AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Ven 23 Oct - 20:39


Une autre journée venait de s’achever. Il avait fait des heures supplémentaires, mais il n’en était pas mécontent. De toute manière, il était payé grassement, alors… Sa cliente appartenait à une famille comme la sienne, c’est-à-dire une famille qui puait le fric. Il l’avait senti dès la première seconde, quand elle était venue au cabinet et que c’était vers son bureau qu’elle avait été re-dirigée. Elle avait ce port de tête altier et cette assurance qui ne pouvait être acquise qu’en plusieurs générations de domination. C’était le genre de femme qui n’avait jamais eu besoin de travailler. Tout lui avait été donné, depuis sa naissance. Une cuillère en or dans la bouche, ouais. Mais il ne devait pas mépriser ces personnes-là. Non seulement elle pouvait lui refiler une infime partie de sa fortune qui ne ferait qu’agrandir la sienne, mais en plus, il était né sous une étoile favorable, lui aussi… Seulement, il avait dû bosser, lui. Son père ne s’était jamais montré disposé à tout lui offrir sur un plateau d’argent. Pourtant, Sean en avait fourni, des efforts. Son dossier avait été accepté dans deux des meilleures université du monde. Mais rien n’était suffisant pour ce vieux croûton. Il avait toujours favorisé Neave et il le ferait toujours. L’aînée, sa perle, son bijou, comme il aimait l’appeler. Il avait bien tenté de faire la même chose avec Bridie, la cadette. Mais cette dernière avait été claire. Elle ne voulait pas étudier le droit. Elle ne voulait pas rejoindre le cabinet familial. Elle ne voulait pas devenir avocate, ni quoi que ce soit qui s’en rapprochait. Elle menait une vie assez légère, en puisant dans son héritage et dans les virements bancaires mensuels de Sean. Pourtant, leur père ne l’avait jamais vraiment rejetée, à elle - du moins, il ne l’avait jamais fait sentir comme l’aîné de ses garçons.

Si Maître Fitzpatrick Senior voyait où Sean en était aujourd’hui, qu’en penserait-il ? Le jeune homme n’était pas certain que son géniteur ressentirait ne serait-ce qu’une pointe de fierté. De toute façon, il n’y avait pas de quoi. Il avait beau travailler dans l’un des cabinets les plus prestigieux du Pays de Galles et s’entendre répéter souvent qu’il était l’un des meilleurs dans son domaine, il ne pouvait pas non plus se vanter de tout ce qu’il faisait, loin de là. Mais pour le moment, il n’en avait que faire. Ça fonctionnait. Ça fonctionnait au point qu’il était considéré comme un modèle de réussite. Et il allait le prouver, une fois de plus. La dame qui était venu le voir le consultait pour son divorce et surtout, pour ne pas perdre une bonne partie de sa fortune. Il avait mis tout ce qui pouvait être utile sur le coup, révisé ses textes de lois, engagé son détective privé habituel… Et bingo ! Il avait trouvé le moyen d’aplatir l’autre comme une crêpe. Certaines photos ne laissaient même pas de place à l’interprétation. Le futur ex-mari était fait comme un rat. Le divorce serait prononcé à ses torts. Et les papiers que sa cliente avait signés avant de se marier étaient, en théorie du moins, de belles garanties. Sean allait massacrer la partie adverse, littéralement. Ce n’était peut-être pas très convenable, mais ça lui donnait un sentiment de toute-puissance difficilement égalable. Voilà pourquoi, en faisant la route jusqu’à Tenby ce jour-là, l’Irlandais était satisfait. Plus que satisfait.

Après avoir garé son bébé et joyeusement salué Devyn, Sean grimpa quatre à quatre les escaliers pour rejoindre sa chambre. Il avait envie d’une douche. Il était à peine entré dans la salle d’eau que son iPhone dernier cri sonnait. En voyant la photo de son petit frère Callum s’afficher, il fronça les sourcils, puis décrocha. « Salut… Qu’est-ce qu’il y a, t’as besoin de fric ? J’espère que t’as engrossé personne ? Non… Ouais, bien sûr… J’ai jamais dit que tu m’appelais que quand t’avais besoin de quelque chose ! Mais t’as bien besoin d’un truc, non ? Ouais… Ok… Pas de souci. Demain après le boulot ? Je passerai la nuit à Swansea alors. Jade te remerciera. Ouais, c’est ça. Hmm. Bon, tu raccroches ? J’vais prendre ma douche. Tchouss bro. » Levant les yeux au ciel, Sean reposa son téléphone portable. Quelques minutes plus tard, il sortait de la douche, sa serviette nouée autour les hanches, torse nu, les cheveux encore mouillés. Et là… Dans le couloir, il faillit avoir une attaque. « Bordel de merde ! » s’écria-t-il. La blonde. Devant une autre chambre, à quelques mètres. C’était un cauchemar. Ou alors il avait déjà été envoyé en enfer. Forcément. Après être resté bouche bée pendant deux ou trois secondes, le premier réflexe de Sean fut de poser une main sur sa serviette, comme pour être sûr qu’elle ne lui fausse pas compagnie. Il ne manquerait plus que ça… « Qu’est-ce que tu fous là, putain ?! » Elle l’avait vu un nombre incalculable de fois sans serviette du tout, pourtant, il se sentait violé dans son intimité. Chacun son tour…

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©sawyer & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3716
POINTS : 3381
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Sam 24 Oct - 17:28

« Victoria est clairement le meilleur personnage, c'est indiscutable. » Que tu annonces d'un ton catégorique à Nate tandis que le générique de votre soap opera préféré est en train de défiler sur l'écran de l'ordinateur du musicien et que ta garce préférée vient de simuler sa mort pour que son ennemie jurée soit accusée. Vous êtes confortablement installés dans le lit de ton cousin. En fait, vous avez passé l'après-midi sous la couette à mater des films. Ta mission de surveillance continuait. Tout ce qui comptait, c'est que vous soyez ensembles. Tu ne lâcherais pas Nate tant que tu n'étais pas certaine qu'il s'était bien remis de sa rupture et qu'il ne pensait plus au suicide. Et puis, ce n'était pas si désagréable de passer du temps avec lui en fin de compte, même si parfois, il te faisait de grandes déclarations tragiques à propos de Harlow et de comment sa vie n'avait plus de sens. Sauf que là... Il ne te dis rien du tout. Intriguée, tu tournes la tête dans sa direction et tu remarques qu'il s'est endormi. Avec un sourire amusé, tu fermes l'ordinateur et tu te glisses délicatement en dehors du lit pour ne pas le réveiller. Tu reprends tes affaires et tu quittes la chambre sur la pointe des pieds, refermant la porte derrière toi avec douceur. De toute façon, tu reviendras ce soir après le travail. Tu traverses le couloir pour quitter la maison quand tu entends un juron sonore. Surprise, tu relèves la tête et là, tu vois... « Sean ?! » Vous vous regardez avec hébétude et ça pourrait presque être comique si vous n'aviez pas un passif aussi lourd. Il faut que tu passes le choc pour réfléchir vite. Tu regardes plus attentivement ton ex pour remarquer qu'il a les cheveux mouillés et une serviette nouée autour de la taille. Donc il sort de la douche. Mais au nom de quoi prendrait-il une douche ici ? Non... Il ne peut quand même pas habiter ici. Dans la même maison que ton cousin. Tu refuses d'assimiler l'information même si elle s'impose à toi. Car après qu'il soit venu chez toi, tu as mené ton enquête et tu avais appris qu'il avait quitté Bay House. Tu en avais déduit qu'il était reparti à Swansea, ses menaces ne t'avaient pas semblées sérieuses.... Comme tu avais eu tort...

