AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Ven 13 Nov - 9:56


Le bar. Ça allait finir par devenir l’un des endroits qu’il fréquentait le plus. Peu importait lequel, d’ailleurs. Bon, Sean éprouvait quand même une espèce affection un peu particulière pour le  Three Mariners, principalement pour son ambiance avec des airs américains. Le juke-box, les vieux alcools marchands, la grande collection de bière du monde entier - de quoi le ravir, en somme. Il avait commencé à enchaîner les verres en début de soirée. Maintenant, il était un peu moins de vingt-trois heures. Et il était là. Tout seul. Il avait bu lentement, en mode déprime. Ça n’avait absolument rien à voir avec la soirée qu’il avait passée avec Nate, durant laquelle ils s’étaient tous les deux déchaînés. Non, là, l’ambiance était moins cool pour lui. N’ayant pas à se préoccuper de son colocataire, Sean avait tout le loisir de s’apitoyer sur son propre sort. Et c’était précisément ce qu’il faisait. Pas de grands cris, ni de rires, ni de plaisanteries avec un quelconque inconnu attablé là, ni même de tentatives de séduction à peine voilées alors qu’une belle brochette de femmes était présente. Le jeune homme était seulement assis, fixant son verre d’un regard absent. Son verre était vide. Comme sa vie, au fond. Sur le plan professionnel, il était cité comme un exemple de pure réussite, surtout à son âge. Mais sur quoi ses succès se basaient-ils réellement ? Oh, quelquefois, il avait du mérite. Il travaillait. Il était passionné et doué. Mais ce n’était pas aussi simple que ça. Son atout principal, c’était qu’il savait jouer de ses talents. De sa belle gueule. De son don avec les mots. Et c’était encore pire… Il n’avait pas hésité, à plusieurs reprises, à contourner la loi. Parfois, il avait gagné grâce à des pots-de-vin et à des combines pas très orthodoxes. Chaque homme avait son prix ; il suffisait de découvrir lequel. De l’argent sale ? Il connaissait bien le principe. Du chantage après avoir réussi à découvrir ce qui faisait le plus honte à la partie adverse ou à plusieurs membres du jury ? Sans le moindre scrupule. Coucher avec une juge pour obtenir ce qu’il voulait ? Oui, ça lui était arrivé. Il n’était pas en couple à ce moment-là, mais ça n’avait aucune espèce d’importance. Au final, ça revenait au même. Certaines personnes chantaient ses louanges et si quelque part, il le méritait, il y avait aussi d’autres zones d’ombres qui anéantissaient les quelques efforts sincères qu’il avait bien pu fournir. Un raté, voilà ce qu’il était. Un raté, comme son père le lui avait toujours bien fait comprendre.

Résigné, l’Irlandais commanda une autre bière à l’eau de mer filtrée. Boire pour oublier, c’était devenu l’une de ses activités favorites. Une de ses spécialités, une de plus. Normalement, un soir de semaine, il n’aurait même pas dû être là. Il aurait déjà dû être chez lui, s’apprêtant à passer une bonne nuit de sommeil. Tant pis ! Il irait voir son médecin traitant le lendemain et il s’arrangerait avec lui. Encore une fois, chaque homme avait son prix. Lui, tout ce qu’il voulait, c’était pouvoir justifier son absence au cabinet. Et il savait parfaitement qu’il réussirait à le faire, alors ça ne le poussait pas tellement à arrêter et à se montrer raisonnable. Il continuait. Lentement, mais sûrement. Qu’est-ce qui l’avait plongé dans un tel état ? La réponse tenait en un mot : Penny. Cette saleté de blondasse. Même ainsi, elle réussissait à lui faire du mal. Il fallait dire qu’il ne s’attendait pas le moins du monde à tomber sur elle, chez lui, alors qu’il sortait de la douche. Sans défense, le petit Sean. Et elle avait réussi à se foutre de sa gueule, en lui faisant croire qu’ils avaient eu une fille ensemble et qu’elle avait deux ans aujourd’hui. Il avait bien failli la croire. Mais elle était parvenue à l’ébranler, à remettre en doute ses certitudes et à le pousser à bout. Le goût de la défaite. Un goût amer. Il se faisait du mal à lui-même en cherchant à tout prix à blesser Penny. L’avocat s’en rendait compte, petit à petit. La revoir, c’était difficile. Ça le renvoyait au passé et surtout, à la manière dont elle l’avait peiné, profondément, peut-être presque irréversiblement. Penny. Le diable en personne. Un de ces quatre, elle finirait par causer sa perte. Ils causeraient la perte l’un de l’autre et si ça se trouvait, ils ne pourraient s’empêcher d’en éprouver un sentiment de fierté. La stupidité à l’état pur.

Plusieurs cris sortirent brusquement Sean de sa torpeur. Soudain étonné, il releva la tête, cherchant à comprendre ce qui s’était passé. Un attroupement s’était formé juste à côté du comptoir. Trois ou quatre hommes s’engueulaient. Il n’aurait même pas su dire depuis combien de temps - il s’était déconnecté du monde réel pendant un bon moment. Mais il revenait brutalement à la réalité, d’autant plus qu’un nombre considérable d’hommes semblaient se joindre au conflit. Bientôt, un coup partit, puis un autre. Aussitôt, le jeune homme quitta son tabouret. La dernière chose dont il avait envie, c’était bien de se retrouver avec un oeil au beurre noire alors qu’il n’en avait clairement rien à foutre d’eux tous, même si par la suite il pourrait leur coller un bon procès au cul. Il fallait qu’il s’en aille. Malheureusement, ils s’étaient acculés et bloquaient la sortie. Poussant un juron, Sean battit en retraite de l’autre côté, là où se trouvaient les toilettes. Il se sentait presque piégé. Les choses dégénéraient clairement. Ils étaient tous débiles, ou quoi ? Ou ils avaient peut-être juste trop bu… Ouais, c’était probable. En tout cas, il n’avait pas la moindre envie de se retrouver au milieu de tout ça. Alors il avisa une petite porte ; peut-être un éventuel refuge ? Juste avant qu’il ne l’ouvre, il remarqua une femme non loin, une belle brune qu’il ne mit pas longtemps à identifier. Ana-Sofia, sa chère dealeuse... Sans lui demander son avis, il lui attrapa la main et l’attira à l’intérieur. C’était un réduit sombre et étroit, mais c’était mieux que rien. « Ce genre de trucs arrive souvent ici ? » ne put-il s’empêcher de maugréer, en bon râleur de première. « On peut même pas se saouler en paix… Mais t’as peut-être quelque chose sur toi, que je puisse faire passer le temps plus tranquillement ? »

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.


