’était plus que l’ombre d’elle-même depuis la disparition de sa sœur. Elle dormait peu, mangeait rarement, ne parlait à presque personne et limitait ses sorties au strict nécessaire. Elle n’avait pas dansé depuis quatre-vingt-seize jours et cela lui brisait le cœur.

La seule chose qui trouvait encore un tant soit peu d’intérêt à ses yeux, c’était ces quelques pistes, plus ou moins concrètes, qui la lançaient sur la piste d’Almeda. Bien sûr, jusque-là, les informations qu’elle avait pu grappiller n’avaient rien donné de concret. Pourtant, Brianna continuait à y croire et se précipitait sans sourciller au moindre appel. S’il fallait traverser le pays, elle le traversait. S’il fallait payer pour obtenir une réponse, elle alignait l’argent sans hésitation. S’il fallait camper des heures au commissariat pour s’assurer qu’on n’oubliait pas cette affaire de fugue, elle le faisait. Au final, la Harris ne passait pas une journée sans tenter quelque chose pour retrouver sa sœur… sans grand succès jusqu’à présent. La fausse piste du jour n’était, finalement, qu’une parmi beaucoup d’autres. Elle aurait dû s’y attendre. Sauf qu’encore une fois, Brianna avait espéré. Elle avait sincèrement cru que ces lycéens pouvaient avoir eu des nouvelles de sa sœur, ou bien avaient entendu quelque chose dans les couloirs, en ville… N’importe où en fait, tant que cela puisse mener à une piste un tant soit peu concrète. Bien sûr, tous les amis de Brianna avaient été interrogés par les forces de l’ordre, on avait prié ceux qui auraient des informations à son sujet de prévenir les autorités sans tarder. Mais la danseuse était devenue presque obsessionnelle quand il était question de récolter des informations sur la fugue d’Almeda, d’autant plus qu’elle était à présent persuadée que la police se fichait un peu du cas Harris. Qu’est-ce que c’était pour eux, sinon un dossier parmi tant d’autres à traiter ? Alors que pour elle, c’était presque une question de vie ou de mort…

C’est sans doute pour cette raison qu’elle se retrouvait aussi désemparée à chaque fois que les pistes menaient à des impasses, comme avec ces lycéens. Elle resta silencieuse dans la voiture du professeur de philosophie, trop occupée à ruminer sa déception. Comme toujours, elle s’en voulait d’y avoir cru. Et comme de plus en plus souvent, elle commençait à se demander si elle reverrait sa sœur un jour… Plus d’une fois, elle avait tenté de se remémorer leur dernière discussion, les paroles qu’elle avait pues lui adresser avant qu’Almeda ne disparaisse de sa vie mais Brianna s’avérait incapable de s’en souvenir avec précision. Des signes avant-coureurs, qui auraient dû l’alerter du départ imminent de sa cadette, par contre, elle en voyait tout un tas, avec le recul. Plongée dans ses pensées et ses souvenirs, elle ne réalisa qu’ils étaient arrivés que lorsque la voix de Liam s’éleva dans l’habitacle. Elle sursauta presque, puis sentit son cœur se serrer en voyant la façade de l’hôtel où elle résidait depuis plusieurs semaines déjà. Elle n’aurait jamais dû vendre la maison où elle avait grandi, songea-t-elle avec amertume. Elle hocha distraitement la tête tout en ôtant sa ceinture de sécurité, sortit du véhicule pour emboiter le pas à Liam. Bien vite, ils arrivèrent dans sa chambre. C’était froid, impersonnel. Brianna n’y était pas à l’aise et, d’ailleurs, ses affaires étaient toujours dans les valises. Au départ, recevoir le Néo-Zélandais dans ces conditions peinait la danseuse, mais cela faisait déjà plusieurs fois qu’il était monté ici, si bien qu’elle ne s’en formalisait plus. Et puis, ce n’était pas comme si elle était d’humeur à jouer à la parfaite hôte – quoique, ça aurait pu la distraire un peu, qui sait. Visiblement désireux de la soutenir, le brun la débarrassa de sa veste puis la serra brièvement, dans un geste rassurant. Il lui proposa de lui préparer quelque chose. La blonde ne put s’empêcher de lâcher un bref rire à la mention d’une boisson chaude.

« Honnêtement, Liam, j’aurais besoin de quelque chose de plus fort que du thé… »

Elle secoua rapidement la tête. D’ordinaire, l’ainée des Harris ne se permettait pas d’être aussi spontanée – elle savait entretenir son image et elle ne voulait pas devenir la pauvre fille qui se saoulait depuis le départ de sa sœur. De toute manière, elle ne pensait pas être ainsi. C’était juste que ce soir, elle n’avait pas envie de se retrouver ici à ruminer ses erreurs passées. Elle ne voulait pas être seule non plus. C’est pourquoi, elle se força à sourire (même si le cœur n’y était pas tout à fait) :

« Relax, je compte pas me saouler. Juste… J’ai besoin d’un verre, je crois. J’étouffe ici ! » Elle réfléchit rapidement et jeta un œil à Liam avant de lui proposer : « Il y a un bar pour les clients, au rez-de-chaussée… Je t’invite ? Enfin, sauf si tu es attendu… » souffla-t-elle, déjà déçue à l’idée qu’il se défile pour rejoindre sa petite famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Lun 4 Jan - 19:50


Aider, ou plutôt tenter de venir en aide à autrui, c'était une des choses pour lesquelles Liam semblait s'être spécialisé. Chez lui, c'était naturel, comme s'il avait été envoyé des cieux exprès pour cette mission. Il se sentait toujours poussé à le faire, comme si c'était un besoin irrépressible pour lui. On aurait presque dit que c'était son but dans la vie, juste après celui consistant à prendre soin de ceux qu'il chérissait profondément. Pourtant, force était de constater qu'il n'était pas très doué. Entre autres choses, il n'avait pas réussi à porter secours à Matthew et à Rachael en persuadant leurs parents de ne pas leur couper les vivres, certains de ses élèves rejetaient son soutien et maintenant, il échouait lamentablement avec les Harris. Qu'est-ce qui clochait chez lui ? Aussi plein de bonne volonté qu'il soit, le trentenaire devait se rendre à l'évidence : il n'était finalement pas utile à grand-chose et ce constat lui minait le moral. Pourtant, il ne voulait pas s'appesantir. Ce n'était pas le moment. Ce n'était jamais le moment, d'ailleurs. À l'instant présent, il ne voulait surtout pas déprimer davantage Brianna en tirant une tête d'enterrement. Et en rentrant chez lui, il ne pourrait certainement pas imposer ses ondes négatives à ses enfants, ni à sa femme, une fois couché. Alors, comme d'habitude, Liam faisait contre mauvaise fortune bon cœur, fournissant des efforts pour rester positif - il le devait bien à Brianna. Pourtant, à l'instant précis, c'était loin d'être chose aisée. Autant que son emploi du temps chargé le lui permettait, le professeur de philosophie avait participé aux recherches. Il était donc bien placé pour savoir que chaque piste avait été relevée, aussi peu crédible soit-elle. Au lycée, les policiers avaient passé au peigne fin le casier d'Almeda puis interrogé tous ceux qui la côtoyaient, même de loin. Ils avaient inspecté du côté des coins prisés par les jeunes, appelé les hôpitaux, contacté les motels susceptibles d'avoir accueilli la jeune fille. En vain. Que dalle. Nada. Almeda semblait s'être littéralement évaporée dans la nature. Plus les jours s'écoulaient, plus Liam voyait l'inquiétude de la famille Harris, ainsi que la sienne, augmenter. Il se sentait impuissant parce que tout le monde avait des moyens limités et que les efforts combinés de ses proches et des agents de police n'aboutissaient pas, en colère parce qu'il avait l'impression qu'un nombre insuffisant de personnes s'intéressaient à la disparition d'une gamine... Mais surtout, coupable parce qu'il n'avait rien vu venir. Il connaissait bien les adolescents, pourtant. Avec le temps, il parvenait à les cerner plus facilement, à deviner leurs sentiments un peu mieux. Mais dans ce cas-là, il n'avait identifié aucun signe avant-coureur. Bien entendu, il savait qu'Almeda ne voulait pas déménager en Australie. Mais il n'aurait jamais pensé qu'elle en arriverait à ce point. Trois mois. Elle était partie depuis trois mois... Autant dire une éternité !