Voyant que tu le regardes, il remonte sa serviette d'un air farouche comme si tu étais un méchant de vaudeville qui allait s'en prendre à sa vertu. Tu as un petit rire mesquin devant sa gêne. « Oh s'il te plaît, il n'y a rien là dessous que je n'ai jamais vu. » Ça ne t'empêches pas de continuer à regarder. Déjà parce que tu espères le mettre mal à l'aise mais aussi parce que... il n'était pas désagréable à regarder. Sans être un adepte de la gonflette, Sean est un mec bien foutu, ventre plat, abdos, pectoraux... De quoi te faire perdre un peu ta concentration. Heureusement que vous êtes séparés par une distance respectable de deux mètres. Lui, semble surpris de te voir aussi mais il ne perds pas moins son habitude d'aller droit au but, te demandant abruptement ce que tu fais là. Tu hésites. « Je... » Tu te sens coincée. Tu ne lui dira pas que tu es venue voir ton cousin. C'est hors de question qu'il sache. Il en tirerait forcément avantage car Nate est ton point faible, ta kryptonite. Une des rares personnes que tu aimes sincèrement sur cette terre. Alors tu redresses le menton fièrement et tu fais ce que tu fais le mieux. Tu mens. « C'est une excellente question ! Merci de l'avoir posée. » Tu te rapproches de lui, juste parce que tu aimes jouer. « A vrai dire, je suis venue te montrer que tu  n'es pas le seul à pouvoir entrer chez les autres sans soucis. C'est une jolie petite maison que tu t'es trouvée, Sean. Bon, je dois avouer que je ne te voyais pas du genre à avoir des colocs mais on sait tous les deux que tu es un homme plein de surprises. » Tu parles beaucoup, tu le flattes même un peu car tu te dois de noyer le poisson. Parce qu'en fait... Tout ton petit discours est contrebalancé par l'absolue expression de surprise qui s'est peinte sur ton visage quand tu l'as vu en sortant de la chambre de Nate. Mais peut être qu'il ne relèvera pas si tu arrives à détourner son attention. « Et puis, il y a quelque chose que je dois te dire. » Tu n'as absolument rien à lui dire mais tu trouvera bien quelque chose. Il doit impérativement croire qu'il est ton mobile pour être ici. Oh et autre détail, il faut que vous quittiez ce couloir rapidement. Il ne faudrait pas que votre discussion (future altercation ?) réveille ton cousin et qu'il sorte voir ce qui se passe. Alors tu termines de marcher sur l'Irlandais, l'acculant en direction de la salle de bain qu'il vient de quitter. « Mais c'est privé, alors on ne fait pas ça au milieu de ce couloir, quelqu'un pourrait nous entendre. »

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Sam 24 Oct - 20:16


Il avait beau cligner des yeux et être tenté de se pincer pour voir si c’était malheureusement la réalité, Sean était obligé de se rendre à l’évidence. Elle était bel et bien là. Son visage avait rarement exprimé autant de surprise. Il fallait dire qu’en règle générale, son visage n’exprimait pas grand-chose. Il s’efforçait toujours d’être de marbre ; c’était essentiel, dans son métier. Ne pas montrer à l’adversaire le moindre signe de faiblesse. Ne pas trahir une émotion susceptible de vous pénaliser. D’habitude, il était très doué, dans ce domaine… Mais il fallait croire que cette fille-là lui faisait vraiment un drôle d’effet. D’ailleurs, le jeune homme n’aurait pas dû être aussi choqué. Il savait parfaitement qu’après son coup de l’autre soir, elle allait chercher à répliquer le plus vite possible. Et elle savait frapper, il n’y avait pas à dire. En revanche, elle avait l’air aussi étonnée que lui. Mais elle se reprit rapidement - et lui aussi. Déjà, Sean avait relevé la tête, s’efforçant de faire l’impasse sur le fait qu’il ne portait qu’une simple serviette. Il avait déjà récupéré son air arrogant, ce port de tête fier, ses yeux malicieux. C’était Penny. Il ne fallait surtout pas lui laisser le moindre avantage. Mais s’il avait l’air sûr de lui, à l’intérieur, c’était autre chose. Il ne pouvait s’empêcher de se sentir vulnérable. Il était en serviette, merde ! Si c’était lui qui était entré chez elle quand elle sortait de la douche, elle aurait été capable de hurler au viol. La vie était décidément pleine d’injustices.

Mais il rebondit rapidement. De toute façon, c’était comme ça que ça fonctionnait, entre eux. Bien sûr, à l’époque maudite où elle prétendait être amoureuse de lui, c’était un peu différent… Mais il y avait toujours un peu de jeu, de provocation - gentille, certes. C’était à ça qu’ils carburaient. C’était peut-être ça qui les avait attirés l’un vers l’autre : cette part de noirceur cachée qu’ils partageaient, comme un trait d’union liant deux personnes que tant d’autres choses séparaient pourtant. Cette époque était révolue ; néanmoins, maintenant qu’ils se retrouvaient, Sean avait encore l’impression de ressentir cette espèce de connexion qu’il n’avait connue avec personne d’autre. Mais il rejetait aussitôt cette pensée, la trouvant à la fois stupide et malsaine. Les plus romantiques y auraient vu des âmes soeurs, lui, blasé, n’y voyait qu’une connerie capable de le détruire. Petit à petit, le jeu continuait. Un sourire se dessina lentement sur les lèvres de l’avocat. Un sourire provocant. Elle voulait jouer ? Ils allaient jouer. « Tu voudrais bien en voir plus, hein… » D’accord, c’était débile, mais il n’avait pas pu s’en empêcher. Si elle l’entendait, Jade aurait été enchantée. Il ne fallait jamais qu’elle découvre ce qu’il fabriquait. Jamais.

Elle se plaisait à le mettre mal à l’aise en le détaillant du regard, c’était un fait. Mais il n’allait certainement pas lui faire le plaisir de montrer plus longtemps qu’il se sentait dans une position de faiblesse. D’ailleurs, elle n’avait toujours pas répondu à sa question. De toute manière, c’était plus par réflexe qu’autre chose qu’il lui avait demandé ce qu’elle fichait là… Quelque part, il le savait déjà. Bien sûr qu’elle chercherait à le retrouver. Pourtant, elle avait eu l’air vraiment surprise quand elle l’avait vu débarquer. Mais ça devait être parce qu’il sortait de la douche. Ça, en revanche, elle n’avait pas dû s’y attendre. Oui, ça devait être ça - malheureusement pour lui. « Petite maison ? Tu rigoles ? La tienne tiendrait dans le salon d’en bas… » C’était peut-être mesquin, de plaisanter à propos de leur différence de niveau de vie. Elle n’était pas née dans une famille comme la sienne. Pourtant, il ne pouvait s’empêcher d’exploiter la moindre faille. Après tout, la serveuse était loin d’être un ange blond… En revanche, Sean ne releva pas la sorte de compliment déguisé qu’elle lui adressa. Flatterie empoisonnée, ouais…

Il haussa les sourcils en apprenant qu’elle voulait lui dire quelque chose. « Je t’écoute » fit-il, un peu méfiant. Il aurait volontiers croisé les bras sur sa poitrine, mais il avait toujours un peu peur que sa serviette ne décide de se barrer. En plus, elle s’était rapprochée. Et elle continuait à le faire. Un peu trop. Heureusement que, pour le coup, les atouts masculins tels la taille ou la masse plus conséquentes jouaient en la faveur de l’Irlandais. Mais à quoi jouait-elle ? Il fronça les sourcils, refusant de reculer. Néanmoins, il savait qu’elle avait raison. Ils ne pouvaient pas rester au milieu du couloir. Et surtout, surtout, il ne fallait pas qu’elle apprenne que s’il avait emménagé ici, c’était d’abord pour soulager Devyn. Si elle savait qu’il l’aimait bien, elle allait en jouer - elle n’était pas bête. S’il y avait quelque chose qu’il devait cacher tant qu’elle était dans cette maison, c’était bien ça. D’ailleurs, comment était-elle entrée ? Est-ce qu’elle avait parlé aux filles ? « Dans ma chambre, comme au bon vieux temps ? » Ce n’était pas forcément l’idée du siècle, mais il lui semblait que c’était le meilleur endroit pour être discrets. Et puis cette proximité physique commençait à le troubler. S’échappant alors que leurs visages n’étaient plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre, il la précéda dans son antre et referma aussitôt en prenant soin de verrouiller. « Je t’aurais volontiers dit bienvenue, mais vu les circonstances… Bon, tu permets ? » Sean s’était approché de son armoire et il lui fit signe de se retourner. Quand elle se fut exécutée, il attrapa un caleçon, un short et un débardeur - les premiers trucs qui lui tombèrent sous la main. « C’est bon. » Il avait retrouvé un minimum de dignité et s’était retourné, croisant les bras sur son torse, la fixant d’un air de défi. Il ne lui avait pas proposé de s’asseoir. Il ne fallait pas exagérer… « Alors, que me vaut le plaisir de ta compagnie ? » Ils parlaient presque comme deux vieux amis qui se retrouvaient tranquillement.