Dernière édition par Sean R. Fitzpatrick le Sam 28 Nov - 5:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Dim 22 Nov - 9:28

Stop making the eyes at me,
I'll stop making my eyes at you.
What it is that surprises me is that I don't really want you to

Si un jour on m'avait dit que je passerais les trois quarts de mon temps dans un pub gallois, je me serais sans le moindre doute mise à glousser comme une otarie. Pourtant, les faits sont là. Et voilà à quoi se résume ma réalité : un comptoir de bar auquel je reste accoudée de longues heures en attendant que le temps passe et que les clients affluent. Ce soir, je m'ennuie comme un rat mort en sirotant un soda sans sucre pour garder les idées claires. Et puis, j'ai beau aimer l'alcool, je me souviens de temps en temps du nombre de calories que j'ingurgite en buvant un verre, alors parfois, il vaut mieux savoir s'abstenir. Comme ce soir. C'est peut-être d'ailleurs pour cette même raison que je m'ennuie autant. Parce qu'il n'y a pas le moindre degré d'alcool qui coule dans mon corps qui m'enivre. Au lieu de ça, c'est de l'aspartame. Je regarde autour de moi. Le bar n'est pas rempli, mais c'est le genre de soirée où le chiffre d'affaire est plutôt bon une fois la caisse fermée, alors je suppose que je n'ai pas à me plaindre.
Les gens rigolent bruyamment, surtout les hommes, et quand j'essaye d'écouter les conversations, les quelques brides que j'entends sont inintéressantes comme jamais. Je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie. Mais je dois rester ici parce que j'ai un rendez-vous, plus tard et que je ne voulais pas rentrer à l'appartement, de peur que Mathys ne me laisse pas ressortir s'il me voit rentrer, ou tout simplement parce que je sais que je serais incapable de repartir travailler si mon colocataire me propose de regarder un film, blottie contre lui. Mathys, c'est bien le seul devant lequel je peux faiblir. Et c'est en pensant à ce dernier que je sirote mon soda, tranquillement dans un coin du bar. Et si je suis tranquille, ce n'est pas le cas de tout le monde car les esprits s'échauffent et ils commencent à me ruiner ma soirée. Je soupire quand j'entends le brouhaha s'intensifier encore et encore au point que je ne peux plus entendre la musique dans les enceintes et je sers les dents pour prendre mon mal en patiente en attendant que ces hommes se calment d'eux même sans que j'aie à intervenir. Je pourrais probablement intervenir. Au moins, les gens pourraient comprendre que malgré mon statut de sexe faible, je suis capable de faire des dégâts et je dois être prise au sérieux. Mais non, ce soir, je ne suis pas d'humeur. Je n'ai pas envie de m'énerver, préférant ignorer ce qu'il se passe autour de moi. Cependant, j'ai l'impression que je ne vais pas être en mesure d'ignorer les événements encore longtemps quand j'entends des insultes crachées avec véhémence et des menaces misent à exécution. Il y a un coup qui part, puis un deuxième. Et bientôt les consommateurs partent dans un bagarre de telle sorte que l'on comprend enfin le terme de rixe de bar. Ce n'est bien évidemment pas la première à laquelle j'assiste et je pense que ce n'est probablement pas la dernière non plus, mais qu'importe. Ils font leurs vies, ils se démontent les uns les autres, et j'ai tout sauf envie d'être mêlée à leur entrevue musclée. Je termine d'une traite mon soda pour ne pas que ma frustration explose et que j'en vienne à frapper quelqu'un moi aussi et je décide de m'éloigner de la scène pour retrouver un environnement un peu plus paisible. Evidemment, vue la superficie de l'établissement, je me berce d'illusions, si bien que quand je sens qu'on me prend la main, je me laisse faire sans apposer la moindre résistance. Sean… Probablement un client appartenant à la catégorie que je préfère : aimable, beau gosse et friqué comme crésus. Il est bien différent de mon cher ami Ian qui essaye de m'entuber à la première occasion. Clairement, je ne pourrais rêver mieux. Alors quand je vois que c'est lui qui guide mes pas, je me laisse aller sans rien dire et nous atterrissons très rapidement dans la pièce qui nous sert de réserve quand celle derrière le bar est déjà remplie.
« En général on me paye un coup à boire avant de m'emmener dans un coin sombre. »  que je lâche en souriant. « Mais vu ce que tu m'as acheté, on va dire que c'est tout comme. »
Je m'esclaffe discrètement. C'est vrai que dans ce genre de commerce, la note monte bien rapidement pour mon plus grand plaisir. Pas que j'aime soutirer de l'argent aux gens, mais quand même. C'est toujours sympathique d'agrandir son capital. Sean demande si les rixes sont familières ici, mais je réponds d'abord par un haussement d'épaules. C'est vrai que l'Irlandais n'est ici que depuis très peu de temps, il n'a pas encore eu l'occasion de découvrir les pires coins et recoins de la bourgade. Moi-même, j'ai mis quelques semaines avant de comprendre que sous les belles façades et les pelouses bien vertes des habitants, se cachent de nombreux secrets et de nombreux troubles.
« De temps en temps. »  Conclus-je simplement.
Sean n'a pas l'air heureux de cette bagarre et pour cause, il est contraint de quitter le bar et par conséquent s'éloigner de cette réserve d'alcool qui peut lui faire oublier ses malheurs. Parce que les gens riches ont des malheurs ? C'est la meilleure celle là… Je l'écoute et j'arque un sourcil quand je vois où il veut en venir. Peut-être bien que j'ai quelques sachets dans les poches de mon jeans, mais n'étant pas consommatrice, je n'ai pas forcément envie de me retrouver coincée, seule avec ce mec qui plane. Je me mords la lèvre et je secoue la tête. Peut-être que plus tard, s'il est sage, je lui en filerai.
« J'ai pas ce à quoi tu penses, mais tu devrais savoir que je suis une fille pleine de ressources, Sean. J'ai toujours de quoi passer le temps. A voir si t'es intéressé. »  Lance-je, aguicheuse sans la moindre gêne.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Dim 22 Nov - 10:39


En réalité, Sean avait des possibilités assez larges en termes de programme pour sa soirée. Avec autant de moyens, il aurait pu facilement passer la nuit dans un hôtel, avec une prostituée haut de gamme, à prendre du bon temps (mais il ne le faisait pas quand il n’était pas en couple, alors il osait espérer qu’il ne commencerait pas maintenant). Il aurait pu aussi rester à Swansea et s’endormir avec son ange blond dans les bras - ça, c’était déjà plus probable. Non, encore mieux, il aurait pu (et il aurait dû) leur payer un week-end à tous les deux, quelque part. L’endroit importait peu ; il la laisserait choisir. C’était la moindre des choses, après tout, surtout qu’il était très loin d’être le petit ami idéal… Au départ, elle choisirait un endroit pas trop éloigné, pour ne pas dépenser un maximum de fric en à peine deux jours. Ensuite, il réussirait à la convaincre qu’il ne fallait surtout pas qu’elle se soucie de ça et la décision de Jade s’arrêterait finalement sur un coin exotique. Il aurait passé un excellent week-end avec elle, loin de tout ça, loin du boulot, loin d’une ambiance malsaine, loin de l’espèce de jeu revanchard qu’il avait déclenché avec Penny. Il aurait bu des cocktails, n’aurait pas assez dormi tellement il avait envie d’elle, se serait prélassé sur une plage de sable blanc… Une sorte de paradis, en fait.