Alors oui, l'aîné des Cartwright s'efforçait de soutenir l'ancienne danseuse et à ses yeux, c'était tout à fait naturel. Il redoublait de petites attentions pour elle, comme s'il espérait naïvement réussir à la consoler quelque part. Il ne pouvait pas faire grand-chose et ça le désolait, alors on aurait dit qu'il essayait de se rattraper ailleurs, comme il le pouvait. Il n'avait pas besoin d'un diplôme de psychologie pour comprendre que Brianna était au plus mal. Elle était toute pâle, elle avait maigri à vue d'œil et elle parlait à peine aux gens. De toute façon, elle pointait rarement le bout de son nez en-dehors de sa chambre et quand c'était le cas, elle avait l'air d'un fantôme errant, remuant ciel et terre pour mettre la main sur sa cadette. Liam ne pouvait qu'imaginer ce qu'elle ressentait. Si ça lui était arrivé avec l'un de ses petits frères et sœurs qu'il aimait tant, il aurait sûrement perdu la tête. Et même s'il savait très bien que Brianna n'entretenait pas une relation aussi fusionnelle avec la sienne, il n'était pas non plus difficile de deviner qu'elle n'en était pas moins dans tous ses états. Alors, quand elle affirma qu'elle avait besoin d'un verre, il comprit que ce n'était pas un mensonge. Elle n'avait peut-être pas tort. « Si ça peut te permettre de décompresser, c'est pas une mauvaise idée. » Alors qu'il s'apprêtait, du coup, à tirer sa révérence, il baissa un regard surpris vers Brianna quand elle lui proposa de l'accompagner au bar du rez-de-chaussée. Il ne s'attendait pas à ça. Pendant deux ou trois secondes, le père de famille hésita. Bien sûr que oui, il était toujours attendu quelque part : à la maison, au lycée, au domicile familial... Il n'avait pas beaucoup de temps pour lui, mais il ne s'en plaignait pas, parce qu'il s'agissait de ses choix de vie et qu'il aimait profondément ceux qui l'entouraient. Ils ne représentaient jamais une corvée, jamais un fardeau, jamais rien dans ce goût-là. Pourtant, il fallait bien qu'il admette que s'il en avait possibilité, il soufflerait volontiers un peu plus souvent. Ce soir-là, c'était peut-être l'occasion, en compagnie de la blonde qu'il connaissait depuis de nombreuses années. Et surtout, surtout, la détresse qui émanait d'elle était tellement touchante qu'il n'aurait pas pu lui refuser grand-chose. Alors il esquissa un sourire, balayant ses scrupules en se rappelant qu'il avait envoyé à sa femme un sms pour la prévenir qu'il avait une affaire à régler et que ses filles Eden et Lou passaient la nuit chez sa sœur Savannah. « Avec plaisir. Par contre, je pense que c'est plutôt moi qui vais t'inviter. » Ne serait-ce que pour le principe...

Moins de deux minutes plus tard, ils avaient tous les deux quitté la chambre, étaient descendus au rez-de-chaussée et s'étaient assis au bar. « Qu'est-ce que tu prends ? » Liam écouta la réponse de Brianna, avant de passer la commande. L'endroit ne comptait pas beaucoup de clients pour le moment et le silence menaçait de peser à nouveau sur eux, pourrissant encore plus l'ambiance. Il fallait qu'il trouve quelque chose pour lui remonter le moral... Mais quoi ? Parler du défunt père de la demoiselle ? Évoquer l'Australie, un pays qu'ils connaissaient tous les deux et auquel elle avait renoncé pour le moment ? Lui demander de raconter son passé de danseuse, son rêve brisé ? Autant prendre carrément un couteau pour le remuer dans la plaie... Non, il fallait qu'il se débrouille pour partir sur un terrain qui n'était pas miné. Pourtant, c'était plus fort que lui, il ressentait le besoin de prendre de ses nouvelles d'une manière plus ou moins détournée et de tenter de lui apporter quelque chose qui pourrait lui faire du bien. « Je t'ai déjà dit que j'étais pas trop mauvais en cuisine ? Je pourrais peut-être te montrer deux ou trois trucs qui rappellent assez l'Océanie, si tu veux... » Le Néo-Zélandais allait commencer à dire des bêtises s'il voulait à tout prix meubler la conversation. Pourtant, il était plein de bonnes intentions, désirant être la meilleure compagnie possible. « Tiens, voilà ton verre... Ça me rappelle que la dernière fois que j'ai pris quelque chose avec un de mes potes, il a fini par me coller un gage parce que je buvais trop lentement et que, je cite, je suis un vieux qui sait pas s'amuser. »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : JANE SMITH
TES DOUBLES : Alors, nous avons : Abbey, Jean, Sam et Eirian...
TON AVATAR : Lily James
TES CRÉDITS : freesia (ava)
TA DISPONIBILITE RP : Liam ; Cody (défi RP)
RAGOTS PARTAGÉS : 1536
POINTS : 775
ARRIVÉE À TENBY : 08/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire, merci bien
PROFESSION : Elle se cherche, disons
REPUTATION : ça a l'air d'être une fille bien, l'ainée Harris. Après tout, elle a pris soin de son père, puis de sa soeur mais... elle a l'air différente, depuis que sa soeur a fugué. On a du mal à la cerner.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Lun 1 Fév - 0:14

Brianna avait beau y mettre les formes, elle espérait sincèrement que Liam réponde positivement à son invitation. Elle se doutait bien que sa femme et ses enfants l’attendaient, surtout que l’heure du repas était toute proche mais la danseuse espérait qu’il lui accorde assez d’importance pour passer un moment en tête à tête avec elle. Cela faisait tellement longtemps que son quotidien se limitait à rechercher une trace quelconque d’Almeda que la Galloise comptait sur les doigts d’une main à peine les gens avec qui elle interagissait au cours d’une journée. Elle ne mentait pas quand elle avait dit étouffer dans la chambre où elle avait élu domicile depuis plusieurs semaines. Et dans son petit monde de recluse, Liam avait pris une importance grandissante. Quoi de plus naturel, au final, qu’elle veuille partager au moins un verre avec lui, histoire de décompresser après cette nouvelle déception ? Le Néo-Zélandais hésita tout de même avant de rendre son verdict. Alors qu’elle l’imaginait déjà se défiler malgré sa proposition, Brianna accueillit sa réponse avec un bref sourire satisfait, même si elle s’opposa, au moins pour le principe, au fait qu’il paie l’addition ce soir. Ils rejoignirent malgré tout sans tarder le bar, au rez-de-chaussée, et c’est le professeur de philosophie qui prit l’initiative de commander pour eux. Bien décidée à ne pas faire les choses à moitié, la demoiselle s’intéressa à la liste des cocktails, qu’elle n’avait, pour la plupart, jamais osé essayer et se lança finalement en choisissant une Margarita. Elle n’était pas d’humeur festive, bien sûr, mais elle espérait qu’un joli verre et un contenu qu’elle espérait exotique la sortiraient un peu de sa morosité permanente. Liam semblait également décidé à le faire puisqu’il tâcha rapidement de lancer la conversation en lui parlant de ses talents culinaires. Un poil curieuse, la danseuse secoua doucement la tête – non, il ne lui avait jamais mentionné ce détail. Quant à savoir s’il pourrait lui montrer quelques astuces, Brianna était plus sceptique. Il fallait dire qu’elle avait pris l’habitude de se nourrir plus par nécessité que par plaisir, qu’elle avait passé la majeure partie de sa vie à analyser les valeurs nutritives de ses menus plus qu’à s’attarder sur leur goût. Ne sachant pas trop comment répondre à cette proposition sans risquer de paraître trop brusque, elle misa sur la carte de la curiosité :

« Ah oui ? Quoi comme ? » Puis, alors que les souvenirs des années passées à l’autre bout du monde remontaient à la surface, la blonde se retrouva à avouer soudainement : « Tu sais ce qui me manque le plus ici ? C’est de ne pas pouvoir trouver une mangue correcte ou même… un fruit avec un peu de goût. » lâcha-t-elle sur un ton qu’elle espérait léger.

Mais en vérité, les rues de Tenby avaient beau se teinter de toutes les couleurs du monde, la vie manquait cruellement de peps ici pour Brianna. Elle était habituée à un quotidien rigoureux et rythmé, elle ne savait plus quoi faire des longues heures qui s’offraient à elle à présent. Surtout qu’on faisait bien vite le tour de sa ville natale, encore plus quand celle-ci semblait s’endormir le soleil à peine couché. Leurs verres arrivèrent rapidement, l’arrachant à ses pensées nostalgiques. Elle se saisit de son cocktail pour trinquer avec le brun puis ne put s’empêcher de rire un peu à son anecdote, pas pour se moquer mais plus parce qu’elle faisait écho à sa propre expérience.

« Oh tu sais, il y a quelques mois, j’ai eu droit à mes premiers shots de tequila. A vingt-quatre ans. Et en fait, je crois bien que c’est aussi ma première Margarita donc… C’est pas moi qui te jugerais là-dessus ! » lança-t-elle avant de se montrer curieuse : « Cela dit, je veux bien que tu me dises quel gage tu as dû relever… » demanda-t-elle, encore un peu hésitante, malgré son sourire.