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©sawyer & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3716
POINTS : 3381
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Mar 27 Oct - 17:36

Le hasard avait un curieux sens de l'humour selon toi. Quels étaient les chances que ton ex qui te détestait soit un jour colocataire avec ton cousin originaire de Liverpool ? Tu secoues la tête désabusée, désagréablement déstabilisée par cette rencontre inattendue. Tu n'aimes pas ne pas être prête, devoir improviser. Et pourtant, c'est la deuxième fois avec Sean... « Tu voudrais bien en voir plus, hein… »  Il se tient là, face à toi, avec son corps parfait et son sourire provoquant et tu lâches un petit rire sarcastique comme si l'idée était ridicule. Mais ça sonne faux. A vrai dire, tu as du mal à te concentrer. Même si tu ne lui avais jamais vraiment avoué, il s'en doutait : tu étais terriblement attirée physiquement par lui. Pas seulement parce qu'il était beau, mais juste parce que c'était comme ça. Une attraction magnétique, presque animale. La passion, c'était sans doute un des facteurs qui avaient détruit votre relation car entre vous tout était si intense que s'en était presque douloureux... En tout cas, si tu avais peur qu'il ait changé, tu peux être rassurée. Il est toujours aussi joueur comme le prouve cette tentative de séduction teintée d'ironie. Avec difficulté, tu détaches tes yeux de ses muscles modelés par l'aviron pour soutenir son regard tandis qu'il continue ses attaques. « Petite maison ? Tu rigoles ? La tienne tiendrait dans le salon d’en bas… » Ses yeux brillent d'une lueur malicieuse et tu es presque émue de voir qu'il n'a rien perdu de sa verve et de son esprit malgré le mal que tu avais du lui faire en le quittant. Ça ne t'empêche pas de contre attaquer sans la moindre pitié. « Dommage qu'on ne puisse pas en dire autant de ton égo... » Tu as adopté un ton détendu et amusé mais tu grinces discrètement des dents. Tu n'aimes pas qu'on te renvoie à ta situation modeste. Surtout quand c'était un nanti comme Sean qui le faisait.

Tu continues de jauger l'avocat, soucieuse de voir s'il a cru que tu étais vraiment venue pour le voir. Il semble que oui, car il n'a pas l'air plus suspicieux que ça. Tu es soulagée mais pas surprise. Comme tu viens de le souligner, son égo est gigantesque. Tu es prête à parier que ça lui plaît comme idée, que tu puisses le suivre, le traquer. Rassurée sur ce point, tu te permets d'accentuer, ton jeu, essayant de l'acculer vers la salle de bain pour le soustraire à l'attention de Nate. Mais il ne bouge pas d'un pouce et vous vous retrouvez très proches l'un de l'autre. Tu croises les doigts pour ne pas faire quelque chose que tu regrettera ensuite. Heureusement, il brise la tension, te proposant sa chambre et te contournant adroitement pour aller s'y réfugier. Tu as un petit sourire satisfait en remarquant que tu n'es pas la seule qui est troublée. A vrai dire, c'est dur de rester sereine quand il parle de bon vieux temps. Tu ne veux pas te souvenir. Tu ne veux pas te rappeler à quel point tu étais bien avec lui. Alors tu le suis en silence dans sa chambre. Il ferme à clé derrière lui et tu t'apprêtes à en plaisanter mais il ne t'en laisse pas le temps, te demandant de te retourner pendant qu'il s'habille. Visiblement, il ne t'avait pas écoutée quand tu lui avais dit qu'il n'y avait rien que tu n'avais jamais vu tout à l'heure. « Mais c'est pas vrai, quand est-ce que tu es devenu aussi prude ?!! » Cependant, tu veux garder le contrôle de ton esprit alors tu lui obéis, même si c'est frustrant. Tu entends quelques bruits de tissus et tu réfrènes ton imagination débordante pour penser à la suite. Il faut que tu trouves quelque chose à lui dire. Quelque chose pour le distraire. Proposer une trêve justifierait ta présence mais bien évidemment tu t'y répugnes.

Sean vient de t'autoriser à te retourner quand l'inspiration te frappes. Tu réprimes un sourire machiavélique. Tu vas t'amuser un peu. Lui faire passer l'envie d'être arrogant et belliqueux avec toi. Comme là, où il est en train de te toiser d'un air condescendant, les bras croisés, te demandant pour la seconde fois la raison de ta visite. Alors, tu fais ta Penny. C'est à dire que tu prends la tête de la fille qui est triste mais qui essaie d'être forte. La fille qui a du mal à s'exprimer car elle est en train de dire un truc qui lui tient à cœur. « A vrai dire, j'ai beaucoup hésité avant de venir te faire cette confession... Mais comme l'autre soir, tu semblais décidé à ce qu'on fasse la guerre... Il y a quelque chose que tu dois savoir avant de commencer. » Ton expression gênée, les trémolos dans la voix... Tout est parfaitement dosée. Tu pourrais te donner un oscar pour la performance que tu es en train de livrer. Tu as l'air sincère, vraiment. Tu passes une main sur ton visage. « Mon dieu, je ne sais pas comment te dire ça alors je vais y aller franchement... Quelques semaines après t'avoir quitté, je me suis rendue compte que... que j'étais enceinte. » Oui te voilà encore en train de faire le coup de l'enfant imaginaire mais justement, tu es bien placée pour savoir que ça marche en général. Et puis, tu ne poussera pas la blague très loin cette fois-ci, tu veux juste te foutre de la gueule de Sean quelques minutes. L'Irlandais n'était pas foncièrement naïf mais tu étais bonne actrice, alors ça pouvait passer. « Je l'ai gardée. C'est une fille. Nous avons une fille. Alors peut être qu'on devrait réfléchir avant de revivre le bon vieux temps. »

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Mer 28 Oct - 1:37


Il était étrange de voir à quel point la vie vous jouait des tours, parfois. Qui aurait imaginé qu’un jour, Penny se retrouverait à nouveau dans la chambre de Sean ? Certainement pas lui, en tout cas. Et il ne pouvait que prier pour que ça ne se sache pas. Personne ne devait la voir sortir de là. Personne ne devait apprendre le lien qui les avait unis et qui, quelque part, continuait à le faire. Après l’échec lamentable de sa relation avec son père, c’était la plus grande blessure de Sean. Pourtant, comme à l’accoutumée, il faisait semblant. Il feignait de ne pas être impressionné de la voir là, de ne pas être troublé par leur rapprochement physique, de ne pas être affecté par ses piques habituelles. Il jouait le jeu. Et il le faisait bien. De toute manière, tous les deux ensemble, ils n’étaient bons qu’à ça. Enfin… Presque. Sean repoussa la drôle de pensée qui lui était venue à l’esprit. Qu’est-ce qui lui prenait de ressasser des souvenirs ? Pourtant, quand elle était en face de lui, c’était quasiment impossible de ne pas le faire. Elle était là et tout lui revenait en pleine face. Le sourire fier qu’elle affichait quand il ajoutait un autre procès à la liste de ceux qu’il avait déjà gagnés. Ses cheveux blonds qui le chatouillaient quand elle s’installait sur lui. Leurs débats animés autour d’une certaine série ou d’un autre bouquin. La façon qu’elle avait de l’embrasser - diablement bien -, comme si elle aurait voulu que ça ne s’arrête jamais. Les faiblesses qu’elle lui avait révélées, ses failles cachées, des choses que lui seul était parvenu à connaître. La lueur joueuse dans ses yeux quand ils aimaient se taquiner l’un l’autre. Toutes ces nuits durant lesquelles ils ne dormaient pas suffisamment parce qu’ils n’étaient jamais rassasiés l’un de l’autre. Le jeune homme s’était toujours dit qu’entre eux, il y avait quelque chose de spécial. D’abord, c’était quelque chose de purement physique. Elle était comme un aimant pour lui. Et au lit (ou ailleurs), ça n’avait jamais été aussi intense, aussi passionné, aussi grisant, aussi enchanteur, aussi exquis, aussi merveilleux qu’avec elle. Il n’avait jamais retrouvé ça. Et en-dehors de ça, ils se ressemblaient tellement. Au fond, malgré les apparences, ils avaient bien plus de points communs qu’on ne pouvait l’imaginer. Oui, Penny était son alter-ego. Il en était persuadé. Et voilà où ça l’avait mené…