Mais au lieu de ça, Sean se retrouvait dans un bar, esseulé. Non, pire, il se retrouvait dans une espèce placard à balai sous l’escalier, dans un réduit sombre où il pouvait à peine respirer et surtout, où il ne pouvait pas demander à nouveau de l’alcool et d’où il ne pouvait même pas s’échapper pour le moment. En plus, ils tenaient à peine à deux, là-dedans… Quoique, ce dernier point n’était pas franchement pour lui déplaire. Sa dealeuse était sans contexte l’une des filles les plus sexys de la petite ville. Pourtant, Sean avait un faible pour les blondes ; mais celle-là, c’était un peu particulier. Elle était audacieuse et elle n’avait pas froid aux yeux. En plus, elle ne manquait pas de répartie, comme elle le lui prouva une fois encore. Un sourire s’étala sur les lèvres du jeune homme. Elle lui plaisait, pas seulement parce qu’elle était belle (et bonne). Son caractère était un peu spécial. En fait, elle le faisait bien rire. Et elle ne se gênait pas non plus pour le provoquer, un peu comme l’autre barmaid, Holly. Décidément, Sean devait avoir un truc avec les barmaids. Mais il n’avait jamais dragué Ana-Sofia. Jusqu’ici, leur relation s’était arrêtée à celle qu’un « commerçant » entretenait avec son client. Jusqu’ici, oui… Et si les choses commençaient à changer ce soir-là ?

« J’aime faire les choses à l’envers. Si tu veux, je peux te payer un verre après. » Il aurait voulu lui faire un clin d’oeil appuyé ; mais il n’était pas sûr qu’elle puisse le voir. Il faisait sombre. Dehors, la bagarre continuait à faire rage. Entre insultes, coups assourdis et cris, ça ne ressemblait plus à grand-chose. Mais déjà, Sean ne prêtait plus la moindre attention à ce qui pouvait bien se passer à l’extérieur. En même temps, avec ce qu’elle lui disait, il pouvait difficilement penser à autre chose. Que voulait-elle dire exactement ? Non, bien sûr qu’il comprenait, quel idiot il faisait ! Alors, était-ce un coup de chance qu’ils se soient tous les deux retrouvés au mauvais endroit au mauvais moment (ou au bon endroit au bon moment) ? Ou alors était-ce le destin qui l’avait poussé à lui attraper la main pour éloigner la brunette de toute cette agitation ? Là, il commençait clairement à délirer. Mais l’alcool ne l’aidait pas beaucoup à garder les pensées claires. Au contraire, il commençait à se concentrer uniquement sur ses envies et ça, c’était toujours mauvais signe. « C’est un mal pour un bien, finalement… » Au moins, son message était tout aussi clair. « Peut-être que c’est pas un hasard si on est là tous les deux… » Décidément, l’Irlandais était vraiment incapable de se tenir. Autant il pouvait cacher avec brio ses émotions et rester impassible dans presque toutes les situations, autant il était tout bonnement incapable de se maîtriser face à une femme bien roulée qui lui faisait des avances - surtout si elles étaient aussi directes. « Tu voudrais peut-être me montrer un peu… Tes ressources ? »

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.


Dernière édition par Sean R. Fitzpatrick le Jeu 26 Nov - 0:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Mer 25 Nov - 18:22

Stop making the eyes at me,
I'll stop making my eyes at you.
What it is that surprises me is that I don't really want you to

« Si toutes les bouteilles n'ont pas été cassées pendant la petite fiesta d'à côté, ce sera volontiers. »  
Que je réponds à Sean, ne risquant pas d'oublier sa proposition. Si j'avais le sentiment que la soirée allait être déprimante, elle prend une toute autre tournure quand Sean me prend la main pour m'attirer dans ce qui ressemble à un cagibi. C'est étroit comme pièce, et ce n'est pas très lumineux, mais j'entends le sourire du jeune homme grâce à la note chantante dans sa voix. Il est beau, Sean et il le sait, c'est indéniable, au point qu'il ne serait pas du genre à rougir si je venais à lui faire un compliment. J'ai l'habitude de passer mon temps dans ce pub, mais certainement pas dans une pièce aussi petite que celle ci. Un jour cela dit, j'avais passé un agréable moment intime en compagnie du Barrow dans une pièce de ce genre. Et si ma relation avec Sean n'est pas du même ordre que celle que j'entretiens avec Leslie, je dois avouer ressentir presque le même frisson à me retrouver dans un endroit aussi exigüe, aussi proche de l'Irlandais. C'est la première fois que je suis aussi proche de ce garçon et je dois bien dire que j'apprécie ce contact. Même dans l'obscurité, je parviens à distinguer ses traits et son parfum. Et quel parfum. Enivrant, de sûr. Je respire à pleins poumons cette odeur masculine et je garde un sourire taquin dessiné sur la commissure de mes lèvres. Amusée par la situation, plus que je ne devrais, je commence à me dire que le destin fait bien les choses. Sean est apparu sur mon chemin alors que je croyais dur comme fer que j'allais passer le reste de mon temps à m'ennuyer. En fait, il est peut-être mon héros, ce soir. Et tout héros se doit d'être remercié, pas vrai ? Alors quand il me demande si j'ai de quoi faire passer le temps plus vite pour éviter cette bagarre qui monopolise le reste de l'attention du bar, je décide de lui mentir en répondant par la négative pour la simple et bonne raison que si je me retrouve seule avec un Sean complètement stone, je risque de m'ennuyer encore plus que précédemment et mon dernier recours pour passer une soirée avec un minimum d'ambiance sera de prendre part à la rixe. Et quand il me répond sans que je puisse déceler la moindre déception dans sa voix, je suis d'autant plus satisfaite de ma décision concernant ce petit mensonge sans gravité. J'arque un sourcil quand il vient mêler le hasard à notre rencontre et s'il se croit en train de faire un trait d'esprit, je ne peux empêcher un éclat de rire cristallin de percer.
« Tu sais que je passe la majeure partie de mon temps dans ce trou à rat, alors oui, le hasard n'est pas vraiment de mise, ce soir. »  Je rigole. « Cela dit… J'avoue être très agréablement surprise du déroulement de la soirée. »  Que j'achève finalement en prenant la main du garçon dans la mienne.
Toujours un peu féline, sauvage, j'entreprends de faire comprendre à l'Irlandais quelles sont les ressources dont je dispose d'une manière très directe pour ne pas qu'il se méprenne sur mes intentions. Il ne me connait pas encore, pas autrement que lorsque je lui vends ce qu'il veut, alors peut-être qu'il ne s'attend pas à une telle réaction de ma part. Quand je vends, il n'y a pas d'avances, pas de propos déplacés, pas de caresses dissimulées. Il peut éventuellement y avoir un léger flirt, mais rien de plus, sinon, comment savoir pour quoi le client paye ? Sa dope ou une compagnie féminine ? La limite est trop délicate, alors j'évite. Pourtant, ce soir, je peux me lâcher et je ne me fais pas prier pour le faire.
« Devine les.»
Il ne me suffit de faire qu'un pas pour être tout contre le garçon et déjà je presse ma poitrine contre son torse tandis que je guide les mains du garçons doucement et sensuellement sur le creux de mes reins.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Jeu 26 Nov - 0:54


