AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Mona + Sean.
TON AVATAR : Max Irons.
TES CRÉDITS : Isleys + Minori.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Ana-Sofia - Nia - Lexia)
À venir : Rhys - Gwen flash-back.
RAGOTS PARTAGÉS : 5222
POINTS : 5523
ARRIVÉE À TENBY : 05/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 y.o. (18.02.90)
CÔTÉ COEUR : Marié à Ana-Sofia.
PROFESSION : Vétérinaire.
REPUTATION : J'ai toujours trouvé qu'il avait la tête sur les épaules. Alors pourquoi diable un mariage aussi précipité avec une femme peu recommandable ?!



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Ven 18 Sep - 5:51



Tandis qu’il s’éveillait lentement, le premier réflexe de Caleb fut d’étendre le bras pour le poser doucement sur la jeune femme lovée contre lui. Un sourire étira ses lèvres. Il ouvrit les yeux pour poser son regard sur elle. Sa poitrine se soulevant à un rythme régulier, elle était encore endormie. Elle avait l’air tellement paisible - ses longs cheveux bruns éparpillés sur l’oreiller, le visage serein, le corps entièrement enfoui sous la couverture. Il aurait probablement pu passer des heures entières à l’observer, profitant du simple fait qu’elle soit auprès de lui. Il aurait voulu se pencher pour écouter les battements de son coeur, mais il ne pouvait pas prendre le risque de la réveiller. Relevant légèrement la tête, il chercha du regard le radio-réveil. Il était un peu moins de neuf heures et ils ne s’étaient pas couchés spécialement tôt ; pour un dimanche, ils avaient encore largement le temps de flemmarder.

Caleb aurait volontiers dormi un peu plus longtemps, mais son corps semblait programmé pour ne pas trop rester au lit, vestiges d’un emploi du temps surchargé pendant des années. Et maintenant qu’il avait ouvert les yeux, il était quasiment certain de ne pas réussir à retourner au pays des rêves. Le jeune homme prit garde à ne pas bouger pour ne pas déranger sa petite amie. Il étouffa un bâillement, laissant ses yeux errer au plafond et ses pensées partir au loin. Depuis qu’il était revenu de Reading, les événements s’étaient enchaînés. Heureusement, à son immense soulagement, Lizzie n’était pas restée là-bas ; quant à ses parents, ils avaient finalement embarqué pour le Canada et il se retrouvait donc avec Nia, appréhendant quelque peu l’année scolaire à venir et surtout, la responsabilité supplémentaire qui lui incombait durant les prochains mois. Pourtant, depuis que Paige était à nouveau à ses côtés, le pâtissier craignait un peu moins ce qui pouvait arriver, comme si l’assurance d’un autre soutien aussi précieux que le sien le confortait et l’encourageait.

Paige bougea légèrement, se tournant de l’autre côté, et le jeune homme en profita pour sortir du lit en douceur. Il s’assura qu’il ne l’avait pas réveillée, puis fila sous la douche. Il y resta quelques minutes, puis enfila simplement un jogging et, se dirigeant vers la chambre de sa petite soeur, il en entrouvrit la porte. Cette dernière dormait encore, ce qui n’avait rien de surprenant. Caleb descendit donc à la cuisine, bien décidé à préparer le petit-déjeuner. Il hésita pendant un moment devant la multitude de possibilités qui s’offraient à lui. Crêpes ? Pancakes ? Gaufres ? English breakfast ? Finalement, il opta pour la pâte à pancakes, qui n’avait jamais fait grogner personne. Au besoin, il pourrait préparer des oeufs brouillés ou sur le plat plus tard. Le beurre, le lait, les oeufs, la farine, le sucre en poudre, la levure chimique et l’huile. En dix minutes, c’était prêt. Il était inutile de battre trop longtemps, les ingrédients devaient juste être incorporés les uns aux autres. Il laissa ensuite reposer la pâte à température ambiante - il faudrait bien une demie-heure. Puis il s’attela au peu de vaisselle qu’il y avait, avant de ranger ce qu’il avait sorti et de mettre le couvert.

Satisfait d’avoir bien avancé dans la préparation du petit-déjeuner, Caleb grimpa à nouveau les escaliers pour rejoindre sa chambre et il se glissa à nouveau dans son lit, silencieusement. Il ne fallut pas bien longtemps avant que son regard ne s’attarde à nouveau sur la femme qu’il aimait. Et, comme à chaque fois, il sentit son coeur se gonfler d’un bonheur bien particulier. Malheureusement, il semblait que cette fois-ci, le Gallois n’ait pas réussi à se faire aussi discret qu’il l’aurait voulu. Le mouvement devait l’avoir réveillée, puisqu’elle se retourna et ouvrit lentement les yeux. Le visage de Caleb s’éclaira d’un sourire. « Bonjour, ma Belle au bois dormant. » Il entoura sa taille d’un bras et déposa un baiser sur son épaule. « Excuse-moi, je voulais pas te réveiller. On a le temps, hein… T’as passé une bonne nuit ? » Il passa délicatement une main dans son dos, effleurant avec délices son corps de rêve. « Et si t’as faim tout de suite, il manque plus qu’à cuire les pancakes. »

_________________

On peut donner bien des choses à ceux que l’on aime. Des paroles, un repos, du plaisir. Tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque. Il m’était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Dim 20 Sep - 11:37