Aussi stoïque qu’à l’accoutumée, Sean était absolument ravi de constater que celle à qui il avait autrefois confié ce qui lui servait de coeur ne semblait pas indifférente. Il savourait chacune de ses petites victoires, même si ce n’était pas grand-chose, même si Penny ne perdait rien de sa répartie habituelle. C’était ça, qui faisait le plaisir extrême de leurs jeux. C’était peut-être complètement stupide, mais il se délectait de leurs échanges. Quelque part au fond de lui, il était forcé d’admettre que ça lui avait manqué. Mais il trouvait cette pensée horrible, alors il la rejetait aussitôt. Il n’était pas seulement là pour jouer. Il était surtout là pour gagner. Pour l’écrabouiller, l’anéantir, l’aplatir comme une crêpe, la détruire littéralement. C’était risqué, bien entendu - il le savait parfaitement. C’était auquel des deux se débrouillerait le mieux pour écraser l’autre… Et si Sean n’avait en rien perdu de sa prestance, il devina immédiatement qu’il n’aimerait pas du tout ce que la blonde allait lui dire. Elle faisait sa gueule des mauvais jours : les yeux égarés, l’air atteint, la voix abattue. L’avocat fronça immédiatement les sourcils, ne prononçant pas le moindre mot. Il attendait la suite. La sentence. Et elle tomba. Il la reçut comme un uppercut. Comme une décharge électrique. Comme une peine de mort… Pour une fois, Sean perdit ce qui le caractérisait si bien : sa capacité à faire comme si de rien n’était, celle à cacher ses émotions, son impassibilité légendaire. Carrément estomaqué, les yeux écarquillés, bouche bée, il ne ressemblait plus guère à Sean. « Une fille… ? » répéta-t-il, la voix étrange calme. Ses yeux se plissèrent. Son regard se planta dans celui de la serveuse, tentant d’y déceler le vrai du faux. Elle avait l’air tellement sincère. Pourtant, il était bien placé pour savoir que chez elle, tout pouvait n’être qu’une vaste comédie. Elle était décidément celle qui savait le mieux lui cacher des choses, parmi toutes les personnes qu’il avait connues. « Tu te fous de ma gueule ? » Il n’avait pas haussé le ton, mais serré les poings. Brusquement, il réduisit à néant la distance qui les séparait. Elle portait une ceinture par-dessus sa robe, juste en-dessous de la poitrine. Sean l’agrippa, la forçant ainsi à se rapprocher dangereusement. « Tu te fous de ma gueule, c’est ça ? » Ils étaient proches, trop proches. Il s’était penché pour que son visage soit juste devant le sien, pour qu’elle ne puisse pas échapper à son regard. Menaçant. Perturbé. « N’oublie pas quel est mon métier ni comment je l’exerce, Penny… » C’est-à-dire d’une manière pas toujours très légale. Mais avec une telle information, il avait largement de quoi faire. « Tu bluffes ! J’te crois pas. Si  un de mes nageurs t’avait atteint et que je t’avais engrossée, tu m’aurais enchaîné à vie pour que je paye la pension alimentaire d’un pauvre gosse pour satisfaire le moindre de tes caprices. Tu m’as déjà extorqué du fric, mais là, tu aurais pu en profiter pour faire tellement mieux… » C’était ce dont Sean voulait se convaincre. Pourtant, il n’en était pas si certain qu’il voulait bien le prétendre… Son rythme cardiaque s’était accéléré et il avait tout d’un coup très chaud. Pas un gosse, pitié…

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©sawyer & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3716
POINTS : 3381
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Ven 30 Oct - 18:03

Ta mauvaise blague a au moins le mérite de fissurer le masque impassible de Sean. Tu le vois passer par des émotions diverses, perplexité, surprise, méfiance et surtout colère. Tu peux presque voir les petits rouages de son cerveau tourner avec ardeur. Il sait que tu es une menteuse de première et il essaie de se convaincre que ce que tu viens de dire est faux. Mais voilà, il y a le doute. Ce doute qui le ronge et qu'il est trop méticuleux pour oublier. Tu le regardes se débattre avec satisfaction même si tu vois bien qu'il ne saute pas dans ton piège à pieds joints. En même temps, Sean n'est pas comme les personnes à qui tu vends ce genre de mensonge d'ordinaire. Il est bien plus rusé et surtout... Il sait de quoi tu es capable. Bien vite, il te pose la bonne question. « Tu te fous de ma gueule ? » Il n'a pas haussé la voix mais tu vois qu'il fulmine d'une colère froide. D'ailleurs, avant même que tu ais pu formuler une réponse, il agrippe ta ceinture te tirant à lui pour te toiser de toute sa hauteur.  Il sonde en profondeur tes prunelles pour essayer d'avoir la réponse tout seul. Tu es perturbée par votre rapprochement soudain mais tu ne détournes pas le regard, certain que celui-ci est insondable. Tu es assez rodée à l'exercice pour cela. Et puis, tu n'as pas peur. Andrew avait fait bien pire. Toutefois, cette proximité entre vous... C'est une explosion de sensations et c'est seulement à ce moment là que tu te rappelles pourquoi il est si mauvais de revoir son ex. L'odeur de l'irlandais est ensorcelante et pas seulement parce qu'il sort de la douche. Elle est familière, souvenir lointain d'une époque que tu crois avoir rêvée tant elle te semble à présent irréelle. Le contact visuel qu'il a établi entre vous est tout aussi perturbant tout comme la faible distance qui sépare vos visages. Visiblement ton corps, lui n'a pas oublié son attirance pour celui de l'avocat. Tu pourrais lui sauter là dessus tout de suite. Le fait qu'il t'ait attiré à lui pour te menacer ne te refroidit même pas. Au contraire, l'adrénaline, le danger t'excitent d'autant plus. Tu aimes quand c'est sulfureux.

Cependant, tu dois réprimer tes ardeurs, car bien évidemment, il veut tirer cette histoire au clair. Tu écoutes son argumentation impeccable, réprimant un sourire carnassier. Si tu te mets à faire ce genre de mimique alors qu'il est en train de scruter ton visage, il saura forcément que tu es en train de mentir. « Comment l'oublier ? C'est justement à cause de ton métier que je ne t'ai rien dit. Tu crois que j'allais te téléphoner pour te dire que tu allais être papa alors que je venais de te voler ? Tu te serai débrouillé pour lancer toutes sortes de procédures contre moi et tu m'aurai retirée la garde. » Tu décides d'être raisonnable et tu poses deux mains sur sa poitrine pour le repousser fermement. Se faisant, tu sens les battements frénétiques de son cœur, faisant sans doute écho aux tiens. Vos échanges étaient toujours intenses, tu t'en rappelais maintenant. C'était fatiguant d'aimer quelqu'un, d'être dépendant de lui, d'avoir peur de le perdre à chaque instant et c'était bien ça qui t'avait fait prendre tes jambes à ton cou. « Et puis, tomber enceinte, ça m'a fait réfléchir. Je voulais le meilleur pour notre fille. C'est pour ça que tous les jours,  je m'épuise à servir de la bouffe à des gens de ton espèce. Pour qu'elle ait une enfance normale. Décente. Et c'est aussi pour ça que je n'ai pas voulu que tu fasses parti de sa vie. Ne me fais pas croire que tu veux assumer de toute façon. » D'ordinaire, tu ne verses pas trop dans l'auto-congratulation mais tu es plutôt fière des arguments que tu arrives à sortir sans même y réfléchir. Enfin, si la vérité, c'est que tu avais déjà pensé au sujet. Quand tu avais quitté Sean, tu avais eu un léger retard mais ça avait été une fausse alerte. « Je veux juste que tu nous laisses tranquille. Je sais que tu ne le fera pas au nom de ce qui nous a uni. Mais fais le pour ta fille au moins. » Mon dieu, c'était du génie. Tu aurais presque envie d'aller voler une gamine à la crèche de Tenby pour la mettre sous le nez de Sean. Si ça pouvait le faire fuir et te ramener à ta routine sécuritaire...