« Même si toutes les bouteilles sont cassées, ce ne sera que partie remise, si tu veux. » Un nouveau sourire se dessina sur les lèvres de Sean. Ana-Sofia venait d’accepter son invitation à prendre un verre plus tard. C’était peut-être juste parce qu’elle s’ennuyait ou parce qu’elle avait envie de finir la soirée (enfin, la nuit) à boire un coup, mais au fond, peu importait. Ça voulait dire qu’il passerait un peu plus de temps en charmante compagnie et, bien évidemment, ce n’était jamais pour lui déplaire. La flamme du chasseur, voilà ce qui brillait en lui. C’était peut-être encore le seul moyen qu’il avait trouvé pour se prouver qu’il avait un minimum de valeur ou plutôt, que des gens pouvaient encore s’intéresser à lui et pas seulement parce qu’il avait un compte en banque extrêmement bien fourni. Ouais, en vrai, il devait avoir un vrai problème psychologique avec l’estime de lui-même, même si ça ne se voyait absolument pas. Oh, bien sûr, il reconnaissait certaines de ses qualités : il savait parler, il savait séduire, il savait tirer parti d’une situation à son avantage, il était intelligent et beau… Mais après ? Est-ce qu’il avait autre chose à offrir ? S’il était un tant soit peu digne d’intérêt, pourquoi est-ce que deux des personnes qu’il avait le plus aimé l’avaient rejeté pour de bon ? Alors que là, comme ça, en compagnie d’Ana-Sofia, Sean se sentait revivre. Il ne se sentait peut-être pas aimé, c’était un trop grand mot ; mais au moins, il se sentait remarquablement bien entouré. En-dehors des frissons, c’était peut-être ça, qu’il recherchait (malheureusement). Parce que si on suivait la logique des choses, Jade étant l’une des personnes auxquelles il tenait le plus, elle finirait par se barrer sans un regard en arrière, elle aussi. Et à ce moment-là, il fallait qu’il ait un échappatoire. Il fallait qu’il sache encore comment envoûter les autres canons qu’il rencontrait, comment mettre ses différents atouts en valeur, ni plus ni moins. Si pour ça, il fallait qu’il dépense une certaine somme d’argent, ce n’était pas un problème. Après tout, il fallait bien qu’il en fasse quelque chose, de ce fric, puisqu’il ne pouvait pas nager dedans comme l’Oncle Picsou…

Il fallait avouer que Sean n’aurait jamais imaginé un rapprochement aussi soudain avec Ana-Sofia. Après tout, il ne la connaissait tant que ça et il ne partait pas non plus du principe que des transactions illégales liaient deux personnes d’une manière particulière. Non, il l’avait croisée deux ou trois fois, parce qu’il arrivait même qu’ils ne soient pas obligés de se voir pour échanger de la marchandise. Bien sûr, il avait déjà remarqué qu’elle était incroyablement belle et surtout, qu’elle en avait conscience. Mais sans plus… Jusqu’ici. Ils n’avaient jamais vraiment eu l’occasion d’avoir une conversation, puisque quand ils se voyaient, c’était à qui était le plus rapide. En fait, il fut même surpris d’apprendre qu’elle passait la majeure partie de son temps dans ce bar. Ça voulait peut-être dire que lui-même n’en passait pas suffisamment ici… Ou plutôt, qu’il n’en passait suffisamment en état de sobriété. Il lui avait bien semblé que les transactions n’avaient jamais lieu loin de ce bar ; mais il n’avait pas fait le lien. Soit c’était un espèce de QG, soit elle était simplement là pour passer le temps en attendant de voir un client. De toute façon, ça n’avait aucune importance. L’essentiel, c’était qu’elle soit là, tout de suite, avec lui. D’ailleurs, en l’entraînant à l’intérieur de ce petit placard, Sean n’avait même pas encore d’idées qu’on aurait pu qualifier de déplacées. Il avait seulement pensé que ce serait plus prudent qu’elle se mette aussi à l’abri. Mais maintenant, les choses devenaient nettement plus intéressantes… Ce n’était pas forcément une bonne idée, d’ailleurs, de se rapprocher ainsi de sa dealeuse. Mais pour le moment, l’Irlandais était capable d’à peu près tout, sauf de se contrôler. Elle s’était pressée contre lui et déjà, il sentait le désir monter en lui. Il n’était qu’un humain, après tout… Et pas le meilleur d’entre eux. « Seulement deviner ? » murmura-t-il, faisant mine d’être déçu. Les battements de son coeur s’étaient accélérés. Ses mains ne risquaient de s’attarder très longtemps dans le creux de ses reins. Déjà, l’une d’entre elles remontait lentement dans le dos de la demoiselle, tandis que l’autre s’aventurait plus bas. « Et si je voulais faire un peu plus que les deviner ? » Il perdait les pédales, mais comment résister à une femme aussi belle, d’autant plus avec autant d’alcool dans le sang ? Pourtant, il n’avait pas encore sauté sur elle. Même s’il était un connard, Sean avait ses limites. Elle s’amusait, mais si elle ne voulait pas vraiment aller plus loin, il aurait l’air fin… Alors, décidant de commencer doucement, il se pencha pour l’embrasser dans le cou, laissant son souffle chaud caresser sa peau caramel.