Elle dormait paisiblement, lovée contre son petit-ami. Ça faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas si bien dormi, d'habitude, elle trouvait difficilement le sommeil. Sûrement qu'entendre les battements familiers du cœur de Caleb l'apaisait, comme une mélodie à ses oreilles qu'il lui chantait d'une certaine manière pour s'endormir ou tout simplement parce qu'elle aimait dormir aux côtés du pâtissier. Elle aimait sentir une présence à côté d'elle, surtout quand il s'agissait de l'homme qu'elle aimait depuis maintenant trois ans. Et Paige s'émerveillait en se disant que même après tout ce temps à se connaître -et pratiquement autant de temps à sortir ensemble, ils étaient toujours amoureux comme la première fois et grâce à ça, elle se rattachait à l'idée que le prince charmant existait même s'il n'était pas forcément parfait car une quelconque perfection, même en travail ou autre, ne pouvait être possible. Pour elle, Caleb était l'homme de sa vie et malgré son jeune âge, elle en était certaine. Tous les deux ensemble, c'était une évidence.
Ils avaient affronté tellement d'obstacles, ensemble ou séparés, mais ils revenaient toujours vers l'autre. Ils avaient besoin de l'autre, ils étaient attirés par l'autre. Et l'étudiante ne s'en plaignait pas. Elle voulait former une famille avec lui et malgré toute la fibre romantique en elle, c'était le seul qui lui donnait envie de dire oui un jour. Seulement.. Elle voulait d'abord laisser Caleb s'occuper entièrement de sa petite sœur, Nia. Elles étaient assez proches toutes les deux, elle se souvenait même que Nia l'avait supplié de pardonner son frère, une discussion adorable par téléphone. A vrai dire, aucun des deux ne voulait précipiter les choses. Ils s'aimeraient encore dans dix ans, cinquante ans.
Lorsque Caleb bougea la première fois, Paige ne sentit rien, sûrement trop occupée à rêver et à dormir profondément pour se rendre compte de l’absence du brun mais la deuxième fois, quand il retourna dans le lit, elle commençait doucement à immerger de son sommeil, se tournant dans le lit pour se retrouver sur le ventre, du côté de son petit-ami. Il n'était pas vraiment la cause de son réveil, c'était quelque chose dont elle était sûre. Ses paupières s'ouvrirent doucement, et heureusement que peu de lumière filtrait à travers les fenêtres sinon, elle aurait fermé ses yeux la minute qui suivait. Au lieu de ça, ses deux prunelles noisettes tombèrent nez à nez avec le visage angélique de Caleb. Parfois, elle en venait à se demander s'il existait vraiment, et c'est pour ça, sans nul doute, qu'elle pointa un de ses doigts vers lui pour le poser sur sa joue. « Je voulais vérifier si t'étais bien réel. » murmura-t-elle d'une voix ensommeillée avant de sourire au surnom qu'il venait de lui donner.
Le bras de Caleb la recouvrit bien vite avant qu'il ne lui dépose un doux baiser sur l'épaule, de quoi agrandir son sourire sur ses lippes. Se réveiller aux côtés du futur vétérinaire lui avait manqué selon elle, peut-être un peu trop. « J'étais en train de me réveiller donc t'inquiète pas, c'est pas de ta faute. » Elle leva sa tête, et posa ses coudes sous elle pour se sur-élever en réprimant un bâillement. « J'ai dormi comme un bébé, oui. » Souriante, elle vint déposer un baiser sur le coin des lèvres du jeune homme. « T'as bien dormi aussi, j'espère ? » La main de Caleb se promenant sur son dos lui provoquait de délicieux frissons. Même après autant d'années, le contact du Donovan sur la peau basanée de Paige lui faisait encore le même effet que la première fois, comme si rien n'avait perdu de son éclat, de sa beauté.. Tant mieux, se disait-elle, elle aurait été déçue du contraire. Horriblement déçue. « Mmmh, de délicieux pancakes signés Caleb Donovan. Je sens qu'on va se régaler. » plaisanta-t-elle gaiement. Elle passa sa main dans les cheveux de son petit-ami tout en plongeant son regard dans le sien. Elle pouvait passer des heures ainsi mais elle pourrait profiter de le contempler un autre jour, aujourd'hui, elle voulait passer sa journée avec lui, quitte à ne rien faire et à simplement flemmarder à un endroit quelconque. Ça n'avait pas d'importance tant que c'était avec lui. Elle se leva tout en restant assise sur le lit, la couverture encore sur elle, en sautant légèrement, gamine qu'elle était. « Je vais t'aider à les cuire ! Promis, je vais pas cramer ta cuisine. » Elle était de bonne humeur, bien plus heureuse que les mois précédents et elle ne regrettait certainement pas son choix de seconde chance et de pardon. Enfilant un t-shirt à Caleb, qui lui allait beaucoup trop grand, elle se disait qu'elle prendrait sa douche une fois le petit-déjeuner terminé. Elle s'était entraînée chez elle pour s'améliorer à la cuisson de la nourriture ou même à la préparation. La Taylor voulait un jour pouvoir préparer un repas pour Caleb sans qu'il n'ait à lui soigner un doigt coupé ou à arrêter l'alarme parce que son plat aurait fini cramé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Mona + Sean.
TON AVATAR : Max Irons.
TES CRÉDITS : Isleys + Minori.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Ana-Sofia - Nia - Lexia)
À venir : Rhys - Gwen flash-back.
RAGOTS PARTAGÉS : 5222
POINTS : 5523
ARRIVÉE À TENBY : 05/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 y.o. (18.02.90)
CÔTÉ COEUR : Marié à Ana-Sofia.
PROFESSION : Vétérinaire.
REPUTATION : J'ai toujours trouvé qu'il avait la tête sur les épaules. Alors pourquoi diable un mariage aussi précipité avec une femme peu recommandable ?!



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Dim 20 Sep - 23:36


Niaisement, Caleb esquissa un sourire quand Paige posa un doigt sur sa joue, avant d’expliquer les raisons de son geste. Comment pouvait-elle être aussi adorable ? C’était une véritable perle ; il l’avait toujours su, même si, pendant un bon moment, il n’avait pas réussi à s’en montrer digne. « T’inquiète pas, je suis là. Et je suis pas près de m’en aller. » Que n’aurait-il pas donné, pendant de longs mois, pour se réveiller à nouveau auprès d’elle ? Il avait commis des erreurs et elle aussi, ils s’étaient causé du mal l’un à l’autre ; mais il était bien décidé à laisser de côté le passé, cette année horrible qu’ils n’avaient pas passée ensemble. Et surtout, surtout, il s’était promis de tirer une leçon de tout ça. Plus jamais, plus jamais il ne voulait être séparé d’elle. Il avait enfin retrouvé son oxygène, ainsi que l’un des plus merveilleux cadeaux qui lui aient jamais été faits en ce bas monde. « Je dors beaucoup mieux quand t’es avec moi » avoua le jeune homme. Et c’était la vérité : il avait retrouvé un sentiment de sérénité, une paix de l’esprit et du coeur qui n’avaient pas de prix. Elle était là, avec lui, et ça lui donnait l’impression que toutes les épreuves pouvaient être surmontées, que chaque problème avait sa solution, que beaucoup de choses pouvaient être arrangées quand l’amour de votre vie se tenait à vos côtés. Et souvent, il pensait à son petit frère. S’il pouvait le voir de quelque part, comme il se plaisait à le penser un peu bêtement, que ressentirait-il ? Dan aurait sûrement été fier de lui, de voir comment il s’en sortait après en avoir autant bavé - fier, mais surtout, heureux. Et cette pensée lui mettait du baume au coeur. Dan avait toujours apprécié Paige. Il se complaisait à taquiner son frère à ce sujet, avant d’ajouter qu’il était prêt à l’accueillir dans la famille les bras grands ouverts. Et aujourd’hui, aujourd’hui, Caleb souhaitait encore plus fort que d’habitude que son petit frère soit là et puisse se réjouir de son bonheur. Mais, étrangement, il n’était pas triste en y pensant. Pas aujourd’hui.