Car en fait, parler de votre hypothétique fille avec lui ne t'amuse pas tant que ça. Ça te renvoie aux probabilités, ce que vous auriez pu être si tu n'avais pas tout détruit. La demande en mariage de Sean avait été le tournant de ta vie. Tu avais choisi le chemin qui te semblait le plus sûr mais deux années plus tard, tu n'étais pas certaine d'avoir fait le bon choix. Tu aurais pu devenir Madame Fitzpatrick. Bon vous n'auriez peut être pas eu d'enfants mais peut être que votre mariage aurait pu marcher. Après tout, votre relation avait bien fonctionné, elle. Même plus que bien fonctionné. Tu secoues la tête, abattue par toute cette nostalgie qui te frappe sans que tu ne l'ai prévu. Il faut que tu sortes de cette chambre. Car le plus grand secret que dois lui cacher n'est pas l'existence de Nate. Mais plutôt le fait que tu as aimé sincèrement Sean. Celui-ci ne doit jamais s'en douter. Hélas, la décision de partir ne t'appartient pas puisque le maître des lieux a fermé la porte derrière vous. Il faut que tu le pousses à te foutre dehors. Et pour ça, rien de mieux que lui dire la vérité. Après tout, il devait avoir eu suffisamment peur. C'était bien la plus grosse trouille de tous les mecs ça, qu'on leur ait fait un enfant dans le dos... Soudainement, tu relâches un peu la pression, partant d'un éclat de rire sonore. « Tes nageurs ! C'est vraiment comme ça que tu parles de tes spermatozoïdes ? C'est tellement ridicule. C'est presque aussi drôle que ce que je vais te dire. » Hilare, tu as du mal à reprendre ton souffle et tu portes une main sur ta gorge. « Évidemment, que je me fous de ta gueule. Tu crois franchement que j'ai une tête à pouponner ? Je voulais juste voir si tu étais toujours dans le coup, monsieur l'avocat. »

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Mar 3 Nov - 22:59


Complètement déstabilisé, Sean avait perdu sa belle assurance et sa répartie si caractéristique. Il fallait dire que ça n'avait rien à voir avec un quelconque jeu. Non, cette fois-ci, c'était sérieux... Il s'agissait d'un bébé. Et si Sean voulait croire, de toutes ses forces, que ce n'était qu'une vaste farce inventée par sa chère et tendre, il ne parvenait pas à repousser entièrement ses doutes... Une fille ! Si c'était vrai, à qui ressemblait-elle ? De qui aurait-elle hérité ses traits ? Si elle était élevée par sa mère, serait-elle forcément contaminée ? Aurait-elle à son tour un cœur de pierre ? Bordel, le voilà qui s'emballait. Focus, Sean. Il tentait bien de lire dans son regard, mais c'était peine perdue. Sans sourciller, elle soutenait le sien, la tête toujours aussi fièrement relevée. Ah, quelle belle paire ils formaient, ces deux-là... Ils ne pouvaient pas avoir eu un enfant. Certes, après plusieurs mois de relation et d’exclusivité, il avait arrêté d’utiliser des préservatifs, mais elle prenait la pilule, n’est-ce pas ? Certes, ce ne serait pas la première fois que ça arrivait malgré tout, mais… Non, ce n’était pas possible. Pas « matériellement » parlant, mais… Mais c’était impossible, tout simplement. Que donnerait un condensé de Penny et Sean ? Un condensé de n’importe quoi. Non, l’avocat refusait de penser qu’ils avaient pu transmettre des gènes aussi destructeurs à un petit être vivant. Ils étaient tous les deux horribles, alors il osait à peine imaginer ce que deviendrait leur éventuelle fille.

Non, elle n’avait pas pu faire ça. Elle ne l’aurait pas gardée. Penny n’était absolument pas maternelle. Oh, elle n’était pas contre les enfants à proprement parler. Elle avait déjà vu Jack et Lily et elle avait eu l’air de les trouver tout bonnement adorables. Mais une fois encore, elle était comme lui… Les enfants comme ça, d’accord, mais les siens, jamais de la vie, plutôt se pendre ! Non, plus il y réfléchissait, plus Sean était convaincu que la blonde n’avait pas mis au monde sa fille. Pourtant… Pourtant, elle avait l’air tellement sincère, même lui ne parvenait pas à mettre entièrement l’hypothèse de côté. Aurait-elle joué à propos d’un sujet aussi sérieux ? Il voulait profondément croire le contraire, mais il n’en était pas aussi certain. D’ailleurs, elle continuait sur sa lancée, développant une argumentation tout à fait crédible. L’Irlandais avait plissé les yeux. Il se sentait à la fois complètement désarçonné et totalement furieux. « Et comment que je me serais débrouillé pour lancer toutes sortes de procédures ! » Il connaissait ce genre de démarches par coeur, pour les avoir effectuées des centaines de fois pour des clients. Elle savait à qui elle avait affaire, clairement.

« Le meilleur pour notre fille ? » répéta-t-il en détachant bien les mots. Il n’avait toujours pas haussé le ton, mais la colère bouillait en lui et elle devait le sentir aussi facilement qu’elle le voyait. Sa propre maîtrise, jusqu’ici, l’impressionnait lui-même. « Et donc une mère comme toi, c’est le meilleur, c’est ça ? » Si c’était ce qu’elle pensait, elle se foutait définitivement de sa gueule. Inspirant profondément à plusieurs reprises, Sean tenta de se remettre les idées en ordre. Ce qu’elle venait de lui balancer à la figure le faisait réfléchir. Aurait-il assumé ? C’était une excellente question… Non, sûrement pas. Pas seulement parce qu’il ne désirait pas d’enfant, mais aussi parce qu’il n’était pas digne d’être papa (les deux étaient d’ailleurs très fortement liés). Honnêtement, à part sur le plan matériel, qu’aurait-il bien pu offrir à une enfant ? Quoi qu’il en soit, il ne l’aurait certainement pas laissée avec Penny. Il se serait battu. Et au final, il l’aurait sûrement refilée à sa mère - elle était capable d’élever des enfants correctement, elle, de leur donner de l’amour à en revendre. Ce n’était peut-être pas le meilleur cadre pour un enfant, de vivre loin de ses parents, mais ce serait toujours mieux pour elle que de vivre avec la mère ou le père dont elle aurait malheureusement hérité. « T’en sais foutrement rien, alors parle pas pour moi. »

Et finalement, alors qu’il commençait sérieusement à remettre en question pas mal de choses, Penny lui avoua la vérité. Il n’y avait pas d’enfant. Il poussa un immense soupir de soulagement. Presque terrassé, il se laissa tomber sur son lit et ferma les yeux. Il pouvait chasser toutes ces images horribles de sa tête. Il n’avait pas de fille. Que c’était bon de se dire ça… « Putain, tu fais chier. » Le soulagement n’avait pas totalement éclipsé sa colère. Ou plutôt, il était vexé. Blessé dans son orgueil et dans son amour-propre. Elle avait réussi à se jouer de lui, une fois de plus. Quelle sorte de pouvoir possédait cette saleté de blonde ? Elle était la seule à y parvenir. Mais elle allait le regretter. Ça, il se l’était promis et ça ne faisait que le renforcer dans ses convictions. « T’es trop conne ! » Ce n’était peut-être pas très mature, comme réaction, mais ils n’en étaient plus à ça près. « C’est bon, t’as fini ? Tu voulais juste te foutre de ma gueule ? Ben tu peux dégager, maintenant. » C’était d’autant plus vrai que Sean venait de penser à autre chose… Un cadre photo était posé sur sa table de chevet. Et c’était une photo de couple. Or, il ne tenait absolument pas à ce qu’elle voie qu’il avait une copine et surtout à quoi elle ressemblait - pas tout de suite, du moins. Jade était sa faiblesse par excellence… Il se releva prestement, ayant retrouvé son masque et son assurance habituels et se dirigea vers la porte pour l’ouvrir. Il voulait qu’elle s’en aille. Maintenant.