Elle voulait garder la conversation légère mais, étrangement, Liam n’avait jamais partagé quoi que ce soit d’aussi personnel avec elle, si bien qu’elle craignait de se montrer trop curieuse avec ce genre de questions. Bien sûr, il avait été là pour elle et s’était efforcé de la soutenir aussi souvent que possible mais, finalement, Brianna réalisait que leur relation était un peu à sens unique ; elle ne connaissait pas grand-chose du Liam adulte et père de famille, celui qu’elle avait perdu de vue pendant plus de huit ans…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Lun 1 Fév - 19:55


Tranquillement assis au bar, Liam commençait tout juste à réaliser que, même s’il avait passé pas mal de temps avec la jeune femme ces derniers mois, ils n’avaient jamais eu de véritable conversation. Jusqu’ici, leurs discussions avaient toutes tourné autour d’Almeda et de sa disparition. Il n’avait jamais osé lui demander comment elle se sentait, pour la simple raison que c’était une question idiote et que la réponse était l’évidence même. Mais même en-dehors de ça, ils n’avaient finalement partagé rien d’autre que leur inquiétude commune et les résultats (ou plutôt, l’absence de résultats) de leurs investigations respectives. Mais se retrouver avec elle autour d’un verre, c’était une chose bien différente. Déjà, Liam craignait de manquer de sujets de conversation, lui qui n’était pourtant pas trop stupide et qui avait l’habitude de parler devant une bonne vingtaine d’adolescents. Embrayer sur des concepts qu’il connaissait bien et sur des idées qui lui plaisaient au point de lui tenir à coeur, c’était facile. Mais tenter de remonter le moral de quelqu’un en ne s’appesantissant pas trop sur ses problèmes, c’était déjà une toute autre histoire. Pourtant, ce n’était pas comme si c’était la première fois qu’il avait à le faire. Il avait l’habitude de réconforter ses enfants, sa femme, ses frères et soeurs… Mais maintenant qu’il se retrouvait face à quelqu’un qu’il connaissait un peu moins, il avait la désagréable sensation d’être totalement démuni. Il connaissait Brianna depuis longtemps, mais il l’avait perdue de vue pendant des années, quand elle s’était établie en Australie. Résultat, il ne cernait pas si bien que ça ses centres d’intérêt, en-dehors du ballet qu’elle avait été forcée d’abandonner. Et il ne l’avait pas côtoyée suffisamment pour savoir ce qui permettrait de la dérider à tous les coups, qu’il s’agisse d’un coupe de chocolat liégeois, d’un grand classique du cinéma ou de l’évocation d’un souvenir qu’ils partageaient ensemble. Pourtant, le trentenaire était bien décidé à faire des efforts. Ça ne fonctionnerait pas forcément, mais au moins, il aurait essayé. Il évoqua d’abord la cuisine de son pays d’origine, sans savoir s’il risquait de remuer le couteau dans la plaie ou pas. « Comme un bon gigot d’agneau avec de la kumara. Je suis peut-être pas objectif, mais je trouve que c’est la meilleure variété de patate douce au monde et je crois que tous les Néo-Zélandais seraient d’accord avec moi. Bouillie, à la poêle ou même en purée, c’est délicieux. » Malheureusement, ce n’était pas comme si Liam pouvait s’accorder des plaisirs tout le temps. Il n’avait plus vingt ans et il avait malheureusement pris du poids, pas tout de suite après son mariage, mais ça n’avait pas non plus trop tardé. Les enfants étaient arrivés les uns après les autres et il n’avait plus guère de temps à consacrer au sport et n’avait pas non plus réduit ses portions de nourriture. Plus jeune, il jouait au rugby. Mais c’était avant. S’il faisait un footing, il ne tiendrait certainement pas le rythme des habitués. « Et la Pavlova, aussi, je me débrouille pas trop mal… Pour quelqu’un qui a vécu en Australie, je t’apprends rien. » Les deux pays se disputaient la paternité de ce dessert qui fut inventé, après un passage en Australie et en Nouvelle-Zélande, d’une ballerine russe. Mais au fond, ça revenait au même : les natifs de là-bas pouvaient consommer ce dessert à chaque repas qu’ils organisaient. « En tout cas, je te comprends. Je rêve de manger un kiwi de chez moi. Quand ils sont importés, c’est pas pareil… » Ici aussi, c’était chez lui. Mais ce n’était pas pareil. Il conservait un attachement particulier à ce pays qui l’avait vu naître et qui était celui de toute la famille de son père.

Leurs verres arrivèrent, une Margarita pour Brianna et une bière ambrée pour l’aîné des Cartwright. Ils trinquèrent avant de se mettre à boire doucement, tandis que Liam racontait une petite histoire qui sembla amuser la blondinette. Mais il fut surpris de découvrir qu’ils semblaient avoir ce point commun vis-à-vis de l’alcool. Oh, Liam s’était un peu amusé, plus jeune - mais certainement pas autant que ses autres copains, parce qu’il avait toujours fait face à davantage de responsabilités. « Alors, le verdict, pour ta première Margarita ? » Le père de famille adressa un sourire à la danseuse, avant de se mettre à rire quand finalement, non sans une certaine curiosité brillant dans ses yeux, elle lui en demanda un peu plus sur le gage qui lui avait été donné. Pourquoi ne le lui aurait-il pas raconté ? « Retirer ma chemise, monter sur la table et chanter Sexual Healing de Marvin Gaye » avoua-t-il, non sans se mettre à rire encore. « Mais j’avais pas assez bu pour le faire, alors… Je me suis vite dégonflé. Bien sûr, il m’a traité de poule mouillée toute la soirée, mais après, c’est lui qui a fini par le faire. T’imagines sans peine la réputation qui m’aurait collé aux fesses, si j’avais relevé le défi…  » C’était aussi un des « problèmes » de Liam : en tant que père de famille et professeur, il se devait de garder un comportement honorable et respectable, surtout dans une petite ville comme Tenby. Si encore il vivait à New York, il s’en serait sans doute bien moins soucié. « Et toi ? Est-ce que t’as une anecdote plus croustillante à me raconter ? »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : JANE SMITH
TES DOUBLES : Alors, nous avons : Abbey, Jean, Sam et Eirian...
TON AVATAR : Lily James
TES CRÉDITS : freesia (ava)
TA DISPONIBILITE RP : Liam ; Cody (défi RP)
RAGOTS PARTAGÉS : 1536
POINTS : 775
ARRIVÉE À TENBY : 08/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire, merci bien
PROFESSION : Elle se cherche, disons
REPUTATION : ça a l'air d'être une fille bien, l'ainée Harris. Après tout, elle a pris soin de son père, puis de sa soeur mais... elle a l'air différente, depuis que sa soeur a fugué. On a du mal à la cerner.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Mar 15 Mar - 0:07

La nourriture… Pourquoi diable fallait-il que leur premier vrai sujet de conversation (autrement dit, une discussion qui ne tournait pas autour de la fugue d’Almeda) soit sur la nourriture ? Brianna avait cherché très tôt à contrôler son poids, parce qu’il lui fallait une certaine carrure pour pouvoir prétendre à une carrière de danseuse professionnelle. Compter les calories, bannir les matières grasses, réduire les sucres sous toutes leurs formes : c’était devenu un automatisme pour la Galloise qui s’était privée depuis bien trop longtemps pour pouvoir se réjouir à l’idée d’un repas quelconque. Toutefois, elle savait d’avance qu’elle ferait bonne figure, si un jour Liam venait à cuisiner pour elle, un peu comme elle le faisait lorsque ses grands-parents les recevaient pour le sacro-saint déjeuner dominical en famille. Au moins, elle doutait qu’un quelconque Cartwright se permette de lui faire remarquer qu’elle était bien trop maigre à son goût, avant de la resservir ou de la forcer à finir son assiette… Restait qu’elle avait bien du mal à trouver quoi dire, et surtout, à rejoindre le professeur de philosophie dans son enthousiasme pour la nourriture. Elle opta donc pour la sécurité et décida de rebondir en partageant une anecdote différente, pour tenter de les éloigner de ce sujet qui la mettait mal à l’aise :

« La Pavlova ? Un des chorégraphes du ballet est un presque passionné et farouche défenseur du fait que c’est un chef australien qui a inventé la recette. On avait deux danseuses néo-zélandaises et dès que quelqu’un avait le malheur de prononcer le mot « pavlova », il y avait un débat sans fin dans les cinq minutes qui suivaient… »


Elle rit un peu, en repensant à ces moments passés là-bas, à l’ambiance particulière qui régnait dans le groupe. C’était électrique, ça bougeait tout le temps et, malgré les coups bas de certains, la solidarité de sa troupe lui manquait. Brianna était perdue à Tenby, alors même que c’était sa ville natale. A l’autre bout du monde, elle avait toujours eu l’impression d’être à sa place. Fort heureusement, leurs boissons arrivèrent et elle chassa d’un rapide geste de la tête la nostalgie qui commençait à la gagner. Liam lui servit à son tour une anecdote, à propos d’une soirée passée. Comme pour le décomplexer de son côté trop sérieux (qu’elle appréciait chez lui), la danseuse lui expliqua qu’elle non plus n’était pas du genre à faire des folies. Enfin, elle aurait dû ajouter autrefois puisque depuis le décès de son père, elle s’était laissée aller à expérimenter d’autres choses. Pas de la Margarita, peut-être, mais à peu près tout ce qu’on déconseille d’habitude à ses enfants. En somme, rien qu’elle ne comptait avouer à quelqu’un comme Liam Cartwright.