Lorsque sa douce petite amie plongea son regard dans le sien, le Gallois fut incapable de s’en détacher. « Comment tu fais pour être aussi belle au réveil ? » En plus, avec elle, la moindre marque d’affection produisait un effet démesuré. Comment était-ce possible ? Comment pouvait-elle posséder un tel pouvoir sur lui ? « On peut aussi préparer autre chose, si tu veux, tant qu’on a les ingrédients qu’il faut… » Que n’aurait-il pas fait pour lui faire plaisir, de toute façon ? Il se mit à rire quand elle se redressa pour sautiller sur le lit. Elle s’enthousiasmait simplement pour des pancakes, et ça le faisait complètement craquer. Il pouvait bien lui préparer des centaines de pancakes tous les jours, si c’était l’effet que ça lui faisait. Il n’avait pas oublié qu’elle était toujours ravie qu’il se mette derrière les fourneaux ; mais retrouver cette sensation lui faisait toujours un bien fou. Se redressant à son tour, Caleb l’embrassa sur le front, tendrement. « Ça marche. Mais tu sais, j’veux surtout éviter que tu te brûles, toi. » Il sourit en constatant qu’elle enfilait un de ses T-shirts, trop grand pour elle - mais l’effet était trop mignon. De toute manière, elle pouvait bien être habillée comme un sac qu’elle serait toujours la seule à illuminer son univers. Quittant définitivement les draps, toujours vêtu d’un simple jogging, Caleb glissa ses doigts entre ceux de l’Anglaise, puis l’entraîna vers la cuisine. Juste avant de sortir de la chambre, il se retourna et la saisit doucement par la taille. « Viens là… » souffla-t-il, avant de capturer ses lèvres. Ils échangèrent un baiser long et passionné, qui l’électrisa de la tête aux pieds. « Je t’aime. » Après quoi, pour l’embêter, il l’attrapa et la fit basculer au-dessus de ses épaules - pour ne la lâcher qu’une fois dans la cuisine, en riant. « Bon, passons aux choses sérieuses… » Le Donovan fit chauffer une grande poêle à revêtement anti-adhésif, la badigeonna d’huile et y déposa plusieurs petites louches de pâte. Puis il se tourna à nouveau vers sa petite amie et, avec un sourire, lui passa la louche. Il se positionna juste derrière elle, les mains sur ses hanches. « Il faut faire cuire à peu près une minute. C’est quand les petites bulles commencent à se former à la surface que tu peux retourner les pancakes, après, tu laisses l’autre côté dorer un peu et c’est bon. » Tandis qu’il la laissait faire, il ne put s’empêcher de déposer plusieurs baisers dans sa nuque. « Désolé, il faut pas que je te déconcentre » réalisa-t-il ensuite, en riant.

_________________

On peut donner bien des choses à ceux que l’on aime. Des paroles, un repos, du plaisir. Tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque. Il m’était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Jeu 31 Déc - 15:38

Un grand sourire placé sur ses lèvres d'un rose pâle du matin, sans doute aussi niais que celui de son petit-ami. Elle avait perdu espoir quant à un futur avec Caleb, des mois sans se parler, un an avec animosité. Après tout, personne ne connaissait vraiment le bonheur amoureux dans sa famille. Mona le goûtait tout juste avec Malone, Oscar et Thelma avaient connu un échec amoureux conséquent mais si son cousin avait redécouvert l'amour avec Lizzie, Thelma restait toujours au même point, quoiqu'il se passait quelque chose entre elle et ce certain Laze qui l'avait mise enceinte. Ses frères, eux, n'étaient pas vraiment prêts pour une relation durable et sa sœur aînée avait rompu avec son copain qui était maintenant ici alors qu'elle était aussi attirée par leur colocataire -ce qui était des plus évidents pour Paige qui avait la mauvaise habitude de vouloir caser tout le monde car, comme elle disait, elle avait un ''don'' pour ça. Heureusement, ils avaient appris à pardonner les erreurs des autres et se redécouvraient plus les jours s'écoulaient. Elle en était heureuse car elle se sentait à nouveau bien, comme si elle avait eu du mal à respirer depuis leur séparation et qu'une fois remis ensemble, elle se sentait mieux. « Tu promets que ce sera pour toujours, tous les deux ? » Avec un petit sourire timide, elle leva son petit doigt afin de sceller cette promesse enfantine mais qui était importante pour Paige.
« Je suis contente que tu dormes mieux, en plus, je trouve que tu as meilleure mine. » dit-elle en caressant avec douceur la joue du futur vétérinaire tout en gardant ses yeux rivés sur lui. Le compliment qui suivit de la part de Caleb gonfla le cœur de la jeune étudiante d'un bonheur qu'elle voulait garder intact à jamais et enflamma légèrement ses joues. « C'est pas possible d'être belle au réveil.. Mais ça me fait plaisir que tu dises le contraire. » Elle n'arrêtait pas de sourire niaisement, si l'amour lui donnait un teint beaucoup plus rosé que celui pâle et morne de leur séparation, ce sentiment la rendait presque ridicule et lui donnait des crampes aux joues à force d'étirer son sourire jusqu'à pratiquement ses yeux. Qu'importe, il était là, avec elle, et c'est qui importait le plus à Paige. Rien d'autre n'avait d'importance. Elle se mit à sautiller avec enthousiasme sur le lit, recevant volontiers le baiser protecteur de Caleb sur son front, et enfila un t-shirt à lui beaucoup trop grand pour elle au dessus de son propre petit t-shirt. « J'essaierai de pas me brûler.. Promis. » Un petit sourire innocent alors qu'elle savait très bien que c'était une promesse qui n'avait aucun sens. Elle se faisait continuellement mal et c'était pour ça qu'elle se trimballait avec littéralement une trousse de secours dans son sac, conseil donné par sa cousine qui n'avait plus le temps pour venir à sa rescousse à chaque blessure. Et il y en avait une au moins chaque jour. Alors qu'ils sortaient de la chambre, doigts entrelacés, Caleb se retourna vivement pour attraper la taille de sa dulcinée, l'embrassant avec fougue la minute qui suivit. Elle adorait ce genre de baisers pleins de passion, ça montrait qu'ils avaient encore cette alchimie qui, selon elle, ne devait pas partir sous peine d'enlever toute la beauté et la magie d'une histoire d'amour. Les baisers de son petit-ami lui procuraient toujours des papillons dans son estomac, c'était une explosion de saveurs, un arc-en-ciel de bonheur mais surtout une chaleur dévorante et les jambes flageolantes. « Je t'aime. » répéta-t-elle avec douceur avant de lâcher un petit cri de surprise lorsqu'elle se retrouva portée comme un sac de patates par le pâtissier. « T'es sérieux ? J'ai pas l'impression d'être une princesse mais un sac à patates ! » s'exclama-t-elle tout en riant. Elle se retrouva bien vite à nouveau sur la terre ferme, les mains sur ses hanches tout en regardant avec un regard malicieux -mais empli de tendresse, Caleb utiliser la poêle. Finalement, il lui donna la louche et elle s'avança pour se mettre bien devant la poêle. Elle écouta attentivement les conseils de l'expert, hochant la tête plusieurs fois. La jeune Taylor commença à préparer les pancakes tout en chantonnant un peu avant de sentir de légères pressions lui provoquant des frissons dans son cou. Elle essaya de se concentrer mais n'y arrivait pas du tout. « Vaut mieux si tu ne veux pas manger des pancakes brûlés. » Elle se tourna tout de même après avoir déposé une louche de pâte dans la poêle et enroula ses bras autour du cou du Donovan. « Si je réussis à cuire les pancakes comme il faut et sans me brûler, j'aurai une récompense ? » Elle n'en voulait pas mais elle trouvait amusant de demander.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Mona + Sean.
TON AVATAR : Max Irons.
TES CRÉDITS : Isleys + Minori.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Ana-Sofia - Nia - Lexia)
À venir : Rhys - Gwen flash-back.
RAGOTS PARTAGÉS : 5222
POINTS : 5523
ARRIVÉE À TENBY : 05/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 y.o. (18.02.90)
CÔTÉ COEUR : Marié à Ana-Sofia.
PROFESSION : Vétérinaire.
REPUTATION : J'ai toujours trouvé qu'il avait la tête sur les épaules. Alors pourquoi diable un mariage aussi précipité avec une femme peu recommandable ?!