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Ven 27 Nov - 19:51

Stop making the eyes at me,
I'll stop making my eyes at you.
What it is that surprises me is that I don't really want you to

Contre toute attente, l'Irlandais m'annonce que ce sera partie remise si jamais nous ne pouvons pas boire un coup ensemble, ce soir. S'il est sérieux, et il a intérêt de l'être, parce que je ne risque pas d'oublier, j'ai peur que cette invitation à prendre un verre ne se transforme en un rendez-vous. Je doute que ce soit un jour le cas, car j'ai l'étrange sensation que Sean n'est pas du genre à donner des rendez-vous à n'importe qui. Je le vois sans problème en rendez-vous d'affaires, avec son costume de grand couturier, ce n'est pas difficile de l'imaginer en fait. Et éventuellement, je le vois prendre un verre avec une femme. Une femme qui porterait elle aussi une robe créée sur mesures, avec un long décolleté dans le dos. Une femme élégante qui pue le Chanel n°5 à des kilomètres à la ronde. Pas le genre de femmes comme moi, pas celles qui sont nées dans des quartiers pauvres où seules la misère, la pauvreté et la criminalité sont de mises. Il est comme ça, Sean. Il reflète le luxe en tout point et ça m'étonne un peu en fait qu'il m'ait attiré avec lui dans ce placard. Pas que je ne puisse pas lui plaire, mais plutôt que nous n'appartenons pas à la même catégorie. Enfin, c'est l'impression que j'avais aux premiers abords, maintenant, j'ai l'impression que nous nous ressemblons plus que nous ne voulions l'admettre. Après tout, nous sommes déjà liés par un premier point : je vends et il achète. Le commerce dans toute sa splendeur.

J'ai sa main dans la mienne et je m'appuie contre lui, prenant soin de coller mes attributs féminins contre son corps avec un sourire concupiscent sur les lèvres, lui laissant le loisir de deviner la volupté de ce que j'ai à lui offrir. Il se donne un air triste, presque désillusionné à l'idée de ne pas pouvoir faire plus, mais je me fais plaisir un peu plus tard en lui faisant comprendre qu'il pourra faire plus que simplement deviner. Je commence d'abord par un tendre baiser sur sa joue, et lui en vient à déposer des bises dans mon cou. Alors je soupire, déjà brûlante de désir pour le Fitzpatrick.
« Et bien je t'invite à me montrer ce que tu sais faire. »
J'en viens à oublier que nous sommes sur mon lieu de travail et surtout, proche d'une dizaine de personnes, ivres mortes pour la plupart en pleine bagarre, mais tout de même une dizaine de personnes qui justement, seraient susceptibles d'entrer en se trompant, croyant que ce placard est l'entrée des toilettes. Ca ne me fait ni chaud, ni froid. Je n'ai pas peur de me faire prendre parce que je ne vois pas de quoi j'aurais à avoir honte. Je suis une femme libre, crevant d'envie de passer du bon temps avec des hommes qui, en général et comme moi, n'ont personne qui les attend chez eux.
Je prends de l'assurance, encore et toujours, parce que j'ai envie d'aller plus loin avec Sean, parce qu'il est attirant et qu'il semble avoir un potentiel immense. Les mains passent dans les cheveux du garçon, que j'ébouriffe légèrement pour m'amuser deux secondes avant de m'esclaffer. Puis elle descendent sur son corps que je devine en grande forme et que j'aimerais découvrir un peu plus. Je ne me gêne pas pour le toucher, tout comme lui ne se gêne pas pour faire de même. L'engrenage est lancé, mais je ne peux m'empêcher de murmurer une nouvelle déclaration à l'oreille du bel homme.
« En public, comme ça, alors qu'il y a tous ces gens à à peine quelques pas, dans ce cagibi qu'on ne peut même pas fermer à clé… Montre moi que tu n'as pas peur. »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Sam 28 Nov - 5:44


Avec une jeune femme aussi sexy et visiblement très libérée collée ainsi contre lui, Sean avait oublié à peu près tout le reste. Il avait oublié qu’il était en couple avec une femme superbe, une femme qu’il adulait. Il avait oublié que, quelques minutes plus tôt, il déprimait, trouvant qu’il manquait cruellement quelque chose d’essentiel à sa vie. Il avait oublié qu’à quelques mètres d’eux à peine, des hommes se livraient à des échanges bien moins intéressants que les leurs, qu’ils soient verbaux ou physiques. Il était incapable de détacher son regard d’elle, même s’il ne voyait pas grand-chose. Ses mains pouvaient redessiner la moindre des courbes de la jeune femme, c’était bien suffisant. Surtout, surtout, il se retenait à grand-peine de lui sauter purement et simplement dessus.

D’ailleurs, il était intéressant de noter qu’en temps normal, Sean avait plutôt un faible pour les blondes. Il n’y avait qu’à regarder les deux seules femmes avec lesquelles il avait entretenu une véritable relation… Elles avaient tous les deux les cheveux blonds. Et en soirée, dans un bar ou dans n’importe quel endroit, son regard s’arrêtait toujours en premier sur celles qui avaient les cheveux dorés. Mais il était peut-être moins difficile qu’on ne le pensait… Ou plutôt, il ne pouvait pas résister à la flamme du désir qui l’allumait dès qu’une femme lui faisait des avances un peu poussées. Comment un homme normalement constitué aurait-il seulement pu dire non à Ana-Sofia ? Il aimait qu’elle soit sûre d’elle, qu’elle en veuille et qu’elle le montre clairement.

Le sourire que Sean affichait déjà ne faisait que s’élargir. Il allait faire en sorte qu’elle ne regrette pas son invitation. En tout cas, ses propos n’étaient pas tombés dans l’oreille d’un sourd. Il n’attendait que ça, de toute façon. Un signe. Son accord. Un tout petit truc qui pourrait lui prouver qu’elle ne faisait pas que s’amuser avec lui et qu’elle désirait vraiment plus. Il n’avait besoin de rien d’autre. Elle avait prononcé des mots magiques, ceux qu’il attendait. Et elle ne traînait pas pour s’appliquer, en plus. D’abord, un baiser sur sa joue. Puis ses mains dans les cheveux de l’Irlandais. Enfin, ses mains sur son corps qui n’avait pas besoin de plus pour s’échauffer. Il se mordit la lèvre, regrettant que ce foutu endroit soit décidément trop petit pour qu’il la baise sauvagement à proprement parler.