« C’est bon, oui. » répondit-elle simplement, au sujet de sa Margarita.

Elle aimait bien, et elle n’était pas suffisamment connaisseuse pour pouvoir s’étendre en explications ou comparaisons quelconques. Elle préféra le questionner, curieuse de savoir s’il avait effectivement relevé le gage qu’on lui avait donné. Elle rit avec lui en découvrant le défi auquel son ami l’avait soumis puis attendit la suite, pendue à ses lèvres. Une petite moue déçue accueillit le fait qu’il s’était dégonflé. Brianna comprenait toutefois qu’il préfère se montrer raisonnable en public ; là encore, elle était à peu près pareil. Elle le taquina tout de même :

« Ou alors, certaines de tes élèves auraient trouvé un regain d’intérêt à la philo… ! » suggéra-t-elle, en se remémorant elle-même ô combien la matière lui avait semblé barbante, au lycée.

Si elle aurait beaucoup aimé échanger son vieux croûton de professeur par un aussi séduisant que Liam, Brianna réalisa un peu tard qu’elle venait peut-être de faire une bourde. Il n’y avait pas si longtemps, une élève avait accusé le père de famille de l’avoir harcelée. Elle s’empressa donc de balbutier :

« Enfin, excuse-moi, c’était maladroit, avec l’histoire de cet été… »

Elle grimaça, un peu piteuse, avant de boire une gorgée pour occuper ses mains. Puis, comme Liam la relançait, la blonde lui adressa une mine à moitié surprise, à moitié rieuse, avant de répliquer :

« Moi ?! Tu sais bien que j’ai dû passer plus de temps face à un miroir et à la barre que dans ma propre chambre… ! » plaisanta-t-elle avant de réfléchir brièvement. « Il y a bien eu cette fois… J’étais un peu peste. Ou plutôt, je voulais impressionner les autres filles. Je venais d’arriver à l’internat et certaines, qui étaient plus âgées et déjà là l’année précédente, m’ont mise au défi de mener la vie dure à autre nouvelle. Je lui ai piqué sa serviette et ses affaires qu’elle avait posées devant la douche, un matin. Elle a dû arpenter tous les couloirs, nue, pour retourner à sa chambre… Quand j’y repense, je m’en veux mais à l’époque c’était un peu… excitant, je dirais. Les autres filles étaient enchantées et prêtes à m’intégrer à leur groupe, et puis, c’est toujours un peu rassurant de savoir qu’on n’est pas le bouc émissaire, quand on est gosses… » Elle sourit en haussant un peu les épaules : « Bref, c’est un de mes petits secrets un peu sombre, disons. »

Elle se garda bien de lui dire qu’elle avait déjà fait pire pour réussir ou briller en danse. Et puis, surtout, que ses secrets s’obscurcissaient un peu plus depuis qu’elle avait enterré son père et s’était retrouvée coincée à Tenby, loin de sa passion, loin de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Mar 15 Mar - 8:49


En entendant Brianna faire le récit du débat inévitable entre un chorégraphe Australien et deux danseuses Néo-Zélandaises dès qu’il était question du dessert litigieux, Liam ne fut guère surpris. Lui-même était habitué à cette discussion sans fin et jusqu’ici, personne n’avait réussi à trancher. Bien entendu, Liam avait bien envie de croire que c’était dans son propre pays que la Pavlova avait été inventée, mais c’était sûrement plus par fierté patriotique que par réelle conviction. Bien loin de la Nouvelle-Zélande, il en avait oublié cette querelle culinaire depuis longtemps… Ainsi que beaucoup d’autres choses, sûrement. La sympathie toute polynésienne des gens lui manquait, la chaleur qu’il ressentait mieux que dans cette petite ville européenne, l’ambiance générale dans un pays où il faisait bon vivre. Si ça n’avait tenu qu’à lui, Liam serait retourné habiter là-bas depuis plusieurs années déjà. Mais il n’était pas sûr que l’idée plaise à sa femme ; en outre, il ne pouvait tout bonnement pas aller vivre à plusieurs milliers de kilomètres de ses frères et soeurs. Savannah et Crystal se débrouillaient très bien, certes. Quant à Matthew et à Rachael, ils avaient pris leur indépendance depuis peu. Mais les trois petits étaient encore jeunes, ils avaient besoin d’une présence, d’un pilier, d’une épaule. Habitué à jouer ce rôle depuis un nombre incalculable d’années, l’aîné des Cartwright n’aurait certainement pas pu l’abandonner. Il ne pourrait se résoudre à soumettre l’idée d’un déménagement à sa femme que quand ses cadets seraient tous adultes, posés, capables de se débrouiller relativement seuls, voire presque dégoûtés de lui. En attendant, il s’était accommodé de la vie à Tenby depuis bien longtemps, acquérant même l’estime d’un bon nombre de ses habitants. Néanmoins, il préférait largement les charmes du petit pays océanien qui avait toujours ravi son coeur. Parler avec quelqu’un comme Brianna lui faisait du bien. Elle était certes originaire de la bourgade galloise et c’était l’Australie qu’elle connaissait ; mais au moins, elle était capable de comprendre certaines choses bien mieux que beaucoup d’autres personnes. Le temps qu’elle avait passé à l’étranger lui avait sûrement ouvert l’esprit et elle avait connu des joies qui n’étaient pas toujours familières aux Européens. Rien que l’évocation d’un petit dessert mettait le baume au coeur de Liam, alors… « Oh oui, je connais ! Je ne lançais jamais, jamais ce sujet-là quand des Australiens étaient présents. C’était s’aventurer en terrain trop miné. »

Le père de famille porta à nouveau son verre à sa bouche. Depuis combien de temps n’avait-il plus pris simplement une bière au bar ? Même en faisant un effort de concentration, il ne réussissait pas à s’en souvenir. Cette vie-là, nocturne, juvénile, il l’avait oubliée depuis longtemps… Il n’était pas si vieux que ça, mais il avait parfois l’impression d’avoir bien plus d’années au compteur que certaines quadragénaires qui étaient encore célibataires et sans progéniture. Quoi qu’il en soit, il appréciait de se poser, tranquillement, sans avoir à se soucier outre mesure d’un bout de chou qui renverserait son verre d’eau, d’un autre qui se mettrait du feutre sur les vêtements et d’un dernier qui manquerait de se casser la figure à la moindre marche. Bien entendu, Liam aimait ses enfants plus que tout au monde. Il avait seulement oublié ce que c’était, de faire une pause pour quelques minutes… Oublié à quel point ça pouvait faire du bien. Après, il n’en serait probablement que plus ravi encore de retrouver ses petits monstres. Pour l’instant, il se contentait d’apprécier le calme alentour, s’amusant de certains détails autour de lui, se plaisant à discuter avec Brianna. Son sourire ne s’effaça même pas lorsqu’elle évoqua ses élèves, insinuant qu’elles auraient pu être charmées par ses performances à la chanson, dans un cadre aussi particulier. En revanche, il se sentit un peu mal à l’aise lorsqu’elle s’excusa, comme si elle s’y sentait obligée. « T’inquiète pas, c’est pas grave. » Cette histoire continuerait-elle à lui pourrir la vie pendant longtemps ? C’était probable. Depuis quelques semaines déjà, le professeur réfléchissait à une reconversion. Avec un peu de chance, ça ne tarderait peut-être pas trop. Il avait toujours considéré l’enseignement comme le métier noble par excellence. Transmettre ses connaissances, aussi maigres soient-elles, à la génération future, n’était-ce pas l’une des plus belles choses au monde ? Néanmoins, après une accusation aussi calomniatrice, Liam avait un peu perdu le goût pour son travail, développant de nettes tendances à la paranoïa dès qu’il s’agissait de jeunes filles. Néanmoins, en entendant une anecdote légère, Liam ne put s’empêcher de rire. « C’était vraiment vache, ce coup-là ! La pauvre fille… » Il reprit une gorgée de bière. « Mais j’imagine qu’on a tous nos sombres secrets. » C’était un terrain sur lequel il n’était pas forcément prudent de s’aventurer… « Qu’est-ce que tu en as pensé, toi, de cette histoire de harcèlement ? Honnêtement… Je serais pas vexé, hein. » Enfin, si, il serait sûrement vexé. Après tout, Brianna le connaissait depuis longtemps… Mais ils s’étaient aussi perdus de vue pendant plusieurs années. Il espérait seulement ne pas être trop mauvais pour cacher une quelconque déception si la blondinette lui donnait une réponse qui ne correspondait pas à celle qu’il aurait espérée. « On n’est pas obligés de parler de ça, c’est juste que… Je sais pas. Des fois, ça me travaille encore aujourd’hui. Beaucoup disent qu’ils me croient sans hésiter, mais… Parfois, j’en suis pas si sûr. »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : JANE SMITH
TES DOUBLES : Alors, nous avons : Abbey, Jean, Sam et Eirian...
TON AVATAR : Lily James
TES CRÉDITS : freesia (ava)
TA DISPONIBILITE RP : Liam ; Cody (défi RP)
RAGOTS PARTAGÉS : 1536
POINTS : 775
ARRIVÉE À TENBY : 08/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire, merci bien
PROFESSION : Elle se cherche, disons
REPUTATION : ça a l'air d'être une fille bien, l'ainée Harris. Après tout, elle a pris soin de son père, puis de sa soeur mais... elle a l'air différente, depuis que sa soeur a fugué. On a du mal à la cerner.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Lun 11 Avr - 23:22