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Ven 1 Jan - 8:47


« J'te l'promets. » Caleb leva à son tour son petit doigt et attrapa celui de sa petite amie, scellant ainsi ses propos. Il savait très bien que pour beaucoup, ce genre de promesse n'avait aucun sens. Les couples se faisaient et ses défaisaient tout aussi facilement, les problèmes s'accumulaient et sapaient le bonheur à deux, les infidélités brisaient la confiance mutuelle, les goûts et les personnes changeaient, le temps séparait plutôt qu'il unissait... Les statistiques concernant le mariage étaient clairs sur ce point-là. En plus, ils étaient jeunes, il avait vingt-cinq ans, elle en avait vingt et un. À cet âge-là, qui pouvait jurer qu'il aimerait quelqu'un pour le restant de ses jours ? C'était une question qui avait régulièrement été posée à Caleb. Pourtant, le jeune homme n'en démordait pas. Ils ne pouvaient peut-être pas comprendre, mais il avait la certitude absolue d'avoir trouvé l'amour de sa vie. Elle était sa moitié, son tout, son essentiel. Il n'imaginait personne d'autre aux côtés de qui construire sa vie, bâtir son avenir. Sa future femme et la future mère de ses enfants, c'était elle. Elle et personne d'autre. Eux deux, c'était tout simplement une évidence, comme certains de leurs proches se plaisaient à le souligner. Ce sentiment le dépassait complètement, mais il n'en demeurait pas moins réel, le persuadant qu'il ne pourrait jamais aimer quelqu'un d'autre de cette manière, jamais lui porter le même amour qu'il éprouvait pour elle. Dans sa tête, c'était très clair. Rien n'égalait le bonheur inouï qu'il ressentait à ses côtés. D'ailleurs, assez régulièrement, Caleb se surprenait à avoir peur. Aimer ainsi, aimer autant, c'était perdre le risque de tout perdre. Et si pour l'instant, tout se passait bien entre eux, il ne pouvait s'empêcher de craindre qu'un jour, elle ne lui fausse compagnie pour une raison ou pour une autre. Elle tomberait peut-être sous le charme d'un autre homme, elle réaliserait peut-être qu'elle avait des envies qui n'étaient plus compatibles aux siennes, ou alors la vie la lui arracherait peut-être de la manière la plus cruelle qui soit. Sans elle, son existence ne serait jamais la même. Alors il s'efforçait d'en profiter à fond, de savourer pleinement sa présence à ses côtés, en espérant que ça dure le plus longtemps possible.

« C'est pas grave, même si t'as pas l'impression d'être une princesse, t'es ma princesse à moi. » Le pâtissier adressa un sourire radieux, ainsi qu'un regard plein d'adoration, à sa petite amie. Elle ne se rendait peut-être pas compte de tout ce qu'elle représentait pour lui. En apprenant à la connaître, il avait découvert chacune de ses qualités avec un ravissement absolu et pensait même s'être habitué relativement bien à ses défauts, s'efforçant ainsi de faire en sorte que leurs personnalités se correspondent au mieux. Il trouvait même certaines de ses manies attachantes, c'était pour dire ! En tout cas, sa maladresse avait beau handicaper Paige à certains moments, il s'était toujours dit qu'il y avait bien pire, comme point faible. Il avait appris à gérer ça comme il pouvait et même s'il s'inquiétait quand il n'était pas avec elle et qu'il recevait un sms d'urgence, ça ne l'empêchait pas de la trouver encore trop mignonne quand elle se tournait vers lui avec des yeux remplis d'effroi alors que ce n'était rien de bien grave. « Si ça brûle, on trouvera autre chose à manger, tu sais... En plus, je suis sûr que tu sauras te faire pardonner à merveille. » Son sourire taquin s'élargit quand la brunette se retourna et passa les bras autour de son cou. La tenir contre son corps lui procurait une sensation unique, aussi ne se priva-t-il pas d'entourer les hanches de la demoiselle de ses bras protecteurs, avant de la coller un peu plus contre lui. Il la désirait tout le temps, c'était incroyable. Il voulait profondément qu'elle lui fasse toujours autant d'effet ; mais de toute façon, il n'en doutait guère. Elle était tout bonnement formidable. « Ben quoi, tu trouves pas que je sois déjà la plus belle des récompenses ? » plaisanta-t-il, espiègle. Caleb ne résista pas à la tentation de se pencher vers elle et, tout en reculant un peu et en l'entraînant avec lui pour qu'elle ne reste pas trop près du four, il se mit à déposer des baisers dans son cou. Il adorait ça et il en profita pour laisser ses mains s'égarer sous le T-shirt de sa dulcinée. « Vos désirs sont des ordres, princesse de mon cœur. » Il aimait la gâter autant que ses moyens le lui permettaient, d'ailleurs. Le moindre prétexte était bon pour le faire, il saisissait chaque occasion qui se présentait à lui. Rien n'était trop beau pour elle, de toute façon.