« Peur  ? » répéta Sean, avant de se mettre à rire. Elle avait de drôles d’idées ! « Au contraire, ça m’excite encore plus… » Ça ne faisait que rendre les choses plus intéressantes, de son point de vue du moins. Mais visiblement, la Mexicaine ne devait pas être en désaccord avec lui. C’était amusant de se dire que tout près, des gens s’amusaient à se taper dessus et qu’ils risquaient d’être pris en flagrant délit à tout moment. De toute façon, quelle importance ça pouvait bien avoir ? Ils étaient deux adultes consentants, c’était l’essentiel. Que personne ne vienne afficher une mine choquée s’ils étaient surpris en plein acte comme des animaux ! En tout cas, ça ne lui posait aucun problème, à lui. Et il était ravi de constater qu’elle semblait penser la même chose. Décidément, cette fille était pleine de surprise. Il n’en existait pas comme elle à tous les coins de rue, malheureusement pour tous les coureurs de jupons qui baveraient d’envie rien qu’en imaginant cette imagination.

Sans plus tarder, l’avocat s’empara des lèvres de sa dealeuse. Ça n’avait rien d’un baiser doux. C’était passionné, exigeant, presque trop. Il en crevait d’envie, littéralement. Comme pour le lui montrer, il entoura les hanches d’Ana de ses bras et la souleva du sol pour plaquer son corps contre le sien. Ils se retrouvèrent tous les deux contre le mur. Ce n’était pas comme s’ils avaient le choix des positions, de toute façon, vu l’étroitesse de ce réduit… Mais peu importait. C’était suffisant pour qu’ils prennent leur pied tous les deux, il en était persuadé. Alors d’une main, il retira hâtivement la robe qu’elle portait, regrettant qu’il n’y ait pas assez de lumière pour qu’il puisse apprécier le spectacle qu’elle lui offrait. Sans s’embarrasser davantage de scrupules, Sean laissa ses doigts parcourir le corps hâlé de la demoiselle. « Toi, montre-moi que tu n’as pas peur » murmura-t-il entre deux halètements.

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Sam 28 Nov - 10:53

Stop making the eyes at me,
I'll stop making my eyes at you.
What it is that surprises me is that I don't really want you to

Il est chaud comme la braise, Sean, et j'aime de plus en plus la tournure que prend notre entrevue. Il ne doit pas être le genre d'homme qui a du mal à trouver des conquêtes, car je sais de source sûre que ce dernier est beau, doué, et qu'il sait parler aux femmes. Ou peut-être qu'il sait parler à tout le monde, mais pour ma part, je ne l'ai vu intervenir qu'auprès de femmes. Jusque là, d'ailleurs, je ne m'étais pas encore laisser tenter, privilégiant le professionnalisme, mais maintenant que nous sommes collés l'un à l'autre, je regrette presque de ne pas m'être jetée sur lui plus tôt. Il sait y faire, c'est certain, et chacune des caresses qu'il me procure me fait pousser des gémissements de plaisir. Je ne peux pas les réprimer. En fait, je ne veux pas les réprimer. Qu'on m'entende, je m'en moque pas mal. Car quoi de plus frustrant que de devoir se retenir. Quand j'évoque la peur de se faire prendre, Sean balaye aussitôt cette possibilité, avouant qu'au contraire, c'est d'autant plus excitant, cette prise de risques. Je suis de son avis, c'est indéniable et je ne tarde pas à le lui faire comprendre quand je passe les mains sous sa chemise, lassée jusque là de m'être contentée de le toucher par dessus le tissus. Alors oui, on se ressemble avec l'Irlandais. Et les ressemblances se font sentir un peu plus à chaque seconde qui passe. Frivoles, ayant un goût prononcé pour l'amour animal, excités à l'idée de s'envoyer en l'air juste à côté d'un tas de personnes. En bref, il est le partenaire idéal. Ou du moins, c'est l'impression qu'il me donne présentement.
Aussi, nous franchissons un nouveau cap quand ses lèvres s'emparent des miennes. Je ne me fais pas prier pour lui rendre la pareille, m'accrochant à sa bouche comme si ma survie en dépendait. Il embrasse bien, Sean. Et plus les minutes défilent, plus j'ai envie de découvrir à quel point il est un bon amant. Parce que si j'ai la certitude d'une chose, c'est bien celle-là. Loin d'être égoïste, il saura faire partager le plaisir.
Les langues dansent entre elles, un peu trop gourmandes, au point qu'à un moment, je dois me reculer pour reprendre ma respiration. L'avocat prend les devants, m'attirant un peu plus contre lui, puis d'une main experte, il envoie valser ma robe sur le sol, me laissant vêtue d'une simple lingerie fine et d'une paire de bas sur mes talons hauts.
« Tu vas voir. »
Reponds-je à son injonction. Il a beau être contre mur, mais ça ne m'empêche pas de l'y pousser davantage, prise dans cette frénésie de mouvements brusques et annonciateurs d'une union carrément déchainée et bestiale. Je déboutonne sa chemise, me faisant violence pour prendre mon temps et ne pas faire voler tous les boutons et je me penche sur son torse pour y déposer de tendres baisers.
Je descends de plus en plus bas, jusqu'à arriver à son bas ventre, me retrouvant devant la boucle de sa ceinture et son jeans me faisant barrage. Je me redresse pour m'emparer de sa bouche une nouvelle fois alors que mes doigts, eux, s'attellent à la tâche de retirer cette ceinture et ce pantalon qui ne sont que des obstacles à mon plaisir. Notre plaisir, même. Et je recommence le même manège une fois qu'il a son jeans sur les chevilles. Comme enivrée alors que je suis sobre, je me laisse aller, j'embrasse chaque parcelle de son corps à ma disposition et cette fois, il n'y a plus rien pour m'arrêter.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Dim 29 Nov - 5:47


Un sourire satisfait s’étala sur le visage de Sean. Rien qu’avec ses caresses, elle gémissait de plaisir. Ça lui donnait encore plus envie de la faire monter au septième ciel. De lui montrer tout ce qu’il pouvait lui procurer comme sensations. Ce n’était que le début. En plus, elle n’essayait même pas de se retenir et ça, c’était juste jouissif. Elle n’avait pas l’air de se préoccuper du fait que si quelqu’un passait à côté de ce placard à balais minable, il les entendrait à coup sûr. En réalité, peut-être que plus d’une personne pourrait profiter du son de leurs ébats. Sean n’en avait que faire. Tout ce qui l’intéressait, c’était qu’ils atteignent tous les deux le paradis. Pour le moment, les gens du bar étaient sans doute trop occupés à se taper dessus pour se préoccuper de quoi que soit d’autre ; mais même s’ils finissaient par se calmer, tant pis. Après tout, ils étaient dans un pays libre et il ne fallait pas lui faire le coup de l’attentat à la pudeur. Théoriquement, il savait parfaitement ce que ça voulait dire et c’était une notion qu’il maîtrisait très bien ; mais en pratique, ça lui était arrivé plusieurs fois de mettre purement et simplement de côté ces règles de bienséance. De toute façon, de l’autre côté de ce qu’on pouvait à peine qualifier de porte, il n’y avait aucun mineur. Que des gens qui n’auraient pas hésité à faire la même chose, il en était persuadé. Et qui aurait pu leur en vouloir ? Le frisson de l’amour dans un lieu public était tellement stimulant !