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©sawyer & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3716
POINTS : 3381
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Ven 6 Nov - 21:20

Tu continues à rire à gorge déployée, très contente de ta mauvaise blague improvisée. Tu avais senti le doute parcourir Sean et tu n'en demandais pas plus. Il s'était pris au jeu, te confirmant qu'il aurait lancé des procédures. Et puis, ça avait été si facile... Tu essaies d'arrêter la crise de rire mais celle-ci ne fait que reprendre de plus belle. Peut être que tu en faisais un peu trop mais tu préférais te concentrer sur ta victoire plutôt que sur l'incrédulité dont Sean avait fait preuve en t'imaginant en mère. A vrai dire, tu tu te sentais un peu insultée par sa réaction. Certes, tu n'étais pas une personne recommandable mais être une croqueuse de diamant ne faisait pas de toi un monstre. Tu étais capable de sentiments. Tu savais que si un jour tu avais des enfants, tu serais capable de les aimer. Tu ne voulais juste pas... Vraiment, il avait une sale image de toi. Mais tu ne pouvais guère le blâmer. Alors, tu continues votre petit jeu, comme si rien de tout cela ne t'importait. Comme si tu ne ressentais rien. Personne ne sait donner le change comme toi... Tu commences à avoir mal aux côtes tant tu ris. Les réactions de l'Irlandais avaient été amusantes à observer tout au long de votre échange mais sa tête quand tu avais fini par lui révéler la vérité, ça avait été... priceless. Tout de suite après, il se laisse tomber sur son lit, comme si la pression avait été si forte qu'il ne pouvait plus tenir debout. Tes éclats de rire se calment un peu tandis que tu l'observes s'adonner au soulagement. Il pousse un juron sonore où perce malgré tout une certaine colère. Encore une fois, c'était légitime. Tu n'aurais pas voulu qu'un de tes ex se ramène un jour avec ton enfant sous le bras. Surtout si cet ex avait agi en garce comme toi. Alors tu le laisses évacuer en restant muette pour une fois. Il t'insulte et tu sens ton sourire t'élargir. Tu prends ça comme un compliment de sa part. Il ne perd pas souvent son calme, tu es contente d'avoir encore ce pouvoir sur lui. Aussi égoïste et mesquine que puisse être cette pensée car tu n'en avais bien sûr plus le droit.

Sans le savoir, Sean accède à ton vœu et entreprends de te foutre dehors, quittant le lit et déverrouillant la porte. Tu devrais filer sans demander ton reste mais l'euphorie de ta victoire te rend imprudente et un peu fanfaronne aussi. Constatant qu'il se tient d'un air ferme à côté de la porte, tu prends tout ton temps pour marcher jusqu'à cette dernière. « C'est de ta faute aussi, tu es une proie tellement facile. » C'est de la provocation, rien d'autre. Tu sais qu'il est loin d'être naïf mais tu n'as aucun scrupule à piquer son égo alors qu'il est venu te menacer chez toi. Repensant à cet évènement, tu tentes une mise au point. « A toi de me dire si on en a fini... Tu vois, ce genre de petites blagues, c'est rien du tout. Rien du tout. Je peux faire bien pire et tu vas vite le découvrir si tu t'obstines à rester dans le coin. » Tu arrives enfin à son niveau malgré ta démarche spécialement étudiée à son intention. Comme il l'a fait tout à l'heure, tu te plantes face à lui, au prétexte que vos regards se croisent. Mais au fond, peut être que tu as juste envie d'être à nouveau proche de lui, de ressentir la même intensité, la même excitation qu'il y a quelques instants. « Tu vois, si on était amis, je te conseillerai d'abandonner cette idée de revanche. Tu sais ce que dit Confucius. Celui qui recherche la vengeance devrait commencer par creuser deux tombes. Pourquoi se pourrir mutuellement la vie ? Nous deux, c'est du passé. Pourquoi risquer de perdre tout ce qu'on a actuellement pour une vieille histoire ? Une histoire terminée qui plus est. » Du moins, c'est ce dont tu essayais de te convaincre. C'était facile quand Sean était à Swansea. Maintenant qu'il était revenu, ce n'était plus aussi simple. Vous n'aviez jamais parlé depuis que tu l'avais quitté, vu que tu avais pris la fuite. Une erreur ? Peut être qu'une rupture claire et nette l'aurait laissé moins amer ? Tu n'en sais rien mais de ton côté, tu ne veux pas te battre avec lui. Ce que tu viens de faire ressemble même à une offre de trêve. Ton égo te l'autorise puisque tu viens de prouver que tu étais capable de lui faire face. Sauf que tu ne voulais pas. Vous vous étiez déjà fait assez de mal comme ça. D'ailleurs, tu joues un va tout en le disant. « Je ne veux pas être ton ennemie, tu sais... » C'est sans doute la première chose sincère que tu lui dis depuis qu'il est revenu dans ta vie. Pourtant, tu sais qu'il ne te croira pas. Tant pis, au moins, tu aurais essayé. Pour une fois, c'était toi la plus adulte des deux.

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Ven 6 Nov - 23:56


Il n’aurait même pas su exprimer un tel soulagement. Ça dépassait tout ce qu’il pouvait bien ressentir d’autre, même son sentiment d’amertume et sa colère, c’était pour dire ! Puis il s’était repris, s’efforçant de faire l’impasse sur le fait qu’elle se moquait ouvertement de lui - le terme ne lui paraissait même pas assez fort. Elle allait le payer. Forcément. Un jour. Et il allait s’arranger pour y participer. Lui-même ne méritait sans doute pas beaucoup de bonnes choses, mais elle n’était guère mieux que lui. Pour le moment, il s’était simplement contenté de lui balancer des vulgarités à la figure. De toute manière, il savait qu’elle n’allait pas se vexer - c’était de bonne guerre, entre eux. Et même si ça avait été le cas, même s’il l’avait blessée, il n’en avait absolument rien à faire. Au contraire, si ça pouvait l’aider à se venger… Bien entendu, c’était cruel, comme pensée. Mais n’était-ce pas ce qui les caractérisait tous les deux ? Décidant de ne pas relever les piques supplémentaires qu’elle lui infligeait, Sean la toisa avec arrogance. Il avait perdu une bataille, mais pas la guerre. C’était peut-être stupide, comme pensée, mais c’était exactement ce qu’il ressentait à l’instant précis. « Parce que tu me crois incapable de répliquer, peut-être ? Tu me connais très mal… » La voix de Penny était pleine de sous-entendus et menaçante, mais on aurait pu en dire autant de celle de Sean. Il avait retrouvé une voix parfaitement calme et posée, faisant à nouveau preuve de la maîtrise qu’il perdait si rarement. Il avait laissé apparaître une faille, une faiblesse. Il s’était laissé éprouver. Mais c’était terminé. Déjà, on avait l’impression qu’il ne s’était rien passé. Il respirait à nouveau la prestance, l’assurance, l’orgueil à des kilomètres à la ronde. Pourtant, ce n’était qu’une façade. Chez Sean, tout était une question d’apparence, de toute manière. Intérieurement, c’était une autre histoire. Il avait lancé la machine de la vengeance à cent kilomètres à l’heure… Mais pour quel résultat ? L’Irlandais avait l’impression qu’à chaque fois, cette blonde ne parvenait qu’à le fissurer encore plus. Oui, à chaque fois, elle réussissait à lui prendre encore du peu d’amour-propre que son père lui avait laissé. Elle devait forcément être le diable en personne et, en y pensant, Sean n’avait qu’une envie, celle de baisser les bras.