« Je pense que tu peux retourner les pancakes. » Si ça n'avait tenu qu'à lui, le futur vétérinaire aurait peut-être laissé les pancakes brûler pour prolonger leur moment privilégié. Mais il se forçait à être un minimum raisonnable, d'autant plus qu'il savait qu'elle resterait auprès de lui toute la journée. Alors il se détacha légèrement d'elle et la laissa retourner à la poêle, tout en restant près d'elle pour surveiller la cuisson. Gardant une main placée dans le creux des reins de sa bien-aimée, il la regarda faire, carrément attendri. Petit à petit, elle déposait les pancakes dans une grande assiette. « Attention à tes cheveux, joli cœur. » Il rassembla tant bien que mal sa chevelure brune pour qu'elle évite de se balader trop près du feu, ce qui aurait été un gâchis phénoménal. Puis il rattrapa in extremis la poêle chaude qu'elle avait failli laisser tomber sur ses pieds. « C'est bon, je la tiens, t'inquiète pas. » Une fois la cuisson terminée, elle s'en était finalement sortie sans trop d'encombres et il ne put retenir un autre sourire rempli de tendresse. « Tu trouves pas que c'était un super travail d'équipe ? Merci de m'avoir aidé, babe. » Caleb adressa un clin d'œil à Paige, avant de poser sur la table l'assiette de pancakes ainsi que le sirop d'érable. Il l'avait déjà dressée pour eux deux et, alors qu'il venait de s'asseoir, il l'attira directement sur ses genoux. Il aimait qu'elle soit ainsi sur lui, quand ils mangeaient, quand ils regardaient des films... Il avait l'impression de profiter encore plus d'elle, de la délicatesse de sa peau, de la douceur de ses cheveux et de la beauté de ses courbes. Il l'entoura d'une main au niveau du bassin, tandis que de l'autre, il préparait une assiette pour eux deux. Pancakes, beurre, sirop d'érable, puis il lui tendit la fourchette. « Les dames d'abord ! Tu m'en diras des nouvelles. » Le Gallois déposa un doux baiser sur l'épaule de la jeune Taylor. « Alors, qu'est-ce que tu voudrais faire aujourd'hui, darling ? »

_________________

On peut donner bien des choses à ceux que l’on aime. Des paroles, un repos, du plaisir. Tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque. Il m’était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Dim 3 Jan - 2:42

« Tu sais très bien que j'ai mes petites tactiques à moi pour te faire céder quand je veux que tu me pardonnes.. » dit-elle en murmurant, sourire aux lèvres, d'un ton espiègle mais amusé. « Sauf que ta sœur va bientôt se réveiller et je me vois mal la faire attendre pour son petit déjeuner. » Elle trouvait ça adorable que durant le petit -ou plutôt grand voyage de ses parents, Caleb s'occupait de sa sœur qui en avait vraiment besoin. Perdre leur frère avait dû être une épreuve très douloureuse, si Paige l'avait connu et l'appréciait, elle n'avait pas été pour autant proche de lui et n'avait perdu personne pour comprendre leur douleur. Elle essayait d'être là sans trop en faire car un soutien pouvait se montrer trop étouffant par moments. S'ils avaient besoin d'elle, elle serait là pour eux. Se retournant, elle entoura la nuque de son bien-aimé de ses bras et ne put empêcher l'élargissement de son sourire quand il la colla un peu plus contre lui. Même après trois ans, il lui faisait le même effet qu'au premier jour et si ça pouvait sembler grotesque, Paige ne voulait connaître cette sensation avec personne d'autre que lui. Elle n'était même pas sûre de pouvoir aimer comme ça quelqu'un d'autre. Et elle espérait qu'il pense la même chose qu'elle mais elle n'avait plus de doutes. Ils avaient connu une passe difficile durant des mois très longs et à présent, ils étaient plus soudés et heureux que jamais. Elle était heureuse qu'il ait retrouvé son sourire après avoir vécu ce drame traumatisant et elle ne lui en voulait plus de l'avoir volontairement éloignée lors de son deuil : elle ne lui en avait jamais vraiment tenu rigueur, comprenant parfaitement qu'il avait besoin d'être seul. Chacun avait fait une erreur et ils s'étaient pardonnés, s'étaient réconciliés et avaient décidé de se redécouvrir comme la première fois. « Oui, tu es la plus belle des récompenses. » Elle lui vola un baiser, bref mais tout aussi tendre que si elle l'avait prolongé. Et Paige se laissa faire quand il l'éloigna un peu du four en marche. Elle avait toujours adoré son côté protecteur même s'il pouvait se montrer beaucoup trop protecteur par moments. Il lui envoyait au moins le même message tous les jours pour savoir si elle ne s'était pas trop faite mal durant la journée, si tout allait bien.. N'était-il pas trop inquiet ? C'était une question qu'elle se posait souvent, se disant que sa maladresse rendait déjà paranoïaque sa famille alors elle comprenait : elle était pareille avec sa petite sœur Mona et son cousin Oscar qui étaient aussi maladroits qu'elle.
Souriant tout en fermant les yeux, elle laissa son petit-ami déposer une pluie de baisers dans son cou. C'était son point faible et elle ne pouvait s'empêcher de se mordiller la lèvre inférieure. Elle adorait ses petites attentions : elle préférait cent fois mieux ses baisers, ses petits mots d'amour et ses gestes tendres que des cadeaux concrets. Elle avait toujours été le genre à préférer donner que recevoir, détestant qu'on dépense trop pour elle mais faisant la même chose avec les autres. Une vraie tête de mule quand elle s'y mettait. Pourtant, elle adorait la tête qu'il faisait à chaque fois qu'elle le réprimandait pour ses cadeaux et qu'elle les refusait : il l'engueulait avec le sourire ; à la fois fatigué de ses refus et amusé par sa détermination. Pourtant, chacun de ses petits défauts, elle les chérissait plus que ses qualités et chacune de ses attentions faisait qu'elle tombait encore plus amoureuse de lui chaque jour. Le contact de ses mains froides sur sa peau lui procura des frissons et elle ne put empêcher un léger mouvement de recul, pourtant, ses mains qui se baladaient sous son t-shirt lui faisaient énormément d'effets et elle ne voulait pas que ça s'arrête. Or, ils ne pouvaient pas continuer. Nia pouvait descendre d'une minute à l'autre et Paige était sûre qu'elle serait quand même légèrement traumatisée si elle voyait son frère et sa petite-amie se tripoter et puis, les pancakes allaient brûler. Avec une moue légèrement boudeuse, elle se tourna à nouveau pour retourner les pancakes, sentant tout de même la présence du vétérinaire derrière elle. Faisant le dernier pancake, elle sourit encore plus quand il rassembla ses cheveux bruns pour ne pas qu'ils brûlent, maladroite comme elle l'était, c'était plus qu'envisageable. « Merci, amour. »
Elle faillit faire tomber la poêle brûlante sur ses pieds, heureusement que son ange gardien la sauva de cet accident malencontreux. Elle put souffler une fois à l'abri de tous les dangers. Sa maladresse n'avait, pour l'instant, fait aucun dégât ni blessé personne mais la journée venait à peine de commencer, malheureusement et en une journée, beaucoup de choses pouvaient se passer. « On est une équipe de choc, oui, prête pour de nouvelles aventures ! » s'exclama-t-elle en faisant une pose comme si elle était une super-héroïne avant de se laisser attraper par Caleb, s'asseyant sur ses genoux. A la fourchette qu'il lui tendit, elle s'empara avec gourmandise d'une bouchée. « C'est délicieux ! » Ses yeux en devenaient brillants tellement c'était une explosion de saveurs : il était vraiment doué pour ça. Elle lui piqua la fourchette avant de couper un morceau et de la mettre devant sa bouche. « Fait ''Aaaaaah''. » Puis elle déposa la bouchée dans sa bouche avec un sourire radieux. Elle posa sa tête sur son épaule après avoir dévoré une autre bouchée. « Rester ici à rien faire ? La semaine a été éprouvante avec le boulot et mes examens que j'ai dû rattraper.. Puis imagine que j'ai dû aider à décorer deux chambres pour mes neveux ! Et je doute que tu sois plus en forme que moi. » Paige était du genre à accompagner ses paroles de gestes, la plupart du temps. Et elle pouvait se montrer vraiment pipelette par moments. « Ça me fait penser.. Tu as pu décrocher un job de vétérinaire au cabinet de Swansea ? » Elle savait que depuis tout petit, c'était son rêve et elle voulait vraiment qu'il le réalise. « Au fait.. » laissa-t-elle échapper tout en triturant ses doigts. « J'ai pensé à quelque chose.. Je me suis dis que vu que j'adore Tenby et que je veux rester vivre ici sans doute pour le restant de mes jours, finir mes études et devenir réalisatrice n'est peut-être pas ce qu'il me faut.. Je suis toujours aussi passionnée par les films et l'audiovisuel mais mes envies ont changé et je crois qu'échouer à mes examens m'a ouvert les yeux.. Je pensais à demander un prêt à mes parents et racheter le petit café. T'en penses quoi ? » Elle désirait une vie paisible dans cette petite bourgade, ses rêves d'être connue s'étaient réduits en fumée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Mona + Sean.
TON AVATAR : Max Irons.
TES CRÉDITS : Isleys + Minori.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Ana-Sofia - Nia - Lexia)
À venir : Rhys - Gwen flash-back.
RAGOTS PARTAGÉS : 5222
POINTS : 5523
ARRIVÉE À TENBY : 05/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 y.o. (18.02.90)
CÔTÉ COEUR : Marié à Ana-Sofia.
PROFESSION : Vétérinaire.
REPUTATION : J'ai toujours trouvé qu'il avait la tête sur les épaules. Alors pourquoi diable un mariage aussi précipité avec une femme peu recommandable ?!