Le jeune homme n’aurait jamais pensé qu’il avait autant de choses en commun avec sa dealeuse. Enfin, autant… C’était peut-être exagéré, étant donné qu’il ne s’agissait que de sexe ; mais c’était déjà énorme, non ? En fait, il ne connaissait pas grand-chose d’elle. Il savait simplement ce qu’elle faisait exactement pour gagner sa vie. Il savait qu’elle n’avait pas la langue dans sa poche. Il savait aussi que c’était une étrangère (même un triple idiot s’en serait rendu compte), pas seulement en raison de son teint joliment bronzé, mais aussi à cause de son accent et des mots espagnols qu’elle employait parfois. Mais il ne savait pas d’où elle venait exactement. Oui, il ne connaissait quasiment rien d’elle. Jusqu’ici, ça ne s’était jamais mal passé entre eux, mais il fallait dire que leurs échanges n’étaient pas allés très loin. Maintenant, c’était une autre histoire… Il n’en saurait sans doute pas beaucoup plus sur elle après, mais ce qu’il découvrait actuellement l’impressionnait déjà. Elle n’était pas une romantique, ça se voyait. Tout ce qu’elle voulait, c’était forniquer. Combien de mecs n’auraient pas rêvé de tomber sur une jeune femme comme elle ? Incroyablement belle, remarquablement douée de ses doigts, libérée de tout préjugé, pas très conventionnelle et surtout, ne recherchant rien d’autre que du sexe. La femme idéale pour un Don Juan. Le Nirvana.

Leur baiser était intense. Vraiment intense. Ils étaient déchaînés. Visiblement pressée, Ana-Sofia avait passé ses mains sous la chemise de Sean, avant de commencer à la déboutonner comme si sa vie en dépendait. Elle pouvait bien foutre en l’air une chemise qui coûtait une fortune, c’était le dernier de ses soucis. Tout ce qu’il désirait, c’était qu’elle continue. Elle couvrait littéralement son corps de baisers. Si cette fille avait un mec (elle ne semblait pas du genre à vouloir se caser, mais il était bien placé pour savoir qu’il ne fallait pas se fier aux apparences), celui-là avait sacrément de la chance ! Enfin, pour ce qui était du pieu en tout cas, puisqu’il ne pouvait pas juger du reste. Déjà, sa bouche avait atteint le bas-ventre de l’Irlandais, qui fut plus que soulagé de se retrouver à son tour en sous-vêtements. Elle ne voulait plus le lâcher. Et ça l’arrangeait carrément. Se penchant vers elle, il dégrafa son soutien-gorge et passa une main dans ses cheveux bruns. De là, il n’atteignait pas le reste. Et il n’avait pas envie qu’elle se relève. La suite était plus que prometteuse. Il était carrément impatient qu’elle aille un peu plus loin, puis il s’occuperait d’elle comme elle le méritait. Poussant un soupir de plaisir, il ferma les yeux, rejetant la tête en arrière. Il avait commencé à lui murmurer des mots cochons. Il se laissait carrément aller. Happer. Plus rien d’autre n’existait. « T’imagines même pas ce que je vais te faire après… Continue, Jade, j’en crève d’envie… » Déconnecté de la réalité, trop concentré sur les sensations divines qu’il éprouvait et sans doute trop ivre pour faire des connexions correctes, Sean ne s’était absolument pas rendu compte qu’il venait de prononcer le prénom de sa petite amie.

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Dim 29 Nov - 15:09

Stop making the eyes at me,
I'll stop making my eyes at you.
What it is that surprises me is that I don't really want you to

Si nous somme là, Sean et moi, prêts à s'envoyer en l'air comme des animaux, c'est un peu grâce à Sean qui a eu la bonne idée de m'attirer avec lui dans ce placard. Pensait-il en m'emmenant avec lui que nous nous enflammerions à ce point ? Je ne pense pas. La preuve, pour faire passer son ennui, l'Irlandais aurait volontiers abusé de substances illicites. En fait, je suis la seule et l'unique instauratrice de ce rapprochement bestial et je ne m'en plains pas le moins du monde. Il est doué de ses mains, Sean, mais là, c'est moi qui espère lui faire plaisir en le délivrant de tout ce tissus superflu et inutile si on s'en tient à ce que je compte faire de lui. Je dépose des baisers sur le corps du garçon que je découvre pour la première fois et qui est loin d'être décevant, suivant une trajectoire assez directe en descendant petit à petit jusqu'à me retrouver à genoux. Il soupire de soulagement, Sean, et ça me pousse à continuer ce que je fais. Pourtant, je ne me presse plus. Le plaisir qu'il ressent me procure une certaine satisfaction et je n'ai pas l'habitude de me presser dans ce genre de moment. Jamais. Parce que la jouissance du partenaire est aussi importante que la sienne dans des moments aussi intimes, je sais ce qu'il me reste à faire et je le fais. Il sort quelques vulgarités, comme s'il n'était plus capable de se contrôler et ça me fait sourire. Il aime ça, Sean, que je m'occupe de lui comme ça. Et je serais prête à mettre ma main à couper qu'il est encore plus heureux à présent qu'il l'aurait été si j'avais craqué en lui donnant la drogue qu'il voulait. On a pas besoin de stupéfiant pour s'amuser, pas vrai ?
S'abandonnant complètement, j'ai une main sur son ventre et l'autre qui caresse lentement sa cuisse quand l'avocat reprend la parole, commençant par une phrase qui me plait bien, puis, faisant tout foirer magistralement. Je m'arrête net.
S'est-il au moins rendu compte de ce qu'il vient de dire ? Jade ? C'est qui cette putain de Jade, déjà ? Intérieurement, je fulmine. Tout le désir que j'avais pour cet homme s'est envolé en un claquement de doigt. Ce qu'il vient de faire, c'est probablement l'une des pires insultes jamais vécues. Qu'Iwan m'insulte de tous les noms, passe encore, parce que justement, il me déteste tellement qu'il ne peut pas me confondre avec une autre. Sean, lui, vient de m'abaisser à une autre fille. Certainement une fille quelconque, alors que j'étais prête à me démener pour lui et rien que pour lui. Furibonde, je me redresse et déjà la claque résonne dans ce cagibi duquel nous sommes prisonniers. Il risque d'avoir une marque sur la joue quelques temps et c'est tant mieux. Amplement mérité.
« Coño ! Va baiser ta Jade si c'est elle que tu veux, qu'est-ce que t'attends ? »
Que je crache avec véhémence, carrément vexée de ce qu'il vient de se passer. En colère contre ce garçon avec lequel je n'aurais jamais dû dépasser la relation  professionnelle du client et de la vendeuse, je cherche déjà à remettre mes vêtements pour pouvoir laisser le garçon à son triste sort, avec la gaule, mais plus personne pour son occuper. D'abord le soutien-gorge qu'il venait de dégrafer avec habilité, puis la robe qu'il avait retiré un peu plus tôt.
Si tout à l'heure j'étais déçue de l'obscurité parce que je ne pouvais pas bien discerner les traits du jeune homme, ce n'est rien contrairement à maintenant car il ne peut pas voir le regard assassin que je lui lance. Si un regard pouvait tuer, probablement que Sean serait foudroyé sur le champs.
« Tu ne sais pas ce que tu loupes, gilipollas. »
J'ai toujours juré de ne pas laisser des hommes me faire me sentir mal sur l'image que je reflète, pourtant, c'est presque ce que celui-là est en train de faire. Encore quelques insultes charmantes et fleuries fusent alors que je m'apprête à sortir de ce placard, sans même avoir pris la peine de zipper la fermeture éclaire de ma robe.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN Dim 29 Nov - 22:39