« Enfin, on sait tous que la Pavlova vient d’Australie… » affirma Brianna avec sérieux, avant de se laisser aller à sourire puis à rire doucement, pour montrer qu’elle plaisantait.

Peut-être que c’est parce qu’elle ne venait pas de là-bas, mais elle s’était toujours sentie étrangère au débat qui animait pourtant certaines de ses connaissances passionnément. Elle aurait pu affirmer sans peine qu’elle se fichait pas mal de la paternité de ce dessert - tout comme la gastronomie en général la laissait plutôt indifférente. Cela dit, la danseuse n’avait jamais voulu passer pour une rabat-joie, alors elle avait toujours fait mine de s’intéresser aux arguments des uns et des autres, quitte à en plaisanter par derrière, avec d’autres non-initiés. La demoiselle chassa d’une gorgée un élan de nostalgie. Elle n’avait pas le temps de pleurer sur ce qu’elle avait laissé derrière elle. C’était trop tard pour ça. Elle avait choisi de rester, pour retrouver Almeda ; elle ne retournerait donc plus jamais en Australie. La conversation s’orienta fort heureusement dans une autre direction, bien loin de l’Océanie qu’ils avaient en commun. A sa grande surprise, Brianna put imaginer un Liam un peu différent de celui qu’elle s’était dépeint. Bon, il n’était pas encore du genre à chanter torse nu, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il ait des amis qui lui lancent de tels défis. Bien évidemment, elle ne put s’empêcher de plaisanter à propos de son anecdote puis se reprit en réalisant que ses paroles avaient pris une tournure un peu trop réaliste. Elle n’avait jamais discuté de cet incident avec le père de famille, mais la blonde était bel et bien au courant du fâcheux incident qui l’avait opposé à une de ses élèves. Toute la ville savait, pour ainsi dire, bien que les versions différaient parfois. Etrangement, entendre certains cracher sur la réputation de Liam, douter de sa bonne foi, touchait bien plus Brianna qu’elle ne l’aurait cru. Et instinctivement, elle imaginait que lui non plus, ne prenait pas la chose si bien que cela. Il eut beau lui assurer que ce n’était pas grave, la danseuse n’y crut qu’à moitié. Elle s’efforça tout de même de parler d’autre chose, et assouvit donc sa curiosité en lui fournissant une anecdote qu’elle espérait croustillante à son sujet. Rapidement, ils retrouvèrent un ton plus léger et, comme il compatissait avec la fille qu’elle avait embêtée, plus jeune, Brianna lui assura :

« Bof, tu sais, elle a fait un peu la même chose aux nouvelles, l’année suivante. Et on se faisait des coups vache souvent, un peu parce que ça nous occupait, un peu par esprit de compétition… » avoua-t-elle avec un demi-sourire. « Au cas où tu en doutais, les filles sont terribles entre elles. Tu dois l’avoir remarqué, peut-être, avec tes sœurs… ? » demanda-t-elle.

Elle se demanda, une demi-seconde, si les choses avaient pris cette tournure avec Almeda parce qu’elles étaient deux filles. Est-ce que tout aurait été différent si elle avait eu un frère cadet ? Brianna était tentée, peut-être par facilité, de répondre par l’affirmative. Elle n’eut pas le temps d’y réfléchir longuement : Liam revenait sur le sujet qu’elle avait soulevé sans le vouloir en l’interrogeant sur les rumeurs qui avaient couru à propos de cette histoire de harcèlement.

« Quand j’en ai entendu parler la première fois, quand on m’a dit qu’une élève s’était plainte de toi, j’y ai pas cru une seule seconde. J’ai pensé qu’il y avait une explication cohérente, alors quand il s’est avéré qu’elle avait menti, ça m’a semblé logique, tout simplement. Peu importe pourquoi elle a agi comme ça, au moins, toute cette histoire prenait du sens. » Elle grimaça un peu et ajouta, plus prudemment : « Bien sûr qu’il y aura toujours des gens pour dire que tu dois l’avoir cherché. Tu sais, ceux qui affirment qu’il n’y a pas de fumée sans feu ou des conneries du genre… Je sais qu’il y a même des gens qui s’inventent je ne sais quelle histoire pour expliquer la fugue de ma sœur. Mais, leur avis compte pas, non ? Ce qui compte, c’est que ceux que tu aimes te croient et… C’est le cas, non ? » demanda-t-elle plus sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Jeu 5 Mai - 8:19


Une charmante petite discussion culinaire avait remis un peu de baume au coeur de Liam qui, malgré une vie agréablement remplie, avait toujours des soucis dans la tête. Mais en réalité, ce n’était pas pour lui-même qu’il se préoccupait, mais seulement pour Almeda et Brianna. En ce qui concernait la première, il avait l’impression de faire tout ce qu’il pouvait… Mais pour la deuxième ? Est-ce qu’il avait la possibilité de la soutenir un peu plus que ce qu’il ne faisait déjà ? Peut-être. Sûrement, même. C’était la raison pour laquelle il décidait de prolonger le moment en sa compagnie. En-dehors du fait qu’il l’appréciait, il ne pouvait pas tout simplement la laisser tomber alors qu’elle venait de subir une déconvenue… Et la conversation coulait, plus facilement qu’il ne l’aurait imaginé. Il aurait pensé que Brianna serait déprimée. Oh, elle l’était, à n’en pas douter… Mais elle ne le montrait pas et surtout, elle ne répondait pas à ses questions par des monosyllabes, une difficulté qu’il avait souvent rencontrée avec sa soeur adolescente quand elle était triste. La blondinette devait certainement être soulagée de ne pas se retrouver seule dans l’immédiat. Ces dernières semaines, elle donnait l’impression à Liam de vivre comme un fantôme. Elle ne devait pas parler à grand-monde, en-dehors des flics auxquels, d’après ce qu’il avait compris, elle rendait visite assez régulièrement. Il ne pouvait s’empêcher de se demander si elle maintenant des contacts fréquents avec ses grands-parents. Après tout, il savait que pour Evelyn, le repas familial dominical était sacro-saint. Mais comment supporter un repas familial alors que la plus jeune se retrouvait dans la nature, livrée à ses propres moyens ? Ça lui paraissait bien difficile ; l’ambiance serait, à tous les coups, sacrément lourde.