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Dim 3 Jan - 10:51


« Et tu sais à quel point j'aime tes tactiques... » Oui, comme tous les hommes, il était faible. « Mais t'as raison, ma p'tite sœur risque de me faire la tête. » Alors, tout en continuant à échanger et à rire, ils se détachèrent l'un de l'autre et il la laissa se remettre au travail. Pourtant, il ne put s'empêcher de la taquiner à nouveau... Mais la réponse de sa petite amie allait au-delà de ses espérances. La plus belle des récompenses. La plus belle des récompenses. Caleb l'avait dit en plaisantant, mais Paige l'avait approuvé. Elle n'imaginait sans doute pas ce que ça représentait pour lui. Comme d'habitude, elle lui mettait du baume au cœur. À chaque fois qu'elle était à ses côtés, il sentait une chaleur familière se répandre dans tout son corps. Elle était la seule à lui faire cet effet-là. Bien entendu, comme dans tous les couples, il leur arrivait d'avoir des désaccords et de se disputer. Mais au final, ce n'était jamais bien grave. De toute façon, Caleb détestait quitter Paige ou raccrocher en étant en froid. Il avait toujours besoin de lui dire qu'il l'aimait ; d'ailleurs, la séparation n'était jamais évoquée entre eux comme une quelconque solution. Loin d'avoir affaibli leur amour, le jeune homme avait au contraire l'impression que les épreuves leur avaient permis de se rendre davantage compte de la beauté de ce qu'ils partageaient. Bien entendu, Caleb se serait volontiers passé de ces horribles mois sans elle. Mais maintenant qu'il la retrouvait pleinement, il avait laissé derrière lui les erreurs, les souffrances et le passé en règle générale. Il en avait tiré de précieuses leçons et maintenant, il chérissait encore plus chaque instant passé avec elle. La vie pouvait être une chienne, mais elle était aussi capable d'offrir des cadeaux dépassant toute espérance.

Quelques minutes plus tard, les tourtereaux étaient attablés devant leur petit-déjeuner. L'aîné des Donovan tendit d'abord la fourchette à sa chérie, avant d'esquisser un sourire quand elle affirma que c'était délicieux. « Heureusement que j'avais une superbe cuistot... » ne put-il s'empêcher de la complimenter, sachant à quel point elle avait craint de tout rater. Puis il ouvrit à nouveau la bouche parce qu'elle lui faisait goûter à son tour les pancakes. Elle avait raison, c'était réussi. Mais il n'en tirait pas de fierté... Il avait préparé une pâte de pancakes, après tout, rien d'exceptionnel - mais de quoi bien manger ce matin-là, quand même. « Merci, Darling... » Il pensait attendre qu'elle ait fini, mais après seulement deux ou trois bouchées, elle se blottit contre lui. Il caressa son bras, avant d'attraper la fourchette. Il venait de comprendre pourquoi elle avait arrêté de manger : elle s'était mise à parler. Elle était capable de se lancer dans un flot intarissable de paroles et, attendri, il resserra son étreinte autour d'elle, avant de se mettre lui-même à manger. Quand elle lui posait une question, il lui tendait une bouchée de pancakes tandis qu'il prenait lui-même la parole. « Ne rien faire ? J'avais bien d'autres idées derrière la tête, moi... » Un sourire espiègle sur le visage, Caleb déposa un baiser sur le front de Paige. « Non mais ouais, rester à la maison, ça me convient tout à fait. » Il avait l'habitude de beaucoup bouger, mais justement, flemmarder lui faisait du bien. Alors quand elle était avec lui, il trouvait que c'était un programme idéal, même si ce n'était pas grand-chose. Ça lui arrivait d'être casanier, de temps à autre, notamment quand il était très fatigué, ce qui était visiblement le cas de la brunette aujourd'hui. « Ben... J'ai raté ma première entrevue... Sinon, j'aurais déjà débarqué chez toi avec du champagne. Mais j'avais pas envie de te déprimer en te parlant de ça. » Un premier échec, c'était toujours une étrange sensation. En réalité, c'était plus parce qu'il se sentait un peu honteux que le Gallois n'en avait pas touché un mot à sa dulcinée. Pourtant, il savait que c'était stupide, pour la simple et bonne raison que de quelconques ratés ne changeraient absolument rien entre eux. Mais c'était plus fort que lui. « J'ai un autre entretien, dans une clinique différente où j'ai déjà bossé en tant que stagiaire. Tu croiseras les doigts pour moi ?  »