Mais c’était tout bonnement impossible. C’était une question de fierté, tout simplement. Penny lui conseillait précisément de le faire. Il secoua la tête à son histoire à propos de Confucius, peu désireux d’écouter les conseils d’un vieux Chinois. Creuser deux tombes ? Et alors ? C’était carrément débile, mais même si elle l’entraînait dans sa chute, il aurait au moins la satisfaction de se dire qu’elle ne s’en était pas mieux sortie que lui. Tant pis pour ce que ça pouvait coûter… Sean ne le pensait sans doute pas réellement, mais il était tellement dévoré par la rancoeur qu’il était incapable d’abandonner un plan aussi machiavélique qu’elle l’était. « De toute façon, t’as quoi à perdre ? » Bien entendu, c’était encore une autre manière de l’insulter. Des deux, c’était évidemment lui qui avait le plus raflé. C’était donc lui qui risquait le plus gros. Mais il était tellement borné et gonflé d’orgueil qu’il ne pouvait pas changer d’avis. Faire marche arrière, ce serait laisser la place à la blonde. Ce serait presque lui tirer son chapeau. Admettre une autre défaite. Reconnaître qu’elle était meilleure que lui. Et ça, c’était hors de question… D’ailleurs, quand la jeune femme s’approcha de lui pour planter une fois encore son regard dans le sien, l’avocat comprit quelque chose. Bien entendu, rien ne transparaissait dans son visage, ni dans ses yeux. Il continua à la fixer sans ciller, heureux, une fois de plus, d’avoir l’avantage de la taille et de la masse. Il n’en montrait absolument rien, mais il venait d’avoir une sorte de déclic. Il devait lui manquer des neurones quelque part… Il réalisait tout juste qu’il avait peut-être besoin de cette espèce de jeu. C’était peut-être là que résidait toute la différence de sa relation avec Jade… Avec elle, c’était sain. Mais avec elle, c’était aussi beaucoup trop facile. Il n’avait pas besoin de la conquérir. Il n’y avait pas de bagarre, personne ne cherchait à surpasser l’autre, ni à éblouir l’autre, ni à gagner son admiration. Alors qu’avec Penny, il avait l’impression d’être à égalité. Ils se recherchaient, ils tentaient d’impressionner l’autre à tout prix, ils étaient liés par une sorte de passion tout bonnement unique en son genre. C’était comme ça que ça fonctionnait entre eux. Mais ça, c’était avant. « Tu veux pas être mon ennemie ? » répéta Sean, sentant une autre vague de fureur affluer en lui. « Tu veux pas être mon ennemie ? Et tu pouvais pas y penser avant de me larguer comme une chaussette puante ? » La colère recommençait à gronder en lui. Il n’avait toujours pas haussé le ton, mais ses yeux lançaient des éclairs et sa voix était devenue sifflante. « Quelle espèce de sorcière es-tu ? Je me suis agenouillé comme un con pour te demander ta main alors que je pensais jamais le faire, est-ce que tu te rends seulement compte de ça ? Que tu veuilles pas, d’accord… Mais tu pouvais pas juste me le dire ? Juste me balancer à la gueule ‘Sean, t’es trop con, j’t’ai jamais aimé, j’voulais juste de ton putain de fric’ ? Non, bien sûr ! Non, toi, il a fallu que tu me laisses en plan comme une merde, que tu t’enfuies, que tu me piques d’la thune ! » Elle lui avait surtout volé son honneur, mais ça, il ne l’avouerait jamais à haute voix. « Comment t’as pu me faire ça ?! »

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©sawyer & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3716
POINTS : 3381
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Dim 15 Nov - 21:06

Parfait cliché du connard arrogant, Sean retrouve vite de sa superbe et se met à te toiser à nouveau. Ta petite blague débile lui donne un prétexte pour recommencer à te menacer, il te promet de répliquer. Comme d'habitude, ta seule réaction est un sourire narquois. Tu n'as pas peur de lui et si ce n'est pas encore assez clair, tu n'hésites pas à lui rappeler. « Des promesses. C'est tout ce que j'entends depuis que tu es revenu. Alors excuse moi si je n'ai pas l'air de te prendre au sérieux. » Ce besoin de le provoquer, il est viscéral. Tu n'y peux rien. C'est plus fort que toi. Tu veux lui rendre coup sur coup, notamment quand il s'agit d'encaisser les répliques les plus injustes. Car dans son énervement, Sean semble oublier certaines choses. Comme quand il dit que tu le connais très mal. C'est évidemment complètement faux. A vrai dire, tu n'as jamais connu quelqu'un aussi bien que l'irlandais. Quand vous étiez ensembles, vous aviez peu de secrets l'un pour l'autre. Tu connaissais toutes ses qualités, tous ses désirs, toutes ses ambitions mais aussi ses défauts, ses faiblesses. Et tu l'aimais en dépit de ces derniers. Peut être parce qu'ils étaient si similaires aux tiens... Mais tu ne dis rien de tout cela, préférant hausser les épaules avec un détachement feint. « Peut être que je n'ai pas envie de te connaître plus que ça. Est-ce que ça a pu te traverser l'esprit ? Ou ton égo sur-dimensionné fait interférence ? » Le repousser. Encore et toujours. Ça te semblait la seule solution qui ne menaçait pas l'équilibre que tu avais réussi à créer loin de lui. Il ne fallait pas que tu le laisses ruiner cette vie que tu avais à Tenby. Même si l'avocat semblait la considérer comme minable et peu digne d'intérêt. Tu ne fatigues pas à démentir car tu n'es pas assez ébranlée par sa présence pour faire n'importe quoi. Le contredire reviendrait effectivement à avouer que tu as quelque chose à perdre et à lui donner des idées. Alors comme d'habitude, tu bottes en touche. « La question ne se pose pas puisque je n'ai pas l'intention de perdre. »

Tu refuses encore et toujours de lui laisser le dernier mot. Pourtant, ce n'est pas cette attitude qui l'énerve le plus. En fait, de manière surprenante, il perd réellement son calme au moment où tu essayes d'instiguer un semblant de trêve entre vous. Incrédule, tu le regardes perde son tempérament, tandis que la colère allume une lueur dans ses yeux. Il devient tout à coup beaucoup plus impressionnant. Mais évidemment, c'est le contenu de son propos qui te pétrifies le plus. La colère qu'il semble avoir refoulé depuis que tu as rejeté sa demande de mariage semble jaillir, violente, incontrôlable. Pour la première fois, tu as un aperçu des dégâts que tu as pu faire. Tu soupires avec tristesse tandis que tu sens le masque impassible que tu affiches semble prêt à se fissurer à tout moment. Si tu avais fuis, c'était justement pour éviter une confrontation du genre. Tu mords à nouveau pour essayer de gagner un peu de temps et assimiler ce qu'il vient de dire. « Alors parce que je t'ai rejeté de la bonne façon, je suis ton ennemie ? C'est pas un peu excessif ça ? Je ne vois pas ce que ça aurait changé que je te dise que je ne t'aimais pas. Mon départ parlait de lui même. » Tu continuais à mentir comme une arracheuse de dent. Tu l'aimais à l'époque. Tu voulais juste lui éviter de connaître une vie minable.