Heureusement, ce n’était pas le cas à l’instant précis, au grand soulagement de l’aîné des Cartwright. Brianna s’était mise à parler des années qu’elle avait passées dans un ballet australien, où elle avait connu de bons comme de mauvais moments. L’idée de filles s’infligeant des coups bas entre elles faisait plutôt rire Liam. Ce n’était évidemment pas quelque chose qu’il connaissait à proprement parler, mais il était entouré de suffisamment de femmes pour avoir une idée très précise de ce que la Harris lui expliquait. « J’aime à croire que mes soeurs sont gentilles, mais… Tu as sûrement raison. D’ailleurs, il y a peu de choses que je craigne autant au monde que la fureur d’une femme. » Lui, quand il se fâchait, il était sûrement flippant, peut-être en raison de sa corpulence… D’ailleurs, ses enfants prenaient garde à ne pas trop l’énerver. Mais il avait l’impression d’être bien moins impressionnant qu’une femme qui était vraiment en colère. Tout était permis, à ce moment-là. « Mais à l’école, je suis assez régulièrement confronté à ce genre de problèmes… Une fois, en plein cours, l’une de mes élèves s’est rendu compte que toutes les feuilles de son classeur étaient déchirées, ses affaires gribouillées… J’ai fini par apprendre que l’une de ses camarades avait fait ça parce qu’elle avait pensé que l’autre regardait un peu trop son copain. Y’a sûrement eu pire, mais crois-moi quand je te dis que la punition a été conséquente… J’ai jamais rien compris à ces histoires de gamines. Du côté de la puérilité, on atteint des sommets, au lycée. » Sur la lancée de ses élèves, Liam avait poursuivi en parlant de celle qui l’avait accusé de harcèlement. Brianna avait ramené le sujet sur le tapis sans le vouloir et c’était sûrement une bonne idée de rester sur ses excuses et de passer à autre chose… Mais maintenant qu’elle en parlait, le père de famille éprouvait soudain le besoin ce qu’elle en pensait vraiment, peut-être tout simplement parce qu’elle le connaissait depuis des années et qu’il espérait bien qu’elle le voyait comme quelqu’un de confiance. En l’entendant s’exprimer, il se retint difficilement de pousser un soupir de soulagement, avant de reprendre une gorgée de bière. Brianna avait répondu d’une manière tellement spontanée qu’il était difficile de douter de sa sincérité. « Merci… Tu sais pas à quel point ça me fait du bien d’entendre ça, surtout venant de ta part. » Il s’agita, toujours un peu mal à l’aise. Elle avait raison. Même s’il était quelque peu attaché à sa bonne réputation, l’avis des habitants n’était pas le plus important… Mais en ce qui concernait le reste ? « Oui, bien sûr qu’ils me croient. Enfin… Mes frères et soeurs me croient, sans la moindre hésitation. Mon Josh aussi… Il est assez grand pour entendre parler de ce genre de choses et même si ça m’a tué, j’étais obligé de lui expliquer deux ou trois trucs. » Il hésita un peu. « Ma femme… Elle dit qu’elle me fait confiance et je la crois, mais… Des fois, j’ai l’impression qu’elle est un peu plus méfiante… Elle me pose plus de questions, surtout si je suis en retard ou quoi que ce soit dans le genre. J’imagine que c’est normal, mais… C’est un peu lourd et ça me vexe presque… C’est sûrement bête de te demander ça, surtout qu’on sait jamais vraiment tant qu’on n’est pas dans la situation, mais… Tu penses que tu aurais réagi de la même façon ? »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : JANE SMITH
TES DOUBLES : Alors, nous avons : Abbey, Jean, Sam et Eirian...
TON AVATAR : Lily James
TES CRÉDITS : freesia (ava)
TA DISPONIBILITE RP : Liam ; Cody (défi RP)
RAGOTS PARTAGÉS : 1536
POINTS : 775
ARRIVÉE À TENBY : 08/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire, merci bien
PROFESSION : Elle se cherche, disons
REPUTATION : ça a l'air d'être une fille bien, l'ainée Harris. Après tout, elle a pris soin de son père, puis de sa soeur mais... elle a l'air différente, depuis que sa soeur a fugué. On a du mal à la cerner.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Sam 2 Juil - 0:09

De la gastronomie, la conversation avait dévié vers quelques souvenirs de Brianna. Ses années à l’école de danse lui avaient donné l’occasion de faire plus d’une crasse à ses camarades, même si elle n’en avait avoué qu’une seule à Liam. Fort heureusement, loin de s’en offusquer, le Néo-Zélandais préféra s’en amuser. Cela n’empêcha pas la blonde de tenter de minimiser le côté peste qu’elle avait pu expérimenter dans sa jeunesse. Elle le questionna à propos de ses sœurs, et de leur attitude entre elles. Elle sourit, s’amusant un peu de la naïveté du Cartwright qui qualifiait les membres féminins de sa fratrie de « gentilles ». Elle arqua un sourcil à son aveu suivant et se demanda s’il faisait mention des femmes en général ou de celle qui partageait sa vie. La Galloise était tout de même trop bien élevée pour poser ouvertement la question et le laissa donc poursuivre. Il fit mention de ses élèves qui, elles aussi, se menaient la vie dure, pour des histoires de garçon. Brianna ne s’était jamais battue pour s’attirer les faveurs d’un garçon, plus encore à l’époque du lycée. Elle était alors plus intéressée par ses performances à la barre que par le sexe opposé. Et, même si la danse ne faisait plus partie de sa vie aujourd’hui, il fallait bien avouer que les choses n’avaient pas vraiment changé à propos des hommes. Brianna n’était pas une séductrice et se laissait rarement séduire, si bien qu’elle se désintéressait totalement de la gent masculine. Elle tenta toutefois de prendre la défense des lycéennes, que Liam taxait de puériles :

« Je suppose que c’est pas facile, comme période, aussi. Même si je suis d’accord qu’elles ont sûrement mieux à faire que de se chamailler pour un garçon… »

Elle haussa les épaules et but une nouvelle gorgée de son cocktail. Parler des élèves servit apparemment d’introduction à Liam pour aborder un sujet qui semblait lui tenir à cœur : la fausse accusation de harcèlement dont il avait été victime, l’été dernier. Il interrogea Brianna à ce sujet, cherchant à savoir ce qu’elle en avait pensé. La demoiselle hésita une seconde, cherchant à se remémorer ce qui lui était passé par la tête quand elle avait entendu la rumeur à propos du professeur de philosophie. Elle avait aussi conscience que, même s’il assurait qu’il ne serait pas vexé par une réponse honnête, elle pourrait le blesser en lui donnant l’impression d’avoir douté de lui. Alors, la blonde s’efforça de retracer les événements en expliquant la façon dont elle les avait ressentis. Elle avait été soulagée d’apprendre que l’élève en question avait avoué avoir menti pour se venger d’une mauvaise note, mais elle se garda bien de le mentionner à Liam, peu désireuse de remuer des souvenirs douloureux. Si elle avait craint que cette histoire prenne des proportions catastrophiques, Brianna n’avait jamais douté de la bonne foi de son ami et elle l’avait défendu face à des commères, leur rappelant au passage le principe de la présomption d’innocence. Elle n’avait toutefois pas eu la possibilité de le soutenir autant qu’il l’aurait mérité ni même le loisir d’entendre sa version des faits. Elle rappela tout de même au père de famille de ne pas tenir compte de l’avis des autres, tant que ceux qu’il aimait le croyaient. Sauf qu’elle commençait à douter que cela soit vraiment le cas, sans quoi Liam n’aurait pas paru aussi préoccupé. Elle se décida donc à l’interroger à ce propos. Elle fut d’abord soulagée quand elle comprit que les proches de son ami le soutenaient mais perçut son hésitation. Quelque chose clochait et il lui confia bientôt ses ressentiments vis-à-vis de l’attitude de sa femme. Cette fois-ci, Brianna fut prise de court lorsqu’il lui posa une nouvelle question. Elle écarquilla les yeux et balbutia rapidement :

« Euh… Je… J’en sais rien. » Ses joues s’empourprèrent bien vite et elle s’empressa d’ajouter, pour expliquer sa réaction : « J’ai jamais vraiment été en couple, tu sais. Mais, si je peux me permettre, elle n’a pas vraiment l’attitude d’une personne qui te fait confiance. » Elle se pinça les lèvres, hésitant un peu avant de suggérer : « Tu as essayé de lui en parler ? »

Jouer les conseillères matrimoniales, c’était bien la dernière chose que Brianna s’était attendue à faire ce soir. Mais, si elle ne pensait pas être la mieux placée pour le faire, la blonde était prête à jouer le jeu pour Liam. Il avait fait tellement pour elle que lui retourner la faveur devenait presque une obligation, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Sam 2 Juil - 5:10


Si la vie de Liam n’avait pas été aussi lisse que ce beaucoup d’habitants de Tenby imaginaient, il n’en demeurait pas moins vrai qu’il n’avait jamais eu l’impression de se retrouver dans une situation aussi embarrassante. Oh, il y avait bien eu cette fois où Sam Powells l’avait embrassée au lycée, devant à peu près tout le monde… Avec l’esclandre qui en était résulté, le jeune homme qu’il était encore se serait volontiers réfugié dans un trou de souris s’il avait pu le faire. Il avait bel et bien eu honte que Kayla en vienne presque aux mains, peut-être aussi parce que c’était en partie de sa faute. Il n’avait jamais encouragé Sam à proprement parler, mais le fait qu’il ne sache pas se montrer très ferme (voire méchant) n’avait assurément pas joué en sa faveur. Alors oui, il aurait préféré disparaître à ce moment-là… Mais aujourd’hui, c’était encore pire. Aujourd’hui, il avait des enfants, une précieuse progéniture à laquelle il aurait voulu épargner la moindre difficulté dans la vie. Aujourd’hui, il était professeur, un poste à responsabilités, un poste où en théorie, les parents lui faisaient confiance pour enseigner une discipline en particulier à leurs chers rejetons. Il aurait vraiment souhaité être au-dessus de tout soupçon. Et même si rien que l’idée d’entretenir une relation déplacée avec l’une de ses élèves l’écoeurait, le Néo-Zélandais était bien forcé d’admettre qu’aujourd’hui encore, cette histoire le poursuivait. Il avait tout fait pour la mettre derrière lui, sauf qu’au fond, certaines traces paraissaient indélébiles… Un jour, Arthur Pierce lui avait raconté l’histoire d’un vieux sage et d’un coussin à plumes. Une fois le coussin éventré et les plumes éparpillées avec le vent, il était impossible de les récupérer. Il en était de même pour les propos, parfois lourds de conséquences, des uns et des autres. Si ça se trouvait, les accusations portées contre lui, quoique démenties, ne le quitteraient jamais vraiment… Et cette éventualité déprimait Liam à un tel point qu’il en était venu à se confier à la pauvre Brianna, alors que celle-ci avait déjà des fardeaux suffisamment lourds à porter sur de bien frêles épaules. En effet, elle avait des soucis autrement plus importants que d’aider un vieil ami à se remettre d’une atteinte à sa réputation, aussi dégradante soit-elle.