Avant d'engloutir toute la pile de pancakes sans même s'en rendre compte (son appétit d'ogre n'était un secret pour personne), il prit soin d'en mettre de côté pour Nia. Puis il tendit une autre bouchée de pancakes à la jeune Taylor et Caleb constata avec surprise qu'elle semblait un peu gênée. Que pouvait-elle bien appréhender de lui dire ? Il se montra soudain plus attentif, tandis qu'elle se confiait à lui. Étonné d'apprendre que ses aspirations avaient changé, il resta muet pendant quelques secondes, tout en entrelaçant ses doigts à ceux de Paige. « J'en pense que quelles que soient tes idées... Je suis toujours derrière toi, de toute façon. » Cette envie était inattendue, mais de toute manière, Caleb voulait être un soutien pour elle, pas un boulet, quels que soient ses choix. « Tu y penses depuis longtemps ? Je veux dire, c'est une décision importante... Mais je pense que même si tu changeais d'avis et que tu voulais reprendre, tu pourrais... » Il voulait juste savoir si elle avait pesé le pour et le contre, ou si elle y réfléchissait depuis quelques jours seulement. « En plus, je suis sûr que ta bonne humeur attirerait tout le monde. Ça me donnerait trop envie de faire des pâtisseries pour ton café... » Ça l'amenait d'ailleurs à une autre question, mais il ne savait pas très bien comment la formuler, d'autant plus qu'il savait d'avance ce qu'elle lui répondrait. « Tu me laisseras t'aider... ? Surtout si je réussis à décrocher mon job... » Incapable de s'empêcher de la toucher, il promena ses doigts le long de la colonne vertébrale de l'Anglaise.

_________________

On peut donner bien des choses à ceux que l’on aime. Des paroles, un repos, du plaisir. Tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque. Il m’était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Mar 12 Avr - 16:23

Un drôle de bruit sortit des lippes de Paige. Elle adorait manger, et encore plus quand c'était Caleb qui lui avait préparé un repas. Bien que ce déjeuner était plus un travail d'équipe qu'autre chose. Elle savourait donc avec gourmandise les morceaux de pancakes. « Oh... Et quelles idées ? » Un sourire espiègle aux lèvres, elle déposa un baiser à chaque recoin de celles de son amant. « T'as l'air presque déçu de rester à la maison, dit-elle en riant avec légèreté. Si tu veux, on peut faire autre chose, hein.. Même si rester à la maison offre une multitude de possibilités. » Elle décida de s'asseoir plus confortablement sur Caleb, autant pour elle que pour lui. Elle déposa donc ses jambes aux extrémités de celles du vétérinaire, à califourchon sur lui. Elle adorait nicher sa tête dans le cou de celui-ci, et elle pouvait, de ce fait, entourer son torse de ses bras dans une étreinte. Elle savait qu'il en avait besoin après avoir raté son entrevue. Elle se sentait horrible d'avoir ramené le sujet sur le table, même si concrètement, elle n'en savait rien. La Taylor le serra contre elle en dessinant des cercles avec ses doigts élancés dans le dos de son petit-ami. « Caleb, arrête de penser tout le temps aux autres. Tu comptes aussi, tu sais ? Moi, je veux que tu penses à toi. J'aurais pas été déprimée pour ça, j'aurais été déçue qu'ils ne voient pas la chance qu'ils ont manqué en ne te prenant pas. » Elle se sentait mal pour lui – elle le comprenait et compatissait. Enfin, d'une certaine manière. Paige n'avait pas échoué d'entretien -quoique maladroite comme elle était, ça lui était déjà arrivé un nombre incalculable de fois, elle avait simplement échoué ses examens et se retrouvait pour une année supplémentaire déjà bien entamée. Elle avait redoublé, tout simplement. Une sentence qui lui avait arraché toute motivation. « Si je croise les doigts, je risque de te porter malheur. Puis, tu sais, on dit que la deuxième fois, c'est toujours la bonne. » Elle laissa quelques secondes défiler avant de continuer, laissant un blanc de réflexion dans l'air presque morose du matin. « Ou peut-être que c'est jamais deux sans trois.. Et puis zut ! Écoute pas ce que je dis, je dis n'importe quoi. »
Elle fit une moue boudeuse, se tapant le front avec la paume de sa main. « Roh, j'suis vraiment une cruche, moi. » Elle soupira bruyamment, n'étant pas la fille la plus gracieuse au monde. « Tu vas réussir ton entretien, Caleb, je crois en toi, d'accord ? » Elle l'embrassa tendrement. Puis après quelques minutes à l'enlacer de nouveau, son visage toujours niché dans le cou de son bien-aimé, elle se recula de lui. Elle savait très bien qu'un câlin prolongeait pouvait se montrer désagréable. Enfin, elle présumait. Se triturant les doigts, elle se lança, révélant à Caleb qu'elle était incertaine concernant son futur : continuer son rêve ou ouvrir un café ici ? Elle savait qu'elle était peut-être trop maladroite pour être propriétaire mais elle savait aussi qu'elle pouvait toujours arranger ça, faire des efforts au moins. Caleb était adorable, il ne la jugeait pas et se montrait autant compréhensif que présent pour elle. Elle se demandait comment elle avait pu mériter un petit-ami aussi parfait. Elle se mit à geindre lorsqu'il lui posa une question toute bête et se cacha le visage en se glissant sous le t-shirt de son copain. On aurait dit presque une enfant faisant une crise. Elle voulait seulement qu'il ne la juge pas trop sévèrement. Elle était volatile et indécise. Et surtout rouge de honte. « Non. » C'était clair. Elle était ridicule, une idée lancée à la volée. « J'ai foiré ma troisième et dernière année, Cal'. Je veux dire, une année en plus à étudier n'est pas ce qui me fait peur... Surtout que mon redoublement est déjà bien entamé mais.. Comment dire.. J'ai travaillé comme une folle et ça n'a servi à rien. » Elle prit une grande inspiration, sortit de sa cachette improvisée et attrapa les mains de Caleb afin d'arrêter de triturer les siennes. « Si j'ouvrai un café, je voudrai pas que tu passes le peu de temps libre que tu auras à préparer des pâtisseries. Même si ta proposition est adorable.. Vraiment. » Il était adorable. Chacun de ses gestes envers elle l'étaient encore plus. Il était plus soucieux de l'avenir de Paige qu'il ne l'était du sien et son futur travail le fatiguerait déjà assez pour qu'elle lui demande d'être son pâtissier. C'était sûrement pour ça qu'elle n'avait pas voulu avouer à tout le monde son échec et ses réflexions sur une possible reconversion. Elle ne savait même pas si elle était capable de gérer un café. En tout cas, ses gênes lui criaient que non. « Bien sûr que oui, mon amour, tu fais parti intégrante de ma vie et j'aurai toujours besoin de toi. » Elle attrapa son visage et l'embrassa, avec plus de fougue que ses baisers précédents. Elle voulait y mettre tout son amour. « Au fait, lança-t-elle, je crois que j'ai agrandi un peu ton t-shirt en me cachant.. T'as qu'à te dire que ça fera une histoire de plus à raconter ? Ou au moins, quand tu le verras, tu penseras à moi.. » Un sourire d'innocente sur le visage, elle alla jusqu'à faire une auréole avec ses mains au dessus de sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Mona + Sean.
TON AVATAR : Max Irons.
TES CRÉDITS : Isleys + Minori.
TA DISPONIBILITE RP : 1/4
(Ana-Sofia - Nia - Lexia)
À venir : Rhys - Gwen flash-back.
RAGOTS PARTAGÉS : 5222
POINTS : 5523
ARRIVÉE À TENBY : 05/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 y.o. (18.02.90)
CÔTÉ COEUR : Marié à Ana-Sofia.
PROFESSION : Vétérinaire.
REPUTATION : J'ai toujours trouvé qu'il avait la tête sur les épaules. Alors pourquoi diable un mariage aussi précipité avec une femme peu recommandable ?!