D'ailleurs, ça faisait parti des arguments que tu avais retenu pour choisir de lui dire non. Tu ne te sentais pas capable d'être une bonne épouse pour lui. De lui apporter une vie heureuse, un mariage sain, loin de vos petits jeux et de tes petites combines. Tu n'étais pas quelqu'un de bien. Pas faite pour le mariage. Tu ne te sentais pas capable de rester prisonnière d'une institution que tu exécrais. Alors tu avais dit non avant qu'il ne soit trop tard. Sa demande avait cristallisé les peurs que tu avais depuis que tu avais commencé à t'attacher à lui. Elle t'avait donné l'impression que tu serais prisonnière de tes sentiments pour lui à vie... Et à ce moment précis, c'est ce qui te donne envie de hurler. Car ce que Sean te révèle à propos de cette fameuse demande te laisse chancelante. Et malgré la volonté de montrer une froide indifférence, tu ne peux pas t'empêcher de poser la question. « Pourquoi tu m'as demandée en mariage si tu ne voulais pas le faire ? » Car c'était vraiment ce qui avait fait tout basculé. Vous auriez pu rester des années de plus en couple si tu n'avais pas eu l'impression qu'il essayait de te passer la corde au cou... Non vraiment, tout ça, c'est trop douloureux. Tu ne veux pas repenser à cette époque, à ce à quoi tu avais tourné le dos. Tu te reprends un peu. « Non, tu sais quoi ? Ne réponds pas. Je ne suis pas venue ici pour parler du passé. » Tu ne veux pas entrer dans le jeu d'excuses, des non dits et des regrets. Car tu avais regretté ton geste. Mais avant que tu ais pu envisager d'aller voir Sean pour lui expliquer que tu avais juste eu peur et que tu regrettais, ses sbires sonnaient à la porte de la maison dans laquelle vivaient ta mère et ta petite sœur. Cela avait balayé tes remords. Vous n'étiez pas bons l'un pour l'autre. toxiques. Une relation aussi venimeuse ne pouvait pas durer. Vous étiez incapables de changer. La preuve, aujourd'hui encore, vous retourniez à vos combats destructeurs. Enfin, tout dépend de ce qu'il va répondre à cette question. « Je suppose que cette émouvante tirade signifie que tu rejettes ma proposition ? »

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Mona + Josh.
TON AVATAR : Adam Gallagher.
TES CRÉDITS : Polarize + Crac in time.
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/4
A venir : Billie - Penny.
RAGOTS PARTAGÉS : 3575
POINTS : 3163
ARRIVÉE À TENBY : 22/09/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 y.o (24.10.88)
CÔTÉ COEUR : C'est compliqué.
PROFESSION : Avocat réputé.
REPUTATION : Sociable, ouvert d'esprit et toujours très classe, n'est-ce pas ? Je l'ai vu assez souvent en compagnie de miss Collins, mais il a un peu disparu de la circulation, ces temps derniers... Bizarre, vous ne trouvez pas ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN Lun 16 Nov - 7:13


Bien entendu, elle n’avait pas oublié de le provoquer. Elle n’avait décidément peur de rien. Avait-elle peur d’Andrew ? C’était une excellente question. Sean était moins impressionnant que lui, c’était une certitude - du moins, il utilisait des méthodes différentes, mais pas plus orthodoxes pour autant. Mais que ressentait-elle face à Andrew ? Se sentait-elle menacée ? En tout cas, à sa place, Sean l’aurait sûrement été. D’ailleurs, il s’était demandé à de nombreuses reprises ce qu’il s’était passé exactement entre ces deux-là. Andrew lui avait vaguement expliqué de quoi il en retournait ; mais ce qui intéressait Sean, c’était les détails. Le pourquoi du comment. Décortiquer, analyser, pour pouvoir ensuite en tirer profit - tout ce qu’il faisait au boulot. Seulement, il n’avait pas voulu la question directement. Andrew était son seul allié dans l’histoire, alors mieux valait ne pas risquer de le brusquer. De toute manière, l’Irlandais finirait bien par le découvrir un de ces quatre. Il possédait un talent indéniable pour percer à jour les secrets des uns et des autres, ce qui lui avait toujours été extrêmement utile dans le cadre de son travail. Il était seulement fâché d’avoir été aveugle et de ne pas avoir réussi à démasquer la croqueuse de diamants et la profiteuse qu’était Penny. S’il avait été clairvoyant avec elle comme avec l’immense majorité des personnes auxquelles il avait affaire, il se serait épargné bien des douleurs.

« Non, ego sur-dimensionné ou pas, figure-toi que j’arrive très bien à imaginer que t’aies pas envie de me connaître plus que ça. Rassure-toi, c’est vraiment réciproque. » Il avait levé les yeux au ciel, exaspéré. Sans blague ! Elle l’avait lâché, il avait envoyé des « amis » la menacer, il s’était arrangé pour la retrouver en lui balançant des menaces à la gueule… Si elle avait encore envie de le revoir et d’en apprendre plus sur lui, ç’aurait été du masochisme pur et dur. Mais il s’abstint de le souligner, non seulement parce que c’était inutile, comme beaucoup de phrases qu’il avait déjà prononcées… Mais surtout, ils s’étaient aventurés sur un terrain de plus en plus dangereux. Les voilà, ils y étaient. Ce qui avait signé le début de la fin. Il avait fini par lui cracher à la figure ce qui n’était même pas le quart de son ressenti. Et ce qui le stupéfia, ce fut la légèreté avec laquelle la Galloise accueillit ses propos. Elle n’avait définitivement pas de coeur. Elle n’en avait absolument rien à faire. En même temps, aurait-il pu en douter ? C’était comme ça à l’époque. Pourquoi ça aurait changé aujourd’hui ? « Excessif ? » répéta-t-il, incrédule. Ne voyait-elle donc pas ce qui s’était passé ? « Excessif ? » Un rire sans joie le secoua. « Je vais t’apprendre, moi, ce que ça veut dire, excessif. » Elle n’avait encore rien vu, pour la bonne raison qu’il ne s’était pas donné la peine de le lui montrer. Mais il le ferait. Bientôt. Son heure viendrait. Et à ce moment-là, elle comprendrait sa douleur.

Il secoua la tête, comme s’il voulait que ses idées soient mieux arrangées et donc plus claires. Elle le perturbait, comme à l’accoutumée, même s’il aurait préféré se faire torturer littéralement plutôt que de l’avouer. Mais Sean semblait avoir touché un point sensible. Il nota la légère inflexion de sa voix lorsqu’elle laissa échapper une question à propos de sa fameuse demande en mariage et haussa un peu les sourcils. Non, elle n’y était pas du tout. Ce qu’il avait voulu dire, c’était qu’il ne pensait jamais s’agenouiller devant une femme pour lui demander si elle lui ferait l’honneur d’être la sienne. L’institution du mariage ? Très peu pour lui. Il n’avait qu’à regarder ses parents pour être dégoûté… Ils étaient toujours ensemble, certes, mais c’était peut-être pire. Ils étaient enfermés, c’était le mot exact. Enchaînés. Il n’avait jamais éprouvé le désir de se marier. Jamais, avant elle. Jamais, avant que leur relation ne progresse, petit à petit. Jamais, avant qu’ils soient bien ensemble au point d’en étonner à peu près tout leur entourage. C’était elle qui lui avait donné l’envie. C’était seulement pour elle, qu’il l’avait fait - sortir le grand jeu, la musique douce, les pétales de rose, la bague que beaucoup de personnes ne pourraient pas s’offrir même avec le salaire de toute une vie. Parce qu’il avait compris. Compris que tous les deux, ça pourrait bien fonctionner à vie, malgré toutes leurs noirceurs, respectives et partagées. Compris qu’aucune femme ne lui correspondrait mieux qu’elle. Compris qu’envers et contre tous, elle était et resterait son âme soeur. « Tu comprends rien. » Ce n’était pas plus mal. Jamais elle ne devait découvrir ses pensées à ce sujet, jamais. L’avocat se sentait soudain très fatigué. Il était las de jouer, pour l’instant du moins. Estimant que cet échange ridicule avait assez duré, il ne daigna même pas répondre à sa question. Et parce qu’il ne voulait pas la toucher ne serait-ce que pour la mettre dehors, il se contenta d’ouvrir la porte de sa chambre. Un geste sans équivoque. « Dégage, Penny. »

_________________

And I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN

Revenir en haut Aller en bas

We are punished by our sins, not for them. - PENNY & SEAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-