Malheureusement, sur le moment, le professeur de philosophie ne s’en rendait pas vraiment compte. Trop préoccupé par ce sujet de conversation alors qu’il ne se souvenait même plus comment ils en étaient arrivés à parler de ça, il avait presque oublié qu’à la base, ils n’étaient pas là pour lui. Alors il continuait à s’ouvrir à elle, même si ce n’était pas dans ses habitudes. En général, s’il voulait discuter sérieusement, il le faisait avec sa femme… Sinon, quand ce n’était pas vraiment envisageable, il se tournait vers Savannah, sa plus fidèle alliée depuis toujours. Et s’il avait envie d’un avis masculin (ce qui était néanmoins plus rare), il pouvait toujours se tourner vers Wade. Mais en temps normal, il essayait d’éviter de trop se confier à des femmes, parce qu’il savait que ça pouvait devenir ambigu, ou encore parce qu’il savait que sa femme n’apprécierait tout simplement pas. Sauf qu’il fallait croire que ce soir-là, ce n’était pas tout à fait normal… C’était la première fois depuis longtemps qu’il avait l’occasion de s’exprimer à coeur ouvert et il n’avait encore jamais sollicité d’avis extérieur à sa famille. Peut-être n’était-ce pas une mauvaise idée, après tout ? Liam n’était sûr de rien, mais ce qu’il savait, c’était ce que ça lui faisait du bien de parler un peu de ce qui lui tenait à coeur. Il avait trop l’habitude de tout garder pour lui et de s’occuper surtout des autres… Et puis, même si elle était peut-être victime d’un sursaut d’égoïsme de la part du Cartwright, la jolie blonde ne paraissait pas lui en tenir rigueur. Certes, elle sembla embarrassée par la question et ses joues se teintèrent même d’une couleur légèrement rose. Mais même si elle chercha à s’expliquer, elle ne donnait pas l’impression d’essayer de se dérober. Elle était peut-être tout simplement aussi désolée que désarmée. « De toute façon, tu as bien le temps avant de penser à te mettre en couple… » En ce moment, Liam avait un peu de mal, alors il ne risquait pas de s’amuser à conseiller aux autres de se caser. Et ça ne risquait pas de s’améliorer, vu que Brianna allait dans le même sens que lui, du moins en apparence. « Oui, bien sûr que j’ai essayé de lui en parler… Mais elle a horreur de discuter de ça. On dirait presque qu’elle a peur que ça porte malheur, ou… Enfin bref, j’imagine qu’elle veut juste pas remuer le couteau dans la plaie. Elle m’a assuré qu’on avait mis tout cette histoire derrière nous depuis longtemps, mais alors je ne m’explique pas vraiment son attitude un peu distante. » Il but à nouveau une gorgée de sa bière. « Oh et puis tu sais quoi ? Je suis désolé. Tu as d’autres chats à fouetter, je ne devrais pas t’imposer ça… Je suis pas de bonne compagnie ce soir et je sais que c’est pas ce qu’il te faut… Tu préfères peut-être que je te raccompagne à l’étage ? »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : JANE SMITH
TES DOUBLES : Alors, nous avons : Abbey, Jean, Sam et Eirian...
TON AVATAR : Lily James
TES CRÉDITS : freesia (ava)
TA DISPONIBILITE RP : Liam ; Cody (défi RP)
RAGOTS PARTAGÉS : 1536
POINTS : 775
ARRIVÉE À TENBY : 08/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire, merci bien
PROFESSION : Elle se cherche, disons
REPUTATION : ça a l'air d'être une fille bien, l'ainée Harris. Après tout, elle a pris soin de son père, puis de sa soeur mais... elle a l'air différente, depuis que sa soeur a fugué. On a du mal à la cerner.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Ven 22 Juil - 1:58

Brianna aurait eu bien du mal à définir la relation qu’elle entretenait avec Liam. Elle devinait bien que l’attention qu’il lui portait avait été, au moins au départ, le fait de ses liens avec les Harris et, peut-être, du souvenir de moments partagés lors de leur enfance. Elle savait aussi qu’elle pouvait compter sur ses conseils et son soutien, qu’il n’hésiterait pas à la dépanner à une heure indécente s’il le fallait (bien qu’elle n’aurait jamais envisagé le contacter en pleine nuit). Il était une oreille attentive, une épaule sur laquelle se reposer, au moins de temps à autre. Mais elle ne pouvait pas dire pour autant qu’ils se connaissaient vraiment ; ils ne se voyaient pratiquement que quand cela concernait Almeda. Et l’ambiance était toujours trop lourde, trop sérieuse entre eux. La Galloise était donc contente d’avoir pu discuter sur un ton un peu plus léger avec le père de famille. Mais elle n’avait pas eu le temps de finir son verre que, déjà, ils abordaient un sujet plus grave. Bien évidemment, Brianna connaissait la fausse accusation dont le professeur de philosophie avait été victime, plusieurs semaines auparavant. Elle savait aussi que certains restaient sceptiques à propos du démenti officiel de la demoiselle qui l’avait accusé. Les rumeurs couraient encore au sujet du Cartwright mais elles finiraient sans aucun doute par se calmer, surtout que les commères trouveraient bien un nouveau sujet de conversation. Ils n’avaient jamais abordé cette histoire, tous les deux, si bien que l’ancienne danseuse avait fini par croire que le principal concerné comme ses proches, avaient mis ce problème derrière eux. Elle comprit bien vite qu’elle s’était apparemment montrée trop optimiste et retint une moue désolée lorsqu’il lui fit comprendre que sa femme doutait de lui. Si la blonde sentait bien qu’elle aurait dû le rassurer à propos de son mariage ou de l’attitude de Kayla, elle avait du mal à tenir ce rôle. Elle tenta bien d’enrober son avis sous quelques politesses, s’efforça de garder un visage neutre face aux explications de Liam… Mais ses bonnes résolutions flanchèrent quand elle vit le brun si perdu, littéralement désemparé face au manque de confiance manifeste de sa propre épouse. Brianna tenta bien de se résonner, et garda le silence quelques secondes encore. Sauf que lorsque le Néo-zélandais alla jusqu’à lui affirmer qu’elle devait avoir d’autres chats à fouetter, et amorça un signal de départ, l’ancienne danseuse ne put garder le silence plus longtemps. Elle secoua rapidement la tête, espérant lui ôter l’idée de la tête :

« Non, non, ne dis pas ça… Tu ne m’imposes rien. Pour tout dire… Je suis contente que tu m’aies parlé de tout ça. » Elle se pinça les lèvres, puis reprit tout en fixant son verre : « Tu sais, j’ai l’impression qu’on n’aborde jamais rien de grave ou de sérieux avec moi… Qu’on ne parle jamais des sujets qui fâchent ou qu’on ne me demande jamais mon avis sur rien. Comme si on avait peur que je craque à tout moment… » souffla-t-elle avec un sourire désolé.

Elle se doutait bien de ce qu’on pouvait dire à son propos, la pauvre Brianna, qui avait perdu ses deux parents d’un cancer, puis avait fait fuir sa propre sœur. Elle surprenait bien les regards désolés qu’on lui lançait, devinait les conversations qu’on échangeait en la croisant… Même ses propres grands-parents semblaient vouloir la ménager à tout prix.

« Mais j’ai pas envie qu’on me ménage comme ça ! Parce qu’au final, on ne me parle jamais vraiment, tu sais… »
se risqua-t-elle à avouer en croisant le regard de Liam. Avouer cela à voix haute la rendit un peu trop sensible, au point qu’elle sentit sa voix trembler en fin de phrase. La blonde secoua rapidement la tête pour se reprendre : « Excuse-moi. » Puis, aussi bien pour conclure leur conversation que pour changer de sujet, elle reprit : « Je ne sais pas si je suis la mieux placée pour te conseiller. Je ne connais pas si bien Kayla, au fond. Et puis, comme je t’ai dit, je n’ai jamais eu de relations comme celle que tu peux avoir… Mais tu devrais lui parler, qu’elle le veuille ou non. Peut-être que vous devriez le faire avec… Je sais pas… Quelqu’un d’autre. Une sorte de médiateur, quelqu’un à qui vous feriez confiance, qui écouterait le point de vue de chacun. » tenta-t-elle, suggérant le recours à la fameuse thérapie de couple qui guérissait bien des maux. Elle haussa finalement les épaules : « A toi de voir. Mais vous avez traversé suffisamment d’épreuves pour faire face à celle-ci, non ? » proposa-t-elle.