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB Jeu 5 Mai - 20:22


« C’est une question piège ? » Le regard malicieux, Caleb laissa l’une de ses mains s’égarer sur les fesses de Paige. En réalité, il savait qu’elle avait très bien compris où il voulait en venir, mais il adorait l’embêter. « Mais non, je suis pas déçu… Je suis jamais déçu quand je suis avec toi. » De toute façon, il avait l’impression d’avoir accumulé suffisamment de sorties. Pendant plusieurs années, il était rarement à la maison les soirs de week-end. Il en avait assez vu. « En vrai, j’aime bien l’idée qu’on soit tranquilles… Fais attention, tu risques de te retrouver avec un vieux croûton plus tôt que prévu. » Il lui adressa un sourire, tandis qu’il se redressait un peu pour qu’elle soit plus à l’aise. Elle était désormais à califourchon sur lui, ce qui permettait au jeune homme de la tenir encore plus près de lui. Il caressa ses longs cheveux bruns, s’émerveillant encore de la chance qu’il avait. La femme qu’il aimait se trouvait à ses côtés… C’était, à n’en pas douter, l’un des plus beaux cadeaux que la vie lui ait jamais faits. Combien de personnes, bien plus âgées de lui, étaient encore à la recherche du grand amour ? Certainement un bon nombre. Cette pensée poussait Caleb à profiter encore plus du fait que Paige et lui soient ensemble. Ils avaient connu bien des moments difficiles, mais ils partageaient aussi de merveilleux souvenirs. Depuis longtemps déjà, le futur vétérinaire n’éprouvait pas vraiment de difficultés à avouer à sa petite amie ses craintes, ses échecs, ses hontes mêmes. Il savait qu’elle ne le jugerait pas et, encore une fois, elle le lui confirmait. Elle allait même plus loin en lui adressant un compliment qu’il ne pensait pas mériter. Mais au moins, ça prouvait à quel point elle avait confiance en lui et c’était irremplaçable. Il sentit une bouffée de reconnaissance monter en lui. « T’es adorable, petit coeur… » Il n’était pas tout à fait d’accord avec elle, mais tout ce qu’il voyait, c’était qu’elle débordait de bonnes intentions. Ça l’attendrissait vraiment. Même quand elle s’emmêlait les pinceaux, elle était trop mignonne. Il ne put s’empêcher d’éclater de rire, avant de déposer un baiser sur son front. « Tout n’était pas réconfortant, mais… Je vais retenir que la fin, c’est promis. » Nia, leurs parents, Lizzie… Eux aussi croyaient en lui. C’était peut-être une erreur, mais… Il finirait bien par y arriver, non ? En tout cas, il se sentait soutenu et entouré, ce qui était déjà énorme.

Maintenant, c’était à son tour de faire des efforts pour rassurer la jeune Taylor. Il n’aurait jamais pensé qu’elle ait pu changer d’envies entre-temps et ça l’étonnait, mais pas dans le mauvais sens. Pour l’instant, Caleb voulait surtout savoir si c’était une idée comme ça ou un projet déjà mûrement réfléchi. Il eut sa réponse dès que Paige se cacha sous son T-shirt, ce qui le fit immédiatement sourire. Ce n’était pas la première fois (ni la dernière fois, il osait l’espérer) qu’elle faisait ça et il savait très bien ce que ça voulait dire. Mais malgré tout, la brunette poursuivit et il l’écouta du mieux qu’il pouvait. Il ne saisissait pas tout, parce que le son de sa voix était un peu étouffé par le vêtement, mais il comprit l’essentiel. Il passa une main dans son dos. « Je sais à quel point ça peut être difficile de concilier les études et un boulot… T’es très courageuse, ma chérie. » Elle avait enfin remis sa tête dehors, comme si elle était un peu moins gênée. « C’est sûr que si tu veux ouvrir ton propre café, c’est bien d’avoir quelques notions… Je m’y connais pas dans ce domaine, on peut parler à mon ancien boss et faire quelques recherches sur Internet… » Il lui adressa un sourire qu’il voulait réconfortant. « Penses-y encore et quelle que soit ta décision, je ferai de mon mieux pour t’aider, d’accord ? » Il lui rendit son baiser, tout heureux qu’elle fasse preuve d’autant de spontanéité que de fougue. « J’ai pas besoin de voir un T-shirt pour penser à toi, tu sais… » Le Donovan planta ses yeux dans ceux de la demoiselle, la regardant intensément, comme il aimait le faire. « Une histoire de plus à raconter à nos enfants et à nos petits-enfants ? Pourquoi pas… Je vais le conserver comme une relique. » Il allait loin en imaginant leur avenir ainsi, mais n’était-ce pas une preuve d’amour ? Il ne s’était jamais projeté autant avec une autre femme, ça voulait bien dire quelque chose. « Mais tu sais, si tu voulais voir mes abdos, il suffisait de demander… » Il se mit à rire tout seul, parce qu’il fallait précisément qu’il fasse un peu plus d’exercices. « Du coup, c’est pas juste, j’ai pas eu le droit d’admirer ton corps de rêve, moi… » Caleb adressa à Paige un clin d’oeil espiègle, avant de repousser définitivement l’assiette de pancakes. « J’ai encore trop mangé… Tu vas finir avec un gros. » Avant même d’entendre sa réponse, il l’attira un peu plus contre lui pour pouvoir l’embrasser, sans faire preuve de retenue. « Tu veux qu’on remonte pour flemmarder ? »

_________________

On peut donner bien des choses à ceux que l’on aime. Des paroles, un repos, du plaisir. Tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque. Il m’était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB

Revenir en haut Aller en bas

There are billions of stars in the sky, yet your smile shines the brightest. - PAIGE & CALEB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-