Le pied. Et puis soudain, plus rien. Brusquement, elle s’était arrêtée. Pourquoi ? Elle était en si bon chemin ! Les sourcils soudain froncés, Sean rouvrit les yeux, tentant de comprendre ce qui pouvait bien se passer. Mais il eut à peine le temps d’ouvrir la bouche pour lui poser la question que déjà, Ana-Sofia s’était redressée et lui fichait une énorme gifle. Pour le moins surpris, Sean étouffa un juron, portant aussitôt une main à sa joue douloureuse. Bordel, cette fille avait une force de lionne ! Mais qu’est-ce qui lui avait pris ? C’était quoi, son délire ? Est-ce qu’elle aimait les jeux un peu sadomasochistes ? Non, bien sûr qu’il y avait autre chose. Il n’avait pas besoin de lumière pour constater à quelle point elle était furieuse. La colère émanait de chaque pore de sa peau. Est-ce qu’il avait fait une gaffe ? Ou alors est-ce qu’elle était juste timbrée ? Il osa à peine protester. Déjà, elle avait repris la parole, d’une voix tellement menaçante que même dans un aussi petit cagibi, le jeune homme essaya de se recroqueviller. Jade ? Mais pourquoi parlait-elle de Jade ? D’abord, comment connaissait-elle son existence ?

Soudain, la lumière se fit dans son cerveau embrumé. Merde ! Il avait prononcé le prénom de sa compagne. Comment avait-il pu être aussi con ? Est-ce que c’était l’alcool qui lui avait fait perdre les pédales à ce point ? Ou alors est-ce que c’était l’univers qui tentait de lui envoyer un message à propos de la fidélité ? Non, bien sûr que non, ces trucs-là n’existaient pas. Horriblement mal à l’aise, Sean se contenta de caresser sa joue. Il risquait d’avoir du mal à expliquer pourquoi elle était toute rouge. Mais pour le moment, ce n’était pas ce qui le préoccupait. Ana-Sofia était une tigresse, pas seulement quand elle voulait du sexe, mais aussi… Eh bien, quand elle était fâchée. Et encore, le terme n’était pas suffisamment fort. Soudain, tout était retombé, l’euphorie, le plaisir, l’excitation. Soudain, il se retrouvait bêtement avec son pantalon sur les chevilles, son caleçon baissé et une fille qui lui criait dessus.

Ce qui l’embêtait, ce n’était même pas que d’autres puissent les entendre (d’ailleurs, ils étaient probablement encore trop occupés à se crier dessus). Non, c’était la première fois qu’il sortait une énormité pareille. Se tromper de prénom. Ça ne lui était jamais arrivé, dans le passé. Il fallait dire qu’en règle générale, Sean ne s’embarrassait pas de retenir le prénom de ses conquêtes. Du coup, il n’en prononçait aucun. Avec Jade, ça ne lui était jamais arrivé non plus. Encore heureux… Sinon, il n’osait même pas imaginer la peine qu’il lirait dans ses yeux. Et avec Penny non plus. Elle l’aurait probablement flingué sur place, émasculé, avant de chercher mille autres moyens de se venger. Non, c’était bien la première fois que ça se produisait et il se sentait désolé pour la Mexicaine. Elle était visiblement très vexée - et ça pouvait se comprendre. Il n’avait jamais voulu la blesser… Mais pour le coup, c’était carrément raté.

Que pouvait-il bien dire, d’ailleurs ? Lui révéler que Jade était sa petite amie ? Non, ç’aurait été suicidaire. Lui dire qu’il était désolé ? Même si c’était vrai, ça ne changerait rien au problème de fond. Prétexter qu’il avait trop du mal et du mal à réfléchir correctement ? Elle serait capable de lui foutre son poing dans la figure. Non, la meilleure chose était encore de se taire. Pourtant, en bon avocat, l’Irlandais manquait rarement de répartie. Il avait toujours quelque chose à dire pour sa défense (ou celle de son client, plutôt), il trouvait toujours un moyen de rebondir et de tourner les choses à son avantage. Mais pas ce soir. Il avait trop exagéré. Il n’avait pas envie de se justifier. Il n’avait eu que ce qu’il méritait et le meilleur moyen de montrer qu’il était désolé était peut-être d’accepter la « sentence ». Non sans l’avoir insulté à plusieurs reprises en espagnol, Ana-Sofia quitta le réduit la tête haute. Honteux, Sean se rhabilla. Il avait foiré son coup. Et il savait parfaitement que d’ici quelques heures, sa conscience le tourmenterait en raison de son ange blond.

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN

Revenir en haut Aller en bas

It's the thrill of the fight. - ANA-SOFIA & SEAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-