Ils étaient tellement nombreux à vanter le mariage de Liam et Kayla, en ville, que cela ne pouvait pas être autrement. Pourtant, Brianna avait du mal à sympathiser avec la femme jalouse qu’elle devinait au travers des mots du brun. Elle songea toutefois aux enfants du couple, qui avaient besoin que leurs parents soient unis. Et puis, elle se rappela à quel point Liam tenait à sa famille, aimait les siens, et réalisa qu’elle n’était qu’une distraction qui, au mieux, lui permettait d’échapper à une ambiance trop lourde, le temps d’une virée pour vérifier une piste à propos d’Almeda. Ou d’un verre, comme ce soir. Le cœur soudainement lourd, elle lâcha de manière abrupte, coupant peut-être Liam au beau milieu d’une phrase :

« Tu devrais rentrer. » C’était avec sa femme qu’il devait être, pas avec elle. Brianna força tout de même un sourire pour ajouter : « Ne t’en fais pas, je rentrerai sagement après ce verre, » promit-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : James Franco.
TES CRÉDITS : Schizophrenic + Neon Demon + AmazQueen.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Matthew - Brianna)
À venir : Kayla - Miro.
RAGOTS PARTAGÉS : 4915
POINTS : 2605
ARRIVÉE À TENBY : 22/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 y.o (4.11.82)
CÔTÉ COEUR : Séparé de sa femme, il essaye de se faire une raison.
PROFESSION : Prof de philo.
REPUTATION : Un bon père de famille, respectable et honnête. Alors pourquoi sa femme et lui se sont séparés ? Je me le demande bien ! Je vous avais dit qu'ils avaient voulu se marier trop jeunes...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM Sam 23 Juil - 4:06


Même longtemps après, Liam continuerait probablement à se demander ce qui avait bien pu le pousser à se confier à Brianna. Après tout, ils n'étaient pas si proches que ça... Les années que Brianna avait passées en Australie n'avaient certainement pas aidé. Et même aujourd'hui, malgré une entente tout à fait correcte, ils étaient loin d'être les meilleurs amis du monde. Surtout, surtout, la blondinette n'avait absolument rien demandé. Elle se trouvait seulement là au mauvais moment... Parce que même si c'était pour l'aider qu'il s'étaient retrouvés à la base, il semblait que les rôles se soient un peu inversés. Du moins, il avait fini par décharger ses préoccupations sur elle et, après coup, le trentenaire le regrettait. Ce n'était pas tant le fait qu'elle n'avait rien à voir avec ça, ni même le fait que ça ne se faisait pas de parler de ses problèmes conjugaux avec une autre femme... Il réalisait plutôt qu'il la mettait dans l'embarras. Qu'aurait-il bien pu dire, à sa place ? Pourtant, Liam n'avait pas tant envie d'être consolé ou rassuré que d'être tout simplement écouté. Il n'avait que trop l'habitude d'être celui qui portait tout sur ses épaules, d'être le pilier, d'être celui vers lequel tout le monde se tournait. Un peu comme si lui était inébranlable, comme s'il n'était pas possible qu'il ait ses propres failles... Du coup, avec le temps, l'aîné des Cartwright avait fini par penser qu'il n'avait pas le droit de montrer ses faiblesses. Il devait être là pour les autres, pas l'inverse... Il était le plus âgé de sa fratrie, il avait cinq enfants et il était marié. Il ne devait pas flancher, jamais. La majorité de ses proches avait peut-être oublié qu'il ne restait qu'un simple humain... Et ce soir-là, c'était exactement ce qui ressortait. Pourtant, après avoir en quelque sorte craqué, Liam se mettait à la place de celle qu'il avait connue alors qu'elle n'était encore qu'une petite fille. Il n'avait pas le droit de lui infliger ses soucis, ses craintes et ses déceptions. C'était injuste pour elle... Il voulait qu'elle puisse compter sur lui, pas l'inverse - comme d'habitude, comme si c'était l'histoire de sa vie. Alors finalement, revenant un peu sur terre, il formula ce qui ressemblait à des excuses et proposa de la raccompagner à l'étage. Il ne voulait pas particulièrement mettre fin au moment qu'ils passaient ensemble, mais il se disait que c'était peut-être préférable pour elle. Après tout, Brianna était bien assez chamboulée... Elle n'avait absolument pas besoin qu'il en rajoute une couche. En tout cas, le silence qu'elle laissait s'établir semblait aller dans ce sens.

Toutefois, quand la jeune femme ouvrit finalement la bouche, ce n'était pas du tout pour le rabrouer ni pour bafouiller quelques propos embarrassés. C'était même tout le contraire, puisqu'elle allait jusqu'à affirmer qu'elle était contente qu'il lui ait parlé de ça. En plus, elle avait l'air vraiment sincère... Aussitôt, le Néo-Zélandais eut l'impression que son moral remontait un tout petit peu. Il se sentait écouté et déjà, ça représentait beaucoup pour lui... Alors bien évidemment, il fut attentif au raisonnement de Brianna. En effet, il comprenait ce qu'elle expliquait, puisque lui-même avait nettement tendance à vouloir épargner tous ceux qui composaient son entourage immédiat. Mais maintenant qu'il entendait la fille Harris s'exprimer à ce sujet, il était un peu moins convaincu du bien-fondé de cette attitude. Néanmoins, ce n'était sans doute pas pour autant qu'il en changerait. Pour l'instant toutefois, Liam n'en était pas à la remise en question. Brianna semblait presque au bord des larmes en évoquant ce sujet visiblement sensible et, automatiquement, il posa une main dans le dos de la demoiselle, qu'il caressa un peu. Il avait envie de s'essayer à prononcer des mots réconfortants, mais elle ne lui en laissa pas l'occasion. Elle reprit la parole en revenant à leur conversation, évoquant ce qu'elle pensait être une solution pour le couple qu'il formait avec Kayla. Un peu surpris, le père de famille ne trouva pas de réponse adéquate dans l'immédiat. D'ailleurs, il n'en trouva pas tout court... En effet, c'était une possibilité qu'il n'avait jamais envisagée. Consulter un conseiller conjugal ? Dans son esprit, ça ne sonnait pas très réaliste. Il voyait ça dans les films, oui... Mais qu'en était-il dans la vraie vie ? Cependant, au point où il en était, Liam était prêt à tout ou presque pour sauver son mariage. « C'est une idée, oui... » Il ne savait pas si Kayla serait d'accord, ni même si lui finirait par être un minimum partant. Mais il ne fallait exclure aucune possibilité, car il voulait fournir tous les efforts nécessaires. Pour le meilleur comme pour le pire, il l'avait promis... Et aujourd'hui encore, il le pensait. « J'espère bien qu'on a traversé suffisamment d'épreuves pour faire face à celle-ci. » En tout cas, il voulait le croire, de tout son cœur. Mais alors qu'il réfléchissait un peu plus à l'éventualité suggérée par l'ancienne danseuse, le professeur eut la surprise de se voir soudain congédié. Après qu'elle l'ait rassuré quant au fait qu'il pouvait tout à fait s'épancher, il ne s'attendait pas à ce que leur conversation prenne fin aussi brusquement. Déstabilisé, Liam voulut protester, ou au moins essayer de saisir pourquoi, d'une manière soudaine, elle le renvoyait presque. Mais depuis le temps, il avait peut-être renoncé à comprendre les femmes ou plutôt, il savait à quel point il pouvait être risqué de s'opposer à leur volonté. Alors il renonça bien vite à s'attarder, d'autant plus que son côté raisonnable reprit le dessus. Ses enfants l'attendaient... Et en ce qui concernait sa femme, les choses ne feraient qu'empirer si elle apprenait qu'il avait passé la soirée avec une belle jeune femme qu'il appréciait. Il irait presque dans le sens de ce qu'elle croyait... Un peu désolé en pensant à tout ça, il finit par se lever. Après avoir payé leurs consommations, il se tourna à nouveau vers Brianna, sans trop savoir quoi dire. Il se pencha alors vers elle pour lui faire une bise. « Prends soin de toi. »

_________________


I'll come in and see her breathe and know that had it not been for her, I would never have married. And when I look at her face, a face I know better than my own, I know that I have meant as much or more to her. And that means more to me than I could ever hope to explain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM

Revenir en haut Aller en bas

If you feel like falling down, I'll carry you home tonight. - BRIANNA & LIAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-